Podcasts sur l'histoire

Sun Tzu : célèbre stratège et philosophe chinois

Sun Tzu : célèbre stratège et philosophe chinois

"Soyez extrêmement subtil, même au point d'être sans forme. Soyez extrêmement mystérieux, jusqu'au silence. Ainsi, vous pouvez être le directeur du destin de l'adversaire.

Général Sun Tzu

Il y a des siècles, quelqu'un a écrit un livre influent intitulé L'art de la guerre . Il est généralement admis que l'auteur était le général militaire, stratège et philosophe chinois Sun Tzu. Son travail a eu un impact indescriptible sur les pratiques tactiques tant à l'Est qu'à l'Ouest. Les citations de Sun Tzu ont été utilisées comme source d'inspiration et de motivation sur le champ de bataille et dans la salle de réunion. Mais, il y a tellement de mystère autour de la vie de Sun Tzu que certains érudits ont remis en question son existence même.

Qui est Sun Tzu ?

Le « Tzu » dans Sun Tzu peut être traduit par « monsieur » ou « maître », ce qui signifie que l'auteur bien connu peut avoir été appelé Maître Soleil. Son nom historique a été donné comme Sun Wu. On sait peu de choses sur la vie de Sun Wu, mais certains détails peuvent être discernés de son œuvre monumentale et des descriptions faites par d'autres.

Représentation de Sun Tzu. (Pol Romeu/ CC BY NC SA 2.0 )

Pour comprendre Sun Tzu, il est nécessaire de regarder le monde dans lequel il a vécu. Les chroniques officielles montrent qu'il est né pendant la période des printemps et de l'automne de la Chine (722-481 av. J.-C.) ou juste avant la période des Royaumes combattants (475-221 av. J.-C.). Mais il existe différents comptes rendus sur le moment et le lieu exacts de la naissance de Sun Tzu. Les Annales de printemps et d'automne de l'État de Lu affirment que Sun Tzu est né à Qi, mais Les archives du grand historien ( Shiji) (écrit au Ier siècle av. J.-C.) déclare que sa patrie était Wu. Si le royaume Lu Annales sont corrects, Sun Tzu a grandi dans une zone côtière du nord à peu près là où la province du Shandong existe aujourd'hui. Mais si Qian Sima est Shiji C'est vrai, Sun Tzu est né dans un état différent, celui qui contrôlait l'embouchure du fleuve Yangtze.

  • Le roi qui a rendu la guerre illégale ! Remise en cause de l'histoire officielle de l'art de la guerre et du premier empereur – Partie I
  • Des tablettes en bois confirment l'obsession du premier empereur chinois pour l'immortalité
  • Pas un coup dans le noir : comment les arbalètes ont changé la guerre dans la Chine ancienne

Certaines sources donnent son année de naissance en 544 avant JC, mais tout le monde n'est pas d'accord. Si nous prenons cette date, Sun Tzu était au début de la trentaine alors qu'il était le général et stratège de l'armée du Royaume de Wu. Cela signifie également qu'il était un contemporain de Confucius (551 - 479 avant JC).

Cependant, certains érudits placent Sun Tzu à une période ultérieure en raison de sa position militaire importante. Les chefs de l'armée de la période des printemps et de l'automne n'étaient généralement pas des généraux professionnels - il était beaucoup plus courant que les rois ou leurs proches occupent ce rôle (et il n'y a eu aucune preuve fournie pour montrer que Sun Tzu était l'un ou l'autre). Des généraux professionnels ont commencé à apparaître autour de la période des Royaumes combattants.

Quelle que soit l'année exacte de sa naissance, la vie de Sun Tzu aurait été entourée par la guerre. Au cours de la période des printemps et des automnes, des ducs et des marquis se disputaient entre eux alors que le pouvoir royal de la dynastie Zhou déclinait. Ou, si Sun Tzu a vécu à la fin de la période des Royaumes combattants, il a vécu à une époque où sept nations chinoises (Zhao, Qi, Qin, Chu, Han, Wei et Yan) se disputaient les terres fertiles de la Chine orientale. Pendant le Période des Royaumes combattants, L'art de la guerre était un traité militaire largement lu.

Peinture sur soie représentant un homme (un sorcier) demandant à un dragon d'aller dans le ciel , daté du 5ème siècle avant JC (période des Royaumes combattants). ( Domaine public )

Sima Qian fournit une anecdote qui démontre la personnalité de Sun Tzu. Il écrit que le roi de Wu a décidé de tester Sun Tzu avant de l'engager, en demandant au général de transformer un harem de 180 concubines en soldats entraînés. Sun Tzu a divisé le groupe en deux et a placé les deux concubines préférées du roi à la tête de leurs entreprises. Il ordonna alors aux concubines de tourner à droite, ce à quoi les femmes se mirent à rire.

Sun Tzu se tourna vers le roi et dit qu'un général était chargé de s'assurer que ses soldats comprenaient et suivaient ses ordres, s'ils ne comprenaient pas qu'il était en faute. Lorsque Sun Tzu a répété son ordre aux deux concubines à la tête de leurs compagnies, elles ont de nouveau ri. En réponse, Sun Tzu a ordonné leur exécution. Le roi a protesté, mais Sun Tzu a souligné que si les soldats d'un général comprenaient mais désobéissaient à ses ordres, les officiers étaient fautifs et méritaient une punition. Les deux femmes qui ont été tuées ont été remplacées par d'autres dans le harem et les deux compagnies étaient sûres de suivre les ordres du général Sun Tzu exactement à partir de ce moment-là. Sun Tzu a présenté les deux nouveaux commandants au roi et a dit qu'ils étaient prêts à obéir à ses ordres. C'est à ce moment-là que le roi aurait vu le potentiel de Sun Tzu et lui aurait confié son poste de général.

Général Sun Tzu

Soutenir l'idée d'une chronologie ultérieure pour la vie de Sun Tzu est une analyse des mots utilisés dans L'art de la guerre , la tactique qu'il fournit, et sa mention des arbalètes, mais un manque de note sur la cavalerie dans le texte. La prise en compte de ces facteurs donne à la vie de Sun Tzu environ 100 à 150 ans plus tard que la référence de Qian Sima à lui.

Des sources disent que le général Sun Tzu a servi le roi Helü de Wu. Bien que ses écrits suggèrent qu'il a participé à de nombreuses batailles, le seul exemple connu d'une bataille directement liée à Sun Tzu est la bataille de Boju ; Cependant, aucun document ne mentionne en fait que Sun Tzu a lui-même combattu dans la bataille. En fait, il existe un texte historique appelé Zuo zhuan qui fournit un compte rendu plus détaillé de la bataille de Boju que Shiji, mais il ne mentionne pas du tout Sun Tzu.

Guerriers chinois en terre cuite. (CC0)

Bien que l'anecdote des concubines puisse sembler violente, le général Sun Tzu n'était généralement pas dépeint comme un homme violent qui aimait tuer ; le contraire est souvent avancé. Comme le dit une citation populaire de Sun Tzu dans The Art of War : « L'art suprême de la guerre est de soumettre l'ennemi sans combattre.

Il est dit que Sun Tzu avait une philosophie taoïste et ne se concentrait ni ne promouvait la force physique comme le meilleur moyen de gagner une bataille. Il était plus doué et intéressé à utiliser des moyens psychologiques pour vaincre son ennemi.

Une citation célèbre de Sun Tzu illustrant ce point est sa suggestion d'obtenir des informations sur votre ennemi grâce à l'utilisation d'agents doubles : « De tous ceux qui sont dans l'armée proches du commandant, aucun n'est plus intime que l'agent secret ; de toutes les récompenses, aucune n'est plus libérale. que celles données aux agents secrets ; de toutes les questions, aucune n'est plus confidentielle que celles relatives aux opérations secrètes. »

Il a également plaidé pour qu'un commandant militaire rompe les alliances de ses ennemis, évite les conflits et pratique des attaques surprises. Comme l'a dit Sun Tzu, « La qualité de la décision est comme le coup au bon moment d'un faucon qui lui permet de frapper et de détruire sa victime ».

Statue de Sun Tzu à Suzhou, Jiangsu, Chine. (kanegon/ CC BY 2.0 )

A-t-il vraiment existé ?

La question de l'existence de Sun Tzu intrigue les chercheurs depuis au moins le XIIe siècle : était-il une vraie personne ? Ceux qui ont douté de son existence ont tendance à utiliser l'absence de son nom dans le Zuo zhuan comme preuve contre sa vie. Zuo zhuan mentionne la plupart des personnages les plus notables de la période des printemps et de l'automne, donc l'absence d'apparition de Sun Tzu dans le texte fait sourciller… à moins que vous ne considériez la date ultérieure mentionnée ci-dessus pour sa vie.

Il convient également de considérer que Sun Tzu n'est pas le seul Maître Soleil ; Sun Bin, un personnage historique plus facile à prouver, aurait également pu être désigné par ce nom. Certains disent que l'expert militaire Sun Bin a peut-être été l'inspiration d'un personnage nommé Sun Tzu et peut-être le véritable auteur de L'art de la guerre . Sun Tzu et Sun Bin encouragent tous deux l'utilisation de la stratégie plutôt que la force brute au combat.

Certains érudits prétendent que le célèbre livre n'a pas été écrit par Maître Soleil, mais par ses étudiants en tant que recueil de ses enseignements. Cependant, d'autres affirment que le livre a une voix/un style singulier, il s'agit donc probablement du travail d'un auteur et non d'une compilation.

Un compromis prétend que Sun Tzu a existé et a écrit la majeure partie du livre, mais il a été ajouté et ajusté par ses étudiants et ses disciples, qui ont finalement inclus Sun Bin. Cela pourrait expliquer les disparités dans les informations, telles que la mention des arbalètes et le manque de cavalerie.

Ainsi, il y a trois points de vue principaux sur l'existence de Sun Tzu : Sun Tzu a existé et a écrit L'art de la guerre en 512 av. L'art de la guerre a été écrit par quelqu'un d'autre (peut-être quelques personnes) à la fin du 5ème siècle avant JC. Des bouts de bambou découverts à Yin-ch'ueh-shan en 1972 fournissent également la preuve que le livre a été achevé entre 500 et 430 av.

Les Yinqueshan Han Slips déterrés en 1972 incluent l'Art de la guerre de Sun Tzu, collection du Shandong Museum. (AlexHe34/CC PAR SA 3.0)

L'art de la guerre

L'art de la guerre fournit des lignes directrices pour la stratégie militaire et suggère au lecteur d'examiner ses ennemis et ses propres forces afin qu'il puisse agir en conséquence, désarmer ou vaincre son ennemi en utilisant des subterfuges et des stratagèmes, et n'avoir recours à la force brute que lorsque toutes les autres options échouent. La croyance est qu'une « guerre » politique est plus efficace qu'une bataille militaire.

Ainsi, le livre fournit un ensemble de tactiques et de stratégies pour les chefs et les commandants militaires pour manœuvrer leurs ennemis et leur apprend à prendre en compte le terrain en cas de combat. Il y a une forte pression sur la collecte d'autant de données que possible sur les pratiques, les mouvements, les tendances et les forces des ennemis. Cet aspect est immortalisé dans la citation de Sun Tzu, « Connaissez l'ennemi et connaissez-vous vous-même, et vous pouvez livrer cent batailles sans danger de défaite.

Cet exemplaire de The Art of War de Sun Tzu fait partie d'une collection de l'Université de Californie à Riverside. Il a été commandé ou transcrit par l'empereur Qianlong. (vlasta2/ CC BY 2.0 )

L'héritage de Sun Tzu

Sun Tzu a eu une carrière militaire réussie et des étudiants passionnés qui ont maintenu ses enseignements en vie, mais sans aucun doute, l'héritage le plus fort de Sun Tzu est L'art de la guerre . Les dirigeants politiques du monde entier ont mis en pratique les enseignements de ce livre.

  • Stratégies mortelles et tactiques impitoyables des anciens assassins
  • Un symbole légendaire né du chaos : la philosophie du Yin et du Yang
  • Shui-mu Niang-niang : la vieille mère des eaux qui a submergé une cité antique

Par exemple, Qin Shi Huang, le premier empereur d'une Chine unifiée, a utilisé des tactiques du livre pour mettre fin à la période des Royaumes combattants. Beaucoup plus tard, Mao Tsé-toung a également appliqué les stratégies contre les Japonais et dans la guerre civile chinoise des années 1930 et 1940, les commandants nord-vietnamiens Ha Chi Minh et Vo Nguyen Giap se sont inspirés des travaux de Sun Tzu dans leurs batailles contre les Français et Les Etats-Unis d'Amérique. Il a également été dit que Napoléon avait repris certaines des idées stratégiques de Sun Tzu en lisant des traductions du livre du général militaire chinois.

Beaucoup plus récemment, de nombreux appels ont également été lancés pour une résurgence de la façon dont Sun Tzu envisage la guerre, afin d'éviter autant que possible les conflits directs et les effusions de sang.


Qu'a fait Sun Tzu pour la Chine ?

En tenant compte de cela, en quoi Sun Tzu croyait-il ?

Sun Tzu était un ancien général militaire chinois, stratège et philosophe, qui est a cru avoir écrit le célèbre livre chinois ancien sur la stratégie militaire, &ldquoThe Art of War&rdquo. À travers ses légendes et l'influent &ldquoThe Art of War&rdquo, Sun Tzu avait un impact significatif sur l'histoire et la culture chinoise et asiatique.

De plus, quel empire Sun Tzu a-t-il créé ? Sun Tzu l'historicité est incertaine. L'historien de la dynastie Han Sima Qian et d'autres historiens chinois traditionnels l'ont placé comme ministre du roi Helü de Wu et ont daté sa vie de 544&ndash496 av.

Soleil Tzu
Période Printemps et automne
Sujet Stratégie militaire
Œuvres remarquables L'art de la guerre

A savoir aussi, que s'est-il passé à Sun Tzu ?

Soleil Tzu soi-disant mort lorsque le roi Helu a été tué en 496 av. Soleil Tzu enseigne que le premier principe de la guerre est la tromperie.


La bataille des théoriciens militaires : Clausewitz contre Sun Tzu

Mark McNeilly est l'auteur de "Sun Tzu and the Art of Modern Warfare" (Oxford University Press), dont cet article est dérivé. Le livre, récemment mis à jour, inclut désormais les guerres en Irak et en Afghanistan. McNeilly est apparu en tant que conférencier invité sur History Channel spécial sur l'art de la guerre de Sun Tzu et a parlé à l'US Air Force Air Command and Staff College sur les principes de l'art de la guerre de Sun Tzu. Il est également l'auteur de « Sun Tzu and the Art of Business : Six Strategic Principles for Managers ». Conférencier à l'Université de Caroline du Nord-Chapel Hill et ancien dirigeant d'entreprise, il a servi comme officier de réserve dans l'infanterie et l'artillerie de la Garde nationale de l'armée américaine. Vous pouvez en savoir plus sur suntzustrategies.com.

Pour la plupart des lecteurs d'histoire militaire, deux théoriciens se démarquent, le prussien Carl von Clausewitz et le chinois Sun Tzu. En plus de vivre à des époques très différentes (Clausewitz aux XVIIIe et XIXe siècles et Sun Tzu dans la Chine ancienne), le premier est originaire d'Occident et le second d'Orient. Le livre de Clausewitz Sur la guerre (publié pour la première fois en 1832) a eu une influence majeure sur la pensée militaire occidentale. L'officier prussien a développé les concepts de son livre basés sur l'observation et la participation aux guerres napoléoniennes. Pour autant que nous puissions le dire, Sun Tzu a vécu pendant une période de grand conflit en Chine appelée l'ère des États en guerre, dans laquelle sept États majeurs se disputaient le contrôle du pays. Sun Tzu a servi comme général de l'état de Ch'i et a écrit ses principes de guerre dans un livre que nous appelons L'art de la guerre. Il a eu une grande influence sur les dirigeants en Chine et au Japon et ses idées sur la stratégie sont également devenues populaires en Occident, non seulement parmi les militaires mais aussi parmi les hommes d'affaires. Alors que les philosophies stratégiques de Sun Tzu et Clausewitz s'alignent dans certains domaines, leurs idées sont diamétralement opposées dans d'autres domaines importants. Alors, lequel les professionnels militaires et les stratèges devraient-ils suivre ?

Sun Tzu considérait l'objectif de la guerre non pas comme la destruction totale de l'ennemi par une confrontation violente, mais comme « tout gagner sans se battre ». Son point de vue était que, « généralement en temps de guerre, la meilleure politique est de prendre un État intact pour le ruiner est inférieur à cela. » et aussi, « Gagner cent victoires en cent batailles n'est pas le summum de l'habileté. Soumettre l'ennemi sans combattre est le summum de l'habileté. Cet objectif pourrait être atteint non pas en attaquant directement la force de l'ennemi, mais grâce à une compréhension approfondie de ses capacités et en concentrant l'attaque sur sa faiblesse. "Une armée peut être comparée à de l'eau, car de même que l'eau qui coule évite les hauteurs et se précipite vers les plaines, de même une armée évite la force et frappe la faiblesse."

Ces attaques seraient masquées par la tromperie, lancées à des endroits inattendus et livrées à une vitesse aveuglante. Par L'art de la guerre, « Toute guerre est basée sur la tromperie » et « La vitesse est l'essence de la guerre. Profitez du manque de préparation de l'ennemi pour voyager par des routes inattendues et frappez-le là où il n'a pris aucune précaution. La combinaison de ces tactiques déséquilibrerait l'ennemi et le rendrait incapable de résister à ses assauts.

Clausewitz avait des idées très différentes sur la guerre, mais avant d'en discuter, examinons d'abord les principaux domaines dans lesquels je crois (sur la base des écrits de son traité Sur la guerre) Clausewitz serait d'accord avec Sun Tzu. Un point crucial de Clausewitz est que la guerre est une extension de la politique nationale et que les objectifs militaires doivent viser à atteindre et être subordonnés aux objectifs de la nation. La citation la plus célèbre de Clausewitz est probablement que « la guerre n'est que la poursuite de la politique par d'autres moyens ». Clausewitz élabore à ce sujet, déclarant que « l'objet politique est le but, la guerre est le moyen de l'atteindre, et les moyens ne peuvent jamais être considérés isolément de leur but ».

Les principes de Sun Tzu sont cohérents avec Clausewitz à cet égard. Il s'est rendu compte que les objectifs nationaux devraient déterminer la sagesse d'employer la puissance militaire, puis diriger et guider son utilisation une fois la décision prise de partir en guerre, « Normalement, lorsque l'armée est employée, le général reçoit d'abord ses ordres du souverain. . Il rassemble les troupes et mobilise le peuple. Il mélange l'armée en une entité harmonieuse et la campe.

Clausewitz serait également d'accord avec Sun Tzu sur la nécessité d'un « génie » militaire dans la guerre étant donné qu'il a consacré un chapitre entier au début de son livre sur le sujet. Il déclare que « le génie fait référence à une aptitude mentale très développée pour une occupation particulière compte tenu de l'arène dont nous discutons, une aptitude mentale très développée pour mener la guerre ». Comme expliqué dans le chapitre sur le leadership, Sun Tzu reconnaît également la nécessité du génie militaire.

Enfin, Clausewitz a inventé le terme friction.” Il a développé le point de vue selon lequel les frictions au combat rendaient les choses simples, difficiles, par conséquent, il était essentiel de planifier et de se préparer à surmonter les frictions. C'est un autre exemple de cohérence entre les deux théoriciens militaires.

Cependant, il existe un certain nombre de concepts avancés par Clausewitz qui diffèrent clairement de Sun Tzu et j'affirmerais qu'ils ont eu un effet négatif sur la guerre occidentale. Beaucoup sont entrelacés et dérivent avant tout de la préférence de Clausewitz pour la « guerre totale ». Fortement influencé par le succès de la mobilisation par la Révolution française de l'ensemble de la population française pour se battre, Clausewitz croyait qu'une nation doit mobiliser toutes ses ressources (militaires, économiques, diplomatiques et sociales, etc.) pour vaincre ses ennemis. Clausewitz a ensuite déclaré que l'objectif principal de la direction militaire d'un pays était de lancer une attaque majeure dans laquelle l'armée principale du pays se battrait contre les principales forces de l'ennemi dans une « bataille décisive » qui mettrait fin à la guerre favorablement. Le but de cette bataille décisive est la destruction de l'armée ennemie, de préférence à travers une bataille semblable à celle de Cannes dans laquelle des combats acharnés gagneraient la journée et les pertes amies étaient de peu d'importance. Une défaite majeure forcerait alors le perdant à demander la paix. Pour citer Clausewitz dans son deuxième chapitre intitulé « Objectif et moyens dans la guerre » :

« Notre discussion a montré que si dans la guerre de nombreux chemins différents peuvent conduire au but, à la réalisation de l'objet politique, le combat est le seul moyen possible. Tout est régi par la loi suprême, la décision par la force des armes. . En résumé : de tous les buts possibles de la guerre, la destruction des forces armées ennemies apparaît toujours comme le plus élevé.

Et voici Clausewitz de son chapitre « La bataille – suite : l'utilisation de la bataille » :

Peu importe comment une guerre particulière est menée et quels aspects de sa conduite nous reconnaissons par la suite comme étant essentiels, le concept même de guerre nous permettra de faire les déclarations sans équivoque suivantes :

1. La destruction des forces ennemies est le principe primordial de la guerre et, en ce qui concerne l'action positive, le principal moyen d'atteindre notre objectif.

2. Une telle destruction de forces ne peut généralement être accomplie que par des combats.

3. Seuls les engagements majeurs impliquant toutes les forces mènent à un succès majeur.

4. Les plus grands succès sont obtenus lorsque tous les engagements fusionnent en une grande bataille.

5. Ce n'est que dans une grande bataille que le commandant en chef contrôle lui-même les opérations qu'il est tout à fait naturel qu'il préfère se confier la direction de la bataille.

C'est dans ces points de vue que Clausewitz et Sun Tzu diffèrent grandement et sur la base de mon étude de la stratégie militaire dans l'histoire, j'adhère beaucoup plus aux points de vue de Sun Tzu dans ce domaine.

Premièrement, s'il est vrai que lorsque la guerre éclate, une nation doit mobiliser ses ressources pour l'emporter, il n'est pas nécessairement vrai qu'un pays devrait rechercher une « guerre totale » dans laquelle la destruction complète de l'ennemi est l'objectif et la survie de sa propre nation est mise en danger. C'est le désir d'une guerre totale qui a fait des millions de victimes au cours des deux guerres mondiales du XXe siècle. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'idée d'une guerre totale entre les « races » a conduit à une guerre inhumaine sur le front de l'Est et à l'asservissement et à l'anéantissement de millions de civils.

Sun Tzu soutiendrait que 1) gagner sans combattre (par exemple, résoudre la crise des missiles cubains par un blocus naval et une diplomatie non violents) est préférable et 2) si la guerre est inévitable, il est impératif d'avoir une stratégie qui réalise des objectifs nationaux spécifiques. objectifs avec le moins de destruction. De plus, même lorsqu'il est engagé dans une guerre totale, il est important de respecter les règles humanitaires qui limitent la souffrance humaine et la destruction physique.

L'idée que l'on devrait rechercher une bataille décisive en engageant la principale force ennemie n'a pas non plus été confirmée par l'histoire. Malgré la nette victoire d'Hannibal contre la principale armée romaine à Cannes, la bataille n'a pas été décisive. En fait, le vainqueur carthaginois de la bataille a finalement perdu la guerre. Gettysburg, Stalingrad, Midway et d'autres batailles majeures ont été des tournants majeurs dans diverses guerres, mais n'ont pas été en elles-mêmes décisives en termes de poursuite immédiate de la paix par le perdant. C'est la recherche d'une bataille décisive en Asie du Sud-Est qui a conduit les Français à Dien Bien Phu et les Américains à Khe Sanh, ni l'un ni l'autre n'ayant conduit au succès final. En effet, les écrits de Clausewitz, qu'ils soient interprétés correctement ou non, ont conduit les généraux à attaquer directement les forces ennemies, ce qui à son tour a entraîné d'énormes pertes et un succès limité.


3. Ruse et Reconnaissance

L'idée de Sun Tzu d'influencer les choix de son adversaire est essentielle à sa technique de combat. "Ce qui distingue Sun Tzu des journalistes occidentaux sur le plan méthodologique, c'est l'accentuation des composantes mentales sur le simple militaire", a déclaré Henry Kissinger dans On China. Ceci est discuté dans les sections qui détaillent les stratégies et les activités : la direction de l'avancée des militaires, la disposition des archers, l'accumulation des connaissances. Chacun est fait d'une manière qui trompe l'ennemi et établit une supériorité mentale sur lui. Cela peut également être appliqué dans la vie normale. Les idées de reconnaissance et de tromperie de l'ennemi sont courantes dans The Art of War.


Comment Sun Tzu gérerait-il la crise du COVID-19 ?

Sun Tzu a vécu à une époque de grands troubles et de guerre. Il a vu des milliers de morts sur le champ de bataille et il a connu la souffrance du peuple à cause des effets de la guerre. Sun Tzu aurait été un grand stratège pendant la crise du COVID-19. Il savait penser clairement en temps de crise.

Stratégie clé n°1. Il a fait ses recherches sur ses ennemis

« Connaissez votre ennemi comme vous vous connaissez vous-même, et vous pourrez livrer cent batailles sans désastre. »

En grand stratège, il a fait ses recherches. Il n'a jamais engagé son armée dans aucune action à moins qu'il ne connaisse les faiblesses de son ennemi. Une fois la bataille commencée, il a su gagner.

En ces temps difficiles, le plus grand ennemi est l'incertitude. Les économies sont en difficulté et l'avenir est indécis. La leçon? Si votre organisation veut survivre, vous devez rechercher de nouvelles façons d'obtenir un avantage concurrentiel.

Stratégie clé #2. Il a abordé la guerre sous toutes ses facettes

« Déplacez-vous vite comme le vent et étroitement formé comme le bois. Attaquez comme le Feu et restez immobile comme la Montagne.

Sun Tzu avait une approche très complète et sophistiquée de la guerre. Il savait qu'il ne s'agissait pas seulement de la force des armes. Il a également appliqué une approche logistique et psychologique à la guerre.

Il s'assurait que ses hommes étaient bien approvisionnés et il étudiait le comportement des généraux ennemis. La leçon est que nous devons aborder nos préparatifs de crise avec autant de prévoyance et de minutie que Sun Tzu.

Stratégie clé #3. Il a appris des batailles passées

« Si vous connaissez l'ennemi et vous connaissez vous-même, vous n'avez pas à craindre le résultat de cent batailles. Si vous vous connaissez vous-même mais pas l'ennemi, pour chaque victoire remportée, vous subirez également une défaite. Si vous ne connaissez ni l'ennemi ni vous-même, vous succomberez à chaque bataille.

Sun Tzu n'est pas devenu un général renommé en étant négligent. Il était méticuleux dans toute sa planification. Il a appris des batailles passées. Il a rassemblé toutes les informations des anciennes batailles, quel que soit le résultat.

Si vous voulez vous préparer à la crise du COVID-19, utilisez vos erreurs comme des opportunités d'apprentissage.

Sun Tzu était l'un des plus grands esprits militaires de l'histoire. Il prépare son armée à la guerre sous toutes ses facettes. La leçon ici est de planifier jusque dans les moindres détails. Il n'y a pas de répétition pour vous. Faites-le bien. Nous pouvons tous tirer une plume de sa casquette et nous préparer en ces temps d'incertitude.

Écrit par Ashton Bishop et Christopher Bishop

Ashton Bishop est le penseur prédateur de l'Australie - un expert dans l'identification de la façon dont les entreprises peuvent se développer en surpassant leurs concurrents. Son créneau est la stratégie, où il a passé les 20 dernières années à travailler à l'international sur certaines des plus grandes marques du monde. C'est un propriétaire d'entreprise et un entrepreneur en série stimulant, parfois même controversé, mais toujours concentré sur ce qui donne des résultats.

Chris Bishop a travaillé pendant quelques années comme monteur en mécanique avant d'entrer dans le domaine de l'enseignement. Il est ensuite passé aux ressources humaines où il a travaillé dans l'industrie des pâtes et papiers et a été pendant quelques années directeur des ressources humaines pour Norske Skog Australasie. Il passe maintenant son temps à écrire de la poésie et de l'écriture créative tout en étant fortement impliqué dans l'Université du troisième âge dans son état d'origine, la Tasmanie.


3. Lao Tseu (老子)


Image via Wikimedia Commons

"Un bon voyageur n'a pas de plans fixes et n'a pas l'intention d'arriver." On dit que Winnie l'ourson incarne sa philosophie et George Lucas a utilisé son concept de The Way comme The Force pour ses Jedis, tandis que les historiens soutiennent qu'il pourrait être lui-même une œuvre de fiction. En tant qu'auteur du Tao Te Ching, Lao Tseu (autrement connu sous le nom de « Laozi ») est considéré comme le père du taoïsme et vénéré comme une divinité et « l'un des trois purs », avec Confucius et Bouddha.


Top 10 des plus grands généraux de l'histoire chinoise

Dans la longue histoire chinoise, il y a d'innombrables généraux militaires et stratèges éminents, même aujourd'hui, on parle encore souvent de leurs actes glorieux. Voici une liste des 10 généraux chinois les plus célèbres de l'histoire.

1. Sun Wu

Sun Zi, ou Sun Tzu, était un général militaire de premier plan pendant la période des printemps et des automnes (770-476 av. J.-C.) qui est toujours considéré comme l'un des plus grands stratèges militaires en Chine et même dans le monde. Sun Zi a écrit le célèbre livre de stratégie de guerre “The Art of War“, qui montre aux gens sa philosophie militaire en seulement 13 chapitres avec 5 000 mots. Aujourd'hui, de nombreux dirigeants politiques et entrepreneurs dans le monde utilisent « L'art de la guerre » comme guide de stratégie et de leadership.

2. Wu Qi

Wu Qi, un chef militaire de la période des Royaumes combattants (475-221 av. J.-C.), était le maître de diriger une armée. Lorsqu'il servait dans l'État de Wei, il mena de nombreuses grandes batailles. Plus tard, après avoir été séparé de son seigneur, Wu Qi s'est rendu dans l'État de Chu et a agi en tant que Premier ministre. Il a effectué de nombreuses réformes qui ont transformé Chu en un État fort. Il a été tué après la mort du roi Dao de Chu par l'ancienne noblesse car ses réformes étaient contre les intérêts des nobles. Il a laissé une œuvre militaire précieuse nommée "Wu Qi Art of War". Lui et Sun Wu ont souvent été salués comme les deux plus grands stratèges militaires chinois.

3. Li Jing

Li Jing (571-649) était un général militaire exceptionnel au début de la dynastie Tang. Il a participé aux batailles de réunification du pays et de résolution des problèmes frontaliers. Li Jing a composé un certain nombre de livres sur l'art de la guerre, tels que Li Jing Liu Jun Jing. Cependant, la plupart de ses livres ont été perdus. Son seul livre restant s'intitule "Questions et réponses entre Tang Taizong et Li Weigong", qui est un dialogue sur les questions de stratégie militaire entre lui et l'empereur Taizong.

4. Poubelle solaire 孙膑

Sun Bin était un éminent stratège militaire pendant la période des Royaumes combattants (475-221 av. J.-C.). Sun, en tant que commandant militaire, a remporté une victoire décisive à la bataille de Guiling et à la bataille de Maling contre l'État de Wei. Sun a écrit le livre « L'art de la guerre de Sun Bin », qui était un autre livre militaire important après celui de Sun Wu « L'art de la guerre ».

5. Han Xin

Han Xin (mort en 196 avant JC) était un brillant militaire et l'un des fondateurs de la dynastie des Han occidentaux (206 avant JC-24 après JC). Han Xin commanda et remporta de nombreuses batailles importantes dans le processus de fondation des Han occidentaux. Il reçut plus tard le titre de roi de Chu pour ses réalisations militaires. Cependant, Liu Bang, l'empereur des Han occidentaux, craignait que l'influence croissante de Han Xin ne réduise son autorité et a tué Han Xin en l'accusant de participer à une rébellion.

6. Li Shimin

Li Shimin (599-649) était le deuxième empereur de la dynastie Tang et un éminent commandant militaire. Avec son père Li Yuan, il se leva pour lutter contre la dynastie Sui à Taiyuan en 617, puis vainquit plusieurs autres groupes militaires et fonda finalement la dynastie Tang.

7. Yue Fei

Yue Fei (1103-1142 après JC) est un général célèbre de la dynastie des Song du Sud (1127-1279). Yue Fei a accompli de grands exploits dans des centaines de batailles contre les troupes Jin du nord de la Chine. Il était largement considéré comme un patriote et un héros folklorique national dans la culture chinoise.

8. Cao Cao 曹操

Cao Cao (155 – 220) était un grand général à la fin de la dynastie Han. Il a jeté les bases de l'état de Cao Wei. Cao Cao était considéré comme un souverain brillant et un génie militaire qui valorisait le travail de promotion des talents. Il était également doué pour l'écriture et responsable de nombreux poèmes et journaux de guerre.

9. Chen Qingzhi

Chen Qingzhi était un éminent général de la dynastie Liang. Dans sa célèbre bataille en 530, il a vaincu l'armée d'un million de soldats des Wei du Nord avec seulement 7 000 soldats, ce qui a fait de lui un commandant célèbre dans l'histoire chinoise.

10. Bai Qi

Bai Qi (mort en 257 av. J.-C.) était un général très célèbre de l'État de Qin pendant la période des Royaumes combattants et ses succès militaires ont jeté de bonnes bases pour l'unification de la Chine par le futur empereur Qin Shihuang. Selon les archives historiques, il a remporté plus de 70 batailles et n'en a jamais perdu une seule. Au cours de sa vie, ses troupes ont tué plus d'un million de soldats.

Connaissez-vous d'autres chefs militaires chinois ? Veuillez partager vos commentaires ci-dessous.


Leçon de stratégie Sun Tzu numéro six

« La qualité de la décision est comme le coup d'un faucon au bon moment qui lui permet de frapper et de détruire sa victime. »

Une décision d'agir seulement va réussir si l'action est appropriée à la situation présentée. Having a quality strategy is very important, but being able to recognize the moment to strike and execute various aspects of your strategy is a very important skill as well.

This takes practice and requires you to be attuned with what is occurring in your respective marketplace.

The good thing is that as you continue to practice and this valuable skill you’ll notice that the law of attraction will kick in. More and more opportunities will come your way.

This brings us to our final Sun Tzu lesson on strategy.


Sun Tzu

Sun Tzu was an ancient Chinese military general, strategist and philosopher.

The oldest available sources disagree as to where Sun Tzu was born. The Spring and Autumn Annals states that Sun Tzu was born in Qi, while the later Records of the Grand Historian states that Sun Tzu was a native of Wu. Sun Wu was born somewhere in north-east of China, some time in 500 BC.

As a legendary man he has got many names - Sun Wu, 孙武, 孫武, Sūn Wǔ, Chang Qing, Changqing, 長卿, Sun Tzu, Sun Tzi, 孙子, 孫子, Sunzi, Sūnzǐ.

Wu is his first name, Sun is surname and Tzu is a suffix for the family name of a respectable man in ancient Chinese culture.

When King Helu of Wu conquered the State of Chu, Sun Wu suddenly vanished without even mentioning anyone. That was his last stratagem.

Some scholars completely deny the existence of a historical figure named Sun Wu. Nevertheless the number of translations of this Chinese classic grows, all titled “The Art of War”.


Chinese similar to or like Sun Tzu

Era in ancient Chinese history characterized by warfare, as well as bureaucratic and military reforms and consolidation. It followed the Spring and Autumn period and concluded with the Qin wars of conquest that saw the annexation of all other contender states, which ultimately led to the Qin state's victory in 221 BC as the first unified Chinese empire, known as the Qin dynasty. Wikipédia

Chinese philosopher and politician of the Spring and Autumn period who was traditionally considered the paragon of Chinese sages. The philosophy of Confucius, also known as Confucianism, emphasized personal and governmental morality, correctness of social relationships, justice, kindness, and sincerity. Wikipédia

Influential Chinese philosopher who lived around the 4th century BC during the Warring States period, a period corresponding to the summit of Chinese philosophy, the Hundred Schools of Thought. Credited with writing—in part or in whole—a work known by his name, the Zhuangzi, which is one of the foundational texts of Taoism. Wikipédia

The Hundred Schools of Thought were philosophies and schools that flourished from the 6th century to 221 BC during the Spring and Autumn period and the Warring States period of ancient China. Fraught with chaos and bloody battles, but it was also known as the Golden Age of Chinese philosophy because a broad range of thoughts and ideas were developed and discussed freely. Wikipédia

Ancient Chinese military treatise dating from the Late Spring and Autumn Period . Attributed to the ancient Chinese military strategist Sun Tzu , is composed of 13 chapters. Wikipédia

Zhou dynasty vassal state. King Wu of Chu in the early 8th century BCE. Wikipédia

Founded. China's armies have long benefited from this rich strategic tradition, influenced by texts such as Sun Tzu's The Art of War, that have deeply influenced military thought. Wikipédia

Chinese dynasty that followed the Shang dynasty and preceded the Qin dynasty. The Zhou dynasty lasted longer than any other dynasty in Chinese history (790 years). Wikipédia

About the state of Wei during the Warring States period. For the earlier, smaller state, see Wey (state). Wikipédia

Classic Chinese work on military strategy attributed to Wu Qi. Considered one of China's Seven Military Classics. Wikipédia

Collective term for ancient peoples found in Chinese records. The definition of Dongyi varied across the ages, but in most cases referred to inhabitants of eastern and northeastern China, then later, the Korean peninsula, and Japan. Wikipédia

Ancient Chinese military general of the Wei state during the Warring States period. Fellow student of Sun Bin and both of them studied military strategy together under the tutelage of the hermit Guiguzi. Wikipédia

Ancient Chinese state during the Zhou dynasty. Ji . Wikipédia

Common English translation of the Chinese term sìyí 四夷 for various peoples living outside the borders of ancient China, namely, the Dōngyí "Eastern Barbarians", Nánmán "Southern Barbarians", Xīróng "Western Barbarians", and Běidí "Northern Barbarians". Ultimately, the four barbarian groups were either partly assimilated through Sinicization and absorbed into the Chinese Civilization in the later Chinese Dynasties or emigrated away from the Chinese heartland. Wikipédia