Podcasts sur l'histoire

Siège de Fort Fisher, 13-15 janvier 1865

Siège de Fort Fisher, 13-15 janvier 1865


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Siège de Fort Fisher, 13-15 janvier 1865

Au début de 1865, le seul port encore ouvert à la Confédération était Wilmington, en Caroline du Nord. Le port lui-même était situé à vingt milles en amont de la rivière Cape Fear. L'embouchure de la rivière était protégée par Fort Fisher, une fortification massive de près d'un mile de long qui faisait face à l'Atlantique. Construit en sable sur une charpente en rondins, il était presque insensible aux bombardements de l'Union. Le fort était équipé de 47 gros canons et dominait les abords du fleuve (vingt canons côté terre, le reste face à la mer).

La première attaque de l'Union sur Fort Fisher avait été une sorte de fiasco. Le général Benjamin Butler avait décidé de couler un navire rempli de poudre à canon devant le fort dans l'espoir qu'il ferait un trou dans les défenses des soldats de l'Union. L'explosion a eu lieu, mais n'a pas eu d'impact sur les défenses. Butler a réussi à débarquer son infanterie devant le fort encore intact, mais a abandonné toute tentative d'assaut face à de solides défenses intactes.

Après cet échec, Butler est démis de ses fonctions et remplacé par le général Alfred Terry. Terry avait le soutien d'une flotte fédérale de 60 hommes et d'une armée de 8 000 hommes, ainsi que d'une force de marines. Contre lui, les défenseurs du fort pouvaient rassembler 2 000 hommes.

Terry tenta une attaque plus traditionnelle. Le 13 janvier, il débarqua son infanterie au nord du fort, en même temps qu'il entamait un bombardement naval massif qui mit lentement hors de combat tous les canons terrestres ou les rendit trop dangereux à tirer. Le bombardement a duré deux jours, avant que Terry ne lance son attaque d'infanterie le 15 janvier. 4 500 fantassins ont attaqué le long de la péninsule, tandis que 2 000 autres marines ont attaqué depuis la côte atlantique.

Malgré les bombardements, la position confédérée reste solide et les défenseurs, en infériorité numérique, parviennent à infliger 1 000 pertes aux assaillants (184 morts, 749 blessés et 22 disparus) avant d'être finalement contraints de se rendre. La perte de Fort Fisher a fermé Willington en tant que port de blocus. Il a aidé Sherman dans sa marche à travers les Carolines et Grant devant Richmond. La dernière source d'approvisionnement à l'étranger de Lee a été fermée.


À la fin de 1864, Wilmington, Caroline du Nord est devenu le dernier grand port maritime ouvert aux coureurs de blocus confédérés. Situées sur la rivière Cape Fear, les approches maritimes de la ville étaient gardées par Fort Fisher, qui était situé à la pointe de Federal Point. Inspiré de la tour Malakoff de Sébastopol, le fort était en grande partie construit en terre et en sable, ce qui offrait une meilleure protection que les fortifications en brique ou en pierre. Un formidable bastion, le fort Fisher a monté un total de 47 canons avec 22 dans les batteries au large et 25 face aux approches terrestres.

Initialement une collection de petites batteries, le fort Fisher a été transformé en forteresse suite à l'arrivée du colonel William Lamb en juillet 1862. Conscient de l'importance de Wilmington, le lieutenant général de l'Union Ulysses S. Grant a envoyé une force pour capturer le fort Fisher en décembre 1864. Dirigé par le major Général Benjamin Butler, cette expédition s'est soldée par un échec plus tard dans le mois. Toujours désireux de fermer Wilmington à la navigation confédérée, Grant envoya une deuxième expédition vers le sud début janvier sous la direction du major général Alfred Terry.


Siège de Fort Fisher, 13-15 janvier 1865 - Histoire


Années de guerre civile, 1865, T-shirts et souvenirs de la marchandise officielle de la meilleure histoire de l'Amérique.

Conseil de voyage ABH


Les sites du National Park Service sont mis à votre disposition pour que vous profitiez de l'histoire et des possibilités de loisirs qui s'y trouvent. Veuillez prendre le temps de garder vos parcs propres et de respecter les trésors historiques qui s'y trouvent.

Photo ci-dessus : Église épiscopale St. Paul, Richmond. Église où le message du général Lee parvint au président confédéré Jefferson Davis lui disant que Petersburg était tombée et qu'il devait évacuer Richmond.

Chronologie de la guerre civile - Batailles majeures

Pendant quatre ans, de 1861 à 1865, des batailles se sont déroulées dans le paysage des États-Unis, opposant frère contre frère dans une guerre civile qui allait changer à jamais l'histoire des États-Unis. Plus de 720 000 de nos citoyens périraient dans la bataille pour les droits de l'État et l'esclavage. Des batailles majeures ont eu lieu de la Pennsylvanie à la Floride, de la Virginie au Nouveau-Mexique, et à la fin, il y aurait une nation, sous Dieu, et indivisible, ce dernier trait en danger pendant la première moitié des années 1860. Les batailles énumérées ci-dessous sont considérées comme des batailles de classe A/B (décisive/majeure) par l'American Battle Protection Program du National Park Service.

Commanditez cette page pour 150 $ par année. Votre bannière ou annonce textuelle peut remplir l'espace ci-dessus.
Cliquez sur ici pour parrainer la page et comment réserver votre annonce.

13-15 janvier 1865 - Deuxième bataille de Fort Fisher - Classe A. Force : Union 12.000, 58 navires Confédérés 8.300. Victimes : Union 1.057 Confédérés 1.900. L'assaut de l'armée et de la marine de l'Union contre le fort de Caroline du Nord capture le dernier bastion restant sur la côte pour la Confédération.

5-7 février 1865 - Bataille de Hatcher's Run - Classe B.
Force : Union 34 517 Confédérés 13 835.
Pertes : Union 1.539 Confédérés 1.161.
Plan de l'Union pour une offensive pendant le siège de Petersburg d'envoyer de la cavalerie sous le général David McM. Gregg pour détruire la ligne d'approvisionnement entre Boydton Plank Road et le Weldon Railroad à l'ouest de la ville. Considéré comme une victoire de l'Union, bien que leur avance ait été interrompue et que la route d'approvisionnement soit toujours ouverte aux approvisionnements confédérés.

2 mars 1865 - Bataille de Waynesboro - Classe B.
Force : Union 2 500 Confédérés 1 600.
Pertes : 1 500 confédérés de l'Union 9, dont plus de 1 000 capturés.
Bataille finale pour le général confédéré Jubal Tôt dans la vallée de Shenandoah contre la cavalerie des généraux Sheridan et Custer. Le général Early s'échapperait.

19-21 mars 1865 - Bataille de Bentonville - Classe A.
Force : Union 2 500 Confédérés 1 600.
Pertes : Union 1.527 Confédérés 2.606.
Bataille finale entre l'armée de l'Union du général Sherman alors qu'elle poussait vers le nord après la marche vers la mer contre le général confédéré Joseph Johnston.

25 mars 1865 - Bataille de Fort Stedman - Classe A.
Force : Union 15 000 Confédérés 10 000.
Victimes : Union 1 044 Confédérés 4 000.
L'attaque confédérée avant l'aube contre la fortification fédérale le long de la ligne de siège de Petersburg était une dernière tentative désespérée pour briser la ligne. Le général John B. Gordon est repoussé par le général de l'Union John B. Parke et des membres du 9e corps.

27 mars - 8 avril 1865 - Bataille du fort espagnol - Classe B.
Force : Union 30 000 Confédérés 2 500.
Pertes : Union 657 Confédérés 744.
Spanish Fort, la défense orientale de Mobile Bay, a été assiégé par le général de l'Union E.R.S. Canby et dépassé. La plupart des soldats confédérés se sont échappés, mais le fort n'était plus une menace.

31 mars 1865 - Bataille de White Oak Road - Classe A.
Force : Union 22 000 Confédérés 8 000.
Victimes : Union 1 870 Confédérés 800.
Action offensive finale du général Robert E. Lee pendant le siège de Petersburg pour empêcher Grant de couper les lignes d'approvisionnement et d'étendre le front confédéré. Malgré le succès initial de Lee, une victoire de l'Union s'ensuit, menant à la bataille de Five Forks le lendemain.

1er avril 1865 - Bataille des cinq fourchettes - Classe A.
Force : Union 22 000 Confédérés 10 600.
Victimes : Union 830 Confédérés 2 950.
Au sud-ouest de la principale ligne de siège de Petersburg, les troupes de l'Union du général Sherman combattent le général confédéré Pickett pour le contrôle de la jonction du Southside Railroad à Five Forks. Cette perte, combinée à la perte le lendemain à Third Petersburg par le général Lee, a incité Lee à tenter de s'échapper à l'ouest et au sud, menant finalement à Appomattox.

2 avril 1865 - Bataille de Selma - Classe B.
Force : Union 9 000 Confédérés 4 000.
Pertes : Union 359 Confédérés 2 700.
La cavalerie de l'Union du général James Wilson a combattu la cavalerie du général Nathan Bedford Forrest après sa retraite dans la ville. Union a franchi les lignes à divers endroits, provoquant la reddition de la ville. Forrest s'échapperait.

2 avril 1865 - Troisième bataille de Pétersbourg - Classe A.
Force : Union 114 335 Confédérés 40-45 000.
Pertes : Union 3 936 Confédérés 5 000.
Après la victoire de Five Forks, le général Grant attaque les retranchements confédérés à Petersburg au sud et au sud-ouest de la ville, exposant le flanc droit et l'arrière confédérés. Les forces confédérées restantes fuient à la fois Petersburg et Richmond dans la nuit du 2 au 3 avril.

2-9 avril 1865 - Bataille de Fort Blakely - Classe A.
Force : Union 45 000 Confédérés 4 000.
Victimes : Union 629 Confédérés 2 900.
Combattu quelques heures après la reddition de Lee à Appomattox, cette dernière action principale de la guerre civile a vu les troupes de l'Union prendre d'assaut le fort Blakely lors de la campagne mobile.

6 avril 1865 - Bataille de Sailor's Creek - Classe B.
Force : Union 25-26.000 Confédérés 18.500.
Pertes : 1 148 confédérés de l'Union 7 700, y compris capturés.
Trois engagements presque simultanés dans cette bataille sur la route d'Appomattox Hillsman's House, Marshalls Crossroads et Lockett's Farm, ont vu la capture d'un reste important de la force confédérée alors qu'elle tentait de marcher vers l'ouest, puis vers le sud après avoir quitté Petersburg pour rencontrer le général Joseph L'armée de Johnston en Caroline du Nord.

7 avril 1865 - Bataille d'Appomattox Station - Classe A.
Force : Union 4 000 Confédérés 3 000.
Victimes : Union 45-118 confédérés inconnu tués/blessés, 1 000 remis/libérés sur parole.
Alors que Lee tentait de rencontrer ses trains de ravitaillement à la gare d'Appomattox, la cavalerie de Sheridan et Custer a contrecarré la réunion à la gare en réquisitionnant les trains, puis s'est engagée dans une bataille rapide à trois kilomètres de là.


La chute de Fort Fisher

Au 15 janvier 1865, Fort Fisher, surnommé « Gibraltar du Sud », tombe aux mains des troupes de l'Union.

Construit sur une péninsule connue sous le nom de Federal Point à l'embouchure de la rivière Cape Fear, à 29 km au sud de Wilmington, Fort Fisher était la plus grande fortification en terre de la Confédération. Il gardait le port de Wilmington et, à ce titre, était le fort côtier le plus puissant du sud.

Fort Fisher était la dernière bouée de sauvetage dans les derniers mois de la guerre civile, permettant aux coureurs de blocus de profiter de la rivière Cape Fear pour acheminer les fournitures aux troupes à l'intérieur des terres.

Les 23 et 24 décembre 1864, l'Union Navy bombarde le fort. Dans le même temps, les forces du fort ont été renforcées avec environ 600 hommes supplémentaires de Wilmington, portant leur nombre à environ 2 000. La marine de l'Union attaqua à nouveau le 13 janvier 1865. Après deux jours, les forces de l'Union dirigées par le général Alfred Terry submergèrent les défenseurs confédérés dirigés par le major général W.H.C. Whiting et le colonel William Lamb, et capturé Fort Fisher.

La chute de Fort Fisher a privé l'armée de Robert E. Lee de sa dernière connexion avec l'extérieur et a marqué le début de la campagne de Wilmington, qui a également entraîné la chute de Fort Anderson et l'occupation de Wilmington.

L'attaque de l'Union sur le fort a été la plus grande attaque amphibie des forces américaines jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

Pour en savoir plus sur l'histoire, les arts et la culture de la Caroline du Nord, visitez Cultural Resources en ligne. Pour recevoir ces mises à jour automatiquement chaque jour abonnez-vous par e-mail en utilisant la case à droite et suivez-nous sur Facebook, Twitter et Pinterest.


TROUPES DE COULEUR DES ÉTATS-UNIS

Aperçu : organisé au Camp Delaware, Ohio, le 16 janvier 1864. Commandé à Annapolis, Maryland Attaché à la 1re Brigade, 4e Division, 9e Corps, Armée du Potomac, jusqu'en septembre 1864. 1re Brigade, 3e Division, 9e Corps, jusqu'en décembre 1864. 1re brigade, 1re division, 25e corps, décembre 1864. 1re brigade, 3e division, 25e corps, jusqu'en janvier 1865. 3e brigade, 3e division, 25e corps, jusqu'en mars 1865. 3e brigade, 3e Division, 10e Corps, Département de Caroline du Nord, jusqu'en juillet 1865. Département de Caroline du Nord jusqu'en septembre 1865.

Service : -Campagne du Rapidan à la James River, Virginie, mai-juin 1864. Trains de garde de l'armée du Potomac à travers le désert. Avant Pétersbourg du 15 au 19 juin. Siège de Petersburg et Richmond 16 juin au 7 décembre 1864. Explosion de mine, Petersburg, 30 juillet 1864. Weldon Railroad 18-21 août. Église Poplar Grove 29-30 septembre et 1er octobre. Boydton Plank Road, Hatcher's Run, 27-28 octobre. Sur le front des Bermudes jusqu'au 1er décembre. 1ère expédition à Fort Fisher, N.C., 7-27 décembre. 2e expédition à Fort Fisher, N.C., 7-15 janvier 1865. Bombardement de Fort Fisher 13-15 janvier. Assaut et capture de Fort Fisher le 15 janvier. Sugar Loaf Hill le 19 janvier.
Point fédéral 11 février. Fort Anderson 18-20 février. Prise de Wilmington le 22 février. Northeast Ferry le 22 février. Campagne des Carolines du 1er mars au 26 avril. Avance sur Kinston et Goldsboro du 6 au 21 mars. Pont de Cox les 23 et 24 mars. Avancez sur Raleigh du 9 au 14 avril. Occupation de Raleigh le 14 avril. Maison de Bennett le 26 avril. Reddition de Johnston et de son armée. Service dans le département de Caroline du Nord jusqu'en septembre. Rassemblé le 21 septembre 1865.
Soldats : Afficher les soldats de l'unité de combat »


Deuxième bataille de Fort Fisher

Avec l'échec du premier assaut de l'Union contre Fort Fisher, l'amiral Porter rejeta la responsabilité de l'échec sur l'incompétence du général Butler et se plaignit à Ulysses S. Grant que l'opération aurait réussi à capturer Fort Fisher si Butler n'avait pas annulé le assaut planifié. Grant, en raison de ses objectifs stratégiques plus larges consistant à sceller l'isolement de la Confédération et à sécuriser une base côtière pour soutenir la marche du major-général William T. Sherman en Caroline du Nord, a reconnu l'importance de capturer Fort Fisher et a remplacé le général Butler par le major-général Alfred H. Terry en tant que commandant de l'assaut et a augmenté la taille de la force d'assaut dans l'espoir qu'une force plus importante et un commandant plus compétent réussiraient à couper la dernière bouée de sauvetage de la Confédération. (McCaslin 2003, 66) En effet, avant le deuxième assaut de l'Union sur Fort Fisher, le général Robert E. Lee a informé le colonel Lamb, le commandant de Fort Fisher, de l'importance de la structure dans la protection du port de Wilmington, expliquant qu'il ne serait pas pouvoir continuer la guerre sans les approvisionnements vitaux qui passaient par Wilmington et que si Wilmington devait tomber, il "ne pourrait pas sauver Richmond". fournitures essentielles, que le deuxième assaut de l'Union sur Fort Fisher a commencé.

La force d'assaut de l'Union, portée à 8 897 soldats sur les 6 500 d'origine et nouvellement armée de quarante-quatre canons et mortiers avec lesquels engager le fort (McCaslin 2003, 67) est arrivée avec la flotte de l'Union le 13 janvier 1865 et, tout comme la première assaut, l'Union a commencé l'engagement avec un bombardement d'artillerie lourde visant à endommager les ouvrages défensifs du fort et à neutraliser ses canons. (Point 45) Cette fois, cependant, le général Terry nouvellement nommé n'a pas perdu de temps pour débarquer sa force d'assaut et les premiers soldats de l'Union ont commencé à débarquer peu après le début du bombardement d'artillerie. (McCaslin 2003, 67) Le bombardement de l'Union était nettement plus précis et à plus grande échelle que ceux qui ont eu lieu lors de la première bataille de Fort Fisher et la flotte de l'Union, consciente de l'emplacement de l'artillerie confédérée en raison de leurs éclairs de bouche, a commencé à détruire les emplacements de canons confédérés avec un tir concentré. (Robinson 1998, 153) Le bombardement d'artillerie a eu un effet terrible sur le fort, le colonel Lamb déclarant qu'il était impossible de réparer les dommages sur la façade terrestre la nuit, aucun repas ne pouvait être préparé pour la garnison épuisée et pas plus de trois ou quatre de mes canons terrestres étaient utilisables. » (Robinson 1998, 155) Couplé au manque de renforts adéquats, le bombardement de l'Union a rendu la situation extrêmement intenable pour la garnison confédérée. (McCaslin 2003, 71) Le 15 janvier 1865, après deux jours de bombardements intensifs, l'assaut de l'artillerie de l'Union avait tué plusieurs centaines de soldats et désactivé seize des vingt armes d'artillerie sur la face terrestre du fort, préparant la voie à la force d'assaut de l'Union. commencer par l'attaque terrestre de Fort Fisher. (McCaslin 2003, 73)

Après trois heures de tirs navals nourris, la flotte de l'Union a signalé l'arrêt du bombardement et l'assaut terrestre a commencé vers 15h00 le 15 janvier. l'extrémité de la face de terre, ils ont été repoussés au milieu d'un feu nourri confédéré qui a entraîné une énorme perte de vie parmi les attaquants. (Article 50) Cependant, face à des combats acharnés, les troupes de l'armée sous le commandement du général Terry ont réussi à sécuriser l'extrémité ouest de la terre face aux soldats de l'Union, blessant avec succès le colonel William Lamb et le major-général William Whiting, les dirigeants des forces confédérées à Fort Fisher. (Article 50) Bien que la force d'assaut de l'Union ait réussi à percer les murs, le combat au corps à corps brutal avait également entraîné des pertes importantes de l'Union et bloqué la progression de l'assaut, incitant le général Terry à envisager d'annuler l'assaut et de retrancher le troupes pour commencer un siège de Fort Fisher. (Gragg 1991, 210) Les conseillers de Terry, cependant, croient que la victoire était à portée de main et ont conseillé au général de l'Union de tout risquer dans un assaut final pour dépasser les défenseurs hésitants et terminer le travail avec succès. (Gragg 1991, 212)

À 20h00 le 15 janvier, le bombardement de l'Union et l'assaut terrestre avaient tellement dévasté le fort et sa garnison qu'il a été conseillé à l'agneau blessé de rendre le fort afin d'éviter de nouvelles effusions de sang, mais en raison de la dépendance de Robert E. des fournitures venant de Wilmington, Lamb a juré que le fort tiendrait aussi longtemps qu'il serait en vie, Whiting faisant écho à ses sentiments. (Robinson 1991, 179) Avec les deux commandants de Fort Fisher blessés, la défense de la forteresse confédérée est tombée au major James Reilly qui a organisé une contre-attaque désespérée pour tenter de forcer les soldats de l'Union à quitter les murs. (McCaslin 2003, 84) Cette contre-attaque a cependant échoué, et avec l'échec de sa contre-attaque désespérée, le major Reilly s'est rendu compte que les confédérés ne pouvaient plus tenir le fort et a offert son épée au capitaine de l'Union E. Lewis Moore dans un geste traditionnel de reddition. . (McCaslin 2003, 88) Cependant, ce n'est que vers 22h00 le 15 janvier 1865 que la reddition confédérée de Fort Fisher a été officialisée lorsque le major-général William Whiting a cédé le contrôle du fort au major-général Alfred Terry (Robinson 1998, 180) qui représentait l'équivalent de la fermeture du port de Wilmington par la flotte de l'Union, empêchant l'arrivée ou le départ de futurs coureurs de blocus et coupant l'emprise confédérée sur l'un de ses hubs d'approvisionnement les plus essentiels. (Article 50)


Siège de Fort Fisher, 13-15 janvier 1865 - Histoire


HISTOIRE DU NH
UNE FONCTION SPÉCIALE

L'historien de la guerre civile Duane Schaffer propose cette histoire émouvante d'hommes du New Hampshire combattant en Caroline du Nord. Lisez à propos des héros NH de Douvres, Rollinsford, Chester, Wolfeboro et plus encore. Cet extrait provient du nouveau livre de l'auteur MEN OF GRANITE et est une exclusivité de SeacaostNH.com. (Cliquez pour lire)

En janvier 1865, il y avait encore plusieurs armées confédérées sur le terrain et une poignée de ports maritimes fonctionnels aux mains du Sud. L'Union ne pouvait être couronnée de victoire tant que ces armées et ces ports n'étaient pas vaincus. La possibilité de la défaite de la Confédération ne semblait pas probable au tournant de l'année. Ben Butler avait échoué dans son attaque contre Fort Fisher en décembre, et maintenant une deuxième tentative devait être faite à la mi-janvier sous le commandement du major général Alfred H. Terry. Contrairement à la débâcle de Butler, l'atterrissage amphibie de Terry était un chef-d'œuvre tactique avec toutes les parties attaquantes entièrement coordonnées.

Extrait en partie du livre
HOMMES DE GRANIT
Cliquez ici pour en savoir plus

Situé à l'extrémité sud d'une longue péninsule et du côté est de l'entrée de la rivière Cape Fear, Fort Fisher était le gardien des abords de Wilmington, en Caroline du Nord. Le fort lui-même était un long et formidable ensemble de travaux de terrassement qui ressemblait à une lettre géante « L ». Le fort Buchanan était situé à la pointe de la péninsule et la batterie Mound était située juste au sud du côté terrestre du fort Fisher. Sur toute la longueur du fort se trouvait une série de traverses qui protégeaient chaque terrassement individuel, ce qui en faisait, en effet, une série de mini-forts reliés entre eux.

La longueur du fort face à la mer était de près d'un demi-mile, et le côté face à la terre était de 1000 pieds. De solides preuves de bombes ont été construites à l'intérieur du fort pour protéger la garnison contre les inévitables bombardements auxquels elle serait confrontée. Commandé par le colonel William Lamb, le fort Fisher comptait une garnison de 1 800 hommes, principalement des Caroliniens du Nord et quarante-sept canons lourds. Parmi les canons, il y avait quinze Columbiads et un canon Armstrong de 150 livres de fabrication anglaise.

Face à Fort Fisher lors de cette deuxième tentative de capture, il y avait une autre vaste armada de navires et d'hommes. Les forces navales et marines étaient sous le commandement de l'amiral David Porter à bord de son navire amiral, le Malvern. Y compris le navire de Porter, l'armada fédérale contenait quarante-quatre navires. Le nombre total de troupes fédérales dans cette deuxième invasion était de 8 000 hommes, y compris les troisième, quatrième et septième régiments de volontaires du New Hampshire.

Le général de brigade Adelbert Ames commandait la deuxième division du 24 e corps nouvellement formé. Dans sa division se trouvaient trois brigades commandées respectivement par le brigadier général Curtis, le colonel Pennypacker et le colonel Louis Bell de Chester, New Hampshire. Au moment de l'attaque de Fort Fisher, le FourthNew Hampshire faisait partie de la Brigade de Bell et était commandé par le capitaine John H. Roberts de Douvres. Dans une brigade attachée séparée commandée par le colonel Joseph C. Abbott se trouvait le Seventh New Hampshire, commandé par le lieutenant-colonel Augustus Rollins, de Rollinsford et le Third New Hampshire, commandé par le capitaine William Trickey de Wolfeboro.

Les transports de troupes fédérales ont quitté la région des Bermudes Hundred le 3 janvier et ont rencontré le reste de la flotte au large de Beaufort, en Caroline du Nord. Le 12 au matin, les moniteurs et les canonnières ont ouvert la voie vers le sud suivis par la force de débarquement. Les troupes ont été débarquées le lendemain matin à environ cinq milles au nord de Fort Fisher. Ils se trouvaient maintenant entre le fort et les 5 000 confédérés du major-général Robert F. Hoke. La brigade de l'abbé était chargée de tenir la ligne au cas où cette force déciderait d'attaquer l'équipe de débarquement de Terry par derrière.

Le 15 janvier arriva et une bonne partie de la matinée fut consacrée à Terry positionnant personnellement les troupes en vue de l'attaque contre le fort. La première brigade sous Curtis a finalement été déplacée des arbres vers 15 heures. jusqu'à un point situé à environ 400 mètres du fort. Les hommes ont creusé à la hâte des tranchées avec tout l'équipement qu'ils avaient avec eux. Ils ont immédiatement attiré l'attention des artilleurs du fort, et les obus ont rapidement commencé à tomber dans les rangs des régiments de New York.

La flotte fédérale, ancrée au large, riposta aussitôt par son propre bombardement et envoya les artilleurs confédérés se précipiter vers leurs blindés. La brigade de Curtis a été déplacée à nouveau, cette fois à moins de 200 mètres du fort et le creusement a recommencé. La brigade de Pennypacker se déplaça et occupa les tranchées que Curtis venait de quitter. Le colonel Louis Bell a préparé ses hommes à sortir des bois et à suivre Pennypacker. Certains des obus confédérés ont dépassé leur cible et sont tombés à l'intérieur des lignes de la brigade de Bell et des hommes ont commencé à tomber.


TROUPES DE COULEUR DES ÉTATS-UNIS

Aperçu : organisé au Camp William Penn, près de Philadelphie, en Pennsylvanie, du 28 juillet au 12 septembre 1863. Déménagé de Philadelphie à Fort Monroe, en Virginie, le 14 octobre de là à Yorktown, en Virginie. Attaché aux forces américaines, Yorktown, en Virginie. , Département de Virginie et de Caroline du Nord, jusqu'en janvier 1864. 2e Brigade, Forces des États-Unis, Yorktown, Virginie, 18e Corps, Département de Virginie et de Caroline du Nord, jusqu'en avril 1864. 2e Brigade, Division colorée de Hincks, 18e corps, armée de James, jusqu'en juin 1864. 2e brigade, 3e division, 18e corps, jusqu'en août 1864. 3e brigade, 3e division, 18e corps, jusqu'en décembre 1864. 2e brigade, 1re division, 25e corps, jusqu'en décembre 1864. 2e brigade, 3e division, 25e corps, jusqu'en mars 1865. 3e brigade, 3e division, 10e corps, département de Caroline du Nord, jusqu'en août 1865. département de Caroline du Nord jusqu'en septembre 1865.

Service : Service à Yorktown jusqu'en mai 1864. L'expédition de Wild à South Mills et Camden Court House, NC, du 5 au 24 décembre 1863. L'expédition de Wi star contre Richmond du 2 au 6 février 1864. Expédition à New Kent Court House au profit de Cavalerie de Kilpatrick du 1er au 4 mars. New Kent Court House 2 mars. Williamsburg 4 mars. Expédition dans le comté de King et Queen du 9 au 12 mars. Expédition dans le comté de Matthews du 17 au 21 mars. Opérations de Butler au sud de la James River et contre Petersburg et Richmond 4 mai 15 juin. Prise de City Point 4 mai. Service de fatigue à City Point et construction de Fort Converse sur la rivière Appomattox jusqu'au 15 juin. Attaque de Fort Converse le 20 mai. Avant Petersburg 15-18 juin. Bailor's Farm le 15 juin. Opérations de siège contre Petersburg et Richmond 15 juin au 17 décembre. Dans les tranchées avant Petersburg et service de fatigue à Dutch Gap Canal jusqu'au 27 août. Déménagé à Deep Bottom le 27 août. Bataille de Chaffin's Farm, New Market Heights, 29 septembre -30. Fort Harrison 29 septembre. Bataille de Fair Oaks27-28 octobre. Dans les tranchées avant Richmond jusqu'en décembre. 1ère expédition à Fort Fisher, Caroline du Nord, 7-27 décembre. 2e expédition à Fort Fisher, Caroline du Nord, du 7 au 15 janvier. Bombardement de Fort Fisher du 13 au 15 janvier. Assaut et capture de Fort Fisher 15 janvier. Sugar Loaf Hill 19 janvier. Sugar Loaf Battery 11 février. Fort Anderson 18-20 février. Prise de Wilmington le 22 février. Northeast Ferry le 22 février. Campagne des Carolines du 1er mars au 26 avril. Avance sur Kinston et Goldsboro du 6 au 21 mars. Occupation de Goldsboro le 21 mars. Cox's Bridge les 23 et 24 mars. Avancez sur Raleigh du 9 au 14 avril. Occupation de Raleigh le 14 avril. Maison de Bennett le 26 avril. Reddition de Johnston et de son armée. Service dans le département de Caroline du Nord jusqu'en septembre. Rassemblé le 20 septembre 1865.

Régiment perdu pendant le service 8 officiers et 79 hommes de troupe tués et mortellement blessés et 5 officiers et 132 hommes de troupe par maladie. Total 224.
Soldats : Afficher les soldats de l'unité de combat »


Siège de Fort Fisher, 13-15 janvier 1865 - Histoire


HISTOIRE DU NH
UNE FONCTION SPÉCIALE

L'historien de la guerre civile Duane Schaffer propose cette histoire émouvante d'hommes du New Hampshire combattant en Caroline du Nord. Lisez à propos des héros NH de Douvres, Rollinsford, Chester, Wolfeboro et plus encore. Cet extrait provient du nouveau livre de l'auteur MEN OF GRANITE et est une exclusivité de SeacaostNH.com. (Cliquez pour lire)

En janvier 1865, il y avait encore plusieurs armées confédérées sur le terrain et une poignée de ports maritimes fonctionnels aux mains du Sud. L'Union ne pouvait être couronnée de victoire tant que ces armées et ces ports n'étaient pas vaincus. La possibilité de la défaite de la Confédération ne semblait pas probable au tournant de l'année. Ben Butler avait échoué dans son attaque contre Fort Fisher en décembre, et maintenant une deuxième tentative devait être faite à la mi-janvier sous le commandement du major général Alfred H. Terry. Contrairement à la débâcle de Butler, l'atterrissage amphibie de Terry était un chef-d'œuvre tactique avec toutes les parties attaquantes entièrement coordonnées.

Extrait en partie du livre
HOMMES DE GRANIT
Cliquez ici pour en savoir plus

Situé à l'extrémité sud d'une longue péninsule et du côté est de l'entrée de la rivière Cape Fear, Fort Fisher était le gardien des abords de Wilmington, en Caroline du Nord. Le fort lui-même était un long et formidable ensemble de travaux de terrassement qui ressemblait à une lettre géante « L ». Le fort Buchanan était situé à la pointe de la péninsule et la batterie Mound était située juste au sud du côté terrestre du fort Fisher. Sur toute la longueur du fort se trouvait une série de traverses qui protégeaient chaque terrassement individuel, ce qui en faisait, en effet, une série de mini-forts reliés entre eux.

La longueur du fort face à la mer était de près d'un demi-mile, et le côté face à la terre était de 1000 pieds. De solides preuves de bombes ont été construites à l'intérieur du fort pour protéger la garnison contre les inévitables bombardements auxquels elle serait confrontée. Commandé par le colonel William Lamb, le fort Fisher comptait une garnison de 1 800 hommes, principalement des Caroliniens du Nord et 47 canons lourds. Parmi les canons, il y avait quinze Columbiads et un canon Armstrong de 150 livres de fabrication anglaise.

Face à Fort Fisher lors de cette deuxième tentative de capture, il y avait une autre vaste armada de navires et d'hommes. Les forces navales et marines étaient sous le commandement de l'amiral David Porter à bord de son navire amiral, le Malvern. Y compris le navire de Porter, l'armada fédérale contenait quarante-quatre navires. Le nombre total de troupes fédérales dans cette deuxième invasion était de 8 000 hommes, y compris les troisième, quatrième et septième régiments de volontaires du New Hampshire.

Le général de brigade Adelbert Ames commandait la deuxième division du 24 e corps nouvellement formé. Dans sa division se trouvaient trois brigades commandées respectivement par le brigadier général Curtis, le colonel Pennypacker et le colonel Louis Bell de Chester, New Hampshire. Au moment de l'attaque de Fort Fisher, le FourthNew Hampshire faisait partie de la Brigade de Bell et était commandé par le capitaine John H. Roberts de Douvres. Dans une brigade attachée séparée commandée par le colonel Joseph C. Abbott se trouvait le Seventh New Hampshire, commandé par le lieutenant-colonel Augustus Rollins, de Rollinsford et le Third New Hampshire, commandé par le capitaine William Trickey de Wolfeboro.

Les transports de troupes fédérales ont quitté la région des Bermudes Hundred le 3 janvier et ont rencontré le reste de la flotte au large de Beaufort, en Caroline du Nord. Le 12 au matin, les moniteurs et les canonnières ont ouvert la voie vers le sud suivis par la force de débarquement. Les troupes ont été débarquées le lendemain matin à environ cinq milles au nord de Fort Fisher. Ils se trouvaient maintenant entre le fort et les 5 000 confédérés du major-général Robert F. Hoke. La brigade de l'abbé était chargée de tenir la ligne au cas où cette force déciderait d'attaquer l'équipe de débarquement de Terry par derrière.

Le 15 janvier arriva et une bonne partie de la matinée fut consacrée à Terry positionnant personnellement les troupes en vue de l'attaque contre le fort. La première brigade sous Curtis a finalement été déplacée des arbres vers 15 heures. jusqu'à un point situé à environ 400 mètres du fort. Les hommes ont creusé à la hâte des tranchées avec tout l'équipement qu'ils avaient avec eux. Ils ont immédiatement attiré l'attention des artilleurs du fort, et les obus ont rapidement commencé à tomber dans les rangs des régiments de New York.

La flotte fédérale, ancrée au large, riposta aussitôt par son propre bombardement et envoya les artilleurs confédérés se précipiter vers leurs blindés. La brigade de Curtis a été déplacée à nouveau, cette fois à moins de 200 mètres du fort et le creusement a recommencé. Pennypacker’s brigade moved out and occupied the trenches just vacated by Curtis. Colonel Louis Bell readied his men to step out of the woods and follow Pennypacker. Some of the Confederate shells went over their mark and fell inside the lines of Bell’s brigade and men began to fall.

Excerpt from MEN OF GRANITE (Continued)

The marines and sailors landed near the northeast corner of the fort kept the attention of the Confederates, but they were not properly deployed and were repulsed with heavy casualties. The naval bombardment had been beneficial because it disabled many of the guns in the fort, and destroyed a number of land mines directly in the path of Ames’ three advancing brigades.

The sailors and marines paid heavily, but they kept the Confederates busy long enough for the first two brigades to attack and enter the fort on the western end. Colonel Bell readied his men to follow them. He paced back and fort impatiently, holding a ramrod in his hand.

The two brigades now inside the fort fought valiantly, but the Confederates fought them to a standstill. From inside the fort, Ames sent a dispatch urgently requesting Terry to commit Bell’s brigade to the attack. Captain George F. Towle ran to give Bell the order. Bell marched at the head of his brigade and prepared to cross the small bridge into the fort to help the two preceding brigades.

Just as Bell reached the bridge, a volley of musketry erupted from the walls above them. A bullet slammed into Bell’s chest and exited out his back. Bell tried to dismiss the wound to his men but he soon fell to the ground. The men around him rushed past him and into the fort. Bell asked to be lifted so he could see the colors of the Fourth New Hampshire and his other regiments waving on the parapet. This they did, and then carried him from the field.

Doctor David Dearborn of Weare was the surgeon of the Fourth New Hampshire and was called to examine Bell’s wound.

" Is the wound mortal?" asked Bell.

Dearborn replied, "I am fearful it is Colonel."

Bell thought for a second. "I thought as much myself," he said.

Colonel Louis Bell died the next day from his wounds repeating his wife’s name until he expired. Bell’s body was brought home to Chester and was buried on a cold winter day next to his father Samuel. Bell’s six-week old son Louis was baptized next to his father’s coffin before it was lowered into the ground. Bell’s wife Mollie remained prostrate with grief for months and died just months after her husband’s body was brought home.

One by one, the traverses fell to the increasing pressure of the Federal attack. Abbot’s brigade was brought in to reinforce the attackers, and the remnant of the marine force was held back in case Hoke should attack.

The Third New Hampshire was committed to the attack and relieved the shattered brigades under Ames. The fighting was continuous as each traverse had to be taken by bitter hand-to-hand fighting. Night was approaching and an exhausted Ames urged Terry to break off and hold their ground until dawn. Terry disagreed. The Confederates had to be as tired as they were, and he ordered in Abbott’ Brigade to continue fighting. The men of the Third New Hampshire rushed forward and carried several more traverses. The Confederate resistance finally broke down around 10 p.m., and the remainder of the garrison was surrendered. Colonel Lamb, the garrison commander, was badly wounded in the fighting.

The Federal force sustained 955 casualties in the attack. The Confederates lost 500 men, and the United States Navy and marines suffered over 600 casualties, mostly among the marine landing force.

Casualties for the three New Hampshire regiments involved in the Battle of Fort Fisher were surprisingly light for such a vicious battle. Each of the regiments lost two men dead and fifty wounded.

Today there is a beautiful park run by the state of North Carolina at Fort Fisher. Sadly, since the war, over half of the fort and its traverses have been washed out to sea.

The day after the capture of Fort Fisher, an accident occurred that resulted in the death of several New Hampshire soldiers. Captain George F. Towle recorded the incident in his journal: " While we were loitering after breakfast, we heard a loud explosion toward Fort Fisher. It was about 8 o’clock. A deep and smothered shock and an immense volume of earth thrown into the air. The main magazine had blown up. Bell’s brigade was in bivouac around it. About 100 men were buried, were to be dug out, also thirty Confederates wounded…After a full inquiry we decided it to be an accident. The marines after the fight had returned to plunder…it was supposed that a match lighted had been thrown into some loose powder."

Two men from the Third New Hampshire died in the blast that was caused by drunken sailors in the magazine. The inebriated salts carelessly detonated 13,000 pounds of gunpowder and caused the deaths of twenty-five Federal soldiers and the wounding of sixty-six.

© Duane Schaffer. Tous les droits sont réservés.

Excerpted in part from the book
MEN OF GRANITE

Duane E. Shaffer was a library director in the state of New Hampshire for twenty years. He was the co-founder of the Civil War Roundtable of New Hampshire in 1991 and was the secretary of the New Hampshire Civil War Monuments and Memorials Commission. He has two degrees in history and has published several articles in various military history magazines. He currently lives in Florida and is head of collection development and adult programs for the Sanibel Public Library on the island of Sanibel, Florida.


Siege of Fort Fisher, 13-15 January 1865 - History

Several forts dotted the North Carolina coast during the Civil War but none was more important than Fort Fisher , which gained the nickname “ Gibraltar of the South.” Geography determined the fortification’s key role in the war. Fort Fisher , named for Capt. Charles Fisher, a casualty of First Manassas, was built on a peninsula named Federal Point at the mouth of the Cape Fear River, eighteen miles south of Wilmington . It served as guard for the port of Wilmington , and was the most powerful seacoast fort in the South.

Construction started in April 1861, and was finished in 1865 under the supervision of Col. William Lamb. When complete the fort was the biggest earthen fort of this time, extending across the peninsula. Protecting the fort and men were 44 guns and an underground bomb shelter. More than 500 African Americans, both slave and free, worked with Confederate soldiers on construction occasionally as many as 1,000 were working, although maintaining adequate labor was difficult.

Fort Fisher was the last remaining lifeline in the closing months of the Civil War. Blockade runners took advantage of the Cape Fear River to route supplies to troops inland. On December 23-24, 1864, the Union Navy bombarded the fort which soon was refreshed with 600 more men from Wilmington , increasing the number to around 2,000 men. The Union Navy attacked again on January 13, 1865. The attack lasted two days and, on January 15, Union forces on land and sea occupied the site. Wounded in the attack was Maj. Gen. W. H. C. Whiting, the engineer responsible for designing the Cape Fear defense system. The fall of Fort Fisher robbed Robert E. Lee’s army of their last connection to the outside.

Col. William Lamb would spend the rest of his life to his death in 1909 attempting to have Fort Fisher preserved but to no avail. In the 1920s a marker was placed on the site, and in the 1930s efforts were made to save the fort from erosion. During World War II, a military post was built over the existing fort and, during the 1950s, as the centennial of the Civil War approached, work would begin to make Fort Fisher a North Carolina Historic Site. Today only a few of the mounds remain, since much of the fort has been eroded by the ocean.

Recommended Reading : Confederate Goliath: The Battle of Fort Fisher . From Publishers Weekly: Late in the Civil War, Wilmington , N.C. , was the sole remaining seaport supplying Lee's army at Petersburg , Va. , with rations and munitions. In this dramatic account, Gragg describes the two-phase campaign by which Union forces captured the fort that guarded Wilmington and the subsequent occupation of the city itself--a victory that virtually doomed the Confederacy. In the initial phase in December 1864, General Ben Butler and Admiral David Porter directed an unsuccessful amphibious assault against Fort Fisher that included the war's heaviest artillery bombardment. Continued below…

The second try in January '65 brought General Alfred Terry's 9000-man army against 1500 ill-equipped defenders, climaxing in a bloody hand-to-hand struggle inside the bastion and an overwhelming Union victory. Although historians tend to downplay the event, it was nevertheless as strategically decisive as the earlier fall of either Vicksburg or Atlanta . Gragg has done a fine job in restoring this important campaign to public attention. Includes numerous photos.


UNION CONNECTICUT VOLUNTEERS

Overview: Organized at Washington, D. C., from 4th Conn. Infantry, January 2, 1862. Attached to Military District of Washington to April, 1862. Siege artillery, Army Potomac, to May, 1862. 3rd Brigade, 2nd Division, 5th Army Corps, Army Potomac, to July, 1862. Siege artillery, Army Potomac, to August, 1862. Artillery defences Alexandria Military District of Washington, to February, 1863. Artillery defences of Alexandria, 22nd Army Corps, to April, 1863. 2nd Brigade, DeRussy's Division, defences south of the Potomac, 22nd Army Corps, to May, 1863. 3rd Brigade, DeRussy's Dlvision, 22nd Corps, to December, 1863. 2nd Brigade, DeRussy's Division, 22nd Army Corps, to March, 1864. 4th Brigade, DeRussy's Division, 22nd Army Corps, to May, 1864. (Cos. "B" and "M" attached to Artillery Reserve, Army Potomac, October, 1862, to January, 1864.) Point of Rocks, Va., Dept., of Virginia and North Carolina to June, 1864. Siege artillery, Dept. of Virginia and North Carolina in the field, and siege artillery, Army Potomac, to May, 1865. Siege artillery, Dept. of Virginia, to July, 1865. 4th Brigade, DeRussy's Division, 22nd Army Corps, Dept. of Washington, to August, 1865. 3rd Brigade, Dept. of Washington, to September, 1865.

Service: Duty at Fort Richardson, defences of Washington, D. C., till April, 1862. Ordered to the Peninsula, Va., in charge of siege train Army Potomac, April 2. Siege of Yorktown April 12-May 4. Battle of Hanover C. H. May 27. Operations about Hanover May 27-29. Seven days before Richmond June 25-July 1. Gaines' Mill June 27. Malvern Hill July 1. At Harrison's Landing till August 15. Moved to Alexandria, Va., August 16-27. Duty in the defences of Washington, D. C., till May, 1864, as garrison at Fort Richardson. Cos. "B" and "M" detached with Army Potomac, participating in battle of Fredericksburg, Va., Dec. 12-15. Chancellorsville Campaign April 27-May 6. Battle of Chancellorsville May 1-5. Stafford Heights June 12. Battle of Gettysburg, Pa., July 1-3. Bristoe Campaign October 9-22. Advance to line of the Rappahannock November 7-8. Brandy Station November 8. Mine Run Campaign November 26-December 2. Rejoined regiment in defences of Washington January, 1864. Regiment ordered to Bermuda Hundred, Va., May 13, 1864. Engaged in fatigue duty and as garrison for batteries and forts on the Bermuda front and lines before Petersburg during siege operations against Petersburg and Richmond, May, 1864, to April, 1865. Occupy Fort Converse, Redoubt Dutton, Batteries Spofford, Anderson, Pruyn and Perry on the Bermuda front, and Forts Rice, Morton, Sedgewick and McGilvrey, and Batteries 1, 2, 3, 4, 5, 9, 10, 11, 12, 14, 15, 17, 18, 20, Burpee, Drake and Sawyer, on the Petersburg front, and at Dutch Gap, north of the James River. Assaults on Fort Dutton June 2 and 21, 1864 (Co. "L"). Attacks on the lines May 18, 19, 20, 21, 25, 27, 30, 31, June 1, 2, 5, 9, 18, 20 and 23. Mine explosion July 30, August 25, November 17, 18 and 28, 1864. Repulse of rebel fleet at Fort Brady on James River January 23-24, 1865. Expedition to Fort Fisher, N. C., January 3-15, 1865 (Cos. "B," "G," "L"). Capture of Fort Fisher January 15 (Cos. "B," "G," "L"). Assaults on and fall of Petersburg, Va., April 2, 1865. Duty in the Dept. of Va. till July 11. Moved to Washington, D.C. and duty in the defences of that city till September. Mustered out September 25, 1865.

Regiment lost during service 2 Officers and 49 Enlisted men killed and mortally wounded and 4 Officers and 172 Enlisted men by disease. Total 227.

4th REGIMENT INFANTRY.
Organized at Hartford May 21, 1861. Left State for Washington, D.C., June 10. Attached to Abercrombie's 6th Brigade, 2nd Division, Dept. of Pennsylvania. to August, 1861. 2nd Brigade, Banks' Division, Army Potomac, to December, 1861. Dcfences of Washington to January, 1862.

Service: Duty at Chambersburg, Pa., and at Hagerstown. Md., till July 4, l861, and at Williamsport till August 16. At Frederick, Md., till September 5. Moved to Darnestown September 5, thence to Fort Richardson. Defences of Washington, D. C., and duty there till January, 1862. Designation of regiment changed to 1st Conn. Heavy Artillery January 2, 1862. (See 1st Heavy Artillery.) Soldiers: View Battle Unit's Soldiers »


Voir la vidéo: German East Africa 1 rupie 1890 (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Chepito

    Je suis définitif, je suis désolé, mais il me faut un peu plus d'informations.

  2. Z'ev

    Je pense que des erreurs sont commises. Je suis capable de le prouver. Écrivez-moi dans PM, parlez.

  3. Tygoshakar

    Avez-vous vous-même trouvé une phrase aussi incomparable?

  4. Castor

    À mon avis, c'est une question intéressante, je participerai à la discussion. Ensemble, nous pouvons arriver à la bonne réponse.

  5. Neshicage

    beaucoup la jolie chose



Écrire un message