Podcasts sur l'histoire

La rivière de Mercure dans le monde souterrain de la pyramide de Quetzalcoatl pourrait mener au tombeau royal

La rivière de Mercure dans le monde souterrain de la pyramide de Quetzalcoatl pourrait mener au tombeau royal

Les archéologues pensent qu'une récente découverte de mercure liquide dans un tunnel souterrain sous le temple du serpent à plumes à Teotihuacan, au Mexique, peut représenter une rivière souterraine qui mène à une ou plusieurs tombes royales. Les restes des rois de Teotihuacan, certains des dirigeants les plus puissants du monde préhispanique, n'ont jamais été retrouvés. Une telle découverte serait monumentale car elle éluciderait de nombreux mystères entourant cette ancienne civilisation.

L'ancienne ville de Teotihuacan, située à environ 50 km au nord-est de Mexico, a prospéré entre 100 avant JC et 750 après JC et est l'une des villes sacrées les plus grandes et les plus importantes de l'ancienne Méso-Amérique, dont le nom signifie "la ville de les dieux" dans la langue nahuatl des Aztèques. Il abritait autrefois une population estimée entre 100 000 et 200 000 personnes, qui élevaient des monuments géants tels que le temple de Quetzalcoatl (serpent à plumes) et les pyramides du soleil et de la lune. Cependant, beaucoup de choses sur Teotihuacan restent inconnues, y compris l'origine des personnes qui y vivaient, car elles n'ont laissé aucune trace écrite.

  • Un robot sans fil découvre trois chambres à Teotihuacan
  • Le Temple du Serpent à Plumes et les sphères dorées

L'entrée d'un tunnel vieux de 1 800 ans sous le temple du Serpent à plumes, la troisième plus grande pyramide de Teotihuacan, a été découverte pour la première fois en 2003, et un vaste projet impliquant à la fois des chercheurs humains et des robots télécommandés est en cours depuis . Ce n'est que récemment que les archéologues mexicains ont annoncé les résultats d'une exploration de plusieurs années du tunnel souterrain, y compris la découverte de trois chambres et de milliers d'artefacts, notamment des statues de jade, des restes de jaguar et une boîte remplie de coquillages sculptés et de balles en caoutchouc. Désormais, des chercheurs ont également annoncé la présence d'une grande quantité de mercure liquide.

Temple du Serpent à plumes. Crédit photo : Wikipédia

Le chercheur mexicain Sergio Gómez, qui a travaillé sur les fouilles du tunnel souterrain, a déclaré à Reuters que le mercure liquide pourrait avoir été placé là pour symboliser une rivière ou un lac souterrain, et pourrait être un signe que l'équipe se rapproche de la découverte du premier tombeau royal jamais découvert à Teotihuacan et dénouant des siècles de mystère entourant la direction de la ville autrefois puissante.

« Le tunnel est la représentation métaphorique de la conception du monde souterrain », a déclaré Gomez. Une grande offrande trouvée près de l'entrée des trois chambres suggère qu'il pourrait s'agir des tombeaux de l'élite de la ville. "En raison de l'ampleur des offrandes que nous avons trouvées, elles [les tombeaux royaux] ne peuvent se trouver ailleurs", a ajouté Gomez.

Un graphique qui montre le tunnel qui pourrait conduire à des tombes royales découvertes sous le temple Quetzalcoatl dans l'ancienne ville de Teotihuacan. Photographie : document via Reuters

Rosemary Joyce, professeur d'anthropologie à l'Université de Californie à Berkeley, a déclaré au Guardian que les Mésoaméricains pouvaient créer du mercure liquide en capturant du minerai de mercure, connu sous le nom de cinabre. Ils l'utilisaient pour décorer des objets en jade et colorer les corps de leur royauté. Des traces de mercure ont été trouvées sur trois autres sites, deux mayas et un olmèque, en Amérique centrale, mais aucune en aussi grande quantité que celle découverte sous le temple du serpent à plumes.

L'équipe de recherche continue de creuser le long du couloir souterrain sous la pyramide, équipé d'équipements de protection pour se prémunir contre les dangers de l'exposition au mercure. Ils s'attendent à ce que les fouilles se terminent d'ici octobre, avec l'annonce des découvertes d'ici la fin de 2015.

Image en vedette : Pyramide de Quetzalcoatl à Teotihuacan et compilation de croquis souterrains.


    Le mercure liquide trouvé sous la pyramide mexicaine pourrait conduire à la tombe du roi

    Un archéologue a découvert du mercure liquide au bout d'un tunnel sous une pyramide mexicaine, une découverte qui pourrait suggérer l'existence d'une tombe royale ou d'une chambre rituelle bien en dessous de l'une des plus anciennes villes des Amériques.

    Le chercheur mexicain Sergio Gómez a annoncé vendredi avoir découvert de "grandes quantités" de mercure liquide dans une chambre située sous la pyramide du Serpent à plumes, la troisième plus grande pyramide de Teotihuacan, la ville en ruines du centre du Mexique.

    Gómez a passé six ans à creuser lentement le tunnel, qui a été descellé en 2003 après 1 800 ans. En novembre dernier, Gómez et une équipe ont annoncé qu'ils avaient trouvé trois chambres à l'extrémité du tunnel à 300 pieds, à près de 60 pieds sous le temple. Près de l'entrée des chambres, ils ont trouvé un trésor d'artefacts étranges : des statues de jade, des restes de jaguar, une boîte remplie de coquillages sculptés et de balles en caoutchouc.

    Des archéologues travaillent dans un tunnel qui pourrait mener aux tombes royales de l'ancienne ville de Teotihuacan, sur cette photo de mai 2011. Photographie : document/Reuters

    Progressant lentement dans le large, sombre et profond couloir sous la pyramide, luttant contre l'humidité et maintenant obligés de porter un équipement de protection contre les dangers d'empoisonnement au mercure, Gómez et son équipe explorent méticuleusement les trois chambres.

    Le mercure est toxique et capable de dévaster le corps humain par une exposition prolongée, le métal liquide n'avait apparemment aucune utilité pratique pour les anciens Mésoaméricains. Mais il a été découvert sur d'autres sites. Rosemary Joyce, professeur d'anthropologie à l'Université de Californie à Berkeley, a déclaré que des archéologues avaient trouvé du mercure sur trois autres sites en Amérique centrale.

    Gómez a spéculé que le mercure pourrait être un signe que son équipe est sur le point de découvrir la première tombe royale jamais trouvée à Teotihuacan après des décennies de fouilles – et des siècles de mystère entourant la direction de la ville cryptique mais bien préservée.

    Le mercure peut avoir symbolisé une rivière ou un lac souterrain, a postulé Gómez, une idée qui a résonné avec Annabeth Headreck, professeur à l'Université de Denver et auteur d'ouvrages sur Teotihuacan et l'art mésoaméricain.

    Les qualités chatoyantes et réfléchissantes du mercure liquide ont peut-être ressemblé à « une rivière du monde souterrain, pas si différente de la rivière Styx », a déclaré Headrick, « ​​ne serait-ce que dans le concept qu’il s’agit de l’entrée du monde surnaturel et de l’entrée du monde souterrain ».

    "Les miroirs étaient considérés comme un moyen de regarder dans le monde surnaturel, ils étaient un moyen de deviner ce qui pourrait arriver à l'avenir", a-t-elle déclaré. "Ce pourrait être une sorte de rivière, quoique assez spectaculaire."

    Joyce a déclaré que les archéologues savent que la scintillation fascinait les peuples anciens en général, et que le mercure liquide peut avoir été considéré comme « quelque peu magique… là à des fins rituelles ou symboliques ».

    Headrick a déclaré que le mercure n'était pas le seul objet de fascination : « beaucoup d'objets rituels étaient rendus réfléchissants avec du mica », un minéral étincelant probablement importé dans la région.

    En 2013, des archéologues utilisant un robot ont trouvé des sphères métalliques qu'ils ont surnommées "boules disco" dans une partie non excavée du tunnel, près de miroirs de pyrite. "J'aimerais pouvoir comprendre toutes les choses que ces gars trouvent là-bas", a déclaré Headrick, "mais c'est unique et c'est pourquoi c'est difficile."

    L'eau était également précieuse pour de nombreux habitants de la Méso-Amérique, qui connaissaient les systèmes d'eau souterraine et les lacs auxquels on pouvait accéder par des grottes. Teotihuacan avait aussi autrefois des sources, bien qu'elles soient maintenant asséchées.

    Joyce a déclaré que les anciens Mésoaméricains pouvaient produire du mercure liquide en chauffant du minerai de mercure, connu sous le nom de cinabre, qu'ils utilisaient également pour son pigment rouge sang. Les Mayas utilisaient le cinabre pour décorer les objets de jade et colorer les corps de leur royauté, par exemple les habitants de Teotihuacan - pour lesquels les archéologues ne se sont pas mis d'accord sur un nom - n'ont laissé aucun reste royal évident à étudier.

    Un graphique non daté montre le tunnel qui pourrait conduire à une tombe royale découverte sous le temple Quetzalcoatl dans l'ancienne ville de Teotihuacan. Photographie : Document/Reuters

    La découverte d'une tombe pourrait aider à résoudre l'énigme de la façon dont Teotihuacan était gouverné, et Joyce a déclaré que la concentration d'artefacts à l'extérieur des chambres du tunnel pourrait être associée à une tombe – ou à un ensemble de chambres rituelles.

    Une tombe royale pourrait donner foi à la théorie selon laquelle la ville, qui a prospéré entre 100 et 700 après JC, était dirigée par des dynasties à la manière des Mayas, mais avec un flair beaucoup moins évident pour l'autoglorification.

    Mais une tombe royale pourrait également contenir les restes d'un seigneur, ce qui peut correspondre à une idée concurrente de la ville. Linda Manzanilla, une archéologue mexicaine acclamée par nombre de ses pairs, soutient que la ville était gouvernée par quatre co-dirigeants et note que la ville n'a pas de palais ou de représentation apparente de rois sur ses nombreuses peintures murales. Les fouilles de Gomez m'ont permis de trouver un de ces co-dirigeants, sous cette hypothèse.

    Headrick a suggéré des modèles encore plus fluides, dans lesquels des lignages ou des clans puissants échangeaient leur pouvoir mais ne se sont jamais cimentés en dynasties, ou dans lesquels les dirigeants s'appuyaient sur des accords avec l'armée pour maintenir le pouvoir, et l'autorité était davantage dévolue à un bureau qu'à une famille. L'ancienne Teotihuacan était une ville avec des factions familières rivalisant d'influence : l'élite, l'armée, les marchands, les prêtres et le peuple.

    Pour l'instant, les archéologues et anthropologues continuent de creuser et de déduire. Gomez dit qu'il espère que l'excavation des chambres sera terminée d'ici octobre, et Headrick a déclaré que les archéologues regardaient la ville sous de nouveaux angles. Certains essaient de déchiffrer les peintures et les hiéroglyphes autour de la ville, d'autres essaient d'analyser ce qui peut être un système d'écriture sans verbes ni syntaxe.

    Ensuite, il y a les milliers d'artefacts, certains sans précédent et bizarres, que Gomez et ses compagnons exhument de sous la pyramide. "C'est tout un mystère", a déclaré Headrick. "C'est marrant."


    La rivière de Mercure dans le monde souterrain de la pyramide de Quetzalcoatl pourrait mener au tombeau royal - Histoire

    Heure de publication : 25 avril 2015 11:28 RT.com

    Tunnel pouvant conduire à des tombes royales découvertes sous le temple Quetzalcoatl dans l'ancienne ville de Teotihuacan (Reuters / INAH / Files / Handout via Reuters)

    Un archéologue a fait la découverte surprenante de mercure liquide sous une ancienne pyramide au Mexique, antérieure aux Aztèques. Cela pourrait signifier la présence d'une tombe royale juste en dessous de l'une des villes les plus cryptiques des Amériques.

    Le chercheur local Sergio Gomez a annoncé vendredi la découverte de "grandes quantités" de l'élément sous la pyramide du serpent à plumes - la troisième plus grande de l'ancienne ville en ruines de Teotihuacan, qui est entourée de mystère et était autrefois l'une des plus grandes de l'hémisphère.

    “C’est quelque chose qui nous a complètement surpris,” a-t-il déclaré à Reuters, se tenant à l'entrée de l'ancienne pyramide, située à environ 50 km au nord-est de Mexico.

    Ce qui rend la découverte plus excitante, c'est la ville elle-même, censée provenir de la même période que les grandes cités-États mayas, mais encore moins explorée - même ses habitants n'ont pas de nom, et il y en avait 200 000, vivant parmi des gargantuesques pyramides de pierre il y a 1 300 à 1 900 ans.

    Des figurines en pierre sont vues dans un tunnel qui pourrait conduire à des tombes royales découvertes dans l'ancienne ville de Teotihuacan (Reuters / INAH / Handout via Reuters)

    Six années de travail ont porté leurs fruits lorsque Gomez et ses collègues ont réussi à se frayer un chemin dans un ancien tunnel découvert en 2003 qui était resté scellé pendant tout ce temps, fermé par les habitants eux-mêmes. Mais ce n'est que l'année dernière, après avoir réuni des ressources substantielles pour mener des recherches au plus haut niveau, que l'archéologue a annoncé la découverte de trois chambres à près de 12 mètres (39 pieds) sous le temple. Immédiatement, ils ont trouvé des objets de valeur symbolique – des statues de jade, des restes de jaguar et divers objets sculptés à la main.

    Des archéologues de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH) travaillent dans un tunnel qui pourrait conduire à des tombes royales découvertes dans l'ancienne ville de Teotihuacan (Reuters / INAH / Files / Handout via Reuters)

    La présence du métal liquide hautement toxique et inodore est particulière, car les anciens Américains n'en avaient aucune utilité, mais il a également été découvert sur trois autres sites antiques par un anthropologue de Berkley – jamais à Teotihuacan. Gomez pense que cela signale la présence d'une tombe.

    Si cela est vrai, c'est la première tombe trouvée à Teotihuacan, après des décennies d'exploration.

    Son point de vue est partagé par certains membres de la communauté des archéologues, qui pensent que le mercure aurait pu être utilisé pour symboliser une rivière souterraine. L'aspect élégant et la réflectivité de Mercury doivent avoir prêté à son utilisation rituelle.

    “Mais c'est encore très incertain, et c'est ce qui tient tout le monde en haleine,” un autre archéologue, Geoerge Cowgill, a déclaré à Reuters. Il creuse dans la ville antique depuis quatre décennies maintenant.

    Les visiteurs regardent la zone archéologique du temple Quetzalcoatl près de la pyramide du Soleil sur le site archéologique de Teotihuacan, à environ 60 km (37 miles) au nord de Mexico (Reuters / Henry Romero)

    Maintenant, Gomez et son équipe explorent minutieusement les trois chambres, au fond des couloirs humides et humides, portant un équipement de protection pour se protéger de l'empoisonnement au mercure. À tout moment maintenant, Gomez s'attend à rencontrer le roi mort insaisissable.

    Les cités-États mexicaines sont mystérieuses car on sait peu de choses sur la façon dont elles vivaient, gouvernaient ou même comment cette gouvernance les avait toutes amenées à s'effondrer sur elles-mêmes. La découverte d'une tombe royale à Teotihuacan constituerait une pièce majeure de ce puzzle.

    Des navires sont vus dans un tunnel qui pourrait conduire à des tombes royales découvertes dans l'ancienne ville de Teotihuacan (Reuters / INAH / Handout via Reuters)

    Le nom de la ville est traduit par ‘demeure des dieux’ de la langue aztèque nahuatl. À son attrait mystérieux s'ajoute le fait que, comparée aux Mayas, cette cité-État n'a laissé aucune trace écrite. Tout ce que l'on sait, c'est qu'il était différent des Mayas à bien des égards. Mais nos connaissances ne s'améliorent qu'après le 14ème siècle, lorsque les Aztèques sont arrivés. Teotihuacan avait été abandonnée par ses habitants bien avant cette date.

    Un indice possible sur le passé de la ville a peut-être été donné par l'archéologue mexicaine Linda Manzanilla, qui pense qu'à son apogée, Teotihuacan était gouvernée par quatre seigneurs - pas un roi. La découverte de Gomez pourrait être les restes de l'un d'entre eux.

    Les Espagnols y sont arrivés vers la fin du XVIIe siècle, mais les recherches de haut niveau n'ont commencé que dans les années 1950.

    Nous devrions obtenir plus de réponses lorsque Gomez terminera les fouilles en octobre, avec une annonce des résultats attendue d'ici décembre.


    Le boisseau entier

    À environ 50 kilomètres (30 mi) de Mexico, l'ancienne ville de Teotihuacan a prospéré entre 100 avant JC et 650 après JC, avec une population pouvant atteindre 200 000 personnes. Les habitants ont construit des structures étonnantes, telles que la pyramide du soleil et le temple de Quetzalcoatl (“serpent à plumes”). Étonnamment, la ville manque de complexes militaires, bien qu'elle dominait la région d'un point de vue militaire et culturel dans les temps anciens. Selon l'archéologue George Cowgill, c'était la plus grande ville de l'hémisphère occidental jusqu'aux années 1400 et elle comptait des milliers de zones résidentielles et de temples.

    Bien qu'il existe différentes théories, personne ne sait avec certitude qui a construit la ville ou comment elle a été gouvernée.

    Il semble que Teotihuacan abritait diverses cultures telles que les zapotèques, les mayas et les mixtèques. Les archéologues, qui n'ont fouillé qu'environ 5% de la ville, ont d'abord trouvé des preuves d'une culture brutale qui sacrifiait à la fois les animaux et les humains, peut-être comme offrandes religieuses à leurs dieux. Les raisons de l'effondrement de la ville sont aussi mystérieuses que ses origines. Mais Cowgill pense que la question la plus pertinente est de savoir quel type de société a pu vivre ici pendant si longtemps.

    Au 14ème siècle, les Aztèques ont nommé la ville abandonnée Teotihuacan, ce qui signifie « demeure des dieux. » Sans documents écrits, nous ne savons pas comment les premiers habitants se sont appelés. Cependant, les fouilles modernes de la ville n'ont commencé que dans les années 1950, nous pouvons donc encore trouver des informations pour répondre à nos questions.

    Les fouilles récentes se concentrent sur un complexe de tunnels vieux de 1 800 ans sous le temple de Quetzalcoatl au centre de la ville. En 2013, les archéologues ont découvert deux chambres au bout du tunnel qui contenaient des sphères de cristal inhabituelles et des miroirs de pyrite. Puis le tunnel est descendu à un niveau où le sol était saturé d'eau, ralentissant l'excavation.

    Néanmoins, fin 2014, les scientifiques ont découvert trois autres chambres contenant des milliers de reliques, dont du jade, des balles en caoutchouc, des statues sculptées et une boîte en bois de coquillages sculptés. Les chambres sont à environ 18 mètres (60 pieds) sous l'ancien temple. Les archéologues n'ont pas trouvé de corps humains, mais ils soupçonnent qu'ils se trouvent peut-être à proximité d'une chambre funéraire. En réalité, les artefacts peuvent être n'importe quoi, des offrandes funéraires aux restes d'un grand festin.

    Récemment, des archéologues ont trouvé de grandes quantités de mercure liquide dans une chambre près du bout du tunnel. Avec sa qualité de miroir, le métal toxique peut représenter un lac ou une rivière du monde souterrain avec une importance surnaturelle pour les rituels anciens. Cela rend également plus probable que les archéologues trouvent une tombe à proximité, peut-être d'un roi ou d'un seigneur qui régnait autrefois sur la ville.

    « Les miroirs étaient considérés comme un moyen de regarder dans le monde surnaturel, ils étaient un moyen de deviner ce qui pourrait arriver à l'avenir », a déclaré Annabeth Headrick, experte en art de Teotihuacan et mésoaméricain. Le gardien. “Cela pourrait être une sorte de rivière, quoique assez spectaculaire.”


    Au bout d'un tunnel sous une pyramide mexicaine, un archéologue a trouvé du mercure liquide, une découverte qui pourrait suggérer la présence d'une tombe royale ou d'une chambre rituelle bien en dessous de l'une des plus anciennes villes des Amériques.

    Le chercheur mexicain Sergio Gómez a révélé vendredi que dans une chambre située sous la pyramide du serpent à plumes, la troisième plus grande pyramide de Teotihuacan, la ville en ruines du centre du Mexique, il avait trouvé des quantités massives de mercure liquide.

    Les visiteurs regardent la zone archéologique du temple Quetzalcoatl (serpent à plumes) près de la pyramide du soleil sur le site archéologique de Teotihuacan, au nord de Mexico.

    Gómez a passé six ans à creuser lentement le tunnel, qui, après 1 800 ans, a été descellé en 2003. Gómez et l'équipe ont annoncé en novembre dernier qu'ils avaient trouvé trois chambres à l'extrémité du tunnel, à près de 18 mètres sous le temple. . Ils ont trouvé une cache d'objets inhabituels près de l'entrée des chambres : des statues de jade, des restes de jaguar, une boîte remplie de coquillages sculptés et de balles en caoutchouc.

    Progressant lentement dans le large, sombre et profond couloir sous la pyramide, luttant contre l'humidité et maintenant obligés de porter un équipement de protection contre les dangers d'empoisonnement au mercure, Gómez et son équipe explorent méticuleusement les trois chambres.

    Le mercure est toxique et capable de dévaster le corps humain par une exposition prolongée, le métal liquide n'avait apparemment aucune utilité pratique pour les anciens Mésoaméricains. Mais il a été découvert sur d'autres sites. Rosemary Joyce, professeur d'anthropologie à l'Université de Californie à Berkeley, a déclaré que des archéologues avaient trouvé du mercure sur trois autres sites en Amérique centrale.

    Gómez a spéculé que le mercure pourrait être un signe que son équipe est sur le point de découvrir la première tombe royale jamais trouvée à Teotihuacan après des décennies de fouilles – et des siècles de mystère entourant la direction de la ville cryptique mais bien préservée.

    Le mercure a peut-être symbolisé une rivière ou un lac souterrain, a postulé Gómez, une idée qui a trouvé écho chez Annabeth Headreck, professeur à l'Université de Denver et auteur d'ouvrages sur Teotihuacan et l'art mésoaméricain.

    Les qualités chatoyantes et réfléchissantes du mercure liquide peuvent avoir ressemblé à « une rivière du monde souterrain, pas si différente de la rivière Styx », a déclaré Headrick, « ​​ne serait-ce que dans le concept qu’il s’agit de l’entrée du monde surnaturel et de l’entrée du monde souterrain ».

    "Les miroirs étaient considérés comme un moyen de regarder dans le monde surnaturel, ils étaient un moyen de deviner ce qui pourrait arriver à l'avenir", a-t-elle déclaré. "Ce pourrait être une sorte de rivière, quoique assez spectaculaire."

    Joyce a déclaré que les archéologues savent que la scintillation a fasciné les peuples anciens en général, et que le mercure liquide peut avoir été considéré comme « quelque peu magique… là à des fins rituelles ou symboliques ».

    Un graphique non daté montre le tunnel qui pourrait conduire à une tombe royale découverte sous le temple Quetzalcoatl dans l'ancienne ville de Teotihuacan.

    Headrick a déclaré que le mercure n'était pas le seul objet de fascination : « beaucoup d'objets rituels étaient rendus réfléchissants avec du mica », un minéral étincelant probablement importé dans la région.

    En 2013, des archéologues utilisant un robot ont trouvé des sphères métalliques qu'ils ont surnommées "boules disco" dans une partie non excavée du tunnel, près de miroirs de pyrite. "J'aimerais pouvoir comprendre toutes les choses que ces gars trouvent là-bas", a déclaré Headrick, "mais c'est unique et c'est pourquoi c'est difficile."

    L'eau était également précieuse pour de nombreux habitants de la Méso-Amérique, qui connaissaient les systèmes d'eau souterraine et les lacs auxquels on pouvait accéder par des grottes. Teotihuacan avait aussi autrefois des sources, bien qu'elles soient maintenant asséchées.

    Joyce a déclaré que les anciens Mésoaméricains pouvaient produire du mercure liquide en chauffant du minerai de mercure, connu sous le nom de cinabre, qu'ils utilisaient également pour son pigment rouge sang. Les Mayas utilisaient le cinabre pour décorer les objets en jade et colorer les corps de leur royauté, par exemple les habitants de Teotihuacan – pour lesquels les archéologues ne se sont pas mis d'accord sur un nom – n'ont laissé aucun reste royal évident à étudier.

    La découverte d'une tombe pourrait aider à résoudre l'énigme de la façon dont Teotihuacan était gouverné, et Joyce a déclaré que la concentration d'artefacts à l'extérieur des chambres du tunnel pourrait être associée à une tombe – ou à un ensemble de chambres rituelles.

    Une tombe royale pourrait donner foi à la théorie selon laquelle la ville, qui a prospéré entre 100 et 700 après JC, était dirigée par des dynasties à la manière des Mayas, mais avec un flair beaucoup moins évident pour l'autoglorification.

    Mais une tombe royale pourrait également contenir les restes d'un seigneur, ce qui peut correspondre à une idée concurrente de la ville. Linda Manzanilla, une archéologue mexicaine acclamée par nombre de ses pairs, soutient que la ville était gouvernée par quatre co-dirigeants et note que la ville n'a pas de palais ou de représentation apparente de rois sur ses nombreuses peintures murales. Les fouilles de Gomez m'ont permis de trouver un de ces co-dirigeants, sous cette hypothèse.

    Headrick a suggéré des modèles encore plus fluides, dans lesquels des lignages ou des clans puissants échangeaient leur pouvoir mais ne se sont jamais cimentés en dynasties, ou dans lesquels les dirigeants s'appuyaient sur des accords avec l'armée pour maintenir le pouvoir, et l'autorité était davantage dévolue à un bureau qu'à une famille. L'ancienne Teotihuacan était une ville avec des factions familières rivalisant d'influence : l'élite, l'armée, les marchands, les prêtres et le peuple.

    Pour l'instant, les archéologues et anthropologues continuent de creuser et de déduire. Gomez dit qu'il espère que l'excavation des chambres sera terminée d'ici octobre, et Headrick a déclaré que les archéologues regardaient la ville sous de nouveaux angles. Certains essaient de déchiffrer les peintures et les hiéroglyphes autour de la ville, d'autres essaient d'analyser ce qui peut être un système d'écriture sans verbes ni syntaxe.

    Ensuite, il y a les milliers d'artefacts, certains sans précédent et bizarres, que Gomez et ses compagnons exhument de sous la pyramide. "C'est tout un mystère", a déclaré Headrick. "C'est marrant."


    Des chercheurs découvrent du mercure liquide sous la pyramide de Quetzalcoatl à Teotihuacan

    En tant que participant au programme d'associés d'Amazon Services LLC, ce site peut gagner des revenus grâce aux achats éligibles. Nous pouvons également gagner des commissions sur les achats effectués sur d'autres sites Web de vente au détail.

    De grandes quantités de mercure trouvées sous les ruines de l'ancienne Teotihuacan.

    L'archéologue mexicain Sergio Gómez et son équipe ont découvert du mercure liquide au bout du tunnel sous la pyramide du Serpent à plumes, la troisième plus grande pyramide de Teotihuacan.

    Lorsque vous entrez dans le tunnel de la pyramide de Quetzalcoatl à Teotihuacan, la température baisse au fur et à mesure que vous descendez dans le tunnel, l'humidité est notable à l'intérieur et le plancher en bois permet de marcher sur le sol boueux. Selon l'archéologue mexicain Sergio Gómez, les constructeurs voulaient recréer le monde extérieur, alors ils ont creusé jusqu'à ce qu'ils entrent en contact avec l'eau, imitant les rivières de l'extérieur.

    Une vue de Teotihuacan. Crédit d'image : Shutterstock.

    À proximité de l'entrée, une mystérieuse cheminée à l'allure mystérieuse communique avec l'extérieur. Les archéologues pensent que cette cheminée aurait pu être utilisée comme une sorte d'observatoire il y a deux millénaires. Le tunnel a été découvert par hasard lorsqu'en 2003, tout le lieu a été inondé lors de travaux de restauration, permettant aux archéologues de découvrir le tunnel mystique. Les tests GPR et laser ont donné aux chercheurs une idée de l'ensemble de la structure. Un petit robot a été introduit pour explorer les fissures et fournir de plus amples informations aux chercheurs. Une exploration similaire avec l'utilisation de robots a été réalisée en Égypte, bien qu'à une échelle beaucoup plus petite.

    Le but de l'exploration du tunnel était de comprendre ce que les anciens bâtisseurs voulaient tant cacher avec des murs jusqu'à 25 tonnes de terre et de roche. Selon les archéologues, les anciens constructeurs avaient opté une fois pour le tunnel, probablement pour y placer quelque chose. Depuis lors, le tunnel est resté scellé pendant près de 2000 ans. Personne n'avait pénétré ni vu l'intérieur du tunnel.

    Le plafond du tunnel était très intéressant car il avait des traces de poudre métallique qui réfléchissait la lumière dans un motif curieux, presque comme s'il imitait le ciel nocturne. Dans les temps anciens, en entrant dans le tunnel avec des torches, la poussière de métal brillait comme les étoiles. Les chercheurs pensent que ces traces sont des éléments de restes de pyrite ou de magnétite introuvables dans la région de Teotihuacan. Ces métaux ont été apportés d'ailleurs pour peindre le plafond du tunnel.

    À 150 mètres sous le temple du Serpent à plumes, les chercheurs ont découvert 50 000 objets mystérieux, allant des ossements d'animaux, des matraques aux sphères métalliques. La descente à travers le tunnel ressemble à l'entrée d'une mine, mais les objets environnants et le plafond mystérieux ressemblent au voyage vers les enfers, dans une ville énigmatique qui a prospéré entre le II et le V siècle après JC, à 50 kilomètres au nord-est de Mexico.

    L'archéologue mexicain Sergio Gomez et son équipe, à la recherche d'une tombe royale dans le tunnel profond et sombre sous la pyramide construite avant l'empire aztèque, ont découvert un indice qui le rapprocherait de leur objectif : découvrir le mercure liquide. Au cours de leurs recherches, l'équipe dirigée par Gomez a découvert une grande quantité de métal argenté au bout du tunnel sacré qui est resté scellé pendant 1800 ans.

    De nombreux chercheurs croient fermement que l'élément toxique pourrait être un indice qui fournira plus d'informations sur la tombe du premier souverain de Teotihuacan, qui abrite une mystérieuse civilisation ancienne antérieure aux Aztèques, qui reste encore un mystère car les chercheurs n'ont pas de nom. pour eux.

    Les spéculations concernant les traces de mercure ont été innombrables. Gomez pense que le métal aurait pu être utilisé pour représenter une rivière ou un lac du monde souterrain, même si les théoriciens des anciens astronautes suggèrent qu'il aurait pu y avoir une utilisation plus « technologique » du mercure.

    Des traces de mercure ont déjà été trouvées en petites quantités dans quelques sites mayas plus au sud, mais il n'a jamais été trouvé à Teotihuacan jusqu'à présent.
    Le mercure est un élément très difficile à extraire, apprécié pour ses propriétés réfringentes, il est aujourd'hui utilisé dans de nombreux appareils. Le mercure était rare dans l'ancien Mexique et certains chercheurs pensent que ses caractéristiques auraient pu donner des caractéristiques surnaturelles à ses dirigeants.

    Quelle utilité les anciens habitants de Teotihuacan pouvaient-ils avoir pour Mercure et Mica ?

    Le mercure est un métal lourd, blanc argenté. Comparé à d'autres métaux, c'est un mauvais conducteur de chaleur, mais un bon conducteur d'électricité. Le mica est un excellent conducteur d'électricité. Le mercure est le seul métal élémentaire connu pour fondre à une température généralement froide.


    Le mercure liquide peut conduire à la tombe royale dans la mystérieuse ville pré-aztèque

    Un archéologue mexicain, Sergio Gomez a découvert du mercure liquide sous une ancienne pyramide pré-aztèque appelée la « Pyramide du serpent à plumes ». Cela pourrait indiquer la présence d'une tombe royale juste en dessous de l'une des villes les plus cryptiques des Amériques.

    Gomez a annoncé vendredi la découverte de grandes quantités de l'élément dans une chambre au bout d'un tunnel sacré qui avait été scellé pendant près de 1800 ans, au plus profond des entrailles de la mystérieuse ville antique de Teotihuacan.

    En raison de la signification surnaturelle potentielle du mercure liquide dans les fins rituelles, Gomez espère qu'il trouvera plus profondément dans le complexe le dernier lieu de repos d'un ancien roi.

    Rapports de RT : Ce qui rend la découverte plus excitante, c'est la ville elle-même, censée provenir de la même période que les grandes cités-États mayas, mais encore moins explorée - même ses habitants n'ont pas de nom, et il y en avait 200 000, vivant parmi des pyramides de pierre gargantuesques il y a 1 300 à 1 900 ans.

    Six années de travail ont porté leurs fruits lorsque Gomez et ses collègues ont réussi à se frayer un chemin dans un ancien tunnel découvert en 2003 qui était resté scellé pendant tout ce temps, fermé par les habitants eux-mêmes. Mais ce n'est que l'année dernière, après avoir réuni des ressources substantielles pour mener des recherches au plus haut niveau, que l'archéologue a annoncé la découverte de trois chambres à près de 12 mètres (39 pieds) sous le temple. Immédiatement, ils ont trouvé des objets de valeur symbolique – des statues de jade, des restes de jaguar et divers objets sculptés à la main.

    La présence du métal liquide hautement toxique et inodore est particulière, car les anciens Américains n'en avaient aucune utilité, mais il a également été découvert sur trois autres sites antiques par un anthropologue de Berkley – jamais à Teotihuacan. Gomez pense que cela signale la présence d'une tombe.

    Si cela est vrai, il s'agit de la première tombe découverte à Teotihuacan, après des décennies d'exploration.

    Le nom de la ville est traduit par ‘demeure des dieux’ de la langue aztèque nahuatl. À son attrait mystérieux s'ajoute le fait que, comparée aux Mayas, cette cité-État n'a laissé aucune trace écrite. Tout ce que l'on sait, c'est qu'il était différent des Mayas à bien des égards. Mais nos connaissances ne s'améliorent qu'après le 14ème siècle, lorsque les Aztèques sont arrivés. Teotihuacan avait été abandonnée par ses habitants bien avant cette date.

    Son point de vue est partagé par certains membres de la communauté des archéologues, qui pensent que le mercure aurait pu être utilisé pour symboliser une rivière souterraine. L'aspect élégant et la réflectivité de Mercury doivent avoir prêté à son utilisation rituelle.

    “But it’s still very uncertain, and that is what keeps everybody in suspense,” another archaeologist, Geoerge Cowgill, told Reuters. He’s been digging in the ancient city for four decades now.

    Now Gomez and team are painstakingly exploring the three chambers, deep in the dank and humid corridors, wearing protective gear to shield themselves from mercury poisoning. Anytime now, Gomez expects to come across the elusive dead king.

    Mexican city-states are mysterious because little is known about how they lived, governed, or even how that governance had led them all to collapse onto themselves. Discovering a royal tomb in Teotihuacan would provide a major piece to that puzzle.

    Visitors look on at the archaeological area of the Quetzalcoatl Temple near the Pyramid of the Sun at the Teotihuacan archaeological site


    Liquid mercury found inside Mexican pyramid could hold key to Teotihuacan's royal tomb

    After six years of pain-staking archeological work inside of Teotihuacan's famed Pyramid of the Plumed Serpent in Mexico, researchers have come across a curious discovery that may bring them one step closer to finding the pre-Aztec pyramid’s royal tomb.

    Beside the stone sculptures, fine jewelry and giant seashells, archeologist Sergio Gómez came across "large quantities" of liquid metal deep in the bowels of the temple complex at the end of a sacred tunnel sealed off to the world for nearly 1,800 years.

    "It's something that completely surprised us," Gomez said, according to Reuters.

    The discovery of the liquid metal has led some scientists to speculate that it marks part of the tomb of Teotihuacan's first ruler. Gomez says that the mercury may have been used to symbolize an underworld river or lake, but adds that this is just speculation as little is actually known about the society that inhabited the temple complex.

    Annabeth Headrick, a professor at the University of Denver and the author of works on Teotihuacan and Mesoamerican art, added that reflective qualities of liquid mercury may have resembled "an underworld river, not that different from the river Styx," Headrick said, “if only in the concept that it’s the entrance to the supernatural world and the entrance to the underworld."

    "Mirrors were considered a way to look into the supernatural world, they were a way to divine what might happen in the future," she said, according to the Guardian. "It could be a sort of river, albeit a pretty spectacular one."

    The inhabitants of Teotihuacan were contemporaries of several ancient Maya cities, but unlike their breather farther south little is known about them and scientists don’t even have a name for the group.

    Teotihuacan was a city of massive stone pyramids that was home to as many as 200,000 people and was the heart of an ancient empire that flourished between 100 and 700 A.D., but was abandoned long before the Aztecs came to power in the 14th century. Leaving no written record of their history, the society of Teotihuacan, or "abode of the gods" in the Aztec language of Nahuatl, is only known to be distinct from the Mayan civilization.

    At its peak, Teotihuacan is believed to have been ruled by not one king, but a council of four lords, said Mexican archeologist Linda Manzanilla, pointing to the lack of one single royal palace or existence of kings in any of the city's numerous murals.

    Work on the excavation of the temple has been a slow and arduous process slowed by humidity, mud and now the need for protective gear because of the liquid mercury.

    Still the discovery of the liquid metal has bolstered archaeologist’s hopes that they are close to finding a royal tomb.

    "But it's still very uncertain, and that is what keeps everybody in suspense," George Cowgill, a U.S. archeologist who has worked for over four decades at Teotihuacan.

    Like us on Facebook
    Suivez-nous sur Twitter & Instagram


    Liquid Mercury Found Under Pyramid at Teotihuacan

    After 10 years of research, archaeologists have stumbled upon an unexpected clue to one of the biggest discoveries ever made at the archaeological site of Teotihuacan.

    Some months ago Mexico News Network covered the discovery of a 100m long tunnel under the pyramid of the Feathered Serpent. Since then, researchers have recently found “large quantities” of liquid mercury.

    It is believed that the mercury had been placed there on purpose. In fact, this metal has been found at three other archeological sites, mostly of the Maya culture. Researchers believe that it may have held ritual significance, perhaps to symbolize some sort of river to the underworld.

    Mexican researcher and head of the team, Sergio Gomez stated that this discovery may serve as a guide to what may very well be the first royal tomb to be found in Teotihuacan. Deep in the tunnel there are three chambers and some of them may be the final resting place of a monarch.

    Should this be the case, it may shed light on the largely unknown history of this civilization and its political society. At its peak of splendor – between 100 and 700 A.D. – Teotihuacan had a population of around 200,000.

    Quoted in El Universal, Mexican archeologist Linda Manzanilla pointed out that Teotihuacan was governed by a council of four “co-rulers”. This might explain the absence of a main palace or the depiction of monarchs on its murals. She also added that what Gomez may have found could be the remains of one of these ancient rulers.

    Teotihuacan lacks any written records which leaves little to work with in deciphering the city’s history prior to its abandonment, which is calculated to have taken place in the 7th or 8th century. Even the name “Teotihuacán” (náhuatl for “birthplace of the gods”) was given centuries after the collapse by Aztecs who found the ruins and believed the site to be a sacred place where the gods used to live.

    The city, dubbed the abode of the gods in the ancient language Nahuatl, was once the nucleus of an empire. About 200,000 people are thought to have lived there between 100 and 700 A.D., until its residents mysteriously hightailed it away. The city remained largely intact, but much is unknown about its people, how life flourished there and who was in the seat of power. Also unknown is whether power was passed down through a dynasty or if the ruler was an overlord.

    Due to thick humidity and mud in the area, few excavations have been attempted at the site. The Spaniards did so in the 17th century, but no real progress was made until the 20th century.

    Upon unsealing the tunnel in 2003, Gómez and his team dug up treasures including jaguar remains, enormous seashells, jade statues and rubber balls. The team in November 2014 discovered three chambers at the end of the tunnel, which had remained intact for about 1,800 years.

    For now, it’s unclear how the Mesoamericans living in Teotihuacan used the metal. But it’s also been found in other excavations throughout Central America, specifically in Mayan ruins farther south. Mercury, which is highly poisonous, was regarded as a rarity among Mesoamerican people, and may have borne ritualistic significance given its reflective properties.

    In an interview with Reuters, Gómez said the mercury, which may have been used to symbolize an underworld body of water, could possibly lead researchers on a path to a royal tomb long believed to sit underneath Teotihuacan. The speculation isn’t mercurial on their part: In Mesoamerican lore, reflective surfaces, such as mirrors, functioned as portals into both the future and as the river that they believed carries us all after death, something not unlike the Styx from Greek mythology.

    Much work remains to be in done digging out the tunnel, and with uncoding the hieroglyphics scattered throughout the city. But Gómez believes the team will complete its dig by October, and an announcement of the findings is expected later in 2015. U.S. archaeologist George Cowgill, who’s devoted his life to unearthing the site, said the mercury find is just the beginning. “It’s still very uncertain, and that is what keeps everybody in suspense,” he told Reuters.

    Mesoamerican lore believes that reflective surfaces, such as rivers, can be portals into supernatural realms and symbolize death, such as the river Styx from Greek mythology.


    Voir la vidéo: Quetzalcoatl The Feathered Serpent of Aztec u0026 Mayan Mythology (Novembre 2021).