Podcasts sur l'histoire

William Ashley

William Ashley

William Ashley est né dans le comté de Chesterfield, en Virginie, vers 1778. Jeune homme, il a déménagé dans le Missouri où il est devenu commerçant à Sainte-Geneviève. Il a ensuite rejoint l'armée et en 1812 avait atteint le grade de lieutenant-colonel.

Ashley a déménagé à St Louis et en 1819 a été élu lieutenant-gouverneur du Missouri en 1820. Ashley et Andrew Henry ont décidé de former la Rocky Mountain Fur Company. Le 13 février 1822, ils placèrent une annonce dans le Missouri Gazette et conseiller public où il a appelé 100 hommes entreprenants à « remonter le fleuve Missouri » pour participer à l'entreprise de collecte de fourrures. Parmi ceux qui ont accepté de se joindre à la fête figuraient James Bridger, Tom Fitzpatrick, William Sublette, Jim Beckwourth, David Jackson, Hugh Glass, Jedediah Smith, James Clyman et Edward Rose.

L'entreprise d'Ashley a été la première à dépendre principalement du piégeage du castor plutôt que de l'acheter aux Amérindiens. Ashley n'a pas payé de salaire fixe aux trappeurs. Au lieu de cela, en échange de leur transport dans les montagnes Rocheuses, il a pris une part des fourrures qu'ils ont obtenues.

Le 30 mai 1823, Ashley et son groupe de 70 hommes sont attaqués par 600 Arikaras. Douze des hommes d'Ashley ont été tués et les autres ont été contraints de battre en retraite. Jedediah Smith s'est porté volontaire pour contacter Andrew Henry et ramener des renforts. Un message a été renvoyé à St Louis et le colonel Henry Leavenworth de la sixième infanterie américaine et plus tard 200 soldats et 700 alliés Sioux ont attaqué les villages Arikara.

En 1825, Ashley confia à Jedediah Smith la responsabilité des trappeurs et retourna à St Louis. L'année suivante, il vendit son entreprise à Smith et à deux autres montagnards.

Ashley est maintenant entrée en politique et a été élue à la Chambre des représentants, mais a été battue deux fois pour le poste de gouverneur.

William Ashley est mort d'une pneumonie le 26 mars 1838.

Après un travail acharné et dur de deux jours, nous retournâmes à notre ancien campement avec la perte de quelques-uns de mes chevaux et mes hommes excessivement fatigués. Nous trouvâmes que la neige avait de trois à cinq pieds de profondeur et qu'elle était si solidement fixée qu'elle rendait notre passage à travers elle totalement impraticable. Cette montagne est boisée d'une belle croissance de pins blancs et de toutes les apparences est un pays délicieux à parcourir en été. Après être resté un jour de plus au camp pour reposer mes hommes et mes chevaux, je le quittai une seconde fois et me dirigeai vers le nord le long de la base des montagnes. Au fur et à mesure que j'avançais, j'étais ravi du paysage bigarré présenté par les vallées et les montagnes, qui étaient animés par d'innombrables troupeaux d'antilopes buffles et de moutons de montagne en train de paître sur eux, et ce qui ajoutait un degré d'intérêt non négligeable à l'ensemble de la scène, était les nombreux petits ruisseaux sortant des montagnes, bordés d'une maigre pousse de petits saules et richement peuplés de castors. Comme mes hommes pouvaient s'employer avec profit sur ces ruisseaux, je me déplaçais lentement, ne faisant en moyenne pas plus de cinq ou six milles par jour et restais parfois deux jours au même campement.

Jedediah Smith, un jeune homme très intelligent et confidentiel, qui avait la charge d'un petit détachement, a déclaré qu'il avait, à l'automne 1824, traversé les sources du Rio Colorado à Lewis fork de la Columbia et en bas le même environ un cent milles, de là vers le nord jusqu'à l'embranchement de Clark sur la Columbia, où il trouva un établissement commercial de la compagnie de la baie d'Hudson, où il resta quelques semaines. M. Smith s'est assuré auprès du monsieur qui avait la charge de cet établissement, que la compagnie de la baie d'Hudson avait alors à son emploi, faisant du commerce avec les Indiens et piégeant le castor des deux côtés des montagnes Rocheuses, environ 80 hommes, dont 60 étaient généralement employés comme trappeurs et ont limité leurs opérations à ce district appelé le pays des serpents, que M. Smith a compris comme étant confiné au district revendiqué par les Indiens Shoshone. Il apparaissait d'après le compte, qu'ils avaient pris dans les quatre dernières années dans ce district quatre-vingt mille castors, équivalant à cent soixante mille livres de fourrures.

Vous pouvez vous faire une idée de la quantité de castors que ce pays possédait autrefois, quand je vous dis que certains de nos chasseurs en avaient pris plus d'une centaine au cours de la dernière chasse printanière dans des ruisseaux qui avaient été piégés, comme je l'ai appris, chaque saison. depuis quatre ans.

Certains des Indiens sont arrivés hier soir avec leurs familles, d'autres tôt ce matin. J'ai invité leurs chefs et guerriers à fumer, je les ai informés que je voulais acheter 7 chevaux et leur ai montré les biens que je donnerais pour eux. Ils ont exprimé leur satisfaction de l'offre libérale qui leur a été faite, mais tel est l'usage qu'ils font de leurs chevaux et la valeur qu'ils leur accordent que j'en ai difficilement acheté deux - ils ont exprimé une grande amitié pour les Américains & leur conduite vérifie leurs professions, je fut très surpris de l'apparence de ces gens, je m'attendais à les trouver un pauvre ensemble d'êtres sans vie, dépourvus des moyens ou de la disposition pour se défendre ; alarmés à la vue d'un homme blanc, mais au contraire, ils m'ont rencontré avec une grande familiarité et une grande aisance étaient vêtus de peaux de mouton de montagne et de robes de buffle supérieures à toutes les bandes d'Indiens à ma connaissance à l'ouest de Council Bluffs.

Je partis sur le chemin du retour avec 50 hommes, dont 25 devaient m'accompagner jusqu'à un point navigable de la rivière Big Horn, de là pour revenir avec les chevaux employés au transport des fourrures. J'avais quarante-cinq meutes de castors en cache à quelques kilomètres à l'est de notre route directe. J'ai emmené avec moi 20 hommes, j'ai passé par l'endroit, j'ai soulevé la cache et j'ai procédé dans une direction pour rejoindre l'autre groupe, mais, avant de les rejoindre, j'ai été attaqué deux fois par des Indiens d'abord par un groupe de Pieds-noirs au nombre d'environ 60. . Ils firent leur apparition au point du jour, criant de la manière la plus hideuse et employant tous les moyens en leur pouvoir pour alarmer nos chevaux, quoique étroitement entravés, se brisèrent par la garde et s'enfuirent. Une partie des Indiens étant à cheval, ils réussirent à récupérer tous les chevaux sauf deux, et blessèrent un homme. Une tentative a également été faite pour prendre notre camp, mais en cela ils ont échoué. La nuit suivante, j'ai envoyé un express pour sécuriser les chevaux du groupe de nos hommes qui avaient pris une route directe. Deux jours plus tard, j'ai reçu l'aide désirée et j'ai repris ma route, parcouru une dizaine de milles et campé sur une situation éligible. Cette nuit-là, vers 12 heures, nous avons de nouveau été attaqués par un groupe de guerre d'Indiens Crow, ce qui a entraîné la perte d'un des Indiens tués et un autre d'une balle dans le corps, sans aucune blessure pour nous. Le lendemain, j'ai rejoint mon autre groupe et me suis rendu directement à mon lieu d'embarquement juste en dessous de la montagne Big Horn, où je suis arrivé le 7 août.

En y passant, je ne découvris rien de remarquable dans les traits du pays. Il offre généralement un moyen facile de voyager. La seule partie très accidentée de la route consiste à traverser la montagne Big Horn, qui mesure environ 30 miles de large. J'ai fait explorer la rivière Big Horn depuis la montagne de Wind River jusqu'à mon lieu d'embarquement. Il y a peu ou pas de difficulté dans la navigation de cette rivière de son embouchure à la montagne Wind River. Il peut être remonté jusque-là à un niveau d'eau tolérable avec un bateau tirant trois pieds d'eau. La rivière Yellowstone est une belle rivière pour naviguer. Il y a des rapides qui s'étendent au-dessus de la rivière Powder à environ cinquante milles, mais j'ai trouvé environ quatre pieds d'eau au-dessus.


William Ashley

Mountain Men - comme celui illustré ci-dessus - ont été recrutés dans le cadre d'Ashley's Hundred

En 1822, William Ashley avait réussi sa propre vie. Il avait gagné une somme d'argent considérable en extrayant du salpêtre d'une grotte du Missouri pour la fabrication de poudre à canon. Pendant la guerre de 1812, il avait obtenu le grade de général de brigade dans la milice de l'État du Missouri. En 1820, il fut même nommé lieutenant-gouverneur de son État d'adoption. Pourtant, Ashley avait de plus grandes ambitions, ce qui est vite devenu évident dans une célèbre publicité que lui et son partenaire Andrew Henry ont publiée dans les journaux de St. Louis.

"Ashley's Cent"
Ils recherchaient des « jeunes hommes entreprenants pour remonter la rivière Missouri jusqu'à sa source » pour le piégeage de la fourrure jusqu'à trois ans, ainsi la Rocky Mountain Fur Company est née en 1822. Les jeunes hommes qui ont répondu à l'annonce sont un véritable who's who de la frontière l'histoire. Jim Bridger, Jedediah Smith, Jim Beckwourth, William Sublette, la liste est longue, au point qu'ils sont connus sous le nom de "Ashley's Hundred".

Tous ces hommes avaient au moins deux choses en commun : une soif d'aventure et ils seraient dirigés par Ashley. En effet, la publicité d'Ashley et Henry conduirait aux premières explorations du pays de Bighorn Canyon.

La Rocky Mountain Fur Company serait en concurrence directe avec la Missouri Fur Company. Il lui faudrait faire des incursions dans de nouveaux territoires, à la recherche de riches zones de piégeage du castor. La première expédition dans le pays de Bighorn Canyon a eu lieu en 1823 lorsque la société a envoyé des courriers à travers le sentier de Bad Pass pour envoyer des messages dans la région de Wind River, dans le Wyoming.

Ces messages informaient les trappeurs qu'il y aurait un rendez-vous sur le Yellowstone avec la Rocky Mountain Fur Company fournissant des marchandises commerciales. Bien que cela ait rencontré un certain succès, Ashley avait une idée visionnaire pour les années à venir qui allait changer radicalement la façon dont le commerce des fourrures était mené. Au lieu de faire venir les trappeurs à leurs postes, le partenariat Ashley-Henry amènerait les marchandises à un lieu de rencontre prédéterminé où les trappeurs pourraient apporter leurs fourrures à échanger en échange d'une variété de marchandises. Ainsi est né le Rendez-vous.

Perfectionner le rendez-vous
En 1824, à la suite d'une expédition cauchemardesque - caractérisée par des difficultés, des activités hostiles et de faibles profits - le partenaire fondateur d'Ashley, Andrew Henry, abandonne le commerce des fourrures. Ashley s'est rendue sur le terrain pour un voyage historique qui a changé à jamais le commerce des fourrures.

Ashley et ses hommes partirent en expédition à l'automne 1824. Ils couvriraient des parties du Colorado, du Wyoming, de l'Idaho et de l'Utah actuels. Neuf mois plus tard, au début de juillet 1825, un rendez-vous très réussi a eu lieu à Henry's Fork of Green River, dans ce qui est aujourd'hui l'ouest du Wyoming. De ce rendez-vous, Ashley et ses hommes sont revenus par le Bad Pass Trail. Le Bad Pass était un détour à travers les terres accidentées à l'ouest de Bighorn Canyon. Ashley n'oserait pas risquer de perdre ses riches meutes de fourrures de castor dans les eaux imprévisibles du Bighorn.

Un membre de cette expédition inaugurale a cependant tenté les rapides. Jim Bridger, montagnard par excellence, a construit un bateau en bois flotté et a réussi à naviguer dans le Bighorn, réalisant le premier passage enregistré à travers le canyon. Le 7 août, le groupe d'Ashley est arrivé juste en dessous de l'embouchure du canyon - la fin du sentier Bad Pass - à Grapevine Creek. Ici, ils ont construit des bullboats au cours des 5 jours suivants, faisant flotter le Bighorn. Une partie de l'entreprise, dirigée par William Sublette, a été renvoyée sur le Bad Pass Trail pour continuer à piéger dans la région de Green River.

Valeur et efficacité
Le retour de la rivière s'est déroulé sans incident pour Ashley et les autres membres de sa compagnie. Le 4 octobre 1825, ils arrivent à Saint-Louis avec 100 paquets de peaux de castor d'une valeur de 50 000 $. L'importance et le succès du voyage d'Ashley ont duré longtemps.

Le système de rendez-vous apportait des marchandises et des fournitures aux montagnards à un point central prédéterminé. Cela se produirait au plus fort de l'été, lorsque les castors avaient quitté les ruisseaux. Les marchandises commerciales seraient désormais acheminées par voie terrestre, de sorte que la traite des fourrures n'était plus liée aux voies navigables. La compagnie d'Ashley s'inquiéterait de la navigation sur les voies navigables jusqu'à Saint-Louis, tout ce que les trappeurs avaient à faire était de se présenter à un endroit fixe. Les fourrures seraient désormais piégées par de petits groupes qui avaient un intérêt direct dans le système de rendez-vous.

Ils pouvaient rester sur le terrain plus longtemps, tandis que le rendez-vous devenait leur bouée de sauvetage une fois par an. Le rendez-vous est devenu plus qu'un simple lieu de commerce, il s'est transformé en un festival d'une semaine au cours duquel les trappeurs mangeaient, buvaient, jouaient à des jeux et racontaient des histoires. Ces rencontres sont devenues un mode de vie.

Changements de style
L'implication d'Ashley dans le commerce des fourrures a été de courte durée, bien que l'héritage de son système ait perduré pendant plus d'une décennie. Bien qu'il ait innové le système de rendez-vous, Ashley a vendu en 1826. À partir de ce moment, il s'est tourné vers la politique. Il a remporté trois fois les élections à la Chambre des représentants des États-Unis dans les années 1830. En 1836, il se détourna de la politique nationale et tenta de se présenter comme gouverneur du Missouri. Il perdrait gravement, ironiquement, car sa position pro-business n'était pas à la mode en ce moment.

En l'absence d'Ashley, le rendez-vous a continué de croître. Il a culminé au début des années 1830. Au moment du décès d'Ashley en 1838, les ressources de castor étaient épuisées et un changement de style s'éloignant des chapeaux de fourrure de castor a conduit à la fin du rendez-vous. Néanmoins, le sens des affaires innovant de William Ashley avait changé l'Occident pour toujours. Maintenant, des régions auparavant éloignées telles que Bighorn Canyon étaient de plus en plus connues.


Lectures complémentaires

Il n'y a pas de biographie d'Ashley, mais Dale L. Morgan, éd., L'Ouest de William H. Ashley (1964), donne le récit le plus complet de sa vie. Voir aussi Harrison C. Dale, éd., Les explorations Ashley-Smith et la découverte d'une route centrale vers le Pacifique, 1822-1829 (1918). Dale L. Morgan, Jedediah Smith et l'ouverture de l'Occident (1953), donne beaucoup de matériel collatéral. Pour un compte rendu général de la traite des fourrures, voir Hiram M. Chittenden, Le commerce américain des fourrures du Far West (3 vol., 1902 2e éd., 2 vol., 1935).


William Ashley - Histoire

William Henry Ashley est né pauvre dans le comté de Powhatan, en Virginie, en 1778. Il a ensuite déménagé à St. Genevieve, Mo. (alors Haute Louisiane), en 1803. Cette zone avait été contrôlée par les Espagnols jusqu'à la fin de 1800, date à laquelle elle a été cédée. par l'Espagne vers la France. À Pâques 1803, Napoléon annonce sa décision de vendre le territoire de la Louisiane aux États-Unis. Ashley était dans ce nouveau territoire l'année où il est devenu une partie des États-Unis. Il est arrivé dans ce nouveau territoire avec "une connaissance de l'arpentage et une légère familiarité avec la géologie".

Lewis & Clark ont ​​commencé leur expédition historique près de St. Louis le 21 mai 1804 et sont revenus à St. Loius le 23 septembre 1806. Ils ont utilisé les rivières Missouri et Yellowstone de la même manière qu'Ashley et ses hommes le feraient plus tard.

Ashley a déménagé à Saint-Louis vers 1808 et est devenu brigadier général dans la milice du Missouri pendant la guerre de 1812. Avant la guerre, il a exploité une usine de poudre à canon après avoir découvert une grotte dans le comté de Texas, Missouri qui était une source de salpêtre, un élément vital ingrédient de la poudre à canon. Son futur partenaire, Andrew Henry possédait une usine qui produisait des balles. C'est ainsi que les deux ont gagné leurs premières fortunes.


The Ashley Hawken Part I - Archives des explosions de muselière

L'Ashley Hawken a été construit spécifiquement pour le général William Henry Ashley, par Jacob et Samuel Hawken, pour défendre ses quillards contre les Indiens hostiles, alors que les commerçants de fourrures remontaient le fleuve Missouri pour établir des postes de traite. Le fusil devait être capable de tirer plus loin que les canons commerciaux utilisés par les Indiens, qui tiraient souvent des rives en surplomb le long de la rivière, lorsque les quillards passaient. Par conséquent, un « Super Hawken » a été construit qui pouvait lancer une balle d'une once avec une précision supérieure à 200 mètres.

L'année était 1822. Le général Ashley et son partenaire William Henry, avaient placé la célèbre annonce dans le journal St. Louis le 13 février, pour « cent jeunes hommes entreprenants, pour remonter le fleuve Missouri jusqu'à sa source et être employés pendant un à trois ans au piégeage des fourrures ». Les hommes qui ont répondu à l'annonce sont finalement devenus le who's who de la traite des fourrures aux États-Unis, dont des grands comme Jim Bridger, Hugh Glass, Jedediah Smith, William Sublette, David Jackson, James Clyman, Jim Beckwourth et Thomas Fitzpatrick.

En avril 1822, Henry et les trappeurs libres, qui ont répondu à l'annonce dans les journaux, ont remonté la rivière Missouri jusqu'à l'embouchure de la rivière Yellowstone dans un quillard et ont ensuite établi Fort Henry près de la frontière entre le Montana et le Dakota du Nord. Un deuxième bateau avec leurs provisions pour l'hiver a quitté Saint-Louis un mois plus tard, mais a coulé à seulement 300 milles en amont de Saint-Louis. Une dépêche a été envoyée au général Ashley à St. Louis qui, en 18 jours, a obtenu un crédit et a assemblé un autre bateau de ravitaillement. Cette fois, Ashley est allée avec le bateau de ravitaillement et est arrivée à Fort. Henri en octobre. Capable de ravitailler le fort, il quitte le fort Henry et retourne à Saint-Louis pour se préparer à la saison 1823.

Les quillards, qui ne déplaçaient qu'environ deux pieds d'eau, étaient souvent utilisés par les commerçants de fourrures sur les eaux peu profondes de la rivière Missouri. Ils mesuraient généralement de 40 à 80 pieds de long et étaient construits avec une forte quille centrale qui aidait à dévier les obstacles dans les eaux peu profondes. À l'exception d'un rare jour où la voile était utile, ils étaient soit ramés, soit à la hampe, soit tirés vers l'amont par un équipage de 20 à 30 hommes.

Les canons pivotants étaient souvent utilisés sur les bateaux fluviaux pour la défense à courte portée. Ils mesuraient de 18" à 36" de long et avaient un alésage lisse de un à deux pouces de diamètre. Cet alésage était tout à fait approprié pour une poignée de balles de mousquet, mais n'était efficace que pour la défense à courte portée. L'expédition Lewis et Clark de 1804-1806 avait un canon pivotant monté sur la proue de leur quillard par le capitaine Clark, mais il n'a jamais été utilisé.

C'est probablement au cours de l'hiver 1822/23, après son retour de son premier voyage sur la rivière Missouri, que le général Ashley a commandé à l'armurerie Hawken la construction d'un Super Hawken, pour lutter contre le harcèlement continu de ses quillards par les Indiens. Le canon devait être conçu pour le tir à longue distance et capable d'atteindre avec précision les nombreuses falaises de la rivière qui se trouvent au-dessus de la rivière Missouri.

Nous ne savons que trois choses avec certitude sur les Ashley Hawken à partir d'informations données dans une interview dans un journal de 1882 avec Sam Hawken. Tout d'abord, il a été construit par l'atelier Hawken pour le général Ashley. Lorsque Sam Hawken a accordé l'interview au journal, il avait 90 ans et était très « inclusif » dans son souvenir des premières années. En 1821, Jacob figurait dans le premier annuaire de la ville en tant qu'armurier. Sam est arrivé à Saint-Louis le 3 juin 1822, un an plus tard. Sam a simplement rappelé que « Nous avons fourni l'arme à Ashley ».

Je ne crois pas que cela ait été signalé auparavant, mais ce fusil aurait été J.&S. Fusil Hawken Serial #1, ou le premier fusil construit avec les talents combinés de Jacob et Samuel Hawken. Dans l'interview du journal, Sam l'a appelé un « Super Rifle », car il tirait une balle d'une once à partir d'un canon de trois pieds et demi de long. Ces spécifications de base laissent une place considérable à la spéculation sur toutes ses caractéristiques, mais d'autres indices peuvent nous aider à déterminer sa configuration probable.

Jacob Hawken est arrivé à Saint-Louis en 1819, après avoir travaillé de 1808 à 1818 à l'arsenal de Harper's Ferry en Virginie. Il connaissait très bien les caractéristiques fortes et faibles des États-Unis.Carabine Harper's Ferry modèle 1803 et modèles ultérieurs de carabines du gouvernement américain. Il regarda les raccords en laiton céder la place à des raccords en acier plus solides. Le calibre des modèles gouvernementaux a été augmenté au calibre 69 pour étendre leur portée effective. Les canons des derniers modèles 1821 étaient ronds et mesuraient 42 pouces de long.

Lorsque Jacob Hawken est arrivé à Saint-Louis, lui et James Lakenan, un autre armurier qui avait travaillé à l'armurerie de Richmond, en Virginie, ont partagé une maison en rondins de 1820 à 1825. Jake, et plus tard Sam, ont tous deux été influencés par l'armurier de Virginie James Lakenan. , et les fusils montés en fer qui provenaient de la région de Virginie sur la côte est. Le Super Hawken qui devait être construit pour Ashley serait naturellement le produit des expériences de Jake Hawken et James Lakenan au cours de leurs nombreuses années de travail dans les armureries.

Une quatrième caractéristique souvent non mentionnée de l'Ashley Hawken est qu'il s'agissait d'un fusil à silex. Indépendamment de la date à laquelle la casquette à percussion a été inventée à l'origine en Europe, ils ont été vus pour la première fois sur la côte est en 1825/26, puis annoncés pour la première fois à la vente à Saint-Louis en 1831. L'Ashley Hawken a précédé l'introduction de la casquette à percussion en la région de St. Louis, et c'était un fusil à silex. En raison de la familiarité de Jake avec les fusils du gouvernement américain de 1803 à 1821, il aurait probablement choisi l'une des serrures à silex larges et fiables utilisées sur les modèles de mousquets Springfield américains.

Comme indiqué dans le numéro d'août 1976 du Le rapport Buckskin, il y a eu une tentative antérieure de construire une interprétation du Hawken à silex de calibre 69 du général Ashley. Ces notables de l'époque ont combiné leurs talents pour faire de John 'Dinglehoofer' Baird une copie de Hawken d'Ashley. Il s'agissait d'Andy Baker (stockmaker), Bill Large (fabricant de tonneaux), Tom Dawson (flintlock), Bob Roller (déclencheurs), Jack Haugh (déclencheur), Bill Fuller (plaque de couche), Randy Cochran (bois) et Tony Lageose (gravure ). Le fusil fini pesait 11,75 livres et était doté d'un canon octogonal de 37-1/2" de long avec une épaisseur de 1,1875" à la culasse et de 1,0625" au museau. Le fusil bien garni a été exposé et tiré à Friendship, IN avec une balle ronde de 0,690" de diamètre, un patch en denim de 0,016" d'épaisseur et 160 grains de poudre noire GOI 2FFg. Sa puissance et son recul étaient impressionnants…!

Les photos de ce fusil montrent que son style est plus représentatif d'un des premiers J.&S. Fusil Hawken complet avec fixations en fer. Je crois qu'une meilleure interprétation du fusil original peut maintenant être faite. Avant de commencer ma recréation du Super Hawken d'Ashley, j'ai consulté Don Stith, Bob Roller et d'autres insectes Hawken d'aujourd'hui. Ce qui suit est mon raisonnement pour sélectionner les composants de base du fusil.

Calibre - Dans l'interview de Sam Hawken dans un journal de 1882, il dit que Hawken d'Ashley a lancé une balle d'une once. Techniquement, une boule d'une once pèserait 437,5 grains ou aurait un diamètre d'environ 0,660". Dans la littérature, j'ai vu le calibre cité de tout de 66 à 69-calibre. Le mousquet américain Springfield - modèle 1821, le dernier mousquet à silex acheté par l'armée américaine, était un calibre 69 à canon lisse. Je crois que la référence de Sam à une «boule d'une once» ferait référence à la balle de calibre 69 qui était la norme du jour et utilisée dans les mousquets à longue portée les plus avancés fabriqués avant 1822.

Canon --Selon Sam Hawken, le canon mesurait trois pieds et demi (42") de long, soit la même longueur que le Springfield Musket américain--Modèle 1821. Cette longueur de canon serait nécessaire pour obtenir une vitesse adéquate d'un Balle de calibre 69 pour le tir à longue distance. Pour obtenir la précision requise à 200 mètres, le canon aurait dû être rayé. Jake savait qu'un canon octogonal était plus fort que les canons ronds utilisés sur les mousquets américains, et en prime, cela ajouterait du poids au fusil pour réduire le recul ressenti.

Serrure --Je crois que Jake aurait utilisé une serrure en silex similaire à l'un des modèles américains Springfield 1803 à 1821 ou en aurait retiré l'un. Ils étaient grands et fiables - utilisant un gros silex de la taille d'un mousquet pour produire une quantité massive d'étincelles. Ces serrures utilisaient un marteau renforcé pour renforcer le marteau, réduisant ainsi le risque de casse en cas d'utilisation répétée et intensive.

Plaque de couche --Je crois que Jake aurait utilisé une plaque de couche en fer plat comme c'était la norme sur les modèles militaires. Une plaque de couche plate aurait beaucoup mieux diminué les effets du recul du feutre que les plaques de couche de type croissant utilisées sur les fusils Kentucky et plus tard Hawken.

Gâchettes et garde - Je pense que Jake aurait voulu incorporer un système de gâchette à double réglage sur le fusil pour améliorer la précision du tir sur les plus longues distances. Pour accueillir les détentes à double jeu, un pontet de style anglais avec un grand arc a probablement été utilisé.

Crosse -- Le modèle Springfield américain 1821 utilisait une crosse pleine longueur avec son canon de 42 pouces. Jake aurait donné au stock une conception de stock plus de type Tennessee avec un poignet plus fin pour incorporer les déclencheurs à double jeu, le tout en combinaison avec une longue soie pour plus de force. Le noyer américain ou l'érable conviendraient. Un petit patchbox similaire au Harper's Ferry de 1803, mais en acier, conviendrait pour cette période et pour les Rocheuses !

Dans la partie II, je détaillerai la construction d'un fusil pour correspondre aux caractéristiques connues et proposées de l'Ashley Hawken.

Cet article a été publié dans le magazine Muzzle Blasts en juillet 2017. Une archive numérique des magazines Muzzle Blasts de 1939 à aujourd'hui est disponible pour tous les membres de la NMLRA.


3 réflexions sur &ldquoWilliam Ashley et la Rocky Mountain Fur Company&rdquo

Vos “faits” sont défectueux.
Ashley et Henry se sont associés dans une entreprise de commerce et de piégeage des fourrures à partir de 1822. Cependant, ils ne l'ont pas nommée « Rocky Mountain Fur Company ». La société qui a racheté Ashley – “Smith, Jackson et Sublett” non plus. Après “SJ&S” un autre groupe de trappeurs – Thomas Fitzpatric, Jim Bridger, Milton G Sublett, Henry Fraeb et Jeane Baptiste Gervais – ont racheté SJ&S. Ce groupe a nommé leur entreprise “The Rocky Mountain Fur Company”

Intéressant. Bien que j'aie trouvé une référence (article du magazine True West) d'accord avec votre commentaire, plusieurs autres références que j'ai trouvées montrent la Rocky Mountain Fur Company organisée en 1822, y compris l'Encyclopedia Britannica. Pouvez-vous nous indiquer une autre source, que nous serions heureux de corriger et d'attribuer correctement ? Merci!


L'homme de la montagne James Beckwourth est né

James Beckwourth, l'un des rares montagnards à sortir du système de l'esclavage, est né à Fredericksburg, en Virginie.

L'année exacte de la naissance de Beckwourth&# x2019s est en litige. Certains historiens suggèrent qu'il peut avoir été 1800 plutôt que 1798. L'incertitude découle à la fois de Beckwourth&# x2019s réputation notoire pour exagérer et réécrire sa propre histoire, ainsi que les humbles circonstances de sa naissance. Enfant d'un propriétaire de plantation blanc et d'une femme noire qui était probablement asservie, Beckwourth est né dans une société qui prêtait peu d'attention aux enfants nés de mères noires.

Pendant son enfance, Beckwourth a peut-être été réduit en esclavage. Cependant, au moment où il a atteint l'âge adulte à St. Louis, Missouri, son maître l'avait apparemment affranchi et il était considéré comme un homme noir libre. En 1824, il a rejoint William Ashley&# x2019s troisième et plus ardue expédition de piégeage des fourrures dans les montagnes Rocheuses. Beckwourth a reçu un cours accéléré sur les dangers de la vie en montagne, réussissant à peine à éviter la mort par congélation ou famine. Malgré les risques, Beckwourth aimait être un montagnard et il passa les années suivantes en tant que trappeur libre.

Piégeant dans le pays de Powder River au Wyoming, Beckwourth a commencé à forger une alliance étroite avec les Indiens Crow. Entre 1826 et 1828, il abandonna complètement la société américaine et rejoignit le peuple Crow. Le Corbeau était depuis longtemps ami avec les trappeurs, et ils ont apparemment accueilli Beckwourth dans leur société. Beckwourth a appris la langue, les coutumes et les modes de vie des Crows, et il a épousé au moins deux femmes Crows et a engendré plusieurs enfants. Beckwourth a affirmé plus tard qu'il était devenu un chef puissant parmi les Corbeaux, bien que les historiens se soient demandé s'il s'agissait d'une autre de ses exagérations.


William Ashley - Histoire

Ashley a remonté la rivière Missouri, puis la rivière Platte et enfin la rivière South Platte jusqu'à ce qu'elle atteigne la chaîne frontalière des Rocheuses. À ce stade, il s'est dirigé vers le nord-ouest jusqu'à ce qu'il atteigne le col large et sablonneux qui est maintenant connu sous le nom de South Pass dans le sud-ouest du Wyoming. Ce col à 7 000 pieds est resté sans neige plus longtemps que les montagnes de chaque côté.

Les montagnes Rocheuses présentaient un préjudice majeur à la colonisation de l'Ouest. Une grande partie de la route d'Ashley depuis St. Louis et à travers South Pass est devenue plus tard l'Oregon Trail qui a conduit au California Trail. Les traces laissées par le wagon qu'Ashley avait lors de l'expédition ont ensuite été utilisées par les premiers trains de wagons alors qu'ils traversaient le pays lors d'une migration qui a vu des centaines de milliers de colons se déplacer vers l'ouest. Le Pony Express est passé par South Pass en 1860 ainsi que les Mormons qui se sont installés en Utah plus tôt en 1847.

Tous ces pionniers étaient accomplis par l'aventurier ambitieux mais réticent, William Ashley. Lewis et Clark avaient traversé les Rocheuses, mais ils ont fait leur traversée plus au nord près de l'endroit où se trouve Yellowstone et beaucoup trop au nord pour être considéré comme une route viable pour les colons.


Sir William Ashley : Quelques lettres inédites*

1 Sur Ashley voir, Ashley , Anne , William James Ashley, a Life ( Londres , 1932 ) Google Scholar Usher , AP , « William James Ashley: A Pioneer in Higher Education , Canadian Journal of Economics and Political Science , 05 1938 , pp 151 –03CrossRefGoogle Scholar « William James Ashley », Encyclopédie des sciences sociales.

2 , James et Artevelde , Philip van , Lothian Prize Essay ( Londres , 1882 ).Google Scholar

3 Arnold Toynbee (1852-1883), un disciple de T. H. Green, a été conduit à l'histoire économique par sa philanthropie. Il était précepteur à Balliol lors de ses conférences sur la révolution industrielle en 1881-82.

4 À l'Université de Toronto.

5 McEvoy , J. M. , The Ontario Township , Toronto University Studies in Political Science, Series 1, No. 1, édité par Ashley , J. W. ( Toronto , 1889 ).Google Scholar

6 Seul Sinclair , A. H. , Municipal Monopolies and their Management , Toronto University Studies in Political Science, Series 1, No. 2, édité par Ashley , J. W. ( Toronto , 1891 ), a été publié sur Google Scholar .

7 An Introduction to English Economic History and Theory (Londres, 1888). Google Scholar

8 Le deuxième volume paraît en 1893.

9 Les syndicats, bien qu'établis depuis longtemps au Canada, n'avaient toujours pas la faveur du grand public. Voir la partie II de Logan , H. A. , Trade Unions in Canada Their Development and Functioning ( Londres , 1948 ) Google Scholar .

10 Schonberg , Gustav von , Handbuch der politischen Ockpnomie … Herausgegeben von Gustav von Schonberg , 2 vol. (Tubingen, 1882).Google Scholar

11 « La réhabilitation de Ricardo », septembre 1891, pp. 474-89.

12 « Panacée du général Booth », pp. 537-50.

13 Dunbar , Charles Franklin a été le premier professeur d'économie politique à Harvard (1871-1900) et le fondateur et premier rédacteur en chef du Quarterly Journal of Economics ( 1876 - 1894 ).Google Scholar

14 Schulze-Gaevernitz , Gerhard von , Zum socialen Frieden, Eine Darstellung der social-politischen Erziehung des englischen Voltes im neunzehnten Jahrhundert , 2 vol. (Leipzig, 1890).Google Scholar

15 La traduction allemande d'Ashley Histoire économique paru en 1896 comme l'un d'une série de textes édités par Brentano , L. et Leser , E. , Sammlung Slterer und neurer staatsunssen-schajflicker Schriften des In- und Auslandes ( Leipzig , 1893 , etc ) Google Scholar .

17 " Les débuts de la vie en ville au Moyen Âge , " Quarterly Journal of Economics , 07 1896 , pp. 359 - 406 . Google Scholar

18 Turgot , A. R. J. ( 1727 - 1781 ), Réflexions sur la formation et la répartition des richesses (1770) ( New York , 1898 ).Google Scholar

19 Agrarpolitik. Ein lehrbuch von dr. Lujo Brentano. Je te dis : theoretische einleitung in die agrarpolitik . (Stuttgart, 1897) (plus publié).Google Scholar

20 L'ajustement des salaires une étude dans les industries du charbon et du fer de Grande-Bretagne et d'Amérique (Londres, 1903). Google Scholar

21 Le problème tarifaire ( Londres , 1903) Google Scholar Les progrès des cours de formulation allemande dans le dernier quart de siècle ( Londres , 1904) Google Scholar .

22 Oher syndicalism us und lohnminimum etc. ( Munich , 1913 ).Google Scholar

23 Tom Mann, chef de la grande grève des docks de 1889, premier secrétaire du Parti travailliste indépendant, était un agitateur professionnel de tendance révolutionnaire, d'abord syndicaliste puis communiste. Sur le mouvement syndicaliste de Mann, voir S. et Webb , B. , The History of Trade Unionism ( Londres , 1926) , pp. 657 –59 Google Scholar .

24 À ce sujet, voir The Miners' Next Step ( Londres , 1912 ).Google Scholar


William Ashley - Histoire


Pionniers dans la vallée d'Ashley en 1880


Source : "Builders of Uintah : a centennial history of Uintah County, 1872 to 1947"
Imprimé par Art City Publishing Co., Springville, Utah 1947

Transcrit par G.T. Équipe de transcription

ETABLISSEMENT DE LA VALLEE D'ASHLEY

C'était l'été 1776, lorsqu'un groupe composé de dix Espagnols partit en voyage, leurs seuls compagnons de voyage étaient quelques robustes burros. C'était l'expédition Escalante de Santa Fe, qui cherchait une route plus directe vers Monterey, en Californie. Après plusieurs jours de voyage, ils arrivèrent à une rivière bordée d'arbres verts ondulants et de saules qu'Escalante nomma Rio Buenaventura. (Belle aventure.) Il était tard appelé Green River. Après avoir campé sur les rives de la rivière pendant deux jours, ils ont courageusement avancé dans une autre région de pays sec, ne sachant pas où ils trouveraient plus d'eau. Ils n'avaient pas parcouru de nombreux kilomètres jusqu'à ce que, gravissant le sommet d'une petite colline, ils regardèrent la vallée d'Ashley. La terre était sèche et aride, le sol sablonneux et la végétation se composait principalement de buissons de sauge, de cactus et d'autres plantes du désert, mais dans la partie nord coulait un étroit ruisseau en forme de ruban. Ce ruisseau s'appelle maintenant Ashley Creek.

Outre la vingtaine d'animaux sauvages, Escalante n'y trouva que des Indiens. Ces Indiens étaient un peuple nomade. Leur nourriture se composait principalement de viande de buffle, de cerf, d'antilope et de petit gibier, mais elle était variée avec des courges et du maïs qu'ils cultivaient et avec des arbustes sauvages poussant plus loin dans les collines. Les Indiens fabriquaient leurs outils de taille de silex dans des formes grossières et leurs ustensiles de cuisine étaient moulés en argile, comme ce fut la vallée d'Ashley et ses habitants en 1776. Bien qu'il ne s'arrête pas là, Escalante mentionne l'endroit dans son journal.

Après l'entrée d'Escalante, il n'y a aucune trace de la visite de la vallée par des hommes blancs jusqu'en 1825, lorsque le général Ashley est passé, laissant son nom à la fois au ruisseau et à la vallée. Il était avec Andrew Henry, le fondateur de la Rocky Mountain Fur Company lors d'une expédition de piégeage. Avec leur groupe se trouvait un jeune homme, Jim Bridger, qui a par la suite acquis une grande renommée en tant que pionnier.

Ouray Valley était à peu près le premier endroit de l'Utah à être exploré par des hommes blancs.

Green River a été nommé en 1825. Le nom a été donné par l'un des trappeurs de fourrure de William N. Ashley, dont le nom était Green. Après avoir quitté Green River, cette entreprise est arrivée à Ashley Creek. Ce ruisseau a été nommé en l'honneur de William N. Ashley, qui a aidé à organiser et à gérer la Rocky Mountain Fur Co.

Les ossements et les cornes retrouvés signifient que de grands troupeaux de buffles ont vécu dans le bassin. Ils ont tous été retenus ici par un hiver rigoureux avant l'arrivée des premiers colons en Utah.

Le 21 juillet 1851, l'Agence indienne d'Uintah a été créée par proclamation, par Abraham Lincoln. Le gouverneur Brigham Young occupait également le poste de surveillance des affaires indiennes, en vertu d'une nomination faite par le président des États-Unis. L'agence a été réalisée dans le bassin d'Uintah. Le lieutenant Pardon Dodds a été le premier agent à prendre en charge cette réserve. Il a reçu sa nomination en 1867.

M. Dodds est né à Irie (sic), Pennsylvanie, en 1827, le 13 mars. Il a quitté la maison à l'âge de quinze ans et s'est rendu dans le Wisconsin. Il a toujours été autonome à partir de ce moment-là.

Il a terminé l'école commune et était entré à l'université lorsque la guerre civile a éclaté. Cela a mis fin à sa scolarité. Il est entré dans la guerre civile et a été nommé au grade de sous-lieutenant et a été démobilisé de l'armée en 1865, arrivant à Salt Lake City, Utah, le 7 septembre 1866. Il a été nommé agent des Indiens et a repris l'agence à l'automne 1867. Il a d'abord été localisé sur le cours supérieur de Duchesne, puis a déménagé à Rock Creek et de là à Whiterocks.

Il semble que certains des premiers colons aient remis en question sa nomination et dans un extrait écrit par lui-même, il a déclaré : " J'ai été nommé agent sous caution de 20 000 $ sous le président Andrew Jackson. "

Le journal lit qu'il a atteint Whiterocks le jour de Noël 1868, où l'agence Uintah a été établie. (Whiterocks est la plus ancienne colonie du comté d'Uintah, sans compter, bien sûr, les anciens postes de traite. Critchlow a succédé à Dodds en tant qu'agent en 1872. Puis Pardon Dodds est revenu en tant qu'agent comme éleveur à Ashley Valley en 1873 le 14 février. Avec lui était Morris Evans et Dick Huffaker. Ils ont érigé la première maison jamais construite par des hommes blancs en 1873. Tous les travaux, du bois au toit en terre battue, ont été effectués par eux, les fenêtres ont été apportées de Salt Lake. La partie principale du bâtiment a d'abord été construite pour leur offrir un abri et comme le temps le permettait, l'appentis fut bientôt ajouté.La maison servit de maison à la famille Dodds de 1873 à 1897 lorsqu'une grande maison à ossature fut érigée.

M. Dodds a accompagné le major Powell lors d'un de ses voyages dans le Colorado après avoir pris sa retraite de la fonction publique. Il a été nommé par un acte de la législature, un Selectman dans et pour le comté d'Uintah, Utah. Il a été nommé par le gouverneur Eli H. Murray en 1880. En 1883, le 18 janvier, il a été nommé procureur du comté d'Uintah par le gouverneur Murray.

John Blankenship a rejoint le groupe Dodds et au cours de leur voyage, ils sont tombés sur le professeur Marsh et un groupe d'étudiants de l'Université de Yale, qui ont donné le nom de Marsh Peak au sommet de la montagne généralement appelé "Baldy". Le capitaine Dodds est décédé le 4 septembre 1921. à l'âge de 84 ans.

Alfred Harvey Westover et Jimmie Rineman sont venus ici ensemble le 10 juin 1876. John Kelley a été le premier homme à construire une maison de ce côté du ruisseau où se trouve Ira Burton. C'était la deuxième maison construite et Jimmie Rineman a construit la troisième.


FAMILLE SNYDER
Robert Snyder est arrivé dans la vallée d'Ashley le 16 novembre 1876. M. et Mme Robert Snyder, la fille Ida, âgée d'un an, et une fille du nom de Clara Crouch qui sont venues travailler pour Mme Snyder. Elle a ensuite épousé Al Westover.Elle et Miss Crouch ont été les premières femmes blanches à venir dans la vallée pour fonder une maison et ouvrir la voie à tous ceux qui la vivent maintenant, profitant de maisons et d'un environnement confortables. M. Snyder est arrivé dans le bassin avec du bétail environ un an avant d'y installer sa famille. Ils se sont installés à Ashley Creek, à l'endroit où vivait David Timothy. La neige de l'hiver est venue répandre ses blanches bénédictions sur la vallée et les montagnes. Le major Critchlow et l'épouse de Whiterocks sont venus rendre visite aux Snyder cet hiver-là. Elle était la seule dame blanche qu'ils aient vu tout l'hiver.
Le printemps arriva avec ses longues journées ensoleillées et le 11 mai 1878, un petit garçon illumina la petite cabane en rondins de M. et Mme Robert Snyder. C'était le premier enfant blanc né ici et s'appelait Robert Ashley Snyder. Le 16 juin 1878, Robert Snyder a été tué par la foudre dans la cour de sa porte, laissant Mme Snyder avec deux enfants comme pionniers de la nature. Le 22 mars 1881, à l'âge de trois ans, le petit Robert meurt. À l'automne 1881, Mme Snyder a épousé William Preece et est restée ici pour s'établir. Citoyens, ils ont fait beaucoup pour notre vallée et sont des personnages marquants de nos débuts.

FAMILLES DE PREMIERS PIONNIERS
Au cours de l'été suivant, automne 1876 et 1877, un certain nombre de personnes emménagèrent, parmi lesquelles : M. et Mme William Gibson, M. et Mme John Fairchild, M. et Mme Joseph Hardy, M. et Mme. Alma Taylor, William Powell, Lewis Kabell, Al Westover, SP Dillman, Jimmy Aiverman, Perry Decker, Pat Lynch, Robert Blankenship, M. Mason, M. downing, William Britt et Fin Britt, et James Gibson.

Une fois par semaine, des porteurs, à cheval ou en raquettes, apportaient le courrier de Green River City, Wyoming. Les Gibsons et les Dodds avaient des magasins dans leurs ranchs. Plus tard, les Gibsons ont déménagé leur magasin dans la vieille ville d'Ashley. Lycurgus Johnson y avait également un magasin. L'église a eu lieu dans les maisons des gens. La première école du dimanche a été organisée le jour de l'anniversaire de Washington, le 22 février 1880, avec Alfred Johnson comme surintendant. Plus tard, une école en rondins a été construite grâce aux dons des saints des derniers jours. Elle se trouvait juste au sud de l'ancienne ferme de David Timothy. William Britt enseigna dans une ancienne école de la ferme de Gibson en 1878. D'autres récits qualifient M. Britt de premier enseignant. MONSIEUR. S. P. Dillman a déclaré : " J'ai déménagé à Ashley Valley en septembre 1877. À l'automne 78, nous avons construit une école en rondins près du centre de ce que l'on appelle la ferme Nathan C. Davis, un peu à l'est de Joseph Hardy. Cet hiver-là, William Britt devint le premier instituteur d'Ashley Valley et enseigna un trimestre de trois mois.

En 1879, alors que l'excitation des Indiens était vive, les Indiens ont conseillé aux gens de se déplacer ensemble. Ceux qui ont déménagé leurs cabines dans la vieille ville d'Ashley étaient : WC Britt et sa femme, un Alfred Johnson, Dick Huffaker et sa femme, Joseph Hardy et sa famille, Lycurgus Johnson et sa femme, Charles Bentley et sa femme, Allen Davis et sa femme, ( SD Colton est venu avec sa famille mais n'a pas emménagé en ville), Venn Gundy et sa fille Cora, et Minnie Jasperson. Les hommes célibataires étaient : S. D. Dillman, Finn Britt, John Steinaker, John Blankenship, Dan Brucil, Pat Carrell, James Rineman, Louis Cabell, Alfred Westover, MR. Hall, James Barker, Francis Hiatt et John Kelley.

Il semble évident que la première colonie était centrée près du ranch Pardon Dodds et est connue sous le nom d'Old Ashley Town, qui se trouve à environ deux ou trois milles au nord-ouest de l'actuelle ville de Vernal. Une autre colonie sur Green River près de la ville actuelle de Jensen et une communauté de quartier à Dry Fork, tout semblait évoluer avant que la ville de Vernal n'émerge. Cependant, en 1879 et 1880, il y avait plusieurs familles sur le site où Vernal a ensuite été localisé. Vers la vieille ville d'Ashley, nous tournons notre attention où nous obtenons une image mentale des premiers lacets des affaires.

Les lieux d'affaires en 79 étaient : le magasin Britt et le bureau de poste avec un grenier où dormaient les pensionnaires : le magasin Gibson et le saloon Bentley. Huffakers avait également des chambres à l'étage pour les éleveurs supplémentaires qui venaient en ville, parmi lesquels : AC Hatch (juge), Will Willis, Charles Jasperson, George Baser, Andy Strong, Jack Edwards, Griff Edwards, Charles Hill et un frère Dave, Dan Mosby , Fletcher Hammond, Charley Grouse de Brown's Park, etc. En 1882, Brown et Luxen fondèrent un saloon. Clurg Johnson a également ouvert un magasin.

LA FÊTE BINGHAM
En 1877, une autre compagnie vint à Ashley Valley sous la direction de Thomas Bingham, père. Il avait été membre du bataillon mormon et vivait à cette époque dans le comté de Weber. Au cours de l'été 1877, il vint avec son fils et quelques autres admirer la vallée. Il retourna chez lui à Huntsville dans le comté de Weber et fit un rapport de ses découvertes au président John Taylor. De lui, frère Bingham reçut la permission d'organiser une petite entreprise et d'aider à la colonisation d'Ashley Valley. Ils sont partis en novembre 1877 et, venant par les Uintahs via Evanston et Brown's Park, ils sont arrivés à l'extrémité inférieure de la vallée d'Ashley sur la rivière Green en décembre 1877.

Le groupe était composé de Thomas Bingham et de sa femme, David H. Bingham et de sa famille, Enoch Burns et son fils, Frederic, G. Williams et sa famille, Alma Taylor et ses deux enfants, Joshua Chell Hall et sa femme, Lola et son enfant, Orson Hall, Charles Allan , Charles A. Nye, Ben Lofgren, Neils Lofgren, Charles Jensen et John Nelson et leur famille. A Evanston, ceux-ci ont été rejoints par un groupe qui est venu avec le groupe Bingham. Il s'agissait d'Allen Beceus, George Carry, Richard Veltman et Bill Bunnell. Après avoir contacté les personnes qui l'avaient précédé, il fit un recensement complet de toute la population et l'envoya au président John Taylor à Salt Lake City.

Lors d'une réunion tenue à Green River en janvier 1878, Thomas Bingham, père, fut choisi par les personnes présentes pour les présider. Ainsi, il est devenu le premier ancien président du bassin d'Uintah.

Deseret News, 25 mai 1878 : Il y a environ 100 habitants dans cette enceinte… Les routes qui mènent à cet endroit, que ce soit par Fort Bridger ou Heber, sont très accidentées et vingt cents c'est une lourde charge pour quatre animaux… Il y en a encore pas de moulins dans le pays … Nous avons demandé un bureau de poste et un itinéraire postal à cet endroit et nous espérons qu'il sera établi cet été.

Dans les premières affaires civiles et ecclésiastiques, les Bingham ont joué un rôle important. Thomas Bingham a finalement déménagé à Dry Fork, dont un compte rendu apparaît plus tard.

M. et Mme William Gibson ont débarqué ici de Kamas le premier jour de novembre 1877. Ils se sont installés à l'endroit où ils vivent maintenant. Ils ont apporté 35 têtes de bétail et suffisamment de provisions pour les faire pendant un an ou plus. L'hiver était très doux et ils vivaient dans une maison sans portes ni fenêtres. Alors que M. Gibson était absent après des approvisionnements deux ans plus tard, les problèmes indiens ont commencé au Colorado.

Mme Gibson, ayant peur, se rendit à Old Ashley Town où le reste des colons s'étaient rassemblés. Lorsque M. Gibson est revenu, il a déplacé le tuyau de bois scié qu'ils avaient construit sur leur ranch pendant l'été (sciant les rondins avec une scie à fouet) à Old Ashley Town, où ils ont vécu pendant un an, puis est retourné dans leur ranch. Ils ont vendu leur tuyau à Ashley Town au comté pour un palais de justice. Il a été utilisé à cet effet quatre ou cinq ans. Le comté l'a ensuite déplacé à Hatch Town, qui est maintenant Vernal, où il a été utilisé pendant de nombreuses années comme bâtiment du comté. En cours de rénovation, c'est toujours un bâtiment d'apparence soignée et se trouve au coin juste à l'est du bureau des chemins de fer d'Uintah.

En 1878, la première célébration du 4 juillet a eu lieu. Il n'y avait que cinq femmes présentes : Mme William Gibson, Mme Robert Snyder, Mme Chell Hall, Mme George W. Hislop et Mme Alfred Johnson (tous décédés.)


LA FAMILLE HATCH
Au début de la création d'Ashley Valley, les Hatches ont joué un rôle des plus importants. Une mention précédente a été faite de la colonie d'Old Ashley, du quartier de Dry Fork et des individus qui se sont installés près de l'actuel Jensens sur Green River. C'est aux Hatches qu'il faut attribuer le mérite d'avoir formé le noyau d'une colonie sur ce qu'on appelait le banc, maintenant où se trouve Vernal. Il s'appelait le "banc" parce qu'il était en amont de la rivière. On pouvait voir à des kilomètres de là qu'il n'y avait pas un arbre, un arbuste ou une brindille verte d'aucun roi. En effet, le banc - qui n'est pas un banc pour nous - était un spectacle d'apparence différente lorsque Escalante, Ashley et d'autres l'ont regardé.

M. Hatch est venu à Ashley avec Abraham Chase Hatch au printemps 1878. M. A. A. Hatch revendique la distinction d'être le premier colon sur le banc. Andrew Jensen dans son histoire du pieu d'Uintah, écrit en 1892, déclare : Jeremiah Hatch … a construit la deuxième maison à Ashley Center. David Johnston avait déjà construit le premier." "En bas du ruisseau (à l'est) il y avait deux célibataires à l'époque, McKnight et McFarley de nom, mais ils n'avaient aucune place sur le banc", déclare M. Hatch, Jeremiah Hatch et famille est venue à Uintah en tant que pionniers et pour la cause de la colonisation de cette partie orientale de l'Utah.

Aucune récolte n'a été faite par les Hatch en 1878. A. A. Hatch a fait trois voyages pour ramener tous ses biens et est arrivé ici en novembre 1878, avec sa famille. A cette époque, il n'y avait pas de comté d'Uintah. C'était dans le comté de Wasatch. M. Abraham C. Hatch était le président du pieu de Wasatch. C'était un frère de Jeremiah qui était le père de A. A. Hatch, notre consultant. (Le tout premier colon de ce territoire, Pardon Dodds Sr., a épousé la fille du président A. C. Hatch.)

La propre histoire de M. Hatch : « Quand nous sommes revenus d'Heber, il a dit qu'il me montrerait de l'avoine de Bill McKnight's, et quand j'ai vu cette avoine, mes yeux ont dû sortir de ma tête car je n'ai jamais vu une telle avoine de toute ma vie. Je suis resté chez Pardon Dodd pendant trois ou quatre jours jusqu'à ce que l'oncle Abe et le père (Jeremiah ) partent en voiture. Oncle Abe est venu pour affaires. Pard dirigeait un poste de traite et oncle Abe fournissait les marchandises. Après l'arrivée de Père, nous avons sorti suffisamment de bûches pour faire les fondations de nos maisons. Nous avons fait le voyage de retour à Heber en quarante heures. Nous sommes revenus vers le dernier mai et avons construit deux maisons assez proches l'une de l'autre, et ce furent les premières maisons construites sur le banc. La colonie qui a suivi a d'abord été connue sous le nom de Jericho, puis de Hatchtown en l'honneur du père. Nous avons transporté toutes nos fournitures et nos meubles avant nos familles, et c'est le 17 novembre 1878 que nous avons tous été établis.
"Au printemps de 1879, nous avons fait nos récoltes et les sauterelles les ont pratiquement toutes emportées. Ils ont d'abord frappé mes cultures, puis ont commencé celles de papa. Tout ce que nous avons pu économiser, c'est environ 40 boisseaux de papa.
"J'ai arpenté le canal inférieur. Moi et Jim Hendry (Henry) l'avons labouré tandis que les colons inférieurs ont utilisé un grattoir en forme de V (go-devil) pour le nettoyer.
"La première ligne méridienne de base a été arpentée à l'automne 79. Il était situé à un mille et demi à l'est de la banque d'État d'Uintah.
"À l'automne 79, M. Hendry et moi avons formé un partenariat et battu le grain sur l'établi avec une machine alimentée à la main et entraînée par des chevaux-vapeur. Cette machine a été amenée dans la vallée par Bill Bealer, à l'automne de '77, et a été utilisée par lui pour battre le ruisseau jusqu'à ce qu'il brise la roue maîtresse. Parmi ceux pour qui nous nous sommes battus, il y avait : I. J. Clark, Brad Bird, Jim Henry, Al Johnson, Bill Hayden et Albium Batty.
"En 79, un certain nombre de colons ont cultivé la canne à sucre pour la première fois. Père et moi avons cuisiné la canne pour eux. Nous avons fabriqué la cuisinière avec un fond en tôle et des côtés en bois. Lorsque la mélasse était cuite et égouttée, nous en laissions un peu au fond et la cuisions dur pour faire des bonbons, et avions-nous des bonbons à tirer !
"Le massacre de Meeker s'est produit le 29 septembre à l'agence Meeker, près de l'emplacement actuel de la ville de Meeker, dans le Colorado. Les rapports indiquaient à l'époque que Nathan C. Meeker, agent des Indiens, était injuste et obstiné dans ses relations avec les Indiens et leurs rentes. Les Indiens l'ont passé au lasso et l'ont traîné à travers l'agence jusqu'à ce qu'il soit presque mort : ils l'ont ensuite pris et ont enfoncé des douves de chêne à travers son corps, le jalonnant au sol et l'ont laissé jusqu'à sa mort. Ils ont forcé sa femme et sa fille ainsi que tous les employés de l'agence à assister à cette action tortueuse et inhumaine, après quoi ils ont kidnappé les femmes et tué certains des employés de l'agence.
"Les rapports indiquaient que Jane Powitz, fille du chef Aropeen, était l'agitatrice et faisait tout ce qu'elle pouvait pour exhorter les Indiens. C'était une très belle squaw et elle parlait très couramment l'anglais.

"Ma maison a été la dernière reconstruite et était la seule avec un plancher en bois, communément appelé plancher puncheon, fait en coupant des rondins d'équerre et en les plaçant au sol côte à côte.
"Après avoir construit le fort, nous avons creusé un puits. Nous sommes descendus de 20 pieds et avons touché de l'ardoise, nous avons creusé quelques pieds dedans, puis avons abandonné et transporté de l'eau du ruisseau.
"Toutes les danses ont eu lieu chez moi, étant la seule avec un étage. Le vieux Pete Peterson était le violoneux et nous l'avons biné. Mariah Merkley, Kate Peterson, Annie Ross et d'autres nous ont dansés presque à mort.
"George Merkley et moi avons sorti les bûches de la première école de Vernal. Il a été construit à l'intérieur du fort. J'ai été le premier commissaire d'école nommé par Wasatch pour Vernal.
"Pendant l'hiver, notre approvisionnement en farine de Heber était sur le point de disparaître et nous avons décidé de construire un moulin à meules. Roan Taylor a coupé la pierre, Bill Reynolds a coupé les rainures et les a habillés.
Au printemps des années 80, vers le 15 avril, Dave Woodruff et Jim Henry ont chacun pris des tenues de quatre chevaux et se sont rendus à Green River City, Wyoming, pour chercher de la farine. Oncle Archie Hadlock avait reçu 400 $ du gouvernement pour la mort de son fils pendant la guerre civile, et nous, les colons, avons emprunté cet argent pour payer les fournitures.
"Ma part était de 100 $ et pour la sécurité, j'ai hypothéqué mon nouveau wagon Peter Schuler. C'était un contrat très étrange. Archie ramassa la langue du chariot et le levant au ciel dit: "Sache toutes choses par ces cadeaux, ce chariot est à moi si cette dette n'est pas payée." En abaissant la langue au sol, notre marché a été conclu et scellé. Je ne connais pas l'histoire des autres prêts, mais je sais qu'il a été remboursé chaque cent plus les intérêts. Reed Morrill.


L'HIVER DUR
Au cours de l'hiver rigoureux de 1879-1880, les habitants de la Vallée ont traversé certaines des circonstances les plus difficiles de leur époque de pionniers. Les gens avaient faim et vivaient de rations quotidiennes. Il n'y avait pas du tout de légumes et pas de fruits. Il y avait des cerfs mais ils étaient si pauvres que pas un globule de graisse ne montait dans la marmite où ils étaient cuits. Il n'y avait aucun moyen de sortir ou d'entrer pour se ravitailler. Le bétail blotti sous les corniches ou n'importe où la nature avait fourni un petit abri et c'est là qu'il périt. Plusieurs centaines de têtes ont été perdues de cette façon. Des troupeaux entiers ont péri jusqu'à ce qu'au printemps ils soient réduits à un petit nombre et doux était un luxe de premier ordre. C'est devenu si grave que certains des hommes les plus vaillants et les plus courageux ont entrepris le voyage via Brow's Park sur la montagne, jusqu'à Green River City, Wyoming, pour la farine et les provisions. L'équipe d'Al Hatch a été l'une des premières à être offerte pour le service, et les hommes ont réuni les meilleurs chevaux disponibles dans des circonstances sans alimentation, et ont commencé ouvertement le bord des montagnes du nord par cette froide journée de l'hiver 1879. Ceux qui sont partis du fort étaient Jim Henry, Pete Peterson, Chell et Lee Hall et Dave Woodruff.

Tout l'argent disponible a été rassemblé et envoyé avec ces hommes pour acheter de la farine et fourni, et il est dit que le grand-père Archibald Hadlock et Chell Hall ont ajouté leurs pensions gouvernementales à ce montant collecté pour aider à fournir des provisions aux nécessiteux du fort cet hiver. L'argent a ensuite été restitué.

L'hiver de 1879 et 1880 fut en effet un hiver rigoureux et plusieurs événements se produisirent pour le rendre difficile. En premier lieu la neige était profonde et la température a baissé, peut-être qu'il a fait froid depuis ce temps, mais il n'y avait alors pas de meules de foin de luzerne pour nourrir le bétail et les aider à résister au froid, au gel pénétrant alors il n'y avait pas d'arbres ni structures pour brise-vent sur le banc il n'y a pas de granges ni de hangar pour s'abriter, et par conséquent le bétail est devenu maigre et a été emporté en grand nombre par le froid persistant de l'hiver, M. Ike Burton, M. WH Clark, M. AA Hatch et d'autres se rappeler avoir compté en grand nombre les bovins morts là où ils s'étaient blottis les uns contre les autres pour essayer de se réchauffer.

Outre cette situation de conséquence naturelle, les récoltes de l'été 1879 avaient été grandement diminuées par la menace des sauterelles. Ils ont flagellé les champs et laissé des déchets dans leur sillage. Ainsi, les approvisionnements ont été réduits dans une plus grande mesure. M. A. A. Hatch se souvient n'avoir sauvé pratiquement aucun grain des "hoppers" cet été-là, mais était reconnaissant d'une récolte de canne à sucre à partir de laquelle il a fait de la mélasse cet automne.

Chell Hall et son frère Lee sont partis le lendemain après la compagnie de Jim Henry, mais les ont rattrapés sur le chemin du retour alors qu'ils campaient sur Green River. C'est Chell Hall qui les a sortis du lit et avec beaucoup de persuasion les a fait aller travailler et traverser la rivière dans la nuit, en utilisant des pelles comme pagaies. La rivière montait si vite qu'il savait que s'ils attendaient, la rivière ne pourrait pas être traversée avant plusieurs jours.

Couplé à ces conditions et parallèlement à elles dans le temps, il y avait les troubles indiens qui nécessitèrent la construction d'un fort où les gens pourraient se déplacer pour se protéger. Ce problème était le résultat du massacre de Meeker. Les dirigeants indiens Ute étaient en bons termes avec les Hatches et les Indiens ont dit à l'oncle Jeremiah Hatch de construire un fort et de « construire un fort » au cas où la protection deviendrait une nécessité. Le sentiment parmi les Utes était élevé et il n'était pas facile de déterminer ce qui pourrait arriver. Oncle Jerry a été informé de ne pas permettre que l'opposition soit initiée parmi les colons et "si des problèmes surviennent", il a été averti de hisser un drapeau blanc au-dessus du fort dans lequel des conditions lui ont été promises la protection des colons.
Le fort a été construit à l'emplacement actuel du magasin J. C. Penney et de la Uintah State Bank. Les cabanes en rondins devaient être disposées sur un carré, tournées vers l'intérieur, avec un espace entre elles afin que des contreforts en rondins puissent être érigés à des fins de combat si nécessaire. Cependant, il n'a pas été fini, il a donc formé un U. Ainsi, au cours de l'hiver 1879 et 1880, cette communauté de maisons fortes - parfois appelée jovialement "Jericho" et parfois "Hatchtown" en raison de la grande influence de l'oncle Jeremiah Hatch - contenait le familles de Jeremiah Hatch, Sr., (Oncle Jerry avait deux femmes), Al Hatch, Al Johnson, Jim Henry, IJ Clark (qui avait trois femmes), Bradford Bird, Bill Reynolds, John Harper et sa mère, Dave Woodruff qui a épousé Jerry La fille de Hatch, Pete Peterson, J. Dorathy, Charles Bartlett, Moroni Taylor, Lomoni Taylor, Ephraim Perks, William Gagon, Thomas Karren, Archibald Hadlock et James Hacking, et un ou deux autres. Il y a peut-être eu d'autres entrées et sorties pendant l'hiver.

Pour tenter d'approvisionner les colons en eau, un puits a été creusé au centre de l'enceinte. Ils ont creusé soixante pieds, mais n'ont pas atteint l'objectif souhaitable et le projet a été abandonné.L'eau disponible la plus proche était le ruisseau qui avait été détourné d'un ravin qui courait dans une direction sud-est à environ cinq huitièmes de mille sous le fort cet hiver-là.

De là, un chemin battu a été maintenu ouvert dans le processus d'approvisionnement en eau pour les habitants du fort cet hiver-là.

Toutes les familles n'ont pas déménagé à l'intérieur du fort et parmi celles qui sont restées dans leurs ranchs se trouvaient Nelson Merkley, Sr., Joseph H. Black, T. Taylor, Alma Taylor, David Johnston, William Perry, J. Henderson et Belgina Reynolds. Cela ne tient bien sûr pas compte de tous les colons de la vallée, car il y en avait plusieurs autres dispersés le long de la rivière et jusqu'à Brush Creek. Il y avait, en réalité, trois localités cet hiver-là : celle du fort, Old Ashley Town, et la colonie plus dispersée sur Green River.

La vie de ces premiers jours était pleine d'excitation, de bonheur, d'ennui et de tristesse. Il a connu des hauts et des bas comme la vie le fait toujours. Il y eut beaucoup d'incidents amusants et sérieux qui contribuèrent à "faire avancer la vie", comme l'a dit Mme Clark.

Lorsqu'au printemps 1880, les habitants du fort en étaient à leurs dernières rations, ils virent un jour faire des allers-retours à travers les contreforts au nord et à l'est, les chariots de retour apportant de la farine de Green River City, Wyoming. Kate Merkley, à l'époque Kate Peterson, la fille de Pete Peterson qui était membre de la caravane de retour, est allée avec deux autres filles à la rencontre des hommes qui rentraient chez eux. Les premiers mots prononcés par son père alors qu'elle montait sur son chariot étaient : "Katie, qui est morte ?" auxquels Kate a répondu : "Personne".

"Après avoir entendu ma réponse, mon père a pleuré et je ne pouvais pas comprendre pourquoi mon père versait des larmes alors que personne n'était mort. Mais plus tard dans la vie", a ajouté Mme Merkley, "Je pouvais comprendre le sens de ses larmes."
« Quand les hommes sont entrés dans le fort et ont déchargé les sacs de farine sur la place, les empilant deux par deux en travers les uns des autres, je vous dis que cette pile de sacs debout devant nous était la plus belle vue que nous ayons jamais vue. »

À leur retour du Wyoming où ils avaient traversé la rivière Verte en ferry, les hommes avaient campé pour la soirée où L. Henry -- notant l'apparition torrentielle de la "montée printanière" de la rivière -- contre la volonté d'une partie du groupe, persista dans recommencer et traverser la rivière cette nuit-là. Ils étaient heureux de l'avoir fait, car au matin les crues printanières avaient élevé un mur d'eau de plusieurs pieds de haut et traverser ce matin-là aurait été extrêmement dangereux et difficile si cela avait été possible.

"L'arrivée du printemps était très tardive cette saison et les agriculteurs n'ont pas pu commencer les opérations avant la première semaine d'avril. Des mesures visant à l'organisation d'un nouveau comté ont été prises et au début du printemps 1880, le comté d'Uintah a été organisé.

"Nous n'avons pas été en mesure de donner une liste complète des familles qui étaient dans le comté cet hiver-là, mais pour autant que nous le sachions à l'heure actuelle, elles étaient les suivantes :

À Dry Fork -- Hommes avec familles, Thomas Bingham, Sr., Thomas Bingham Jr., William H Perry, Chell Hall, Lee Hall, Charles Nye, Orson Nye, Iowa Hall et Fletcher Hammond.

"Ashley et environs -- Pardon Dodds, Lycurgus Johnson, Alfred Johnson, William Gibson, James Gibson, GW Wan Gundy, Philip Stringham, Al Westover, L. Kabell, Roch Gill, M. Hawkins, Alma Taylor, T. Taylor, William Britt , John Bentley, Richard Veltman, Bill Hayden, Samuel Miller, Mme William Preece et sa famille, SP Dillman, GF Britt, Minnie Jasperson, John Kelley, Enoch Davis, JH Blankenship, George Thorne et Ed. Colton

"Vernal -- I.J. Clark, Jeremiah Hatch, A.A. Hatch, James Hacking, Nelson Merkley, JH Black, AJ Johnston, David Johnson, Thomas Karren, Bradford Bird, Peter Peterson, Jesse Clark, Ephraim Perks, Levi Dougherty, William Ashton, George Freestone, WH Gagon, Lafayette Harris, Lomoni Taylor, Moroni Taylor, M. Henderson, CC Bartlett, John Harper, James B. Henry, David Woodruff, William Reynolds, Martin Oaks, Heber Timothy, George D. Christopher, Maria Merkley, AG Hadlock et Sarah Merkley Coltharp.

"A White River -- Samuel Campbell, Joseph Campbell, Heber Campbell, Jerome Merrill, Porter Merrill et Rodney B. Remington.

"À l'embouchure du ruisseau Brush sur la rivière Green -- le juge Burton et sa famille, Charles Smith, Jacob Burns, Lars Jensen et Jack Stevens."

M. Dillman, qui se souvient très bien de cet hiver, fait les remarques suivantes. À cette époque, son quartier général était à Ashley et non à Hatchtown : « De nouveaux colons étaient arrivés à l'automne et avaient apporté peu de provisions avec eux car ils s'attendaient à acheter de la farine, du sucre et autres à Ashley. Mais à la place, il y avait juste autant de bouches affamées à nourrir. Les colons s'étaient tous déplacés ensemble, formant Ashley à environ un mille et demi à l'ouest et à deux milles au nord de l'endroit où se trouve aujourd'hui Vernal. Il restait encore quelques squatters dispersés sur le ruisseau mais la plupart de la population avait fait attention aux Indiens qui promettaient de ne pas les molester s'ils vivaient ensemble. Quelques-uns des squatters avaient récolté du grain qui était broyé en une farine grossière et brute dans un moulin à café et partagé avec les colons du village. Pendant les premiers mois d'hiver, la viande était abondante. Les cerfs, en bonne santé et bien nourris, ont été facilement abattus, mais à mesure que l'hiver avançait et que la neige épaisse couvrait encore toute la nourriture, le nombre de cerfs a commencé à diminuer et ceux qui ont été capturés étaient pauvres. Les chevaux et le bétail ont commencé à mourir un par un par manque de nourriture jusqu'à ce qu'il n'en reste que très peu. L'un avait un mulet, un autre un pauvre cheval, un autre une vache, mais les belles, vigoureuses et laborieuses attelages de l'été ne se montraient pas dans ce pays battu par l'hiver. Un jour, Bill Reynolds, un ancien meunier, qui occupait une propriété dans la vallée, fabriqua une paire de grosses fraises en pierre pour moudre le blé et l'orge qui restaient dans la communauté. Un balayage a été nettoyé et les pierres ont été retournées par la force de l'homme car il n'y avait plus de chevaux capables de faire le travail. La farine ainsi fabriquée n'était rien d'autre que du fourrage haché mais ceux qui ne pouvaient pas la manger devaient avoir faim. « Si seulement nous pouvions tenir quelques semaines de plus » était sur les lèvres de chaque homme et de chaque femme, et ce fut un jour heureux en mars 1880, lorsque Jim Henry se prépara à aller à Green River City chercher de la farine…

« Mais maintenant, le terrible hiver était fini, le soleil brillait et la neige des montagnes fondait en torrents d’eau dévalant les ravins. Le voyage en wagon a repris entre Ashley et Green River City. Les colons venaient de l'ouest. Le sol était préparé pour la plantation et, chaque fois que possible, de nouveaux bovins étaient transportés. Après la faim, la peur et l'incertitude des derniers mois, l'avenir s'annonçait radieux et tout le monde s'est remis au travail. » --A. Reed Morrill.


AURILLA B. HADLOCK HADLOCK
Elle a rencontré Jeremiah Hatch au Vermont, alors qu'il était en mission, en 1870. Elle a accepté l'Évangile et, avec ses parents, est venue en Utah, à Salt Lake City par le train Old Ironhorse. Ils se sont mariés la même année dans l'ancienne maison de dotation. Déménagé à Smith Field. Entré à Ashley Valley en 1879. Elle était présidente de la Société de Secours et en 1886 ou 1887, se rendit à Salt Lake City et suivit une formation au L. D.S. Hospital pour les soins infirmiers et obstétricaux. Elle est rentrée chez elle et a travaillé dur pour les gens jusqu'à deux ans avant sa mort. Elle a accouché de centaines de bébés dans tout le pays.

JÉRÉMIE HATCH
Né le 7 juillet 1823, dans le Vermont
Lui et ses fils, Alva Jeremiah Jr. et Leoranzo, ont été appelés par le président Brigham Young pour venir ici à Ashley Valley en mission et enseigner l'Évangile aux Indiens. Ils se sont installés près du ruisseau, près des contreforts. Il y avait une colline qu'ils appelaient le "Look-out-Rock", où ils pouvaient grimper jusqu'au sommet et surveiller les ennemis, pas seulement les Indiens, mais il y avait des hors-la-loi à surveiller. Ils pouvaient voir à des kilomètres. De grandes bandes d'Indiens venaient au printemps et à l'automne avec des foules plus petites entre les deux. Père et épouse ont creusé des arbres à Green River et planté un bosquet où nous avons passé de nombreuses fêtes et de merveilleux moments. Il vendait des fraises à 10 cents le litre, de belles grosses baies. Il a planté un grand verger en contrebas du bosquet. Il élevait aussi des abeilles et nous avions beaucoup de miel. Il allait chez M. Libberts et achetait du sorgho et faisait des boules de bonbons et de maïs soufflé. Pendant que notre mère cardait de la laine et filait, il lisait la Bible ou le Livre de Mormon, puis nous mettait au lit. Les Indiens venaient en grand nombre et campaient autour de sa maison sous les grands peupliers. Ses femmes, Arvill et Henrietta, les cuisinaient et les nourrissaient.

HADLOCK ARCHIBALD GILCHRIST
Né le 27 juin 1815 à Bath, New Hampshire. Il épousa le 25 février 1839 à Jay, Vermont, Fannie Martha Hadlock, sa cousine, née le 29 août 1814 à Bath, New Hampshire. Ils ont eu neuf enfants. Après son arrivée à Vernal, M. Hadlock a travaillé avec ses fils Frank et Curtis comme forgerons. Il était très actif dans le travail de l'église et contribua à obtenir de la farine pour les colons pendant le dur hiver. Il est décédé en janvier 1898 et Mme Hadlock est décédée le 10 novembre 1897.

ISRAL JUSTICE CLARK
Né le 25 décembre 1821 à Danville, N. Y. Est venu en Utah en 1848 avec John Smith Co. Marié à Emily Jane Pearson en 1853 à Salt Lake City. Vétéran de la guerre indienne. Missionnaire parmi les Indiens. Il mourut en septembre 1905.

EMILY JANE PEARSON
Né le 16 mars 1837 à Olive Indiana. Pionnier de 1847. Mort à Vernal

MARIE JANE HIATT
Né le 21 décembre 1842, dans l'état de l'Iowa. Elle est arrivée en Utah à l'âge de douze ans. Elle épousa Teancum Taylor en 1859 à Mill Creek, Salt Lake City. Elle était mère de quinze enfants. Son fils, Reuben Taylor, était le troisième enfant blanc né à Ashley Valley. Il est né le 11 septembre 1878. Elle est décédée en 1914 à Vernal.

HISTOIRE DE TEANCUM TAYLOR
Connu sous le nom de T. Taylor
Teancum Taylor, fils de John Taylor et d'Eleanor Burkett, est né dans le comté de Ray, Missouri, le 21 décembre 1836. Il est arrivé en Utah vers l'âge de dix-huit ans. En 1859, il épousa Mary Jane Hiatt. Il est venu à Ashley Valley le 16 septembre 1877, sa famille étant la quatrième famille blanche à s'y installer. Il a été le premier homme à apporter un chargement de grumes de pin dans la vallée, de ce qui est maintenant connu sous le nom de Taylor Mountain. La montagne porte son nom. Il a été la première personne connue à entrer dans le mont Dell (Dry Fork) et y a vécu plusieurs années. Il décède en novembre 1907.

CLARISSA JANE TAYLOR
Né le 4 juillet 1845 à Nauvoo, comté de Hancock, Illinois. Elle est arrivée en Utah avec ses parents en 1850, alors qu'elle avait cinq ans. Elle épousa Teancum Taylor le 15 août 1860 à Ogden, Utah. Elle était mère de quatorze enfants. Elle est décédée le 29 novembre 1925, à Vernal.

ALVA A. TRAPPE
Il est né à Salt Lake City en 1851. Il a épousé Mary Elizabeth Nelson. Ils avaient une famille nombreuse et arrivèrent dans la vallée en 1878. Il était fermier et berger.

(VOLONTÉ) WILBUR CARLTON BRITT
Est né à Council Bluffs, Iowa, le 22 septembre 1849, fils de LeRoy et Rhod Britt. Après la mort de sa première femme, Melissa Graves, lui et son frère, Findley Britt, ont commencé à chercher un nouveau foyer. Alors qu'ils se trouvaient dans les Black Hills du Dakota du Sud, ils se sont liés d'amitié avec un mineur malade. Il leur a donné une carte d'une mine d'or sur Carter Creek, là où se trouve maintenant le dugway de Carter Creek. Au début du printemps 1876, ils décidèrent d'aller vers l'ouest et de rechercher la mine d'or cachée. La veille de leur départ, ils ont rencontré un jeune homme du nom de Peter Dillman qui voulait les accompagner. Les trois sont arrivés à Green River City, Wyoming, puis à travers les montagnes jusqu'à Carter Creek, arrivant en mai 1876, où ils ont prospecté jusqu'en septembre quand ils sont arrivés à Ashley Valley.
Avant l'hiver, ils sont allés à Whiterocks et ont passé l'hiver avec Pardon Dodds. Au printemps 1877, Pardon Dodds, Peter Dillman, W. C. Britt et Findlay retournèrent à Ashley, construisirent des cabanes et se préparèrent à construire des maisons.
W. C. Britt a construit un magasin qui abritait le premier bureau de poste. Il fut le premier juge de paix et le premier instituteur. Le 2 novembre 1881, ses deux filles, Lillian (Mme W. P. White) et Gertrude, âgées de six et neuf ans, sont venues de Hillsdale, Iowa, et ont rejoint leur père.

HISTOIRE DE GEORGE FREESTONE ET JENNY LIND FREESTONE
George Freestone, fils de Thomas Freestone et d'Ann Fall, est né le 13 août 1838 sur l'île du Prince-Édouard. Il est venu en Amérique quand il avait un peu moins de deux ans. En 1858, lui et ses parents traversèrent les plaines de l'Utah, depuis l'État de l'Ohio. Il épousa Alice Carlisle en 1861, elle mourut en 1868. Le 12 août 1872, il épousa Jenny Lind, fille de Jens Christian Lind et Mary Ann Nielsen. Elle est née à Aalborg, Jutland, Danemark, le 26 mars 1855. Elle est venue en Utah avec ses parents en 1868. En 1879, ils sont venus, avec leurs trois enfants, dans la vallée d'Ashley à dos de mulet. Ils ont construit la première maison à ossature. (Elle est toujours debout aujourd'hui.) C'était la première ferme clôturée. Ils ont planté la première pépinière d'arbres fruitiers et d'ombrage et ont fourni les colons pendant plusieurs années.
M. Freestone a été le premier évêque de la paroisse de Vernal dans le pieu d'Uintah, poste qu'il a occupé pendant onze ans. Mme Freestone était trésorière de la Société de Secours de la paroisse de Vernal. Elle était membre fondateur de la D. U. P. Elle était une travailleuse altruiste parmi les malades et les nécessiteux, prêtant toujours un coup de main en cas de maladie ou de chagrin.

CHARLES CLAYMORE BARTLETT
Né le 26 décembre 1848 dans l'Ohio. Marié à Annie Katherine Jensen le 12 septembre 1868 à la maison de dotation de Salt Lake. Déménagé à Ashley en 1879. Ils passèrent le « dur hiver de 1879 » dans le fort pour être à l'abri des attaques indiennes. Il fut d'abord greffier de comté et actif dans les affaires éducatives, civiques, industrielles et religieuses. Il est décédé le 12 février 1916.

ANNIE KATHERINE JENSEN BARTLETT
Né le 9 novembre 1844, au Danemark. Convertie à l'Église le 23 mai 1863. Arrivée à St Lake le 19 octobre 1866. En 1880, elle est choisie pour être la première présidente de la Société de Secours. A été médecin et infirmière pendant de nombreuses années dans le comté. Elle a été présidente principale pendant neuf ans et matrone de l'Académie pendant quatorze ans. Elle est décédée le 5 janvier 1937.

WARREN PIERCE BLANC
Est né à Millville, Wisconsin, le 30 janvier 1860 et est venu à Fort. Duchesne en 1888 pour travailler comme menuisier sur le bâtiment du Fort. Il épousa Lillian Britt le 12 août 1890. De ce couple naquirent douze enfants. M. White a été très actif dans la communauté et s'est fait de nombreux amis tout en exerçant son métier de menuisier.

WILLIAM GIBSON
Né à Killmornock, en Écosse, le 25 avril 1845 de filiation écossaise irlandaise. Il a émigré en Amérique avec ses parents en 1852 sur un voilier appelé "Gull in the Air", et a mis trois mois à faire le voyage. Ils ont déménagé à Ashley Valley en 1877 et se sont installés dans le quartier d'Ashley. Il a été nommé premier agent de police du comté d'Uintah avant la première élection. Il a été élu à la première législature de l'État en 1936. Alors qu'il agissait en tant que représentant de l'État, il a eu l'idée de peindre « Remember the Maine » sur la face d'une haute falaise à Ashley Canyon qui est encore visible sur la face d'une falaise de 500 pieds.
Il était père de trois enfants : J. L. Gibson, Mme N. G. Sowards et Sarah A. Eccles.
Il est décédé le 11 décembre 1932 et est enterré au cimetière privé de Gibson.

Mary A. Gibson est née à Salt Lake City le 11 septembre 1851, fille de John et Adeleg Grosbeck Lambert. Elle a déménagé avec ses parents à Kamas Valley en 1861. Elle a épousé William Gibson en 1872 à la maison de dotation de Salt Lake City. Elle a déménagé à Ashley Valle en 1877, a été enseignante à l'école du dimanche à Old Ashley en 1880, a été élue administratrice du district n° 3 en 1904. Elle a servi quatre ans. En 1915, elle a été choisie présidente de la Société de Secours d'Ashley Ward nouvellement organisée en 1915, dans laquelle elle a servi pendant plusieurs années. Elle est décédée le 19 janvier 1935 et est enterrée dans le cimetière privé de Gibson.

ELIZABETH REBECCA BLANKENSHIP
Née à Snyderville, Utah, le 24 février 1858, fille de M. et Mme Johnstun, elle est venue à Vernal en 1879. Son père a été tué dans un accident de scierie. Plus tard, sa mère a épousé J. A. Black. En 1879, elle épousa John W. Blankenship.

JOHN B. BLANKENSHIP
Né le 22 mai 1834 à Columbus, Indiana. Vers l'âge de seize ans, certains de ses voisins émigraient dans l'Iowa. Le leurre de l'ouest a appelé le garçon et il est allé avec eux hiverner près de Des Moines. En 1869, M. Blankenship est venu dans le bassin d'Uintah dans le cadre d'une expédition de reconnaissance à la recherche de voleurs de bétail, jusqu'à la rivière White. Plus tard, il s'est arrêté à l'agence indienne de Whiterocks où il a travaillé pour le gouvernement quatre ans plus tard. Le 12 février 1875, il se rendit dans la magnifique vallée d'Ashley en compagnie de Morris Evans, deux jours avant Parson Dodds, Sr. Il s'installa de façon permanente dans la vallée Ashley et fut le premier colon blanc à s'installer sur Ashley Creek. En 1879, il épousa Miss Elizabeth Johnstun, venue l'année précédente. Six enfants leur sont nés.

LYUCURGUS JOHNSON
Lycurgus Johnson est né à Washington, Texas, le 25 août 1844. Il est venu avec sa mère veuve en Idaho dans le comté de Rich en 1846. Après plusieurs années, ils ont déménagé à Spring Creek, Wyoming, en 1876, de là à Ashley Valley le 15 octobre. 1878. Situé dans la vieille ville d'Ashley. Là, il devint le deuxième maître de poste de la Vallée. A également été élu le premier shérif. Construit le deuxième moulin à farine dans la vallée en 1885. A été membre de la Convention constitutionnelle à Salt Lake City en 1896. Il a été représentant du comté d'Uintah pendant deux mandats. Il fut nommé membre du Congrès continental de l'Utah au Texas en 1884. Il fut l'un des premiers marchands de la vallée. Il a été membre du Haut Conseil pendant de nombreuses années. Décédé le 29 juin 1908.

CORA ISABEL JOHNSON
Cora Isabel Johnson est née le 25 octobre 1847 à Bolton, dans le comté de Warren, dans l'État de New York. Pendant son enfance, elle a déménagé avec ses parents à Council Bluffs, Iowa. Ses parents ont déménagé à Salt Lake City quand elle avait treize ans. Après six ans là-bas, ils ont déménagé en Idaho, où elle a épousé Lycurgus Johnson, le 1er mars 1867. Elle a déménagé avec son mari et sa famille à Ashley Valley. A vécu à Ashley Town neuf ans. Pendant huit ans, elle a été maîtresse de poste, puis a déménagé à Maeser ou Millward pendant vingt ans. De là à Vernal City, où elle a aidé dans le magasin de L. Johnson and Sons, où se trouve maintenant la Uintah State Bank. Elle était une fidèle employée de l'église à l'école du dimanche. A été président de pieu du Y. L. M. I. A. pendant plusieurs années. Elle était mère de onze enfants. Décédé le 10 février 1926.

MONSIEUR. ET MME. HENRY C. RUPLE
Les premiers pionniers de la vallée d'Ashley
Henry C. Ruple est né dans le comté de Hunterdon, New Jersey, le 27 août 1846. May C. Ruple est né le 25 septembre 1858 dans le quartier de Sugarhouse, à Salt Lake City, dans l'Utah. Ils se sont mariés à Evanston, Wyoming, en 1873 et sont venus à Ashley Valley en 1877.
En 1881, M. Ruple a commencé à exploiter la scierie du gouvernement qui était située au parc du gouvernement à proximité de Taylor Mountain. Il a scié du bois pour la construction du fort Thornburg qui a été établi par l'armée américaine en décembre 1881. Au cours de l'année suivante, M. Ruple a exploité le moulin à farine appartenant à Kerg Johnson. À la fin de l'été 1883, les Ruples s'installèrent à Island Park où ils s'installèrent. Ils y restèrent jusqu'en 1910.Quelques années plus tard, le ranch de l'île a été repris par leur fils, Henry H. (Hod, qui l'a exploité jusqu'à sa mort en 1937. Les années qui ont suivi entre 1910 et la mort de M. Ruple en 1930 ont été consacrées à l'exploitation de scieries et à l'élevage de Brush Creek au nord de Vernal.
Il y avait huit enfants nés de cette union. Mme Ruple, à 89 ans, est toujours en bonne santé.

SAMUEL ROBERTS BENNION
Un fils de John et Esther Wainwright Bennion. Est né le 10 novembre 1842 à Nauvoo, dans l'Illinois, l'aîné de dix-sept enfants. Traversé les plaines avec la compagnie John W. Taylor, arrivant à Salt Lake City le 15 octobre 1847. Marié à Mary Panter en septembre 1866. D'eux naquirent neuf enfants. EN août 1879, il épousa Agnes Thompson. À eux sont nés cinq enfants. Il était missionnaire à St. Louis, Ill., 1866-67 et en Angleterre 1883-85. Entré à Vernal le 24 septembre 1886. A été président et a aidé à organiser la Ashley Co-Op, Vernal Mill & Livestock Co., Uintah Creamery, Bank of Vernal, Vernal Mill & Light Co. Uintah State Bank, Telephone Co. A été président du pieu d'Uintah pendant 20 ans et patriarche jusqu'à sa mort, le 16 novembre 1915.

AGNES THOMPSON BENNION
Né le 2 novembre 1857 à Salt Lake City, Utah. Mariée à S. R. Bennion le 10 août 1879. Arrivée à Vernal en 1886. Mère de cinq enfants. Actif dans le travail de la Société de Secours. Décédé le 4 mars 1928.

MME. MINNIE JESPERSON DAVIS
Née à Gestrwp, au Danemark, le 12 juillet 1866. Elle est arrivée en Amérique à l'âge de huit ans avec ses parents convertis à l'église L. D. S.. Elle est arrivée à Ashley Valley à l'âge de treize ans. Je suis allé chez Pardon Dodds. Elle épousa John N. Davis, 1893. À Manti Temple et vécut à Vernal jusqu'à sa mort, en mars 1944. Elle s'intéressait aux travaux de l'église de toutes sortes. A servi dans la Mutuelle pendant dix ans et dans la Société de Secours pendant 28 ans. Elle était un membre actif du parti républicain et a été membre du comité d'État.

JOHN NIGHTENGAL DAVIS
Né le 19 octobre 1864 à Salt Lake City, Utah. Il est venu à Vernal alors qu'il était un jeune homme pour travailler dans l'élevage de moutons, et a progressivement travaillé dans l'entreprise de culture de laine pour lui-même. Il épousa Minnie Jasperson de Heber City, Utah, le 1er février 1893. En 1895-97, il remplit une mission pour l'église L. D. S. dans les États du Nord. Plus tard, il remplit une autre mission dans les États du Sud. Il a été évêque dans la première paroisse de Vernal de 1898 jusqu'à la réorganisation du pieu en 1910, date à laquelle il est entré au Conseil supérieur et a servi à ce titre pendant deux administrations. Il était patriarche de l'État d'Uintah au moment de sa mort. Il était important dans les affaires civiques et politiques. Il a siégé à la législature de l'État de 1906 à 1910 et, au cours de ce service, a obtenu les fonds avec lesquels le pont sur la rivière Verte a été érigé. Il a été conseiller municipal, juge des mineurs et directeur de la division des chevaux à la foire d'État. M. et Mme Davis étaient les parents de dix enfants, six fils et quatre filles.

LA FAMILLE MERLEY
La famille Nelson Merkley, Sr., a déménagé à Ashley Valley en 1878. Ils sont venus de Cedar Valley et ont conduit leur bétail sur l'ancienne route jusqu'à Daniels Creek.
Lorsqu'en 1879 (l'hiver dur) les familles d'Ashley se sont réunies dans le fort (souvent appelé Jericho à cause de l'oncle Jerry Hatch), la famille Merkley est restée chez elle. À cette époque, le territoire n'avait pas été arpenté et lorsque cela a finalement été fait, il a été constaté que les premiers colons avaient calculé les lignes de section assez précisément et n'étaient pas éloignés de plus d'un quart de mile. Pour se situer correctement avec l'arpentage, ils ont simplement cadré leurs concessions de sorte que chaque exploitation s'inscrive dans sa propre position avec les lignes d'arpentage.
L'une des tâches les plus importantes était de puiser l'eau de la rivière pour leurs fermes. M. Merkley, avec d'autres des premiers colons, travaillait dur toute la journée avec des outils improvisés, pour se procurer de l'eau.
Avec de lourdes dalles attachées ensemble, avec deux poignées attachées, ils ont pu creuser un sillon dans lequel sortir l'eau. Nelson Merkley Sr., est né le 11 novembre 1828 à Williamsburg, Ontario, Canada. Il a épousé Sarah Jane Sander et a eu les enfants suivants : Nelson Merkley, Jr., Sarah Jane, George D., Charlie, John, Henry, Bessie, Christopher, Rachel, Jacob.

WILLLIAM PORTER COLTHORP
Est né dans le comté de Monroe, Tenn., en 1860. Est venu à Ashley Valley en 1880. C'est ici qu'il s'est établi dans le commerce et l'industrie du mouton. Il était l'un des organisateurs de la Banque de Vernal. Il a épousé Sarah Jane Merkley, née le 24 août 1891 à Salt Lake City et arrivée dans la vallée en 1879.

NELSON MERKLEY, JR.
Né le 24 mars 1857. Décédé le 18 avril 1924. M. Merkley était connu dans toute la communauté comme le plus remarquable agriculteur et éleveur de pur-sang. Sa ferme était exempte de mauvaises herbes, avait de bonnes clôtures et il cultivait d'énormes récoltes qui étaient vendues aux soldats. Il était progressiste et soucieux de la communauté et a servi en tant que haut conseiller et patriarche de l'Église. Il a épousé Ketura Peterson, la fille de Peter Peterson. Elle est née en octobre 1867 dans le Kentucky et est arrivée à Ashley Valley le 24 octobre 1879. Ils se sont mariés en juin 1884. Elle a été présidente de la Vernal Relied Society et a aidé à la fois l'église et la communauté. Ils construisirent la première maison en briques et eurent six enfants.

CORA A. HARDY TEMPLETON
Né à St. Charles, Idaho, le 17 octobre 1869. Est venu à Ashley Valley en novembre 1878. A été actif dans l'école du dimanche et l'école mutuelle. Marié à William Templeton le 25 février 1889 et déménagé à Maybelle, Colorado.

JOSEPH HARDY, SR.
Joseph Hardy est né à Council Bluffs, Iowa, le 8 avril 1848. Fils de Joseph Hardy, père, et de Lucy Blandon. Quitte Saint-Charles, Idaho, en novembre 1877, pour Ashley Valley avec sa femme, Lydia R. Davis, qu'il épousa à Salt Lake City, le 2 octobre 1869. Une fille, Cora et trois fils, Joseph H., Nathan C., et Charles A. Hardy, et trois autres familles, Lycurges Johnson, Alfred Johnson et Allen Davis. Ils se sont mariés dans la vallée d'Ashley le 3 novembre 1878. Ils avaient des provisions pour plus d'un an, mais à cette époque, tout le monde partageait avec l'autre. Il n'y avait qu'une seule femme blanche ici, Mme Rolf Snyder et sa fille embauchée, Clara Crouse.
Les hommes ont travaillé dans les montagnes cet hiver-là en manches de chemise, sortant des rondins pour construire leurs maisons, qu'ils ont achevées avant l'automne 1879, qui s'est avéré être un hiver rigoureux. Il y avait beaucoup de nouvelles personnes qui arrivaient et elles n'étaient pas préparées à la neige froide et profonde.

MME. LYDIA REBEKA DAVIS HARDY
Lydia R. Hardy est née le 15 août 1850 à Boltan, dans le comté de Warren, New York. Fille de Nathan C. Davis et Isabella Wells. Elle a traversé les plaines lorsqu'elle était enfant dans la compagnie appelée Clendfendent Train. Ils arrivèrent à Salt Lake City le 15 août 1860. Elle avait dix ans. Elle épousa Joseph Hardy le 3 octobre 1869, à la Salt Lake Endowment House et vint à Ashley Valley le 3 novembre 1878. Elle fut très active dans différentes organisations religieuses. Elle a enseigné à l'école au début, même si elle était la mère de dix enfants. Lorsque la mort arrivait dans cette vallée isolée, Mme Hardy était souvent appelée à confectionner des vêtements funéraires, à tapisser et à garnir les cercueils. Une image et un croquis de la vie de Mme Hardy ont été publiés en 1940 dans les "Femmes de Deseret", une brochure historique de ses activités civiques. Joseph Hardy, père, est décédé le 12 octobre 1931.

CORA VAN GUNDY
Née en 1867 à Golden, Colorado, elle est venue à Ashley Valley avec son père, George W. Van Gundy, en 1878. Il y avait peu de colons blancs dans la vallée à cette époque. Ils ont tous traversé de nombreuses épreuves des premiers pionniers. Au cours de l'hiver 1878, la redoutable épidémie de diphtérie frappe la vallée. Chaque famille a perdu un ou plusieurs membres, une famille en a perdu six. Il n'y avait ni médecin ni médicament d'aucune sorte. Cora, l'une des premières victimes, s'est rétablie d'une manière ou d'une autre. Elle pouvait alors s'occuper des petits enfants et aider les mères dans leurs tâches ardues.
George Van Gundy était ébéniste de métier. L'une de ses premières tâches fut de fabriquer les cercueils nécessaires. Lorsque le bois disponible dans les wagons-lits a été épuisé, il a eu recours à du bois de sciage à la main à partir de grumes. Les femmes ont déchiré leurs vêtements pour obtenir du matériel pour tapisser les cercueils. Cora, toujours habile avec l'aiguille, était occupée à coudre et à fabriquer ces doublures. Le printemps suivant, connu sous le nom de « printemps dur », a trouvé la vallée enneigée. Les colons avaient toujours faim et certains jours, ils n'avaient rien à manger. Ils ont tous partagé leur nourriture et moulu leur blé de semence dans le moulin à café, pour rester en vie. Pour ajouter à leur faim, était la peur des Indiens. Les guerriers allaient et venaient du Colorado, car c'était l'époque du massacre de Meeker.

JOHN McANDREWS
Né à Madison, Indiana en 1855. Est venu à Ouray, Utah, en 1883. Il travaillait pour le ministère de l'Intérieur en tant que chef des éleveurs de bétail indien. Il est resté dans le service indien vingt ans. Lui et Cora Van Gundy se sont mariés en 1897. Leurs deux vies ont été pleines d'aventures et de difficultés. Vraiment, ils ont aidé à coloniser le Grand Ouest !

MARY FRANCES BROWN ET JAMES BARNUM HENRY
James Barnum Henry est né le 30 juin 1852 dans le comté d'Oakland, dans le Michigan. Il était le fils de Calvin William Henry et Rhoda Priscilla Barnum. Quand il avait deux ans, il est venu avec ses parents dans l'Utah, voyageant tout le long en attelage de bœufs. Ses jours d'enfance ont été passés dans les canyons et les villes entourant Salt Lake Valley. Sa famille s'est ensuite installée à Heber.
Mary Frances Brown est née le 9 avril 1857 à South Cottonwood (aujourd'hui Murray), dans l'Utah. Elle était la fille de Jonathan Brown et Sarah Cousins ​​Brown qui sont venus d'Angleterre en Amérique en 1850. Elle a vécu à South Cottonwood jusqu'à son mariage. Mary a été présentée à James Barnum Henry par Ammon Reynolds, un ami commun, vers 1877. Ils se sont mariés à Salt Lake City le 24 juillet 1878.
Lors de la conférence générale d'octobre 1878 de l'église L. D. S., le jeune couple a été invité, avec quelques autres, à se rendre à Ashley Valley pour aider à établir un établissement permanent. Bien que la vallée à laquelle ils avaient été appelés était loin des établissements civilisés, était peu connue, et la route qu'ils devaient parcourir pour l'atteindre n'était guère plus qu'une piste, ils ont répondu à leur appel. Ils ont placé toute leur nourriture, leurs vêtements et leurs meubles dans un wagon couvert et ont commencé le voyage en octobre. L'entreprise était en route depuis environ trois semaines, apercevant pour la première fois la vallée d'Ashley le 9 novembre 1878 - une période très morne de l'année. Ashley Valley avait l'air très stérile pour les Henrys. A cette époque, il n'y avait que quelques petites cabanes en rondins dans la vallée. Mary pensa à la vallée du lac Salé, avec sa population en croissance rapide, ses ruisseaux argentés, ses arbres et ses arbustes et se demanda si la vallée dans laquelle ils entraient ne serait jamais autre chose qu'un désert.
Cet automne-là, les habitants d'Ashley ont construit un fort près du centre de ce qui s'appelait alors Ashley Bench, près de l'emplacement actuel de l'hôtel commercial. Ils l'ont fait parce qu'ils avaient été effrayés par le massacre de Meeker. La plupart des habitants ont passé l'hiver dans le fort, mais n'ont pas été molestés par les Indiens.
La première maison de Henry à Ashley Valley était une cabane en rondins basse avec un sol en terre battue dans une moitié et un plancher en planches rugueuses dans l'autre. Le printemps suivant, leur premier enfant, James Calvin, est né.
Jim a planté les graines qu'il lui restait après l'hiver et a pu récolter des céréales et des pommes de terre. D'autres colons ont également produit d'assez bonnes récoltes, mais le blé était « mutty » et il n'y avait pas de surplus. Cependant, cet automne de 1879 a amené de nombreux nouveaux colons, certains avec de maigres approvisionnements et d'autres sans.
L'hiver de 1879-80 est devenu connu sous le nom de « l'hiver rigoureux » par la suite, parce que la neige est tombée tôt et en profondeur et que les gens n'avaient pas assez de nourriture en réserve pour subvenir à leurs besoins jusqu'au printemps. La plupart des bovins sont morts de faim ou ont été tués pour la viande, bien que leur chair soit trop maigre pour même faire une bonne soupe. Quand il a semblé que toute la colonie devait mourir de faim, quelques-uns des hommes vaillants de la vallée se sont portés volontaires pour traverser les montagnes en raquettes jusqu'à Green River City, Wyoming, pour obtenir de la farine pour les personnes affamées. James Henry a été l'un des premiers à offrir ses services. Ces hommes ont traversé la rivière Green sur la glace et ont fait ce voyage périlleux jusqu'à la ville du Wyoming et ont risqué leur vie pour rapporter de la farine aux habitants de la vallée d'Ashley. Dès que la neige a suffisamment fondu, les Henry ont ouvert leur fosse à pommes de terre. Les voisins s'y pressaient comme pour une grande fête. Les enfants, qui n'avaient pas goûté de légumes depuis des mois, ont supplié pour "juste une pomme de terre". peau et tout. À cette époque, les peaux de pommes de terre n'étaient jamais gaspillées, mais étaient bouillies pour en faire un liquide pour l'amidon ou pour mélanger le pain.

M. Henry a aidé à creuser des fossés d'irrigation et des canaux pour amener l'eau des ruisseaux vers les terres agricoles sèches de la vallée. Il a aidé à faire des routes vers le bois dans les montagnes. Il a toujours aimé camper et a passé la majeure partie de sa vie à travailler avec ses chevaux, à boiser, à transporter et à transporter du charbon. Ils ont eu de nombreuses expériences intéressantes et passionnantes avec les Indiens à l'époque des pionniers.

Mary Henry a occupé de nombreux postes de responsabilité dans l'église L. D. S., étant membre du conseil d'administration de la Société de Secours du pieu d'Uintah pendant de nombreuses années. Elle a écrit de nombreux poèmes et hommages magnifiques, dont plusieurs ont une place honorifique dans les archives des Daughters of Utah Pioneers. Ils ont eu les enfants suivants : James Calvin, Sarah Priscilla, Albert Monroe, Emma Mae, Frances Mary, Lauretta, Merrill, Bertha.
James Henry est décédé le 13 décembre 1932. Mary Henry est décédée le 17 septembre 1944.

SAMIAL JONES ROLFE
Samial Jones Rolfe est né le 15 octobre 1867 à Lehi, dans l'Utah. Il est venu en Utah avec les premiers colons lorsqu'ils ont dû fuir les Indiens. était boucher. Il est décédé le 25 novembre 1928.

HYRUM OSCAR CRANDALL
Né le 26 avril 1844 à Sherden, comté de Hondcock. A couru la première route postale vers le bassin. Une station à Myton et une à Fort. Duchesne. Il a ensuite déménagé à Driggs, Idaho. A été choisi évêque de la paroisse de Duggs. Il y est mort en mai 1904.

SEMAINES EDWIN GEORGE
Né à Danville, Vermont, le 6 octobre 1833. Marié à Elizabeth Jane Hadlock le 24 mars 1861 Elle est née à Lisbon, New York, le 2 avril 1844. Ils sont venus à Vernal pour être avec ses parents. M. et Mme Hadlock, et M. Weeks travaillaient comme charron dans la forge Hadlock. Ils avaient sept enfants et s'intéressaient au travail de l'église.

WINFIELD SCOT HULLINGER
Né le 5 janvier 1848 dans l'Ohio, fils de Harvey Coe et Julia Bloc Hullinger. Entré à Ashley Valley en 1883. Marié à Annel Davis le 22 novembre 1869, à Salt Lake City.

JOHN E. CLARK
Marié à Thedosia Hatch, une fille de Jeremia Hatch. Ils sont arrivés à Ashley Valley en 1879 et ont déposé sur 160 acres de terrain en face de la place John Readers. Depuis, ils vivent dans le bassin d'Uintah. Il a toujours eu un troupeau de moutons ou de chèvres. Il est le fils de I. J. Clark. Ils ont déménagé à Blue Bell dans une ferme là-bas. Elle y fut longtemps la seule sage-femme. A accouché de beaucoup de bébés.

JOHN S. PIRATAGE
Né le 23 juin 1867 à Cedar Fort Utah. Arrivé à Ashley Valley en 1894. Il a été l'un des citoyens loyaux et dévoués du comté d'Uintah, spécialisé dans l'élevage de moutons. Marié à Mary E. Hall, née le 19 mars 1874. Née à Beaver, Utah. Décédé en 1934 à Vernal, Utah.

HARVEY COE HULLINGER
Harvey Coe Hullinger, qui a passé la plupart des 100 années de sa vie à soulager les malades, a été l'un des premiers médecins praticiens fidèles d'Uintah Basin. Il méritait le respect et l'estime de plusieurs centaines de ses patients et connaissances du bassin, Indiens et Blancs. Sa vie était heureuse grâce au service qu'il rendait. Le Vernal Express du 16 octobre 1925 portait ces titres : Harvey Coe Hulllinger de Vernal, le plus ancien médecin en exercice des États-Unis.
Le Dr Hullinger est né le 2 décembre 1824. Il est venu en Utah en 1859 et a été pendant un certain temps l'archiviste du district de Big Cottonwood. En 1883, il s'installe dans le comté d'Uintah. Il y est arrivé en octobre et a acheté 160 acres près de Jensen, en Utah. Le 7 décembre, il a déménagé sa famille. Ses voisins les plus proches vivaient à environ 800 mètres. Il s'agissait de Jesse McCarrell et John D. Mecham.
M. Hullinger est devenu médecin en 1852 par autodétermination. Il a commencé sa pratique de la médecine en 1852 et a exercé jusqu'en 1925.

Trois jours après son arrivée dans sa nouvelle maison à Jensen, il a été appelé à parcourir vingt milles pour assister le fils de Frank Moore, un tenancier de saloon d'Ashley Fork. Depuis lors, jusqu'à sa mort, il a été fidèle dans ses soins aux malades. Il fut le premier vrai médecin du Bassin.

De 1883 à 1888, les récoltes étaient maigres et rares. Le Dr Hullinger était occupé par sa pratique et ses deux fils, Adelbert et Winfield, s'occupaient donc de la ferme Hullinger. Le Dr Hullinger parcourait de longues distances en selle et recevait principalement des produits contre rémunération. Il a parcouru jusqu'à soixante-cinq milles et est resté avec les patients jusqu'à ce qu'ils se rétablissent. Il était parti de chez lui pendant deux semaines d'affilée. Avant 1887, il était son propre infirmier. Il s'est procuré les services d'une infirmière en 1887. Il a toujours tenu les dossiers de façon très méthodique et l'on constate que les deux premières années, il n'a reçu que 40 $ en espèces. De 1883 à 1922, le Dr Hulllinger a introduit plus de 1 000 enfants dans le monde ou dans le bassin d'Uintah.

Le Dr Hullinger a été appelé en 1885 pour assister à Chief Wash, chef Ute, qui vivait près de la rivière Green en aval de Jensen. Le chef souffrait d'une pneumonie, mais avec l'aide d'un interprète, avec quarante-huit heures de soins et de médicaments, le patient s'est rétabli. La nouvelle s'est répandue et le Dr Hullinger était désormais connu sous le nom de "Chief Medicine Man".
Le Dr Hullinger est resté fidèle à sa profession et par sa volonté, ses compétences et sa sincérité, il était indispensable aux premiers colons des années 1880, 1890 et des deux premières décennies des années 1900.

STERLING DRIGGS COLTON et NANCY A. COLTON
Ils sont venus à Ashley Valley avec quatre enfants, Flora E., S. Leroy, Don B. et F. Edwin, en novembre 1879.
Sterling Driggs Colton est né à Provo, Utah, le 22 mars 1851 Nancy A. Wilkins Colton est né à Provo, Utah, le 14 juillet 1853. Ils sont tous les deux issus de parents qui ont rejoint l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours au cours de sa premiers jours dans les environs de Rochester, New York, et a migré vers Nauvoo, puis l'Utah avec les premiers pionniers.
M. Colton est venu à Ashley Valley avec son frère, Edwin Colton, le jeune membre du bataillon mormon, en juillet 1879, et M. Colton a décidé de s'installer dans la vallée. Il est retourné à Provo pour récupérer sa famille et ses biens. À son retour, il est venu avec six équipes et tenues et a traîné 250 têtes de bétail dans Ashley Valley.
Le premier membre de la famille, Flora E. Colton Collett, est né à Provo, dans l'Utah. S. Leroy, Don B. et F. Edwin sont nés à Mona, comté de Juab, Utah. Leurs autres enfants, Warren A., Charles H, Lewis L., Nancy Fern, Zora M. et Hugh W., sont tous nés à Ashley Valley sur l'ancienne ferme Colton dans la partie nord du quartier Maeser.
M. Colton a été le premier shérif du comté d'Uintah après son organisation en 1881 et a servi 15 ans.Il a été évêque de la paroisse de Maeser pendant 1 an et maire de Vernal City pendant des années au cours desquelles le système d'approvisionnement en eau de Vernal City a été étendu jusqu'à Ashley Canyon au-delà de la jonction de Dry Fork et Ashley Creek. Il a effectué une mission pour l'église L. D. S. dans la Mission des États du Nord en 1895.
Il était engagé dans diverses entreprises. Il a habité dans ce qu'on appelle le quartier Maeser où il a passé la majeure partie de sa vie à exploiter une ferme et du bétail, des moutons, du bétail et des chevaux. Il a également été l'un des premiers exploitants d'une institution commerciale à Ashley Valley et l'un des premiers directeurs et organisateurs de la Uintah State Bank.
Mme Colton était largement connue dans tout le comté d'Uintah et était associée à de nombreuses organisations féminines. Elle a été présidente des Jeunes Filles M. I. A. et de la Société de Secours du pieu d'Uintah pendant plusieurs années.
Leur famille a fait ses études dans les écoles publiques du comté d'Uintah et dans diverses institutions d'enseignement supérieur de l'Utah et d'autres États.

LUCIUS HUNTINGTON WOODARD
Lucius Huntington Woodard, fils d'Oscar Daniel Woodard et de Caroline Huntington, est né à Richmond, Québec, Canada, le 5 juin 1876. Il est venu à Meeker juste après le massacre de Meeker et a vécu plusieurs années comme puncheur de vaches dans le Colorado.
Il est descendu à Jensen, dans l'Utah en 1892 et a échangé du bétail contre M. Aland of Meeker. En mars 1893, il épousa Helen Aurelia Dudly à Jensen, Utah. Le 1er juillet, il a pris le contrat pour le courrier entre Vernal et Rangely, Colorado, et avait le contrat pour quatre ans. En 1897, il déménagea sa famille, sa femme et ses deux petites filles, à Aurey et au poste de traite indien pendant cinq ans. Il s'installe à Vernal en 1903 et achète une maison. Il s'est rapidement lancé dans le commerce du meuble et a acheté le magasin Davis Furniture. Il a ensuite acheté Social Hall. Le 3 janvier 1926, il épousa Mary Ethelda Dudley.

EDWARD JONES JEUNE
Né le 2 octobre 1859 à Grantsville, Utah

ESTHER DUNSTER JEUNE
Né le 24 avril 1861 à Salt Lake City, Utah. Ils se sont mariés à la maison de dotation de Salt Lake City, Utah, le 27 novembre 1879. Ils ont élevé huit enfants. M. Young est entré dans le commerce des moutons en 1886, traînant plusieurs troupeaux à travers le Wyoming jusqu'à la chaîne Uintah au-dessus de Taylor Mountain avec ses frères LeGrand, Tera, George et Charles S. Carten, Sr., beau-frère. À l'automne 1887, il retourna à Salt Lake City et emmena sa femme et ses trois enfants à Vernal pour s'installer. Il travaillait dans le commerce des moutons et dans l'élevage. Mme Young a été première conseillère du Y. L. M. I. A., le 2 septembre 1894. Décédée le 18 mars 1907.
M. Young a épousé Maud M. Hodgkin au temple L. D. S. le 16 septembre 1908. Ils ont eu deux enfants. En 1920, ils ont déménagé à Murray, dans l'Utah, et ont élu domicile. Le 21 avril 1931, sa seconde épouse décède. Il passa ses dernières années au domicile de sa fille aînée et de son gendre, M. et Mme W. B. Erickson. Il est décédé le 29 juin 1945.

NATHAN C. DAVIS
Né le 29 août 1816 à Bolton, N. Y. Marié à Isabella Wells le 16 novembre 1840. Converti à l'église de Nauvoo, traversa les plaines et resta deux ans à Winter Quarters pour s'occuper des biens de l'église là-bas. Plus tard, il a été envoyé au Nebraska pour construire un traversier et a transporté les saints de l'autre côté de la rivière Platte pendant trois ans. A été garde du corps de Joseph Smith. Est venu avec le train de l'indépendance à Salt Lake le 15 août 1860. Est venu à Ashley Valley en 1880. A amené un grand nombre de bovins et de chevaux avec lui et il y a un endroit sur Taylor Mountain appelé Davis Hollow où il a fait construire une cabane pour accueillir ses cavaliers. Actif dans le pieu et la paroisse, ainsi que dans les affaires et les affaires civiques.

SIMON PETER DILLMAN
Est né le 1er juillet 1854 dans un camp de sirop d'érable près de Bloomington, dans l'Indiana. Ses parents étaient Andrew Dillman et Eliza Frances Henderson. À l'âge de deux ans, il déménage avec sa famille dans le sud de l'Iowa et s'installe dans une ferme près de Chariton, sur la rivière Chariton, où le Mormon Trail était alors utilisé et où l'une des fermes d'escale des Mormons était située dans leur marche vers l'ouest. Ses ancêtres étaient fortement religieux et les noms bibliques caractérisent de nombreuses générations. Pendant des générations, ils avaient suivi l'agriculture. Ils étaient patriotes et l'un de ses ancêtres était l'un des gardes du corps spéciaux du général George Washington. Il a été spécialement chargé de signifier le mandat d'arrêt à Aaron Burr, à la suite du duel avec Alexander Hamilton.
M. Dillman est venu dans l'ouest à 21 ans, et a été l'un des premiers colons de la vallée d'Ashley, à l'été 1877. Il a été employé pendant une courte période par le gouvernement et est allé obtenir la libération des "femmes blanches" à la suite du Meeker Massacre. Il était l'un des deux enseignants qui ont dirigé la première école de la Vallée. Il a été un pionnier de la culture fruitière ici. Honnête et fiable en tant qu'officier et citoyen, il était un chef de file dans le respect et l'application de la loi. Ses passe-temps étaient la chasse et le camping. Il a été pendant de nombreuses années garde-chasse. Il a été le premier garde forestier du bassin d'Uintah. Il a ouvert la première pharmacie dans le bâtiment actuellement utilisé par Vernal Bakery.
M. Dillman a épousé Julia Ellen Davis, de laquelle quatre enfants sont nés. Il s'est d'abord installé sur le site où se trouvait le fort Thornburg et, pendant "l'hiver rigoureux", a transporté le courrier à ski, d'Old Ashley à Brown's Park, lorsque la faim sévissait dans la vallée et que le bétail était trop faible pour être utilisé. M. Dillman est décédé le 1er août 1939.

JULIA ELLEN DAVIS DILLMAN
Née le 7 février 1862 à Salt Lake City, Utah, fille de Nathan Cutler Davis et Isabella Wells. Ses parents étaient à Nauvoo, avant l'expulsion des saints, et plus tard, avec leur famille, ils ont déménagé à Florence, près de Council Bluffs. M. Davis était un maître mécanicien et le président Young l'avait chargé de rester à Council Bluffs pendant un certain nombre d'années, réparant et fabriquant de l'équipement pour les émigrants qui traversaient les plaines dans les nombreuses compagnies. Avec sa famille, il a déménagé à Salt Lake et a été chargé d'aider à la construction de moulins pour les saints.
Mme Dillman, enfant, a déménagé à Bear Lake avec ses parents, puis dans la vallée d'Ashley, où elle a rencontré et épousé S. P. Dillman en 1882. D'eux sont nés quatre enfants.
Mme Dillman possédait une forte conviction religieuse et aimait les belles choses. Elle a fait de la peinture et a composé de nombreux poèmes. Elle a exploité un magasin de chapellerie pendant de nombreuses années. Comme passe-temps, elle décidait chaque jour de faire quelque chose d'inhabituel pour le confort ou le bonheur de quelqu'un, et avec son cheval et sa voiturette, elle traversait la vallée, jour et nuit, se soulageant, envoyant des fleurs, administrant de la bonté aux malades ou aux malheureux. Sa vie représentait un sens profond de la justice sociale et de la dévotion et une appréciation de la force et des bénédictions de l'Église, illustrées par le service et la foi. Elle est décédée le 28 octobre 1904 d'une maladie contractée alors qu'elle allaitait le fils d'un ami atteint de fièvre typhoïde. Sa mémoire est conservée dans le souvenir affectueux de ceux qui l'ont connue.

JÉRÉMIE HATCH MURRAY
Né le 2 avril 1878 à Spanish Fork, Utah. Un fils de Jeremiah Sr., et de Mary A. Murray. Entré à Ashley Valley en 1885. Marié à Pearl Karren. Né le 23 novembre 1879 décédé le 2 mars 1900. Marié à Rachel Ellen Merkley. Née le 2 septembre 1882. Fille de Nelson Sr. et de Sarah Jane Merkley. Décédé le 13 avril 1918.

PONTHA CALDER
Né le 3 août 1879 dans le quartier de Mill Creek, comté de Salt Lake, Utah. Son père était George Calder, sa mère était Mary Bennion Calder. Il a aidé son père à construire le Calder Park, le premier centre de villégiature Pioneer dans l'Utah, appelé plus tard Wandamere, et maintenant connu sous le nom de Nibley Park. En 1900, Pontha Calder a amené sa femme, Rosella Soffe Calder, à Vernal pour y établir leur maison. Elle a enseigné à l'école et lui et son frère Hyrum ont construit un étang de glace et fourni de la glace pour la ville de Vernal. Il a été surintendant du pieu pendant douze ans. A dirigé l'Impériale et a été évêque de Vernal First Ward pendant douze ans. Il est maintenant le maître de poste de Vernal.

CALDER SOFFE ROSELLA
Né le 6 août 1880 dans le sud de la Jordanie, comté de Salt Lake, Utah. Son père était N. George Soffe, sa mère était Mary Jacobs. A été marié le 12 septembre 1900. Ils ont neuf enfants. En 1901, Mme Calder a lancé le commerce de crème glacée à Vernal avec un congélateur de six pintes, équipant la pharmacie Mease. L'entreprise a grandi si vite que Colpin Drug voulait aussi de la crème glacée, c'est ainsi qu'est née la Calder Brothers Ice Cream Company. Plus tard, elle a suivi un cours de beauté et a réussi le premier examen d'État. Elle a ensuite créé et exploité le salon de beauté Calder pendant vingt ans.

DON B. COLTON
Né en septembre 1876 à Mona, comté de Juab, Utah. Fils de S. D. et de Nancy Colton, il est venu à Ashley Valley en 1878. Il a rempli une mission en Grande-Bretagne, de 1896 à 1898. A agi en tant que directeur de la Uintah Stake Academy pendant deux ans. Était à la législature de l'État en 1902. Diplômé de l'Université du Michigan en 1905, a servi pendant neuf ans en tant que receveur du Land Office des États-Unis, a été élu au Sénat de l'État en 1914 pour deux sessions. Élu au Congrès en 1920 et a servi douze ans. Dans l'État d'Uintah, il a été conseiller supérieur, conseiller de William Smart et pendant onze ans président de l'État, en cette qualité, il s'est fait d'innombrables amis. M. et Mme Colton ont emménagé à Salt Lake City en 1933. Il a rapidement été appelé à servir en tant que président de la Mission des États de l'Est. En 1933-37, il rentra chez lui pour devenir président du Missionary Home. Près de 7 000 missionnaires sont passés par la maison jusqu'en 1947. Il est membre du conseil de l'Union de l'école du dimanche de Deseret. M. Colton a épousé Maisie Hall, fille de Mary Bingham et de Mark Hall, Sr., qui n'a vécu que peu de temps. Le 17 juin 1908, il épouse Grace Stringham et ils ont cinq enfants.

GRACE STRINGHAM COLTON
Née le 26 août 1878. Fille de Phillip et Carolline Crouse Stringham. Mme Colton a enseigné pendant six ans et a été présidente de la YLMIA dans le quartier de Maeser. Elle a enseigné pendant six ans, a été présidente de la Société de Secours à Washington, D.C., lorsqu'elle a été organisée là-bas. A présidé la Société de Secours dans le champ de mission des États de l'Est, en plus d'être la mère de la mission. Fait maintenant partie du conseil d'administration de l'Ensign State Relief Society et s'intéresse à d'autres activités de l'église.

JOHN FAIRCHILD, FEMME ET FAMILLE
Atteint Ashley Valley le 17 octobre 1877, avec une famille du nom de Downing. M. Fairchild n'avait que 35 cents d'argent lorsqu'il est arrivé dans la vallée. Casquette. Pardon Dodds construisait un nouveau magasin. Il a donné un emploi à M. Fairchild et sa femme s'est vue confier le poste de cuisinière pour les hommes de main du capitaine Dodds. Le printemps suivant, M. Fairchild a échangé 300 perches à Pat Lynch contre un droit de propriété familiale et a transféré sa famille dans cette propriété familiale.
Willliam Gibson, sa femme et ses deux enfants, James et Mary (Maidie), vivaient sur la propriété attenante qui appartenait à M. Thorne.
Cora et Lillie Fairchild sont devenues des amies très proches et des camarades de jeu avec James et Maidie Gibson. Sur la place Fairchild se trouvait un bosquet d'arbres où les habitants de la vallée se réunissaient pour célébrer le 4 juillet de cette année-là. Peut-être parce que les plaisirs étaient si rares à cette époque, tout le monde appréciait ce simple pique-nique, même si beaucoup d'enfants étaient pieds nus et avec des vêtements rapiécés et délavés. Allen et Matilda Davis et leur famille sont également devenus de bons amis de la famille Fairchild.

MONSIEUR. ET MME. E. G. DeFRIEZ
M. et Mme EG DeFriez et leur famille sont venus de St. George, Utah, dans la vallée d'Ashley au début de l'automne 1884. M. DeFriez a enseigné cet hiver-là dans une école en rondins d'une seule pièce où des stands. Plus tard, il fut surintendant des écoles un trimestre, visita les écoles de la vallée, Dry Fork et Pensen à cheval. Il était juge des successions après le mandat de M. Burton. Il a été commis au bureau de la dîme dans la petite maison en pierre au nord de Penney's Store pendant plusieurs années. Il a également travaillé dans la coopérative. Stocker à ce moment-là. Il a étudié le droit et a exercé la profession d'avocat aussi longtemps que sa santé le lui permettait. Ebenezer Godfrey DeFriez est né le 7 décembre 1851 à Longon, en Angleterre. Décédé le 8 octobre 1837 à Huntington, Utah. Sarah Elizabeth McCullough DeFriez (son épouse), est née le 26 mai 1861 à Washington, Utah. Décédé le 23 novembre 1927 à Huntington, Utah. Ils étaient les parents de treize enfants, six garçons et sept filles.

ELLEN WILKSHIRE
Née dans le Worcestershire, en Angleterre, le 2 avril 1844. Elle a épousé William Jasper Rolfe en 1861. À sa mort, elle a épousé Thomas Karren en 1876. Elle est venue à Ashley Valley en 1879. Elle a été présidente de la Société de Secours de la paroisse de Vernal pendant douze ans.

MONSIEUR. STEINAKER
M. Steinaker et son fils Johnnie sont arrivés à Ashley Valley depuis le Colorado en 1877 et dans le récit de la vie de Peter Dillman tel que donné par Reed Morrell, nous trouvons ce qui suit :
M. Dillman a obtenu du travail de M. Dodds pour creuser des pommes de terre, couper des poteaux et sortir des poteaux. Dans ce dernier emploi, Johnnie Steinder a travaillé avec lui. M. Dodds est allé avec eux pour leur montrer où se procurer les bâtons. C'est au cours de cette opération que l'ancienne cabane, connue sous le nom de "Old Dodd's Cabin", a été construite sur la montagne. Mais quand le printemps est arrivé, ils étaient impatients d'arriver à terre et Pete a coupé et transporté des poteaux et a clôturé une bonne partie de sa propriété, mais il n'avait pas d'équipe, pas de charrue et pas d'argent, donc il ne pouvait pas faire grand-chose pour l'agriculture et c'était la même chose avec John Steinaker. Ils ont mis leurs têtes ensemble, ces deux-là, et ont obtenu un faux signal. Le bois était très demandé et maintenant il était accessible, les gens commençaient à poser des planchers dans leurs cabines et à réparer un peu. Pete et John retournèrent dans le bois et en sortirent des planches lisses et plates avec leur scie. Ils pouvaient sortir environ 150 pieds par jour, ce qui était loin de répondre à la demande qui leur était venue. Cette entreprise de Dillman & Steinaker a scié le premier bardage qui a été utilisé sur une maison à Vernal. Ils sont devenus connus comme de bons travailleurs acharnés et bon nombre des nouveaux colons qui n'arrêtaient pas de venir pendant le printemps, l'été et l'automne de "78" sont venus vers eux pour un ensemble de bûches pour une maison et du bois pour les portes, les fenêtres et les planchers.
Dillman et Steinaker vivaient dans la cabane en rondins qu'ils avaient construite pour Pardon Dodds dans le bois pendant l'été et l'automne 1878, actionnant leur scie à fouet jusqu'à ce que les rondins gèlent.
L'hiver de "78" et 79 passa lentement. Il n'y avait pas grand-chose à faire. Johnnie Steinaker, Dillman et les deux garçons Britt vivaient ensemble dans la cabane qu'ils avaient construite sur la propriété Britt.

JOSEPH P. McCARREL
Joseph P. McCarrel était natif d'American Fork, Utah, né le 5 mai 1854, fils de Jesse et Amanda McCarrel. En 1883, accompagné de sa femme et de ses deux enfants, il vint dans le comté d'Uintah, s'installant sur le ruisseau Ashley et se livrant à l'agriculture et à l'élevage. Des années plus tard, il a acquis la ferme au sud-est de Vernal, sur laquelle il a résidé jusqu'à sa mort. Il laisse dans le deuil sa femme et ses cinq fils.

MME. AMANDA McCARRELL
Mme Amanda McCarrell, épouse de Jesse H. McCarrell, pionniers de 1881, s'est installée sur une propriété sur Ashley Creek dans ce qui était le quartier de Riverdale, maintenant Jensen. Elle fut l'une des pionnières bien connues de cette section. Elle a été conseillère à la Société de Secours de la paroisse de Riverdale pendant des années, sous la direction de Mme Heber Orser. Elle est née au Canada, le 2 septembre 1828, et à l'âge de 17 ans, ses parents, David et Catherine Woods, et elle-même ont été baptisés dans l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Elle et son mari sont venus à Ashley Valle de Midway. Elle épousa Jesse H. McCarrell en octobre 1847 et ils eurent douze enfants. Elle est décédée le 8 février 1923.

MME. JANE CLIFT McCARRELL
Née à Provo, Utah, le 19 janvier 1853, fille de George Washington et d'Amanda June Fancett Clift. Elle était mariée à Jesse D. McCarrell. En 1882, avec son mari, une petite famille, elle a déménagé à Ashley Valley sur des routes extrêmement accidentées. À l'exception de deux ans passés à Big Horn, Wyo., elle vit à Vernal depuis. Elle relate de nombreux incidents liés aux rencontres avec les Indiens et au célèbre rendez-vous des braqueurs dans l'est de l'Utah.

THOMAS CLIFTON BLACKBURN
Le 31 décembre 1878, il épousa Isabel Stoddard. M. et Mme Blackburn sont venus à Vernal en 1898 et se sont installés à Dry Fork où il s'est engagé dans l'élevage et l'agriculture. Il est décédé en novembre 1931.

JOHN W. GALLOWAY
M. Galloway est né le 15 janvier 1864 à Kamas, Utah, fils de Charles et Ann Cutler Galloway. Il épousa en 1885, Katherine Hunter et en 1895, Annie Elizabeth Bowden. M. Galloway fut le premier maréchal de Vernal, venu ici en 1883 de Kamas. Il a déménagé à Roosevelt en 1906. Il était actif dans les affaires religieuses et civiques.

GENEVIEVE ODEKIRK MOWREY
Née le 23 septembre 1873. Arrivée à Ashley Valley en 1883 avec son père, John Odekirk. Ils sont venus par Evanston, Wyo., sur la Montagne. À l'époque Ft. Thornburg était en construction. Ils vivaient chez Nathan Davis dans la vieille ville d'Ashley. Elle épousa Uriah Mourey le 27 mars 1890, un fils de Hurley Mourey. Il est venu à Ashley Valley avec ses parents en 1883. Lui et ses frères ont aidé à déménager Fort. Thornburg à Fort Duchesne. Homesteaded sur la réservation. J'ai vécu à Tridell et à Lapoint. Avoir quatre garçons.

MONSIEUR. ET MME. FRANK WATKINS
M. Watkins est né à Midway le 21 décembre 1873, fils de John et Harriet Steele Watkins. Il est venu en Utah en 1856 avec une compagnie de charrettes à bras. Le couple s'est marié à Vernal le 10 mars 1897 par l'évêque James Shaffer lors d'un double mariage avec Ernest Eaton et Susan McKowen. M. et Mme Watkins ont vécu toute leur vie à Vernal à l'exception de huit ans lorsqu'ils ont résidé à Sunnyside, dans le comté de Carbon. M. Watkins a toujours été boucher et agriculteur. Mme Watkins est née Isabel McKowen le 6 juin 1875 à Clifton, en Pennsylvanie, fille de Phillip et Mary Hughes McKowen. Elle est venue à Vernal en 1882.

SARAH THOMAS
Né à Pueblo, Colorado, en route pour l'Utah en 1847. Décédé le 4 mars 1937. Le dernier membre survivant de 1847.

BELL HATCH WOODRUFF
Marié à David Woodruff. Ils ont construit la maison à ossature blanche près des cabanes Feltch. Puis ils ont déménagé à Big Horn Basin, Wy., en 1893.

ERNEST EATON
Né le 12 janvier 1875, fils de Joseph et Victorine E. Walker Eaton. Marié à Susana McKowen à Vernal, Utah à l'âge de 22 ans. A rempli une mission au Canada de 1906 à 1908. A occupé de nombreux postes dans l'église. A épousé Pearl Larson à la mort de Susana en 1917. A passé 23 ans dans la présidence de pieu. Mort en 1939.

THOMAS LYON
Venu à Ashley Valley en 1883 avec Wilson et Frank Boan. Ils ont amené avec eux une bande de chevaux de la vallée de Steptoe dans le Nevada, et M. Lyons a pris une petite place sur Little Brush Creek, maintenant connue sous le nom de place Goodman. Après environ deux ans, il est allé à Island Park où il a vécu avec les Ruple jusqu'à sa mort en 1910. M. Lyons est né à Erie Co., Pennsylvanie, en 1820.

WILSON BOAN
Wilson Boan situé sur Big Brush Creek et son frère Frank se sont rendus à Fort Duchesne.

JOSEPH E. RICHE
Fils de colonisateur de la section Bear Lake de l'Idaho et de la vallée d'Ashley. A vécu dans la vallée pendant près d'un demi-siècle. Marié à Elouisa Hatch, fille de l'oncle Alva et de sa femme, Mary.

JOHN ET KATHERINE FAIRCHILD
Arrivé à Ashley Valley en 1877 à peu près en même temps que Henry C. Ruple. On pense qu'ils sont nés dans l'Ohio. M. Fairchild est né vers 1830, son épouse quelques années plus tard. Du Colorado, ils sont allés à Ogden, dans l'Utah, avant d'arriver dans la vallée d'Ashley.Ils étaient presque aussi connus pour l'équipe de mules (Nip et Tuck) qu'ils conduisaient que pour leur gentillesse et leur générosité envers les gens de la communauté.

ANNIE BATES LAINE
Un travailleur d'église actif. Président de la Société de Secours de la Deuxième paroisse pendant dix ans. Décédé le 22, 1937.

E. C. HADLOCK
Né le 6 novembre 1855. Le 24 novembre 1879, il épousa Edith Hobbs à Logan. Lui, avec d'autres membres de la famille, est venu dans la vallée en 1879-80.

MARY S. WILSON COLTON
Né le 29 mars 1860 à Provo, Utah. Entré à Ashley Valley en 1880. Marié à John Albert Colton à Provo en 1880.

PIERRE PIERRE
Né le 11 février 1847 au Danemark. Arrivé en Utah en 1862. En novembre 1879, il emmena sa famille à Ashley Valley. A été premier violoniste dans la Vallée et a joué et a appelé à de nombreuses danses. A été le premier surintendant de l'école du dimanche dans la quatrième salle (Glines). A dirigé et mis en scène les premières pièces de théâtre présentées dans la vallée au Jake Workman's Hall. Décédé le 14 mai 1910 à Hayden, Utah.

MARY ELIZABETH THURMAN PETERSON
Né à Nashville, Kentucky en 1847. Marié à Peter Peterson. Décédé le 1er mai 1912.

ALLEN W. DAVIS
Né à Bolton, NY, le 10 décembre 1841. Est venu dans l'Utah avec ses parents en 1860. Il a épousé Matilda A. Robinson en février 1867. Il a célébré ses noces d'or à Calders Hall, maintenant connu sous le nom de Commercial Hotel, en 1917. Décédé le 7 mai 1923.

WILLIAM NEWTON
M. Newton est né à American Fork, dans l'Utah, le 31 octobre 1877. Sa mère est restée veuve avec trois jeunes enfants. À l'âge de six ans, alors qu'il l'aidait à déménager à Cedar City, il a été jeté sous le wagon et grièvement blessé, sa vue a complètement perdu la vue. À l'âge de onze ans, le garçon s'est inscrit à l'école publique et en écoutant attentivement, il a acquis des connaissances considérables.
En 1897, l'école publique pour les aveugles a été ouverte à Ogden et il a été l'un des premiers à y entrer. Il y restera jusqu'en 1905. Il apprend le système braille et le métier de bottier et bottier en juin de la même année. Il obtient son diplôme et vient à Vernal pour ouvrir son magasin de chaussures.
Lui et son frère Isaac ont apporté les premières machines de réparation de chaussures modernes à Vernal en 1908. Il est devenu un magasin de harnais et de selles et en 1930, ils ont commencé à fabriquer des chinchas de selle, le département des étriers a été ajouté et en 1934 les arçons ont été fabriqué. Ils ont inventé presque toutes les machines utilisées dans la fabrication de leurs produits.
M. Newton était un spectacle familier dans les rues de Vernal. Même s'il vivait dans l'obscurité, il n'avait pas peur de s'aventurer et comme il était capable de traverser les rues avec une précision infaillible, une canne blanche lui a été offerte par le Conseil de district des Boy Scouts of America. Il décède à Vernal le 9 décembre 1939.

ROBERT PAPE
Né à Londres le 16 juin 1828, s'installant à Farmington, dans le comté de Davis. Alors qu'il vivait à Farmington, Robert Pope et Milton D. Hammond se sont rendus en Californie et ont aidé à amener la première batteuse venue de Californie en Utah. Lui, avec sa femme Sarah LeDuc, née le 21 juillet 1835 à Saints Cessire, district de Montréal, Canada est venu à Ashley Valley en 1883.
Mme Pope, grâce à son expérience pratique et à ses études, est devenue la principale infirmière du bassin d'Uintah. Elle est décédée le 13 décembre 1918.

DAVID HARRIS OUVRIER
Né le 28 février 1848 à Mt. Pisga, Iowa, fils de Jacob Lindsay et Fanny Harrie Workman. Il est venu avec ses parents à Virgin City, dans l'Utah. Marié Emma Jane Reynolds à Heber, Utah. Était un garde dans la guerre de Black Hawk. Il est venu à Ashley Valley en 1883 avec sa femme et ses huit enfants. Était un agriculteur et un opérateur de wagon d'approvisionnement à l'agence indienne de White Rocks et à Fort. Duchesne.

EMMA JANE REYNOLDS OUVRIER
Née le 17 décembre 1847 à New York, fille de Melissa Bardwell et William Pitt Reynolds. Elle est arrivée dans l'Utah en 1853.

CHARLES B. ATWOOD, SR.
Né en 1844. Marié à Louisa Brown qui est née en 1845. Venu à Vernal en 1887. Il a fait la première brique à Vernal, la brique dans le Wm. Ashton, S.R. Bennion, S.M. Brownie, J.C. Penney Store. La brique a été fabriquée sur la place Philip Stringham et W. H. Siddoway.

MONSIEUR. ET MME. BARNABUS L. ADAMS
M. et Mme Barnabus L. Adams sont venus de Salt Lake City en 1885. Ils se sont installés à Dry Fork. Étaient les parents de six enfants. M. Adams est décédé en 1888. Mme Adams a élevé la famille et a pris une part active aux affaires de l'église. Elle est décédée en 1910.

J. WILLIAM WORKMAN
Entré à Ashley Valley avec ses parents, David H. et Emma Jane Reynolds, en juin 1883 dans sa dixième année. Était un interprète indien, également agriculteur et éleveur. Lors d'une mission en Nouvelle-Zélande, il a été désigné scout britannique par le haut-commissariat de Nouvelle-Zélande pour sa participation aux cérémonies du couronnement au moment où Édouard VII a été nommé roi d'Angleterre en 1902.

ELSIE DEAN OUVRIER
Née à Parleys Park, Summit Co., Utah, le 6 avril 1881, fille de Wm. Ovey et Elsie Erickson Anderson. Marié à J. Wm Workman le 6 juin 1906 à Salt Lake Temple. En 1908, le 26 juillet, ils s'installèrent à Hayden, elle aidait à nettoyer et à brûler l'armoise pendant que leurs deux bébés jouaient sur une couverture étendue sur le sol dans le champ. En 1917, ils ont déménagé à Vernal et se sont installés dans le premier quartier de Vernal. Mme Workman est devenue conseillère à la Société de Secours. En 191, elle devint présidente de la Société de Secours de la Première paroisse. Plus tard, il a été choisi comme directeur des travaux de pieu dans la Société de Secours, en mars 1927. Libéré en 1943.

JOHN W. PAPE
Né le 2 août 1881 à Garden City, Utah. Il est venu à Vernal en 1883. Il a épousé Nellie Beers le 18 mars 1901 à Vernal. Était père de cinq enfants. A joué dans l'Adams Band pendant dix ans. En 1905, il se rendit à Denver, acheta une automobile, l'expédia à Mack, Colorado, par train, par express de Mack à Dragon, puis la conduisit de là à Vernal. C'était la première voiture à Vernal et une curiosité. Il transportait des passagers aux célébrations pour cinquante cents aller-retour. A été dans le commerce de garage pendant 22 ans. Après le décès de sa première femme, il épousa LeVern Peterson de Roosevelt, le 25 juillet 1933. Il mourut le 2 septembre 1943.

OTTO PETERSON
Né le 11 octobre 1857, en Norvège. Décédé le 7 février 1935 à Salt Lake City. Il est venu à Ashley Valley en compagnie de Wm. G.B. Reynolds. C'était le frère de Mme Reynolds. A aidé à ouvrir la mine de charbon maintenant exploitée sous le nom de mine Pack Allen. Marié à Christena Johnson. Ils étaient les parents de quatre enfants, dont le plus âgé, John Otto, a été tué pendant la Première Guerre mondiale. Les autres enfants sont Agnes Myrtle, Raymond Earl et Niels Burk.

ED JASPERSON
Arrivé à Ashley Valley le 22 novembre 1882. Il dit : "Ma sœur Minnie m'accompagnait. Je suis allé à l'école avec Pete Dillman. Cet hiver-là, l'école se trouvait à l'extrémité ouest de la ville d'Old Ashley. J'ai travaillé dans ce pays pendant plusieurs années et j'y ai vécu de nombreuses sensations en tant que garçon".

PETER E. HANSEN
Peter E. Hansen est né à Salt Lake City le 7 mars 1862, fils de Peter E. Hansen et d'Augusta Lund. Perer Hansen est venu à Vernal en 1885. Il a épousé Nellie Glines le 14 octobre 1885 dans le temple de Logan. Ils ont un fils et deux filles. M. Hansen a ensuite été admis au barreau, puis élu procureur du comté. Il a été registraire du Land Office de 1914 jusqu'à sa mort en 1920. C'était un musicien exceptionnel et il jouait du violon dans l'ancien Salt Lake Theatre avant de venir à Vernal.
Albert B. Atwood était le photographe à Vernal. Son lieu de travail était l'endroit où se trouve maintenant l'ancien bâtiment de l'école centrale, il l'a ensuite vendu et a construit l'endroit où Leo Thorne opère maintenant.

DAVID JOHNSTON
Quitte l'Écosse en 1873. Arrive à Ashley Valley en 1878. À une certaine époque, il possédait tous les terrains sur lesquels se dresse aujourd'hui la ville actuelle de Vernal. Décédé en décembre 1928.

LYNNE ASHTON
Né le 19 septembre 1873 à Pleasant Grove, Utah, fils de William Ashton et d'Ellen Elizabeth Croxford. Il a rejoint l'église L. D. S. en juin 1887. En 1878, son père, en compagnie de six autres hommes, a quitté Pleasant Grove pour Ashley Valley (plus tard connu sous le nom de Vernal) pour examiner la situation avec l'intention d'y établir des maisons. Au printemps de 1879, le père et le frère aîné de Lynne, Leslie, retournèrent dans la vallée d'Ashley et plantèrent des céréales sur la terre qu'ils avaient occupée l'année précédente.
En 1880, William Ashton a amené sa famille à Ashton Valley pour s'installer. Ils se sont installés sur la propriété qui est restée dans la famille Ashton depuis, maintenant détenue par Mme Stanley Ashton. Il s'est marié à Annie Evans en 1897. De cette union est née une fille, Nellie Annie. Sa femme Annie mourut en 1899 et en 1906, il épousa Clara Elizabeth Marshall. De son second mariage est née une fille, Ethelynne. Sa seconde épouse est décédée en juin 1939.
Lynn a toujours été active dans la vie publique, travaillant toujours dans l'intérêt de Vernal et d'Ashley Valley. Il a servi quatre ans en tant que commissaire du comté d'Uintah, de 1918 à 1922. Il a exercé trois mandats successifs en tant que greffier du comté, de 1907 à 1914. En 1940, il a été élu à la législature de l'État de l'Utah en tant que sénateur et a servi de 1940 à 1944.

WILLIAM STANLEY ASHTON
William Stanley Ashton, fils de William Ashton et d'Ellen Elizabeth Croxford, est né le 29 mai 1871 à Pleasant Grove, dans l'Utah. Le 3 novembre 1879, il se rend à Vernal, Utah avec son père et passe l'hiver.
M. Ashton a épousé Elizabeth Odekirk le 29 mai 1895 à Vernal.
M. Ashley a commencé sa carrière dans le commerce avec la Ashley Co-op et a servi cette institution en tant qu'acheteur pendant plus de 21 ans. Il a démissionné de la Ashley Co-op et a consacré son temps à l'agriculture et à l'élevage. En 1933, il a siégé à la législature de l'État de l'Utah en tant que représentant du comté d'Uintah. Il est décédé le 4 juillet 1933.

ALFRED HARVEY WESTOVER
Né dans le Vermont, le 8 mai 1851. Son père était Moses Westover et sa mère, Mary Ann Oliver. Sa mère est décédée lorsqu'il avait cinq ans et ses grands-parents l'ont élevé jusqu'à l'âge de treize ans, quand il est parti dans l'Ouest. Le premier arrêt était New York. De là, il est venu à l'ouest de Chicago. Il est monté dans le train avec Custer jusqu'aux Black Hills, où Custer a été tué. À l'âge de vingt-trois ans (en 1874), il conduisit, avec Jimmie Rineman, un troupeau de bétail pour le gouvernement jusqu'à Ashley Valley. Le bétail était pour l'Agence des Indiens. Ils ont traversé la rivière Green à l'ancien passage indien de Fort Escalante. Ils sont ensuite retournés chercher plus de bétail et le 10 juin 1874, il est de nouveau revenu pour s'installer dans ce qui était plus tard l'ancien lieu Ira Burton. Il a rencontré Miss Clair Joséphine Crouch du territoire de Salt Lake. Elle était venue ici avec M. et Mme Robert Snyder. Le 23 septembre 1877, à Salk Lake, lui et Miss Crouch se sont mariés. Ils sont revenus à Ashley Fork, comme on l'appelait alors, pour s'installer.
Le 15 septembre 1878, un fils, Alfred Clair, est né. Il était le deuxième enfant blanc né dans la vallée et y vit toujours. Sa mère est décédée quelques jours après sa naissance.
À l'hiver 1877, il fit un voyage à Rock Springs, Wyoming, avec une charrette fabriquée à partir des roues arrière d'un chariot, pour chercher de la farine pour les colons qui manquaient de nourriture. Il a transporté du courrier sur la montagne entre ici et Rock Springs en raquettes. Pour ce service, il était payé 25 cents par lettre. Lors d'un de ces voyages, il a été aveuglé par les neiges. M. Westover a été l'un des premiers administrateurs du quartier Union, étant en fonction lorsque l'école a été construite. Lui et Heber Campbell, Billie Powell, Harry Yarnell, Louis Kabell et Ben Heater ont construit l'ancien fossé de Spring Creek, également le canal Whitewash. Le Rock Point a été construit plus tard et ces deux canaux y ont été construits. Il fut l'un des premiers directeurs du Rock Point.
Le 31 décembre 1881, à Ashley Fork, il épousa Jennie Elizabeth Allen. De cette union sont nés six enfants. Il décède le 4 mars 1922, à Vernal.

JENNIE ELIZABETH ALLEN WESTOVER
Né le 31 août 1865 à Beaver City, Utah. Elle est arrivée à Ashley Valley avec ses parents le 16 novembre 1879. Elle travaillait pour la Société de Secours et aidait à soigner les malades. Le 17 mars 1901, elle épouse James William Beddo.

EDWARD DAVID SAMUELS
Edward David Samuels est né le 21 juillet 1861 à Salt Lake City. A été marié vers 1884 à Clara Fisher. Entré à Ashley Valley en 1893. Situé d'abord sur l'autoroute 40, au sud-est de Vernal. Déménagé à Vernal City dans ce qui est maintenant la maison du Dr Franke en 1908. Déménagement des moutons de l'Utah au Colorado en 1921. Décédé le 30 janvier 1925.

ORSON B. CALDER
Orson Bennion Calder est né le 8 janvier 1862 dans une cabane en rondins à Taylorsville, dans l'Utah. Après avoir passé de nombreuses années heureuses dans sa maison d'enfance, il épousa Catherine Snedaker le 28 juillet 1886, dans le temple de Logan. Elle était la fille de John Fredrick Snedaker et Elizabeth Rock, pionniers de 1847, et est née le 8 février 1863. C'était une femme merveilleuse, bien éduquée, avec un fort caractère et une belle personnalité et avait de nombreuses autres qualités qui correspondaient à sa vie. travail.
Il y avait très peu de musiciens à Ashley Valley à cette époque, donc sa formation musicale s'est avérée très bénéfique, non seulement dans la paroisse mais dans tout le pieu. Aux divertissements, danses, conférences, partout où l'on avait besoin de lui, il était toujours disposé et prêt à aller. Après avoir vécu à Ashley Valley pendant plusieurs années, ils ont décidé d'emmener leur famille et de retourner à Salt Lake City. Vers l'année 1920, il a subi une grande perte dans la mort de sa femme bien-aimée et de sa compagne. Au moment de sa maladie, leur fille Catherine remplissait une mission en Californie. Mme Calde était aimée et respectée de tous ceux qui la connaissaient et occupait de nombreux postes importants dans le pieu et la paroisse. Elle était une mère Gold Star.

ALFRED SUMMER JOHNSON
Pionnier d'Ashley Valley, M. Johnson est né à Montpellier, Idaho, en 1859, fils de l'oncle Alfred et de la tante Deborah Elizabeth Johnson. Ils ont déménagé à Ashley Valley en 1878, étant la cinquième famille à s'installer ici. En 182, il épousa LaVina Taylor, fille de T. Taylor, la quatrième famille à venir dans la vallée.

HIRAM BENNION CALDER
Né le 26 mai 1873, à Salt Lake City, épouse Nellie Hampton, née le 18 avril 1874. Ils sont les parents de six enfants. Arrivé à Vernal en juin 1900. Ont tous deux été très actifs dans les affaires, tout comme les activités de l'église. Ils ont été les premiers à créer la crèmerie Calder il y a de nombreuses années, ce qui a été un grand avantage pour les gens d'ici. Ils ont également beaucoup fait pour l'église L. D. S. ici, M. Calder étant président de l'État de 1931 à 1943. Également évêque de la première paroisse de Vernal, du 18 septembre 1910 à 1927.
Mme Calder a été active dans le pieu et la paroisse. A été président de la Société de Relied de pieu et président de la Y. W. M. I. A., président de la Primaire de la Première paroisse, et d'autres activités.
La communauté doit beaucoup à de telles personnes, elles ont beaucoup fait pour la croissance de Vernal.

KATHERINE GILLMAN
Fille de Philip et Mary McKowen, née le 8 août 1870 dans le comté de Lackawana, en Pennsylvanie. En octobre 1883, ils arrivèrent dans le comté d'Uintah, en Utah. Quand elle avait quinze ans, sa mère mourut et se trouva dans ce qu'on appelait la salle de Merrell. , et elle et sa sœur Mary se sont vu confier la responsabilité de s'occuper de la famille. Il y avait quatre enfants plus petits qu'ils ont maternés le reste de leur vie. Elle épousa William Gillman le 22 novembre 1887. Ils eurent dix enfants. A rejoint l'église mormone en 1890. Elle était active dans la Société de Secours. Elle a agi comme infirmière ou sage-femme lorsque de nombreux bébés ont été mis au monde. Pendant l'épidémie de grippe de 1918, elle a passé des jours dans des foyers pour soigner leurs malades. Décédé le 7 octobre 1926.

WILLIAM TAPSCOTT GILLMAN
Fils de James Henry et Alice Wickham Gillman, né le 15 mai 1860 sur le navire Tapscott sur l'océan Atlantique. Sa mère a traversé les plaines et l'a porté la plupart du temps. Quand il avait 25 ans, il est venu à Ashley Valley. Il possédait une maison à trois milles au sud du Tabernacle. Il a enseigné plusieurs années à l'école. La majeure partie de sa vie a été consacrée à l'entreprise de scierie. Marié à Katherine McKowen le 22 novembre 1887. Décédé le 12 février 1927, à son domicile de Vernal, Utah.

THEODOCIA HATCH CLARK
Née le 10 mars 1863. A été infirmière parmi les malades toute sa vie. Épouse de John E. Clark. Fille de Jerry Hatch.

CHARLES CAULSON RICHE
Fils de Charles Rich et Jane Susana Stock. Né le 26 juillet 1866 à Paris, Idaho.

THEODOCIA CLARK RICH
Fille de John Clark et de Theodocia Hatch. Née le 13 juin 1882. Épouse de John Clark et Theodocia Hatch. Née le 13 juin 1882. Épouse de Charles Caulson Rich.

WILLIAM CUISINIER
William Cook est né à Sheffield, en Angleterre, le 24 juillet 1845. À l'âge de dix ans, il a été baptisé avec sa mère et les autres enfants dans l'église L. D. S.. À l'été 1863, la famille est venue en Amérique, laissant son père en Angleterre. Il atteint l'Utah au début de l'automne. Il épousa Ellen Wealty le 24 décembre 1865 à la maison de dotation. Il a travaillé comme menuisier et a étudié pour devenir architecte et constructeur. Après la mort d'Ellen Wealty, il épousa Mary Horrocks Taylor en 1878. Il travailla sur le temple de Salt Lake City, l'Assembly Hall et construisit le palais Amelia. Heber C. Kilmball lui a offert un piano pour construire sa maison. C'était le deuxième piano à être amené en Utah et le premier dans le comté d'Uintah.
Le 17 juillet 1879, il épousa Lydia Hartle à Salt Lake. Il arriva à Vernal à l'automne 1893, emportant avec lui ses meilleures machines. Parce qu'il avait fallu tout son argent pour déménager à Vernal, le premier hiver fut un hiver très dur. Il a aidé à construire le Tabernacle et lorsqu'il a été terminé en 1907, il a été nommé gardien. Il est décédé le 11 mai 1920.

ROBERT JOHNSTON
Né le 17 septembre 1866 en Écosse. Est venu en Amérique en 1873 et à Ashley Valley le 4 juin 1878. A conduit la scène et le courrier de Dragon à Vernal pendant de nombreuses années.

WILLIAM H. SIDDOWAY
Né le 9 octobre 1860 à Salt Lake City. Marié à Emily J. Dunster le 1er octobre 1890. Est venu à Vernal en 1890. Au début, il a dirigé une scierie sur la montagne Taylor. Gérant de Vernal Mill and Livestock Co. une fois achevé en 1893. Président et directeur général de Vernal Milling and Light Co. en 1906. A été commissaire de comté pendant douze ans. Haut conseiller de 1902 à 1923. A aidé à promouvoir et à organiser la Bank of Vernal, Uintah Abstract Col, Vogue Theatre, Uintah Co. Creamery, Uintah Tél. Co., et la Uintah State Bank. Il est actuellement président de la Uintah State Bank.

MONSIEUR. ET MME. JOHN G. DAVIS
Étaient les premiers pionniers de Uintah Co., venant de Spanish Fork, Utah en 1887. Installés dans une ferme au nord de Vernal. Parents de neuf enfants. M. Davis était un travailleur civique et a fait beaucoup pour développer le comté, ayant servi comme commissaire de comté pendant de nombreuses années. Superviser la construction du palais de justice. Il est décédé le 11 septembre 1921. Mme Davis était une fidèle des saints des derniers jours et de la Société de Relied. Elle est décédée en mai 1927.

MONSIEUR. ET MME. GEORGE E. ADAMS
"Mère Adams", affectueusement appelée par ses centaines d'amis et d'enfants admirateurs en raison de sa philosophie de vie philanthropique, est un repère familier pour les habitants du bassin d'Uintah, tout comme le monument aux dinosaures l'est pour la nation.
La petite dame au bonnet de marin blanc a eu un esprit des plus généreux en donnant et en aidant ceux qui en avaient besoin. Son grand amour et sa compréhension du plein air et de l'ouest sauvage et laineux ont ravi de nombreux enfants d'être inclus dans ses soirées "pique-nique pour enfants". Et quelles fêtes ! D'autres enfants ont été heureux d'être comptés dans ses 1 à 50 détenteurs de billets de cirque gratuits.En plus d'être si gentille avec les enfants de la communauté, elle a aidé des garçons et des filles plus âgés à l'école, a aidé des anciens combattants dans différents domaines d'activité et les nombreuses lettres et cadeaux qu'elle a envoyés aux garçons soldats resteront longtemps dans les mémoires. eux.
Kate Forrest Adams est née dans le comté de Westmoreland en Virginie, le 25 février 1867, le même comté où George Washington est né. Elle avait un frère jumeau qui est décédé à l'âge de 11 ans.
George E. Adams est né le 20 septembre 1861 dans le comté de Cohn, dans l'Illinois, mais a grandi dans le Vermont.
Mme Adams a rencontré George E. Adams à Washington, D.C., et s'est mariée le 20 septembre 1887 dans l'église épiscopale d'Ephiny. Il y avait un enfant, Ellsworth Forrest Adams, qui leur est né.
M. Adams faisait partie du service météorologique du Signal Corps. Il a été envoyé en Utah en 1887 et a établi le service à Indian Canyon dans le comté de Duchesne. M. et Mme Adams y ont passé près d'un an, et "Mère Adams" dit qu'elle a adoré. En 1888, ils sont déménagés à Fort Duchesne et y restent jusqu'en 1890. En 1890, ils s'installent à Vernal. Pendant qu'elle était ici, Mme Adams était engagée dans le commerce, l'élevage et la banque. M. George E. Adams est décédé à Vernal, le 15 janvier 1944.
"Mère Adams" a adoré la rudesse du Far West et des hors-la-loi, et bien qu'elle ait beaucoup voyagé à travers les États-Unis, l'Europe et l'Afrique, elle aimait revenir à Vernal. Elle planifie maintenant un voyage en Europe pour visiter les différents fronts de bataille de la dernière guerre, et visiter des lieux d'intérêt.

JOSEPH HOWARD
Né en Angleterre en 1849, il conduisit deux attelages de bœufs à travers les plaines en 1863. Son père et sa mère faisaient partie d'une entreprise en avant. Alors qu'il approchait de Salt Lake, à un endroit appelé Bitter Creek Station, il remarqua une nouvelle tombe. En arrivant à Salt Lake, son père lui dit que c'était celui de sa mère. Il est venu à Vernal en 1883 et a amené sa famille en 1885. Il s'est engagé dans la menuiserie et a construit de nombreuses maisons dans la vallée.

JEAN GLENN
Depuis 37 ans, Vernal et Ashley Valley connaissent John Glenn. Il était très respecté de tous, un homme à la mémoire vive, libéral dans ses vues, honnête et droit. On dit de lui qu'il connaissait toutes les régions du pays. Il est venu de Heber City en 1866, l'année où les soldats ont été stationnés pour la première fois au fort Duchesne. Il a d'abord enseigné dans le quartier de Merrell, maintenant Naples, et aussi sa jeune femme, dans le quartier de l'Union. Il s'est ensuite lancé dans le commerce, l'hôtellerie, l'arpentage et l'analyse, et s'est intéressé à plusieurs projets d'irrigation. Il s'intéressait également à diverses entreprises foncières. Il est venu dans la vallée en 1886.

HERBERT TYZACK
Agent immobilier, abstrait, homme d'affaires. Il s'installe à Vernal en 1890 comme éleveur et fermier. Son épouse Mary Jane Garrick Tyzack, est décédée en 1904. Trois fils et deux filles ont survécu.
Lors de l'ouverture de la réserve indienne d'Uintah en 1905, M. Tyzack a passé plusieurs années à localiser des personnes sur des lieux qu'ils avaient tirés au sort et à organiser des concours au bureau des terres. A cette époque Éd. F. Harmston possédait un résumé à Vernal. Charles Carter, Sr., et d'autres, ont acheté cette entreprise d'abstraction et ont organisé la Uintah Abstract Co., en choisissant M. Tyzack comme directeur et secrétaire. En 1907, M. Tyzack était l'un des organisateurs de Vernal Milling and Light Co. Il a été secrétaire de l'Ashley Central Irrigation au cours des 25 dernières années et l'un des administrateurs et actionnaires les plus importants de Vernal Investment & Amusement Co.

WILLLIAM WITBACK
Né le 24 novembre 1861 à Springville, Utah. Décédé à Vernal le 9 novembre 1927. Est venu dans le comté d'Uintah au début de 1883. A eu quatre garçons. Marié à Theora Erekson Witbeck en 1890. Elle mourut en janvier 1905. En 1907, il épousa Elizabeth B. Shimmin Witbeck, mère de trois enfants. Elle est née le 4 mars 1867 et décédée en janvier 1945.

ENROULEUR EDWIN JOSEPH
Né le 8 juin 1867. Venu dans le comté d'Uintah en 1900 pour enseigner. Marié à Ada Calder au temple de Salt Lake City en 1898. A servi dans l'évêché de la première paroisse pendant 22 ans.

ADA CALDER
Né le 25 mai 1871. Actif dans la Mutuelle, l'École du Dimanche et la Société Relied. Mère de sept enfants. Mort en 1945.

ALMA JAMES JOHNSTUN
Né le 23 juillet 1853 à Big Cottonwood, Salt Lake City. Marié à Lauretta Henry le 30 mai 1875, dans la maison de dotation. Appelé comme missionnaire à domicile pour s'installer dans la vallée d'Ashley le 6 avril 1878. Propriété où se trouvent maintenant le Tabernacle, l'ancienne académie et le bureau de pieu. Propriétaire de "Old Red Plainer." Avec I. J. Clark, il a labouré un fossé d'Ashley Canyon pour irriguer leurs jardins. Ditch est maintenant connu sous le nom d'Ashley Central Cana. Avait 12 enfants.

ENOCH SPENCER GURR
Né à Wallsburg, Utah, le 17 novembre 1866. Ses parents étaient James et Margaret Gurr. Il s'est marié le 6 avril 1885 à Salina, Utah. M. Gurr est arrivé à Vernal il y a 46 ans en provenance du comté de Sevier. Il s'occupa du fret entre Vernal et Price pendant un certain nombre d'années. Après avoir déménagé à Vernal, il a effectué du fret pour une entreprise de gilsonite entre Vernal et Price. Lorsque le chemin de fer a été construit jusqu'à Dragon, M. Gurr et sa famille ont déménagé à Dragon et, plus tard, ils ont vécu à la gare Kennedy pendant quelques années. M. Gurr était employé comme surintendant de la route Vernal-Watson et était également contremaître d'autres sections de la route. Il a aidé à déposer la plupart des revendications de gilsonite et de schiste bitumineux dans le comté d'Uintah. Il mourut en juin 1934.

JOHN C. BATES
Né le 8 juillet 1865 à Middlesex, en Angleterre. Est venu en Utah, puis a déménagé dans le comté d'Uintah en 1886. Il a épousé Janette E. Perry. Consacré tout son temps à élever des moutons. Deux monticules situés entre Bitter Creek et Willow Creek portent son nom. Il était chargé de tremper et de tondre les usines de Uintah County Sheep Assn. pendant de nombreuses années. A été commissaire de ville et de comté et juge de paix. Associé à Uintah Drug Co. jusqu'en 1925. Vit actuellement à San Diego.
Il a été directeur de la Thoroughbred Sheep Co. pendant de nombreuses années. M. Bates a contribué à la création de la Telephone Company, de la Uintah State Bank, de Vernal Milling et de Light Col, en tant que directeur de cette société. Il a servi la ville et le comté pendant quatre ans en tant que conseiller municipal, commissaire de comté et juge de paix. Il a vendu ses moutons et s'est associé à la Uintah Drug Co. jusqu'en 1925, date à laquelle il a déménagé à San Diego, en Californie. Il est actif dans le programme d'aide sociale de l'Église et est maintenant grand prêtre. M. et Mme Bates ont eu six enfants.

JANETTE PERRY BATES
Né le 21 janvier 1868 à Lynne, Weber Co., Utah. Fille d'Alonzo O. et Jeanette S. Perry. Avec ses parents, elle est venue à Vernal en 1891 cinq des six enfants sont nés dans la paroisse de Naples. Elle était active dans le travail de l'église, étant présidente de la Y. L. M. I. A. à Naples, conseillère de Nellie Calder dans la première Y. L. M. I. A. de la première paroisse de Vernal : présidente de la Primaire de Vernal et officier de pieu. Elle était membre fondateur de l'American Legion Auxiliary. À San Diego, elle a été conseillère de deux présidentes de la Société de Secours.

ALMA JAMES ET LAURETTA HENRY JOHNSTUN
M. Johnstun est né le 23 juillet 1853 à Big Cottonwood, Salt Lake Co., Utah. Mme Johnstun était une fille de Calvin Wm. Henry et Rhoda Persilla Barnum. Elle est née le 25 avril 1855 dans le quartier de South Cottonwood, dans le comté de Salt Lake. Ils se sont mariés le 30 mai 1875.
Alors qu'elle n'était qu'un bébé, ses parents se sont séparés, son père emmenant le seul frère de Lauretta, James B., pour vivre avec lui. En quelques années, sa mère épousa Simpson David Huffaker. Le 31 mai 1875, lorsqu'ils se marièrent, M. Johnstun travailla dans la scierie et y connut un grand succès. Il comprenait le travail et la machinerie et savait sélectionner les arbres pour faire le meilleur bois d'œuvre. Il était également mineur et a aidé à localiser certaines des mines les plus riches à proximité de Park City. Sa mère était très opposée à l'entreprise de scierie dans la mesure où son propre mari avait perdu la vie dans une scierie.
Beaucoup de discussions leur parvinrent à propos d'Ashley Fork, la rumeur voulant qu'il s'agisse d'un excellent endroit pour faire paître le bétail en hiver. Alma a décidé d'amener son bétail à Ashley Valley. Ils ont engagé Joe Worlman pour les aider à conduire le bétail dans la vallée. Joe est resté pour garder le bétail pendant l'hiver et Alma et Robert sont retournés dans leurs familles.
Au printemps 1878, le mari de Mme Johnstuns et son frère, James B. Henry, décidèrent de quitter Parley's Park et d'aller vivre en Arizona ou au Nouveau-Mexique. Elle ne voulait pas qu'ils partent, car elle avait peur qu'ils traversent le fleuve Colorado. Ils ont insisté pour y aller. Plus ils voyageaient vers le sud, plus ils se décourageaient. À Fillmore, ils ont fait demi-tour et sont rentrés à la maison. Elle n'a pas été surprise de les voir, car sa prière constante avait été pour leur retour et sa prière a été exaucée. Ils sont arrivés à Salt Lake City à temps pour la conférence d'avril, et lors de cette conférence, le président John Taylor a appelé Alma Johnstun, James Henry et grand-père Black, avec leurs familles, à venir à Ashley Valley pour aider à coloniser.
En trois semaines, ils avaient tous leurs biens emballés dans leur chariot et étaient prêts à partir pour Ashley Valley. La société se composait de Grandpa Black avec sa femme et sa fille, Elizabeth, Johnstun, un Écossais du nom de Davey Johnston (père de Bob Johnson qui vit maintenant à Vernal), sa femme et ses cinq enfants. Mme Black était la mère d'Alma Johnstun et pendant plusieurs années, elle était invalide. Ce rude voyage était très dur pour elle, il lui fallait parfois se reposer un jour ou deux pour pouvoir continuer le voyage. Sœur Black n'a pas vécu longtemps après son arrivée dans la vallée et a été la première personne enterrée au cimetière de Vernal. Des routes aussi terribles qu'elles devaient parcourir, dans de nombreux endroits, elles n'étaient que des sentiers descendant les flancs escarpés des montagnes. Les hommes marchaient à côté des wagons et les empêchaient de basculer. Ils portaient leurs bébés et escaladaient les montagnes, s'accrochant aux broussailles pour garder l'équilibre. Ils ont traversé le vieux Blue en traversant tous les ruisseaux, et à travers le vieux banc de Dodd, à travers Nigger Heave, en bas de Current Hill, Twist, entrant dans la brèche à l'ouest de la vallée le 5 juin 1878. La plupart des résidents vivaient sur le ruisseau mais ce groupe de personnes se situait sur ce qu'on appelait alors le Banc. Ce n'était qu'à un pâté de maisons au nord et à l'est de l'actuel lycée Uintah. La première chose que les hommes firent fut d'aller dans les montagnes chercher des bûches pour leurs maisons. La maison d'Alma Johnstun a été la première construite et était située juste en face à l'est de l'école secondaire actuelle. Le 1er juillet, ils ont emménagé dans une maison en rondins soignée avec un toit en terre battue et un sol en terre battue. Le sol a été rendu lisse en versant de l'eau bouillante dessus puis en le tapotant fermement. Le 2 septembre, une petite fille est née chez les Johnstun. Elle était le premier enfant né sur le banc et la première fille d'Ashley Valley. Elle s'appelait Emma Lauretta. Lorsque ce bébé n'avait que deux semaines, Al Westover a envoyé un garçon demander si Mme Johnstun pouvait s'occuper de son petit garçon dont la mère était décédée. Mme Davey Johnstun a dit à sa manière écossaise, "Na, na, ça va vous tuer." Mme Johnstun a dit "Je mourrai alors et pour une bonne cause." Elle a gardé le bébé pendant trois mois et deux jours, puis Philip Stringham et sa femme (Mme Westover était une sœur de Mme Stringham) est venue chercher l'enfant et Mme Johnstun ne l'a revu qu'à l'âge de seize ans, puis de nouveau jusqu'en 1933.
Le premier été dans la vallée d'Ashley, les pionniers ont fait des jardins et ont tout fait pour se préparer à l'hiver. Les Johnstun avaient quelques pommes de terre et un peu de maïs. À l'automne, ils achetèrent des betteraves à sucre à M. Downey et à Mme Johnstun, se rappelant comment sa mère avait transformé les betteraves en sirop, les faisant bouillir, faisant ainsi leur provision de sirop pour l'hiver. Au printemps de 1879, ils louèrent un terrain à M. Beatty sur Ashley Creek, où ils cultivèrent une belle récolte de blé et un bon jardin. À l'automne, M. Johnstun s'est rendu à Heber et, là-bas, a décidé d'acheter une batteuse pour la ramener à la maison. Avant son retour, le massacre de Meeker a eu lieu et l'oncle Jerry Hatch a conseillé à tout le monde d'entrer dans un fort. Ils sont venus voir Mme Johnstun et lui ont dit d'entrer dans le fort, sinon elle serait probablement tuée par les Indiens. Elle a montré le véritable esprit de la femme pionnière et a déclaré : « Je vais rester et prendre soin de nos récoltes. J'ai un bon chien et je n'ai pas peur. » M. Johnstun est rentré chez lui pour trouver sa maison dans le fort.
Après un hiver rigoureux, M. Johnstun a déménagé sa maison juste à l'ouest de l'emplacement actuel de la maison Ratliff. Leur bétail était parti, mais ils ont rapidement eu un beau jardin et étaient reconnaissants pour la terre qui était si productive. M. Johnstun avait vu les possibilités d'une scierie sur les montagnes entourant la vallée. Il a également vu le grand besoin de bois d'œuvre dans la construction des maisons dans cette nouvelle communauté de colons. Il a amené la première scierie dans la vallée d'Ashley le 27 octobre 1880. C'était une tâche difficile d'amener une machinerie aussi lourde sur des routes accidentées. Il n'y avait pas de ponts sur les ruisseaux, donc toutes les rivières devaient être traversées à gué. Pimmy Rynmon l'a aidé à l'apporter. Le moulin a été amené à la montagne Dry Fork et pendant de nombreuses années a fourni le bois pour les constructeurs de la vallée. Le moulin était situé dans différentes parties de la montagne, et M. Johnstun a construit une usine de rabotage à l'angle nord-est de ce qui est maintenant connu sous le nom de Main Street et Fifth West. C'était en 1882. Il a été détruit par un incendie en mai 1892. Mme Johnstun est allée dans les montagnes avec les hommes pour faire la cuisine, emmenant sa famille avec elle. Lorsque les enfants ont grandi et que les garçons ont été appelés à servir dans la guerre, M. Johnstun a pris sa retraite de l'entreprise de scierie. Il a été jeté d'un ar et grièvement blessé et est décédé le 18 décembre 1920. Mme Lauretta Johnstun a aidé pendant ces premiers jours à essayer de soigner les malades et a pris une part active dans les organisations de l'église. Tout le monde se souvient d'elle pour sa gentillesse et sa sympathie, sa serviabilité et ses normes élevées.

L'HISTOIRE DE GEORGE E. ET LOUISA M. THORNE
James G. Thorne est arrivé à Vernal avec Johnnie Steinaker en 1876 via Rock Springs, Wyo. Ils ont traversé la rivière Green sur un ferry à Brown's Pary, campant cette nuit-là à l'embouchure de Sear's Canyon. Pendant la nuit, l'un des chevaux est mort, alors lorsque le camp a été brisé et emballé, ils ont attaché le cheval à l'essieu du chariot avec une chaîne de haubanage afin qu'il doive tirer toute la charge. M. Thorne aide à remonter l'autre extrémité du joug du cou jusqu'à Sear's Canyon et à travers Diamond Mountain jusqu'à Diamond Spring. Là, ils ont rencontré Frank Steinaker, le frère de Johnnie, et il leur a laissé un cheval pour aller à Ashley Valley.
George E. Thorne est venu à Ashley Valley à la recherche de son père, James G., en 1880. Il l'a trouvé vivant dans une pirogue à environ deux milles et demi au nord de Vernal. Cet été-là, ils ont construit une cabane de gros rondins de peuplier à Spring Creek sur ce qui est maintenant la ferme Ronald Preece.
George est retourné au Nebraska cet automne et au début du printemps, lui et sa femme, Louisa, sont repartis vers l'ouest. De Rock Springs, ils ont commencé à Ashley Valley avec deux cargos, Mim Shelmadine et John Blankenship. En atteignant Diamond Mountain, ils ont rencontré une tempête de neige tardive qui était très sévère pour cette période de l'année. L'équipe était très pauvre et bien qu'ils nourrissaient les chevaux avec toute la farine et les pommes de terre qu'ils avaient, les pauvres ne pouvaient pas y arriver. Il leur fallait donc se frayer un chemin dans la neige et voyager à pied. À Diamond Springs, d'autres cargos les ont amenés à Vernal.
George et Louisa Thorne retournèrent au Nebraska fin novembre et en février 1883 leur fils Leo naquit à Bellwood, dans le comté de Butler. Ils retournèrent à Vernal au printemps 1886 et cet automne-là, ils retournèrent au Nebraska pour l'hiver et pour la dernière fois, car le printemps suivant, ils les trouvèrent résidents permanents d'Ashley Valley.
Mme Thorne a commencé à enseigner en 1887 dans ce qui est aujourd'hui le quartier Ashley, la première école se trouvant de l'autre côté de la rue et un peu au nord de l'actuelle chapelle du quartier Ashley. Avant d'enseigner, Peter Dillman avait enseigné à cette école dans sa propre maison pendant quelques trimestres.
Dans l'école susmentionnée, Mme Thorne a commencé la première école du dimanche. Quelques années plus tard, des missionnaires itinérants du nom de M. et Mme Ned Fowler ont organisé l'école du dimanche de l'Union et Mme Thorne en a été la surintendante pendant de nombreuses années. L'église congrégationaliste était vraiment une excroissance de ses efforts.
Mme Thorne a enseigné dans les écoles suivantes, dont certaines n'existent plus, en raison de la réorganisation du district scolaire : No. 9, Windy Ward, Davis Ward, Fairchild District Dryfork, Brush Creek, Jensen Ward et Willow Creek. Elle a consacré la plus grande partie de sa longue vie à l'éducation des enfants de ce comté. Des centaines de personnes ici peuvent attribuer leur formation précoce à cet enseignant dévoué et infatigable.
M. Thorne a exploité des ranchs à Ashley, Dryfork, sur Green River, et est maintenant en collaboration avec son plus jeune fils Louis, propriétaire et exploitant d'un ranch de bétail sur Willow Creek, près d'Ouray, Utah.
Ce couple a élevé à la virilité honorable quatre fils, Leo, de Vernal, Gerald, de Salt Lake City, Robert Coin de Jensen et Louis de Willow Creek. Par leur intérêt et leur compréhension des affaires publiques et leurs idéaux de vie élevés, ils se sont fait sentir pour le mieux-être des communautés où ils ont vécu.

TANCUM KEMPTON
Né dans l'Idaho, il est venu en Utah alors qu'il était jeune et a fait œuvre de pionnier avec les premiers colons ici. À une certaine époque, il possédait la totalité du coin nord-est de Vernal. Il a épousé Liddia Dorathy. Ils ont eu six enfants, Edith, Warren, Sylvia et Ray, qui vivent maintenant.

GEORGE EDGAR WILKINS
Né le 1er novembre 1876, à Peoa, comté de Summit, Utah. A rempli deux missions, dans les états du sud-ouest 1898-1900 : Angleterre, 1903-05. Venu dans le bassin d'Uintah en 1909 et s'installa à Vernal. A été surintendant de l'école du dimanche en 1901-11, lorsqu'il a été appelé à être évêque. Il a présidé la deuxième paroisse de Vernal pendant 17 ans. Pendant ce temps, la chapelle a été achevée. Il a ensuite été nommé président des grands prêtres du pieu d'Uintah. Dans la communauté, il a occupé plusieurs postes importants, conseiller municipal, commissaire de comté, évaluateur de huit ans, un mandat. Il était très intéressé par la vallée de l'Ouray et avec la coopération de William Smart et Orson B. Calder, l'argent a été emprunté à la Desert Savings Bank, 100 000 $, pour construire l'actuel canal d'Ouray et agrandir le canal de Whiterocks. Cela a été achevé vers 916 et a fourni de l'eau pour la section Ouray et Leota. Il a été nommé président de la Ouray Valley Irrigation Company. M. Wilkins a épousé Zina E. Miles, la fille de B. F. et Rachel Chapen Milles de Peoa, Utah. Dans toutes ses activités, elle l'a soutenu et aidé.

TORA NIELSEN STARKIE
Tora Nielsen Starkie est la fille de Peter Christian et de Magdalene Nielsen. Elle était mariée à Christian Jacobson à Salt Lake City. Trois ans et demi plus tard, il mourut de la fièvre typhoïde, la laissant avec deux jeunes enfants. Plus tard, elle a épousé Edward John Starkie, un veuf avec deux enfants. Ils sont arrivés à Ashley Valley en 1887 et sont arrivés le 15 juillet. Ils sont nés deux fils et six filles. Elle est mère de dix enfants. Ils ont traversé de nombreuses épreuves. Edward John Starkie est décédé en janvier.16, 1833 d'un cancer, à l'âge de 89 ans.

EDWARD JOHN STARKIE
Edward John Starkie, pionnier d'Ashley Valley, est né le 18 mars 1843 dans le Lincolnshire, en Angleterre. M. Starkie a été nommé Ancien président de la branche L. D. S. à Morley où il est resté jusqu'à ce qu'il amène sa famille en Utah en 1878. Ils ont débarqué à Salt Lake City le 3 juillet.

WILLIAM & HEPZABAH HODGKINSON
M. William Hodgkinson et sa femme Hepzabah, avec quatre jeunes enfants, sont venus à Ashley Valley en octobre 1881. Le plus jeune fils n'avait alors que trois semaines. M. Hodgkinson était actif dans l'église et était directeur de danse dans l'ancienne maison en rondins de la paroisse de Naples. Mme Hodgkinson a été instructrice de la Société de Secours pendant trente-six ans. Elle a également été conseillère à la Primaire de paroisse pendant un certain temps. Elle a vécu à Naples pendant quarante-deux ans. Elle vit encore à l'âge de 92 ans. Elle a toujours cultivé des fleurs et ses fleurs étaient toujours vues à l'église. M. Hodgkinson a participé à la construction de l'ancienne chapelle de la paroisse de Merrill.

JOSEPH O. B. EATON
Né dans l'Ohio le 2 janvier 1839. Il est venu en Utah avec les pionniers en 1851 et s'est installé à Pleasant Grove, dans l'Utah. Marié à Victoreen Walker, il est arrivé à Vernal pour la première fois en 1882. Alors qu'il était ici cette année-là, il a fabriqué de la mélasse pour William Ashton, est retourné à Pleasant Grove et a déménagé sa famille à Vernal en 1833. Il a transporté le courrier de Vernal à Fort. Thornburg et plus tard lorsqu'ils ont déplacé le fort à Fort. Duchesne, conduisant la vieille mule noire et blanche. Plus tard, il a porté le courrier à Jensen. Pendant qu'il transportait le courrier à Fort. Duchesne, il a fait le dépeçage du gouvernement des porcs et du bœuf à Duchesne. Il faisait le voyage trois fois par semaine.

JEAN NIELSEN
"Moi, John Nielsen, est né le 9 juin 1858 à Bukkehane, Maribo Ampt, Hollande, Danemark. Mes parents se sont joints à l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours en 1885. Par vocation, mon père fabriquait des paniers et nous, les enfants, étions souvent envoyés sur de longues distances avec des paniers à vendre. Après onze longues années de persécutions et d'épreuves, mes parents, mes deux sœurs et moi-même avons quitté le Danemark au printemps 1866. Après dix semaines de navigation, nous avons atteint New York en route pour Sion. De New York, nous avons voyagé alternativement en train et en bateau jusqu'à Florence, Nebr. A cet endroit, nous avons été accueillis par des attelages de bœufs envoyés par l'église. Quand ils étaient prêts à commencer le voyage à travers les plaines, toutes les femmes et tous les enfants capables de marcher ont reçu l'ordre de le faire car les wagons étaient si lourdement chargés de fret. J'ai marché presque toute la distance de la rivière Missouri à Salt Lake City. Le capitaine de la compagnie était un homme husky du nom d'Abner Lowrey. Nous sommes arrivés à Salt Lake City le 19 octobre 1866. J'ai eu le plaisir de travailler dans la carrière Rock à l'embouchure du Little Cottonwood Canyon, aidant à extraire une partie de la roche de granit pour le temple. J'ai également travaillé pendant un certain temps dans le premier moulin à farine qui a été construit dans l'Utah.
Le 17 novembre 1881, j'ai épousé Frances Higgins de West Jordan. À l'automne 1885, nous avons déménagé à Ashley Valley dans le comté d'Uintah. En 1889, nous avons déménagé dans le quartier Merrell. J'ai servi pendant deux ans. À cette époque, les ponts étaient médiocres et étaient construits en plaçant des rondins d'une rive à l'autre des ruisseaux à ponter. J'ai fait installer le premier ponceau rocheux dans le comté d'Uintah.
À la fin de l'automne 1899, j'ai aménagé la première école en briques du district de Naples et j'ai déplacé la première terre. En 1895, j'ai creusé les tranchées pour la fondation de notre maison de réunion. Pendant des années, j'ai fabriqué de nombreux cercueils pour les enterrements et j'ai également creusé de nombreuses tombes et fabriqué les voûtes en caissons et en briques brutes et j'étais sur place pour aider à l'enterrement.

FRANCES HIGGINS NIELSEN
Frances Higgins Nielsen est née le 28 avril 1862 à Lenham, Kent, Angleterre. Elle était la fille de Jesse et Frances Hampshire Higgins. À l'âge de six ans, elle est venue en Utah avec le reste de la famille. Ils sont venus en attelage de bœufs en 1868 et se sont installés sur le Jourdain dans l'ouest du Jourdain. L'automne suivant, ils se sont mariés, le 17 novembre 1881. Elle possédait une voix inhabituelle et magnifique, chantant dans la chorale de West Jordan et plus tard lorsqu'elle est venue à Ashley Valley. Elle a été instructrice de la Société de Secours pendant de nombreuses années et mère de quatorze enfants. Elle est décédée le 3 décembre 1908.

CHARLIE CROUSE, JR.
Un fils de Charlie et Sarah Crouse, né le 9 novembre 1851 près de Richmond, en Virginie. A quitté la maison à l'âge de neuf ans et est venu vers l'ouest et a traversé le Wyoming et le Dakota, pour finalement s'installer à Rock Springs, Wyo. Il est ensuite allé à Brown's Park et est venu jusqu'à Vernal en 1878. M. Crouse s'intéressait aux courses de chevaux et au commerce de chevaux, il était un homme de plein air et travaillait et voyageait partout où son intérêt le menait. Il vivait à la tête de Pot Creek lorsque les ennuis indiens à Meeker ont commencé. Plusieurs familles ont été déplacées à Salt Wells, au sud de Rock Springs, et M. Crouse, ainsi que les Allen, Sears, Tittworth et d'autres, ont déménagé leurs familles ici jusqu'à ce que les ennuis soient terminés.
M. Crouse a épousé Mary Law, fille de George et Elizabeth Law d'Angleterre. M. Law a travaillé dans les mines de charbon de Rock Springs après être venu d'Écosse en Amérique. M. et Mme Crouse se sont mariés vers 1878 et trois enfants leur sont nés.
À un moment donné, M. Crouse et A. G. Overhold possédaient des biens immobiliers et des maisons de commerce dans tout le bassin d'Uintah, certaines des maisons qui leur appartenaient étaient la propriété actuelle de Woodard et Banks, ainsi qu'une écurie et un saloon. M. Overhold a racheté son entreprise à Vernal et M. Crouse et sa famille sont retournés dans les montagnes où ils ont continué à vivre la vie en plein air qu'ils aimaient. L'une des sœurs de Mme Crouse, Alice, a épousé Ed. Bahen, qui possédait la première écurie de livrée à Vernal. Il se tenait là où se trouve le théâtre Vernal (en 1947). Ici, les chevaux étaient mis à l'écurie lorsque les gens venaient s'approvisionner et des chevaux de buggy étaient loués. M. Bahen était un Utahn local. Ils ont cinq enfants dans leur famille. Mme Bahen est décédée à Vernal.

EDWIN COLPIN, SR.
Il fut l'un des premiers pharmaciens de Vernal et fonda la pharmacie Colpin en 1903. Il rencontra et épousa l'une des jeunes filles de la ville, Miss Ida Bennett, fille d'Elizabetha et George Bennett. Ils étaient populaires parmi les jeunes et surtout après avoir introduit le commerce de la crème glacée. Cela a été fait par Mme Pontha Calder.
Ils ont déménagé à Payette, Idaho, où Mme Colpin et ses deux enfants vivent toujours.

ROBERT JOHNSTON
Né à Pleasant Grove en 1866. Il est venu avec son père à Ashley Valley en 1877. Il a épousé Elinor Cusick Tenney à Patterson, N. J. Est revenu à Vernal en 1898. Était conducteur de scène entre Vernal et Price. Déménagé à Alhandra, gare routière de la Uintah Railway Co., sur la Green River, en 1910. S'est occupé de l'équipement et a exploité le ferry jusqu'en 1920. Déménagé en Californie en 1946.

ALONZO ORSON PERRY
Est né le 17 mai 1836 à Lewis, Essex Co., New York, fils de Stephen et Rhodly Edwards Perry. Quand il était jeune, il était membre de la compagnie qui est sortie pour rencontrer la Mormon Handcart Company. Il était membre de la garde nationale et de l'armée permanente. Le 18 octobre 1863, il épousa Louisa Stowell, décédée en couches avec leur premier enfant, Nancy, également décédée.
Le 11 novembre 1865, il épousa Ann Janette Stowell, sœur de sa première épouse. Ils ont eu huit enfants. En 1891, il vendit la ferme et déménagea avec sa famille dans le comté d'Uintah où il acheta une plus grande ferme. Dans ses vieilles années, il s'intéressait beaucoup aux travaux de généalogie. Il mourut à Vernal en 1912.

JANETTE STOWELL PERRY
Né le 29 juin 1849 dans l'Indiana. Lors du voyage vers la Californie, son père et sa mère sont décédés, laissant les enfants à la charge d'un oncle. Elle a épousé Alonzo O. Perry. Mort en 1912.

JOSEPH HYRUM BATEMAN
Né le 7 mars 1853 dans le comté de Iron, Utah. Marié à Sylvia Amelia Glazier le 28 décembre 1876. Elle est née le 4 novembre 1859 à Freemont, Iowa et décédée le 29 janvier 1929 à Vernal. Il mourut le 8 avril 1936. Ils arrivèrent à Vernal en 1888 avec la famille John Win et vécurent dans le quartier Ashley la plus grande partie de leur vie. Joseph a passé de nombreuses années à transporter des marchandises de Salt Lake City et de Price à Vernal. Ils ont eu sept enfants.

MARIE A. JOHNSON OUVRIER
Né le 12 janvier 1847 à Saint-Joseph. Marié à Jacob Reader Workman le 9 décembre 1864. Ils arrivèrent à Ashley en 1881.


Effet de masse 3

Ashley revient combattre les Moissonneurs, à condition qu'elle ait survécu sur Virmire. Si elle ne l'a pas fait, Kaidan Alenko prendra sa place dans l'équipe. Au moment des événements de l'invasion Reaper, Ashley a été promue au grade de lieutenant-commandant, a reçu plusieurs distinctions et a servi dans une unité d'opérations secrètes.

Au cours de l'invasion de la Terre par les Reapers, Ashley aide à évacuer Shepard de la Terre à bord du Normandy SR-2, où elle rejoint ensuite Shepard pour une mission visant à récupérer des données prothéennes sur Mars. Ashley montre toujours une certaine méfiance envers Shepard après avoir découvert la présence de Cerberus sur Mars, s'inquiétant davantage des expériences réalisées sur Shepard après avoir découvert que Cerberus traitait son propre peuple. Vers la fin de la mission, après avoir pourchassé le Dr Eva, Ashley est grièvement blessée après que l'Homme illusoire a ordonné au Dr Eva de "l'achever". Après avoir désactivé le Dr Eva et fui Mars, Shepard l'emmène à l'hôpital Huerta Memorial sur la Citadelle, où elle récupère lentement. Pendant sa convalescence, Udina offre son statut de Spectre.

Shepard est capable de parler à Ashley à l'hôpital après chaque mission majeure, où ils peuvent choisir d'être amicaux ou hostiles envers elle. Bien qu'Ashley admette que ses doutes sur Shepard sont toujours présents, elle promet de travailler avec eux et de leur faire confiance. Elle raconte à Shepard les moments difficiles que traverse sa sœur Sarah alors que son mari, étant un marine, a été rappelé à l'action. Si le commandant lui pose des questions sur sa promotion au grade de lieutenant-commandant, elle remarque que l'ancienne "malédiction de William" doit perdre son emprise, ce à quoi Shepard répond qu'elle l'a mérité.

Avec le temps, Ashley se remet de sa blessure et accepte l'offre d'Udina. Shepard peut lui parler sur Huerta Memorial à ce sujet, la conversation se déplaçant vers sa famille. Ashley révèle que sa famille est arrivée à la Citadelle. Cependant, le mari de Sarah a été tué au combat et elle veut au moins dire quelques mots lors du service commémoratif du lieutenant.

Lorsque Cerberus envahit la Citadelle, Ashley est chargée de protéger les conseillers mais ne sait pas qu'Udina travaille avec Cerberus pour prendre le contrôle du Conseil. Cela met Shepard et Ashley en conflit, et elle doit être convaincue de la vérité.

En fonction des interactions passées avec elle, Ashley peut être dénigrée. Si Shepard réussit à convaincre Ashley, elle tournera son arme sur Udina et lui ordonnera de se retirer. Udina lèvera alors une arme sur le conseiller asari et si Shepard ne tire pas sur Udina, Ashley le fera.

Si Shepard ne peut pas persuader Ashley de reculer, alors Shepard sera forcé de tuer Ashley. Si ce n'est pas Shepard, un membre de l'équipe lui tirera dessus à la place. Son nom apparaîtra sur le mur commémoratif à bord du Normandy.

Si Ashley survit au coup d'État, elle rencontre Shepard sur les quais alors que le commandant est sur le point de retourner en Normandie, où elle réfléchit à la façon dont ils se sont presque tués en faisant ce qu'ils pensaient être juste. Ashley mentionne qu'on lui a offert une place dans l'équipe de l'amiral Hackett mais que si elle avait le choix, elle préférerait être sur le Normandy. Shepard peut soit la laisser revenir, soit la laisser derrière pour apporter son aide à la guerre. Si Shepard n'a pas construit une assez bonne relation avec Ashley, elle ne proposera pas de retourner en Normandie dans ce cas, Shepard doit être très persuasif pour convaincre Ashley de rejoindre l'équipe de Shepard.

Si Ashley est affectée à l'équipe de Hackett au lieu d'être autorisée à remonter à bord du Normandy, elle envoie un e-mail à Shepard.

Je voulais juste dire que je m'installe dans mon nouveau poste avec l'amiral Hackett. Trop de choses à faire - pas beaucoup de temps de rack.

Je commence à comprendre l'énormité de ce que nous affrontons. Nous recevons chaque jour de nouvelles informations qui doivent être transformées en actions pratiques. Il s'avère que je suis bon pour décomposer les choses en pratique. Là, pas de surprise.


Ashley s'installe sur le pont d'observation tribord, les quartiers autrefois occupés par Samara. Une fois sur le Normandy, Ashley dit rarement quelque chose d'instructif si Shepard ne poursuit pas une relation avec elle.

Après le sauvetage du peloton turien sur Tuchanka, elle sympathise avec le fils du primarque, sachant qu'il n'est jamais facile de perdre des gens dans son unité. Après le désamorçage de la bombe sur la même planète, elle exprime que c'était « [d]amn dommage que ça se soit passé comme ça ». Elle se tient près du mur commémoratif pour rendre hommage à Kaidan. Shepard lui dit de mettre un bon mot pour eux.

Après être sortie d'Utukku vivante, Ashley se plaint qu'elle a encore de la boue pour nettoyer son armure. Elle approuve la mort de la reine rachni (ou de son remplaçant) et se méfie de l'accord que Shepard a conclu si ce n'est pas le cas. Elle commente également Grunt, offrant ses condoléances s'il a été tué, ou faisant des remarques à propos de son « badassery » s'il est sorti vivant.

Après l'évacuation de Gellix, Ashley dit qu'elle espère qu'on pourra faire confiance à un groupe d'ex-Cerberus. Si Jacob est vivant, elle est juste contente qu'il se soit bien passé. Elle note que ramasser ces scientifiques sous le nez de l'homme illusoire va forcément énerver le gars, et que les choses auraient pu être pires avec des civils et des enfants dans le mélange.

Après avoir fait exploser le monastère de Lesuss, si elle était en mission, Ashley remarque que les banshees ne sont pas du côté des asari qu'elle veut voir, et reconnaît le talent de Shepard pour se faire des amis "inhabituels" si Samara était rencontrée. Elle veut relire les anciennes lettres de Sarah en raison des événements qui se sont déroulés sur la planète.

Ashley exprime son ressentiment persistant envers les Geth après la destruction du dreadnought geth saboté sur Rannoch. Elle soupire de frustration et d'incrédulité que même après toutes ces années, elle se bat toujours contre les synthétiques. Avec humour, Ashley note la destruction du vaisseau geth : une avance de 1-0 de l'humanité contre les "lampes de poche clignotantes".

Après la tentative de sauvetage de l'amiral Koris, elle approuve que Shepard mitraille les geth de la navette si elle était présente à ce moment-là. Si Koris était sauvée, cela l'a amenée à réfléchir à la valeur d'un bon leader, au nombre de vies à sacrifier pour en protéger une vraiment inspirée, et espère qu'elle n'aura jamais à le découvrir.

Elle interagit parfois avec l'équipage et, dans un interlude amusant après le voyage de Shepard au Geth Consensus, Shepard trouve Ashley allongée sur le sol avec la gueule de bois. Ash révèle qu'elle a passé la nuit précédente à essayer de " se changer les idées " en buvant une bouteille entière d'alcool non spécifié avec James. Tandis que l'autre Spectre humain miaule sur le sol froid de tribord, Shepard peut soit répondre à cela par des plaisanteries enjouées, soit par des réprimandes professionnelles strictes.

Après la conclusion de la guerre geth-quarienne sur Rannoch, Ashley offre son point de vue sur les choses en fonction de la tournure des événements.

Si Shepard a choisi les geth menant à la mort des Quariens et au suicide de Tali, Ashley a le cœur brisé par la mort de Tali, disant « qu'elle était comme une petite sœur » et qu'elle a besoin de temps pour pleurer sa mort. Si Tali est décédée des mois plus tôt lors de la mission suicide, Ashley sera beaucoup plus dure avec Shepard. Elle sait qu'ils ont besoin d'alliés pour vaincre les Moissonneurs, mais avec son parti pris contre les synthétiques, elle s'en remet à la décision de Shepard, disant au commandant qu'ils devraient espérer que c'était la bonne décision. Elle dit en outre à Shepard de garder les geth loin d'elle.

Si Shepard a choisi les Quariens plutôt que les Geth, Ashley se souvient de la perte du 212 sur Eden Prime et dit qu'elle est contente que ce soit fini maintenant. Elle dit également que c'est le bon choix, son point de vue sur les quariens étant d'une grande aide avec les trucs technologiques, et qu'elle préfère chercher une boîte de conserve plutôt qu'une personne. Si Shepard a réussi à faire la paix entre les Quariens et les Geth, Ashley est impressionné par l'exploit. Elle exprime son scepticisme quant à la durée de la paix.

Pendant l'un des temps morts après les missions, Ashley envoie un courrier à Shepard indiquant que les préparatifs du service commémoratif du mari de Sarah sont terminés. Il se déroule sur le mur commémoratif des quais des réfugiés, et Shepard peut y rendre visite aux sœurs lors de l'un des prochains voyages à la citadelle.

Ashley compare le comportement de sa sœur à celui de leur père pendant le mémorial : tout sourire malgré le stress. Si Shepard fait l'éloge de ce comportement, Ashley approfondit les souvenirs de son père avant de rejoindre Sarah dans un souvenir partagé.

Ashley sympathise avec le chagrin de Liara après la mission désastreuse sur Thessia. Elle dit à Shepard qu'elle parlera à Liara pour soulager ses souffrances.

Après la mission sur Horizon, Ashley est horrifiée par ce que l'équipe a trouvé dans les ruines, soit par le biais de récits de seconde main, soit, si elle est personnellement présente, suffisamment affligée pour être incapable d'oublier l'endroit. Juste au moment où elle pensait avoir tout entendu, elle note à quel point le plan pour attirer les réfugiés était si froid et calculateur qu'elle ne peut pas le comprendre. Elle est heureuse de ne pas pouvoir, car c'est ce qui l'aide à conserver son humanité. Si Miranda est morte sur Horizon Ash console Shepard, sachant qu'elle comptait beaucoup pour le commandant. Parlant plus loin, elle s'interroge à haute voix sur ce que les réfugiés de la galaxie feront ensuite.

Après le raid sur la station Cronos, Ashley exprime son soulagement de voir Cerberus bel et bien parti. Même si elle ne veut pas rouvrir de vieilles blessures, elle apprécie l'ironie du fait que Shepard soit le responsable. Ses derniers mots sur Cerberus avant de clore définitivement l'affaire sont "bon débarras".

On peut parler à Ashley lors de l'assaut final sur Terre, flânant près de quelques soldats et d'une structure abritant le terminal de communication holographique de la FOB de Londres. Sinon, si elle a déjà été remise à Hackett, elle ne sera pas parmi les personnes à qui Shepard pourra parler dans le centre de communication de la FOB.

Agitée lorsque Shepard lui demande comment elle tient le coup, elle leur demande s'ils ont une chance, et le commandant lui assure qu'il y a toujours de l'espoir car cela les a menés jusqu'à présent. Elle loue Shepard comme la raison pour laquelle ils sont tous arrivés là où ils sont maintenant, et si Shepard répond qu'Ash et d'autres personnes comme elle ont ramassé le commandant quand ils ont trébuché, Ash rétorque que "héros-dame/héros-homme" l'a sauvée presque autant de fois qu'elle les a sauvés.

Elle a l'impression que cela fait mille ans qu'Eden Prime a du mal à comprendre comment ils en sont arrivés à leur situation actuelle. Ash a toujours été une survivante, et Shepard la complimente en tant que telle, même si elle n'y croit pas vraiment jusqu'à ce que son commandant ajoute qu'elle est aussi un Spectre et un bon soldat. Il y a encore une colline à franchir, Shepard demande au capitaine de corvette si elle est prête, et elle répond avec assurance qu'elle l'est.

Si Ashley est dans l'équipe lors de la dernière poussée vers le conduit, elle sera tuée par Harbinger aux côtés d'un autre membre de l'équipe si Shepard n'a pas réussi à rassembler suffisamment de forces de la galaxie pour le combat. Si elle survivait et que Shepard activait le Creuset, on pourrait voir Ashley convaincre Joker de piloter le Normandy en lieu sûr avant de se faire prendre dans l'onde de choc. Beaucoup plus tard, Ashley sera parmi les personnes en deuil rendant hommage aux morts au mur commémoratif de Normandie.

Mass Effect 3: Citadelle

La présence d'Ashley pendant et après les aventures de Shepard à terre dépend du fait qu'elle ne soit pas morte ou envoyée à l'amiral Hackett après la tentative de coup d'État de la Citadelle.

Ashley se joint au reste du gang de Shepard pour tenter de déterminer le cerveau derrière la dernière tentative d'assassinat du commandant. Liara a compris qu'ils avaient une piste après avoir retrouvé le M-11 Suppressor que Shepard avait volé à l'un des assaillants, un marchand d'armes nommé Elijah Khan qui organise un événement public sur son Silver Coast Casino. Shepard peut amener Ash dans le plan pour obtenir des réponses de l'homme, et le deuxième Spectre enfile une robe de soirée bleue moulante pour l'occasion s'il est choisi.

Elle fait également partie de l'équipe Mako avec Liara et Maya Brooks lors de l'assaut général contre les archives de la Citadelle, à condition que Shepard ne l'exige pas dans l'équipe.

Lorsque le congé à terre raté de Shepard est réglé et que de réelles opportunités pour Citadel R&R se présentent, Ashley peut demander à rencontrer Shepard au bar supérieur du Silver Coast Casino, où elle défie le commandant à un concours de boisson pour prouver qui est un "vrai Spectre" et qui est faire semblant d'en être un. Shepard peut égaler son coup pour coup ou lui permettre de remporter le défi.

Les deux ont leur soirée interrompue par un batarien et un vorcha, le premier poussant constamment Shepard et proclamant son aversion pour les "types de l'Alliance". Shepard lance un "contrôle de pluie" à Ash, et les deux "types de l'Alliance" passent à tabac les agresseurs.

Ashley peut également être utilisé comme coéquipier de Shepard pour des compétitions dans l'Armax Arsenal Arena, ne nécessitant aucune licence d'allié contrairement à certains autres coéquipiers.

Bien qu'elle fasse partie de l'équipe de Shepard, Ashley est une invitation facultative à la grande fête du commandant. Lors de la première phase de la fête, elle s'assoit avec James près des canapés du rez-de-chaussée, taquinant Cortez.

Lors de la deuxième phase de la fête, si l'ambiance était à l'énergie, Ashley est encouragée par James Vega à le soutenir dans son argumentation en faveur de l'entraînement physique plutôt que de la biotique. Si Ashley et James ne sont pas tous les deux amoureux, elle flirte avec James et s'intéresse à son physique. Au fur et à mesure que la nuit avance, les deux peuvent se rapprocher et Shepard peut les encourager à se connecter ou leur dire de se calmer. Dans le premier cas, Vega essaie de la courtiser avec la phrase espagnole « tu con tantas curvas, y yo sin frenos » (« toi avec de telles courbes et moi sans freins »), qu'Ashley lui demande de répéter. Si des ouvertures romantiques ont été faites à l'un d'eux puis abandonnées à des moments clés, Ashley vacille entre l'attirance et le rejet, ne se rangeant pas du côté de James pendant la dispute.

Si tout le monde a été invité à danser lors de la dernière étape de la fête, Ashley est toujours près du balcon en train de regarder Vega faire des redressements assis ou Liara faire flotter James. Si la romance ne s'est pas épanouie entre eux deux, Ash et James affichent simplement leurs mouvements sur le balcon lorsque Shepard les vérifie.

Si l'ambiance est détendue pour la phase finale de la fête, Ashley s'assoit avec Steve, Joker et la plupart des connaissances de Shepard dans les canapés de l'étage supérieur. Si Wrex est là, il raconte le temps sur Virmire où il était prêt à tuer pour le traitement du génophage. Il demande à Ashley si elle l'aurait tué à l'époque. Ash le dit sans hésiter s'il ne lui laisse pas le choix, et Wrex annonce qu'il la respecte pour cela.

Si Shepard est en couple avec elle, les deux se réveillent dans le lit de Shepard le lendemain matin et s'embrassent avant de se lever. On peut trouver Ashley debout près du comptoir de l'îlot central dans la cuisine plus tard, quel que soit le statut de la relation avec Shepard, en train de regarder Vega cuire des œufs.

Romance

Lorsque Shepard rend visite à Ashley à l'hôpital, elle l'appellera s'il avait déjà eu une relation avec elle, mais a poursuivi une autre personne tout en travaillant avec Cerberus. Elle juge beaucoup Miranda et Jack mais semble plus à l'aise avec l'idée que Shepard et Tali soient ensemble, disant "Tali est comme une petite sœur, j'approuve totalement. Pas que tu aies besoin de mon approbation." Bien qu'en dépit de cela, si Shepard n'a pas établi suffisamment de relations amicales avec elle, Ashley affiche des signes de jalousie lors de l'assaut du dreadnought geth si elle est amenée avec Tali, faisant même des remarques grossières à son égard.

Si Shepard est resté fidèle à Ashley, les conversations à l'hôpital sont beaucoup plus gaies et moins conflictuelles. La relation progresse bien si Shepard essaie d'être aussi amical que possible et achète Ashley 'The Collected Alfred Tennyson' au magasin Sirta Supplies.

Si Ashley est choisie pour monter à bord du Normandy, Shepard peut commencer ou redémarrer une relation avec elle. Ashley ne parle pas beaucoup sur le Normandy. Finalement, Ashley enverra un e-mail demandant de l'aide à Shepard. Ashley va réconforter sa sœur cadette Sarah qui a perdu son mari et ne veut pas le faire seule. Si Shepard est réconfortant et respectueux envers Ashley, la relation est encore plus cimentée.

Plus tard, elle envoie un autre e-mail demandant à Shepard de la rencontrer à la Citadelle. Ashley lui dit à quel point son père aurait aimé Shepard. Elle s'excuse pour tout ce qui s'est passé entre eux et demande s'ils « vont quelque part ». Si Shepard rend la pareille, ils partagent un baiser ensemble.

Juste avant l'assaut du quartier général de Cerberus, elle visite les quartiers du capitaine et, à moins qu'elle ne soit directement refusée, elle essaie de réconforter Shepard au sujet de toutes les personnes qu'ils ont perdues. Elle exprime comment elle s'est sentie perdue et que cela lui a brisé le cœur quand Shepard était mort. Enfin, ils s'avouent leur amour, puis s'embrassent et passent la nuit ensemble.

Dans une conversation finale entre elle et Shepard sur Terre, ils réfléchissent au nombre de fois où ils se sont sauvés dans le passé. Shepard récite ensuite l'un des poèmes de Tennyson La charge de la brigade légère, une référence à la façon dont la poésie a été utilisée pour transmettre leurs sentiments tout au long de leur relation. Ashley attrape Shepard et lui dit qu'elle ne veut pas qu'il parte et qu'elle l'aime. Il répond gentiment qu'il l'aime aussi, puis dit "allons-y et rentrons à la maison". D'une voix brisée, Ashley répond "aye aye capitaine".

Si Ashley est l'intérêt amoureux de Shepard, la dernière chose qu'il verra sera une image d'Ashley le regardant et souriant chaleureusement.

Après le tir du Creuset, on la verra placer le nom de Shepard sur le mur commémoratif, ou, si les Moissonneurs sont détruits et que suffisamment de forces de la galaxie ont été rassemblées, elle sourira et s'abstiendra de placer la plaque, et le Normandy est vu s'envoler.