Podcasts sur l'histoire

La main colossale d'Hercule, alors où est le reste de lui ?

La main colossale d'Hercule, alors où est le reste de lui ?

La main d'Hercule est le nom donné à un fragment massif d'une statue antique qui a été déterré par des archéologues à Amman, la capitale de la Jordanie. On pense que ce fragment faisait autrefois partie d'une statue de marbre colossale du demi-dieu Hercule, telle qu'elle a été trouvée sur le site du temple romain d'Hercule. A part cette main (ou plus exactement, trois doigts d'une main), le seul autre morceau de la statue qui est resté est son coude. La main et le coude de la statue peuvent être vus par ceux qui visitent aujourd'hui les vestiges du temple d'Hercule d'Amman.

Des statues monumentales ont rempli l'ancienne ville d'Amman

Pendant le 1 st siècle avant J.-C., la région de la Jordanie moderne est passée sous domination romaine. À cette époque, Amman était l'une des dix villes de la Décapole et était connue sous son nom grec de Philadelphie. Pendant la période de domination romaine, qui a duré environ quatre siècles, de nombreux monuments publics ont été construits à Amman. Certains d'entre eux, comme le théâtre romain et l'odéon romain, sont encore visibles dans la ville aujourd'hui.

Temple d'Hercule

Un autre bâtiment, le temple d'Hercule, a également été construit à cette époque, bien qu'il n'ait pas été aussi bien conservé que les deux autres structures susmentionnées. Comme le théâtre romain et l'odéon romain, le temple d'Hercule a été construit sous le règne de Marc-Aurèle. Il a été suggéré que le temple n'a jamais été achevé, car seule une partie de la structure était ornée de colonnes, tandis que le reste était laissé à nu.

Ruines du temple d'Hercule à Amman ( CC par 3.0 )

Pourtant, les parties du temple qui ont survécu à travers les âges ont fourni aux chercheurs des informations sur le monument. Par exemple, la partie du temple où les colonnes avaient été érigées est le portique. Ces colonnes, six au total, se seraient élevées à l'origine à une hauteur d'environ 10 m. Les colonnes étaient tombées au cours des siècles et ont été reconstruites en 1993. De plus, la superficie couverte par le temple a été mesurée. Avec ces éléments d'information, une maquette du temple a été réalisée, et est aujourd'hui exposée au Centre américain de recherche orientale (ACOR) à Amman.

Une maquette du temple d'Hercule. Crédit: ACOR, Jordanie

Un site plus ancien qu'ancien !

Il a été suggéré que le temple d'Hercule a été construit sur le site d'un temple plus ancien dédié à un dieu indigène. Dans la zone où se trouvait le sanctuaire intérieur du temple, il y a une parcelle de roche nue qui a été laissée à nu. Il a été postulé qu'il s'agissait peut-être du rocher sacré qui était la pièce maîtresse du 9 e siècle av. Temple d'Ammonite de Milcom (connu aussi sous le nom de Moloch ou Molech).

Où est le reste d'Hercule ?

Mis à part la main et le coude de la statue, peu de choses ont été trouvées sur le site - juste un éparpillement de pièces de monnaie - ce qui laisse ouverte la question, où est le reste d'Hercule ? Et peut-on être certain qu'il s'agissait même d'une statue d'Hercule ? Même les experts eux-mêmes ne sont pas tout à fait certains si le temple d'Amman était bien dédié à Hercule. Néanmoins, étant donné qu'un grand nombre de pièces de monnaie portant l'image d'Hercule ont été trouvées dans la ville ci-dessous, il a été supposé que le temple lui était probablement dédié, et la main faisait très probablement partie d'une statue du demi-dieu .

L'une des plus grandes sculptures en marbre connues

Sur la base des trois doigts et du coude restants, il a été estimé que la statue complète d'Hercule se serait élevée à une hauteur de 43 pieds (13 mètres), ce qui en ferait l'une des plus grandes statues de marbre à avoir été sculptée dans l'histoire. Il a été suggéré que la statue d'Hercule s'est finalement effondrée à la suite d'un tremblement de terre catastrophique, qui frapperait la région de temps en temps. La statue aurait probablement été fragmentée et les pièces réutilisées par les habitants à d'autres fins. Ainsi, il ne reste aujourd'hui de cette statue colossale que ses trois doigts et un de ses coudes.

La statue d'Hercule à Amman pourrait-elle ressembler à cette statue d'Hercule actuellement logée dans le Musée du Met ?


La gigantesque main d'Hercule pourrait provenir de la plus haute statue de marbre jamais réalisée

Amman, la capitale de la Jordanie, est une ville moderne, animée et prospère. Cependant, à la périphérie de la ville, il y a un rappel clair du passé ancien de cette ville. Amman, connue sous le nom de Philadelphie en grec, était une plaque tournante antique importante et a été habitée pendant des milliers d'années, par des cultures et des civilisations successives.

La ville était sous domination romaine pendant quatre siècles, et cette civilisation ancienne particulière a laissé sa marque sous la forme d'une architecture monumentale.

En plus des bains publics, des villas et des théâtres qui ont été construits dans la ville romaine, les archéologues pensent qu'Amman était autrefois le site d'un important temple romain, dédié à Hercule. De plus, il y a même une suggestion que ce sanctuaire a peut-être déjà été le site d'une sculpture en marbre colossale, l'une des plus hautes jamais réalisées.

Temple romain d'Hercule sur la citadelle d'Amman en Jordanie.

Le temple d'Hercule domine l'ancienne citadelle romaine d'Amman et semble avoir été le bâtiment le plus important de tout le complexe. Selon le Centre américain de recherche orientale à Amman, il a été construit entre 162 et 166 après JC, sous le règne de l'empereur Marc-Aurèle, et devait à l'origine être plus grand que n'importe quel temple de Rome même.

Le temple lui-même mesurait 98 pieds sur 79 pieds, et le sanctuaire extérieur mesurait 397 pieds sur 236 pieds, ce qui en faisait un bâtiment extrêmement impressionnant et imposant.

Main d'Hercule de l'ère romaine à l'ancienne citadelle d'Amman, en Jordanie. La main est tout ce qui reste de ce qui était autrefois une statue massive.

Cependant, les archéologues pensent maintenant que le temple n'a peut-être jamais été complètement achevé. Le portique a six hautes colonnes, s'étendant sur environ 33 pieds de haut, mais aucune autre colonne ou élément décoratif n'a été trouvé. Il est donc probable que la vision originale du temple n'a jamais été pleinement réalisée.

Il existe très peu d'informations, littéraires ou archéologiques, qui peuvent aider à déchiffrer les origines et l'utilisation de cette structure impressionnante. Cependant, les archéologues ont trouvé un certain nombre de pièces de monnaie sur le site qui portent l'image d'Hercule, ce qui les amène à croire que le temple lui était dédié, selon le Centre américain de recherche orientale.

Main d'Hercule près du Temple d'Hercule dans la citadelle antique d'Amman, en Jordanie.

De plus, l'une des découvertes les plus frappantes et les plus impressionnantes suggère qu'il y a peut-être eu autrefois un rappel gargantuesque qu'il s'agissait d'un sanctuaire dédié à ce dieu gréco-romain légendaire. En creusant le temple, les archéologues ont déterré une énorme main de marbre ou plus précisément, trois doigts restants d'une main, enroulés lâchement dans un poing.

De plus, ils ont également découvert un énorme morceau de marbre qui semble avoir été sculpté dans un coude. Sur la base de la taille du coude et de la main, les archéologues ont émis l'hypothèse que le site aurait pu inclure une statue colossale d'Hercule, conçue pour dominer le complexe du temple.

Main devant le temple d'Hercule à la Citadelle d'Amman en Jordanie, au Moyen-Orient.

Si ces hypothèses sont correctes, et en extrapolant à partir de la taille de la main, on estime que la statue finie aurait atteint plus de 40 pieds de haut, ce qui en fait l'une des plus grandes sculptures en marbre jamais créées dans l'histoire. Un tel exploit aurait nécessité d'immenses compétences techniques, des richesses et des ressources.

Cependant, aucune autre partie de la statue n'a jamais été retrouvée sur le site. Si le temple était en effet dédié à Hercule et comprenait une image aussi énorme du dieu, alors où est le reste ?

Bien qu'il n'y ait pas de réponses définitives, les archéologues de l'American Center of Oriental Research ont suggéré que la statue a été détruite lors de l'un des nombreux tremblements de terre qui ont frappé la région au cours des 2000 dernières années.

Regardez 6 aperçus surprenants de la vie des gladiateurs romains :

Il est probable que cette perturbation sismique ait renversé la statue et que le marbre restant ait été décomposé et emporté pour être utilisé dans d'autres projets de construction dans différentes parties de la ville et de la région au sens large. Le marbre était une denrée chère et importante dans le monde antique, et était utilisé à des fins artistiques et de construction très diverses.

Cela peut aussi expliquer pourquoi le grand temple de la citadelle d'Amman n'a jamais été complètement achevé. Peut-être qu'un tremblement de terre a frappé, et les anciens Romains ont décidé qu'il était vain de construire un temple aussi imposant et somptueux sur un site où une catastrophe pourrait frapper à tout moment.

Ces idées, cependant, restent spéculatives, et il est probable que les secrets de la citadelle d'Amman resteront un mystère à moins que de nouvelles découvertes puissent affirmer ou contester ces théories. À ce jour, le complexe n'a été que partiellement fouillé, et il est donc possible que d'autres indices soient encore découverts. Pour l'instant, cependant, cette main colossale, avec ses doigts recourbés, est un rappel viscéral du glorieux passé antique de cette ville.


Contenu

La statue redécouverte a rapidement fait son entrée dans la collection du cardinal Alessandro Farnèse, petit-fils du pape Paul III. Alessandro Farnese était bien placé pour constituer l'une des plus grandes collections de sculpture classique réunie depuis l'Antiquité. Il s'est tenu pendant des générations dans sa propre chambre au Palazzo Farnese, à Rome, où la statue était entourée de fresques représentant les exploits mythiques du héros, créées par Annibale Carracci et son atelier, exécutées dans les années 1590. La statue Farnèse a été déplacée à Naples en 1787 avec la majeure partie de la collection Farnèse et est maintenant exposée au Museo Archeologico Nazionale.

La sculpture a été remontée et restaurée par degrés. D'après une lettre de Guglielmo della Porta, la tête avait été récupérée séparément, dans un puits du Trastevere, et achetée pour Farnèse par l'intermédiaire de della Porta, dont les jambes faites pour compléter la figure étaient si appréciées que lorsque l'original les jambes ont été récupérées des fouilles en cours dans les thermes de Caracalla, celles de della Porta ont été retenues, sur les conseils de Michel-Ange, en partie pour démontrer que les sculpteurs modernes pouvaient supporter une comparaison directe avec les anciens. Les jambes originales, de la collection Borghèse, n'ont été réunies avec la sculpture qu'en 1787. [5] Goethe, dans son Voyage en Italie, raconte ses différentes impressions en voyant l'Hercule avec chaque jeu de jambes, cependant, s'émerveillant de la nette supériorité de ceux d'origine.

Hercule est pris dans un rare moment de repos. Appuyé sur sa massue noueuse drapée de la peau du lion de Némée, il tient les pommes des Hespérides, mais les cache derrière son dos bercé dans sa main droite. De nombreuses gravures et gravures sur bois ont fait la renommée de l'Hercule de Farnèse. En 1562, la trouvaille était déjà incluse dans l'ensemble des gravures pour Speculum Romanae Magnificentiae (« Miroir de la splendeur de Rome ») et les connaisseurs, les artistes et les touristes restaient bouche bée devant l'original, qui se trouvait dans la cour du palais Farnèse, protégé sous l'arcade. En 1590-1591, lors de son voyage à Rome, Hendrik Goltzius esquisse la statue dans la cour du palais. Plus tard (en 1591) Goltzius a enregistré la vue arrière moins commune, dans une gravure de bravoure (illustration, à droite), qui souligne la forme musculaire déjà exagérée avec des lignes gonflées et effilées qui parcourent les contours. Le jeune Rubens a fait des croquis rapides des plans et de la masse de la statue d'Hercule. Avant la photographie, les tirages étaient le seul moyen de mettre l'image entre de nombreuses mains.

La sculpture a été admirée dès le début, des réserves sur sa musculature exagérée n'apparaissant qu'à la fin du XVIIIe siècle. [6] Napoléon a fait remarquer à Antonio Canova que son omission du musée qu'il a accumulé à Paris était la lacune la plus importante dans la collection. Plus d'une fois, la sculpture a été mise en caisse et prête à être expédiée à Paris avant que le régime napoléonien ne fuie Naples.

La statue bien en vue était très appréciée des anciens Romains, et des copies ont été trouvées dans des palais et des gymnases romains : une autre copie plus grossière se trouvait dans la cour du palais Farnèse. la cour du Palazzo Pitti, Florence, depuis le XVIe siècle. Les copies anciennes de la statue comprennent :

  • Hercule, IIe siècle après J.-C., copie romaine, Galerie des Offices, Florence.
  • Le « Weary Herakles » est une statue de marbre romain fortement brisée qui a été excavée en 1980 à Perge, en Turquie. Le haut du torse pillé a été vendu au Musée des beaux-arts de Boston en 1981. Le haut du torse a été rendu à la Turquie en 2011 et est maintenant exposé avec le reste de la pièce au Musée d'Antalya. [7]
  • Statue colossale d'Hercule, découverte aux bains d'Hippo Regius (Annaba), Algérie.
  • Héraclès au repos, Hermitage, Saint-Pétersbourg.
  • Statue sans tête en marbre hellénistique de la fin de l'époque hellénistique, gravement endommagée, récupérée du naufrage d'Anticythère en 1901 à Athènes, Musée national d'archéologie.
  • Statue sans tête au musée d'archéologie et d'ethnographie d'Izmit.
  • Torse sans tête cassé trouvé dans les bains publics romains et le village byzantin de la vallée de Jezreel.
  • Torse sans tête cassé de l'Amphiareion d'Oropos, Athènes, Musée Archéologique National.
  • Torse sans tête cassé du IIe ou IIIe siècle après JC, au Musée de Saint-Raymond à Toulouse.
  • Statuette du IIe siècle après JC, au Detroit Institute of Arts.
  • Statuette en bronze aux yeux incrustés d'argent de 40-70 après JC, Getty Villa.

Après la redécouverte de l'Hercule Farnèse, des copies sont apparues dans les jardins des XVIe et XVIIIe siècles à travers l'Europe. Lors de la construction de l'Alameda de Hercules (1574) à Séville, le plus ancien jardin public conservé en Europe, à son entrée ont été installées deux colonnes d'un temple romain, éléments d'un édifice encore conservé dans le Marmoles, signe incontestable d'admiration pour les sites archéologiques romains. Sur eux ont été placées deux sculptures de Diego de Pesquera, en 1574, reconnaissant Hercule comme fondateur de la ville, et Jules César, restaurateur d'Híspalis. Le premier était une copie de l'Hercule Farnèse, presque de la taille monumentale de l'original. [8] A Wilhelmshöhe, près de Kassel, une version colossale de 8,5 m de haut réalisée par Johann Jacob Anthoni, 1713-1717, est devenue un symbole de la ville.

André Le Nôtre a placé une version dorée pleine grandeur contre l'horizon à l'extrémité de la vue principale à Vaux-le-Vicomte. Celui de Versailles est une copie de Jean Cornu (1684-1686). En Écosse, un rare exemplaire en plomb, de la première moitié du XVIIIe siècle, est situé de manière incongrue dans les Highlands du centre, surplombant le jardin d'Hercule récemment restauré dans le parc du château de Blair. Les collectionneurs aisés pouvaient s'offrir l'une des nombreuses répliques en bronze créées dans des tailles pour l'affichage sur table.

Il est montré dans le film 1954 Voyage en Italie avec le Taureau Farnèse.

Une réplique, intitulée Héraclès à Ithaque, a été érigée en 1989 sur le campus de l'Université Cornell à Ithaca, NY. La statue était un cadeau de son sculpteur, Jason Seley, professeur des beaux-arts. Seley a réalisé la sculpture en 1981 à partir de pare-chocs automobiles chromés. [9]

La statue a inspiré des artistes tels que Jeff Koons et Matthew Darbyshire pour créer leurs propres versions en plâtre et en polystyrène, respectivement. [10] Leur utilisation de matériaux blancs pour recréer la sculpture a été interprétée par le classiciste Aimee Hinds comme une perpétuation du colorisme dans l'art classique. [dix]


La main d'Hercule - des doigts gigantesques qui rappellent l'Antiquité romaine

À première vue, trois doigts géants sortant brusquement du sol peuvent sembler être l'une de ces installations artistiques modernes et originales. Mais lorsque l'on considère le contexte du site même, les passionnés d'histoire parmi nous peuvent comprendre et apprécier l'ampleur de cet artifice qui remonte à l'Antiquité. À cet égard, le site en question concerne le mystérieux (et massif) temple d'Hercule vraisemblablement construit par les Romains, perché sur une colline surplombant la ville d'Amman, en Jordanie.

En termes de preuves physiques de cette main d'Hercule, jusqu'à présent, les archéologues ont pu récupérer les trois doigts (photo ci-dessus) ainsi qu'une partie du coude, ces deux segments étant actuellement exposés sur le site actuel. Essentiellement, les sections appartenaient très probablement à une statue en marbre beaucoup plus grande d'Hercule qui ornait le temple principal, peut-être construit vers 162-166 après JC, pendant l'occupation romaine de la région par Marc Aurèle.

Tapisserie de l'histoire d'Amman -

Vestiges du temple d'Hercule. Crédit : Sarah Brumble

Amman, la capitale actuelle de la Jordanie, se vante de son héritage historique vibrant partagé par de nombreuses cultures anciennes allant des Phéniciens, des Grecs aux Romains et aux Omeyyades. La colline défensive en forme de L de la citadelle d'Amman (connue localement sous le nom de Jabal al-Qal'a) témoigne de cette vague d'habitations et de modèles de construction qui ont commencé à l'époque néolithique - à tel point que le quartier surélevé est souvent compté parmi l'un des plus anciens endroits habités en permanence au monde. À cette fin, de nombreuses ruines antiques sont situées dans le périmètre de la citadelle d'Amman, y compris le temple d'Hercule susmentionné, construit par les Romains.

Il convient également de noter qu'Amman, connue dans l'Antiquité sous le nom de crême Philadelphia (nommée ainsi par Ptolémée II Philadelphe, le souverain grec d'Égypte), était l'une des villes qui ont rejoint la célèbre Ligue de la Décapole - une fédération économique de nombreuses villes du Levant qui a prospéré commercialement pendant l'occupation romaine vers le 1er siècle après JC. A cette époque, les Romains ont fourni de nombreux bâtiments à l'intérieur de la colonie de crême Philadelphia, dont le théâtre romain, le Odéon, et le Nymphée.

Le mystérieux temple d'Hercule -

Vestiges du temple d'Hercule. Crédit : Sarah Brumble

Contrairement à ses homologues structurels romains, le temple d'Hercule n'est pas bien conservé, une condition qui accentue plutôt l'énigme de la structure. Dans tous les cas, les archéologues ont estimé que le sanctuaire du temple mesurait 400 sur 236 pieds (ou près de 95 000 pieds carrés - soit 1,7 fois la taille d'un terrain de football américain), tandis que le bâtiment principal lui-même mesurait 100 pieds de long et 85 pieds de large. , ce qui le rend plus grand que n'importe quelle structure de temple comparable à Rome même. De plus, son portique oriental arbore encore les vestiges de six colonnes qui s'élevaient à une hauteur de 33 pieds.

Cependant, la nature relativement simple du reste du bâtiment, malgré son grand complexe, fait allusion à l'hypothèse que le temple n'a pas été achevé (et même laissé à l'abandon). Assez curieusement, certains érudits ont suggéré que cet édifice religieux romain particulier a été construit sur le site d'une enceinte beaucoup plus ancienne dédiée à un dieu indigène. Une plaque de roche nue trouvée à l'intérieur du sanctuaire intérieur du temple fait allusion à un tel scénario, la citadelle d'Amman abritant peut-être également le temple ammonite de Milcom (connu également sous le nom de Moloch) datant du 9ème siècle avant JC.

Où est toute la statue colossale d'Hercule ?

Un modèle reconstitué du temple d'Hercule. Crédit : ACOR, Jordanie

Outre les sections de doigts et de coudes susmentionnées, les chercheurs n'ont découvert que quelques pièces de monnaie qui marquaient l'emplacement possible de la statue. Mais malheureusement, jusqu'à présent, les archéologues n'ont pas pu trouver un autre fragment de cette statue massive d'Hercule. Les raisons, selon les chercheurs, pourraient être nombreuses. Le scénario probable concerne la façon dont la région est sujette à des tremblements de terre périodiques, et l'un d'entre eux aurait pu jouer son rôle catastrophique dans le renversement de la statue, reflétant ainsi le sort du colosse de Rhodes. Les fragments résultants de l'Hercule en marbre ont peut-être ensuite été utilisés par les habitants (au cours de la période contemporaine) pour d'autres projets de construction à proximité.

Néanmoins, à en juger par la seule taille des doigts, les chercheurs ont estimé que ce spécimen "perdu" particulier pourrait avoir représenté l'une des plus grandes statues de marbre au monde, avec sa hauteur atteignant environ 43 pieds.


Main d'Hercule

Dominant la ligne d'horizon moderne d'Amman se trouve le temple d'Hercule, situé au sommet d'une colline dans l'un des plus anciens quadrants de la ville antique.

Construit entre 162 et 166 de notre ère pendant l'occupation romaine de la citadelle d'Amman par Marc Aurèle, le grand temple est plus grand que n'importe quel autre à Rome même. Son portique fait face à l'est et est entouré de six colonnes de 33 pieds de haut. Mesurant 100 pieds de long sur 85 pieds de large, avec un sanctuaire extérieur de 400 pieds sur 236, le fait que le reste du temple soit resté sans colonnes suggère aux chercheurs que la structure n'a jamais été achevée, pour des raisons que l'histoire n'a pas encore révélées.

Au cours du processus d'excavation, peu d'indices ont été laissés pour aider les érudits à percer les mystères de cet immense temple abandonné à moitié fini. Mais ceux qui existaient étaient énorme-quoique ambigu. À partir de seulement trois doigts gigantesques, un coude et une dispersion de pièces de monnaie, les archéologues ont convenu que ces parties du corps en marbre appartenaient probablement à une statue massive d'Hercule lui-même. Par conséquent, selon la théorie, le temple doit également avoir été dédié au demi-dieu connu pour ses exploits de force et ses aventures de grande envergure.

Probablement renversée lors de l'un des tremblements de terre catastrophiques périodiques de la région, la statue est tombée en morceaux, mais contrairement au temple, tous sauf la main et le coude ont disparu. Comme l'a dit un guide, "Le reste d'Hercule est devenu le plan de travail d'Amman."

La meilleure estimation des experts est que, dans son état d'origine, la statue aurait mesuré plus de 40 pieds de haut, ce qui l'aurait placée parmi les plus grandes statues de marbre connues ayant jamais existé.

De retour ici et maintenant, c'est un moment assez agréable pour marcher jusqu'à un groupe de gros doigts, regarder leurs ongles et leurs cuticules bien taillés, et s'éloigner en riant que les érudits ont convenu : Hercule a apprécié une bonne manucure, juste comme les demi-dieux des temps modernes.


La main colossale d'Hercule, alors où est le reste de lui ? - Histoire

Aujourd'hui, nous lançons Colossus. Notre objectif est de devenir la destination pour en apprendre davantage sur la création d'entreprise et l'investissement. Notre ouverture est large. Nous couvrirons tout, des effets de réseau à Nintendo, de Data Dog à Domino's Pizza, et de la rétention de cohorte au cycle de conversion en espèces. Notre objectif est de faire juste deux choses extraordinairement bien : (1) produire les meilleures conversations au monde et (2) créer des outils pour rendre l'apprentissage de ces conversations plus facile et plus efficace.

Colossus est le centre d'apprentissage que nous avons toujours voulu pour nous-mêmes.

Alors, comment sommes-nous arrivés ici, qu'est-ce que Colossus exactement et où allons-nous?

Les Origines, par Patrick O'Shaughnessy

J'ai lancé mon podcast, Invest Like the Best, en 2016 dans le cadre d'un effort visant à approfondir ma compréhension du monde des affaires et de l'investissement. Alors que je commençais à rechercher de nouveaux sujets, j'ai été déçu de la difficulté de trouver un bon matériel d'apprentissage. Un MBA prendrait trop de temps. Trouver de bons articles de blog ou des épisodes de podcast était comme trouver des aiguilles dans une botte de foin.

J'ai donc décidé de créer mon propre programme et j'ai commencé à interviewer les personnes les plus intelligentes au monde qui accepteraient de parler avec moi.

J'ai commencé à voyager à travers le pays avec un sac à dos rempli de vêtements de quelques jours et un studio d'enregistrement mobile. Je portais toujours le même blazer bleu aux premières interviews. J'étais sérieux au sujet de l'apprentissage et je voulais être pris au sérieux aussi. Quelqu'un a plaisanté en disant que je devais dormir dans ce blazer. J'ai failli le faire.

Quatre ans plus tard, j'ai eu l'occasion d'interviewer plus de 200 des personnes les plus intelligentes au monde dans le domaine des affaires et de l'investissement. Ces gens ne peuvent évidemment pas parler à tout le monde, alors nous avons essayé de nous positionner comme un représentant du public qui aimerait s'asseoir pendant soixante minutes avec un Tobi Lutke, un Katrina Lake, un Bill Gurley. J'ai également eu la chance d'amasser un large public de personnes intelligentes et curieuses à travers le monde.

Plus important encore, j'ai appris que les conversations sont un outil incroyablement puissant et efficace, à la fois pour enseigner et pour apprendre, et qu'elles représentent l'opportunité de construire quelque chose de beaucoup plus grand et plus percutant que mon simple podcast.

Le pouvoir de la conversation

L'une de mes invitées préférées, Sarah Tavel, dit toujours qu'elle recherche des entreprises qui proposent des solutions « dix fois meilleures et moins chères ». La conversation enregistrée répond à ces critères d'apprentissage. En soixante minutes, vous pouvez capturer ce qui pourrait prendre des années à capturer dans un livre. Tout le monde a le blocage de l'écrivain, mais personne n'a le blocage du locuteur.

Un exemple simple fait le point avec emphase. Will et Ariel Durant sont les auteurs de The Story of Civilization. Leur épopée en 11 volumes est devenue l'une des séries de livres les plus prolifiques jamais produites. Leurs 4 millions de mots ont pris 5 décennies à écrire. Il s'est vendu à 2 millions d'exemplaires et a remporté le prix Pulitzer. Comparez maintenant cette sortie aux 200 premiers épisodes de Invest Like the Best. C'est également 4 millions de mots d'informations, mais cela n'a pris que 4 ans à moi (et à nos invités) pour le produire, en tant que projet parallèle. Nous avons eu près de 20 millions d'auditeurs à ce jour, il n'y aura pas de Pulitzer. 10% du temps, 10 fois la portée. C'est l'avantage de la conversation qui change la donne, et nous avons l'intention de nous appuyer sur cet avantage.

Pendant l'été de COVID, j'ai rencontré un cadre chez HBO qui m'a dit, de la manière la plus gentille possible, que j'étais stupide de ne pas construire davantage autour du podcast. Le lendemain, j'ai posté une description de poste pour un partenaire. J'ai examiné les 700 candidatures et embauché Damian Brychcy pour être le PDG de la nouvelle entreprise. Damian s'est démarqué par son intelligence, son énergie et sa curiosité. À chaque appel de référence, le donneur de référence a commencé par dire : « vous seriez idiot d'embaucher quelqu'un d'autre que lui ».

Damian a immédiatement commencé à me pousser ainsi que le podcast vers l'avant. Il a noué des partenariats avec des entreprises étonnantes comme Canalyst, Microsoft for Startups, Tegus, Klaviyo et bien d'autres. Nous nous sommes fixés pour objectif de lancer un deuxième podcast appelé Founder's Field Guide et lancé plus tôt que prévu.

Damian et moi avons également constitué l'équipe co-fondatrice : l'ingénieur en chef Joe Berg et une autre personne qui sera bientôt nommée. L'équipe partage une curiosité insatiable pour la création d'entreprise et l'investissement. Nous voulons savoir comment tout fonctionne.

Mais surtout, nous sommes tous d'accord pour dire que peu de choses ont changé depuis ma frustration initiale face aux ressources d'apprentissage dans ce domaine. Ces outils, du contenu lui-même à la recherche et à la découverte, ne suffisent toujours pas, nous allons donc les créer nous-mêmes chez Colossus.

Ce qui a commencé comme un projet passionné pour répondre à une frustration personnelle a maintenant une grande équipe derrière lui. J'ai commencé à ajouter de petits blocs de connaissances en 2016 avec mon podcast, presque par accident. Maintenant, je crois que nous pouvons faire beaucoup, beaucoup plus. Dès le début, nous créerons des conversations définitives sur des sujets liés à la création d'entreprise et à l'investissement (animés par moi et plusieurs autres). Nous voulons devenir votre endroit préféré pour apprendre, et l'endroit où vous commencez chaque recherche. Ce que je promets, c'est que nous chercherons toujours, que nous nous interrogerons et que nous nous lancerons des défis hors de notre zone de confort, puis que nous partagerons ce que nous apprenons avec vous tous. Nous espérons que vous nous rejoindrez.

L'avenir, par Damian Brychcy

En juin de cette année, Patrick a envoyé une note à sa liste de diffusion disant qu'il avait l'opportunité de le rejoindre pour travailler sur Invest Like the Best. J'étais un peu sceptique au début étant donné mon expérience d'avocat et mon activité dans une entreprise FinTech. Mais j'étais extrêmement curieux de savoir ce que cela pouvait impliquer.

Après un long processus d'entretien auquel j'ai eu la chance de survivre (et qui comprenait un intervieweur de célébrités surprise), Patrick et moi nous sommes assis et nous nous sommes regardés en nous demandant… alors, comment allons-nous exactement devenir la destination des investisseurs, des fondateurs , et les opérateurs pour apprendre les meilleures informations au monde sur la création d'entreprise et l'investissement de la manière la plus efficace ?

Au cours des dix dernières années, il y a eu une explosion de contenu. Le nombre de nouveaux podcasts, blogs, newsletters et chaînes YouTube est stupéfiant. Bien que cette explosion de contenu ait été incroyable, il est désormais difficile de trouver et d'agréger les meilleures informations.

Pour aggraver les choses, les moteurs de recherche font un mauvais travail de recherche dans ces nouveaux formats de contenu. Les livres sont trop généraux et, sans recommandation personnelle, un pari à haut risque. Les newsletters sont fantastiques mais existent dans le vide et n'ont aucune recherche entre elles. Twitter aide, mais les recommandations de contenu ne sont pas organisées et mélangées à d'autres éléments non pertinents. Aucun outil n'est assez bon.

Nous pensons que des conversations définitives avec les meilleurs investisseurs et opérateurs du monde, associées au meilleur contenu tiers organisé, constituent le moyen le plus efficace d'apprendre dans le paysage en évolution rapide de la création d'entreprise et de l'investissement.

À partir d'aujourd'hui, nous lançons une capacité de recherche ultra-rapide dans la plupart des 200+ épisodes Invest Like the Best et Founder's Field Guide (le reste devant être terminé bientôt) avec des transcriptions complètes, des notes d'émission et des illustrations pour donner vie aux épisodes. , et des liens vers tous les livres, articles, audio, vidéo ou produits mentionnés dans l'épisode.

En utilisant Colossus Search, vous pouvez entrer n'importe quelle phrase, entreprise ou personne d'intérêt et nous analyserons les transcriptions éditées à la main à travers chaque épisode enregistré et renverrons des résultats qui réduisent la liste des épisodes à ceux où votre terme de recherche est mentionné, et les ordonnerons en fonction sur la fréquence à laquelle votre terme de recherche est discuté dans l'épisode. Vous pouvez même filtrer par catégorie d'épisode (par exemple, l'invité est un fondateur ou un investisseur) et trier les résultats par popularité d'épisode.

Notre plan initial était de lancer en 2021, avec un large éventail de fonctionnalités. Mais après avoir construit la recherche, nous avons simplement décidé de la sortir, de la construire en public et de compter sur vous, notre public extrêmement intelligent, pour tirer les fonctionnalités les plus précieuses de nous.

Au cours des prochains mois, nous publierons de nouveaux podcasts avec de nouveaux hôtes, ajouterons des fonctionnalités pour rendre l'écoute et la découverte des podcasts encore meilleures, et travaillerons avec vous pour faire de Colossus la destination pour en savoir plus sur la création d'entreprise et l'investissement.

J'ai hâte de construire et d'apprendre avec vous.

Le nom et le logo sont inspirés du post de Tim Urban sur l'histoire de la connaissance humaine. Dans ce document, il se réfère à la tour croissante de la connaissance humaine comme «le colosse humain». Nous allons aussi construire une tour, en ajoutant des unités de connaissance chaque semaine, bloc par bloc. Le Colosse - notre connaissance collective - est ce qui distingue les humains en tant qu'espèce. C'est la racine du progrès. Ce sera notre rappel constant d'ajouter nous-mêmes des blocs à la tour et de donner aux autres les outils pour le faire avec nous.


Activités d'horoscope de DLTK Sagittaire : l'archer

Il était une fois dans les terres antiques de la Grèce, bien avant que les chevaux ne galopent sous le poids des humains, vivait le grand Chiron, le centaure. Chiron était une créature gentille, talentueuse et douce. Half-human/ half-horse, Chiron was like other centaurs and could move quickly, think deeply, and act patiently.

Yet, Chiron was also unique because he was an excellent mentor of many men he was independent and sometimes even playful. Over time, Chiron’s uniqueness and love for all things enabled him to work alongside great people—including the well-known Hercules!

Now, over the ages, centaurs acquired the reputation for being big and scary beasts—with whom they were not to be bothered. They were to be killed immediately if they were a threat to the Greeks or the gods. And because centaurs were such large creatures, they found themselves to be the target of many dangers around them.

Fortunately, many Greeks and gods grew to respect centaurs like Chiron. Chiron was graced with immortality and was free to work and learn and study and heal for eternity. Unfortunately, a lot of the respect for Chiron came solely from a fascination surrounding the horse-like qualities of his body. Chiron grew quite bored of such attraction and instead, focused his time on practicing musical instruments and singing, reading and studying the human body, and learning how to shoot arrows from the great bows he created by hand or found along his journey.

Target practice was Chiron’s specialty. He moved with swiftness and could get a bulls-eye every single time he shot. Chiron was a faithful and honorable archer his teachings were sought out by everyone far and wide and he became a voice of equal parts greatness and gentleness and, yes, silliness.

When Hercules arrived at the amphitheater that Chiron spent many of his days, Chiron had already heard of Hercules’ greatness—as stories of the young, fearless Hercules and his abilities to battle even the most horrifying beasts were also spreading far and wide.

The two practiced together, learned together, and healed together for what seemed like ages. Hercules was finally sent on his twelve great tasks by King Eurystheus, and Chiron playfully vowed to stand alongside him from afar. He offered him healing upon return and even crafted a bow and arrow for Hercules to take with him. While Hercules was absent, Chiron continued his life as it was, playing music and games, remaining studious, and practicing his abilities.

After his first expedition, Hercules returned with the hide from a mighty lion, all weapons intact, but no more arrows. Chiron set to work making him more arrows while he continued the other things he enjoyed.

With new arrows crafted and an again journeying Hercules, Chiron trained a man named Jason and two curious twins in the arts, crafts, studies, and skills of all that he knew. By the time Hercules arrived from his second and third tasks, his three new students were well-equipped to join Hercules on his adventures.

Chiron was a hero in his way but indeed received less attention than the colossal Hercules, who had now defeated a lion, a Hydra, and an enormous deer! Hercules didn’t need a stop between the second and third tasks, however, because he had returned with most of his arrows after his battle with the Hydra. He had dropped his quiver earlier and picked it up before his return to the King and encounter with the deer.

Chiron was testing a new arrow design he had recently engineered as Hercules came into the amphitheater’s ring. His third task had gone so swiftly. But as Chiron observed, Hercules return marked a look of great distress in the young hero’s eyes. Hercules was holding his quiver close, and his bow was in his right hand.

“No matter how many men you can train to battle with me, I will need as many arrows of my own for my next task!” his claim echoed. Chiron could feel the young man’s intense energy, and so, he turned from Hercules so he could calculate the number of arrows to make on his own.

Chiron realized he would have to journey with the young Hercules on his next task to craft his new arrows as they went—giving Hercules an unlimited supply. Although Chiron dreaded the idea of being on the battlefield, he chose to do this favor for his mentee.

Together, Chiron and Hercules survived the successful defeat of the monumental Erymanthian Boar! But at a party to celebrate their success, they were ambushed by a group of rogue centaurs, who became weary of humans and their ideas of them. In the scramble of the ambush, Hercules grabbed unused arrows from the first quiver he had dropped unknowingly in venomous Hydra blood and shot quickly at his targets. Chiron’s exceptional speed meant that he could scramble at the same pace as the attacking centaurs.

As he ran to grapple an incoming centaur, Hercules shot an arrow in unison. The arrow pierced Chiron’s thigh. Chiron shrieked in agony.

Hercules successfully warded off the danger and took Chiron back to the amphitheater. Chiron, despite all the healing practices he had learned and was continuing to learn, could not heal himself of the first Hydra poison that now coursed his veins.

He knew he was destined to live in immense pain and saw in Hercules a similar shock as he bid farewell to the now guilty young hero who had to continue 8 more tasks still.

Being a kind and gentle person, Chiron grew to understand the agony of a man much like Hercules, who Chiron had studied in books and on the battlefield for ages. One such man, Prometheus, was cursed to have his heart eaten by an eagle every day, only to have it grow back to be eaten again once more.

In a proper fit of pain, Chiron approached Zeus and asked that he take the place of Prometheus, for he knew he could no longer aid Hercules. He also knew that Prometheus could gain freedom this way. His newfound empathy for the man allowed him to reason that if he were already going to be in pain for eternity, he should sacrifice himself for another’s freedom. Zeus agreed.

Zeus had also been observing. His sympathy for Chiron was great, and he saw in Chiron a kindness and a gentleness that went unmatched. And so, Zeus freed Prometheus and granted Chiron a great gift of even greater immortal status.

Chiron became the stars in the sky. The constellation Sagittarius is where Chiron is now. He studies us all from the night sky, playfully twinkling in the warm summer sky, and shooting stars that even Hercules found epic.


The Colossal Hand of Hercules, So Where is the Rest of Him? - Histoire

The Apples of the Hesperides

Poor Hercules! After eight years and one month, after performing ten superhuman labors, he was still not off the hook. Eurystheus demanded two more labors from the hero, since he did not count the hydra or the Augean stables as properly done.

Eurystheus commanded Hercules to bring him golden apples which belonged to Zeus, king of the gods. Hera had given these apples to Zeus as a wedding gift, so surely this task was impossible. Hera, who didn't want to see Hercules succeed, would never permit him to steal one of her prize possessions, would she?

These apples were kept in a garden at the northern edge of the world, and they were guarded not only by a hundred-headed dragon, named Ladon, but also by the Hesperides, nymphs who were daughters of Atlas, the titan who held the sky and the earth upon his shoulders.


The Hesperides in the garden. Here the apples are on a tree, and the dragon Ladon looks more like a single-headed serpent.
London E 224, Attic red figure hydria, ca. 410-400 B.C.
Photograph courtesy of the Trustees of the British Museum, London

Hercules' first problem was that he didn't know where the garden was. He journeyed through Libya, Egypt, Arabia, and Asia, having adventures along the way. He was stopped by Kyknos, the son of the war god, Ares, who demanded that Hercules fight him. After the fight was broken up by a thunderbolt, Hercules continued on to Illyria, where he seized the sea-god Nereus, who knew the garden's secret location. Nereus transformed himself into all kinds of shapes,trying to escape, but Hercules held tight and didn't release Nereus until he got the information he needed.


Hercules fighting Kyknos
Toledo 1961.25, Attic red figure kylix, ca. 520-510 B.C.
Photograph by Maria Daniels, courtesy of the Toledo Museum of Art

Continuing on his quest, Hercules was stopped by Antaeus, the son of the sea god, Poseidon, who also challenged Hercules to fight. Hercules defeated him in a wrestling match, lifting him off the ground and crushing him, because when Antaeus touched the earth he became stronger. After that, Hercules met up with Busiris, another of Poseidon's sons, was captured, and was led to an altar to be a human sacrifice. But Hercules escaped, killing Busiris, and journeyed on.


Hercules wrestling Antaeus
Tampa 86.29, Attic black figure neck amphora, ca. 490-480 B.C.
Photograph by Maria Daniels, courtesy of the Tampa Museum of Art

Hercules came to the rock on Mount Caucasus where Prometheus was chained. Prometheus, a trickster who made fun of the gods and stole the secret of fire from them, was sentenced by Zeus to a horrible fate. He was bound to the mountain, and every day a monstrous eagle came and ate his liver, pecking away at Prometheus' tortured body. After the eagle flew off, Prometheus' liver grew back, and the next day he had to endure the eagle's painful visit all over again. This went on for 30 years, until Hercules showed up and killed the eagle.


Eagle with wings outstretched.
Philadelphia MS553, Corinthian alabastron, ca. 620-590 B.C.
Photograph by Maria Daniels, courtesy of the University of Pennyslvania Museum

In gratitude, Prometheus told Hercules the secret to getting the apples. He would have to send Atlas after them, instead of going himself. Atlas hated holding up the sky and the earth so much that he would agree to the task of fetching the apples, in order to pass his burden over to Hercules. Everything happened as Prometheus had predicted, and Atlas went to get the apples while Hercules was stuck in Atlas's place, with the weight of the world literally on his shoulders.


Woman juggling apples.
Toledo 1963.29, Attic red figure, white ground pyxis, ca. 470-460 B.C.
Photograph by Maria Daniels, courtesy of the Toledo Museum of Art

When Atlas returned with the golden apples, he told Hercules he would take them to Eurystheus himself, and asked Hercules to stay there and hold the heavy load for the rest of time. Hercules slyly agreed, but asked Atlas whether he could take it back again, just for a moment, while the hero put some soft padding on his shoulders to help him bear the weight of the sky and the earth. Atlas put the apples on the ground, and lifted the burden onto his own shoulders. And so Hercules picked up the apples and quickly ran off, carrying them back, uneventfully, to Eurystheus.

There was one final problem: because they belonged to the gods, the apples could not remain with Eurystheus. After all the trouble Hercules went through to get them, he had to return them to Athena, who took them back to the garden at the northern edge of the world.


Hercules in the garden of the Hesperides.
Sometimes the hero is portrayed in the garden, even though the story we have from Apollodorus is that he sent Atlas there instead of going himself.
London E 224, Attic red figure hydria, ca. 410-400 B.C.
Photograph courtesy of the Trustees of the British Museum, London

To read more about these topics, see Further Resources.

This exhibit is a subset of materials from the Perseus Project database and is copyrighted. Please send us your comments.


Ancient Greece

Hercules was the greatest of the mythological Greek heroes. He was famous for his incredible strength, courage, and intelligence. Hercules is actually his Roman name. The Greeks called him Heracles.


Statue of Heracles
Photo by Ducksters

Hercules was a demigod. This means that he was half god, half human. His father was Zeus, king of the gods, and his mother was Alcmene, a beautiful human princess.

Even as a baby Hercules was very strong. When the goddess Hera, Zeus' wife, found out about Hercules, she wanted to kill him. She snuck two large snakes into his crib. However, baby Hercules grabbed the snakes by the neck and strangled them with his bare hands!

Hercules mother, Alcmene, tried to raise him like a regular kid. He went to school like mortal children, learning subjects like math, reading, and writing. However, one day he got mad and hit his music teacher on the head with his lyre and killed him by accident.

Hercules went to live in the hills where he worked as a cattle herder. He enjoyed the outdoors. One day, when Hercules was eighteen years old, a massive lion attacked his herd. Hercules killed the lion with his bare hands.

Hercules married a princess named Megara. They had a family and were living a happy life. This made the goddess Hera angry. She tricked Hercules into thinking his family was a bunch of snakes. Hercules killed the snakes only to realize they were his wife and kids. He was very sad and riddled with guilt.

Hercules wanted to get rid of his guilt. He went to get advice from the Oracle of Delphi. The Oracle told Hercules that he must serve King Eurystheus for 10 years and do any task the king asked of him. If he did this, he would be forgiven and wouldn't feel guilty any more. The tasks the king gave him are called the Twelve Labors of Hercules.

The Twelve Labors of Hercules

  1. Slay the Lion of Nemea
  2. Slay the Lernean Hydra
  3. Capture the Golden Hind of Artemis
  4. Capture the Boar of Erymanthia
  5. Clean the entire Augean stables in one day
  6. Slay the Stymphalian Birds
  7. Capture the Bull of Crete
  8. Steal the Mares of Diomedes
  9. Get the girdle from the Queen of the Amazons, Hippolyta
  10. Take the cattle from the monster Geryon
  11. Steal apples from the Hesperides
  12. Bring back the three-headed dog Cerberus from the Underworld

Another example of Hercules using his brain was when he was tasked with cleaning the Augean stables in a day. There were over 3,000 cows in the stables. There was no way he could clean them by hand in a day. So Hercules built a dam and caused a river to flow through the stables. They were cleaned out in no time.

Hercules went on a number of other adventures throughout Greek mythology. He was a hero who helped people and fought monsters. He continuously had to deal with the goddess Hera trying to trick him and get him into trouble. In the end, Hercules died when his wife was tricked into poisoning him. However, Zeus saved him and his immortal half went to Olympus to become a god.


Voir la vidéo: Hercules Wont say Im in love french Jamais je navouerai (Janvier 2022).