Podcasts sur l'histoire

Salle du Conseil de Polonnaruwa

Salle du Conseil de Polonnaruwa

Polonnaruwa, dans la province du centre-nord du Sri Lanka, est le deuxième plus ancien des royaumes du Sri Lanka et un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Histoire de la salle du Conseil de Polonnaruwa

La ville de Polonnaruwa a été établie par la dynastie Chola comme nouvelle capitale au 10ème siècle. La dynastie Chola était un empire tamoul du sud de l'Inde et l'une des plus anciennes dynasties au monde, qui a entrepris la destruction de la civilisation bouddhiste dans le nord du Sri Lanka. Chola a régné a pris fin en 1070, après quoi Polonnaruwa a été capturé par le roi Vijayabahu I.

Sous le règne de 1153-1186 du petit-fils de Vijayabahu, Parakramabahu le Grand, le commerce et l'agriculture ont prospéré. Des systèmes d'irrigation ont été construits pour continuer à desservir les rizières voisines et le royaume était autosuffisant. La salle du Conseil, le Raja Sabhawa en cinghalais, est située en face du palais royal et a été construite pour Parakramabahu comme lieu de rencontre pour ses ministres.

La salle du Conseil a été construite sur 75 pieds de long et 33 pieds de large, et a été conçue en trois niveaux : le premier niveau inférieur était décoré d'éléphants, le second de lions. Les piliers de la chambre en pierre étaient décorés de sculptures conçues pour impressionner, soutenant un toit en bois et en tuiles d'argile, et entourant un trône où le roi était assis. L'acoustique était si bonne que le roi pouvait entendre ses ministres de l'autre côté de la chambre.

Les marches de la chambre étaient également décorées de deux pierres de lune, une caractéristique unique de l'ancienne architecture cinghalaise, symbolisant le cycle du cycle de vie bouddhiste sans fin et soulignant l'identité bouddhiste du Sri Lanka après la période de domination Chola de Polonnaruwa.

Salle du Conseil de Polonnaruwa aujourd'hui

L'ancienne salle du conseil de Polonnaruwa témoigne de la présence durable de l'architecture primitive du Sri Lanka. L'état fantastique des ruines vous permet de marcher au niveau principal de la chambre parmi les 48 piliers restants, donnant vie au design grandiose du site antique. Prenez un moment pour vous arrêter et admirer les grands lions richement sculptés en haut des marches.

A la ruine, il y a aussi un panneau en anglais montrant un plan des chambres. Assurez-vous cependant de garder votre chapeau, car le site est constamment visité par la population locale de macaques toques.

Se rendre à la salle du conseil de Polonnaruwa

Ces ruines antiques sont situées dans la nouvelle ville de Polonnaruwa, vous pouvez donc rejoindre la salle du conseil à pied depuis l'arrêt de bus Tour de l'Horloge, route 48, à 450 mètres. La chambre est également située à la sortie de l'A11 et il y a de nombreux parkings dans la ville voisine.


Histoire

Découvrez pourquoi les entreprises déménagent chaque année dans la région métropolitaine d'Atlanta, découvrez les services de réinstallation fournis par la Chambre de la région métropolitaine d'Atlanta et consultez les informations clés du secteur.

Pourquoi Atlanta

Segments clés de l'industrie

Déménager à Atlanta

Nous sommes mandatés pour construire un métro d'Atlanta plus innovant et entrepreneurial. En savoir plus sur nos programmes, ressources et rapports.

Innovation & Entrepreneuriat

Lisez les informations importantes sur les politiques publiques, les mises à jour et l'agenda actuel de la Metro Atlanta Chamber.

Politique publique

Découvrez comment la Metro Atlanta Chamber attire les talents de la génération Y dans la région.

ChoisissezATL

Découvrez l'ASC et la croissance et le développement du sport dans la région métropolitaine d'Atlanta.

Des sports

Le succès de MAC émane de ses précieux investisseurs. Apprenez-en davantage sur les leaders qui contribuent à façonner l'avenir des entreprises dans notre région.

Annuaires

Informations pour l'investisseur

Impliquez-vous et explorez les conseils et les comités de la Metro Atlanta Chamber, y compris les objectifs, les actualités et les informations sur le leadership.

Conseils

De l'apprentissage des idées qui stimulent la croissance de l'entreprise à la connexion avec d'autres professionnels et dirigeants, nos événements rassemblent les meilleurs de la région métropolitaine d'Atlanta.

Événements en vedette

Calendriers d'événements

Besoin de plus d'informations? Trouvez des ressources et apprenez-en plus sur la région métropolitaine d'Atlanta - recherches économiques, faits, chiffres et publications.

Le plus populaire

Politique publique

Publications

Impliquez-vous avec la Metro Atlanta Chamber, connectez-vous avec nos dirigeants, découvrez les opportunités de carrière et obtenez les dernières nouvelles sur tout MAC.

Chambre du métro d'Atlanta

Actualités & Presse

Ressources COVID-19

Continuité des activités pendant COVID-19

Action ATL pour l'équité raciale

Développement économique

Découvrez pourquoi les entreprises déménagent chaque année dans la région métropolitaine d'Atlanta, découvrez les services de réinstallation fournis par la Metro Atlanta Chamber et consultez les informations clés du secteur.

Pourquoi Atlanta

Segments clés de l'industrie

Déménager à Atlanta

Innovation & Entrepreneuriat

Nous sommes mandatés pour construire un métro d'Atlanta plus innovant et entrepreneurial. En savoir plus sur nos programmes, ressources et rapports.

Politique au MAC

Lisez les informations importantes sur les politiques publiques, les mises à jour et l'agenda actuel de la Metro Atlanta Chamber.

ChoisissezATL

Découvrez comment la Metro Atlanta Chamber attire les talents de la génération Y dans la région.

Des sports

Découvrez l'ASC et la croissance et le développement du sport dans la région métropolitaine d'Atlanta.

Annuaires et informations sur les membres

Le succès de MAC émane de ses précieux investisseurs. Apprenez-en plus sur les leaders qui contribuent à façonner l'avenir des entreprises dans notre région.

Annuaires

Informations pour les investisseurs

Conseils de direction de l'AMC

Impliquez-vous et explorez les conseils et les comités de la Metro Atlanta Chamber, y compris les objectifs, les actualités et les informations sur le leadership.

Événements

De l'apprentissage des idées qui stimulent la croissance de l'entreprise à la connexion avec d'autres professionnels et dirigeants, nos événements rassemblent les meilleurs de la région métropolitaine d'Atlanta.

Événements en vedette

Calendriers d'événements

Ressources

Besoin de plus d'informations? Trouvez des ressources et apprenez-en plus sur la région métropolitaine d'Atlanta - recherches économiques, faits, chiffres et publications.

Le plus populaire

Politique publique

Publications

Sur

Impliquez-vous avec la Metro Atlanta Chamber, connectez-vous avec nos dirigeants, découvrez les opportunités de carrière et obtenez les dernières nouvelles sur tout MAC.

Chambre du métro d'Atlanta

Actualités & Presse

Depuis 160 ans, la Metro Atlanta Chamber est la voix de la communauté des affaires de notre région, œuvrant pour améliorer et renforcer notre réputation en tant que concurrent mondial. Nos racines sont parallèles à la région : nous avons commencé comme une organisation luttant contre la discrimination du fret ferroviaire, tout comme Atlanta a été construite sur la base de l'industrie ferroviaire.

La Chambre a été à l'avant-garde de l'évolution de la région métropolitaine d'Atlanta à travers la transformation industrielle, le changement social et la reconnaissance mondiale. Réseaux d'aqueduc, écoles publiques, autoroutes, transports aériens, enseignement supérieur et transports en commun : nous avons ouvert la voie à la croissance dans chacun de ces domaines et dans bien d'autres. Nous sommes également fiers d'être un champion de l'égalité au cours du mouvement des droits civiques et aujourd'hui, alors que nous accueillons des personnes de tous les horizons.

Bien sûr, nous n'avons rien fait de tout cela seuls. Dès le premier jour, la Chambre a eu la capacité de convoquer les principaux dirigeants et organisations de la région. Qu'il s'agisse d'un PDG du Fortune 500, d'un élu ou d'un entrepreneur amorcé, il y a ici une place pour chaque voix. Et nous sommes honorés que vous ayez choisi de vous engager avec nous et de rester connecté décennie après décennie.

De nos débuts liés au chemin de fer à aujourd'hui, la haute technologie axée sur l'innovation, la Metro Atlanta Chamber représente 29 comtés et environ six millions de citoyens avec une ambition : Never Stop Rising.&trade​

Célébrer notre 160e anniversaire

1859: La Metro Atlanta Chamber a été fondée sous le nom de &ldquoMercantile Association,&rdquo dans le but de lutter contre la discrimination du fret ferroviaire contre la ville d'Atlanta.

1871: L'organisation de la Chambre de Commerce d'Atlanta a été effectuée le 7 août 1871. La Chambre lance un mouvement pour les réformes municipales et la construction d'un système d'eau public.

1895: La Chambre a aidé à promouvoir le Nouveau Sud sur la scène internationale après avoir fait pression sur le Congrès pour décerner à Atlanta le 1895 Cotton States and International Exposition.

1900: Un manque de routes pavées et d'écoles publiques sous-équipées a conduit la Chambre à obtenir une caution de 3 millions de dollars de la ville qui a financé l'amélioration des systèmes d'approvisionnement en eau et d'égouts, de l'hôpital Grady et des écoles publiques.

1920: La Chambre a été fortement impliquée dans le développement de l'industrie du transport aérien d'Atlanta. En partenariat avec le conseil municipal, la Chambre a encouragé la ville à acheter Candler Field dans les années 1920. Cette décision a fait d'Atlanta la troisième ville du pays, après New York et Chicago, à proposer des vols quotidiens réguliers.

1925: La Chambre a lancé sa première campagne publicitaire, appelée Forward Atlanta, dirigée par Ivan Allen Sr., président de la Chambre, qui a attiré plus de 750 entreprises à Atlanta, apportant plus de 30 millions de dollars et des dizaines de milliers d'emplois dans la région.

1930: La Chambre a aidé à l'expansion d'Atlanta qui comprenait un projet de 40 millions de dollars pour créer un système d'autoroutes inter-États. La campagne &ldquoKeep Atlanta Ahead&rdquo, comme on l'appelait, a également entraîné des changements dans l'éducation, la prévention des incendies, la santé publique, le logement urbain et le commerce mondial. Pendant ce temps, plus de 90 nouvelles industries sont arrivées dans la ville.

1941: La Chambre a aidé à recruter de grandes compagnies aériennes à Atlanta, notamment en devenant le siège de Delta Air Lines en 1941.

1952: La Chambre faisait partie intégrante d'une expansion de 81 milles carrés des limites de la ville. En conséquence, la Chambre a contribué à élargir l'accès à l'enseignement supérieur en s'efforçant de financer l'expansion d'universités telles que Georgia Tech et Emory University.

1960: La Chambre a émis une résolution à l'Assemblée générale de Géorgie soutenant la législation qui mettrait fin à la ségrégation scolaire. Sous la direction d'Ivan Allen Jr., président de la Chambre et plus tard maire d'Atlanta, la Chambre a appelé les entreprises à se conformer pacifiquement à la législation sur les droits civils. Les années 1960 ont également inclus la participation de la Chambre à l'adoption d'un amendement régional de transport rapide qui a ouvert la voie à la création d'une autorité de cinq comtés évoluant aujourd'hui vers la Metropolitan Atlanta Rapid Transit Authority (MARTA).

1961: La Chambre a fondé le magazine &ldquoCity Builder&rdquo en 1916, qui a duré jusqu'en 1960. Le magazine a changé de mains plusieurs fois au cours des deux décennies suivantes, et aujourd'hui, il est connu sous le nom d'Atlanta Magazine.

1970: La Chambre a dirigé les efforts visant à attirer des entreprises étrangères, à étendre les routes des aéroports internationaux et à recruter des industries dans les domaines de la technologie, de la fabrication et de la recherche, créant plus de 25 000 emplois par an. Pour attirer davantage d'entreprises minoritaires dans l'État, la Chambre a contribué au lancement du Georgia Minority Supplier Development Council.

1980: La Chambre a contribué à faire avancer les efforts visant à faire d'Atlanta la «capitale mondiale des sports» en créant le Conseil des sports d'Atlanta.

1988: Lorsqu'Atlanta a accueilli la Convention nationale démocrate, la Chambre s'est associée à l'Atlanta Convention and Visitors Bureau et au Département de l'industrie et du commerce de Géorgie pour maximiser la visibilité de la région.

1990: Désormais connue sous le nom de &ldquoMetro Atlanta Chamber,&rdquo, l'organisation a joué un rôle important dans une période charnière de croissance et de recrutement d'entreprises à Atlanta, y compris les sièges sociaux Fortune 500 tels que Georgia-Pacific, General Electric, Newell Rubbermaid et UPS.

1996: La Chambre a aidé à collecter des fonds pour construire le Centennial Olympic Park et le Conseil des sports d'Atlanta a été un chef de file dans la préparation de la ville pour accueillir les Jeux olympiques de 1996.

2001: La Chambre a dirigé les efforts pour faire retirer le symbole confédéré du drapeau de l'État de Géorgie.

2008: Aidant à rallier la communauté des affaires, la Chambre a dirigé le groupe de travail de l'hôpital de Grady qui a sauvé notre région uniquement certifiée Centre de traumatologie de niveau 1.

2014: Le Atlanta Science Festival a été fondé en 2014 par l'Université Emory, Georgia Tech et la Chambre. Le festival est maintenant conçu par Science ATL, une organisation à but non lucratif dédiée à rassembler les gens à travers les merveilles de la science.

2015: La Chambre a assuré le leadership pour 1 milliard de dollars de financement annuel supplémentaire pour le transport en Géorgie, la première augmentation de l'État depuis 1971. En outre, la Chambre a lancé ChooseATL, une initiative visant à attirer et à retenir les talents de nouvelle génération.

2016: L'année a marqué l'adoption d'une loi pour financer 2,7 milliards de dollars pour More MARTA. La Chambre a également mené la lutte pour faire échouer la législation d'exemption religieuse.

2017: La Chambre a commencé l'année dans de nouveaux bureaux contemporains au 191 Peachtree Tower et a dévoilé sa nouvelle marque, y compris un nouveau logo et un nouveau site Web.

2018: Le Conseil des sports d'Atlanta a lancé le premier d'un trio d'événements sportifs majeurs qui seront organisés dans la région au cours des trois prochaines années : championnat national des éliminatoires de football universitaire, Super Bowl LIII et Final Four de la NCAA.

2019: Aujourd'hui, la Chambre continue d'être un catalyseur pour une région plus prospère grâce à des efforts axés sur l'innovation et l'entrepreneuriat inclusifs, les talents de nouvelle génération, le climat des affaires, les transports, le développement de la main-d'œuvre, l'éducation et la défense des intérêts de la communauté des affaires. Pour la sixième année consécutive, la Géorgie est l'État n°1 pour faire des affaires.


L'histoire de Polonnaruwa

Polonnaruwa était le centre commercial et religieux florissant du Sri Lanka il y a environ 800 ans. Il se compose de nombreux temples et édifices religieux. Pendant trois siècles, elle fut la capitale royale des royaumes Chola et Cinghalais. À Polonnaruwa, tout a commencé à la fin du Xe siècle lorsque la dynastie Chola du sud de l'Inde avait conquis le Sri Lanka.

Les Chola ont choisi Polonnaruwa comme nouvelle capitale et ont déplacé la capitale d'Anuradhapura. Leurs raisons étaient apparemment que c'était un endroit stratégiquement meilleur pour être protégé des attaques du royaume cinghalais Ruhunu dans le sud-est, et qu'il y avait moins de moustiques. LOL, je n'avais pas l'impression qu'il y avait un manque de moustiques ici, surtout le soir quand ils sortaient en essaims & #8230…

En 1070 cependant, la dynastie Chola fut rattrapée par le royaume cinghalais (le roi Vijayabahu I), qui garda Polonnaruwa comme capitale. Et c'est durant cette période cinghalaise que Polonnaruwa a atteint sa grande gloire.

Le deuxième roi (le roi Parakramabahu I, 1153-1186) a construit de nombreux grands bâtiments, de beaux parcs et un immense lac/réservoir d'eau (25 km²). Le troisième roi (le roi Nisanka Malla, 1187 – 96) a essayé d'égaler les réalisations de ses prédécesseurs, et a fini par ruiner le royaume dans ses tentatives !

Au début du XIIIe siècle, la gloire de la ville s'estompait, elle a été abandonnée et la capitale s'est déplacée vers la partie ouest de l'île où se trouve aujourd'hui Colombo. Ce fut la triste fin de l'ère de la belle Polonnaruwa en tant que capitale.


Grande histoire - beau site

Visité en mars - l'un des nombreux bâtiments du plus grand palais / temple. Grand sens de l'histoire et de la présence. Belles sculptures et piliers.

Tenez-vous à la place et cela revient à l'époque où les conseils se déroulaient.

Les piliers sont très jolis et les statues de lion.

Notre guide a expliqué qui était assis où et quand vous étiez assis en tant que membre de la chambre, vous ne pouviez pas voir le roi car il était caché par le pilier de pierre. Par conséquent, la personne devait s'avancer avant de s'adresser au roi. Fascinant et impressionnant par sa taille et les détails qui restent.

Près du musée, situé dans le parc au bord du lac. Une belle promenade et sans frais d'admission. Si vous avez du temps libre, Polonnawaru vaut le détour.

Il ne reste que la base de l'impressionnante grande salle du conseil où le roi rencontrait ses ministres et conseillers.
Les escaliers menant sont gardés par deux lions.

C'était l'un des bâtiments les plus spectaculaires de l'ancien royaume du Xe siècle de la dynastie Chola à l'époque du roi Parakramabalu. C'est dans cet édifice que le roi s'entretenait avec ses fonctionnaires et ses sujets. La plupart des colonnes de pierre sont encore debout et il y a de magnifiques sculptures d'éléphants tout autour du bâtiment et de magnifiques lions gardant les marches. Ce n'est qu'un des nombreux vestiges de la ville antique à voir.


Salle du Conseil de Polonnaruwa - Histoire

Chambre de commerce et d'industrie du district d'Ampara

Chambre de commerce et d'industrie du district d'Ampara

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district d'Anuradhapura

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district d'Anuradhapura

Association des agences de placement étrangères agréées

Association des agences de placement étrangères agréées

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Batticaloa

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Batticaloa

Chambre de Commerce et d'Affaires

Chambre de Commerce et d'Affaires

Chambre des Exportateurs de la Province Centrale

Chambre des Exportateurs de la Province Centrale

Chambre des entrepreneurs de province

Chambre des entrepreneurs de province

Chambre des femmes de la petite industrie et du commerce de la province centrale

Chambre des femmes de la petite industrie et du commerce de la province centrale

Association des marchands de quincaillerie de Ceylan

Chambre nationale des industries de Ceylan

Chambre nationale des industries de Ceylan

Chambre de Commerce et d'Industrie de la Province Centrale

Chambre de Commerce et d'Industrie de la Province Centrale

Chambre de commerce et d'industrie du district de Trincomalee

Chambre de commerce et d'industrie du district de Trincomalee

Chambre de Commerce et d'Industrie de la Province d'Uva

Chambre de Commerce et d'Industrie de la Province d'Uva

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Matale

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Matale

Chambre de commerce et d'industrie du district de Matara

Chambre de commerce et d'industrie du district de Matara

Chambre de commerce et d'industrie des femmes du district de Matara

Chambre de commerce et d'industrie des femmes du district de Matara

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Batticaloa

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Moneragala

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Moneragala

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Mullaitivu

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Mullaitivu

Association nationale de la construction du Sri Lanka

Association nationale de la construction du Sri Lanka

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Nuwara Eliya

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Nuwara Eliya

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Polonnaruwa

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Polonnaruwa

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Polonnaruwa

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Polonnaruwa

Association des entrepreneurs agricoles protégés du Sri Lanka

Association des entrepreneurs agricoles protégés du Sri Lanka

Chambre de commerce, d'industrie et d'agroalimentaire du district de Puttalam

Chambre de commerce, d'industrie et d'agroalimentaire du district de Puttalam

Centre pour le développement de l'agro-industrie

Association des importateurs d'articles sanitaires

Association des importateurs d'articles sanitaires

Chambre de commerce et d'industrie de Yarlpanam

Chambre de commerce et d'industrie de Yarlpanam

Chambre des jeunes entrepreneurs lankais

Chambre des jeunes entrepreneurs lankais

Chambre de commerce et industries du district de Galle

Chambre de commerce et industries du district de Galle

Chambre des femmes entrepreneurs du district de Galle

Chambre des femmes entrepreneurs du district de Galle

Chambre de commerce du district de Hambantota

Institut de gestion du personnel Sri Lanka

Institut de gestion du personnel Sri Lanka

Chambre de commerce internationale Sri Lanka

Chambre de commerce, d'industrie et d'agroalimentaire des femmes de Jaffna

Chambre de commerce, d'industrie et d'agroalimentaire des femmes de Jaffna

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Kalutara

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Kilinochchi

Chambre de commerce, d'industrie et d'agroalimentaire des femmes du district de Kurunegala

Chambre de commerce, d'industrie et d'agroalimentaire des femmes du district de Kurunegala

Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture du district de Mannar

Chambre de commerce et d'industrie de la province de Sabaragamuwa

Chambre de commerce et d'industrie de la province de Sabaragamuwa

Association des exportateurs de logiciels

Association des imprimeurs du Sri Lanka

Association des imprimeurs du Sri Lanka

Association des producteurs, transformateurs et exportateurs de fruits et légumes du Sri Lanka

Association des producteurs, transformateurs et exportateurs de fruits et légumes du Sri Lanka


SriLankaTravelNotes.com


Raja Sabhawa du roi Parakramabahu

Il s'agit de la salle du conseil ( Raja Sabahawa) du roi Parakaramabahu le Grand (1153 -1186 après JC). Ceci également connu sous le nom de Raja Vaishyabhujanga Mandapaya.


Plan du Raja Sabhawa du roi Parakramabahu


La statue d'un lion à l'entrée

La salle du Conseil mesure 75 pieds de longueur et 33 pieds de largeur. La conception a été faite en trois pneus. Le premier niveau le plus bas était décoré d'une rangée d'éléphants et le deuxième niveau de lions. Troisièmement, le mur le plus haut est décoré de Vamana rupa.


Sadakadapahana à l'entrée


Il y a 4 rangées avec 12 piliers de pierre dans chaque brut. Chaque pilier est décoré de sculptures. On pense que le toit s'appuyait sur des piliers de pierre probablement faits de bois et de tuiles d'argile.


Sculptures réalisées sur les colonnes

Vous pouvez voir un pahana Sadakada appartenant à l'époque Polonnaruwa à l'entrée.

Cette structure a subi quelques rénovations pendant la période Dabadeniya (13ème siècle après JC).


Gal Viharaya

Polonnaruwa Gal Viharaya (Uththararamaya) est l'une des principales attractions de Polonnaruwa. En savoir plus sur   Gal Viharaya »

Nisshanka Latha Mandapaya

Nisshanka Latha Mandapaya est situé dans le Polonnaruwa Dalada Maluwa, où se trouvait la relique de la dent du Bouddha de charge à l'époque de Polonnaruwa.
En savoir plus sur   Nisshanka Latha Mandapaya »


Salle du Conseil de Polonnaruwa - Histoire

La Chambre d'Assemblée a de nombreux fronts anciens, et la zone autour de la Maison est symbolique, avec la tablette de pierre du roi préservée.

La Chambre d'Assemblée a de nombreux fronts anciens, et la zone autour de la Maison est symbolique, avec la tablette de pierre du roi préservée.

La Maison du Parlement est une immense zone à visiter, le bâtiment lui-même est une structure à l'ancienne, entouré de sites historiques.

C'était un lieu de rencontre pour les anciens rois et ministres. Chaque pilier de pierre représentait la position d'un ministre. Cependant, le sommet du roi, le trône du lion, a été déplacé dans le musée. Bien que le bâtiment soit fortement altéré, les reliefs entourant la base sont toujours aussi beaux.

Même si vous ne savez pas à quoi servent ces piliers, vous pouvez supposer qu'ils sont en fait mieux soutenus par un bâtiment célèbre. La Chambre d'assemblée avait été lavée dans le passé et c'est devenu la même chose. Pensez à la façon dont les conseillers se sont assis dans les colonnes et en ont discuté. Imaginez les couvercles sur les piliers.

Il ne reste plus beaucoup de vestiges, mais vous pouvez vous faire une idée approximative de l'histoire du lieu grâce au guide, et le trône du King's Rock Lion a été transféré dans la capitale pour être conservé, et vous pouvez continuer votre chemin.


Histoire du comté de McCormick

Chasseurs, commerçants et bouviers En arrivant dans la région qui est maintenant le comté de McCormick au début des années 1700, j'ai découvert un paradis sauvage intact et enchanteur. Le sol vierge des collines était de l'argile rouge foncé, riche et poreux le long des ruisseaux, c'était un loam sableux profond, sombre et fertile. Toute la campagne était une savane ornée à perte de vue - tapissée de fleurs sauvages de toutes les teintes, de cannes, de pois sauvages et d'herbes indigènes à profusion, et d'arbres si éloignés les uns des autres que les cerfs et les buffles pouvaient être vus de loin.

Les collines étaient boisées de pins à feuilles courtes et de chênes, entrecoupées de cèdres, de kakis, de cerises et de criquets. Le long des ruisseaux poussaient des noyers, des peupliers, des bouleaux, des caryers et des érables. Les châtaigniers, les chênes et les peupliers le long des ruisseaux dépassaient souvent soixante-dix pieds ou plus de hauteur. Les ruisseaux aux eaux cristallines regorgeaient de poissons-chats, de perches, d'achigans, de brèmes et d'aloses. Des castors, des ratons laveurs, des loutres et des rats musqués traînaient sur leurs rives. Le sol était considéré comme ordinaire lorsque les cannes ne dépassaient pas la tête d'un homme, mais fertile lorsque les cannes atteignaient une hauteur de vingt ou trente pieds. La terre était la manne des chasseurs amérindiens. Il regorgeait de dindes, de canards, de cailles, d'oies, d'aigles, de faucons, de hiboux, d'oiseaux chanteurs et d'animaux sauvages - lapins, écureuils, opossums, renards, lynx roux, loups et couguars. Les buffles, les cerfs et les ours noirs abondaient. Le bison hirsute prêtera plus tard son nom à des endroits comme Buffalo Creek, Little Buffalo Creek et Buffalo Baptist Church dans le comté. Un chasseur de Ninety-Six a rapporté avoir compté plus d'une centaine de buffles paissant sur un seul acre près de Long Cane Creek. Des troupeaux de cerfs au nombre de soixante et soixante-dix parcouraient l'habitat naturel. Un chasseur cherokee tuait souvent deux cents cerfs en un an. Dans une bonne année, les tribus ont vendu plus de deux cent mille peaux de daim aux commerçants de Charles Town. En un seul automne, un chasseur pouvait tuer suffisamment d'ours noir pour saler trois mille livres de viande. Le sol vierge des collines était de l'argile rouge foncé, riche et poreux le long des ruisseaux, c'était un loam sableux profond, sombre et fertile. Toute la campagne était une savane ornée à perte de vue - tapissée de fleurs sauvages de toutes les teintes, de cannes, de pois sauvages et d'herbes indigènes à profusion, et d'arbres si éloignés les uns des autres que les cerfs et les buffles pouvaient être vus de loin.

John Stevens entretenait des enclos à vaches près du croisement du Cherokee Path, au-dessus de Stevens Creek en 1715. Les Cherokees appelaient le Cherokee Path, "Suwali-Nana". Les enclos à vaches de Stevens ont donné le nom au ruisseau. De même, des enclos à vaches situés sur le ruisseau Cuffeytown ont conduit à la création d'un poste de traite, probablement appelé "Cuffey Town", qui était situé du côté est du ruisseau juste au-dessus du pont sur la route américaine 378, près de Longmires, actuellement Hollingsworth. domicile. En 1756, George Bussey s'empara d'un terrain de 900 acres sur le ruisseau Horn's en aval du ruisseau Stevens. La même année, John Scott, anciennement de Cuffeytown Creek, a déménagé à Stevens Creek, où cinq ans plus tard, il a été nommé juge de paix. La colonie de Stevens Creek était un cercle de quinze milles presque entouré au sud et à l'ouest par la rivière Savannah et Turkey Creek englobant la partie inférieure actuelle du comté de McCormick.

Le traité de 1747 établit la nouvelle frontière indienne à Long Cane Creek. Il stipulait clairement qu'il n'y aurait pas de peuplement au nord de la frontière. L'effet immédiat du traité fut d'ouvrir des terres à la colonisation le long de la voie indienne.

Les Écossais-Irlandais arrivent dans les longues cannes

Après la défaite du général Edward Braddock en 1755 pendant la guerre française et indienne, les frontières de la Virginie, du Maryland et de la Pennsylvanie ont été exposées à un grand danger de la part des Français à Fort Duquesne sur la rivière Ohio et de leurs alliés indiens. Des bandes d'Indiens en guerre ont ravagé les frontières peuplées principalement d'Écossais-Irlandais. Les colons ont évacué la campagne. Pour échapper aux atrocités, cinq familles écossaises-irlandaises ont emprunté la Great Wagon Road de Virginie aux Waxhaws. Les Calhoun – quatre frères James, Ezekiel, William et Patrick, leur sœur Mary, veuve de John Noble, et leur mère Catherine. Chez les Waxhaws, ils ont été incités par une bande de chasseurs à visiter les Long Canes dans le district de quatre-vingt-seize. Les chasseurs ont donné une description élogieuse des longues cannes. Les Calhoun sont arrivés à Long Canes (aujourd'hui le comté de McCormick) en février 1756. Ils se sont installés sur un site du côté est de Long Cane Creek, où ils ont construit un fort palissade appelé Fort Long Canes. Le site était à moins d'un mile de l'actuel Long Cane A.R.P. Church, et à deux milles à l'ouest de Troie. Avant la fin de l'année, les Calhoun ont traversé Long Cane Creek et ont déménagé à quelques kilomètres au nord des Flatwoods sur Little River (près de l'actuel mont Carmel). Le Flatwoods était situé sur les terres de chasse Cherokee. Leurs voisins les plus proches étaient Robert Gouedy, un commerçant indien écossais-irlandais à Ninety-Six, et Andrew Williamson, un conducteur de bétail écossais sur Hard Labor Creek. Les Calhoun assurèrent au gouvernement provincial qu'ils avaient obtenu la permission des Cherokees de s'y installer. On ne peut pas déterminer à quel point c'était vrai. Cependant, selon le traité de 1747, la terre n'était pas légalement ouverte à la colonisation.

Les Calhoun ont rapidement demandé des concessions de terres et ont reçu des centaines d'acres dans les Flatwoods sur Little River. Patrick Calhoun obtient une députation comme arpenteur-géomètre. L'arpentage de ces parcelles a commencé le quasi-monopole de l'arpentage qu'il a occupé pendant sept ans. Ils ont défriché des terres, planté des récoltes et accumulé de la volaille, du bétail, des porcs, des chevaux et des mulets. Ces cinq familles pionnières ont ouvert la voie au développement des Longues Canes. Dès le début, les Calhoun étaient des gens de substance. D'autres colons presbytériens écossais et irlandais ont suivi les Calhoun sur la Great Wagon Road depuis la vallée de Shenandoah en Virginie. Beaucoup d'entre eux étaient des parents et d'anciens voisins des Calhoun. La plupart, comme les Calhoun, s'étaient à l'origine installés dans les bois de Pennsylvanie et s'étaient installés en Virginie lorsque l'installation est devenue surpeuplée. En 1759, le nombre de familles était passé à vingt ou trente. Parmi ceux qui se sont installés tôt à Long Canes se trouvaient la famille Arthur Patton et les familles Alexander, Anderson, Houston, Norris et Pickens. « Squire » Patrick Calhoun, le patriarche de la famille, a été nommé juge de paix et est devenu un agriculteur prospère et le chef incontesté de la colonie de Calhoun dans les Long Canes. En 1769, Calhoun a siégé, non sans beaucoup d'efforts, en tant que représentant de la paroisse Prince William en tant que premier représentant de la région à l'Assemblée royale de Charles Town. En 1775, il a été élu du district quatre-vingt-seize au premier congrès provincial. William Calhoun a également été nommé juge de paix. Il a construit un magasin sur sa place et a exercé un commerce animé avec ses voisins blancs et avec les Indiens Cherokee. Les Indiens ont apporté des peaux de daim, des peaux d'ours et de castor, du ginseng et d'autres herbes, qu'ils ont échangées contre des armes à feu et de la poudre, des outils et outils agricoles, des articles ménagers, des tissus et des rubans.

Les huguenots

Les huguenots étaient des calvinistes français ou des protestants français réformés. Comme les presbytériens écossais, ils étaient des disciples de Jean Calvin, réformateur religieux français. La colonie de New Bordeaux fut colonisée essentiellement par deux groupes distincts : le premier en 1764 sous la houlette du pasteur Jean Louis Gibert, le second par hasard en 1768. Au début de la seconde moitié du XVIIIe siècle, le pasteur Jean Louis Gibert, condamné à mort par le gouvernement français sept ans plus tôt pour sa prédication calviniste, a organisé la migration de la colonie de New Bordeaux à partir de sa base londonienne. L'intérêt du roi britannique George III dans le financement de la colonisation huguenote était de parvenir à un règlement rapide de l'arrière-pays de la Caroline du Sud après la guerre Cherokee de 1760. Ses commissaires ont désigné un emplacement dans l'arrière-pays peu peuplé, la stratégie étant de créer une zone tampon pour protéger la zone de marée de Charleston contre les soulèvements indiens.

Le voilier a glissé hors du port et s'est dirigé vers le nord en direction de la Manche et de Plymouth, en Angleterre, le 9 août 1763. Le Friendship a jeté l'ancre à Charles Town, en Caroline du Sud, le 12 avril 1764. La ville de New Bordeaux était planifié et construit dans la conception typique d'un village français sur Little River. Les maisons en rondins ont été construites sur des lots d'un demi-acre en rangées ordonnées le long de rues étroites. Une fois installés, les huguenots adoptèrent immédiatement un conseil gouvernemental local composé de cinq membres – le juge de paix, le ministre et les trois officiers de la milice villageoise. North of the village were the family, four-acre vineyard lots stretching along gentle slopes toward the river. On these mini-farms the Huguenots developed olive groves and grape vineyards. On the same lots they cultivated garden crops such as maize (Indian corn), potatoes, beans, and cabbage.

Four years later, contrary winds caused another group of colonists to join the already established settlement at New Bordeaux. Jean Louis Dumesnil de St. Pierre, a French Huguenot refugee living in London, conceived a plan to establish a colony in North America to cultivate a wine and silk industry on a commercial scale. He petitioned King George III for land to settle upon on. The British monarch approved the scheme and promised St. Pierre a land grant of 40,000 acres on Cape Sable Island near Halifax in Nova Scotia. After more than three years of preparation and anticipation, St. Pierre and his French and German protestant colonists boarded the St. Peter in London harbor for a perilous voyage bound for Cape Sable Island in Nova Scotia. They departed on September 26, 1767. When not long at sea, the St. Peter began to encounter choppy waters. Increasingly brisk winds began to lash the vessel in this record-breaking early winter season. As the weeks passed into months, gale after gale brought the fury of rain and hail and bitter-cold, winter winds. Ten of the colonists who died of scurvy in-route were forever entombed in frigid watery graves. By the first day of January 1768, the St. Peter was situated, “at latitude 41° north,” according to St. Pierre’s journal, which described the ship as “being very leaky and the Colonists reduced to three pounds of bread for nine days and very sick of the scurvy, they did oblige (him) to bear and put into the harbour of Charles Town.” The helmsman steered the brigantine carrying the colonists toward Charles Town, South Carolina. Better weather prevailed. Nearly six weeks later, the St. Peter limped into the seaport on February 10, 1768. In Charles Town, Lord Charles Montagu encouraged St. Pierre to settle his Protestant colonists in the South Carolina back country with the French Huguenots at New Bordeaux. Huguenot Parkway at Sheridan.

The German Palatines

Johann Heinrich Christian, Sieur de Stumpel was a German of high position. For several months he enlisted Germans who turned over everything of value to de Stumpel’s agent – homes, land, and personal property. A good portion of the colonists were from the area called the German Palatinate – the entire group has usually been referred to as “Palatines.” The riverboats arrived. De Stumpel’s plan was set into motion. The boats slid along the Rhine River picking up German emigrants who had assembled at numerous points. The voyagers were conveyed down the Rhine to the seaport of Rotterdam in the Netherlands. At Rotterdam the excited Germans boarded ships. The ships set sail upon the open sea. There was great jubilation among the passengers as they lost sight of land. They expected to touch port briefly in England where Sieur de Stumpel would be waiting to pay for passage and to make the final arrangements for their settlement in Nova Scotia, and then to put to sea for the journey to the Americas. Finally, after a year of soulful deliberation, apprehension, preparation, and severance from the land of their birth, these bold-spirited German colonists were on the way – Auf dem Weg zum Schlaraffenland! (On the way to the “wonderland!”) So they thought! When the ships docked in London in late August everything went out of whack. Sieur de Stumpel was nowhere to be found, and there was no sign of any agent who might be working for him. The shipmasters were enraged. They demanded passage money. The refugees had none. The Germans were mercilessly thrown off the ships, and their baggage was confiscated. They had no food, no money, no clothes, and no way of communicating with the English-speaking people gawking at them. And they had no leader in their group. They were totally destitute! Finally, leaving the wharf, the bedraggled refugees struggled past the warehouses and into a road that led them to Whitechapel Fields where they sat down along the common. That night a cold rain drenched them. For two days they had no food. Their luck changed a little when an English baker saw them and brought them loaves of bread. After several days without food, except for the loaves, word of their destitution reached the Reverend Gustav Anthon Wachsel, pastor of the new German Lutheran church in London called St. George’s. The church had been built by the pastor’s uncle, a rich German named Beckmann, for the many Germans working in sugar refineries of the neighborhood. The pastor caused the state of their wretched plight to be published in a London newspaper, and immediately went to the aid of the refugees. His parish quickly mobilized and began relief work. The military raised tents to reduce their exposure to the weather. By this time there had already been deaths among the emigrants. As a result of the newspaper coverage, Lord Halifax directed an appeal to the King to intervene and to settle the German Palatines in America. Sieur de Stumpel never showed up. Nor did his agent. After several weeks, the refugees were told that they would be settled in South Carolina. London’s Gentlemen’s Magazine for Tuesday, September 13, 1764, wrote, “In compliance with a petition for that purpose, his Majesty has been graciously pleased to order, that the Palatines now so liberally provided for shall be sent to, and established in Carolina, for which purpose 150 stand of arms have been already delivered out for their use and contracts were made for their immediate transportation.”

Six weeks later vessels with German refugees aboard lifted anchor, and set sail from London, bound for Charles Town, South Carolina. Ihre Reise war wiederum im Fortschritt! (Their journey was under way once again.) The Dragon, commanded by Francis Hammot dropped anchor on the night of December 13, 1764. After nine weeks at sea the voyage was over.

As instructed, Patrick Calhoun built the large community house near Hard Labor Creek. It served as a “center” until the settlers could get settled on their individual tracts of land. In February 1765, the rest of the German colonists arrived in Charles Town aboard Captain Lonley’s Planter’s Adventure. The Lieutenant Governor intended to settle the Germans very near the French Huguenots of New Bordeaux, and the Scots-Irish of the Long Canes. But, upon learning of the still present threat of Indian raids, the German Palatines chose to settle several miles southeasterly. A township containing some 25,000 acres was laid out, and named Londonborough in honor of their London benefactors. The German colonists selected lands in the vicinity of Hard Labor Creek, Cuffeytown Creek, Horsepen Creek, Sleepy Creek, Rocky Creek, Mountain Creek, and Turkey Creek.

African Americans entered the county early. About 1755, John Scott, a Scots-Irish trader with at least five African slaves, took up a tract of land. His son Samuel Scott established a ferry on Savannah River near the present-day town of Clarks Hill. Other settlers, including George Bussey, brought slaves with them, and located in that same valley that came to be known as Stevens Creek settlement – a fifteen-mile circle nearly surrounded on the south and west by Savannah River and Turkey Creek.

At about the same time, John Chevis, a free black carpenter from Virginia, with a wife, nine children, and a foundling infant, was granted a tract of land on Little River, five miles above its junction with Long Cane Creek. It appears that Chevis had initially come into the Stevens Creek settlement.

By the beginning of the American Revolution there were African slaves in Stevens Creek, the Long Canes and New Bordeaux settlements, and other areas of present day McCormick County. In 1790, one fourth of the white families owned slaves.

The Long Cane Indian Massacre

February 1, 1760, was a cold, winter day in the Calhoun settlement at Long Canes in present-day McCormick County. During the morning, the settlers received the alarm of an impending attack planned by Indian warriors from the Lower Towns and the Middle Towns of the Cherokee Nation. Risking her life, Cateechee, a Cherokee maiden, rode some seventy miles on horseback from her Keowee home in the Lower Towns to warn settlers. The daring dash by Cateechee probably saved the Long Canes settlement from total annihilation.

The settlers of Long Canes hastily began preparations to flee some sixty miles south to Tobler’s Fort at Beech Island in New Windsor Township, just across the Savannah River from Augusta, Georgia. Within hours of the warning a first group of over a hundred persons left the Long Canes and would reach Tobler’s Fort unmolested. Shortly thereafter the rest of the settlers moved out in a wagon train of about 150 persons. Travel was hampered due to the ground being soggy wet from recent rainy weather. After traveling a few miles, they reached Long Cane Creek where they experienced great difficulty in crossing the creek and climbing the hill on the east side. By that time, it was late and the decision was made to make camp for the night.

Meanwhile, a Cherokee war party of about a hundred Indian braves, reportedly led by Chief Big Sawny and Chief Sunaratehee, arrived at the Long Canes settlement and found it abandoned. They pursued the trail of the settlers for a while and decided to cease pursuit. At the moment, they were about to turn around, they faintly heard shouts of the fleeing settlers as they probably were making the creek crossing. The war party quickly resumed pursuit, crossed the creek at another site and went into hiding. When at their most defenseless moment, the Indians attacked. The campsite was at once a scene of total pandemonium. In the wild confusion only a few of the fifty-five to sixty fighting men could lay hand on their guns. Women and children scrambled for any available cover and became separated. Casualties among the settlers mounted very quickly. The men were able to hold off the attacking Indians for no more than a half-hour. Realizing the futility of further resistance, the surviving settlers, aided by then night, assembled as best they could and fled on horses, leaving behind the wagons containing all their earthly possessions. In the short half-hour, the Long Canes settlers suffered fifty-six killed and a number taken captive. The Cherokee raiding party sustained twenty-one killed and a number wounded. Among the killed was Chief Sunaratehee. 2 mi. west of Troy, Sec. Rd. 36, Rd. 341.

The Battle of Long Canes was fought by Patriot militia against British and Loyalist forces on the east side of the creek December 12, 1780 during the Revolutionary War. 2 mi. west of Troy on Sec. Rd. 36.

Vienna, the first commercial center in present-day McCormick County, is now a ghost town under the waters of Lake Thurmond. Located five miles southeast of present-day Mt. Carmel, Vienna was one of three thriving sister cities that developed on Savannah River in the late 1700s. Opposite on the Georgia side in the fork between Savannah and Broad rivers was Petersburg, and on the south side of Broad River and Savannah fork was Lisbon, both in then Wilkes County. The location of the three towns where two rivers met was a great advantage in water transportation. Yet the trade centers needed land transportation for bringing in the products of plantations, especially tobacco and cotton to be shipped and for travel. The towns were made accessible for wheeled conveyances, and became the location where land travel from western South Carolina and from the north and east of upper Georgia crossed. An integrated stage line from Milledgeville, Georgia to Washington, D. C., ran through Petersburg and Vienna as did a United States mail route. Flat boats called Petersburg Boats carried loads of tobacco, cotton, and flour down river to Augusta. Two ferries provided constant service across the River. Westward migration brought a drastic decline in the prosperity of Vienna and her sister cities Petersburg and Lisbon by the early 1820s. The town government of the dying town was abandoned in 1831. 5 mi. southwest of Mt Carmel, at end of Sec. Rd. 91, under water.

John de la Howe, (1710–1797) a French physician, came to South Carolina ca. 1764 and settled in the New Bordeaux French Huguenot community. His will left most of his estate, including Lethe Plantation, to the Agricultural Society of South Carolina to establish a home and school for underprivileged children. The Lethe Agricultural Seminary was founded here after de la Howe’s death in 1797.

Initially restricted to twenty-four boys and girls from what was then Abbeville County, with preference given to orphans, the school emphasized manual training, or instruction in operating a self-sufficient farm. In 1918, the school was turned over the State of South Carolina, opened to children from every county in the state, and renamed John de la Howe School. It is now a group child care agency. On Route 81, 2 mi. southwest of Route 28.

The quest for gold occupies a unique chapter in the annals of American history. It occupies a special place in the history of the Town of McCormick. The zealous quest for the precious metal influenced two men to the extent that it induced the spawning of the settlement and then town that became McCormick. In spite of their mutual interest the two men probably never met. The first was William Burkhalter Dorn’s unrelenting search for and discovery of gold. Dorn’s discovery of the mother lode at Peak Hill in 1852 insured the Dorn Mine a top spot in nineteenth century gold mining in South Carolina. Dorn made extensive investments in real property in the area and was an outstanding philanthropist. As a result of Dorn’s Mine a small settlement called Dorn’s Gold Mines sprang up around the mines. A post office by that name was established in 1857. Cyrus Hall McCormick’s investment in and ultimate purchase of the Dorn Mine from Billy Dorn, and his influence in the acquisition of a railroad terminal at the site clinched the permanence of the Town of McCormick. McCormick’s interest in securing a railroad connection to the Augusta and Greenwood Railroad was an attempt to boost the success of his gold and manganese mines.

Interest in the Dorn Mine was greatly increased because of the participation of the great nineteenth century industrialist Cyrus McCormick. The man who single-handedly changed the face of American agriculture would not experience similar success through his investment in the Dorn Mine, but he will be remembered for adding an engaging chapter to the saga of the mines, and for ensuring the future of the Town of McCormick. Cyrus Hall McCormick, born February 15, 1809, on the family farm Walnut Grove, in Rockbridge County, Virginia, was of Scots-Irish ancestry. At the age of twenty-two, McCormick devised the invention which would change his life and dramatically increase the efficiency of the American farmer. In 1831, and in only six weeks to develop the world’s first successful reaping machine. In all the centuries prior to 1831, there had been invented but two new agricultural implements for harvesting: the scythe (sixteenth century) and the cradle (eighteenth century). From that beginning in 1831, he rose to national prominence. Envisioning Chicago as the future railroad hub and gateway to the expanding West, he chose the Windy City as the site of his factory in 1847. Within two years, he repaid his creditors, and McCormick and Company (later known as International Harvester) was a sensational success.


Loved this

Even regular folks are now able to visit the king's chambers, unlike back in the day. Walk up a flight of stairs, and you can have the same view royalty did back in the day. There is no roof, but many of the columns are still there.

All that is left from the King's Council Chamber is a raised stone platform, nicely decorated with three bands of elephants at the bottom, lions on the next level up and big belly dwarfs on the top level The platform supports four lines of nicely decorated stone pillars, then there are to stairways guarded by carved lions and having a moonstone at the bottom. It is one of the better preserved and very much worth your time

In the current times, what remains of the King's Council Chamber is a raised, narrow platform accessed by steps. There are some broken pillars, which must have supported the roof, during the times, it was in use as a chamber for council. It is an interesting structure, but not worth spending too much time.
It is located near the Royal Palace and can be covered in a short duration of time.

It is easy to imagine the Kings and their courtiers occupying this platform debating matters of state. The moonstone and carvings on the steps leading to this elevated area are well worth spending time examining. Very impressive.

We loved this majestic ruined council building where the ancient kings held meetings of governance and ceremonial occasions.
It has two lines of stone columns with ornate carvings on them that once held up the long since gone roof.
The steps are especially beautiful, embellished with carvings, most notably of two lions. There is an impressive moonstobe at the base. Outside of the sacred quadrangle this is one of the most impressive sites in Polonnaruwa and is a must see.

This is the version of our website addressed to speakers of English in India . If you are a resident of another country or region, please select the appropriate version of Tripadvisor for your country or region in the drop-down menu. Suite


Nice Platform .

Stand in the place and it gets back to old days where councils happened .

Pillars are very nice and lion statues .

Our guide explained who sat where and when you sat as a memeber of chamber you could not see the King as was hidden by the stone pillar. Therefore the person was required to step forward before addressing the King. Fascinating and i pressive in size and the detail that still remains.

By the museum, located in the park by the lake. A nice walk and no admission fee. If you have any spare time Polonnawaru, worth a visit.

Only the base remains of the impressive large council chambers where the king met with his ministers and advisors.
The stairs leading up are guarded by two lions.

This was one of the most spectacular of the buildings remaining from the ancient tenth century kingdom of the Chola dynasty at the time of King Parakramabalu. It was in this building that the king conferred with his officials and subjects. Most of the stone collumns are still standing and there wonderful carvings of elephants all round the building and splendid lions guarding the steps. This is only one of many remains of the ancient city to see.


Voir la vidéo: Around Polonnaruwa Cinematic Video. Polonnaruwa. Gal Viharaya. Ancient City Polonnaruwa (Décembre 2021).