Podcasts sur l'histoire

Alfred Robb - Histoire

Alfred Robb - Histoire

Alfred Robb

(StwStr: t. 86; 1. 114'9"; b. 20'; dph. 4'; dr. 4'6"; s. 9.5 k.; cpl.30; a. 212-pdr. r., 212 livres sb.)

Alfred Robb-un bateau à vapeur à coque en bois et à roue arrière construit à Pittsburgh en 1860 fonctionnait sur la rivière Ohio et les autres cours d'eau navigables du système de bassin versant du Mississippi jusqu'à ce qu'il soit acquis par le gouvernement confédéré à une date désormais inconnue au cours de la première année du Guerre civile pour utilisation comme moyen de transport.

Des sondes de reconnaissance remontant le fleuve Tennessee par des canonnières fédérales avaient convaincu les dirigeants de la marine de l'Union dans la région que les forces du Sud avaient détruit ce navire après la chute de Fort Henry, de peur qu'il ne tombe entre les mains du Nord. Néanmoins, Alfred Robb est resté en sécurité et actif jusqu'à ce que le lieutenant William Gwin, qui commandait la canonnière à roues latérales Tyler, l'ait saisie à Florence, en Alabama, le 21 avril 1862. Cette capture et l'incendie du bateau à vapeur Dunbar à proximité de Cypress Creek à environ en même temps, le Tennessee a été libéré des rapides navires confédérés à flot, donnant aux navires de guerre de l'Union le contrôle complet du fleuve.

Gwin a placé un équipage de 11 hommes sur le prix et a rebaptisé son Lady Foote en l'honneur de l'officier général Andrew H. Foote - qui commandait alors la flottille occidentale dont Tyler faisait partie - et sa femme. Cependant, Foote a trouvé cette action embarrassante et a demandé à Gwin de restaurer le nom d'origine du navire.

Étant donné que la Confédération détenait toujours une grande partie du Mississippi, il était impossible d'envoyer Alfred Robb devant un tribunal fédéral pour entendre les affaires d'amirauté. Par conséquent, après que le prix ait descendu les rivières Tennessee et Ohio jusqu'au Caire, III., il y a été équipé pour le service dans la flottille occidentale sans arbitrage préalable. À la fin de sa conversion en une canonnière dite « plaquée d'étain », Alfred Robb a commencé son service dans l'Union au début de juin 1862.

Apparemment non commissionné, Alfred Robb - par la suite appelé simplement Robb - quitta le Caire dans la nuit du 3 au 4 juin, remonta l'Ohio jusqu'à Paducah, dans le Kentucky, et remonta le Tennessee jusqu'à Pittsburgh Landing où, deux mois auparavant, les canonnières de l'Union avaient a soutenu le flanc de la rivière de l'armée assiégée du major-général Ulysses S. Grant, transformant une défaite hautement probable en une victoire de l'Union connue dans l'histoire sous le nom de bataille de Shiloh.

En atteignant ce petit port au bord de la rivière, Robb - avec le "second maître" Jason Goudy en charge - a signalé son arrivée au major Henry W. Halleck et a commencé près de trois ans à protéger et à soutenir les troupes de l'Union qui se battaient pour contrôler la terre entre le Mississippi et les montagnes des Appalaches.

Alfred Robb atteint Pittsburgh Landing à un moment critique de la guerre. Sur le Mississippi, la flottille occidentale faisait équipe avec la flotte Ellet Ram pour détruire la flotte de défense fluviale de la Confédération lors d'un combat acharné à Memphis, Tennessee. Leur victoire donna à l'Union le contrôle de la rivière aussi loin au sud que Vicksburg, Mississippi. Pendant ce temps, la puissante concentration de forces fédérales qui avait prévalu à Shiloh s'est déplacée vers le sud et a capturé Corinth, Mississippi. Elle s'est ensuite divisée, Grant poussant vers Vicksburg le long d'un chemin à peu près parallèle au Mississippi tandis que les troupes de Buell se tournaient vers l'est dans la direction générale de Chattanooga, Tenn. Pour arrêter l'avancée de ces forces de l'Union qui pénétraient profondément dans le cœur confédéré, les défenseurs du Sud ont riposté avec des attaques de guérilla, des raids de cavalerie et des contre-poussées prolongées par des armées entières. Toutes ces mesures visaient à couper les lignes de communication et d'approvisionnement du Nord. Les chemins de fer de l'Union, les convois terrestres de wagons et les navires de ravitaillement sont rapidement devenus les cibles préférées des Confédérés ; et l'importance de maintenir le contrôle de l'Union sur les rivières grandit rapidement pour assurer aux troupes fédérales un flux constant de fournitures et de munitions.

La responsabilité de la sécurité de l'Ohio et de ses affluents pour la logistique de l'Union par voie d'eau a été confiée aux canonnières de la flottille occidentale. Le 20 août 1862, le commandant de cette organisation, le commodore Charles H. Davis—reconnaissant que ". le service des canonnières des fleuves supérieurs avait soudainement acquis une nouvelle importance"—accusa le Comdr. Alexander M. Pennock, son capitaine de flotte et commandant de la station navale d'Umon au Caire, de prendre ces petits navires de guerre sous son « soin particulier ». avec le lieutenant LeRoy Fitch en commandement immédiat.

Comme elle opérait déjà dans cette région, Alfred Robb était l'une des canonnières de Fitch et, sauf pour de brèves affectations occasionnelles sur le Mississippi, elle a servi sur les rivières supérieures jusqu'à la fin de la guerre civile. L'un des moments forts de son service s'est produit dans la nuit du 3 février 1863 lorsqu'elle a rejoint plusieurs autres navires de guerre de l'Union pour repousser une attaque féroce de quelque 4 500 soldats confédérés contre la petite garnison fédérale de Fort Donelson, Tenn. Le 19 juin 1863, une équipe de débarquement d'elle engagea une force confédérée d'environ 400 soldats. Le commandant de Robb a estimé que les confédérés ont perdu environ 50 hommes, tués ou blessés, tandis que son navire a subi la perte d'un seul homme tué et deux blessés.

Après la fin de la guerre civile, Alfred Robb a été désarmé à Mound City, III., le 9 août 1865. Vendu aux enchères publiques là-bas le 17 août 1865 à HA Smith, le navire a été rebaptisé Robb le 9 septembre 1865 et a servi sur le système du fleuve Mississippi jusqu'en 1873.


La Bible de la famille Robb

J'ai mentionné à plusieurs reprises que mon intérêt pour l'histoire de la famille Robb avait été suscité à l'origine par la cousine de mon père, Edna Robb (1915 - 8211 1995), fille de Thomas Bowman Robb (1887-1963). Edna a visité l'Angleterre depuis la Nouvelle-Zélande en 1972, alors que j'avais environ 16 ans, et a apparemment passé du temps pendant qu'elle était ici à rechercher ses racines. Je l'ai rencontrée lors d'une fête de famille à Monmouth Road, East Ham, juste avant son départ pour la maison, quand je me souviens qu'elle parlait de notre ascendance écossaise commune et faisait même des affirmations audacieuses sur notre descendance de Rob Roy MacGregor.

Edna a laissé une collection de feuilles dactylographiées, dont nous avons emporté une copie, qui semblaient reproduire des informations d'une Bible familiale. Chose frustrante, je ne me souviens pas qu'elle ait dit où elle avait obtenu ces documents, si elle ou quelqu'un d'autre était responsable de les transcrire, ou qui était maintenant en possession des originaux. Tous mes efforts pour en savoir plus, notamment en contactant mes parents néo-zélandais survivants, ont jusqu'à présent été vains. Quelque part là-bas, peut-être, se trouve une Bible de famille Robb, et je vis dans l'espoir que le parent éloigné qui la possède traversera un jour ce blog et entrera en contact.

Les feuilles dactylographiées d'Edna ont marqué le début de ma passion pour la généalogie. Je me souviens m'être penché sur eux quand nous sommes rentrés à la maison, en essayant de comprendre les liens entre les générations et en reculant avec un mélange de surprise et d'incrédulité à l'idée que nous descendions de l'aristocratie écossaise à travers le lien supposé avec le vicomte Stormont . À ce jour, je n'ai pas pu trouver de confirmation indépendante de ce lien, ou de l'affirmation connexe selon laquelle mon (sans nom) 4 x arrière-grand-père était d'une manière ou d'une autre impliqué dans la rébellion jacobite de 1745.

À partir des pages d'Edna, j'ai pu construire mon premier arbre généalogique Robb, retraçant la famille à travers six générations jusqu'à Charles Edward Stuart Robb (1779 – 1853), qui est né dans l'Aberdeenshire et a déménagé avec sa famille par le biais de Yorkshire à Londres au début du 19e siècle. Le processus de reconstruction n'a pas été facile. Le document a manifestement été écrit par diverses mains - un fait qui est déguisé par sa retapis - et les sections ne sont pas toujours clairement attribuées à des auteurs individuels. Mais cela a fourni un point de départ crucial, sur lequel j'ai pu m'appuyer, surtout après que des documents ont commencé à apparaître en ligne au cours de la dernière décennie et que des sites tels que Ancestry et Scotland's People ont rendu la recherche de ses racines infiniment plus facile.

J'ai pensé qu'il serait utile de reproduire le document dans son intégralité sur ce site. Vous verrez qu'il se divise naturellement en trois sections. Le premier bloc de texte (jusqu'à et y compris les informations sur les Seager) a évidemment été écrit par mon arrière-grand-père, Charles Edward Robb (né en 1851) , car il fait référence à William Robb (1813-1888) comme son père et à Charles Edward Stuart comme son grand-père. La deuxième section, qui se termine par 󈥴.6.80 W.Robb’ a été évidemment écrite par Charles’ père William (mon arrière-arrière-grand-père), et comprend des informations cruciales et fascinantes sur les racines de la famille à Fisherford, Aberdeenshire, le lien supposé avec le vicomte Stormont et l'occupation de bureau de son oncle, le révérend William Robb. Charles ajoute ensuite utilement une note confirmant quand son père William a écrit ce « mémorandum » 8217.

La troisième section du document s'intitule "Copié du registre de la Bible de famille du lundi 2 novembre 1885". Cependant, il a évidemment été mis à jour après cela, car il comprend des informations sur des événements ultérieurs, tels que William Robb mort en 1888. Cette section doit avoir été écrite, ou copiée, par Charles Edward Robb, car elle fait référence à Fanny Sarah (Seager) Robb en tant que « mère » et décrit le « père » (c'est-à-dire William) se remariant ( à Marianne Mansfield Palmer) en 1854. Les sous-sections, séparées par des lignes, fournissent utilement des détails sur les naissances, les mariages et les décès de quatre générations. Les sous-sections détaillent tour à tour : Charles Edward Stuart Robb et sa femme Margaret Ricketts Monteith leurs enfants William Robb et Fanny Sarah Seager et leurs enfants William Robb et Marianne Mansfield Palmer et leurs enfants Charles Edward Robb et sa femme Louisa Bowman les enfants de Charles et Louisa, se terminant par la naissance d'Arthur Ernest Robb (mon grand-père) en 1897.

Le document original doit avoir été mis à jour pour la dernière fois en 1905 ou après, puisque le dernier événement qu'il enregistre est le décès de l'épouse de Charles, Lousia (mon arrière-grand-mère) cette année-là. Puisque le dernier contributeur au document était Charles, je soupçonne que l'original et/ou la Bible de famille est en possession d'un de ses descendants. Mon grand-père, Arthur Ernest Robb, était le plus jeune enfant d'une famille nombreuse et ne semble pas avoir hérité de beaucoup de documents familiaux ou d'héritage de son père. Parmi ses frères aînés, Charles William, un Royal Marine, est décédé à Aden en 1904 et Thomas Bowman a émigré en Nouvelle-Zélande et semble de même n'avoir hérité d'aucun document. Cela laisse Joseph John (né en 1880) qui a épousé Alice et a eu un fils Arthur (c'est l'étendue de mes connaissances) et David Edward, qui a épousé Margaret Everard et a eu trois enfants Charles, Frank et Enid (et dont j'ai parlé dans ces messages). Il semble probable que toute Bible de famille ou documents connexes seraient entre les mains des descendants de Joseph ou de David.

Voici donc le document dans son intégralité :

Grand-père : Charles Edward Stuart Robb. Né dans l'Aberdeenshire.

Grand-mère : Margaret Ricketts Monteith. Marié à Sainte Mangouste

Glasgow, 15 octobre 1802.

Père : William Robb. Né à Richmond, Yorkshire le 25 octobre 1813.

Marié à Fanny Sarah Seager à St. George the Martyr, Queen Street,

Bloomsbury, Londres, 23 mai 1836, né le 22 novembre,

1814. Elle était la fille de Samuel Hurst Seager et Fanny

sa femme anciennement Fowle. Ses frères et sœurs étaient :

Elizabeth Seager ) Ce sont tous en Nouvelle-Zélande.

et Julia Seager qui a épousé Charles Lambert qui est l'un

des greffiers du commissaire de la folie, Whitehall

Je ne sais pas grand-chose sur mes propres oncles et tantes, mais je connais le frère aîné de mon père, le révérend. William Robb fut pendant quelque temps professeur de grec au Collège de St Andrews, Fifeshire. Il n'a jamais été marié. J'avais un oncle James qui, à la mort de mon oncle William, a pris possession de la propriété de Fisherford dans l'Aberdeenshire et a laissé des enfants combien je ne sais pas, mais j'ai entendu dire que James, l'aîné, est allé en Amérique depuis de nombreuses années. J'avais aussi un oncle George qui est mort il y a de nombreuses années en laissant des enfants mais je ne sais pas combien. J'avais aussi une tante qui s'appelait Penelope, mais à l'exception de mon oncle William, je n'en ai jamais vu ni entendu quoi que ce soit d'eux. Le dernier dont je me souviens de mon oncle William, c'est quand j'avais 3 ou 4 ans le voyant lors d'une visite chez mon père à Malton dans le Yorkshire, quand il s'arrêtait quelque temps et me prenait sur ses genoux et me disait d'être un bon garçon et il ferait de moi un gentleman. Depuis ce moment où il a quitté Malton pour rentrer chez lui, je n'ai plus jamais entendu parler de lui jusqu'à la mort de mon père en 1853, j'ai trouvé dans ses papiers une lettre de l'évêque Law, Premier d'Écosse, lui racontant la mort de mon oncle survenu vers 1838. Mes frères et sœurs qui ont vécu pour grandir étaient : -

Charles Edward, né en 1809 et décédé en 1836 (septembre)

Mathilde, née en 1806 et décédée en 1870.

George William né le 13 octobre 1811. Mort de la grippe en 1848.

Elizabeth née en 1820 (21 juin), décédée en 1863.

(Je pense que ces dates sont correctes) et

John qui, je crois, vit maintenant, né le 3 mars 1816. Je dis

Je crois qu'il est vivant mais je ne l'ai pas vu depuis 3 ou 4

années et il ne m'a jamais dit où le trouver.

Je crois qu'il est à Londres car on me dit qu'il a été vu.

Ma mère Margaret Ricketts Monteith était la fille unique de John Monteith et de Matilda sa femme qui était la fille du vicomte Stormont qui était engagé ainsi que le père de mon père dans l'affaire de la tentative du prince Charles de gagner la couronne 1745/6.

Ce qui précède est une copie d'un Mémorandum écrit par mon Père le 20 juin 1880.

COPIÉ DU REGISTRE DANS LA BIBLE DE LA FAMILLE LUNDI 2 NOV. 1885

Charles Robb, marié à Glasgow le 15 octobre 1802. Décédé le 10 juin

1853. Âge 72 ans. Inhumé à St. John's, chemin Waterloo.

Margaret Monteith, décédée le déc. 1 er 1843. Enterré Saint Martins

dans les champs. Âge 62 ans.

Matilda Née Aberdeen, dimanche 17 mars, baptisée le 31 mars

1805, Chapelle St Paul, Marié en 1860, Frederick King.

George William, né à Alloa le samedi 8 novembre, baptisé

23 novembre 1806. Décédé le 26 février 1807.

Isabelle Maria. Né le 15 avril 1808, décédé le 7 mai 1808 à Kilmarnock

Charles Edouard. Né à Whitby mercredi 7 février, baptisé

21 février 1810. Décédé le 27 septembre 1836. À l'âge de 26 ans.

Enterré à St.Martin dans les Champs.

Georges Guillaume. Né à Richmond, Yorkshire, dimanche 13 octobre

baptisé le 8 novembre 1811, décédé le 8 décembre 1847. Âgé de 36 ans.

William, né à Richmond Yorkshire, le lundi 25 octobre,

Baptisé le 19 novembre 1813, décédé le 4 août 1888, âgé de 75 ans.

Elisabeth. Né à Malton, le 21 juin Baptisé le 12 juillet 1820

Marié St. Martins in the Fields à Joseph Boden le 22

Fébé. 1841, décédé le 10 janvier 1860, à l'âge de 39 ans.

Inhumé au cimetière de Tower Hamlets.

John, né à Malton, le mardi 5 mars, baptisé St. Michaels

William Robb épousa le 23 mai 1836. Fanny Sarah Seager qui était

né à St. Clements Danes le 22 novembre 1814.

Fanny Margaret Monteith, née en février 1838, décédée en février 1840

Âge 2 ans. Inhumé à Spa Fields, à Londres.

William Henry, né le 7 avril 1841,

Elizabeth Margaret, née le 1er décembre 1843.

Matilda Fanny, née le 8 mai 1846.

Charles Edward, né le 22 janvier 1851.

Mère décédée le 26 janvier 1851, enterrée au Tabernacle

Le père s'est marié le 5 juin 1854 à St. Clement Danes à Marianne Mansfield Palmer qui est née le 4 décembre 1830 à Longton, Staffordshire.


Les Robbs

Les Robbs - le frère aîné Dee Robb (guitare, chant), Joe Robb (guitare, chant) et le plus jeune frère Bruce Robb (claviers, chant) - ont commencé leur longue carrière dans leur ville natale d'Oconomowoc, WI
Lire la biographie complète

Biographie de l'artiste par Bryan Thomas

Les Robbs - le frère aîné Dee Robb (guitare, chant), Joe Robb (guitare, chant) et le plus jeune frère Bruce Robb (claviers, chant) - ont commencé leur longue carrière dans leur ville natale d'Oconomowoc, WI (près de Milwaukee) en tant que un groupe pop pour adolescents qui s'appelle Dee Robb & the Robbins. Sous le nom de Robby & the Robins, ils ont enregistré "Surfer's Life" pour le label Todd, qui est depuis apparu sur de nombreuses compilations de surf. Lors d'une tournée estivale, leur guitariste faisait face au tableau de bord, le groupe a donc dû remanier la composition et faire venir son cousin, Craig Robb (de son vrai nom Craig Krampf) en remplacement à la batterie. Le groupe a ensuite changé de nom pour devenir les Robbs et a persévéré, jouant de la pop douce et harmonieuse dans la veine des Cowsills, des Monkees ou de Paul Revere & the Raiders. Krampf et les trois frères Robb se sont produits dans tout le Midwest, apparaissant comme l'acte d'ouverture sur les projets de loi avec les meilleurs actes de la journée. Ils ont finalement été découverts par l'imprésario musical Dick Clark, qui les a fait se produire à sa Teen World's Fair à Chicago. Peu de temps après, les Robbs ont été signés chez Mercury Records (le label qui avait alors signé les quatre frères Cowsill avant de laisser tomber le groupe après deux singles) et ont enregistré leur premier disque, qui est sorti en 1967. Ils sont apparus à la télévision Where the Action Is et, avec Buffalo Springfield, a ouvert pour les Turtles. Clark a ensuite invité les Robbs à être des habitués de son émission de télévision, alors le groupe a déménagé en Californie. Là, ils sont devenus le groupe de soutien de Del Shannon, Gene Pitney, Bobby Vinton et d'autres. Les Robbs ont signé avec Atlantic pour quelques singles. Puis - avec l'aide de Shannon - a signé avec Dunhill Records d'ABC et a changé son nom en Cherokee au début des années 70. En tant que groupe country-rock, ils ont sorti un album, produit par Steve Barri, qui comprenait des performances supplémentaires des anciens Byrds Chris Hillman et Sneaky Pete Kleinow. Chaque membre de la formation originale de Robbs a finalement quitté le groupe jusqu'à ce que seul Krampf reste. Il a trouvé un emploi continu et stable en tant que batteur de session, tandis que Dee, Joe et Bruce Robb, quant à eux, se sont tournés vers l'ingénierie et la production. Depuis, ils sont devenus très prospères en tant que propriétaires/exploitants de leurs propres studios Cherokee, à West Hollywood, en Californie, et des studios Cherokee Ranch, qui étaient situés à côté du Spahn Ranch dans les années 60, avant de déménager à Chatsworth, en Californie. Les Robbs sont des producteurs/ingénieurs primés d'innombrables artistes platine, dont Rod Stewart, John Cougar Mellencamp, Alice Cooper et Steely Dan, pour n'en nommer que quelques-uns.


Un nouveau blog sur mes ancêtres de Glasgow

24 Lundi juin 2019

J'ai commencé un nouveau blog – Merchant City Cousins ​​– qui découle de mes recherches sur la famille de mon 4e grand-oncle, George Robb, un marchand au début du XIXe siècle à Glasgow et le frère de mon 3e arrière-grand-père. , Charles Edward Stuart Robb.

John Knox, ‘Old Glasgow Cross or the Trongate’ , Glasgow Museums, via artuk.org

Bien que ma recherche d'informations sur George Robb ait commencé comme une tentative d'établir son lien avec ma propre famille, je suis vite devenu intrigué par son histoire, et celle de sa famille élargie, pour elle-même. J'ai découvert que lui, sa femme et ses enfants faisaient partie d'un réseau de familles liées par le mariage qui comprenait des marchands, des fabricants, des propriétaires de plantations, des avocats, des artistes et des administrateurs – dont beaucoup étaient impliqués dans le tristement célèbre « commerce triangulaire » qui reliait Glasgow à l'Afrique. et le Nouveau Monde.

C'est l'histoire de cette famille élargie - d'intérêt en soi, mais aussi un aperçu fascinant de la vie à Glasgow et des liens de la ville avec le Nouveau Monde, au XIXe siècle - que j'ai l'intention de raconter dans le nouveau blog .


Ce nom de famille figure dans le top 162 000 noms du recensement américain de 2010. (Il doit y en avoir au moins 100 pour faire la liste).

Il y a 13402 enregistrements ROBB répertoriés dans le recensement américain de 2010, et c'est le Numéro 2686 nom classé. Un ROBB compose 4,54 sur 100 000 personnes dans la population.

Autres données du recensement américain pour ROBB
89,46% sont blancs seuls (non hispaniques)
5,48% sont noirs seuls (noirs non hispaniques ou afro-américains seuls)
2,31 % sont d'origine hispanique ou latino
0,7% sont asiatiques seuls (asiatiques non hispaniques et natifs hawaïens et autres insulaires du Pacifique seuls)
0,37 % sont des Indiens d'Amérique (Indiens d'Amérique non hispaniques et natifs de l'Alaska seuls)
1,68% non hispanique Deux races ou plus


Nounours Robb

Teddy Robb a un léger sens du grain qui se cache sous sa livraison en douceur, et un soupçon de charme à la maison est ce qui le distinguait parmi les chanteurs country chantant un mélange de pop, de R&B et de country à la fin des années 2010. Sa paire de singles de 2019, "Really Shouldn't Drink Around You" et "Tell Me How", a montré à quel point sa touche légère sonnait aussi bien dans les ballades que dans la pop joyeuse et soul.

Ayant grandi à Akron, Ohio, Teddy Robb était passionné de sports et de plein air à l'adolescence. Alors qu'il fréquentait l'État de Kent, sa tête a été tournée par « Troubadour », un hit méditatif de 2008 de George Strait. "Troubadour" a conduit Robb à poursuivre une carrière dans la musique country. Il a commencé à se produire dans l'Ohio, pour finalement arriver à Nashville en 2013. Une fois arrivé à Music City, il a commencé à se produire à Broadway, établissant lentement des liens dans le monde de la musique country. Il a aiguisé sa voix en jouant dans des chalets de ski à Vail, dans le Colorado, puis est retourné à Nashville.

Robb a signé chez Monument en 2018, sortant son premier single, "Lead Me On", d'ici la fin de l'année. "Really Shouldn't Drink Around You", un numéro écrit par Shane McAnally, Josh Osborne et Trevor Rosen d'Old Dominion, est devenu le deuxième single de Robb en 2019. "Tell Me How" a suivi peu de temps après.


Début de la vie

Hitchcock a grandi dans l'East End de Londres dans un milieu autrefois hanté par le célèbre tueur en série connu sous le nom de Jack l'Éventreur, dont on parlait encore dans la jeunesse d'Hitchcock deux décennies plus tard. Bien qu'il ait eu deux frères et sœurs, il se souvient de sa jeunesse comme d'un solitaire, avec un père qui était un sévère disciplinaire, il est dit qu'il a une fois ordonné à Alfred de se présenter au poste de police local avec une note disant qu'il s'était mal conduit, après quoi le sergent de service (à la demande du père d'Hitchcock) l'a enfermé pendant quelques minutes, une durée suffisante pour donner à Alfred une peur des espaces clos et une forte inquiétude pour un emprisonnement injustifié, qui figureront tous deux dans son travail ultérieur. Lorsqu'il n'était pas discipliné, il était choyé par une mère trop vigilante, qui utilisait la nourriture comme un baume, auquel il retracerait plus tard sa panse caractéristique.

Hitchcock est allé au St. Ignatius College avant de fréquenter la London County Council School of Marine Engineering and Navigation en 1913-1914. Il a travaillé dans le département des ventes de la Telegraph Works Company de W.T. Henley jusqu'en 1918, date à laquelle il est passé au département de la publicité. Cédant à son côté artistique, Hitchcock s'inscrit à l'Université de Londres en 1916 pour suivre des cours de dessin et de design. Ses installations dans ce domaine en 1920 l'ont aidé à décrocher un poste dans la conception de cartes de titre (ce qui nécessitait des films muets) pour la société de cinéma américaine Famous Players-Lasky, qui avait ouvert une succursale britannique à Islington. Lorsque Famous Players a fermé sa succursale britannique en 1922, il est resté à Islington. Il a travaillé sur des films pour des producteurs indépendants et en est venu à assumer plus de responsabilités, en travaillant comme directeur artistique, concepteur de production, monteur, assistant réalisateur et scénariste.


Alfred

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Alfred, aussi orthographié Aelfred, de nom Alfred le Grand, (né en 849 - décédé en 899), roi du Wessex (871-899), un royaume saxon du sud-ouest de l'Angleterre. Il a empêché l'Angleterre de tomber aux mains des Danois et a promu l'apprentissage et l'alphabétisation. La compilation de la Chronique anglo-saxonne a commencé sous son règne, vers 890.

Quelles étaient les réalisations militaires d'Alfred?

Alfred a passé une grande partie de son règne à défendre son royaume de Wessex contre les envahisseurs danois. Il remporta une grande victoire à la bataille d'Edington en 878 mais continua à lutter contre les avancées danoises jusqu'en 896, date à laquelle les invasions cessèrent. Son succès à réprimer les attaques était en grande partie dû à sa stratégie défensive superlative. Apprendre encore plus.

Comment était Alfred en tant que gouverneur de son royaume ?

Alfred administrait bien le Wessex et était un législateur studieux. Il a promulgué un important code de lois après avoir étudié les principes de légifération des codes de lois anglo-saxons précédents et du Livre de l'Exode. Ses lois accordaient une attention particulière à la protection des faibles. Apprendre encore plus.

Quelle était l'importance de l'alphabétisation et de l'apprentissage pour le règne d'Alfred ?

Alfred considérait que l'apprentissage et l'alphabétisation étaient cruciaux pour l'acquisition de la sagesse et donc nécessaires pour que les hommes vivent conformément à la volonté de Dieu. Pendant son règne, il insista pour que les affranchis disposant de moyens suffisants apprennent à lire l'anglais, et il traduisit lui-même des textes latins en langue vernaculaire pour le bien de son peuple. Apprendre encore plus.

Quand il est né, il a dû sembler peu probable qu'Alfred devienne roi, puisqu'il avait quatre frères aînés, il a dit qu'il n'avait jamais souhaité le pouvoir royal. Peut-être que la vie d'un savant l'aurait satisfait. Sa mère a très tôt suscité son intérêt pour la poésie anglaise et, dès son enfance, il a également eu envie d'apprendre le latin, peut-être stimulé par des visites à Rome en 853 et 855. Il est également possible qu'il ait connu et admiré le grand roi franc Charlemagne, qui avait, au début du siècle, relancé l'apprentissage dans son royaume. Alfred n'a eu l'occasion d'acquérir l'éducation qu'il recherchait, cependant, que beaucoup plus tard dans la vie.

Il a probablement reçu l'éducation dans les arts militaires normale pour un jeune homme de rang. Il est apparu pour la première fois en service actif en 868, lorsque lui et son frère, le roi Aethelred (Ethelred) I, sont allés aider Burgred de Mercie (le royaume entre la Tamise et le Humber) contre une grande armée danoise qui avait débarqué en East Anglia en 865 et pris possession de la Northumbrie en 867. Les Danois refusèrent de livrer bataille et la paix fut faite. Cette année-là, Alfred épousa Ealhswith, descendante par sa mère des rois de Mercie. À la fin de 871, les Danois ont envahi le Wessex, et Aethelred et Alfred ont mené plusieurs batailles avec eux. Aethelred mourut en 871 et Alfred lui succéda. Après une bataille infructueuse à Wilton, il fit la paix. C'est probablement la qualité de la résistance saxonne occidentale qui a découragé les attaques danoises pendant cinq ans.

En 876, les Danois avancèrent à nouveau sur le Wessex. Ils se retirèrent en 877 sans avoir accompli grand-chose, mais une attaque surprise en janvier 878 faillit être couronnée de succès. Les Danois se sont établis à Chippenham, et les Saxons de l'Ouest se sont soumis, « à l'exception du roi Alfred ». Il a harcelé les Danois depuis un fort dans les marais du Somerset, et jusqu'à sept semaines après Pâques, il a secrètement rassemblé une armée, qui les a vaincus à la bataille d'Edington. Ils se sont rendus et leur roi, Guthrum, a été baptisé, Alfred se présentant comme parrain l'année suivante, ils s'installèrent en East Anglia.

Le Wessex n'a plus jamais été en si grand danger. Alfred a eu un répit des combats jusqu'en 885, quand il a repoussé une invasion du Kent par une armée danoise, soutenue par les Danois d'East Anglian. En 886, il prit l'offensive et s'empara de Londres, un succès qui amena tous les Anglais non sous domination danoise à l'accepter comme roi. La possession de Londres a également rendu possible la reconquête des territoires danois sous le règne de son fils, et Alfred s'y préparait peut-être, bien qu'il ne puisse plus avancer lui-même. Il dut affronter une grave attaque d'une importante force danoise venue du continent européen en 892, et ce n'est qu'en 896 qu'elle abandonna la lutte.

L'échec des Danois à faire plus d'avances contre Alfred était en grande partie le résultat des mesures défensives qu'il a prises pendant la guerre. Les anciens forts ont été renforcés et de nouveaux construits sur des sites stratégiques, et des dispositions ont été prises pour leur dotation continue. Alfred a réorganisé son armée et utilisé des navires contre les envahisseurs dès 875. Plus tard, il a fait construire de plus grands navires selon ses propres plans pour lutter contre les raids côtiers qui se sont poursuivis même après 896. Une diplomatie judicieuse a également aidé la défense d'Alfred. Il entretenait des relations amicales avec Mercie et les dirigeants gallois gallois ont cherché son soutien et ont fourni des troupes pour son armée en 893.

Alfred a réussi au gouvernement ainsi qu'à la guerre. C'était un administrateur avisé, organisant ses finances et le service dû par ses thanes (nobles fidèles). Il scrutait l'administration de la justice et prenait des mesures pour assurer la protection des faibles contre l'oppression des juges ignorants ou corrompus. Il a promulgué un important code de lois, après avoir étudié les principes de légalité dans le Livre de l'Exode et les codes d'Aethelbert de Kent, Ine de Wessex (688-694) et Offa de Mercie (757-796), encore une fois avec une attention particulière. à la protection des faibles et des dépendants. Tout en évitant des changements inutiles dans la coutume, il a limité la pratique de la vendetta et a imposé de lourdes sanctions en cas de violation du serment ou du serment.

Alfred est le plus exceptionnel, cependant, non pas pour son poste de général ou son administration, mais pour son attitude envers l'apprentissage. Il partageait l'opinion contemporaine selon laquelle les raids vikings étaient une punition divine pour les péchés du peuple, et il les attribuait au déclin de l'apprentissage, car ce n'est que par l'apprentissage que les hommes pouvaient acquérir la sagesse et vivre conformément à la volonté de Dieu. Par conséquent, dans l'accalmie de l'attaque entre 878 et 885, il a invité à sa cour des savants de Mercie, du Pays de Galles et du continent européen. Il a appris le latin lui-même et a commencé à traduire des livres latins en anglais en 887. Il a ordonné que tous les jeunes hommes libres de moyens adéquats doivent apprendre à lire l'anglais, et, par ses propres traductions et celles de ses assistants, il a mis à disposition des versions anglaises de « ces livres que tous les hommes doivent connaître », des livres qui les conduiraient à la sagesse et à la vertu. Les Histoire ecclésiastique du peuple anglais, par l'historien anglais Bede, et le Sept livres d'histoires contre les païens, par Paulus Orosius, un théologien du 5ème siècle - dont aucun n'a été traduit par Alfred lui-même, bien qu'ils lui aient été crédités - a révélé le dessein divin dans l'histoire. La traduction d'Alfred du Pastorale de saint Grégoire Ier, le grand pape du 6ème siècle, a fourni un manuel pour les prêtres dans l'instruction de leurs troupeaux, et une traduction par l'évêque Werferth de Gregory's Dialogues fourni une lecture édifiante sur les saints hommes. Le rendu d'Alfred de la Soliloques du théologien du Ve siècle saint Augustin d'Hippone, auquel il ajouta du matériel provenant d'autres ouvrages des Pères de l'Église, discuta des problèmes concernant la foi et la raison et la nature de la vie éternelle. Cette traduction mérite d'être étudiée à part entière, de même que son interprétation du livre de Boèce. Consolation de la philosophie. En considérant ce qu'est le vrai bonheur et la relation de la providence à la foi et de la prédestination au libre arbitre, Alfred n'accepte pas pleinement la position de Boèce mais dépend davantage des premiers Pères. Dans les deux œuvres, les ajouts incluent des parallèles des conditions contemporaines, révélant parfois ses vues sur l'ordre social et les devoirs de la royauté. Alfred écrivait pour le bien de son peuple, mais il s'intéressait aussi profondément aux problèmes théologiques pour eux-mêmes et commanda la première des traductions, celle de Gregory. Dialogues, « qu'au milieu des troubles terrestres, il puisse parfois penser à des choses célestes ». Il a peut-être aussi fait une traduction des 50 premiers psaumes. Though not Alfred’s work, the Anglo-Saxon Chronicle, one of the greatest sources of information about Saxon England, which began to be circulated about 890, may have its origin in the intellectual interests awakened by the revival of learning under him. His reign also saw activity in building and in art, and foreign craftsmen were attracted to his court.

In one of his endeavours, however, Alfred had little success he tried to revive monasticism, founding a monastery and a nunnery, but there was little enthusiasm in England for the monastic life until after the revivals on the European continent in the next century.

Alfred, alone of Anglo-Saxon kings, inspired a full-length biography, written in 893, by the Welsh scholar Asser. This work contains much valuable information, and it reveals that Alfred laboured throughout under the burden of recurrent, painful illness and beneath Asser’s rhetoric can be seen a man of attractive character, full of compassion, able to inspire affection, and intensely conscious of the responsibilities of kingly office. This picture is confirmed by Alfred’s laws and writings.

Alfred was never forgotten: his memory lived on through the Middle Ages and in legend as that of a king who won victory in apparently hopeless circumstances and as a wise lawgiver. Some of his works were copied as late as the 12th century. Modern studies have increased knowledge of him but have not altered in its essentials the medieval conception of a great king.


Find apps & files

Launch apps and find files without lifting your fingers from the keyboard.

Search the web

Search your favourite websites with default and custom search keywords.

Calculer

Perform quick maths calculations and copy the result to your clipboard.

Spell & Define

Check your spelling or swiftly find the definition of a new word.

System Commands

Sleep your Mac, empty Trash, activate your screensaver and more with keywords.

Quick Look

Tap the Shift key to preview the content of a file without opening it.

Large Type

Pop up a phone number or any text in large text on your screen.

Usage Stats

See just how addicted to Alfred you are with your own usage stats graph.

Clipboard History

Search and paste past copied text clips, images, file paths and colour hex codes.

Snippet Expansion

Save frequently used text clips as snippets, and auto-expand them anywhere.

Workflows

Create or import immensely powerful workflows to boost your productivity.

Hotkeys

Keep your hands on the keyboard and launch apps and files using hotkeys.

Navigation & Actions

Navigate your file directory and perform actions on results.

Control iTunes

Search your iTunes music collection, browse genres or play random albums.

Recent Documents

Locate recently used files and documents for your favourite apps.

Theming

Customise Alfred's colours, fonts, sizes and more. Share your themes with friends.

Email

Find files with Alfred and attach them to a new email to a contact in a snap.

1Password

Get secure and fast access to websites with 1Password's bookmarks integration.

Default Searches

Use the default fallback searches or customise them for more efficient search.

Sync Settings

Keep your Alfred settings in sync across your Macs with ease using Dropbox.

File Buffer

Search for files and add them to your buffer to take action on all of them at once.

Shell integration

Quickly open Terminal and run Shell commands from Alfred's command box.

View Contacts

Search your local Contacts and copy or take action on their details.

Commencer

Comprehensive guides to get you started with workflows and new features.


War of the Rebellion: Serial 126 Page 0478 CORRESPONDENCE, ETC.

Tabular list of gun-boats, transports, steamers, wrecks, &ampc., captured from the enemy by the gun-boat flotilla, Western waters.

Nom. Gun- Steame Wrecks Where captured.

boats rs. .

General Bragg 1 - - Memphis

Sumter 1 - - do

Little Rebel 1 - - do

General Price 1 - - do

Eastport 1 - - Savannah, Tenn.

H. R. W. Hill - 1 - Memphis

Alfred Robb - 1 - Tennessee River

Kentucky - 1 - Island Numbers 10

De Soto - 1 - do

Admiral - 1 - do

Mars - 1 - do

Sovereign - 1 - do

Victoria - 1 - do

New National - 1 - Memphis

Catahoula - 1 - do

Clara Dolson - 1 - White River

Red Rover - 1 - Island Numbers 10

Mohawk - - 1 do

Grampus - - 1 do

John Simonds - - 1 do

Yazoo - - 1 do

Prince - - 1 do

Winchester - - - do

Sallie Wood - 1 - Tennessee River

General Pillow - 1 - Fort Pillow

Fair Play - 1 - White River

Total - - -

---------

Nom. Estimated Remarks.

valeur.

General Bragg $50,000 Transferred to the Navy

Department

Sumter 50,000 Do.

Little Rebel 20,000 Do.

General Price 10,000 Do.

Eastport 20,000 Do.

H. R. W. Hill 8,000 Transferred to the Army

(commissary boat at Cairo.)

Alfred Robb 8,000 Transferred to the Navy

Department

Kentucky 5,000 Returned to owners.

De Soto 30,000 Transferred to the Navy

Department.

Admiral 10,000 Taken immediate possession of

by the Army.

Mars 5,000 Do.

Sovereign 10,000 Transferred to the Navy

Department.

Victoria 15,000 Do.

New National 30,000 Do.

Catahoula 10,000 Taken immediate possession of

by the Army.

Clara Dolson 60,000 Transferred to the Navy

Department.

Red Rover 30,000 Do.

Mohawk 500 Rebel gun-boat. Sunk at Island

Numbers 10.

Grampus 5,000 Rebel transports. Sun at Island

Numbers 10.

John Simonds 6,000 Do.

Yazoo 8,000 Do.

Prince 15,000 Do.

Winchester 5,000 Do.

Sallie Wood 6,000 Recaptured and destroyed by the

enemy.

General Pillow 1,000 Transferred to the Navy

Department.

Fair Play 8,000 Do.

Total 425,500

Statement showing amount of cash received, on what account disbursed, and balance remaining on hand June 30, 1863, by Captain George D. Wise, assistant quartermaster, U. S. Volunteers, Western Gun-boat Flotilla.

Amount. Amount.

Paid for general $592,713.39 Received $15,800.00

purchases from other

officers.

Paid for purchases Received

on account of 128,224.38 from

clothing, &c. Treasurer of 2,560,577.24

the United

States in

de l'argent.

Paid for purchases Received

on account of 30,952.38 from

subsistence. Treasurer of

the United

States in 343,770.00

certificates

de

indebtedness

.

Paid for general 1,473,442.07

expenditures.

Transferred to

officers for 402,103.79

décaissement.

On hand June 30,

1863, with

Treasurer of the

United States on 36,303.34

certificated of

indebtedness.

On hand June 30,

1863, in money, in 256,407.91

treasury at Saint

Louis.

2,920,147.24 2,920,147.24

The above payments include the greater part of the cost of the first seven iron-clad gun-boats, together with the iron-clad gun- boat Benton also general purchases purchases of clothing, &c. commissary stores the payment of chartered transports of officers and men employed on captured and other Government steamers and tugs mechanics and laborers employed at naval depot at Cairo, Ill. together with the total amount transferred to the acting paymasters of the several gun-boats for pay of officers and men of the gun-boat flotilla.

GEO. D. WISE,

Captain and Assistant Quartermaster.

If you have trouble accessing this page and need to request an alternate format contact [email protected]


Learn about current events in
historical perspective on our Origins site.


Voir la vidéo: Alfred Robb (Novembre 2021).