Podcasts sur l'histoire

Siège des Ordres Généraux, Cambridge, 14 juillet 1775 - Histoire

Siège des Ordres Généraux, Cambridge, 14 juillet 1775 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

ORDRES GÉNÉRAUX
Siège social, Cambridge, 14 juillet 1775

Libération conditionnelle Hallifax. Contresigne Inverness.

Comme la santé de toute armée dépend principalement de la propreté ; il est recommandé de la manière la plus forte, au Commandant des Corps, Postes et Détachements, d'être strict ! les rues des campements et des lignes à balayer tous les jours, et tous les abats et charognes, près du camp, à être immédiatement brûlés : et la saleté a été retirée des maisons. À côté de la propreté, rien n'est plus propice à la santé d'un soldat que d'habiller ses provisions de manière décente et appropriée. Les officiers commandant les compagnies devraient donc inspecter quotidiennement la cuisine du camp et voir les hommes préparer leur nourriture de manière saine.

Les commandants dans les parties des lignes et des redoutes où sont placées les piques, ordonneront aux quartiers-maîtres de corps de faire graisser les piques deux fois par semaine ; ils doivent également répondre que les brochets sont maintenus propres, et toujours prêts et aptes au service.

Le général, observant une grande négligence et une grande négligence de la part de plusieurs gardes dans et autour du camp, ordonne aux officiers qui réparent tout garde de sortir sa garde immédiatement après
l'approche rapprochée du commandant en chef ou de l'un des officiers généraux, et lors du passage de la garde ; Le commandant en chef doit être reçu les armes reposées ; l'Officier pour saluer, et les Tambours pour battre une marche : Les Majors Généraux aux Bras Reposés, l'Officier pour saluer et les Tambours pour battre deux Ruffles ; Les Brigadiers Généraux aux Armes reposées, l'Officier pour saluer et les Tambours pour battre un Ruffle. Il y avait quelque chose de maladroit, aussi bien qu'inconvenant, à ce que les officiers généraux soient arrêtés aux postes extérieurs ; demandé des laissez-passer par les sentinelles, et obligé souvent d'envoyer chercher l'officier de la garde (qu'il arrive parfois qu'il ne connaisse pas autant les personnes des généraux que les hommes privés) avant qu'ils ne puissent passer ou sortir : Il est recommandé aux Officiers et aux Hommes de se familiariser avec la personne de tous les Officiers du Commandement Général, et en attendant d'éviter les erreurs : Les Officiers Généraux et leurs Aides-de-Camp, seront distingués de la manière suivante.

Le commandant en chef par un ruban bleu clair, portait en travers de sa poitrine, entre son manteau et son gilet.

Les majors et les brigadiers généraux, par un ruban rose portaient de la même manière.

Les Aides-de-Camp par un ruban vert.

La cour martiale dont le colonel Ward est Presdt. est dissous.

Daniel Carmiele, soldat du colonel Patterson's Regiment, jugé pour "désobéissance aux ordres, pour réinscription et prise d'argent à l'avance deux fois plus, et pour ivresse" est reconnu coupable de plusieurs chefs d'accusation, et condamné à être fouetté sur le dos nu, avec 3o Lashes, et démobilisé de l'armée. Le général approuve la sentence et ordonne qu'elle soit exécutée demain matin, à la tête du régiment auquel il appartient.


La Bibliothèque du Congrès donne accès aux manuscrits de la Bibliothèque du Congrès à des fins éducatives et de recherche et ne donne aucune garantie quant à leur utilisation à d'autres fins. La responsabilité d'effectuer une évaluation juridique indépendante d'un article et d'obtenir les autorisations nécessaires incombe en fin de compte aux personnes souhaitant utiliser l'article. L'autorisation écrite des titulaires de droits d'auteur et/ou des titulaires d'autres droits (tels que les droits de publicité et/ou de confidentialité) est requise pour la distribution, la reproduction ou toute autre utilisation des éléments protégés au-delà de celle autorisée par l'utilisation équitable ou d'autres exemptions statutaires. Certains contenus peuvent être protégés par les lois sur le droit d'auteur ou les droits voisins d'autres pays.

La déclaration suivante est faite par le recteur et les visiteurs de l'Université de Virginie, les propriétaires des droits d'auteur de Les journaux de George Washington.

Donald Jackson et Dorothy Twohig, éd. Les journaux de George Washington. 6 vol. Charlottesville : University Press of Virginia, 1976-79 une série de Les papiers de George Washington. Copyright 1976-79 par le recteur et les visiteurs de l'Université de Virginie. Utilisé avec l'autorisation de l'éditeur. L'éditeur n'est pas responsable de l'exactitude et de l'exhaustivité des images et des textes tels qu'ils apparaissent dans cette collection en ligne.


Contenu

L'armée continentale était composée de soldats des 13 colonies et, après 1776, des 13 États. Lorsque la guerre d'Indépendance américaine a commencé (aux batailles de Lexington et de Concord le 19 avril 1775), les révolutionnaires coloniaux n'avaient pas d'armée permanente. Auparavant, chaque colonie comptait sur la milice (composée de citoyens-soldats à temps partiel) pour la défense locale ou la levée de troupes provinciales temporaires lors de crises telles que la guerre française et indienne de 1754-1763. Alors que les tensions avec la Grande-Bretagne augmentaient dans les années qui ont précédé la guerre, les colons ont commencé à réformer leurs milices en prévision du conflit potentiel perçu. La formation des miliciens a augmenté après l'adoption des lois intolérables en 1774. Des colons tels que Richard Henry Lee ont proposé de former une force de milice nationale, mais le premier congrès continental a rejeté l'idée. [2]

Le 23 avril 1775, le Congrès provincial du Massachusetts autorise la levée d'une armée coloniale composée de 26 régiments de compagnie. Le New Hampshire, le Rhode Island et le Connecticut ont rapidement levé des forces similaires mais plus petites. Le 14 juin 1775, le deuxième congrès continental décide de procéder à la mise en place d'une armée continentale à des fins de défense commune, adoptant les forces déjà en place en dehors de Boston (22 000 hommes) et de New York (5 000). Il leva également les dix premières compagnies de troupes continentales sur un enrôlement d'un an, des fusiliers de Pennsylvanie, du Maryland, du Delaware et de Virginie pour être utilisés comme infanterie légère, qui devint le 1er régiment continental en 1776. Le 15 juin 1775, le Congrès élu à l'unanimité George Washington comme commandant en chef, qui a accepté et a servi tout au long de la guerre sans aucune compensation, à l'exception du remboursement des dépenses. [3] Washington en tant que commandant en chef était soutenu par quatre major-généraux (Artemas Ward, Charles Lee, Philip Schuyler et Israel Putnam) et huit brigadiers-généraux (Seth Pomeroy, Richard Montgomery, David Wooster, William Heath, Joseph Spencer, John Thomas, John Sullivan et Nathanael Greene) Alors que le Congrès continental adoptait de plus en plus les responsabilités et la posture d'une législature pour un État souverain, le rôle de l'armée continentale est devenu l'objet d'un débat considérable. Certains Américains avaient une aversion générale pour le maintien d'une armée permanente, mais d'un autre côté, les exigences de la guerre contre les Britanniques exigeaient la discipline et l'organisation d'une armée moderne. En conséquence, l'armée a traversé plusieurs phases distinctes, caractérisées par la dissolution officielle et la réorganisation des unités. [4]

D'une manière générale, les forces continentales se composaient de plusieurs armées successives, ou établissements:

  • L'armée continentale de 1775, comprenant la première armée de la Nouvelle-Angleterre, organisée par Washington en trois divisions, six brigades et 38 régiments. Les dix régiments du major-général Philip Schuyler à New York ont ​​été envoyés pour envahir le Canada.
  • L'armée continentale de 1776, réorganisée après l'expiration de la période d'enrôlement initial des soldats de l'armée de 1775. Washington avait soumis des recommandations au Congrès continental presque immédiatement après avoir accepté le poste de commandant en chef, mais le Congrès a pris le temps de les examiner et de les mettre en œuvre. Malgré les tentatives d'élargir la base de recrutement au-delà de la Nouvelle-Angleterre, l'armée de 1776 est restée orientée vers le nord-est à la fois en termes de composition et de concentration géographique. Cette armée se composait de 36 régiments, la plupart standardisés à un seul bataillon de 768 hommes forts et formés en huit compagnies, avec un effectif de 640.
  • L'armée continentale de 1777-1780 est née de plusieurs réformes critiques et décisions politiques prises lorsqu'il est devenu évident que les Britanniques envoyaient des forces substantielles pour mettre fin à la Révolution américaine. Le Congrès continental a adopté la « résolution des quatre-vingt-huit bataillons », ordonnant à chaque État de fournir des régiments d'un bataillon en proportion de sa population, et Washington a par la suite reçu l'autorisation de lever 16 bataillons supplémentaires. Les conditions d'enrôlement portées à trois ans ou à « la durée de la guerre » pour éviter les crises de fin d'année qui épuisent les forces (dont le quasi-effondrement notable de l'armée à la fin de 1776, qui aurait pu mettre fin à la guerre dans un , ou américain, perte par forfait)
  • L'armée continentale de 1781-1782 a connu la plus grande crise du côté américain pendant la guerre. Le Congrès était en faillite, ce qui rendait très difficile le réapprovisionnement des soldats dont les mandats de trois ans avaient expiré. Le soutien populaire à la guerre atteignit son plus bas niveau et Washington dut réprimer des mutineries à la fois sur la Pennsylvania Line et sur la New Jersey Line. Le Congrès vota la réduction du financement de l'armée, mais Washington réussit néanmoins à remporter d'importantes victoires stratégiques.
  • L'armée continentale de 1783-1784 a été remplacée par l'armée des États-Unis, qui persiste à ce jour. Alors que la paix était rétablie avec les Britanniques, la plupart des régiments ont été dissous de manière ordonnée, bien que plusieurs aient déjà été réduits.

Les soldats de l'armée continentale étaient des volontaires qu'ils acceptaient de servir dans l'armée et les périodes d'enrôlement standard duraient de un à trois ans. Au début de la guerre, les périodes d'enrôlement étaient courtes, car le Congrès continental craignait la possibilité que l'armée continentale se transforme en une armée permanente. L'armée n'a jamais compté plus de 17 000 hommes. Le roulement s'avéra un problème constant, en particulier au cours de l'hiver 1776-1777, et des enrôlements plus longs furent approuvés. [5]

Les officiers de l'armée continentale et des milices d'État étaient généralement des fermiers yeoman avec un sens de l'honneur et du statut et un engagement idéologique à s'opposer aux politiques de la Couronne britannique. [6] Les hommes enrôlés étaient très différents. Ils venaient de la classe ouvrière ou de groupes minoritaires (irlandais, allemands, afro-américains). Ils étaient motivés à se porter volontaires par des contrats spécifiques qui promettaient de l'argent de la prime, un salaire régulier avec de bons salaires, de la nourriture, des vêtements et des soins médicaux, ainsi que la promesse de la propriété foncière après la guerre. Ils étaient indisciplinés et se révolteraient si les conditions contractuelles n'étaient pas respectées. En 1780-1781, les menaces de mutinerie et les mutineries réelles devenaient sérieuses. [7] [8] Plus d'un quart de l'armée de Washington était d'origine irlandaise, beaucoup étant des arrivées récentes et ayant besoin de travail. [5]

L'armée continentale était racialement intégrée, une condition que l'armée des États-Unis ne reverra pas avant les années 1950. Pendant la Révolution, les esclaves afro-américains se sont vu promettre la liberté en échange d'un service militaire par les armées continentale et britannique. [9] [10] [11] Environ 6 600 personnes de couleur (y compris les hommes afro-américains, indigènes et multiraciaux) ont servi avec les forces coloniales et ont constitué un cinquième de l'armée continentale du Nord. [12] [13]

En plus des réguliers de l'armée continentale, des unités de milice d'État ont été affectées à un service à court terme et ont participé à des campagnes tout au long de la guerre. Parfois, les unités de milice opéraient indépendamment de l'armée continentale, mais souvent des milices locales étaient appelées à soutenir et à renforcer les réguliers de l'armée continentale pendant les campagnes. Les troupes de la milice ont développé la réputation d'être sujettes à des retraites prématurées, un fait que le général Daniel Morgan a intégré dans sa stratégie à la bataille de Cowpens et utilisé pour tromper les Britanniques en 1781. [14]

La responsabilité financière de fournir une solde, de la nourriture, un abri, des vêtements, des armes et d'autres équipements à des unités spécifiques a été attribuée aux États dans le cadre de la création de ces unités. Les États différaient quant à la manière dont ils s'acquittaient de ces obligations. Il y avait des problèmes de financement constants et des problèmes de moral au fur et à mesure que la guerre se poursuivait. Cela a conduit l'armée à offrir des salaires bas, de la nourriture souvent pourrie, un travail acharné, du froid, de la chaleur, des vêtements et un abri médiocres, une discipline sévère et de grandes chances de devenir une victime. [15]

Garder les continentaux vêtus était une tâche difficile et pour ce faire, Washington a nommé James Mease, un marchand de Philadelphie. Mease a travaillé en étroite collaboration avec des agents nommés par l'État pour acheter des vêtements et des objets tels que des peaux de vache pour fabriquer des vêtements et des chaussures pour les soldats. Mease avait finalement démissionné en 1777 et avait compromis une grande partie de l'organisation du Département de l'habillement. Après cela, à bien des égards, les soldats de l'armée continentale étaient souvent mal vêtus et avaient de petites couvertures et souvent même pas de chaussures. Le problème des vêtements et des chaussures pour les soldats n'était souvent pas la faute de ne pas en avoir assez mais l'organisation et le manque de transport. Pour réorganiser le Board of War a été nommé pour trier la chaîne d'approvisionnement des vêtements. Pendant ce temps, ils ont demandé l'aide de la France et pour le reste de la guerre, les vêtements provenaient d'achats outre-mer. [16]


Siège des Ordres Généraux, Cambridge, 14 juillet 1775 - Histoire

"Chevron" est un terme architectural désignant les chevrons d'un toit rencontrant un angle au sommet supérieur. Le chevron en héraldique a été utilisé comme insigne d'honneur pour marquer les principaux partisans du chef du clan ou "haut de la maison" et il est venu à être utilisé sous diverses formes comme emblème de rang pour les chevaliers et les hommes d'armes dans jours féodaux. Une légende raconte que le chevron a été décerné à un chevalier pour montrer qu'il avait participé à la capture d'un château, d'une ville ou d'un autre bâtiment, dont le chevron ressemblait aux toits. On pense que cela a résulté de son utilisation comme insigne de grade par l'armée.

Le losange ou le diamant utilisé pour indiquer le premier sergent est une marque de distinction et a été utilisé en héraldique pour indiquer l'accomplissement.

MÉTHODE DE PORT

Des chevrons ont été cousus sur les manches des uniformes avec la pointe vers le bas d'environ 1820 à 1903. Ils ont été portés avec les pointes à la fois vers le haut et vers le bas entre 1903 et 1905 après le premier renversement de "down" à "quotup" a été autorisé le 1er mai 1903 dans le règlement de l'armée No 622. Cette période de confusion, de 1903 à 1905, résultait du changement de couleur des chevrons prévu par le règlement qui dictait également une couleur standard pour chaque branche, corps ou organisation et remplaçait les chevrons dorés. En raison du nombre d'insignes en or disponibles, les troupes étaient autorisées à porter le chevron de type ancien jusqu'à épuisement des stocks.

Pour assurer l'uniformité de la couleur et de la position des nouveaux chevrons colorés, la circulaire 61 du ministère de la Guerre, datée du 30 novembre 1905, stipulait que les pointes des chevrons seraient portées vers le haut. Il prévoyait également les couleurs suivantes, comme indiqué dans le règlement de l'armée n° 622, en date du 1er mai 1903. Les couleurs étaient : Artillerie-écarlate Cavalerie-jaune Ingénieurs-écarlate passepoilé d'orange Hospital Corps-marron passepoilé de blanc Infanterie-bleu clair Ordnance-noir passepoilé d'écarlate Post QM Sergeant-buff Signal Corps-orange passepoilé de blanc West Point Band-bleu clair et West Point Detachment-buff.

Dès 1820, les chevrons étaient portés avec la pointe vers le bas, bien qu'il n'y ait pas eu d'instruction officielle à ce sujet dans les règlements jusqu'en 1821, lorsque les chevrons ont été autorisés pour les officiers et les hommes de troupe. La circulaire n° 65 de 1821 précise que "Les chevrons désigneront le grade (à la fois des officiers jusqu'au grade de capitaine et des hommes de troupe) comme suit : les capitaines, un sur chaque bras, au-dessus du coude, et les subalternes, sur chaque bras au-dessous du coude. Ils seront de dentelle d'or ou d'argent, large d'un demi-pouce, de couleur conforme au bouton de leur régiment ou corps. Les angles du chevron pointent vers le haut."

Les adjudants seront désignés par un arc de franges d'or ou d'argent, (selon la couleur de leurs garnitures), reliant les points extrêmes formés par les extrémités du chevron. Les sergents-majors et les sergents quartier-maître porteront un chevron de tresse peignée sur chaque bras, au-dessus du coude. Les sergents et musiciens seniors, un sur chaque bras, sous le coude, et les caporaux, un sur le bras droit, au-dessus du coude. Ils se conformeront en couleur au bouton de leur régiment ou corps. » Avant cette époque, le grade d'un officier était indiqué par des épaulettes portées sur l'épaule. Ce règlement indiquait également la première utilisation de la arc dans le cadre du chevron.

Les chevrons ont continué à être portés vers le bas au cours des années 1800. L'ordonnance AGO n° 10, datée du 9 février 1833, stipulait que "les chevrons seront portés avec la pointe vers le revers des manches". sur les deux manches de l'uniforme et du pardessus, au-dessus du coude, en soie peignée sur un demi-pouce de large, de la même couleur que les bords du manteau, pointez vers le bas."

1775 Un ordre général a été émis par le quartier général à Cambridge que « les sergents peuvent être distingués par une épaulette ou une bande de tissu rouge, cousue sur l'épaule droite des caporaux par l'un de vert. » Les organigrammes indiquaient que le personnel enrôlé se composait principalement de sergents, caporaux, musiciens et particuliers.

1776 Au début de 1776, un régiment d'infanterie continental à peu près standard avait vu le jour, composé d'un quartier général et de huit compagnies, chaque compagnie avec quatre sergents, quatre caporaux, deux tambours ou fifres et 76 soldats. Selon les Journaux du Congrès continental, plus tard dans l'année, tous les bataillons ont reçu un élément de quartier général non commissionné composé d'un sergent-major, d'un sergent quartier-maître, d'un tambour-major et d'un fifre-major, tous nommés par le commandant du régiment. . C'est la première mention du grade de sergent-major.

1792 Au cours de cette année, le service militaire a été élargi pour inclure des sergents-majors, des sergents quartiers-maîtres, des musiciens seniors, des sergents, des caporaux, des maréchaux-ferrants, des artificiers, des selliers, des musiciens, des trompettistes, des dragons et des soldats.

1796 Les musiciens seniors ont disparu, mais les principaux musiciens ont apparemment pris leur place.

1799 Aux principaux musiciens succédèrent les principaux musiciens sapeurs et mineurs disparurent et les titres d'artificiers, selliers et forgerons furent combinés.

1800 Les principaux musiciens sont de nouveau apparus tandis que le musicien en chef a disparu et les désignations de maréchaux-ferrants et selliers, sapeurs et mineurs, ainsi qu'un titre distinct d'artisans, ont été autorisés.

1802 Les hommes enrôlés étaient désignés sergents-majors, professeurs de musique, sergents, caporaux, musiciens, artificiers et soldats.

1808 Les sergents-majors, les sergents quartier-maîtres, les principaux musiciens, les sergents, les caporaux, les musiciens, les artisans, les selliers, les maréchaux-ferrants et les soldats étaient les titres du personnel enrôlé.

1812 Les forgerons et les conducteurs d'artillerie ont été ajoutés aux titres de grade enrôlés.

1815 Les désignations du personnel enrôlé ont de nouveau été simplifiées en sergent-major, sergents quartier-maîtres, musiciens principaux, sergents, caporaux, musiciens, artificiers et soldats.

1832 Au cours de cette année, la désignation "enlisted men for ordnance" est apparue.

1833 Les désignations de clairon en chef, clairon, maréchal-ferrant et forgeron étaient des titres supplémentaires au cours de l'année.

1838 Le titre "enlisted men for ordnance" a été remplacé par "enlisted men of ordnance".

1847 Les titres de musicien principal ou en chef, de chef d'équipe et de chef d'équipe ont été ajoutés à la liste.

1855 Le titre de sergents d'artillerie est né.

1861 Pendant la guerre de Sécession, de nombreuses nouvelles désignations voient le jour. Ce qui suit est une liste complète des désignations : sergents-majors quartier-maître sergents commissaires sergents chefs de fanfares musiciens principaux ou en chef clairons en chef sergents militaires de bataillon stewards d'hôpitaux stewards d'hôpitaux régimentaires sergent-majors bataillon quartier-maître sergents bataillon stewards d'hôpitaux bataillons stewards de bataillon sergents premiers sergents quartier-maître de compagnie sergents sergents caporaux clairons musiciens maréchaux-ferrants et forgerons artificiers selliers maîtres charretiers charretiers soldats enrôlés militaires.

1866 Les titres suivants ont disparu : chefs de fanfares bataillons hospitaliers stewards en chef clairons médecins cadets sergents commissaires de bataillon sergents selliers de bataillon, sergents vétérinaires de bataillon clairons et soldats du rang. Les nouveaux titres suivants ont été créés : sergents selliers trompettistes, trompettes en chef soldats (première classe) et soldats (deuxième classe).

1869 Le titre de musicien en chef réapparut et un premier sergent dans le corps du génie fut constitué.

1889 Des sergents quartier-maîtres de poste, des corps hospitaliers privés, des commis des services généraux et des messagers des services généraux ont été créés.

1899 Des sergents électriciens, des sergents de première classe, des tambours-majors, des sergents d'écurie, des mécaniciens et des cuisiniers ont été créés.

1901 Les titres de sergent-commissaire, de sergent-commissaire régimentaire et de sergent-couleur ont été créés.

1905-1919 Les dessins et les titres variaient selon la branche et il y avait 45 descriptions d'insignes différentes dans la spécification 760, datée du 31 mai 1905, avec des couleurs différentes pour différentes branches. L'ordonnance générale n° 169 du 14 août 1907 a créé une grande variété d'insignes. Les grades de rémunération spécifiques n'étaient pas encore utilisés par l'armée et leur taux de rémunération était basé sur le titre. L'échelle salariale approuvée en 1908 variait de 13 $ pour un soldat du génie à 75 $ pour un maître électricien de la signalisation. Le système a identifié l'affectation du travail de l'individu, par exemple, cuisiniers, mécaniciens, etc. À la fin de la Première Guerre mondiale, il y avait 128 modèles d'insignes différents dans le système d'approvisionnement.

1919 Avant 1919, l'insigne de première classe privée consistait en l'insigne de la branche de service sans arcs ni chevrons. Le 22 juillet 1919, le secrétaire à la Guerre approuva « arc d'une barre » pour les soldats de première classe.

1920 Le nombre d'insignes a été réduit à sept et six niveaux de rémunération ont été établis. La circulaire du ministère de la Guerre n° 303, datée du 5 août 1920, stipulait que les chevrons seraient portés sur la manche gauche, pointe vers le haut, et seraient faits d'un matériau vert olive sur un fond bleu foncé. Les dessins et les titres étaient les suivants :

Master Sergeant (Premier grade) : Trois chevrons, et un arc de trois barres, la barre d'arc supérieure formant un lien avec le chevron inférieur.

Sergent technique (deuxième grade) : Trois chevrons, et un arc de deux barres, la barre d'arc supérieure formant un lien avec le chevron inférieur.

Premier sergent (deuxième grade) : Trois chevrons, et un arc de deux barres, la barre d'arc supérieure formant un lien avec le chevron inférieur. Dans l'angle entre le chevron inférieur et la barre supérieure un losange.

Sergent d'état-major (troisième grade) : trois chevrons et un arc d'une barre, formant un lien avec le chevron inférieur.

Sergent (quatrième année): Trois chevrons.

Caporal (5e année) : Deux chevrons.

Soldats de première classe (sixième année) : un chevron.

1942 Les grades de technicien dans les troisième, quatrième et cinquième grades ont été ajoutés par la circulaire du ministère de la Guerre n° 5, en date du 8 janvier 1942. Le changement 1 à AR 600-35, en date du 4 septembre 1942, a ajouté une lettre "T" aux chevrons précédemment prescrits pour troisième, quatrième et cinquième années.

Le premier sergent a été déplacé du deuxième grade au premier grade par le changement 3, AR 600-35, daté du 22 septembre 1942. Ce changement décrivait le premier chevron du sergent comme - - Trois chevrons et arc de trois barres, la barre supérieure d'arc formant un lien avec le chevron inférieur. Dans l'angle entre les chevrons inférieurs et la barre supérieure, un losange creux. Ce changement incluait également le matériau comme les chevrons, les arcs, les T et les losanges kaki sur un fond de coton bleu foncé ou des chevrons, des arcs, des T et des losanges en laine olive-terne sur des fonds de laine bleu foncé.


Siège de Boston

Le 11 mars 1776, depuis son quartier général de Cambridge, dans le Massachusetts, Washington publia un ordre général ordonnant aux colonels et aux commandants des régiments de l'armée continentale de sélectionner quatre hommes de chaque régiment qui formeraient sa garde personnelle.

Siège de Boston

Utilisez cette carte de 1776 de la Bibliothèque du Congrès pour voir le siège de Boston d'un point de vue contemporain.

En juin 1775, George Washington se tourna vers Mount Vernon. Il avait promis à sa femme Martha qu'il reviendrait bientôt du Congrès continental de Philadelphie. Mais ses collègues délégués venaient de l'élire commandant en chef de l'armée continentale, et il se dirigeait vers Boston. Des compagnies de milice ont piégé les Britanniques le 19 avril 1775 à la suite des batailles de Lexington et de Concord.

Washington était chargé de former une armée de ces compagnies et de diriger le siège de Boston. Sachant qu'il serait absent pendant de nombreux mois, Washington a écrit à sa femme. "Je ne ressentirai aucune douleur du labeur ou du danger de la campagne", a-t-il avoué. "Mon malheur découlera du malaise que je sais que vous ressentirez en étant laissé seul." Washington craignait que le gouverneur de Virginie, Lord Dunmore, attaque sa plantation et même emprisonne sa femme. Mais il n'avait toujours pas d'autre choix que d'obéir au "genre de destin" qui lui avait donné ce commandement et de se diriger vers Boston. 1

À son arrivée à Cambridge début juillet, Washington proposa une attaque contre Boston. Cependant, ses officiers étaient contre. Ils ont fait valoir que les Britanniques recevaient toujours des fournitures par voie maritime. Ils ont exhorté Washington à attendre que les eaux autour de Boston soient gelées. Washington a plutôt envoyé une armée à Québec. Il ordonna également à Henry Knox de marcher jusqu'au fort Ticonderoga et de ramener l'artillerie du poste. Alors que l'attaque contre Québec échoua, Knox retourna à Cambridge en janvier 1776 avec cinquante-neuf canons.

Même avec les eaux autour de Boston gelées, les officiers de Washington ont refusé d'attaquer la ville. Un Washington frustré chercha un autre moyen de déloger les Britanniques. Le soir du 4 mars 1776, il ordonna à ses hommes de prendre le canon du fort Ticonderoga jusqu'à Dorchester Heights, au sud de la ville. Washington a également ordonné à ses troupes à Cambridge de tirer sur les tuniques rouges. Les Britanniques ont fait exploser les canons américains à Cambridge toute la nuit, pour découvrir les nombreux canons pointés sur eux depuis Dorchester Heights le lendemain matin. Le commandant britannique, le général William Howe, a déclaré : « Mon Dieu, ces gars ont fait plus de travail en une nuit que je n'aurais pu en faire à mon armée en trois mois ». 2

Howe envoie des troupes sur Dorchester Heights pour déloger les canons, mais une tempête de neige empêche l'assaut. Craignant un bombardement brutal, il décide de quitter Boston. Le 17 mars 1776, connu par la suite sous le nom de « jour de l'évacuation », 11 000 tuniques rouges et des centaines de loyalistes ont quitté la ville en bateau. Washington a marché sur Boston le 18 mars, mais il y avait peu de temps pour se réjouir. Il soupçonnait à juste titre que les Britanniques se dirigeraient vers New York. Alors qu'il se préparait pour le prochain test de bataille, l'un de ses rares réconforts était le fait que sa femme Martha l'avait rejoint en novembre. Ils iraient ensemble à New York, espérant qu'il n'y aurait aucun mal à leur bien-aimé Mount Vernon.

Remarques:
1. "George Washington à Martha Washington, 18 juin 1775," Les Écrits de George Washington, Vol. 3, éd. John C. Fitzpatrick (Charlottesville, Virginie : University Press of Virginia, 1931).

2. Cité dans David McCullough, 1776 (New York : Simon & Schuster, 2005), 93.

Bibliographie:
Chernow, Ron. Washington : une vie. New York : Penguin Press, 2010.

McCullough, David. 1776. New York : Simon & Schuster, 2005.

George Washington : Écrits. éd. Jean Rhodehamel. New York : Bibliothèque d'Amérique, 1997.


Siège des Ordres Généraux, Cambridge, 14 juillet 1775 - Histoire

Conflit et révolution
1775 à 1776

14 avril 1775 - Les Britanniques ordonnent secrètement au gouverneur du Massachusetts Gage d'appliquer les lois coercitives et de réprimer la "rébellion ouverte" parmi les colons en utilisant toute la force nécessaire.

18 avril 1775 - Le général Gage ordonne à 700 soldats britanniques de se rendre à Concord pour détruire le dépôt d'armes des colons.

Cette nuit-là, Paul Revere et William Dawes sont envoyés de Boston pour avertir les colons. Revere atteint Lexington vers minuit et avertit Sam Adams et John Hancock qui se cachent là-bas.

À l'aube du 19 avril, environ 70 miliciens armés du Massachusetts se tiennent face à face sur Lexington Green avec l'avant-garde britannique. Un « coup de feu entendu dans le monde entier » commence la Révolution américaine. Une volée de mousquets britanniques suivie d'une charge à la baïonnette fait huit morts et dix blessés américains. Les Britanniques se regroupent et se dirigent vers le dépôt de Concord, détruisant les armes et le ravitaillement des colons. Au North Bridge à Concord, un peloton britannique est attaqué par des miliciens, faisant 14 victimes.

Les forces britanniques commencent alors une longue retraite de Lexington à Boston et sont harcelées et abattues tout au long du chemin par des agriculteurs et des rebelles et subissent plus de 250 victimes. La nouvelle des événements de Lexington et de Concord se répand comme une traînée de poudre dans les colonies.

23 avril 1775 - Le Congrès provincial du Massachusetts ordonne la mobilisation de 13 600 soldats américains. Des volontaires coloniaux de toute la Nouvelle-Angleterre se rassemblent et se dirigent vers Boston, puis établissent des camps autour de la ville et commencent un an de siège de Boston détenu par les Britanniques.

10 mai 1775 - Les forces américaines dirigées par Ethan Allen et Benedict Arnold capturent le fort Ticonderoga à New York. Le fort contient un approvisionnement indispensable en équipement militaire, y compris des canons qui sont ensuite transportés à Boston par des équipes de bœufs.

10 mai 1775 - Le deuxième congrès continental se réunit à Philadelphie, avec John Hancock élu président. Le 15 mai, le Congrès met les colonies en état de défense. Le 15 juin, le Congrès vote à l'unanimité pour nommer George Washington général et commandant en chef de la nouvelle armée continentale.

17 juin 1775 - Le premier combat majeur entre les troupes britanniques et américaines a lieu à Boston lors de la bataille de Bunker Hill. Les troupes américaines sont retranchées le long des hauteurs de Breed's Hill (l'emplacement réel) et sont attaquées par un assaut frontal de plus de 2000 soldats britanniques qui prennent d'assaut la colline. Les Américains reçoivent l'ordre de ne pas tirer jusqu'à ce qu'ils puissent voir "le blanc de leurs yeux". Les Britanniques se regroupent alors et attaquent 30 minutes plus tard avec le même résultat. Une troisième attaque, cependant, réussit car les Américains sont à court de munitions et n'ont plus que des baïonnettes et des pierres pour se défendre. Les Britanniques réussissent à prendre la colline, mais avec une perte de la moitié de leurs forces, plus d'un millier de victimes, les Américains en perdent environ 400, dont un important chef colonial, le général Joseph Warren.

3 juillet 1775 - À Cambridge, Massachusetts, George Washington prend le commandement de l'armée continentale qui compte maintenant environ 17 000 hommes.

Voir aussi : Galerie de photos George Washington

5 juillet 1775 - Le Congrès continental adopte la pétition du rameau d'olivier qui exprime l'espoir d'une réconciliation avec la Grande-Bretagne, appelant directement le roi à l'aider à y parvenir. In August, King George III refuses even to look at the petition and instead issues a proclamation declaring the Americans to be in a state of open rebellion.

July 6, 1775 - The Continental Congress issues a Declaration on the Causes and Necessity of Taking Up Arms detailing the colonists' reasons for fighting the British and states the Americans are "resolved to die free men rather than live as slaves."

July 26, 1775 - An American Post Office is established with Ben Franklin as Postmaster General.

November 28, 1775 - The American Navy is established by Congress. The next day, Congress appoints a secret committee to seek help from European nations.

December 23, 1775 - King George III issues a royal proclamation closing the American colonies to all commerce and trade, to take effect in March of 1776. Also in December, Congress is informed that France may offer support in the war against Britain.

January 5, 1776 - The assembly of New Hampshire adopts the first American state constitution.

January 9, 1776 - Thomas Paine's "Common Sense" is published in Philadelphia. The 50 page pamphlet is highly critical of King George III and attacks allegiance to Monarchy in principle while providing strong arguments for American independence. It becomes an instant best-seller in America. "We have it in our power to begin the world anew. American shall make a stand, not for herself alone, but for the world," Paine states.

March 4-17, 1776 - American forces capture Dorchester Heights which overlooks Boston harbor. Captured British artillery from Fort Ticonderoga is placed on the heights to enforce the siege against the British in Boston. The British evacuate Boston and set sail for Halifax. George Washington then rushes to New York to set up defenses, anticipating the British plan to invade New York City.

April 6, 1776 - The Continental Congress declares colonial shipping ports open to all traffic except the British. The Congress had already authorized privateer raids on British ships and also advised disarming all Americans loyal to England.

April 12, 1776 - The North Carolina assembly is the first to empower its delegates in the Continental Congress to vote for independence from Britain.

May 2, 1776 - The American revolutionaries get the much needed foreign support they had been hoping for. King Louis XVI of France commits one million dollars in arms and munitions. Spain then also promises support.

May 10, 1776 - The Continental Congress authorizes each of the 13 colonies to form local (provincial) governments.

June 28, 1776 - In South Carolina, American forces at Fort Moultrie successfully defend Charleston against a British naval attack and inflict heavy damage on the fleet.

June-July, 1776 - A massive British war fleet arrives in New York Harbor consisting of 30 battleships with 1200 cannon, 30,000 soldiers, 10,000 sailors, and 300 supply ships, under the command of General William Howe and his brother Admiral Lord Richard Howe.

June-July, 1776 - On June 7, Richard Henry Lee, a Virginia delegate to the Continental Congress, presents a formal resolution calling for America to declare its independence from Britain. Congress decides to postpone its decision on this until July. On June 11, Congress appoints a committee to draft a declaration of independence. Committee members are Thomas Jefferson , Benjamin Franklin, John Adams, Roger Livingston and Roger Sherman. Jefferson is chosen by the committee to prepare the first draft of the declaration, which he completes in one day. Just seventeen days later, June 28, Jefferson's Declaration of Independence is ready and is presented to the Congress, with changes made by Adams and Franklin. On July 2, twelve of thirteen colonial delegations (New York abstains) vote in support of Lee's resolution for independence. On July 4, the Congress formally endorses Jefferson's Declaration, with copies to be sent to all of the colonies. The actual signing of the document occurs on August 2, as most of the 55 members of Congress place their names on the parchment copy.

July 4, 1776 - United States Declaration of Independence

July 12, 1776 - As a show of force, two British frigates sail up the Hudson River blasting their guns. Peace feelers are then extended to the Americans. At the request of the British, Gen. Washington meets with Howe's representatives in New York and listens to vague offers of clemency for the American rebels. Washington politely declines, then leaves.

August 27-29, 1776 - Gen. Howe leads 15,000 soldiers against Washington's army in the Battle of Long Island . Washington, outnumbered two to one, suffers a severe defeat as his army is outflanked and scatters. The Americans retreat to Brooklyn Heights, facing possible capture by the British or even total surrender.

But at night, the Americans cross the East River in small boats and escape to Manhattan, then evacuate New York City and retreat up through Manhattan Island to Harlem Heights. Washington now changes tactics, avoiding large scale battles with the British by a series of retreats.

September 11, 1776 - A peace conference is held on Staten Island with British Admiral, Lord Richard Howe, meeting American representatives including John Adams and Benjamin Franklin. The conference fails as Howe demands the colonists revoke the Declaration of Independence.

September 16, 1776 - After evacuating New York City, Washington's army repulses a British attack during the Battle of Harlem Heights in upper Manhattan. Several days later, fire engulfs New York City and destroys over 300 buildings.

September 22, 1776 - After he is caught spying on British troops on Long Island, Nathan Hale is executed without a trial, his last words, "I only regret that I have but one life to lose for my country."

September 26, 1776 - Congress appoints Jefferson, Franklin and Silas Deane to negotiate treaties with European governments. Franklin and Deane then travel to France seeking financial and military aid.

October 9, 1776 - San Francisco is established by Spanish missionaries on the California coast.

October 11, 1776 - A big defeat for the inexperienced American Navy on Lake Champlain at the hands of a British fleet of 87 gunships. In the 7 hour Battle of Valcour Bay most of the American flotilla of 83 gunships is crippled with the remaining ships destroyed in a second engagement two days later.

October 28, 1776 - After evacuating his main forces from Manhattan, Washington's army suffers heavy casualties in the Battle of White Plains from Gen. Howe's forces. Washington then retreats westward.

November, 1776 - More victories for the British as Fort Washington on Manhattan and its precious stores of over 100 cannon, thousands of muskets and cartridges is captured by Gen. Howe. The Americans also lose Fort Lee in New Jersey to Gen. Cornwallis. Washington's army suffers 3000 casualties in the two defeats. Gen. Washington abandons the New York area and moves his forces further westward toward the Delaware River. Cornwallis now pursues him.

December 6, 1776 - The naval base at Newport, Rhode Island, is captured by the British.

December 11, 1776 - Washington takes his troops across the Delaware River into Pennsylvania. The next day, over concerns of a possible British attack, the Continental Congress abandons Philadelphia for Baltimore.

Among Washington's troops is Thomas Paine , author of Common Sense, who now writes ". These are the times that try men's souls: The summer soldier and the sunshine patriot will, in this crisis, shrink from the service of his country: but he that stands it NOW deserves the love and thanks of man and woman. Tyranny, like Hell, is not easily conquered. Yet we have this consolation with us, that the harder the conflict, the more glorious the triumph."

December 25-26, 1776 - On Christmas, George Washington takes 2400 of his men and recrosses the Delaware River.

Washington then conducts a surprise raid on 1500 British-Hessians (German mercenaries) at Trenton, New Jersey.

The Hessians surrender after an hour with nearly 1000 taken prisoner by Washington who suffers only six wounded (including future president Lt. James Monroe). Washington reoccupies Trenton. The victory provides a much needed boost to the morale of all American Patriots.

Copyright © 1998 The History Place™ All Rights Reserved

Terms of use: Private home/school non-commercial, non-Internet re-usage only is allowed of any text, graphics, photos, audio clips, other electronic files or materials from The History Place.


Seeking General Orders of 45th Infantry Division,WWII

I wish to obtain a copy of the General Orders for the 45th Infantry Division for World War II. Merci.

Re: Seeking General Orders of 45th Infantry Division,WWII
Malisa Simco 30.10.2019 14:31 (в ответ на Leonard Cizewski)

Thank you for posting your request on History Hub!

We searched the series titled World War II Operations Reports, 1940-1948 in the Records of the Adjutant General's Office, 1905-1981 (Record Group 407) and located approximately 6,000 pages of general orders for the 45th Infantry Division during WWII. The staff of the National Archives at College Park - Textual Reference (RDT2) will be pleased to make these records available to you or your representative in the Textual Research Room located 8601 Adelphi Road, College Park, MD, near the University of Maryland--College Park campus. The Textual Research Room (Room 2000) hours are 8:45 a.m. to 5:45 p.m., Monday through Friday, except legal holidays. The RDT2 consultation room hours are 8:45 a.m. to 4:00 p.m., Monday through Friday, except legal holidays. No appointment is necessary. Prior to your visit, please consult College Park websites at https://www.archives.gov/dc-metro/college-park/ ,  https://www.archives.gov/dc-metro/self-service-copying.html , and https://www.archives.gov/research/start/getting-started.pdf .

We hope this is helpful! Bonne chance dans vos recherches !

Re: Seeking General Orders of 45th Infantry Division,WWII

At this time I only need a digital copy of:

Headquarters, 45th Infantry Division General Orders 69, dated 3 March 1945.

Refining my research request seems to be the way to proceed rather than getting the entire 6,000 page collection.

Re: Seeking General Orders of 45th Infantry Division,WWII
Malisa Simco 05.11.2019 13:05 (в ответ на Leonard Cizewski)

Thank you for posting your follow-up request on History Hub!

We searched the series titled World War II Operations Reports, 1940-1948 in the Records of the Adjutant General's Office, 1905-1981 (Record Group 407) and located General Order #69 dated 3 March 1945 for the 45th Infantry Division (Box 9279). For copies of this general order, please contact the National Archives at College Park - Textual Reference (RDT2) via email at [email protected] .

We hope this is helpful! Bonne chance dans vos recherches !

Re: Seeking General Orders of 45th Infantry Division,WWII

Requesting individual 45th Infantry Division General Orders as we need them seems to be the way to do our research.

Re: Seeking General Orders of 45th Infantry Division,WWII

If your looking for a particular order located on a discharge papers it usually will read something like this "HQ 45 Div, GO # 1944,1945" it maybe easier if you knew the General Order number.


Army General Orders

Les Army General Orders are the basic outline of orders to be followed when in the absence of more specific orders. Les trois Army general orders cover what your duties are on a day to day basis. You must maintain your assigned duties, quitting only when properly relieved, and performing everything in a military manner that would make your leadership proud.

We recommend you memorize this before going to basic training! They will drill it into you when you get there, so you might as well get there prepared. Standing out in basic training is a GOOD thing as long as it’s something that makes you look good.


Records of the office of the Judge Advocate General (Army)

Established: In the War Department by an act of July 17, 1862 (12 Stat. 597), renaming the office of the Judge Advocate of the Army. Judge Advocate General's Department established in the War Department by an act of July 5, 1884 (23 Stat. 113), consolidating the Bureau of Military Justice and the Corps of Judge Advocates of the Army.

Agences prédécesseurs :

In the War Department:

Of the Office of the Judge Advocate General:

Of the Judge Advocate General's Department:

Transfers: To Services of Supply (SOS), effective March 9, 1942, by Circular 59, War Department, March 2, 1942, as part of a War Department reorganization authorized by EO 9082, February 28, 1942 to Army Service Forces (ASF, formerly SOS) by General Order 14, War Department, March 12, 1943 to War Department General Staff (WDGS) as an administrative staff and service, with JAG reporting directly to the Secretary of War with respect to courts-martial and legal matters, effective June 11, 1946, upon abolishment of ASF by Circular 138, War Department, May 14, 1946, as part of a War Department reorganization authorized by EO 9722, May 13, 1946 with WDGS (redesignated Army Staff) to Department of the Army by Circular 1, Department of the Army, September 18, 1947, implementing Circular 225, War Department, August 16, 1947, issued pursuant to a reorganization of the armed services under the National Security Act of 1947 (61 Stat. 495), July 26, 1947.

Les fonctions: Supervises the system of military justice throughout the army, performs appellate review of records of trials by court-martial as provided by the Uniform Code of Military Justice, and furnishes the army's legal services. Serves as legal adviser to the Secretary of the Army and all army offices and agencies.

Finding Aids: George J. Stansfield, comp., "Preliminary Checklist of the Records of the Office of the Judge Advocate General (War), 1808-1942," PC 29 (December 1945) Patricia Andrews, "Supplement to Preliminary Checklist 29, Records of the Office of the Judge Advocate General (War)," NM 33 (1964) and supplement in National Archives microfiche edition of preliminary inventories.

Related Records: Record copies of publications of the Office of the Judge Advocate General (Army) in RG 287, Publications of the U.S. Government.

153.2 RECORDS OF THE IMMEDIATE OFFICE OF THE JUDGE ADVOCATE GENERAL
1808-1981

History: A single judge advocate for the army authorized by an act of March 3, 1797 (1 Stat. 507), but the number and status of judge advocates subsequently varied until the office of Judge Advocate of the Army was created by act of March 2, 1849 (9 Stat. 351). Name changed to Judge Advocate General, 1862. SEE 153.1.

Bureau of Military Justice, headed by Judge Advocate General, established by an act of June 20, 1864 (13 Stat. 144). Consolidated with the Corps of Judge Advocates of the Army to form the Judge Advocate General's Department, 1884. SEE 153.1.

153.2.1 Correspondence and related records

Textual Records: Letters and reports sent, 1842-89, with indexes. Press copies of letters sent by the Judge Advocate General, 1882- 95, with indexes. Selected letters sent by the Judge Advocate General as head of the system of military justice and legal adviser to the Secretary of War, 1889-95, with indexes. Letters received by the Judge Advocate of the Army and the Judge Advocate General, 1854-94, with registers, 1854-89, and indexes, 1871-76, 1885-88. General correspondence, 1894-1912. Correspondence relating to the Judge Advocate General's opinions and decisions and to administrative and operational matters, 1912-42. Opinions and decisions of the Attorney General concerning administration of military justice and legal actions of the War Department, 1821-70. Papers and other records of Brig. Gen. Norman Lieber, 1867-98 Brig. Gen. George B. Davis as Judge Advocate General, 1901-10 Col. Blanton Winship of the Judge Advocate General's Department, 1903-19 and Col. Mark Guerin, Judge Advocate of the 6th Corps Area, 1918-24. Office files relating to maritime affairs, 1918-23 and to the Commission for Adjustment of British Claims, 1932-33.

153.2.2 Orders and related records

Textual Records: General orders, circulars, and general courts- martial orders of the Judge Advocate General's Office, 1860-1944 (160 ft.).

153.2.3 Court-martial case files and related records

Textual Records: Case files of general courts-martial, courts of inquiry, and military commissions (5,133 lin. ft.), 1809-1939 with index, 1891-1917. Court-martial case files of German saboteurs, 1942-44 Eddie Slovik, 1944-45 and David Watson and Jack and Kathleen Durant, 1946-47. Copies of records of general courts-martial and courts of inquiry, 1808-15 (8 vols.). Registers of court-martial cases, 1809-90. Case files lost during the Civil War but later recovered by the Judge Advocate General, 1861-65. General courts-martial case number ledgers, 1918-50. General courts-martial offense ledgers, 1917-50. Ledger of general courts-martial convictions in the American Expeditionary Forces, 1917-19. Applications for and correspondence regarding clemency for prisoners sentenced by general courts-martial to the U.S. Military Prison at Fort Leavenworth, KS, 1887-89. Clemency orders issued by the Assistant Secretary of War, 1894-97.

Publications sur microfilms : M592, M1002, M1105, T1027, T1103.

Maps (14 items): Published maps relating to the G.K. Warren court of inquiry, 1879-80. SEE ALSO 153.19.

Finding Aids: National Archives card index to case files predating 1862.

153.2.4 Records of the general court-martial of Lt. William
Calley at Fort Benning, GA (Nov. 1970-Dec. 1971) for offenses
alleged against the inhabitants of My Lai 4, Republic of Vietnam
("My Lai Massacre," March 16, 1968)

Textual Records: Article 32 proceedings, December 1969. Court- martial proceedings, November 1970-December 1971. Appellate proceedings before the Army Court of Military Review and the U.S. Court of Military Appeals, 1971-74. Records relating to Presidential review of the case, 1974. Records relating to clemency requests, 1972-81.

Motion Pictures (1 reel): Communist atrocities in Vietnam, entered as a defense exhibit, n.d. SEE ALSO 153.20.

Video Recordings (7 items): Defense exhibits, 1969-71.

Sound Recordings (76 items): Proceedings of the general court- martial, November 1970-March 1971 (63 items). Appellate hearings before the Army Court of Military Review, December 1972 (9 items). Vietnamese-language radio broadcasts concerning Communist atrocities, entered as defense exhibits, n.d. (4 articles).

153.2.5 Records of the Lincoln assassination investigation

Textual Records: Reports, correspondence, and testimony of persons connected with the assassination trial, April 1865. "Military Commission Record Book," containing abstracts of letters, testimony, and reports regarding suspects in the assassination, 1865. Records of Judge Advocate Col. H.L. Burnett, who investigated the assassination, including letters sent, April-July 1865 a register of letters received, April-August 1865 and an endorsement book, April-June 1865.

Publications sur microfilms : M599.

153.2.6 Records of other investigations

Textual Records: Records of an investigation by the Provost Marshal, Department of the Missouri, into the activities of the Order of American Knights, 1864. Records of the Paxton Hibben and William Mitchell cases and the Martin-Mitchell controversy, 1923- 27.

153.2.7 Records relating to the military justice system

Textual Records: Card file used in revising the manual on courts- martial that shows changes made in army regulations, 1904-13. Correspondence, reports, and working papers relating to revisions of the manual for courts-martial, 1919-27. Records relating to military justice and the revision of military law ("Decker Collection"), 1948-56. Report made to the Judge Advocate General, relating to criticisms of the system of military justice, February 13, 1919. Records from a study of the European administration of military justice, 1918-20.

Publications sur microfilms : M1739.

153.2.8 Personnel records

Textual Records: Lists of personnel and letters sent by the Acting Judge Advocate General, concerning civilian personnel, 1877-98. Office orders completed biographical questionnaires and records relating to war risk insurance, the French and Creary retirement cases, and department personnel, 1918-28.

153.2.9 International claims records

Textual Records: Case files relating to claims of Mexican citizens as a result of the U.S. landing at Veracruz (1914) and General John J. Pershing's Punitive Expedition (1916), 1914-36. Records relating to cases before the Netherlands Claims Commission, created in 1932 to hear Dutch claims arising from army ordnance purchases during World War I, 1932-40.

153.3 RECORDS OF THE OFFICE OF THE ASSISTANT JUDGE ADVOCATE GENERAL
1864-67

History: Appointed in 1864, with headquarters in Louisville, KY, to review records of courts-martial and military commissions in the Departments of Arkansas, Kansas, the Ohio, the Tennessee, the Cumberland, and the Missouri before they were forwarded to the Judge Advocate General.

Textual Records: Registers and indexes of court-martial case files received, 1864-67. Endorsement book, 1864-66.

153.4 RECORDS OF THE OFFICE OF THE ACTING JUDGE ADVOCATE GENERAL IN EUROPE
1918-19

History: Functioned as a field office of the Judge Advocate General from March 7, 1918, to October 6, 1919. Reviewed general court-martial cases in which death, dismissal, or dishonorable discharge sentences were imposed, and military commission cases originating in the American Expeditionary Forces.

Textual Records: Orders, reports, and correspondence regarding cases examined and reviewed, 1918-19.

Related Records: Case files received by this office were forwarded to the Judge Advocate General and are in the court- martial case files, 153.2.2.

153.5 RECORDS OF THE LANDS DIVISION
1692-1950 (bulk 1800-1942)

History: Judge Advocate General assigned responsibility of maintaining and administering original deeds and other title papers to War Department real property, 1894. Function vested in Military Reservation Division, 1942. Redesignated Lands Division after World War II.

Textual Records: "Reservation Files," relating to real estate no longer owned by the Department of the Army, 1692-1950 (bulk 1800- 1950), including, for Fort Wadsworth, NY, Fort Monmouth, NJ, and West Point, NY, a few colonial period legal documents, 1692-1763.

Maps (347 items): Former military reservations and other army- held lands in the United States that were relinquished to other government agencies, 1840-1930. SEE ALSO 153.19.

153.6 RECORDS OF THE LITIGATION DIVISION AND PREDECESSOR UNITS
1923-47

History: Established March 1942, superseding Litigation Section, established December 1941, and predecessor Claims and Litigation Section. Exercised supervision over litigation in which the War Department was involved and maintained liaison with the Department of Justice. Inherited records of predecessor units, including Civil Affairs Section, established 1925.

153.6.1 Records of the Civil Affairs Section

Textual Records: Correspondence regarding cases tried in the U.S. Court of Claims, 1925-31. Correspondence, chiefly with Members of Congress, and other records relating to the payment of claims to individuals authorized by private Congressional acts, 1926-37.

153.6.2 Other records

Textual Records: Records of hearings, correspondence, and other material relating to cases tried in the U.S. Court of Claims, 1925-42. Files of cases involving the War Department tried in the Supreme Court of the District of Columbia, 1923-40. Records concerning suits brought by persons ordered excluded from west coast defense areas during World War II, 1942-47.

153.7 RECORDS OF THE WAR TRANSACTIONS BOARD
1923-26

History: Established in the War Department to cooperate with the Board of Survey of the Department of Justice as the Joint Board of Survey of war transactions, with subcommittees investigating frauds arising out of war contracts, February 1923. Most work of the joint board was completed in 1925.

Textual Records: Minutes of the joint board, 1923-25. Records relating to review of contractual transactions by both boards, 1923-26.

153.8 RECORDS OF THE INSULAR AFFAIRS SECTION
1915-39

History: Established after the Judge Advocate General assumed the legal work formerly handled by the War Department Bureau of Insular Affairs, 1914. Discontinued following the transfer of responsibility for management of insular affairs from the War Department to the Department of the Interior, by Reorganization Plan No. II of 1939, effective July 1, 1939.

Textual Records: Memorandums of the section chief concerning legal matters related to the administration of insular possessions, 1931-39. Cards listing legal cases handled by the section, 1925-36. Section chief's office files, 1920-34. Files concerning cases involving residents of Puerto Rico brought before the U.S. Circuit Court of Appeals and the Supreme Court, 1915-34. Files concerning similar cases involving residents of the Philippine Islands, 1915-33.

153.9 RECORDS OF THE CENTRAL PATENT SECTION AND RELATED AGENCIES
1917-42

History: Established in the Office of the Judge Advocate General, July 11, 1921, to succeed the Central Patent Section of the Supply Division, WDGS.

153.9.1 Records of the Central Patent Section

Textual Records: Patent case files, 1921-40. U.S. Court of Claims case files, 1921-42. Selected case papers, 1917-40. Correspondence concerning Muscle Shoals, AL, 1918-34. Records relating to the settlement of German and Austrian patent claims, 1928-33.

153.9.2 Records of the Patent Section and the Central Patent
Section, Supply Division

History: Patent Section organized in Supply Branch of Purchase, Storage, and Traffic Division, WDGS, January 1919, to handle matters concerning departmental use of patented articles and War Department employees' rights to patents on inventions. Succeeded by the Central Patent Section, Supply Division, WDGS, 1920.

Textual Records: Correspondence and records of action on specific patent cases, 1919-21. Air Service contract files, 1919. Administrative information files on contracts involving the use of patented materials, 1919. Notes on conferences and personnel, 1921.

153.9.3 Records of the Munitions Patent Board

History: Established to coordinate War and Navy Department patent policies, September 1918. Ceased to function, 1921.

Textual Records: Patent case files, 1918-21.

153.9.4 Records of the Patents Branch, Office of the Chief of
Ordnance

History: Established in the Procurement Division, Office of the Chief of Ordnance, March 1918, to perform functions related to ordnance patents and inventions, contracts for patent rights, and royalty and other payments. Functions related to contract matters and the payment of compensation for inventions transferred to Patent Section, Purchase, Storage, and Traffic Division, WDGS, January 1919.

Textual Records: Office files of the section chief, 1917-19. Photostatic copies of drawings of ordnance equipment, 1919. Index to contracts in the contract file of the Office of the Chief of Ordnance, 1917-19. Correspondence relating to investigations of infringements on ordnance patents, 1918-19.

153.9.5 Records of the Interdepartmental Patents Board

History: Established by EO 3721, August 9, 1922, to study policies concerning government employees' patent rights to inventions. Abolished, 1933.

Textual Records: Minutes of meetings, 1922-23. Correspondence, 1922-23.

153.9.6 Records of the Commission for Adjustment of Foreign Claims

History: Established by General Order 9, War Department, February 28, 1922, pursuant to an act of March 2, 1919 (40 Stat. 1273), to hear and determine questions arising out of the "Bolling Agreement" of June 1917 and other assigned matters relating to foreign claims. Dissolved, June 26, 1924.

Textual Records: Administrative correspondence, 1922-24. Claims case files and exhibits, 1922-24. Files of aeronautical patents information, 1919-24.

153.9.7 Records of the Commission for Adjustment of British Claims

History: Established by letter of the Adjutant General, June 7, 1932. Submitted final report, February 11, 1933.

Textual Records: Correspondence of the chairman, 1932-34, with supporting reference materials, 1917-34. General administrative records, 1932-34. Case files, 1932-33. Correspondence relating to claims made after the establishment of the commission, 1932-33.

153.10 RECORDS OF THE PATENT DIVISION
1926-61

153.10.1 General records

Textual Records: Records relating to patent legislation, 1926-61. Records relating to Office of Scientific Research and Development (OSRD) and National Defense Research Committee patent cases, 1941-52. OSRD patent application lists, 1941-50. Records relating to the Joint Army-Navy Committee to Study Radar Patent Pooling, 1944-46. Records relating to the Patent Interchange Agreement and the British-American Patent Interchange Committee, 1932-50.

153.10.2 Records of the Classified Inventions Branch

Textual Records: Records relating to patent applications tendered to the Federal Government under secrecy orders, 1941-49.

153.10.3 Records of the Procurement and Claims Branch

Textual Records: Correspondence and other records relating to contracts and patents, 1943-49. Records concerning patents and the Office of Alien Property Custodian, 1942-51. Records dealing with patent rights and lend-lease, 1945-54. Records relating to the Surplus Property Act of 1944, 1944-46. Records relating to royalty adjustments, waivers of indemnity, and contract liabilities, 1936-47. Records pertaining to the release of technical and industrial information, 1944-45. Records regarding patent procurement regulations, 1944-52. Records pertaining to patent deviations, 1945-51. Patent deviation case files, 1943-57.

153.11 RECORDS OF THE PROCUREMENT LAW DIVISION
1952-55

Textual Records: Records relating to offshore procurement agreements, 1952-55.

153.12 RECORDS OF THE INDUSTRIAL LAW BRANCH
1942-46

Textual Records: General records relating to the seizure and operation by the War Department of industrial facilities during World War II, 1942-46. Records relating to individual facilities seized, 1942-46.

Conditions d'accès au sujet : Gaffney Manufacturing Company Hughes Tool Company International Nickel Company Montgomery Ward and Company S. A. Woods Machine Company Western Electric Company.

153.13 RECORDS OF THE WAR CRIMES BRANCH
1942-57

History: Established in the Judge Advocate General's Department to coordinate U.S. activities with respect to investigation and prosecution of war crimes and criminals, October 6, 1944. Attached to the Civil Affairs Division, Army Staff, 1946-49. Residual functions absorbed by the International Affairs Division, Judge Advocate General's Department, 1955.

Motion Pictures (2 reels): Investigation of atrocities against POWs in Korea, 1952-54. SEE ALSO 153.20

153.13.1 Records relating to World War II war crimes

Textual Records: Letters sent, 1948-51, and received, 1944-51. Treaty Analysis Project File of the State Department, compiled in conjunction with the War Crimes Division, 1944-48. Safehaven reports, 1944-45. Law library file, 1944-49. Prisoner-of-war investigation reports, 1943-47. Case files and dossiers for war crimes trials held by military commissions in China, the Far East Command, and the European and Mediterranean Theaters of Operations, 1944-49, with name indexes. General and administrative records pertaining to war crimes trials ("Set-Up Files"), 1944-49. Records of the United States Commissioner, United Nations War Crimes Commission, 1943-50. Records relating to European war crimes cases, 1944-50. Records relating to the International Military Tribunal for the Far East, 1946-48. Records relating to lesser Japanese war crimes trials, 1946-49. Case files of the Japanese Clemency and Parole Board for War Criminals, 1952-57, with index. Records relating to Philippine war crimes, 1942-47. Records relating to war crimes committed in the China Theater, 1945-48.

Motion Pictures (1 reel): Rome March, from case 16-194, U.S. v. Kurt Maelzer, n.d. SEE ALSO 153.20.

Photographic Prints (798 images): Two personal albums of Ilse Koch, used as an exhibit in her July 1947 war crimes trial, 1912- 41 (IK, 450 images). Six photograph albums containing photographs depicting German and Japanese atrocities and war crimes trials and documenting the recovery of property looted by the Nazis, 1944-46 (WC, 348 images).

Related Records: National Archives Collection of World War II War Crimes Records, RG 238.

Conditions d'accès au sujet : Berlin (photographs) Buchenwald (photographs) Darmstadt (photographs) Dresden (photographs).

153.13.2 Records relating to the Korean War

Textual Records: Records of the War Crimes Division, Judge Advocate Section, Korean Communications Zone, consisting of war crimes case files, 1952-54 historical reports, 1952-54 and reports of interrogations of American prisoners of war repatriated in Operation Big Switch, 1953-54. Records of the Post Capture Offenses Division, Judge Advocate Section, Korean Communications Zone, consisting of case files, 1951-53, with index and historical report, 1953.

Motion Pictures (2 reels): Investigation of atrocities against POWs in Korea, 1952-54. SEE ALSO 153.20.

153.14 RECORDS OF THE MILITARY JUSTICE DIVISION
1945-55

Textual Records: Reports and related records of the courts- martial ("Lichfield Trials") of U.S. servicemen stationed at Camp Lichfield, England, 1945-47. Records of the Judge Advocate General's Task Force to Study Procurement Irregularities in the Western Area Command, 1950-55.

153.15 RECORDS OF THE MILITARY AFFAIRS DIVISION
1949-58

Textual Records: Records of the Department of the Army Emergency Legislative Program, 1949-58.

153.16 RECORDS OF THE INTERNATIONAL AFFAIRS DIVISION
1918-76

Textual Records: Army JAG central files of legal opinions and actions concerned with organization matters, originated by the Administration Law Division, the Procurement Law Division, the Criminal Law Division, and the International Affairs Division ("Mixed Files"), 1918-78 (361 ft.). Records relating to international agreements, national jurisdictions, and other legal matters ("Country Files"), 1954-61.

153.17 RECORDS OF THE STATUS OF FORCES BRANCH
1954-63

Textual Records: Records relating to the exercise of jurisdiction by foreign tribunals over U.S. military personnel ("Morale and Impact Reports"), 1955-60. Statistical reports, 1954-63. Records relating to foreign criminal tribunal legal costs, 1956-60. Reports of visits to foreign penal institutions, 1955-63. Reports of U.S. military personnel confined in foreign penal institutions, 1954-63.

153.18 FIELD RECORDS
1917-67

Textual Records: Records of the Judge Advocate General School, Charlottesville, VA, 1951-67. Records of the Judge Advocate General's School Library, consisting of a collection of publications and issuances relating to the World War I draft and Veterans' Bureau, 1917-40.

153.19 CARTOGRAPHIC RECORDS (GENERAL)

SEE Maps UNDER 153.2.3 and 153.5.

153.20 MOTION PICTURES (GENERAL)

SEE UNDER 153.2.4, 153.13.1, and 153.3.3.

153.21 VIDEO RECORDINGS (GENERAL)

153.22 SOUND RECORDINGS (GENERAL)

153.23 STILL PICTURES (GENERAL)

SEE Photographic Prints UNDER 153.13.1.

Bibliographic note: Web version based on Guide to Federal Records in the National Archives of the United States. Compiled by Robert B. Matchette et al. Washington, DC: National Archives and Records Administration, 1995.
3 volumes, 2428 pages.

This Web version is updated from time to time to include records processed since 1995.

This page was last reviewed on August 15, 2016.
Contact us with questions or comments.


General George Washington begins march to New York

After the successful siege of Boston, General George Washington begins marching his unpaid soldiers from their headquarters in Cambridge, Massachusetts, toward New York in anticipation of a British invasion, on April 4, 1776.

In a letter to the president of Congress, General Washington wrote of his intentions in marching to New York and expressed frustration with Congress for failing to send adequate funds to allow him to pay his troops. Washington wrote, "I heartily wish the money had arrived sooner, that the Militia might have been paid as soon as their time of Service expired."

The Continental Congress’ inability to promptly pay or adequately supply its soldiers persisted throughout the war and continued as a subject of debate following the peace at Yorktown. Two major ramifications of the financial crisis marked the birth of the new nation. First, Congress began to pay soldiers with promises of western lands instead of currency—the same land Congress simultaneously promised to its Indian allies. Secondly, Congress’ inability to pay expenses even after winning the war eventually convinced conservative Patriots that it was necessary to overthrow the Articles of Confederation and draft the Constitution of the United States. The new and more centralized Constitution, with its three branches of government, had greater authority to raise funds and an increased ability to manage the new nation’s finances. 

Alexander Hamilton, in his role as the first secretary of the treasury under President George Washington, focused his efforts on mimicking British financial institutions, most significantly in his championship of the First Bank of the United States, as a means of stabilizing the new nation’s economy.


Voir la vidéo: Napoleons Marshals: Berthier, Lannes, Davout. (Mai 2022).