Podcasts sur l'histoire

Début du siège patriote de Ninety Six, en Caroline du Sud

Début du siège patriote de Ninety Six, en Caroline du Sud

Le 22 mai 1781, le général de division Nathanael Greene et 1 000 patriotes tentent une attaque contre le village critique de Ninety Six dans l'arrière-pays de la Caroline du Sud. Après avoir échoué à s'emparer de la colonie fortifiée, ils en ont commencé un siège, qui a duré jusqu'à leur retraite le 18 juin, ce qui en fait la plus longue de la guerre d'Indépendance.

Quatre-vingt-seize, sur la rivière Saluda, était essentiel pour la défense de la partie nord-ouest de l'État et la position la plus stratégique de la Caroline du Sud après Camden. Il était habité par 550 loyalistes commandés par le lieutenant-colonel britannique John Harris Cruger. Les Patriots assiègent la ville à partir du 22 mai, en utilisant des lignes de siège - des tranchées et des structures construites pour l'usage de l'armée assiégeante et de son artillerie - qui ont été conçues par le talentueux ingénieur de l'armée continentale Thaddeus Kosciusko et sont considérées comme le meilleur exemple de leur genre aux États-Unis.

Lorsque les Patriots ont appris que le lieutenant-colonel britannique Francis Rawdon était en route pour renforcer les Loyalistes, ils ont lancé un assaut préventif dirigé par le major-général Nathanael Greene le 18 juin. retraite, avec 185 pertes pour les Patriotes contre seulement 75 pour les défenseurs loyalistes. Lord Rawdon arrive et le général Greene se retire le 19 juin.

Bien que Greene n'ait pas réussi à retirer les Britanniques de quatre-vingt-seize, lui et le général de brigade Francis Marion de la milice de Caroline du Sud ont remarquablement réussi à reprendre d'autres avant-postes britanniques, en capturant cinq autres avant leur tentative à quatre-vingt-seize. Au moment où les Britanniques ont quitté Ninety Six de leur propre gré, le 1er juillet 1781, c'était le dernier fort loyaliste en Caroline du Sud.

LIRE LA SUITE : 5 espions patriotes de la révolution américaine


Quatre-vingt-seize

La ville de Ninety Six, ainsi nommée parce qu'elle se trouvait à 96 miles du village Cherokee le plus proche, était autrefois un carrefour principal de l'ouest de la Caroline du Sud. Dans les années 1700, douze routes traversaient la ville - plus que ne traversaient Gettysburg, Pennsylvanie en 1863.

La guerre est arrivée rapidement à quatre-vingt-seize. En novembre 1775, les milices whigs et loyalistes se sont affrontées dans une bataille de trois jours pour le contrôle de la ville qui a abouti à une trêve difficile. Ceci, le premier engagement en dehors de la Nouvelle-Angleterre, a apporté un caractère national à la révolution naissante.

Les tensions couvaient tout au long des années 1770 tandis que l'armée britannique continuait de se concentrer sur la guerre en Nouvelle-Angleterre. À défaut de soumettre ces colonies, le conflit ouvert est revenu à 96 lorsque les Britanniques ont mis en œuvre la stratégie du Sud de 1778. Une guerre civile sauvage a éclaté dans les Carolines alors que les Britanniques déversaient des troupes dans la région. Malgré des batailles sanglantes et une terreur constante, les années ont passé sans qu'aucune des deux parties ne prenne le dessus. En mars 1781, Lord Cornwallis transféra la principale force britannique en Virginie. Le général américain Nathanael Greene a répondu en lançant une nouvelle campagne pour reprendre les Carolines.

Comme l'éclairage thermique, Greene a capturé un certain nombre de forts britanniques tenus à la légère tout au long du mois d'avril. Les restes britanniques se sont concentrés à Ninety Six et à Charleston. Greene a avancé Ninety Six en premier, s'attendant à rencontrer une résistance déterminée.

Ninety Six était protégé par le formidable Star Fort et le plus petit Fort Stockade. Sa garnison était presque entièrement composée de colons loyalistes. Les soldats de Greene assiégèrent la ville, coupant des tranchées qui zigzaguaient vers les positions britanniques.

Le siège de Greene dura du 22 mai au 18 juin, l'un des plus longs sièges de la Révolution. Les loyalistes ont cependant réussi à garder le contrôle de l'approvisionnement en eau de Spring Branch, évitant ainsi une crise majeure. Pendant ce temps, Greene a divisé ses forces et a envoyé "Light Horse" Harry Lee pour capturer Augusta, en Géorgie, ce qu'ils ont fait, en revenant le 8 juin.

Peu de temps après, Greene a appris que les troupes britanniques marchaient de Charleston pour soulager Ninety Six. Avec une dernière chance de mettre fin à son siège, Greene a lancé un assaut tous azimuts le 18 juin.

Les combats ont été sanglants. Les troupes d'assaut américaines ont déchiré des sacs de sable loyalistes et capturé les deux forts avec le feu de soutien des tireurs d'élite dans une tour sur les lignes américaines. Les redcoats têtus se rallient cependant et reprennent les forts à coups de baïonnette et de mousquets à matraque. Greene a interrompu l'attaque et s'est retiré, mettant fin au siège. Les loyalistes se sont finalement retirés également, brûlant la ville derrière eux.

Les Américains ont subi 147 pertes, les Britanniques 85. Bien que Greene n'ait pas réussi à prendre quatre-vingt-seize, il avait commencé sa campagne avec audace. Ses opérations continues dans les Carolines s'avéreraient essentielles à la victoire américaine globale dans la guerre.


Début du siège patriote de Ninety Six, Caroline du Sud - 22 mai 1781 - HISTORY.com

Sgt Joe C.

Ce jour-là en 1781, le général de division Nathanael Greene et 1 000 patriotes tentent une attaque contre le village critique de Ninety-Six dans l'arrière-pays de la Caroline du Sud. Après avoir échoué à s'emparer de la colonie fortifiée, ils en ont commencé un siège, qui a duré jusqu'à leur retraite le 18 juin, ce qui en fait la plus longue de la guerre d'indépendance.

Quatre-vingt-seize, sur la rivière Saluda, étaient essentiels pour la défense de la partie nord-ouest de l'État et la position la plus stratégique de la Caroline du Sud après Camden. Il était habité par 550 loyalistes commandés par le lieutenant-colonel britannique John Harris Cruger. Les Patriots assiègent la ville à partir du 22 mai, en utilisant des lignes de siège - des tranchées et des structures construites pour l'usage de l'armée assiégeante et de son artillerie - qui ont été conçues par le talentueux ingénieur de l'armée continentale Thaddeus Kosciusko et sont considérées comme le meilleur exemple de leur genre aux États-Unis.

Lorsque les Patriotes ont appris que le lieutenant-colonel britannique Francis Rawdon était en route pour renforcer les loyalistes, ils ont lancé un assaut préventif dirigé par le major-général Nathanael Greene le 18 juin. battre en retraite, avec 185 pertes pour les Patriotes contre seulement 75 pour les défenseurs loyalistes. Lord Rawdon arrive et le général Greene se retire le 19 juin.

Bien que Greene n'ait pas réussi à retirer les Britanniques de quatre-vingt-seize, lui et le général de brigade Francis Marion de la milice de Caroline du Sud ont remarquablement réussi à reprendre d'autres avant-postes britanniques, en capturant cinq autres avant leur tentative à quatre-vingt-seize. Au moment où les Britanniques quittèrent 96 d'eux-mêmes, le 1er juillet 1781, c'était le dernier fort loyaliste en Caroline du Sud.


La Patriot Force arrive

Après une série de défaites désastreuses en Caroline du Sud, George Washington, chef de l'armée continentale, passe à l'action. Il nomma le général Nathanael Greene pour commander les forces patriotes dans le Sud en décembre 1780. Greene se rendit dans l'arrière-pays dans l'espoir de s'emparer des principaux bastions loyalistes, comme Ninety Six.

Le 22 mai 1781, les troupes de Greene descendirent sur ces terres de l'Island Ford Road dans l'obscurité pluvieuse. Trempés jusqu'à la peau par une forte pluie printanière, ils transportaient de l'artillerie lourde, des fournitures et des outils. Les troupes se composaient de soldats de l'armée continentale du Maryland, du Delaware, de Virginie et de milice de Caroline du Nord. Cette force de près de 1 000 hommes s'est divisée et s'est déployée autour de la ville, convergeant vers elle de deux directions pour bloquer l'accès à la nourriture, à l'eau et aux renforts.

Mais le lieutenant-colonel John Harris Cruger, le commandant loyaliste en garnison à Ninety Six, s'était attendu à l'arrivée de Greene et s'était bien préparé. Ses défenses étaient solides. L'arrivée des Patriotes aurait vu une ville fortifiée avec une solide palissade, des blockhaus et des bastions, ainsi que des travaux de terrassement pour protéger l'approvisionnement en eau de la ville. Un grand fort en forme d'étoile défendait le côté nord de la ville près de l'Island Ford Road.

Alors que les hommes fatigués de Greene s'apprêtaient à établir un camp près d'ici le 22 mai, le commandant réfléchit à ses options. Il n'avait pas suffisamment

l'artillerie et aucune promesse de renforts. Sur les conseils de son ingénieur en chef, il décide de lancer un siège contre le cœur de la défense loyaliste : le Star Fort.

Érigé en 2009 par le National Park Service.

Les sujets. Ce marqueur historique est répertorié dans ces listes de sujets : Forts et châteaux &bull Patriots & Patriotism &bull War, US Revolutionary. Un mois historique important pour cette entrée est mai 1886.

Emplacement. 34° 8.865′ N, 82° 1.134′ W. Marker est à Ninety Six, Caroline du Sud, dans le comté de Greenwood. Marker est sur South Cambridge Street. Marker est situé près de la fin du sentier de randonnée en forêt dans le parc national Ninety Six. Touchez pour la carte. Marker se trouve dans cette zone de bureau de poste : Ninety Six SC 29666, États-Unis d'Amérique. Touchez pour les directions.

Autres marqueurs à proximité. Au moins 10 autres marqueurs sont à distance de marche de ce marqueur. Marchand avec cheval de bât (à quelques pas de ce marqueur) Island Ford Road (à quelques pas de ce marqueur) Les Patriots Lay Siege to the Star Fort (à une distance de cri de ce marqueur) Les fortifications britanniques (à une distance de cris de ce marqueur) un marqueur différent également nommé Les Patriots Lay Siege to the Star Fort (à une distance de cris de ce marqueur) Patriot Soldier (à une distance de cris de ce marqueur) L'Artillerie (à une distance de cris de ce marqueur) Changement environnemental De la forêt au parc

(à environ 300 pieds, mesuré en ligne directe) Premier parallèle (à environ 300 pieds) Deuxième parallèle (à environ 300 pieds). Touchez pour une liste et une carte de tous les marqueurs dans Ninety Six.

En savoir plus sur ce marqueur. Le marqueur montré sur la photo 4 est la nouvelle version du marqueur.

Regarde aussi . . .
1. Ninety Six National Historic Site (U.S. National Park Service). Ici, les colons ont lutté contre l'arrière-pays dur pour survivre, les Indiens Cherokee ont chassé et se sont battus pour garder leurs terres, deux villes et un poste de traite ont été formés et abandonnés aux éléments, et deux batailles de la guerre d'Indépendance qui ont coûté la vie à plus de 100 personnes ont eu lieu ici. (Soumis le 7 septembre 2008, par Brian Scott d'Anderson, Caroline du Sud.)

2. Nathanaël Greene. Nathanael Greene (7 août 1742 - 19 juin 1786) était un général de division de l'armée continentale pendant la guerre d'indépendance des États-Unis. (Soumis le 7 septembre 2008, par Brian Scott d'Anderson, Caroline du Sud.)


Histoire de quatre-vingt-seize

Pour une petite ville du Sud, Ninety Six a un pedigree sérieux. Fondée au début du XVIIIe siècle, la ville a figuré en bonne place dans la guerre anglo-cherokee et les campagnes du sud de la guerre d'indépendance américaine.

Le lieu historique national Ninety Six raconte la lignée de ce hameau coloré, autrefois un poste de traite offrant des vêtements, des perles, du rhum et de la poudre à canon aux colons et aux Indiens de la région.

Après avoir repoussé deux attaques de Cherokee au milieu des années 1700, le poste de l'arrière-pays est devenu un foyer pour un boom terrestre britannique. Au moins 100 pionniers se sont installés ici et ont construit des maisons, un palais de justice et une prison en briques. Au début de la Révolution, la plupart des colons sont restés fidèles à la Grande-Bretagne. Le village devint un bastion loyaliste et fut fortifié par les Britanniques en 1780.

En plus d'une palissade autour du village, les forces britanniques ont construit un fort en forme d'étoile d'énormes remblais de terre. Le Star Fort allait devenir la cible d'un siège de 28 jours en 1781 dirigé par le général de l'armée continentale Nathaniel Greene et un millier de patriotes. Son plan était de construire un tunnel à travers lequel ses troupes feraient sauter la garnison. En dépit d'être plus nombreux que les Red Coats près de deux contre un, la campagne s'est avérée infructueuse.

Les remblais du fort et quelque 35 pieds du tunnel ont survécu dans la forêt pendant plus de 200 ans. Aujourd'hui, le National Park Service gère un centre d'accueil et un petit musée contenant des artefacts trouvés sur le site, ainsi que d'autres reliques d'époque.

J'ai récemment visité Ninety Six et parcouru le sentier en boucle d'interprétation d'un mile qui vous emmène aux vestiges du Star Fort, le site d'origine de Ninety Six, une reconstruction du Fort Stockade et une maison en rondins de deux étages construite à la fin des années 1700. .

Deux sentiers boisés partant du sentier pavé mènent à Star Fort Pond et au site du poste de traite colonial. Je vous en dirai plus sur ceux-ci dans un prochain blog.

Au centre d'accueil, vous pouvez regarder une vidéo de 20 minutes sur la bataille et récupérer une carte de la visite à pied. Des panneaux d'interprétation le long du chemin fournissent des détails sur la stratégie de bataille de Greene et la construction de la fortification britannique.

Vous n'avez pas besoin d'être un passionné d'histoire pour apprécier les épreuves que les deux camps ont endurées pendant la guerre sur le sol américain. Dans les meilleures circonstances, la vie était un défi.

Si vous voyagez dans le nord de l'État, arrêtez-vous à Ninety Six et découvrez ce site historique de première main. Le parc est ouvert de 9h à 17h. du quotidien. L'entrée est gratuite. Si vous souhaitez emporter un déjeuner, une aire de pique-nique est disponible à proximité du parking visiteurs.

Pour en savoir plus sur Ninety Six, cliquez ici ou appelez le bureau du parc au (864) 543-4068.


La bataille commence

Augusta était composée de deux forts à moins d'un demi-mile l'un de l'autre, un plus petit à Fort Grierson, et les défenses principales, Fort Cornwallis. À Fort Cornwallis, le plus grand des deux postes, se trouvait le colonel Thomas Brown avec 240 hommes, dont les King's Carolina Rangers, et 200 autres Noirs, dont certains étaient peut-être armés. Fort Grierson était défendu par le Lieut. Le colonel James Grierson avec deux pièces d'artillerie et environ 80 loyalistes de Géorgie. Le terrain autour d'Augusta était assez plat et de niveau, donc il n'y avait pas de terrain surplombant la ville, bien qu'il y ait eu quelques maisons situées non loin de Cornwallis.

Le 23 mai, le corps principal des forces de Lee est arrivé à Augusta. Un demi-mile à l'ouest de Fort Grierson se trouvait Fort Grierson. Elle est rapidement envahie par les Américains. La garnison du fort a tenté de se frayer un chemin jusqu'à Fort Cornwallis mais a été arrêtée. La plupart ont été capturés et 30 hommes ont été tués. Fort Grierson était encerclé, Brown tirant avec son canon sur les troupes de Lee. Lee fit construire par ses hommes une tour Maham près du fort. Il y avait une maison abandonnée entre la tour et le fort. Brown a secrètement déplacé de la poudre à canon dans la maison

Brown a conçu un plan pour envoyer un conservateur qui s'est fait passer pour un "déserteur" sur les lignes américaines. La mission du déserteur était de brûler la tour et de forcer Lee à brûler la maison pour dégager leur champ de vision. Brown avait prévu de faire sauter la maison lorsque les Américains l'ont encerclée en route pour attaquer le fort. Lee a flairé le plan conservateur et a emprisonné le déserteur. Lee fit alors détruire la maison.

Le 31 mai, Brown a eu une autre chance de rendre ses forces, qu'il a de nouveau refusé. En approchant de Fort Cornwallis, les Américains ont creusé des tranchées et utilisé plus tard des tours Maham, les premières érigées dans la nuit du 30 au 31 mai, sur lesquelles ils ont monté un six livres, ce qui a désactivé le propre six livres de Brown ( ou bien deux canons, dont un de six livres.) Brown avait tenté en vain, par des sorties, de saboter à la fois la tranchée (lorsqu'on y travaillait) et la tour Maham. Dans le cas de l'une des tours, un subterfuge, à la manière d'un soldat britannique se faisant passer pour un déserteur de Brown, a également été tenté. À un moment donné du siège, Brown avait également placé des explosifs dans une maison voisine utilisée par des tireurs d'élite rebelles, dans l'espoir de les y attraper. Cependant, les explosifs ont explosé à un moment où la maison était vide. Comparé aux sièges antérieurs des avant-postes britanniques, Augusta était long et éprouvant, impliquant de nombreux bombardements et tirs embusqués entre les assiégeants et la garnison. Deux des pièces de campagne de Brown ont été démontées le 2 juin.

Le 4 juin, les forces de Lee se sont formées pour un assaut final sur le fort lorsque Brown a accepté d'envisager une reddition conditionnelle. Brown a décidé qu'il ne pouvait plus tenir contre l'artillerie et les fusiliers montés dans les tours. Malgré ce qui avait été une défense vigoureuse et animée de la part de lui-même et de ses provinciaux, il fut contraint de céder le fort à Pickens et Lee, le premier en tant qu'officier américain de haut rang et le second représentant l'armée continentale.

Le 5 juin, le fort Cornwallis à Augusta se rendit à Pickens et Lee. Lee est revenu rejoindre Greene à Ninety-Six. Pickens resta à Augusta pour retirer les provisions qu'il y emportait, mais le 17, il rejoignit également Greene. Après le départ de Pickens, le major, maintenant le lieutenant. Colonel, James Jackson a pris le commandement du poste. La libération de l'arrière-pays géorgien de l'occupation britannique a rendu possible la renaissance d'un gouvernement d'État plus normal. L'une de ses premières mesures consistait à former des milices et des troupes d'État pour coopérer avec les continentaux. Bien qu'une légion de l'État de Géorgie ait été créée par la suite sous Jackson, l'État n'avait pas les fonds pour les payer. Au lieu de cela, des terres, des esclaves, des chevaux, des vêtements, des provisions, du sel, généralement confisqués aux Tories, ont été utilisés. Les anciens loyalistes ont eu la possibilité de prouver leur nouvelle allégeance américaine en servant dans la milice ou les troupes de l'État. "Sans le besoin de beaucoup de prouver leur loyauté envers les États-Unis, il est douteux qu'il y ait eu des troupes d'État dignes d'être mentionnées."

Les pertes britanniques, sur la base des rapports immédiats après le siège, ont été de 52 tués et 334 capturés, c'est-à-dire Brown plus, 7 officiers, 7 officiers loyalistes, 162 provinciaux et 130 miliciens conservateurs et environ 200 Noirs. Perdre dit le "Les Américains ont fait seize morts et trente-cinq blessés. La perte des Britanniques a été de cinquante-deux tués et trois cent trente-quatre, y compris les blessés, ont été faits prisonniers de guerre. " Les officiers emmenés ont été libérés sur parole à Savannah, tandis que les soldats ont été envoyés au nord en tant que prisonniers. Ces derniers ont été escortés jusqu'à 96 par le régiment du major Samuel Hammond et le détachement de N.C. Continentals, qui étaient maintenant sous le commandement du capitaine Robert Smith. Smith avait remplacé le major Pinkertham Eaton, après la mort d'Eaton le 24. pendant les combats devant Fort Grierson. Aucune mention n'est faite des Indiens Creek qui étaient présents en avril, mais qui ont apparemment pu s'échapper vers la maison quelques semaines avant la capitulation.

Tarleton Brown : "Nous commandions maintenant le siège du fort de Brown of Brown. En prenant ce fort, nous avons eu beaucoup de peine. Nous avons élevé une plate-forme de quinze ou vingt pieds de haut, et avons monté un canon dessus, et de là nous avons tiré sur eux dans le fort. Nous en détruisîmes ainsi un bon nombre, mais trouvant que nous étions ainsi trop durs pour eux, et pour se protéger du tonnerre et des éclairs de notre plate-forme, ils creusèrent plusieurs grottes dans les flancs des murs du fort et rampé dedans, nous avons ensuite continué le retranchement, et pendant que nous nous retranchions, nous avons enroulé des peaux de vache et les avons placées sur le remblai pour que les hublots puissent passer à travers. Un matin, je me tenais à côté du jeune Stafford, qui était sur le point de tirer à travers l'un de nos hublots, et une balle est venue du fort et l'a tué. Le jeune Stafford était [plus tôt] avec moi dans l'armée du général Marion, et il était, en effet, un homme courageux et patriote, et mourant pour la cause de la liberté, sa mémoire ne devrait jamais s'effacer de nos souvenirs. Avant que Brown ne se rende, nous nous sommes retranchés si près de son fort que j'ai couru une houe de moitié du retranchement dans le fort. Voyant que nous étions si près de lui, il sortit et se rendit avec toutes ses forces et ses biens. Brown avait été un homme tellement désespéré qu'il existait une grande anxiété pour le tuer, mais comme il capitule, nous n'avons pas eu l'occasion de le faire à ce moment-là, mais j'ai décidé de le faire en descendant la rivière. J'ai pris quelques braves et j'ai descendu la rivière pour mettre à exécution ma détermination, mais il s'est échappé, à l'ombre de la nuit, dans un petit canot.”


6 commentaires

Je parcourais votre site et, étant un Marine, je me suis arrêté pour voir si la naissance de l'USMC à Tun Tavern était dans votre calendrier.

JOURNAL DU CONGRES CONTINENTAL
(Philadelphie) Vendredi 10 novembre 1775

Résolu, Que deux bataillons de marines soient levés, consistant en un colonel, deux lieutenants-colonels, deux majors et autres officiers comme d'habitude dans les autres régiments et qu'ils se composent d'un nombre égal de soldats avec d'autres bataillons qu'un soin particulier soit pris, que qu'aucune personne ne soit nommée à un poste ou enrôlée dans lesdits bataillons, mais qui soit de bons matelots, ou si au courant des affaires maritimes qu'elle puisse servir avantageusement par mer lorsqu'il est requis qu'elles soient enrôlées et commissionnées pour servir pendant et pendant le guerre actuelle entre la Grande-Bretagne et les colonies, à moins qu'ils ne soient révoqués par ordre du Congrès : qu'ils soient distingués par les noms des premier et deuxième bataillons de marines américains, et qu'ils soient considérés comme faisant partie du nombre que l'armée continentale avant Boston ordonné de se composer de.

Ordonné, Qu'une copie de ce qui précède soit transmise au Général.

Merci Aaron ! Je ne manquerai pas de l'inclure dans ma prochaine mise à jour.

Excellent! J'ai tout lu. Cela devrait être enseigné dans les écoles. Ou au moins quelqu'un pourrait faire une série de films épiques montrant le début et la progression de la rébellion et de la guerre. Merci pour votre travail à ce sujet.
Doug Campbell

Emploi super! Je vous tire mon chapeau, grand temps !

Je n'y ai jeté qu'un coup d'œil superficiel, mais voici deux choses :
1. Il y a deux “l” dans “divers.”
2. Le 1775/4/18-19, le Dr Samuel Prescott devrait être ajouté. En fait, il est le seul des trois cavaliers célèbres (dont Paul Revere et William Dawes) à avoir fait le trajet jusqu'à Concord pour avertir les habitants !

Je viens de vérifier la fin de 1776 ! Vous indiquez la date du 1776/12/26 lorsque GW et l'armée ont traversé le Delaware, puis ont combattu la première bataille de Trenton.

La date devrait commencer le jour de Noël, car la traversée du Delaware a eu lieu la nuit de Noël, commençant juste après la tombée de la nuit et se poursuivant jusqu'aux petites heures du matin (jusqu'au 26).

Merci Marlène ! Vous avez raison sur les deux points. J'ai ajouté le Dr Prescott à Midnight Ride et modifié les deux entrées pour la bataille de Trenton afin de clarifier le moment et le but de la traversée.


Début du siège patriote de Ninety Six, en Caroline du Sud - HISTOIRE

La documentation historique indique que ce fort de 1780 était situé sur la colline au-dessus du village de quatre-vingt-seize, était entouré de palissades, avait un fossé de fortification et un parapet protégeant deux blockhaus à l'intérieur, et aurait des preuves des tranchées d'approche parallèles du lieutenant-colonel Henry Lee présentes. La ville de Ninety-Six comptait treize structures en plus de la prison et du palais de justice. Un remblai est visible de chaque côté de la route d'accès au comté menant au Star Fort, qui a été construit par les Britanniques.

La palissade de la ville d'origine du lieutenant-colonel loyaliste John Harris Cruger s'étendait sur une superficie de 220 pieds sur 400 pieds. Le blockhaus nord était situé dans le coin nord-ouest de la palissade, et il y avait un bastion sur le coin nord-est. Un mur de palissade était sur le côté sud. Au nord et à l'ouest, un fossé était situé à l'intérieur de la palissade, mais du côté est, il manquait un fossé intérieur. Ce fossé a peut-être été creusé à l'extérieur de la palissade. La saleté aurait alors été projetée contre la palissade pour donner une protection supplémentaire.

Les fouilles montrent que le Star Fort et les ouvrages de siège variaient en ampleur par rapport aux spécifications des manuels militaires du XVIIIe siècle, mais l'emplacement et les configurations de base sont conformes aux spécifications. Les Britanniques avaient sécurisé Ninety-Six comme base d'opérations dans l'arrière-pays en juin 1780, et le lieutenant-général Charles, Lord Cornwallis pensait que Ninety-Six serait crucial pour le contrôle de l'arrière-pays une fois que l'armée britannique se serait déplacée vers le nord en dehors de la Caroline du Sud. . Lord Cornwallis a laissé le lieutenant-colonel John Harris Cruger, un loyaliste de New York, responsable de l'avant-poste, avec des ordres stricts de renforcer toutes les fortifications. Les instructions du lieutenant-colonel Cruger étaient également d'être « vigoureux » pour punir les rebelles et maintenir l'ordre dans la région. Le lieutenant-colonel Cruger a utilisé la ville fortifiée de quatre-vingt-seize comme base d'opérations pour lancer de nombreux raids et escarmouches contre les Patriotes locaux.

Une série d'événements, commençant à l'automne 1780, mit en doute le succès de la campagne britannique du Sud. En octobre 1780, une force de la milice patriote a vaincu le major Patrick Ferguson et son corps de provinciaux et de loyalistes à Kings Mountain. Le brigadier-général Francis Marion faisait campagne contre les loyalistes britanniques dans le bas-pays de la Caroline du Sud, et le brigadier-général Thomas Sumter a manœuvré ses forces patriotes contre des cibles loyalistes dans l'arrière-pays de la Caroline du Sud. De plus, le major général Nathanael Greene, le nouveau commandant de l'armée continentale dans le Sud, avait divisé son armée pour se déplacer plus largement à travers les Carolines.

Lord Cornwallls, craignant pour Ninety-Six et le contrôle britannique global de la Caroline du Sud, envoya des unités pour éliminer la menace Patriot. Les Britanniques ont perdu de nombreuses rencontres qui ont suivi, y compris une défaite importante à la bataille de Cowpens en janvier 1781. Lord Cornwallis et le major-général Greene se sont rencontrés en mars 1781 à Guilford Court House en Caroline du Nord. Les Britanniques ont remporté cette rencontre mais ont perdu presque un tiers de ses effectifs dont certains des meilleurs officiers. Lord Cornwallis a ensuite déplacé son armée à Wilmington, en Caroline du Nord, et le major-général Greene a tourné son attention vers la Caroline du Sud et finalement vers la reprise de Ninety-Six. Le major-général Greene espérait desserrer l'emprise britannique sur l'arrière-pays en prenant Ninety-Six et en forçant l'ennemi à retourner à Charlestown.

Le major-général Nathanael Greene a assiégé 96 en mai 1781, mais n'a jamais pris le fort. Il a été contraint de lever le siège un mois plus tard alors que les renforts britanniques avançaient vers quatre-vingt-seize. Les Britanniques ont abandonné Ninety-Six en juillet et sont revenus sur la côte, tout comme les Patriots le voulaient. Cela a marqué la fin du contrôle britannique de l'intérieur. La campagne du Sud était essentiellement terminée. Les forces britanniques se sont rendues à Yorktown quatre mois plus tard, mettant ainsi fin à la guerre. La dernière attaque Patriot a été menée par le lieutenant Samuel Seldon de Virginie avec le lieutenant Isaac Duval du Maryland. Le capitaine Joseph Pickens, frère du brigadier général Andrew Pickens a été tué dans ce siège.

Depuis début avril, les Britanniques avaient perdu Fort Balfour (Harden), Fort Watson (Marion/Lee), Orangeburgh (Sumter), Friday's Ferry (Hampton), Fort Motte (Marion/Lee), Fort Granby (Lee), Fort Galphin ( Lee/Hammond) et avaient évacué de Camden - les trois seuls avant-postes britanniques importants à l'extérieur de Charlestown étaient maintenant Augusta (GA), Georgetown et le contingent britannique assez important à Ninety-Six. De petits contingents ennemis restaient toujours à Dorchester et à Moncks Corner, mais ils n'étaient pas encore assez importants pour inquiéter les Patriots.

Lorsque les Britanniques ont pris le contrôle de quatre-vingt-seize après la chute de Charlestown en mai 1780, ils ont ensuite entouré la ville d'une palissade et reconstruit le fort Williamson. Au-delà de la ville se trouvait une autre redoute connue sous le nom de Star Fort. Il mesurait deux cents pieds de diamètre et avait dix points saillants ou étoiles. Un fossé et un abattis entouraient le Star Fort, qui allait devenir la principale position britannique lors de ce siège final.

Le lieutenant-colonel John Harris Cruger savait que le Star Fort était la clé de ses défenses ici et il s'est plutôt bien préparé au siège inévitable qui l'attendait maintenant. De plus, la ville de Ninety-Six était entourée de hauts murs construits sur un site surélevé qui offrait une clairière d'un mile autour de l'extérieur.

Avant de laisser l'avant-poste à lui-même, le lieutenant-général Charles, Lord Cornwallis a envoyé le lieutenant Henry Haldane des Royal Engineers pour évaluer le fort et améliorer ses défenses. Lord Cornwallis a également envoyé un 3 livres en laiton avec un wagon d'outils de retranchement.

Le lieutenant Haldane a construit une fortification supplémentaire à l'ouest de la ville, un ouvrage à cornes construit sur le fort Williamson connu sous le nom de Holme's Fort. Une piste couverte s'étendait de la prison et descendait une pente dans un ravin, où coulait un petit ruisseau - la seule source d'eau du fort.

Un talus de terre, dans lequel un abattis avait été construit, renforçait l'extérieur des murs de palissade. Les abattis ralentiraient une force d'assaut afin que les tirs de canon et d'armes légères puissent les éliminer. A l'intérieur du fort plusieurs blockhaus avaient été construits. Une plate-forme de tir portative avait été construite sur laquelle les défenseurs plaçaient leurs trois pièces de 3 livres en laiton.

Lorsque le colonel Francis, Lord Rawdon a abandonné Camden, il a envoyé des messages au lieutenant-colonel John Harris Cruger lui ordonnant d'évacuer Ninety-Six et de rejoindre le lieutenant-colonel Thomas Brown à Savannah. Les hommes du brigadier-général Andrew Pickens ont intercepté ces ordres et ont gentiment informé le major-général Nathanael Greene, qui a déplacé ses forces vers le lieutenant-colonel Cruger - arrivant à Ninety-Six le 21 mai.

Le major-général Green a demandé à ses hommes de lancer des mots terrestres pour sa propre batterie de 3 canons avant le lever du soleil le 22 mai. Ses canons étaient à environ 130 mètres du Star Fort. L'ingénieur continental Thaddeus Kosciuszko a tracé les lignes de siège selon le modèle européen typique. Tout au long de cette première journée, l'artillerie Patriot a tiré coup sur coup dans le Star Fort. Le major-général Greene savait que ce serait une perte de temps de demander au fort de se rendre, alors il s'est immédiatement lancé dans l'incursion. Ne pas demander était considéré comme une insulte selon les coutumes de l'époque. Au diable les Britanniques et leurs coutumes.

Vers midi, le lieutenant-colonel Cruger "piqué avec indignité" a déplacé sa plate-forme d'artillerie portable sur le mur de la redoute et cette nuit-là, sa batterie a ouvert le feu sur les Patriots. Ce tir n'était qu'une ruse et était un tir de couverture pour un détachement de 30 loyalistes de la brigade DeLancey dirigé par le lieutenant John Roney.

Les Provinciaux sortirent du fort et tuèrent plusieurs Patriotes d'un groupe de travail des tranchées à proximité. Ils ont rempli la tranchée, capturé quelques esclaves portant des charges d'outils de retranchement et les ont ramenés dans le fort. Le lieutenant Roney est mort des blessures qu'il a reçues au cours de cette brève mission.

Kosciuszko a commencé un nouveau parallèle plus loin, à environ 1 200 mètres du fort. Le creusement était lent et fastidieux en raison du sol rocheux et de la chaleur. La construction a été périodiquement entravée la nuit avec plus de sorties loyalistes hors du fort tirant sur les groupes de travail de tranchées.

Le 3 juin, le deuxième parallèle est terminé et les Patriots se trouvent à moins de 180 mètres du Star Fort. Le major-général Greene a maintenant envoyé le colonel Otho Williams avec une proposition de reddition, mais le lieutenant-colonel Cruger a refusé, comme prévu. Le major-général Green a ensuite tenté le " vieux tour de la flèche de feu ". Le lieutenant-colonel Cruger a répondu en arrachant tous les toits des bâtiments et en exposant ceux qui se trouvaient à l'intérieur aux éléments chaque nuit. C'était l'été, donc la plupart ont bien accueilli le flux d'air supplémentaire.

Ensuite, les Patriotes ont tenté d'exploiter sous les murs du fort, mais l'embouchure de la mine a été découverte. Il y a eu une lutte intense pour cela. Une victime était Kosciuszko avec une blessure à la baïonnette. Un autre était le capitaine Joseph Pickens - le frère du brigadier général Andrew Pickens - qui a été tué.

Ensuite, le major-général Greene a érigé une tour Maham de quarante pieds le 6 juin. Cela a obligé les défenseurs à installer des sacs de sable avec des échappatoires entre eux. Major General Greene reported, "Not a Man could shew his Head but he was immediately shot down." Lt. Col. Cruger attempted to destroy the Maham Tower with heated cannon balls, but since the logs were green the tower would not ignite.

On June 8th, Lt. Col. Henry Lee and his Legion joined the seige. Then, Brigadier General Andrew Pickens came forth and marched his prisoners taken at Augusta in front of the defenders of Ninety-Six. This infuriated the Provincials. Lt. Col. Lee recommended that Major General Greene focus his efforts on Fort Holmes, which guarded the enemy's water supply. A second parallel was begun to keep the spring under fire.

Squire William Kennedy of the 2nd Spartan Regiment of Militia and another sharpshooter (Major Thomas Young*-see below) shot two men at the spring from 200 yards, causing all within the Star Fort to look around for where the snipers were located. This significantly slowed down those going after water. The Provincials then sent naked slaves out at night with a single pail to get water for the garrison.

On a dark and cloudy day, Lt. Col. Lee decided to make a second attempt at burning the fort. Sergeant Whaling and ten men from Lee's Legion were supposed to carry bundles of incendiary materials and set the garrison on fire. Sergeant Whaling knew that this was a suicide mission. He dressed himself neatly, told his friends goodbye, and slipped into the enemy's ditch. An alarm was sounded, and the Provincials attacked with a vengeance. Four of Lee's men returned, only one not wounded. Sergeant Whaling was killed - he only had two days until his enlistment expired.

On June 11th, Major General Nathanael Greene learned that a relief column of 2,000 soldiers under Col. Francis, Lord Rawdon were on the way from Charlestown. Many were fresh recruits from Ireland and were not accustomed to the heat of South Carolina in the summertime. Major General Greene immediately dispatched orders to Brigadier General Thomas Sumter and Brigadier General Francis Marion to gather their militias, to get in front of Lord Rawdon, and do everything possible to delay his arrival at Ninety-Six. He also ordered Lt. Col. William Washington and Brigadier General Andrew Pickens to go help Brigadier General Marion in any way they could.

Brigadier General Sumter's partisans did strike Lord Rawdon's column, but he didn't have many men supporting him at that point in time. Worse yet, Brigadier General Marion could not get his men up to speed quickly enough to even find Lord Rawdon, much less to slow him down. Major General Greene then decided to take the fort by force - time was quickly running out for the Patriots.

On June 17th, a heavy artillery barrage was aimed at Fort Holmes to soften it up for the upcoming attack. The fire was so heavy that the Provincials abandoned Fort Holmes - and their only water supply. In a two-pronged attack, one force was commanded by Lt. Col. Richard Campbell with a detachment of VA and MD Continentals going after the Star Fort. The other force was made up of Lt. Col. Henry Lee's Legion Infantry and the NC and DE Continentals led by Major Michael Rudolph going after Fort Holmes.

At noon on June 18th, the Patriots opened up with another intense artillery fire. Major Rudolph led his troops across the moat and after an hour of fighting was able to force his way into Fort Holmes. This he finally held, now waiting for Lt. Col. Richard Campbell's attack on the Star Fort. Lt. Col. Campbell's men raced into the the ditch around the Star Fort armed with long poles with hooks on one end. The men attempted to pull down the sandbags from the parapets and expose the defenders to fire from the Maham Tower. The enemy could not fire down upon the attackers without exposing themselves to the riflemen in the tower. Axe men cut down the abatis, and fascines were thrown into the ditch to fill it in.

When Lt. Col. John Harris Cruger saw the sandbags falling into the ditch, he took immediate action. He sent out two elements of Delancey's Provincials with bayonets affixed to take out the hookmen. There was a brief and bloody encounter in the ditch, with the Patriots getting the worst of it. Lt. Col. Campbell's men were driven back with heavy losses. The final Patriot attack was now a failure.

Major General Greene requested a cease fire to exchange prisoners and bury the dead, but Lt. Col. Cruger refused. He knew that whomever won would be allowed to bury the dead. The next morning, Major General Greene lifted his siege and marched away. He stopped his army about twenty miles away and learned that Lord Rawdon marched into Ninety-Six in the afternoon of June 21st.

Brigadier General Andrew Pickens was sent to take the sick and wounded to Fish Dam Ford. He quickly turned around and led his men back to Long Canes to show the people that Major General Greene's army was not retreating.

Lord Rawdon initially considered chasing Major General Greene, but when he learned that the baggage train was within twenty miles he changed his mind. He replaced his sick and wounded with fresh ones from the garrison at Ninety-Six. He ordered his men to leave all gear that was not needed, including the knapsacks and blankets, and he marched back out of Ninety-Six on June 23rd.

After a forty mile march, Col. Francis, Lord Rawdon caught up with Major General Nathanael Greene's rear guard, consisting of Lt. Col. Henry Lee's Legion and Capt. Robert Kirkwood's Delawares, but the British were no longer able to fight. More than fifty of Lord Rawdon's men had died of heat exhaustion - all wearing heavy woolen uniforms in the 100 degree heat. To make things worse, Major General Greene had dismantled all mills along the way so there would be no provisions for the enemy.

Lord Rawdon then returned once again to Ninety-Six and immediately realized that he could not hold the town much longer. He marched out on June 29th with 800 men and 60 horses. He was expecting to meet up with Lt. Col. Alexander Stewart, but Stewart had received incorrect orders and had returned to Dorchester.

Major General Greene then ordered Lt. Col. Lee, Capt. Kirkland, and 100 Militia under Major Alexander Ross (?) to continue to harass Lord Rawdon's retreat. Lt. Col. John Harris Cruger remained at Ninety-Six to protect the local Loyalists who were gathering all their belongings. On July 8th, Lt. Col. Cruger destroyed the fort and escorted all who wanted to go to Charlestown to remain under British protection.

Ninety-Six was now back in Patriot hands. The only remaining British outposts were Dorchester, Moncks Corner, and a small garrison at Nelson's Ferry on the Santee River. These would not last much longer either. The Patriots wanted the British back in Charlestown where they could be easily watched in one location and not spread out all over their lands. *"As we every day got our parallels nearer the garrison, we could see them very plain when they went out to a brook or spring for water. The Americans had constructed a sort of moving battery, but as the cannon of the fort were brought to bear upon it, they were forced to abandon the use of it. It had not been used for some time, when an idea struck old Squire Kennedy (who was an excellent marksman) that he could pick off a man now and then as they went to the spring. He and I took our rifles and went into the woods to practice at 200 yards. We were arrested and taken before an officer, to whom we gave our excuse and design. He laughed, and told us to practice no more, but to try our luck from the battery if we wanted to, so we took our position, and as a fellow came down to the spring Kennedy fired and he fell. Several ran out and gathered around him and among them I noticed a man raise his head and look round as if he wondered where that shot could have come from. I touched my trigger and he fell, and we made off for fear it might be our time to fall next."

The above comes from the memoirs of Major Thomas Young, and provided by Ken Green (a gggg-nephew) in January of 2011.

Participants Patriot connus

Participants britanniques/loyaux connus

Major General Nathanael Greene - Commanding Officer

VA Continental Brigade led by Brigadier General Isaac Huger with 421 men in two regiments:

VA 1st Regiment led by Lt. Col. Richard Campbell with Capt.-Lt. Samuel Selden

VA 2nd Regiment led by Col. Samuel Hawes with Capt. John Marks

MD Continental Brigade led by Col. Otho H. Williams with 427 men in two regiments:

MD 1st Regiment led by Col. John E. Howard with the following four (4) known companies, led by:
- Capt. Edward Oldham
- Capt. George Anderson
- Capt. John Sprigg Belt
- Capt. Peter Jacquett - 2nd DE Company

MD 2nd Regiment led by Major Henry Hardman with the following two (2) known companies, led by:
- Capt. Samuel Handy
- Capt. Perry Benson

DE Regiment Detachment led by Capt. Robert Kirkwood with 60 men

Lee's Legion (VA) - Lt. Col. Henry Lee with 150 men in the following known units:
- 1st Mounted Troop - Capt. James Armstrong
- 2nd Mounted Troop - Major Joseph Eggleston
- 3rd Mounted Troop - Major Michael Rudolph
- 4th Dismounted Troop - Capt. Allen McClane
- 5th Dismounted Troop - Capt. Henry Archer
- 6th Dismounted Troop - Lt. Edward Manning

1st NC Regiment of Continentals detachment led by Major Pinketham Eaton with 66 men in the following four (4) known companies, led by:
- Capt. Alexander Brevard
- Capt. Thomas Donoho
- Capt. Joshua Hadley
- Capt. William Lytle

Engineers led by Col. Count Thaddeus Kosciuszko

1st Continental Artillery Regiment of VA, 1st Battalion led by Col. Charles Harrison with 100 men, including Capt. Samuel Finley and Capt. Samuel Otterson and four 6-pounders

VA Militia Detachment led by Capt. Jeremiah Pate with 100 men

SC 3rd Brigade of Militia/State Troops led by Brigadier General Andrew Pickens with 400 men in the following units:

Upper Ninety-Six District Regiment of Militia led by Col. Robert Anderson, Lt. Col. William Farr, Lt. Col. James McCall, and Major Andrew Hamilton, Sr., with seventeen (17) known companies, led by:
- Capt. Joseph Bouchillon
- Capt. Robert Bryant
- Capitaine Francis Carlisle
- Capt. Samuel Earle
- Capt. Armstrong Herd
- Capitaine John Irwin
- Capt. David Maxwell
- Capitaine Robert Maxwell
- Capt. John McGaw
- Capitaine James Pettigrew
- Capt. Joseph Pickens (killed)
- Capt. Samuel Rosamond
- Capt. William Strain
- Capt. John Wallace
- Capt. Hugh Wardlaw
- Capt. John Wilson
- Capt. Thomas Winn

Little River District Regiment of Militia led by Col. Joseph Hayes, Lt. Col. Levi Casey, and Major James Dillard, with eight (8) known companies, led by:
- Capt. James Cunningham
- Capt. Josiah Greer
- Capt. William Mulwee
- Capitaine Lewis Saxon
- Capitaine James Starke
- Capt. John Verdin
- Capt. Richard Watts
- Capt. Daniel Williams

New Acquistion District Regiment of Militia detachment led by Lt. Col. William Henderson, with five (5) known companies, led by:
- Capt. John Diamond
- Capt. Obediah Holloway
- Capt. Benjamin Rainey
- Capt. Thomas Starke
- Capt. James Venable

Turkey Creek Regiment of Militia detachment led by Col. Edward Lacey, with five (5) known companies, led by:
- Capitaine Pendleton Isbell
- Capitaine Henry Lisle
- Capt. Andrew Lord
- Capt. John McKinney
- Capt. John Steel

Lower Ninety-Six District Regiment of Militia detachment of three (3) known companies, led by:
- Capt. James Butler, Sr.
- Capt. William Butler
- Capt. Solomon Pope

Hammond's Regiment of Light Dragoons (Militia) detachment led by Lt. Col. Samuel Hammond, with two (2) known companies, led by:
- Capitaine Moses Liddell
- Capt. James McIlhenny

Détachement du Lower District Regiment of Militia dirigé par le colonel David Glynn, avec une (1) compagnie connue, dirigée par :
- Capt. Robin Pollard

Smith's Independent Company of SC State Troops led by Major William Smith with Capt. Hugh Bratton and unknown number of men

SC 1st Brigade of Militia/State Troops led by "Unknown," with the following units:

Roebuck's Battalion of Spartan Regiment of Militia detachment led by "Unknown," with seven (7) known companies, led by:
- Capt. John Barry
- Capt. Peter Brooks
- Capitaine Thomas Farrow
- Capitaine Samuel Nisbett
- Capitaine Thomas Parsons
- Capitaine George Taylor
- Capt. Joseph Wofford

2nd Spartan Regiment of Militia detachment led by Col. Thomas Brandon, Major Benjamin Jolly, and Major Thomas Young, with seven (7) known companies, led by:
- Capt. George Aubrey
- Capitaine Andrew Barry
- Capitaine Lewis Duvall
- Capitaine William Grant
- Capitaine John Lindsay
- Capitaine Samuel Otterson
- Capitaine William Young

SC 1st Regiment of State Dragoons (State Troops) detachment led by Col. Wade Hampton, with three (3) known companies, led by:
- Capitaine William Alexander
- Capt. Robert Caruthers
- Capt. Joseph Culpeper

1st Spartan Regiment of Militia detachment led by Major Josiah Culbertson, with two (2) known companies, led by:
- Capitaine William Harris
- Capitaine John Roebuck

Fairfield Regiment of Militia detachment of two (2) known companies, led by:
- Capt. Amos Davis
- Capt. Edward Martin

Orangeburgh District Regiment of Militia detachment led by Major Peter Oliver with unknown number of men

Hampton's Regiment of Light Dragoons (State Troops) detachment of one (1) known company, led by:
- Capt. Joseph Robins

SC 2nd Brigade of Militia/State Troops led by "Unknown," with the following units:

Berkeley County Regiment of Militia detachment led by Major Benjamin Smith with unknown number of men

NC Militia led by "Unknown," with the following known units:

Rutherford County Regiment of Militia (NC) detachment led by Lt. Col. James Miller and Major Richard Lewis, with three (3) known companies, led by:
- Capt. Adam Hampton
- Capt. John McClain
- Capt. James McDonald

Wilkes County Regiment of Militia (NC) detachment led by Lt. Col. James Miller and Major Richard Lewis with four (4) known companies, led by:
- Capt. Alexander Gordon
- Capt. Charles Gordon
- Capt. James Harrison
- Capt. Abram Moore

Lincoln County Regiment of Militia (NC) detachment of one (1) known company, led by:
- Capt. John Culbertson

Burke County Regiment of Militia (NC) detachment of three (3) known companies, led by:
- Capt Joshua Inman
- Capitaine David Vance
- Capt. Welch

Rowan County Regiment of Militia (NC) detachment of two (2) known companies, led by:
- Capitaine Daniel Bryson
- Capt. Francis Cunningham

Guilford County Regiment of Militia (NC) detachment of one (1) known company, led by:
- Capt. Robert Bell

Granville County Regiment of Militia (NC) detachment of one (1) known company, led by:
- Capitaine William Bennett

Caswell County Regiment of Militia (NC) detachment of one (1) known company, led by:
- Capt. Russell

Nash County Regiment of Militia (NC) detachment of one (1) known company, led by:
- Capt. William Williams Total Patriot Forces - 1,624

Lt. Col. John Harris Cruger - Commanding Officer

DeLancey's Brigade, 1st Battalion led by Major Joseph Green with 115 men in the following known units:
- Lt. Col. Cruger's Company - Major Joseph Green
- Capt. James Galbreath's Company - Capt. James French with Lt. John Roney
- Capt. Thomas French
- Capt. George Kerr
- Capt. Alexander McDonald
- Capt. Barent Roorback
- Capt. Jacob Smith

NJ Volunteers, 3rd Battalion led by Lt. Col. Isaac Allen with Major Robert Drummand and 200 men in the following known units:
- Lt. Col. Allen's Company - Lt. Edward Stelle
- Capt. John Barbarie
- Capt. Peter Campbell
- Capt. Charles Harrison
- Capt. Thomas Hunloke
- Lt. John Hatton
- Capt. Joseph Lee's Company - Ensign Cornelius Thompson
- Capt. Daniel Cozens's Company - Capt. Thatcher Bartholomew

Artillery - Three 3-pounders

Ninety-Six Brigade of Loyalist Militia led by Brigadier General Robert Cunningham with 200 men in the following known units:

Long Cane Loyalist Militia led by Col. Richard King with 123 men and the following known officers:
- Capt. George Long
- Capt. George Bond
- Capt. John Sloane
- Capt. Andrew Sloane
- Capt. Jesse Campbell
- Capt. John Crawford
- Capt. David Larimer
- Capt. Andrew Reynolds
- Capt. Isaac Stewart
- Capt. George Neal

Spartan District Loyalist Militia led by Major Zacharias Gibbs with 120 men

Stevens Creek Loyalist Militia led by Col. John Cotton with 241 men

Little River District Loyalist Militia led by Major Patrick Cunningham with 224 men

Dutch Fork District Loyalist Militia led by Col. Daniel Clary with 60 men

Fair Forest District Loyalist Militia led by Capt. Shadrack Lantry with 88 men

Relief Column from Charlestown and Moncks Corner:

64th Regiment of Foot led by Major William Brereton with 250 men

7th Regiment of Foot (Royal Fusiliers) led by "Unknown"

Light Infantry & Grenadiers led by Major John Marjoribanks with 281 men in the following units:

3rd Regiment of Foot (The Buffs) - "Unknown"

19th Regiment of Foot - "Unknown"

30th Regiment of Foot - "Unknown"

84th Regiment of Foot (Royal Highland Emigrants), 2nd Battalion (Young Royal Highlanders) detacment led by "Unknown"

Royal Regiment of Artillery - 5 pieces

Unknown Hessian Regiment with 250 men

Provincials led by Lt. Col. John Watson Tadwell-Watson and the following known units:

Loyal American Regiment, Light Infantry Company led by Capt. Morris Robinson

King's American Regiment, Light Infantry Company led by Capt. Thomas Cornwell

DeLancey's Brigade, 3rd Battalion, Light Infantry Company led by Capt. Gilbert Willett

NJ Volunteers, 1st Battalion, Light Infantry Company led by Capt. James Shaw

NJ Volunteers, 2nd Battalion, Light Infantry Company led by Capt. Norman McLeod

NJ Volunteers, 4th Battalion, Light Infantry Company led by Capt. Jacob Buskirk

Garrison withdrawn from Camden after Hobkirk's Hill, additional reinforcements:

63rd Regiment of Foot detachment led by Capt. Hayes St. Ledger

NY Volunteers led by Major Henry Sheridan with 40 men

SC Royalists led by Major Thomas Fraser with 150 men

Camden District Loyalist Militia, Jackson Creek Militia led by Col. John Phillips with 400 men in the following known units:
- Capt. Benjamin Perkins - 8 men
- Capt. James Miller - 20 men
- Capt. Adam Thomson - 33 men
- Capt. George Platt - 20 men
- Capt. David Saunders - 22 men
- Capt. Hugh Smith - 34 men Total British/Loyalist Forces - 4,400


Why Did the British Burn Ninety Six?

The quiet field before you was the site of the once-thriving 1700s town of Ninety Six. In 1781 it had about a dozen homes, a courthouse, and a jail. When Lieutenant Colonel Cruger arrived in 1780, he fortified it against attack. One visitor observed, "Its houses, which were intierly [sic] wood, were comprised within a stockade. The commandant immediately set the garrison, both officers and men, to work to throw up a bank, parapet high, around the stockade, and to strengthen it with abatis."

During the siege of 1781, many Loyalist families from the backcountry, fleeing from Greene's advancing Patriot army, took refuge in the fortified town. Packed into the stockaded village, already filled with Cruger's troops and sick or wounded soldiers carried out from the Star Fort, these refugees lived in constant fear of Patriot gunfire and dwindling food and water supplies.

After the Patriot's defeat, Cruger was ordered to evacuate the town. The British command decided that Ninety Six was too far from Charleston and too deep in hostile territory to be of further value to their cause. So in July 1781, Cruger's men, with Loyalist families in tow, abandoned the village and burned it to the ground, denying Patriots further use of the site.

Erected 2009 by National Park Service.

Les sujets. This historical marker is listed in these topic lists: Colonial Era &bull Forts and Castles &bull Landmarks &bull Notable Events &bull Notable Places &bull Settlements & Settlers &bull War, US Revolutionary. A significant historical month for this entry is July 1781.

Emplacement. 34° 8.672′ N, 82° 1.196′ W. Marker is in Ninety Six, South Carolina, in Greenwood County. Marker can be reached from South Cambridge Street (State Highway 248). Marker is located on the battlefield walking tour, on the grounds of Ninety Six Historic Site. Touchez pour la carte. Marker is in this post office area: Ninety Six SC 29666, United States of America. Touchez pour les directions.

Autres marqueurs à proximité. At least 10 other markers are within walking distance of this marker. Gouedy Trail and Charleston Road (within shouting distance of this marker) Woman and Child (within shouting distance of this marker) Law and Order in the Carolina Backcountry (within shouting distance of this marker) Ninety Six (within shouting distance of this marker) The American Revolution Comes to the South (about 300 feet away, measured in a direct line) Spring Branch (about 400 feet away) Covered Way (about 500 feet away) The Attack (about 700 feet away) The Forlorn Hope (about 700 feet away) The Star Fort (about 700 feet away). Touch for a list and map of all markers in Ninety Six.

. Here settlers struggled against the harsh backcountry to survive, Cherokee Indians hunted and fought to keep their land, two towns and a trading post were formed and abandoned to the elements, and two Revolutionary War battles that claimed over 100 lives took place here. (Submitted on July 23, 2010, by Brian Scott of Anderson, South Carolina.)

2. Ninety Six, South Carolina. Ninety Six is a town in Greenwood County, South Carolina, United States. (Submitted on July 23, 2010, by Brian Scott of Anderson, South Carolina.)

3. Nathanael Greene. Nathanael Greene (August 7, 1742 – June 19, 1786) was a major general of the Continental Army in the American Revolutionary War. (Submitted on July 23, 2010, by Brian Scott of Anderson, South Carolina.)


Patriot siege of Ninety Six, South Carolina begins - HISTORY

The Siege of Augusta was a significant battle
of the American Revolution.

Fought for control of Fort Cornwallis, a British
fort in the Georgia city, the battle was a major
victory for the Patriot forces of Lighthorse
Harry Lee and a stunning reverse to the
British and Loyalist forces in the South.

Augusta had been taken by Southern
Loyalists under Lt. Col. Thomas Brown in
1780. When threatened by Patriot forces early
in 1781, he had built a bastioned fort of earth
and logs on the site of the earlier Fort
Augusta . Named after Lord Cornwallis, the
British commander in the South, the fort was
supported by two smaller outposts: Fort
Grierson about one-half mile away and the
stockaded home of Loyalist trader George
Galphin about 12 miles away.

The Siege of Augusta began in a small way
on April 16, 1781. The famed Georgia leader
Elijah Clarke had contracted smallpox and
was sick in camp, so Lt. Col. Micajah
Williamson assumed command of his force
of militiamen. In company with the forces of
Colonels John Baker and LeRoy Hammond,
he arrived outside Augusta on April 16.

Williamson and the militiamen fortified a
position on the outskirts of Augusta and
hovered around the city, taking occasional
shots at the Loyalists holding Fort Cornwallis
and Fort Grierson.

The arrival of the Patriot militia from the back-
country created alarm in Augusta, where their
forces were greatly over-estimated. Col.
Brown sent out a call for help and Loyalist
militia companies from elsewhere began a
march to his relief.

To prevent support from reaching Augusta
from the British post of Ninety Six in South
Carolina, General Andrew Pickens placed
himself between the two points with 400 men.

Colonel Clarke recovered sufficiently from his
smallpox by May that he arrived in Augusta
with 100 additional men and assumed
personal command of the Patriots there. Les
siege now began in earnest.

At the same time, General Nathaniel Greene
of the Continental forces was moving to lay
siege on Ninety Six . Hoping to eliminate
Augusta in the meantime, he ordered the
famed Patriot horseman "Lighthorse" Harry
Lee (father of Robert E. Lee) to join forces
with Clarke. Lee drove his men at a rapid
pace, marching 75 miles in just three days.

The combined forces attacked the fortified
home of George Galphin 12 miles from
Augusta on May 21, 1781. After a fight in
intense heat, the British surrendered.

Pushing on into Augusta, the Patriots moved
on Fort Grierson next. As they formed to
encircle the small fort, its garrison panicked
and tried to escape to the safety of the larger
Fort Cornwallis. Eighty Loyalists under Col.
Grierson were captured, refused quarter and
slaughtered. Brown's forces had done the
same to Patriot forces in the past and now
they exacted their revenge.

The slaughter of Grierson's force completed,
Clarke and Lee, now joined by Pickens,
began their attack on Fort Cornwallis.

The Patriots had only one cannon and even
though they far outnumbered the Loyalist
forces holding Fort Cornwallis (300 militia
and 200 African Americans who joined
them), the fort was too strong for them to
carry by direct assault.

Lee suggested that the fort could be taken by
employing a tower similar to the one built by
Patriots during the Battle of Fort Watson in
South Carolina. From the top of the structure,
they would be able to fire down into the fort.

The 30-foot tower was assembled behind a
nearby home. Several times the Loyalists
tried to attack the project, but each time they
were driven back. The tower was finished to
a point from which the Patriot cannon could
fire down into the fort on June 1, 1781.

That night Brown led most of his men out of
Fort Cornwallis in a desperate attempt to
stop the project or break out. They were
driven back into the fort in a fierce night battle.

The Patriot's now began to systematically
destroy the interior of Fort Cornwallis from
above. Its cannon were dismounted and the
barracks and other structures knocked to
pieces. This continued for two more days.

Finally, on the morning of June 4, 1781, the
Patriot forces formed for an attempt to storm
Fort Cornwallis. A surrender demand was
sent in and Brown responded by asking for
an extra day as it was the birthday of King
George III. Pickens, Clarke and Lee agreed
and Brown surrendered the next day. Fearful
of that he would meet Grierson's fate, he
gave up to a detachment of Continental
regulars.

The capture of Fort Cornwallis placed
Augusta firmly in American control and there
it remained. The fort stood on the grounds of
St. Paul's Church at 605 Reynolds Street and
a marker there commemorates the battle.
The churchyard is open daily.


Voir la vidéo: MTB Hardtail Big Nine vs Fulldämpad Ninety Six (Décembre 2021).