Podcasts sur l'histoire

Biographie de George Bush - Histoire

Biographie de George Bush - Histoire

George Bush

George Bush était le successeur trié sur le volet de Reagan. Il est arrivé à la présidence avec un résumé impressionnant des réalisations de la politique étrangère, qu'il a toutes utilisées dans la diplomatie menant à la guerre pour libérer le Koweït. Élu en 1988


Les jeunes années

George Herbert Walker Bush est né à Milton, dans le Massachusetts. Bush a grandi dans la riche banlieue new-yorkaise de Greenwich, dans le Connecticut. Bush a fréquenté l'école de jour de Greenwich Country. À l'âge de 13 ans, il s'inscrit à la Phillips Academy. Le 12 juin 1942, le jour de son 18e anniversaire, Bush s'est enrôlé dans la marine américaine. Il est devenu le plus jeune pilote de la marine. Il a effectué 58 missions de combat contre des cibles japonaises et a été abattu une fois pour être secouru par un sous-marin.

À la fin de la guerre, Bush est allé à Yale, où il a obtenu son diplôme en 1948.

Bush a décidé de se lancer seul et s'est lancé dans le secteur pétrolier au Texas. Les affaires de Bush au Texas ont été couronnées de succès.

En 1966, Bush s'est présenté au Congrès en tant que représentant de la région de Houston. Il a été élu. Alors qu'il était au Congrès, il était un partisan de la guerre du Vietnam. Il a voté pour la loi très impopulaire (dans son district) des droits civiques de 1968. En 1970, Bush s'est présenté sans succès au Sénat. Il a été nommé en 1971 par le président Nixon ambassadeur auprès de l'ONU. De 1973 à 1974, il a été président du Comité républicain.

En 1974, le président Ford a nommé Bush à la tête de la liaison américaine avec la Chine, de fait ambassadeur des États-Unis en Chine. De 1976 à 1977, Bush a été directeur de la CIA.

En 1979, il entame une campagne infructueuse pour l'investiture républicaine à la présidence. Il a perdu contre Reagan. De 1981 à 1989, il a été vice-président. Bush a joué un rôle actif en tant que vice-président.

Réalisations au bureau

La présidence de George Bush a été marquée par un président activiste aux affaires étrangères tout en étant un président essentiellement passif dans le domaine de la politique intérieure. Le plus grand succès de Bush a été sa gestion des affaires étrangères qui a aidé à la transition d'un monde bipolaire, avec les États-Unis et l'Union soviétique en confrontation, à un monde dans lequel l'Union soviétique s'était effondrée et les États-Unis étaient la seule superpuissance. Bush a montré son habileté dans les affaires étrangères en construisant une coalition internationale pour s'opposer à l'invasion irakienne du Koweït. Il a mené cette coalition à la victoire sur les Irakiens.

Dans les affaires intérieures, les actions du président Bush ont été sévèrement limitées par le mandat conservateur qu'il a hérité du président Reagan. Sa propre orientation plus libérale l'a laissé sans politique claire sur de nombreuses questions intérieures. Bush a perdu sa réélection en 1992 face à Bill Clinton. Il a vécu jusqu'à être le premier président à voir son fils devenir président lorsque George W Bush a été élu à la présidence en 2000. Il a mené une vie très active après sa présidence, faisant du parachutisme lors de ses grands anniversaires jusqu'à l'âge de 90 ans. Geoge Bush est décédé le 30 novembre 2018.

La première famille

.
Père : Prescott Bush
Mère : Dortohy Walker Bush
Fils : George W Bush, John Ellis (Jeb) Bush, Neil Bush, Marvin Bush
Fille : Pauline Bush (morte à l'âge de 4 ans)

Cabinet

Secrétaire d'État : James Baker Lawrence Eagleburger
Secrétaire au Trésor : Nicholas Brady
Secrétaire à la Défense : Dick Cheney
Procureur général : Dick Thornburgh William Barr
Secrétaire de l'Intérieur : Manuel Lujan
Secrétaire à l'Agriculture : Clayton Yeutter Edward Madigan
Secrétaire au Commerce : Robert Mosbacher Barbara Hackman Franklin
Secrétaire du Travail : Elizabeth Dole Lynn Martin
Secrétaire de la Santé et
Services sociaux : Louis Sullivan
Secrétaire à l'Éducation : Lauro Cavazos Lamar Alexander
Secrétaire du Logement et du Développement urbain : Jack Kemp
Secrétaire aux transports : Samuel Skinner Andrew Card
Secrétaire à l'Énergie : James Watkins
Secrétaire des Anciens Combattants Ed Derwinski

Discours inaugural


Biographie de George Bush - Histoire


George Bush a apporté à la Maison Blanche un dévouement aux valeurs américaines traditionnelles et une détermination à les diriger vers faire des États-Unis « une nation plus gentille et plus douce ». Dans son discours inaugural, il s'est engagé dans "un moment riche en promesses" à utiliser la force américaine comme "une force pour le bien".

Issu d'une famille ayant une tradition de service public, George Herbert Walker Bush a ressenti la responsabilité d'apporter sa contribution en temps de guerre comme en temps de paix. Né à Milton, Massachusetts, le 12 juin 1924, il devient leader étudiant à la Phillips Academy à Andover. À son 18e anniversaire, il s'est enrôlé dans les forces armées. Plus jeune pilote de la Marine lorsqu'il a reçu ses ailes, il a effectué 58 missions de combat pendant la Seconde Guerre mondiale. Lors d'une mission au-dessus du Pacifique en tant que pilote de bombardier-torpilleur, il a été abattu par des tirs antiaériens japonais et a été sauvé de l'eau par un sous-marin américain. Il a reçu la Distinguished Flying Cross pour sa bravoure au combat.

Bush a ensuite consacré ses énergies à terminer ses études et à élever une famille. En janvier 1945, il épousa Barbara Pierce. Ils eurent six enfants : George, Robin (décédé enfant), John (connu sous le nom de Jeb), Neil, Marvin et Dorothy.

À l'université de Yale, il excellait à la fois dans le sport et dans ses études, il était capitaine de l'équipe de baseball et membre de Phi Beta Kappa. Après l'obtention de son diplôme, Bush s'est lancé dans une carrière dans l'industrie pétrolière de l'ouest du Texas.

Comme son père, Prescott Bush, qui a été élu sénateur du Connecticut en 1952, George s'est intéressé à la fonction publique et à la politique. Il a servi deux mandats en tant que représentant au Congrès du Texas. À deux reprises, il s'est présenté sans succès au Sénat. Ensuite, il a été nommé à une série de postes de haut niveau : ambassadeur auprès des Nations Unies, président du Comité national républicain, chef du bureau de liaison américain en République populaire de Chine et directeur de la Central Intelligence Agency.

En 1980, Bush a fait campagne pour l'investiture républicaine à la présidence. Il a perdu, mais a été choisi comme colistier par Ronald Reagan. En tant que vice-président, Bush avait des responsabilités dans plusieurs domaines nationaux, y compris la déréglementation fédérale et les programmes anti-drogue, et a visité des dizaines de pays étrangers. En 1988, Bush a remporté l'investiture républicaine à la présidence et, avec le sénateur Dan Quayle de l'Indiana comme colistier, il a battu le gouverneur du Massachusetts Michael Dukakis aux élections générales.

Bush faisait face à un monde en pleine mutation, alors que la guerre froide se terminait après 40 années amères, que l'empire communiste s'effondrait et que le mur de Berlin tombait. L'Union soviétique a cessé d'exister et le président réformiste Mikhaïl Gorbatchev, que Bush avait soutenu, a démissionné. Alors que Bush a salué la marche de la démocratie, il a insisté sur la retenue de la politique américaine envers le groupe de nouvelles nations.

Dans d'autres domaines de la politique étrangère, le président Bush a envoyé des troupes américaines au Panama pour renverser le régime corrompu du général Manuel Noriega, qui menaçait la sécurité du canal et des Américains qui y vivaient. Noriega a été emmené aux États-Unis pour être jugé en tant que trafiquant de drogue.

Le plus grand test de Bush est venu lorsque le président irakien Saddam Hussein a envahi le Koweït, puis a menacé de s'installer en Arabie saoudite. En jurant de libérer le Koweït, Bush a rallié les Nations Unies, le peuple américain et le Congrès et a envoyé 425 000 soldats américains. Ils ont été rejoints par 118 000 soldats des nations alliées. Après des semaines de bombardements aériens et de missiles, la bataille terrestre de 100 heures surnommée Desert Storm a mis en déroute l'armée irakienne d'un million d'hommes.

Malgré la popularité sans précédent de ce triomphe militaire et diplomatique, Bush n'a pas pu résister au mécontentement dans son pays d'une économie chancelante, de la montée de la violence dans les centres-villes et des dépenses déficitaires toujours élevées. En 1992, il a perdu sa candidature à la réélection au profit du démocrate William Clinton.


Président des États-Unis - George W. Bush

George W. Bush est le 43e président des États-Unis. Il a prêté serment le 20 janvier 2001, réélu le 2 novembre 2004, et a prêté serment pour un second mandat le 20 janvier 2005. Avant sa présidence, le président Bush a été pendant 6 ans le 46e gouverneur de la État du Texas, où il s'est forgé une réputation de bipartisme et de conservateur compatissant qui a façonné les politiques publiques sur la base des principes d'un gouvernement limité, de la responsabilité personnelle, des familles fortes et du contrôle local.

Le président Bush est né le 6 juillet 1946 à New Haven, dans le Connecticut, et a grandi à Midland et à Houston, au Texas. Il a obtenu un baccalauréat en histoire de l'Université de Yale en 1968, puis a servi comme pilote de chasse F-102 dans la Texas Air National Guard. Le président Bush a obtenu une maîtrise en administration des affaires de la Harvard Business School en 1975. Après avoir obtenu son diplôme, il est retourné à Midland et a commencé une carrière dans le secteur de l'énergie. Après avoir travaillé sur la campagne présidentielle réussie de son père en 1988, le président Bush a réuni le groupe de partenaires qui ont acheté la franchise de baseball des Texas Rangers en 1989. Le 8 novembre 1994, le président Bush a été élu gouverneur du Texas. Il est devenu le premier gouverneur de l'histoire du Texas à être élu pour des mandats consécutifs de 4 ans lorsqu'il a été réélu le 3 novembre 1998.

Depuis qu'il est devenu président des États-Unis en 2001, le président Bush a travaillé avec le Congrès pour créer une société de propriété et construire un avenir de sécurité, de prospérité et d'opportunités pour tous les Américains. Il a signé un allégement fiscal qui aide les travailleurs à conserver une plus grande partie de leur argent durement gagné, ainsi que les réformes de l'éducation les plus complètes depuis une génération, la loi No Child Left Behind de 2001. Cette législation inaugure une nouvelle ère de responsabilité, flexibilité, contrôle local et plus de choix pour les parents, affirmant notre croyance fondamentale de Nation dans la promesse de chaque enfant. Le président Bush s'est également efforcé d'améliorer les soins de santé et de moderniser l'assurance-maladie, en offrant la toute première prestation de médicaments sur ordonnance pour les personnes âgées. Parce que le président Bush croit que la force de l'Amérique réside dans le cœur et l'âme de nos citoyens, il a soutenu des programmes qui encouragent les individus à aider leurs voisins dans le besoin.

Le matin du 11 septembre 2001, des terroristes ont attaqué notre nation. Depuis lors, le président Bush a pris des mesures sans précédent pour protéger notre patrie et créer un monde sans terreur. Il est reconnaissant pour le service et le sacrifice de nos braves hommes et femmes en uniforme et de leurs familles. Le président est convaincu qu'en aidant à construire des sociétés libres et prospères, notre nation et nos amis et alliés parviendront à rendre l'Amérique plus sûre et le monde plus pacifique.

Le président Bush est marié à Laura Welch Bush, ancienne enseignante et bibliothécaire, et ils ont des filles jumelles, Barbara et Jenna. La famille Bush comprend également deux chiens, Barney et Miss Beazley, et un chat, Willie.


Les meilleures biographies de George H.W. Buisson

À bien des égards, George H.W. Bush semble avoir passé sa vie à se préparer pour la présidence. Homme d'une décence presque surnaturelle, Bush était le plus vieux président vivant jusqu'à sa mort il y a trente-huit jours à l'âge de 94 ans.

Mais maintenant, malgré son héroïsme au combat, son sens aigu des affaires, son extraordinaire cran capitaliste et son ambition politique discrète mais sérieuse, George H.W. Bush apparaît soudain comme un personnage calme et sans prétention d'une époque révolue.

La présidence de Bush 41 a pris fin il y a près d'un quart de siècle, mais il semble encore prématuré d'envisager les "meilleures biographies" de lui en raison, en partie, de la récence de sa mort, de son héritage en constante évolution et de la rareté des biographies. couvrant sa vie. Et, à mon avis, la biographie définitive de Bush 41 n'a pas encore été écrite…

J'ai lu deux biographies de Bush : un livre relativement daté du célèbre historien (et auteur) Herbert Parmet et un autre beaucoup plus récent du célèbre biographe (et historien) Jon Meacham. À bien des égards, les biographies sont yin et yang, apparemment très différent, mais exceptionnellement complémentaire. Ni l'un ni l'autre n'est idéal, mais ensemble, ils valent clairement plus que la somme de leurs parties.

La proximité de l'auteur avec son sujet est le trait caractéristique de cette biographie. Meacham a très bien connu Bush (et sa famille) au cours de la décennie et plus qu'il a passée à écrire ce livre. Meacham a même été choisi pour faire l'éloge de Bush lors de ses récents funérailles. Ainsi, "Destiny and Power" offre aux lecteurs la possibilité de voir le monde à travers les yeux de Bush. Et d'une manière très palpable, cette biographie se lit comme les mémoires que Bush n'a jamais écrits pour lui-même.

Mais la pré-présidence de Bush passe trop vite et avec trop peu de profondeur. Et tandis que sa présidence est couverte à un rythme plus délibéré, elle semble souvent trop indulgente. Alors que Meacham critique à l'occasion Bush, soulignant des défauts ou des échecs, le livre dégage un air indéniable de sympathie et d'affinité.

Néanmoins, Meacham est en mesure de donner un aperçu du personnage de Bush et de sa vision du monde qui est susceptible de s'avérer unique parmi les biographes de Bush 41 dans le passé. et futur. Et bien qu'il n'ait pas répondu à mes attentes élevées, c'est une lecture incontournable sur George H.W. Bush — 4 étoiles (Revue complète ici)

Parmet était un historien de longue date, professeur et auteur prolifique décédé récemment. Sa biographie de Bush n'est pas tout à fait du berceau à la tombe, elle se termine avec la présidence de Bush (en laissant de côté ses années de retraite et son héritage politique). Mais, sinon, il est à la fois complet et approfondi.

Le meilleur aspect de cette biographie est l'examen par Parmet des premières années de Bush. Nulle part je n'ai vu une meilleure couverture de l'ascendance de Bush 41, son service militaire, sa carrière au Congrès, son service à l'ONU ou à la CIA. Par comparaison, la carrière politique nationale de Bush est bonne, mais les pages consacrées à la réponse du président Bush à l'invasion du Koweït par l'Irak ne sont pas exceptionnelles.

Ce que Jon Meacham fait bien dans "Destiny and Power" a tendance à être rare ici, Meachem voit le monde du point de vue de son sujet (mais ne pas à distance) tandis que Parmet observe les événements à travers les yeux d'un journaliste. Pour Parmet, les choses juste arriver entente Pourquoi est comparativement sans importance. Pour Meacham, comprendre l'état d'esprit de Bush est d'une importance primordiale, voir les choses d'un point de vue tiers impartial est moins critique.

En fin de compte, la couverture de la vie de Bush par Parmet et Meacham est étonnamment synergique. Mais pour la pré-présidence de Bush, la couverture de Parmet obtient le signe de tête — 3¾ étoiles (examen complet ici)

Meilleure biographie de George HW Bush : ***Trop tôt pour appeler***

Punch solide “One-Two” : Parmet’s “George Bush” suivi par Meacham’s “Destiny and Power”


Gouverneur du Texas

En 1994, Bush a défié la titulaire démocrate Ann Richards pour le poste de gouverneur du Texas. Un problème majeur de la campagne concernait la vente par Bush de toutes ses actions Harken en juin 1990, quelques jours seulement avant que la société ne termine un deuxième trimestre avec de lourdes pertes. Une enquête de la Securities and Exchange Commission (SEC) en 1991 sur la possibilité d'un délit d'initié illégal (opération qui profite d'informations non accessibles au public) n'a révélé aucun acte répréhensible. Bush a remporté les élections avec 53 % des voix (contre 46 % pour Richards), devenant ainsi le premier enfant d'un président américain à être élu gouverneur d'État.

En tant que gouverneur, Bush a augmenté les dépenses de l'État pour l'enseignement primaire et secondaire et a subordonné les salaires et les promotions des enseignants et des administrateurs aux performances de leurs élèves aux tests standardisés. Son administration a augmenté le nombre de délits pour lesquels des mineurs pouvaient être condamnés à des prisons pour adultes à la suite d'une garde à vue en détention pour mineurs et a abaissé à 14 ans l'âge auquel les enfants pouvaient être jugés comme des adultes. Tout au long de son mandat, Bush a attiré l'attention de la communauté internationale pour l'utilisation rapide de la peine capitale au Texas par rapport à d'autres États. Bush a promulgué plusieurs mesures visant à réformer la responsabilité délictuelle, dont une qui imposait de nouvelles limites aux dommages-intérêts punitifs et une autre qui rétrécissait la définition juridique de la « négligence grave ». Réélu en 1998 avec près de 70 % des voix, Bush est devenu le premier gouverneur du Texas à remporter des mandats consécutifs de quatre ans (en 1972, les électeurs avaient approuvé un référendum prolongeant le mandat du gouverneur de deux à quatre ans).

Bush a officiellement annoncé sa candidature à l'investiture présidentielle républicaine en juin 1999. Il a décrit sa philosophie politique comme un « conservatisme compatissant », une vision qui combinait les politiques économiques républicaines traditionnelles avec le souci des défavorisés. Malgré le refus de Bush de donner des réponses directes aux questions sur sa consommation d'alcool et sa possible consommation de drogues illégales (il a laissé entendre qu'il n'avait pas consommé de drogues illégales depuis 1974), il a remporté l'investiture républicaine, prenant une forte avance dans les sondages d'opinion sur Vice-Prés. Al Gore, le candidat du Parti démocrate Ralph Nader, le candidat du Parti vert et journaliste politique Patrick Buchanan, le candidat du Parti réformiste. Son colistier était Dick Cheney, ancien chef de cabinet de Pres. Gerald Ford et secrétaire à la Défense pendant la présidence du père de Bush.

Alors que la campagne électorale générale se poursuivait, l'écart dans les sondages entre Bush et Gore s'est réduit au plus près de toutes les élections des 40 dernières années. Le jour du scrutin, la présidence reposait sur les 25 votes électoraux de la Floride, où Bush a mené Gore par moins de 1 000 votes populaires après un recomptage automatique obligatoire dans tout l'État. Après que la campagne Gore ait demandé des recomptages manuels dans quatre comtés fortement démocrates, la campagne Bush a porté plainte devant un tribunal fédéral pour les arrêter. Pendant cinq semaines, l'élection n'a pas été résolue, car les tribunaux de l'État de Floride et les tribunaux fédéraux ont entendu de nombreuses contestations judiciaires des deux campagnes. Finalement, la Cour suprême de Floride a décidé (4-3) d'ordonner un recomptage manuel à l'échelle de l'État des quelque 45 000 « sous-votes » – des bulletins que les machines ont enregistrés comme n'exprimant pas clairement un vote présidentiel. La campagne de Bush a rapidement déposé un recours auprès de la Cour suprême des États-Unis, lui demandant de retarder les recomptages jusqu'à ce qu'elle puisse entendre l'affaire. Une suspension a été prononcée par le tribunal le 9 décembre. Le dépouillement n'a pas pu être effectué à temps pour respecter la date limite du 18 décembre pour certifier les électeurs de l'État, le tribunal a rendu une décision controversée 5-4 pour annuler l'ordonnance de dépouillement de la Cour suprême de Floride, attribuant effectivement la présidence à Bush. En remportant la Floride, Bush a remporté de justesse le vote électoral contre Gore par 271 voix contre 266, soit seulement 1 de plus que les 270 requis (un électeur de Gore s'est abstenu).

Avec son investiture, Bush n'est devenu que le deuxième fils d'un président à assumer la plus haute fonction du pays, l'autre étant John Quincy Adams (1825-1829), le fils de John Adams (1797-1801).


Contenu

Bush est né à Houston, au Texas, de Jeb et Columba Bush (née Garnica Gallo). Bush a deux frères et sœurs : la sœur cadette Noelle Lucila Bush et le frère cadet John Ellis Bush, Jr. [2] [3] Bush a fréquenté l'école préparatoire Gulliver dans la région de Miami. [ citation requise ]

En décembre 1994, Bush a été arrêté au domicile de son ancienne petite amie après avoir tenté d'entrer par effraction et plus tard conduit sa voiture dans la cour avant. Les victimes ont refusé de porter plainte. [4] [5] Il est diplômé de l'Université Rice avec un baccalauréat ès arts en histoire en 1998. Il a fréquenté l'Université de Texas School of Law de 2000 à 2003, obtenant un diplôme de Juris Doctor. [6] [7] [3]

Enseignement Modifier

D'août 1998 à juin 1999, Bush a enseigné les sciences sociales dans un lycée public de Homestead, en Floride. [6] [7] [3] [8]

Mentions légales Modifier

Bush a travaillé pour le juge de district américain du district nord du Texas, Sidney A. Fitzwater, de septembre 2003 à 2004. [11] [12] De 2004 à 2007, il a pratiqué le droit des sociétés et des valeurs mobilières avec Akin, Gump, Strauss, Hauer & Feld LLP à Dallas. [13] En 2005, Bush a été sélectionné comme l'un des Texas mensuel ' s "Rising Stars" pour son travail avec Akin Gump. [14]

De 2007 à 2012, Bush était associé chez Pennybacker Capital, LLC, une société de capital-investissement immobilier à Austin, au Texas. La société s'appelait à l'origine N3 Capital et avait son siège à Fort Worth. [15] [16] En 2012, il a fondé St. Augustine Partners, une société d'investissement axée sur l'énergie et la technologie à Fort Worth. [17] [18]

Bush a dit Politique qu'assister au lancement d'octobre 2006 de l'USS George H.W. Buisson (du nom de son grand-père qui était aviateur naval pendant la Seconde Guerre mondiale) l'a inspiré à rejoindre la marine des États-Unis. Il a également qualifié la mort de Pat Tillman, joueur de la Ligue nationale de football et garde forestier de l'armée, tué lors d'un incident de tir ami en Afghanistan en 2004, de « sonnette d'alarme ». [19] [20]

En mars 2007, la Réserve navale des États-Unis a sélectionné Bush pour une formation d'officier de renseignement dans le cadre du programme d'officier de commission directe, une initiative de la Marine par laquelle les candidats dans des domaines civils spécialisés renoncent aux prérequis typiques d'une commission, tels que l'Académie navale, NROTC ou OCS. , et au lieu de cela, assistez au cours d'endoctrinement des officiers commissionnés directs (DCOIC), [21] un cours de trois semaines sur des sujets tels que l'histoire navale, les coutumes et les politesses, suivi de cours en ligne. Il a été nommé officier de réserve de la Marine en mai 2007. [22] [23] Bush a servi en Afghanistan pendant huit mois de juin 2010 à février 2011. [22] Pendant le déploiement, on lui a donné un nom différent pour des raisons de sécurité. [24] Bush a quitté la Réserve de la Marine américaine en mai 2017 en tant que lieutenant. [22] [25]

Élection 2014 Modifier

En septembre 2012, Bush a annoncé son intention de se présenter aux élections, affirmant qu'il envisageait l'un des nombreux bureaux d'État. Deux mois plus tard, il a déposé les papiers requis pour se présenter à un poste d'État au Texas. [26] Le même mois, son père, Jeb Bush, a envoyé un courrier électronique aux donateurs leur demandant de le soutenir dans sa candidature de 2014 pour le Texas Land Commissioner. [27] [28]

En janvier 2013, Bush a déposé un rapport de financement de campagne indiquant qu'il avait reçu environ 1,3 million de dollars de contributions électorales. [29] En mars 2013, Bush a déposé sa candidature pour le Texas Land Commissioner. [29] [30] Le rôle principal du Land Office est de négocier et d'appliquer des baux pour les droits miniers sur des millions d'acres de terres appartenant à l'État du Texas. [31]

En juin 2013, Bush avait levé 3,3 millions de dollars alors qu'aucun candidat démocrate ne s'était présenté au poste de commissaire aux terres. [32] Le 19 novembre 2013, il a officiellement déposé les papiers pour se présenter pour le commissaire des terres du Texas. [33]

Lors de la primaire républicaine de 2014, le commissaire aux terres sortant Jerry E. Patterson s'est présenté sans succès au poste de lieutenant-gouverneur [34] [35] tandis que Bush a battu David Watts de Gilmer dans le comté d'Upshur pour la nomination républicaine au poste de commissaire aux terres. Bush a obtenu 74 % des voix, totalisant 937 987 voix contre les 27% de Watts avec 346 949 voix. [34]

Lors des élections générales du 4 novembre, Bush a affronté le démocrate John Cook, ancien maire d'El Paso. [36] Bush a remporté 61 pour cent des voix contre l'opposition symbolique, transportant « pratiquement tous les groupes démographiques » et surfant sur une vague républicaine à l'échelle nationale à mi-parcours. [37] [38] Il est devenu le seul Bush à remporter sa première élection. [39]

Élection 2018 Modifier

En janvier 2017 [mise à jour], Bush disposait d'environ 3,1 millions de dollars en argent de campagne pour sa campagne de réélection. [40] Il a remporté la primaire républicaine du 6 mars 2018 avec près de 58 % des voix, battant trois autres candidats dont Jerry E. Patterson, l'ancien commissaire aux terres. [41] Aux élections générales, Bush a reçu 53,68 pour cent des voix contre 43,19 pour cent du candidat démocrate Miguel Suazo et 3,1 pour cent du libertaire Matt Pina. [42] [43] [44]

Durée Modifier

Bush a pris ses fonctions le 2 janvier 2015. [45]

En tant que commissaire aux terres de l'État, Bush supervise le Texas General Land Office (GLO), qui gère environ 13 millions d'acres de terres de l'État et est chargé des enchères pour les baux d'extraction de pétrole et de gaz naturel sur ces terres. [40]

En 2015, le GLO sous Bush a pris le contrôle de l'Alamo, un site historique de San Antonio, mettant fin au partenariat de l'État avec les Filles de la République du Texas (DRT), qui géraient le site depuis des décennies. [46] En renvoyant DRT en tant que directeurs d'Alamo, Bush a allégué que le groupe avait violé son contrat. [47] Bush a enfermé le DRT hors de la bibliothèque des Filles de la République du Texas et le GLO a revendiqué la propriété des collections et des artefacts de la bibliothèque. DRT a intenté une action en justice et la poursuite a été réglée en 2016, Bush et le GLO ont renoncé à leurs réclamations et ont accepté de payer à la DRT 200 000 $ en frais juridiques. [48] ​​Bush a supervisé un remodelage de 450 millions de dollars de l'Alamo et de la place qui l'entoure. [40] En 2015, Bush a pris la parole lors d'un événement de collecte de fonds pour la Fondation Alamo, qui a repris la gestion du site en collaboration avec le GLO. [46] Le chanteur anglais Phil Collins a fait don de divers artefacts liés à Alamo à l'État du Texas, à la condition que l'État du Texas construise une installation pour contenir les artefacts dans un délai de sept ans. [46] [47] La ​​législature de l'État du Texas a fait une injection unique de 25 millions de dollars au GLO de Bush pour réaménager le site d'Alamo et la ville de San Antonio a accepté de fournir 1 million de dollars pour le réaménagement. [47]

Bush a licencié une centaine d'employés de la commission foncière embauchés sous le précédent commissaire Jerry E. Patterson. Selon le San Antonio Express-Nouvelles, Bush a payé près d'un million de dollars de fonds publics pour encourager le personnel licencié à ne pas porter plainte contre lui ou contre l'agence. Il a gardé au moins quarante personnes sur la liste de paie jusqu'à cinq mois après avoir mis fin à leur emploi, ils ont convenu par écrit de ne pas poursuivre. [49]

En 2016, le bureau a commencé une étude pluriannuelle sur les effets des inondations de la région de Houston et de la côte du Texas. [50]

En juin 2020, au milieu des informations selon lesquelles George W. Bush et Jeb Bush ne soutiendraient pas la réélection de Trump, [51] George P. Bush a annoncé son soutien total à Trump, affirmant que « Trump est la seule chose qui se dresse entre l'Amérique et le socialisme ». [51] [52]

En 2021, Bush a soutenu l'éviction de Liz Cheney de son poste de présidente de la House Republican Conference au Congrès. [53]

En 2020 et 2021, Bush a déclaré qu'il envisageait de se présenter comme procureur général du Texas en 2022 contre le président sortant Ken Paxton, un républicain en proie à un scandale. [54] [55] Le 2 juin 2021, Bush a officiellement annoncé sa candidature. [56]

En juin 2021, Bush est entré dans la course au poste de procureur général du Texas avec une vidéo de campagne qui fait l'éloge de Donald Trump et ne mentionne pas son père, son grand-père ou son arrière-grand-père. [57] [58]

Activités de campagne pour les proches et Trump Modifier

À l'âge de 12 ans, Bush a pris la parole devant la Convention nationale républicaine de 1988, qui a nommé son grand-père. Il a également pris la parole à la convention de 1992 à l'occasion de sa nomination. Il a fait campagne pour son oncle, George W. Bush, lors de ses campagnes présidentielles réussies en 2000 et 2004, effectuant souvent des actions de sensibilisation auprès des électeurs latinos [59] [32] Il a travaillé sur la campagne présidentielle de 2000 de 1999 à 2000. [6] [7] [3] [8] Bush s'est appelé un "Républicain de George W. Bush" sur la réforme de l'immigration et a exprimé son soutien à des parties de la Loi de RÊVE dans le passé. [60]

Lorsqu'on lui a demandé en 2003 s'il prévoyait de se présenter lui-même aux élections, Bush a répondu que sa grand-mère, Barbara Bush, avait conseillé à quiconque envisage de faire de la politique de se distinguer d'abord dans un autre domaine : « Faites-vous un nom, ayez une famille , épouser quelqu'un de bien, avoir des enfants, acheter une maison, payer des impôts et faire les choses que tout le monde fait aussi au lieu de simplement courir et dire : « Hé, je suis le neveu ou le fils ou le petit-fils de. » " [61]

Son père a fait campagne dans la course présidentielle républicaine de 2016, mais a ensuite abandonné. Après le départ de son père, Bush a fait campagne pour Donald Trump alors que la plupart des autres membres de la famille Bush ne le soutenaient pas. [40] [58] En 2021, ABC News a décrit Bush comme un « soutien avoué de Trump » et Trump, qui avait manifesté de l'animosité envers la famille Bush dans le passé, a favorablement présenté Bush comme « mon Bush ». [62] [63]

Positions du Parti républicain Modifier

En 2012, il était vice-président des finances du Parti républicain du Texas. [64]

Travail sur les comités d'action politique Modifier

Bush était le coprésident national de Maverick PAC, un comité national d'action politique dédié à l'engagement de la prochaine génération d'électeurs républicains. [65] Bush a été membre de plusieurs missions diplomatiques, dont une au Nicaragua pour le deuxième transfert pacifique du pouvoir dans ce pays, et une au Brésil pour les Jeux panaméricains en 2007. Il a également rejoint deux délégations du Congrès américain, l'une à l'Arabie saoudite lors du printemps arabe de 2011 et une à la Turquie en 2012 au moment de la guerre civile en Syrie voisine. [66]

Bush est co-fondateur et siège au conseil d'administration de Hispanic Republicans of Texas, un comité d'action politique dont l'objectif est d'élire des candidats politiques républicains pour occuper des fonctions dans l'État. [67]

Avis Modifier

Il a exprimé son opinion sur certaines questions. En août 2004, lors d'un voyage au Mexique parrainé par le groupe Republicans Abroad, il a qualifié le président vénézuélien Hugo Chávez de dictateur [68] et a critiqué l'utilisation par la US Border Patrol d'armes à feu tirant des billes de plastique remplies de poudre de chili. Bush aurait déclaré aux médias mexicains : « S'il y a eu l'approbation américaine pour cette politique, c'est répréhensible. C'est un peu barbare. Il a attribué l'utilisation d'armes à "un type local de l'INS qui essaie d'être dur, agit macho", bien qu'il s'agisse d'une politique de l'agence. [69]

En 2009, Bush a critiqué le gouverneur de Floride Charlie Crist pour avoir accepté de l'argent du plan de relance 2009, appelant à un retour au conservatisme budgétaire. [70] En janvier 2010, il a soutenu Marco Rubio, l'adversaire de Crist pour le Sénat des États-Unis. [71]

Bush a déclaré que le changement climatique est une menace sérieuse pour le Texas, mais il n'accepte pas le consensus scientifique qui attribue le changement climatique à l'activité humaine. [72]

En février 2021, le Texas a connu une crise humanitaire après des pannes de courant généralisées causées par la non-altération des infrastructures. Bien que 90 pour cent des centrales électriques qui ont échoué aient été alimentées par des combustibles fossiles et nucléaires, Bush a attaqué l'énergie éolienne et solaire : « Si les derniers jours ont prouvé quelque chose, c'est que nous avons besoin de pétrole et de gaz. Se fier uniquement aux énergies renouvelables serait catastrophique. ." [73] [74] [75]

Il a figuré dans Personnes Les 100 célibataires les plus éligibles en 2000. [69] [76]

Bush a épousé une camarade de classe de droit, Amanda L. Williams, le 7 août 2004, à Kennebunkport, dans le Maine, au domaine de Walker's Point. [77] [78] Williams est un avocat en droit des médias au cabinet Jackson Walker LLP à Fort Worth, Texas. [27] [79] [80] Le couple a deux fils. [81]

En 2016, le Conseil n°12 de la Ligue des citoyens d'Amérique latine unis à Laredo a donné à Bush et au responsable mexicain José Antonio Meade Kuribreña les titres de Señor International, un honneur remis à des personnalités éminentes de la région frontalière. [82]

Bush était un étudiant de première année de l'équipe de baseball de l'Université Rice, n'avait pas l'occasion de jouer souvent et avait quitté l'équipe dès sa deuxième année. [3] Bush a joué le quarterback pour l'équipe de football intra-muros de Collège de Jones. [83]

Il a figuré dans Magazine de personnes Les 100 bacheliers les plus éligibles en 2000. [69] [84]

When asked in 2003 about whether he planned to run for office himself, Bush replied that his grandmother, Barbara Bush, had advised that anyone thinking about entering politics should distinguish himself in some other field first: "Make a name for yourself, have a family, marry someone great, have some kids, buy a house, pay taxes, and do the things everyone also does instead of just running out and saying, 'Hey, I'm the nephew of or the son of or the grandson of. '" [85]

Bush told Politique that attending the October 2006 launch of an aircraft carrier named for his grandfather inspired him to join the Navy Reserve. He also called the death of Pat Tillman, the NFL player and Army Ranger who was killed in a friendly fire incident in Afghanistan in 2004, "a wake-up call". [86] [87]

He is the only Bush to win his first election. [88]

In 2015, at the end of his first year as Texas Land Commissioner, Bush "contrasted the importance of [his father’s presidential] race with 'running for dogcatcher like I did in Texas,' a remark that spread widely." [89]


Youth and Ambition

Bush tells us in his campaign autobiography that he decided to enlist in the armed forces, specifically naval aviation, shortly after he heard of the Japanese attack on Pearl Harbor. About six months later [in 1942], Bush graduated from Phillips Academy, and the commencement speaker was Secretary of War Henry Stimson, eminence grise of the U.S. ruling elite. Stimson was possibly mindful of the hecatomb of young members of the British ruling classes which had occurred in the trenches of World War I on the western front. In any event, Stimson's advice to the Andover graduates was that the war would go on for a long time, and that the best way of serving the country was to continue one's education in college. Prescott Bush supposedly asked his son if Stimson's recommendation had altered his plan to enlist. Young Bush answered that he was still committed to join the navy.

Henry L. Stimson was certainly an authoritative spokesman for the Eastern Liberal Establishment, and Bushman propaganda has lately exalted him as one of the seminal influences on Bush's political outlook. Stimson had been educated at both Yale (where he had been tapped by Skull and Bones) and Harvard Law School. He became the law partner of Elihu Root, who was Theodore Roosevelt's secretary of state. Stimson had been Theodore Roosevelt's anti-corruption, trust-busting U.S. Attorney in New York City during the first years of the FBI, then Taft's secretary of war, a colonel of artillery in World War I, Governor General of the Philippines for Coolidge, Secretary of State for Hoover, and enunciator of the "Stimson doctrine." This last was a piece of hypocritical posturing directed against Japan, asserting that changes in the international order brought about by force of arms (and thus in contravention of the Kellogg-Briand Pact of 1928) should not be given diplomatic recognition. This amounted to a U.S. committment to uphold the Versailles system, the same policy upheld by Baker, Eagleburger, and Kissinger in the Serbian war on Slovenia and Croatia during 1991. Stimson, though a Republican, was brought into Roosevelt's war cabinet in 1940 in token of bipartisan intentions.

But in 1942, Bush was not buying Stimson's advice. It is doubtless significant that in the mind of young George Bush, World War Two meant exclusively the war in the Pacific, against the Japanese. In the Bush-approved accounts of this period of his life, there is scarcely a mention of the European theatre, despite the fact that Roosevelt and the entire Anglo-American establishment had accorded strategic priority to the "Germany first" scenario. Young George, it would appear, had his heart set on becoming a Navy flier.

Normally the Navy required two years of college from volunteers wishing to become naval aviators. But, for reasons which have never been satisfactorily explained, young George was exempted from this requirement. Had father Prescott's crony Artemus Gates, the Assistant Secretary of the Navy for Air, been instrumental in making the exception, which was the key to allowing George to become the youngest of all navy pilots?


HistoryLink.org

George Bush (c. 1790?-1863) was a key leader of the first group of American citizens to settle north of the Columbia River in what is now Washington. Bush was a successful farmer in Missouri, but as a free African American in a slave state, he faced increasing discrimination and decided to move west. In 1844, Bush and his good friend Michael T. Simmons (1814-1867), a white Irish American, led their families and three others over the Oregon Trail. When they found that racial exclusion laws had preceded them and barred Bush from settling south of the Columbia River, they settled on Puget Sound, becoming the first Americans to do so. Bush established a successful farm near present day Olympia on land that became known as Bush Prairie. He and his family were noted for their generosity to new arrivals and for their friendship with the Nisqually Indians who lived nearby. Bush continued modernizing and improving his farm until his death in 1863. Said by some sources to be named George Washington Bush in honor of the first president, he has no known family connection to the two later presidents who share with him the name George Bush.

George Bush was born in Pennsylvania in the late 1700s. Information about his birth and early years is sparse and conflicting. His birth date was probably around 1790, although some accounts place it more than 10 years earlier, which would have made Bush more than 60 when he and his family followed the Oregon Trail west. His exact name is also uncertain. The few census records listing him and news articles published during his lifetime refer to him as "George Bush." However, early Washington historian Edmond S. Meany (1862-1935), who knew people who had known Bush, gives his name as "George W. Bush" in publications dating at least from 1899, and other accounts published through the twentieth century do so as well. Since the early 1960s, most publications mentioning Bush, including eventually many state and other official websites, give his name as "George Washington Bush," with some stating he was so named in honor of the president in office when he was born.

Bush's father, Matthew Bush, of African descent, was said to be a sailor from the British West Indies. His mother was an Irish American servant. Both apparently worked for a wealthy Quaker family named Stevenson, and young George Bush was educated in the Quaker tradition. As a young man, Bush served in the U.S. Army and may have participated in the Battle of New Orleans during the War of 1812. He later worked as a voyageur and fur trapper, first for the St. Louis based Robideaux Company and then for the famed Hudson’s Bay Company, which dominated the fur trade throughout western Canada and in the Oregon Territory. During this time he traveled extensively in the Western plains and mountains, and may have reached the Puget Sound region.

Bush eventually settled in Clay County, Missouri, where he met Isabella (or Isabell) James (c. 1809-1866), a young German American woman. They were married on July 4, 1831. William Owen Bush (1832-1907), the first of their six sons, was born exactly one year later. Four more sons -- Joseph Talbot (1834-1904), Rial Bailey (1837-?), Henry Sanford (1841-1913), and Jackson January (1843-1888) -- were born before the family headed west in 1844.

West With Family and Friends

Bush farmed and raised cattle, and the family was relatively well off. However, the state of Missouri had laws that purported to forbid free African Americans from entering the state, and the climate of bigotry and discrimination was increasing in the years leading up to the Civil War. At the same time, in the late 1830s and early 1840s, reports from the first U.S. residents to cross the continent and settle in the fertile Oregon Territory were beginning to inspire others to follow the Oregon Trail west. Bush saw westward migration as a way to escape the increasing prejudice he and his sons faced in Missouri.

Four white families -- those of Michael and Elizabeth Simmons, James and Charlotte McAllister, David and Talitha Kindred, and Gabriel and Keziah Jones -- joined the Bushes on the journey that would make them the first U.S. citizens to settle on Puget Sound. The five families were all friends and neighbors in Missouri. Kentucky-born Michael Simmons was a longtime friend of George Bush who went on to play a prominent leadership role in the early history of Washington Territory. Simmons’s sister Charlotte was married to James McAllister and Simmons’s wife Elizabeth was David Kindred’s sister.

Simmons and Bush were the recognized leaders of what became known as the Simmons party. Bush was among the wealthier pioneers to follow the Oregon Trail. He was said to have supplied the Conestoga wagons and supplies that allowed some of the other families to make the trip. According to some accounts, a false floor in the Bush family wagon concealed a layer of silver dollars. The Simmons party joined a larger wagon train, which departed Missouri in May 1844. Bush’s frontier experience made him a valuable addition to the train, which he helped lead across the Great Plains and Rocky Mountains.

Change of Destination

When the Simmons party reached the Columbia River in the fall of 1844, they found that discriminatory laws had preceded them. The provisional government set up in Oregon Territory by settlers from the U.S. had enacted legislation, like that of Missouri, barring settlement by African Americans. Not wishing to separate from the Bush family, Simmons and the other members of the party gave up their plans to settle in Oregon’s Rogue River Valley.

The five families spent the winter of 1844-45 on the north bank of the Columbia River, not far from the Hudson's Bay Company’s Fort Vancouver in present-day Clark County. The men of the party found work that winter at the fort. By spring, they had decided to settle north of the Columbia in the Puget Sound region, which was then beyond the practical reach of the settlers’ new legislation. The 1818 Treaty of Joint Occupation placed the Oregon country under joint British and U.S. control. In practice, the provisional government’s authority extended only to the south side of the Columbia River, while the British Hudson’s Bay Company still dominated the territory north of the river.

The Hudson’s Bay Company officially attempted to dissuade Americans from settling north of the Columbia. However, Dr. John McLoughlin (1784-1857), who as the chief factor in charge of Fort Vancouver was the most powerful figure in the Pacific Northwest’s small non-Indian community, helped them just as he helped those settling south of the Columbia. Under McLoughlin’s direction, Fort Vancouver not only employed the men in cutting timber and making shingles but also provided the Simmons party with supplies at good prices and on credit.

Move to Puget Sound

In the summer of 1845, Simmons led an exploring party around Puget Sound, while Bush and the others remained on the Columbia, where Bush had charge of the families’ livestock. Simmons found a site for a settlement at the falls where the Deschutes River enters Budd Inlet in what is now Thurston County. In October 1845, the Bush, Simmons, McAllister, Kindred, and Jones families, accompanied by two single men, Samuel Crockett and Jesse Ferguson, set off from Fort Vancouver for Puget Sound.

They traveled down the Columbia to the Cowlitz, and up that river to Cowlitz Landing. From there they spent 15 days making a road through the forest to Budd Inlet, which they reached in early November. Simmons and his family settled there at the falls of the Deschutes, and Simmons laid out the community he called New Market, which later became Tumwater. The Bushes and others settled farther up the Deschutes River, a few miles south of New Market on a fertile open prairie that soon became known as Bush Prairie.

Help From Hudson’s Bay and the Nisquallies

Having arrived so late in the year, the new settlers hurried to construct crude log cabins before the winter set in. For food that first year they depended largely on the generosity of their neighbors -- the Hudson’s Bay Company outpost at Fort Nisqually farther north on Puget Sound in what is now Pierce County, and the Nisqually Indians whose lands extended widely on both sides of the Nisqually River (now the border between Thurston and Pierce counties).

McLoughlin had provided the party a generous letter of reference to Dr. William F. Tolmie, his counterpart at Fort Nisqually:

With this letter, the families were able to purchase wheat, peas, potatoes, and beef cattle at Fort Nisqually on credit. Interestingly, of the five family names, only Bush does not appear on the Fort’s credit list, apparently corroborating that they brought sufficient cash to pay for their supplies.

The Hudson’s Bay Company had good relations with the Puget Sound Indians, whom they treated as trading partners and allies. With Tolmie’s encouragement, the Simmons party followed that example. They were welcomed by the Nisqually Indians led by Chief Leschi, who brought them horse-loads of supplies. Local Indians taught the newcomers from the Midwest to take advantage of the unfamiliar seafood with which the region abounded. They soon learned to find oysters, dig for clams, and harvest salmon returning up the rivers, as well as to use many native plants.

All the members of the Bush family learned the Nisqually language. They became close to Leschi and other Nisquallies who frequently visited their farm. George and Isabella Bush’s youngest son, who was born at Bush Prairie in December 1847 (and died in 1923), was named Lewis Nesqually Bush. The Bushes helped to treat their Indian neighbors when epidemics carried by the newcomers swept the region.

Aiding New Arrivals

The weather was unusually harsh the first few years following the settlement, and the first harvests were small. But Bush was a skilled farmer and the farm began to thrive. By the winter of 1846-47 Bush and Simmons set up a grist mill on Simmons’s claim at the Deschutes falls. For the first time the settlers could grind their own flour instead of depending on Fort Nisqually. Simmons and others also set up a sawmill, and the growing community was able to gain some cash income by selling lumber.

Bush does not appear to have been heavily involved in the sawmill, concentrating instead on improving and expanding his farm. In addition to his grain and vegetable crops, he established acres of fruit trees, grown from seeds he had carried over the Oregon Trail. As more settlers began to pour into the Puget Sound region -- more than 1,000 by 1850 and another 12,000 in the next decade -- Bush became famous for bestowing on them the same generosity that he and his party had encountered on their arrival.

The Bush farm was located just off the "highway" running south from Tumwater to Cowlitz Landing and Vancouver, so most new emigrants, some half-starved from the journey, passed it on their way to Puget Sound. The newcomers were dependent on established settlers for food and seeds to start their own farms, and the Bush family was foremost in offering assistance. That help was especially important in 1852, when the large number of emigrants exhausted most of the region’s grain harvest, and the Bush farm was one of the few with supplies available. Ezra Meeker (1830-1928), who was among the 1852 arrivals and went on to become a prominent pioneer leader and author of numerous reminiscences, recalled that Bush gave out nearly all his crop that year:

Discrimination and Exception

Ironically, the discriminatory laws the Bushes were trying to avoid had followed them and jeopardized the family’s claim to the land they had painstakingly cultivated and from which they fed the waves of newly arriving white emigrants. The 1845 American settlement north of the Columbia may have been one of the catalysts for the 1846 Treaty of Oregon, which resolved the U.S.-British boundary dispute by giving the territory south of the 49th parallel to the U.S., bringing what is now Washington under the Oregon Territory laws that denied rights to African Americans. As a result, although the long expected Donation Land Claim Act of 1850 authorized married settlers to claim 640 acres per couple, it was argued that Bush could not claim the land his family had settled.

When Washington Territory was separated from Oregon in 1853, many of the new legislators were friends and neighbors of the Bush family and beneficiaries of their generosity. While this experience did not necessarily make them less prejudiced, it did inspire them to make an exception for George Bush and his sons. The first territorial legislature in 1854 voted unanimously for a resolution urging Congress to pass a special act confirming George and Isabella Bush’s title to the land they had claimed and farmed. Congress did so in 1855, and the Bush Prairie farm remained in the hands of the Bush family.

Despite the support for Bush’s claim, many early leaders of Washington Territory including Isaac Stevens (1818-1862), the first governor, were anti-abolitionist Democrats who sought to ban nonwhites from the territory. Michael Simmons, otherwise one of Stevens’s strongest early supporters, led the opposition and Washington did not adopt racial exclusionary laws.

Indian Wars and Final Years

The increasing influx of settlers, followed by Governor Stevens’s efforts in 1854 and 1855 to force Indians in the Territory to sign treaties ceding most of their lands and confining them to reservations, generated increasing hostility between settlers and Indians, culminating in the "Indian Wars" of 1855 and 1856. According to later statements by George Bush’s sons, the Bushes and most of the early settlers at Tumwater and Bush Prairie sympathized with Leschi and the Nisquallies, not Stevens and his troops. Sanford and Lewis Bush explained that Leschi went to war after being deceived about the boundaries provided for the Nisqually Reservation in the Treaty of Medicine Creek. Owen Bush told Ezra Meeker "Leschi was as good a friend as we ever had" (Thomas, 61). Owen said Stevens’s bad management caused the war and that he refused to participate in it. Before the fighting started, Leschi contacted the Bushes and assured them that settlers who remained west of the Deschutes River would not be harmed.

In the final years of his life Bush continued to expand his farm and led the way in modernizing Puget Sound agriculture. At first, farming had been conducted almost entirely by hand using the few simple tools carried overland in the wagons. As more ships began regular visits to the Sound in the 1850s, larger farm machinery became available. In 1856, Bush introduced the first mower and reaper on the Sound. The next year he brought in a thresher and separator. By the end of the decade Bush and his sons were operating a model farm of 880 acres that was one of the leading operations in the Territory.

Death and Succession

George Bush died of a cerebral hemorrhage on April 5, 1863. Isabella Bush died on September 12, 1866. Following George’s death, their eldest son William Owen Bush returned from Grand Mound, where he had a farm, to take over the Bush Prairie homestead, which he operated until his death in 1907. His brothers (of whom only Jackson married) also lived and worked the rest of their lives on the family land. Several of the brothers played active roles in Thurston county civic and political affairs. Owen Bush was an influential member of the first state legislature in 1889-90. Like his father an expert farmer, he became interested in competing in world's fairs and expositions, winning first-place awards at several for produce from the Bush Prairie farm.

Owen Bush’s descendants owned at least some of the original homestead as late as the 1960s. Various implements and artifacts from the Bush farm are now held in the collection of the Washington State Capitol Museum in Olympia. Also in that collection is the five-painting series George Washington Bush, created in 1973 by acclaimed artist Jacob Lawrence (1917-2000), a Washington state resident since 1971. Of necessity his likenesses of Bush are speculative -- no known image of Bush made in his lifetime exists. The widely circulated portrait sketch that accompanies this article is also a speculative rendering, created just four years before Lawrence's paintings by Los Angeles Times illustrator Sam Patrick. Nonetheless, Lawrence's paintings, based like much of his work on extensive research in African American history, vividly depict George Bush's journey by wagon train across the continent from Missouri to Bush Prairie.

Noter: This article is part of Cultivating Washington, The History of Our State’s Food, Land, and People, which includes more agriculture-related content, vidoes, and curriculum.

For the History of Our State's Food, Land, and People curriculum, click here

George Washington Bush series, No. 3 (painting by Jacob Lawrence, 1973)

Courtesy Washington State History Museum

George Bush (Los Angeles Times sketch by Sam Patrick, 1969)

Courtesy Henderson House Museum

Michael T. Simmons (1814-1867), Thurston County pioneer, n.d.

Courtesy Washington State Library, Rural Heritage Collections

Three generations of Bush family, Bush Prairie Farm, n.d.

Courtesy City of Tumwater, Henderson House Museum (729)

William Owen Bush (1832-1907), ca. 1889

Courtesy Washington State Historical Society (C1964.1.35)

Henry Sanford Bush (1839-1913), fourth son of pioneers George and Isabella Bush, Bush Prairie, Thurston County, August 3, 1911


Remarques

1. Nicholas King, George Bush: A Biography (New York: Dodd, Mead & Company, 1980), pp. 13-14.

4. Joe Hyams, Flight of the Avenger: George Bush at War (New York: Harcourt, Brace, Jovanovitch, 1991), p. 14.

7. Donnie Radcliffe, Simply Barbara Bush (New York: Warner Books, 1989), p. 132.

8. Fitzhugh Green, George Bush: An Intimate Portrait (New York: Hippocrene Books, 1989), p. 16.

9. Radcliffe, op. cit., p. 133.

11. Hyams, op. cit., pp. 17-19.

12. King, op. cit., pp. 10, 20.

14. Claude M. Fuess, The Life of Caleb Cushing, 2 vol. (New York: Harcourt, Brace and Company, 1923).

15. John Perkins Cushing was a multi-millionaire opium smuggler who retired to Watertown, Massachusetts with servants dressed as in a Canton gangster carnival. See Vernon L. Briggs, History and Genealogy of the Cabot Family, 1475-1927 (Boston: privately printed, 1927), vol. II, p. 558-559. John Murray Forbes, Letters and Recollections (reprinted New York: Arno Press, 1981), Vol I, p. 62-63. Mary Caroline Crawford, Famous Families of Massachusetts (Boston: Little, Brown & Co., 1930), 2 vols.

16. Interview with a retired Andover teacher.

17. Claude M. Fuess, Creed of a Schoolmaster (reprinted Freeport, New York: Books for Libraries Press, 1970), pp. 192-93.


Voir la vidéo: George. Bush: Biography of the 41st American President (Décembre 2021).