Podcasts sur l'histoire

Mitsubishi F1M 'Pet'

Mitsubishi F1M 'Pet'

Mitsubishi F1M 'Pet'

Le Mitsubishi F1M 'Pete' a été conçu comme un hydravion d'observation, mais a servi comme avion de chasse impromptu, bombardier plongeur et avion de patrouille. La F1M a eu une période de développement assez longue. Il a été produit en réponse à une spécification 10-Shi de 1934 pour un hydravion d'observation à courte portée lancé par catapulte, qui devait remplacer le Nakajima E8N1 sur les unités de la flotte japonaise. Aichi, Kawanishi et Mitsubishi ont chacun été invités à produire un design. Aichi a répondu avec l'AB-13 et Mitsubishi avec leur Ka-17, conçu par Joji Hattori.

Le Ka-17 était un biplan, avec un seul grand flotteur central et des flotteurs stabilisateurs à l'extrémité de l'aile inférieure. Le prototype était propulsé par le moteur radial à neuf cylindres Nakajima Hikari 1 de 820 ch. Il avait un fuselage aérodynamiquement propre et un nombre minimum d'entretoises et de renforts d'aile, et était donc plutôt plus rapide que l'avion Aichi. Le Ka-17 était la base de quatre prototypes F1M1, chacun avec le même moteur, la même conception globale et les mêmes ailes elliptiques. Malheureusement, le F1M1 souffrait également d'une mauvaise stabilité directionnelle en vol et était sujet aux « marsouins » lorsqu'il était sur l'eau.

Ces problèmes ont été résolus dans le F1M2. Celui-ci utilisait un moteur radial à quatorze cylindres Mitsubishi Zuisei 13 de 875 ch plus puissant, qui nécessitait un capot plus long. Les ailes elliptiques du F1M1 ont été remplacées par des ailes à bords droits et le dièdre sur les ailes a été augmenté, améliorant la stabilité. L'aileron vertical et le gouvernail ont été agrandis. Cette version était bien meilleure et a été acceptée pour le service. Mitsubishi a construit 524 avions et le Dai Nijuichi Kaigun Kokusho (21e arsenal aéronaval) à Sasebo en a produit 590, pour un total de 1 124 avions.

Enregistrement de service

Le F1M est entré en service en 1940 sous le nom d'hydravion d'observation de type 0 de la Marine, modèle 11. Il a été utilisé sur huit cuirassés (dont le Nagato et Yamato), neuf croiseurs et six annexes d'avions, ainsi que par un certain nombre d'unités basées à terre. Le cuirassé et l'avion de croisière ont été utilisés pour leur objectif initial, en tant qu'avion d'observation et de reconnaissance.

Bien que la vitesse relativement faible du F1M le rende vulnérable aux meilleurs chasseurs alliés, il peut être utilisé avec succès comme avion de première ligne sur des théâtres secondaires (dont il y en avait beaucoup dans le Pacifique), et servir de chasseur, de bombardier en piqué en soutien des débarquements amphibies, un avion d'escorte de convoi (même si sa courte portée était ici une limite) et pour les patrouilles côtières. Sa principale force ici était sa maniabilité, qui lui permettait d'échapper à l'attention de tout avion allié de deuxième ligne qu'il rencontrait.

Variantes

F1M1

C'était la désignation donnée au premier prototype et aux premières versions de développement, avec le moteur Nakajima Hikari de 820 ch et des ailes elliptiques.

F1M2 (hydravion d'observation de type 0 de la marine modèle 11)

Le F1M2 était la seule version de production de l'avion, avec un moteur radial Mitsubishi Zuisei 13 plus puissant, une aile modifiée et une maniabilité et des caractéristiques bien meilleures sur l'eau.

F1M2-K

F1M2-K était la désignation donnée à un certain nombre de F1M2 qui ont été convertis en avions d'entraînement biplace avancés.

Spécifications (F1M2)
Moteur : moteur radial Mitsubishi Zuisei 13
Puissance : 875cv
Équipage : 2
Envergure: 36ft 1in
Longueur : 31 pieds 2 pouces
Hauteur : 13 pieds 1.5 pouces
Poids à vide : 4 251 lb
Masse maximale au décollage : 5 662 lb
Vitesse maximale : 230 mph à 11 285 pieds
Vitesse de croisière:
Plafond de service : 30 970 pi
Portée : 460 milles
Armement : Deux mitrailleuses fixes de 0,303 pouces à tir vers l'avant, une mitrailleuse de 0,303 pouces montée de manière flexible
Charge de bombes : deux bombes de 132 lb


Mitsubishi Nainenki avait été créé à Nagoya en 1920 et avait signé un accord technologique avec Junkers en 1925. En 1926, il était devenu l'un des plus grands constructeurs d'avions au Japon avec une production de 69 avions et 70 moteurs.

En 1932, Mitsubishi Aircraft faisait partie des entreprises impliquées dans un processus de consolidation catalysé par l'arsenal d'aviation de la marine impériale japonaise. La Marine a lancé un programme de trois ans pour que les constructeurs développent certains types d'avions en compétition. Le plus important d'entre eux était le Mitsubishi A5M (96-Shiki) Carrier Fighter et Mitsubishi G3M (96-Shiki) Bombardier d'attaque développé par Mitsubishi avec des moteurs fabriqués par Nakajima Aircraft Company. Introduit en 1936, il avait une vitesse maximale de 450 km/h (279,617 mph). Le célèbre chasseur Mitsubishi A6M ("Zero") était une amélioration de l'A5M et avait une vitesse maximale de 500 km/h (310,686 mph). Le Mitsubishi Ki-46 (100-Shiki) avion de reconnaissance avec une vitesse maximale de 540 km/h (335,54 mph). [2]

En 1934, la société a fusionné avec Mitsubishi Shipbuilding pour devenir Mitsubishi Heavy Industries (Mitsubishi Jukogyo). Il a eu un rôle de premier plan à jouer dans l'essor de la production d'avions au Japon, qui est passée de 400 en 1931 à 4 800 en 1941 et a culminé à 24 000 en 1944. [2]


Historique des opérations

Le F1M a été construit à l'origine comme un hydravion de reconnaissance lancé par catapulte, spécialisé dans le repérage d'artillerie. Le "Pete" a assumé un certain nombre de rôles locaux, notamment combattant de défense de zone, escorte de convoi, bombardier, anti-sous-marin, patrouille maritime, sauvetage et transport. Le type a combattu des combats aériens dans les Aléoutiennes, les Salomon et plusieurs autres théâtres. Sur le front de Nouvelle-Guinée, souvent utilisé en combat aérien avec les bombardiers et chasseurs alliés. Voir aussi PT 34 coulé le 9 avril 1942 par "Petes".


Historique des opérations[modifier | modifier la source]

Le F1M a été construit à l'origine comme un hydravion de reconnaissance lancé par catapulte, spécialisé dans le repérage d'artillerie. Le "Pete" a assumé un certain nombre de rôles locaux, notamment l'escorte de convoi, le bombardier, la lutte anti-sous-marine, la patrouille maritime, le sauvetage, le transport et la frappe anti-navire, par exemple le naufrage du Motor Torpedo Boat PT-34 le 9 avril 1942. Le type était également utilisé comme combattant de défense de zone et engagé dans des combats aériens dans les Aléoutiennes, les Salomon et plusieurs autres théâtres. Sur le front de Nouvelle-Guinée, il était souvent utilisé en combat aérien avec les bombardiers et chasseurs alliés.

En 1945, à la fin de la guerre, les Indonésiens avaient emporté des F1M2 pour lutter contre les Hollandais pendant la Révolution nationale indonésienne.


Archives par étiquette : Mitsubishi F1M

À la fin de la guerre, les Japonais utilisaient tous les avions qu'ils pouvaient trouver pour les utiliser comme kamikazes. Comme le souligne l'auteur Robert Stern dans son livre fascinant « Le feu du ciel », c'est à ce moment-là que les Japonais ont accidentellement inventé l'avion furtif. Ils ont été forcés d'aller directement au fond du hangar désaffecté et de déterrer certains des avions d'entraînement les plus anciens et les moins utilisés pour les utiliser comme kamikazes. Il s'agissait notamment des baskets « Spruce » et « Willow », qui étaient des biplans apparemment fabriqués à partir de morceaux de bois, de toile, de ficelle nouée et de morceaux de vieux papier peint. Pour cette raison, ils n'apparaissaient pas du tout sur les radars, ce qui intriguait énormément les Américains et que les Japonais n'avaient jamais découvert.

Voici un “Willow” alias un Yokosuka K5Y :

Et voici un “Spruce” alias un Tachikawa Ki 9 :

Les Japonais ont utilisé une variété d'avions pour des attaques kamikazes. Les monomoteurs étaient principalement le « Zeke » naval ou « l'Oscar » de l'armée, les deux étant souvent mal identifiés. Voici le “Zeke” alias le Mitsubishi A6M Zero :

Et voici le “Oscar” alias le Nakajima Ki 43 :

On a également utilisé le « Tony », le « Frank » et le bimoteur « Dinah ».

Voici le “Tony” alias le Kawasaki Ki-61 Hien (Hirondelle). Lors de sa première mise en service, les pilotes alliés pensaient qu'il s'agissait de Messerschmitt Bf 109, peut-être construits sous licence. :

Et voici un “Frank” alias le Nakajima Ki 84 Hayate. Cette photographie est de votre serviteur, prise à Hendon. Pouvez-vous voir le Mosquito, sur le point de l'abattre ? :

Et voici ma photo encore plus splendide d'un “Dinah” alias Mitsubishi Ki-46 rétroéclairé :

Il y avait une multitude de bombardiers torpilleurs monomoteurs utilisés par les Japonais comme avions kamikazes. Ils comprenaient le "Jill” alias le Nakajima B6N Tenzan. « Cela vaut peut-être la peine d'essayer avec l'homme, cependant :

Le “Kate” était alias le Nakajima B5N. Il semble avoir été peint à l'occasion dans le vert lumineux le plus vomitif jamais utilisé :

Le “Judy” était alias le Yokosuka D4Y Suisei (Comet) :

Peut-être que la monture la plus fréquente pour le futur jockey suicide était l'Aichi “Val” ou l'Aichi D3A. Cette photographie est la plus fréquemment utilisée :

Je l'ai vu pour la première fois dans le “Hippo Book of Aircraft of the Second World War” quand j'avais neuf ou dix ans :

La liste continue. Les bombardiers bimoteurs étaient principalement le « Betty » et le « Sally ». Voici une « Betty » que les Japonais appelaient Mitsubishi G4M1 :

Et il s'agit d'un “Sally” ou d'un Mitsubishi Ki 21. Il était en fait possible de cultiver une bonne récolte de plants de tomates dans la longue serre derrière le cockpit :

C'est assez de photos pour l'instant. D'autres types d'avions à utiliser, mais beaucoup moins fréquemment, sont énumérés ci-dessous :

« Claude », Mitsubishi A5M, chasseur embarqué

« Frances », Yokosuka P1Y, bombardier terrestre de la marine

"Hamp", Mitsubishi A6M3, chasseur de porte-avions de la marine

« Irving », Nakajima J1N, avion de reconnaissance terrestre de la marine

« Jake », Aichi E13A, hydravion de reconnaissance de la marine

"Myrt", Nakajima C6, avion de reconnaissance porte-avions de la marine

« Nate », Nakajima Ki-27, combattant de l'armée

« Nick », Kawasaki Ki-45, chasseur biplace de l'armée

"Pete", Mitsubishi F1M, hydravion d'observation de la marine

« Sonia », Mitsubishi Ki-51, bombardier léger/en piqué de l'armée

Voici un "Pete", mais il est très facile de trouver le reste sur “Google Images” :


Mitsubishi F1M Type 0 “Pete”

En 1934, la marine japonaise a émis une demande pour un nouvel hydravion d'observation, pour voler à partir de cuirassés et de croiseurs et effectuer des tâches de repérage des coups de feu. Les hydravions existants étaient principalement des types de reconnaissance, chargés de trouver l'ennemi n'étant pas bien adaptés pour voler dans un espace aérien contesté à proximité de navires ennemis, le nouvel avion devait donc avoir un armement de type chasseur. En temps voulu, la Mitsubishi F1M a été sélectionnée comme gagnante du contrat.

Le F1M était de conception relativement compacte, ce qui était un avantage compte tenu de l'espace limité disponible sur les cuirassés et les croiseurs japonais. Il était principalement de construction métallique mais avait des surfaces de contrôle recouvertes de tissu. Les modèles initiaux ont démontré une mauvaise maniabilité sur l'eau et étaient moins que stables en vol, mais le F1M2 suivant avec un moteur Zuisei amélioré s'est avéré être un avion beaucoup plus performant.

Des F1M ont été affectés à de nombreux navires de guerre qui ont poussé vers le sud vers les Philippines, la Malaisie et l'Indochine dans les semaines qui ont suivi Pearl Harbour. Ils volaient depuis des offres d'hydravions qui couvraient les atterrissages tout au long de la campagne du sud. Les biplans étaient les plus évidents pendant la campagne des Salomon, où ils ont augmenté les combattants les plus capables qui descendaient « la fente » de Rabaul. Entre les mains d'un pilote compétent, le F1M était toujours une menace, mais il était largement incapable de contrer les chasseurs alliés plus rapides comme le F4F et le P-40.

Alors que les combats se déplaçaient à travers le Pacifique, le F1M a été utilisé plus comme escorte de convoi que comme chasseur. Cependant, à la fin de la guerre, bien qu'étant complètement surclassé, le F1M était stationné dans les îles Home et utilisé comme chasseur de défense ponctuelle où il était au mieux d'une utilité marginale.

En 1942, les services de renseignement alliés attribuèrent le nom de rapport « Pete » au F1M.


Contenu

En 1934, la marine impériale japonaise a émis une spécification à Mitsubishi, Aichi et Kawanishi pour le remplacement de ses hydravions Nakajima E8N, qui ont été utilisés pour des missions de reconnaissance et d'observation à courte distance à partir des navires de guerre de la marine. La conception de Mitsubishi, le Ka-17, étant donné la désignation de système courte F1M1 par la marine japonaise, était un petit biplan tout en métal propulsé par un seul moteur radial Nakajima Hikari 1 évalué à 610 kilowatts (820&# 160hp), le même moteur que celui utilisé par la F1A concurrente d'Aichi. Il avait des ailes elliptiques et un grand soin avait été pris pour réduire la traînée, avec le nombre d'entretoises interplans et de fils de renfort minimisés. Le premier des quatre F1M1 a volé en juin 1936. ΐ] Α]

Alors que le F1M1 avait de meilleures performances que l'avion Aichi, il avait une mauvaise stabilité à la fois sur l'eau et dans les airs, donc l'avion a été repensé pour résoudre ces problèmes. Les ailes ont été redessinées, avec des bords d'attaque et d'entraînement droits et effilés et gréées avec un plus grand dièdre, et l'aileron vertical et le gouvernail ont été agrandis. Les flotteurs de l'avion ont été agrandis pour augmenter la flottabilité, et le moteur Hikari a été remplacé par un radial à 14 cylindres Mitsubishi Zuisei de 652 kilowatts (875 & 160 ch), offrant une meilleure visibilité vers l'avant. Tel que modifié, les caractéristiques de conduite de l'avion ont été considérablement améliorées, et l'avion modifié a été commandé en production en tant qu'hydravion d'observation de la Marine de type 0, modèle 11 (rei-shiki kansokuki ichi-ichi-gata, Reikan en bref), avec la désignation courte F1M2. Des avions de la série 940 ont été construits au total (342 par Mitsubishi et 598 par Sasebo Arsenal et 21st Arsenal) en plus de 4 prototypes (les publications plus anciennes présentent des chiffres de production plus élevés, soit 1 016 ou 1 118). [note 1]

Le F1M2 avait une vitesse maximale de 368 & 160 km/h (230 & 160 mph) et une plage de fonctionnement allant jusqu'à 1 072 & 160 km (670 & 160 mi) sans magasins externes. Il a fourni à la marine impériale japonaise une plate-forme d'opérations très polyvalente.

Le F1M était armé d'un maximum de trois mitrailleuses de 7,7 & 160 mm (0,303 & 160 pouces) (deux à tir avant fixe et une à tir arrière flexible) avec une provision pour deux bombes de 60 & 160 kg (132 & 160 lb).


Mitsubishi F1M 'Pete' - Histoire

Hydravion d'observation Mitsubishi Type 0 / Mitsubishi F1M2 "Pete"
Informations techniques

Fond
L'hydravion d'observation Mitsubishi Type 0 (零式水上観測機) est entré en service en 1941 en tant que biplan haute performance propulsé par un moteur radial à neuf cylindres. Au centre se trouvait un gros flotteur avec deux petits flotteurs stabilisateurs extérieurs. Propulsé par un moteur radial à neuf cylindres Nakajima Hikari refroidi par air entraînant une hélice à deux ou trois pales. L'armement comprenait 2 mitrailleuses de 7,7 mm fixées dans le capot avant et une seule mitrailleuse flexible de 7,7 mm actionnée par le mitrailleur arrière. Sous chaque aile des râteliers à bombes pouvaient être transportées 2 bombes de 60 kg.

Une variantes
F1M1 : 4 prototypes.
F1M1 : hydravion de reconnaissance biplace.
F1M2-K : Version d'entraînement biplace.

Histoire de la guerre
Utilisé pendant la guerre du Pacifique, il a obtenu un record de guerre louable en tant qu'intercepteur, bombardier en piqué, escorte de convoi, patrouille côtière et avion de reconnaissance.

Nom de code : Pete
Code allié nommé "Pete". Souvent surnommé "Washing Machine Charlie" par les Américains, volant autour des bases la nuit et gardant le personnel éveillé de temps en temps des excréments ou des fusées éclairantes, ou tirant des rafales de mitrailleuses.

Production
Au total, 1 118 ont été construits.


Mitsubishi F1M 'Pete' - Histoire


Le Mitsubishi F1M a servi d'avion de reconnaissance basé sur un porte-hydravions tout au long de la Seconde Guerre mondiale et était en fait l'avion de reconnaissance le plus largement utilisé par la marine impériale. Bien qu'il ne soit pas de conception moderne, ce petit hydravion est resté en production jusque dans les années de guerre. Le F1M, connu sous le nom de "Pete" dans le code allié, a eu une carrière longue et très active et a bien joué dans une variété de rôles pour lesquels il n'a pas été conçu, notamment la patrouille côtière, l'escorte de convoi, le bombardier en piqué et même l'intercepteur. Le projet Mitsubishi F1M a débuté à la fin de 1934 à la demande de la marine japonaise et a vu le premier prototype terminer ses premiers tests en juin 1936. Le F1M2 a progressivement équipé la plupart des plus grandes unités de la marine japonaise - huit cuirassés, neuf croiseurs , et six navires de soutien d'hydravions - et a également été utilisé dans une multitude de petites bases dispersées dans les îles du Pacifique. L'avion s'est avéré structurellement robuste, facile à entretenir et très polyvalent. Bien que le Pete était plutôt légèrement armé, il a également été utilisé avec succès pour fournir une couverture aérienne pour les opérations amphibies.

Mitsubishi F1M2 Type 0

Des informations supplémentaires sur cet avion peuvent être trouvées sur Wikipedia ICI .

Pour un très beau dessin en couleur à l'échelle de cet avion, voir ici .

Des schémas de couleurs supplémentaires pour cet avion peuvent être trouvés ici.

Si vous ne voyez pas la table des matières à gauche de votre écran, CLIQUEZ ICI pour voir le reste de ce site Web !


Mitsubishi F1M 'Pete' - Histoire

Il s'agit d'une autre construction prête à l'emploi, même en utilisant les décalcomanies du kit. Il s'agit d'un “Pete” qui était dans les îles Salomon vers janvier 1943. Je n'ai aucune information sur le Senti spécifique mais le kit énumère les membres d'équipage. Il s'agissait du NAP 4/C Ryoji Asanuma et du NAP 1/C Michiho Takarada. Je les prendrai au mot. Je l'ai construit parce que j'aime l'avion et il semblait que ce serait amusant à construire. Ce fut un plaisir absolu à mettre en place. L'ajustement était excellent et il est très précisément conçu. Je le recommande vivement à tous ceux qui aiment les avions japonais.

J'ai mis la dernière photo juste pour voir si elle sort. C'est du Hasagawa 1/48 “Rufe” que j'ai construit pour un gentleman et c'est la seule photo que j'en ai.

Une très bonne année à tous et un bravo bien mérité à Martin pour tout le travail qu'il fait pour rassembler des modélistes du monde entier partageant les mêmes idées. C'est un site fabuleux. Merci.


Voir la vidéo: MITSUBISHI # 36363661360048 (Janvier 2022).