Podcasts sur l'histoire

Oshhosh YTB-757 - Histoire

Oshhosh YTB-757 - Histoire

Oshhosh
(YTB-757 : dp. 356 (f.), 1. 109', b. 30', dr. 14', s. 12 k., cpl. 10 ; a. 2 .50 mg. ; cl. Pontiac)

Oshiosh (YTB-757) a été déposé le 23 mars 1960 par Southern Shipbuilding Corp., Slidell, Louisiane; lancé le 29 juillet 1960 et achevé le 28 décembre 1960.

De 1961 à 1970, Oshhosh (YTB-757) a servi le 5e district naval de Norfolk, en Virginie.


Le cours d'histoire de Clark se termine cette année

Cette année, Erick Clark a pris la décision de se retirer de l'enseignement et il manquera à notre personnel et à nos étudiants.

Son style d'enseignement captivant mais décontracté a eu un impact positif sur de nombreux étudiants au cours de sa carrière.

« Il est tellement passionné par l'enseignement, et il était toujours joyeux et plein d'énergie », explique Mya Marquart, senior.

Il a enseigné pendant 29 ans au total, travaillant pour l'État du Wisconsin à Winnebago Mental Health pendant 6 ans avant de venir dans le Nord pour enseigner les sciences sociales pendant 23 ans, ainsi que d'entraîner le baseball pendant 15 ans.

Il est diplômé d'Oshkosh North en 1983 et est allé à UW-Oshkosh pour son diplôme de premier cycle. Pendant ce temps, il a travaillé pour le département des loisirs d'Oshkosh, où il a rencontré l'ancien professeur d'Oshkosh North Dave Morrison, qui faisait également partie du programme de baseball. Morrison a encouragé Clark à explorer l'enseignement et, en 2005, il a obtenu sa maîtrise du Lakeland College.

Clark aime toujours l'histoire et fait de son mieux pour transmettre cette passion à ses élèves.

« J'aime l'histoire, dit-il. « J'aime le lien [entre] l'histoire et l'actualité. C’est de cela qu’il s’agit vraiment, de voir comment l’histoire reflète le monde d’aujourd’hui. »

Son enseignement reflète cette passion.

« La différence entre un bon cours et un bon cours, c'est quand on peut dire qu'un enseignant est enthousiaste pour sa matière », explique Max Yanacek, senior. "Monsieur. Clark est l'exemple parfait de ce genre d'enseignant.

Bien que les étudiants soient sa priorité absolue, la meilleure chose à propos de travailler à Oshkosh North pour Clark est l'environnement de travail créé par les autres membres du personnel.

« Nous avons un très bon département d'études sociales et beaucoup de bons enseignants dans le Nord en général. »

Ses collègues sont d'accord.

Steve Danza, chef du département d'études sociales, dit que ce qui lui manquera le plus chez Clark, c'est « manger ensemble au déjeuner, les conversations amusantes et le sens de l'humour de Clark ».

Un autre enseignant, Chis Hansen, se souvient de l'incroyable capacité de narration de Clark.

« Mes souvenirs préférés avec lui sont d'écouter ses histoires. C'est un grand conteur et c'est un grand attribut à avoir en tant que professeur d'histoire », dit Hansen.

Hansen et Danza conviennent que ses remarques pleines d'esprit et sa vivacité d'esprit ont toujours amélioré les conversations de manière exponentielle, quel que soit le sujet.

Clark prend peut-être sa retraite de l'enseignement, mais il a de nombreux projets pour les années à venir. Bien qu'il ne remplacera probablement pas tout de suite, il prévoit de rester impliqué dans l'école en travaillant avec Scott Morrison (un enseignant du Nord actuel et presque à la retraite) et le programme Drivers Ed au volant. Il veut passer plus de temps avec sa petite-fille ainsi qu'avec d'autres enseignants qui ont pris leur retraite avant cette année et est ravi d'avoir son propre emploi du temps.

Outre un long héritage de son enseignement, Clark aimerait donner des conseils aux étudiants lorsqu'ils terminent leurs études secondaires.

«Le lycée est une préparation à la vie, que vous alliez travailler tout de suite, à l'école ou à l'armée… North est un endroit idéal pour le faire si, en tant qu'étudiant, vous avez l'intention de bien réussir. L'opportunité est là tous les jours, et vous devez en profiter.

Alors que Clark n'enseignera plus l'histoire ici à Oshkosh North, son héritage restera pour toujours dans les murs, les couloirs et le cœur de ses étudiants.


Histoire

L'histoire du RPC commence au milieu des années 1990 lors d'une réunion de l'église presbytérienne Apple Valley (AVPC), une congrégation de l'église presbytérienne orthodoxe. (OPC) à Neenah, WI. Quelque part dans le procès-verbal de cette réunion, il est fait référence au désir de l'église de voir une congrégation OPC établie dans la ville d'Oshkosh.

Ce n'est qu'au début de 2014, cependant, que les anciens d'AVPC ont fait le choix délibéré de commencer à prier publiquement chaque jour du Seigneur pour qu'une œuvre missionnaire (plante d'église) commence à Oshkosh. Les anciens étaient déterminés à commencer par la prière et à réfléchir à cette énorme entreprise, non pas selon leur propre vue et leurs sens faibles, mais à la lumière de la puissance souveraine et du plan de Dieu.

FORMER UN GROUPE DE BASE

Un an plus tard, en février 2015, en réponse à ces prières, deux familles AVPC ont déclaré qu'elles étaient prêtes et disposées à sortir et à commencer une étude biblique du dimanche soir à Oshkosh. Rapidement, un groupe central de 12 âmes engagées s'est formé autour de ces pionniers, dont trois hommes qui ont été ordonnés anciens au pouvoir et qui servaient déjà à l'AVPC.

UNE RECHERCHE PASTORALE

En août 2015, les anciens de l'AVPC ont formé un comité de recherche pastorale. En quelques mois, le comité de recherche et les anciens ont choisi M. Bob Holda comme candidat de choix.

Bob avait récemment obtenu son diplôme du Mid-America Reformed Seminary à Dyer, IN et était licencié au Presbytery of the Midwest de l'OPC. Après que les anciens aient interviewé Bob et que la congrégation ait eu l'occasion d'apprendre à connaître la famille Holda, la session AVPC des anciens a présenté Bob à la congrégation. Le 17 juillet 2016, l'AVPC a voté à l'unanimité pour appeler Bob comme implanteur d'église pour l'œuvre missionnaire d'Oshkosh et Bob a accepté avec plaisir l'appel.

ORDONNER UN MINISTRE

Le 21 octobre 2016, les ministres et les anciens au pouvoir du presbytère du Midwest de l'OPC se sont réunis à AVPC à Neenah, WI et ont ordonné M. Bob Holda ministre de la Parole et des Sacrements. Ils l'ont installé comme pasteur associé d'AVPC, avec la responsabilité principale d'implanter la congrégation fille d'AVPC à Oshkosh, l'église presbytérienne de la résurrection.

SERVICE D'ORDINATION DE BOB : Écoutez le service d'ordination et d'installation de Bob, qui comprend un sermon prononcé par le révérend Bruce Hollister, une commission à Bob, donnée par le révérend Dr. Marcus Mininger, et une commission à la congrégation, donnée par le révérend Dr. Alain étrange.

DÉBUT DE CROISSANCE

Le 4 décembre 2016, RPC a commencé à se rassembler chaque semaine le jour du Seigneur pour le culte public au Christian Community Childcare Center au 3870 Jackson Street, Oshkosh, WI 54901. Ils y ont adoré jusqu'au 8 juillet 2018 et pendant ces 19 mois, le groupe de base du RPC est passé de 12 à 36 membres. De plus, c'est au cours de cette saison que le RPC a envoyé ses premiers missionnaires à court terme pour effectuer des opérations de secours en cas de catastrophe à Houston, au Texas, à la suite de l'ouragan Harvey.

TROUVER UNE NOUVELLE MAISON

Le 15 juillet 2018, RPC a commencé à adorer à l'ancienne église catholique St. Jehosephat, située au 1205 Congress Avenue, Oshkosh, WI 54901. Ils sont enthousiasmés par les nouvelles opportunités de ministère qu'ils ont à cet endroit avec un accès exclusif 24h/24 et 7j/7. au bâtiment par le biais d'un bail qu'ils maintiennent avec l'American Legion Cook-Fuller Post 70, qui a acheté la propriété de la paroisse du Saint-Sacrement de l'Église catholique romaine le 29 décembre 2017.

Le fait d'avoir un accès constant à ce bâtiment a donné au RPC une attention particulière pour son rayonnement dans le quartier environnant. Il a fourni au pasteur Bob un bureau et une étude tout au long de la semaine. Cela a permis au RPC de commencer une étude du dimanche soir à 17 heures à l'église, qui a commencé en janvier 2019 et a lieu tous les jours sauf le premier dimanche du mois. Et cela nous a donné l'espace pour grandir en une congrégation mature du Christ, bâtie dans l'amour et la vérité.


Oshkosh a été nommé pour le chef Menominee Oshkosh, dont le nom signifiait « griffe » [5] (cf. Ojibwe ochkanzh, "la griffe"). [6] Bien que le commerce des fourrures ait attiré les premiers colons européens dans la région dès 1818, il n'est jamais devenu un acteur majeur du commerce des fourrures. Le boom minier des années 1820 dans le sud-ouest du Wisconsin et l'ouverture du canal Érié ont éloigné l'activité commerciale de la Fox River Valley et de Green Bay. Peu après 1830, une grande partie du commerce s'est déplacée vers l'ouest, car il y avait eu un surpiégeage dans la région. [ citation requise ] À la suite de la publicité causée par la guerre de Black Hawk en 1832, il y avait un intérêt accru pour la colonisation du Wisconsin par les blancs de la côte est, en particulier New York, Indiana et Virginie, et en 1836 les villes de Milwaukee, Madison, Janesville, Beloit, et Fond du Lac ont été fondés, avec Madison la capitale d'un nouveau gouvernement territorial, ouvrant la voie à l'importance économique et politique de la partie sud de l'État. [7] [8] Cependant, Oshkosh continuerait à être l'une des cinq plus grandes villes du Wisconsin jusqu'au vingtième siècle. [9]

L'établissement et la croissance de l'industrie du bois dans la région ont stimulé le développement d'Oshkosh. Déjà désignée comme siège du comté, Oshkosh a été constituée en ville en 1853. Elle comptait près de 2 800 habitants. [dix]

L'industrie du bois d'œuvre s'est bien établie lorsque les hommes d'affaires ont profité des voies navigables pour accéder aux marchés et aux pinèdes du Nord. L'arrivée du transport ferroviaire en 1859 a élargi la capacité de l'industrie à répondre aux demandes d'un marché de la construction en croissance rapide. À une certaine époque, Oshkosh était connue comme la « capitale mondiale de la sciure de bois » en raison du nombre de scieries dans la ville, 11 en 1860.

Pendant la guerre de Sécession, le 21e régiment d'infanterie du Wisconsin de l'Union Wisconsin Volunteers est organisé à Oshkosh, accueillant de nombreuses nouvelles recrues. C'était l'une des deux unités organisées dans l'État, l'autre était le 6th Regiment, Wisconsin Infantry, organisé au Camp Randall, Madison. Le 21st s'est rassemblé le 5 septembre 1862, marchant vers l'Ohio et Louisville, Kentucky, où il a participé à la fortification de Louisville plus tard cette année-là. Il fut rattaché à l'armée de l'Ohio et plus tard à l'armée du Cumberland. [11]

En 1870, Oshkosh était devenue la troisième plus grande ville du Wisconsin, avec une population de plus de 12 000 habitants. La communauté a attiré un éventail d'enseignants, d'avocats, de médecins, d'hommes d'affaires et d'autres professionnels qui l'ont aidée à prospérer. Les Oshkosh Quotidien Nord-Ouest journal (maintenant le Oshkosh Nord-Ouest) a été fondée à cette époque, tout comme l'école normale d'État d'Oshkosh (aujourd'hui l'Université du Wisconsin Oshkosh). Lumber a continué comme le pilier de la ville. En 1874, elle comptait 47 scieries et 15 moulins à bardeaux.

Le 28 avril 1875, Oshkosh a subi un « grand incendie » qui a consumé les maisons et les entreprises le long de la rue Main au nord de la rivière Fox. L'incendie a englouti 70 magasins, 40 usines et 500 maisons, coûtant près de 2,5 millions de dollars (ou 51,2 millions de dollars en 2010) en dommages. [12] [13]

Vers 1900, Oshkosh abritait l'Oshkosh Brewing Company, qui a inventé le slogan marketing « Par Dieu, c'est bon ». Sa marque Chief Oshkosh est devenue une bière distribuée à l'échelle nationale.

La population de la ville en 1910 était de 33 062, ce qui en fait la quatrième plus grande ville de l'État, devant Madison et Green Bay. [14]

Les Oshkosh All-Stars ont joué dans la National Basketball League de 1937 à 1949, avant que la NBL et la Basketball Association of America ne fusionnent pour devenir la NBA. Oshkosh a atteint la finale du championnat de la NBL à cinq reprises.

Quartiers historiques Modifier

La ville a un total de 33 inscriptions sur le registre national des lieux historiques. Certains entrepreneurs et hommes d'affaires de la région ont fait fortune dans l'industrie du bois. Beaucoup ont apporté des contributions importantes à la communauté, à la fois en politique et en soutenant des organisations philanthropiques. À la suite d'incendies dévastateurs au milieu des années 1870, de nouveaux bâtiments ont été commandés à Oshkosh qui exprimaient une gamme de bonnes conceptions : à usage résidentiel, commercial, civique et religieux.

Les nombreuses structures qui composent les quartiers historiques de la ville sont en grande partie le résultat du capital et des matériaux générés par les industries du bois et de la fabrication du bois connexes. Oshkosh comptait six quartiers historiques en octobre 2011. Ils comprennent le boulevard Algoma, Irving/Church, North Main Street, Oshkosh State Normal School sur le campus de l'Université du Wisconsin-Oshkosh, Paine Lumber Company et les quartiers historiques de Washington Avenue.

La ville comptait 27 bâtiments et sites historiques répertoriés individuellement sur le NRHP en octobre 2011. Onze sont des maisons, quatre sont des églises et le reste comprend des écoles, des collèges, une banque, une caserne de pompiers, un observatoire, le palais de justice du comté et un cimetière où de nombreux entrepreneurs sont enterrés.

Selon le United States Census Bureau, la ville a une superficie totale de 26,61 miles carrés (68,92 km 2 ), dont 25,59 miles carrés (66,28 km 2 ) de terre et 1,02 miles carrés (2,64 km 2 ) d'eau. [16]

Climat Modifier

Dans la normale climatologique la plus récente a un climat continental humide d'été chaud (Köppen : DFA) près du seuil de 22 °C (la moyenne du mois le plus chaud est de 22,2 °C). [17] Les jours d'été sont chauds à chauds avec des nuits fraîches à douces. Les hivers sont froids et longs avec des chutes de neige modérées. Les précipitations culminent de la fin du printemps au début de l'automne.

Données climatiques pour Oshkosh (normales 1991-2020, extrêmes 1893-présent)
Mois Jan fév Mar avr Peut juin juil août SEP oct nov déc Année
Record élevé °F (°C) 57
(14)
67
(19)
83
(28)
91
(33)
104
(40)
102
(39)
107
(42)
102
(39)
99
(37)
90
(32)
78
(26)
65
(18)
107
(42)
Moyenne élevée °F (°C) 26.1
(−3.3)
29.9
(−1.2)
41.3
(5.2)
54.4
(12.4)
67.3
(19.6)
77.3
(25.2)
81.7
(27.6)
79.8
(26.6)
72.5
(22.5)
59.0
(15.0)
44.2
(6.8)
31.8
(−0.1)
55.4
(13.0)
Moyenne quotidienne °F (°C) 18.1
(−7.7)
21.4
(−5.9)
32.4
(0.2)
45.0
(7.2)
57.7
(14.3)
68.0
(20.0)
72.2
(22.3)
70.4
(21.3)
62.6
(17.0)
49.9
(9.9)
36.6
(2.6)
24.7
(−4.1)
46.6
(8.1)
Moyenne basse °F (°C) 10.2
(−12.1)
12.9
(−10.6)
23.5
(−4.7)
35.7
(2.1)
48.0
(8.9)
58.8
(14.9)
62.7
(17.1)
61.0
(16.1)
52.7
(11.5)
40.8
(4.9)
28.9
(−1.7)
17.5
(−8.1)
37.7
(3.2)
Enregistrement bas °F (°C) −32
(−36)
−34
(−37)
−24
(−31)
5
(−15)
20
(−7)
28
(−2)
30
(−1)
32
(0)
25
(−4)
8
(−13)
−8
(−22)
−27
(−33)
−34
(−37)
Précipitations moyennes pouces (mm) 1.34
(34)
1.11
(28)
1.92
(49)
3.21
(82)
3.94
(100)
4.82
(122)
3.76
(96)
3.40
(86)
3.26
(83)
2.89
(73)
2.05
(52)
1.59
(40)
33.29
(846)
Chutes de neige moyennes pouces (cm) 9.8
(25)
10.1
(26)
5.4
(14)
1.8
(4.6)
0.0
(0.0)
0.0
(0.0)
0.0
(0.0)
0.0
(0.0)
0.0
(0.0)
0.3
(0.76)
1.8
(4.6)
10.0
(25)
39.2
(100)
Jours de précipitations moyennes (≥ 0,01 in) 8.9 8.1 8.6 11.4 12.1 11.4 10.2 9.8 9.3 10.4 9.0 9.3 118.5
Jours de neige moyens (≥ 0,1 po) 6.3 5.7 3.3 1.1 0.0 0.0 0.0 0.0 0.0 0.1 1.7 5.5 23.7
Indice ultraviolet moyen 1 2 3 5 7 8 8 7 5 3 2 1 4
Source 1 : NOAA [18] [19]
Source 2 : Atlas météorologique (indice UV) [20]
Population historique
Recensement Pop.
18606,086
187012,663 108.1%
188015,748 24.4%
189022,836 45.0%
190028,284 23.9%
191033,062 16.9%
192033,162 0.3%
193040,108 20.9%
194039,089 −2.5%
195041,084 5.1%
196045,110 9.8%
197053,082 17.7%
198049,620 −6.5%
199055,006 10.9%
200062,916 14.4%
201066,083 5.0%
2019 (est.)67,004 [4] 1.4%
Bureau du recensement des États-Unis

Recensement de 2010 Modifier

Au recensement [3] de 2010, il y avait 66 083 personnes, 26 138 ménages et 13 836 familles résidant dans la ville. La densité de population était de 2.582,4 habitants par mile carré (997,1/km 2 ). Il y avait 28 179 unités de logement à une densité moyenne de 1 101,2 par mile carré (425,2/km 2 ). La composition raciale de la ville était de 90,5% de blancs, 3,1% d'afro-américains, 0,8% d'amérindiens, 3,2% d'asiatiques, 0,7% d'autres races et 1,7% de deux races ou plus. Hispanique ou Latino de n'importe quelle race représentaient 2,7% de la population.

Il y avait 26 138 ménages, dont 25,7% avaient des enfants de moins de 18 ans vivant avec eux, 38,7% étaient des couples mariés vivant ensemble, 10,0% avaient une femme sans mari présent, 4,3% avaient un homme sans femme présente, et 47,1 % n'étaient pas des familles. De tous les ménages, 34,4 % étaient composés d'individus et 11,4 % avaient une personne vivant seule âgée de 65 ans ou plus. La taille moyenne des ménages était de 2,24 et la taille moyenne des familles était de 2,90.

L'âge médian dans la ville était de 33,5 ans. 18,6 % des résidents avaient moins de 18 ans, 18,7 % avaient entre 18 et 24 ans 26,7 % avaient entre 25 et 44 ans, 23 % avaient entre 45 et 64 ans et 12,9 % avaient 65 ans ou plus. La composition par sexe de la ville était de 51,2 % d'hommes et de 48,8 % de femmes.

Recensement de 2000 Modifier

Au recensement [21] de 2000, il y avait 62 916 personnes, 24 082 ménages et 13 654 familles résidant dans la ville. La densité de population était de 2 662,2 personnes par mile carré (1 028,0/km 2 ). Il y avait 25 420 unités de logement à une densité moyenne de 1 075,6 par mile carré (415,3/km 2 ). La composition raciale de la ville était de 92,73 % de blancs, 2,19 % de noirs ou afro-américains, 0,52 % d'amérindiens, 3,03 % d'asiatiques, 0,03 % d'insulaires du Pacifique, 0,53 % d'autres races et 0,98 % de deux races ou plus. 1,69 % de la population était hispanique ou latino de n'importe quelle race. 52,2 % étaient d'ascendance allemande et 6,3 % irlandaise selon le recensement de 2000.

Il y avait 24 082 ménages, dont 27,3% avaient des enfants de moins de 18 ans vivant avec eux, 44,3% étaient des couples mariés vivant ensemble, 9,1% avaient une femme au foyer sans mari présent et 43,3% étaient des non-familles. De tous les ménages, 32,4 % étaient composés d'individus et 11,7 % avaient une personne vivant seule âgée de 65 ans ou plus. La taille moyenne des ménages était de 2,31 et la taille moyenne des familles était de 2,95.

Dans la ville, la population était dispersée, avec 20,7 % de moins de 18 ans, 18,1 % de 18 à 24 ans, 29,7 % de 25 à 44 ans, 18,3 % de 45 à 64 ans et 13,1 % de 65 ans ou plus. plus âgée. L'âge médian était de 32 ans. Pour 100 femmes, il y avait 99,9 hommes. Pour 100 femmes de 18 ans et plus, il y avait 98,7 hommes.

Le revenu médian d'un ménage dans la ville était de 37 636 $ et le revenu médian d'une famille était de 48 843 $. Les hommes avaient un revenu médian de 33 750 $ contre 24 154 $ pour les femmes. Le revenu par habitant de la ville était de 18 964 $. Environ 5,2 % des familles et 10,2 % de la population vivaient en dessous du seuil de pauvreté, dont 8,6 % des moins de 18 ans et 6,9 % des 65 ans ou plus.


Quand la paroisse du Très-Saint-Sacrement à Oshkosh a-t-elle été fondée ?

Le samedi 14 juillet 2007, la paroisse Très Saint-Sacrement est officiellement devenue une paroisse. Ce même week-end, le nouveau calendrier des messes est entré en vigueur. Au lieu de culte de Saint-Pierre, il y avait une messe de vigile à 16 heures ainsi qu'une messe à 9 heures le dimanche. Au site de culte de St. Mary, il y avait une messe à 7h30 et à 10h45 le dimanche. 16 juillet, P. Joel Sember est arrivé comme assistant à temps partiel dans la nouvelle paroisse.

Le samedi 18 août 2007, à la liturgie de 16h, le P. James Jugenheimer a été installé par l'évêque Zubik comme premier curé de la paroisse du Très-Saint-Sacrement à Oshkosh.

Le 1er juillet 2009, le P. Joel Sember a été transféré comme assistant dans deux paroisses de De Pere, Wisconsin. Il n'a pas été remplacé. Sa jeunesse et son enthousiasme ont marqué notre nouvelle paroisse.

À l'automne 2013, après plusieurs mois de réunions de planification avec Norbertine, le P. Jim Nelson qui était notre consultant en rénovation liturgique diocésaine, une rénovation complète de l'église supérieure St. Mary a été commencée. La Ganther Corporation a supervisé le projet. Après avoir découvert que plusieurs poutres portantes supplémentaires devraient être ajoutées pour renforcer le plancher de l'église supérieure, la rénovation a été étendue pour inclure l'église inférieure. Des efforts particuliers ont été déployés pour protéger l'intégrité historique de St. Mary's. Les embouts des anciens bancs qui se détérioraient ont été conservés et réutilisés dans les nouveaux bancs. Un nouvel autel a été fabriqué à partir de l'un des autels originaux de l'église. Le motif eucharistique qui avait été incrusté de linoléum sur le sol, a été reproduit dans le carrelage en utilisant une mosaïque de marbre. Une nouvelle zone de choeur et des fonts baptismaux ont été créés, une rampe menant au sanctuaire a été installée et un jubé a été construit pour séparer la zone de rassemblement de l'église proprement dite. Les services de la Semaine Sainte ont été célébrés dans l'église rénovée. Le nouvel autel est arrivé à une date ultérieure, tous les chandeliers d'origine ont été redorés et la lampe du sanctuaire qui avait été suspendue sur le site de Saint-Josaphat a été installée près du tabernacle. Le jour de la Fête-Dieu en juin 2013, le nouvel autel a été dévoilé et consacré à l'usage de l'évêque David Ricken. L'image de Marie est placée dans le motif avant de l'autel. Mère de l'Eucharistie. L'église inférieure, avec une kitchenette nouvellement installée, sert maintenant de salle paroissiale.

En décembre 2013, un généreux donateur a offert d'acheter une crèche Fontanini grandeur nature pour notre site de Saint-Pierre. Utilisé pour la première fois pour Noël de cette année-là, il deviendra un autre des trésors du Très Saint Sacrement.

En juin 2016, nous avons organisé un Sommet du leadership paroissial pour aider à définir la vision, la mission et l'orientation de notre paroisse pour les années à venir. De ce Sommet est né notre nouvel énoncé de mission paroissiale :

Rencontrer Jésus dans l'Eucharistie
Vivre l'Evangile
Amener les autres à Christ

En juillet 2017, le père Jerry Pastors a été installé par Mgr David Ricken comme deuxième curé de la paroisse du Très-Saint-Sacrement.

En juillet 2020, la paroisse Très Saint-Sacrement a célébré l'ordination au sacerdoce de son premier fils paroissial, le P. Ben Johnson.

Dans les années qui se sont écoulées depuis que nous sommes devenus une paroisse, la Paroisse Très Saint-Sacrement continue de croître à la lumière de l'Esprit Saint. Notre sensibilisation paroissiale comprend maintenant le soutien du Day by Day Warming Shelter qui a été ouvert dans l'ancienne cafétéria de l'école St. Peter, le programme Coats for Kids and Christmas Gift de l'Armée du Salut, le programme Back to School Back-pack, le St. Vincent De Paul Society, la ville de sécurité du service de police d'Oshkosh et la marche pour la vie de la clinique médicale Bella, les dimanches de sacs bruns pour le garde-manger communautaire de la région d'Oshkosh et bien plus encore.

Bien que notre histoire soit courte, beaucoup a déjà été accompli par la grâce pour la plus grande gloire de Dieu, mais il reste encore beaucoup à faire.


Exigences et sélection Modifier

À l'été 2008, le département américain de la Défense (DoD) a commencé à examiner la possibilité de développer et de se procurer une variante MRAP plus légère et tout-terrain pour faire face aux mauvaises routes et au terrain difficile de l'Afghanistan. L'activité de sélection des sources a pris en compte les réponses de plus de 20 entreprises à une demande d'informations (RFI)/enquête de marché datée du 21 août 2008 et à la mi-novembre 2008, le gouvernement américain a publié une pré-sollicitation pour un M-ATV. Début décembre 2008, l'appel d'offres officiel M-ATV a été publié. L'exigence initiale du programme M-ATV concernait entre 372 et 10 000 véhicules, avec la quantité de production la plus probable indiquée comme 2 080. [dix]

En mars 2009, il est devenu connu que deux de chacun des six types de véhicules différents (de cinq fabricants) avaient été livrés à l'armée américaine pour deux mois d'évaluation, à la fin desquels jusqu'à cinq ID/IQ (livraison indéfinie/quantité indéfinie ) les contrats seraient attribués. [11] En plus de la proposition d'Oshkosh, BAE Systems a soumis deux propositions, celles-ci étant une conception dérivée d'un véhicule tactique léger conjoint (JLTV) et un dérivé Caiman basé sur FMTV. Force Dynamics (une coentreprise Force Protection/General Dynamics Land Systems (GDLS)) a proposé le Cheetah, GDLS-C (Canada) a proposé un dérivé MRAP RG-31 et Navistar a proposé une solution basée sur MXT. [12]

Après l'élimination du RG-31 de GDLS-C du concours en mai 2009, il a été annoncé que les cinq soumissionnaires restants avaient obtenu des contrats ID/IQ et devaient chacun livrer trois véhicules d'essai prêts à la production pour la prochaine étape du concours. . À la fin des tests, le DoD américain a déclaré qu'il prévoyait de sélectionner un seul producteur de M-ATV mais qu'il pouvait, à sa discrétion, passer des commandes de production auprès de plusieurs producteurs comme il l'avait fait avec l'approvisionnement initial du MRAP. Le 30 juin 2009, l'attribution du contrat M-ATV a été annoncée avec l'attribution d'un seul contrat ID/IQ à Oshkosh. [13] [14] [15] Le général de brigade Michael Brogan, officier de programme du Corps des Marines des États-Unis pour le MRAP, a déclaré que l'Oshkosh M-ATV avait été choisi parce qu'il avait la meilleure capacité de survie et qu'Oshkosh avait les meilleures capacités techniques et de fabrication de tous les concurrents. L'offre d'Oshkosh était également la deuxième moins chère. [16] [17] [18]

La commande de livraison initiale de M-ATV était évaluée à plus d'un milliard de dollars et comprenait 2 244 M-ATV. Les besoins globaux en M-ATV étaient passés début juin de 2 080 à 5 244 M-ATV, répartis en 2 598 (Armée), 1 565 (Marines), 643 (US Special Operations Command), 280 (Air Force), 65 (Marine), et 93 pour les tests. [19]

Production et rénovation Modifier

En juillet 2009, les 46 premiers M-ATV ont été livrés et en novembre le 1 000e M-ATV a été livré. Oshkosh a atteint son obligation contractuelle de produire 1 000 M-ATV par mois avant la date prévue en décembre 2009, en utilisant ses installations de fabrication existantes à Oshkosh, WI (50 %) et en utilisant son installation de chariots télescopiques JLG à McConnellsburg, touchée par la récession. , PA (50%). [20] Les premiers véhicules sont arrivés en Afghanistan en octobre 2009 et devaient tous être livrés en mars 2010. [21]

Au total, 8 722 M-ATV ont été livrés à l'armée américaine, au Corps des Marines des États-Unis, à l'US Air Force et au Commandement des opérations spéciales des États-Unis (SOCOM). Les M-ATV ont été livrés en deux variantes principales. Le modèle de base est désigné M1240 avec la tourelle habitée Objective Gunner Protection Kit [OGPK], il est désigné M1240A1 lorsqu'il est équipé du Underbody Improvement Kit (UIK). La deuxième variante principale est désignée M1277 et est équipée de la station d'armes télécommandée M153 CROWS (RCWS). Produite en plus petit nombre, la variante spécifique à SOCOM est désignée M1245 M1245A1 avec UIK installé. [22]

Dans le cadre de la cession globale de la flotte MRAP, le gouvernement américain conservera environ 80% (environ 7 000) de la flotte M-ATV, dont 5 651 (dont 250 pour SOCOM) seront conservés par l'armée. [22] Des travaux sont actuellement en cours à l'installation d'Oshkosh dans le Wisconsin et au dépôt de l'armée de la rivière Rouge pour réinitialiser les quelque 7 000 M-ATV retenus à une norme de construction commune. Oshkosh a obtenu un contrat initial de réinitialisation de M-ATV de 500 véhicules en août 2014. Trois options de contrat supplémentaires pour 100 véhicules chacune ont été attribuées en décembre 2014. La valeur totale du contrat dépasse 77 millions de dollars US. Les livraisons devaient se poursuivre jusqu'en septembre 2015. [22]

Réinitialiser les centres de travail sur le retour des véhicules à la norme de production initiale à faible taux (LRIP) 22 : essentiellement la norme de construction pour le lot de production final du M-ATV. LRIP 22 comprend des mises à niveau telles que l'UIK et le système d'extinction automatique d'incendie amélioré (AFES). Le travail de réinitialisation ajoute également des propositions de modification technique (ECP) qui incluent la réduction de la signature acoustique (silencieux), le stockage des munitions du système modulaire de retenue des munitions (MARS) et la relocalisation de certains équipements fournis par le gouvernement (GFE). [22]

Le 28 mai 2015, Oshkosh a annoncé que l'armée américaine lui avait attribué une modification de contrat pour la réinitialisation de 360 ​​M-ATV supplémentaires. La modification comprend des options pour la réinitialisation de jusqu'à 1 440 M-ATV supplémentaires. Les livraisons pour cette dernière modification ont commencé en octobre 2015. Oshkosh est sous contrat pour réinitialiser un total de 1 160 M-ATV d'une valeur totale de plus de 115 millions de dollars. [23]

En janvier 2017, le US Marine Corps a annoncé qu'il mettrait à niveau et rénoverait environ 80 M-ATV sur une période de cinq mois, les travaux devant prendre de trois à quatre semaines pour chaque M-ATV et coûter environ 385 000 $ par véhicule, les deux Marine et Air Force M-ATV impliqués. La principale différence entre les deux services M-ATV réside dans l'armement. Les M-ATV de l'Air Force sont équipés d'un CROWS (Common Remotely Operated Weapon Station), tandis que les Marine M-ATV sont équipés d'une tourelle manuelle OGPK (Objective Gunner Protection Kit). [24]

Développements Modifier

Lors de la convention 2013 de l'Association for Unmanned Vehicle Systems International (AUVSI), Oshkosh a annoncé l'intégration du système TerraMax sur le M-ATV pour permettre au type d'être converti en un véhicule terrestre sans pilote. L'objectif est d'utiliser le M-ATV comme plate-forme sans pilote pour les missions de dégagement d'itinéraire et de lutte contre les engins explosifs improvisés (IED) par les ingénieurs. [25]

Oshkosh Defense a dévoilé la variante M-ATV Extended Wheel Base Medical (EXM) lors de l'International Defence Exhibition and Conference (IDEX) 2015 (22-26 février) à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis. Cette variante du M-ATV a une capacité intérieure suffisante pour transporter simultanément deux patients liés à la litière, deux patients ambulatoires, un infirmier, un commandant et un chauffeur. La configuration interne personnalisable du M-ATV EXM permet également d'accéder rapidement à l'équipement par un médecin en position centrale. [26]

En février 2015, Oshkosh Defence et Alliant Techsystems ont effectué une démonstration de tir du canon à chaîne M230LF de 30 mm sur un M-ATV pour démontrer la viabilité et l'efficacité d'un système d'arme de moyen calibre pour les véhicules tactiques légers. La démonstration de tir réel a montré une précision améliorée dans les engagements mobiles et une létalité améliorée sur le M-ATV utilisant le canon, monté sur le R400S-Mk2, une station d'armes à distance stabilisée à 3 axes pesant moins de 400 kg (880 lb). L'ajout du M230LF de 72,6 kg (160 lb) stabilisé sur le RWS offre une létalité mobile précise, généralement réservée aux véhicules de combat plus lourds, avec une mobilité hors route exceptionnelle et des niveaux de protection MRAP. [27]

Le M-ATV s'est avéré plus résistant que le Humvee et était plus léger que les autres versions du MRAP, mais pour améliorer encore la capacité de survie et la mobilité des troupes, l'armée américaine a entrepris le programme Joint Light Tactical Vehicle (JLTV) pour obtenir un véhicule combinant un poids léger , mobilité et protection. En août 2015, Oshkosh a remporté le contrat pour son véhicule tout-terrain tactique de combat léger (L-ATV), qui a pris des leçons de conception de la mise en service du M-ATV et les a incorporés dans un camion à deux tiers du poids et avec une vitesse plus rapide -les vitesses sur route. [28]

En 2018, le Corps des Marines déployait un système aérien sans pilote (C-UAS) qui peut être monté sur un M-ATV. Le système de contre-UAS de défense aérienne au sol (GBAD) comprend le radar RPS-42 en bande S, le système de guerre électronique Modi, des capteurs visuels et un drone anti-drone Raytheon Coyote pour détecter, suivre et détruire les drones hostiles. [29]

Le M-ATV combine une coque blindée conçue par Plasan et développée pour la proposition de phase Northrop Grumman/Oshkosh JLTV Technology Development (TD) [30] [28] avec certains éléments du châssis de remplacement de véhicule tactique moyen (MTVR) et la suspension TAK-4 d'Oshkosh système. La suspension TAK-4 est à ressorts hélicoïdaux et entièrement indépendante, et offre un débattement de 16 pouces.

Pour la survie, et en plus de la coque en forme de V qui est optimisée pour la protection contre les IED, d'autres aides incluent la possibilité d'apporter un tour de 7,62 mm au système d'huile/liquide de refroidissement/hydraulique du moteur et de continuer à conduire sur au moins un kilomètre. Le compartiment moteur est également protégé par le système d'extinction d'incendie du moteur Stat-X. [31] Un système de gonflage central des pneus (CTIS) et des inserts de roulage à plat permettent au M-ATV de parcourir au moins 30 miles à 30 mph même si deux pneus perdent de la pression. Le M-ATV dispose également d'un système de contrôle de traction et de freins antiblocage.

L'armement est monté sur le toit et peut être actionné manuellement ou à distance. Les options manuelles incluent une mitrailleuse M240, un lance-grenades Mk 19, une mitrailleuse Browning M2, un missile guidé antichar MILAN ou un lanceur de missile guidé antichar BGM-71 TOW. L'option à distance est généralement la CROWS (Common Remotely Operated Weapon Station), mais comme mentionné précédemment, Oshkosh a également installé à des fins de démonstration le R400S-Mk2, une station d'armes à distance stabilisée à 3 axes sur laquelle est monté le canon automatique à chaîne M230LF.

Les autres caractéristiques du M-ATV incluent un système CVC et des prises de courant pour charger les appareils électroniques portables. [4] Le M-ATV est également unique parmi les conceptions de type MRAP en ce qu'il utilise des portes arrière de type suicide. [19]

L'armée des Émirats arabes unis a initialement commandé 55 M-ATV dans le cadre d'une vente FMS en 2011. Les Émirats arabes unis ont commandé 750 autres M-ATV directement à Oshkosh en juillet 2012. Ceux-ci visent à offrir une plus grande mobilité tout-terrain et une meilleure protection des équipages pour la sécurité et la paix régionales. -les utilisateurs des opérations de maintien incluent l'élite de la Garde présidentielle. Les livraisons ont été achevées en août 2013. [32] [33] [34] En septembre 2014, les Émirats arabes unis ont demandé 44 autres M-ATV aux stocks excédentaires américains. [35]

En septembre 2013, l'armée saoudienne a entamé des négociations pour une commande d'un nombre non divulgué de M-ATV. [36] L'Arabie saoudite a reçu environ 450 M-ATV, dont certaines variantes à empattement allongé. [3]

Le 7 avril 2014, le gouvernement américain a fait don de 162 M-ATV à l'armée croate pour une utilisation dans des opérations de combat à petite échelle dans des environnements urbains et restreints. [37] Quinze M-ATV vont au commandement des forces spéciales croates (SFCOM), cinq au commandement de soutien (SCOM), deux au régiment de police militaire et 78 sont entrés en service dans l'armée croate en 2015, avec un 62 autres à suivre en 2016 pour le 1er Bataillon de la Brigade des Gardes Motorisés à Gospic. [38]

In January 2015, it was reported that the U.S. was to donate 308 Mine Resistant Ambush Protected (MRAP) vehicles to Uzbekistan under the Excess Defense Articles program. Requested totals include 159 M-ATVs with UIK, plus 50 Maxxpro Plus, 20 MaxxPro recovery, 50 BAE RG-33L CAT II and 70 Cougar CAT 1 (W/ISS (65) W/O ISS 5) vehicles. [39] [40]

In February 2015, it was disclosed that the U.S. was providing 20 M-ATVs to African Union (AU) peacekeepers in Somalia. These M-ATVs will replace older 1980s-vintage Casspir vehicles. [41]

On 25 February 2015, Polish special forces received 45 M-ATVs. The handover ceremony took place in Cracow, Poland and the US Ambassador in Poland, Stephen D. Mull, participated in the event. Delivery of the MRAP vehicles was carried out within the framework of the Excess Defense Articles program, the standard way that the U.S. military gives surplus equipment to allies. [42]

In June 2016, photographs released by the Iraqi Ministry of Defence showed M-ATVs with Iraqi Special Operations Forces (ISOF) (also known as the Counter-Terrorism Service (CTS)) units advancing northwards for the operation to retake the Islamic State-held city of Mosul. [43]

Oshkosh formerly announced the addition of designated variants to the M-ATV family in April 2014. [44] The range has evolved since then, the current five variants announced in May 2016. [45]

The five current variants are: [46]

  • M-ATV Special Forces – 5-seat with protected cargo area. Curb Weight: 31,467 lb (14,273 kg) payload: 5,500 lb (2,495 kg). [47]
  • M-ATV Assault – modular seating for up to 11. Curb Weight: 35,450 lb (16,080 kg) payload: 4,400 lb (1,996 kg). Extended wheelbase. [48]
  • M-ATV Engineer – modular seating for 5 to 11. Curb Weight: 35,225 lb (15,978 kg) Payload: 4,400 lb (1,996 kg). Mine roller ready. Extended wheelbase. [49]
  • M-ATV Command – 5-seat. Curb Weight: 35,128 lb (15,934 kg) payload: 4,400 lb (1,996 kg). Extended wheelbase. [50]
  • M-ATV Utility – 5-seat. Curb weight w/fuel: 29,344 lb (13,310 kg) payload: 7,000 lb (3,181 kg). Flatbed platform with ISO-lock corner fixings. Extended wheelbase. [51]

6×6 technology demonstrator Edit

In October 2015, Oshkosh unveiled an M-ATV 6×6-wheeled technology demonstrator. The vehicle was designed with greater interior volume to transport three crew and 8–12 troops and to have greater payload capacity while maintaining MRAP-level protection and off-road mobility, combining the TAK-4 independent suspension and the M-ATV 6×6's all-wheel steer for maneuverability across any terrain. Top speed is 65 mph (105 km/h) with a 70 percent off-road/30 percent on-road suspension durability profile. It has a curb weight of 21 tons (42,000 lb or 19,000 kg), a payload capacity of 12,000 lb (5,400 kg), and the same turning radius as the 4x4 version. [52] [53]


Since the University’s inception as a teacher-training school in 1871 to its stature today as a premier comprehensive institution, quality and innovative higher education have been hallmarks of UW Oshkosh’s success.

In the early years, the Oshkosh State Normal School was Wisconsin’s foremost institution for educating teachers and the first such school in the nation to have a kindergarten. Rose C. Swart, a powerhouse in the model school department for half a century, introduced practice teaching in 1872. Tuition was free to all who declared their intention to teach in Wisconsin public schools. In 1916, fire destroyed the main campus building Dempsey Hall replaced it in 1918.

As the educational focus evolved and expanded, the institution underwent several name changes to the Oshkosh State Teachers College in 1927 and the Wisconsin State College Oshkosh in 1951. A graduate school was added in 1963, transforming the one-time normal school into a fully developed university.

In its centennial year of 1971, the institution merged into the Wisconsin system and became the University of Wisconsin Oshkosh. Innovations — such as a new academic calendar with 14-week semesters and three-week interim sessions and a Faculty Development Program — followed when Chancellor Robert Birnbaum arrived in 1974.

UW Oshkosh’s academic excellence continued to gain recognition under the leadership of chancellors Edward M. Penson, John E. Kerrigan and Richard H. Wells. New programs, institutes and degrees have kept the curriculum relevant, while building expansions, renovations and additions support the institution’s continued growth.

But Titans don’t live in the past.

Today, led by Chancellor Andrew J. Leavitt, UW Oshkosh proudly serves the region as the third-largest university in Wisconsin with an annual on- and off-campus enrollment of nearly 14,000.

Future-minded campus initiatives include a commitment to sustainability, including the goal of carbon-neutral campuses by 2030, and continued investment in relevant liberal arts education across the curriculum.


From the archives: Clarence 'Inky' Jungwirth blueprints Oshkosh history

Buy Photo

Clarence "Inky" Jungwirth, 95, autographs his book for Tom Beyer, right, wearing Oshkosh B'Gosh clothing during the Oshkosh Memorabilia Club show March 21, 2015, at the Oshkosh Senior Center. (Photo: Jeannette Merten/For USA TODAY NETWORK-Wisconsin) Buy Photo

Editor's note: The Oshkosh Northwestern originally published this story Nov. 15, 2012. Clarence "Inky" Jungwirth died Sunday.

It's difficult to figure out where to start when the story comes to Clarence "Inky" Jungwirth, so let's start with that nickname.

You might think "Inky" comes from him writing the book on Oshkosh, its history and its people almost two dozen times over. Or from his stint as an Oshkosh Northwestern columnist covering the activities of Oshkosh soldiers in H Company as they went through training before shipping out to the Pacific theater during World War II. Or from his start at Oshkosh Corp. 66 years ago running a blueprint machine. Or maybe even from his passion for reading an average of four books per month.

Those would all be wrong, though.

Instead, the 93-year-old's nickname stems from his days growing up on the south side in the rough and tumble Sixth Ward.

"In the early formation of the Sixth Ward, if you didn't have a nickname, you were considered a sissy," Jungwirth explained. "The nicknames were given to you by your physical characteristics, your habits. Out of the hundred kids in my gang, I was the runt of the gang. I was only five feet tall. . So they called me 'Incubator Baby.'"

In his 93 years, Jungwirth's seen Oshkosh transform itself from a lumber town to a manufacturing center. He's watched religious and ethnic divisions dissolve and geographical ones rise up in their stead. He's seen population shifts from downtown to the town of Algoma.

Also, he's delivered dry cleaning, worked in a tailor's shop, learned typing, studied journalism for a spell, earned a history degree from the University of Wisconsin-Oshkosh when he was 68, learned engineering and drafting trades so well he boasts he can "design a truck mentally without paper" and still finds plenty of time to spend with his three children, six grandchildren and eight great-grandchildren.

His memory, knowledge of history and skill across a variety of trades has kept him sharp as a tack even after 66 years on the job at Oshkosh Corp., minus a brief retirement more than 20 years ago.

"I have to keep 50,000 old trucks going," he explains. "I retired in 1987, but they called me back six months later. The company once had a meeting to see if they could clone me."

In short, he's never at a loss for a good story and is always happy to share them with anyone who asks, with no sign of compunction about anything he might share.

"All the teachers in Oshkosh know me," Jungwirth said. "I've lectured at every school in the city, mostly about my World War II experiences. I have a lot to say, so if you don't like the way I talk, don't ask me to speak. I don't give a damn."

It all started back at a time when a man of his age — 13 or 14 — would normally have followed his father's and relatives' footsteps and gone to work at the Paine Lumber Mill after finishing grade school at Sacred Heart.

"My mom saw something in me. She insisted I go to high school," he explained. "I graduated with honors, but I had to work before school cleaning a tailor's shop and after, delivering clothes. I'd work 100 hours in a month for $8 pay."

He joined the National Guard on June 24, 1940, and was sent off to Louisiana where the journalism, drafting and typing courses he took in school paid off, even if "at the time that meant a boy was a sissy."

He was made H Company's clerk as it and the rest of the Army's 32nd Infantry, shipped off to Australia before engaging in the Battle of Buna, on New Guinea, one of the first battles in the Pacific theater.

He would later become a part of the 24th Infantry and fought in the battles for Leyte, Bataan and Mindanao, one of the last battles in the Pacific. He and his fellow soldiers gave a lot, but Jungwirth also said he lost something ingrained in him since a young boy: his animosity toward other ethnicities and religions.

"As GIs, we were intermingling with different cultures," he said. "I took all my animosities from the Sixth Ward and lost them in Australia and New Guinea when they saved our lives and as we dealt with natives."

He returned home to Oshkosh bearing the scars of war, malaria and post-traumatic stress disorder on Aug. 27, 1945.

"I looked like a ghost. I had the 'thousand-mile stare.' I still have dreams of being drafted after I returned from the war," Jungwirth said.

Seven days later, Oshkosh Truck Corp. took a chance and hired Jungwirth to run a blueprint machine for a few hours each day.

"They saw something in me," Jungwirth said. "I'd run the blueprint machine for three or four hours each day, but they also taught me how to draw parts in my spare time."

Oshkosh Truck's business at the time was snow removal trucks. But as the '50s and '60s gave way to the '70s and '80s, the company started to design military trucks. The first of many he helped design was the Heavy Equipment Transporter, or HET, which the company still makes for the U.S. military today.

"The soldiers loved it for hauling tanks in Germany," Jungwirth said of the HET. "And it led us to version two of the HET, which was just perfect. And it's why Oshkosh has been successful with the military ever since."

By 1991, after his brief stint in retirement ended and he returned to Oshkosh Truck, Jungwirth decided his journals and knowledge of the community's history needed to be shared. And so, in 1991, he wrote and self-published his first book, "A History of the 'Bloody Sixth Ward' in the City of Oshkosh."

"It was very popular," he modestly says.

It became the first of four books he wrote on the history of Oshkosh. He added another five volumes full of tales of Oshkosh and several autobiographical volumes as well, including his diary from World War II. Many of his books remain for sale at Apple Blossom Books downtown.


Oshkosh announced on May 30, 2013 that it had been selected by the US Marine Corps to supply its next-generation Aircraft Rescue and Fire Fighting (ARFF) vehicles. The P-19 Replacement (P-19R) will replace the Oshkosh P-19A fleet which was first fielded in 1984 and is reaching the end of its service life. [2] The P-19R contract extends through May 2018 and has a total estimated value of $192 million ($192,852,826 quoted). [5]

Following the delivery of three prototype vehicles in December 2013 for testing, [2] in April 2015 it was disclosed the P-19R had successfully completed all required government development testing and evaluation and readiness reviews required to move the program through Milestone C approval and into Low Rate Initial Production (LRIP). A delivery order was placed and LRIP commenced that month, with vehicles slated for delivery to support Product Verification Testing (PVT). Six LRIP vehicles were delivered in February 2016 to the Aberdeen Test Center in Aberdeen Maryland for PVT and Cherry Point North Carolina for First Unit Equipped (FUE) testing. Testing was conducted from March 2016 through June 2016. A Full Rate Production (FRP) decision was announced by Oshkosh on August 18, 2016. [1]

On 22 May 2017 Oshkosh announced that the U.S. Marine Corps has awarded the company a delivery order valued at more than $33 million for an additional 54 P-19Rs. Oshkosh stated the company expected to deliver the first P-19Rs in June 2017 and in total would deliver 164 P-19Rs through 2019. [6] On 27 July 2017 Oshkosh announced that the U.S. Marine Corps had awarded the company a delivery order valued at more than $16 million for an additional 23 P-19Rs. [7] On 2 November 2017 Oshkosh announced that the U.S. Marine Corps had awarded the company a delivery order valued at more than $19 million for an additional 31 P-19Rs for delivery through 2019. [8] Oshkosh announced on 6 February 2018 that the P-19R had reached its Initial Operating Capability (IOC) milestone. The P-19R contract extends through 2018 and between 164 and 200 vehicles can be ordered, with 60 vehicles delivered by February 2018. [4]

The P-19R is based on a conventional C-section rigid chassis, the wheelbase of which is 4.851 m. Motive power is provided by a rear-mounted transverse 15.2-litre Caterpillar C15 six-cylinder in-line turbocharged, water-cooled four-stroke diesel, developing 600 hp (448 kW), [9] this coupled to an Allison 4700 SP seven-speed fully automatic transmission and Oshkosh 35000 Series single-speed transfer case. This set-up is shared with Oshkosh’s Logistic Vehicle System Replacement (LVSR) which is also in service with the Marines. [3]

Suspension is Oshkosh TAK-4 fully independent double wishbone all-round, and by coil springs with 16-inches of independent wheel travel. TAK-4 suspension is fitted to the Marines’ LVSR and Medium Tactical Vehicle Replacement (MTVR) fleets, and is also fitted to the Oshkosh M-ATVs and upgraded Cougar MRAPs that are being retained by the Marines post-Afghanistan. The P-19R is fitted with Michelin XZL 16.00 R 20 tires. A Dana central tire inflation system (CTIS) is fitted, this allowing the driver to adjust tire pressures to suit the terrain being crossed. A spare wheel/tire is carried at the rear of the vehicle. [dix]

The cab seats four, a driver and three crew. The driver sits centrally. [dix]

The P-19R is equipped with a power divider that allows the vehicle to drive and pump simultaneously. In addition to hoses, ladders and other fire and rescue equipment, the P-19R carries 1000 gallons of water, 130 gallons of foam agent, and 500 lb of Halotron auxiliary firefighting agent. The roof and bumper turrets combined, will discharge up to 750 gallons of water per minute, and at up to 1000 ft from a fire. [dix]

Cross-lay hose beds in the main body offer convenient access to fire hoses that can be used for structural fires or to draw water from a hydrant or natural source such as a river or pond. [3] On the underside of the P-19R there are nozzles that can discharge 56 liters of water and foam to extinguish a fire or fuel spill underneath the vehicle. In front of the vehicle Oshkosh has installed nozzles that spray water and foam on the windshield to keep it cool. [dix]

The P-19R is also equipped with Oshkosh's Command Zone integrated control and diagnostic system originally developed for the company's commercial fire-fighting vehicle in 1999. Command Zone is a computer-controlled, electronics technology that operates and diagnoses all major vehicle networks. The backbone of the system is multiplexing technology that allows vehicle components to work in concert, streamlining diagnostic and troubleshooting efficiencies. Both a local and remote monitoring system, it allows real-time access to critical vehicle information via command and control networks, laptops, on-board display screens or hand-held personal digital devices. [dix]


Oshkosh - Top Stories of the Decades

1830s
1835 George Johnson establishes a ferry from what is now Riverside Cemetery to what is now Rainbow Park.
First settlers from the eastern U.S., Webster Stanley and Gallup families, 1836
Meeting to choose official name for community so a post office can be established. The name Oshkosh wins.

1840s
First post office. John P. Gallup is postmaster.
First frame house built by Joseph Jackson at site of what is now New Moon coffeehouse.
1844 First steamboat, the Manchester.
1846 population 752 the "business district" is described as one tavern, two stores and the ferry. W.W. Wright and Joseph Jackson survey the area to the west of modern Main Street into house lots.
1847 Ferry is replaced by a float bridge. The opening of the bridge is part of the Independence Day celebration.
1849 school census reports a total population of 1032 school children, 187.
Weekly newspaper, Oshkosh Democrat, begins February 1849.

1850s
First plank road built, linking Oshkosh to Fond du Lac, 1850.
St. Peter's Church erected, 1850.
Established Riverside Cemetery, 1855.
First stagecoach started between Oshkosh, Fond du Lac and Wisconsin Rapids, 1850.
First "planked" street was Ferry (now North Main) street, 1850.
Oshkosh incorporated as a city, April 1853 first mayor Edward Eastman.
Oil street lamps used, 1853.
First bell made in Wisconsin was cast by Oshkosh resident Fred Gaenzler, 1853.
First daily newspaper, Oshkosh Courier, began, 1854.
City bought Main Street (toll) bridge and made travel across it free, 1854.
Morgan Products/Doors started in 1855.
Paine Lumber founded, 1855.
By 1856, the city has 15 industries based on lumber: saw, shingle and planning mills, sash and door factories. These industries will dominate the next 50 years.
First fair was held, Oct. 10 - 11, 1856.
First fire engine company organized, 1856.
First brick building built, 1856.
Oshkosh resident Coles Bashford elected governor of Wisconsin, 1856.
Trinity Church erected, corner of Algoma and Light (Division), 1857.
First railroad, Chicago and Northwestern, reaches the city, October 1859.
First large fire, May 10, 1859.

années 1860
Schmit Trunk Co. established some time in early 1860s.
First railroad bridge built for Chicago and Northwestern, 1861.
Oshkosh men serve in the Civil War, 1861-1865.
Start of Oshkosh baseball team, the Everetts, 1865.
Commercial breweries are established: Rahr Brewery in 1864 Horn & Schwalm Brewery in 1866 Glatz Brewery in 1869.
Civic improvements continue: Main Street is paved with Nicholson pavement in 1866 30 miles of other streets are graveled.
Buckstaff Co. founded, 1869.
Second large fire, May 1866.
Oshkosh was second largest city in state, 1866.
Oshkosh High School built, 1867
Oshkosh Gas Co., now part of Wisconsin Public Service, started by J.D. Davis, 1868.
State Normal School (college) began construction, 1869.
City switched to gas lights, December 1869.

1870s
Peak lumber mill years.
Oshkosh Yacht Club established, 1870.
Oshkosh Normal School opened, fall 1871.
Northern State Hospital for the Insane opens, 1873. Later called Winnebago State Hospital and now called Winnebago Mental Health Institute.
Radford Co. established, 1874.
Oshkosh baseball team, The Amateurs, was organized, 1874.
Major fires, July 14, 1874 and April 28, 1875.
Gen. W.T. Sherman stopped in Oshkosh, 1876.
Arion Band formed, 1878 . For the next 25 years, they were the leading entertainers of the region.
The Great Road Race was held, 1878. The steam road wagon "Oshkosh" won.
First telephones in use, 1879.

années 1880
Gen. Ulysses S. Grant visited Oshkosh, June 14, 1880.
J. L. Clark Carriage Co. founded, 1881 (defunct in 1930s).
Street cars, electric lights introduced, 1882.
Door-to-door mail delivery began, 1882.
A new Main Street bridge was built, 1882.
Grand Opera House opened, 1883.
Alexian Brothers Hospital built on 7 acres of land purchased from J.J. Moore and located on Jackson Street, 1884.
Devastating tornado hit Oshkosh, July 1885.
Oshkosh Savings and Loan opened as Oshkosh Mutual Loan and Building Society, 1886.
Susan B. Anthony, women's rights activist, spoke in Oshkosh, 1886.
Beginning of C.R. Meyer & Sons, 1888.
Oshkosh was dropped from Northwestern League (professional baseball), 1888.

1890s
Bridge built over Fox River at Oshkosh/Algoma Avenue, 1890.
St. Mary's Hospital (on Merritt) opened, 1891.
H.C. Doman built first horseless carriage in Oshkosh, 1892.
St. John's Catholic Church built, 1893.
Oshkosh Brewing Co. opened, 1894.
Oshkosh B'Gosh founded as Grove Manufacturing, 1895.
Globe Printing began business, 1895.
Congregation B'nai Israel organized, 1895.
Horse-drawn streetcars replaced by electric streetcars, 1897.
Oshkosh resident Raddatz successfully tested homemade submarine in Fox River, 1897.
National Grass Twine Co. founded (later named Deltox, invented the grass rug), 1897.
Woodworkers' Strike, 1898.
Beginning of Rockwell International as E.B. Hayes Machinery, 1898.
Universal Motor Co. established, 1898.
Citizens Traction Company opened Electric Park (also known as White City and EWECO Park), south of town, 1898.
Construction of draw bridge on Oregon street, 1898.

années 1900
Public Library opened in new building (was in City Hall) donated by Harris and Sawyer families, 1900.
First concrete sidewalks were laid, 1900.
High School destroyed in fire, 1901.
Transit to Omro started, 1901.
Oshkosh Trunk Company opened, 1902.
F.W. Mueller (and Potter) Drug Store opened at 10th and Oregon, 1907.
Wisconsin National Life founded, 1908.

1910s
People's Brewing Co. began business, 1911 (to 1972).
A new Oshkosh/Algoma Avenue bridge opened, 1912.
Oshkosh Normal School burnt down, 1916.
Oshkosh and WW I - famous Victory Arch erected on Main Street.
St. Mary's Hospital purchased Lakeside Hospital, 1917.
Oshkosh Truck started, 1917.
Flu epidemic, 1917-1918.
Marquart Millwork founded, 1919.
New Oregon Street bridge built, 1919.

1920s
There were numerous "frog dealers" in the 1920s.
Ralph Buckstaff built observatory, 1922
West Algoma flood, 1922.
Devastating sleet/ice storm, 1922.
Museum moved into old Edgar Sawyer home, 1924.
Thousands attended Ku Klux Klan rally on the Stilson farm (corners of Jackson and Murdock), April 1926.
North Park renamed Menominee Park, Chief Oshkosh Statue and dedication, 1926. First commercial airport opened, 1927.
Bus franchise granted, 1928.
Raulf Hotel opened, 1928.

1930s
Northwestern newspaper moved into new building on State Street, 1930.
Electric streetcars shut down, 1930.
Oshkosh aviator Clyde Lee disappeared over Atlantic while attempting record-breaking flight, 1932.
Miles Kimball Co. began, 1935.
Dunphy Boat Company moved to Oshkosh, 1935.
Professional basketball team Oshkosh All-Stars formed, 1937.
A 7-Up bottling plant opened by John and Lydia Plein, 1937.
Depression hits lumber industry, 1930 - 1939.

années 40
South Park junior high and elementary school opened, 1940.
New Ohio/Wisconsin Street bridge dedicated, Aug. 25, 1940.
World War II and Oshkosh, 1941 - 1945.
Paine Art Center/Arboretum opened, 1947.
Earliest Dutch elm disease cases, late 1940s - early 1950s.

1950s
Tuberculosis epidemic, early 1950s.
Natural gas became available, 1950.
City Centennial celebration held, 1953.
Butte des Morts Hwy 41 bridge opened, 1955.
Change in form of city government, from mayor-alderman to council-manager, 1956.
Grand opening of new Oregon/Jackson street bridge, Jan. 25, 1957.
Oshkosh renamed/numbered many streets, 1957.
Airport terminal opened, 1958.
Lourdes Academy dedicated, 1959.

années 1960
New Oshkosh High opened (now West High), 1961.
Schools consolidated into Oshkosh Area School District, 1961.
Miss Wisconsin Pageant moved to Oshkosh, 1963.
Pioneer Inn opened, 1965.
Largest land annexation ever (Westhaven), 1966.
Introduction of jet service to Oshkosh, 1967.
William Steiger elected to Congress, 1967.
Airport renamed Wittman Field, 1967.
"Black Thursday" demonstration at University of Wisconsin Oshkosh, Nov. 21, 1968.

années 1970
First EAA convention in Oshkosh, 1970.
Downtown peace demonstrations by University of Wisconsin Oshkosh students, 1970.
Park Plaza opened, 1971.
University of Wisconsin Oshkosh celebrated 100th anniversary.
Oshkosh North High opened, 1972.
First Annual Sawdust Days celebration, 1972.
New Main Street bridge, 1973.
Devastating tornado hits west side, April 1974.
Senior Citizens' Center opened, 1975.
President Ford campaigned for reelection at Wittman Airport, April 3, 1976.
Congressman William Steiger died in office, December 4, 1978.

1980s
Jail, Safety Building opened, 1980.
Three Imperial Eggs stolen from Paine Art Center, Oct. 23, 1980.
Oshkosh had professional basketball team, Wisconsin Flyers, 1982 - 1987.
Movie, "Dreams Come True" filmed in Oshkosh, 1982.
President Ronald Reagan spoke at the Winnebago County Courthouse, May 1985.
Grand Opera House reopened, 1986.
Opening of downtown convention center/hotel, 1986.
Opening of Oshkosh Correctional Institute, 1986.
Two student "riots", 1989.

1990s
Manufacturers Marketplace outlet mall opened. Oshkosh Public Museum fire, summer 1994.
Oshkosh Public Library renovated/expanded building reopens, October 1994.
Wisconsin Central railroad tracks consolidated, removed from downtown, 1996.
Oshkosh Northwestern family newspaper sold to corporation, 1998.

années 2000
Sundial built at the corner of Main and Algoma, 2000.
Hydrite Chemical Company spill caused evacuation on south side, December 2000.
Mercy Medical Center on Oakwood opened, 2000.
Wind storm, June 2001.
Public Enemies starring Johnny Depp filmed in Downtown Oshkosh, 2008.

This timeline was compiled from Local History materials, including the following circulating sources:


Voir la vidéo: Flying my plane to OSHKOSH: Part 1 Private Pilot Cross-Country (Décembre 2021).