Podcasts sur l'histoire

L'un des sites préhistoriques les plus importants des États-Unis trouvé à Miami

L'un des sites préhistoriques les plus importants des États-Unis trouvé à Miami

Les archéologues qui ont passé les derniers mois à fouiller un site de développement prévu au milieu du centre-ville de Miami ont découvert un ancien et vaste village amérindien, qui, selon les chercheurs, pourrait être l'un des sites préhistoriques les plus importants des États-Unis.

La découverte comprend huit grands cercles composés de trous uniformément sculptés dans le calcaire natif, qui seraient des trous de fondation pour les habitations indiennes Tequesta datant d'aussi loin que 2 000 ans, ainsi que des centaines de trous de poteaux qui marquent la fondation d'autres structures, peut-être passerelles reliant les habitations. Le site a également livré des milliers d'artefacts Tequesta, notamment des outils en os et en coquillages.

"Ce qui est inhabituel et unique à propos du site, c'est que c'est cet énorme morceau de terre où une grande partie de cet ancien site du village de Tequesta est préservée", a déclaré Bob Carr, archéologue vétéran du sud de la Floride. « C'est l'un des premiers plans d'urbanisme de l'est de l'Amérique du Nord. Vous pouvez réellement voir cette configuration extraordinaire de ces bâtiments et structures.’’

Malheureusement, le site du village de Tequesta couvre environ la moitié d'un pâté de maisons longtemps vacant de deux acres sur la rive nord de la rivière où le développeur, MDM Development Group, prévoit de construire des cinémas, des restaurants et un hôtel de 34 étages. La ville de Miami a accordé des approbations de zonage et de développement à MDM pour le projet Met Square, mais pas un permis de construction final, avant que l'étendue des découvertes archéologiques ne soit connue ou comprise.

MDM dit qu'il pourrait perdre une somme d'argent substantielle si leurs plans sont réduits et qu'ils ne font aucune promesse de préserver le site antique. Le meilleur qu'ils aient offert à ce stade est un simple geste symbolique consistant à sculpter le calcaire contenant un ou deux des plus grands cercles du site et à les afficher sur une place publique planifiée. Cependant, les responsables de la préservation poussent le conseil municipal à envisager des alternatives qui permettraient de sauver une partie importante ou même l'intégralité du site archéologique. Après tout, MDM savait très bien dès le départ que son site de développement se trouvait à l'intérieur d'une zone archéologique désignée et qu'ils prenaient un risque lorsqu'ils ont acheté la propriété il y a dix ans.

Les défenseurs de la préservation disent qu'il existe un soutien fort et croissant pour les mesures visant à sauvegarder et à créer une exposition majeure autour d'au moins une partie du site archéologique. "C'est extrêmement important", a déclaré Gerald Marston, membre du conseil d'administration de la préservation de la ville. "S'ils lui ont donné un nom, c'est le lieu de naissance de Miami."

Image en vedette: C.W. Griffin / Personnel du Miami Herald


    Un agriculteur de Xi'an nommé Yang forait de l'eau lorsqu'il a trouvé l'armée de terre cuite en 1947. L'armée a été sculptée par 700 000 travailleurs forcés et a été enterrée sous terre devant la tombe de Qin Shi Huang afin qu'ils puissent le protéger dans l'au-delà . Qin Shi Huang a été le premier empereur à unifier la Chine et est autant honni pour sa tyrannie qu'il est admiré en tant que visionnaire. Des dizaines de milliers de statues humaines et animales ont été créées en plusieurs pièces puis assemblées, chacune étant unique. Des armes et armures réelles ont été utilisées dans la fabrication des guerriers, mais elles ont été volées peu de temps après la création de la tombe. Malgré les impressionnantes découvertes à Xi'an, le tombeau de l'empereur n'a pas encore été retrouvé.

    L'armée de terre cuite est notre porte d'entrée pour comprendre comment fonctionnait la véritable armée de la dynastie Qin. En examinant ces guerriers d'argile, nous pouvons déterminer les formations de l'armée et le type d'armes qu'ils utilisaient ainsi que leur qualité. De fines épées en bronze, des poignards, des serpes, des lances, des hallebardes, des haches, des gâchettes d'arbalète et des pointes de flèches ont tous été trouvés dans les fosses de Xi'an.


    Monticules de Cahokia

    La caractéristique la plus frappante de Cahokia est les monticules de terre. Les experts pensent que des milliers de travailleurs ont déplacé environ 55 millions de pieds cubes de terre sur une période de plusieurs décennies. Les ouvriers n'avaient pas de technologie ou de techniques de construction complexes, donc ce n'étaient pas exactement les pyramides d'Égypte.

    Les ouvriers transportaient de la terre sur chaque monticule à la main dans des paniers tressés, effectuant plusieurs voyages chaque jour.

    Le plus grand s'appelle Monticule des moines et est supposé avoir été le centre de la Grande place de Cahokia – la place elle-même occupant 40 acres. Monks Mound mesure 28 m de haut, 290 m de long, 255 m de large et couvre 14 acres.

    Le sommet de Monks Mound avait une grande zone renforcée et plate qui, selon les historiens, abritait un temple massif de 5 000 pieds carrés d'environ 50 pieds de haut. Ce temple aurait été la résidence du chef suprême et aurait été visible de n'importe où à Cahokia.

    Sur les 120 monticules de terre construits par les Cahokians, il n'en reste que 80 aujourd'hui. Malheureusement, l'agriculture et l'industrialisation de la région ont fait des ravages : environ 40 monticules ont été rasés ou rasés au cours des 200 dernières années pour diverses raisons.

    Sur les 40 monticules rasés depuis, 29 ont été localisés par des archéologues.


    Sur un site sous-marin, une équipe de recherche trouve des artefacts en pierre vieux de 9 000 ans

    Un archéologue sous-marin de l'Université du Texas à Arlington fait partie d'une équipe de recherche qui étudie des artefacts d'outils en pierre vieux de 9 000 ans découverts dans le lac Huron et provenant d'une carrière d'obsidienne située à plus de 3 000 kilomètres dans le centre de l'Oregon.

    Les éclats d'obsidienne du site archéologique sous-marin représentent les spécimens confirmés les plus anciens et les plus éloignés à l'est d'obsidienne occidentale jamais trouvés dans la zone continentale des États-Unis.

    "Dans ce cas, ces minuscules artefacts d'obsidienne révèlent des liens sociaux à travers l'Amérique du Nord il y a 9 000 ans", a déclaré Ashley Lemke, professeure adjointe de sociologie et d'anthropologie à l'UT Arlington. « Les artefacts trouvés sous les Grands Lacs proviennent d'une source géologique de l'Oregon, à 4 000 kilomètres de distance, ce qui en fait l'une des plus longues distances enregistrées pour les artefacts d'obsidienne partout dans le monde. »

    L'étude unique était une poursuite à multiples facettes avec des plongeurs dans l'eau et des chercheurs du laboratoire de l'UTA, de l'Université du Michigan, de l'aire marine nationale de conservation du lac Supérieur, du Centre de recherche sur les réacteurs de l'Université du Missouri, du Laboratoire d'études sur l'obsidienne du Nord-Ouest et du Université de Géorgie. Leur travail combiné, "Obsidienne centrale de l'Oregon à partir d'un site archéologique submergé de l'Holocène inférieur sous le lac Huron", a été publié le mois dernier dans le journal PLOS Un.

    Parce que le site était sous l'eau et non perturbé, les chercheurs ont systématiquement et scientifiquement récupéré l'obsidienne, une forme de verre volcanique qui a été largement utilisée et commercialisée tout au long de l'histoire humaine en tant que matériau précieux pour la fabrication d'outils tranchants.

    "Ce sont de très petites pièces qui ont de très grandes histoires à raconter", a déclaré Lemke. “L'obsidienne de l'extrême ouest des États-Unis se trouve rarement dans l'est.”

    Lemke est un leader et un innovateur dans le domaine, présidant le Conseil consultatif sur l'archéologie sous-marine, un groupe international dédié à l'archéologie sous-marine et à la préservation des ressources culturelles sous-marines. Elle est une experte des sites antiques submergés dans les Amériques et a effectué des recherches dans d'autres domaines tels que le golfe du Mexique et l'océan Atlantique.

    La découverte dans le lac Huron fait partie d'une étude plus large visant à comprendre l'organisation sociale et économique des chasseurs de caribous à la fin de la dernière période glaciaire. Les niveaux d'eau étaient beaucoup plus bas que les scientifiques ont trouvé, par exemple, des sites anciens comme des murs de pierre et des stores de chasse qui sont maintenant à 100 pieds sous l'eau.

    "Cette découverte particulière est vraiment excitante car elle montre à quel point l'archéologie sous-marine est importante", a déclaré Lemke. “La préservation des anciens sites sous-marins est sans précédent sur terre, et ces lieux nous ont donné une excellente occasion d'en apprendre davantage sur les peuples du passé.”


    7 points de pauvreté

    En Louisiane, il existe un vaste complexe de travaux de terrassement connu sous le nom de Poverty Point. Le complexe contient une série de monticules et de crêtes et a été construit par les Amérindiens entre 1700 et 1100 av. Ce qui rend Poverty Point intéressant, c'est qu'il est le seul exemple connu de grande construction réalisée par une société de chasseurs-cueilleurs.

    Personne ne sait exactement à quoi servait Poverty Point. Certains archéologues suggèrent que le site était utilisé pour des cérémonies périodiques, tandis que d'autres soutiennent qu'il s'agissait d'un établissement permanent. De même, nous ne savons pas quelle culture l'a construit, car il y a eu peu d'artefacts trouvés liés à des personnes spécifiques.


    4. Houston

    Houston depuis le parc Buffalo Bayou | Droit d'auteur de la photo : Lana Law

    Houston est la ville idéale pour une escapade entre amis, une retraite en couple ou des vacances en famille. Avec des vols directs depuis des villes des États-Unis et du Canada, vous pouvez facilement prendre l'avion pour assister à un match de sport, vous promener Le quartier des musées de Houston, détendez-vous au bord d'une piscine dans l'un des nombreux hôtels de luxe et passez vos soirées à savourer des repas incroyables. Houston est devenu un point chaud pour manger aux États-Unis et est maintenant bien connu pour sa cuisine extraordinaire.

    Si vous voulez vivre une expérience urbaine détendue mais en plein air, louez un vélo et parcourez les kilomètres de sentiers pavés dans les parcs ou dans les rues du centre-ville. Louez un kayak et pagayez le long de Buffalo Bayou à Parc Buffalo Bayou.

    En moins d'une heure, vous pouvez être sur les plages voisines de Galveston, et en cours de route, vous pouvez faire une halte à Centre spatial de Houston.


    Chronologie de l'histoire de l'Indiana

    Les Amérindiens préhistoriques arrivent dans la région qui serait l'Indiana vers 11 000 avant notre ère. Certains des peuples préhistoriques sont des chasseurs-cueilleurs tandis que d'autres sont des agriculteurs. Ils laissent derrière eux des monticules qui servaient de lieux de sépulture, de temples, de plates-formes pour les structures religieuses et de forts en terre. Lorsque les explorateurs européens entrent dans la région, il ne reste que quelques centaines d'Amérindiens. La plupart appartiennent à la tribu de Miami, Indiana se trouve, comme le prétend sa devise, au "carrefour de l'Amérique".

    L'Indiana borde le lac Michigan et l'État du Michigan au nord, l'Ohio à l'est, le Kentucky au sud et l'Illinois à l'ouest, ce qui en fait une partie intégrante du Midwest américain. À l'exception d'Hawaï, l'Indiana est le plus petit État à l'ouest des Appalaches. L'Indiana a été admise le 11 décembre 1816, en tant que 19e État de l'Union

    Chronologie de l'histoire de l'Indiana au XVIIe siècle

    1614,1615 - Samuel de Champlain, gouverneur de la Nouvelle-France et fondateur de Québec, aurait été le premier des explorateurs français à être lié à la région de Maumee. On pense qu'il a vu le Maumee en 1614 ou 1615.

    1671 - Simon Daumont de Saint-Lusson a déclaré les terres de l'intérieur ouest de la France à Sault Ste. Marie. Louis Jolliet était l'un des signataires de cette déclaration qui comprenait la région qui devint plus tard l'Indiana. René-Robert Cavelier de La Salle (1643-1687) pénètre dans la région qui allait devenir l'Indiana.

    1679 - René-Robert Cavelier de La Salle (1643-1687) & Louis de Baude de Frontenac, gouverneur de la Nouvelle-France, ont décidé des plans qui leur permettraient de prendre le contrôle de la zone permettant la route commerciale Maumee-Wabash (via le portage de 1670). Une partie impliquait de déplacer les Indiens de Miami vers les sources de la rivière Maumee pour sécuriser la zone. Ce village de Miami, situé sur le site de la ville actuelle de Fort Wayne, était connu sous le nom de Kekionga, ou Kiskakon, et devint plus tard connu sous le nom de "Miamitown". Il a été utilisé comme poste de traite en 1686 et serait "la plus ancienne communauté continuellement occupée dans l'Indiana et la région générale au sud des Grands Lacs".

    1689-1697 - La guerre du roi Guillaume

    Chronologie de l'histoire de l'Indiana au XVIIIe siècle

    1702-1713 - La guerre de la reine Anne

    1702 - Un important complexe de transport du Midwest, le territoire qui est maintenant connu sous le nom d'Indiana a d'abord été exploré par les Français. Pour la plupart commerçants de fourrures, ils ont établi le premier établissement permanent à Vincennes

    1717 - Le fort français Quiatenon a été établi, près de l'actuelle ville de Lafayette, pour protéger la frontière ouest

    • Fort Philippe, plus tard appelé Fort Miami, a été construit sur la rivière St. Mary's, près de la zone de Fort Wayne, où se rejoignent les rivières St. Mary's, St. Joseph's et Maumee.
    • Pierre Charlevois décrit le jeu des Indiens de Miami qui est l'ancêtre du jeu moderne de LaCrosse.

    1732 - Vincennes fortifiée en 1732 et Vincennes devient le premier établissement permanent de l'Indiana

    1744 - La guerre du roi Nicolas (connue sous le nom de "guerre du roi George" en Europe) a commencé.

    1747 - Le chef huron influencé par les Britanniques, le roi Nicolas, attaque le fort français Miami.

    1749 - Deuxième fort français

    1752, 1753 - Une peste de variole a frappé la population indienne causant des pertes humaines dramatiques.

    1754-1763 - La guerre française et indienne

    1763 - L'Angleterre prend le contrôle de la région de l'Indiana et de Vincennes La proclamation de 1763 interdit la colonisation des terres à l'ouest des Appalaches. De leurs postes au nord de la rivière Ohio, les Britanniques envoyèrent des groupes de guerre indiens contre les colons qui ignoraient la ligne de proclamation.

    1772 -Le général Gage a ordonné aux Français de la vallée de Wabash de quitter leurs colonies et a demandé les titres de propriété de leurs terres.

    1774 - (2 juin) Le Parlement britannique a adopté l'Acte de Québec, permettant aux Canadiens de conserver les lois et coutumes françaises, et permettant à l'Église catholique de conserver tous ses droits. "Les colonies françaises à l'Ouest, dans notre présent Michigan, Indiana, Illinois et Wisconsin, étaient par la loi inclus dans la province de Québec."

    1776-1787 - La guerre révolutionnaire

    1777 - Les Indiens de la frontière trans-appalachienne ont été encouragés par les Britanniques à attaquer les Américains de la frontière.

    • (Été) Une expédition de Virginie, dirigée par le colonel George Rogers Clark, descend la rivière Ohio, puis capture les postes britanniques de Kaskaskia et de Cahokia le long du Mississippi, près de Saint-Louis. Bien que sous domination britannique après la guerre des Français et des Indiens, ces postes étaient peuplés de colons français qui n'avaient pas beaucoup d'affection pour les Britanniques. Clark a rapidement gagné leur soutien. Le Père Pierre Gibault et le Dr Jean Laffont se sont portés volontaires pour se rendre à Vincennes au nom des Américains et bientôt cette colonie a également apporté son soutien à Clark. Les Français à Détroit et dans d'autres postes du nord, cependant, maintinrent le soutien extérieur des Britanniques.
    • Le gouverneur britannique Henry Hamilton a repris le fort Sackville
    • Francis Vigo (né en Italie en 1747) a aidé Clark et les Américains qui ont aidé Clark à obtenir la reddition de Fort Sackville en 1779.

    1779 - Le lieutenant-gouverneur britannique Henry Hamilton a remis Fort Sackville au colonel américain George Rogers Clark

    1783 - Zone de l'Indiana cédée au territoire des États-Unis. "Déclaration signée à Paris par les commissaires américains - 20 février 1783 par les ministres plénipotentiaires des États-Unis d'Amérique, pour faire la paix avec la Grande-Bretagne. Une déclaration de cessation des hostilités tant par mer que par terre, convenue entre Sa Majesté le roi de Grande-Bretagne et les États-Unis d'Amérique. "
    La province britannique de Québec a perdu toutes les terres situées en aval des Grands Lacs avec la signature du traité de 1783.

    1787-1800 - Le Territoire du Nord-Ouest

    1787 - Le traité de Fort Harmer a été signé, et une guerre a commencé à l'été qui durera jusqu'en 1794.

    • John Jay obtient la signature d'un traité avec l'Angleterre qui prévoit que les Britanniques doivent retirer leurs troupes des postes situés à l'intérieur des frontières des États-Unis avant le 1er juin 1796.
    • Tecumseh a mené les Indiens Shawnee dans la bataille près des rapides du Maumee. Anthony Wayne a submergé les Indiens.
    • Anthony Wayne établit un fort à Kekionga et le nomme "Fort Wayne".

    Chronologie de l'histoire de l'Indiana au XIXe siècle

    1800-1816 - Le territoire de l'Indiana

    • Le territoire de l'Indiana a été créé à partir du Territoire du Nord-Ouest avec William Henry Harrison (1773-1841) comme premier gouverneur et Vincennes la capitale.

    1803 - Potawatomi et d'autres signèrent des traités à Fort Wayne, Fort Industry (1805) et Grouseland (1805), cédant des portions de l'Ohio, de l'Indiana et de l'Illinois. "

    • Elihu Stout a imprimé les lois du Territoire, et la "Indiana Gazette".
    • Vincennes, la capitale du territoire de l'Indiana, a également servi de capitale de l'achat de la Louisiane pendant neuf mois en 1804.
    • Elihu Stout a imprimé les lois du Territoire, et la "Indiana Gazette".

    1805 - Territoire du Michigan séparé du Territoire de l'Indiana.

    1809 - Territoire de l'Illinois séparé du Territoire de l'Indiana.

    1811 - Les Indiens sont vaincus dans la bataille de Tippecanoe sous W. H. Harrison

    1811-1812 - Tremblements de terre dans le Midwest

    1813 - La capitale territoriale a déménagé à Corydon.
    Michikinikwa (Chef Little Turtle) est décédé à Fort Wayne le 14 juillet 1812.

    1814 - La guerre de 1812 qui se termina le 24 décembre 1814 par la signature du traité de Gand le 22 juillet 1814 : "Un traité de paix et d'amitié entre les États-Unis d'Amérique, et les tribus d'Indiens appelés les Wyandots, Delawares, Shawanoese, Senecas, et Miamies. "

    8 septembre 1815 : Traité entre les États-Unis d'Amérique et les Wyandot, Delaware, Seneca, Shawanoe, Miami, Chippewa, Ottawa et Potawatimie, tribus d'Indiens, résidant dans les limites de l'État de l'Ohio et des territoires de l'Indiana et Michigan

    1816 - L'Indiana devient le 19 ème état avec la capitale à Corydon. Jonathan Jennings (1784-1834) fut le premier gouverneur de l'Indiana.

    1818 - St. Marys, Ohio, plusieurs tribus indiennes (Delawares, Wea, Kickapoos, Miamis et Potawatomis) ont renoncé à leurs prétentions sur une partie du centre de l'Indiana, appelée "New Purchase".

    1822 - L'Indiana et l'Illinois se sont réunis dans un plan pour relier les rivières Maumee et Wabash, et en 1826, le canal est devenu une réalité, avec la première section, reliant Fort Wayne à Huntington, achevée en 1835.

    1825 - Indianapolis devient la capitale de l'état

    1842 - L'Université de Notre Dame est fondée à South Bend

    1851 - L'Indiana a adopté une constitution d'État qui comprenait une mesure protégeant les droits de propriété des femmes mariées.

    1889 - La Standard Oil Company construit une raffinerie de pétrole à Whiting

    1897 - Le statut tribal de l'Indiana Miami a pris fin, mais il y avait encore 90 Miami répertoriés sur le recensement de 1910 de l'Indiana.

    Chronologie de l'histoire de l'Indiana au 20e siècle

    1906 - US Steel Company construit une aciérie et fonde la ville de Gary

    1911 - La première course automobile Indy 500 a lieu

    1915 - La loi sur les accidents du travail entre en vigueur

    1932 - Un quart de la population active était au chômage.

    1956 - La route à péage du nord de l'Indiana est terminée.

    1963 - Studebaker Automobile Corporation a cessé la production automobile à l'usine de South Bend

    1974 - Une série de 148 tornades a frappé les États du Midwest et du Sud (y compris l'Indiana - de nombreux tués avec de graves dommages matériels

    1980 - L'homme d'affaires d'Indianapolis, Herbert Baumeister, a tué 16 hommes, la plupart homosexuels

    1984 - NFL Baltimore Colts a déménagé à Indianapolis

    1985 - Ryan White, malade du SIDA, interdit d'aller à l'école publique

    1987 - Un avion de l'Air Force s'est écrasé sur le Ramada Inn près de l'aéroport d'Indianapolis, faisant dix morts

    1988 - L'Indien J. Danforth Quayle, élu vice-président des États-Unis

    1998 - Une explosion à Southern Energy Co. à Hammond a fait 16 morts

    1999 - Lilly Endowment Inc. a présenté une subvention de 50 millions de dollars au Hispanic Scholarship Fund

    Chronologie de l'histoire de l'Indiana au 21e siècle

    • Le président de la ville de Cicéron, neuf autres personnes, accusé d'avoir volé 10 millions de dollars d'argent des contribuables
    • Timothy McVeigh, kamikaze d'Oklahoma City, exécuté au pénitencier fédéral de Terre Haute

    2003 - Le gouverneur Frank O'Bannon a subi un accident vasculaire cérébral massif, est décédé

    2004 - Peyton Manning des Indianapolis Colts a battu le record de passes de Dan Marino

    2005 - Une épidémie de rougeole parmi les écoliers tornade a frappé Evansville, 22 tués, 200 blessés

    2007 - Les Colts d'Indianapolis ont remporté le Super Bowl XLI

    2010 - Huit adolescents abattus à la patinoire lors d'un concert à Gary

    2011 - Cinq personnes tuées, plus de 40 blessées dans l'effondrement d'une scène à l'Indiana State Fair

    2012 - Une série de puissantes tempêtes et tornades a fait 13 morts, détruit la ville de Marysville


    Top 10 des grands monuments de l'Egypte ancienne

    4 Monument de Washington, Washington DC

    Le monument de Washington est une structure emblématique et un monument historique construit en l'honneur du premier président des États-Unis, George Washington. Avec ses 169,2 mètres, c'est la structure en pierre la plus haute du monde. La construction du monument a commencé en 1854. Mais le manque de fonds et la guerre civile américaine ont arrêté la construction du monument entre 1854 et 1877. Il a finalement été achevé en 1884. Le style architectural du monument final diffère également beaucoup de celui initialement prévu. .

    Le tremblement de terre de Virginie en 2001 a gravement endommagé le monument de Washington. Il a fallu deux ans et demi pour ses travaux de restauration. Le monument de Washington a une forme obélisque et est fait de marbre et de granit. Il y a 897 marches pour atteindre le sommet du monument. L'intérieur du monument abrite une collection de centaines de pierres commémoratives de différents pays du monde. Aujourd'hui, le monument de Washington attire plus d'un demi-million de visiteurs chaque année.

    3 Mémorial national du mont Rushmore, Dakota du Sud

    Le mémorial national du mont Rushmore représente quatre immenses sculptures représentant les têtes de quatre présidents américains influents. Les présidents du mont Rushmore sont George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln. Les sculptures sont sculptées sur la face de granit du mont Rushmore. Le monument historique du Dakota du Sud a été sculpté par Gutzon Borglum et Lincoln Borglum. Les visages de 60 pieds de haut sur le mont Rush représentent la grandeur présidentielle et l'une des œuvres d'art importantes du pays.

    C'est l'historien Doane Robinson du Dakota du Sud qui a suggéré l'idée de sculpter des aiguilles sur la face du mont Rushmore pour attirer plus de touristes dans l'État. Pour faire de son idée une réalité, il a approché le célèbre sculpteur américain Doane Robinson en 1920. Mais compte tenu de la qualité de la paroi rocheuse et de l'intérêt national, le sculpteur Doane Robinson a suggéré une autre idée pour sculpter les visages de George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln sur le mont Rushmore.

    Le projet a commencé en 1927 et après deux ans, le président Calvin Coolidge a levé 25 000 $ pour le projet. Il a fallu quatorze ans pour la réalisation des sculptures avec l'aide de 400 ouvriers. Environ 45 000 tonnes de roches ont été retirées de la paroi rocheuse pendant la construction poursuivant la dynamite. Les nez des sculptures du mont Rushmore mesurent 20 pieds de long et les bouches mesurent 18 pieds de large. Le monument attire non seulement des millions de visiteurs à travers le monde, mais a également diffusé la grandeur des quatre plus grands présidents des États-Unis depuis des générations.

    2 Capitole des États-Unis, Washington DC

    La capitale des États-Unis est un monument historique important et le siège de la chambre des représentants et du sénat. Le bâtiment du Capitole construit à différentes époques et aujourd'hui est un exemple exceptionnel du style néoclassique du XIXe siècle. Le bâtiment du Capitole abrite les bureaux du sénat, la cour suprême, la galerie, la bibliothèque du congrès et le bureau de la maison. Il y a 540 chambres au total dans le monument.

    La pierre angulaire du monument du Capitole a été posée par le premier président des États-Unis, George Washington, le 18 septembre 1873. La construction de la première partie du bâtiment du Capitole achevée en 1800, conçue par trois architectes successifs de l'époque, dont Stephen Hallet, George Hadfield et James Hoban. À la fin de 1811, l'aile de la maison a été ajoutée au monument. Malheureusement, les troupes britanniques ont mis le feu au Capitole des États-Unis en 1814. Le bâtiment de la Cour suprême et le Sénat ont été ajoutés en 1819. L'agrandissement et la rénovation du monument ont été achevés en 1850.


    Indiana

    Il y a au moins 10 000 ans, les gens vivaient dans la région maintenant appelée Indiana. Il y a environ 2 000 ans, une culture mystérieuse maintenant appelée Hopewell Tradition a rempli des monticules de terre de dizaines de milliers d'artefacts, faisant de l'Indiana l'un des sites archéologiques les plus importants des États-Unis. Des tribus amérindiennes, dont les Illini, Miami et Shawnee, vivaient sur la terre des milliers d'années plus tard. (Et les tribus Miami, Shawnee et Potawatomi vivent toujours ici aujourd'hui.)

    Vers 1614, l'explorateur français Samuel de Chaplain a visité la région, l'un des premiers Européens à voir la terre. À la fin des années 1600, le territoire était contrôlé par les Français. Entre 1754 et 1763, les Français et les Anglais se sont battus pour le contrôle de la région lors de la guerre française et indienne. Les Anglais ont été victorieux et ont gagné la terre. Plus tard, ces terres deviendraient le territoire de l'Indiana.

    À la fin de la Révolution américaine, en 1783, la Grande-Bretagne cède l'Indiana aux États-Unis et, en 1816, l'Indiana devient le 19e État. Pendant la guerre de Sécession (1861-1865), l'État s'est battu en faveur de l'Union.

    POURQUOI ÇA APPELLE ÇA ?

    L'Indiana doit son nom aux tribus amérindiennes qui y vivaient à l'arrivée des Européens.

    Le surnom Hoosier a été utilisé pour la première fois pour décrire une personne dans les années 1820, mais les experts ne s'entendent pas sur sa signification. Le mot pourrait provenir d'un ancien terme anglais pour "colline" qui était utilisé comme argot pour les personnes qui vivaient sur le territoire des collines de l'Indiana.


    Héritage et histoire hispaniques et latinos aux États-Unis

    Aux États-Unis, « Amérique » sert de raccourci pour le pays seul, mais les frontières nationales qui séparent les États-Unis du reste de la masse continentale qui constitue « les Amériques », du Nord et du Sud, sont des créations relativement récentes. Même avec l'introduction et l'évolution de ces frontières, les histoires des États-Unis et de ce que nous appelons maintenant l'Amérique latine sont restées étroitement liées, liées par la géographie, l'économie, l'impérialisme, l'immigration et la culture.

    Depuis 1988, le gouvernement américain a réservé la période du 15 septembre au 15 octobre comme Mois national du patrimoine hispanique pour honorer les nombreuses contributions que les hispano-américains ont apportées et continuent d'apporter aux États-Unis d'Amérique. Notre guide de l'enseignant rassemble des ressources créées lors des séminaires et des instituts d'été de NEH, des plans de cours pour les classes de la maternelle à la 12e année et des réflexions sur des événements et des expériences à travers l'histoire et le patrimoine hispaniques.

    Questions d'orientation

    Qui est inclus dans votre programme et qui peut être ajouté lors de l'enseignement de l'histoire hispanique ?

    Quelles sont les contributions durables des peuples et des groupes hispaniques à la culture et à l'histoire des États-Unis ?

    Comment l'histoire latino est-elle tissée dans le tissu de l'histoire des États-Unis ?

    Quels sont les liens historiques et culturels entre l'Amérique latine et les États-Unis ?

    La Mission Nuestra Señora de la Concepción (version espagnole : Misión de Nuestra Señora de la Concepción, San Antonio, Texas, 1755) est l'une des plus anciennes églises en pierre d'Amérique. Dans le plan de leçon EDSITEment, Mission Nuestra Señora de la Concepción et Mission espagnole dans le Nouveau Monde, les étudiants sont invités à utiliser l'image de la mission pour explorer la façon dont les missionnaires espagnols et les tribus amérindiennes ont travaillé ensemble pour construire une communauté de foi dans le Sud-Ouest au milieu du XVIIe siècle. The NEH Summer Landmark for School Teachers, The Fourteenth Colony: A California Missions Resource for Teachers a produit une collection de ressources pédagogiques K-12 avec multimédia couvrant les Californiens autochtones, les missions, les Presidios et les Pueblos des traditions espagnoles, mexicaines et américaines anciennes et époques. Les ressources clés pour l'étude de ce patrimoine culturel comprennent des sources primaires, des cartes et des images pour documenter la géographie culturelle et historique des missions californiennes.

    Une autre ressource précieuse est la série PBS financée par le NEH Latino-Américains, qui relate les histoires riches et variées des Latinos des premières colonies européennes à nos jours. Le site Web contient des bandes-annonces de tous les épisodes, une chronologie et la possibilité de télécharger votre propre historique vidéo. Il contient une nouvelle initiative éducative qui invite les enseignants et les apprenants à explorer les nombreuses façons dont les Latinos sont tissés dans le tissu de l'histoire des États-Unis.

    Les récits d'aventures dans des territoires inexplorés par des explorateurs et des missionnaires hispaniques du Sud-Est et du Sud-Ouest constituent une partie vitale du patrimoine littéraire et historique des États-Unis. Un excellent exemple, le voyage d'Alvar Núñez Cabeza de Vaca, peut être trouvé en visitant la ressource révisée par EDSITEment Nouvelles perspectives sur l'Occident. Les étudiants peuvent ensuite se lancer dans The Road to Santa Fe: A Virtual Excursion pour voyager dans l'une des villes les plus anciennes et les plus historiques d'Amérique le long de l'ancien Camino Real pour découvrir l'héritage multicouche des peuples qui appellent le Nouveau-Mexique leur patrie. Pour une autre perspective sur l'exploration et la colonisation espagnoles, visitez Web de Anza, un site Web recommandé par EDSITEment, qui regorge de documents sources primaires et de ressources multimédias couvrant les deux expéditions terrestres de Juan Bautista de Anza qui ont conduit à la colonisation de San Francisco en 1776.

    Cette section fournit un contexte et un cadre historiques pour les ressources d'EDSITEment sur l'histoire latino-américaine et latino-américaine, ainsi que des moyens d'intégrer les projets financés par NEH dans la salle de classe. Les leçons sont regroupées en quatre groupes thématiques et chronologiques : les sociétés indigènes de la Méso-Amérique et des Andes la colonisation des Amériques par l'Espagne la révolution mexicaine et l'immigration et l'identité aux États-Unis. Ces clusters ne sont en aucun cas exhaustifs, leur objectif est de fournir un contexte pour le matériel d'apprentissage disponible via EDSITEment et les projets financés par NEH, et de servir de point de départ pour une exploration et un apprentissage plus poussés. Pour chaque thème, une série de questions et d'activités de cadrage fournit des suggestions pour relier et étendre les leçons et les ressources répertoriées pour ce sujet.

    Indigènes de la Mésoamérique et des Andes

    Modèle de Tenochtitlan tel qu'il était autrefois. Museo Nacional de Antropología, Mexico, Mexique.

    Les peuples autochtones ont habité les Amériques bien avant leur « découverte » par les Européens à la fin du XVe siècle. Des civilisations majeures s'étaient élevées et déchues ici, tout comme elles l'avaient été en Eurasie. L'un des sites archéologiques les plus célèbres des Amériques, Teotihuacan, abritait une société complexe et riche qui s'est effondrée près d'un millénaire avant que Christophe Colomb ne quitte le port espagnol de Palos en 1492. Les élèves peuvent explorer l'histoire et la culture des meilleurs -connu des principales civilisations mésoaméricaines dans les leçons Les Aztèques: Mighty Warriors of Mexico and Aztecs Find a Home: The Eagle Has Landed. Dans les Andes sud-américaines, les Incas sont venus contrôler un vaste territoire sillonné d'un impressionnant réseau de routes parcourues par des coursiers. Les étudiants peuvent en apprendre davantage sur l'empire Inca et son système de communication dans Couriers dans l'empire Inca : faire passer votre message. Le projet financé par le NEH, Mesoamerican Cultures and Their Histories, propose des dizaines de plans de cours supplémentaires sur les sociétés et les cultures autochtones.

    Questions et activités de cadrage :

    • Terminologie et périodisation: Souvent, les noms et les périodes sont tenus pour acquis. Ces questions de discussion incitent les élèves à réfléchir de manière critique sur les noms utilisés pour désigner des groupes de personnes et sur la façon dont ils pensent à la division du temps autour de la période de contact européen avec les Amériques.
      • While we use the term “the Aztecs” most commonly today, this was not what the inhabitants of Tenochtitlan would have called themselves. Historians usually use either Nahuas/Nahua-speaking, to refer to the language these people spoke (and which is still spoken to this day), or Mexica, which refers to the most powerful of the three groups in the Triple Alliance that controlled Tenochtitlan and the Valley of Mexico when Hernán Cortés arrived in 1519. Ask students to reflect on these different names. Why might “Aztec,” which is not what the Mexica specifically or Nahuas generally would have called themselves, have become so common? What is gained from a better understanding of the history of these names and their meanings?
      • Ask students to read and explore this timeline of Mesoamerican civilizations. Reflect on the words often used to describe these civilizations and what happened to them after the arrival of Europeans to the New World. What words come to mind? Have students research indigenous language use in Mexico. This map, from Mexico’s National Institute of Indigenous Peoples, is a good place to start. How does what they find complicate the use of tools like a timeline to understand indigenous civilizations and cultures, or the use of common phrases like “the fall” of a particular civilization? Ask them to reflect on the terms “Pre-Hispanic” and “Pre-Columbian.” What do these terms communicate, and what do they omit? Why do these questions about terminology and periodization matter? Can they think of alternative ways to refer to these time periods? What are the pros and cons of these alternatives?

      Contact, Conquest, Colonization

      A segment of Diego Rivera's mural in the Palacio Nacional (Mexico City), depicting the burning of Maya literature by the Catholic Church.

      When Spanish conquistadors reached the New World, they encountered these complex indigenous societies with their sophisticated, surplus-producing economies, as well as smaller, nomadic societies. The early Spanish colonizers, far fewer in number than the populous New World civilizations they sought to conquer, often attempted to graft onto existing tribute systems to extract this surplus wealth, with major indigenous cities like Tenochtitlan (situated where Mexico’s capital city is to this day) serving as the geographic loci of early colonization. Spanish colonization was helped along by Spain’s military technology, alliances with rival indigenous groups, and, most crucially, disease. The Spaniards introduced contagious diseases, such as smallpox, to which indigenous people had little immune resistance. Indigenous populations were decimated by the combination of warfare, disease, and harsh labor on Spanish plantations. As Spain’s empire expanded, the Spanish crown depended heavily on the Catholic Church to subjugate indigenous peoples, both settled and nomadic, and integrate them into the colonial economy. Along New Spain’s northern frontier, which stretched into the present-day United States and where contact and conflict with other burgeoning European empires was likely, fortified missions relying on coerced indigenous settlement and labor were important institutions for expanding the geographic and demographic reach of the Spanish empire. In the EDSITEment lesson plan, Mission Nuestra Señora de la Concepción and the Spanish Mission in the New World, students are invited to use the image of the mission to explore one instance of the missionary institution in the mid-17th century. This lesson might be further enriched with an exploration of Spanish mission sites in California in The Road to Santa Fe: A Virtual Excursion.

      The processes of conquest and colonization were often carefully documented by Spaniards, creating a rich—and problematic—historical and literary record. A prime example, the journey of Alvar Núñez Cabeza de Vaca, can be found by visiting New Perspectives on the West. For another perspective on Spanish exploration and settlement, visit Web de Anza, which is packed with primary source documents and multimedia resources covering Juan Bautista de Anza's two overland expeditions that led to the colonization of San Francisco in 1776. Surviving indigenous perspectives are more difficult to find. Even when available, these sources pose significant interpretive challenges because they were often mediated through Spanish individuals or institutions. For grades 11-12, The Conquest of Mexico provides a plethora of primary and secondary sources (including texts produced by indigenous people), lesson plans, and exercises in historical analysis. Finally, Southwest Crossroads offers lesson plans, in-depth articles, and hundreds of digitized primary sources that explore the many narratives people have used to make sense of this region, from colonization to the present.

      Framing questions and activities:

      • Source interpretation: In several EDSITEment lessons about Spanish colonization, students are asked to analyze images to glean information about colonial institutions and practices. They have also confronted the problem of authorship and perspective in primary sources from this period, with the archive of the colonizer serving as the main paradigm through which the processes of conquest and colonization are understood. Two lessons from the NEH-funded website, Southwest Crossroads: Cultures and Histories of the American Southwest, throw this problem into sharp relief. In Encounters—Hopi and Spanish Worldviews, students work with texts written by both Hopi and Spanish authors, as well as maps and images, to learn about missionaries’ violent attempts to convert Hopi villagers to Catholicism and to reflect on the lasting impacts of those attempts for Hopi culture and society. In Invasions—Then and Now, students work with a Spanish account of a sixteenth-century expedition, a map of similar expeditions, and a twentieth-century poem to reflect on the echoes and reverberations of the colonial past.
      • Image analysis: The EDSITEment lesson Mission Nuestra Señora de la Concepción and the Spanish Mission in the New World is based on the analysis of a watercolor painting of the mission. Students can learn more about the architecture of Spanish missions from the National Park Service, and use their insights to analyze the architecture of other missions pictured in the University of California’s digital exhibition of Spanish mission sites in California. They can explore additional photographs of Spanish missions, as well as get a sense for the distribution of missions in what is now the United States, from Designing America, a website created by the Fundación Consejo España-Estados Unidos and the National Library of Spain. Ask students to think critically about this last source in particular as they read through its descriptions of mission architecture and function. How does this information compare with, for example, this Hopi author’s account of the construction of a Spanish mission? Why might this be?

      The Mexican Revolution

      Stereograph cards, like this one of Pancho Villa's headquarters in Juárez, could be viewed with stereoscopes to create the illusion of a three-dimensional scene. They were popular souvenirs this one was produced by the Keystone View Company, in Pennsylvania.

      Beginning in 1910 and continuing for a decade, the Mexican Revolution had profound ramifications for both Mexican and U.S. history. The EDSITEment Closer Readings Commentry on the Mexican Revolution provides background on the conflict and its cultural, artistic, and musical legacies. A lesson plan for the Mexican Revolution covers the context for, unfolding of, and legacies of the Revolution for later social movements. Students can learn about the role played by the United States in the Mexican Revolution in the EDSITEment lesson plan “To Elect Good Men”: Woodrow Wilson and Latin America.

      Framing questions and activities:

      • Guided research: Ask students to explore the Mexican Revolution in greater detail. Useful sources, in addition to those already mentioned, include:
        • The Newberry’s Perspectives on the Mexican Revolution
        • The Library of Congress’s The Mexican Revolution and the United States
        • The Getty’s Faces of the Mexican Revolution
        • Journalist John Reed’s 1914 analysis of the Mexican Revolution

        The following questions and prompts can guide their research:

        • Describe Mexican political, economic, and social conditions during the Porfiriato.
        • What were some of the causes of the Mexican Revolution?
        • Who were some of the major military actors in the Mexican Revolution? Why were they involved, and what were they fighting for?
        • How have different people experienced and understood the Mexican Revolution? Provide at least two different individuals’ perspectives.

        Before students begin their research, ask them to review the sources provided and give examples of primary and secondary sources. As they answer the guiding questions, they should use at least one primary and one secondary source to support each of their answers.

        • Comparing and contrasting: After studying the Mexican Revolution and U.S. involvement in it, ask students to make comparisons with another revolution or conflict that they have studied. They might consider the following factors:
          • Major divisions and conflicts
          • The role of foreign intervention
          • Outcomes of the conflicts
          • Major actors involved in the conflict
          • The way the conflict was represented in contemporary accounts (for example, by researching coverage in historic newspapers on Chronicling America)
          • Ways the conflict is commemorated today

          Students should create presentations of their findings to present to each other. As they listen to their classmates, ask students to take notes about the various revolutions. Use their observations to start a discussion about the word “revolution.” What should be classified as a revolution? Could a coup be a revolution? A civil war? Why do they think some civil wars are classified as such, while others are labeled revolutions, even though the impacts of both might be equally profound?

          Immigration and Identity in the United States

          Photo of Cesar Chávez with farm workers in California, ca. 1970.

          The border between the United States and Mexico has changed over time, and much of the territory that now forms the southwestern United States was at one point Mexican. But the movement of people, goods, money, and ideas has always been a feature of this border. That movement, especially of people, has not always been voluntary. During the Great Depression, many thousands—and by some estimates as many as two million—Mexicans were forcibly deported from the United States. Over half of those deported were U.S. citizens.

          Less than a decade later, U.S. policy changed completely: rather than deporting Mexican-Americans and Mexicans, the United States was desperate to draw Mexican laborers into the country to ease agricultural labor shortages caused by World War II. As a result, the Mexican and U.S. governments established the Bracero Program, which allowed U.S. employers to hire Mexican laborers and guaranteed those laborers a minimum wage, housing, and other necessities. However, braceros’ wages remained low, they had almost no labor rights, and they often faced violent discrimination, including lynching. Oral histories from braceros, as well as several lesson plans about the program, can be found at the NEH-funded Bracero History Archive

          The Bracero program ended in 1964. Two years before, in 1962, César Chávez had co-founded the National Farm Workers Association (NFWA) with Dolores Huerta. The NFWA would later become the United Farm Workers (UFW). In response to the low wages and terrible working conditions experienced by farmworkers, Chávez and Huerta organized migrant farmworkers to press for higher wages, better working conditions, and labor rights. Students can learn more about Chávez and Huerta in the EDSITEment lesson "Sí, se puede!": Chávez, Huerta, and the UFW.

          The UFW was part of the larger civil rights movement of the 1960s and beyond. The Chicano movement fought for the rights of Mexican-Americans and against anti-Mexican racism and discrimination. It was also important in the creation of a new collective identity for, and sense of solidarity among, Mexican-Americans. Other ethnic categories sought to include a greater number of people of Latin American heritage and to capture aspects of their shared experience in the United States. In the 1970s, activists pushed for the inclusion of “Hispanic” on the U.S. Census in order to disaggregate poverty rates among Latinos and whites. Since then, different terms have emerged to describe this diverse population, including Latino and Latinx. The PBS project Latino Americans (available in English and Spanish) documents the experiences of Latinos in the United States and includes a selection of lesson plans for grades 7-12, as well as shorter, adaptable classroom activities. Additional resources for teaching immigration history include the Closer Readings Commentary “Everything Your Students Need to Know About Immigration History,” which provides an overview of immigration history in the United States, and Becoming US, a collection of teaching resources on migration and immigration created by the Smithsonian Institution.

          Framing questions and activities:

          • Terminology and identity: There are many words to describe the experiences and identities of Latinos in the United States. The words “Hispanic” and “Latino” are intentionally broad and meant to capture a wide diversity of identities and experiences, which means that they can also erase or diminish specific individuals and their stories. Teaching Tolerance has created and compiled a selection of educational materials, including readings, discussion questions, and suggestions for teachers, to help address this topic in the classroom. Within this Teacher’s Guide, the lessons in the section “Borderlands: Lessons from the Chihuahuan Desert” address questions of identity, belonging, and difference in greater depth.
          • Comparing and contrasting: Like "Sí, se puede!": Chávez, Huerta, and the UFW, the EDSITEment lesson Martin Luther King, Jr., Gandhi, and the Power of Nonviolence addresses the civil rights movement and the use of nonviolent protest to fight racism, discrimination, and exploitation. Ask students to research a specific protest organized by the UFW and one by leaders of the movement for African American civil rights. They might return to the lessons for some ideas, or work on a protest not included in the lesson plans. Ask them to discuss the following questions with respect to their chosen protests:
            • What actors were involved? What united them?
            • What were they protesting?
            • What strategies did they use? Describe the mechanics of the protest: its location and duration, what actions the protesters took, how they responded to any resistance or confrontations, how and why the protest ended. Depending on the protest they have chosen, a timeline and/or map may be a good way to represent this information.
            • Were there any divisions, controversies, or conflicts within the movement?
            • What responses met the protest? How was the protest represented in different media outlets from the time?
            • How has the protest been commemorated or remembered since it took place? How have those commemorations changed over time?
            • If you were to design a monument, event, or other public commemoration of this protest, what would you create? Pourquoi?

            A large selection of reviewed websites that explore the cultural legacy of Mexico, Central America, parts of the Caribbean, as well as other Latin American nations is also featured on EDSITEment. NPR’s Afropop Worldwide introduces the great variety of music with African roots today in countries like Colombia. A Collector's Vision of Puerto Rico features a rich timeline. Other EDSITEment resources focus on the history and culture of other countries. The EDSITEment lesson plan, Mexican Culture and History through Its National Holidays, encourages students to learn more about the United States’ closest southern neighbor by highlighting Mexico’s Independence Day and other important Mexican holidays.

            Additional EDSITEment-created resources help students attain a deeper understanding of the history and cultural wealth of that large and diverse country. EDSITEment marked the Mexican Revolution’s centennial (1910-2010) with a special EDSITEment-created bilingual spotlight that explores the revolution’s historical background, including the muralist movement, and the musical legacy of the corrido tradition. EDSITEment also notes Mexico’s vital role in world literature by saluting one of the most important poets in the Spanish language and the first great Latin American poet, Sor Juana Inés de la Cruz in a fully bilingual academic unit. Here, teachers and students will find two lesson plans, accompanying bilingual glossaries, an interactive timeline, numerous worksheets, listening-comprehension exercises, and two interactive activities, one of which entails a detailed analysis of her portrait.

            Contemporary authors writing about Hispanic heritage in the United States include Pam Muñoz Ryan, whose award-winning work of juvenile fiction is featured in the EDSITEment lesson plan, Esperanza Rising: Learning Not to Be Afraid to Start Over (the lesson plan is also available in Spanish). Set in the early 1930s, twenty years after the Mexican Revolution and during the Great Depression, Esperanza Rising tells the story of a young Mexican girl's courage and resourcefulness when, at the tender age of thirteen, she finds herself living in a strange new world. Pam Muñoz Ryan also enriches her story with extensive historical background. Students are given an opportunity to engage in interesting classroom activities that encourage them to imagine the difficult choices facing those who decide to leave home and immigrate to the United States.

            On the literature front, both Latin America and Spain have a rich heritage. Set in the Dominican Republic during the rule of Rafael Trujillo, In the Time of the Butterflies fictionalizes historical figures in order to dramatize heroic efforts of the Mirabal sisters to overthrow this dictator’s brutal regime. EDSITEment lesson plan, Courage In the Time of the Butterflies, has students undertake a careful analysis of the sisters to see how each demonstrates courage. Students additionally analyze a speech delivered in 2006 by a daughter of one of the sisters to understand the historical legacy of these extraordinary women.

            A new EDSITEment curriculum unit of three lessons, Magical Realism in One Hundred Years of Solitude for the Common Core, has students uncover how Gabriel García Márquez meshes magical elements with a reality which is, in his view, fantastical in its own right. García Márquez actually recapitulates episodes in the history of Latin America through the novel's story of real and fantastical events experienced over the course of one century by the Buendía family.

            Students can learn more about some of the most important poets from the Spanish Golden Age and from the twentieth century through the feature Six Hispanic Literary Giants (this feature is also available in Spanish).

            Borderlands narratives have historically been seen as peripheral to the development of American history and identity and the binational spaces border people occupy have been portrayed as dangerous, illegitimate, and as part of a distinct counter-culture. During "Tales from the Chihuahuan Desert: Borderlands Narratives about Identity and Binationalism," a summer institute for educators (grades 6-12) sponsored by the National Endowment for the Humanities and offered by The University of Texas at El Paso, scholars and teachers examine debates about American history and identity by focusing on the multicultural region and narratives of the El Paso-Ciudad Juárez metroplex.

            The lessons and materials provided below were created by institute attendees in the interest of developing "their own creative ways of implementing diverse storytelling methodologies into their teaching philosophies in order to more holistically reflect on the complex histories and identities of border peoples and of the binational spaces they inhabit." The complete portfolio of lesson plans is available at the "Tales from the Chihuahuan Desert: Borderlands Narratives about Identity and Binationalism" homepage.

            Smokestack Memories: A Borderlands History During the Gilded Age—The second industrialization also known as the Gilded Age from about 1870s-1900s is one of the most significant time periods in American history. In 1887, a smelter was established in El Paso which would become known as ASARCO. The purpose of this lesson is to understand and contextualize the global, national, border, and regional impact of industry during the Gilded Age. (Grade: 7, 8, 11) (Subject: U.S. History, AP U.S. History)

            Push/Pull Factors and the Quest for God, Gold, and Glory—Through these two lessons that connect early European exploration of US territories with contemporary immigration, students draw upon the familiar to understand the past and the long history of the United States as a nation by and for people of many cultures. (Grade: 8) (Subject: U.S. History, World History)

            Making a Nation—Through these lessons, students will produce an interactive map of North America in the earliest days of colonization that demonstrates the multiple nations and borderlands that cut across the physical space that we now consider to be clearly defined that they can then use throughout their study of American history. (Grade: 8) (Subject: Language Arts and Social Studies)

            Borders Near and Far: A Global and Local Investigation of Borderlands—This lesson is designed as an introduction for exploring the theme of borders and borderlands throughout a literature course. Compelling questions and text-based examples are provided to prepare students for independent close readings and discussions of borders at multiple points during the school year. (Grade: 11-12) (Subject: Literature and Language Arts)

            Know Thyself—This unit focuses on the topics of identity, stereotypes, culture, and biculturalism. It is a four-part unit intended to extend throughout the semester with supplemental activities and resources in between. This unit is presented in English to serve lower level Spanish courses, however, it can be adapted and taught in Spanish with additional vocabulary instruction and scaffolding. (Grade: 9-12) (Subject: Language, Spanish level 1, 2)

            Borders: Understanding and Overcoming Differences—Students will examine the concept of borders, both literal and figurative, as well as what a border is and how it is created. They will use this knowledge as they learn about the U.S.-Mexico border and will delve deeper into the idea of borders as they examine their own lives. (Grade: 8-10) (Subject: Spanish and Social Studies)

            Latino Americans is an NEH-funded documentary series that chronicles the rich and varied history and experiences of Latinos from the first European settlements to the present day. The website contains trailers from all episodes, a timeline, and an opportunity to upload your own video history. The related education initiative invites teachers and learners to explore the many ways that Latinos have contributed to the history and culture of the United States.

            To accompany Episode 3: War and Peace, Humanities Texas offers a collection of resources to explore the contributions of Latino Americans during the second world war and the experience of returning servicemen who faced discrimination despite their service. These lesson plans and activities include viewing guides to support students as they watch the episode and primary sources to draw out key themes and events introduced by the film.

            Social Studies and History

            The Mexican Revolution —In order to better understand this decade-long civil war, we offer an overview of the main players on the competing sides, primary source materials for point of view analysis, discussion of how the arts reflected the era, and links to Chronicling America, a free digital database of historic newspapers, that covers this period in great detail.

            Chronicling America's Spanish-language newspapers—The Spanish-language newspapers in Chronicling America, along with those published in English, allow us to look beyond one representation of the communities and cultures pulled into the United States by wars and treaties of the 19th century. Spanish-language newspapers reveal how these communities reported on their own culture, politics, and struggles to form an identity in a brand new context.

            Mission Nuestra Señora de la Concepción and the Spanish Mission in the New World—Focusing on the daily life of Mission Nuestra Señora de la Concepción, the lesson asks students to relate the people of this community and their daily activities to the art and architecture of the mission.

            Literature and Language Arts

            Esperanza Rising: Learning Not to Be Afraid to Start Over (also available in Spanish)—In this lesson students will explore some of the contrasts that Esperanza experiences when she suddenly falls from her lofty perch as the darling child of a wealthy landowner surrounded by family and servants to become a servant herself among an extended family of immigrant farm workers.

            Magical Realism in One Hundred Years of Solitude (Curriculum Unit)—Author Gabriel García Márquez meshes magical elements with a reality which is, in his view, fantastical in its own right. Dans One Hundred Years of Solitude, García Márquez vividly retells episodes in the history of Latin America through the story of real and fantastical events experienced over the course of one century by the Buendía family.

            Women and Revolution: In the Time of the Butterflies—In this lesson, students undertake a careful analysis of the main characters to see how each individually demonstrates courage in the course of her family’s turbulent life events in the Dominican Republic during the dictatorial rule of Rafael Trujillo.

            Sor Juana Inés de la Cruz: The First Great Latin American Poet (Curriculum Unit, also available in Spanish)—Through this curriculum unit students will gain an understanding of why Sor Juana Inés de la Cruz is considered one of the most important poets of Latin America, and why she is also considered a pioneering feminist writer and poet.

            "Every Day We Get More Illegal" by Juan Felipe Herrera—In his poem “Every Day We Get More Illegal” Juan Felipe Herrera, the former Poet Laureate of the United States, gives voice to the feelings of those “in-between the light,” who have ambiguous immigration status and work in the United States.

            "Translation for Mamá" by Richard Blanco—Richard Blanco wrote the poem “Translation for Mamá” for his mother, who came to the United States from Cuba to create a new life for herself and her family. Using both English and Spanish language translation, Blanco honors the bridge between his mother’s new identity and the losses she faced in emigration.

            Culture and Arts

            Picturing America (Available in Spanish)—The Picturing America project celebrates Hispanic heritage with a handsome visual reminder of the Spanish influence on American history, religion, and culture.

            La Familia—Students will learn about families in various Spanish cultures and gain a preliminary knowledge of the Spanish language, learning the Spanish names for various family members.

            De Colores—This lesson plan is designed for young learners at the novice or novice-intermediate level of proficiency in Spanish. The vocabulary, the colors, is appealing to young learners because colors are easy for them to comprehend and observe while connecting the newly acquired vocabulary to familiar objects.

            Origins of Halloween and the Day of the Dead—This EDSITEment feature can be used with students as a framework for discussing the origins and history of the Halloween festival and introducing them to the Mexican festival, the Day of the Dead (el Día de Muertos), recognizing the common elements shared these festivals of the dead as well as the acknowledging the differences between them.

            Mexican Culture and History through Its National Holidays—This lesson will focus on holidays that represent and commemorate Mexico's religious traditions, culture, and politics over the past five hundred years.


            Voir la vidéo: Ameerika sõduritele jagati villaseid sokke ja kindaid. (Janvier 2022).