Podcasts sur l'histoire

Cratère grec de la volute

Cratère grec de la volute


Le musée J. Paul Getty

Cette image est disponible en téléchargement, sans frais, dans le cadre du programme Open Content de Getty.

Cratère lucanien en volute à figures rouges

Peintre de Palerme (grec (italien du sud, lucanien), actif vers 430 - environ 400 av. J.-C.) 56 × 34 cm (22 1/16 × 13 3/8 in.) 85.AE.101

Les images Open Content ont tendance à être de grande taille. Pour éviter les frais de données potentiels de votre opérateur, nous vous recommandons de vous assurer que votre appareil est connecté à un réseau Wi-Fi avant de télécharger.

Actuellement visible à : Getty Villa, Gallery 109, The Greeks in Southern Italy and Sicily

Vues alternatives

Vue principale, côté A

Figurine avec lyre

Figure derrière l'homme avec lyre

Détails de l'objet

Titre:

Cratère de volute à figures rouges de Lucanie

Artiste/fabricant :

Attribué au peintre de Palerme (grec (italien du sud, lucanien), actif vers 430 - vers 400 av. J.-C.)

Culture:

grec (sud de l'italien, lucanien)

Endroit:

Lucania, Italie du Sud (Lieu créé)

Moyen:
Numéro d'objet :
Dimensions:

56 × 34 cm (22 1/16 × 13 3/8 pouces)

Les inscriptions):

Sur le pilier : HEΡMΗNOΣ ("d'Hermès").

Titres alternatifs :

Volute à figures rouges cratère (Afficher le titre)

Navire de mélange avec Hermes, Apollo, Artemis et Leto (titre d'affichage)

Attributions précédentes :

Groupe PKP (grec (ducanien), actif vers 420 - 400 av. J.-C.)

Peut-être Palerme Peintre (grec (sud de l'italien, lucanien), actif vers 430 - environ 400 avant JC)

Département:
Classification:
Type d'objet:
Description de l'objet

Un rassemblement de divinités orne le devant de ce cratère-volute à figures rouges (bol à mélanger), fabriqué dans une colonie grecque de la région de Lucanie, dans le sud de l'Italie. Les dieux jumeaux Apollon et Artémis occupent le centre de la scène. Apollon tient une kithara, dénotant son rôle de dieu de la musique, et Artémis, la déesse de la chasse, est accompagnée de son cerf sacré. Leur mère Leto se tient à droite. A gauche, le dieu Hermès s'appuie sur un pilier inscrit à son nom. Deux paires de jeunes conversent au dos du vase.

La volute-cratère était un grand récipient de service utilisé pour mélanger le vin et l'eau lors d'un symposium ou d'une beuverie. De grands vases de symposium décorés de figures comme celui-ci ont commencé à être fabriqués dans le sud de l'Italie à partir de la fin du Ve siècle av.

Provenance
Provenance

Fritz Bürki & Son (Zurich, Suisse), vendu au J. Paul Getty Museum, 1985.

Bibliographie
Bibliographie

"Acquisitions/1985." Le Journal du Musée J. Paul Getty 14 (1986), p. 193, non. 60.

Trendall, Arthur Dale. Les vases à figures rouges de l'Italie du Sud et de la Sicile. Londres et New York : Thames et Hudson, 1989, p. 21 fig. 20.

Le manuel des collections du musée J. Paul Getty. 3e éd. (Malibu : J. Paul Getty Museum, 1991), p. 53.

Cambitoglou, Alexandre et Jacques Chamay. Céramique de Grande Grece. La collection de fragments Herbert A. Cahn. Éch. cat., Musée d'Art et d'Histoire, Genève, 26 mars-7 septembre 1997. Zurich : 1997, p. 8.

Furley, William D. et Jan Maarten Bremer. Hymnes grecs, vol. 1 (Tubingue, 2001), p. V, fig. 1.

Épine, Jed et Michael Glascock. "Nouvelle preuve pour les centres de production à figures rouges des Pouilles." Archaeométrie 52 : 777-795 (octobre 2010), p. 792, non. 21.

Bremmer, Jan et Erskine, Andrew. Les dieux de la Grèce antique : identités et transformations (Édimbourg, Edinburgh University Press, 2010), couverture, image de couverture.

Todisco, L. (éd.), La Ceramica a Figure Rosse della Magna Grecia e della Sicilia (Rome : L’Erma di Bretschneider, 2012), pl. 14.3-4.

Ressources éducatives
Ressources éducatives

Ressource éducative

Leçon au cours de laquelle les élèves recherchent et étudient des œuvres d'art représentant des divinités grecques et romaines et présentent une simulation de talk-show télévisé avec les divinités.

Arts visuels Anglais–Langue Histoire des arts–Sciences sociales

Ces informations sont publiées à partir de la base de données des collections du Musée. Les mises à jour et les ajouts découlant des activités de recherche et d'imagerie sont en cours, avec du nouveau contenu ajouté chaque semaine. Aidez-nous à améliorer nos dossiers en partageant vos corrections ou suggestions.

/> Le texte de cette page est sous licence Creative Commons Attribution 4.0 International License, sauf indication contraire. Les images et autres médias sont exclus.

Le contenu de cette page est disponible conformément aux spécifications du cadre international d'interopérabilité des images (IIIF). Vous pouvez voir cet objet dans Mirador - une visionneuse compatible IIIF - en cliquant sur l'icône IIIF sous l'image principale, ou en faisant glisser l'icône dans une fenêtre de visionneuse IIIF ouverte.


Le musée J. Paul Getty

Cette image est disponible en téléchargement, sans frais, dans le cadre du programme Open Content de Getty.

Cratère en volute attique à figures noires

Groupe Leagros (grec (grenier), actif 525 - 500 av. J.-C.) 58,5 cm (23 1/16 po) 96.AE.95

Les images Open Content ont tendance à être de grande taille. Pour éviter les frais de données potentiels de votre opérateur, nous vous recommandons de vous assurer que votre appareil est connecté à un réseau Wi-Fi avant de télécharger.

Pas actuellement visible

Détails de l'objet

Titre:

Cratère en volute attique à figures noires

Artiste/fabricant :

Attribué au groupe Leagros (grec (grenier), actif 525 - 500 av. J.-C.)

Culture:
Endroit:

Athènes, Grèce (lieu créé)

Moyen:
Numéro d'objet :
Dimensions:
Ligne de crédit:

Don de Barbara et Lawrence Fleischman

Les inscriptions):

Graffito sous les pieds : KE et XU

Titres alternatifs :

Mélange de navire avec des activités sportives et des scènes de bataille (titre d'affichage)

Cratère en volute à figures noires (titre d'affichage)

Département:
Classification:
Type d'objet:
Description de l'objet

Des scènes du monde des mythes et du monde des humains décorent le col de ce cratère-volute athénien à figures noires. La zone supérieure d'un côté représente la bataille des dieux et des géants. Dans la mythologie grecque, les géants, les enfants de Ge (Terre) et d'Uranus (Ciel), ont tenté de renverser les dieux olympiens dans une puissante bataille. Seuls trois dieux sont clairement identifiables ici : Héraclès avec sa peau de lion, Athéna avec son égide aux bords de serpent et Hermès avec son bâton spécial et ses bottes ailées. La frise inférieure de ce côté montre divers concours sportifs : deux coureurs en armure, un coureur nu, un lanceur de disque, un lanceur de javelot, des lutteurs et des entraîneurs. La scène de droite montre une version particulièrement sanglante du pancrace, une combinaison de lutte et de boxe dans laquelle tout était juste sauf mordre un adversaire ou lui arracher les yeux.

De l'autre côté du vase, la zone inférieure du col montre un groupe de guerriers partant sur leurs chars. Les scènes de départ étaient populaires dans l'art archaïque, mais cette scène est plus élaborée que d'habitude.

Les anses de ce cratère, récipient utilisé pour mélanger le vin et l'eau, ont la forme de grandes boucles ou volutes, d'où le nom de cette forme, un cratère-volute.

Provenance
Provenance
D'ici 1985 - 1992

Robin Symes Ltd. (Londres, Angleterre), vendu à Barbara et Lawrence Fleischman, 1992.


Usage

Au début de chaque symposium une symposiarque (συμποσίαρχος), ou « seigneur de la boisson commune », a été élu par les participants. Il assumerait alors le contrôle des serviteurs du vin, et donc du degré de dilution du vin et de son évolution au cours de la fête, ainsi que du taux de remplissage des tasses. Le cratère et la façon dont il était rempli et vidé était donc la pièce maîtresse de l'autorité du symposiarque. Un symposium astucieux doit être capable de diagnostiquer le degré d'ébriété de ses confrères et de s'assurer que le symposium se déroule sans heurts et sans excès d'ivresse.


Cratère en volute en terre cuite (bol à mélanger)

Avers : le Jugement de Paris. Le prince troyen est assis au centre, vêtu de l'habit oriental. Il écoute Hermès, debout à sa droite, qui lui a fait juger les trois déesses. Aphrodite, accompagnée d'Eros est en haut à gauche, assise à côté d'une grande boîte, tenant une couronne et un miroir. Héra, tenant son sceptre est assise en haut à droite sur un rocher. Athéna, juste en dessous de Paris, est également assise, appuyée sur son bouclier, coiffée de son casque et tenant une grande phiale. Athéna est accompagnée de deux jeunes gens qui, comme Paris, sont en costume oriental. Dans le même registre, à l'extrême gauche, un jeune Pan, appuyé sur un rocher, observe la scène. Au cou : tête frontale de femme coiffée d'un bonnet phrygien émergeant d'une fleur, entourée de fleurs et de vrilles. Sur les anses, en relief, des têtes d'Io aux cheveux blonds.

Revers : naiskos avec une statue de la femme décédée tenant une couronne, une longue écharpe et une fleur. Autour du naiskos quatre pleureuses. Au-dessus, de chaque côté, un jeune assis tenant une caisse, celui de gauche contient également des raisins. L'autre, une situle. En bas, également disposée symétriquement, une femme s'approche sur le côté huit, tenant un miroir et un oinochoe. Sur les anses en relief, têtes d'Io aux cheveux noirs.


  • Laissez une enchère d'absence maximale et la plateforme enchérira en votre nom jusqu'à votre enchère maximale lors de l'enchère en direct.
  • Enchérissez en direct pendant l'enchère et vos enchères seront soumises en temps réel au commissaire-priseur.

Incréments d'enchère

Prix Incrément d'enchère
$25
$300 $50
$1,000 $100
$2,000 $250
$5,000 $500
$10,000 $1,000
$20,000 $2,500
$50,000 $5,000
$100,000 $10,000
$200,000 $20,000

À propos des enchères

Grèce antique, période hellénistique, ca. 3e au 2e siècle avant notre ère. Un cratère à volutes en buffware de forme classique dans un slip orange pâle avec deux poignées de sangle emblématiques. Peut-être un navire inachevé en raison de sa surface nue, le navire est une vitrine pittoresque de l'habileté disciplinée des potiers grecs de l'époque. La surface est lisse avec des courbures sans couture qui délimitent un pied discoïde effilé à partir d'un corps sphérique bulbeux. Le cou est légèrement concave, avec un léger évasement de sa lèvre complétant une présence royale globale. Un très bel exemple ! Taille : 5,25" L x 5,5" H (13,3 cm x 14 cm)

Le cratère à volutes tire son nom de ses poignées – généralement étroitement recourbées à son sommet de manière à imiter les colonnes ioniques. Les premiers exemples des quatrième et cinquième siècles, comme cette pièce, étaient beaucoup plus minces que les potiers de forme athénienne typiques adoptés plus tard au sixième siècle.

Provenance : ex-privé Toluca Lake, Californie, USA collection ex-Malter Galleries, date de vente aux enchères 26 octobre 2008

Tous les articles légaux à acheter/vendre en vertu de la loi américaine couvrant le code du patrimoine culturel 2600, CHAPITRE 14, et sont garantis conformes à la description ou remboursés.

Un certificat d'authenticité accompagnera toutes les offres gagnantes.

Nous expédions dans le monde entier et gérons toutes les expéditions en interne pour votre commodité.

État

Toutes les expéditions sont gérées en interne pour votre commodité. Votre facture d'Artemis Gallery comprendra les instructions de calcul des frais d'expédition. En cas de doute, veuillez vous renseigner AVANT d'enchérir pour les frais d'expédition estimés pour les articles individuels.


Cratère grec de la volute - Histoire

"..Le cratère de Derveni offre une contribution significative à l'étude de l'art grec classique. Ceux qui s'intéressent à la production de bronze et de ferronnerie trouveront une discussion approfondie sur l'histoire des récipients en métal grecs et une nouvelle typologie du type de cratère à volutes en bronze.'"
Alexis Q. Castor, Collège Franklin & Marshall
Critique classique de Bryn Mawr (2009)

". magnifiquement produite et impeccablement éditée, la série de planches en couleur établit une nouvelle norme bienvenue pour les images du cratère de Derveni. À une époque de monographies coûteuses. voici une véritable aubaine. C'est une œuvre dont peu souhaiteront se passer, et il y a tout à attendre des futurs volumes de la série.'"
Jasper Gaunt, Université Emory
Journal américain d'archéologie (janvier 2011)

"La nouvelle monographie de Beryl Barr-Sharrars sur le cratère de Derveni innove, élevant ce chef-d'œuvre de l'art grec classique ultérieur à un statut aux côtés de ceux du mausolée d'Halicarnasse et du sarcophage d'Alexandre en tant que monuments les plus importants de l'art grec au quatrième siècle J.-C. Elle montre que les vases en bronze, jusque-là inclus dans les arts mineurs, méritent désormais leur place aux côtés de l'architecture, de la sculpture et des vases peints en tant que grands arts.En outre, la sophistication et le soin de la mise en page et de la production de livres atteignent de nouveaux sommets de ce que peut être une publication exceptionnelle d'une œuvre d'art grec.'"
David Mitaine
Université de Harvard ()

"Spectaculaire ! Un livre comme celui-ci apparaît sur son bureau une fois par décennie : une publication définitive d'un chef-d'œuvre de l'art grec qui est complet, informatif, persuasif et magnifiquement illustré.'"
Andrew Stewart
UC Berkeley ()

"&ldquoCeci est une étude pénétrante d'un artefact somptueux, avec une superbe documentation photographique en couleur une très belle publication.&rdquo"
R.R.R. Forgeron
L'université d'Oxford ()

". un traitement exemplaire d'un monument majeur de l'art antique. Les illustrations
sont complets et les planches en couleurs (y compris de nombreux gros plans de détails utiles) superbes. L'American School of Classical Studies doit être félicitée pour la publication d'un si beau volume.'"
Michael Vickers, Musée Ashmolean
JHS (2010)


Cratère à figures rouges

Numéro d'objet : 135.2012.2
Critères de retrait : Restitution/Restitution à l'ayant droit : l'œuvre a fait l'objet d'une demande légale de restitution.

Gianfranco Becchina est un marchand d'antiquités sicilien qui a été condamné en Italie pour trafic d'antiquités volées. Becchina a commencé à vendre des antiquités depuis ses locaux à Bâle, en Suisse, dans les années 1970. En mai 2002, les Carabinieri, en collaboration avec la police suisse, ont perquisitionné ses installations de stockage à Bâle, récupérant des milliers d'objets à divers stades de restauration, des photographies d'artefacts et d'autres documents. En avril 2012, l'Immigration and Customs Enforcement des États-Unis a saisi deux œuvres associées à l'enquête sur Becchina. Selon les Carabinieri, Gianfranco Becchina a été identifié comme l'un des trafiquants connus les plus prolifiques du patrimoine culturel italien, et tous les biens qui ont fait l'objet d'un trafic illicite par Becchina sont passibles de confiscation.

INFORMATION D'ACHAT : Concessionnaire : Sotheby's New York (13 juin 1996)

PROVENANCE FOURNIE :
18 juin 1991 vendu aux enchères par Sotheby's, New York
Inconnu
13 juin 1996, Sotheby's, New York, vendu au Dallas Museum of Art

  • Ordre du jour du DMA, bulletin des membres, août-septembre 1998, p. 7 (ill.).
  • Musée d'art de Dallas : un guide de la collection. Dallas : Musée d'art de Dallas, 1997, p. 24 (ill.).
  • Dallas Museum of Art : Bilan de l'année 1996-1997, rapport annuel, p. 10 (ill.).
  • Ordre du jour du DMA, bulletin des membres, hiver 1996 (ill., couverture).
  • Sotheby's, New York, Catalogue de vente d'antiquités, vente 6863, jeudi 13 juin 1996, lot 87 (ill.).
  • Trendall, A.D., et Alexander Cambitoglou. Deuxième supplément à Les vases à figures rouges des Pouilles, partie III. Londres : Université de Londres, 1992, p. 507, non. 16b1.

MÉTHODE DE DISPOSITION PROPOSÉE : Prêt à long terme à DMA, si approuvé par le gouvernement italien, retour éventuel en Italie

CRITÈRES DE SORTIE D'ADHÉSION : Une demande de restitution du gouvernement italien, avec des preuves irréfutables, y compris des photographies, que l'objet a été pillé et/ou exporté illégalement

PREUVE:
Preuve dont un Polaroid saisi par les carabiniers à Genève au Port Franc de Médicis


149. Cratère Volute - Classique

Bronze
H : 66 cm
Prétendument de Grèce
corinthien ? (peut-être Magna Grecian)
400-350 av.

Composé de six éléments diversement travaillés mais tous finis avec un brunissage et un polissage soigneux. Le cou et la bouche avec sa bordure ovale et perlée moulée [1] pour former, son prolongement un corps trapu, de la même épaisseur que le bord, a été martelé et recuit à plusieurs reprises, amincissant le métal et étirant le navire à sa forme actuelle. Les anses et le pied en fonte massive, le premier et la bouche du cratère auquel ils étaient attachés minutieusement travaillés à froid, martelés, taillés et ciselés.

Le support (hypokreterion) réalisé en deux parties : la partie supérieure d'évasement dans laquelle s'enfonce le pied du cratère coulé tel qu'il apparaît aujourd'hui, et la partie inférieure coulée à la forme générale, puis martelée et recuite pour s'adapter. Des détails tels que le motif de la languette de la section supérieure évasée avec les lignes parallèles du rebord du support ont été soigneusement travaillés dans le froid. La moulure inférieure de la partie supérieure servait de renfort et, pour masquer la jonction, elle reposait sur la partie inférieure dans laquelle son prolongement, un court segment tubulaire, était inséré.

Le tamis, également composé de deux parties, comportait un renfoncement à l'embouchure du cratère. Il a été réalisé par martelage et recuit de deux tôles rondes préalablement coulées. La partie de la crépine a été martelée en une forme de bossage de bouclier, soudée par fusion à la section en forme de plaque dont le centre a été découpé avec le bord martelé et replié pour s'adapter. Toutes les traces de la jointure à l'extérieur ont été soigneusement éliminées. La passoire est percée de trous formant un dessin élaboré : deux paires de lignes concentriques séparées par des sections en quart de lune délimitées par des trous, la partie la plus interne des sections en quart de lune allant dans une direction opposée avec, au centre, une forme d'étoile à six branches.

Les poignées et le pied attachés au cratère par soudure tendre (étain ou plomb) et les deux parties du support, bien qu'un ajustement très serré, renforcé avec le même.

Etat : la patine de l'ensemble d'un vert bleuté avec des nuances vert sable plus pâle et jaunâtre ici et là.

La carrosserie avec des pièces manquantes et des morceaux cassés a été restaurée sans aucun ajout. Il manque deux petites poignées anciennement soudées sur le bord supérieur du tamis à l'emplacement des découpes pour accueillir les poignées du cratère. Manque également la palmette [2] avec une feuille centrale qui a été soudée à l'extérieur des anses entre les volutes, sur et juste au-dessus de l'arc qui se termine par deux têtes de cygnes [3]. La partie inférieure du repose-pieds est un remplacement moderne jusqu'à l'anneau de pied [4].

Les cratères en volute sont difficiles à dater et défient toute attribution à une école donnée. Le plus grand spécialiste, Claude Rolley [5], résume bien le problème comme suit : il pense que la prépondérance de la production est incontestablement [6] Ouest grec, que les artisans ont probablement voyagé de la Magna Graecia à la Macédoine, que la direction du commerce de la la fin de la période archaïque était entre l'ouest et la Grèce du Nord, pour être plus précis, entre la Campanie et les Pouilles non grecques avec l'Épire et la Macédoine. Rolley pointe judicieusement la difficulté de datation et considère qu'il faut renoncer à deviner si les cratères à volutes Vaste, Agrigente et Derveni ont été rapportés de l'ouest ou de l'est. Pour l'exemple de Vaste il ne trouve ni là ni dans les tombes indigènes de Messapia aucun antécédent et considère que les comparaisons habituelles se font sur un itinéraire Sala Consilina-non grec Pouilles et Grèce du Nord. Des faits historiques confirmeraient cette appréciation. Il estime que, par comparaison avec le célèbre cratère à volutes à figures rouges des Pouilles de Ruvo représentant Oreste dans le temple de Delphes [7], la production était centrée dans les Pouilles, comme pour le Boston et l'Herculanum du IVe siècle av. exemples de bronze classiques qui sont peut-être, dit-il, Tarentine.

En ce qui concerne la datation [8] il faut être extrêmement prudent car Rolley a l'impression qu'il y a eu des ateliers de vases en bronze qui ont longtemps été très conservateurs. On le voit par exemple avec le cratère à volutes d'Agrigente enterré à la fin du Ve siècle av. qui est identique à celui de Derveni, fabriqué, dit-il, en Macédoine dans la seconde moitié du IVe siècle, conformément à l'homogénéité des vases de Derveni.

Le premier exemple en bronze appartient à la fin du Ve siècle av. et a été trouvé dans une tombe à Agrigente [9] datée par la poterie le parallèle le plus proche, bien qu'il manque l'écoulement et la délicatesse de notre exemple, est le plus grand cratère à Boston [10] de Vaste avec une certaine lourdeur sud-italienne. Il se distingue par des détails mineurs par ses cannelures à l'extérieur de l'embouchure de la vasque et sur le pédalier, une légère différence avec les volutes inférieures des anses, avec son arête circulaire autour du pied du socle et son col moins galbé et corps légèrement plus arrondi.

Malheureusement, il n'y a aucune indication précise sur la date ou le contexte de la découverte de l'exemple de Boston, et bien que deux oinochoai [11] de la même collection aient été trouvés avec lui, rien n'indique qu'ils proviennent de la même tombe [12]. Il est à noter, cependant, que l'un de ces oinochoai avec l'extrémité inférieure de la poignée se terminant par une sirène a été attribué par Neugebauer à l'Italie du Sud, peut-être Tarente, et identifié comme corinthien par Payne [13].

D'autres comparaisons sont le vase d'Agrigente à dater de la seconde moitié du Ve siècle av. de provenance inconnue, avec des poignées similaires mais le corps considérablement restauré et le cratère Derveni avec un bord perlé comme cet exemple, mais avec un pied cannelé, daté par le contexte de la tombe du dernier quart du 4ème siècle avant JC même si nous pensons que cela pourrait être un peu plus tôt.

Sans vouloir contredire Rolley, et en accord avec la plupart de ses appréciations, nous voudrions signaler ce qui suit : il existe au Musée national de Naples [15] un cratère attique à volutes à figures rouges daté de 475-450 av. par le peintre Niobid représentant les Grecs combattant les Amazones, trouvé à Ruvo, dans les Pouilles. Ne serait-ce pas le prototype du cratère à volutes en terre cuite d'Oreste daté de la première moitié du IVe siècle av.

Les cratères attiques à volutes à figures rouges avaient manifestement des prototypes en bronze, car entre autres les anses sont fragiles et leur mode de fixation à l'épaule propice au bronze, ainsi, bien que l'auteur ne connaisse aucun exemple ancien survivant, le prototype est sûrement grec continental , éventuellement Grenier.

Cependant, au Ve siècle av. Corinthe éclipsée par Athènes aurait été susceptible d'imiter la production des dernières années comme les potiers géométriques avaient l'habitude de le faire dans les temps anciens. Compte tenu de l'artisanat prestigieux de Corinthe dans les récipients en métal au 4ème siècle avant JC, ils ont sûrement produit sur commande pour la nouvelle cour macédonienne puissante et certains de leurs artisans ont dû travailler sur place. Nous pensons qu'il est plus que probable que le cratère en volute de Derveni et d'autres vaisseaux de Derveni aient pu être produits par des artisans corinthiens. Le raffinement du présent exemplaire, certains détails uniques - comme la manière dont les palmettes ont été réalisées séparément et soudées, ainsi que les petites poignées désormais absentes du tamis - et la couleur de la patine qui tendrait à confirmer la provenance alléguée, pourrait indiquer une fabrication corinthienne.

1 Toutes les pièces moulées réalisées par le procédé à la cire perdue.

2 Comme l'indiquent les traces de soudure, le contour incisé du battant central et une rainure de part et d'autre de l'extrémité de la moulure sur la partie intérieure inférieure des volutes.

3 Habituellement ainsi appelée, bien qu'interprétée comme des oies sur le cratère de Derveni : La civilisation grecque. Macédoine, royaume d'Alexandre le Grand (Athènes, 1993), no. 260, p. 223 (Vokotopoulou, J., Koukouli-Chryssanthaki, C.), et comme canards pour le cratère du sud de l'Italie : bronzes grecs, étrusques et romains au Museum of Fine Arts de Boston (Boston, 1971), no. 441, pp. 315-316 (Comstock, M., Vermeule, C.).

4 Étant donné que l'original qui est conservé s'en était fissuré, présentait une fissure ou deux et était déformé, il aurait été impossible de le remettre en forme et de le réparer sans endommager la surface et la patine du métal.

5 Nous remercions Claude Rolley de nous avoir transmis le texte de son intervention à Nimègue : "Datations impossibles : à propos de quelques cratères de bronze" (International Bronze

6 Et mentionne un fragment avec un bec de cygne légèrement différent mais trouvé sur le territoire de Sybaris et précise qu'il doit être daté d'avant 510 av.

7 Naples, National Museum 2081 : Bassi, D. et al. : Musée National de Naples (Naples, s.d.), no. 1426, p. 276.

8 Il semblerait que la production de cratères à volutes à l'époque classique s'étend sur tout un siècle, couvrant le dernier quart du Ve jusqu'au troisième quart du IVe, et qu'ils aient été produits en quantité considérable en Magna Graecia.
J. Vokotopoulou (The Kalyx Krater of Sevaste in Pieria, in: Worthington, I. (ed.): Ventures into Greek History <Oxford, 1994>) mentionne 4 cratères à volutes (pp. 199-200), suggérant que les exemples de Boston et de Naples sont les précurseurs de l'hypokreterion Sevaste et ajoutant qu'ils doivent dater de la fin du 5ème siècle avant JC

9 Agrigente, Museum AG 20733 : Veder Greco : Le Necropoli di Agrigento (Rome, 1988), pp. 244-245, 264-267.


Cratère de poterie grecque antique de colonnes. Peintre d'Héphaïstos. Le retour d'Héphaïstos à l'Olympe avec Dionysos. 49 cm de haut.

Cratère de colonnes avec le retour d'Héphaïstos à l'Olympe accompagné de Dionysos
CULTURE : Grecque, Attique
PÉRIODE : c. 425 - 430 avant JC
AUTEUR : Attribué au Peintre d'Héphaïstos
MATÉRIEL : Poterie
DIMENSIONS : Hauteur 49 cm Diamètre 38 cm

PROVENANCE : Collection particulière M. C., France. Acquis par la progéniture du frère de sa mère, recueilli entre 1930 et 1960.

ÉTAT : Réassemblé à partir de ses fragments d'origine sans pièces manquantes ni repeinture.

DOCUMENTS : - Avec test de thermoluminescence.

Vase-peintre athénien à figures rouges dont le nom est inconnu. Néanmoins, des caractéristiques individuelles cohérentes du style suggèrent l'existence d'une personnalité artistique unique. Beazley l'a appelé le peintre d'Héphaïstos, le nommant d'après une image du retour d'Héphaïstos sur un cratère à Naples. Il était l'un des derniers maniéristes et spécialisé dans la décoration de grands pots, principalement des cratères. Un grand nombre de vases ont été attribués à sa main sur la base du style.

Le cratère est un type de poterie grecque utilisée pour mélanger l'eau et le vin et à partir de laquelle des coupes étaient remplies. Il a été déplacé dans l'espace où un repas devait être mangé et a été placé soit sur le sol ou sur une estrade et l'intendant chargé de tirer le vin a utilisé une louche pour le verser dans les tasses des invités. Les cratères étaient principalement en céramique, mais certains étaient fabriqués à partir de métaux précieux et étaient fabriqués dans une variété de formes selon le goût de l'artiste, bien qu'ils aient toujours une large bouche. Les plus répandus sont les cratères à colonnes, à calices, à cloches et à volutes.

La poterie à figures rouges était l'un des styles figuratifs les plus importants de la production grecque. Il s'est développé en Grèce vers l'an 530 avant JC et a été utilisé jusqu'au 3ème siècle avant JC. Il a remplacé le style précédemment dominant de la poterie à figures noires en quelques décennies. La base technique était la même dans les deux cas, mais dans les pièces à figures rouges, la couleur était inversée, de sorte que les figures se détachaient sur un fond sombre comme si elles étaient éclairées par un éclairage théâtral, suivant un schéma plus naturel. Les peintres qui travaillaient avec des figures noires étaient obligés de garder les motifs clairement séparés les uns des autres et de limiter la complexité de l'illustration. En revanche, la technique des figures rouges permettait une plus grande liberté. Chaque figure se découpait sur un fond sombre permettant aux peintres de rendre les détails anatomiques avec plus d'exactitude et de variété.

La technique consistait à peindre des motifs sur une pièce encore humide, à l'aide d'une engobe transparente brillante qui, à la cuisson, prenait une coloration noire intense. Les motifs étaient donc invisibles avant la cuisson et les peintres devaient donc travailler entièrement de mémoire sans voir au préalable le résultat de leur travail. Une fois la pièce cuite, les zones non recouvertes par la barbotine conservent le ton rougeâtre de l'argile, tandis que celles qui ont été « peintes » avec la barbotine prennent une coloration noire dense et brillante.

Peintre d'Héphaïstos :
- Cratère de colonnes, Hephaistos Pinter. Musée anglais. Angleterre. Numéro d'article 1772 0320,36.
- Vase numéro 214729 édité et catalogue pour J. D. Beazley.

Mythe:
- Skyphos du Peintre de Kléophon. Musée d'Art de Tolède. ETATS-UNIS. Numéro d'article 1982.88.

- BOARDMAN, John. Vases athéniens à figures rouges. Thames et Hudson World of Art. 2003.

Le vendeur garantit qu'il a acquis cette pièce conformément à toutes les lois nationales et internationales relatives à la propriété des biens culturels. Déclaration de provenance vue par Catawiki.

Le vendeur veillera à ce que tous les permis nécessaires, comme une licence d'exportation, soient mis en place, il informera l'acheteur de son statut si cela prend plus de quelques jours.


Voir la vidéo: NAACHTUN, À LA DÉCOUVERTE DUNE CITÉ MAYA (Décembre 2021).