Podcasts sur l'histoire

Piscine taillée dans la roche, rocher de Sigiriya

Piscine taillée dans la roche, rocher de Sigiriya

Piscine taillée dans la roche, rocher de Sigiriya

Ici, nous voyons une piscine ou une citerne taillée dans la roche au sommet du rocher de Sigiriya, une impressionnante forteresse du Ve siècle construite au sommet d'un rocher isolé dans le centre du Sri Lanka.

Un grand merci à Ken Creed pour nous avoir envoyé ces photos, qui ont été prises par l'oncle de sa femme Terry Ruff pendant son temps avec le No.357 Squadron, une unité d'opérations spéciales qui opérait au-dessus de la Birmanie, de la Malaisie et de Sumatra.


Sri Lanka : Sigiriya a été construite par des Afro-Egyptiens - Nouveau Documentaire

Un nouveau documentaire dont la version anglaise a été publiée il y a quelques jours affirmait que les Afro-égyptiens d'Égypte étaient à l'origine de la construction massive sur le rocher de Sigiriya il y a des milliers d'années.

Sigiriya peut être décrite comme l'une des mesures prises par les Afro-Égyptiens qui ont conçu et fabriqué les grandes pyramides d'Égypte pour diffuser leur technologie dans le monde entier. Après avoir créé les pyramides, ils ont voyagé à travers le monde et partagé leur technologie avec différents pays.

Sigiriya, l'une des attractions les plus touristiques du Sri Lanka, est une ancienne forteresse rocheuse située dans le nord du district de Matale, près de la ville de Dambulla, dans la province centrale de la nation insulaire. Le nom fait référence à un site d'importance historique et archéologique dominé par une énorme colonne rocheuse de près de 200 mètres (660 pieds) de haut.

D'après le documentaire de trois heures et demie réalisé par Fehmi Krasniqi, “l'extraordinaire Sigiriya, il n'y a pas d'escalier original depuis le sol pour y accéder. Le premier escalier métallique a été installé en 1900 et il n'est pas monté jusqu'au bout. Comment les ouvriers y sont-ils arrivés ? Et comment ont-ils pu transporter le matériel et la nourriture ? Comment ces encoches ont-elles été faites sur la paroi de la falaise de granit ? D'énormes rochers placés tout autour et ont les marques d'outils les plus bizarres, qui ne peuvent pas être expliquées. Par exemple, regardez ces rochers. Il a littéralement des centaines de petits cubes découpés. Et sur le dessus, nous avons même une découpe de cube plus grande car ceux que quelqu'un voulait s'asseoir là. Ce n'est pas qu'une théorie. Nous avons en fait des preuves sous nos yeux.”

“Regardez ici. Nous ne voyons pas de marques de burin individuelles. Nous voyons de longues marques d'outils d'enroulement ressemblant à des serpents qui se poursuivent. Ces marques d'outils nous rappellent de ramasser de la crème glacée dans un récipient. Les anciens constructeurs ont dû utiliser une technologie similaire pour extraire du granit comme de la crème glacée. Comment ont été transportées 3 millions de briques d'argile rouge ? “

“A Sigiriya, la roche a été taillée sur le côté pour lui donner la forme que l'on voit aujourd'hui. Au sommet du rocher, il y avait une pyramide à degrés construite avec des briques de grès rouge. Une piscine en granit a été construite, avec un trône pour contempler le paysage unique. Les jardins ont été construits avec le mètre, le triangle sacré et le rectangle d'or. L'ensemble du site est orienté de la même manière qu'à Tikal, (au Guatemala).”

Cependant, l'ancienne chronique sri-lankaise du Culavamsa, ce site a été choisi par le roi Kashyapa (477 – 495 CE) pour sa nouvelle capitale. Il a construit son palais au sommet de ce rocher et a décoré ses côtés de fresques colorées.

Mais ce nouveau documentaire essaie scientifiquement de prouver la véritable image de l'histoire qui n'est malheureusement enseignée dans aucune école ou université.

« La vérité est que cette civilisation mystérieuse et très développée était l'Égypte. S'il est une vérité obscurcie, c'est que cette Egypte était nègre. Ils ont découvert l'énergie solaire. Sans l'énergie solaire, il n'y aurait pas eu de grande pyramide », raconte le documentaire.

Les Afro-Égyptiens ont découvert que la Terre était ronde et ils ont été les premiers à l'avoir voyagée et explorée de haut en bas. Chaque fois qu'une civilisation a été mise en contact avec l'Egypte, des temples ont surgi, et cette civilisation a été propulsée vers l'avant. Un mythe est né : celui de la pierre taillée. L'humanité a été construite avec toutes les formes de béton et non avec de la pierre de taille. L'histoire ancienne de l'Égypte, de l'Afrique, de l'Asie et de l'Amérique doit être entièrement réécrite.”

“Ils sont en Egypte. Avec la chimie et la physique, les mathématiques et la géométrie en tandem, l'Egypte noire nous a permis de construire des temples, des rues, des maisons, des stades de sport, assez pour construire l'humanité. Ils ont posé les piliers de la science, le premier alphabet, l'art, la philosophie, la médecine et les religions. Ils sont à l'origine des cultures du monde.”

« Ils ont créé les cultures du monde. C'est le plus grand mystère de l'humanité !! Partout où ils se sont installés, ils ont construit un temple et plus tard une ville est née. Posons la bonne question.”

« Faut-il mettre un terme au mystère des pyramides entretenu par certains égyptologues ? L'Egypte a une tâche importante, celle de préserver le berceau de l'humanité. Il est du devoir de tous les pays d'aider car si vous n'avez pas de passé, vous n'aurez pas d'avenir.”

“Imhotep était le plus grand scientifique de l'humanité, et les nègres d'Afrique ont donné leurs connaissances, la chimie, l'architecture, la géométrie, les mathématiques, à tous les autres peuples. Et en retour, qu'ont-ils reçu en récompense ? Des siècles d'esclavage, de souffrance, de misère, de massacres et ça n'en finit pas !! Le pillage et l'insulte à l'Afrique continuent aujourd'hui. Et si nous partagions enfin tous nos richesses ? Il est temps que l'humanité mûrisse.”


Passé légendaire de Sigiriya

Selon les recherches du Dr Mirando Obesekara, il identifie le Sigiriya comme un tournant historique de Ravana. Avant 50 siècles, Sigiriya s'appelait Alakamandawa (Akasa Maligawa).

L'ancienne épopée indienne "Ramayanaya" décrit que le frère de Rawana (Kuwera/Waisrwana) est le propriétaire de l'Alakamandawa (Sigiriya).

Selon le livre de feuilles de palmier Ravana watha, Mayadanawa est l'architecture de la Sigiriya.

Il a construit le Sigiriya selon les instructions données par Vessamuni / Wishrawa Muni (Père de Ravana).

Enfin, le palais a été dédié au frère roi de Ravana, Kuwera (Waihrawana).

Ensuite, le Ravana a banni le Kuwera et a obtenu le Sigiriya sous son contrôle.


Fresques de Sigiriya, histoire, mur miroir, technologie de l'eau, photos avec description en cinghalais

La forteresse de Sigiriya Rock du Sri Lanka est considérée par la population locale comme la 8ème merveille du monde, rétroflexe de l'urbanisme antique, de la technologie hydraulique, de la défense, des arts, de l'aménagement paysager des jardins et de l'ingénierie vers le 5ème siècle après JC. Appelé aussi « Rocher du Lion », il atteint une hauteur de 200 mètres par rapport au paysage environnant. Sigiriya est situé dans le quartier de Matale près de Dambulla. On peut y accéder le long de l'autoroute Colombo-Habarana en tournant vers l'est depuis Inamaluwa. En procédant à environ 10 km d'Inamaluwa et en passant le canton de Kimbissa, on arrive à Sigiriya.

L'histoire de Sigiriya est bien racontée et avant que Sigiriya ne devienne un royaume, la base de Sigiriya Rock et des lieux tels que Pidurangala qui étaient dotés de nombreuses grottes et d'un temple avaient été habités par des moines bouddhistes à partir du 3ème siècle avant JC environ. Il est également constaté que ces zones avaient été habitées par des personnes avant le règne du roi Kassapa. De nombreuses grottes ont des inscriptions Brahmi datant du 3ème siècle avant JC au 1er siècle après JC.

Après le roi Mahanama qui a régné sur Anuradhapura de 410 à 432 après JC, un prince nommé Dhatusena est devenu le roi d'Anuradhapura en 459 après JC, battant l'envahisseur indien « Pandu ». Le roi Dhatusena était le souverain qui a construit Kala Wewa ou le réservoir de Kala Wewa, en construisant un barrage sur Kala Oya, qui est un petit type de rivière. Le Yoda Ela, construit par l'homme, long de 54 miles, qui prend l'eau de Kala Wewa à Tissa Wewa est considéré comme une merveille d'ingénierie d'irrigation, même de nos jours. Il a une pente de 6 pouces par mile le long des 17 premiers miles, ce qui signifie que le niveau différent est d'un peu plus de 8 pieds même après les 17 premiers miles le long du canal. Le haut niveau de connaissance de la technologie de l'eau pendant cette période peut être évalué à partir des travaux de construction qui restent encore en état de fonctionnement. Pendant le règne de ce roi, la célèbre statue en relief du Bouddha Aukana a été construite à partir d'un rocher de 42 pieds de haut représentant l'art et l'artisanat de la sculpture sur pierre.

Il avait deux fils de deux de ses reines. Mugalan [également appelé Moggallana] de la reine principale et Kassapa [également appelé Kashyapa] d'une reine compagne. Le prince Kashyapa, avec l'aide du général de l'armée du roi Dhatusena, nommé Migara, fit tuer son père et devint roi. Le prince Mugalan, craignant pour sa vie, s'est enfui en Inde. Les Bhikkus bouddhistes et le peuple étaient contre sa conduite et favorisaient Price Mugalan pour le gouvernement. Craignant que Mugalan ne vienne avec une armée indienne pour le venger plus tard, le roi Kashyapa a décidé de faire de Sigiriya son royaume. Au cours de son règne de dix-huit ans, de 477 à 495 après JC, le royaume de Sigiriya a été créé. On pense qu'il a cherché refuge dans le rocher de Sigiriya pour sa sécurité, craignant pour sa vie.

Après 18 ans, le prince Mugalan est venu avec une armée indienne pour combattre le roi Kassapa. Au cours de la bataille, Kashyapa s'est suicidé et Mugalan est devenu le roi. Il retourna à Anuradhapura et dirigea le pays à partir de là et rendit Sigiriya aux prêtres bouddhistes. Sigiriya en tant que royaume a été abandonné vers 1150 après JC et a été presque oublié pendant les sept siècles suivants. Bien que le roi Kashyapa ne soit pas considéré en haute estime dans l'histoire du Sri Lanka en raison de sa conduite douteuse, il est considéré comme le souverain doté d'une imagination inégalée mise en réalité pour créer une merveille de style sri-lankais d'art de haut calibre et de compétences en construction technique qui pourraient même défier les autres structures du monde à cette époque, ce qui est vraiment incroyable même au 21e siècle avec tout ce qui reste comme ruines du royaume de Sigiriya, considérant ainsi Sigiriya comme la huitième merveille du monde.

Art et ingénierie de Sigiriya

La forteresse rocheuse de Sigiriya elle-même a son identité unique en raison de sa forme que l'on ne trouve nulle part ailleurs sur l'île et peut être reconnue à des kilomètres de distance.

Sigiriya a été redécouverte sous le règne des Britanniques, par le major H. Forbes en 1831. L'ascension du sommet de Sigiriya a été réalisée par A.H.Adams et J.Bailey en 1853.

La forteresse du rocher de Sigiriya étant la forteresse de la citadelle, elle avait été bien conçue pour ses défenses en faisant construire des remparts et des douves autour d'elle. Il existe plusieurs approches du centre-ville et la plus importante est l'entrée ouest. Depuis le sommet du rocher, les zones terrestres jusqu'à des distances de dizaines de kilomètres peuvent être observées, ce qui rend difficile pour l'ennemi de lancer une attaque surprise contre le royaume.

Le roi Kassapa avait transformé sa forteresse en merveille écologique en faisant construire des jardins d'agrément royaux, des jardins d'eau, des jardins de fontaine et des jardins de Boulder à l'intérieur du centre-ville ainsi que dans les locaux du palais au sommet du rocher. L'emploi de la technologie de l'eau a été formidable car il y a des fontaines d'eau artificielles et qui fonctionnent toujours. Il y a aussi des étangs au sommet rocheux considérés comme étant remplis d'eau d'une altitude inférieure.

Les plus célèbres sont les fresques de Sigiriya des demoiselles de Sigiri appelées localement «Sigiri Apsaras» peintes sur une cavité de la paroi rocheuse occidentale à environ 100 mètres de haut de la base rocheuse. Il reste maintenant environ 21 peintures de fresques de Sigiriya, mais il y avait eu environ cinq cents peintures à l'époque du roi Kassapa le long de plusieurs autres endroits de la même paroi rocheuse occidentale.


Cliquez sur les photos miniatures pour voir l'image en taille réelle s des fresques de Sigiri réalisées sur la cavité rocheuse.

Une autre construction intéressante de la forteresse rocheuse de Sigiriya est le mur miroir de Sigiriya, qui est recouvert de graffitis constitués de poèmes cinghalais du VIIe au Xe siècle après JC. Celles-ci ont été écrites par les personnes qui sont venues voir Sigiriya pendant ces longues années. Ceux-ci sont appelés « Sigiri kurutu gee » par la population locale. En longeant le chemin du mur miroir, on trouve la terrasse ou la plate-forme Lion Paw. Il ne reste plus que deux énormes pattes de lion, mais auparavant, il y avait eu une énorme figure ou statue de lion à l'entrée. Par l'escalier de la patte de lion, on accède au sommet en empruntant l'escalier de fer construit sur la paroi rocheuse. Au sommet se trouvent les vestiges des fondations du bâtiment du Palais et quelques étangs sur une superficie d'environ 3 hectares de sommet rocheux. Le plus grand étang a été créé en découpant la roche et on suppose qu'en utilisant la grande force du vent se produisant au sommet, l'eau a été amenée pour remplir ce réservoir par un système hydraulique utilisant l'énergie éolienne du niveau du sol. C'est l'un des meilleurs exemples de technologie de l'eau resté à l'époque, en plus des exploits d'irrigation par l'eau avec la construction d'énormes réservoirs et canaux artificiels pour prendre l'eau à plusieurs kilomètres de distance.

Pour le lecteur, il existe des centaines d'images intéressantes de la forteresse de Sigiriya avec une description incluse dans cette page Web. Grâce aux informations sur Sigiriya apparaissant sur cette page Web, un essai peut être facilement créé.

Monter au rocher de Sigiriya depuis le parking

Lors de la visite de la forteresse rocheuse de Sigiriya, le parc de véhicules principal pour les visiteurs se trouve dans la nouvelle ville de Sigiriya et après avoir acheté le billet, il faut marcher à pied jusqu'à la forteresse rocheuse de Sigiriya par le chemin bordé d'arbres sur environ un kilomètre. En passant les douves extérieures et le rempart on arrive au Yan Oya. En le passant, il y a le musée archéologique sur le côté droit. Il y a un deuxième fossé qui doit être traversé par le pont érigé là pour se diriger vers le rocher de Sigiriya. Les douves étaient autrefois utilisées comme méthode défensive pour protéger les citadelles de l'ennemi.

Cliquez sur les photos miniatures pour voir l'image en taille réelle et la description de la photo.


Contenu

Temples rupestres Modifier

Les premières preuves de temples rupestres rudimentaires se trouvent à Mihintale, une caractéristique unique de ces grottes était l'utilisation d'un rebord anti-goutte (kataraya) sculpté le long du bord supérieur du plafond rocheux qui empêchait l'eau de pluie de s'écouler dans la grotte. Avec le temps, des portes, des fenêtres et des murs de brique ou de pierre ont été ajoutés. [2] Le toit et les murs étaient enduits de blanc et finis avec des peintures décoratives, celles-ci sont évidentes dans les temples rupestres de Dambulla. [3]

Les complexes rupestres de Dambulla, Situlpahuwa, Mulkirigala sont d'importants temples rupestres qui témoignent des développements architecturaux rudimentaires de l'île. Le temple de la grotte Kaludiya Pokuna, Mihintale a été construit avec des murs de briques, des ouvertures de fenêtres en granit et des plafonds. Le Gal vihara, Polonnaruwa et les temples rupestres de Dambulla ont été initialement construits comme des temples rupestres, plus tard les temples rupestres ont été convertis en maisons d'images.

Dagobas ou stupas Modifier

Les dagobas ou stupas du Sri Lanka sont importants pour le développement architectural et technique de l'île, les stupas conçus et construits au Sri Lanka sont les plus grandes structures en briques connues dans le monde pré-moderne. [4] [5] Demala Maha Seya, qui n'a jamais été achevé, avait une circonférence de 2 011 pieds (613 m), Jetavanaramaya au moment de son achèvement était le plus grand stupa construit dans n'importe quelle partie du monde à 122 m de hauteur. Jetavanaramaya était également le troisième plus haut bâtiment du monde antique, [4] Abhayagiri Dagaba (370 pi) et Ruwanwelisaya (300 pi) étaient également des constructions importantes du monde antique.

La construction de stupas était considérée comme des actes de grand mérite, le but des stupas était principalement de conserver les reliques de Bouddha. Les spécifications de conception sont cohérentes dans la plupart des stupas, les entrées des stupas sont disposées de manière à ce que leurs lignes centrales pointent vers les chambres des reliques. La conception du stupa est admirée pour sa perfection structurelle et sa stabilité, des stupas tels que Jetavanarama, Abhayagiri et Mirisaveti Stupa avaient la forme d'un tas de riz. D'autres formes telles que la bulle (Ruwanweli), le pot et la cloche se sont développées plus tard, il est suggéré que le stupa de Nadigamvila avait la forme d'un oignon. [2]

Un ornementé vahalkada a été ajouté à la conception du stupa vers le 2ème siècle, le plus ancien est à Chaitya. Les quatre vahalkadas font face aux points cardinaux, ornés de figures d'animaux, de fleurs, de cygnes et de nains. Les piliers de chaque côté du vahalkada portent des figures de lions, d'éléphants, de chevaux ou de taureaux, selon la direction de la structure. [2]

Les stupas étaient recouverts d'un enduit de plâtre à la chaux, les combinaisons de plâtre ont changé avec les exigences de la conception, les éléments utilisés comprenaient de la chaux, de l'argile, du sable, des cailloux, des coquillages broyés, du sirop de sucre, du blanc d'œuf, de l'eau de coco, de la résine végétale, de l'huile siccative , colles et salive de fourmis blanches. [2] Le plâtre fin de Kiri Vehera utilisait de petits cailloux, des coquillages broyés mélangés à de la chaux et du sable étaient utilisés dans les stupas du Ve au XIIe siècle.

Vatadage Modifier

Le vatadage est considéré comme l'une des créations architecturales les plus prolifiques de l'ancien Sri Lanka. Cette conception représentait une perspective changeante de la conception du stupa de manière indépendante au sein de l'île. [6] Les premiers vatadages provinciaux ont eu la forme d'un carré [6] plus tard, il s'est développé en une forme circulaire enfermant le dagoba. [2] Les vatadages de Polonnaruwa, Medirigiriya et Tiriyaya ont toujours leurs cercles de piliers minces et gracieux. Le toit du vatadage était d'une conception sophistiquée unique à l'ancien Sri Lanka, il s'agit d'un toit conique à trois niveaux, d'une hauteur de 12 à 15 m, sans poteau central, et soutenu par des piliers de hauteur décroissante. Le poids était pris en charge par une poutre annulaire soutenue sur la rangée intérieure de colonnes de pierre, les chevrons rayonnants se réunissaient dans une conception en forme de roue de charrette. [2] Les qualités ornementales du vatadage de Polonnaruwa sont très appréciées et les érudits soutiennent que le vatadage de Polonnaruwa représente la meilleure œuvre architecturale de la période de Polonnaruwa. [6]

Maisons de méditation Modifier

Les maisons de méditation trouvées dans les monastères forestiers de Ritigala et d'Arankele sont uniques au Sri Lanka. Chaque maison se compose de deux plates-formes surélevées, reliées entre elles par un pont de pierre monolithique. La plate-forme extérieure est ouverte sur le ciel, plus grande et plus haute que la plate-forme intérieure. Ces maisons de méditation ont atteint un très haut degré de perfection dans leur architecture, la conception combinait des formes carrées et rectangulaires tout en conservant la symétrie, indiquant la connaissance sophistiquée de la géométrie des architectes. La maçonnerie en pierre est également d'un très haut niveau. Les sous-sols de ces bâtiments étaient construits en blocs de pierre monumentaux, taillés à différentes tailles, soigneusement dressés et très finement emboîtés. Le pont reliant les deux plates-formes était formé d'une seule dalle de pierre. Certaines de ces dalles mesuraient 15 pieds (5 m) sur 13 pieds (4 m). Les côtés ont été découpés avec précision là où les joints entre la dalle et la moulure de pierre des plates-formes sont à peine perceptibles.

Sanctuaire au toit voûté Modifier

Le sanctuaire en brique avec toit voûté, comme on le voit à Thuparama, Lankatilaka et Tivanka Pilimage, est également considéré comme unique au Sri Lanka. Le Thuparama est aujourd'hui presque intact et donne une idée de la manière dont le toit voûté a été réalisé. Les principes de la véritable arche étaient connus des anciens Sri Lankais, mais l'arche horizontale était considérée comme une méthode de construction plus sûre.

Les neuf étages Lovamahapaya (3ème siècle avant notre ère) aurait été un bâtiment élégant. Il avait une charpente apparente en bois soutenue par des piliers en pierre. Il était enduit de blanc, avec des tuiles de cuivre brillantes et un pinacle à son sommet. Il y avait des paratonnerres ou chumbakam en ambre et tourmaline. Ses chevrons étaient en palmier talipot. Il s'élevait à une hauteur de 162 pieds (49 m) et avait environ 179 316 pieds carrés (16 659 m 2 ) d'espace au sol. Il pouvait accueillir 9000 moines. Roland Silva a fait remarquer en 1984 qu'un espace au sol aussi vaste étonnerait les concepteurs du Sri Lanka "même aujourd'hui". L'élément dominant de ces bâtiments était le toit de tuiles soutenu par des poutres en bois et des chevrons. Les toits étaient en tuiles, dès le IIIe siècle avant notre ère, avec des tuiles rouges, blanches, jaunes, turquoises et brunes. Il y avait aussi des tuiles en bronze.

Cinq résidences royales ont été identifiées. Il s'agit du palais de Vijayabahu dans le centre-ville d'Anuradhapura, des palais de Nissanka Malla et Parakramabahu à Polonnaruwa, du palais de Sugala à Galabadda dans la province d'Uva et du palais de Parakramabahu à Panduwasnuwara près de Hettipola, lorsqu'il régnait sur Malaya rata.

Plan au sol Tous les palais avaient le même plan au sol. Chacune était située dans une zone rectangulaire entourée de galeries avec une entrée à l'est. Une cour spacieuse devant servait de salle de réception, où il n'était pas permis de s'asseoir. Une volée de marches menait à un bâtiment central où se trouvait une imposante salle à piliers surmontée d'une estrade. Autour du complexe royal se trouvaient plus de cinquante petites cellules, sur deux ou trois rangées. La salle du palais de Nissanka Malla mesurait 133 pieds (41 m) sur 63 pieds (19 m). Les sols de l'étage supérieur du palais de Parakramabahu étaient en béton. Le palais [Panduwasnuwara] avait une bonne ventilation et il y avait des fosses de trempage pour le drainage.

Palais du Rocher Modifier

Il y avait aussi un palais au sommet du rocher de Sigiriya. Les contours, la disposition et plusieurs caractéristiques détaillées de ce Sky Palace sont encore visibles. Il y avait un palais supérieur parallèle au palais inférieur, mais à une altitude beaucoup plus élevée. Il y avait une galerie d'observation. La demeure royale la plus intérieure, qui était à l'origine une structure à étages, offrait une magnifique vue à 360 degrés sur les jardins de la ville et la campagne en contrebas. Il y avait une série de cours, de chambres et de terrasses successives reliées par des escaliers et des voies pavées.

Kuttam Pokuna à Anuradhapura fournit l'un des meilleurs exemples de la construction d'un bain royal. Une volée de longues marches étroites menait à un étang de forme oblongue doté de passerelles graduées. L'eau était conduite par des canalisations souterraines du canal voisin et conduite dans le bain par deux gargouilles makara. Une écluse en pierre servait de vanne d'arrêt d'eau et de sortie pour les eaux usées. Il y a aussi un vestiaire maintenant en ruine. D'autres magnifiques conceptions de piscines à l'époque d'Anuradhapura, telles que "Twin Ponds" Kuttam Pokuna, "lotus Pond" Nelum pokuna, "hot water pond" Janthagara Pokona, ath Pokuna construit pour le stockage de l'eau et "black water pool" Kaludiya Pokuna sont importantes. Il existe également une série importante d'étangs et de piscines contenant des fontaines d'eau à la citadelle de Sigiriya, qui émerveille l'ingénierie hydraulique de l'ancien Sri Lanka.

Polonnaruwa possède également les vestiges de deux magnifiques salles d'audience. Ce sont les salles d'audience publiques de Parakramabahu et la salle du conseil de Nissanka Malla. La salle du conseil de Parakramabahu était une structure oblongue à trois niveaux construite sur une large terrasse, face au nord, et se composait d'une entrée munie de deux volées de marches, avec une passerelle entre les deux au niveau du sol. Les piliers des salles du conseil à Polonnaruwa sont carrés en bas, octogonaux au milieu et à nouveau carrés en haut.

Une certaine idée de l'architecture hospitalière peut être déduite des hôpitaux monastiques de Mihintale et Polonnaruwa. Ce plan d'hôpital est visible au Musée national de Colombo. Il y avait une cour intérieure et extérieure et la cour intérieure rectangulaire avait une série de cellules, de toilettes et de bains, avec une sortie à une extrémité. Une cellule avait un bain médicinal. Alahena avait de longs dortoirs au lieu de cellules. La cour extérieure abritait un réfectoire, un bain d'eau chaude, des réserves et un dispensaire. Un mur a bouclé les hôpitaux. La disposition de deux cours ouvertes en plus des fenêtres a assuré une ventilation maximale et une libre circulation de l'air à l'intérieur du bâtiment lui-même.

Une maison datée de 450 avant notre ère, construite en warichchi (cacacia et torchis) a été découverte près de Kirindi oya. Un autre a été trouvé à Adalla, Wirawila et à Valagampattu, des preuves ont été découvertes de maisons datant de 50 CE à 400 CE. Les ustensiles de cuisine sont toujours là. A l'époque médiévale, les riches avaient de grandes maisons construites en pierre, mortier et chaux, avec des toits de tuiles et des murs blanchis à la chaux. Il y avait des chambres et des appartements avec des portes et des fenêtres. Les fenêtres avaient des impostes. Les portes avaient des clés, des serrures et des charnières. Les maisons avaient des enclos ou des cours et des balcons. Il y avait des pièces séparées pour le pilonnage du paddy, un cellier ou atuva pour le paddy et des hangars pour garder les chars. Les latrines sont également mentionnées. Toutes les maisons avaient cependant de petites cuisines.

Architectes Modifier

Il y avait des architectes pour s'occuper de l'environnement bâti. Une inscription rupestre fait référence à un « architecte de la ville ». La construction a été faite scientifiquement, à l'aide d'instruments de qualité supérieure. Par exemple, certaines dalles de pierre ont été découpées avec une telle précision que les joints sont à peine visibles et que rien n'a pu être inséré entre les dalles. Ashley de Vos souligne que cela nécessiterait encore aujourd'hui des instruments sophistiqués. Le levage et la pose de dalles de pierre élancées, longues de vingt pieds, auraient nécessité des connaissances en mécanique des structures. De Vos suggère également que le Sri Lanka a peut-être eu les premiers bâtiments préfabriqués au monde. Certaines sections des bâtiments monastiques ont été préparées séparément puis assemblées.

Artistique Modifier

Il y avait de l'art en plus de la finesse technique. Ceci est illustré dans les piliers en pierre élégamment exécutés datant du 8ème siècle. Ils sont dans divers modèles. Les piliers en tige de lotus du Nissanka Latha Mandapaya sont uniques dans l'architecture sud-asiatique. Le mortier de chaux n'était utilisé en maçonnerie que lorsqu'il y avait un risque structurel comme une voûte ou une arche.

Eau Modifier

Il y avait des pavillons insulaires entourés d'eau appelés Sitala Maligawa. Il y avait des étangs avec des lotus. Les jardins royaux de Polonnaruwa avaient des dizaines d'étangs nommés individuellement de différentes formes et tailles. Sigiriya avait un étang octogonal. Polonnaruwa en avait un ressemblant aux enroulements d'un serpent et un autre ressemblant à un lotus ouvert. Kuttam Pokuna à Anuradhapura avait une série graduée d'étangs allant de peu profonds à profonds. Les équipements essentiels ne sont pas oubliés : les Jardins Nandana disposent d'une grande salle de bain rutilante.

Refroidissement par air Modifier

Il y avait une méthode de refroidissement par air dans la période antique. Une peau de buffle séchée a été fixée au-dessus du toit du bâtiment. De l'eau y coulait de plusieurs tuyaux, créant un effet de pluie et envoyant une brise rafraîchissante. Les images sur les murs ont été modifiées en fonction des images de refroidissement de la saison pour la saison chaude et des images de réchauffement pour la saison fraîche.

Matériaux de construction Modifier

Les constructeurs travaillaient avec une variété de matériaux, tels que la brique, la pierre et le bois. Des arcs en briques à encorbellement et circulaires, des voûtes et des dômes ont été construits. Les parois rocheuses ont été utilisées comme murs de soutènement pour les bâtiments. La plate-forme portant le mur de miroirs à Sigiriya et la volée de marches en brique se dressent sur un rocher escarpé. Vers le VIe siècle, les bâtisseurs sont passés du calcaire au gneiss plus dur. Le vatadage de Polonnaruwa avait des murs construits en pierre jusqu'à la hauteur de l'étage supérieur. On peut encore voir la marche la plus basse d'un imposant escalier de granit qui menait à l'étage supérieur du palais de Parakramabahu. Des détails méticuleux avaient été faits dans les huttes de feuilles utilisées par les moines forestiers du 5ème siècle.

Bois Modifier

Il est important de noter, cependant, que l'architecture ancienne n'était pas une architecture de pierre. Les restes de pierre vus sont trompeurs. C'était principalement une architecture en bois, avec des murs de boue ou de maçonnerie. Il y avait des bâtiments en bois sophistiqués du 3ème siècle. Sigiriya avait une maison de gardien élaborée en bois et en briques avec de multiples toits de tuiles. Les montants de porte en bois massif qui subsistent aujourd'hui l'indiquent.

Le bois portait la charge. Les cadres étaient faits de troncs entiers d'arbres. La guérite à l'entrée est d'Anuradhapura construite au 4ème siècle avant JC utilisait des arbres entiers. Les palais de Polonnaruwa et Panduwasnuwara présentent des crevasses verticales dans la maçonnerie où des colonnes en bois, constituées de troncs entiers d'arbres, supportaient la charge des étages supérieurs et du toit. Ces ouvertures conservent encore les pierres d'éperon sur lesquelles se tenait autrefois la colonne de bois.

Le texte de la Manjusri silpa décrit les méthodes de coupe et de séchage du bois. Les arbres matures ont été sélectionnés et coupés à la nouvelle lune lorsque la teneur en sucre du bois était plus faible, de sorte que les insectes xylophages destructeurs ne soient pas attirés par le bois. Les vestiges de pierre montrent que de bonnes techniques de menuiserie étaient employées. La hache, l'herminette et le ciseau étaient les outils couramment utilisés dans le travail du bois. Saddharmarat-navali mentionne deux pratiques de menuiserie. De l'huile était appliquée sur le bois pour éviter la pourriture, et le bois était chauffé pour le redresser.


Jardins d'eau

Le jardin d'eau miniature juste à l'intérieur du mur intérieur de l'enceinte ouest, se compose de pavillons d'eau, de bassins, de citernes, de cours, de conduits et de cours d'eau. Les abords d'eau de galets ou de marbre recouverts d'eau peu profonde et peu profonde auraient servi de dispositifs de refroidissement avec un attrait esthétique avec des effets visuels et sonores, qui pourraient être visualisés par un visiteur qui pourrait y passer un peu de temps.

Le plus grand jardin d'eau a un îlot central entouré d'eau et relié à l'enceinte principale par des chaussées à orientation cardinale. Celui-ci a été créé 5 siècles avant ceux d'Angkor au Cambodge ou les jardins moghols en Inde. L'îlot central aurait été occupé par un grand pavillon.

L'eau se trouve dans quatre piscines en forme de L, reliées par des conduites d'eau souterraines à différentes profondeurs, pour fournir différents niveaux d'eau. La piscine au sud-ouest, est divisée en un grand bassin de baignade, avec un tunnel en encorbellement et des marches qui y descendent. L'autre bassin est plus petit avec un rocher central sur lequel était un pavillon en briques.

Le jardin de la fontaine est une enceinte étroite sur deux niveaux. La moitié ouest a deux bassins longs et profonds, avec des ruisseaux serpentins peu profonds qui se jettent dans les bassins. Celles-ci avaient été pavées de dalles de marbre. Ces ruisseaux abritent les fontaines, constituées de plaques de calcaire circulaires à perforations symétriques, alimentées par des conduites d'eau souterraines et fonctionnant par gravité et pression. Il y a deux citernes calcaires peu profondes qui auraient servi de chambres de stockage et de pression pour les fontaines. Ces fontaines sont encore actives pendant la saison des pluies de novembre à janvier.

De part et d'autre des fontaines se trouvent quatre grandes îles entourées de douves, orientées nord-sud, coupant l'axe central du jardin d'eau. Cela montre aussi la répétition symétrique. Les surfaces aplaties des îles étaient destinées aux palais d'été ou « pavillons d'eau ». L'accès aux pavillons se faisait par des ponts taillés dans la roche de surface.

L'étang octogonal se trouve à un point où le jardin d'eau et le jardin de blocs se rencontrent, un niveau encore plus élevé par rapport au reste du jardin d'eau. Il est à la base d'un rocher imposant. Il y a un podium surélevé et un larmier qui aurait formé le pavillon de baignade. L'étang est entouré d'une large terrasse également octogonale.


Les jardins

Les jardins de la ville de Sigiriya sont l'un des aspects les plus importants du site, car il compte parmi les plus anciens jardins paysagers du monde. Les jardins sont divisés en trois formes distinctes mais liées : les jardins d'eau, les jardins de grottes et de blocs, et les jardins en terrasses.

Les jardins d'eau peuvent être vus dans la partie centrale de l'enceinte ouest. Trois jardins principaux se trouvent ici. Le premier jardin se compose d'une parcelle entourée d'eau. Il est relié à l'enceinte principale par quatre chaussées, avec des passerelles placées en tête de chaque chaussée. Ce jardin est construit selon une ancienne forme de jardin connue sous le nom de char bagh, et est l'un des plus anciens modèles survivants de cette forme.

The second contains two long, deep pools set on either side of the path. Two shallow, serpentine streams lead to these pools. Fountains made of circular limestone plates are placed here. Underground water conduits supply water to these fountains which are still functional, especially during the rainy season. Two large islands are located on either side of the second water garden. Summer palaces are built on the flattened surfaces of these islands. Two more islands are located farther to the north and the south. These islands are built in a manner similar to the island in the first water garden.

The third garden is situated on a higher level than the other two. It contains a large, octagonal pool with a raised podium on its northeast corner. The large brick and stone wall of the citadel is on the eastern edge of this garden.

The water gardens are built symmetrically on an east-west axis. They are connected with the outer moat on the west and the large artificial lake to the south of the Sigiriya rock. All the pools are also interlinked using an underground conduit network fed by the lake, and connected to the moats. A miniature water garden is located to the west of the first water garden, consisting of several small pools and watercourses. This recently discovered smaller garden appears to have been built after the Kashyapan period, possibly between the 10th and 13th centuries.

The boulder gardens consist of several large boulders linked by winding pathways. The gardens extend from the northern slopes to the southern slopes of the hills at the foot of Sigiris rock. Most of these boulders had a building or pavilion upon them there are cuttings that were used as footings for brick walls and beams.They were used to be pushed off from the top to attack enemies when they approached.

The terraced gardens are formed from the natural hill at the base of the Sigiriya rock. A series of terraces rises from the pathways of the boulder garden to the staircases on the rock. These have been created by the construction of brick walls, and are located in a roughly concentric plan around the rock. The path through the terraced gardens is formed by a limestone staircase. From this staircase, there is a covered path on the side of the rock, leading to the uppermost terrace where the lion staircase is situated.


Sigiriya - The Lion Rock

The 8 th wonder of the world soaring 600 feet,was originally built to resemble a mountainous lion. A pair of enormous lion paws rest gallantly in remembrance of its former glory.The final ascent of the rock lies between these two paws, where a stair way leads up the lion’s throat.This fortified rock city built in the 5 th century depicts remarkable architecture, design and engineering for its time.Sigiriya is recognized as a UNESCO World Heritage Site.

King Kashyapa sought protection from his avenging brother after committing patricide by walling up his father alive. Fearing his brothers’ return from exile to claim the throne, he moved the capital city to Sigirya where the magnificent rock palace was constructed. King Kashyapa reigned from 477-495 AD. He committed suicide on the battlefield as he was deserted by his troops upon encountering his brother. Even though he reigned for short time of 18 years the legacy he left behind has lasted centuries.

Royal Gardens: The landscaped gardens consist of water gardens, boulder gardens and terraced gardens. These well preserved gardens is a combination of the hanging gardens of Babylon, the boulder gardens of China or Japan and the water gardens of ancient Rome. The terraced garden flows down to the boulder garden and then lands on the western, precinct with the water gardens are laid out geometrically. Fountains, pools ponds, running water, aquatic flowers and birds, tropical trees that paint this area must have been a calming retreat. Les Audience Hall Rock, Cistern Rock, Cobra HoodCave et Preaching Rock found in the boulder gardens are fascinating rock carvings on a split rock boulder.

Frescoes “The Sigiriya Damsels” : The glamorous paintings of the sensuous damsels depicting feminine beauty are one of the major attractions of this rock summit. Probably the only non-religious paintings in Sri Lanka, these 5 th century artworks are similar in style to the rock paintings of Ajantha in India. Only twenty two of the 500 hundred paintings remain today.

Mirror Wall &Graffitti : Beyond the frescoes there is the glorified mirror wall. Believed to be polished with lime, egg whites and wild honey, this durable glaze reflects like glass even after thousands of years. This smooth glaze bears the irresistible remarks by visitors of nearly 6 centuries, who felt compelled to voice out their impressions of the lovely frescoes above them. This being Sri Lanka’s oldest graffiti, nearly 700 verses have been published.

Summit : Climbing through the lions jaws emerges a 3 acre area of a palace top. Remaining foundation and ground plan suggest the existence of a unique and grand palace, much different to those found in Anuradhapura and Polonnaruwa. The magnificent panoramic view is breathtaking and well worth the steep climb through the jaws of the lion. The large rock cut pool which looks like a modern swimming pool may have been used for water storage. The Kings stone throne believed to be the smooth slab of flat stone is placed facing the rising sun.


The Ancient City of Sigiriya

L'histoire de la ancient city of Sigiriya can be traced back to ancient times, 7,000 years ago. From the 3rd century BC, it was a mountain monastery with elaborate caves donated by Buddhist converts. From 477 - 495, the monasteries built city gardens and palaces, and they were the living quarters of monks until the 14th century. It is 3 kilometers long from east to west and 1 kilometer wide from north to south, revealing the great and exquisite urban planning of Sri Lanka in the 5th century. A moat runs through the entrance to the western part of the city, in line with the mountains in the distance.

The city gate is made of wood and stone, with a tiled roof. The southern half of the city's garden has been unearthed, while the northern half of the same structure remains to be excavated by archaeologists today. The symmetrical layout of the water park in the west of the city, it demonstrates the most sophisticated hydraulic technology in the world since ancient times. It not only meets the needs of home gardening and agricultural production, but also has unique features in surface drainage, corrosion prevention, decorative and recreational watercourses, protection facilities and system cooling.

A small water park in the inner wall of the west side consists of waterside pavilions, ponds, reservoirs, courtyards, fountains and waterways. The clear water flows slowly on the cobblestone or marble, which is not only a practical refrigeration facility, but also brings people beautiful audio-visual enjoyment. Visitors only have to stop for a moment to notice the river.

The largest water park contains an island surrounded by water and connected to the main city by water. The history of the park is more than five centuries longer than that of Angkor, the ancient capital of Cambodia, or the gardens of India's Mughal Empire. On the central island stood a huge pavilion The water in the four L-shaped ponds is piped at different depths to control different water levels.

There is a large swimming pool in the pond to the southwest, and you can pick up steps in a tunnel made of wood. In the middle of another, smaller pond stood a rock on which stood a small brick pavilion. The fountain park looks very long and narrow, with a meandering stream that murmurs until it disappears into two deep ponds in the western half. The fountain is built on the stream and gushes all year round. On the other side of the fountain are four large north-south islands that cut off the central axis of the water park.

The stone forest park, which is higher than the water park known as the beautiful, is a completely different architectural style. It incorporates many asymmetrical concepts, such as curved paths and uncarved boulders. Almost every rock in Shilin Park has a brick or wood structure, and large reservoirs of granite are in the park. A number of miniature terra-cotta statues have recently been unearthed in the ancient city of Sigiriya. They are exquisite artifacts that imitate the paintings on the stone walls of Sigiriya. They were intended to be sold as a souvenir to visitors to the city, and some of them are now on display at the Sigiriya Museum.


Must Do

NSW has a wide range of wonderful swimming options including beaches, ocean pools, harbourside pools, lakes, rivers, and swimming holes at the bottom of waterfalls. However to ensure maximum safety and enjoyment, swimmers should follow this general advice:

Look for patrolled beaches (this is where lifesavers are on duty you will see red and yellow flags that indicate this). You should always swim between the red and yellow flags as they mark the safest place to swim.

Never swim alone at night, or under the influence of alcohol, or directly after a meal.

Always check water depth, as rocks or trees could be submerged, and never run and dive into the water from a beach, riverbank or other surface.

Check for signs regarding advice on water conditions at your chosen swimming spot and at any natural swimming hole. Always proceed with caution as surfaces could be slippery and water conditions may not be immediately apparent particularly if the area has recently experienced heavy rain or flooding.

Pay attention to the advice of the lifesavers and safety signs. Visit SharkSmart to understand any potential risks in the area you are swimming.


Voir la vidéo: Sri Lanka - Rocher du Lion de Sigiriya (Janvier 2022).