Podcasts sur l'histoire

Bataille de Lae, 4-16 septembre 1943

Bataille de Lae, 4-16 septembre 1943

Bataille de Lae, 4-16 septembre 1943

La bataille de Lae (4-16 septembre 1943) était la dernière étape de la campagne Salamaua-Lae et a vu les troupes australiennes avec le soutien des États-Unis capturer le dernier bastion japonais dans la région du golfe de Huon en Nouvelle-Guinée.

Les attaques sur Lae et Salamaua étaient la première étape de l'opération Postern, la campagne de la vallée de Markham et de la péninsule de Huon (elle-même faisant partie de l'opération Cartwheel, la mise en œuvre du plan Elkton III). L'objectif des Alliés était de sécuriser le côté néo-guinéen du détroit de Vitiaz, entre la Nouvelle-Guinée et la Nouvelle-Bretagne, dans le cadre de la campagne de neutralisation de la base japonaise sur Rabaul.

Les Alliés sont d'abord passés à l'offensive dans le golfe de Huon le 30 juin 1943 lorsque les troupes américaines ont débarqué dans la baie de Nassau, au sud de Salamaua. Ils ont ensuite rejoint les troupes australiennes avançant à travers les montagnes depuis Wau à l'ouest, et la force combinée a commencé une lente progression sur Salamaua. Le général Adachi, le commandant japonais en Nouvelle-Guinée, a décidé que Salamaua était la clé de sa position et a engagé la plupart de ses troupes dans la région dans la bataille.

Le 4 septembre, la 9 division australienne (major-général G.F. Wooten) débarqua sur des plages à vingt milles à l'est de Lae. Les Australiens ont débarqué sur deux plages voisines et les seules troupes japonaises vues dans la région ont couru. À la fin de la journée, les Australiens avaient plus de 2 400 hommes sur la plage et étaient prêts à se déplacer vers l'ouest.

Le 5 septembre, le 503e régiment de parachutistes américain effectua un atterrissage sans opposition sur l'aérodrome d'avant-guerre de Nadzab, à vingt milles à l'ouest de Lae. Le lendemain, la 7e division australienne (général Vasey) a commencé à voler vers Nadzab. Vasey avait parié que sa division atteindrait Lae en premier, avec vingt caisses de whisky en jeu.

Les hommes de Wooten, venant de l'est, ont dû se frayer un chemin à travers une série de rivières qui coulaient très haut après de fortes pluies. Ils se heurtèrent à la résistance japonaise le 6 septembre sur la rivière Bunga, à mi-chemin environ de Lae. Les Australiens avancèrent en deux colonnes, la 24e brigade sur la côte et la 26e plus à l'intérieur des terres. Le but était à la fois de capturer Lae et d'empêcher la garnison japonaise de s'échapper.

Le 8 septembre, les Australiens avançant de l'est atteignirent la rivière Busu au débit rapide, qui était défendue par les Japonais. Une première attaque tôt le 9 septembre a été repoussée, mais une deuxième attaque a réussi à établir une tête de pont. Les trois jours suivants ont été consacrés à transporter la 24e brigade de l'autre côté de la rivière, tandis qu'en même temps un pont a été déplacé en amont pour permettre à la 26e de traverser. Les deux brigades avaient toutes deux traversé le Busu le matin du 15 septembre.

La météo à l'ouest et les traversées de rivières ont aidé Vasey à remporter son pari. Sa 25e brigade a quitté Nadzab le 10 septembre. Le 14 septembre, ils avaient atteint Heath's Plantation près de Lae, où ils ont été remplacés par le 33e bataillon. Le 15 septembre, les Japonais ont été expulsés de la plantation Edward et le matin du 16 septembre, la 25e brigade est entrée à Lae. Les troupes avançant de l'est n'étaient pas loin derrière, et la 24e brigade est arrivée plus tard le même jour.

À ce moment-là, les Japonais avaient décidé que la région de Lae/Salamaua ne pouvait plus être défendue et voulaient sauver les hommes pour des batailles plus importantes plus au nord. Salamaua avait été abandonné en premier, après que la garnison eut reçu l'ordre de se replier sur Lae le 8 septembre. Peu de temps après, Adachi a décidé de se retirer de Lae. La première partie de la garnison est partie le 11 septembre. La garnison de Salamaua atteint Lae le 14 et à la fin du 15 septembre, les deux forces se dirigent vers le nord. Les étapes ultérieures de l'avance australienne ont donc rencontré des forces retardatrices. Environ 9 000 soldats japonais ont commencé la marche vers le nord et 8 400 ont finalement atteint la côte nord de la péninsule de Huon. Tous les survivants n'étaient pas aptes à poursuivre les combats, mais beaucoup ont joué un rôle dans la campagne de la péninsule de Huon.

Après la chute de Lae, les forces alliées se séparent en deux. La 7e division a fait demi-tour vers l'ouest et a avancé dans la vallée de Markham, espérant éventuellement traverser la chaîne du Finisterre pour atteindre la côte derrière les bastions japonais sur la péninsule de Huon. La 9e division s'est déplacée vers l'est le long de la côte, se dirigeant vers Finschhafen à la pointe de la péninsule de Huon. Les Japonais ont opposé une résistance féroce à ces deux avancées, et les deux volets ne se sont rejoints qu'en avril 1944.


Az ausztrál támadás a település ellen a Poterne hadművelet nyitánya volt. A hadmozdulatok egy nagyobb akció, a Cartwheel hadművelet részei voltak, amely arra irányult, hogy a szövetségesek elszigeteljék a rabauli nagy japán haditengerészeti bázist és légitámaszpontot. [1] Az amerikai és az ausztrál légierő gépei egész augusztusban keményen támadták az új-guineai partvidék japán bázisait, hogy megakadályozzák az erősítés áthajózásásátre. Un Trobriad-szigetekről felszálló gépek barkavadászatot tartottak minden sieste, megsemmisítve a Bismarck-tengeren haladó kisméretű japán hajókat, amelyek katonákat szállíthattak. Több mint 150 bárkát süllyesztettek el a szövetséges invázió előtt. Mivel Salamaua erősítését a japánok Laéból kényszerültek megoldani, jelentősen csökkent a helyőrség létszáma. A japánok Wewakban kétszáz repülőgépet gyűjtöttek össze, de augusztus 17-én az amerikai légierő a földön lepte meg azokat, és nagyon sokat elpusztított közülük. A támadás után Douglas MacArthur megállapította : "Semmi nem olyan tehetetlen, mint egy repülőgép a földön." Un japánoknak féltucatnyinál est kevesebb repülőjük maradt. [2]

A félsziget inváziója az amerikai csapatok Nassau-öbölbeli partraszállásával kezdődött 1943. június 30-án. Az amerikaiak csatlakoztak a Wau felől a hegyeken át érkező ausztrálokhoz, és elindultak a japán bázis, Salamaua felé. Adacsi Hatazó japán tábornok kulcsfontosságúnak tekintette Salamaua védelmét, ezért oda összpontosította csapatai többségét.

Szeptember 4-én az ausztrál 9. hadosztály, az el-alameini csata veteránjai, valamint az amerikai 41. hadosztály katonái partra szálltak Laétól harminc kilométerre keletre. Un japán alakulatok elmenekültek. Une sieste végére 2400 katona lépett a szárazföldre, és elindultak nyugat felé. [1] [2]

Szeptember 5-én az amerikai 503. ejtőernyősezred elfoglalta a nadzabi repülőteret, harminc kilométerre nyugatra Laétól. Másnap megkezdődött az ausztrál katonák odaszállítása. A part felől támadóknak át kellett kelniük több folyón, amelyek vízállása magas volt a sok csapadék miatt. Szeptember 6-án japan ellenállásba ütköztek a Bunga-folyónál, félútra Laétól. Az ausztálok két oszlopban haladtak, a 24. ezred a parton, a 26. a szárazföld belsejében. Un cél Lae elfoglalása és a japán helyőrség evakuálásának megakadályozása volt. [1]

8 septembre-án a kelet felől érkező ausztrálok eljutottak a gyorsfolyású Busu-folyóig, amelyet a japánok védtek. Másnap a japánok az első támadást visszaverték, de a második offenzíva sikeres volt. A következő három napban a 24. ezred átkelt a folyón, majd a 26. is átjutott a túlpartra. Szeptember 15-ére az összes ausztrál átkelt a folyón. [1]

Eközben – szeptember 10-én – un nadzabi repülőtérről est elindult un 25. ezred. 14 septembre-ére elérték a Heath-ültetvényt, közel Laéhoz. Másnap a japánokat elkergették az Edward-ültetvényről, és 16-án reggel az ausztrálok elérték Laét. A 24. ezred délután érkezett a városhoz. A japánok, bár korábban védeni akarták a várost, úgy döntötték, hogy kiürítik, és a lehető legtöbb embert kimentik. Laéból és Salamuából nagyjából kilencezer katona indult el észak felé, de csak 8400 érte el a partot. [1]


La saga des couchers de soleil

Si vous avez précommandé un exemplaire de ce livre, mettez à jour vos coordonnées.

CLIQUEZ ICI si vous souhaitez que nous vous contactions lorsque ce livre sera disponible à la commande.

Initialement prévu comme un seul volume, le projet d'histoire du 38e Bomb Group a atteint une telle taille et complexité, et tellement de photographies exceptionnelles, voire étonnantes, ont été localisées, que le livre était impraticable pour la publication sans couper sévèrement beaucoup de matériel que l'IHRA l'équipe a estimé qu'elle était essentielle à un traitement définitif du sujet. Plutôt que de retirer beaucoup de matériel du livre, la décision a été prise de produire le projet en deux volumes. L'incroyable histoire du 38th Bomb Group peut maintenant être définitivement racontée.

Le 38th Bomb Group était un groupe de combat de l'Army Air Force largement méconnu dans le théâtre du Pacifique Sud-Ouest au début de la Seconde Guerre mondiale, malgré son record exceptionnel de combat aérien et la production de certaines des photos les plus célèbres et les plus spectaculaires jamais prises en combat aérien. des caméras ventrales de leurs strafers B-25 de bas niveau. Ce livre couvre la formation et l'entraînement du groupe aux États-Unis en tant qu'unité B-26 Marauder dans le cadre de la montée en puissance rapide de la puissance aérienne américaine juste avant la Seconde Guerre mondiale, jusqu'à son déploiement mal organisé dans le Pacifique qui comprenait des actions pendant la bataille de À mi-chemin. Les deux escadrons du 38th Bomb Group B-26 Marauders initialement déployés ont été interrompus dans le Pacifique Sud et sont passés sous le commandement de l'US Navy, où leur connexion avec le 38th a pris fin.

Le déploiement des deux escadrons restants, le 71e et le 405e, a été annulé. Ils sont restés aux États-Unis, convertis en bombardiers moyens B-25 Mitchell, recyclés et finalement déployés en août 1942 via la route d'île en île du Pacifique vers l'Australie où ils a commencé des opérations de combat à partir de Port Moresby, en Nouvelle-Guinée, le mois suivant. Les deux escadrons du 38e ont mené des missions de bombardement à moyenne altitude et de lutte contre les navires au cours de nombreuses opérations de combat parmi les plus importantes au début de la guerre aérienne en Nouvelle-Guinée, y compris la bataille clé de la mer de Bismarck en mars 1943.

Fin mars, le Groupe a commencé à activer deux nouvelles escadrilles sur le théâtre, devenant ainsi l'unité de test du B-25G, qui a ajouté un canon de 75 mm à son redoutable armement de nez avant. Au cours des mois suivants, l'unité est passée de bombardiers moyens à des avions d'attaque à basse altitude et a appris son nouveau rôle contre des cibles japonaises telles que Salamaua, Lae et Wewak, aidant à dévaster de nombreuses positions japonaises clés dans l'est de la Nouvelle-Guinée. Au cours de cette période, le 38e a remporté sa première mention d'unité distinguée pour la campagne de Papouasie, et l'un de ses pilotes a remporté une médaille d'honneur lors d'une attaque à basse altitude contre la région de Wewak le 18 août 1943.

Tome I de La saga des couchers de soleil comprend environ 350 pages de textes et d'annexes passionnants, environ 500 photos, des cartes détaillées montrant l'emplacement de chaque base, mission effectuée et avion perdu par le 38e Bomb Group lors de son implication précoce dans la Seconde Guerre mondiale. Le premier versement de La saga des couchers de soleil est le tome 6 dans le Aigles au-dessus du Pacifique séries de livres.


Fichier:Plages du Débarquement de la Bataille de Lae - en.svg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant20h24, 24 septembre 2017437 × 987 (531 Ko) Macesito (discuter | contributions) Ajusté
20:23, 24 septembre 2017517 × 987 (505 Ko) Macesito (discuter | contributions) Lettres corrigées
08:49, 31 mai 2017466 × 1 052 (187 Ko) Macesito (discuter | contributions) Fixé
08:49, 31 mai 2017466 × 1 052 (187 Ko) Macesito (discuter | contributions) Fixé
08:43, 31 mai 2017744 × 1 052 (184 Ko) Macesito (discuter | contributions) Page créée par l'utilisateur avec UploadWizard

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Offensive de la Nouvelle-Guinée

Il y a soixante ans, en septembre, les forces australiennes ont lancé une série de grandes offensives en Nouvelle-Guinée et dans ses environs. Au cours des six mois suivants, la dix-huitième armée japonaise a été débordée, ses unités dispersées lorsqu'elles n'ont pas été éliminées. Les batailles ont pris la base japonaise de Lae, ont nettoyé la péninsule de Huon et la vallée de Markham-Ramu et ont libéré les habitants de ces régions de l'occupation japonaise. Les offensives ont donné aux forces de Douglas MacArthur du sud-ouest du Pacifique une base solide à partir de laquelle lancer une nouvelle offensive, qui, à partir d'avril 1944, a amené ses forces à bondir le long de la côte nord de la Nouvelle-Guinée jusqu'aux côtes des Philippines, son véritable objectif.

Les offensives de Nouvelle-Guinée n'étaient ni les dernières ni les plus grandes batailles que les forces australiennes devaient mener. (En 1945, alors que la guerre se terminait ailleurs, l'Australie devait organiser pas moins de six campagnes actives sur un arc allant de Bougainville à l'est à Bornéo à l'ouest. Les anniversaires de ces campagnes seront en temps voulu marqués.) Mais ils étaient parmi les plus importantes, représentant la contribution militaire centrale à la part de l'Australie dans la défaite du Japon dans le cadre des grandes contre-offensives alliées couvrant l'Asie et le Pacifique, de la Birmanie au Pacifique central et nord, qui ont détruit la capacité japonaise d'atteindre la victoire.

Après avoir avancé à travers les chaînes accidentées du Finisterre, ces soldats se reposent avant de continuer vers le village de Bogodjim tenu par les Japonais. C35181

Les offensives de la Nouvelle-Guinée de 1943 à 1944 ont été la plus grande série d'opérations connectées que l'Australie ait jamais montées. Alors que le commandement suprême était, bien sûr, américain et que la campagne dépendait du soutien aérien et naval américain, les batailles de Nouvelle-Guinée étaient celles de l'Australie. Ils impliquaient des dizaines de milliers de soldats, à la fois dans des unités combattantes et dans l'infrastructure logistique massive qu'exigeait la guerre dans la jungle.

Ils impliquaient des unités des trois services australiens. Bien que l'image commune des Australiens dans les campagnes de Nouvelle-Guinée soit celle d'un soldat en vert jungle, la RAN et la RAAF ont fourni un soutien vital. La marine protégeait les convois transportant des hommes et des fournitures vers la Nouvelle-Guinée et cartographiait souvent le littoral sur lequel ils débarquaient. Ils impliquaient des navires de toutes tailles, des lancements Fairmile effectuant des raids sur la côte tenue par les Japonais aux grands navires de débarquement transportant la 9e division dans les débarquements amphibies près de Lae. La RAAF, opérant dans le cadre de l'US Fifth Air Force, a fourni à la fois un soutien aérien direct contre les positions japonaises et a transporté des hommes et des fournitures et des blessés hors de la bataille. Pratiquement tous les types exploités par la RAAF ont participé aux campagnes, des observateurs d'artillerie Boomerang aux Beaufighter et Beaufort offrant un soutien rapproché, en passant par les Kittyhawks qui les protégeaient et les Dakota dont dépendaient le transport dans les îles.

Un Bristol Beaufighter du No. 30 Squadron RAAF revenant d'un raid sur Lae en mars 1943.C296482

Bien que menées sous la direction américaine, les offensives de Nouvelle-Guinée étaient essentiellement planifiées et commandées par des Australiens. Le commandant des forces militaires australiennes, le général Sir Thomas Blamey, a participé directement à la planification de la campagne, et les opérations ont été essentiellement dirigées par le personnel du quartier général de la Force de Nouvelle-Guinée à Port Moresby et par les commandants et le personnel des divisions australiennes sur le sol.

Blamey a été critiqué comme un général politique, un intrigant. Quels que soient ses défauts de caractère, il doit être mesuré par rapport à sa contribution à la libération de la Nouvelle-Guinée. Comme le montre son biographe David Horner, Blamey a supervisé le développement de l'armée australienne qui a combattu en Nouvelle-Guinée et a ensuite joué un rôle clé dans la direction de ses campagnes cruciales.

La stratégie de l'offensive néo-guinéenne avait en effet commencé un an auparavant. Dans le sillage de la campagne papoue, les troupes australiennes et américaines ont ouvert une campagne en Nouvelle-Guinée dans l'arrière-pays autour de Wau et Salamaua. Le but de ces opérations n'était pas de sécuriser des centaines de kilomètres carrés de jungle accidentée. Il s'agissait d'éloigner les forces japonaises de Lae. Six mois plus tard, lorsque les troupes alliées ont commencé l'offensive, l'« aimant de Salamaua » avait affaibli la défense japonaise de Lae de sorte que la base est tombée rapidement et relativement facilement.

Des porteurs néo-guinéens transportant une civière sur une pente raide de Shaggy Ridge à un poste de secours à Guy's Post. Au centre de la photographie, la rivière Faria se jette dans la vallée de Ramu. C282458

Le soldat R. J. Rowe aide le caporal M. Hall, DCM, du 2/16e Bataillon au poste de secours régimentaire après une attaque sur Shaggy Ridge. C19007

Pendant ce temps, la campagne Wau-Salamaua impliquait la milice, l'AIF et les troupes américaines, soutenues par des centaines de transporteurs indigènes, menant une « bataille pour les crêtes » à des endroits tels que la crête de Bobdubi et le mont Tambu.

La campagne de septembre 1943 s'ouvrit avec deux avancées convergentes sur Lae. Alors que la 9e division australienne débarquait sur la côte à l'est de Lae, la 7e division australienne (soutenue par des parachutistes américains) avançait par voie terrestre depuis l'ouest. Puis, avec Lae prise, le 9e a commencé à nettoyer la péninsule de Huon tandis que le 7e a avancé dans la vallée de Markham-Ramu. Chacun impliquait de durs combats dans un pays difficile. Le 9e s'est impliqué dans le long combat pour Sattelberg, le 7e dans un combat tout aussi exténuant pour Shaggy Ridge. Plus tard, les brigades de la milice ont rejoint l'avance, poursuivant les Japonais battus fuyant vers l'ouest.

Les troupes se déplacent derrière les chars Matilda pour une attaque à l'aube sur le village de Sattelberg tenu par les Japonais. Cette photo a été prise pendant l'attaque. C35120

Les offensives de la Nouvelle-Guinée ont vu les Australiens mener certaines des batailles les plus dures de la guerre.

Ils affrontaient un ennemi déterminé et souvent désespéré. Ils se sont battus sur un terrain accidenté dans un climat épouvantable, dans lequel plus d'hommes sont tombés aux acariens et aux moustiques qu'aux balles. Ils se sont battus dans des endroits qui sont maintenant presque entièrement oubliés par les générations futures - des endroits tels que Nadzab, Kaiapit, Kankiryo Saddle, Finschhafen et les Finisterres. Ils impliquaient des épisodes de bravoure, de courage, de souffrance et d'endurance, dont la célèbre traversée de l'embouchure de la rivière Busu par le 2/28e bataillon, la prise de Sattelberg par le 2/48e bataillon, la brillante capture de Kaiapit par le 2/6e escadron commando, l'inlassable attaque jusqu'à Shaggy Ridge par le 16/02, le 14/02, le 27/02 (et d'autres), et le dur labeur de l'avance de la 4ème brigade vers le point de fortification. Ces actions, et bien d'autres, des forces australiennes qui ont combattu il y a 60 ans en Nouvelle-Guinée méritent d'être rappelées parmi les contributions importantes que l'Australie a apportées à la victoire des Alliés dans la guerre contre le Japon.


Il s'agit d'une grande carte avec sept points de contrôle : l'Australie commence avec deux, le Japon en a quatre et le reste est neutre.

Comme un saignement de ticket se produit chaque fois qu'un camp a quatre points de contrôle ou plus, les Australiens commencent avec cet inconvénient et doivent capturer la majorité des points de contrôle afin d'inverser la tendance. Ils ont le soutien d'un destroyer de classe Tribal, d'un cargo et de deux Landing Craft Tank. Les Japonais ont des avions dans deux aérodromes pour contrer cette menace navale.

Les navires n'apparaissent pas en mode coopératif. Cela restreint quelque peu les mouvements au sol, en particulier pour l'avant-poste Hopoi à l'extrême est et l'aérodrome de Salamaua au sud-ouest.


Aujourd'hui dans l'histoire : né le 4 septembre

Vicomte François René de Chateaubriand, écrivain et chef français qui a donné son nom à un style de steak.

Daniel Hudson Burnham, architecte et urbaniste.

Mary Renault (Mary Challans), auteur qui a écrit sur ses expériences de guerre en Le dernier du vin et Le roi doit mourir.

Richard Wright, romancier surtout connu pour Fils autochtone.

Paul Harvey, commentateur radio.

Maggie Higgins, la première femme à remporter le prix Pulitzer (1951) du reportage international, pour son travail dans les zones de guerre de Corée.

Craig Claiborne, critique gastronomique et auteur de livres de cuisine.

Joan Delano Aiken, auteur de romans surnaturels et d'histoire alternative pour enfants a remporté le prix Guardian Children's Fiction (La montagne qui murmure), un prix Edgar Allen Poe (Nuit d'automne) et un MBE (Membre de l'Ordre le plus excellent de l'Empire britannique) pour ses contributions à la littérature pour enfants.

John McCarthy, informaticien et chercheur en sciences cognitives qui a inventé le terme « intelligence artificielle ».

Mitzi Gaynor, comédienne, chanteuse, danseuse (adaptations cinématographiques de Il n'y a pas de business comme le show business, Pacifique Sud).

Sir Clive William John Granger, économiste britannique qui a reçu le prix Nobel de sciences économiques.

Charles A. Hines, général de division de l'armée américaine.

Dr. Drew (David Drew Pinsky), émission-débat radio souscrite (Ligne de l'amour) et animatrice de télévision (Dr Drew, Changeurs de vie).

Shinya Yamanaka, médecin et chercheur japonais a reçu le prix Nobel pour sa découverte que les cellules matures peuvent être converties en cellules souches (2012) et a reçu le prix Breakthrough in Life Sciences (2013).

Ione Skye, actrice (Dis n'importe quoi … ).

Wes Bentley, acteur (beauté américaine, Les jeux de la faim).

Beyonce Knowles, chanteuse, compositrice, actrice, danseuse, productrice a remporté cinq Grammy Awards pour Dangereusement amoureux album (2003) et six pour Je suis… Sasha Féroce (2008).


James Holland – écrivain, animateur et historien de la Seconde Guerre mondiale.

James Holland est un historien, écrivain et diffuseur primé de renommée internationale. L'auteur d'un certain nombre d'histoires à succès, dontForteresse de Malte : une île assiégée, bataille d'Angleterre, Dam Busters, et plus récemment, La guerre en Occident, il a également écrit neuf ouvrages de fiction historique, dont les romans de Jack Tanner. Il a présenté – et écrit – un grand nombre d'émissions et de séries télévisées, dont celle de la BBC La bataille de Malte, et a scénarisé et produit un film de son roman, Une paire d'ailes d'argent, en grande partie situé à Malte pendant la guerre.

Il est également président du Chalke Valley History Festival, membre de la Royal Historical Society et chercheur à l'Université de Swansea.
Il peut être trouvé sur Twitter sous le nom de @James1940.

Il est également un fervent joueur de cricket et joue pour Chalke Valley CC et Authors CC.


Bataille de Lae, 4-16 septembre 1943 - Histoire

En Nouvelle-Guinée, plus de 70 B-24 et B-25 ont frappé la région d'Alexishafen-Madang, larguant 201 tonnes de bombes (les plus lourdes de la Fifth Air Force à ce jour). D'autres B-25 ont frappé Iboki Plantation dans l'archipel de Bismarck, des barges sur la rivière Bubui en Nouvelle-Guinée, la baie Rein sur l'île de Nouvelle-Bretagne et plusieurs villages de Nouvelle-Bretagne. Bombe du B-17 Labu Island, Nouvelle-Guinée. Les B-26 attaquent la région de Cape Gloucester sur l'île de New Britain. Les cibles de frappe des B-24 et B-25 dans les petites îles de la Sonde. Les 68e et 69e escadrons de transport de troupes, 433d Troop Carrier Group, arrivent à Port Moresby, Nouvelle-Guinée des États-Unis avec des C-47. Le 432d Fighter Squadron, 475th Fighter Group, cesse ses activités de Port Moresby et retourne à sa base à Dobodura avec des P-38

Jeudi 2 septembre 1943

Des B-25, avec une escorte de P-38, attaquent le navire à Wewak, dans le port de Nouvelle-Guinée, affirmant qu'un navire a coulé et 2 sont restés en flammes. 10 intercepteurs ennemis prétendent que des ballons de barrage détruits offrent une certaine protection aux navires ennemis. Il s'agit de la première observation par l'AAF de l'utilisation japonaise de tels ballons dans la zone du Pacifique Sud-Ouest.

Des bombardiers lourds et moyens font exploser des emplacements de canons et des défenses en terrasse dans la région de Lae, en Nouvelle-Guinée. D'autres bombardiers lourds ont frappé la région du cap Gloucester sur l'île de New Britain. Des raids légers sont menés contre des cibles sur l'île de Ceram dans les îles Moluques et l'île de Timor dans les îles de la Sonde.

samedi 4 septembre 1943

En Nouvelle-Guinée, l'offensive alliée contre Lae commence alors que les forces débarquent à Hopoi et l'embouchure de la rivière Buso. Les avions de l'Island A-20 et de la Royal Australian Air Force (RAAF) ont frappé l'aérodrome de l'île Gasmata au large de l'île de Nouvelle-Bretagne, soutenant l'interception de plus de 100 chasseurs et bombardiers ennemis, qui sont en vol malgré les attaques sur les aérodromes, et revendiquent 20 abattus .

En Nouvelle-Guinée, 82 parachutistes de C-47 à l'aérodrome de Nadzab (premiers atterrissages de ce type dans la zone du Pacifique Sud-Ouest) après le bombardement de la zone de largage par 52 bombardiers moyens et le pilonnage de l'aérodrome de Lae par 24 bombardiers lourds, un écran de fumée est posé sur l'atterrissage par l'aérodrome de Nadzab de l'A-20 est rapidement mis en condition opérationnelle et deviendra par la suite une importante base aérienne alliée.

En Nouvelle-Guinée, des bombardiers lourds pilonnent l'aérodrome de Lae et ses environs, et des bombardiers moyens bombardent et mitraillent les défenses ennemies à Malahang et dans les environs, alors que les forces terrestres alliées poussent vers Lae. Les combattants américains revendiquent 8 avions ennemis abattus au-dessus de Lae. Des B-25 effectuent un balayage contre des barges le long de la côte de l'île de Nouvelle-Bretagne dans l'archipel de Bismarck et bombardent des cibles sur l'île de Timor dans les îles de la Sonde.

En Nouvelle-Guinée, les B-24 et B-26 bombardent la zone de Lae, les B-25 bombardent et mitraillent les cibles proches sur la route de Markham. . L'A-20 frappe la région de l'île Gasmata au large de l'île de Nouvelle-Bretagne. Le 70e Escadron de transport de troupes, 433d Troop Carrier Group, arrive à Townsville, Queensland, Australie en provenance des États-Unis avec des C-47.

Mercredi 8 septembre 1943

En Nouvelle-Guinée, les B-17, B-24, B-25 et B-26 pilonnent la région de Lae, et les A-20 frappent Salamaua. Les Japonais de Salamaua reçoivent l'ordre de se préparer à se replier sur Lae face à l'approche de la 5e division australienne. Des éléments de la 9 division australienne, se déplaçant vers l'ouest sur Lae, atteignent la rivière Busu en crue où les Japonais tiennent la rive ouest. D'autres bombardiers lourds et moyens effectuent des raids légers sur des cibles dans la partie ouest de la Nouvelle-Guinée et dans les îles des Indes néerlandaises.

Jeudi 9 septembre 1943

En Nouvelle-Guinée, le B-25 bombarde et mitraille la zone côtière d'Alexishafen à Finschhafen et des points de frappe sur la côte de la Nouvelle-Bretagne. Des bombardiers lourds attaquent l'île de Garove au large de l'île de Nouvelle-Bretagne. L'île Selaroe dans les îles Tanibar est touchée par une frappe de bombardiers moyens légers.

Les barges d'attaque du B-25 le long de la côte de la Nouvelle-Bretagne. En Nouvelle-Guinée, la 7e division australienne, ayant été transportée à Nadzab en C-47, entame une poussée vers l'est en direction de Lae.

samedi 11 septembre 1943

Bombe du B-24 Makassar sur l'île de Célèbes. En Nouvelle-Guinée, les forces australiennes traversent la rivière Francisco jusqu'à l'aérodrome de Salamaua alors que les forces japonaises se dirigent vers Lae.

En Nouvelle-Guinée, les B-17 et B-24 livrent Lae alors que les Japonais commencent un retrait face aux 9 et 7 divisions australiennes venant de l'est et de l'ouest, la 5 division australienne occupe Salamaua et ses environs, le premier avion allié atterrit à Aérodrome de Salamaua et mitraillage du B-25 entre Saidor et la baie de Langemak. Les barges du B-25 frappent près du cap Gloucester sur l'île de la Nouvelle-Bretagne, et les A-20 bombardent une station de radio sur l'île de Gasmata au large de la côte de l'île de la Nouvelle-Bretagne.

En Nouvelle-Guinée, les B-24 escortés par des P-38, bombardent les aérodromes et les dépôts de munitions dans la région de Wewak et les B-25 frappent Lae.

mardi 14 septembre 1943

En Nouvelle-Guinée, les B-25 attaquent Lae et les barges de Hansa Bay bombardent Kendari sur l'île de Célèbes. Le détachement du 6th Nighter Fighter Squadron, 15th Fighter Group, qui opère depuis la Nouvelle-Guinée depuis le 18 avril avec des P-70, commence un mouvement de retour vers sa base à Kipapa, territoire d'Hawaï.

Mercredi 15 septembre 1943

En Nouvelle-Guinée, des B-24, avec une escorte de P-38, bombardent des aérodromes dans la région de Wewak, détruisant 10 avions ennemis au sol, 14 autres sont revendiqués détruits en combat aérien. Les B-17 bombardent la région de Lae et les B-25 coulent environ 15 barges entre Alexishafen et Finschhafen, font exploser un dépôt de munitions et de ravitaillement près de Bogadjim et attaquent les positions AA à Bostrem Bay.

Jeudi 16 septembre 1943

En Nouvelle-Guinée, les B-17, B-26, B-25 et A-20 livrent des positions ennemies à Lae, après quoi l'aérodrome et la ville (évacués par les Japonais) sont occupés par les forces australiennes. Les B-24 effectuent une frappe légère sur Sorong.

Les B-25 effectuent un balayage côtier contre des barges et des villages de Reiss Point à Langemak Bay, en Nouvelle-Guinée.

samedi 18 septembre 1943

En Nouvelle-Guinée, les A-20 frappent l'île de Tami dans la région de Lae. Les B-26 et les avions de la RAAF bombardent et mitraillent Finschhafen. Le 65e escadron de transport de troupes, 54e escadre de transport de troupes, basé à Port Moresby, commence à opérer à partir de Tsili Tsili, en Nouvelle-Guinée, avec des C-47.

En Nouvelle-Guinée, les B-25 et B-26 livrent Finschhafen en vue du débarquement allié le 22 septembre. Les B-17 et B-24 bombardent l'aérodrome et les environs du cap Gloucester sur l'île de Nouvelle-Bretagne. Les B-24 et B-25 effectuent de petites frappes contre l'île d'Amboina dans les îles Moluques, l'île de Selaroe dans les îles Tanimbar et Penfoei sur l'île de Timor.

En Nouvelle-Guinée, les B-25 et B-17 ont frappé les routes de Kaiapit à Madang, détruisant 3 ponts clés, le P-39 mitraillant et bombardant en piqué la région de Bogadjim-Yaula et les B-24 bombardant les aérodromes de Wewak et Boram. Le B-25 a frappé Penfoei sur l'île de Timor.

mardi 21 septembre 1943

En Nouvelle-Guinée, des avions A-20, B-26 et de la RAAF ont frappé l'île de Tami et pilonné Finschhafen en préparation de l'assaut amphibie allié le lendemain, les B-25 bombardent et mitraillent la région de Bogadjim et Langgoer. Sur l'île de New Britain dans l'archipel de Bismarck, un B-24 a frappé Cape Gloucester et un cargo près de Talasea A-20 et des avions de la RAAF bombardent l'île de Gasmata au large de l'île de New Britain. Le 70th Troop Carrier Squadron, 433d Troop Carrier Group, est transféré de Townsville, Queensland, Australie à Port Moresby, Nouvelle-Guinée avec des C-47.

Mercredi 22 septembre 1943

En Nouvelle-Guinée, après un bombardement naval préparatoire, des éléments de la 9 division australienne débarquent à l'embouchure de la rivière Song au nord de Finschhafen et poussent vers les défenses de la livre du S B-25 dans la région de Finschhafen près de 90 combattants combattent des avions japonais attaquant le convoi 38 avions ennemis sont revendiqués abattus. Les A-20 et B-25 ont frappé la région de Lae. Les B-24 et B-25 bombardent l'aérodrome de l'île Gasmata au large de l'île de Nouvelle-Bretagne et les B-24 frappent l'île d'Amboina dans les îles Moluques.

Jeudi 23 septembre 1943

B-25 bombarde et mitraille des villages dans la haute vallée de la rivière Markham en Nouvelle-Guinée. Bombardement du P-40 sur l'île de Gasmata au large de l'île de Nouvelle-Bretagne.

Les B-24 effectuent une petite frappe contre Sorong et Manokwari, en Nouvelle-Guinée.

samedi 25 septembre 1943

En Nouvelle-Guinée, près de 40 installations de bombes B-17, B-24 et B-25 et des lignes d'approvisionnement de Bogadjim aux villages sur les rivières Ramu et Markham. traversé la rivière Buni la veille, pousse vers le sud en direction de la ville. Les positions AA de bombardement et de mitraillage du B-25 à Rein Bay sur l'île de New Britain dans l'archipel de Bismarck. Le 66e Escadron de transport de troupes, 54e Escadre de transport de troupes, est transféré de Port Moresby à Nadzab, en Nouvelle-Guinée, avec des C-47.

En Nouvelle-Guinée, la bombe du B-24 But et le P-38 des aérodromes de Dagua revendiquent 9 chasseurs ennemis abattus dans les régions de But-Dagua-Wewak, d'autres B-24 ont frappé les plantations de Nubie et de Potsdam.

En Nouvelle-Guinée, 117 B-24 et B-25, escortés par 129 P-38 et P-40, attaquent les aérodromes et la navigation dans la région de Wewak, environ 40 avions sont détruits au sol et 8 sont revendiqués abattus au combat des bombardiers revendiquer 10 navires (totalisant environ 28 000 tonnes), 11 lougres, et un lancement coulé Finschhafen est bombardé deux fois pendant la journée.

Mardi 28 septembre 1943

In New Guinea, the Wewak area is again hit, the 40 attacking B-24's being escorted by 29 P-38's which claim 8 fighters shot down A-20's and RAAF Vengeances attack the Finschhafen and Lae area B-24's and P-39's hit a road near Bogadjim. The 21st Troop Carrier Squadron, 374th Troop Carrier Group, transfers from Port Moresby, New Guinea to Archerfield, Queensland, Australia with C-47's. The 39th Troop Carrier Squadron, 317th Troop Carrier Group, transfers from Archerfield to Port Moresby with C-47's.

Wednesday, 29 September, 1943

B-24's on armed reconnaissance attack scattered shipping in the Netherlands East Indies and Solomon and Bismarck Seas.

Thursday, 30 September, 1943

In New Guinea, B-24's and B-25's fly light raids against Boela on Ceram Island in the Moluccas Islands Sorong, New Guinea and Manatuto on Timor Island. HQ 317th Troop Carrier Group transfers from Townsville, Queensland, Australia to Port Moresby, New Guinea.


Commands: 2/9 Australian Imperial Forces Battalion

Following quickly on the heels of their mother country’s declaration of war on Germany in September 1939, the nations of the British Commonwealth made their own declarations and prepared expeditionary forces to fight in Europe. In Australia, organization of this force began that same month.

The Second Australian Imperial Force, or 2nd AIF, was made up of volunteers and modeled after the AIF of World War I fame. To distinguish the new organization’s component battalions from those of the earlier war, the designations were all preceded by the number 2. One battalion to be organized from the 2nd AIF was the 2/9, which was formed in September and assigned to the 18th Brigade. The brigade was initially part of the 6th Division and consisted of 32 officers and 770 men, largely from Queensland.

Typical of the organization of Australian battalions, 2/9 had a headquarters company of six platoons: signals, mortar, Bren-gun carrier, pioneer, anti-aircraft and administration. Each of the battalion’s four rifle companies had three platoons, every one with three sections. Each section was armed with a Bren light machine gun, a 2-inch mortar and a Boys antitank rifle. The mortar platoon was armed with 3-inch mortars, and the carrier platoon with 10 Bren-gun carriers.

Once organized, the 18th Brigade departed for Europe on May 8, 1940, destination France. Before the Australians reached France, however, it fell, and they were diverted to England. When the threat of a German invasion had passed, the 2/9 Battalion was shipped to the Middle East to bolster British troops there.

The “Diggers,” as the Australians were known, arrived in Palestine in December 1940, and were assigned to the 7th Australian Division. Their period of training and acclimatization was cut short when Maj. Gen. Erwin Rommel broke out from El Agheila and went on the offensive. In response, 2/9 was trucked across Egypt to Libya to engage Axis forces, which it did for the first time at the oasis of Giarabub on March 19, 1941.

As Rommel pushed the British Eighth Army back toward Egypt, 2/9 and the entire 18th Brigade was transported to Tobruk on the Libyan coast and attached to the 9th Australian Division. Shortly after their arrival, Tobruk was cut off. Although designated as part of the fortress’ reserve, the 2/9 Battalion conducted its share of patrols along the main line of defense. It participated in a major counterattack at “The Salient” on May 2 to help stabilize a rupture of the main line.

At the end of August, the Polish Brigade arrived to relieve the Australians. Pulled from the line, 2/9 Battalion was sent to Mersa Matruh. During its 20 weeks at Tobruk, the battalion had lost 43 men killed in action.

Over the objections of many British officials, with the outbreak of war in the Pacific in December 1941 the 7th Division was shipped back to Australia and reequipped for jungle warfare.

The battalion arrived at Milne Bay on the southern tip of New Guinea in August 1942 and took up positions around the airfield at Gili Gili. The Japanese launched an assault at the end of August, and on September 3 the battalion was thrown into battle and regained a considerable amount of lost ground. During an infantry attack the next day, Corporal John French was awarded a posthumous Victoria Cross for destroying three enemy machine gun positions. Four days later, the Japanese attacks at an end, the battalion returned to its positions at Gili Gili. The Australians had won what would come to be called the Battle for Milne Bay. The victory cost the 2/9 Battalion 30 men killed and 90 wounded.

The battalion was next shifted to the northeast coast near Buna. Supported by Australian tanks and American mortars, 2/9 attacked toward Cape Endaiadere on December 18. Over the next five days, the battalion lost half its personnel as it approached Simemi Creek and an additional 58 men once it breached the Japanese lines, but it had opened a route to the airfield at Buna. The exhausted battalion was then withdrawn on December 31.

Two weeks later, the battalion was back in action on New Guinea’s north coast, fighting along the Sanananda Track and driving on Cape Killerton from January 12 to 22, 1943. Pulled off the line again, 2/9 remained in garrison at Port Moresby until September.

On September 5, the entire 7th Division made its debut as an air-landing force. The division was part of a combined amphibious-air attack on Lae. After being transported from Jackson Field at Port Moresby to the airfield of Nadzab, northwest of Lae, the battalion drove through the Markham River Valley. On September 16, it reversed course and retraced its route through the valley to seize Madang.

After some much-needed rest and recuperation at Port Moresby, the battalion rotated back to the front on January 3, 1944, with the order to assault Shaggy Ridge. What followed were 20 days of some of the heaviest, most intense combat the battalion ever experienced. It cleared the ridge, then passed through the Kankiryo Saddle and in February was rotated back to Port Moresby.

The entire 7th Division then returned to Australia, where the 2/9 spent a long period of well-deserved rest, rebuilding its strength and training new recruits in the Atherton Tablelands in Queensland.

In April 1945, the Australians decided to have the 7th Division, which included 2/9, assault Balikpapan on the southeast coast of Dutch Borneo, which it did on July 4. The fighting continued until August 15, when it was announced that the Japanese had finally surrendered.

Recruited during the initial days of the war, when enthusiasm for fighting back was at its peak, the citizen soldiers of 2/9 were molded into a highly effective body of men that had the distinction of engaging all three major Axis powers on battlefields on four separate continents. The battalion was also noted for retrieving the body of every one of its 275 members killed in action and not losing a single member as a prisoner of war during more than 2,000 days of service.

Originally published in the April 2006 issue of La Seconde Guerre mondiale. Pour vous abonner, cliquez ici.


Voir la vidéo: La seconde Guerre Mondiale: 1943 - Documentaire complet (Décembre 2021).