Podcasts sur l'histoire

Knox II DE-1052 - Histoire

Knox II DE-1052 - Histoire

Knox

II

(DE-1052 : dp. 2 624; 1. 414'6"; n. 44'; dr. 18'; s. 27.4 k.; cpl. 247; a. 1 5", ASROC, DASH, 4 21" tt .; cl. Knox)

Le deuxième Knox (DE-1052), le prototype d'une nouvelle classe de destroyers d'escorte, fut mis en chantier le 5 octobre 1965 par Todd Shipyards Corp., Seattle, Washington ; lancé le 19 novembre 1966; parrainé par Mme Peter A. Sturtevant, petite-fille du commodore Knox; et sera com- à l'été 1968.

Une fois terminé, Knox effectuera des opérations de recherche et de sauvetage et fournira un soutien d'évacuation, de blocus et de surveillance, si nécessaire, pour la flotte du Pacifique.


File:Lancement de l'USS Knox (DE-1052) à Todd Shipyard Corporation, Seattle, Washington (USA), le 19 novembre 1966 (1438114271190).jpg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant13h55, 20 octobre 2006623 × 491 (48 Ko) Felix Stember (discussion | contributions) <

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


KNOX FF 1052

Cette section répertorie les noms et les désignations que le navire a eu au cours de sa vie. La liste est par ordre chronologique.

    Destroyer lance-missiles de classe Knox
    Keel Laid 5 octobre 1965 - Lancé le 19 novembre 1966

Couvertures navales

Cette section répertorie les liens actifs vers les pages affichant les couvertures associées au navire. Il devrait y avoir un ensemble de pages distinct pour chaque nom de navire (par exemple, Bushnell AG-32 / Sumner AGS-5 sont des noms différents pour le même navire, il devrait donc y avoir un ensemble de pages pour Bushnell et un ensemble pour Sumner) . Les couvertures doivent être présentées par ordre chronologique (ou du mieux possible).

Étant donné qu'un navire peut avoir plusieurs couvertures, elles peuvent être réparties sur plusieurs pages, de sorte que le chargement des pages ne prend pas une éternité. Chaque lien de page doit être accompagné d'une plage de dates pour les couvertures sur cette page.

Cachets de la poste

Cette section répertorie des exemples de cachets postaux utilisés par le navire. Il devrait y avoir un ensemble distinct de cachets de la poste pour chaque nom et/ou période de mise en service. À l'intérieur de chaque série, les cachets de la poste doivent être répertoriés dans l'ordre de leur type de classification. Si plusieurs cachets de la poste ont la même classification, ils doivent être triés par date de première utilisation connue.

Un cachet de la poste ne doit pas être inclus à moins qu'il ne soit accompagné d'une image en gros plan et/ou d'une image d'une couverture montrant ce cachet de la poste. Les plages de dates DOIVENT être basées UNIQUEMENT SUR LES COUVERTURES DU MUSÉE et devraient changer à mesure que de nouvelles couvertures sont ajoutées.
 
>>> Si vous avez un meilleur exemple pour l'un des cachets de la poste, n'hésitez pas à remplacer l'exemple existant.

Type de cachet de la poste
---
Texte de la barre de tueur

Comme FF-1052
First Day of Use - New Cachet, couverture par Stephen Decatur Chapitre n° 4, USCS.

Les autres informations

KNOX a reçu la mention élogieuse de l'unité méritoire de la marine avec 2 étoiles - Médaille expéditionnaire de la Marine - Médaille du service de la défense nationale avec 1 étoile - Médaille expéditionnaire des forces armées avec 1 étoile - Médaille du service vietnamien avec 1 étoile de campagne - Ruban du service humanitaire - Déploiement du service maritime Ruban et la médaille de campagne de la République du Vietnam au cours de sa carrière navale.

HOMONYME - Commodore Dudley Wright Knox, USN (21 juin 1877 - 11 juin 1960).
   Knox est né à Fort Walla Walla WA et a obtenu son diplôme de l'Académie navale le 5 juin 1896. Pendant la guerre hispano-américaine, il a servi à MAPLE dans les eaux cubaines. Il a commandé les canonnières ALBANY et IRIS pendant l'insurrection des Philippines. et ce dernier pendant la rébellion des Boxers chinois. Il a ensuite commandé trois des premiers destroyers de la Marine : SHUBRICK, WILKES et DECATUR avant de commander la première flottille de torpilles. Pendant la croisière de la « Grande Flotte Blanche », il était officier d'artillerie du NEBRASKA (BB 14). Avant la Première Guerre mondiale, il était officier de l'artillerie de la flotte dans l'Atlantique et le Pacifique, a servi l'Office of Naval Intelligence et a commandé la base navale de Guantanamo Bay. En novembre 1917, il a rejoint l'état-major de l'amiral Sims, commandant des forces navales américaines en Europe. Waters, et a obtenu la Navy Cross pour "service distingué" en tant qu'assistant dans la section de planification, et plus tard dans la section historique. Il a été promu capitaine le 1er février 1918. Après son retour aux États-Unis en mars 1919 pendant un an à la faculté du Naval War College, il commande successivement BROOKLYN (ACR 3) et CHARLESTON (C 22) avant de reprendre ses fonctions au Bureau du Chef des Opérations Navales.
Transféré sur la liste des retraités de la Marine le 20 octobre 1921, il a continué son service actif en tant qu'officier responsable du Bureau des archives navales et de la bibliothèque, et en tant que conservateur du département de la Marine. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il a été affecté à des fonctions supplémentaires en tant que directeur adjoint de l'histoire navale. Pendant 25 ans, son leadership a inspiré la diligence, l'efficacité et l'initiative tout en guidant, améliorant et élargissant les opérations archivistiques et historiques de la Marine. Maître du contenu et du style, ses écrits clairs incluent « The Eclipse of American Sea Power » (1922), « The Naval Genius of George Washington » (1932) et « A History of the United States Navy » (1936), reconnu comme « » la meilleure histoire en un volume de la marine des États-Unis qui existe." Avancé au grade de commodore le 2 novembre 1945, il a reçu la Légion du mérite pour "conduite exceptionnellement méritoire" tout en dirigeant la préservation de dossiers précis des opérations navales américaines pendant la Seconde Guerre mondiale. Le commodore Knox a été relevé de tout service actif le 26 juin 1946. Il est décédé le 11 juin 1960."

Si vous avez des images ou des informations à ajouter à cette page, contactez le conservateur ou modifiez cette page vous-même et ajoutez-la. Voir Modification des pages de navire pour des informations détaillées sur la modification de cette page.


Knox II DE-1052 - Histoire

Les frégates de classe Knox Kirk (1087), Francis Hammond (1067), Lockwood (1064) et Knox (1052).

Les KnoxIl s'agissait de la dernière conception de type destroyer de l'US Navy avec une centrale à vapeur. En apparence, ils se distinguaient par leur grande section transversale circulaire et leurs "ldquomacks". De toute évidence, ils étaient gros : grâce en partie à un retour tardif aux chaudières conventionnelles de 1 200 psi, ils ont gagné 24 pieds de longueur totale et vingt pour cent de poids au cours de la Garcias&mdashqui les rend comparables en taille à la Charles F. Adams-classe des destroyers lance-missiles et plus gros que les tout canons de la Seconde Guerre mondiale et Forrest Sherman classes dans les escadrons de destroyers auxquels ils étaient rattachés.

Longueur: Ligne de flottaison 438' globale 415'.

Déplacement: 3 020 tonnes longues légères 4 065 tonnes longues à pleine charge.

Machines de propulsion : 2 chaudières de 1 200 psi 1 turbine à engrenages, 1 arbre 35 000 shp.

Vitesse de conception : 27 nœuds.

Complément de conception : 13 officiers 211 enrôlés.

Plus spacieux que ces destroyers, le KnoxElles étaient généralement appréciées par les équipages, mais naturellement, en tant que plates-formes ASW spécialisées, elles ne pouvaient pas égaler leur capacité offensive. Les KnoxIls manquaient également de redondance : leur unique vis rendait les pannes problématiques et leur seul 5 pouces/54 pouvait se bloquer lors d'un tir continu (gênant sur la ligne de canon vietnamienne lorsqu'ils étaient neufs). Invitant ainsi et souffrant d'une comparaison côte à côte avec les destroyers, ils sont devenus connus d'une génération de destroyers sous le nom de &ldquoMcNamara&rsquos Folly.&rdquo

En vieillissant, cependant, leurs armes et leurs capteurs ont considérablement évolué. En 1971&ndash75, 31 Knoxes a reçu le système de défense antimissile de base (BDPMS). Downes a ensuite été modifié pour transporter des lanceurs de missiles sol-air Sea Sparrow. Plus tard, tous les navires ont été améliorés avec le système d'armes rapprochées Phalanx Mk 16 (CIWS). En outre, les tubes lance-torpilles orientés vers la poupe de classe ont été remplacés par le sonar à profondeur variable SQS-35 et le réseau de sonars passifs remorqués AN/SQR-18A TACTASS ainsi qu'un hélicoptère LAMPS Mk I SH-2D Seasprite.

Ainsi renforcée, la navigabilité KnoxIls ont bénéficié d'une durée de vie de 20 à 25 ans dans la marine américaine jusqu'à leur élimination progressive en 1991 et 94, lorsque la menace des sous-marins soviétiques s'est effondrée et après le Oliver Hazard Perryles frégates de classe - étaient arrivées en nombre. Pas encore fait, certains deviennent le noyau du programme de formation de réserve de concept innovant (ICRTC), disponible pour réactivation sur préavis de 180 jours. Finalement, alors que 34 ont été transférés en Turquie (12), à Taïwan (8), au Mexique (4), en Grèce (3), en Thaïlande et en Égypte (2 chacun), neuf ont été mis au rebut et six ont été coulés comme cibles.

Knox, elle-même, a été la dernière à être remorquée de Bremerton, où elle avait été désarmée, à Guam et y a coulé à l'été 2007.


Partager Toutes les options de partage pour : Une défense de Kevin Knox, le joueur le plus persécuté de la saison de la bulle NBA

Photo de Patrick Smith/Getty Images

La NBA Bubble 2020 n'a pas été tendre avec Kevin Knox. Malgré le fait qu'il n'ait pas joué depuis des mois, le jeune attaquant des Knicks est constamment mis à contribution dans l'actualité et sur les réseaux sociaux.

Malheureusement pour Knox – et les fans des Knicks en général – plusieurs des joueurs choisis après lui lors du repêchage 2018 dominent en ce moment. Michael Porter Jr., dont le nom de nombreux fans des Knicks a scandé le soir du repêchage, a affiché des chiffres fous. Mikal Bridges, que beaucoup au siège de P&T voulaient que l'équipe choisisse, a été un défenseur de premier plan et un élément clé pour les Suns brûlants. Shai Gilgeous-Alexander, le propre coéquipier de Knox au Kentucky, a probablement réalisé la meilleure carrière du groupe et est l'ancre d'une solide équipe OKC aux côtés de Chris Paul.

Stefan Bondy du Daily News a profité de l'émergence de Porter pour rédiger un article soulignant les échecs du régime de Steve Mills/Scott Perry. Où que vous regardiez, c'est la saison ouverte sur Knox. Chaque article, chaque publication sur Twitter et Instagram donne l'impression que plus de terre est jetée sur la tombe de son mandat Knicks.

Et pourquoi les fans des Knicks ne devraient-ils pas prendre les pelles ? Les chiffres de Knox ont piqué du nez en 2019-2020, passant d'une moyenne de 12,8 points sur 37,0/34,3/71,7 à 6,4 points sur 35,9/32,7/65,3. Si Knox ne marque pas, il est loin d'être un assez bon défenseur ou rebondeur pour porter son poids dans une rotation NBA.

Amis, fans des Knicks, compatriotes, prêtez-moi vos oreilles. Je ne suis pas venu pour enterrer Kevin Knox, mais pour. Je ne sais pas, peut-être un peu le féliciter, je suppose? Lorsque vous supprimez les chiffres de base et regardez plus profondément, il est prouvé que, malgré tout, Knox pourrait bien être sur la bonne voie.

Commençons par le tournage. Je ne vais pas mentir. c'est rude. Knox a commencé en feu au-delà de l'arc, avec une moyenne de 44,7 3P% sur 3,9 tentatives au cours de ses 12 premiers matchs. À partir de là, son coup de tir l'a complètement abandonné – au cours de ses 53 derniers matchs, Knox a obtenu une moyenne de 28,9 3P% sur 2,9 tentatives par match.

Alors qu'a-t-il bien fait ? D'une part, il n'a pas arrêté de tirer sur ces trois-là. Au lieu de cela, il a coupé beaucoup de pulls et de flotteurs de milieu de gamme géniaux qu'il a jetés en tant que recrue.

2018-19 3PAr : .398

2019-20 3PAr : .498

Si vous allez manquer une tonne de coups, vous pourriez aussi bien les manquer au-delà de l'arc et espacer le sol pour vos coéquipiers. Knox a un magnifique pull pour un enfant de sa taille, et il s'est montré prometteur avec le trois balles en tant que recrue. Si 2019-2020 n'était que la crise redoutée de deuxième année, alors au moins Knox a appris quels coups il devrait tirer.

Il y a en fait un endroit où le tir de Knox s'est amélioré cette saison : au bord. Il était atroce en tant que recrue, n'atteignant que 50% de ses tentatives de 0 à 3 pieds. Ce nombre a bondi à 56,4 % en 2019-2020. toujours pas bon, mais une amélioration massive.

"Toujours pas bon, mais une amélioration" est un thème récurrent dans de nombreux autres numéros 2019-2020 de Knox. Knox ne s'est pas beaucoup amélioré dans une catégorie, mais il s'est amélioré dans à peu près tout: taux de lancer franc, pourcentage de rebond, pourcentage d'assistance, pourcentage de rotation et pourcentage de blocage.

Encore une fois, nous ne parlons pas ici des trucs primés du joueur le plus amélioré, mais Knox attrapait plus de planches défensives, passait plus, retournait moins et bloquait plus de tirs. Les tirs bloqués ont peut-être été la plus grande amélioration de zone de Knox. Vous souvenez-vous d'avoir regardé les Knicks en fin de saison et d'avoir pensé : « Wow, est-ce que Kevin Knox bloque les tirs ? » Eh bien, les chiffres le confirment ! Knox a terminé troisième sur les Knicks en pourcentage de bloc, derrière Mitchell Robinson (8,0% – duh) et juste derrière Taj Gibson (2,8%). il a terminé bien devant les grands de finesse Bobby Portis (1,2%) et Julius Randle (1,0%).

Ces petites améliorations générales ont porté leurs fruits plus tard dans la saison alors que Knox devenait plus à l'aise avec son rôle en dehors du banc. Knox a commencé une plus grande partie de sa saison recrue et, malgré ses gros scores, les Knicks ont perdu des points avec lui sur le terrain (note nette de 11,3). En 2019-2020, cette cote marche/arrêt a grimpé à un niveau plus respectable de -2,6, et lorsque vous examinez les données de la programmation, il y a plus de raisons d'être optimiste. Découvrez les 10 meilleurs alignements de deux hommes de Knox :

Mettez Knox sur le terrain avec Frank Ntilikina ou Damyean Dotson, et les Knicks surpassent légèrement leur adversaire. Vérifiez maintenant le bas de la liste – en 302 minutes au total avec Dennis Smith Jr. en tant que meneur, les Knicks de Knox ont été balayés par des adversaires. Knox n'a joué que 1 166 minutes au total cette saison, ce qui signifie qu'il a joué plus d'un quart de la saison en regardant DSJ péter de haut en bas sur le terrain. Le couple Allonzo Trier a également été une énorme perte, ce qui peut être l'une des raisons pour lesquelles Trier n'est plus employé par le club.

Les combos de trois hommes sont encore plus austères dans leurs représentations. Le trio de Knox, Frank et Dotson a été un énorme succès, et jouer soit un gros (Robinson ou Portis) avec un garde (Frank ou Dot) et Knox a également été un succès pour les Knicks. Même le très grand trio de Mitch, Portis et Knox était assez proche du neutre. Mais regardez au bas de la liste: échangez avec Smith et les files d'attente se transforment en pur dookie.

Cela témoigne de certaines erreurs tragiques de l'équipe d'entraîneurs des Knicks – sérieusement, pourquoi ne jouaient-ils pas davantage à Dotson? – mais cela dit aussi quelque chose à propos de Knox. Frank et Dot ne sont pas des All-Stars, ce sont simplement des joueurs NBA compétents. Dennis Smith sera peut-être un jour un joueur compétent, mais cette saison, il a été un désastre total. Lorsque Kevin Knox a reçu des compagnons compétents en zone arrière, les Knicks ont pu très bien jouer avec lui sur le terrain.

Le récit dominant de la saison 2019-2020 de Kevin Knox est celui de la régression: il a perdu son rôle de départ, a perdu une tonne de temps de jeu et a perdu sa touche de tir. Pendant ce temps, bon nombre de ses collègues conscrits de 2018 ont excellé. Il y a cependant une autre histoire pour la saison 2019-2020 de Knox. Confronté à la perte de son point de départ, à une misérable chute de tir et à l'étrangeté générale du régime d'entraînement de David Fizdale, Knox a apporté quelques modifications à son jeu global, a joué beaucoup plus fort en défense et s'est bien adapté à Frank, Dot, Mitch et le reste d'une unité de banc des Knicks qui arrivait vraiment vers la fin de la saison.

Cela signifie-t-il que Knox renversera la situation la saison prochaine et fera taire les sceptiques? Vous savez tous que je ne parierais jamais sur les Knicks pour faire quelque chose de bien. Tout ce que je dis, c'est que nous ne devrions pas le compter pour l'instant.


Début de la vie

On ne sait presque rien de la vie de Knox avant 1540, les récits donnés par ses premiers biographes étant pour la plupart fantaisistes. De sa filiation, on sait seulement que le nom de sa mère était Sinclair (Knox utilisait le nom John Sinclair comme incognito en cas de danger), que le nom de son père était William, et que lui et les deux grands-pères de Knox s'étaient battus, et deux d'entre eux était mort, peut-être à la bataille de Flodden contre les troupes d'Henri VIII. La famille était peut-être des agriculteurs.

On suppose que Knox s'est formé à la prêtrise sous la direction du savant John Major, très probablement à l'Université de St. Andrews. Knox n'a pas obtenu de maîtrise, cependant, mais il a terminé sa formation avec un esprit imprégné de ce plaisir pour la pensée abstraite et la dispute dialectique qui, même à cette époque, était reconnu dans toute l'Europe comme typique de l'érudition écossaise. Il était dans les ordres du prêtre en 1540, et en 1543, il était également connu pour exercer en tant que notaire apostolique dans la région de Haddington, ce qui semblerait indiquer qu'il était en règle avec les autorités ecclésiastiques.

Deux ans plus tard, cependant, Knox était en compagnie plus équivoque en tant que tuteur des fils de deux gentilshommes d'East Lothian qui étaient profondément impliqués dans les intrigues du protestantisme politique. Sous leur protection, George Wishart, un leader de la Réforme écossaise qui allait devenir l'un des premiers martyrs de la cause, commença une tournée de prédication dans les Lothians en décembre 1545. Knox était beaucoup en sa compagnie, et la conversion complète de Knox à la foi réformée date de son contact avec Wishart, dont il chérissait la mémoire pour toujours. Wishart a été brûlé pour hérésie en mars 1546 par le cardinal David Beaton, archevêque de St. Andrews, qui, plutôt que le faible gouverneur, était le véritable souverain de l'Écosse. L'exécution de Wishart a commencé une chaîne d'événements qui a profondément modifié la vie de Knox. Trois mois plus tard, Beaton a été assassiné par des conspirateurs protestants qui se sont fortifiés dans le château de St. Andrews.

Pendant ce temps, Knox, accompagné de ses élèves, se déplaçait d'un endroit à l'autre pour échapper à la persécution et à l'arrestation. Son désir était d'aller en Allemagne pour y étudier aux sièges d'apprentissage protestants, mais ses employeurs lui envoyèrent un mot pour emmener leurs fils à St. Andrews et poursuivre leur éducation sous la protection du château. Ainsi, en avril 1547, moins d'un an après l'assassinat du cardinal et contre son gré, Knox arriva avec ses élèves à St. Andrews, un homme encore inconnu. Les trois mois qu'il y passa le transformèrent, contre sa propre prédisposition, en porte-parole et protagoniste reconnu du mouvement de la Réforme en Écosse. Les protestants du château s'étant mêlés à une controverse avec l'université, plusieurs d'entre eux, se rendant compte qu'un homme aux dons inhabituels les avait rejoints, pressèrent sur la conscience de Knox le devoir d'assumer « la charge publique et la charge de prêcher ». L'inclination de Knox était pour le calme de l'étude et de la salle de classe, pas pour les responsabilités et les périls de la vie d'un prédicateur d'une foi proscrite et persécutée. Il a résisté à l'appel avec des larmes, et ce n'est qu'après une grande hésitation qu'il a été persuadé de prêcher dans la ville de St. Andrews un sermon qui a convaincu amis et ennemis que le grand porte-parole du protestantisme écossais avait été trouvé. Ce fut le tournant de la vie de Knox à partir de ce moment-là, il se considérait comme appelé à prêcher par Dieu, et il était d'autant plus certain de l'origine divine et de la contrainte de l'appel qu'il allait à l'encontre de toutes ses inclinations.

Fin juin 1547, l'aide française parvient au gouverneur d'Écosse. La garnison du château de Saint-André, bombardée de l'extérieur et assaillie par la peste à l'intérieur, capitula à des conditions qui ne furent pas respectées Knox et d'autres furent emmenés en esclavage dans les galères françaises. L'intervention anglaise a obtenu sa libération 19 mois plus tard, mais avec une santé brisée de façon permanente.

En Angleterre, le gouvernement protestant d'Edouard VI s'efforçait de précipiter le clergé et le peuple dans la Réforme plus rapidement, sinon rien, que la plupart d'entre eux n'étaient disposés à le faire. Pour ce programme, des prédicateurs et des propagandistes étaient requis de toute urgence et parce qu'un retour dans une Écosse sous la domination catholique romaine était impossible pour Knox à cette époque, le gouvernement anglais l'a rapidement fait partie d'un groupe restreint de prédicateurs agréés et l'a envoyé au nord pour propager la Réforme. dans la ville de garnison turbulente de Berwick-upon-Tweed. Il mit l'ordre dans la ville et fonda une congrégation sur les lignes puritaines, et là il rencontra Marjorie Bowes, qui allait devenir sa femme. Au début de 1551, il reçut une nouvelle affectation à Newcastle et un peu plus tard, il fut nommé l'un des six aumôniers royaux dont les fonctions comprenaient la résidence périodique et la prédication devant la cour ainsi que l'évangélisation itinérante dans les régions où le clergé régulier était manque de zèle protestant. Il refusa plus tard d'accepter l'évêché de Rochester et le presbytère d'Allhallows, à Londres, mais continua, sous le patronage du gouvernement, à exercer un ministère itinérant, principalement, mais pas exclusivement, dans le Buckinghamshire, le Kent et à Londres.

À trois égards, Knox a marqué l'Église d'Angleterre de son empreinte : il a participé à la mise en forme de ses articles, il en a obtenu l'insertion dans Le livre de la prière commune de la rubrique dite noire, qui nie la présence corporelle du Christ dans le pain et le vin consacrés utilisés dans la Sainte Communion et explique que s'agenouiller à la communion n'implique aucune adoration des éléments et qu'il était l'un des principaux pères nourriciers du puritanisme anglais, un mouvement de réforme a commencé au sein de l'Église d'État en vue d'une application plus rigoureuse des principes de la Réforme dans la doctrine et le culte.


Rappel en Ecosse

En Écosse, les choses atteignirent une crise au printemps 1559. Deux ans plus tôt, les seigneurs protestants avaient signé une « bande », ou alliance, sur les conseils de Knox, s'engageant à favoriser et à défendre « la Congrégation du Seigneur » et ses ministres ( d'où leur nom de « Seigneurs de la Congrégation »). La reine régente, Marie de Guise, née en France, avait jugé politique de leur faire des concessions. Mais lorsque les hostilités entre l'Espagne et la France ont pris fin au début de 1559, ouvrant la possibilité d'une intervention française plus forte en Écosse, la reine régente a estimé que le moment était venu d'arrêter définitivement l'expansion du protestantisme. À cette fin, elle convoqua les prédicateurs protestants, en tant que meneurs de l'insubordination protestante croissante, à comparaître devant elle le 10 mai à Stirling. Les protestants ont répondu en rappelant Knox de Genève, et les seigneurs, lairds et roturiers protestants se sont rassemblés à Dundee. Le 4 mai, Knox les rejoignit et ils avancèrent jusqu'à Perth, où, après un sermon véhément de Knox, les couvents furent renvoyés.

Fin juin, Édimbourg était temporairement aux mains des protestants et Knox prêchait à St. Giles mais le triomphe était illusoire et Knox le savait. L'armée volontaire des protestants ne pouvait garder le terrain plus de quelques semaines, l'armée mercenaire de la reine régente pouvait garder le terrain indéfiniment et porter un coup écrasant alors que la force protestante diminuait. A ce moment, Henri II de France mourut et le pouvoir tomba entre les mains des Guise, frères de la reine régente et oncles de la jeune reine de France : Marie, reine d'Ecosse et épouse de François II, le nouveau roi de France. Une forte intervention française en Écosse était désormais assurée dans le cadre du plan de Guise visant à déplacer la reine Elizabeth d'Angleterre et à unir la France, l'Écosse et l'Angleterre sous François II, de France et Marie. Ainsi, un enjeu politique d'importance internationale critique tranche la question religieuse en Ecosse. Une victoire française en Ecosse mettrait Elizabeth et l'Angleterre en péril. Il appartenait donc à l'Angleterre de faire cause commune avec les protestants écossais. Knox n'a perdu aucune occasion de faire comprendre ce fait à Elizabeth. L'automne et l'hiver 1559 virent les protestants écossais dans une situation désespérée. Seuls les efforts surhumains et l'esprit indomptable de Knox ont maintenu la cause en place. À l'heure la plus noire, Knox a donné du courage aux dirigeants protestants désespérés et a évité la défaite aux mains des mercenaires français du gouvernement. Sur la seule résolution de Knox au cours de ces mois dépendait le sort non seulement du protestantisme écossais, mais aussi de l'Angleterre d'Elisabeth.

Au printemps 1560, Elisabeth consent enfin à l'action anglaise. En avril, 10 000 soldats anglais rejoignirent les protestants écossais, la reine régente mourut au château d'Édimbourg et les Français découragés abandonnèrent. Par traité, les troupes françaises et anglaises sont alors retirées, laissant les protestants écossais victorieux mettre de l'ordre dans leur propre maison. La reine Marie était catholique romaine et absente en France, et toutes ses sympathies allaient au côté vaincu. Le Parlement écossais n'avait jamais exercé beaucoup de pouvoir, mais maintenant, se réunissant en août sans autorité royale, il s'attaquait à la question religieuse. La Confession écossaise (préparée à la hâte par Knox et trois autres) a été adoptée et la juridiction papale a été abolie.


Personne : Renaud II de Nevers (1)

Renauld II, comte de Nevers et d'Auxerre (mort en 1089) était le fils de Guillaume Ier de Nevers, comte de Nevers et d'Ermengarde de Tonnerre.

Il épousa Ida, fille d'Artald V, comte du Forez. Ils ont eu un enfant :

Plus tard, il épousa Agnès de Beaugency. [1] Ils avaient :

  1. ↑ 1.01.1Renauld II, comte de Nevers, en Wikipédia: L'encyclopédie libre.
  2. RENAUD [II] de Nevers (-tué le 5 août 1089)., à Cawley, Charles. Terres Médiévales: Une prosopographie des familles nobles et royales européennes médiévales.
  3. Renaud II de Nevers, comte de Nevers, à Lundy, Darryl. La pairie: Une enquête généalogique de la pairie de Grande-Bretagne ainsi que les familles royales d'Europe.
  4. ↑ 4.04.14.24.3 Biographie a Wikipédia FR, dans Wikipedia
    [[1]], trouvé 2016.

Renaud II de Nevers1, né en 1055, mort le 5 août 1089, comte de Nevers (1079-1089), fils aîné de Guillaume Ier, comte de Nevers, d'Auxerre et de Tonnerre, et d'Ermengarde de Tonnerre.


Knox II DE-1052 - Histoire

Bios - Famille Knox de Buffalo
Par Edward T. Dunn

1876(?) - Quitte l'école à 15 ans

1890 - Déménagement à Buffalo
1890 - Épouse Grace Millard

1912 - Fusionne ses magasins avec ceux de son cousin pour former la chaîne Woolworth, dont il est le premier vice-président

1913 - Rachat de la part de Stephen Clement dans Marine National Bank - Clement était président de la banque. Clément est décédé en 1913. Knox est décédé deux ans plus tard. Les deux veuves habitent à côté sur Delaware Avenue à partir de 1918.

1915 - La mère de Frank Jr. décède et quitte sa maison à #672 Delaware Avenue, coin NW à Summer St., à lui. Lorsqu'ils se sont mariés, lui et Dorothy y ont vécu. (En 1915, Frank Jr. perd sa mère, sa femme, Dorothy, perd son père.)

1915 - Grace achète #806 (maintenant #800) Delaware l'année où son mari décède et l'année où sa fille, Virginia, épouse Frank Goodyear Jr. et vit au #672 Delaware, à quatre portes du #806.

(Les mausolées Goodyear et Knox du cimetière Forest Lawn sont côte à côte.)

1918 - Emménage au n°806, la maison qu'elle a construite après avoir démoli l'ancien manoir sur le site. Son voisin d'à côté, dans la maison de 1914, est la veuve de Stephen Clement. Seymour Knox avait acheté la part de Stephen Clement dans Marine National Bank en 1913, la même année où Clement mourut. Seymour est décédé deux ans plus tard.

  • 18 ? - #414, avenue Porter
  • 1896 - #467 Linwood
  • 1904 - #1049 Delaware [maintenant #1035]
  • 1918 - #806 Delaware
  • Dorothée Virginie
    Né en 1896(?)
  • Marjorie
    1900-1980
  • Seymore Horace, Jr,
    1898

1915 - Épouse Frank H. Goodyear, Jr.
1915 - Elle et son mari vivent au n°672 Delaware Avenue, la maison où son mari a grandi à partir de 16 ans. Sa mère est décédée en 1915 et lui a laissé la maison.

(Son père, Seymour H, Knox I est également décédé en 1915, la même année que sa mère veuve a décidé d'acheter la maison, #806, maintenant #800 Delaware, à trois portes de Dorothy.)

C. 1916-17 - Construction de la maison principale de la ferme Knox à East Aurora. Ils vendraient la maison au frère de Dorothy, Seymour II, en 1929, et construiraient une plus grande maison à cinq kilomètres de là sur North Davis Road.

1930 - Frank Goodyear, Jr., 39 ans, est tué dans un accident de voiture. Dorothy survit avec une épaule tordue.

1927 - Épouse J. Hazard Campbell. Leur résidence d'été se trouve sur Willardshire Road, à côté du domaine East Aurora de Seymour Knox, II. Campbell va travailler chez Marine, maintenant une banque familiale.

1938 - J. Hazard meurt dans un accident d'avion dont sont témoins Marjorie et deux de ses enfants.

1920 - Après avoir obtenu son diplôme de Yale, travaille dans l'entreprise familiale, Marine Trust Bank .

1943-1970 - Président de la Marine Trust Bank lorsque la construction commence sur le bâtiment de trente-huit étages de Marine chevauchant la rue Main inférieure.

1943-1971 - Président de F. W Woolworth co.

1961 - Albright Art Gallery rebaptisé Albright Knox Art Gallery

1923 - Épouse Helen Northrup. Helen était diplômée de l'Albright Art School.

Helen est diplômée de l'école d'art d'Albright.

1923 Les jeunes mariés emménagent dans le manoir récemment achevé derrière #806 sur #57 Oakland Place.

  • Seymour H., III
    1926-1990
  • Northrup
    1928-1998
    (Les frères amènent les Sabres et le hockey de la LNH à Buffalo en 1970)

O f D'ascendance écossaise-irlandaise, Seymour Horace Knox est né en 1861 à Russell, comté de Saint Lawrence, New York, fils de James Horace Knox, un fermier, et de son épouse, l'ancienne Jane E. McBrier. Le grand-père de James avait combattu pendant la Révolution. Le premier de ces Knoxes en Amérique, William, est venu de Belfast dans le Massachusetts en 1737.

Seymour a fréquenté l'école du district et à quinze ans, bien qu'il n'ait jamais été au lycée, a commencé à enseigner lui-même. À dix-sept ans, il a déménagé à Hart, dans le Michigan, où il a travaillé pendant quelques années comme vendeur. Puis il part pour Reading où, en partenariat avec son cousin germain, Frank W Woolworth, il ouvre un magasin à cinq et dix cents qui échoue. Imperturbable, le jeune Knox a établi le même genre d'opération à Newark, New Jersey. Cela a réussi, mais Knox a de nouveau vendu et avec Woolworth a formé Woolworth & Knox à Erie.

Avec succès ici, Knox est venu à Buffalo en 1890 où il a ouvert deux magasins, l'un sur Main, l'autre sur William Street, pour être connu sous le nom de S. H. Knox. Woolworth a étendu son empire en utilisant des partenaires pour organiser des points de vente uniques. Ainsi, il pouvait minimiser ses propres dépenses. En 1912, cependant, il fusionna ses rivaux, dont S. H. Knox, dans une entreprise qui comptait à l'époque 596 magasins dans le monde. Son siège social se trouvait dans le Woolworth Building, un gratte-ciel de 13 millions de dollars sur le Lower Broadway à New York construit en 1913. La nouvelle société, F. W. Woolworth, a été capitalisée à 65 millions de dollars. Outre ses importantes participations dans cette gigantesque entreprise, Knox a été nommé premier vice-président. Il était également devenu un acteur important dans les affaires de Marine National en rachetant la participation de Stephen Clement en 1913.

Grace Millard, épouse de Seymour, je

K nox s'est marié en juin 1890, l'année de son arrivée à Buffalo :

Mme Knox était l'ancienne Grace Millard de Detroit, la fille de Charles et Sarah Avery Millard. À certains de ses amis, Mme Knox a confié l'histoire de son idylle avec le jeune homme avec qui elle allait s'enrichir. Elle a rappelé à ces amis qu'un voyage à Buffalo lui avait permis de rencontrer M. Knox. Elle faisait partie d'un groupe de filles qui sont venues ici pour de courtes vacances, l'une des filles connaissait M. Knox et il a diverti le groupe.

Particulièrement attiré par Grace Millard, il l'a vue fréquemment pendant son séjour ici et ce n'est que peu de temps après la visite qu'ils se sont mariés à Détroit et sont revenus ici pour s'installer. Ses parents ont suivi, arrivant ici peu de temps avant que M. Knox n'ouvre son premier magasin Buffalo dans l'ancien Palace Arcade près de Lafayette Square au début des années 1880 [lire les années 1890]. -- Nouvelles du soir de Buffalo, 31 août 1936

La première maison des jeunes mariés était le #414 Porter Avenue en 1896, ils étaient au #467 Linwood et en 1904, l'annuaire de la ville les énumérait au #1049 Delaware [maintenant #1035].

Seymour, moi et la famille de Grace Millard

Le recensement de 1905 décrit ce ménage :

  • Seymour H. Knox 44
  • la grâce Knox 40 épouse
  • Dorothée Knox 9 fille à l'école
  • Seymour Knox 7 fils à l'école
  • Marjorie Knox 5 fille à l'école
  • Les domestiques étaient Bertha Dengler 40 maid, Florence Heath 40 maid [et au-dessus de l'écurie] Damon Sherman cocher, Kate Damon 25 épouse.

L'aîné des enfants Knox, Gràcia, né en 1893, mort en bas âge le second, Dorothée Virginie, épousa Frank Goodyear, Jr. puis Edmund Rogers le troisième, Marjorie, a épousé J. Hazard Campbell, et après sa mort Benjamin Klopp, et est décédé en 1980 et le quatrième, Seymour H. Knox II, né en 1898, a épousé Helen Northrup.

Seymour Knox, I, est mort en 1915, à cinquante-quatre ans. En 1918, sa veuve a quitté la maison seigneuriale que son mari avait construite en 1904 pour devenir un magnifique manoir au n°806.

UNE t À la mort de Mme Seymour Knox en 1936, un écrivain se souvient d'un style de vie qui n'a guère été affecté par la Dépression :

. La principale joie de Mme Knox était ses nombreux amis. Elle voulait rarement être seule - son grand désir était d'être entourée de ses intimes et de ses enfants et petits-enfants. Le temps de Noël dans l'immense manoir de l'avenue était toujours un moment particulièrement heureux pour ses enfants, Seymour Knox Jr., Mme J. Hazard Campbell et Mme Edmund P Rogers de New York et de Buffalo, ont tenu à rentrer chez eux pour la célébration festive à qui étaient également présents Mme Knox Jr., M. Campbell et M. Rogers et leurs enfants.

Ses enfants ont toujours été à proximité. Mr. & Mrs. Campbell living with her Mrs. Rogers owning a home two doors away at Summer street and Delaware avenue and living there until the time of the death of her husband, Frank H. Goodyear, and her son and his wife live in Oakland place.

Mrs. Knox's magnificent summer place in East Aurora has in the last few years become the rendezvous for her children. As each one married, she built a charming home on the land for the couple and the original home has become the guesthouse. Mrs. Rogers, who has made her home in New York City since 1931, joins them here each year.

Mrs. Knox had a track of her own and fine stables in East Aurora. Her love of fine horses was fostered by her husband and for some time she had been vitally interested in the polo team headed by her son, Seymour. When an English team came over last year to play against them, Mrs. Knox entertained for the poloists.

At the time of the Peace Bridge opening ten years ago, Mrs. Knox had a large luncheon in her Delaware avenue home and among the notable guests were Vice President Charles G. Dawes, Premier and Mrs. Stanley Baldwin of England, and Secretary of State and Mrs. Frank B. Kellogg. When Lady Burley of England was in town as the guest of Mrs. Norman E. Mack, Mrs. Knox entertained for the out of-of-town guests. Mrs. Knox's entertainments were not so much for out-of-town people, however, as much as they were for her many Buffalo friends.

The ballroom, with mirrors lining the walls and ceiling is only one of the sumptuously furnished rooms in the large house. The drawing room, library and living rooms of the home, furnished in Empire style with much gilt framework and red brocaded upholstery, combine stateliness with comfortable hominess. Crystal chandeliers reflect the lights in each room.

Travel was balm for Mrs. Knox after the death of her husband and she was heard to remark recently, "If I were 45 today, there would not be a place in the world that I wouldn't see." She has motored all over Europe, traveled in the Orient and over this continent. She has a particular fondness for Pasadena, Cal. Her charities were extensive but she preferred to keep them quiet. -- Obituaries of Mrs. Knox in 1936 in the Buffalo News et le Courier Express.

je n 1927 Marjorie Knox married J. Hazard Campbell, born in 1900 in Providence, Rhode Island, a descendant of Oliver Hazard Perry, the victor at the Battle of Lake Erie in the War of 1812. Campbell was cruise director for a steamship line and met Marjorie aboard ship. They wed at the end of the cruise and returned to Buffalo where they lived at #806 and at Willardshire Road next to the East Aurora estate of Seymour Knox, II. Campbell went to work at Marine, now a family bank.

On August 23, 1938, Campbell and Lieutenant Commander Frank Hawks, a famous speed flyer, were killed in a crash just after takeoff in a small plane made by a company of which Hawks was vice-president and for which he was seeking Campbell's backing. The tragedy was witnessed from Edmund Rogers' polo field by Marjorie and two of their children. Hazard was the second son-in-law of Seymour Knox, I, to have died violently."

The widowed Marjorie returned to her former home at #806. In 1948 she married Benjamin Klopp, Buffalo native, Lafayette High graduate, World War I veteran, and partner in Phillips Brothers Basket Company. He was also associated with Niagara Falls Power Company and Sterling Engine. His first wife, who died in 1948, was Else Helen Schmidt (her middle name came from her mother, born Helen Johanna Maria, daughter of Jacob Schoellkopf), niece of power company president Jacob Schoellkopf. The Klopps lived at #806 until Marjorie's death in 1971.

S eymour H. Knox, II, was born in Buffalo in 1898. He attended Nichols and the Hotchkiss School in Connecticut. Graduating from Yale in 1920 he needed merely to fold into the family business. Since college he was identified with Marine Trust, of which he became director in 1921, vice-president in 1926, and chairman 1943-1970, when construction began on Marine's thirty-eight story building straddling lower Main Street. He joined the F. W Woolworth board in 1926 and was chairman from 1943 until reaching the mandatory retirement age forty-five years later in 1971.

At various times he was director of the New York Central and of Penn Central when it went bankrupt in1970, American Steamship Company, Hewitt-Robins, and Niagara Share. Like his father, who had bred champion trotters and pacers at his rambling East Aurora estate, the son, known as "Shorty," was a polo enthusiast. He led his Aurora team to the United States Championship in 1932 and later won a tournament in Europe and toured South America. His ranking as a seven-goal handicap player was one of his proudest boasts. He was a top squash player and invited the best to compete with him at East Aurora where he raised Angus Aberdeen cattle. His clubs included Buffalo Country, East Aurora Country, Park, Buffalo Tennis and Squash, and Yale.

Abandoning polo in the 1960s, Knox turned toward art. Conger Goodyear had talked him into pouring millions into avant guard works and donating them to public art museums. In the 1950s, with the advice of Gordon Smith, director of the Albright, Knox began buying for the gallery the works, then modestly priced, of Abstract Expressionist painters. In 1961 the Albright became the Albright-Knox. Knox encouraged younger artists as well as "old masters" of modern art like Picasso, Gauguin, and Giacometti. He was also a major benefactor of U.B., a longtime member of its council, and its chairman 1949-1969.

Helen Northrup: In 1923 Seymour H. Knox, II, married Helen Northrup, born in Buffalo in 1902, daughter of Louis G. and Sara E. Northrup of Buffalo. Helen graduated from Lafayette High and the Albright Art School in Buffalo. It was a marriage of likes since Helen loved horses, was an accomplished rider prominent in the Genesee Valley Hunt, played excellent tennis, and shared her husband's passion for the arts.

The newlyweds moved into the recently completed mansion behind #806 on #57 Oakland Place. They had two sons, Seymour H., III, born in Buffalo in 1926, and Northrup, born in Buffalo in 1928. Both grew up at #57 Oakland, though the family owned a summer home in East Aurora and a winter retreat in Aiken, South Carolina. They followed the example of their father in business, sports, the arts, and community service. Together they brought the Sabres hockey team to Buffalo in 1969..

Helen Knox died in 1971 Seymour, III, in 1990,

Northrup died in 1998 Northrup's widow, Lucetta Crisp, died in 2008.

W hen Marjorie Klopp died in 1971, #806 (later #800) went on the market. The total destruction of the Montefiore Club in 1969 made officers think of #806 as a replacement. They approached Seymour Knox, II, and intimated that for a reduced price they would be glad to rechristen the club Montefiore-Knox. He brushed the hint aside but sold the building anyway.

The club went bankrupt in 1977. The need to build athletic facilities and a furnace house had overtaxed club revenues. Previously #806 Delaware and #57 Oakland had been heated by the same unit, which with the sale went with #57 Oakland.

In 1978 three companies acquired three Avenue mansions as quality corporate headquarters.

  • Number 690 Delaware, the old Pratt place, went to Niagara Trading
  • #806 was sold to Computer Task Group
  • #891, the Orin Foster mansion, was obtained by De Rose Food Brokers.

UNE Courier-Express writer noted that "all three houses were built with rich, expensive materials which are not commonly used today," and pointed out that, "the imported marbles and hardwoods of these homes could only be acquired now - if at all - at a price many times the original cost" (C-E, August 25, 1978.)

These purchases pleased a scarcely revolutionary local group whose slogan was "Save the Mansions! " Later a News writer recalled that Dr. Charles Battista in 1974 prevented IBM from demolishing three buildings on the 800 block of Delaware Avenue to erect what the writer described as "a god-awful piece of garbage to stick in the middle of a pristine block" (BEN, July 3, 1999.)

Les En train de lire , Pa. store opened Sept. 20th, 1884 [and] was a success from the beginning, where opening day sales totalled $209.20. So successful, in fact, that the inventory was valued at $1,531, and the end of the first week total sales were $1,517.

Newark was a disaster for the two cousins [Knox and Woolworth]. When they partnered in their next launch in Erie, it was also successful and helped them buy out of the lease they had in Newark.

In a bid to branch out on his own, away from cousin Frank Woolworth, he [Knox] had opened at store on Sept. 17th 1887 in Lockport along with his partner (and cousin) Edwin McBrier. In his travels back and forth he was intrigued by Buffalo's potential and partnered with Frank Woolworth in the first Buffalo store, opened at 409 Main St., on October 13th, 1888. The second Buffalo store was opened at 549 William St. on June 20th, 1891. These two stores would be moved to other addresses on the same streets, but the dates above were the original openings.


Published works

  • Report and Recommendations of a Board Appointed by the Bureau of Navigation Regarding the Instruction and Training of Line Officers, by Dudley W. Knox, Ernest J. King, and William S. Pye. (1920)
  • The Eclipse of American Sea Power (1922)
  • The Naval Genius of George Washington with a foreword by Admiral Hilary P. Jones. (1932)
  • Naval Documents Related to the Quasi-War between the United States and France, 1798–1800 Seven volumes. Published under direction of the Secretary of the Navy. Prepared by the Office of Naval Records and Library, Navy Department, under the supervision of Captain Dudley W. Knox, U.S. Navy (ret.), with an introduction by President Franklin D. Roosevelt. (1935–1939)
  • A History of the United States Navy, with an introduction by William L. Rodgers (1936) revised with a foreword by Chester W. Nimitz (1948, 2006)
  • Naval Documents Related to the United States Wars with the Barbary Powers Six volumes. Published under direction of the Secretary of the Navy. Prepared by the Office of Naval Records and Library, Navy Department, under the supervision of Captain Dudley W. Knox, U.S. Navy (ret.). (1939–1944)
  • Naval sketches of the war in California reproducing twenty-eight drawings made in 1846–47, by William H. Meyers descriptive text by Capt. Dudley W. Knox introduction by Franklin D. Roosevelt (1939)
  • Carte de la partie de la Virginie où l'armée combinée de France & des Etats-Unis de l'Amérique a fait prisonnière l'Armée anglaise, commandée par Lord Cornwallis le 19 octbre. 1781: avec le plan de l'attaque d'York-town & de Glocester, levée et dessinée sur les lieux par ordre des officiers genx. de l’Armée française & américaine / à Paris, ches Esnauts et Rapilly. (1945)
  • Dudley Wright Knox: A Register of his Papers in the Library of Congress (1971)


Voir la vidéo: Vampires, entre mythe et histoire - SDH #14 (Décembre 2021).