Podcasts sur l'histoire

Nounours Maguire

Nounours Maguire

Edward (Teddy) Maguire est né à Meadowfield le 23 juillet 1917. Ailier, il a joué au football local avant d'être signé par le major Frank Buckley, le manager de Wolverhampton Wanderers en 1936. Il a rejoint une équipe qui comprenait Stan Cullis, Gordon Clayton, Bill Morris, Dennis Westcott, George Ashall, Alex Scott, Jack Taylor, Tom Galley, Dicky Dorsett, Bill Parker, Bryn Jones et Joe Gardiner.

Au cours de la saison 1937-38, les Wolves ont terminé deuxièmes derrière le puissant Arsenal en première division. Dennis Westcott a terminé la saison en tant que meilleur buteur avec 22 buts en 28 apparitions.

Au cours de la saison 1938-39, les Wolves ont terminé deuxièmes derrière Everton. L'avant-centre Dennis Westcott a marqué 43 buts en 43 apparitions. Son collègue attaquant, Dicky Dorsett a réussi 26 buts cette saison. Le capitaine de l'équipe, Stan Cullis, était généralement reconnu comme le meilleur demi-centre de la Ligue de football. Cette saison a également vu l'arrivée d'adolescents, Billy Wright, Joe Rooney et Jimmy Mullen, dans le côté.

Les loups ont également connu un bon parcours en FA Cup et ont battu Leicester City (5-1), Liverpool (4-1), Everton (2-0), Grimsby Town (5-0) pour atteindre la finale contre Portsmouth à Wembley. Les loups ont perdu la finale 4-1 avec Dicky Dorsett marquant leur seul but. Les Major Buckley's Wolves sont devenus la première équipe de l'histoire du football anglais à être finaliste des deux compétitions majeures du sport la même année. Par la suite, il a été découvert que les joueurs de Portsmouth, comme ceux des Wolves, avaient également reçu des injections de glandes de singe.

Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en 1939 a mis fin à la Ligue de football. Le gouvernement a imposé une limite de déplacement de cinquante milles à toutes les équipes de football et la Football League a divisé tous les clubs en sept zones régionales où les matchs pouvaient avoir lieu. Les loups ont rejoint la Midland League avec West Bromwich Albion, Birmingham City, Coventry City, Luton Town, Northampton Town, Leicester City et Walsall. Les loups ont remporté le championnat 1939-40.

En 1947, Maguire, qui avait marqué 7 buts en 82 matchs avec les Wolves, rejoint Swindon Town. Il a marqué 4 buts en 28 matchs avant de signer pour Halifax Town en 1948. Au cours des deux saisons suivantes, Maguire a marqué 7 buts en 55 matchs.


L'histoire secrète et sordide de l'eugénisme dévoilée

Au milieu de l'histoire glorieuse de notre pays, il y a eu des nuages ​​sombres, des événements honteux qui n'ont pas été à la hauteur des idéaux fondateurs, notamment : l'esclavage, la guerre sanglante entre les États, le déni des droits des Afro-Américains longtemps après la fin de la guerre civile, et l'internement des Américains d'origine japonaise, tous citoyens américains, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce sont tous des événements bien documentés, faciles à trouver dans les livres d'histoire.

Moins facilement documentée et plus difficile à cerner est une série de mouvements qui ont duré des décennies : l'eugénisme. Comme l'histoire nous le montre, l'eugénisme a conduit non seulement à une discrimination de masse dans la politique d'immigration, mais aussi à la destruction massive d'êtres humains dans et hors de l'utérus.

Dans La porte gardée, de Daniel Okrent, cette histoire sordide est racontée dans des détails inquiétants. C'était un mouvement qui a attiré certaines des personnalités les plus puissantes du pays - de Henry Cabot Lodge, alors sénateur républicain du Massachusetts, à Margaret Sanger, fondatrice de Planned Parenthood, et d'autres personnages moins connus de notre histoire, principalement des hommes et des femmes. d'une grande richesse et d'une grande influence. Même Teddy Roosevelt pendant un certain temps était un partisan. En 1921, le vice-président Calvin Coolidge a déclaré que les « lois biologiques » avaient prouvé l'infériorité des Européens du Sud et de l'Est.

Le carburant de cette haine reposait non seulement sur un antisémitisme séculaire, mais aussi sur une profonde méfiance à l'égard des catholiques. En effet, beaucoup croyaient que l'Église catholique était un outil des Juifs.

Ce sujet d'immigration et d'eugénisme pour Okrent est un nouveau territoire, bien que ses autres livres traitent également de tranches de l'histoire américaine. Dernier appel : la montée et la chute de la prohibition concernait l'expérience américaine d'interdiction de l'alcool, tandis que Grande fortune : l'épopée du Rockefeller Center l'a vu être nommé finaliste du prix Pulitzer. Il a également écrit plusieurs livres sur le baseball.

Il a écrit La porte gardée en raison de son intérêt passionné pour l'histoire américaine ainsi, semble-t-il, de l'origine ethnique de sa propre famille. Dans une interview avec Politics and Prose, il a déclaré qu'il était fasciné par le fil conducteur anti-immigrants qui a traversé notre histoire. Il a noté que dès le début, même Benjamin Franklin a exprimé son inquiétude au sujet des nouveaux arrivants, les Allemands étant la cible de ses inquiétudes. Chaque génération a trouvé un groupe à mépriser, ou du moins à considérer comme « indigne » d'être américain. Dans le prologue de Porte gardée, Okrent écrit que ses propres grands-parents étaient des Juifs de Roumanie et de Pologne. Bien sûr, les Juifs d'Europe de l'Est étaient considérés comme haut placés sur la liste des « indésirables » par ceux qui luttaient contre les politiques d'immigration libérales. Le père de sa mère était un médecin roumain qui a réussi à entrer aux États-Unis "en vertu d'une loi restrictive temporaire qui lui a permis d'entrer avant la fermeture des portes".

Bigoterie mortelle

Ce sectarisme qu'il décrit est devenu mortel, avec le soutien, parfois, de la respectable presse grand public.

À la fin du XIXe siècle, comme le rapporte Okrent, la violence anti-immigrés a atteint un paroxysme. Le New York Times a fait état d'une violente « société secrète polonaise » fictive dans la vallée de Shenandoah.

« Une foule à la Nouvelle-Orléans a lynché 11 immigrants catholiques italiens… qui avaient été accusés – puis acquittés du meurtre du chef de la police de la ville », écrit Okrent.

Peu de temps après l'embauche de quelques Juifs russes dans une verrerie du New Jersey, « les ouvriers se sont lancés dans trois jours d'émeutes xénophobes ».

Comme le note Okrent, le mouvement eugéniste a commencé à la fin du XIXe siècle comme un appel à restreindre l'immigration légale à ceux qui étaient considérés comme le meilleur matériau pour devenir de vrais Américains - ceux de souche nord-européenne et de foi protestante. Les Italiens, les Juifs, les Polonais, les Grecs et les Russes étaient considérés comme trop grossiers et pas assez intelligents pour devenir des citoyens américains acceptables.

Ce mouvement s'est finalement transformé en quelque chose de plus meurtrier : la soi-disant science de l'eugénisme, qui croyait que les principes utilisés pour créer les meilleurs reproducteurs dans la grange pouvaient être utilisés sur les gens pour assurer les « meilleures personnes ». Cet état d'esprit a conduit à l'utilisation massive du contrôle des naissances, de l'avortement à la demande et même de l'Holocauste.

Mais l'eugénisme n'est pas seulement une question d'intolérance raciale - il est également devenu une plate-forme pour l'intolérance de toute différence qui considère une personne comme une idée imparfaite, subjective et mortelle. Rappelons que les nazis considéraient les Juifs et les Slaves comme des sous-humains.

Comme le montre Okrent dans son livre, l'eugénisme, qui soutenait également la stérilisation forcée de ceux qui étaient considérés comme trop faibles ou trop criminels pour se reproduire, est devenu la vision utilitariste ultime de l'humanité : les gens n'étaient pas égaux en tant qu'enfants de Dieu, mais seulement de valeur basée sur la race et santé.

Dans les années 1890, une panique financière déclencha la croissance de l'Association de protection américaine anti-catholique à un million de membres.

De nombreuses églises protestantes traditionnelles ont apporté leur soutien aux restrictions à l'immigration fondées sur l'ethnicité. Pendant ce temps, l'Église catholique, dont les millions comprenaient des Polonais, des Italiens et d'autres, luttait contre ces politiques discriminatoires.

Il était en effet ironique qu'un pays fondé par des personnes fuyant les persécutions, en particulier le sectarisme anti-religieux, soit soudainement saisi par le désir d'exclure d'autres en quête de liberté et d'une vie meilleure.

Races de mépris

Tenter de fermer la porte aux « gens inférieurs » était un point de départ naturel pour l'eugénisme, car l'eugénisme considérait la race comme le facteur déterminant pour décider de la capacité d'une personne à s'intégrer.

L'un des grands partisans du mouvement était Madison Grant, une avocate de New York qui aimait aussi la zoologie. Sa passion pour l'élevage d'animaux s'est transmise à l'homme. Son livre Le passage de la grande course a été loué par toutes sortes de personnes respectables de l'époque ainsi que par d'autres beaucoup moins respectables.

Okrent écrit : « Les Juifs ont peut-être attiré plus de venin [de Grant] que les catholiques, mais Grant ne les considérait pas vraiment comme des menaces distinctes, sautant vers de nouveaux sommets imaginatifs lorsqu'il a averti [un ami] de la menace posée par 'l'Église catholique sous Les dirigeants juifs.’ » Il a vu les deux groupes « taillés dans le même tissu… des métis à moitié asiatiques ».

Adolf Hitler avait une copie du livre de Grant dans sa bibliothèque privée et il a remercié Grant de l'avoir écrit. Le livre alimentait les théories raciales insensées d'Hitler : qu'il y avait une conspiration juive et que les Juifs polluaient la grande race allemande. Horriblement, ces idées ont conduit aux fours d'Auschwitz et d'autres camps de la mort nazis.

« Hitler a étudié Le passage avec enthousiasme, l'a cité dans des discours et d'autres écrits et au moment de son suicide, dans le bunker de Berlin en 1945, il possédait toujours un exemplaire de l'édition allemande originale, « chaudièrement inscrit » à lui par l'éditeur allemand », écrit Okrent.

De nombreux dirigeants américains éminents ont pris le mouvement eugéniste au sérieux. Mais quand vous lisez le décompte d'Okrent de ce qu'on ne peut appeler que de la pure idiotie, il est difficile de croire qu'une personne réfléchie puisse être si crédule.

Charles W. Gould, un éminent leader de l'eugénisme, n'aimait pas beaucoup les Italiens et a affirmé que, pendant 2 000 ans, le groupe ethnique "n'a jamais produit un homme capable exceptionnel".

Alors comment expliquerait-il le génie de Dante, Raphaël, Michel-Ange et Léonard de Vinci ? Grant avait une solution : insister sur le fait qu'ils étaient en fait de sang nordique.

En effet, certains prétendaient que Jésus n'était pas juif mais un aryen assassiné parce qu'il n'était pas juif.

Un laissez-passer pour Sanger ?

Okrent est plus circonspect quand il s'agit de Sanger. C'est peut-être parce qu'il soutient une grande partie de son héritage «progressiste», comme le font de nombreux Américains.

Pourtant, ce qu'il rapporte devrait faire réfléchir les partisans à deux fois sur son héritage.

Okrent écrit : « Les propres mots de Sanger fournissent de nombreuses preuves de son soutien affirmatif à l'eugénisme. Dans un essai de 1921 dans le Examen du contrôle des naissances elle a écrit que "la campagne pour le contrôle des naissances n'a pas seulement une valeur eugénique, mais est pratiquement identique dans son idée au but final de l'eugénisme".

Okrent ajoute qu'elle a ensuite attaqué "l'idée de fournir des soins médicaux et infirmiers aux familles pauvres".

"Favoriser le bon à rien au détriment du bon est une cruauté extrême", a noté Sanger.

Dans un récent Premières choses essai de magazine, le juge de la Cour suprême des États-Unis, Clarence Thomas, a fait comprendre le lien entre le travail de Sanger et l'eugénisme :

« Dès le début, le contrôle des naissances et l'avortement ont été promus comme des moyens d'effectuer l'eugénisme. La fondatrice de Planned Parenthood, Margaret Sanger, était particulièrement ouverte sur le fait que le contrôle des naissances pouvait être utilisé à des fins eugéniques. Ces arguments sur le potentiel eugénique du contrôle des naissances s'appliquent avec encore plus de force à l'avortement, qui peut être utilisé pour cibler des enfants spécifiques présentant des caractéristiques non désirées.

Aujourd'hui, ce vilain héritage est visible, entre autres, en Islande, où il y a eu l'élimination totale des bébés trisomiques. Pour beaucoup, cela est considéré comme un « progrès ». Pour d'autres, c'est la continuation du cauchemar eugéniste qui finira là où il finit toujours : dans l'horreur impie de la survie du plus fort.


Tout sur Teddie Palmer (carrière sur scène 1962-1985)

L'histoire

Le début des années 70 a été une période turbulente dans la musique alors que le rock and roll commençait à muter dans mille directions différentes. Les musiciens ont expérimenté une variété de nouveaux genres, du country rock des Eagles au "glam rock" de Marc Bolan, David Bowie et Gary Glitter. Teddie Palmer et son Rumble Band ont émergé d'Irlande du Nord à cette époque pour devenir les maîtres irlandais du glam rock.

Mais l'histoire de Teddie a commencé de nombreuses années plus tôt lorsqu'il a commencé sa carrière en jouant dans les clubs de Belfast. C'était en 1962, et les Beatles étaient encore inconnus lorsque Teddie a formé son premier trio, Les Beathavens. Ils ont juste joué localement en faisant des concerts comme le Youth Guild Panto. N'allant jamais vraiment nulle part, Teddie a rapidement quitté le trio et est passé à son premier groupe "réel", Les Spectres.

Les Spectres n'a pas tardé à faire sensation et a sorti un single, The Facts of Life, enregistré pour le Rag Day de l'Université Queen's afin de collecter des fonds pour une œuvre caritative. Teddie a écrit les paroles de la chanson et le single était un classique local. Il est maintenant évalué à 280 £ selon le "Rare Record Collector". Au cours des prochaines années, Teddie aurait du mal à se retrouver musicalement, restant rarement longtemps avec un seul groupe.

Les Spectres rompu en 1966 avec le guitariste principal, John Bell, suivant sa propre voie formant un combo de trois pièces qu'il appelait toujours Les Spectres. Pendant ce temps, Teddie et le reste du groupe ont trouvé un nouveau guitariste, Dave Storey, et se sont appelés Les exilés.

En 1966, Teddie est devenu pro et a formé Teddie et les Tigres, un groupe pop qui a joué de tout, des Beatles à Hendrix et en vedette le guitariste Tiger Taylor, qui deviendra plus tard un membre clé du Étudiants de première année. Tiger avait déjà été membre du groupe du Nord Les Banshees (avec Dinky O'Day), qui est devenu Les pécheurs, aussi bien que Sam Mahood et Just Five avant de rejoindre Teddie. Le groupe s'est constitué un grand nombre d'adeptes à Belfast, mais s'est rarement aventuré en dehors des limites de la ville au cours de ces premières années. Teddie and the Tigers a sorti un single, First Love Never Dies b/w Hold On, I'm Coming.

Pendant cette période, la scène des groupes à Belfast explosait avec des groupes locaux en compétition pour la « première place » sur la scène des clubs. Teddie et les Tigers ont été régulièrement comparés au célèbre groupe de Van Morrison, Them et, en fait, les ont battus, étant nommé le groupe de tête dans un sondage. Même si la scène était vibrante et attirait beaucoup d'attention, les groupes n'étaient pas payés, 25 £ étant le prix moyen d'un groupe de rock à l'époque.

Cependant, peu de temps après, Teddie et le groupe se sont séparés, Tiger rejoignant les Freshmen et Teddie rejoignant son premier vrai "showband" Les collégiens basé à Belfast en novembre 1967. Les collégiens a fait un peu de bruit et a sorti le single, Simon dit, mais Teddie était bientôt de nouveau en mouvement.

En novembre 1968, Teddie quitte Les collégiens et a formé son propre groupe, le Teddie Palmer Trend. Dans une interview Spotlight à l'époque, il a déclaré qu'il n'avait chanté qu'un tiers des chansons avec le groupe et qu'il s'ennuyait debout. Le groupe de cinq musiciens était l'un des premiers groupes en Irlande sans cuivres à jouer des concerts de showband (par opposition aux groupes qui jouaient auparavant dans des salles de bal lors de soirées spéciales de «groupe», généralement au milieu de la semaine). Chips est devenu plus tard le premier groupe non-cuivres à conquérir le circuit national des salles de bal en Irlande, et comme le dit Teddie, "nous n'avons fait qu'effleurer la surface". The Trend a sorti un single, Stay With Me Baby sur Dolphin Records. Cependant, le nom du groupe a été de courte durée (fin 68-début 69) car l'Union des musiciens de Belfast avait autorisé Teddie à enregistrer le nom, ne sachant pas que la branche de Derry s'était déjà enregistrée. Peter Boy et la tendance à Derry. Teddie a été contraint de changer le nom du groupe, mais il a également ajouté deux saxophonistes (Hugo Andrews et James McCorristan) portant le groupe de cinq à sept membres et a fait le grand saut d'un groupe à un showband, et La bande de grondement est né.

C'était le 3 octobre 1969 lorsque The Rumble Band a pris la route avec son premier concert dans l'Embassy Ballroom, Derry - par coïncidence la ville natale de la tendance mentionnée précédemment. Cette décision a également déclenché la carrière de Teddie "à l'extérieur" de l'Irlande du Nord. Le groupe a joué de la pop et du bon vieux rock and roll et a fait de grandes percées à Dublin, jouant dans le Television Club, le 5 Club et de nombreux autres concerts prestigieux. Le 3 septembre 1970, le groupe a pris part à un peu de l'histoire de la musique irlandaise en se produisant au Dublin Music Festival qui s'est tenu à Richmond Park. Sur le même projet de loi ce jour-là, il y avait : Mungo Jerry, Granny's Intentions, White Magic, Thin Lizzy, Blues House, Gypsy, Portrait, et Teddie Palmer and the Rumble Band.

Bien que les choses allaient bien, Teddie n'était toujours pas satisfait de son succès dans le Sud et en 1972, il signa avec le nouveau manager, Peter Bardon, qui en octobre 1970 avait racheté la direction de Thin Lizzy dans le cadre d'un accord pour 150 £ avec Brian Tuite. de Terry O'Neill. Peter a suggéré un nouveau look "glam rock" pour le Rumble Band et une fois que Teddie et les garçons ont enfilé leurs costumes à paillettes, ils sont devenus un succès instantané à travers le pays. Au début de 1972, le guitariste Billy McCoy quitte Lyttle People et est remplacé par Victor McCullough qui était auparavant avec The Dreams. En août 1972, Billy quittera Lyttle People et retournera dans le groupe pendant une courte période.

Le prochain single de Teddie, Ours en peluche, est sorti dans plusieurs pays et le Rumble Band a non seulement joué en Irlande, mais a également voyagé au Canada pour jouer au Maple Leaf Ballroom à Toronto. En quelques mois, le LP du groupe, également appelé Ours en peluche, a été publié en Irlande, au Canada et aux États-Unis par Polydor records. Peu de temps après un autre single, L'enfer d'une histoire sur le bus de fin de soirée était dans les magasins.

Bien qu'aucun des deux single n'ait fait une brèche dans les charts, ils ont présenté Teddie et le groupe à un nouveau public dans le Sud. En fait, ses trois singles suivants sont tous entrés dans les charts irlandais, donnant à Teddie ses seuls "hits"s dans le Sud. Sommeil sans fin, sorti en 1976, est devenu le plus gros succès de Teddie, se classant au 10e rang des charts irlandais.

Au cours des années suivantes, Teddie et le Rumble Band sont devenus de plus en plus puissants et ont atteint leur apogée en termes de popularité. Cependant, à la fin des années 1970, l'ère du glam rock était terminée et Teddie a encore changé. Cette fois, il a laissé tomber le Bande de grondement nom et joué comme Le groupe Teddy Palmer.

En 1978, Teddy a sorti son deuxième album, un effort solo intitulé simplement, "Nounours." Produit par Bill Whelan, qui a ensuite acquis une renommée mondiale en tant que compositeur de Riverdance. Bill a également joué du piano sur l'album et a fait tous les arrangements. Il a utilisé son groupe maison Trend Studios, puis dans les prises finales, l'histoire s'est répétée, en tant qu'ancien compagnon de groupe de Teddie, Tiger Taylor a été amené à ajouter une sensation rock à la plupart des numéros, jouant du rythme et du plomb sur la plupart des pistes .

En 1985, après plus de 20 ans sur la route, Teddie a raccroché définitivement son micro et s'est retiré du spectacle, mais il n'a pas quitté l'industrie du divertissement. En fait, il s'est remplacé par la chanteuse Gina Dee et le groupe a continué à jouer sous le nom, Le Teddie Palmer Band avec Gina Dee.

Le TP Band jouera encore 13 ans, avant de se retirer en 1999. Le groupe était initialement dirigé par Gina Dee, qui a été remplacée vers 1986 par Janet Ryan, qui jouerait avec le groupe pendant cinq ans. Autres membres inclus David Maguire (batterie), Trisha Boyd (voix), Colin Maguire (guitare), Dee McQuillen (basse) et Mickey McGreevy (claviers).

Aujourd'hui, Teddie dirige Entertainments Unlimited et gère la fortune d'une nouvelle génération d'artistes en Irlande et à l'étranger. Vous pouvez visiter son site à l'adresse www.ents-unltd.com pour en savoir plus sur ce que Teddie fait ces jours-ci.

En 2001, Teddie a été invité, avec une foule d'autres artistes irlandais de l'époque, à une présentation spéciale à Dublin où le président McAlese a organisé une réception à l'Aras an Uachtarain pour les remercier de leur contribution à l'histoire musicale de l'Irlande. Cliquez ici pour voir l'histoire : Partie 1 Partie 2. Ces jours-ci, Teddie partage son temps entre l'Angleterre et l'Espagne où il a des maisons. Il se rend également fréquemment en Irlande. Sur la droite se trouve une photo d'œuvres d'art récemment commandées par le conseil du comté de Larne pour décorer des piliers sur un survol de la ville. Seuls deux artistes du showband sont présentés : Billy Brown et Teddie.


Dans les coulisses de la webdiffusion : Une histoire intime des Roosevelt

Une boule à neige ours en peluche était mon souvenir préféré d'une visite familiale au Musée national d'histoire américaine. J'ai gardé le souvenir depuis l'école primaire et cela me rappelle ce que j'ai appris lors de ma visite - que l'ours en peluche s'appelait ainsi parce que c'était un jouet populaire pendant la présidence de Theodore Roosevelt. Toujours friand de T.R. et ses politiques, j'étais naturellement excité quand j'ai entendu que Ken Burns réalisait l'une de ses séries de films documentaires sur les Roosevelt, intitulée Les Roosevelt : une histoire intime.

Mon excitation n'a augmenté que lorsque j'ai commencé mon stage au musée cet automne. En stage dans des programmes publics, j'ai pu aider à planifier et à animer une webdiffusion mettant en vedette Burns et deux des historiens présentés dans ses derniers films. Le conservateur Harry Rubenstein a également rejoint le panel et a apporté certains des artefacts de Roosevelt que le musée possède dans ses collections, y compris un chapeau porté par Eleanor, l'un des tout premiers jouets en peluche, et un microphone que le président Franklin D. Roosevelt a utilisé lors de sa célèbre cheminée des discussions.

Ces artefacts montrent non seulement l'intérêt que la nation porte à l'histoire de nos personnalités politiques, mais démontrent également un lien unique entre les Roosevelt et le Smithsonian. En fait, Theodore Roosevelt s'est associé à la Smithsonian Institution pour collecter des centaines de spécimens lors d'un safari africain qu'il a pris après sa présidence. Des insectes aux éléphants, l'expédition de T.R. a produit des matériaux inestimables pour le Smithsonian (comme ce campagnol) qui constitueraient certaines des expositions les plus populaires du musée.

Le jour de la webdiffusion, l'énergie dans la salle était à son comble. Notre public local était composé d'élèves du secondaire qui regardaient avec enthousiasme de la scène aux extraits de films, aux artefacts. Non seulement j'ai eu la chance de participer à la discussion, mais j'ai également pu participer à l'aspect production en brandissant des cartes aide-mémoire et en gardant le temps pour nos conférenciers. (Découvrez à quel point j'ai l'air officiel !)

Avant le jour de la diffusion sur le Web, j'ai regardé toute la série de 14 heures sur les Roosevelt, rectifiant le fait que je ne savais pas grand-chose sur la famille à l'avance. Qu'il suffise de dire que je suis maintenant accro à Theodore, Franklin et Eleanor, et je considère maintenant leur famille politique la plus fascinante de l'histoire américaine. Ken Burns appelle ses films "une histoire intime" et se concentre sur bien plus que l'histoire publique et les faits bien connus sur les trois. Il donne des descriptions approfondies de la vie personnelle de la triade et les relie les unes aux autres à travers des dizaines de lettres et de photographies. En démontrant l'affinité que les Roosevelt avaient pour les membres de leur propre famille, Burns met également en lumière une relation similaire que le public américain a fini par avoir avec les Roosevelt. Pendant le mandat de Franklin Roosevelt, il correspondait régulièrement avec des Américains qui lui écrivaient et Eleanor exprimant leurs réflexions sur sa politique pendant la Grande Dépression. Alors que tous les présidents précédents n'avaient besoin que d'un seul commis au courrier pour trier leurs lettres quotidiennes, FDR et Eleanor ont utilisé 50 commis au courrier pour trier les leurs.

Toutes ces informations et bien plus encore ont été discutées lors de la diffusion sur le Web, où le public et les téléspectateurs en ligne ont pu poser des questions aux panélistes, initiant encore plus de conversation sur les Roosevelt et leur influence continue sur les États-Unis. Vous pouvez trouver le webcast archivé sur notre site Web. Si vous tombez amoureux des Roosevelt autant que moi, vous pouvez trouver les nombreux artefacts de Roosevelt exposés ici au musée.

Stéphanie Maguire est stagiaire au Bureau des programmes et initiatives stratégiques.


Maguire Teddy Image 1 Wolverhampton Wanderers 1938

Veuillez choisir la taille de votre photo dans le menu déroulant ci-dessous.

Si vous souhaitez que votre photo soit encadrée, veuillez sélectionner Oui.
Remarque : 16″x 20″non disponible dans un cadre.

Des images peuvent également être ajoutées aux accessoires. Pour commander veuillez suivre ces liens

La description

Né à Meadowfield, dans le comté de Durham, l'extérieur gauche Teddy Maguire est passé au football de la Ligue avec le club de première division Wolverhampton Wanderers en novembre 1935 de Willington, qu'il avait rejoint un an plus tôt. Il a fait ses débuts en Football League le 14 novembre 1936 lors d'une défaite 2-1 à Stoke City, l'une des 14 apparitions de sa première saison.

Il est devenu un joueur de premier choix la saison suivante, le club terminant deuxième du championnat de la Ligue. L'année suivante, Maguire s'est à nouveau rapproché de l'argenterie, mais les Wolves ont finalement de nouveau terminé deuxièmes de la course au titre de la Ligue et ont perdu 4-1 contre Portsmouth lors de la finale de la FA Cup 1939 à Wembley. Il était assez bon pour être sélectionné pour la partie du Tour d'Angleterre en mai 1939 qui a joué l'Italie, la Roumanie et la Yougoslavie, mais il s'est retiré du Tour sans jouer.

Il est resté dans les livres du club pendant la pause du football de compétition causée par le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939, mais n'a jamais joué de match officiel pour eux après la guerre après avoir marqué 9 buts en 88 apparitions. En mai 1947, il a signé pour Swindon Town, où il est resté pendant 15 mois marquant 4 buts en 31 apparitions avant de mettre fin à sa carrière dans la Ligue avec un séjour de deux saisons à Halifax Town à partir de septembre 1948, où il a marqué 7 buts en 58 apparitions pour The Shaymen avant de retourner dans le nord-est pour rejoindre la non-ligue Spennymoor United en 1950.


Titanesque

Lorsque Leonardo DiCaprio a endossé le rôle de Jack dans Titanic, les femmes du monde entier sont devenues folles. Il n'était peut-être pas aussi célèbre qu'il l'est maintenant, mais son look enfantin a conquis le cœur des fans du monde entier. Ce n'était peut-être pas une performance primée aux Oscars, mais cela ne s'est pas produit avant très, très longtemps pour Leo de toute façon.

Bien que son rôle ait pu être adoré par les fans du monde entier, certains ne pouvaient pas surmonter une partie du script. Il a mentionné le trekking avec son père sur le lac Wissota. Le problème? C'est un lac artificiel déterré en 1917. Le Titanic a coulé en 1912. Le voyageur du temps Leo ! Il n'y a absolument aucun moyen qu'il ait pu visiter un lac avant même qu'il n'existe.


Le jeu de Molly (2017)

Oui. Les Le jeu de Molly Une histoire vraie révèle que, comme dans le film, l'ancienne skieuse acrobatique de bosses Molly Bloom n'avait jamais atteint les Jeux olympiques, en partie à cause d'une blessure. "Je faisais partie de l'équipe de ski des États-Unis", a déclaré Bloom lors d'une interview sur Ellen. « J'ai terminé troisième en Amérique du Nord et j'ai chuté de façon assez horrible lors de ma course de qualification olympique. Avec le ski hors de vue, Molly ressentait encore beaucoup de pression pour réussir. Son frère, Jeremy Bloom, était un skieur acrobatique olympique à deux reprises qui était également un joueur de football professionnel pour les Eagles de Philadelphie et les Steelers de Pittsburgh. Son autre frère est un chirurgien diplômé de la Harvard Medical School. Pour en savoir plus sur sa blessure et son temps en tant que skieuse professionnelle, lisez son livre, Molly's Game : L'histoire vraie de la femme de 26 ans derrière le jeu de poker underground à gros enjeux le plus exclusif au monde.

Comment Molly Bloom s'est-elle impliquée dans le monde du poker high-stakes ?

Alors qu'elle prenait une année sabbatique entre le premier cycle et vraisemblablement la faculté de droit, Molly est allée à Los Angeles en 2003 et a commencé à occuper plusieurs emplois différents, notamment en tant que serveuse de cocktail et assistante exécutive de l'entrepreneur immobilier Darin Feinstein, l'un des copropriétaires de la discothèque hollywoodienne The Viper Room (rebaptisée The Cobra Lounge dans le film). Un jour, Feinstein lui a dit : « Je vais avoir besoin de vous pour m'aider à diriger cette partie de poker. Molly est rentrée chez elle et a commencé à chercher sur Google, « Quel genre de musique les joueurs de poker aiment-ils écouter ? » et "Qu'est-ce qu'ils mangent?"

"J'ai fait ce mix CD avec 'The Gambler' dessus et d'autres chansons vraiment clichées", dit Molly, "et j'avais une assiette de fromages, et ma tenue la plus mignonne, et je suis entré dans cette pièce et c'était incroyable. J'ai reconnu dans à l'instant où ce n'est pas une opportunité pour une fille d'une petite ville du Colorado. Il y avait des titans de Wall Street. Il y avait des milliardaires. Il y avait des acteurs de premier plan, les personnes les plus célèbres que nous voyons à la télévision, des politiciens, et ils' nous sommes tous assis autour de cette table en train de jouer à ce jeu dont je ne savais pas ce que c'était, mais cela leur semblait super convaincant." -Ellen

Le Cobra Lounge est-il une vraie boîte de nuit ?

Non. En répondant à la question « Quelle est la précision Le jeu de Molly?" nous avons appris que la vraie boîte de nuit où les parties de poker se déroulaient initialement était The Viper Room sur le Sunset Strip à West Hollywood. Le club appartenait en partie à Johnny Depp depuis son ouverture en 1993 jusqu'en 2004. C'était un lieu de rencontre populaire pour les célébrités. et est célèbre pour être le lieu où l'acteur River Phoenix est décédé d'une overdose de drogue le matin d'Halloween en 1993.

Molly Bloom a-t-elle vraiment reçu 3 000 $ de pourboires lors de sa première soirée d'aide à la partie de poker de son patron ?

Oui. Les 3 000 $ de pourboires viennent directement de ses mémoires. L'argent l'a aidée à embrasser pleinement le monde du poker underground. Comme dans le film, elle a essayé d'en apprendre le plus possible sur le poker grâce à Internet et à des recherches personnelles.

Le patron de Molly était-il vraiment un homme désagréable ?

Oui, du moins c'est ce qu'elle dit dans son livre Le jeu de Molly. Interprété par Jeremy Strong dans le Le jeu de Molly film et appelé Reardon Green dans le livre, le patron de Molly, Darin Feinstein, n'était pas le plus agréable des hommes. La scène du film où il crie après Molly (Jessica Chastain) pour avoir acheté des "bagels des pauvres" est réelle, selon ses mémoires.

La vraie Molly Bloom a-t-elle été impliquée dans la réalisation du film ?

Oui. Le scénariste/réalisateur Aaron Sorkin a consulté Molly tout au long du processus d'écriture du scénario. Il s'est également beaucoup appuyé sur ses mémoires du même nom (photo ci-dessous). -TEMPS

Comment Molly a-t-elle fini par lancer son propre jeu de poker ?

Comme dans le film, son patron l'a renvoyée de son jeu, alors elle a décidé d'utiliser les contacts qu'elle a établis pour démarrer son propre jeu de poker.

A combien s'élevait le buy-in pour participer aux parties de poker de Molly ?

En recherchant le Le jeu de Molly histoire vraie, nous avons appris qu'initialement le buy-in commençait à 10 000 $. "En fin de compte, il est passé à 250 000 $", a déclaré Molly Bloom lors d'une interview sur Ellen. Elle est devenue connue sous le nom de "Poker Princess".

Quelles sont les célébrités qui ont joué aux parties de poker de Molly Bloom ?

Molly a organisé deux jeux underground qui ont attiré certaines des plus grandes stars d'Hollywood, dont Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire, Ben Affleck, Matt Damon, Macaulay Culkin, Alex Rodriguez, Pete Sampras et d'autres. Dans son livre, Bloom ne mentionne que les célébrités qui avaient déjà été dévoilées dans les médias avant la publication du livre. Elle est restée silencieuse sur les autres, protégeant leur identité.

Quel est le plus que Molly Bloom a vu quelqu'un perdre en une seule nuit ?

Un gangster a-t-il vraiment pointé une arme sur la tempe de Molly ?

Oui. C'est dans les mémoires de Bloom. Comme dans le film, elle avait engagé un chauffeur pour des raisons de sécurité. Il l'a présentée à certains de ses amis gangsters. Ils lui ont offert une protection pour une partie de ses bénéfices. Lorsqu'elle a refusé, un homme s'est présenté à sa porte avec une arme à feu. Il l'a brutalisée et a menacé sa famille. Il s'enfuit avec son argent et ses bijoux, lui disant qu'il avait été envoyé par les gangsters. She was to be contacted about setting up a meeting but it never happened. Bloom read in the newspaper that the FBI had arrested close to 125 individuals in a large-scale mob roundup.

Is Idris Elba's character, Charlie Jaffey, based on a real person?

No. Obviously Molly Bloom did hire lawyers, but Charlie Jaffey is a fictional character. When writing the screenplay, Aaron Sorkin did not interview Bloom's real-life lawyer, Jim Walden (pictured below, right). Sorkin said he wanted to be able to fictionalize the character to best serve the story and not have to worry about keeping him historically accurate. However, Bloom says that, similar to the film, her criminal attorney, Jim Walden, did vouch for her for $250,000 that she didn't have. "It saved my butt," says Bloom. -Vice

Did Molly Bloom become addicted to drugs?

Yes. In researching how accurate Molly's Game is, we discovered that as the game began to get out of control, so did Molly's life. She ended up addicted to drugs. Her poker customers came to include men from the Russian mob. She often found herself being stiffed cash she was owed. This prompted her to take a percentage of the pot in order to operate as the bank, a move that caught the attention of the Feds. -People

What was the worst that Molly got stiffed?

"The very worst time I got screwed ended up costing me $250,000, and that really hurt," says Molly. "But I wrote the check&mdashwhat are you going to do?" She says that she wasn't willing to resort to violence in order to collect, and if she was vetting the players properly, she wouldn't have to worry about not getting paid. -Vice

How did Molly Bloom get busted by the FBI?

"The trajectory that I started out, from serving people drinks, then I became a game runner and operator, and then, ultimately, I became the bank," Molly explained. "So I was extending credit to these guys. I was essentially loaning them money, guaranteeing that money. I had to figure out - I had to do background checks and vet them to see if they were good for it. And I was getting stiffed a lot. I had to write big checks for people that didn't pay. So I started taking a percentage of the pot like Vegas does. And that was when I crossed over and broke a federal law."

"The feds first found out about it because a guy [hedge fund manager Bradley Ruderman] in my LA game was running a Ponzi scheme. He lost $5 million [of his investors' money] in the game and they came after all of us. That's how the celebrities got outed. That's how they found out about this game. And then, the feds started secretly following me and listening to our conversations." This is pretty much exactly how it unfolds in the movie. -Ellen

In 2011, the group of hedge fund investors who had been taken in Bradley Ruderman's Ponzi scheme ended up suing Tobey Maguire and other celebrities. The investors claimed the celebrities had won cash from Ruderman that belonged to them. -Business Insider

Is Michael Cera's "Player X" character based on a real person?

It's somewhat obvious that "Player X" represents Tobey Maguire, who plays the biggest part in Bloom's memoir, but there's not an exact one-to-one correlation between the two. Writer/director Aaron Sorkin even gives a nod to the Spider-Man actor at one point, with a line about "Player X" portraying a superhero. According to the true story, another actor took control of the weekly game, and Bloom writes that Maguire was the one who called her and giddily informed her that she had lost the game, as "Player X" does in the movie.

In real life, Bloom wrote in her memoir that Tobey Maguire once offered her a $1,000 tip to bark like a seal that wants a fish and then stormed off when she refused. This seems to be in line with the tasteless persona of "Player X" in the Molly's Game movie. Bloom also wrote that Maguire "was the worst tipper, the best player, and the absolute worst loser."

Did Molly's mom put her house up to help her pay her legal bills?

What was Molly Bloom's punishment?

In 2014, Bloom, who was 36 at the time, was cleared of a number of the charges she was facing and was sentenced to one year probation, 200 hours of community service, and a $1,000 fine. At the sentencing, her lawyer, Jim Walden, conveyed to the court that Bloom was in severe debt in part due to giving up $125,000 in poker profits as part of her plea. -USA Today

What is Molly Bloom doing today?

Molly is using her networking experience to reach fellow women and help them become successful. "I have a network, and I have a lot of lessons," says Molly. "I made a lot of mistakes. So I want to help women to be successful." She's working on developing localized co-working spaces for women in an effort to build community. She's also working in social media to that end as well. -Ellen

Expand your knowledge of the Molly's Game true story by watching the Molly Bloom interview below.


The Most Iconic Movie Proposals of All Time

De Orgueil et préjugés à The Notebook.

Movies have long served as the inspiration for grand romantic gestures and dramatic proclamations of love. They've set the bar for many of what is expected from significant others. From cinematic moments on the Empire State Building to intimate moments typically involving candles, these proposals are some of the most romantic in movie history for a reason. Prepare for a total sob fest.

Since the day Orgueil et préjugés was penned by Jane Austen, fans of the novel and its many film adaptions have rooted for Mr. Darcy and Elizabeth Bennet to get together. The iconic scene where Darcy professes his love for Miss Bennet&mdashand simultaneously insults&mdashhas been played by many actors, but none more memorable than Laurence Olivier in 1940.

Coming to America is the classic case of boy meets girl, boy and girl fall in love, girl finds out boy is a prince. There's nothing more romantic than the scene when Eddie Murphy's character finds his girlfriend, Lisa, on the subway to profess his love and renounce his title for all to see.

Despite their intense love story throughout the entire film, the scene where Landon Carter proposes to Jamie Sullivan was unequivocally the most romantic. The couple spent the evening looking at comets through a telescope before the teenager popped the question to his dying girlfriend.

After only one evening with the newly debuted Sabrina Fairchild, David Larrabee was ready to propose marriage. In fact, after just one dance together, he called off his engagement to another woman.

Perhaps one of the most heart-wrenching proposals ever was when Jo March turned down Laurie in Little Women. Don't feel too bad for these two though, it eventually all worked out. Laurie married Jo's little sister, Amy, and Jo found happiness with Professor Bhaer.

Tracking down the love of his life was a job that required the whole town. In one of the most endearing and concluding scenes of Love Actually, Colin Firth's character takes a chance on love and proposes to Aurelia at the restaurant where she worked in Portugal in front of all of her friends and family.

Both involved with other parties, but having fallen in love aboard a ship traveling to New York, Terry McKay and Nick Ferrante suggest a different kind of proposal. The two promise each other to meet at the Empire State Building in six months if they still loved each other. What ensues is one of the most memorable cinematic moments in history.

Note to self: If you're ever trying to win someone back, serenading them over the loud speaker of a plane will do the trick. At least, that's what Robbie Hart (Adam Sandler) did to win Julia Sullivan (Drew Barrymore) back.

It's every girl's dream to have all of Tiffany & Co. closed to the public, then have someone who looks like Patrick Dempsey tell you to "pick one" post-proposal. Melanie Carmichael (Reese Witherspoon) enjoyed this fantasy and our expectations will never be the same again.

Who knew that one of the most romantic proposals of all time would happen between six year olds? Sweet Home Alabama brings this childhood promise back around when Melanie realizes she's made a mistake and tracks down Jake (Josh Lucas) to repropose.

After leaving her role with the Ziegfeld Follies, Fanny Brice joins the love of her life, Nick Arnstein, aboard a ship. It's there that they decide to get married upon their return to New York. The proposal is romantic and sweet&mdashand there was nothing funny about it.

There was a lot that led to Rachel Chu heading back to New York without her boyfriend, Nick Young. But ultimately it was the emerald sparkler (a.k.a his mother's blessing) that brought the two of them together and gave us another great plane proposal for the history books.

Who wouldn't want to look outside their window to find Richard Gere pulling up in a limousine? After realizing he could lose Vivian Ward (Julia Roberts), Gere's character arrives at her apartment with flowers and a ring to win her back.

After the many pitfalls of a romantic comedy, While You Were Sleeping leads to one of the most epic movie proposals of all time. By simply sliding the ring into the coin slot at Lucy's train station job, Jack reveals that he's brought his whole family along to pop the question.

Although it's the classic "you had me at hello" scene that everyone thinks of with Jerry Maguire, the proposal is not to be overlooked. Though, we'll admit, the proposal is slightly anti-climatic, as it's used to get Dorothy (Renée Zellweger) not to move away.

Johnny Cash and June Carter had a real-life love story that Reese Witherspoon and Joaquin Phoenix recreated for Walk the Line. There's no better scene than when Cash proposes to Carter onstage in front of 7,000 people.

Listen up, guys: Do not replicate this proposal, as it may result in a fiery disaster. Besides that hiccup, Teddy Walker's (Kevin Hart) idea for his Night School proposal remains sweet, just dangerous.

After a messy breakup, a heartbroken Will (Hugh Grant) almost doesn't take movie star Anna Scott back. Her response? "The fame thing isn't really real, you know. Don't forget, I'm also just a girl, standing in front of a boy, asking him to love her." That does the trick.

While there were many heart-melting moments in A Star is Born, the proposal with the tied guitar string ring and private moment just between Ally and Jack was one of our all-time favorites.

In another Julia Roberts classic rom-com, her character in Stepmom is woken up to a proposal in bed by her boyfriend (Ed Harris). Mind you, this is only the beginning of her road to becoming a stepmother.

It wasn't the children's spelling that spoiled this proposal for Ben Stiller's character in Meet the Parents, but rather the realization that he'd have to get his father-in-law's blessing before popping the question. We love the proposal at the end, but there's something endearing about his original plan.

Every bride who's been proposed to using nesting dolls can thank Serendipity. From the rose petals by the door to the candlelit room, this movie proposal raised the bar on romanticism.

It wasn't the proposal you voulait to happen, but when Massimo proposed to Mary (Jennifer Lopez) by placing the ring inside of a doll house, we nearly melted.

Dans My Big Fat Greek Wedding, Ian popped the question with a no-frills, "I don't really know how to say this, will you marry me?" To which Tula responded with, "yeah." The wedding, on the other hand, was much more over-the-top.

Proving that men and woman can't be friends, Harry makes an epic, love-affirming, proposal to his longtime best friend, Sally, just under the wire at midnight on New Year's Eve. And just so we're clear, it wasn't because it was New Year's Eve, but because, "when you realize you want to spend the rest of your life with somebody, you want that the rest of your life to start as soon as possible."

When convincing his longtime love to listen to her heart, instead of her head, Noah begs Allie to tell him what she wants. The classic scene has since been heralded as one of the most romantic moments to date.

One of the sweetest proposals started with a suicidal businessman. When Georgia Bird (Queen Latifah) tries to convince a drunk Matthew Kramer (Timothy Hutton) to get off the roof, her longtime crush appears out of nowhere to proclaim his love and propose to her. Thankfully, Kramer gets to safety and Georgia says "yes," so all is good.

When a couple in a romantic comedy finally gets together, often they leave behind dumped partners. Dans Enchanted, those rejected characters were Prince Edward (James Marsden) and Nancy Tremaine (Idina Menzel). Instead of wallowing, Prince Edward proposes in fairy-tale fashion&mdashwith a glass slipper&mdashto Nancy and the two live happily ever after.

While it was Kristen (Gabrielle Union) who had been thinking like a man, Jeremy (Jerry Ferrara) ultimately mans up and proposes to her when he decides he doesn't want to lose her.

What girl doesn't want to be proposed to with a pair of Manolo Blahniks? Men, take note: Mr. Big reproposed and reconciled with Carrie Bradshaw in the closet he built for her et with her dream shoes. Excuse me, as I swoon.


Comparing Sergio Ramos’ 2020-21 stats to Man Utd’s current centre-backs

Rumours are circulating that United have made contact with Ramos as they look to build upon last season’s second-place finish in the league and appearance in the Europa League final. It would certainly be a statement signing.

We’ve compared the 35-year-old centre-back’s 2020-21 La Liga stats to the corresponding Premier League output of Harry Maguire, Victor Lindelof and Eric Bailly to see how he compares to their current options.

Successful tackles per 90 minutes (success rate)

Sergio Ramos – 1.1 (84.6%)
Harry Maguire – 0.9 (75%)
Victor Lindelof – 0.7 (63.6%)
Eric Bailly – 0.5 (83.3%)

Successful aerial duels per 90 minutes (success rate)

Harry Maguire – 4 (75.5%)
Eric Bailly – 2.4 (58.5%)
Victor Lindelof – 2.2 (62.9%)
Sergio Ramos – 2.1 (63.3%)

Interceptions per 90 minutes

Harry Maguire – 1.8
Sergio Ramos – 1.3
Victor Lindelof – 1
Eric Bailly – 0.8

Fouls per 90 minutes

Harry Maguire – 1.2
Sergio Ramos – 1.2
Eric Bailly – 1
Victor Lindelof – 0.8

Clearances per 90 minutes

Harry Maguire – 3.6
Victor Lindelof – 3.4
Eric Bailly – 3.4
Sergio Ramos – 2.7

Passing accuracy

Sergio Ramos – 91.9%
Victor Lindelof – 90%
Eric Bailly – 88.7%
Harry Maguire – 87.2%

Passes completed per 90 minutes

Sergio Ramos – 71.4
Victor Lindelof – 57.8
Harry Maguire – 57.4
Eric Bailly – 48.6

Harry Maguire – 2
Sergio Ramos – 2
Victor Lindelof – 1
Eric Bailly – 0


ARTICLES LIÉS

But sportsmen and women can be an awful lot tougher than that. Not all, but many. Maguire, it seems, falls in to the latter category. Far from taking time out, he went straight from the Denmark game to captain Manchester United at Newcastle that weekend.

United were in the middle of a crisis of their own and needed their £85million defender. They had lost their previous game 6-1 at home to Tottenham and were a goal down at St James’ Park after two minutes. Captain Maguire scored the equaliser and his team went on to win 4-1.

From that moment until injury felled him late on in the campaign, Maguire was pretty much impeccable — just as he was when playing his first game of Euro 2020 against the Czech Republic.

Maguire was sent off against Denmark last year during what was a challenging period for him

The England defender had a turbulent summer last year after he was arrested in Greece

Manager Gareth Southgate was questioned in some quarters for his decision to select two injured players for his squad — Maguire and Jordan Henderson. Anybody who watched Tuesday’s game – when a goal conceded would have made the difference between first and second place in the group – will now know why he did it.

Asked about Maguire on Friday, West Ham’s own captain Declan Rice declared: ‘He’s unbelievable. From the first time that I met H, he was top. Top with me, top with the lads. He’s had a tough year but I think that proves how mentally strong he actually is.

‘He went through something tough but still played games and then he got sent off and that was a tough point but we still knew how good he was.

‘There was a lot of criticism from fans, from pundits, from the media saying, “Is he worthy of playing for England? Is he worthy of being Manchester United captain?”. The performance the other night shows you that and how he was before his injury at United has shown you that.

‘He is crucial to us. He’s a leader, he’s strong, he’s unbelievable on the ball, he plays great passes into the middle.

No one can now question Gareth Southgate's decision to include Maguire in his Euro 2020 squad after his performance in the win over the Czech Republic

Declan Rice described Maguire as 'a leader' and added that he is 'really tough' to play against


ARTICLES LIÉS

He grew up in a wealthy neighbourhood of Staten Island in New York away from the streets. His father was a dedicated doctor. His mother a model and former Miss Staten Island winner.

Life should have taken care of itself, but Atlas was a tearaway and will be the first to readily admit his troubled childhood was down to his own making. It all began when Atlas dropped out of school as a young teenager.

He got involved in criminal activities and was arrested several times before serving time behind bars on Rikers Island for participating in an armed robbery. Atlas should have heeded the warnings then, but he didn't.

Atlas rebelled as a youngster and has a scar down the left side of his face from a knife fight

Not long after being released his recklessness almost cost him his life. Atlas was involved in a street fight in his home neighbourhood of Stapleton and was slashed in the face by a flick knife, which required 400 stitches and has left him with a scar on the left-hand side of his face.

It caught his father's attention and he paid to send the troubled teenager up to Catskill, New York, to live with Hall of Fame boxing trainer Cus D'Amato, who served as the boy's mentor.

D'Amato was the perfect role model - a wise old fox, who used boxing to instil discipline and purpose into wayward lives. It worked wonders on Atlas, who by the age of 18 was dreaming of turning professional after winning the 135-pound Golden Gloves tournament.

But his dream was ended just as quickly as it was forged. A problematic back injury meant Atlas had to re-evaluate his options. By this point boxing had consumed his life and seemed to be the only way forward.

So after giving up fighting, he did the next best thing and decided to become a trainer under D'Amato's tutelage.

Atlas' father sent him to live with boxing trainer Cus D'Amato (R), who unearthed Mike Tyson (L)

He helped train Tyson as an amateur but they fell out after an altercation involving his niece

Atlas alleges he held a gun up to Tyson's head but the pair are said to have reconciled this year

D'Amato was a thinker and trained his fighters to harness the power of fear and mind, but he also had an eye for artistry. He was credited for unearthing the unpolished talent of Mike Tyson, who came to him as a boy who had been heavily involved in gangs on the streets of Bedford-Stuyvesant since he was 10.

He rescued Tyson from juvenile prison and remoulded him into a man who, by the tender age of 20, ruled over boxing's marquee division. Atlas could take some of the plaudits for that, having assisted D'Amato in the early training of 'Iron' Mike, but any such opportunity is greeted with refusal due to an altercation that took place in 1982.

Atlas alleges the then 15-year-old Tyson inappropriately touched his 11-year-old niece which led to the famous incident that almost deprived the world of one of the most explosive and exciting heavyweights in history.

The next day, Atlas hid in a bush and jumped out on Tyson, pointing a .38 caliber handgun to his ear, threatening to kill him. He fired off a shot that purposefully flew past Tyson's face to show his intentions were genuine before telling him to never come close to his family again.

Even now, his words about Tyson are stained with the salty sweat of the boxing gym. Despite 'Iron' Mike' becoming the youngest heavyweight world champion in history and later the undisputed king of the division, Atlas recently claimed he 'doesn't even come close to being considered as one of the all-time greats'.

The pair are, however, said to have reconciled after Tyson apologised to him face-to-face at a boxing event at Turning Stone Casino five years ago.

After that incident, Atlas left D'Amato's gym in Catskill, New York to focus on his training career

Atlas left the Catskill gym of his own volition after confronting Tyson and even reportedly turned down a cut of the heavyweight's future career earnings. Sacrificing integrity for money is not something that aligns with his moral compass. He got that from his father.

Kevin Rooney replaced Atlas as Tyson's trainer and took him into the pro ranks before the pair split in 1988 ahead of his fight with Michael Spinks. Atlas' career as a trainer, much like his childhood, had got off on the wrong foot. But slowly and steadily, he began to make a name for himself and went on to train some big names in the world of boxing, including world champions Michael Moorer, Barry McGuigan, Donny Lalonde and Timothy Bradley.

Even after becoming a successful trainer, though, Atlas would reflect on his childhood and wonder: why did it almost all go wrong? Only now, when he reminisces, can he place his finger on what possessed him to act the way he did. Through his misspent youth, he believes, all he was really after was his father's attention.

Atlas has admitted on many occasions he purposefully put himself in dangerous situations as a youngster and made himself sick and damaged in a desperate plea to get close to his dad.

His father, Dr Theodore Atlas - in whose name Teddy now runs a foundation which works tirelessly with underprivileged communities - was a workaholic, old-fashioned GP, who continued making house calls up to his retirement at the age of 80 and performed weekly free tonsillectomies for children whose families were uninsured and could not afford to pay.

In 1994, Atlas pulled off arguably the biggest achievement of his career by guiding Michael Moorer to the world heavyweight title months after he had lost his father, Theodore

He was so relentless in his commitment to his job, that he worked in pain for 30 years due to an untreated abdominal hernia. The teenage Teddy was shocked one day to discover his dad strapping on a harness to hold in his protruding intestines. And Theodore even made a house call the same day his son (Teddy's younger brother Todd, who was born with health complications) was buried after he died during open heart surgery at the age of five.

The devastating loss of Todd tore the family apart. In an emotional interview with Joe Rogan earlier this year, Teddy said: 'My father explained to my mum the risks but she believed he was saying it would be OK. So when it wasn't that was it. He didn't do the operation but he was there. Todd died on the operating table in my father's hospital.

'He first met my mother there when she came into the hospital with hepatitis. She was very ill but my father nursed her back to health and then they fell in love and whatever.

'So when Todd passed away, she was very upset. Because it was kind of 'You could save me but you couldn't save him'. We all got split up after that, my mum was sleeping in a cemetery, she had a nervous breakdown, she got over it, but she never forgave him.'

In an emotional interview this year, Atlas talked about how his troubled childhood was because he wanted his dad's attention and how the death of his younger brother destroyed his family

The split of his family hit Atlas hard. It was not until years later, though, that his emotional capacity was really put to the test. What hurt most was the timing. Just when Atlas was on the brink of his biggest task as a professional boxing trainer, he lost his father, who passed away at the age of 88 months before Moorer's first world title fight with Evander Holyfield in 1994.

With Atlas in his corner, Moorer shocked the world to take a majority decision and claim the IBF and WBA heavyweight title. It was bittersweet for Atlas, who actually credits his tumultuous past for making him streetwise and for giving him a grounding which helped him to develop an instinctive understanding of Moorer.

But even after a victory as momentous as Moorer's over Holyfield, it was not enough to escape his ghosts of old. Atlas always had something to prove to his father and though he never got to see the end result, Theodore would always be on his son's mind every time he walked one of his fighters into battle.

Atlas again reached the pinnacle as a trainer by guiding Alexander Povetkin to a portion of the world heavyweight title in 2011 before walking away from his duties after the Russian broke a commitment to him.

He also worked with Alexander Povetkin, who won a heavyweight title with Atlas in his corner

Atlas helped Timothy Bradley retain his world title against Brandon Rios in 2015 as well

He was very much a chip off the old block in regards to his work ethic and excuses would never wash. There's an anecdote that explains how deep his passion and dedication to work runs.

On the day he buried his father, he went to the gym to train Moorer - the heavyweight unwittingly tried to get out of the session, citing fatigue. You can imagine how well that went down.

Atlas took his job so seriously that light-heavyweight Donny Lalonde - who Atlas went 8-0 with early into the boxer's professional career - even once said: 'He ran things like an army camp in the gym. I'm more of a free spirit.'

Five years after splitting up with Povetkin, Atlas returned to help prepare Timothy Bradley for his welterweight world title fight against Brandon Rios, which he won via a ninth-round knockout.

During his time as a trainer, Atlas also earned himself a fierce reputation as an outspoken boxing analyst and commentator for ESPN. His inclination not to pull any punches has made him a Marmite figure of boxing and eventually got him in trouble.

On January 25, 2008, Atlas was suspended by ESPN twice, once for threatening a crew member and once (for one week) after confronting the network's boxing program director, Doug Loughrey.

Atlas also built up a huge reputation as a straight-talking commentator and analyst for ESPN

Atlas lost his job at ESPN for criticising the judging in Jeff Horn's fight with Manny Pacquaio


Voir la vidéo: BEAUTY BAY x AYO CORALIE: Quest-ce que ça vaut VRAIMENT?! (Janvier 2022).