Podcasts sur l'histoire

Actes officiels de la rébellion

Actes officiels de la rébellion

292

N ° 5.

Rapport du colonel Roberts, deuxième infanterie du Maine, des opérations d'avril 4—13.

BÉNÉVOLES DU SECOND RÉGIMENT DU MAINE, QUARTIER GÉNÉRAL,
Camp avant Yorktown, Virginie, dimanche avril 13, 1862.

GENERALE : Conformément à la circulaire reçue ce matin, je vous soumets le rapport suivant :

D'un bon gré aux ordres, tôt le vendredi matin 4 avril, je quittai New Market Bridge, en Virginie, précédé du vingt-deuxième régiment du Massachusetts, le colonel Gove, en route pour Yorktown. Après une marche agréable et facile, déjeunant à Big Bethel, où nous avons été rejoints par la brigade du général Morell, nous sommes arrivés vers 17 heures p. m. à ou près de Cockletown, ainsi appelé. Ici, nous bivouaquons pour la nuit. De bonne heure le lendemain matin, nous étions de nouveau en route. La journée étant peu propice, et les routes extrêmement boueuses, l'avance fatiguait beaucoup les hommes. Cependant, le commandement étant « En avant, marchez », nous sommes arrivés vers midi avant Yorktown, lorsque, sur l'ordre du général Martindale, avec le Vingt-deuxième Massachusetts, j'ai déplacé mon commandement vers l'extrême gauche, prenant position en colonne serrée de compagnies. en arrière du Vingt-deuxième Massachusetts dans un champ de maïs directement devant un retranchement rebelle, les régiments restants composant la brigade se tenant à l'arrière en réserve, les brigades des généraux Morell et Butterfield étant à l'extrême droite de la division. Cependant, plusieurs messages de mort ailés, sifflant autour de nous, informèrent bientôt le général méfiant commandant que notre position n'était pas enviable pour l'infanterie seule. Il nous a immédiatement déployés à gauche, à l'abri des bois, et de là par la droite des compagnies j'ai déplacé mon commandement à travers les bois situés à gauche d'une route allant vers l'ouest vers les batteries rebelles. J'ai avancé dans cette position, mes tirailleurs en avant, jusqu'à ce que j'atteigne la troisième batterie du Massachusetts, commandée par le capitaine Martin, laquelle batterie j'ai reçu l'ordre de soutenir à gauche, le colonel Gove, du vingt-deuxième Massachusetts, occupant une position similaire sur la droite. Entre 13h et 15h30. m. la pratique de l'artillerie était extrêmement sévère des deux côtés, les rebelles faisant d'excellents tirs à distance, et parfois très dérangeant mes tirailleurs, quelques tirs se déposant occasionnellement près de ma force principale.

Aucune victime n'est survenue dans mon commandement, mais la batterie bravement commandée par le capitaine Martin a perdu deux hommes et deux ou trois chevaux, tandis que plusieurs des tirailleurs du régiment du colonel Gove ont été grièvement blessés. Vers 4 heures, les tirs des deux côtés, avec de temps en temps un tir occasionnel, ont cessé. Je suis resté dans cette position, mon piquet devant, jusqu'au lendemain matin, où j'ai été relevé.

Lundi soir, le 7e instant, juste à la tombée de la nuit, mon commandement a reçu l'ordre d'effectuer des piquets de grève devant, l'avant-poste étant situé dans un verger de pêchers à près d'un mile de la ligne de notre campement dans une direction nord et face à l'ennemi. Le temps étant extrêmement froid et pluvieux, et mon commandement restant plus de trente heures à ce devoir, ils souffraient extrêmement ; mais il n'y a eu aucune victime, sauf que George C. Martin, un soldat de la compagnie H, a été blessé à la jambe par une balle de fusil provenant de l'avant-poste ennemi. La blessure, cependant, ne s'est pas avérée dangereuse.

Juste avant d'être relevé mardi soir, le capitaine Foss, aux commandes du piquet, m'a informé que l'ennemi avançait en force [p293] sur nos lignes, dont le renseignement était le moyen de mettre rapidement sous les armes toute une brigade. La rumeur ci-dessus, cependant, s'est avérée fausse.

Mercredi matin, nous sommes arrivés à notre terrain de camping actuel, sûr et agréable, où le commandement a été occupé de diverses manières, parmi lesquelles la construction de ponts, l'exploitation de scieries, le piquetage et le service de prévôté, etc.

Très respectueusement, je reste, vôtre,

CHAS. W. ROBERTS,

Colonel, commandant du deuxième régiment des volontaires du Maine.

le général J. H. MARTINDALE,

Comdg. Première Brigade, Division Porter, Corps Heintzelman.

Documents officiels de la rébellion : volume onze, chapitre 23, partie 1 : campagne péninsulaire : rapports, pp.292-293

page Web Rickard, J (12 janvier 2007)


Voir la vidéo: Parole du jour Actes 4 v12 (Janvier 2022).