Podcasts sur l'histoire

HMS Wolf (1897)

HMS Wolf (1897)

HMS Wolf (1897)

HMS Loup (1897) était un destroyer de classe B qui a servi dans les eaux territoriales pendant toute sa carrière. Il faisait partie de la septième flottille de destroyers basée sur le Humber en 1914-17, de la flottille de défense locale Nore en 1917 et de la patrouille de la Manche Nord à Larne en 1918.

Les Loup a été commandé dans le cadre du deuxième lot de destroyers de 30 nœuds construits par Laird. Comme le premier lot, le deuxième lot de 30 nœuds Laird étaient des versions agrandies de leurs 27 nœuds (HMS Banshee, HMS Concours et HMS Dragon), qui étaient à leur tour une version agrandie de leurs prototypes de destroyers de première génération (HMS Furet et HMS Lynx). Ils disposaient de quatre chaudières Normand en deux fourneaux, avec les prises à chaque extrémité, les chaudières à côté et l'espace de travail au milieu. La salle des machines était placée entre les cales avant et arrière. Les 30 noueurs utilisaient des moteurs à triple expansion à quatre cylindres, avec deux cylindres à basse pression. Ils ont été critiqués en service pour leurs grands rayons de braquage, mais ont été considérés comme fortement construits. Tous les six ont servi tout au long de la Première Guerre mondiale.

Un tube lance-torpilles était transporté entre les deuxième et troisième cheminées, et le second entre la cheminée arrière et le canon arrière de 6 livres. Ils ont été construits avec une table à cartes et une plate-forme de boussole entre les premier et deuxième entonnoirs et une table à cartes sur la plate-forme de 12 livres.

En 1914, le Loup avait un grand mât supérieur et un plus petit mât principal, supportant probablement l'équipement radio.

En avril 1918, il disposait de l'armement approuvé de grenades sous-marines de deux lanceurs et de dix-huit charges, le canon arrière et les tubes lance-torpilles étant retirés pour compenser le poids supplémentaire.

Carrière d'avant-guerre

Les Loup a été déposé à Lairds le 12 novembre 1896 et lancé le 2 juin 1897. La cérémonie de baptême a été réalisée par Mme Catherine Bevis, épouse de Retsal Ratsey Bevis, directeur général de Lairds.

Le 4 décembre 1897, ses constructeurs l'emmenèrent pour des essais préliminaires sur la Clyde. Elle a atteint une vitesse maximale de 30,72 nœuds sur le mile mesuré et a atteint une moyenne de plus de 30 nœuds sur une série de courses.

Le jeudi 6 janvier 1898, elle effectua ses essais officiels de consommation de charbon à pleine puissance sur la Clyde. Elle a fait en moyenne 30,31 nœuds sur six passages sur le mile mesuré et 30,11 nœuds à 370 heures sur trois heures de vapeur continue.

Les Loup a terminé ses essais officiels de vitesse à pleine puissance sur le Clyde le mercredi 9 mars 1898. Elle a atteint une moyenne de 31,2 nœuds sur six passages sur le mile mesuré et plus de 30,25 nœuds sur les trois heures d'essai.

Les Loup a été accepté par la Marine en juillet 1898.

En 1900-1905 le Loup faisait partie de la flottille de Devonport, l'une des trois grandes flottilles qui contenaient tous les destroyers basés à domicile. En 1905, il fait brièvement partie de la flotte de l'Atlantique.

Les Loup participe aux manœuvres navales de 1900, lorsqu'il fait partie de la division Devonport de la flotte B, la flotte défensive. La flotte A était plus petite, mais attendait des renforts de la Méditerranée, suggérant que l'ennemi potentiel à ce stade était la France. Pendant la manœuvre, le Criquet, Phoque et Loup ont été jugés avoir capturé la canonnière lance-torpilles Véronique. Cependant, une réclamation du Loup avoir torpillé le croiseur protégé HMS Prométhée a été rejeté par les juges.

En avril 1901, il était l'un des huit destroyers du commandement de Devonport à visiter Manchester, voyageant jusqu'à la ville en remontant le Ship Canal. Comme on pouvait s'y attendre, la visite a suscité beaucoup d'intérêt dans le public, et des foules sont venues voir les navires remontant le canal et amarrés à Manchester.

Les Loup participa aux manœuvres navales de 1901, qui débutèrent fin juillet. Celles-ci impliquaient deux flottes - la flotte B a commencé dans la mer du Nord et avait pour tâche de maintenir la Manche ouverte au commerce. La flotte X a commencé au large de la côte nord de l'Irlande et avait pour tâche d'arrêter le commerce dans la Manche. Les Loup faisait partie de l'escadron C, une force de destroyers de Devonport qui a rejoint la flotte B. C'était la première fois que les deux parties dans les exercices annuels avaient reçu une force égale de destroyers. Les exercices se sont terminés par une victoire de la flotte X. Les forces de destroyers n'ont pas répondu aux attentes, que ce soit en attaque à la torpille ou en éclaireurs.

En octobre 1902, le Loup a été utilisé pour des tests étonnamment destructifs sur sa structure, au lendemain de la perte du Cobra. Ces tests ont commencé le 28 novembre et ont été conçus pour tester l'impact des vagues sur la structure des destroyers de construction légère. Le 9 décembre, il a été placé en cale sèche à Portsmouth avec des supports sous sa proue et sa poupe. L'eau a ensuite été libérée, pour tester sa force. Sans surprise, ses ponts se sont légèrement déformés au milieu du navire, moment auquel l'expérience a pris fin. Le comité des destroyers lance-torpilles qui effectuait les tests a signalé qu'il était plus fort que prévu.

En 1905-1906 le Loup faisait partie de la 2e division de la flotte de la Manche, de plus en plus considérée comme la partie la plus importante de la flotte, les Allemands devenant un ennemi potentiel.

En août 1905, il faisait partie d'une grande flotte qui se rassembla à Portsmouth pour recevoir une flotte française en visite. Cela s'est produit l'année suivant l'Entente cordiale, une série d'accords qui ont grandement amélioré les relations entre la Grande-Bretagne et la France.

En 1906-1907, il faisait partie de la Nore Flotilla, qui faisait maintenant partie de la Home Fleet, avec sept cuirassés à un niveau de préparation réduit.

En 1907-1909, elle faisait partie de la flottille Nore. À ce stade, ce poste était devenu de plus en plus important, car des cuirassés plus modernes étaient déplacés dans la mer du Nord et deux flottilles de destroyers de première ligne (2e et 4e) étaient basées ici. Les Loup faisait partie de la force de défense locale.

En 1909-1912, il faisait partie de la 5e flottille de destroyers à Devonport, faisant partie de la formation de réserve de la Home Fleet, avec une force changeante de cuirassés pré-dreadnought.

Le 6 septembre 1907, trois membres de son équipage se sont noyés après que leur bateau a chaviré à l'extérieur du port de Granton.

À partir de 1912, il rejoint la 7e flottille de destroyers à Devonport, l'une des flottilles de patrouille nouvellement formées, avec un effectif réduit. Cela la vit finalement quitter la flotte de combat principale.

En juillet 1914, il faisait partie de la septième flotte de patrouille à Devonport, qui faisait partie de la deuxième flotte de la Home Fleet.

Première Guerre mondiale

En juillet 1914, le Loup faisait partie de la septième flottille de patrouille massive à Devonport.

En août 1914, le Loup avait déménagé à Aldeburgh, car la septième flottille était dispersée le long de la côte est pour se prémunir contre toute éventuelle invasion ou raid allemand.

En novembre 1914, le Loup était l'un des sept destroyers de la septième flottille de destroyers basés à la base de patrouille n ° 6, à Harwich, avec la tâche de patrouiller la côte au nord de Harwich à Yarmouth.
.
En janvier 1915, il faisait partie de la septième flottille de destroyers, l'une des flottilles de patrouille.

En juin 1915, il faisait partie de la septième flottille de destroyers basée sur le Humber.

En janvier 1916, le Loup était l'un des huit destroyers du septième basé sur le Tyne.

En octobre 1916, le Loup était l'un des dix-neuf destroyers du septième basé sur le Humber.

En janvier 1917, le Loup était un dix-huit destroyers du septième basé sur le Humber.

En juin 1917, le Loup était sur le point d'être transféré à la flottille de défense locale de Nore, dans le cadre d'une réorganisation plus large des forces de destroyers sur la côte est.

Les Loup ne s'arrêta pas longtemps sur le Nore, car en janvier 1918, il était l'un des quatre destroyers de la North Channel Patrol basé à Larne, au nord de Belfast.

En juin 1918, il servait dans des patrouilles pour soutenir la Grand Fleet et était l'un des quatre destroyers de la North Channel Patrol basés à Larne.

En novembre 1918, il était l'un des six destroyers de la North Channel Patrol.

En février 1919, elle était commandée par l'artilleur William Cashman.

Les Loup a été vendu pour démolition en juillet 1921.

Le commandant
-Avril 1901- : Lt et Commandant Bernard Long
-Février 1919- : Artilleur William Cashman

Déplacement (standard)

355t

Déplacement (chargé)

415t

Vitesse de pointe

30 nœuds

Moteur

6 000 ihp

Varier

Longueur

218 pieds oa
213 pieds par personne

Largeur

21,5 pieds

Armement

Un canon de 12 livres
Cinq canons de 6 livres
Deux tubes lance-torpilles de 18 pouces

Complément d'équipage

Posé

12 novembre 1896

Lancé

2 juin 1897

Complété

juillet 1898

Brisé

1921

Livres sur la Première Guerre mondiale | Index des sujets : Première guerre mondiale