Podcasts sur l'histoire

Système national de transport aérien afghan : - Historique

Système national de transport aérien afghan : - Historique

Afghanistan

Afghanistan.Système national de transport aérien :
nombre de transporteurs aériens enregistrés : 4
inventaire des aéronefs immatriculés exploités par des transporteurs aériens : 20
trafic annuel de passagers sur les transporteurs aériens enregistrés : 1 929 907
trafic de fret annuel sur les transporteurs aériens enregistrés : 33 102 038 t-km (2015)
Préfixe du code pays d'immatriculation des aéronefs civils :
YA (2016)
Aéroports :
43 (2016)
comparaison du pays au monde : 91
Aéroports - avec pistes goudronnées :
total : 25
plus de 3 047 m : 4
2 438 à 3 047 m : 4
1 524 à 2 437 m : 14
914 à 1 523 m : 2
moins de 914 m : 1 (2017)
Aéroports - avec pistes non pavées :
total : 18
2 438 à 3 047 m : 1
1 524 à 2 437 m : 8
914 à 1 523 m : 4
moins de 914 m : 5 (2016)
Héliports :
9 (2013)
Canalisations :
essence 466 km (2013)
Routes :
total : 42 150 km
asphalté : 12 350 km
non goudronné : 29 800 km (2006)
comparaison du pays au monde : 86
Voies navigables :
1 200 km ; (principalement Amu Darya, qui gère des navires jusqu'à 500 DWT) (2011)
comparaison du pays au monde : 60
Ports et terminaux :
port(s) fluviaux : Kheyrabad, Shir Khan


Afghanistan

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Afghanistan, pays multiethnique enclavé situé au cœur de l'Asie centrale et méridionale. Situé le long d'importantes routes commerciales reliant l'Asie du Sud et de l'Est à l'Europe et au Moyen-Orient, l'Afghanistan a longtemps été un prix recherché par les bâtisseurs d'empire, et pendant des millénaires, de grandes armées ont tenté de le maîtriser, laissant des traces de leurs efforts dans de grands monuments aujourd'hui tombés aux mains. se ruiner. Le paysage hostile de déserts et de montagnes du pays a mis fin à de nombreuses ambitions impériales, tout comme la résistance inlassable de ses peuples farouchement indépendants, si indépendants que le pays n'a pas réussi à se fondre en une nation mais a longtemps résisté comme un patchwork d'ethnies rivales. factions et alliances en constante évolution.

Les frontières modernes de l'Afghanistan ont été établies à la fin du XIXe siècle dans le contexte d'une rivalité entre la Grande-Bretagne impériale et la Russie tsariste que Rudyard Kipling a qualifiée de « Grand Jeu ». L'Afghanistan moderne est devenu un pion dans les luttes pour l'idéologie politique et l'influence commerciale. Dans le dernier quart du 20e siècle, l'Afghanistan a subi les effets dévastateurs de la guerre civile considérablement exacerbés par une invasion militaire et une occupation par l'Union soviétique (1979-1989). Dans les luttes armées qui ont suivi, un régime communiste afghan survivant a résisté aux insurgés islamiques (1989-1992) et, à la suite d'un bref règne des groupes moudjahidines, un mouvement austère d'étudiants religieux - les talibans - s'est soulevé contre les partis au pouvoir et les seigneurs de guerre du pays. et a établi un régime théocratique (1996-2001) qui est rapidement tombé sous l'influence d'un groupe d'islamistes bien financés dirigé par un saoudien en exil, Oussama ben Laden. Le régime taliban s'est effondré en décembre 2001 à la suite d'une campagne militaire soutenue dominée par les États-Unis visant les talibans et les combattants de l'organisation al-Qaïda de Ben Laden. Peu de temps après, les forces anti-talibans ont convenu d'une période de leadership de transition et d'une administration qui conduirait à une nouvelle constitution et à la mise en place d'un gouvernement démocratiquement élu.

La capitale de l'Afghanistan est sa plus grande ville, Kaboul. Ville sereine de mosquées et de jardins pendant le règne légendaire de l'empereur Bābur (1526-1530), fondateur de la dynastie moghole, et pendant des siècles un entrepôt important sur la route de la soie, Kaboul était en ruines après la longue et violente guerre d'Afghanistan. Il en va de même pour une grande partie du pays, son économie en ruine et sa population dispersée et abattue. Au début du 21e siècle, toute une génération d'Afghans avait atteint l'âge adulte en ne connaissant rien d'autre que la guerre.

L'Afghanistan est complètement enclavé - la côte la plus proche se situe le long de la mer d'Arabie, à environ 300 miles (480 km) au sud - et, en raison à la fois de son isolement et de son histoire politique instable, il reste l'une des régions du monde les moins bien étudiées. . Il est délimité à l'est et au sud par le Pakistan (y compris les régions du Cachemire administrées par le Pakistan mais revendiquées par l'Inde), à ​​l'ouest par l'Iran et au nord par les États d'Asie centrale du Turkménistan, de l'Ouzbékistan et du Tadjikistan. Il a également une courte frontière avec le Xinjiang, en Chine, au bout du long et étroit Vākhān (corridor de Wakhan), à l'extrême nord-est. Sa superficie totale est environ le double de celle de la Norvège.


Afghanistan

Ahmad Shah DURRANI a unifié les tribus pachtounes et a fondé l'Afghanistan en 1747. Le pays a servi de tampon entre les empires britannique et russe jusqu'à ce qu'il obtienne son indépendance du contrôle britannique théorique en 1919. Une brève expérience de démocratie accrue s'est terminée par un coup d'État de 1973 et un coup d'État de 1978. contre-coup communiste. L'Union soviétique a envahi en 1979 pour soutenir le régime communiste afghan chancelant, déclenchant une guerre longue et destructrice. L'URSS s'est retirée en 1989 sous la pression incessante des rebelles moudjahidin anticommunistes soutenus par la communauté internationale. Une série de guerres civiles subséquentes a finalement vu Kaboul tomber en 1996 aux mains des talibans, un mouvement pakistanais parrainé par la ligne dure qui a émergé en 1994 pour mettre fin à la guerre civile et à l'anarchie du pays. À la suite des attentats terroristes du 11 septembre 2001, une action militaire américaine, alliée et anti-talibans de l'Alliance du Nord a renversé les talibans pour avoir abrité Oussama BEN LADIN.

Une conférence de Bonn parrainée par l'ONU en 2001 a établi un processus de reconstruction politique qui comprenait l'adoption d'une nouvelle constitution, une élection présidentielle en 2004 et des élections à l'Assemblée nationale en 2005. En décembre 2004, Hamid KARZAI est devenu le premier président démocratiquement élu de l'Afghanistan. , et l'Assemblée nationale fut inaugurée en décembre suivant. KARZAI a été réélu en août 2009 pour un second mandat. L'élection présidentielle de 2014 a été la première du pays à comporter un second tour, qui a réuni les deux premiers votants du premier tour, Abdullah ABDULLAH et Ashraf GHANI. Tout au long de l'été 2014, leurs campagnes ont contesté les résultats et échangé des accusations de fraude, conduisant à une intervention diplomatique dirigée par les États-Unis qui comprenait un audit complet des votes ainsi que des négociations politiques entre les deux camps. En septembre 2014, GHANI et ABDULLAH ont convenu de former le gouvernement d'unité nationale, avec GHANI inauguré en tant que président et ABDULLAH élevé au poste nouvellement créé de directeur général. Le lendemain de l'inauguration, l'administration GHANI a signé l'Accord de sécurité bilatéral américano-afghane et l'Accord sur le statut des forces de l'OTAN, qui constituent la base juridique de la présence militaire internationale post-2014 en Afghanistan. Après deux reports, la prochaine élection présidentielle a eu lieu en septembre 2019.

Les talibans restent un défi sérieux pour le Gouvernement afghan dans presque toutes les provinces. Les talibans se considèrent toujours comme le gouvernement légitime de l'Afghanistan, et ils restent une force d'insurgés capable et confiante qui lutte pour le retrait des forces militaires étrangères d'Afghanistan, l'établissement de la charia et la réécriture de la constitution afghane. En 2019, les négociations entre les États-Unis et les talibans à Doha sont entrées à leur plus haut niveau à ce jour, s'appuyant sur l'élan amorcé fin 2018. À la base des négociations se trouve l'état instable de la politique afghane, et les perspectives d'un règlement politique durable restent incertaines.

Visitez la page Définitions et notes pour afficher une description de chaque sujet.


Gains et pertes économiques de l'Afghanistan du « Programme national de corridor aérien »

Le programme national de corridor aérien de l'Afghanistan n'est peut-être pas viable et l'accès au port de Karachi devrait être une priorité pour le gouvernement afghan.

Agence de presse Ariana- L'Afghanistan souffre depuis longtemps de ce que Paul Collier décrit dans son livre The Bottom Billion comme un &ldquolandlocked trap&rdquo&mdasha une situation d'enclavement avec de mauvais voisins. L'absence d'accès direct à la mer en Afghanistan et une relation politique capricieuse avec le Pakistan voisin ont marginalisé le pays du réseau commercial international, entravant ainsi la croissance économique, augmentant le chômage et faisant proliférer la pauvreté.

Ces dernières années, l'Afghanistan a connu une forte baisse de sa croissance économique. La croissance du PIB a considérablement diminué, passant de 14,5% en 2012 à 2,6% en 2017, entraînant un taux de chômage stupéfiant de 40% et un taux de pauvreté de 36%. Son déficit commercial, stimulé par un volume d'exportation extrêmement faible (6 % du PIB en termes absolus), s'est considérablement accru, passant de 31,6 % du PIB en 2016 à 33,6 % du PIB en 2017.

Le Pakistan est resté le plus grand partenaire commercial et de transit de l'Afghanistan pendant des décennies. Le commerce global entre les deux pays a culminé à 2,7 milliards de dollars en 2014-2015. Les commerçants afghans ont utilisé le Pakistan comme voie d'accès au gigantesque marché indien. Cependant, au cours des dernières années, en raison d'une relation politique turbulente entre les voisins sud-asiatiques, le Pakistan a imposé plusieurs barrières réglementaires superflues au commerce et a fermé les frontières de Chaman et Torkham à plusieurs reprises. De telles politiques ont fait chuter les relations commerciales du Pakistan avec l'Afghanistan, réduisant le commerce bilatéral à 500 millions de dollars et empêchant les commerçants afghans d'accéder au marché indien. Ainsi, il était impératif pour le gouvernement afghan de diversifier ses partenaires commerciaux et d'abroger l'impact intrusif du Pakistan sur le commerce avec l'Inde.

En juin 2017, le gouvernement afghan a lancé le &ldquoAfghanistan-India Air Corridor&rdquo en tant que projet pilote visant à faciliter le commerce entre Kaboul et New Delhi via le fret aérien. &ldquoNotre objectif est de faire de l'Afghanistan un pays exportateur. À moins que nous ne soyons un pays exportateur, la pauvreté et l'instabilité ne seront pas éliminées », a déclaré le président afghan Ashraf Ghani lors de la cérémonie de lancement. Depuis lors, l'Afghanistan a exporté 3 318 tonnes métriques (MT) de marchandises à travers 155 vols vers la capitale indienne. L'inspecteur général spécial pour la reconstruction de l'Afghanistan (SIGAR) a signalé une augmentation de 28 % des exportations afghanes de 2016 à 2017, ce qui est largement attribuable au lancement du programme de corridor aérien avec l'Inde.

Suite au succès du premier projet de corridor aérien, le gouvernement afghan l'a étendu à un rythme impressionnant à plusieurs autres pays, le présentant sous le nom de &ldquoNational Air Corridor Program&rdquo. Jusqu'à présent, le programme a facilité l'exportation de 3 643 tonnes de marchandises d'une valeur de 63 millions de dollars via 244 vols vers les marchés internationaux, notamment l'Inde, la Turquie, l'Arabie saoudite, l'Union européenne, le Kazakhstan et les Émirats arabes unis. Ceux-ci comprennent les produits périssables et non périssables, tels que les fruits secs, les fruits frais, les herbes médicinales, l'artisanat et les tapis. En conséquence, les exportations aériennes de l'Afghanistan sont passées de 230 millions de dollars en 2015 à 391 millions de dollars en 2017, soit une augmentation de 70 % en deux ans, selon SIGAR.

Le 7 novembre 2018, l'Afghanistan a ouvert un nouveau couloir aérien avec la Chine expédiant 20 tonnes de pignons (d'une valeur de 500 000 $) à Shanghai. Au cours de la cérémonie d'inauguration, le président afghan Ashraf Ghani a déclaré : &ldquoLes pignons, la pistache et le cumin sont les trésors cachés de l'Afghanistan, et le gouvernement s'est engagé à faire ressortir son plein potentiel via les couloirs commerciaux.&rdquo On estime que l'Afghanistan exportera environ 2 000 tonnes. de pignons de pin sur le marché chinois chaque année. Le gouvernement afghan a également signé un protocole d'accord avec la compagnie aérienne turque pour transporter d'autres marchandises commerciales, telles que des légumes, des tapis, des minéraux, de l'artisanat et des produits d'origine animale, à Shanghai, Pékin et Guangzhou.

L'exportation via le corridor aérien entraîne en revanche des coûts financiers pour le gouvernement afghan. Dans une tentative de rendre le transport aérien plus abordable pour les entreprises et de rendre les produits afghans compétitifs sur les marchés internationaux, le gouvernement fournit une subvention de 80 pour cent des coûts d'expédition, s'élevant à 2 millions de dollars à ce jour. Cependant, le programme de corridor aérien n'en est qu'à ses débuts.

À mesure qu'elle se développe et que de plus grandes quantités de marchandises sont exportées, le fardeau financier pour le gouvernement pourrait être extrêmement élevé. Par exemple, Ajmal Ahmady, conseiller économique principal du président Ashraf Ghani, a récemment tweeté : « Nous estimons la valeur des pignons de pin à

20 000 $/MT en Chine. Cela signifie que la valeur totale de 22MT est de 440 000 $ (en utilisant les prix du marché final). En comparaison, les frais d'expédition sont relativement bas à

$3k/MT, ou $66k pour tous les 22MTs&rdquo. Avec le taux de subvention actuel, le gouvernement devrait contribuer plus de 17,5 millions de dollars par an simplement pour l'exportation de 2 000 tonnes de pignons de pin vers la Chine.

Bien que le programme national de corridor aérien soit une option « gagnant-gagnant » pour le gouvernement et le secteur privé au statu quo en offrant un mode d'expédition plus rapide, plus sûr et plus fiable dans l'immédiat, il pourrait ne pas être une alternative viable dans le à long terme en raison du coût élevé du fret aérien. Le gouvernement américain a récemment exempté le développement du port de Chabahar des nouvelles sanctions imposées à l'Iran en vertu de l'Iran Freedom and Counter-Proliferation Act de 2012. Ainsi, à long terme, le port de Chabahar ouvrira une nouvelle route de transit pour les entreprises afghanes vers transporter des marchandises vers l'Inde et d'autres marchés internationaux par voie maritime.

Le gouvernement afghan devrait également tirer parti des engagements récents du Pakistan pour faciliter le commerce et le transit pour les commerçants afghans. Par conséquent, fournir aux entreprises afghanes un accès au port de Karachi devrait être une priorité pour le gouvernement afghan.


Afghanistan

Ahmad Shah DURRANI a unifié les tribus pachtounes et a fondé l'Afghanistan en 1747. Le pays a servi de tampon entre les empires britannique et russe jusqu'à ce qu'il obtienne son indépendance du contrôle britannique théorique en 1919. Une brève expérience de démocratie accrue s'est terminée par un coup d'État de 1973 et un coup d'État de 1978. contre-coup communiste. L'Union soviétique a envahi en 1979 pour soutenir le régime communiste afghan chancelant, déclenchant une guerre longue et destructrice. L'URSS s'est retirée en 1989 sous la pression incessante des rebelles moudjahidines anticommunistes soutenus par la communauté internationale. Une série de guerres civiles subséquentes a finalement vu Kaboul tomber en 1996 aux mains des talibans, un mouvement intransigeant parrainé par les Pakistanais qui a émergé en 1994 pour mettre fin à la guerre civile et à l'anarchie du pays. À la suite des attaques terroristes du 11 septembre 2001, une action militaire américaine, alliée et anti-talibans de l'Alliance du Nord a renversé les talibans pour avoir abrité Oussama BEN LADIN. Une conférence de Bonn parrainée par l'ONU en 2001 a établi un processus de reconstruction politique qui comprenait l'adoption d'un nouvelle constitution, une élection présidentielle en 2004 et des élections à l'Assemblée nationale en 2005. En décembre 2004, Hamid KARZAI est devenu le premier président démocratiquement élu de l'Afghanistan, et l'Assemblée nationale a été inaugurée en décembre suivant. KARZAI a été réélu en août 2009 pour un second mandat. L'élection présidentielle de 2014 a été la première du pays à comporter un second tour, qui a réuni les deux premiers votants du premier tour, Abdullah ABDULLAH et Ashraf GHANI. Tout au long de l'été 2014, leurs campagnes ont contesté les résultats et échangé des accusations de fraude, conduisant à une intervention diplomatique dirigée par les États-Unis qui comprenait un audit complet des votes ainsi que des négociations politiques entre les deux camps. En septembre 2014, GHANI et ABDULLAH ont convenu de former le gouvernement d'unité nationale, avec GHANI inauguré en tant que président et ABDULLAH élevé au poste nouvellement créé de directeur général. Le lendemain de l'inauguration, l'administration GHANI a signé l'Accord de sécurité bilatéral américano-afghane et l'Accord sur le statut des forces de l'OTAN, qui constituent la base juridique de la présence militaire internationale post-2014 en Afghanistan. Après deux reports, la prochaine élection présidentielle a eu lieu en septembre 2019. Les talibans restent un défi sérieux pour le gouvernement afghan dans presque toutes les provinces. Les talibans se considèrent toujours comme le gouvernement légitime de l'Afghanistan, et ils restent une force d'insurgés capable et confiante qui lutte pour le retrait des forces militaires étrangères d'Afghanistan, l'établissement de la charia et la réécriture de la constitution afghane. En 2019, les négociations entre les États-Unis et les talibans à Doha sont entrées à leur plus haut niveau à ce jour, s'appuyant sur l'élan amorcé fin 2018. À la base des négociations se trouve l'état instable de la politique afghane, et les perspectives d'un règlement politique durable restent incertaines.

Emplacement

Asie du Sud, nord et ouest du Pakistan, est de l'Iran

Les coordonnées géographiques

Références cartographiques

le total: 652.230 km²
terre: 652.230 km²
l'eau: 0 km²
comparaison du pays au monde : 42

Superficie - comparatif

presque six fois la taille de la Virginie légèrement plus petite que le Texas

Frontières terrestres

le total: 5 987 km
pays frontaliers (6) : Chine 91 km, Iran 921 km, Pakistan 2670 km, Tadjikistan 1357 km, Turkménistan 804 km, Ouzbékistan 144 km

Littoral

Réclamations maritimes

Climat

hivers froids arides à semi-arides et étés chauds

Terrain

plaines montagneuses principalement accidentées au nord et au sud-ouest

Élévation

altitude moyenne : 1 884 m
le point le plus bas: Amou-Daria 258 m
le point le plus haut: Noshak 7 492 m

Ressources naturelles

gaz naturel, pétrole, charbon, cuivre, chromite, talc, barytine, soufre, plomb, zinc, minerai de fer, sel, pierres précieuses et semi-précieuses, terres arables

L'utilisation des terres

terre agricole: 58,1% (estimation 2016)
terres arables: 11.8% (2016)/récoltes permanentes: 0.3% (2016)/pâturage permanent : 46% (2016)
forêt: 2,07 % (estimation 2016)
autre: 39% (2016)

Terres irriguées

Répartition de la population

les populations ont tendance à se regrouper dans les contreforts et à la périphérie de la chaîne accidentée de l'Hindu Kush, des groupes plus petits se trouvent dans de nombreuses vallées intérieures du pays en général, l'est est plus densément peuplé, tandis que le sud est peu peuplé

Risques naturels

des tremblements de terre dévastateurs se produisent dans les montagnes de l'Hindu Kush inondant des sécheresses

Environnement - problèmes actuels

ressources naturelles en eau douce limitées approvisionnements insuffisants en eau potable dégradation des sols surpâturage déforestation (une grande partie des forêts restantes sont abattues pour le carburant et les matériaux de construction) désertification pollution de l'air et de l'eau dans les zones urbaines surpeuplées

Environnement - accords internationaux

partie à : Biodiversité, Changement climatique, Désertification, Espèces menacées, Modification de l'environnement, Déversement en mer, Protection de la couche d'ozone
signé, mais non ratifié : Déchets dangereux, droit de la mer, conservation de la vie marine

Géographie - remarque

enclavé les montagnes de l'Hindu Kush qui s'étendent du nord-est au sud-ouest séparent les provinces du nord du reste du pays les plus hauts sommets se trouvent dans le nord de Vakhan (corridor de Wakhan)

Population

34 940 837 (est. juillet 2018)
comparaison du pays au monde : 39

Nationalité

nom: Afghans
adjectif: afghan

Groupes ethniques

Pashtun, Tadjik, Hazara, Ouzbek, autres (comprend un plus petit nombre de Baloutches, Turkmènes, Nuristani, Pamiri, Arabes, Gujar, Brahui, Qizilbash, Aimaq, Pashai et Kirghiz) (2015)
Remarque: les données statistiques actuelles sur le sujet sensible de l'ethnicité en Afghanistan ne sont pas disponibles, et les données sur l'ethnicité provenant de petits échantillons de répondants aux sondages d'opinion ne sont pas une alternative fiable La constitution afghane de 2004 reconnaît 14 groupes ethniques : pachtoune, tadjik, hazara, ouzbek, baloutche, turkmène , Nuristani, Pamiri, Arabe, Gujar, Brahui, Qizilbash, Aimaq et Pashai

Langues

Afghan persan ou dari (officiel) 77% (le dari fonctionne comme lingua franca), pachto (officiel) 48%, ouzbek 11%, anglais 6%, turkmène 3%, ourdou 3%, pashayi 1%, nuristani 1%, arabe 1%, Baloutche 1% (est. 2017)
Remarque: les données représentent les langues les plus parlées les parts totalisent plus de 100 % parce qu'il y a beaucoup de bilinguisme dans le pays et parce que les répondants étaient autorisés à choisir plus d'une langue Remarque: les langues turques ouzbek et turkmène, ainsi que le baloutchi, le pashayi, le nuristani et le pamiri sont les troisièmes langues officielles dans les régions où la majorité les parle

Religions

Musulmans 99,7% (sunnites 84,7 - 89,7%, chiites 10 - 15%), autres 0,3% (estimation 2009)

Pyramide des ages

0-14 ans : 40,92 % (hommes 7 263 716 / femmes 7 033,427)
15-24 ans : 21,85 % (hommes 3 883 693 / femmes 3 749 760)
25-54 ans : 30,68 % (hommes 5 456 305 / femmes 5 263 332)
55-64 ans : 3,95% (homme 679 766 / femme 699 308)
65 ans et plus : 2,61 % (hommes 420 445 / femmes 491 085) (estimation 2018)
pyramide des âges :

Rapports de dépendance

taux de dépendance total : 88,8 (estimation 2015)
taux de dépendance des jeunes : 84,1 (estimation 2015)
taux de dépendance des personnes âgées : 4.7 (est. 2015)
taux de soutien potentiel : 21,2 (est. 2015)

Âge moyen

le total: 19 ans (est. 2018)
Masculin: 19 années
femelle: 19,1 ans
comparaison du pays au monde : 203

Taux de croissance de la population

2,37 % (estimation 2018)
comparaison du pays au monde : 29

Taux de natalité

37,5 naissances/1 000 habitants (estimation 2018)
comparaison du pays au monde : 12

Taux de mortalité

13,2 décès/1 000 habitants (estimation 2018)
comparaison du pays au monde : 9

Taux net de migration

-0,6 migrant(s)/1 000 habitants (est. 2018)
comparaison du pays au monde : 128

Répartition de la population

les populations ont tendance à se regrouper dans les contreforts et à la périphérie de la chaîne accidentée de l'Hindu Kush, des groupes plus petits se trouvent dans de nombreuses vallées intérieures du pays en général, l'est est plus densément peuplé, tandis que le sud est peu peuplé

Urbanisation

population urbaine: 25,8% de la population totale (2019)
taux d'urbanisation : 3,37 % de taux de variation annuel (est. 2015-20)

Grandes zones urbaines - population

4.114 millions KABOUL (capital) (2019)

Rapport de masculinité

à la naissance: 1,05 homme(s)/femme
0-14 ans : 1,03 homme(s)/femme
15-24 ans : 1,04 homme(s)/femme
25-54 ans : 1,04 homme(s)/femme
55-64 ans : 0,97 homme(s)/femme
65 ans et plus : 0,86 homme(s)/femme
population totale: 1,03 homme(s)/femme (est. 2018)

Âge moyen de la mère à la première naissance

19,9 ans (est. 2015)
Remarque: âge médian à la première naissance chez les femmes de 25 à 29 ans

Taux de mortalité maternelle

638 décès/100 000 naissances vivantes (est. 2017)
comparaison du pays au monde : 11

Taux de mortalité infantile

le total: 108,5 décès/1 000 naissances vivantes (est. 2018)
Masculin: 115,7 décès/1 000 naissances vivantes
femelle: 100,9 décès/1 000 naissances vivantes
comparaison du pays au monde : 1

L'espérance de vie à la naissance

population totale: 52,1 ans (estimation 2018)
Masculin: 50,6 ans
femelle: 53,6 ans
comparaison du pays au monde : 223

Taux de fécondité total

5.02 enfants nés/femme (est. 2018)
comparaison du pays au monde : 11

Taux de prévalence contraceptive

Source d'eau potable

amélioré: Urbain: 78,2% de la population
rural: 47% de la population
le total: 55,3% de la population
non amélioré: Urbain: 21,8% de la population
rural: 53% de la population
le total: 44,7 % de la population (estimation 2015)

Dépenses de santé courantes

Densité de médecins

0,28 médecins/1 000 habitants (2016)

Densité des lits d'hôpitaux

0,5 lit/1 000 habitants (2014)

Accès aux installations sanitaires

amélioré: Urbain: 45,1% de la population (estimation 2015)
rural: 27% de la population (estimation 2015)
le total: 31,9% de la population (estimation 2015)
non amélioré: Urbain: 54,9% de la population (estimation 2015)
rural: 73% de la population (estimation 2015)
le total: 68,1% de la population (estimation 2015)

VIH/SIDA - taux de prévalence chez les adultes

VIH/SIDA - personnes vivant avec le VIH/SIDA

7 200 (estimation 2018)
comparaison du pays au monde : 113

VIH/SIDA - décès

Principales maladies infectieuses

degré de risque : intermédiaire (2019)
maladies d'origine alimentaire ou hydrique : diarrhée bactérienne, hépatite A et fièvre typhoïde (2019)
maladies à transmission vectorielle : Fièvre hémorragique de Crimée-Congo, paludisme (2019)

Obésité - taux de prévalence chez les adultes

5.5% (2016)
comparaison du pays au monde : 176

Enfants de moins de 5 ans en insuffisance pondérale

25% (2013)
comparaison du pays au monde : 17

Dépenses d'éducation

4,1% du PIB (2017)
comparaison du pays au monde : 95

L'alphabétisation

définition: 15 ans et plus savent lire et écrire
population totale: 43%
Masculin: 55.5%
femelle: 29.8% (2018)

Espérance de vie scolaire (du primaire au supérieur)

le total: 10 années
Masculin: 13 ans
femelle: 8 ans (2014)

Chômage, jeunes de 15 à 24 ans

le total: 17.6%
Masculin: 16.3%
femelle: 21.4% (2017)
comparaison du pays au monde : 79

Nom du pays

forme conventionnelle longue : République islamique d'Afghanistan
forme conventionnelle courte : Afghanistan
forme locale longue : Jamhuri-ye Islami-ye Afghanistan
forme courte locale : Afghanistan
ancien: République d'Afghanistan
étymologie: le nom "Afghan" désignait à l'origine le peuple pachtoune (aujourd'hui, il comprend tous les groupes ethniques du pays), tandis que le suffixe "-stan" signifie "lieu de" ou "pays", donc l'Afghanistan signifie littéralement la "Terre du Afghans"

Type de gouvernement

république islamique présidentielle

Capitale

Nom: Kaboul
les coordonnées géographiques: 34 31 Nord, 69 11 Est
différence de temps: UTC+4.5 (9,5 heures d'avance sur Washington, DC, pendant l'heure normale)
heure d'été : n'observe pas l'heure d'été
étymologie: nommé pour la rivière Kaboul, mais le nom de la rivière est d'origine inconnue

Divisions administratives

34 provinces (welayat, singulier - welayat) Badakhshan, Badghis, Baghlan, Balkh, Bamyan, Daykundi, Farah, Faryab, Ghazni, Ghor, Helmand, Herat, Jowzjan, Kaboul, Kandahar, Kapisa, Khost, Kunar, Kunduz, Laghman, Logar , Nangarhar, Nimroz, Nuristan, Paktika, Paktiya, Panjshir, Parwan, Samangan, Sar-e Pul, Takhar, Uruzgan, Wardak, Zabul

Indépendance

19 août 1919 (du contrôle britannique sur les affaires étrangères afghanes)

Fête nationale

Fête de l'Indépendance, 19 août (1919)

Constitution

l'histoire: plusieurs précédents le dernier rédigé du 14 décembre 2003 au 4 janvier 2004, signé le 16 janvier 2004, ratifié le 26 janvier 2004
amendements : proposé par une commission formée par décret présidentiel suivi de la convention d'un Grand Conseil (Loya Jirga) décrétée par le président le passage requiert au moins un vote à la majorité des deux tiers des membres de la Loya Jirga et l'approbation du président (2017)

Système légal

système juridique mixte de droit civil, coutumier et islamique (charia)

Participation à une organisation de droit international

n'a pas soumis de déclaration de compétence à la CIJ accepte la compétence de la CCIt

Citoyenneté

nationalité de naissance : non
citoyenneté par filiation seulement : au moins un parent doit être né en Afghanistan et y avoir vécu de façon continue
double nationalité reconnue : non
condition de résidence pour la naturalisation : 5 années

Suffrage

18 ans universel

Branche exécutive

chef d'état: Président de la République islamique d'Afghanistan Ashraf GHANI Ahmadzai (depuis le 29 septembre 2014) PDG Abdullah ABDULLAH, Dr. (depuis le 29 septembre 2014) Premier vice-président Abdul Rashid DOSTAM (depuis le 29 septembre 2014) Deuxième vice-président Sarwar DANESH (depuis le 29 septembre 2014) ) Premier directeur général adjoint Khyal Mohammad KHAN Deuxième directeur général adjoint Mohammad MOHAQQEQ note - le président est à la fois chef d'état et chef du gouvernement
chef du gouvernement: Président de la République islamique d'Afghanistan Ashraf GHANI Ahmadzai (depuis le 29 septembre 2014) PDG Abdullah ABDULLAH, Dr. (depuis le 29 septembre 2014) Premier vice-président Abdul Rashid DOSTAM (depuis le 29 septembre 2014) Deuxième vice-président Sarwar DANESH (depuis le 29 septembre 2014) ) Premier directeur général adjoint Khyal Mohammad KHAN Deuxième directeur général adjoint Mohammad MOHAQQEQ
cabinet: Cabinet composé de 25 ministres nommés par le président, approuvés par l'Assemblée nationale
élections/nominations : président directement élu à la majorité absolue du vote populaire à 2 tours si besoin pour un mandat de 5 ans (éligible pour un second mandat) dernière élection le 28 septembre 2019 (prochaine date en 2024)
Résultats des élections: N / A

Branche législative

la description: L'Assemblée nationale bicamérale se compose de :
Meshrano Jirga ou Chambre des Anciens (102 sièges 34 membres élus indirectement à la majorité absolue votent à 2 tours si nécessaire par les conseils de district pour servir des mandats de 3 ans, 34 élus indirectement à la majorité absolue votent à 2 tours si nécessaire par les conseils provinciaux pour servir 4 - mandats d'un an, et 34 nommés par le président à partir de nominations par des groupes civiques, des partis politiques et le public, dont 17 doivent être des femmes, 2 doivent représenter les personnes handicapées et 2 doivent être des nomades Kuchi nommés présidentiels pour des mandats de 5 ans)
Wolesi Jirga ou Chambre du Peuple (membres de 250 sièges élus directement dans des circonscriptions à plusieurs sièges au scrutin proportionnel pour des mandats de 5 ans)
élections:
Meshrano Jirga - conseils de district - dans les 5 jours suivant l'installation conseils provinciaux - dans les 15 jours suivant l'installation des personnes nommées à la présidence - dans les 2 semaines suivant l'investiture présidentielle
Wolesi Jirga - dernière tenue le 20 octobre 2018) (prochaine date en 2023)
Résultats des élections:
Meshrano Jirga - pourcentage des voix par parti - sièges NA par parti - composition NA - hommes 84, femmes 18, pourcentage de femmes 17,6%
Wolesi Jirga - pourcentage des voix par parti NA sièges par parti - composition NA - NA
Remarque: la constitution permet au gouvernement de convoquer une Loya Jirga (Grand Conseil) constitutionnelle sur les questions d'indépendance, de souveraineté nationale et d'intégrité territoriale elle se compose de membres de l'Assemblée nationale et de présidents des conseils de province et de district une Loya Jirga peut modifier les dispositions de la constitution et poursuivre le président aucune Loya Jirga constitutionnelle n'a jamais eu lieu, et les conseils de district n'ont jamais été élus le président a nommé 34 membres de la Meshrano Jirga que les conseils de district auraient dû élire indirectement

Branche judiciaire

les plus hautes juridictions : Cour suprême ou Stera Mahkama (se compose du chef de la cour suprême et de 8 juges organisés en divisions ou dewans pénale, de sécurité publique, civile et commerciale)
sélection des juges et durée du mandat : le chef du tribunal et les juges nommés par le président avec l'approbation du chef du tribunal de Wolesi Jirga et les juges remplissent un mandat unique de 10 ans
tribunaux subordonnés : Cours d'appel Tribunaux de première instance Tribunaux spéciaux pour des questions telles que les stupéfiants, la sécurité, les biens, la famille et les mineurs

Partis politiques et dirigeants

note - le ministère de la Justice a autorisé 72 partis politiques en avril 2019

Participation d'organisations internationales

BAD, CICA, CP, ECO, ITIE (pays candidat), FAO, G-77, AIEA, BIRD, OACI, ICC (ONG), ICCt, ICRM, IDA, BID, FIDA, IFC, IFRCS, OIT, FMI, Interpol , CIO, OIM, UIP, ISO (correspondant), ITSO, ITU, ITUC (ONG), MIGA, NAM, OIC, OPCW, OSCE (partenaire), SAARC, SACEP, SCO (membre de dialogue), UN, UNAMA, CNUCED, UNESCO, UNHCR, ONUDI, OMT, UPU, OMD, FSM (ONG), OMS, OMPI, OMM, OMC

Représentation diplomatique aux États-Unis

Ambassadrice Roya RAHMANI (depuis le 24 novembre 2018)
chancellerie : 2341 Wyoming Avenue NW, Washington, DC 20008
Téléphone: [1] (202) 483-6410
FAX: [1] (202) 483-6488
consulat général : Los Angeles, New York, Washington, DC

Représentation diplomatique des États-Unis

chef de mission : Ambassadeur John BASS (depuis décembre 2017)
Téléphone: [00 93] 0700 108 001
ambassade: Bibi Mahru, Kaboul
Adresse postale: Ambassade des États-Unis à Kaboul, APO AE 09806
FAX: [00 93] 0700 108 564

Description du drapeau

trois bandes verticales égales de couleur noire (côté mât), rouge et verte, avec l'emblème national en blanc centré sur la bande rouge et chevauchant légèrement les 2 autres bandes, le centre de l'emblème présente une mosquée avec chaire et drapeaux de chaque côté, au-dessous de la mosquée sont des chiffres arabes orientaux pour l'année solaire 1298 (1919 dans le calendrier grégorien, l'année de l'indépendance afghane du Royaume-Uni) cette image centrale est entourée d'une bordure composée de gerbes de blé à gauche et à droite, dans la partie supérieure -au centre est une inscription arabe de la Shahada (croyance musulmane) en dessous de laquelle se trouvent les rayons du soleil levant sur le Takbir (expression arabe signifiant "Dieu est grand"), et en bas au centre se trouve un parchemin portant le nom Afghanistan noir signifie le passé , le rouge est pour le sang versé pour l'indépendance, et le vert peut représenter soit l'espoir pour l'avenir, la prospérité agricole, ou l'Islam
Remarque: L'Afghanistan a eu plus de changements à son drapeau national au 20ème siècle - 19 par un compte - que tout autre pays, les couleurs noir, rouge et vert sont apparues sur la plupart d'entre eux

Symboles nationaux)

couleurs nationales du lion : rouge, vert, noir

Hymne national

Nom: "Milli Surood" (hymne national)
paroles/musique : Abdul Bari JAHANI/Babrak WASA
Remarque: adopté en 2006, la constitution de 2004 du gouvernement post-taliban a exigé qu'un nouvel hymne national soit écrit contenant l'expression « Allahu Akbar » (Dieu est le plus grand) et mentionnant les noms des groupes ethniques afghans

Économie - aperçu

Malgré l'amélioration de l'espérance de vie, des revenus et de l'alphabétisation depuis 2001, l'Afghanistan est extrêmement pauvre, enclavé et fortement dépendant de l'aide étrangère. Une grande partie de la population continue de souffrir de pénuries de logements, d'eau potable, d'électricité, de soins médicaux et d'emplois. La corruption, l'insécurité, la faiblesse de la gouvernance, le manque d'infrastructures et la difficulté du gouvernement afghan à étendre l'état de droit à toutes les régions du pays posent des défis à la croissance économique future. Le niveau de vie de l'Afghanistan est parmi les plus bas du monde. Depuis 2014, l'économie a ralenti, en grande partie à cause du retrait de près de 100 000 soldats étrangers qui avait artificiellement gonflé la croissance économique du pays. La communauté internationale reste attachée au développement de l'Afghanistan, promettant plus de 83 milliards de dollars lors de dix conférences de donateurs entre 2003 et 2016. In October 2016, the donors at the Brussels conference pledged an additional $3.8 billion in development aid annually from 2017 to 2020. Even with this help, Government of Afghanistan still faces number of challenges, including low revenue collection, anemic job creation, high levels of corruption, weak government capacity, and poor public infrastructure.In 2017 Afghanistan's growth rate was only marginally above that of the 2014-2016 average. The drawdown of international security forces that started in 2012 has negatively affected economic growth, as a substantial portion of commerce, especially in the services sector, has catered to the ongoing international troop presence in the country. Afghan President Ashraf GHANI Ahmadzai is dedicated to instituting economic reforms to include improving revenue collection and fighting corruption. The government has implemented reforms to the budget process and in some other areas. However, many other reforms will take time to implement and Afghanistan will remain dependent on international donor support over the next several years.

GDP (purchasing power parity)

$69.45 billion (2017 est.)
$67.65 billion (2016 est.)
$66.21 billion (2015 est.)
Remarque: data are in 2017 dollars
country comparison to the world: 101

GDP (official exchange rate)

GDP - real growth rate

2.7% (2017 est.)
2.2% (2016 est.)
1% (2015 est.)
country comparison to the world: 124

GDP - per capita (PPP)

$2,000 (2017 est.)
$2,000 (2016 est.)
$2,000 (2015 est.)
Remarque: data are in 2017 dollars
country comparison to the world: 209

Gross national saving

22.7% of GDP (2017 est.)
25.8% of GDP (2016 est.)
21.4% of GDP (2015 est.)
country comparison to the world: 78

GDP - composition, by end use

household consumption: 81.6% (2016 est.)
government consumption: 12% (2016 est.)
investment in fixed capital: 17.2% (2016 est.)
investment in inventories: 30% (2016 est.)
exports of goods and services: 6.7% (2016 est.)
imports of goods and services: -47.6% (2016 est.)

GDP - composition, by sector of origin

agriculture: 23% (2016 est.)
industrie: 21.1% (2016 est.)
prestations de service: 55.9% (2016 est.)
Remarque: data exclude opium production

Agriculture - products

opium, wheat, fruits, nuts, wool, mutton, sheepskins, lambskins, poppies

Les industries

small-scale production of bricks, textiles, soap, furniture, shoes, fertilizer, apparel, food products, non-alcoholic beverages, mineral water, cement handwoven carpets natural gas, coal, copper

Industrial production growth rate

-1.9% (2016 est.)
country comparison to the world: 181

Labor force

8.478 million (2017 est.)
country comparison to the world: 61

Labor force - by occupation

agriculture: 44.3%
industrie: 18.1%
prestations de service: 37.6% (2017 est.)

Unemployment rate

23.9% (2017 est.)
22.6% (2016 est.)
country comparison to the world: 194

Population below poverty line

Household income or consumption by percentage share

lowest 10%: 3.8%
highest 10%: 24% (2008)

Distribution of family income - Gini index

29.4 (2008)
country comparison to the world: 136

Budget

revenus : 2.276 billion (2017 est.)
dépenses : 5.328 billion (2017 est.)

Taxes and other revenues

11.2% (of GDP) (2017 est.)
country comparison to the world: 210

Budget surplus (+) or deficit (-)

-15.1% (of GDP) (2017 est.)
country comparison to the world: 217

Public debt

7% of GDP (2017 est.)
7.8% of GDP (2016 est.)
country comparison to the world: 202

Fiscal year

Inflation rate (consumer prices)

5% (2017 est.)
4.4% (2016 est.)
country comparison to the world: 171

Commercial bank prime lending rate

15% (31 December 2016 est.)
15% (31 December 2015 est.)
country comparison to the world: 37

Stock of narrow money

$6.644 billion (31 December 2014 est.)
$6.192 billion (31 December 2013 est.)
country comparison to the world: 94

Stock of broad money

$6.945 billion (31 December 2014 est.)
$6.544 billion (31 December 2013 est.)
country comparison to the world: 95

Stock of domestic credit

-$240.6 million (31 December 2016 est.)
country comparison to the world: 192

Market value of publicly traded shares

Current account balance

$1.014 billion (2017 est.)
$1.409 billion (2016 est.)
country comparison to the world: 48

Exportations

$784 million (2017 est.)
$614.2 million (2016 est.)
Remarque: not including illicit exports or reexports
country comparison to the world: 171

Exports - partners

India 56.5%, Pakistan 29.6% (2017)

Exports - commodities

opium, fruits and nuts, handwoven carpets, wool, cotton, hides and pelts, precious and semi-precious gems, and medical herbs

Imports

$7.616 billion (2017 est.)
$6.16 billion (2016 est.)
country comparison to the world: 114

Imports - commodities

machinery and other capital goods, food, textiles, petroleum products

Imports - partners

China 21%, Iran 20.5%, Pakistan 11.8%, Kazakhstan 11%, Uzbekistan 6.8%, Malaysia 5.3% (2017)

Reserves of foreign exchange and gold

$7.187 billion (31 December 2017 est.)
$6.901 billion (31 December 2015 est.)
country comparison to the world: 85

Debt - external

$2.84 billion (FY/)
country comparison to the world: 144

Exchange rates

afghanis (AFA) per US dollar -
7.87 (2017 est.)
68.03 (2016 est.)
67.87 (2015)
61.14 (2014 est.)
57.25 (2013 est.)

Electricity access

population without electricity: 18,999,254 (2012)
electrification - total population: 84.1% (2016)
electrification - urban areas: 98% (2016)
electrification - rural areas: 79% (2016)

Electricity - production

1.211 billion kWh (2016 est.)
country comparison to the world: 146

Electricity - consumption

5.526 billion kWh (2016 est.)
country comparison to the world: 119

Electricity - exports

0 kWh (2016 est.)
country comparison to the world: 96

Electricity - imports

4.4 billion kWh (2016 est.)
country comparison to the world: 42

Electricity - installed generating capacity

634,100 kW (2016 est.)
country comparison to the world: 138

Electricity - from fossil fuels

45% of total installed capacity (2016 est.)
country comparison to the world: 159

Electricity - from nuclear fuels

0% of total installed capacity (2017 est.)
country comparison to the world: 32

Electricity - from hydroelectric plants

52% of total installed capacity (2017 est.)
country comparison to the world: 34

Electricity - from other renewable sources

4% of total installed capacity (2017 est.)
country comparison to the world: 111

Crude oil - production

0 bbl/day (2018 est.)
country comparison to the world: 101

Crude oil - exports

0 bbl/day (2015 est.)
country comparison to the world: 82

Crude oil - imports

0 bbl/day (2015 est.)
country comparison to the world: 84

Crude oil - proved reserves

0 bbl (1 January 2018 est.)
country comparison to the world: 99

Refined petroleum products - production

0 bbl/day (2015 est.)
country comparison to the world: 110

Refined petroleum products - consumption

35,000 bbl/day (2016 est.)
country comparison to the world: 117

Refined petroleum products - exports

0 bbl/day (2015 est.)
country comparison to the world: 124

Refined petroleum products - imports

34,210 bbl/day (2015 est.)
country comparison to the world: 97

Natural gas - production

164.2 million cu m (2017 est.)
country comparison to the world: 79

Natural gas - consumption

164.2 million cu m (2017 est.)
country comparison to the world: 108

Natural gas - exports

0 cu m (2017 est.)
country comparison to the world: 57

Natural gas - imports

0 cu m (2017 est.)
country comparison to the world: 81

Natural gas - proved reserves

49.55 billion cu m (1 January 2018 est.)
country comparison to the world: 62

Carbon dioxide emissions from consumption of energy

9.067 million Mt (2017 est.)
country comparison to the world: 111

Telephones - fixed lines

total subscriptions: 118,769 (2017 est.)
subscriptions per 100 inhabitants: less than 1 (2017 est.)
country comparison to the world: 138

Telephones - mobile cellular

total subscriptions: 23,929,713
subscriptions per 100 inhabitants: 70 (2017 est.)
country comparison to the world: 51

Telephone system

general assessment: progress has been made on Afghanistan's first limited fixed-line telephone service and nationwide optical fibre backbone aided by the presence of multiple providers, mobile-cellular telephone service continues to improve swiftly the Afghan Ministry of Communications and Information claims that more than 90% of the population live in areas with access to mobile-cellular services (2018)
domestic: less than 1 per 100 for fixed-line teledensity 70 per 100 for mobile-cellular an increasing number of Afghans utilize mobile-cellular phone networks (2018)
international: country code - 93 multiple VSAT's provide international and domestic voice and data connectivity (2019)

Médias de diffusion

state-owned broadcaster, Radio Television Afghanistan (RTA), operates a series of radio and television stations in Kabul and the provinces an estimated 174 private radio stations, 83 TV stations, and about a dozen international broadcasters are available (2019)

Internet country code

Les internautes

le total: 3,531,770
percent of population: 10.6 (July 2016 est.)

Broadband - fixed subscriptions

le total: 16,810 (2017 est.)
subscriptions per 100 inhabitants: less than 1 (2017 est.)
country comparison to the world: 156

Military expenditures

0.99% of GDP (2018)
0.94% of GDP (2017)
0.89% of GDP (2016)
0.99% of GDP (2015)
1.33% of GDP (2014)
country comparison to the world: 116

Military and security forces

Afghan National Defense and Security Forces (ANDSF) comprised of military, police, and other security elements: Afghan National Army ((ANA), Afghan Air Force, Afghan Special Security Forces, Afghanistan National Army Territorial Forces (ANA-TF)), Afghan National Police (Ministry of Interior), Afghan Local Police (Ministry of Interior), and the National Directorate of Security (2019)

Military service age and obligation

18 is the legal minimum age for voluntary military service no conscription (2017)

Military - note

Since early 2015, the NATO-led mission in Afghanistan known as Resolute Support Mission (RSM) has focused on training, advising, and assisting Afghan government forces RSM includes 17,000 troops, including 8,500 US and 8,700 other troops from 38 countries (September 2019)

National air transport system

number of registered air carriers: 4 (2015)
inventory of registered aircraft operated by air carriers: 20 (2015)
annual passenger traffic on registered air carriers: 1,929,907 (2015)
annual freight traffic on registered air carriers: 33,102,038mt-km (2015)

Civil aircraft registration country code prefix

Airports

43 (2016)
country comparison to the world: 99

Airports - with paved runways

le total: 25 (2017)
over 3,047 m: 4
2,438 to 3,047 m: 4
1,524 to 2,437 m: 14
914 to 1,523 m: 2
under 914 m: 1

Airports - with unpaved runways

le total: 18 (2016)
2,438 to 3,047 m: 1 (2016)
1,524 to 2,437 m: 8 (2016)
914 to 1,523 m: 4 (2016)
under 914 m: 5 (2016)

Heliports

Pipelines

Roadways

le total: 34,903 km (2017)
paved: 17,903 km (2017)
unpaved: 17,000 km (2017)
country comparison to the world: 92

Waterways

1,200 km(chiefly Amu Darya, which handles vessels up to 500 DWT) (2011)
country comparison to the world: 58

Ports and terminals

river port(s): Kheyrabad, Shir Khan

Terrorist groups - home based

al-Qa'ida (AQ): aim(s): eject Western influence from the Islamic world, unite the worldwide Muslim community, overthrow governments perceived as un-Islamic, and ultimately, establish a pan-Islamic caliphate under a strict Salafi Muslim interpretation of sharia
area(s) of operation: maintains established networks and a longtime operational presence in Afghanistan, especially in the south, northwest, and northeast near the Afghanistan-Pakistan border continues to view Afghanistan as a safe haven for its leadership (2019)
Islamic Jihad Union (IJU): aim(s): drive NATO forces out of Afghanistan and destabilize the country overthrow the Government of Uzbekistan
area(s) of operation: conducts attacks in collaboration with other extremist groups, including the Taliban and al-Qa'ida, against NATO and Afghan forces across the country, especially in the northern and eastern Paktika, Paktia, and Nangarhar provinces
Remarque: IJU is a splinter movement of the Islamic Movement of Uzbekistan (IMU) IJU emerged in the early 2000s after internal splits over goals IMU is focused on Central Asia, but the IJU sought a more global focus (2019)
Islamic Movement of Uzbekistan (IMU):
aim(s): enhance its networks and secure territory in Afghanistan to establish a secure presence from which it can pursue its historic goal of establishing an Islamic state in the Fergana Valley, a fertile valley spread across eastern Uzbekistan, southern Kyrgyzstan, and northern Tajikistan
area(s) of operation: operates mostly in the north along the Afghanistan-Pakistan border, with its heaviest presence in Badakhshan Province, where IMU has operated paramilitary training camps and bases
Remarque: the IMU is fractured and mostly supports ISIS-K although some members have continued working with the Taliban and al-Qa'ida (2019)
Islamic State of Iraq and ash-Sham-Khorasan (ISIS-K):
aim(s): establish an Islamic caliphate in Afghanistan, Pakistan, and parts of Central Asia counter Westerners and Shia Muslims
area(s) of operation: strongholds in Nangarhar and Kunar provinces near the Afghanistan-Pakistan border and operating in Laghman, Jowzjan provinces with pockets of support throughout Afghanistan
Remarque: recruits from among the local population, Central Asian extremists in Afghanistan, and other militant groups, such as Tehrik-e Taliban Pakistan, the Afghan Taliban, and the Islamic Movement of Uzbekistan ISIS-K and Afghan Taliban forces have fought sometimes over control of territory or because of political or differences (2019)
Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP):
aim(s): drive foreign troops from Afghanistan remove Pakistani forces from Pakistan's Federally Administered Tribal Areas (FATA) and, ultimately, overthrow the Pakistan Government to implement TTP's strict interpretation of sharia
area(s) of operation:
headquartered in several eastern Afghanistan provinces near the Afghanistan-Pakistan border operates primarily along the northeastern Afghanistan-Pakistan border, especially in Kunar and Paktika provinces, where TTP has established sanctuaries (2019)

Terrorist groups - foreign based

al-Qa'ida in the Indian Subcontinent (AQIS): aim(s): unite local jihadist movements in the Indian subcontinent, pursue the overthrow of local governments, exacerbate tensions between Hindus and Muslims, establish an Islamic caliphate in the Indian subcontinent
area(s) of operation:
heaviest presence is in Afghanistan, especially in the eastern and southern regions, where most of the Afghan-based leaders are located
Remarque: targets primarily Afghan military and security personnel and US interests (2019)
Haqqani Taliban Network (HQN): aim(s): expel US and Coalition forces and replace the Afghan Government with an Islamic state operating according to a strict Salafi Muslim interpretation of sharia under the Afghan Taliban
area(s) of operation: stages attacks from Kurram and North Waziristan Agency in Pakistan's Federally Administered Tribal Areas (FATA) across from Afghanistan's southeastern border operational throughout the country, especially in Kabul and Paktiya and Khost provinces
Remarque: plays a leading role in planning and executing high-profile attacks against Afghan personnel, NATO's Resolute Support Mission, US and Coalition Forces, and other US and Western interests strong ties with al-Qa'ida (2019)
Harakat ul-Mujahidin (HUM): aim(s): enhance its networks and paramilitary training in Afghanistan and, ultimately, incorporate Kashmir into Pakistan establish an Islamic state in Kashmir
area(s) of operation: maintains paramilitary training camps in eastern Afghanistan (2019)
Harakat ul-Jihad-i-Islami (HUJI): im(s): seeks the annexation of the state of Jammu and Kashmir and the expulsion of foreign forces from Afghanistan implement sharia in Afghanistan
area(s) of operation: operations throughout Afghanistan, targeting primarily Afghan Government personnel and Coalition forces has supplied fighters to the Taliban (2019)
Islamic Revolutionary Guard Corps -- Qods Force (IRGC-QF): aim(s): initially supported anti-Taliban initiatives that complemented US goals in 2001, however, it gradually adopted an anti-NATO/anti-Afghan government strategy and began supplying financial assistance, training, and weapons to the Taliban
area(s) of operations: Taliban-dominated areas of Afghanistan (2019)
Jaish-e-Mohammed (JEM): aim(s): annex the state of Jammu and Kashmir to Pakistan and expel international forces from Afghanistan.
area(s) of operation: historically operated in Afghanistan's eastern provinces (2019)
Jaysh al Adl: aim(s): enhance its operational networks and capabilities for staging cross-border attacks into Iran
area(s) of operation: operational in the greater Balochistan area, where fighters stage attacks targeting Iranian security forces
Remarque: formerly known as Jundallah (2019)
Lashkar i Jhangvi (LJ): aim(s): enhance its networks and paramilitary training in Afghanistan exterminate Shia Muslims, rid the Afghanistan-Pakistan region of Western influence
area(s) of operation:
headquartered in the east operates paramilitary training camps near the Afghanistan-Pakistan border across from the central area of Pakistan's Federally Administered Tribal Areas (FATA) region operatives conduct operations mostly against targets in Pakistan, but also in Afghanistan ties with al-Qa'ida and the Taliban (2019)
Lashkar-e Tayyiba (LT): aim(s): annex the Indian state of Jammu and Kashmir to Pakistan and foment Islamic insurgency in India attack Western, Indian, and Afghan interests in Afghanistan support the Taliban's return to power enhance its recruitment networks and paramilitary training in Afghanistan, and, ultimately, install Islamic rule throughout South Asia
area(s) of operation:
mostly focused on Indian troops and civilian targets, particularly in the states of Jammu and Kashmir, but has also targeted Coalition forces in Afghanistan maintains several facilities, such as paramilitary training camps, medical clinics serving locals, and schools for youths targets Pashtun youth for recruitment in the Administered Tribal Areas (FATA) region (2019)

Disputes - international

Afghan, Coalition, and Pakistan military meet periodically to clarify the alignment of the boundary on the ground and on maps and since 2014 have met to discuss collaboration on the Taliban insurgency and counterterrorism efforts Afghan and Iranian commissioners have discussed boundary monument densification and resurvey Iran protests Afghanistan's restricting flow of dammed Helmand River tributaries during drought Pakistan has sent troops across and built fences along some remote tribal areas of its treaty-defined Durand Line border with Afghanistan which serve as bases for foreign terrorists and other illegal activities Russia remains concerned about the smuggling of poppy derivatives from Afghanistan through Central Asian countries

Refugees and internally displaced persons

refugees (country of origin): 72,194 (Pakistan) (2018)
IDPs: 2.598 million (mostly Pashtuns and Kuchis displaced in the south and west due to natural disasters and political instability) (2018)

Illicit drugs

world's largest producer of opium poppy cultivation increased 63 percent, to 328,304 hectares in 2017 while eradication increased slightly, it still remains well below levels achieved in 2015 the 2017 crop yielded an estimated 9,000 mt of raw opium, a 88% increase over 2016 the Taliban and other antigovernment groups participate in and profit from the opiate trade, which is a key source of revenue for the Taliban inside Afghanistan widespread corruption and instability impede counterdrug efforts most of the heroin consumed in Europe and Eurasia is derived from Afghan opium Afghanistan is also struggling to respond to a burgeoning domestic opiate addiction problem a 2015 national drug use survey found that roughly 11% of the population tested positive for one or more illicit drugs vulnerable to drug money laundering through informal financial networks illicit cultivation of cannabis and regional source of hashish (2018)


Entraînement

Future training to be undertaken at the Shindand air wing at Shindand Air Base in western Afghanistan. The base which has been refurbished and expanded by ISAF which tripled its size. A new 1.3 mile training runway was to begin construction in 2012 [57] but has been canceled. The seven candidates are all graduates of the National Military Academy of Afghanistan of Initial Officer Training held in the United Kingdom and have also undertaken English language training in the Kabul English Language Training Center. Students will be trained in both fixed-wing aircraft, namely the Cessna 182T and 208B and in rotary wing aircraft, the MD 530F. [58] About 6 MD 530F helicopters were delivered to Shindand in late 2011. The initial 6 helicopters have completed acceptance flights and can now be used to begin training Afghan Pilots, [59] although one was destroyed in 2013 by an IED. [60] The four-year contract could see as many as 54 other helicopters being supplied to the AAF. [61]

With the delivery of 20 Advanced fixed-wing light support aircraft, the A-29 Super Tucano Afghan pilots will have to undergo further training. This will significantly increase the level of knowledge and experience in the air force. [62]


Russian helicopters in Afghanistan

The Pentagon announced that the Mi-17 was the best helicopter for Afghanistan, and its pilots were well acquainted with the control elements of the Russian aircraft.

The Afghan National Security Council had previously expressed concern at the shortage of aircraft in its fleet. The Afghan authorities called on the US to equip their national air force as quickly as possible.

&ldquoThe Mi-17 is an excellent helicopter. But, frankly, Afghan helicopter pilots lack training and Afghanistan has practically no attack helicopters to provide cover for the Mi-17 military transport helicopter. The Taliban, however, have more than their fair share of portable missile launchers for shooting down any kind of helicopter,&rdquo said Peter Benchley, a British military expert.

The Mi-17 is an excellent helicopter. However, Afghanistan has practically no attack helicopters to provide cover for the Mi-17 military transport helicopter

Peter Benchley, military expert

Afghan authorities approved the decision to purchase the helicopters, saying that expanding the air fleet should help them deal with any threats to the country&rsquos security.

Afghan legislators believe the country will be on the brink of disaster after 2014 if the local national security forces do not have the necessary weapons.

In particular, Mohammad Abdu, MP, believes that the Afghan security forces &ldquodo not have the capacity to fight and independently carry out military operations&rdquo.

Moreover, due to the lack of equipment and training, there is no special medical aid for soldiers injured in the course of duty.

&ldquoThe Afghanistan National Security Forces are very weak and the international community has taken responsibility for supplying them with the necessary equipment. Afghanistan will have to face many problems after 2014 and if it does not have a strong air force, the nation is doomed,&rdquo said Mohammad Abdu.

The purchase agreement for a package of 30 modified multi-purpose Mi-17 helicopters was signed between the US Defense Department and Rosoboronexport on 16 June last year. The contract is worth USD 553.8 million.

These aircraft are destined for the Afghan Special Mission Wing which is to support local Special Forces operations these operations are currently carried out by the US and NATO.

The Russian helicopters will be used by the Afghanistan National Security Forces Special Mission Wing in anti-terrorism, anti-narcotics and special operation missions.

In 2010, NATO reached an agreement with Russia to purchase 21 specially modified Russian Mi-17 helicopters for use in Afghanistan. These have all been delivered. Last year, a training centre for Afghan helicopter technicians opened in Russia.


NTSB finds damage from inadequately secured cargo caused Boeing 747 crash in Bagram, Afghanistan

The National Transportation Safety Board found that a National Airlines Boeing 747 freighter crashed on takeoff from Bagram Airbase, Afghanistan, because the five large military vehicles it was carrying were inadequately restrained. This led to at least one vehicle moving rearward, crippling key hydraulic systems and damaging the horizontal stabilizer components, which rendered the airplane uncontrollable. All seven crewmembers were killed in the April 29, 2013 crash.

Contributing to the accident was the Federal Aviation Administration’s inadequate oversight of National Airlines’ (NAL’s) handling of special cargo loads, such as that being carried on the accident flight. The Boeing 747-400 freighter was carrying five mine-resistant ambush-protected (MRAP) vehicles. There was no evidence found to suggest that the airplane was brought down by an explosive device or hostile acts.

The investigation found that National Airlines’ cargo operations manual not only omitted critical information from Boeing and from the cargo handling system manufacturer about properly securing cargo, but it also contained incorrect restraining methods for special cargo loads.

The Board recommended that the FAA create a certification process for personnel responsible for the loading, restraint, and documentation of special cargo loads on transport-category airplanes. Other recommendations call on the FAA to improve its ability to inspect cargo aircraft operations, specifically those involving special cargo loads.


Afghanistan National air transport system: - History

01:23. Air Crash Investigation S16E10 Afghan Nightmare Season 16. Discover how the crash of National Airlines Flight 102 became Bagram Airfield's worst ever civilian aviation accident. Prime Video The Four: Battle for Stardom Air Crash Investigation.

"N949CA, the aircraft involved in the accident, seen here in December 2012The aircraft was a Boeing 747-400 model Boeing assigns a unique code for each company that buys one of its aircraft, which is applied as an

Remember that National Air Cargo 747 crash in Bagram back in 2013?On 29 April 2013, just seconds after taking off from Bagram Airfield in Afghanistan, National Airlines Flight 102 stalls and crashes into the ground, killing all seven crew members on board. Air Crash Investigation. The CW Don't Talk to the Police - Duration: 46:39.

A cargo plane leaves Afghanistan's largest airfield with 207,000 pounds of military equipment. Waco If it's happening in commercial aviation, you'll get the information and opinions here first.

Find out when Air Crash Investigation is on TV, including Series 15-Episode 10: Afghan Nightmare. How Safe Are Our Planes.

Loading. Unsubscribe from AIRBOYD?

The subsequent investigation concluded that improperly secured cargo broke free during the take-off and At the time of the crash the airline had been operating between Camp Bastion and Dubai for a month.A thunderstorm was also in the vicinity of Bagram at the time of the crash and the wind changed direction by 120° during one hour commencing approximately 35 minutes before the crash.The captain was 34-year-old Bradley (Brad) Hasler, who had worked for the airline since 2004.

© 2020 CBS Interactive Inc. All Rights Reserved.

Note: Episode links might be taken down. The investigation determined that the aircraft's cargo had shifted dangerously backwards, causing the loss of control.What we leave behind is not as important as how we've lived.

The Canadian TV series Mayday (also known as Air Disasters and Air Emergency in the US and Air Crash Investigation in the UK and the rest of the world) covered Flight 102 in episode 10 of series 16, called "Afghan Nightmare", first broadcast in 2017. Air Crash Investigation.

Airliners.net is the leading community for discovering and sharing high-quality aviation photography.

Along with other links dealing with air crash investigations.

Air Crash Investigation: Afghan Nightmare Discussions about factual events happening in the airline and general aviation industries.

Do not upload anything which you do not own or are fully licensed to upload. FX

Within seconds of takeoff, the pilots lose control of the aircraft.

We thank you for your support and hope you'll join the largest aviation community on the web. Seconds From Disaster S02E10 The Last Flight of TWA 800 HD. Corporate Black Lightning He had 6,000 flight hours, including 440 hours on the Boeing 747.The first officer was 33-year-old Jamie Lee Brokaw, who had worked for the airline since 2009. Most viewed.

Air Crash Investigation S16E10 Afghan Nightmare Season 16.

This is a community of people who want to watch or are interested in the air crash investigation shows.


What Caused the Deadly 747 Crash in Afghanistan?

The Afghanistan Ministry of Transportation and Commercial Aviation will lead the investigation as part of the U.S.-led coalition's policy of making Afghanistan govern itself. But it won't be working alone. Four investigators from the National Transportation Safety Board arrived in Afghanistan on May 2 with representatives of the Federal Aviation Administration and Boeing, which made the 747-400 cargo plane that went down. The doomed flight was scheduled to carry military vehicles and other cargo from Bagram Airbase to Dubai, a frequent stop for troops and equipment coming from and going to Afghanistan.

The first step will be to recover the flight and cockpit voice recorders and send them to the United States for analysis, one expert said. As in any crash, the flight recorders are expected to be invaluable. In the meantime, an unauthorized video possibly taken by a dashboard camera has gone viral after its posting on the LiveLeaks website. The video shows no evidence of Taliban fire, although the Associated Press and others have reported a Taliban claim of responsibility. Contractors working in Afghanistan are always concerned about insider attacks by rogue Afghans, but there is no evidence of that so far.

"It's a classic stall on takeoff," aviation safety expert Mary Schiavo says. "It goes up, loses its momentum, and falls off to the right."

Schiavo oversaw FAA responses to air crashes as inspector general at the Transportation Department in the 1990s. She said three things can cause a stall like the one seen on the video: first, a loss of engine power second, runaway trim in which the small stabilizer tabs on a 747-400's tail elevators are incorrectly set upward, either because of a malfunction or human error third, cargo sliding to the back of the plane on takeoff, upsetting its weight balance.

Investigators will try to determine whether the plane's fuel might have had water in it, which could have caused the engines to lose power, Schiavo said. They'll want to make sure the plane's takeoff speed was set to the correct velocity&mdashif it goes too slowly, the plane would stall. In one example, investigators believe an incorrect takeoff setting caused the 2004 crash of a 747-244 jet in Halifax, Nova Scotia. And, of course, they'll explore whether the load was secured and balanced correctly. The flight's loadmaster, whose role was to secure and balance the cargo, was an employee of National, company spokeswoman Shirley Kaufman said in an email. (Orlando-based National Airlines is a subsidiary of National Air Cargo Holdings.)

The U.S.-led military coalition is checking the circumstances of the crash, too: "We are taking a comprehensive look at the events surrounding the aircraft crash, to include the subsequent photo on Twitter and the video posted on LiveLeaks," spokesman Erin O. Stattel said via email. Base security rules forbid photography without special permission so that insurgents can't easily learn a base's pattern of life.

NTSB referred inquiries to the Afghanistan ministry, which could not immediately be reached for comment.


Voir la vidéo: Secrets détat, les manœuvres de la France au Mali guerre au Mali Documentaire HD (Décembre 2021).