Podcasts sur l'histoire

France Géographie - Histoire

France Géographie - Histoire

LA FRANCE

La France est située en Europe occidentale, bordant le golfe de Gascogne et la Manche, entre la Belgique et l'Espagne au sud-est du Royaume-Uni ; bordant le
Mer Méditerranée, entre l'Italie et l'Espagne.

Le terrain de la France est principalement constitué de plaines plates ou de collines légèrement vallonnées au nord et à l'ouest; le reste est montagneux, surtout les Pyrénées au sud, les Alpes à l'est.

Climat : Le climat de la France est généralement caractérisé par des hivers frais et des étés doux, mais des hivers doux et des étés chauds le long de la Méditerranée
CARTE DU PAYS


Géographie de la France

Les géographie de la France se compose d'un terrain qui est principalement constitué de plaines plates ou de collines légèrement vallonnées au nord et à l'ouest et montagneuse au sud (y compris le Massif central et les Pyrénées) et à l'est (les points les plus élevés étant dans les Alpes). La France métropolitaine a une superficie totale de 551 695 km 2 (213 011 milles carrés) (Europe uniquement). C'est le troisième plus grand pays d'Europe après la Russie et l'Ukraine.

Géographie de la France
ContinentL'Europe 
RégionEurope de l'Ouest
Coordonnées 48°51′N 2°21′E /  48.850°N 2.350°E  / 48.850 2.350
ZoneClassé 42e
• Le total551 695 km 2 (213 011 milles carrés)
• Terre99.48%
• L'eau0.52%
Littoral3 427 km (2 129 mi)
Limites4 176 km (2 595 mi)
Le point le plus hautMont-Blanc 4 808 m (15 774 pi)
Le point le plus basÉtang de Lavalduc −10 m (−33 pi)
La plus longue rivièreLoire 1 012 km (629 mi)
Le plus grand lacLac du Bourget 44,5 km (27,7 mi)
Climatclimat océanique (ouest), climat semi-continental (nord et nord-est), climat méditerranéen de la basse vallée du Rhône, climat montagnard dans les Alpes et les Pyrénées.
TerrainPlaines principalement plates ou collines légèrement vallonnées au nord et à l'ouest et montagneuses au sud
Ressources naturellesCharbon, minerai de fer, bauxite, zinc, uranium, antimoine, arsenic, potasse, feldspath, spath fluor, gypse, bois, poisson, or
Risques naturelsInondations, avalanches, tempêtes de vent en plein hiver, sécheresse, incendies de forêt dans le sud près de la Méditerranée
Problèmes environnementauxPollution de l'eau par les déchets publics, pollution de l'air par les gaz d'échappement industriels et des véhicules, ruissellement agricole, dommages aux forêts dus aux pluies acides.
Zone économique exclusiveEn Europe : 334 604 km 2 (129 191 milles carrés)
Tous les territoires d'outre-mer : 11 691 000 km 2 (4 514 000 mi2)


Géographie

Les Région se situe au centre du Bassin parisien et se compose de plaines calcaires au relief légèrement vallonné. Les principaux fleuves sont la Seine et ses affluents : la Marne, l'Oise et l'Aisne.

L'Île-de-France est la plus densément peuplée Région en France. Au siècle entre 1850 et 1950, alors que la plupart des régions de France perdaient de la population, Paris a attiré des migrants de tout le pays, ainsi qu'un grand nombre d'immigrants. L'Île-de-France a vu sa population quadrupler entre 1850 et 1968. Depuis les années 1960, l'accroissement naturel est resté fort, en raison de la Régionde la population jeune, mais la croissance a ralenti, en grande partie à cause de la perte migratoire. Il y a eu une redistribution interne dans le Région à mesure que les gens se sont déplacés de la congestion et des dépenses des quartiers intérieurs de la capitale vers les banlieues extérieures et les petites villes adjacentes où les coûts de logement sont plus bas et les emplois ont été déplacés ou créés. Beaucoup de communes appartenant à l'Île-de-France sont encore classés comme ruraux malgré leur proximité avec Paris.

Les RégionLes limons fertiles de 's soutiennent la culture du blé, du maïs (maïs), de l'orge, du tournesol, du colza, des légumineuses et des betteraves sucrières. Des fruits, des légumes et des fleurs sont également cultivés. Dans le Val-d'Oise entre Pontoise et Montmorency, les champignons sont cultivés à grande échelle dans des grottes calcaires. Du fait du grand étalement urbain de Paris, l'agriculture est concentrée dans les régions périphériques de l'Île-de-France, en particulier dans le département de Seine-et-Marne. En général, les exploitations agricoles sont grandes, hautement mécanisées et produisent des rendements élevés, mais elles n'emploient qu'un très faible pourcentage de la main-d'œuvre.

L'Île-de-France domine l'activité économique en France, malgré les tentatives successives d'encourager les entreprises dans d'autres régions du pays. Les Région est le principal centre de décision du pays, tant dans le secteur public que privé. Il reste un pôle industriel majeur, bien que l'emploi soit concentré en très grande partie dans le secteur des services. Dans l'industrie, les principales activités comprennent l'impression et l'édition, la transformation des aliments et la fabrication de produits électriques et électroniques, d'automobiles, de produits pharmaceutiques et de produits mécaniques. L'industrie n'est pas répartie également partout. Le centre de la Région a perdu la plupart de ses industries, et les petites couronnes de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine ont connu des fermetures d'usines. De ce fait, l'industrie s'est concentrée dans les agglomérations périurbaines et notamment dans les cinq villes nouvelles développées depuis les années 1960 : Évry, Marne-la-Vallée, Sénart, Cergy-Pontoise et Saint-Quentin-en-Yvelines.

L'emploi de bureau prédomine dans le centre et la petite couronne, notamment à l'ouest, dans le département des Hauts-de-Seine. Dans l'Essonne, autour de Saclay et d'Orsay, de nombreux établissements d'enseignement supérieur et de recherche ont été implantés, avec le Région représentant plus de 40 % de l'emploi français dans ce domaine. L'Île-de-France est réputée pour le grand nombre de sièges sociaux situés à la fois à Paris et dans le quartier d'affaires connu sous le nom de La Défense, juste à l'ouest de Neuilly.

Les Région est une destination touristique majeure pour les visiteurs internationaux. D'intérêt historique sont les châteaux de Versailles, Mantes-la-Jolie, Rambouillet, Fontainebleau, Vaux-le-Vicomte et Champs. Un grand parc à thème Disneyland à Marne-la-Vallée est également un attrait touristique important.

L'Île-de-France est au cœur des différents réseaux de communication français. Outre ses nombreuses liaisons autoroutières et ferroviaires, elle dispose d'une succession de zones portuaires le long de la Seine et de la Marne. Au sein du Région les zones centrales de Paris sont desservies par le métro (métro), tandis qu'une nouvelle ligne express (Réseau Express Régional RER) s'étend dans la banlieue parisienne. Il existe deux aéroports internationaux, Charles de Gaulle et Orly.


Contenu

Orléans est située dans le coude nord de la Loire, qui la traverse d'est en ouest. Orléans appartient au secteur de la vallée de la Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes-sur-Loire, qui a été inscrit en 2000 par l'UNESCO au patrimoine mondial de l'humanité. La capitale de l'Orléanais, à 120 kilomètres au sud-ouest de Paris, est bordée au nord par la région de la Beauce, plus précisément la forêt d'Orléans. forêt d'Orléans) et le quartier d'Orléans-la-Source, et la Sologne au sud.

Cinq ponts de la ville enjambent la Loire : le Pont de l'Europe, le Pont du Maréchal Joffre (appelé aussi Pont Neuf), le Pont George-V (appelé aussi Pont Royal, portant le tramway de la commune), le Pont René-Thinat et le Pont de Vierzon (pont ferroviaire).

Au nord de la Loire (rive droite) se trouve une petite butte (102 m (335 pi) au pont Georges-V, 110 m (360 pi) à la place du Martroi) qui monte doucement jusqu'à 125 m (410 pi) à la Croix Fleury, à les limites de Fleury-les-Aubrais. A l'inverse, le sud (au rive gauche) présente une faible dépression jusqu'à environ 95 m (312 pi) au-dessus du niveau de la mer (à Saint-Marceau) entre la Loire et le Loiret, désignée « zone inondable » (zone inondable).

A la fin des années 1960, le quartier d'Orléans-la-Source est créé, à 12 kilomètres au sud de la commune d'origine et séparé de celle-ci par le Val d'Orléans et le Loiret (dont la source se situe dans le Parc Floral de la Source). L'altitude de ce quartier varie d'environ 100 à 110 m (330 à 360 ft).

La Loire et la navigation Modifier

A Orléans, la Loire est séparée par une digue submergée dite dhuis dans le Grande Loire au nord, n'est plus navigable, et le Petite Loire au sud. Cette digue n'est qu'une partie d'un vaste système de construction qui permettait jadis à la Loire de rester navigable jusqu'à ce point.

La Loire était autrefois une importante voie de navigation et de commerce. Avec l'augmentation de la taille des navires de haute mer, les grands navires ne peuvent plus naviguer dans l'estuaire que jusqu'à Nantes environ.

Les bateaux sur la rivière étaient traditionnellement des bateaux à fond plat, avec de grands mâts pliables afin que les voiles puissent recueillir le vent au-dessus des berges de la rivière, mais les mâts pouvaient être abaissés afin de permettre aux bateaux de passer sous les ponts. Ces navires sont appelés "gabarre", "futreau", et ainsi de suite, et peut être vu par les touristes près du pont Royal.

Le débit irrégulier du fleuve limite fortement la circulation sur celui-ci, en particulier à sa montée, mais cela peut être surmonté par des bateaux tractés.

Un Inexplosible-type bateau à aubes appartenant à la mairie a été mis en place en août 2007, face à la place de la Loire et contenant un bar.

Tous les deux ans, le Festival de Loire rappelle le rôle joué par le fleuve dans l'histoire de la commune.

Sur la rive nord du fleuve, à proximité du centre-ville, se trouve le Canal d'Orléans, qui relie le Canal du Loing et le Canal de Briare à Buges près de Montargis. Le canal n'est plus utilisé sur toute sa longueur. Son tracé à l'intérieur d'Orléans est parallèle au fleuve, séparé de celui-ci par un mur ou muret, avec une promenade le long du sommet. Son dernier étang a été transformé en piscine extérieure dans les années 1960, puis remblayé. Il a été rouvert en 2007 pour les fêtes de Loire. Il est prévu de relancer l'utilisation du canal à des fins récréatives et d'y installer un port de plaisance.

Préhistoire et Empire romain Modifier

Cénabum était une place forte gauloise, l'une des principales villes de la tribu des Carnutes où les Druides tenaient leur assemblée annuelle. Les Carnutes furent massacrés et la ville fut détruite par Jules César en 52 av. [6] À la fin du IIIe siècle de notre ère, l'empereur romain Aurélien reconstruit la ville et la rebaptise civitas aurelianorum (« ville d'Aurélien ») après lui-même. [7] Le nom a évolué plus tard en Orléans. [8]

En 442 Flavius ​​Aetius, le commandant romain en Gaule, a demandé à Goar, chef de la tribu iranienne des Alains dans la région de venir à Orléans et contrôler les indigènes rebelles et les Wisigoths. Accompagnant les Vandales, les Alains traversèrent la Loire en 408. Un de leurs groupes, sous Goar, rejoignit les forces romaines de Flavius ​​Aetius pour combattre Attila lorsqu'il envahit la Gaule en 451, prenant part à la bataille de Châlons sous leur roi Sangiban. Goar établit sa capitale à Orléans. Ses successeurs prirent plus tard possession des domaines de la région entre Orléans et Paris. Installés à Orléans et le long de la Loire, ils étaient indisciplinés (tuant les sénateurs de la ville lorsqu'ils estimaient avoir été payés trop lentement ou trop peu) et ressentiment par les habitants. De nombreux habitants autour de la ville actuelle portent des noms témoignant de la présence d'Alan – Allaines. De nombreux endroits de la région portent également des noms d'origine Alan. [9]

Haut Moyen Âge Modifier

A l'époque mérovingienne, la ville fut capitale du royaume d'Orléans suite au partage du royaume par Clovis Ier, puis sous les Capétiens elle devint capitale d'un comté puis duché tenu en apanage par la maison de Valois-Orléans. La famille Valois-Orléans accède ensuite au trône de France via Louis XII, puis François I. En 1108, Louis VI de France devient l'un des rares monarques français à être couronné en dehors de Reims lorsqu'il est couronné dans la cathédrale d'Orléans par Daimbert, Archevêque de Sens.

Haut Moyen Âge Modifier

La ville a toujours été un point stratégique sur la Loire, car elle était située au point le plus au nord du fleuve, et donc son point le plus proche de Paris. Il y avait peu de ponts sur la dangereuse Loire, mais Orléans en possédait un et devint ainsi, avec Rouen et Paris, l'une des trois villes les plus riches de la France médiévale.

Sur la rive sud le "châtelet des Tourelles" protégeait l'accès au pont. Ce fut le lieu de la bataille du 8 mai 1429 qui permit à Jeanne d'Arc d'entrer et de lever le siège des Plantagenêt pendant la guerre de Cent Ans, avec l'aide des généraux royaux Dunois et Florent d'Illiers. Les habitants de la ville lui sont restés fidèles et reconnaissants jusqu'à ce jour, l'appelant « la pucelle d'Orléans », lui offrant une maison bourgeoise en ville, et contribuant à sa rançon lorsqu'elle a été fait prisonnier.

1453 à 1699 Modifier

Une fois la guerre de Cent Ans terminée, la ville retrouve sa prospérité d'antan. Le pont entraînait des péages et des taxes, tout comme les marchands de passage dans la ville. Le roi Louis XI contribua aussi grandement à sa prospérité en redynamisant l'agriculture alentour (notamment les terres exceptionnellement fertiles autour de la Beauce) et en relançant la culture du safran à Pithiviers. Plus tard, à la Renaissance, la ville profita de l'engouement pour les riches châtelains de voyager le long de la vallée de la Loire (mode commencée par le roi lui-même, dont les domaines royaux comprenaient les châteaux voisins de Chambord, Amboise, Blois et Chenonceau).

L'université d'Orléans contribue également au prestige de la ville. Spécialisée en droit, elle était très appréciée dans toute l'Europe. Jean Calvin y fut reçu et logé (et rédigea une partie de ses thèses réformatrices pendant son séjour), et en retour Henri VIII d'Angleterre (qui s'était inspiré des travaux de Calvin lors de sa séparation d'avec Rome) proposa de financer une bourse à l'université. Beaucoup d'autres protestants étaient abrités par la ville. Jean-Baptiste Poquelin, plus connu sous son pseudonyme Molière, a également étudié le droit à l'Université, mais a été expulsé pour avoir assisté à un carnaval contraire aux règles universitaires.

Du 13 décembre 1560 au 31 janvier 1561, les États généraux français après la mort de François II de France, fils aîné de Catherine de Médicis et d'Henri II. Il mourut à l'hôtel Groslot d'Orléans, avec sa reine Marie à ses côtés.

La cathédrale a été reconstruite plusieurs fois. La structure actuelle a eu sa première pierre posée par Henri IV, et les travaux ont duré un siècle. C'est donc un mélange de styles fin Renaissance et début Louis XIV, et l'une des dernières cathédrales construites en France.

1700-1900 Modifier

Lorsque la France a colonisé l'Amérique, le territoire qu'elle a conquis était immense, incluant tout le fleuve Mississippi (dont le premier nom européen était le fleuve Colbert), de son embouchure à sa source aux confins du Canada. Sa capitale a été nommée la Nouvelle-Orléans en l'honneur du régent de Louis XV, le duc d'Orléans, et a été réglé avec des habitants français contre la menace des troupes britanniques au nord-est.

Les ducs d'Orléans ne visitaient pratiquement jamais leur ville car, en tant que frères ou cousins ​​du roi, ils jouaient un rôle si important dans la vie de cour qu'ils ne pouvaient presque jamais la quitter. Le duché d'Orléans était le plus grand des duchés français, commençant à Arpajon, continuant à Chartres, Vendôme, Blois, Vierzon et Montargis. Le fils du duc portait le titre duc de Chartres. Les héritages de grandes familles et les alliances matrimoniales leur ont permis d'accumuler d'énormes richesses, et l'un d'eux, Philippe Égalité, est parfois considéré comme l'homme le plus riche du monde à l'époque. Son fils, le roi Louis-Philippe Ier, hérite des fortunes familiales Penthièvre et Condé.

1852 a vu la création de la Compagnies ferroviaires Paris-Orléans et sa célèbre gare d'Orsay à Paris. Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, la ville redevient stratégiquement importante grâce à sa position géographique et est occupée par les Prussiens le 13 octobre de la même année. Les armée de la Loire est formé sous les ordres du général d'Aurelle de Paladines et s'installe non loin d'Orléans en Beauce.

1900 à aujourd'hui Modifier

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande a fait le Orléans Fleury-les-Aubrais gare ferroviaire l'un de leurs hubs logistiques ferroviaires centraux. Le pont Georges V est rebaptisé "pont des Tourelles". [10] Un camp de transit pour les déportés est construit à Beaune-la-Rolande. Pendant la guerre, l'armée de l'air américaine bombarda lourdement la ville et la gare, causant de nombreux dégâts. La ville fut l'une des premières à être reconstruite après la guerre : le plan de reconstruction et d'amélioration de la ville initié par Jean Kérisel et Jean Royer fut adopté dès 1943, et les travaux débutèrent dès le début de 1945. Cette reconstruction en partie à l'identique reproduit ce qui avait été perdu, comme Royale et ses arcades, mais aussi a utilisé des techniques de préfabrication innovantes, comme l'îlot 4 sous la direction de l'architecte Pol Abraham. [11]

La grande ville d'autrefois est aujourd'hui une ville de taille moyenne de 250 000 habitants. Il profite toujours de sa position stratégiquement centrale à moins d'une heure de la capitale française pour attirer les entreprises intéressées par la réduction des coûts de transport.

Héraldique Modifier

D'après Victor Adolphe Malte-Brun dans La France Illustrée, 1882, les armes d'Orléans sont « de gueules à trois cailloux en cœurs de lys d'argent, et au chef d'azur à trois fleurs de lys d'or." Charle Grandmaison, au Dictionnaire Héraldique de 1861, précise qu'il est "d'or, à trois coeurs de gueules", sans le chef de France. Parfois, dans des dessins erronés, on le trouve décrit "de gueules à trois fleurs de lys d'argent, et sur un chef d'azur à trois fleurs de lys d'or". [12]

Le dessin montré à gauche montre 3 "cœurs de lys" (cœur d'un lys), vus de dessus. Ce cœur de lys n'est donc pas un vrai lys, qui aurait 6 tépales, mais une hypothétique vue aérienne d'un lys symbolique. Il a probablement aussi été de plus en plus stylisé en héraldique, comme en cœur dans un jeu de cartes. Certains auteurs résolvent le problème en appelant ce symbole une « tiercefeuille », définie comme une feuille de trèfle sans tige, avec une feuille en haut et deux en bas, faisant ainsi de ce blason « de gueules, avec trois tiercefeuilles renversées en argent, etc. ».

Devise Modifier

"Hoc vernant lilia corde" (accordé par Louis XII, alors duc d'Orléans), signifiant "C'est par ce coeur que fleurissent les lys" ou "Ce coeur fait fleurir les lys", en référence à la fleur de lys, symbole de la royauté française famille.

Transports en commun Modifier

TAO gère les lignes de bus et de tramway à Orléans. La première ligne de tramway a été inaugurée le 20 novembre 2000 et la deuxième ligne le 30 juin 2012. Le réseau contient 29,3 km de voies ferrées et a transporté 77 000 voyageurs en 2014. [15]

Routes et autoroutes Modifier

Orléans est un carrefour autoroutier : l'A10 (reliant Paris à Bordeaux) rejoint la périphérie de la commune, et l'A71 (dont le pont sur la Loire est hors des limites de la commune) commence ici, en direction de la Méditerranée via Clermont-Ferrand (où il devient le A75).

Chemin de fer Modifier

Orléans est desservie par deux gares ferroviaires principales : la gare centrale d'Orléans et la gare des Aubrais-Orléans, en banlieue nord. La plupart des trains longue distance ne font escale qu'à la gare Les Aubrais-Orléans, qui propose des liaisons vers Paris, Lille, Tours, Brive-la-Gaillarde, Nevers et plusieurs destinations régionales.

Orléans est le berceau de :

    (né en 1982), écrivain français (né en 1977), footballeur (né en 1995), basketteur (1877-1965), géographe
  • Maxence Boitez (Ridsa) (né en 1990), chanteur (1797-1849), anatomiste (1790-1857), pianiste classique et compositeur (né en 1967), footballeur (né en 1975), comédienne, non née à Orléans, mais ayant grandi là (1948-2020), linguiste (1509-1546), érudit et imprimeur (1948-2020), historien (1878-1968), cycliste (1844-1904), neurologue (1550-1613), médecin (1876-1932) , sculpteur (1607-1646), jésuitemissionnaire (1797-1873), orientaliste (1857-1934), historien (1570-1632), architecte de la Renaissance (1834-1903), écrivain et musicologue (né en 1992), joueur de football (né en 1947 ), compositeur (1873-1914), poète et essayiste (1722-1794), médecin (né en 1989), basketteur (né en 1982), basketteur (né en 1993), footballeur (1904-1944), juriste et homme politique ( né en 1954), compositeur

Monuments historiques et séculaires Modifier

  • L'enceinte gallo-romaine du côté nord de la cathédrale (IVe siècle après J.-C.) et le long de la rue de la Tour-Neuve
  • Les Hôtel Groslot, construit entre 1550 et 1555 pour Jacques Groslot, "bailli d'Orléans" par Jacques Ier Androuet du Cerceau. Le roi François II de France y mourut en 1560. Les rois Charles IX, Henri III de France et Henri IV de France y séjournèrent. L'Hôtel est restauré en 1850. Le bâtiment devient la Mairie d'Orléans en 1790 (les mariages y sont encore célébrés).
  • Les Hôtel de la Vieille Intendance (début XVe siècle) (autrement nommé hôtel Brachet, anciennement "La Maison du Roi"), véritable château de style gothique-renaissance en briques. [16] Actuellement siège du Tribunal administratif d'Orléans. On peut admirer sa façade depuis l'entrée de la rue de la Bretonnerie. Pourtant, l'édifice – qui abritait les plus hautes figures du royaume de passage dans la ville, et peut-être certains rois eux-mêmes (Henri IV, Louis XIII, Louis XIV de France) – est facilement observable depuis ses jardins, ouverts au public (entrée rue d'Alsace-Lorraine).
  • Les hôtel de la Motte-Sanguin (18e siècle) et ses jardins, manoir construit à la demande de Louis-Philippe, duc d'Orléans (1747-1793), cousin du roi Louis XVI. Il a été surnommé « Philippe Égalité » / « égalité » en référence à son soutien aux révolutionnaires de 1789. Surnommé "l'homme le plus riche de la terre" il a voté en faveur de la peine de mort contre son propre cousin le roi Louis XVI. Il s'agit d'une résidence princière de style classique (et même royale, puisque l'héritier de Philippe Égalité a accédé au trône de France sous le nom de Louis-Philippe Ier). partie d'un parc public ouvert au public (via la rue Solférino).
  • Les école d'artillerie, à côté de la Hôtel de la Motte Sanguin avec laquelle il est souvent confondu, abritant autrefois une école militaire, il a été construit au XIXe siècle près de la Loire. [17]
  • Vestiges de l'Université d'Orléans (un bâtiment du XVe siècle abritant la salle de thèse), fondée en 1306 par le pape Clément V, dans laquelle, parmi de nombreuses autres grandes figures historiques, le protestant Jean Calvin a étudié et enseigné. L'université était si célèbre qu'elle attirait des étudiants de toute l'Europe, en particulier d'Allemagne. La ville d'Orléans est l'un des berceaux du protestantisme.
  • Les Maison de Louis XI (fin du XVe siècle), place Saint-Aignan. Construit à la demande du roi, qui vénérait particulièrement Saint Aignan. [18]
  • Les Maison de Jeanne d'Arc, où elle séjourna pendant le siège d'Orléans (il s'agit en fait d'une reconstitution approximative, le bâtiment d'origine étant bombardé en 1940 lors de la bataille de France)
  • Place du Martroi, cœur de la ville, avec en son centre la statue équestre de Jeanne d'Arc, réalisée par Denis Foyatier. Cette statue a été endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale, puis réparée par Paul Belmondo, père du célèbre acteur français des années 50 à 80.
  • duc d'Orléans Chancellerie (XVIIIe), situé à côté de la Place du Matroi, également bombardée pendant la Seconde Guerre mondiale, seule la façade a résisté.
  • Les Maison de garde Bannier, découvert en 1986 sous la statue de Jeanne d'Arc (Place du Martroi). Il a été construit au 14ème siècle. Il peut être vu à travers une fenêtre du parking souterrain sous la place, ou visité sous certaines conditions.
  • Les rue de Bourgogne et les rues environnantes, rue principale d'Orléans depuis l'Antiquité, c'est l'ancien decumanus romain, traversant la ville d'est en ouest. Jeanne d'Arc entra dans la ville en 1429 par la maison de gardien "Bourgogne" située à son extrémité pascale. Jusqu'à aujourd'hui il donne encore accès à la "Préfecture", où vit le "Préfet" (officier représentant l'Etat français dans la Région), de nombreux pubs, discothèques, restaurants et commerces comme les "Galeries Lafayette". Il fait plus d'un kilomètre de long. On peut admirer de nombreuses maisons médiévales sur ses côtés.
  • Les Tour Blanche / Tour Blanche, c'est l'une des seules tours défensives médiévales subsistant dans la ville (encore en usage au moment du siège d'Orléans). Il abrite aujourd'hui le service archéologique de la ville.
  • Les docks, (Port d'Orléans) autrefois le plus important port intérieur de France (XVIIIe siècle). Alors que les bateaux ne pouvaient pas naviguer sur la Seine à cause des méandres, ils pouvaient naviguer jusqu'à Orléans sur la Loire avec le vent dans le dos. Puis la marchandise était amenée à Paris par les routes. Le vin et le sucre des colonies étaient expédiés à Orléans où ils étaient stockés et affinés. Le vinaigre reste une spécialité de la ville en raison de la péremption des stocks de vin lors de l'expédition. On peut admirer l'ancien pavé des quais (XVIIIe et XIXe siècles) sur la rive nord du fleuve dans la ville et sur l'île du milieu, qui servait à canaliser l'eau
  • Les Hôpital Madeleine (ancien hôpital), construit par le roi Louis XIV (XVIIIe siècle) et ses successeurs (notamment une partie importante du XVIIIe siècle).
  • Saint-Charles chapelle, située dans l'enceinte de l'hôpital de la Madeleine, elle fut construite en 1713 par Jacques V Gabriel, l'un des architectes de Louis XIV.
  • Les Hôtel Cabu, autrement nommé maison de Diane de Poitiers, construit à la demande de Philippe Cabu, avocat, en 1547, le célèbre architecte Jacques Ier Androuet du Cerceau fournissant les plans.
  • Les Hôtel Hatte, 16e siècle. Le Centre Charles-Péguy d'aujourd'hui.
  • Les Hôtel Toutin, 16e siècle
  • Les Hôtel Pommeret d'Orléans, 16e siècle
  • Les Hôtel Ducerceau, 16e siècle
  • Les maison de la coquille, 16e siècle
  • Les Hôtel des Créneaux, ancien hôtel de ville, flanqué de son clocher (XVe siècle). Il abrite aujourd'hui l'école de musique de la ville. Il s'agit d'un magnifique morceau d'architecture profane du gothique tardif (XVe siècle) qui rappelle le célèbre et beaucoup plus récent hôtel de ville de Paris.
  • Les Maison de Jean Dalibert, 16e siècle
  • Les Etude de Jacques Bouchet (XVIe siècle), que l'on peut admirer depuis la place publique "Jacques Bouchet"
  • Les hôtels particuliers, rue d'Escure (XVIIe et XVIIIe siècles)
  • La "Préfecture" : ancien monastère bénédictin, construit en 1670 et abritant la "Préfecture du Loiret" depuis 1800.
  • Les Pont de l'Europe, conçu par Santiago Calatrava, est un pont en arc incliné particulièrement original.
  • Les Pont Royal / Pont George V Royal, le plus vieux pont de la ville. Construit entre 1751 et 1760, à la demande de Daniel-Charles Trudaine, administrateur et ingénieur civil. Il a été renommé en l'honneur du roi George V après la Seconde Guerre mondiale par respect pour le rôle de la Grande-Bretagne dans la guerre.
  • Les Pont des Tourelles, construit en 1140 et démoli en 1760, fut le premier pont en pierre d'Orléans. Quand la Loire est basse, on peut en voir des vestiges dans l'eau
  • Les Palais épiscopal d'Orléans, ancien palais épiscopal. Il a été construit entre 1635 et 1641. Napoléon y a séjourné. Il abrite aujourd'hui le centre international de recherche de l'Université d'Orléans.
  • Le palais de justice (XVIIIe-XXe siècles)
  • Les "salle de l'institut", située sur la "place Sainte Croix", est une petite salle de concert qui peut être aménagée en salle de bal. Son acoustique est remarquable.
  • Hôtels particuliers, rue de la Bretonnerie. Cette rue concentre de nombreux hôtels particuliers, de tous styles et de toutes époques (XVe-XXe siècles). Membres de la haute société, hommes politiques, avocats, médecins. continuer à y vivre.
  • Hôtels particuliers, rue d'Alsace-Lorraine, maisons de style bourgeois du 19ème siècle.
  • Statue La Baigneuse de Paul Belmondo, côté rue Royale (1955).
  • Statue de Calvin, par Daniel Leclercq, face au temple calviniste (2009). [19]
  • Les Centre FRAC bâtiment nommé "Les turbulences", une pièce d'architecture avancée recouverte de L.E.D.
  • Musée Mémorial des Enfants du Vel d'Hiv au Centre d'étude et de recherche sur les camps d'internement du Loiret (Centre d'études et de recherches sur les camps d'internement du Loiret), commémorant plus de 4 000 enfants juifs concentrés au Vélodrome d'Hiver à Paris en juillet 1942, puis internés à Pithiviers ou à Beaune-la-Rolande, et finalement déporté au camp d'extermination d'Auschwitz. [20]

• De nombreuses maisons et hôtels particuliers historiques (des centaines) peuvent encore être admirés dans le centre-ville qui est l'un des plus grands de France en raison de la grande importance de la ville jusqu'au 20ème siècle. Le centre historique datant du XVe siècle s'étend bien au-delà des limites du secteur piétonnier qui a été largement restauré ces dernières années. En fait, il correspond à la portion de la ville moderne qui est enserrée par les boulevards. De nombreux monuments historiques subsistent dans les secteurs non piétonniers de la ville (par exemple, à la rue Notre-Dame-de-Recouvrance, à la rue des Carmes, à la rue de la Bretonnerie, au square Saint-Aignan).

Musées Modifier

Parcs Modifier

Modifier les médias

Musique Modifier

  • Festival annuel de musique classique d'une semaine Semaines musicales internationales d'Orléans, fondé en 1968. [23]

Sport Modifier

Orléans a une équipe de basket : Orléans Loiret Basket qui est en première division française. Le club a remporté la "Coupe de France" de basket-ball, son premier trophée majeur, lors de la saison 2009 – 2010.

Orléans possède également un club de football, l'US Orléans, qui évolue en Ligue 2.


Alimentation et économie

Nourriture dans la vie quotidienne. L'alimentation joue un rôle majeur dans la vie sociale du pays. Le vin et le fromage sont des sources de fierté nationale et reflètent les différences régionales. Les repas sont ritualisés et chargés de sens social et culturel. Il y a aussi des aspects politiques à la signification de la nourriture. Par exemple, on s'est récemment beaucoup inquiété de la qualité des aliments « manipulés » et du rejet des aliments génétiquement modifiés. Une autre préoccupation récente a été la vache folle (maladie de la vache folle) les Français ont rejeté l'importation de bœuf anglais, qui a été un problème majeur dans l'UE.

Les trois repas principaux sont le petit déjeuner (déjeuner), le déjeuner (déjeuner), et le dîner (dîner). Bien que le repas de midi ait eu une grande importance dans une économie agricole et reste le repas principal dans les zones rurales, les familles ont tendance à prendre le repas le plus copieux le soir. Le petit-déjeuner est un repas léger composé de pain, de céréales, de yaourt et de café ou de chocolat chaud. Le déjeuner et le dîner comportent généralement plusieurs plats, au minimum un premier plat ( l'entrée ) et un plat principal ( le plat ), suivi du fromage et/ou du dessert. Dans les restaurants, il est courant d'avoir un prix qui comprend tous ces plats, avec un choix de plats. Les enfants mangent une collation après l'école, le goûter ou quatre heures, qui comprend généralement des biscuits, du pain et de la confiture ou du chocolat, et une boisson.

Les repas consistent en une succession de plats pris un à la fois. Un repas familial typique commence par une soupe, suivie de légumes et d'un plat de viande, puis d'une salade, d'un fromage et d'un dessert. Le vin est généralement servi aux repas. Les enfants commencent à boire du vin lors des dîners de famille au début de leur adolescence, buvant souvent du vin dilué avec de l'eau. La plupart des préparations alimentaires quotidiennes sont effectuées par les épouses et les mères dans le cadre familial, même si les deux conjoints travaillent à temps plein. La nécessité de préparer des repas sains qui reflètent les valeurs traditionnelles est une source croissante de stress pour les travailleuses qui se sentent pressées par le temps. Les plats cuisinés sont de plus en plus répandus et la restauration rapide est une tendance croissante.

Coutumes alimentaires lors des cérémonies. Les grandes réunions de famille et les dîners impliquent une préparation des aliments plus élaborée et plus de cours que les repas de famille quotidiens. À de telles occasions, la boisson est plus importante. Un apéritif est servi avec de petites collations ou des apéritifs avant le repas. Différentes régions ont des particularités apéritifs : pastis est associé au sud de la France, et Suze (liqueur de gentiane) avec l'Auvergne. Les vins complètent les cours. Le champagne est souvent servi pour marquer les cérémonies et se boit après le repas. Ceci est suivi d'un café et d'un digestif (liqueur). Il n'est pas rare que les repas de cérémonie durent trois heures ou plus. En Normandie, une tradition qui consiste à prendre un verre de calvados après chaque plat allonge encore le repas.

Holidays are associated with special foods. Elaborate meals are served on Christmas Eve by Catholic families who attend midnight Mass. These meals involve salmon, oysters, turkey, and la bûche de noël cake. In many regions, crêpes are eaten on 2 February, the Feast of the Virgin. The ceremonial nature and symbolism of food are evident in rural wedding ceremonies. Often, mixtures of food and drink are presented to the wedding couple in a chamber pot in the early hours of the morning after the wedding. These mixtures can include champagne and chocolate or savory soups with carrots and onion.

In many rural regions, it is still common for families to slaughter a pig each winter and make sausages, patés, hams, roasts, and chops for freezing. These are ceremonial occasions, and each person who helps the family is given a portion of the pig.

Économie de base. The "thirty glorious years" of expansion of industry after World War II ended with the oil crises of the 1970s. Since then, the country has rebuilt its economy and has one of the four leading economies in Western Europe. Most of the gross national product (GNP) comes from services, with industry generating one fourth of the GNP. France is also a major agricultural nation and is self-sufficient in this sector. Agriculture now accounts for less than 3 percent of the GNP, however. The major agricultural crop is wheat. High unemployment has plagued the country since the 1970s, particularly among youth. The unemployment rate was almost 13 percent in 1997. Inclusion in the EU has had a major impact on the economy, opening some markets and restricting others. In 2002, France will convert from the franc to the euro for all financial transactions. After several decades of nationalization of major industries, France deregulated those sectors in the 1990s, to create a freer market.

Régime foncier et propriété. Until the middle of the twentieth century, agriculture was dominated by small holdings and family farms. Two factors have affected rural land holdings since World War II. There has been an acceleration of the rural exodus leading to a strong migration toward cities, along with a consolidation of farm lands that had been scattered through inheritance patterns. Cela s'appelait le remembrement and was more successful in some regions than in others.

Activités commerciales. There are many small businesses and shops on city streets, and street markets thrive in the major cities. In the centers of towns, small shops and specialty boutiques abound. However, there are also large hypermarchés ou grandes surfaces at the outskirts of most cities that sell food, clothing, and furniture. Prices are fixed in stores for the most part, but at markets there is still a lot of bargaining. The commercial services of rural villages have declined during the last twenty years, as a result of depopulation and the attraction of new chain stores. Increasingly, the butchers, bakers, and grocers have closed shop, and people make purchases in small shopping markets or travel to the nearest city to buy less expensive goods.

Industries majeures. Industry historically was centered in the northeast and eastern part of the nation, primarily in Paris, Lille, and Lyon. This has changed with the penetration of industry into the hinterlands and the south. The leading industries are steel, machinery, chemicals, automobiles, metallurgy, aeronautics, electronics, mining, and textiles. Tourism is a growing industry in the countryside. Food processing and agribusiness are important to the national economy. The government controls several industrial sectors, including railroads, electricity, aircraft, and telecommunications. A move toward privatizing these industries has been under way since the early 1990s.

Échanger. Although the country traditionally took a protectionist stance toward trade and did not play a major role in the world economy, this has changed with the opening of markets through the European Economic Community and the Common Market. Foreign trade grew during the 1950s, under de Gaulle, and by the mid-1960s, France was the fourth largest exporter in the world. Most exports

Répartition du travail. Employment is categorized by the eight PCS (professions and socioprofessional categories): farmers artisans, small shopkeepers, and small business managers professionals middle management white-collar workers manual workers unemployed persons who have never worked and military personnel. While the nation had a large agricultural population well into the twentieth century, only 3 percent of the people now work in that sector, although 10 percent of the population works in either agriculture or agribusiness. Unemployment (almost 12 percent in 1998) is higher among women and youth. Labor unions are strong. The current thirty-nine-hour workweek will fall to thirty-five hours in 2002.


A Brief History of French Cuisine

When you think of fine food, you may well think of French cuisine, but how did this type of food become so highly revered? As a culinary arts student you will not only study how to prepare food, but the history and culture behind food. Here is a brief history of some French cuisine to get you started on your culinary journey!

Back in Time: Medieval Cuisine

The historical background of French food goes back to the medieval times. During this era, French cuisine was fundamentally the same as Moorish Cuisine. It was availed in a manner called service en confusion, meaning that meals were served at the same time. Meals comprised of spiced meats, for example, pork, poultry, beef, and fish.

In numerous occasions, meals where dictated by the period, and the kind of food that was in abundance. Meats were smoked and salted to preserve, vegetables were as well salted and put in jugs to save for the winter months.

During this time the presentation of the food was also critical. The richer and more beautiful the display, the better, and cooks would utilize consumable things, for example, egg yolk, saffron, spinach, and sunflower for color. One of the most unrestrained dinners of this time was a peacock or roast swan, which was sewn back into its skin and quills to look intact. The feet and nose were plated with gold to finish the exhibition.

Moving Ahead: Influences in French Cooking

During the 15th and 16th centuries the French were influenced by the progressing culinary arts in Italy. Much of this happened because of Catherine de' Medici (a Florentine princess) who married Henry duc d'Orleans (who later became King Henry II). Italian cooks were light years ahead of French culinary specialists. These chefs had started making a variety of dishes. For example, manicotti, and lasagna. In addition, they had tested the use of ingredients like garlic, truffles, and mushrooms.

When Catherine wedded King Henry II, she carried alongside her Italian cooks who in turn acquainted Italian culinary practices with the French court. Despite the fact that the culinary cultures of these two nations have taken distinctive ways, the French owe a lot of their culinary advancement to the Italians and their intervention in the 1500s.

A Restrictive Regime Halts Culinary Advancements

The period between the 16th and 18th centuries was called the Ancien Régime, and during this time Paris was alluded to as a focal point of culture and activity, including culinary activity. Dans le Ancien Régime distribution was managed by the city government as societies, and these organizations set up confinements that permitted certain food businesses to work in assigned regions.

Guilds were isolated into two groups: individuals who provided the raw materials to make food, and the general population who sold already prepared food. The restriction set up by societies hampered the advancement of culinary arts during this time, by limiting certain gourmet experts to allotted territories.

The Advent of Haute Cuisine

During the 17th and 18th century, there was an advancement in Haute Cuisine or simply "High Cuisine", and its origins can be discovered in the recipes of a gourmet specialist named La Varenne. He was the writer of what is referred to today as the first "true French cookbook".

Not similar to the cooking styles of the medieval times, Verenne's cookbook (Cvisinier François) had new recipes which concentrated on modest and less extravagant meals. It was a popular trend all through the historical background of French food, with more culinary specialists continuing to tone down on the plenitude of a meal, and concentrating on the ingredients in the food.

The French Revolution Brings Many Changes

The French Revolution additionally achieved a defining moment in the food industry, since it initiated the fall of guilds. With guilds no longer functional, any French cook could create as well as offer any kind of food product they wished. This led to a type of enlightenment inside the French food industry. More gourmet specialists started to explore different avenues regarding different types of ingredients and meals.

In the late 19th century and mid-20th century there started a modernization of haute cooking. Much of this new food owes its improvement to Georges Escoffier Auguste. Auguste was chef and a proprietor of numerous restaurants, and in addition, a culinary writer. A lot of Escoffier strategies in modernizing haute cooking were drawn from the formulas invented by Marine-Antonie Carême, a pioneer of grande cuisine.

By streamlining Carême's formulas and also including his own particular touches, Escoffier was able to discover a modern day French cuisine. In his endeavors to modernize French food Escoffier additionally established a framework to organize and manage a modern kitchen, known as mise en place.

If you would like learn more about cooking, cuisine, and the culture of food, consider ECPI University and our Associate of Applied Science degree in Culinary Arts. With an accelerated schedule and year-round classes, you could earn your degree in as little as 15 months. For more information, contact an ECPI University admissions representative.

It could be the Best Decision You Ever Make!


Geography of France

Abbeville, Ajaccio, Albertville, Albi, Amiens, Angers, Angouleme, Aurillac, Bastia, Besançon, Bordeaux, Belfort, Brest, Brive, Caen, Cahors, Calais, Cannes, Carcassonne, Chamonix, Charleville-Mezieres, Chatellerault, Chinon, Clermont-Ferrand, Colmar, Deauville, Dieppe, France, Digne-les-Bains, Dijon, Dole, Domremy, Dreux, Dunkerque, Evreux, Grenoble, La Baule, La Rochelle, Le Havre, Lille, Lyon, Marseille, Mende, Metz, Mont-de-Marsan, Montauban, Montpellier, Nantes, Nice, Nimes, Orléans, Paris, Pau, Perigueux, Perpignan, Poitiers, Quimper, Reims, Rennes, Rodez, Roubaix,Rouen, Saint-Gaudens, Saint-Etienne, Saint-Nazaire, Saint-Tropez, Saumur, Sete, Soissons, Strasbourg, Tarbes, Toulon, Toulouse, Tours, Tourcoing, Valence, Vichy

Topography of France viewed from Space

France, viewed from the NASA Shuttle Topography Radar Mission.

France, viewed from the NASA Shuttle”:

France, viewed from the NASA Shuttle Topography Radar Mission.
Larger picture

This image of France was generated with data from the Shuttle Radar Topography Mission (SRTM). For this broad view the resolution of the data was reduced, resampled to a Mercator projection and the French border outlined.

The variety of landforms comprising the country is readily apparent.

Les upper central part of this scene is dominated by the Paris Basin, which consists of a layered sequence of sedimentary rocks. Fertile soils over much of the area make good agricultural land. The River Seine flows through.

Til Normandie coast to the upper left is characterized by high, chalk cliffs, while the Brittany coast (the peninsula to the left) is highly indented where deep valleys were drowned by the sea, and the Biscay coast à la sud-ouest is marked by flat, sandy beaches.

À la Sud, les Pyreneesform a natural border between France and Spain, and the south-central part of the country is dominated by the ancient Massif Central.

Subject to volcanism that has only subsided in the last 10,000 years, these central mountains are separated from the Alps by the north-south trending Rhone River Basin.

Two visualization methods were combined to produce the image: shading and color coding of topographic height.

The shade image was derived by computing topographic slope in the northwest-southeast direction, so that northwest slopes appear bright and southeast slopes appear dark.

Color coding is directly related to topographic height, with green at the lower elevations, rising through yellow and tan, to white at the highest elevations.

Elevation data used in this image were acquired by the Shuttle Radar Topography Mission aboard the Space Shuttle Endeavour, launched on Feb. 11, 2000.

SRTM used the same radar instrument that comprised the Spaceborne Imaging Radar-C/X-band Synthetic Aperture Radar (SIR-C/X-SAR) that flew twice on the Space Shuttle Endeavour in 1994. SRTM was designed to collect 3-D measurements of the Earth’s surface.

To collect the 3-D data, engineers added a 60-meter (approximately 200-foot) mast, installed additional C-band and X-band antennas, and improved tracking and navigation devices.

Location: 42 to 51.5 ° North, 5.5 West to 8 ° East.

Orientation: North toward the top, Mercator projection.

Image Data: shaded and colored SRTM elevation model.

Original Data Resolution: 1 arcsecond (

Date Acquired: February 2000.
Image Courtesy SRTM Team NASA/JPL/NIMA


France’s climate is temperate, but divided into four distinct climatic areas. Les oceanic climate of western France brings average rainfall spread over many days, and modest annual temperature variations (Brittany, Normandy, Atlantic Loire, Loire Valley). Central and eastern France’s continental climate harbours cold winters and hot summers (the Champagne region, Burgundy, Alsace). Les climat méditerranéen of south-eastern France is responsible for hot, dry summers, with rainfall from October to April (when the weather is damp but mild) and ample sunshine all year round (Provence, Côte d'Azur and Corsica). Above 600-800m altitudes, France’s mountain climate brings heavy rainfall, and snow three to six months per year.

La France is much larger than many people realise! Stretching 1,000km (600 miles) from north to south and the same from east to west, it’s the third largest country in Europe after Russia and Ukraine, covering an area of 551,500km² (213,000 square miles).

Metropolitan France has four coastlines – the North Sea, the English Channel, the Atlantic Ocean and the Mediterranean Sea – with a combined coastline length of 3,427km (2,129 miles). With the exception of its north-eastern border, the country is bounded either by l'eau or by mountains – namely the Rhine and Jura, the Alps and the Pyrenees.

Outside metropolitan France, the national territory extends to the ‘départements d’outre-mer’ and ‘territoires d’outre-mer’, collectively referred to as ‘DOM-TOMs'. These are French Guiana in South America the islands of Guadeloupe, Martinique, Saint-Barthélemy and Saint-Martin in the Caribbean the islands of Réunion and Mayotte off the coast of Africa Saint-Pierre and Miquelon south-east of Canada and French Polynesia, New Caledonia and Wallis and Futuna in the South Pacific. With the inclusion of these overseas territories, France’s total land area rises to 675,417km² (254,000 square miles).


Hugh Capet becomes King 987

After a period of heavy fragmentation within the regions of modern France, the Capet family were rewarded with the title “Duke of the Franks.” In 987, the first duke's son Hugh Capet (939–996) ousted his rival Charles of Lorraine and declared himself King of West Francia. It was this kingdom, notionally large but with a small power base, which would grow, slowly incorporating the neighboring areas, into the powerful kingdom of France during the Middle Ages.


France’s climate is temperate, but divided into four distinct climatic areas. Les oceanic climate of western France brings average rainfall spread over many days, and modest annual temperature variations (Brittany, Normandy, Atlantic Loire, Loire Valley). Central and eastern France’s continental climate harbours cold winters and hot summers (the Champagne region, Burgundy, Alsace). Les climat méditerranéen of south-eastern France is responsible for hot, dry summers, with rainfall from October to April (when the weather is damp but mild) and ample sunshine all year round (Provence, Côte d'Azur and Corsica). Above 600-800m altitudes, France’s mountain climate brings heavy rainfall, and snow three to six months per year.

La France is much larger than many people realise! Stretching 1,000km (600 miles) from north to south and the same from east to west, it’s the third largest country in Europe after Russia and Ukraine, covering an area of 551,500km² (213,000 square miles).

Metropolitan France has four coastlines – the North Sea, the English Channel, the Atlantic Ocean and the Mediterranean Sea – with a combined coastline length of 3,427km (2,129 miles). With the exception of its north-eastern border, the country is bounded either by l'eau or by mountains – namely the Rhine and Jura, the Alps and the Pyrenees.

Outside metropolitan France, the national territory extends to the ‘départements d’outre-mer’ and ‘territoires d’outre-mer’, collectively referred to as ‘DOM-TOMs'. These are French Guiana in South America the islands of Guadeloupe, Martinique, Saint-Barthélemy and Saint-Martin in the Caribbean the islands of Réunion and Mayotte off the coast of Africa Saint-Pierre and Miquelon south-east of Canada and French Polynesia, New Caledonia and Wallis and Futuna in the South Pacific. With the inclusion of these overseas territories, France’s total land area rises to 675,417km² (254,000 square miles).


Voir la vidéo: La géographie de la France (Octobre 2021).