Podcasts sur l'histoire

Kawanishi H8K vu de côté

Kawanishi H8K vu de côté

Kawanishi H8K vu de côté

Ici, nous voyons une vue latérale du Kawanishi H8K 'Emily', montrant la forme du bateau de la coque et de la grande queue.


Kawaniši H8K [Emily]

Nom japonais (combat) : ? / version transport – "Seikū"

Nom du rapport allié : "Emily"


Étiqueter la Conception de l'avion - une description
Kawanishi H8K1 11 1 prototype 2 avions de pré-série et 14 de série, des changements progressifs ont conduit à l'amélioration des propriétés, moteurs MK4A Kasei 11 plus tard MK4B Kasei 12
Kawanishi H8K1-L le premier prototype a été modifié sous la forme d'un avion de transport
Kawanishi H8K2 12 112 avions produits en série, moteurs MK4Q Kasei 22, réservoirs auto-obturants, blindage, changements progressivement introduits, le SOP, la forme de l'arc et le střelišť latéral,
les machines produites plus tard sont équipées en tant que détecteur de radar standard
Kawanishi H8K2-L 32 36 – 42 avions de transport, poids et armement réduits
Kawanishi H8K3 22 2 avions de série H8K2 ont été modifiés sous la forme d'une nouvelle version, le tampon rétractable de flotteurs, une tourelle supérieure rétractable, et changer le střelišť latéral.
Kawanishi H8K4 23 les deux avions H8K3 ont des moteurs výškovější MK4T-B Kasei 25b, donc créé cette version, la production prévue
H8K4-L 33 seul le projet, avion de transport issu de la version H8K4

A produit un total de 167 avions de ce type.
La production a eu lieu dans les usines :
- Kawanishi Kōkūki Kabushiki Kaisha, Nauro
- Kawanishi Kōkūki Kabushiki Kaisha, Konan

Ressorts usagés : M. C. Richards, Kawanishi 4-Motor Flying-Boats (H6K 'Mavis' et H8K 'Emily'), Aircraft in Profile Volume 11. Windsor, Berkshire, UK, Profile Publications Ltd., 1972. Avions célèbres du monde, Kawanishi Type 2 Flying Boat, bien. 68. 12/1975, Bunrin-Do, sans ISBN. Tadeusz Januszewski et Kryzysztof Zalewski, Japońskie samoloty marynarski 1912-1945, tiel 2, Lampart, 2000, ISBN 83-86776-00-05 Leszek Et. Wieliczko, Kawanishi H8K, Nowa Technika Wojskowa – Nr. 6/2014, 2014, Varsovie, Magnum X. ISSN 2080-9743. https://www.combinedfleet.com/ijna/h8k.htm

Kawanishi H8K - H8K

Nom du rapport allié : "Emilie"

L'histoire de
Le commandement de l'armée de l'air de la marine japonaise (海軍航空本部 - Kaigun Kōkū Hombu) en 1938, a commencé à prendre les premières pièces du tout nouveau "Large Flying Boat type 97 model 1" (九七式大型飛行艇 - Kjunana shiki daikei hikótei), le nous mieux connu sous la désignation abrégée de Kawanishi H6K1. Ces bateaux volants étaient, en leur temps, et dans sa catégorie parmi les leaders mondiaux, une longue portée, des exploits décents et également d'excellentes caractéristiques nautiques de la coque du navire. Kaigun Kōkū Hombu sont épinglés à l'époque la procédure communément établie et non plus 18. Avril de cette année a établi le cahier des charges du plan de développement marqué comme 13-Shi, dans lequel zformulovalo vos exigences techniques pour un nouveau bateau volant. Grâce à cette procédure d'entrée au développement de nouvelles machines, l'armée de l'air impériale assure l'approvisionnement d'avions de plus en plus modernes. Dans ce cas, tout fonctionnait selon les hypothèses et le bateau volant juste adopté, avait déjà dans la production de préparé de son successeur, qu'il a remplacé à temps quand cela a commencé leurs performances ont pris du retard et ont commencé à se manifester même des défauts de conception, comme une protection passive inexistante.

Le cahier des charges du 13-Shi Kaigun Kōkū Hombu ne nécessitait pas seulement un nouveau bateau volant, bien qu'il n'y ait pas eu de spécification de sa portée trop importante, mais c'est pour voir que l'aéronavale impériale devenait une force de plus en plus importante. Les catégories d'aéronefs suivantes étaient requises :
• avion de reconnaissance rapide embarqué - C4A1
• bombardier embarqué - D4Y
• chasseur lourd bimoteur - J1M1 et J1N
• avion d'attaque lourd pour base terrestre - G5N
• grand hydravion de reconnaissance - H8K
• petit avion de transport amphibie (amfibie) - L7P1
• hydravion d'entraînement - H9A1

Pour les besoins de cette contribution, nous considérons uniquement les pièces dans lesquelles elles étaient les exigences d'un grand hydravion de reconnaissance. Kaigun Kōkū Hombu avait besoin pour vos besoins d'avions vraiment puissants, qui étaient censés avoir une portée allant jusqu'à 7 400 km au cours des années d'enquête, il y a des années, dans lesquels il transportait des bombes, ou des torpilles, étaient nécessaires dans une gamme de 6 500 km. La vitesse maximale doit être au moins au niveau de 444 km/h (240 nœuds) et la vitesse de croisière doit être à un niveau très décent et le bateau a volé à long terme à une vitesse d'environ 300 km/h. En plus de ces performances était également revendiqué un armement défensif relativement solide et une protection efficace des réservoirs de carburant. L'avion devrait être capable de transporter 2 000 kg de bombes ou de grenades sous-marines d'environ le même poids, ou deux grandes torpilles čtyřistapadesátimilimetrová du type 91, chacune pesant environ 806 et plus tard dans une autre version des 848 kg. Le développement du nouveau bateau volant n'était pas une compétition directement entre la société 川西航空機株式会社 – Kawanishi Kōkūki Kabushiki Kaisha basée à Nauro (plus loin dans le texte uniquement Kawanishi). Cette entreprise avait avec la construction des bateaux volants le plus d'expérience.

Projet
Le travail du projet avait déjà commencé au mois d'août de l'année 1938, l'ingénieur en chef de l'équipe de conception de l'usine Shizuo Kikuhara, et il a collaboré avec le dr. Jishio Hashiguchim. Il a suggéré un avion complètement différent de son prédécesseur, le Kawanishi H6K, il avait un fuselage relativement mince et l'aile était montée par des entretoises au-dessus du fuselage, le nouveau hydravion a été conçu comme une aile haute compacte et une coque considérablement robuste. Un grand soin a été apporté au člunovému la forme de la coque, il a été réalisé quelques lots de maquettes entièrement en bois à l'échelle 1: 5, ces maquettes ont été à la fois ofukovány dans la soufflerie et ont également été soigneusement étudiées nautiques qualités de la coque dans une grande piscine, sur la base de ces tests, la forme de la coque, affinée par. Dès le début, il était prévu que l'avion fonctionnerait exclusivement à partir du niveau de l'eau, il ne s'agissait en aucun cas d'amfibii (l'amphibien), le châssis à roues utilisé pour s'adapter juste au cas où, quand cet hydravion était tiré à terre, son les roues étaient dupliquées et ce n'était pas un pneu - la roue était pleine de (caoutchouc). La coque robuste, les concepteurs ont utilisé, ont installé six grands réservoirs de carburant auto-obturants, y compris un équipement de lutte contre l'incendie avec du dioxyde de carbone, une caractéristique intéressante était la possibilité de siphonner le carburant du fond de la coque du navire, le carburant ici doit être capturé après avoir été tiré à travers certains des réservoirs du fuselage et, par la suite, rempli dans les réservoirs intacts. Les réservoirs du fuselage étaient complétés par huit autres réservoirs plus petits dans l'aile, ces réservoirs n'étaient pas autobloquants. Le stock total transporté par le carburant était de 17 040 litres. Les ailes étaient équipées de volets spéciaux, qui traversaient le bord de fuite de l'aile, c'était une combinaison de volets de chasse et de volets fendus, la combinaison du déploiement et de l'utilisation de la société Kawanishi. Aux extrémités des ailes se trouvaient des flotteurs d'équilibrage, à l'origine devaient être rétractables aux extrémités des ailes, mais à la fin c'est de la rétraction de ces flotteurs supprimé, simplifiant ainsi leur construction et passé l'une des sources des problèmes . L'armement défensif était impressionnant, était composé de cinq canons dvacetimilimetrovými et de trois mitrailleuses de calibre carabine. L'entraînement se composait de quatre moteurs čtrnáctiválcových Mitsubishi MK4A Kasei 11 (Ha-32-11), chacun d'une puissance de décollage de 1 125 kW (1 530 ch), ces moteurs équipés d'une hélice čtyřlisté Sumimoto d'un diamètre de 3 900 millimètres, il était une hélice à vitesse constante. Le premier prototype était sous cette forme achevé le 31 décembre 1940.

Prototype H8K1 13-Shi.
Le premier décollage a eu lieu dans la première moitié du mois de janvier de l'année suivante (certaines sources japonaises indiquent qu'il a été terminé le 29. décembre et le jour suivant devait être zalétání), cependant, il est clair que l'avion a pris au niveau de la mer non loin d'Osaka, derrière le volant était assis un pilote de la marine Shosha Hiromitsu, et qu'il avait en plus une certaine instabilité longitudinale en vol de très mauvaises caractéristiques nautiques à des vitesses plus élevées depuis la proue la coque du navire a capté beaucoup d'embruns et par la suite a arrosé la cabine du pilote, quand on lui a refusé la vue. L'avion était en outre, pendant le décollage et přistáni instable, et un mauvais fonctionnement. La coque était si mal conçue qu'une autre grande douche jaillissait de l'aile et était projetée dans les moteurs intérieurs. Il est surprenant que ce prototype ait eu de tels problèmes, compte tenu du nombre d'essais et de réglages ultérieurs effectués uniquement sur la partie bateau du fuselage, sur la base d'essais des maquettes à la surface de l'eau. Le prototype est ensuite rapidement retourné au hall de production, où les concepteurs ont effectué quelques réglages, le réglage le plus simple a été l'élimination de l'instabilité longitudinale en vol, les concepteurs de la surface de la queue verticale assez sensiblement modifiés, et la stabilité s'est améliorée . Beaucoup plus difficiles ont été les modifications apportées à la partie bateau du fuselage, la quille a été réduite, et il a changé toute la forme, le fond le long de l'avant du fuselage a été installé deux bandes, se terminant approximativement en dessous de l'extrémité de la cabine du pilote, ces rails éviter les projections d'eau indésirables. Les tests suivants ont confirmé une certaine amélioration des caractéristiques de la mer et ainsi bien qu'il s'agisse de Kaigun Kōkū Hombu encore des réserves sur les caractéristiques de cet hydravion, il a été accepté dans l'armement sous la désignation « Navy Flying Boat Type 2 Model 11 H8K1 (ici je rappellera, que la désignation de l'hydravion est pour nos besoins, les japonais ils n'avaient aucune idée entre l'hydravion et l'hydravion et il serait plus approprié d'utiliser le mot hydravion).

H8K1 Modèle 11
A l'époque où fut prise la décision d'adopter l'hydravion à l'armement de l'aéronavale à Kawanishi déjà travaillé sur deux machines de pré-série, le canon est donc tout à fait conforme aux exigences de Kaigun Kōkū Hombu. Ces machines sont du premier prototype est déjà perceptible dans certaines pièces. La proue était principalement étendue devant la cabine et a été modifiée et sa forme, une toute nouvelle forme avait également une queue verticale, un autre changement visible était l'installation d'une hélice plus petite, nouvellement appliquée, l'hélice avait un diamètre de 3 à 400 mm, en raison de cette distance accrue de la surface de l'eau, mais se reflète également négativement leur efficacité moindre et la vitesse maximale a diminué à une valeur de 404 km/h à une altitude de 4 000 mètres. Des changements visibles ont affecté l'équipement, les machines de pré-série emportaient "seulement" deux canons Typ 99 Modèle 1 calibre 20 mm (un dans une tourelle dorsale et l'autre était dans la queue střelišti), les canons étaient complétés par quatre mitrailleuses, Type 92 calibre 7,7 mm (deux à l'avant et un dans les stations latérales en forme de grosses gouttes. Autre changement, cette fois l'invisible était l'installation de réservoirs de carburant auto-obturants et dans les ailes. Ces ajustements ont augmenté la valeur de combat des deux machines de pré-série, toutes deux ont été utilisées opérationnellement, un avion a été perdu au cours d'une action de combat.Dans l'intervalle, a commencé les unités de la venue de bateaux volants produits en série, il a été produit un total de quatorze, le dernier peu d'avions produits devaient être modifiés par la proue, elle avait une forme de coin, et il avait déjà alors tous les autres avions et en même temps ils produisaient dans le passé des machines montées sur des moteurs Mitsubishi MK4B Kasei 12 (Ha-32-12) , qui avait des performances légèrement plus élevées rmance en altitude.

H8K1-L
Le premier prototype date de 1943, reconstruit à nouveau, cette fois assez radicalement, sous la forme d'un hydravion de transport/cargo. Cette présentation a été commandée par le Kaigun Kōkū Hombu à l'automne 1942. Le projet a reçu la désignation d'usine du K-30, et l'équipe de conception s'est mise au travail, la modification consistait à retirer la majeure partie de l'armement du canon, la tourelle supérieure, les canons kapkovitá latéraux, ne restaient donc que la tourelle arrière et les canons avant, la question est de savoir si dans cet avion particulier, resté dans le canon střelišti avant Type 99 Modèle 1, ou si j'ai été installé la mitrailleuse. En outre, le démontage du réservoir du fuselage et dans l'espace libéré ont été construits en deux étages, le plancher inférieur était de la proue à l'indentation sur le plancher du bateau et la partie supérieure a commencé pour centroplánem. Le fuselage était en deux rangs installé un petit oblong de la fenêtre pour faire de la place pour les passagers prosvětlen, l'avion pouvait transporter 41 passagers et parce qu'il s'agissait d'un premier prototype modifié, il est resté en un seul exemplaire.

le modèle H8K2 12
Le premier prototype a quant à lui testé l'installation des moteurs Mitsubishi MK4Q Kasei 22 (Ha-32-22), ces moteurs atteignent une puissance de 1 361 kW (1 850 k), et étaient équipés d'un dispositif d'injection directe d'eau dans les cylindres du moteur, il était possible d'augmenter les performances à court terme. Ces unités de propulsion sont complètement éprouvées et la vitesse maximale est passée à 454 km/h, c'est pourquoi la production d'une nouvelle version du modèle 12 marqué H8K2 a été lancée. En plus des nouveaux moteurs, de l'augmentation de l'alimentation en carburant, il a été récemment possible de transporter jusqu'à 18 880 gallons d'essence, a été encore modifié SOP, cette fois à la forme déjà définitive. La valeur martiale de cette version a considérablement augmenté également grâce au renforcement de l'armement défensif, l'avion emportait un total de cinq canons Type 99 Modèle 1, ces canons disposaient d'une réserve de munitions dans les bacs à tambours autour des 45 grenades, canons ont été installés à l'avant (225), dorsal (450), arrière (450) et dans le renflement des gares latérales (360). Les numéros entre parenthèses que nous indiquons portaient une provision de munitions pour chaque canon. En plus de l'armement canon était à chaque avion installé et de l'armement mitrailleuse, il était formé par des mitrailleuses Type 92, leur nombre et leur placement sont très souvent différents, mais on peut généralement dire, qu'on a installé trois à six mitrailleuses et, pour chacun était transporté par l'approvisionnement en munitions de 970 à 1 064 cartouches dans les 10 à 12 plateaux de tambour. Chaque plateau pouvait théoriquement contenir 100 cartouches, mais en pratique il chargeait "seulement" 97 le moyeu (avec une centaine avec une mitrailleuse qui collait). Cette version a également été installée solide et les rapports japonais de protection de blindage sans précédent sous la forme de plaques d'acier šestimilimetrových, ces plaques protègent le siège des pilotes et le mitrailleur dans la tourelle dorsale et de queue. Au cours de la production a été supprimé champ de tir côté kapkovitá convexe, est remplacé par était les fenêtres coulissantes. Dans le cas qui était transporté par une bombe, ou un armement de torpilles devait être réduit l'approvisionnement en carburant à un maximum de 5 670 litres. Les machines les plus tardives de la date de production étaient déjà équipées des trois premiers de ces ASV Model 1, dont la présence nous indique l'antenne de type Yagi montée sur les côtés du fuselage avant le cockpit. Deux hydravions ont été modifiés sous la forme d'un H8K3 plus sophistiqué. Cette version était la plus nombreuse et a été construite au total de 112 appareils et leur production a également engagé l'usine de la ville de Konan, à Tokyo.

le modèle H8K2-L 32
La production de cette version transport/cargo de la construction sur le réaménagement, qui en 1943 a passé le premier prototype, přeznačený sur le H8K1-L, et ce prototype correspond plus ou moins. Dans la coque des quatre réservoirs de carburant restants des six d'origine, l'approvisionnement total en carburant pouvait atteindre 13 414 litres à l'avant. Le střelišti était transporté par la puissante mitrailleuse Type 2 de calibre 13,0 mm, le poids à vide de l'avion après les réparations étaient de 15 107 kg, la masse au décollage était de 26 683 kg. Son propre équipage était composé de neuf hommes, la capacité d'emport s'élevait alors à 29 VIP ou 64 soldats, armement compris. Le Japon dans la deuxième phase de la guerre dans le Pacifique avait de plus en plus besoin de transporter par des troupes aériennes, des blessés et du matériel, car le transport maritime devenait dangereux principalement à cause des sous-marins américains, il n'est donc pas surprenant que Kaigun Kōkū Hombu ait demandé des avions de transport de cette taille, mettez-les dans votre chargement sous la désignation "Bateau volant de transport maritime Type 2 Modèle 32" nom de combat de cette version sonnait poétiquement - "Seikū" (Ciel clair). La désignation du modèle nous indique qu'il s'agissait du troisième ajustement de la cellule et d'un deuxième ajustement des moteurs. La plupart de ces avions ont été fabriqués comme neufs, seuls quelques-uns d'entre eux ont été établis par une reconstruction de l'ancien H8K1 ou du plus récent H8K2, et ces réarrangements sont à blâmer, qui ne connaissent pas le nombre exact d'avions Seikū susceptibles d'avoir été construits et reconstruit en un 36, mais il apparaît souvent le chiffre 42. La plupart d'entre eux ont été fabriqués dans l'usine de Konanské et la production a pris fin en 1945, cette année a déjà été achevée un seul avion.

H8K3 Modèle 22
Comme je l'ai mentionné, les deux hydravions H8K2 modèle 12 ont été redessinés sous la forme d'un H8K3 plus sophistiqué. La nouvelle version de ce vol avait quelques modifications intéressantes qu'ils considéraient comme la tâche d'augmenter les performances. Les concepteurs sont une fois de plus revenus à l'idée des flotteurs rétractables, avec ce système rencontré déjà à la fin des années trente, quand ils étaient la compagnie aérienne Dai Nippon a acheté deux avions Douglas DF, qui ont ensuite été transmis à la société Kawanishi. Les flotteurs tampons fixes sur les deux jambes de force et leur système d'ancrage utilisant le lan ont été supprimés, plus aux extrémités des ailes ont été installés deux flotteurs plus robustes, qui peuvent être repliés vers les extrémités des ailes, les flotteurs doivent être décalés, ce qui exactement correspondent aux arcs d'extrémité des ailes, et après avoir poussé vers le haut, les flotteurs sont devenus une partie des ailes et n'imposent presque aucune résistance aérodynamique. Une autre modification concernait le haut de la tourelle, après le réglage, il était possible de se rétracter dans le fuselage et cela a également complètement éliminé sa résistance aérodynamique. Une autre source de résistance était les canons latéraux, il était assez grand et à cause de cela, le tireur pouvait surveiller confortablement l'espace autour de votre moitié de l'avion, malheureusement, juste le tonnage de ces střelišť, cependant, qui a même apporté une résistance à l'air considérable . Les concepteurs ont donc supprimé ce champ de tir kapkovitá, situé derrière le bord de fuite des ailes, et les ont remplacés par des fenêtres plates, déjà nevystupujícími, dont la partie centrale peut être poussée, cette fenêtre a été placée légèrement en dessous de la plage de l'original. Cet ajustement a été introduit dans les hydravions produits plus tard H8K2 12. Cette version est déjà en production n'a pas été obtenue, et elle ne l'est restée que pour ces deux exemplaires.

Modèle H8K4 23
Cette version a été créée par un développement des moteurs Mitsubishi MK4T-B Kasei 25b (Ha-32-25) dans les deux avions de la version précédente. Les nouveaux moteurs ont de meilleures propriétés de hauteur et une prise de force légèrement inférieure. Le test s'est bien passé et a été prévu leur production en série, mais cela n'a pas eu lieu, la fin de la guerre ces préparatifs ont interrompu. Il y avait aussi un projet dans lequel il a été calculé, que cette version devienne la base de la version du transport indiqué H8K4-L, cependant, il ne restait qu'en projet.


Kawanishi H8K vu de côté - Histoire

UNE Taper 2 En volant Bateau ou Kawanishi H8K "Emilie" est présenté sur cette photo NARA. D'après la légende datée du 2 juillet 1944 :
"Japonais "Emilie" tirer vers le bas par une PB4Y piloté par Lieutenant. Stoughton Atwood de VB-115 quelque part dans les Central Pacifique."
Il s'agit d'un Model 12 tardif équipé d'un radar Type 3 Ku Mk.6 ASV comme en témoignent les antennes sur le nez. Le radar était le premier type IJNAF pour les gros porteurs et pouvait détecter un navire d'une hauteur de 4 000 m à une distance de 280 km. A noter que le blister côté fuselage a été remplacé par une fenêtre.

Le bateau volant particulier appartenait au 851 Kokutaï. Appelé à l'origine "Toko Kokutaï" d'après la lecture japonaise du nom chinois de sa base, Donggang à Taïwan, l'unité a changé sa désignation en 851Ku le 1er novembre 1942 et était équipée de 16 hydravions Type 97 ou Kawanishi H6K "Mavis". Initialement déployée à Rabaul à partir de où ils ont bombardé de nuit la base américaine de l'île d'Espiritu Santo, l'unité s'est déplacée vers les îles Shortland au début de 1943. Elle est retournée à sa base d'origine à Taiwan pour récupérer, puis a été déployée à Surabaya à Jawa en avril 1943 et est restée dans la région jusqu'à Février 1944. Pendant ce temps, l'unité effectua des missions de patrouille dans l'océan Indien et bombarda des cibles en Australie occidentale. En mars 1943, l'unité avait changé tous ses hydravions en Kawanishi H8K "Emily".
Le 31 mars 1944 eut lieu l'événement tragique le plus célèbre impliquant des hydravions volants de l'unité. Deux "Emilies" devaient transporter l'amiral Koga Mineichi qui avait succédé à Yamamoto Isoroku en tant que commandant en chef de la flotte combinée, de Palau à Davao, mais ils rencontrèrent un typhon et l'amiral "Emily" fut perdu.
L'unité a finalement déplacé le Davao et, en juillet 1944, à Singapour où elle a été dissoute avec des membres et du matériel distribués au 801Ku et à d'autres unités.
851Ku avait la lettre O pour son marquage à partir de novembre 1942

1943 puis les chiffres 51 ou 851 à partir de fin 1943

3 commentaires :

Un de mes avions préférés et l'un des meilleurs bateaux volants de la Seconde Guerre mondiale. Et on pourrait dire que c'est le grand-père des Shinmeiwa US-1 et US-2. Morceau d'histoire intéressant aussi. (ça ne me dérangerait pas d'en voir plus !)
Quelqu'un a-t-il construit le (très vieux) kit Hasegawa ?

Merci d'avoir montré cette Emily !
J'ai déjà vu cette photo mais pas dans cette excellente
qualité. C'est un bel avion.

L'un des équipages de l'escadron de mon père, le VPB-118, a également réussi à dépasser et à abattre une Emily.
Cela s'est produit plusieurs mois plus tard que la rencontre décrite.


Kawanishi H8K

Le Kawanishi H8K a été conçu pour remplacer la vénérable et obsolète plate-forme de reconnaissance et de bombardement maritime H6K de la marine japonaise. Le H6K était le seul hydravion standardisé en opération lorsque le Japon a attaqué Pearl Harbor en décembre 1941. Mais ce ne serait qu'une question de temps avant qu'un nouveau remplaçant plus puissant ne prenne sa place.

Un peu plus d'un an après que le 6K ait atteint le statut opérationnel, la marine japonaise a commencé à planifier son remplacement. Les exigences étaient assez simples. Une augmentation de 50 % de son rayon d'action d'origine couplée à une augmentation de 30 % de la vitesse donnerait au nouvel avion un profil de performances similaire à celui du British Short Sunderland. Il est remarquable qu'après seulement dix mois de conception et de développement, les ingénieurs japonais aient pu produire l'un des meilleurs avions militaires jamais construits.

Armé de cinq canons de 0,78 pouces, de quatre mitrailleuses et d'armoires d'équipage bien armées, le 8K était en effet une machine volante remarquable. Le 8K a pris son envol à l'hiver 1940 et après plusieurs modifications apportées à la structure de la coque (initialement, la coque étroite de l'avion provoquait une proposition incontrôlable dans l'eau lors du levage du nez dans la surface de l'eau), l'avion est entré en production mode à l'été 1941. Un total de 175 8Ks ont été produits en trois variantes différentes. Il s'agissait du 8K1 d'origine, du 8K2 avancé avec un armement plus lourd et un nouveau système radar, et le 3H8K2-L, qui était une version strictement transport avec deux ponts passagers.

Le 8K a fait ses débuts au combat dans la nuit du 4 mars 1942 lorsqu'une formation d'entre eux a tenté de bombarder l'île d'Oahu, à Hawaï. Le mauvais temps sur la zone cible a perturbé le raid. Néanmoins, le voyage complet a prouvé la valeur de l'avion à la Marine.

Centrale électrique
Quatre moteurs en étoile Mitsubishi 1850cv Kasei

Envergure 124 pi.
Longueur 92 pi.
Hauteur 30 pi.
Superficie totale de l'aile 1722 pieds carrés
Poids 40454 lb (vide)
71530 lb (entièrement chargé)
Plafond opérationnel 28 740 pi.
Portée 4460 milles
Taux de montée 1575 pieds par minute
Vitesse de pointe 290 mph

Armement
Canons d'arc, dorsaux et de queue de 0,78 pouces montés dans des tourelles motorisées. Quatre mitrailleuses lourdes de 0,303 pouces situées dans le cockpit, les trappes latérales et ventrales.


Kawanishi H8K Type 2 “Emily”

Un H8K Emily du 851 Kokutai, quelques instants avant qu'il ne soit abattu par un PB4Y de l'US Navy.

Dès que le Kawanishi H6K est entré en service, la marine impériale japonaise a commencé à rechercher un hydravion amélioré pour éventuellement supplanter le Type 96. Les spécifications du 13-Shi prévoyaient un nouveau design d'hydravion avec des performances supérieures au British Short Sunderland, qui commençait alors à entrer en service dans la RAF. Les spécifications comprenaient une autonomie souhaitée de 4 500 milles, avec une vitesse maximale de 276 mph. La puissance de feu devait également être considérablement améliorée par rapport au H6K, avec jusqu'à cinq canons de 20 mm disponibles pour la défense contre les combattants ennemis.

Le H8K comportait une aile haute en porte-à-faux par opposition à la disposition en gondole du H6K. Quatre puissants moteurs Mitsubishi Kinsei pouvaient conduire le gros bombardier à plus de 275 mph, beaucoup plus vite que l'avion plus ancien. Le H8K pouvait emporter deux torpilles ou jusqu'à 1.000 kg de bombes. Les prototypes initiaux avaient de mauvaises caractéristiques sur l'eau, des embruns étant projetés dans les moteurs. Les modifications apportées à la conception de la coque, qui a été approfondie et dotée de « étapes », ont rapidement corrigé ce problème. Contrairement à la plupart des avions japonais, le H8K avait des réservoirs de carburant auto-obturants et il avait également un système de récupération qui pompait le carburant fuyant des réservoirs endommagés hors des cales et dans des réservoirs de carburant non endommagés. Les modèles de production ont également réduit le nombre de canons de 20 mm de cinq à deux, avec des mitrailleuses supplémentaires de 7,7 mm substituées à leur place.

Le Type 2 est entré en service de façon spectaculaire. La première opération de combat pour le grand hydravion était « l'opération K », une tentative de bombarder les travaux de réparation des chantiers navals de Pearl Harbor en mars 1942. Deux H8K sont partis des îles Marshall, ravitaillés d'un sous-marin stationné dans les frégates françaises , puis se sont dirigés vers Oahu pour larguer leur chargement de bombes. Le mauvais temps signifiait que les résultats des bombardements étaient très médiocres, mais les deux avions sont rentrés sains et saufs à la base. La mission avait parcouru 4 700 milles, un exploit incroyable quels que soient les résultats.

Par la suite, les H8K ont été affectés à des unités d'hydravions volants pour servir aux côtés des H6K plus anciens, qui sont restés en service jusqu'à la fin de la guerre. Ils ont effectué des missions de patrouille maritime à longue portée et ont été occasionnellement utilisés pour des missions de bombardement contre des cibles éloignées - plusieurs ont été utilisés pour bombarder des villes d'Australie-Occidentale en 1943 et 1944. Des rencontres aériennes entre des H8K et des avions américains à longue portée comme le PBM et le PB4Y ont été commun, avec de nombreux exemples de combat aérien qui s'ensuit. Avec sa construction robuste et son armement défensif lourd, le H8K était considéré comme l'un des avions japonais les plus redoutables à affronter au combat. Les modèles ultérieurs ont été équipés d'un radar air-sol pour la patrouille anti-sous-marine et ont revendiqué la responsabilité du naufrage de plusieurs sous-marins américains.

Kawanishi a également développé un modèle de transport, le H8K2-L, avec des sièges supplémentaires à l'intérieur - jusqu'à 64 soldats pouvaient être transportés. Il s'agissait d'un H8K2-L qui transportait le commandant de la flotte combinée, l'amiral Mineichi Koga, lorsqu'il a disparu en mars 1944. L'avion avait heurté un typhon lors d'un vol entre les îles Palau et Davao aux Philippines.

En 1942, le H8K a reçu le nom de rapport "Emily" par les services de renseignement alliés.


H8K2 "Emily"

En juillet 1938, Kawanishi Kokuki KK obtient un contrat pour la construction d'un hydravion naval quadrimoteur pour remplacer le H6K dans la marine impériale japonaise. Le cahier des charges 13-C joint à la commande nécessitait des données plus élevées que celles du britannique Short Sunderland ou de l'américain Sikorsky HRV5-1 : la vitesse maximale était fixée à 440 km/h, la vitesse de croisière était de 330 km/h, et le vol la portée était jusqu'à 8200 km.

Le travail de conception sous la direction de Shizuo Kikahara a commencé en août 1938. À la suite du soufflage des modèles dans une soufflerie et du remorquage dans la piscine expérimentale, un avion à ailes hautes de formes pures est apparu. Pour atteindre une plage de vol donnée, les concepteurs de Kawanishi ont installé huit réservoirs d'aile non protégés relativement petits et six grands réservoirs dans la coque de l'avion. Les réservoirs du fuselage étaient équipés d'un système de pressurisation de gaz neutre et étaient partiellement scellés. De plus, en cas d'endommagement du réservoir, le carburant pénétrant dans le fuselage pourrait être pompé dans un réservoir non endommagé. La capacité totale du système de carburant a atteint 17 040 litres, le carburant représentait 29% de la masse au décollage.

L'équipage avait une bonne protection blindée. L'armement défensif devait se composer de trois canons de 20 mm Type 99 Modèle 1 à l'avant, des tourelles supérieure et arrière, de 7, mitrailleuses de 7 mm Type 92 dans deux blisters latéraux, deux fenêtres latérales et dans l'installation inférieure.

Les moteurs ont été choisis Mitsubishi MK4A Kasei 11 14 cylindres à refroidissement par air étoiles de 1530 chevaux. Le premier prototype H8K1 était prêt le 31 décembre 1940. Le premier vol eut lieu en janvier de l'année suivante. Pendant le roulage à grande vitesse et au décollage, l'avion s'est montré extrêmement instable, et peu de temps après avoir levé le nez, des fontaines d'embruns ont commencé à couler dans les hélices et se sont élevées au-dessus de l'aile. Le H8K1 expérimenté a été immédiatement renvoyé à l'usine. Là, les contours du fuselage inférieur ont été modifiés et une autre pommette a été ajoutée, après quoi l'avion a été immédiatement renvoyé pour des tests. Bien que la maniabilité sur l'eau soit encore pire que celle du H6K, dans l'ensemble, elle s'est nettement améliorée et d'autres caractéristiques étaient beaucoup plus élevées. Fin 1941, après des essais militaires, la flotte autorise le début de la production en série de l'avion sous la désignation Marine Type 2 Flying Boat, Model 11 H8K1.

À cette époque, deux autres bateaux de pré-production avec des coques modifiées ont été construits et pilotés, le second d'entre eux avait une quille augmentée, qui est devenue un modèle pour les véhicules de production. Les avions de production H8K1 Model 11 étaient équipés de moteurs Mitsubishi MK4A Kasei 11 ou MK4V Kasei 12. L'armement se composait de deux canons de 20 mm Type 99 Modèle 1, un dans les tourelles avant et arrière et de quatre mitrailleuses de 7, 7 mm Type 92. L'avion pouvait emporter deux torpilles de 800 kg ou huit bombes de 250 kg, ainsi que des grenades sous-marines. La première sortie de combat du H8K1 a eu lieu dans la nuit du 5 mars 1942, lorsque deux avions de Kokutai Yokohama, s'étant levés de l'atoll de Vautier (Îles Marshall), ont fait le plein de sous-marins et ont bombardé Pearl Harbor. Comme le temps était mauvais sur Honolulu, les résultats étaient nuls. Soon such raids had to be stopped due to the fact that the American fleet occupied the Frigate Shoals Islands, which were refueling from submarines. However, as an oceanic reconnaissance H8K1, the good protection of the crew, tanks and powerful weapons, combined with high speed, turned out to be very successful, allowing it to stand up for itself in battle with fighters.

The sufficiently high performance of the Model 11 was improved when the 1850-horsepower Mitsubishi MK4Q Kasei 22 engines equipped with a water injection system were installed on the H8K2 Model 12. The installation of Kasey 22 engines in modified nacelles was tested on an experimental H8K1. Improvement of flight characteristics made it possible to launch a model with Kasei 22 engines from the 17th aircraft. The keel was changed again. In all other respects, the aircraft did not differ from the H8K1. The high power of the engines made it possible to increase the takeoff weight from 31 to 32.5 tons, and the capacity of the fuel tanks to 18 880 liters. The armament was modeled on the first prototype aircraft, in addition, the 7, 7 m machine gun could be used through the side windows in the cockpit. Due to such powerful weapons and the highest speed among flying boats, this plane, in the opinion of allied pilots who collided with it, was the most difficult of all to shoot down. Gradually, the Type 2 Type 12 Flying Boat replaced the older Type 97, becoming the main long-range reconnaissance fleet. Some of the aircraft of the latest series received locators. The flying boat was used until the surrender of Japan.

'Emily' Specification
H6K5 H8K2
Équipage 9 9
Dimensions
Wing span, m 40.00 38.00
Wing area, m² 170.00 160.00
Length, m 25.625 28.13
Height, m 6.27 9.15
Centrale électrique.
4×PE (Mitsubishi Kinsey -51 or -52)/(Mitsubishi МК40 Kasey-22), hp 4 × 1300 4 × 1850
Weight, kg:
Empty weight 12380 18380
Loaded weight 17500 24500
Maximum takeoff weight 23000 32500
Performance
Maximum Speed, km/h 380 460
Cruise Speed , km/h 255 290
Maximum Rate of Climm, m/min 375 490
Service ceiling, m 9560 8850
Service range, km 4870 7050

Armement: three 20-mm type 99 model 1 cannons in the nose, upper and tail turrets (in the nose and tail turrets), 7.7-mm type 92 machine guns in the lower installation, in the side hatches and in the cockpit (in side blisters, lower and upper units) 2x 800 kg torpedoes or up to 2000 kg bombs

The first prototype aircraft, after using it as a prototype H8K2 with Kasey 22 engines, was converted into a transport version of the boat. The high fuselage made it possible to install two decks inside it. The lower deck ran from the bow to the rear step, and the upper deck ran from the wing to the tail. Accommodation was provided for 29 passengers or 64 soldiers. The armament was reduced to one 13 mm Type 2 machine gun in the forward turret and one 20 mm Type 99 Model 1 cannon in the stern. Installation of the lower deck required a re-arrangement of the fuel system: the fuel supply was reduced to 13,414 liters. After successful tests, the vehicle was transferred to the operational headquarters of the fleet in Yokosuka, where it was used as a liaison. The aircraft was put into production under the designation Marine Type 2 Seiku (Clear Sky) Transport Flying Boat or H8K2-B. A total of 36 H8K2-B were produced from 1943 to 1945, which were used in the transport units of the fleet.

Even at the beginning of work on the boat, it was planned to install removable stabilizing floats, but then this was abandoned to save weight. However, in 1943, an idea appeared to increase the speed of the H8K. Two experimental boats with Kasey 22 engines were equipped with retractable floats in 1944. They were actively tested. The armament of the new H8K3 was similar to that of the H8K2, but the side blisters were replaced by hatches later, a similar revision was made to the serial H8K2, and the upper turret became removable. In 1945, these two boats were re-equipped with engines of Mitsubishi MK4T-V Kassey 25b with a capacity of 1825 hp. The aircraft were renamed H8K4 Model 23. But neither this model nor its transport version H8K4-b Model 33 were launched into production: the fleet needed fighters and he instructed Kawanishi to focus on the production of N1K2-J Syden.

A total of 167 H8Ks were produced, much less than the English Sunderlands or the American Catalin, but the Japanese boat proved to be one of the most outstanding naval aircraft in the world throughout the war.

H8K1 : designation of three prototypes and 14 first production aircraft with MK4A engines.

H8K1-L : designation of the sample after converting it into a transport aircraft with an MK4Q engine.

H8K2 : variant with MK4Q engine, enhanced weaponry and surface target detection radar 112 vehicles were built under the designation Navy Type 2 Flying-Boat Model 12.

H8K2-L : a transport aircraft based on the H8K1-L model could accommodate from 29 to 64 passengers had less powerful weapons launched into production under the designation Navy Type 2 Transport Flying-Boat Seiku Model 32 (Seiku - clear sky) built 36 cars.

H8K3 : Designation of two prototypes with retractable stabilizing floats at the wing tips. The dorsal rifle tower acquired a cylindrical shape and became removable. This option did not go into production.

H8K4 : new designation of the prototype H8K3 after the installation of Mitsubishi MK4T-B Kasei 25b engines (Mitsubishi MK4T-B Kasei 25b) with a capacity of 1361 kW (1825 hp) was not put into production.


Kawanishi H8K (Emily)

The Empire of Japan wanted a flying boat superior than the United Kingdom’s sterling Short Sunderland and the American PBY. Their own contributions resulted in the form of the Kawanishi “H6K Mavis” and “H8K Emily” flying boats. Therefore, in 1938, a four engine powered reconnaissance design came into picture in the form of Kawanishi-H8K. Allied forces had nicknamed it “Emily”. The H8K1 prototype was first flown in January 1941, but the initial design proved to possess very poor water handling qualities.

After making a number of amendments and several service trials, the aircraft finally entered into production. The H8K had a stout fuselage and single vertical tail fin. The cockpit was located just forward of the shoulder-mounted wing assembly which housed 4 x Mitsubishi brand engines of 1,850 horsepower (H8K2). The original design had retractable floats and a dorsal turret. It was made in such a way that a single mission could last up to 24 hours. Appropriate armor provided shelter to the crew. The wings had a metal frame covering. The design had a slight dihedral for better stability. The fuel tanks were located in the hull and were self sealing with carbon dioxide fire suppression, a feature which earlier Japanese designs lacked.

Initial armament included 4 x 7.7mm machine guns and 2 x 20mm cannons. Later, H8K got equipped with 4 x 7.7mm and 5 x 20mm cannons. Adding to this, the improved armor protection, impressive speed and range and the ability to deliver torpedoes or bombs made H8K arguably the best flying boat of the Second World War. Its effectiveness in the anti-submarine role, finding and sinking several American submarines proved its point.

The H8K entered service in early 1942. The very first mission the Kawanishi H8K was used on was a bombing mission that started at Wake Island and bombed Pearl Harbor in 1942 which changed the course of the World War 2.


Kawanishi H8K2

Post by drmessimer » 24 Sep 2009, 17:31

Re: Kawanishi H8K2

Post by Takao » 24 Sep 2009, 19:27

Re: Kawanishi H8K2

Post by drmessimer » 24 Sep 2009, 20:12

Re: Kawanishi H8K2

Post by cstunts » 24 Sep 2009, 21:47

EMILY: Bigger, stronger, faster, it is said. The "other" Pearl Harbor attack is covered in the following book:
http://www.amazon.com/Second-Attack-Pea . 1591143888

Here's a good page with basic EMILY stuff: http://www.vectorsite.net/avemily.html

However, I would not hesitate to ask the fellows over at Combined Fleet's j-aircraft.com -- Many of whom are vraiment the experts in such questions. They could also lead you to primary source docs in JACAR that I suspect would be of interest.

Re: Kawanishi H8K2

Post by drmessimer » 25 Sep 2009, 02:51

Re: Kawanishi H8K2

Post by Sewer King » 27 Sep 2009, 06:50

This too is in Francillon. EMILYs out of the Marshalls made the attempt on Oahu in March 1942 after refueling at French Frigate Shoals, but were foiled by cloud cover (I think they simply dumped their bombs and caused a nuisance at most). A second raid was meant to coincide with the Midway operation as a reconnaissance-in-force, but this time was foiled by the presence of a US seaplane tender at French Frigate Shoals.

Had one or both raids succeeded, they might well have raised the naval air history attention paid to the H8K and better confirmed the regard for it (even more). But their lack of success there had nothing to do with either the plane's capability or its operational use. For a flying boat it would have played a large enough part in a major battle like Midway, in an offensive role for which they had been purposely designed to meet.

    One might be that of the PBYs also at Midway, using torpedoes to which their crews were not accustomed. They holed a single Japanese oiler (Akebono Maru), but this was an improvisation that does not compare to the intended long-range attack role of a heavily-armed seaplane.

This is so, but seaplanes are slightly different in that they did not fight each other as did tanks or fighter planes. They did not play a great offensive role throughout the war on either side. It is largely that the H8K was the best designed for the attack role, even if it had few chances to actually demonstrate it and no real success.

The PBY had anti-submarine capability but not a particularly great record for it, yet still has its high regard too. Its recce contribution to victory at Midway, and its damage to a Zero in the Aleutians that allowed the US to recover it, were high points over the H8K in operational accomplishment. But these can't be attributed to the PBY's design.

  • Survivability is not simply the ability to beat off determined attackers. To a palpable extent It includes the ability to keep flying and return even after serious damage, as was legendary for the B-17 Flying Fortress. Just here we have neither the EMILY 's record for this, nor the opinion of US airmen who fought this type. Here too, there were a great many B-17s to replace the incredibly damaged ones that made it back to base. Not so for the H8Ks.
  • "Have 6 flyable transport versions of "Emily" available. If required, suggest either sending crews from United States of grant authority for use of Japanese crews to fly these aircraft across the Pacific." (!)

This last sums up the high technical regard for the EMILY besides that of its performance, outside of its operational record, and regardless of how many might have been lost in action.

It might be noteworthy that postwar Japan remained one of the last major operators of large flying boats such as her Shin Meiwa design. The other was the Soviet Union with her Berievs. Japan's maritime patrol needs continued well after her loss of a blue-water navy, indeed, maybe proportionally more so with her white-water defense force. The attention given this type by an aggressive naval power would not be lost upon the small defensive force that would succeed it.

Furthermore, flying boats have largely passed from the American public mind since World War II. If something of the H8K survived in postwar US Navy designs, that says enough for it by that much, even if the US no longer flies these types. Another analogy might be the German MG42 general-purpose machine gun, which survives in parts of the American M60 and NATO MAG machine guns as well as continued copy and adaptation of the MG42 itself. Most can easily appreciate the high regard for that weapon, without superlatives, or with small qualification.

I might not convince you of the H8K's "best" rating, but maybe some more of the reasons why others think so.

Re: Kawanishi H8K2

Post by Peter H » 27 Sep 2009, 09:12

36 Model 12s were built as troop transports in 1943.Could hold 64 troops,plus crew of 9.

Re: Kawanishi H8K2

Post by Peter H » 27 Sep 2009, 09:16

Re: Kawanishi H8K2

Post by Sewer King » 27 Sep 2009, 17:17

Thanks Peter, I haven't seen photos of the H8K's interior before although there well should be some around. Considering her long range and large capacity, I suspect this flying boat of having at least a simple sort of galley as well.

What was done with the last surviving H8K that was returned to Japan in 1979? Mikesh showed it in the mothballed condition in which it had been stored, but never taken up by American air museums. I imagine there is some small wealth of modern-day Japanese information and maybe photos of whatever has been done with the last EMILY .

Despite this extreme close-up I think it's a Kokusai Ki-59 light transport ( THERESA ). There were few other high-wing Army transport planes, and none other with what looks like the square-section nose shown here. The Army designated it the Type 1, but only 59 were built before it was replaced with the Tachikawa Ki-54c transport ( HICKORY ), also designated Type 1 but Model C. (Francillon, pages 145-147) Since the Ki-59 entered service in 1941, that dates the illustration from around then.

The escorts are Nakajima Ki-43 Hayabusa ( OSCAR ) of course, which as Army fighters would seem unlikely to escort a Navy flying boat. Not sure, but I think the H8Ks usually flew without escort.

One other mention about the survivability of the EMILY from Francillon, page 310:

Could it also be that the sheer volume of the plane made it hard to bring down, aside from its speed, defensive armament, and fuel protection? There is also the relative performance of the fighters attacking it at altitudes where the H8K could best defend itself with guns and speed.

Re: Kawanishi H8K2

Post by drmessimer » 27 Sep 2009, 17:27

Re: Kawanishi H8K2

Post by drmessimer » 27 Sep 2009, 17:28

Re: Kawanishi H8K2

Post by Mostlyharmless » 28 Sep 2009, 00:37

Re: Kawanishi H8K2

Post by Peter H » 28 Sep 2009, 09:39

Re: Kawanishi H8K2

Post by Peter H » 28 Sep 2009, 09:41

One's that didn't make. going down.

Re: Kawanishi H8K2

Post by Peter H » 28 Sep 2009, 09:55

Admiral Yamagata Seigo died in one in 1945.

The truth is, all officers on board managed to escape right before the explosion except one: Yamagata Seigo (山縣正), the Admiral of the Fourth Southern Expeditionary Fleet of the Japanese Imperial Navy, who was the last Japanese military officer who died in battle in China before the war ended.

On March 14, Admiral Yamagata had taken off aboard the Kawanishi H8K in Ambon, Indonesia, in the final days of the Pacific War. The Japanese position continued to deteriorate. The Fourth Southern Expeditionary Fleet, led by Admiral Yamagata and deployed in Indonesia, was forced to withdraw. Yamagata's plane flew through Singapore, Hong Kong, and Hainan Island of China. On March 17, it landed in Guangzhou, where Yamagata attended a military conference presided over by Tanaka Hisaichi (田中久一) , then commander-in-chief of Southern Expeditionary Army. The conference was viewed as the final death struggle of the empire.

Due to bad weather, the plane made an unsuccessful landing previously in Hainan Island that damaged the fuselage bottom. After taking off in Guangzhou before midday of March 17, it headed Taiwan for repair.

Officers on board were soon informed of the bombing in Taiwan by Allied Forces. The Kawanishi H8K then turned toward mainland China, hoping to land in Japanese-occupied territory, but soon ran into a series of troubles. The U.S. maritime patrol bomber PB4Y-1 detected the flying Kawanishi H8K, and targeted it. One naval officer in the plane was shot dead.

The Kawanishi H8K finally approached the coast of mainland China, but could only fly five minutes more on its remaining fuel. Yamagata ordered the plane landed in Zhenhai, a occupied harbor near Hangzhou Bay. It was this decision that make it the final flight of Yamagata. At around 4 p.m. local time, the plane landed mistakenly in Haimen, hundreds miles south of Zhenhai.

Geographically Haimen and Zhenhai are extremely alike. The two towns lie on the estuary of major rivers and an ancient tower stands on a hill of the north bank of the river in both place. It’s hard to distinguish the two cities by sight.

Yamagata committed suicide in the plane, using an extreme way of "stomach-cutting," known as "harakiri." This was according to archives released by Japanese authorities. Who knows the truth all Yamagata's secrets of have sunken with the flying boat.

To this day, the wreck of Kawanishi H8K, and the remains of Yamagata Seigo, along with the mystery of "the last admiral," have been buried under the silt for over six decades.


Histoire

The H8K was developed in 1938/1939 and had its first flight in 1941. The prototype had several problems when landing on water, particularly stability and so it was modified until it finally was ready for service in 1942. Δ] The H8Ks first mission was carried out in 1942 and it was known as Operation K. Two H8Ks were to bomb Oahu, Hawaii, but due to bad weather, all the bombs missed their targets, only four actually hitting the island.

However, the attack did renew American fears of Japanese raids. During the war, H8Ks also served in the anti-submarine role and in fact sunk several US submarines. Ε] The H8K also engaged in reconnaissance missions and due to heavy armament, long range, and radar, the H8K is considered by many, the best flying boat of WWII.


Voir la vidéo: Giant RC Plane 大型ラジコン機 二式大艇の飛行 (Octobre 2021).