Podcasts sur l'histoire

Deux enterrements de navires vikings révélés par des archéologues en Suède

Deux enterrements de navires vikings révélés par des archéologues en Suède

Des archéologues suédois ont annoncé la découverte de deux sépultures de navires qui pourraient ajouter des données inestimables au passé viking du pays. Il n'y a eu aucune sépulture de navire viking dans le pays depuis près de cinquante ans, et maintenant deux ont été trouvées d'un seul coup !

La découverte extraordinaire a été faite par des archéologues suédois travaillant avec Arkeologerna, qui travaille pour le compte des musées historiques suédois selon le Daily Mail. La rare découverte a été faite dans la commune de Gamal Uppsala.

Un squelette d'homme, enterré avec un cheval et un chien, a été retrouvé dans l'un des sites de sépulture des navires vikings. ( Arkeologerna)

C'était autrefois l'un des sites religieux et cérémoniels les plus importants de tout le monde viking et où, selon les écrivains chrétiens, des sacrifices humains étaient offerts aux dieux nordiques. Un grand temple païen était autrefois ici, mais plus tard, les chrétiens ont construit une église sur son site.

Les découvertes ont été faites près d'un ancien presbytère à Uppsala, la maison d'un membre du clergé chrétien local, qui est à côté d'une église. La zone était étudiée par les archéologues avant qu'un nouveau projet de construction ne commence. Ils y ont identifié quelque chose d'importance archéologique à l'automne dernier. Les experts sont revenus cet été et ils ont découvert les deux enterrements de bateaux en juin de cette année.

Enterrements de navires vikings

Un enterrement en bateau ou une tombe en bateau impliquait des personnes décédées de haut rang étant enterrées dans un navire de taille normale. Ils étaient généralement enterrés avec un grand nombre d'objets funéraires de valeur. Anton Seiler, membre de l'équipe qui a trouvé les tombes, a déclaré que « c'est un petit groupe de personnes qui ont été enterrées de cette manière », selon Newsweek. Cela signifie que les sépultures de navires sont très rares et que seulement dix ont été trouvées dans l'histoire du pays, bien que d'autres aient été trouvées dans la Norvège voisine, la plus récente se trouvant près d'Oslo.

  • Plus de 80 trous étranges de l'âge du bronze découverts en Suède. Pourquoi les gens se sont-ils rassemblés il y a 3000 ans ?
  • Des archéologues norvégiens ont trouvé le sanctuaire d'un roi viking miraculeux
  • Vikings en Irlande : les traces des guerriers ne sont pas seulement enterrées sous terre, elles sont dans l'ADN

L'un des navires funéraires vikings ou des tombes de bateaux trouvés en Suède. ( Arkeologerna)

Ce type de sépulture est associé à l'âge viking (9 e au 11 e siècle après JC) et aussi la mystérieuse culture Venland antérieure. Sur la base d'une analyse des objets funéraires dans l'un des navires, la date des sépultures date de l'ère viking. L'une des sépultures du bateau a été retrouvée complète et intacte. Cela lui confère une grande importance archéologique. La deuxième sépulture a été endommagée lors de la construction du presbytère, il y a plusieurs décennies.

Dernier lieu de repos d'un guerrier viking ?

Dans la sépulture intacte, les enquêteurs ont retrouvé le squelette d'un homme qui avait été placé à l'arrière du navire. Certains ossements d'animaux ont également été déterrés, et ils ont été provisoirement identifiés comme appartenant à un cheval et à un chien.

Des archéologues travaillent sur le squelette d'un cheval trouvé sur le site de sépulture d'un navire viking. ( Arkeologerna)

Ces animaux ont probablement été délibérément enterrés avec l'homme pour l'accompagner dans son voyage vers l'au-delà. Dans cette tombe, un bouclier, une épée et une lance, indiquant que le mort avait été autrefois un guerrier, ont également été trouvés.

Il peut y avoir eu une autre personne enterrée dans l'enterrement intact ou complet. Selon Geek.com "... un peigne richement orné, qui appartiendrait à l'homme, a également été trouvé dans la tombe". Ce n'était pas rare dans les enterrements de bateaux de l'ère viking. Les deux hommes étaient vraisemblablement apparentés.

Un bouclier et un peigne ont été trouvés dans l'un des sites de sépulture des navires vikings. ( Arkeologerna)

La découverte de l'enterrement du navire viking apportera-t-elle de nouvelles perspectives ?

Il reste peu des bateaux actuels car leur bois s'est décomposé au cours des siècles. Les archéologues n'ont pu récupérer que quelques rivets en fer et des fragments de bois. Aucun reste humain n'a été trouvé dans le navire endommagé ou moins intact, malgré le fait qu'il était probablement "le plus grand des deux, mesurant environ 7 mètres de long", rapporte Geek.com.

Les experts pensent qu'une étude plus approfondie des sépultures des navires vikings apportera un aperçu de la culture viking. ( Arkeologerna)

Selon The Local, « des parties de la découverte seront exposées au musée Gamla Uppsala et au musée d'histoire suédois de Stockholm ». L'équipe d'archéologues continue de travailler sur le site pour le reste de l'été. Des tests scientifiques vont être effectués sur les artefacts et autres découvertes et on espère qu'ils généreront de nouvelles informations sur les Vikings.


Des navires funéraires vikings découverts dans une découverte archéologique « sensationnelle »

Les archéologues ont découvert deux navires funéraires vikings dans la municipalité suédoise d'Uppsala.

Une trouvaille de ce type est rare dans le pays. En fait, seule une dizaine de découvertes de ce type ont été faites à ce jour dans la nation scandinave, selon les chercheurs.

"Il s'agit d'une fouille unique, le dernier navire funéraire a été examiné il y a 50 ans", a déclaré à The Local Anton Seiler, un archéologue qui travaille avec plusieurs musées suédois.

Les deux navires&mdashque Saeiler décrit comme une trouvaille "sensationnelle" ont été fouillés près des terrains d'un presbytère dans le village de Gamla Uppsala l'automne dernier.

Ces types d'enterrements, où les individus étaient placés dans des bateaux de grande taille, n'étaient pas disponibles pour le commun des mortels. On pense qu'elles étaient réservées aux personnes de haut statut.

"C'est un petit groupe de personnes qui ont été enterrées de cette manière", a déclaré Seiler. "Vous pouvez soupçonner qu'il s'agissait de personnes distinguées dans la société de l'époque puisque les navires funéraires en général sont très rares."

Les archéologues n'ont trouvé que les restes d'un individu. Cependant, comme c'est souvent le cas avec d'autres navires funéraires de la région, cette personne a été enterrée à côté de plusieurs objets, y compris des armes, des boucliers et un peigne, et ils ont peut-être été donnés pour l'au-delà. L'équipe a également trouvé des restes d'animaux, dont un cheval et un chien.

Bien qu'il ne soit pas clair quand cet enterrement a eu lieu, la plupart des navires funéraires de ce type proviennent de l'âge viking (793 & ndash 1066 A.D.) de l'histoire scandinave ou de l'ère qui la précède immédiatement, connue sous le nom de période Vendel (500-793 A.D.)

Ces derniers mois, des chercheurs ont également découvert un autre navire associé à une pratique funéraire dans la région scandinave.

Des archéologues de l'Institut norvégien de recherche sur le patrimoine culturel (NIKU) ont découvert un énorme navire viking de 66 pieds de long à l'aide d'une nouvelle technique avancée de radar à pénétration de sol dans le comté d'Østfold, dans le sud-est de la Norvège.

Les données radar que l'équipe NIKU a collectées ont indiqué que le navire était autrefois intégré dans un grand tumulus qui a été progressivement détruit par les activités agricoles au fil du temps. Étonnamment, le navire semble avoir survécu totalement intact, bien qu'il se trouve à seulement 20 pouces sous la couche arable.

"Cette découverte est incroyablement excitante car nous ne connaissons que trois découvertes de navires vikings bien conservées en Norvège, [tous] fouillés il y a longtemps", a déclaré Knut Paasche, chef du département d'archéologie numérique au NIKU et expert en navires vikings, a déclaré dans un rapport.


L'enterrement « sensationnel » d'un navire de l'ère viking découvert en Suède (photo)

L'un des hommes, très probablement un guerrier de haut rang ou même un souverain, a été enterré avec son cheval et un chien. Comme il ressort de son crâne, il est mort d'une horrible blessure à la tête.

Deux navires funéraires de l'ère viking non brûlés ont été découverts près du village de Gamla Uppsala, qui est l'un des sites vikings et païens les plus importants de Suède.

&ldquoIl s'agit d'une fouille unique, le dernier navire funéraire a été examiné il y a 50 ans&rdquo, a déclaré à la chaîne de télévision nationale Anton Seiler, archéologue aux Musées historiques nationaux (SHMM). SVT, décrivant la découverte comme une &ldquosensation&rdquo.

La raison de sa joie est que les sépultures de navires intacts sont rares. Seule une dizaine de découvertes de ce type ont été faites à ce jour dans la nation scandinave, selon les chercheurs. La dernière découverte a été faite en 1973, il y a près d'un demi-siècle.

Les enterrements de navires, où les gens étaient enterrés dans des navires de grande taille, n'étaient disponibles que pour les membres de haut rang de l'aristocratie guerrière, pas pour les roturiers.

&ldquoSeiler un peuple singulier a été enterré de cette manière», explique Seiler. &ldquoVous pouvez soupçonner qu'ils étaient les membres les plus distingués de la société contemporaine puisque les navires funéraires en général sont très rares».

L'homme dans l'une des tombes a été enterré avec une pléthore d'objets, tels que des armes, des boucliers et un peigne. Cependant, des restes d'animaux, dont un cheval et un chien, ont également été retrouvés. Les animaux, appartenant manifestement à l'homme, étaient placés à l'avant du bateau, tandis que le propriétaire se reposait à l'arrière.

Le corps apparemment en bon état, cependant, s'est avéré avoir un grand trou dans la tête. Le choc des archéologues était mêlé d'enthousiasme.

Ni som med spänning följt nyheterna om de nya båtgravarna i Gamla Uppsala har så klart inte missat SVT:s fina reportage från utgrävningen. https://t.co/mkXKpXE8kl

&mdash Musée Gamla Uppsala (@Gamla_Uppsala) 10 июля 2019 г.

&ldquoIl a été tué&rdquo, a suggéré l'ostéologue Caroline Arcini. &ldquoJe suis convaincu que la blessure a été causée par une épée. Ce qui m'étonne, cependant, c'est que nous ne pouvons pas trouver le morceau de crâne manquant&rdquo.

Une hypothèse est que l'homme a miraculeusement survécu à la blessure horrible. Cependant, selon Arcini, la mort était très probablement le résultat.

À l'heure actuelle, l'équipe archéologique bat son plein pour analyser et interpréter les découvertes afin d'apporter plus de lumière. &ldquoA suivre&rdquo, a promis Arcini.

Bien que l'âge exact des tombes reste incertain, la plupart des navires funéraires de ce type proviennent soit de l'âge viking (793-1066 après JC) soit de l'ère qui la précède immédiatement, connue sous le nom de période Vendel (500-793 après JC).

Plus tôt cette année, une autre découverte majeure associée aux premières pratiques funéraires nordiques a été faite en Scandinavie, lorsque des archéologues de l'Institut norvégien de recherche sur le patrimoine culturel (NIKU) ont localisé un énorme navire viking à l'aide d'une nouvelle technique avancée de radar à pénétration de sol dans le comté d'Oslashstfold, sud-est de la Norvège.

Dès le IVe siècle et au-delà, Gamla Uppsala était le principal centre religieux, économique et politique du monde nordique. Les premières sources écrites scandinaves le nomment comme la résidence de la légendaire dynastie Yngling. Pendant des siècles, il a servi de lieu à la Chose de tous les Suédois (environ une assemblée générale nordique). Lorsque la Suède est devenue une nation chrétienne, Gamla Uppsala est devenu l'archevêché de la Suède.

#GamlaUppsala, l'ancienne Uppsala, à quelques kilomètres au nord du centre d'Uppsala. Voici les tumulus des anciens rois, les restes de l'ère viking et les grandes peintures murales de l'église médiévale en pierre #GamlaUppsalaKyrka. #Suède historique pic.twitter.com/i9bMrudkTS

&mdash Wenbing Wang (@WenbingWang) 3 июля 2019 .​

En rapport:

Tous les commentaires

En réponse à (Afficher le commentaireMasquer le commentaire)
Conseillé
Multimédia

Tendance

Bonjour, !

Bonjour, !

Bonjour, !

Le fait d'enregistrer et d'autoriser les utilisateurs sur les sites Web de Sputnik via le compte des utilisateurs ou les comptes sur les réseaux sociaux indique l'acceptation de ces règles.

Les utilisateurs sont tenus de respecter les lois nationales et internationales. Les utilisateurs sont tenus de parler avec respect aux autres participants à la discussion, aux lecteurs et aux personnes référencées dans les messages.

L'administration des sites a le droit de supprimer les commentaires rédigés dans des langues autres que la langue de la majorité du contenu des sites.

Dans toutes les versions linguistiques des sites Web sputniknews.com, tous les commentaires publiés peuvent être modifiés.

Un commentaire d'utilisateur sera supprimé s'il :

  • ne correspond pas au sujet du message
  • promeut la haine et la discrimination sur une base raciale, ethnique, sexuelle, religieuse ou sociale ou viole les droits des minorités
  • viole les droits des mineurs, leur causant un préjudice sous quelque forme que ce soit, y compris un préjudice moral
  • contient des idées de nature extrémiste ou appelle à d'autres activités illégales
  • contient des insultes, des menaces envers d'autres utilisateurs, des individus ou des organisations spécifiques, dénigre la dignité ou sape la réputation des entreprises
  • contient des insultes ou des messages exprimant un manque de respect envers Spoutnik
  • viole la vie privée, distribue des données personnelles de tiers sans leur consentement ou viole la confidentialité de la correspondance
  • décrit ou fait référence à des scènes de violence, de cruauté envers les animaux
  • contient des informations sur les méthodes de suicide, incite au suicide
  • poursuit des objectifs commerciaux, contient de la publicité inappropriée, une publicité politique illégale ou des liens vers d'autres ressources en ligne contenant de telles informations
  • fait la promotion de produits ou de services de tiers sans autorisation appropriée
  • contient un langage offensant ou blasphème et ses dérivés, ainsi que des allusions à l'utilisation d'éléments lexicaux entrant dans cette définition
  • contient du spam, fait de la publicité pour le spam, des services de courrier de masse et fait la promotion de programmes d'enrichissement rapide
  • promeut l'usage de stupéfiants/substances psychotropes, fournit des informations sur leur production et leur utilisation
  • contient des liens vers des virus et des logiciels malveillants
  • fait partie d'une action organisée impliquant de gros volumes de commentaires au contenu identique ou similaire ("flash mob")
  • « inonde » le fil de discussion d'un grand nombre de messages incohérents ou non pertinents
  • viole l'étiquette, présentant toute forme de comportement agressif, humiliant ou abusif (« trolling »)
  • ne suit pas les règles standard de la langue anglaise, par exemple, est tapé entièrement ou principalement en lettres majuscules ou n'est pas décomposé en phrases.

L'administration a le droit de bloquer l'accès d'un utilisateur à la page ou de supprimer le compte d'un utilisateur sans préavis si l'utilisateur enfreint ces règles ou si un comportement indiquant cette violation est détecté.

Les utilisateurs peuvent initier la récupération de leur compte / débloquer l'accès en contactant les modérateurs à [email protected]

  • Objet - la restauration du compte / déverrouiller l'accès
  • Identifiant d'utilisateur
  • Une explication des actions qui ont enfreint les règles ci-dessus et ont entraîné le verrouillage.

Si les modérateurs jugent possible de restaurer le compte / débloquer l'accès, ce sera fait.

En cas de violations répétées des règles ci-dessus entraînant un deuxième blocage du compte d'un utilisateur, l'accès ne pourra pas être restauré.


Des chercheurs fouillant l'enterrement d'un navire viking norvégien trouvent des vestiges de la société d'élite

Cet été, les archéologues norvégiens se sont lancés dans une entreprise ambitieuse et délicate, tentée pour la dernière fois dans le pays il y a plus de 100 ans : l'excavation complète d'un enterrement de navire viking.

En mai, le gouvernement norvégien a consacré environ 1,5 million de dollars américains à l'excavation du navire Gjellestad, un projet urgent, car la structure en bois du navire est menacée par de graves attaques fongiques. Après que les archéologues se soient installés dans une grande tente dans une ferme du sud-est de la Norvège, ils ont commencé le processus laborieusement lent de creusement, a rapporté Christian Nicolai Bjórke pour le diffuseur norvégien NRK en août.

Maintenant que les fouilles doivent se poursuivre jusqu'en décembre, de nouvelles recherches continuent de faire la lumière sur l'histoire du site de sépulture. Dans une étude publiée cette semaine dans la revue Antiquité, des chercheurs de l'Institut norvégien de recherche sur le patrimoine culturel (NIKU) ont révélé que le navire viking n'avait pas été enterré tout seul. Selon une déclaration de NIKU, un radar à pénétration de sol (GPR) a identifié une salle de fête, une ferme, un temple et des traces de 13 tumulus funéraires supplémentaires à proximité - toutes les découvertes indiquent que le site servait autrefois d'espace crucial pour le rassemblement, le festin, le gouvernement et l'enterrement.

Des chercheurs utilisant le GPR ont découvert le navire de 60 pieds de long caché à seulement 20 pouces sous la surface d'un champ agricole à l'automne 2018. L'enterrement du navire a probablement servi de lieu de repos final à un puissant roi ou reine viking décédé plus d'un il y a mille ans, rapporta Andrew Curry pour National Geographic à l'époque.

Une carte des résultats de la numérisation GPR près de Jell Mound révèle un certain nombre de structures différentes entourant l'enterrement du navire. (NIKU) Les chercheurs ont utilisé un radar à pénétration de sol pour étudier les champs près du Jell Mound dans le sud-est de la Norvège à l'automne 2018. (NIKU) Dans l'étude, les chercheurs ont indiqué comment les cimetières de monticules de l'ère viking se sont développés dans la région de Gjellestad. Lorsque le navire viking a été enterré près du Jell Mound vers 800 après J. (NIKU)

Les dernières découvertes de l'équipe indiquent que le site de Gjellestad a été actif pendant une période clé de l'histoire scandinave : entre le tumulte politique qui a suivi l'effondrement de l'Empire romain au Ve siècle après JC et la montée des Vikings en Norvège au début du IXe siècle. .

Les archéologues ont trouvé le vaisseau enterré sous des terres agricoles plates adjacentes au Jell Mound, le deuxième plus grand monticule funéraire en terre de Scandinavie. Le navire viking a été enterré vers 800 après JC, tandis que le Jell Mound date du début de la fin de l'âge du fer nordique (environ 550 à 1050 après JC).

"Nous suggérons que le site trouve ses origines dans un cimetière de tumulus ordinaire, qui a ensuite été transformé en un cimetière de haut rang représenté par des tumulus monumentaux, des bâtiments de salle et un enterrement de navire", écrivent les chercheurs dans l'étude.

Dans la déclaration, l'auteur principal Lars Gustavsen ajoute : « Le site semble avoir appartenu au plus haut échelon de l'élite de l'âge du fer de la région et aurait été un point focal pour l'exercice du contrôle politique et social de la région. .”

Certains des tumulus récemment découverts détaillés dans l'étude NIKU mesurent 98 pieds de large, rapporte Mindy Weisberger pour Sciences en direct. Les archéologues ont utilisé le GPR pour identifier deux grands monticules circulaires, sept monticules plus petits situés un peu au nord et quatre structures de peuplement rectangulaires. L'un des plus grands bâtiments ressemble à d'autres salles de fête viking connues.

Dans l'ensemble, le vaste réseau de lieux de sépulture et de rassemblement communautaire à Gjellestad indique qu'une société riche a habité la région pendant des générations. De plus, les constructeurs de sépultures de navires de l'ère viking étaient impatients d'affirmer leur influence politique en créant une sépulture de navires au sommet de tumulus centenaires, « l'expression ultime du statut, de la richesse et de la connexion dans la Scandinavie de l'âge du fer ». 8221 selon le papier.

Comme le dit Gustavsen Sciences en direct, « Nous pensons que l'inclusion d'une sépulture de navire dans ce qui était probablement un cimetière déjà existant et de longue durée de vie était un effort pour s'associer à une structure de pouvoir déjà existante. »

L'enterrement du navire de Gjellestad partiellement intact est l'un des rares connus à avoir survécu jusqu'à nos jours. Les archives historiques indiquent que les enquêteurs ont déterré une partie du navire au XIXe siècle, a déclaré Gustavsen à Harry Clarke-Ezzidio à CNN. À l'époque, les habitants ignorant l'importance du navire ont brûlé bon nombre de ses restes en bois, ne laissant derrière eux qu'une partie de la structure en bois du navire.

Au milieu du 20e siècle, les agriculteurs ont involontairement installé un tuyau de drainage sur le dessus du navire. Le tuyau a laissé échapper de l'air dans la structure en bois et a permis à des champignons destructeurs de proliférer, a rapporté Bjørke pour NRK en septembre. Maintenant, le gouvernement s'empresse de terminer les fouilles avant que le navire ne puisse pourrir davantage.

"C'est une opportunité unique, c'est juste dommage qu'il en reste si peu", a déclaré Gustavsen à CNN. “Ce que nous devons faire, c'est utiliser la technologie moderne et l'utiliser avec beaucoup de prudence. En faisant cela, nous espérons pouvoir capturer quelque chose de ce navire et pouvoir dire quelque chose sur le type de navire dont il s'agissait.”


Des archéologues suédois découvrent deux navires funéraires vikings avec des restes humains

Les archéologues ont trouvé deux navires funéraires vikings près d'un presbytère dans le village de Gamla Uppsala, en Suède. Cette découverte « sensationnelle » a été déterrée accidentellement alors que des ouvriers se trouvaient sur le site pour s'apprêter à construire une extension à côté de l'église. La découverte des navires funéraires est assez rare car seulement dix autres ont été trouvés auparavant dans le pays.

Les bateaux de taille normale étaient utilisés comme navires funéraires pour des personnes importantes ayant des normes sociales élevées et étaient parfois enterrés avec des cadeaux et plusieurs autres objets. L'un des deux navires funéraires était encore intact et à l'arrière du bateau se trouvait un homme qui a été enterré avec son chien et son cheval. Une épée, un bouclier, une lance, un peigne orné et des accessoires en fer (probablement pour l'équipement du cheval) ont également été découverts.

Navire funéraire viking (pas ceux découverts en Suède)

Le deuxième bateau, qui a plus que probablement été endommagé lors de la construction du sous-sol du presbytère, semble être le plus grand des deux navires puisqu'il mesure environ 23 pieds de long. De plus, des rivets de bateau en fer et en bois de planches ont été découverts.

Les navires funéraires étaient principalement utilisés à l'époque viking (800 à 1050 après JC), même si la pratique la plus courante consistait à faire incinérer le défunt. Les navires étaient utilisés pour des gens qui avaient beaucoup de respect et de statut élevé. Anton Seiler, archéologue chez Arkeologerna, a déclaré : « C'est un petit groupe de personnes qui ont été enterrées de cette manière. Vous pouvez soupçonner qu'il s'agissait de personnes distinguées dans la société de l'époque puisque les navires funéraires en général sont très rares. Il a ajouté : "Il s'agit d'une fouille unique, le dernier navire funéraire a été examiné il y a 50 ans."

Un autre navire funéraire viking (pas ceux découverts en Suède)

Une partie de ce qu'ils ont découvert sera exposée au musée Gamla Uppsala et au musée d'histoire suédois de Stockholm. Vous pouvez voir ici des photos de ce que les archéologues ont découvert en Suède.

En mars de cette année, un autre navire funéraire viking a été découvert à environ 100 km au sud d'Oslo, en Norvège. Les archéologues de l'Institut norvégien de recherche sur le patrimoine culturel ont utilisé un radar à pénétration de sol avancé pour trouver le navire de 66 pieds de long. Ils ont également remarqué une dépression de forme ronde autour du navire qui pourrait indiquer qu'un monticule était autrefois là avant d'être enlevé.


Facebook

Enterrements de bateaux vikings de Salme. ou, Salmé. les 'Premiers Vikings' :

Les navires Salme sont deux navires à clins [https://en.wikipedia.org/wiki/Clinker_(boat_building)] d'origine scandinave découverts en 2008 et 2010 près de Salme [https://en.wikipedia.org/wiki/ Salme_Parish] village sur l'île de Saaremaa [https://en.wikipedia.org/wiki/Saaremaa], Estonie [https://en.wikipedia.org/wiki/Estonia]. Les deux navires ont été utilisés pour les enterrements de navires ici vers 700-750 après JC à l'âge du fer nordique [https://en.wikipedia.org/wiki/Iron_Age_Scandinavia] et contenaient les restes de plus de 40 guerriers tués au combat, ainsi que de nombreux armes et autres artefacts. }
[https://en.wikipedia.org/wiki/Salme_ships]

Deux navires remarquables peuvent montrer que la tempête Viking se préparait bien avant leur assaut sur l'Angleterre et le continent

Selon les historiens, l'ère viking a commencé le 8 juin 793 après JC, dans un monastère insulaire au large des côtes du nord de l'Angleterre. Une chronique contemporaine a enregistré le moment avec une brève entrée: "Les ravages des hommes païens ont misérablement détruit l'église de Dieu sur Lindisfarne, avec pillage et massacre." Les « hommes païens » étaient des Vikings, de féroces guerriers qui ont navigué depuis la Scandinavie et ont attaqué leurs proies en Europe et au-delà dans des navires élégants et rapides. Au cours des siècles qui ont suivi, les navires des Vikings les ont transportés profondément en Russie et aussi loin au sud que Constantinople, la Sicile et peut-être même l'Afrique du Nord. Ils ont organisé des flottilles capables de transporter des guerriers sur de vastes distances et ont terrorisé les côtes anglaises, irlandaises et françaises avec des raids rapides comme l'éclair. Des voyages d'exploration vers l'ouest les ont menés jusqu'en Amérique du Nord.

L'explosion des Vikings à travers l'Europe, l'Asie et les Amériques était le résultat d'une bonne combinaison d'outils, de technologie, d'aventure et de férocité. Ils sont devenus connus comme une force imparable capable de faire des raids et de commercer sur quatre continents, mais notre compréhension de ce qui a conduit à ce jour de juin sur Lindisfarne est étonnamment fragile. Une découverte récente sur une île baltique éloignée commence à changer cela. Deux navires remplis de guerriers tués découverts sur l'île estonienne de Saaremaa pourraient aider les archéologues et les historiens à comprendre comment les navires de guerre des Vikings sont passés d'embarcations à rames à courte portée à des voiliers d'où venaient les premiers guerriers et comment leurs tactiques de combat se sont développées. "Nous sommes tous d'accord pour dire que ces sépultures sont d'origine scandinave", déclare Marge Konsa, archéologue à l'Université de Tartu. « C'est notre premier aperçu de l'ère viking. »

Entre eux, les deux bateaux contiennent les restes de dizaines d'hommes. Sept gisaient au hasard dans le plus petit des deux bateaux, qui a été trouvé en premier. A proximité, dans le plus grand navire, 33 hommes ont été enterrés dans un tas bien rangé, empilés comme du bois, avec leurs armes et leurs animaux. Le site semble être une fosse commune aménagée à la hâte, le dernier lieu de repos des guerriers scandinaves tués lors d'un raid malheureux sur Saaremaa, ou peut-être attaqués sur une plage isolée par des rivaux. Les archéologues pensent que les hommes sont morts dans une bataille entre 700 et 750, peut-être presque un siècle avant le début officiel de l'ère viking. C'était une époque que les érudits appellent la période Vendel, une période de transition qui n'était pas connue auparavant pour les voyages de grande envergure, ou même pour les voiles. Les deux bateaux eux-mêmes témoignent des formidables transformations technologiques de la Baltique au VIIIe siècle.

En 2008, des ouvriers creusant des tranchées pour les câbles électriques dans la petite ville insulaire de Salme ont découvert des ossements humains et une variété d'objets étranges qu'ils ont empilés sans ménagement à côté de leur tranchée. Les autorités locales ont d'abord supposé que les restes appartenaient à un soldat malchanceux de la Seconde Guerre mondiale, jusqu'à ce que Konsa arrive et reconnaisse un fer de lance et des pièces de jeu en os sculpté parmi les artefacts, des signes évidents que les restes appartenaient à quelqu'un d'un conflit beaucoup plus ancien. Avec une petite équipe, Konsa a creusé un peu plus profondément et a rapidement trouvé des traces de la coque d'un bateau. Presque tout le bois de l'engin avait pourri, ne laissant que des décolorations dans le sol. Mais 275 des rivets en fer qui maintiennent le bateau ensemble sont restés en place, permettant aux chercheurs de reconstituer les contours de l'embarcation de 38 pieds de long.

Bientôt, Konsa réalisa qu'elle avait trouvé quelque chose d'unique pour ce lieu et cette période. "Ce n'est pas un bateau de pêche, c'est un bateau de guerre", dit Konsa. "C'est assez rapide et étroit, et aussi assez léger." Sur la base de la datation au radiocarbone de minuscules fragments de bois de bateau, Konsa estime que le navire a été construit entre 650 et 700, et peut-être réparé et réparé pendant des décennies avant d'effectuer son dernier voyage. Il n'avait pas de voile et aurait été ramé sur de courtes distances le long de la côte baltique, ou entre les îles pour faire le voyage de la Scandinavie aux terrains de chasse des marins plus à l'est. À partir d'os trouvés à l'intérieur du bateau, Konsa a reconstitué les restes des sept hommes, tous âgés de 18 à 45 ans. Elle a également trouvé des couteaux, des pierres à aiguiser et un peigne en os parmi les restes. L'engin était une découverte remarquable, le premier bateau de ce type jamais récupéré en Estonie, avec les corps de son équipage tué. }
[https://www.archaeology.org/issues/95-1307/features/941-vikings-saaremaa-estonia-salme-vendel-oseberg]

{L'âge des Vikings a commencé plus tôt que prévu - Découverte des sépultures du navire de Salme, Estonie :

Des archéologues estoniens ont fait une découverte sensationnelle : une fosse commune comprenant deux sépultures de navires vikings. L'histoire du Viking doit être réécrite. Les navires Salme sont deux navires construits à clin de l'ère viking qui ont été découverts en 2008 près du village de Salme à Saaremaa, en Estonie. Les deux navires ont été utilisés pour l'enterrement des navires vers 750 après JC et contenaient les restes de plus de 40 guerriers tués au combat, ainsi que de nombreuses armes et autres artefacts.

Les navires ont été découverts en 2008 lors de travaux de terrassement pour la construction d'infrastructures. Une expédition archéologique travaille sur le site depuis 2008. Il est possible qu'au moins un autre navire soit encore à découvrir lors de futures fouilles. Les navires étaient situés près de l'ancienne côte, à environ 1,5 m au-dessus du niveau de l'eau. L'emplacement est à 230 m de la côte moderne et à 4 mètres au-dessus du niveau de l'eau moderne.

Navires Les deux navires Salme sont construits en clinker. L'un des navires mesure 11,5 m de long et 2 m de large, le second plus de 17 m de long et 3 m de large. Restes humains Des restes squelettiques appartenant à au moins 42 individus ont été découverts dans les deux navires. La plupart appartenaient à des hommes de 30 à 40 ans qui avaient été tués au combat. Le plus petit navire contenait les restes squelettiques de 7 individus. Il y avait au moins 36 individus enterrés dans quatre couches dans le grand navire. En savoir plus sur cette découverte sur Wikipedia.

La grande découverte signifie que l'ère viking a commencé plus tôt et que l'on croyait, et l'histoire doit être réécrite.

{Provenance isotopique des sépultures du navire Salme dans l'Estonie de l'ère pré-Viking :

Les enterrements de navires sont une caractéristique bien connue de l'archéologie scandinave de l'ère viking, mais la découverte de 41 individus enterrés dans deux navires en Estonie appartient à la période pré-viking et est la première du genre en Europe. Les deux équipages ont connu une fin violente vers 750 après JC et ont été enterrés avec une variété d'armes, d'outils, de pièces de jeu et d'os d'animaux richement décorés. Les riches objets funéraires suggèrent qu'il s'agissait d'une délégation diplomatique protégée par une cohorte de guerriers d'élite. Ils étaient armés d'épées de conception scandinave, peut-être de la région de Stockholm-M¨ alaren, et l'analyse des isotopes stables est cohérente avec le fait que ce soit la patrie probable de l'équipage. }
[http://www.academia.edu/27175469/Isotopic_provenancing_of_the_Salme_ship_burials_in_Pre-Viking_Age_Estonia]

{Salme Boat Restes – une découverte arhéozoologique unique :

En Europe du Nord, les inhumations en bateau étaient courantes à la fois sur la côte ouest et est de la Finlande, dans différentes régions de Suède, sur la côte de la Norvège, sur les îles Åland, sur les îles danoises et dans le Jutland, mais aussi en Islande, en Grande-Bretagne et sur la côte sud de la Bretagne. Au cours de l'ère viking, cette forme d'enterrement s'est répandue encore plus loin et on sait que les enterrements en bateau ont eu lieu également en dehors de la Scandinavie.

Jusqu'à la découverte du premier bateau Salme en 2008, aucune trace de sépulture de bateaux n'avait été trouvée en Estonie. Le premier bateau Salme remonte à la fin du 7ème - au début du 8ème siècle, et comme aucun matériel de ce type n'a été trouvé en Estonie auparavant, les seuls parallèles dans le matériel arhéozoologique peuvent être trouvés dans les découvertes similaires des pays voisins. des pays.

Le premier bateau Salme contient une grande quantité d'ossements d'animaux : plus de 700 fragments d'os distinguables. Du point de vue des espèces, le bateau contient des ossements de bovins (328 au total), des ossements de moutons, de chèvres et de porcs (le nombre total d'os de moutons et de chèvres s'élève à 326) ainsi que les ossements de l'Autour des palombes et de l'Épervier d'Europe. . The animals were placed into the boat in bigger or smaller pieces, and not as a whole.

From nearly all the Vendel era and Viking Age boat burials in Sweden, horse and dog bones have always been found in the boats. The first Salme boats completely lacks both – and it is the dog bones that usually form a very regular element in the boat burials’ findings. This is also one of the main differences that separates the boat complex found in Salme from all the other boat burials researched in everywhere else. In addition, it is also quite surprising that the remains found in Estonia nearly don’t contain any bones from the head area (except for a skull of a billy and a fang of a sow).

Although there have been many findings from the Vendel and Viking era in the Scandinavian countries, the Salme boat burial is not just a new dot on the distribution map, but a completely unique finding that stands out both by the number of people laid to rest in those boats and by the unique content of the boats in the general.

In the autumn of 2008, more objects and bones were found a couple of dozens of meters away. During the excavation of 2010, another vessel was found in the said spot – a vessel significantly bigger than the first Salme boat, and also filled with human bones, objects and animal bones. The second Salme boat has so far revealed the bones of at least two dogs, but no horse bones as yet.

Both of the excavations were undertaken by a joint team of the University of Tallinn and the University of Tartu and were follow by further investigations at Salme in 2011 and 2012. }
[http://researchinestonia.eu/2014/02/salme-boat-remains-a-unique-arheozoological-finding/]

In 2008, workmen digging trenches for electrical cables in the Estonian island town of Salme uncovered human bones and a variety of objects that they piled next to their trench.

At first the bones were thought to be from a soldier killed in World War II, but archaeologists realized that the objects dated to the Viking period.

A small team of archaeologists working under Marge Konsa, an archaeologist at the University of Tartu, started excavating and soon found the hull of a ship. . Nearly all of the ship's timber had rotted away, leaving behind only discolorations in the soil. But 275 of the iron rivets remained in place, allowing the archaeologists to reconstruct the outlines of the 38-foot-long craft.

Eventually, two ships filled with the bodies of warriors were uncovered. These are unusual in that no ship burials have been found this far east, and they differ from the normal ship burials in the fact that they contain so many bodies.

In fact, the burials appear to have been a rushed job with just the bodies being covered with sand.

"It is an amazing find," says John Ljungkvist, an expert in Iron Age burials at Uppsala University in Sweden. "It seems like a post-battlefield burial, but carries a lot of elements of a boat burial. They don't have the time or the logistics to do a regular boat burial, and instead have to make a mass grave."

It appears that the ships were then abandoned on the beach. Peets and Konsa think a heavy fall or winter storm might have washed up enough sand and gravel to partially fill in and cover the crafts.

Over time, the coastline receded, leaving the boat grave c. 200 metres from the beach and c. 4 metres above the waterline. }
[http://viking.archeurope.info/index.php?page=salme-ship-burials]

{Site of the ancient Salme ship:

In 2008, two wrecks of ancient ships were discovered in the ground in Salme rural municipality which changed the course of naval history. This is the oldest ship wreck found in Estonia that dates back to the 8th century. The ship was discovered with the skeletal remains of seven people, two swords, a couple of spear heads, about ten knives, gaming pieces and some dice.

According to archaeologists, this find is unique in the entire Europe because never before has anyone discovered a so-called warrior burial dating from that period and containing so many fallen warriors.

The ancient ships were covered with soil after research was completed. Today, a row of concrete benches indicating the size of the ships and an information board stand at the site. }
[https://www.visitestonia.com/en/site-of-the-ancient-salme-ship]

"Estonia: Salme Ship Burials"

Revealing a grim cargo of elite Viking warriors

Warriors cut down in battle on the Estonian island of Saaremaa were buried aboard their ship – the earliest known Viking vessel to sail across the Baltic Sea. Nearby is a smaller boat, its slain sitting eerily upright. Who are these dead men? Jüri Peets reveals his discovery of a mysterious double Viking ship burial.

Bone and ancient artefacts began to appear almost as soon as workmen cut into the earth. They were laying an electric cable for a cycle path through the tiny village of Salme on the island of Saaremaa in Estonia. Work stopped immediately, and the archaeologists were called in.

That was in 2008. By the time excavations were complete, in 2012, they had revealed a most extraordinary discovery: two Viking boat burials, within 30m (98ft) of each other, and both dating to about AD 750, the very beginning of the Viking period.

The larger of the vessels is the first known example of a sailing ship to cross the Baltic Sea. Both are about 100 years older than the Oseberg boat in Norway – the earliest example of a Viking boat to be found in the region. And both bore a grim cargo: the remains of several men killed in battle. Alongside the dead were the possessions they had carried with them in life: their weapons, gaming pieces, knives, whetstones, and combs.

None of the artefacts recovered at Salme come from this region: they belonged to a style associated with Scandinavian settlements across the Baltic Sea. These men, then, were strangers to these shores.

Finding the first burial
This smaller vessel was the first to be discovered. When the archaeologists, led by Jüri Peets of Tallinn University, began excavation at Salme, they recovered fragments of bent swords, boat rivets, and two antler dice from soil disturbed by the workmen digging the cable trench.

As the archaeologists continued to sift through the soil, they found more fragments of weapons, human and animal bones, and a total of 75 gaming pieces turned from whale bone or made from bovine femur-heads. Five of these gaming pieces are decorated with engraved ornamentation.

The style of weapon fragments suggests they belong to the Vendel Period or the beginning of the Viking Age, about AD 600-800. They had been deliberately damaged by bending, hacking, and breaking – a common practice during this period – and showed evidence of having been in a fire. Subsequent carbon-14 analyses of the human and animal bones confirmed a date of about AD 750, the late Pre-Viking Period.

The cable trench had cut through the stern of the boat – Salme I – but a section of the prow was still evident. Most of the wood had rotted away. However, the archaeologists were able to trace the lower section of the boat’s original contours by the three rows of rivets that remained.

The boat, therefore, was clinker-built – that is, the hull was formed by overlapping planks secured by rivets. It was about 11.5m (38ft) long with a maximum width of about 2m (6ft 6in). Its size and shape suggest it would have been a 12-oar rowing vessel. The rivets are only about 3-4cm (1-1.5in) long, which means the planks would have been very thin. So, Salme I was light, fast, and easy to manoeuvre: almost certainly a military ship.

The skeletal remains of seven individuals were recovered. All seven are male, and all are of impressive stature. Three of the men were more than 30 years old when they died, the others were under 30 years of age. Examination of the osteological and dental evidence showed that this crew enjoyed good health – and only one of them suffered tooth decay.

The prow of the boat points to the north-east, and most of the human remains were found to the middle and stern. Because part of the boat was destroyed by the cable trench, it is difficult to ascertain exactly how or where they were positioned. However, no traces of human or other remains associated with the boat were found outside the hull’s contours in areas not affected by the trench disturbance, suggesting all seven had been buried within it. Strangely, the undamaged articulated skeletal remains indicated that rather than being laid flat, the men were buried in a sitting position – perhaps at what would have been their work-stations during life.

The animal bones recovered showed butchery marks. Perhaps they were part of a funerary feast, or supplies the crew had brought along for themselves. Interestingly, several decapitated goshawks and a sparrowhawk were also found. These birds of prey would have been used for hunting fresh food for the crew as they travelled along the shoreline.

What is absent can be as significant as what is present: usually horse and dog bones are included in Viking boat burials as prestige possessions of the deceased, yet none were recovered from Salme I. These, men were buried far from home, with only the possessions they carried aboard ship with them during their lifetime.

Finding the second ship
In 2010, the team of archaeologists extended their search. The new area took in the yard that belonged to a farm, demolished by a destroyer battalion of the Red Army in the autumn of 1941. Almost immediately, pieces belonging to two sword hilts were uncovered, along with a scattering of boat rivets and then more finds.

Lying about 15-20cm (6-8in) below the surface, were the contours of a second Vendel-era ship. Like Salme I, it pointed in a north-east/south-west direction. The size of the rivets and the distance between the board contours – about 3.20m (10ft) – indicated immediately that this vessel was considerably larger than the first. The ditch cut for the electrical cable crossed the excavation trench but this, rather fortuitously, exposed an important clue: the dark, rotted outline of the ship’s keel beneath the hull. Salme II, then, was a sailing ship.

This ship, Salme II, also carried crew: two well-preserved human skeletons lay on the western side of the hull. Beside them were two shield bosses, several sword fragments, and a complete skeleton of a dog that had been slashed in two.

These individuals had met with a violent end. The humerus of one had been chopped through in three places the other had two injuries made to the front of his skull by either a sword or an axe.

As excavation continued, it became clear that there were many more skeletons here. This was, in effect, a closely packed multi-layered mass grave: a staggering 33 individuals were eventually revealed, packed four deep. The human remains and grave goods were located in several layers in a very small area in the middle of the boat. As a result, it was often difficult to determine which of the find assemblages belonged to which skeletons. This work continues in the laboratory, and the final results will have to wait until further extensive analysis of the finds is completed.

A large calibre shell or bomb, almost certainly courtesy of the Red Army on their return in 1944, had slightly damaged the hull of the boat. But as the crater had filled up again, some bones, boat rivets and other artefacts had fallen into it. Among these finds were four gaming pieces, one made from walrus tusk, as well as fragments of two single-edged swords and a broken double-edged sword. The double-edged sword was, rather curiously, discovered in an upright position directly beneath the yellow-mantled cable.

The dead on Salme II were buried in four layers: those in the bottom layer had been arranged between the ribs of the ship, some facing south-east, some north-west. It appears, therefore, that the orientation of the ship, along the north-east/south-west axis – which, in summer, follows the line of the Milky Way, or ‘Souls’ Way’ – was of more importance symbolically than the orientation of the dead. Most Scandinavian ship burials lie more or less along this axis.

The largest group of finds from Salme II – aside from rivets, of which there were about 1,000 – are the gaming pieces. Two were made from walrus tusk, and 326 from whale bone. Five or six dice, of different materials, were also recovered.

Most of the gaming pieces are similar in shape, material, and size to those found in the first burial. However, a set of 11, found around the skull of Skeleton XIV on Salme II, are considerably smaller than the rest. Also, while the gaming ‘king’ from Salme I was larger than other pieces and was covered with intricate plaited decoration, the ‘king’ from this assemblage simply had an iron tack on top.

A larger ‘king’ piece was found in the jaw region of Skeleton XIV, as if deliberately placed in the dead man’s mouth. Was this a symbolic act denoting this person’s higher status? Certainly, this individual was richly furnished with grave goods that included fragments of a double-edged sword with a ringed hilt of gilt bronze. Furthermore, he was positioned along the central axis of the boat.


Two Viking Age ship burials discovered in Sweden

The two boat burials were found during an excavation at the vicarage in Gamla Uppsala last autumn. A medieval cellar and a well were excavated and then one of the boats was observed beneath the more modern structures. The two boat burials have been excavated during the last month and the results are sensational. “This is a unique excavation, the last burial ship here was excavated 50 years ago,” says archaeologist Anton Seiler.

A ship burial was a specific funeral practice in which the dead person was placed in a ship or boat often along with rich gifts like jewellery or sets of weapons and other objects. This kind of grave typically dates back to the Vendel Period (around 550–800 AD) or the Viking Age (800–1050 AD), when it otherwise was common to cremate the dead. The graves can therefore be very well preserved. This custom was probably reserved for people of a higher social standing in society.

Paleontologist Ola Magnell and archaeologist Anton Seiler at the site. Photo credit: The Archaeologists, National Historical Museums

In Sweden, only around ten boat burial sites of this kind have been discovered previously, mainly in the provinces of Uppland and Västmanland in central Sweden.

“It is a small group of people who were buried in this way. You can suspect that they were distinguished people in the society of the time since burial ships in general are very rare,” says Anton Seiler, who works at The Archaeologists, part of the National Historical Museums in Sweden.

One of the two newly discovered graves was intact while the other was damaged, probably when the much later cellar, dating from the16th century, was built. Remains of a man was found in the stern of the intact boat burial. A horse and dog, that probably belonged to the man were found in the bow, they might have been sacrificed to accompany him in death. Archeologists also found personal items including a sword, spear, shield, and an ornate comb. Wood and clinch-nails of iron that were used in the construction of the boats were also found.

The fact that it’s an intact grave undisturbed by plundering, makes this a particularly interesting opportunity to study these kind of rare burial traditions with modern scientific analysis methods and documentation techniques. This is the first time in Sweden these kind of methods are used in relation to this grave type.

The horse skeleton. Photo credit: The Archaeologists, National Historical Museums

”It is extremely exciting for us since boat burials are so rarely excavated. We can now use modern science and methods that will generate new results, hypotheses and answers. We will also put the boat burials in relation to the very special area that is Old Uppsala and the excavations done here before”, added Seiler.


The famous marauders, explorers, traders, and colonists who transformed northern Europe between AD 750 and 1100 continue to hold our fascination. The Vikings are the subject of major new museum exhibitions now circulating in Europe and a popular dramatic television series airing on The History Channel.

Recent years have revealed many spectacular new finds from the Viking age that expand our understanding of their lives and times. Some of these finds — from England and Estonia, reveal the warrior/raider side of Viking life and the dangers therein. Discoveries from Denmark document the extraordinary quality of their ships and shed light on the nature of political and military organization in the Viking period.

Ridgeway, England. The English did not warmly welcome their Viking visitors. Conflict appears to have been common. There is dramatic evidence for this at several places in southern England, especially at a site called Ridgeway near Weymouth, not far from Dorset. During highway construction in 2009, a mass grave was found containing 54 headless human skeletons and a pile of 51 detached skulls that had been cast into an old quarry from Roman times. The grave is dated to around AD 1000. The bodies were those of young men, most less than 30 years of age, who were executed following a violent encounter. Isotopic evidence indicates these men were not natives and may well have come from Scandinavia. The evidence is consistent with a Viking raiding party—50-some men might constitute the crew of a Viking longship with 25 pairs of oars. Perhaps this was a group of raiders who encountered a superior force. They must have been captured, taken to the old quarry, and slaughtered.

Salme, Estonia. Two buried Viking Age ships were uncovered at Salme, Estonia, between 2008 and 2012. Dated to ca. AD 750, these are the earliest known Viking ships to have crossed the Baltic and the earliest examples of mass ship burials. Buried with the two ships were the skeletal remains of 41 individuals, a variety of weapons and tools, and the bones of a number of animals. The materials appear to document the hasty burial of the two ships and the members of their crews who died violently. The grave-goods – weapons and other objects – were of Scandinavian design, largely unknown in Estonia. Isotopic ratios of strontium and oxygen in the tooth enamel of the deceased, in conjunction with the exotic artifacts, point to the Stockholm region of Sweden as a likely homeland.

Jelling, Denmark. Jelling is a sleepy village in the center of the Jutland peninsula with a well-deserved UNESCO World Heritage rating. A series of Viking Age monuments were placed there more than a thousand years ago including rune stones, two huge burial mounds, the largest-known stone ship setting, and an old church. A three-sided rune stone recounts how King Harald Bluetooth united the kingdom of Denmark, the first mention of the name of the modern nation. Harald also built two large burial mounds at Jelling for his parents. The North Mound sits at the center of the ship-shaped stone setting. The present stone church was originally built around AD 1100 and was likely the first such church in Jutland. There are also the foundations of wooden buildings beneath the stone church, two of which were probably wooden stave churches.

Interest in the Viking monuments has been ongoing for more than 400 years, but the surprises keep coming. Excavations since 2007 revealed an entirely new view, including a massive palisade enclosing a large area around the mounds. The entire palisade would have been ca. 1,440 m (4,800′) in length and enclosed some 12.5 ha (30 acres). The symmetry of the constructions is remarkable. The northern burial mound sits directly in the center of this huge timber palisade. The great stone ship setting runs from one end of the palisade to the other. The South Mound lies near the southern side of the palisade, and the largest rune stone at Jelling is exactly halfway between the two mounds. A series of three almost identical buildings were found around the northeast corner of the palisade. These houses are massive wooden halls with heavy walls of vertical timber and several interior divisions. These large buildings or halls were likely part of a magnate estate at Jelling. Thus this sleepy village was once the royal manor of Viking Denmark.

Vallø Borgring, Danemark. There were four known, almost identical Viking ring fortresses in Denmark before the summer of 2012, including the namesake tourist destination at Trelleborg on the island of Zealand. All built around AD 980, each of these fortresses was about a day’s march apart, between 30 and 40 km. But Danish archaeologists noticed there was a gap on the east coast of Zealand. Careful investigations, laser mapping of the landscape, and some trial trenches at a place near the modern town of Køge, south of Copenhagen, exposed evidence for a circular earthwork 145 m (500’) in diameter, the same size as some of the other known fortresses. In Viking times, this fort — known as Vallø Borgring — was strategically located at the intersection of the old road and a small navigable river. There may well be more Viking Age ring forts to be discovered, further documenting the might and sway of the Viking kingdom.

Roskilde, Denmark. The Viking Ship Museum in Roskilde, Denmark, holds the salvaged and reconstructed remains of five ships deliberately scuttled around AD 1070 to block the shipping channel and protect the Viking town. This Museum is one of the more popular tourist attractions in Denmark and has grown substantially over the years. Expansion to a new artificial island was planned and excavation of a channel to create this island began in 1997. Nine new ships were discovered during the digging and eventually removed. One of the ships, the Roskilde 6, is incomplete but estimated to have been 32 m (100′) in length, the longest known Viking warship. A ship of this size must have been the property of a king or noble. Both the timber and craftsmanship were of the finest quality. The ship would have had 78 rowing positions and a crew of 100 men. The mast would have held a single square sail of perhaps 200 m 2 (2,150 ft 2 ). The ship was built around AD 1025 and was finally put on exhibit in 2014 after years of conservation and analysis.

These new discoveries prod the imagination and inspire archaeologists, historians, and the general public to learn more about this dynamic period in Scandinavia. The end of the Viking period was ultimately brought about by the arrival of Christianity after AD 1000, leading to the onset of the Middle Ages and long centuries of oppression by the church and state. Some in Scandinavia today would prefer to see a return to the old ways the religious beliefs of the Vikings, as described in various sagas and myths, have been adopted by some modern individuals and groups. The Vikings are gone but certainly not forgotten!


Archaeologists uncover 1,000-year-old Viking ship burial site in Norway

Archaeologists in Norway have uncovered a unique Viking burial site, hidden deep underground, dating back over 1,000 years ago. Using only a radar, researchers identified a feast hall, cult house, farmhouse and the remnants of a ship.

According to a study published Wednesday in the journal Antiquity, the burial site is located in Gjellestad, in southeastern Norway. Gjellestad is home to the Jell Mound, which is one of the largest Iron Age funerary mounds in Scandinavia, according to the Norwegian Institute for Cultural Heritage Research.

Researchers were able to use a ground-penetrating radar (GPR) to map features below the Earth's surface, finding the site without having to dig underground. The research originally began in 2017 to look for at-risk burial sites ahead of a construction project.

Archaeologists classified the site as "high-status" after finding copper brooches and rings, a silver coin and, most notably, a gold pendant. Boats, which were symbols of safe passage into the afterlife, were also reserved for powerful Viking individuals.

"The site seems to have belonged to the very top echelon of the Iron Age elite of the area, and would have been a focal point for the exertion of political and social control of the region," lead author Lars Gustavsen said in a press release.

Interpretation map of the mound cemetery based on the full depth-range of the GPR dataset (left). Corresponding depth slices below the ground's surface (right). Map source: Kartverket/CC-BY-4.0. Figure by L. Gustavsen

GPR data revealed that the boat is about 62 feet long &mdash considered very large and rare &mdash and buried up to 4.6 feet underground. Though some have been demolished, the radar also revealed 13 burial mounds once existed in the area, some nearly 100 feet wide.

Trending News

The site offers unique insights into the lives of Viking people. In addition to the ship, researchers found a farmhouse, a large building they believe to be a feast hall and another structure that may have been a cult house or alternative religious structure.

Researchers believe the Jell Mound may have been used for centuries, possibly as early as the 5th century AD, though the ship appears to have been buried centuries later. It likely overlapped with a crucial period in Scandinavia's history, from the collapse of the Western Roman Empire to the rise of the Vikings.

"We suggest that the site has its origins in an ordinary mound cemetery, which was later transformed into a high-status cemetery represented by monumental burial mounds, hall buildings and a ship burial," researchers said.

A full excavation of the ship burial is currently underway, marking the first time a Viking ship burial has been excavated in almost 100 years &mdash the first with modern technology.

"It forms a stepping stone for further research into the development and character of social, political, religious, and economic structures in this tumultuous period," Gustavsen said.

First published on November 11, 2020 / 12:24 PM

© 2020 CBS Interactive Inc. All Rights Reserved.

Sophie Lewis is a social media producer and trending writer for CBS News, focusing on space and climate change.


Photos: Rare Viking Boat Graves Discovered in Sweden

All images courtesy Arkeologerna

Published Jul 5, 2019 7:25 PM by The Maritime Executive

Archaeologists in Sweden have uncovered two rare Viking-era boat burial sites during an excavation in Uppsala. It has been five decades since the last similar find in the area, and national archaeology agency Arkeologerna described the discovery as "sensational."

The team stumbled upon the burial sites during the excavation of more modern ruins in Old Uppsala. The boat graves were buried beneath a well and a cellar from later eras. One of the two graves was quite intact, with remains of a man at the stern of the boat and those of a horse and a dog found towards the bow. Personal items - a sword, a spear, a shield and a comb - were also laid within the vessel.

All images courtesy Arkeologerna

According to the agency, this kind of grave typically dates back to the Vendel Period (around 550&ndash800 AD) or the Viking Age (800&ndash1050 AD), when it was generally more common to cremate the dead. Remains in boat burials were not cremated, so the graves are often very well preserved.

&ldquoIt is a small group of people who were buried in this way. You can suspect that they were distinguished people in the society of the time since burial ships in general are very rare,&rdquo said Anton Seiler of the National Historical Museums in Sweden. "It is extremely exciting for us since boat burials are so rarely excavated. We can now use modern science and methods that will generate new results, hypotheses and answers."

Some of the results from the dig will be displayed at Gamla Uppsala Museum and Stockholm&rsquos Swedish History Museum.


Voir la vidéo: Découverte de la somptueuse chambre funéraire dune guerrière Viking (Octobre 2021).