Podcasts sur l'histoire

Histoire des navires de la marine américaine - Histoire

Histoire des navires de la marine américaine - Histoire

CE MOIS DANS L'HISTOIRE NAVALE

Graf Spee La première grande campagne navale de la Seconde Guerre mondiale a eu lieu lorsque la marine britannique a poursuivi le Graf Sree, un croiseur de bataille allemand qui avait pour mission d'attaquer les navires marchands britanniques. Entre le 30 septembre et le 7 décembre 1939, le Graf Spee, sous le commandement du capitaine Hans Langsdorff, coule neuf cargos d'un tonnage total de 50 089. Pas un seul membre d'équipage ou passager sur aucun des navires coulés n'a été tué.

La marine britannique a correctement déduit que le Graf Sree se dirigerait ensuite vers la zone au large de Montevideo pour intercepter davantage de navires. Une force opérationnelle britannique composée des croiseurs Ajax, Achilles et Exeter a convergé sur Graf Spree. Le matin du 12 décembre 1939, ils trouvèrent le Graf Spee. Le Graf Spee a ouvert le feu en premier, endommageant l'Exeter. Les trois troupes britanniques ont répondu. Les navires britanniques ont répondu. Dans la bataille qui a suivi, les navires britanniques et le Graf Spee ont été endommagés, mais l'effet cumulatif de trois navires britanniques a gravement endommagé le Graf Spee. Le Graf Spee s'est dirigé vers Montevideo en demandant du temps pour des réparations. Les Uruguayens ont refusé, tandis que les Britanniques ont précipité des forces supplémentaires vers Montevideo. Le capitaine Langsdorff décide alors de saborder le Graf Spee dans le port de Montevideo.

Pearl Harbor
La guerre entre le Japon et les États-Unis a commencé à 6h37 du matin du 7 décembre. Le destroyer Ward a chargé en profondeur un sous-marin japonais miniature à l'extérieur de l'entrée de Pearl Harbor. Aucun avertissement n'a été transmis aux commandants de Pearl Harbor. À 7h58, le mot est sorti AIR RAID PEARL Harbor-Ce n'est pas un exercice »
Lorsque les Japonais ont attaqué huit cuirassés, cinq croiseurs, vingt-six destroyers et divers autres navires auxiliaires étaient au port.
Le premier navire touché est le cuirassé West Virginia. Il a fallu une demi-douzaine de bombes et de torpilles. Le contrôle rapide des avaries de la part d'un couple d'officiers subalternes à bord du West Virginia l'a empêché de chavirer et ainsi il s'est redressé, sauvant la majorité de son équipage.
Le cuirassé Oklahoma a chaviré après avoir reçu cinq torpilles. 415 officiers et hommes sont descendus avec.
Le cuirassé Nevada était le seul cuirassé à décoller, mais il fut touché par cinq bombes. Il a été échoué à Waipo Point.

A 756, une bombe de 1 800 livres a explosé dans le magasin de munitions de l'Arizona. Il a déclenché une série d'explosions qui ont coulé le navire en quelques minutes, tuant 1 103 de ses 1 411 membres d'équipage.
A 8h04, deux torpilles ont frappé le cuirassé California, il a coulé lentement vers le fond.
Les cuirassés Tennessee et Maryland ont tous deux été endommagés par des bombes mais n'ont pas coulé. Le navire cible Utah a été touché par deux torpilles et il a chaviré. Finalement, le cuirassé Pennsylvania qui était en cale sèche a été touché par une bombe de 550 livres.

La marine britannique, sous la direction du premier ministre Churchill, a envoyé deux de ses principaux cuirassés, le Repulse et le Prince of Wales, dans le Pacifique. Les navires étaient censés être accompagnés du porte-avions Indomptable, mais celui-ci s'était échoué à la Jamaïque. Ainsi, le Repulse et le Prince of Wales partent de Singapour pour intercepter l'avancée des forces japonaises sans soutien aérien. Les Japonais suivaient la force et le 10 décembre, des avions japonais basés en Indochine (Vietnam) ont attaqué les navires britanniques. Au total, 85 avions japonais ont attaqué les deux navires de guerre. En quelques heures, les deux navires ont coulé. Les Japonais ont perdu quatre avions, les Britanniques deux de leurs navires les plus puissants. 840 officiers et hommes ont coulé avec les navires.

Le 29 décembre 1812 L'USS Constitution, commandé par le capitaine William Bainbridge, capture le HMS Java.

12 décembre 1862- L'USS Cairo est coulé par une mine confédérée sur la rivière Yazoo.
Le 16 décembre 1941 l'USS Swordfish opérant en mer de Chine a coulé le cargo japonais l'Atsutusan.

4 décembre 1943- L'USS Sailfish coule le transporteur d'escorte japonais Chuyo au large de Honshu au Japon

16 décembre 1943- Le sous-marin allemand U-73 est coulé par les destroyers américains Trippe et Woolsey

19 décembre 1943- L'USS Grayback SS-208 coule le destroyer japonais Numakaze entre Taïwan et Kyushu

11 décembre 1944 L'USS Reid est coulé de Leyte par Kamikaze

15 décembre 1944 L'USS Hawkbill coule le destroyer japonais Momo

SECTIONS SPÉCIALES

GUERRE CIVILE
CHRONOLOGIE NAVALE

NAVIRES DE GUERRE CIVILE

PEARL HARBOUR :
La vraie histoire

Histoire de l'aéronavale

Les grandes histoires écrites par nos lecteurs

US Navy dans la Seconde Guerre mondiale, une vue rétrospective
Mois dans l'histoire navale


USS Princeton (1843)

La première USS Princeton était un navire de guerre à vapeur à vis de la marine des États-Unis. Commandé par le capitaine Robert F. Stockton, Princeton a été lancé le 5 septembre 1843.

USS Princeton
Histoire
les états-unis d'Amérique
Nom: Princeton
Homonyme: Princeton, un arrondissement du New Jersey
Commandé: 18 novembre 1841
Posé : 20 octobre 1842
Lancé : 5 septembre 1843
Commandé : 9 septembre 1843
Sort: Démantelé, octobre 1849
Caractéristiques générales
Déplacement: 954 tonnes longues (969 t)
Longueur: 164 pi (50 m)
Rayonner: 30 pi 6 po (9,30 m)
Brouillon: 17 pi (5,2 m)
Propulsion: Voile et vapeur
La vitesse: 7 nœuds (8,1 mph 13 km/h)
Complément: 166 officiers et enrôlés
Armement: 2 canons à âme lisse de 300 mm (12 po), caronades 12 × 42 pdr (19 kg)

Le 28 février 1844, lors d'une croisière de plaisance sur le fleuve Potomac pour des dignitaires, une arme à feu a explosé, tuant le secrétaire d'État Abel P. Upshur et le secrétaire à la Marine Thomas Walker Gilmer, et en blessant d'autres, dont un sénateur américain et le capitaine Stockton. La catastrophe à bord du Princeton a tué plus de hauts responsables du gouvernement américain en une seule journée que toute autre tragédie de l'histoire américaine. [1] Le président John Tyler, qui était à bord mais sous les ponts, n'a pas été blessé. La réputation du navire dans la Marine ne s'est jamais rétablie.


Pour demander des informations sur les enregistrements

Pour plus d'informations sur les photographies et les œuvres graphiques conservées dans l'unité Still Picture de College Park, contactez:

Courrier: Référence d'image fixe
Division des services spéciaux d'archives médiatiques
Archives nationales à College Park
Chambre 5360
8601, chemin Adelphi
College Park, Maryland 20740-6001

Téléphone: 301-837-0561

Fax: 301-837-3621

Si vous souhaitez utiliser une image des collections de Still Picture Branch, veuillez consulter notre page Droits d'auteur et autorisations.


La marine à l'époque révolutionnaire

Les premières batailles navales de la Révolution américaine ont eu lieu après la bataille de Lexington, lorsque 9 des 13 colonies ont armé de petits navires pour la protection du commerce local par voie d'eau. Lorsque George Washington prit le commandement de l'armée continentale en juillet 1775, il trouva ses troupes sans munitions et s'arrangea pour qu'un navire de la marine de Rhode Island se rende aux Bermudes pour chercher de la poudre. Peu de temps après, Washington équipa sept petits navires et les équipa avec des troupes de mer afin d'interférer avec les navires de ravitaillement britanniques. Le commodore John Manly dirigeait cette force et commandait le plus performant des navires, capturant dans un navire britannique une quantité de munitions équivalente à la capacité de fabrication des colonies pendant environ 18 mois. Le 13 octobre 1775, le Congrès continental vota l'équipement des navires et le Comité de la marine, nommé plus tard, envoya le premier escadron continental en mer, sous le commandement d'Esek Hopkins, dans le but de capturer des munitions.

Le Congrès déclara tous les navires britanniques sujets à la capture et autorisa la course. Dans l'ensemble, la Continental Navy comprenait environ 60 navires et a fait une performance impressionnante. John Paul Jones a connu des succès spectaculaires dans les eaux territoriales britanniques. En plus de croiser contre les navires marchands ennemis et les bloqueurs britanniques, les navires continentaux devaient effectuer de nombreux voyages transportant des représentants diplomatiques et des marchandises essentielles. Les arrangements pour l'administration des navires continentaux n'étaient pas efficaces et le manque d'argent imposait de graves handicaps. Les corsaires offraient de bien meilleures incitations financières et rendaient difficile le recrutement de navires de guerre. Ensemble, la marine continentale et les corsaires touchèrent le nerf de la poche des marchands britanniques, et chacune des nombreuses pétitions adressées au roi pour solliciter la fin de la guerre soulignait les lourdes pertes que subissait la communauté marchande anglaise.

La Royal Navy a permis à l'armée britannique de forcer la reddition de Savannah, Georgia Charleston, Caroline du Sud et Wilmington, Caroline du Nord. Il a ravagé la côte du Connecticut et brûlé Norfolk, Virginie, et Falmouth, Maine, et d'autres villes côtières tout en permettant à l'armée britannique de frapper à volonté le long de la côte. En 1778, Washington réalisa qu'il avait besoin de l'aide d'une flotte française supérieure pour lui permettre d'infliger une défaite vraiment décisive aux Britanniques. Par la suite, il a constamment exhorté Benjamin Franklin, qui était à Paris pour représenter le gouvernement américain, sur la nécessité de navires français plutôt que de troupes françaises. Lors de la bataille de la Chesapeake (bataille des caps de Virginie), le 5 septembre 1781, une puissante flotte britannique est vaincue par l'armada française commandée par François-Joseph-Paul, comte de Grasse. La présence de la flotte française empêcha la Royal Navy de sauver les Britanniques de la péninsule de Yorktown, et Washington força la reddition de l'armée britannique sous Lord Cornwallis le 19 octobre 1781.


Recherche de la liste des navires de la marine américaine stationnés aux Philippines

Puis-je demander une liste des navires de l'US Navy stationnés aux Philippines de 1973 à 1975 ?

Re: Recherche de la liste des navires de la marine américaine stationnés aux Philippines
Shane Bell 15.04.2021 11:29 (в ответ на Michael Frankie Denney)

Merci d'avoir posté votre demande sur History Hub.

Un nombre important de journaux de l'ère vietnamienne ont été numérisés.  Ils sont disponibles dans le catalogue des archives nationales.  Vous trouverez ci-dessous des informations et des liens qui peuvent vous aider dans votre recherche.

Les journaux de bord de la marine sont nos journaux de bord les plus populaires et les plus connus. Les journaux de bord, également appelés journaux du capitaine ou journaux de pont, consistent en des entrées chronologiques documentant les activités quotidiennes d'un navire ou d'une unité de la Marine. Les journaux de bord individuels sont classés chronologiquement par date, avec des entrées dans le journal de chaque jour classées chronologiquement par heure de la journée. Le niveau d'information contenu dans ces volumes va de simples entrées documentant les routines quotidiennes à des comptes météorologiques et opérationnels détaillés. Les informations peuvent également inclure :

  • Documentation des audiences disciplinaires
  • Listes des malades
  • Blessures occasionnelles
  • Utilisation de rations journalières, etc.

Les informations disponibles diffèrent largement en fonction de la date de création du journal de bord.

Les journaux de bord/journaux de pont ne sont pas des journaux détaillés décrivant la mission d'un navire et tous les événements se produisant à l'intérieur et autour du navire, bien qu'ils fournissent parfois des informations sur les opérations d'un navire. Les entrées peuvent être répétitives et sèches. Ils répertorient les officiers jusqu'en 1957 mais ne répertorient pas tout le personnel à bord. Recherchez ces listes dans les rôles d'appel ou les journaux du personnel du navire. Veuillez garder à l'esprit que les références à des personnes dans un journal de pont sont fortuites et que la plupart des membres du service ne sont pas référencés dans un journal de pont. Mais un journal de pont peut fournir des informations de fond se rapportant à le service d'un membre du service individuel tel que l'identification de l'emplacement du membre du service en identifiant l'emplacement du navire.

  • Carnets de bord des navires de la marine américaine, ca. 1801-1940
  • Journaux de bord des navires et des stations de la marine américaine, 1941-1983
  • Les journaux de bord des navires de la marine américaine après 1983 peuvent être consultés au Commandement de l'histoire navale et du patrimoine.

Certains des journaux de bord de la Marine sous la garde de la NARA ont été numérisé et sont disponibles en ligne via le catalogue des archives nationales. Veuillez vérifier la liste pour voir si un navire qui vous intéresse est disponible.

En raison de la pandémie de COVID-19 et conformément aux directives reçues du Bureau de la gestion et du budget (OMB), la NARA a ajusté ses opérations normales pour équilibrer la nécessité d'achever son travail critique tout en respectant la distanciation sociale recommandée pour le sécurité du personnel de la NARA. En raison de cette nouvelle hiérarchisation des activités, vous pouvez rencontrer un retard dans la réception d'un accusé de réception initial ainsi que d'une réponse substantielle à votre demande de référence de RDT1. Nous nous excusons pour ce désagrément et vous remercions de votre compréhension et de votre patience.


Voir aussi [ modifier | modifier la source]

  1. ↑"Précédence de l'US Navy et du Corps des Marines". Histoire navale et commandement du patrimoine. US Navy.ń Octobre 2009 . http://www.history.navy.mil/birthday2.htm . Récupéré le 07/11/2012 .  
  2. ↑"Traditions et coutumes de la marine". Histoire navale et commandement du patrimoine. US Navy . http://www.history.navy.mil/trivia/trivia01.htm . Récupéré le 24 janvier 2009 .  
  3. Jonathan R. Dull, Histoire de la marine américaine, 1607-1865 : surmonter l'héritage colonial (University of Nebraska Press 2012)
  4. ↑ 4.04.1 Miller 1997, p.㺏
  5. Howarth 1999, p.ن
  6. ↑ Westfield, Duane. "Le lieu de naissance de la marine américaine". In Purdin, Bill . http://www.legendinc.com/Pages/MarbleheadNet/MM/Articles/BirthplaceOfAmericanNavy.html . Récupéré le 26 avril 2011 .  
  7. ↑ 7.07.1"Etablissement de la Marine, 13 octobre 1775". Histoire navale et commandement du patrimoine. US Navy . http://www.history.navy.mil/faqs/faq59-13.htm . Récupéré le 5 novembre 2009 .  
  8. Miller 1997, p.㺐
  9. Miller 1997, p.㺑
  10. Miller 1997, pp.㺕–22
  11. Miller 1997, p.㺓
  12. Howarth 1999, p.㺐
  13. Howarth 1999, p.㺧
  14. Sweetman 2002, p.و
  15. Sweetman 2002, p.ى
  16. Robert W. Love, Jr., Histoire de la marine américaine (1992) vol 1 pp 27-41
  17. ↑"Alliance". Dictionnaire des navires de combat navals américains. Navy Department, Naval History & Heritage Command . http://www.history.navy.mil/danfs/e4/alliance-i.htm . Retrieved 2009-11-23 .  
  18. Miller 1997, pp.㺡–35
  19. Howarth 1999, p.㻁–66
  20. Sweetman 2002, p.㺎
  21. ↑"The First 10 Cutters". United States Coast Guard . http://www.uscg.mil/history/webcutters/First_Cutters.asp . Retrieved 2011-04-12 .  
  22. ↑"U.S. Coast Guard History Program". United States Coast Guard . http://www.uscg.mil/history/ . Retrieved 2009-11-25 .  
  23. Howarth 1999, p.㺱–50
  24. ↑ 24.024.1Miller 1997, pp.㺣–36
  25. ↑ 25.025.1Sweetman 2002, p.㺏
  26. ↑ 26.026.126.2Sweetman 2002, p.㺐
  27. ↑"Action entre la frégate américaine Constellation et frégate française Insurgé, 9 février 1799". Histoire navale et commandement du patrimoine. US Navy . http://www.history.navy.mil/photos/images/kn00001/kn02882c.htm . Récupéré le 18 novembre 2009 .  
  28. Miller 1997, p.㺨
  29. Miller 1997, pp.㺭–46
  30. Miller 1997, p.㺮
  31. Sweetman 2002, p.㺓
  32. Sweetman 2002, p.㺖
  33. Miller 1997, pp.㺴–53
  34. Miller 1997, p.㺻
  35. Miller 1997, p.㺺
  36. Sweetman 2002, p.㺗
  37. Miller 1997, p.㻁
  38. Sweetman 2002, p.㺚
  39. Sweetman 2002, p.㺞
  40. Miller 1997, p.㻄
  41. Howarth 1999, p.𧅭
  42. ↑ 42.042.1Miller 1997, p.㻈
  43. Miller 1997, pp.㻋–77
  44. Sweetman 2002, p.㺢–35
  45. Miller 1997, p.㻔
  46. Miller 1997, p.㻞
  47. ↑ 47.047.1Sweetman 2002, p.㺣
  48. Sweetman 2002, p.㺥
  49. Miller 1997, p.㻗
  50. Sweetman 2002, p.㺬
  51. ↑ 51.051.1Miller 1997, p.𧅧
  52. Sweetman 2002, p.㺶
  53. Sweetman 2002, p.㺨–44
  54. Sweetman 2002, p.㺰-51
  55. Sweetman 2002, p.㺶–55
  56. ↑ Dudley, William S. (1981). "Going South: U.S. Navy Officer Démissions & Dismissals on the Eve of the Civil War". Histoire navale et commandement du patrimoine. US Navy . http://www.history.navy.mil/library/online/going_south.htm . Récupéré le 6 octobre 2010 .  
  57. Howarth 1999, p.𧆶
  58. Howarth 1999, p.𧆸-185
  59. Dudley, William S.. "CSS Alabama: Perdu et Trouvé". Histoire navale et commandement du patrimoine. US Navy . http://www.history.navy.mil/branches/org12-7d.htm#anaconda . Récupéré le 6 octobre 2010 .  
  60. Howarth 1999, p.𧆿
  61. Howarth 1999, p.𧇐–209
  62. Howarth 1999, p.𧇋–205
  63. Howarth 1999, p.𧇎–207
  64. Luraghi 1996, pp.𧉎-335 [Clarification nécessaire]
  65. Miller 1997, p.𧅲
  66. ↑Encyclopédie navale 2010, p.𧋎 [Clarification nécessaire]
  67. Miller 1997, pp.𧆐-147
  68. ↑ Wolters, Timothy S. (Janvier 2011). "A Material Analysis of Late-Nineteenth-Century U.S. Naval Power". Technologie et culture. Identificateur d'objet numérique:10.1353/tech.2011.0023.  
  69. Sweetman 2002, p.㻔
  70. ↑"Medal of Honor destinataires Korean Campaign 1871". United States Army Center of Military History . http://www.history.army.mil/html/moh/korean1871.html . Récupéré le 22 juillet 2010 .  
  71. Swann 1965, pp.𧆍-142
  72. Swann 1965, pp.𧆘–154
  73. Sondhaus 2001, p.𧅾–128
  74. Sondhaus 2001, pp.𧆭-179
  75. Miller 1997, p.𧆕
  76. Sweetman 2002, p.㻗
  77. Miller 1997, p.𧆙
  78. Miller 1997, p.𧆐
  79. Miller 1997, p.𧆛
  80. ↑ Katherine C. Epstein, "Personne ne peut se permettre de dire" Au diable les torpilles " : tactiques de combat et histoire navale américaine avant la Première Guerre mondiale", Journal d'histoire militaire 77 (avril 2013), 491-520.
  81. Howarth 1999, p.𧇹-250
  82. Howarth 1999, p.𧇽-257
  83. Miller 1997, pp.𧆣-165
  84. Howarth 1999, p.𧈠
  85. Howarth 1999, p.𧈓
  86. Howarth 1999, p.𧈖
  87. Miller 1997, p.𧆩
  88. ↑ 88.088.1Miller 1997, pp.𧆦-168
  89. Miller 1997, pp.𧆪-171
  90. Anderson 2008, p.𧅪 [Clarification nécessaire]
  91. Sweetman 2002, p.𧅴–117
  92. Howarth 1999, pp.𧈭-302
  93. Sweetman 2002, p.𧅹
  94. Miller 1997, p.𧆺
  95. Henry Woodhouse (1917). Manuel d'Aéronautique Navale. Century. pp.𧆮–75 . http://books.google.com/books?id=aCAfAAAAMAAJ&pg=PA175 .  
  96. Amour, Histoire de la marine américaine(1992) 1:458-78
  97. Amour, Histoire de la marine américaine(1992) 1:479-81
  98. Michael Simpson (1991). Relations navales anglo-américaines, 1917-1919. Scolar Press . https://www.google.com/search?tbo=p&tbm=bks&q=sims+April,+1917,+only+ten+percent+of+the+Navy's+warships+were+ full+manned%3B+inauthor:simpson&num=10 .  
  99. Howarth 1999, p.𧈵
  100. Sweetman 2002, p.𧅼
  101. Sweetman 2002, p.𧅺
  102. Howarth 1999, p.𧉄
  103. Jeffery S. Underwood, Les ailes de la démocratie : l'influence de la puissance aérienne sur l'administration Roosevelt, 1933-1941 (1991) p. 11
  104. Howarth 1999, pp.𧉓-342
  105. Howarth 1999, pp.𧉕–342
  106. Howarth 1999, p.𧉥-358
  107. ↑Morison 2007, pp.㺕–22
  108. Morison 2007, p.㺗
  109. Rose 2007, p.𧆄
  110. ↑""Les nouvelles bases acquises pour les anciens destroyers"". Garder les États-Unis et ses avant-postes. United States Army Center of Military History.񎦬. CMH Pub 4-2 . http://www.history.army.mil/books/wwii/Guard-US/ch14.htm .  
  111. ↑ Samuel Eliot Morison (réimpression 2001). Histoire des opérations navales des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale : la bataille de l'Atlantique, septembre 1939-mai 1943. University of Illinois Press. p.㻞 . http://books.google.com/books?id=nwvs7TDDXyoC&pg=PA94 .  
  112. Cité dans Talbott, Revue du Collège de guerre navale (1984) 37#1 p 56
  113. ↑ Gary E. Weir, « La recherche d'une stratégie et d'une conception sous-marines américaines : 1916-1936 », Revue du Collège de guerre navale (1991) 44#1 pp 34-48. en ligne
  114. I. J. Galantin (1997). Amiral sous-marin : des chariots de combat aux missiles balistiques. U. of Illinois Press. p.㺝 . http://books.google.com/books?id=vPblkvoBtF8C&pg=PA29 .  
  115. ↑ Joel Ira Holwitt (2009). « Exécuter contre le Japon » : la décision des États-Unis de mener une guerre sous-marine illimitée. Texas A&M U.P.. p.𧆛 . http://books.google.com/books?id=UrhBItGMEH4C&pg=PA155 .  
  116. ↑ J. E. Talbott, « Développement des armes, planification et politique de guerre : la marine américaine et le sous-marin, 1917-1941 », Revue du Collège de guerre navale (1984) 37#1 pages 53-71. en ligne
  117. Thomas Buell, Master of Sea Power : une biographie de l'amiral de la flotte Ernest J. King (1980)
  118. Townsend Hoopes et Douglas Brinkley, Driven Patriot: La vie et l'époque de James Forrestal (2012)
  119. ↑ Thomas B. Buell, « Guadalcanal : aucune des deux parties n'abandonnerait », Actes de l'Institut naval des États-Unis (1980) 106#4 pages 60-65
  120. Edwin P. Hoyt, Comment ils ont gagné la guerre dans le Pacifique : Nimitz et ses amiraux (2000) extrait et recherche de texte
  121. John Wukovits, Amiral "Bull" Halsey : la vie et les guerres du commandant le plus controversé de la marine (2010)
  122. Thomas B. Buell, Le guerrier silencieux : une biographie de l'amiral Raymond A. Spruance (2009)
  123. ↑ John Mack, « ​​Décryptage dans le Pacifique : déchiffrer le code opérationnel principal de la marine impériale japonaise, JN-25 », La revue RUSI (2012) 157#5 pp 86-92 DOI:10.1080/03071847.2012.733119
  124. Walter R. Borneman, Les amiraux : Nimitz, Halsey, Leahy et King - Les amiraux cinq étoiles qui ont gagné la guerre en mer (2012) extrait et recherche de texte
  125. ↑ David C. Fuquea, « Task Force One : les actifs gaspillés de la flotte de cuirassés du Pacifique des États-Unis, 1942 », Journal d'histoire militaire (1997) 61#4 pp 707-734
  126. Amour, 2:1-39
  127. ↑ David C. Fuquea, « Task Force One : les actifs gaspillés de la flotte de cuirassés du Pacifique des États-Unis, 1942 », Journal d'histoire militaire' (1997) 61#4 pp 707-734
  128. ↑ Cory Graff (2009). F6F Hellcat en guerre. Zenith. p.م . http://books.google.com/books?id=g8uUMPNQKkEC&pg=PA5 .  
  129. ↑ James P. Levy, "Race for the Decisive Weapon", Revue du Collège de guerre navale (2005) 58#1 pp 136-150.
  130. ↑ Trent Hone, "'Give Them Hell!': The US Navy's Night Combat Doctrine and the Campaign for Guadalcanal," La guerre dans l'histoire (2006) 13#2 pp 171-199
  131. ↑ Richard B. Frank, "Creuset en mer", Histoire navale (2007) 21#4 pp 28-36
  132. Howarth 1999, p.𧊢-424
  133. Sweetman 2002, p.𧆟-160
  134. Howarth 1999, p.𧊴
  135. Blair 2001, p.𧐳
  136. Sweetman 2002, p.𧆭-174
  137. Miller 1997, pp.𧇯-243
  138. Sweetman 2002, p.𧆵–182
  139. Sweetman 2002, p.𧇂
  140. Howarth 1999, pp.𧋗-472
  141. 141.0141.1Howarth 1999, p.𧋜
  142. Miller 1997, pp.𧇵–247
  143. Miller 1997, pp.𧇿-257
  144. Howarth 1999, p.𧋪-493
  145. Miller 1997, pp.𧈅-271
  146. Howarth 1999, p.𧌒-531
  147. Miller 1997, pp.𧈐–282
  148. ↑"US Navy dans Desert Storm/Desert Shield". Histoire navale et commandement du patrimoine. US Navy . http://www.history.navy.mil/wars/dstorm/ds1.htm . Récupéré le 29 novembre 2008 .  
  149. Miller 1997, pp.𧈦-296
  150. Sweetman 2002, p.𧈖-282
  151. Sweetman 2002, p.𧈮–303
  152. ↑ Thompson, Mark (12 juin 2012). "Nouvelles normes pour les capitaines de la marine". Temps . http://battleland.blogs.time.com/2012/06/12/new-standards-for-navy-skippers/?iid=bl-article-mostpop1 . Retrieved 2012-11-07 .  
  153. ↑ Hampson, Rick (28 décembre 2011). "La place d'honneur tranquille de West Point, Rêves perdus". États-Unis aujourd'hui. p. 1.  
  154. ↑"Joint Task Force Odyssey Dawn". USNavyEurope-Africa . http://www.naveur-navaf.navy.mil/odysseydawn/index.html .  
  155. ↑ Stewart, Joshua (16 avril 2012). "SECNAV : La marine peut répondre à une mission avec 300 navires". Temps de la marine . http://www.navytimes.com/news/2012/04/navy-secnav-mabus-fleet-sea-air-space-041612/ . Retrieved 2012-11-07 .  
  156. ↑ Freedberg, Sydney J., Jr. (21 mai 2012). "Les souches de la marine pour gérer à la fois la Chine et l'Iran". Défense Aol . http://defense.aol.com/2012/05/21/navy-strains-to-handle-both-china-and-iran-at-once/ . Récupéré le 2012-11-07 .  
  157. ↑ Perlez, Jane (1er juin 2012). "Panetta présente de nouvelles armes pour le Pacifique". Le New York Times . http://www.nytimes.com/2012/06/02/world/asia/leon-panetta-outlines-new-weaponry-for-pacific.html . Retrieved 2012-11-07 .  
  158. ↑ Carroll, Chris (10 janvier 2012). "CNO : Ne vous attendez pas à plus de troupes, des navires dans le Pacifique". Étoiles et rayures . http://www.stripes.com/news/cno-don-t-expect-more-troops-ships-in-pacific-1.165586 . Retrieved 2012-11-07 .  
  159. ↑ Carroll, Chris (7 juin 2012). "Le nouvel objectif du Pacifique n'inclura pas un afflux massif de troupes, dit Dempsey". Étoiles et rayures . http://www.stripes.com/news/new-pacific-focus-won-t-include-massive-troop-influx-dempsey-says-1.179828 . Récupéré le 2012-11-07 .  
  160. ↑ Mcavoy, Audrey (11 juin 2012). "La marine la plus avancée vers le Pacifique". Chronique de San Francisco . http://www.sfgate.com/cgi-bin/article.cgi?f=/n/a/2012/06/11/state/n174844D15.DTL .   [lien mort]
  161. ↑"Alors, un croiseur et un sous-marin se rencontrent près d'un banc de sable (CG 56 & SSN 765)". Quotidien de l'industrie de la défense.ņ novembre 2012 . http://www.defenseindustrydaily.com/So-A-Cruiser-and-a-Sub-Meet-near-a-Sandbar-CG-56-SSN-765-07596/? utm_source=rss&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+did%2Frss+%28Defense+Industry+Daily%29 . Récupéré le 2012-11-07 .  

9 superbes photos historiques des célébrations de la Journée des Forces armées

Publié le 02 avril 2018 09:36:32

La Journée des Forces armées est un jour férié où peu de gens peuvent mettre le doigt sur son histoire, mais la plupart des gens s'accordent à dire que les forces armées sont plutôt géniales et qu'elles se contentent de suivre. La journée a été initialement convoquée par le secrétaire à la Défense de l'époque, Louis Johnson. Johnson essayait de terminer la consolidation des branches militaires dans le nouveau ministère de la Défense en vertu de la Loi sur la sécurité nationale de 1947 et de son amendement de 1949, mais le public avait jusqu'à présent considéré les branches comme des entités distinctes.

Ainsi, Johnson a demandé aux branches de cesser d'approuver des jours pour chaque force et d'adopter à la place une journée pour célébrer toutes les branches ensemble. L'armée, la marine et l'armée de l'air sont toutes passées de leur propre jour à la Journée des forces armées. Le Corps des Marines a rejoint la Journée des Forces armées mais célèbre toujours son propre jour le 11 novembre, l'anniversaire du premier Corps des Marines des États-Unis. Aujourd'hui, la Garde côtière est également célébrée pendant les festivités mais maintient sa propre journée, le 4 août.

1. 1950 : la première journée des forces armées

Photo : defense.gov

La Journée des Forces armées a été créée en 1949 et la première célébration a eu lieu le 20 mai 1950. Cette photo de la première célébration montre une jeep spécialement gréée utilisée pour le recrutement lors d'un défilé.

2. 1951 : Revue présidentielle

Photo : defense.gov

Les défilés, ainsi que les spectacles aériens et les expositions d'équipement militaire, continueraient de faire partie des célébrations. En 1951, cette photo a été prise de soldats saluant le président Harry Truman lors d'une marche sur Constitution Avenue à Washington, D.C.

3. 1956 : Les ingénieurs construisent un château avec herse

Photo : defense.gov

Cette exposition a été construite à Bolling Field - maintenant Bolling Air Force Base - à Washington, D.C. Le château rouge construit par les Marines est un symbole des ingénieurs de combat.

4. 1960 : Ancienne cavalerie et nouvelle

Photo : defense.gov

À Fort Devens, Massachusetts, l'armée affiche sa cavalerie la plus récente avec la plus ancienne. Les chars ont parcouru un long chemin depuis lors, mais les combats à cheval ont repris.

5. 1961 : Visite de la « banane volante ».

Photo : defense.gov

Des civils visitent l'hélicoptère cargo H-21 sur cette photo de 1961 à Fort Devens, dans le Massachesetts, lors des célébrations de la Journée des Forces armées. Surnommé “la banane volante”, le H-21 a commencé à être abandonné la même année où cette photo a été prise. Le CH-47 l'a remplacé et est toujours l'hélicoptère de transport principal de l'armée.

6. 1968 : "Les hommes grenouilles montrent leurs compétences pour l'épisode télévisé de la Journée des forces armées

Photo : defense.gov

En 1968, "The Mike Douglas Show" a fait une série d'épisodes célébrant les branches militaires. Sur cette photo, une démolition sous-marine montre comment ils effectuent des ramassages à grande vitesse pour récupérer les nageurs de l'eau. Les UDT étaient les prédécesseurs des Navy SEALs modernes.

7. 1973 : Journée des forces armées américaines en Angleterre

Photo : defense.gov

La Journée des forces armées américaines est célébrée par les forces armées quelle que soit leur géographie. Sur cette photo, un enfant joue dans le cockpit d'un chasseur F-4 lors d'une journée portes ouvertes à la base aérienne de Bentwaters, en Angleterre.

8. 1976 : Assaut aérien sur le Washington Monument

Photo : defense.gov

Une équipe d'évacuation médicale se prépare à descendre en rappel lors d'une manifestation sur le Washington Monument à D.C.

9. 2000 : Manifestation des Anges Bleus

Photo : defense.gov

Les spectacles aériens font partie de la Journée des forces armées depuis les premières célébrations en 1950. Ils sont toujours un grand plaisir pour la foule et les Blue Angels d'élite de la Marine ont toujours organisé un grand spectacle. Cette photo provient d'une journée portes ouvertes à la base aérienne d'Andrews, dans le Maryland.

MAINTENANT : Les 8 affiches de recrutement militaire américaines les plus célèbres de la Seconde Guerre mondiale

ET : Le gars le plus important de l'histoire de l'aviation militaire dont vous n'avez jamais entendu parler

Des articles

Contenu

Lorsque le commodore Matthew Perry est arrivé au Japon en 1853, utilisant la pression navale pour ouvrir le Japon au commerce extérieur, Yokosuka était un pittoresque village de pêcheurs indigène. En 1860, Lord Oguri Kozuke-no-Suke, ministre des Finances du gouvernement du shogunat Tokugawa, a décidé que « si le Japon veut jouer un rôle actif dans le commerce mondial, il doit disposer des installations appropriées pour construire et entretenir de grands navires de mer ». Il fit appel au consul général de France, Léon Roches, et demanda l'aide du gouvernement français pour construire un chantier naval et diverses installations de base capables de gérer de gros navires. L'ingénieur français Léonce Verny a été envoyé au Japon pour accomplir la tâche.

Après l'inspection de plusieurs sites, il a été découvert que Yokosuka ressemblait topographiquement, bien qu'à une plus petite échelle, au port de Toulon, en France. Il a été décidé d'établir le chantier naval ici. Elle s'appellerait les « Yokosuka Iron Works ». En 1871, le nom a été changé en "Yokosuka Navy Yard". C'est l'ingénieur français Louis-Émile Bertin qui réorganise complètement le "Yokosuka Navy Yard" à partir de 1886.

Yokosuka allait devenir l'un des principaux arsenaux de la marine impériale japonaise au XXe siècle. Des cuirassés tels que Yamashiro, et les porte-avions tels que Hiryu et Shokaku y ont été construits. Des avions navals majeurs ont également été conçus à l'arsenal technique aéronaval de Yokosuka. En outre, de nombreuses autres installations, notamment le quartier général de diverses unités navales, des bâtiments administratifs, des écoles de formation militaire, des aérodromes, des installations de communication, des casernes, des armureries et un hôpital militaire ont été établies à proximité au cours de son histoire, transformant la zone autour de l'arsenal dans une base de flotte importante.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les activités au chantier naval de Yokosuka ont atteint leur apogée. En 1944, elle couvrait 280 acres (1,1 km 2 ) et employait plus de 40 000 travailleurs. En plus de l'usine de construction navale, le chantier naval disposait également d'une usine d'armes à feu, de dépôts de munitions et d'approvisionnements, d'une installation de stockage de carburant, d'une base d'hydravions et d'une base aéronavale.

Le 30 août 1945, le vice-amiral Michitaro Totsuka, dernier commandant japonais du district naval de Yokosuka, céda son commandement au contre-amiral Robert Carney, et la base fut pacifiquement occupée par les Marines américains de la 6e division de marine, les Royal Marines britanniques et le personnel naval américain. . Commandant Fleet Activities (COMFLEACT) Yokosuka a été créé peu de temps après l'occupation en 1945. Au fur et à mesure que la base s'organisait, le chantier naval a été désactivé et une grande partie de l'équipement a été envoyée dans d'autres pays dans le cadre des réparations. Le navire de réparation Piémont a pris en charge la réparation et l'entretien des navires, l'hôpital est devenu un dispensaire naval (plus tard l'hôpital naval de Yokosuka au Japon) et le département des approvisionnements a été organisé pour fournir un soutien à la flotte et aux activités à terre. Le Service des travaux publics a également été créé.

En mai 1946, les Marines de Yokosuka ont été rebaptisés Marine Barracks, U.S. Fleet Activities, Yokosuka. En avril 1947, le Ship Repair Department est organisé, et les magasins et cales sèches sont réactivés pour entretenir les navires de la flotte américaine dans le Pacifique. Avec le début de la guerre de Corée le 25 juin 1950, la base navale de Yokosuka est soudainement devenue très importante et extrêmement occupée.

Les États-Unis, toujours une puissance occupante au Japon, ont tourné tous leurs efforts vers le soutien de la Corée du Sud. Le dispensaire de la marine a été agrandi et agrandi et a été mis en service comme hôpital naval des États-Unis en 1950. L'installation de communications navales, Yokosuka, a été mise en service en janvier 1951. En avril 1951, le département de réparation navale est devenu un commandement de composant. Il a été rebaptisé l'installation de réparation de navires. As the major naval ship repair facility in the Far East, the Yokosuka Facility assumed a vital role in maintenance and repair of the U.S. Seventh Fleet during both the Korean War and Vietnam War.

In March 1952, the geographical boundaries of Naval Forces Far East were changed to exclude the Philippines, Marianas, Bonin and Volcano Islands. In December 1952, the headquarters were shifted from Tokyo to Yokosuka. The expanded Supply Department of Fleet Activities became Naval Supply Depot, Yokosuka in August 1952. In 1960, the Naval Communications Facility was redesignated U.S. Naval Communications Station, Japan.

In 1952, occupation ended and rearmament commenced, with its naval forces formally organized as Japan Maritime Self Defense Force by 1954. Some parts of the former Yokosuka Naval District were ceded back to house a new base for JMSDF.


How do Obtain copies of US Navy deck logs from the 1960's?

What  is the process for requesting copies of deck logs from the 1960's of US Navy ships?

Re: How do Obtain copies of US Navy deck logs from the 1960's?
Rebecca Collier 26.04.2019 7:46 (в ответ на Robert Anderson)

Merci d'avoir posté votre demande sur History Hub !

The National Archives at College Park - Textual Reference (RDT2) has custody of the Logbooks of U.S. Navy Ships and Stations, 1941 - 1983 in the Records of the Bureau of Naval Personnel (Record Group 24). Many of the Vietnam-era deck logs have been digitized and are available via the National Archives Catalog. Please click on the above hyperlink to search for the logbooks (also called deck logs) of ship you seek. In the Details area of the page, click on "Search within this Series". This will take you to a search box. Type in the name of the ship (i.e, America) or hull designation and click on the Search button. If it has been digitized, the images will appear on the results page. Look for the particular deck log you seek then click on the digital image or the underlined/hyperlinked document title to see a larger view of the image and to be able to download the image.

If you are unable to locate the deck logs you seek, they probably have not been digitized. Please contact RDT2 via email at [email protected] for access to and/or copies the deck logs. Because the files are arranged hierarchically, identification of the ship and date (month and year) of interest are necessary before a search can be conducted.

For more information about logbooks, please see the blog titled Vessel & Station Log Books

We hope this information is helpful. Best of luck with your research!

Re: How do Obtain copies of US Navy deck logs from the 1960's?

Here are the online the National Archive have scanned and put online, so far. https://www.archives.gov/research/military/logbooks/navy-online

Otherwise if you Google the ship in combination with things like Westpac, Vietnam, the years. switch the search order you will likely find sites others have built that have "Buddy" lists and "Guest books" where you can leave messages or find people.  If you remember names of people, search the social media sites like Facebook or LinkedIn. Doing this I have actually hooked up a Korean War Veteran with one of the guys from the Marine unit that saved his life.  


A Brief History of U.S. Navy Ship Collisions

Collisions involving U.S. ships are more common than you might think.

U.S. Navy ships operate in close proximity to other ships all the time, from steaming in formation with supply ships to sailing in busy sea lanes. Inadvertent contact between ships, no matter how thorough the precautions, is inevitable.

Today's New York Times includes a list of collisions involving U.S. Navy vessels at sea. The list includes the famous USS John F. Kennedy/USS Belknap collision, which resulted in the guided missile cruiser's superstructure being virtually sheared off. It also lists the sinking of the Spanish fishing boat Barcona, which accidentally snagged the attack submarine USS Houston and was dragged underwater.

The Times' list is by no means complete, however. Here's a few more collision events you may or may not have heard of. Many took place during the Cold War between U.S. Navy and Soviet Navy ships, as the two fleets stalked one another in one cat and mouse game after another.

HMAS Melbourne et USS Evans: On June 3rd, 1969 the Australian aircraft carrier HMAS Melbourne collided with the U.S. Navy destroyer Frank E. Evans in the South China Sea. Seventy three of the 275 crewmembers on the Evans were killed.

K-19 vs. USS Gato: On November 19th, 1969 in the Barents Sea, the Soviet missile submarine K-19 (of movie fame) collided with the U.S. Navy attack submarine USS Gato.

K-22 vs USS Voge: On August 28th 1976, the Soviet submarine K-22 collided with the U.S. Navy fast frigate USS Voge. Voge had been stalking K-22 and the Soviet Navy captain was unaware of her presence until a collision was imminent. Voge received hull damage but there were no injuries.

USS George Washington et Nissho Maru: On April 9th, 1981 world's first nuclear-powered ballistic missile submarine, George Washington, collided with the cargo ship Nissho Maru off the coast of Sasebo, Japan. Two crewmembers aboard the cargo ship were killed when it sank 15 minutes after the collision. There was no damage to the nuclear missiles onboard nor the submarine's nuclear reactor.

K-134 vs USS Kitty Hawk: On March 21st, 1984 the Soviet attack submarine K-134 collided with the aircraft carrier USS Kitty Hawk in the Sea of Japan. K-134 was seriously damaged and had to be towed away from the collision site.

USS Yorktown vs Bezzvetny: On February 12th, 1988 the guided missile cruiser USS Yorktown and the guided missile destroyer USS Caron were conducting freedom of navigation operations inside Soviet waters in the Black Sea when Yorktown was bumped by the Soviet Navy frigate Bezzavetny. Yorktown sustained minor damage but continued sailing. There were no injuries.

Ehime Maru et USS Greeneville: On February 9th, 2001 off the coast of Oahu, the nuclear attack submarine USS Greeneville surfaced underneath the Japanese high school training ship Ehime Maru. The training ship sank, killing nine including four high school students.

USS Hartford et USS New Orleans: On March 20th, 2009 in the Strait of Hormuz the nuclear attack submarine USS Hartford collided with the amphibious transport USS New Orleans while at periscope depth. Fifteen sailors aboard the submarine were injured and a huge gash was ripped open in the submarine's side.


Famous Recycled Ship Names of the US Navy

Alameda Naval Air Station's piers, circa mid-September The ships are (from front to back): USS Saratoga USS Enterprise USS Hornet and USS San Jacinto.

Many ship names such as the Hornet, Wasp and Enterprise have been reused over the past 200 years to keep heritage alive in the US Navy.

Since George Washington and the first Congress established the Continental Navy in 1775, the US fleet has often recycled warships names. This is to keep heritage and history alive, and to make a statement to foes that you may sink a ship, but the navy remains.

Ships named for Presidents and Admirals

Presidents have been a common source of namesakes. There have been USS Dwight D Eisenhower, USS Harry S Truman and others. Some of the more obscure presidents, like Grover Cleveland, have been skipped others like Washington have had as many as ten US warships named after him.

Admirals you would think would be inspiration for entire fleets of warships. Curiously enough, very few have been immortalized more than once. One notable exception is Civil War Navy scion Admiral David “Damn the Torpedoes Full Speed Ahead” Farragut. Farragut, who never saw a destroyer in his lifetime, has had no less than five of them named for him. Surpassingly, John Paul Jones, thought by many to be the father of the US Navy, only had two ships named in his honor. It should be pointed out, however that his ship, the Bon Homme Richard, has been honored four times by passing its name on to new warships.

Warships named after States, Cities, and Ideals

Geographical places have always been popular both in the Navys eyes and in the eyes of congressional representatives who approve defense budgets. Each of the 50 US states have had at least one battleship, cruiser or submarine named in their honor. Some influential ones, such as Massachusetts and New York, have had as many as eight ships apiece named after them since the Revolution. Likewise, cities are very common on the navy list. Traditionally sail frigates, and then gun cruisers and now attack submarines carry city names. Most large metropolitans in the US have had at least one of these named after them. Some have had multiple ships, such as Boston (seven ships) and Philadelphia (six ships). The country itself has lent its name to a half dozen USS Americas and four ill-fated USS United States (three of which, in a curious twist of fate, never made it out of construction)

With the birth of the republic in 1783, the new country chose a set of idyllic revolutionary names for its warships. These names, such as Enterprise, Independence, Congress, President, Constellation (after the myriad of stars on the flag) and Constitution (the oldest warship afloat) have long been a part of naval history. In fact, more than 30 US warships have used the above names, Enterprise no less than 8 times. Add to these names those of Revolutionary-war era warship names of Boxer, Essex, Hancock and Hornet that have graced another 20+ warships over time.

The most recycled US Warship name

The heavyweight champion title-holder for the most reissued name in the US navy goes to the USS Wasp. The original Wasp in 1775 was a schooner who was blown up to prevent the British from capturing it. The British captured the second Wasp during the War of 1812. The third and fourth also fought in that war but survived. The fifth was lost at sea. The sixth survived fighting for both sides in the civil war. The seventh and eight saw WWI service safely. The ninth was a famous WW2 carrier that was lost to the Japanese. The 10th was an aircraft carrier built to replace number 9 and served for 30 years, and the 11th USS Wasp is an amphibious assault ship built in 1989 and is currently on active duty.

While the US Navy years from now will undoubtedly be very different from that in 1775, surely most of the names will be very familiar.


Voir la vidéo: La guerre des Sous-marins allemands U-Boot - Documentaire 4k (Décembre 2021).