Podcasts sur l'histoire

Opération Martlet, 25-27 juin 1944

Opération Martlet, 25-27 juin 1944

Opération Martlet, 25-27 juin 1944

L'opération Martlet (25-27 juin 1944) était un préliminaire à l'opération Epsom, la deuxième d'une série d'attaques majeures autour de Caen. La ville avait été à l'origine une cible du jour J, mais s'est avérée un peu trop lourdement défendue. La première tentative de capture après le jour J a été l'opération Perch (7-14 juin), un assaut sur deux fronts qui a également échoué. Montgomery décide alors de mener l'opération Epsom, un assaut majeur sur les lignes allemandes à l'ouest de la ville, visant la rivière Odon, qui coule d'ouest en est et atteint l'Orne juste au sud du centre-ville de Caen. Il y avait donc un coin de terrain entre les deux rivières au sud-ouest de Caen et c'était l'objectif de l'attaque principale,

L'opération Martlet serait menée en premier, dans le but de capturer les hauteurs de Rauray, sur le flanc droit du champ de bataille d'Epsom. Cette zone est devenue connue sous le nom de Raurey Spur et était l'extrémité nord-est d'une crête de terrain élevé au nord de l'Odon. L'attaque principale lors de l'opération Epsom devait passer à l'est de cette crête, traverser la rivière et viser la colline 112, un point culminant clé sur la rive sud de l'Odon. La colline 112 était quelque peu à l'est de l'éperon Raurey, car les hauteurs au sud de la rivière se prolongeaient plus à l'est que sur la rive nord.

L'attaque sur l'éperon avait deux objectifs - le premier était de capturer les hauteurs, qui dominaient la zone à travers laquelle la 15e division écossaise devait attaquer pendant l'opération Epsom. La seconde était de tirer les réserves allemandes de la région d'Epsom pour aider l'attaque principale.

L'attaque était initialement prévue pour la mi-juin, mais la grande tempête du 19-21 juin retarda tous les plans alliés. Dans ce cas, il a ralenti l'arrivée du VIII corps, qui devait mener l'opération Epsom.

L'attaque de Martlet a été menée par la 49e division du XXXe corps. Trois phases étaient prévues. La première phase consistait à capturer la ligne « Barracuda », le long de la route entre Juvigny-sur-Seulles et Fontenay-le-Pesnel. La phase deux était la ligne «Walrus» – Tessel Wood et une ferme à Saint-Nicolas. La troisième phase était la ligne « Albacore » – Rauray et les hauteurs voisines.

La première phase devait être menée par le 4th Lincolns près de Saint-Pierre à l'ouest, les Hallamshires au centre et le 11th Scots Fusiliers près du Parc de Boislande à l'est. Neuf régiments d'artillerie de campagne et quatre régiments d'artillerie moyenne fourniraient un barrage rampant, soutenu par deux compagnies de mortiers de 4,2 pouces.

Lorsque l'attaque a commencé, la zone était défendue par des parties de la 12e SS Panzer Division « Hitlerjugend ». Après le début de l'attaque, des éléments de la 21e Panzer Division ont été envoyés de Caen, et une partie de la Panzer Lehr Division, qui défendait Vendes, juste au sud-ouest de l'attaque principale de Martlet

25 juin

Au début de l'attaque, le 25 juin, les troupes de droite et du centre progressent mieux que celles du centre. Le 4th Lincolns a lutté dans la brume et la confusion pour atteindre sa cible Barracuda et creuser. Au centre, les Hallamshire ont atteint la route de Fontenay à Juvigny, ont repoussé une contre-attaque et ont commencé à s'étendre le long de la route.

A gauche, le 11th Royal Scots Fusiliers attaque en direction de Fontenay-le-Pesnel. Ils ont subi de lourdes pertes au cours de l'avance, puis sont devenus impliqués dans des combats coûteux de maison en maison dans le village lui-même. Ils n'ont pu capturer que la lisière nord du village, et même ainsi, le succès a eu un coût élevé, car ils ont été exposés au feu de flanc du parc de Boislonde, une zone boisée juste au nord du village qui est restée en allemand mains. Après avoir attaqué pendant la majeure partie de la journée, les Écossais ont été renforcés par le 7th Duke of Wellington's Regiment, qui a réussi à capturer la majeure partie de la partie ouest de Fontenay.

A l'ouest de Fontenay, l'attaque s'est déplacée vers la deuxième phase, " Morse ". Le 1/4th King's Own Yorkshire Light Infantry a remplacé les Lincoln sur la droite et a attaqué au sud en direction de Tessel Wood. Ils ont été touchés par des tirs de mortier Nebelwerfer, mais ont réussi à avancer d'environ un mile jusqu'à la lisière des bois, où ils se sont retranchés et ont repoussé une contre-attaque du 12e SS Panzers.

À la fin du premier jour, les Britanniques avaient fait quelques progrès, mais n'avaient pas atteint leurs principaux objectifs. Ils avaient atteint la première ligne Barracuda sur la plus grande partie de sa longueur, mais n'avaient pas encore sécurisé l'extrémité est de la ligne. Sur la droite, ils avaient atteint la deuxième ligne « Walrus ». Cependant, le but principal de l'attaque était de sécuriser Rauray et les hauteurs qui l'entouraient, qui se trouvaient sur le flanc gauche, là où le moins de progrès avait été réalisé.

L'attaque a atteint l'un de ses objectifs. Dans la soirée du 25 juin, les Allemands ont déplacé leurs dernières réserves blindées, faisant partie de la 12e SS Hitlerjugend Panzer Division, pour soutenir les défenseurs du Raurey Spur. Le commandant de la division, Kurt Meyer, s'est opposé à cette décision, soulignant que de fortes forces blindées alliées avaient été détectées dans ce qui allait devenir la région d'Epsom, mais il a été rejeté.

26 juin

Les combats sur les hauteurs de Rauray se sont poursuivis le 26 juin. Cette fois, le 1st Tyneside Scottish s'est engagé dans la bataille, attaquant au sud-est vers Rauray depuis un point de départ au sud-ouest de Fontenay. Leur première cible était la Grande Ferme, au sud de Fontenay et à l'est de Tessel Wood. Une fois l'attaque déplacée au sud du bois, le flanc droit serait protégé par des véhicules blindés du 12th King's Royal Rifle Corps, qui attaqueraient alors Tessel Bretteville avec le 24th Lancers. Plus à gauche, le 7e duc de Wellington attaquerait vers St Nicolas. Une fois cela assuré, les chars des Sherwood Rangers Yeomanry avanceraient vers Rauray. Cependant, cette attaque manquerait du soutien d'artillerie normal, car la plupart de l'artillerie divisionnaire avait été engagée dans l'opération Epsom, qui a commencé le même jour.

Très peu de progrès ont été réalisés sur la droite. Malgré tous leurs efforts, le Tyneside Scottish et le King's Royal Rifle Corps n'ont fait que des progrès limités et ont dû se retirer vers leurs positions de départ à la fin de la journée. Sur la gauche, les premières attaques ont échoué, mais un barrage d'artillerie de 20 minutes a ensuite été organisé et le duc de Wellington a réussi à capturer Saint-Nicolas et à avancer de plusieurs centaines de mètres plus au sud. Les chars des Sherwood Rangers ont ensuite réussi à pousser vers le sud jusqu'à un carrefour au nord de Rauray. Ils ont été rejoints par l'infanterie du 11th Durham Light Infantry et ont pu conserver la position.

L'opération Epsom elle-même a commencé le 26 juin et a vu les Britanniques faire des progrès limités après s'être heurtés à une forte opposition, bien qu'ils aient forcé les Allemands à déplacer des renforts dans la région.

27-30 juin

L'objectif principal de Martlet le 27 juin était la capture de Rauray. Tôt dans la journée, le 11th Durham Light Infantry et les Sherwood Rangers ont tenté d'attaquer ensemble, mais la défense allemande était trop forte. Les chars ont dû être retirés et le travail a été laissé aux Durham. Leur attaque a commencé vers 11 heures du matin et, une fois de plus, ils se sont heurtés à une forte résistance de la Hitlerjugend. Cependant, à 16 heures, le village était sécurisé et une partie clé des objectifs de Martlet a finalement été atteinte, bien que deux jours plus tard que prévu.

L'attaque principale du 28 juin devait être menée par le 1st Tyneside Scottish, dont la nouvelle cible était Brettevillette, au sud-ouest de Rauray. Leur attaque a été soutenue par un court bombardement d'artillerie et a commencé à 7 heures du matin. Pour une fois, la progression est assez rapide et en quarante minutes les assaillants ont atteint Tessel-Bretteville, à mi-chemin de leur cible principale. À 14 h 30, le bataillon avait atteint Brettevillette, mais les Allemands lancèrent alors une contre-attaque déterminée. Cela a été fait par Kampfgruppe Weidinger, un groupement tactique formé à partir de la 2e SS Panzer Division « Das Reich », qui avait maintenant été engagé dans la bataille. Les Tyneside Scottish ont finalement été contraints de se retirer, laissant une compagnie à 400 mètres au nord de Brettevillette tandis que la partie principale du bataillon se regroupait autour de Tessel-Bretteville.

Le 29 juin a vu une sorte d'impasse. Les Tyneside Scottish ont été immobilisés au nord de Brettevillette, tandis que le Durham Light Infantry a essuyé un feu nourri dans la zone au sud de Raurey. Une attaque planifiée sur Brettevillette par les Durham a été annulée lorsqu'il est devenu clair que les Allemands prévoyaient de contre-attaquer vers le saillant d'Epsom dans la même direction.

Le 30 juin a été largement consacré à la préparation de la défense de Rauray. Le Durham Light Infantry a été retiré pour se reposer et a été remplacé par le 1st Tyneside Scottish.

Contre-attaque allemande d'Odon

Au début du 1er juillet, la ligne de front britannique s'étendait est/sud-est depuis Tessel-Bretteville, en passant au sud de Rauray. A droite, la zone autour de Tessel-Bretteville était tenue par le 4th Lincolns de la 146th Brigade. Au centre, les zones au sud de Rauray étaient tenues par le 1st Tyneside Scottish de la 70th Brigade. À leur gauche se trouvait la frontière avec le VIII corps, et la ligne était tenue par les troupes de la 15e division (écossaise).

Les Allemands tenaient toujours Brettevillette, avec le Kampfgruppe Weidinger de la 2e SS Panzer Division « Das Reich ». À l'est se trouvait une force de la 9e SS Panzer Division « Hohenstaufen ».

L'attaque du 1er juillet faisait partie de la contre-attaque plus large d'Odon, une tentative allemande déterminée de couper la base du saillant britannique créé lors de l'opération Epsom. La partie principale de l'attaque est arrivée au sud de la région de Martlet et a été menée par le II SS Panzer Corps, avec la 9e SS Panzer Division « Hohenstaufen » à gauche et la 10e SS Panzer Division « Frundsburg » à droite. Cependant, le 1st Tyneside Scottish, autour de Rauray, serait également touché, alors que le Kampfgruppe Weidinger attaquait pour protéger le flanc gauche de l'attaque principale.

La contre-attaque sur Rauray a été menée par une partie des blindés de la 9e SS Panzer Division et des panzer-grenadiers du Kampfgruppe Weidinger. Les Allemands avaient un mélange de Panthers et de Panzer IV, mais presque certainement pas de Tigres, car aucune des unités impliquées dans l'attaque n'en était équipée. Comme c'était si souvent le cas, certaines des troupes alliées ont déclaré avoir affronté des Tigres alors qu'elles avaient été attaquées par d'autres chars, simplement parce qu'ils avaient la réputation la plus impressionnante.

Un plan d'attaque à 3 heures du matin a été annulé, en partie à cause de la confusion causée par un lourd bombardement d'artillerie alliée visant leurs zones de rassemblement. L'attaque a été reportée à 6 heures du matin, le barrage d'artillerie commençant vers 5 h 30. Les colonnes allemandes ont commencé à se déplacer à 6 heures et les premiers rapports de bataille du Tyneside Scottish sont arrivés à 6 h 40. L'infanterie britannique subit de fortes pressions, mais les Allemands ne parviennent pas à percer. Cela a donné aux forces de soutien alliées le temps d'entrer en action et les canons antichars ont rapidement tiré. Les Allemands avaient divisé leur blindage en groupes de cinq chars, chacun soutenu par de l'infanterie, et au moins un de ces groupes était maintenant complètement détruit. Au cours de la journée, les canons antichars du Tyneside Scottish ont probablement détruit dix chars allemands. Entre 8 et 9 heures, les Allemands parviennent à s'infiltrer dans les lignes britanniques, se rapprochant de Rauray. Les Allemands lancent une deuxième attaque vers 11h15, une troisième vers 12h30, une quatrième vers 14h10 et une cinquième vers 16h00, mais bien que l'infanterie britannique subisse souvent de fortes pressions, elle parvient à peu près à tenir ses lignes. Les Allemands se sont rapprochés de Rauray, mais bien que le Tyneside Scottish et le Durham Light Infantry aient été repoussés par endroits, ils ont pu empêcher toute percée. À la fin de la journée, les Britanniques avaient repris toutes leurs positions d'origine.

Conclusion

Bien que l'opération Martlet ait finalement atteint ses objectifs géographiques, la lenteur de la progression de l'attaque a fait qu'elle n'a pas atteint son objectif principal, à savoir dégager l'artillerie allemande du flanc droit de l'attaque d'Epsom. Cependant, les troupes impliquées dans Martlet ont aidé à vaincre la contre-attaque allemande d'Odon et ont ainsi contribué à l'objectif global de maintenir les Allemands coincés autour de Caen.


Voir la vidéo: Le dernier Madelinot témoin du débarquement en Normandie (Décembre 2021).