Podcasts sur l'histoire

Château d'Eilean Donan

Château d'Eilean Donan

Chez Ancient Origins, nous croyons que l'un des domaines de connaissance les plus importants que nous pouvons poursuivre en tant qu'êtres humains est nos débuts. Et tandis que certaines personnes peuvent sembler satisfaites de l'histoire telle qu'elle est, notre point de vue est qu'il existe d'innombrables mystères, anomalies scientifiques et artefacts surprenants qui n'ont pas encore été découverts et expliqués.

L'objectif de Ancient Origins est de mettre en évidence les découvertes archéologiques récentes, les recherches universitaires et les preuves évaluées par des pairs, ainsi que d'offrir des points de vue et des explications alternatifs sur la science, l'archéologie, la mythologie, la religion et l'histoire du monde entier.

Nous sommes le seul site d'archéologie pop combinant la recherche scientifique avec des perspectives originales.

En réunissant les meilleurs experts et auteurs, ce site Web d'archéologie explore les civilisations perdues, examine les écrits sacrés, visite des lieux anciens, enquête sur les découvertes anciennes et questionne des événements mystérieux. Notre communauté ouverte se consacre à creuser les origines de notre espèce sur la planète Terre et à se demander où les découvertes pourraient nous mener. Nous cherchons à raconter l'histoire de nos débuts.


Château d'Eilean Donan : l'une des forteresses les plus célèbres d'Écosse

Le château d'Eilean Donan est incroyablement beau et de renommée internationale.

Eilean Donan est probablement la forteresse la plus photographiée de toute l'Écosse et a figuré dans des films tels que James Bond (en tant que QG écossais du MI6, rien de moins).

Le château garde une petite île, au cœur des hautes terres écossaises, à l'intersection de trois lochs de marée.

Un pont voûté en pierre grise relie le château au continent.

Et des centaines de milliers de touristes traversent le pont chaque année pour explorer cette magnifique forteresse méconnue.

Ce que beaucoup de visiteurs ne réalisent pas, c'est qu'Eilean Donan n'est pas un château médiéval « authentique ». Pratiquement tout ce que vous voyez aujourd'hui a été construit dans les années 1920-30, dans un faux style médiéval.

Néanmoins, il y a eu un château sur cette île depuis les années 1200. Le château moderne a été construit sur un tas énigmatique de ruines.

Avec sa beauté époustouflante, il est facile de comprendre pourquoi Eilean Donan est un lieu touristique si populaire. Peu de choses sont vraiment médiévales, cependant! Crédit : A_Poll_o, CC-SA-2.0.


Contenu

La capture d'Eilean Donan était une action militaire du soulèvement jacobite de 1719, une tentative soutenue par l'Espagne pour restaurer James Stuart sur le trône de Grande-Bretagne. [2] Il était dirigé par les exilés jacobites britanniques George Keith, le 10e comte Marischal, le marquis de Tullibardine et le comte de Seaforth, chef du clan Mackenzie.

Le 11 avril 1719, les jacobites britanniques débarquèrent près du Loch Alsh avec 300 marines espagnols et établirent une base à Eilean Donan. C'était le territoire du Mackenzie et sélectionné pour maximiser les recrues potentielles. Bien que 500 Mackenzies aient rejoint Seaforth, les jacobites britanniques avaient plus d'armes et de munitions qu'ils ne pouvaient en utiliser, ils ont donc stocké le surplus à Eilean Donan avec une garnison de 40 à 50 marines espagnols tandis que la force principale d'environ 1 000 hommes marchait sur Inverness. [3]

Début mai, la Royal Navy a envoyé cinq navires dans la région pour une reconnaissance : deux patrouillant au large de Skye et trois autour du Loch Alsh, adjacent au Loch Duich. Tôt le matin du dimanche 10 mai, ces trois derniers, le HMS de cinquante canons Worcester, le HMS de quarante-quatre canons Entreprise, le HMS de vingt canons Flamborough, ancré au large d'Eilean Donan sur la rive nord du Loch Duich. [4]

Leur premier mouvement était d'envoyer un bateau à terre sous un drapeau de trêve pour négocier, mais lorsque les soldats espagnols dans le château ont tiré sur le bateau, il a été rappelé et les trois navires ont ouvert le feu sur le château pendant une heure ou plus. Ils ont ensuite changé de mouillage et ont attendu, le vent soufflant un nouveau coup de vent. [1]

Le lendemain matin (11 mai), sur renseignement d'un déserteur espagnol, le commandant, le capitaine Chester Boyle du Worcester, Envoyé le Entreprise le loch pour capturer une maison utilisée pour stocker de la poudre à canon mais, selon les journaux de bord, les rebelles sur le rivage ont mis le feu à la maison à l'approche du navire. Pendant ce temps, les deux autres navires continuaient à bombarder le château par intervalles pendant qu'ils préparaient une équipe de débarquement. [1] [5]

Dans la soirée, sous le couvert d'une intense canonnade, les bateaux des navires débarquèrent en entourant le château de tous côtés et après avoir escaladé les murs s'emparèrent de la place avec peu de résistance. Les forces gouvernementales avaient capturé « un Irlandais, un capitaine, un lieutenant espagnol, un sergent, un rebelle écossais et trente-neuf soldats espagnols, 343 barils de poudre et 52 barils de mousquet ».

Les troupes gouvernementales ont alors "brûlé plusieurs granges etc. où elles disposaient d'une quantité de blé pour l'usage de leur camp". [1] [2] La force navale a passé les deux jours suivants à démolir le château (il a fallu vingt-sept barils de poudre à canon). Les prisonniers espagnols ont été embarqués Flamborough et emmené à Leith puis à Édimbourg. [2] [6]

Le soulèvement s'est terminé par la défaite des Jacobites avec les troupes espagnoles restantes le 10 juin à la bataille de Glen Shiel. [7]

Eilean Donan restera en ruines pendant plus de 200 ans jusqu'en 1919, date à laquelle il a été reconstruit, restauré et terminé en 1932 par John MacRae-Gilstrap.


Château d'Eilean Donan, Écosse - Histoire avec Brendan

Si vous ne le saviez pas déjà, j'ai récemment commencé une nouvelle série intitulée #HistoryWithBrendan sur mon Instagram (@ExploreWithBrendan) qui partage un peu plus d'histoire sur les endroits que je visite plutôt que de simplement partager de jolies photos (il y en a aussi beaucoup), alors j'ai pensé pourquoi ne pas transférer cela dans un format de blog afin que tout soit dans un joli paquet en forme d'histoire. Les endroits que je visite ont une telle richesse d'informations et d'histoire à leur sujet, donc je pense que partager cela avec les autres rend tout le voyage utile. L'un des grands avantages de la vie est de pouvoir apprendre quelque chose de nouveau tous les jours, vous ne saurez jamais tout mais c'est bien de commencer quelque part.

Près de la côte ouest des Highlands écossais, non loin du pont qui vous mène à l'île de Skye, vous trouverez le pittoresque château d'Eilean Donan qui est au centre de ce blog #HistoryWithBrendan. Eilean Donan est une petite île à marée où se rencontrent trois lochs marins, le Loch Duich, le Loch Long et le Loch Alsh. Depuis la restauration du château au début du XXe siècle, une passerelle relie l'île au continent. Le château a été fondé au XIIIe siècle et est devenu un bastion du clan Mackenzie et de leurs alliés le clan MacRae. Au début du XVIIIe siècle, l'implication des Mackenzie dans les rébellions jacobites a conduit en 1719 à la destruction du château par les navires du gouvernement britannique. La reconstruction des ruines par le lieutenant-colonel John Macrae-Gilstrap au vingtième siècle a produit les bâtiments actuels. Avec une histoire remontant au 6ème siècle, ce blog va plonger profondément dans cette histoire et choisir quelques faits intéressants pour vous.

Il est possible qu'une cellule monastique paléochrétienne ait été fondée sur l'île au VIe ou au VIIe siècle, dédiée à Donnán d'Eigg, un saint irlandais qui a été martyrisé à Eigg en avril 617. Aucun vestige d'édifices chrétiens n'a survécu, bien que des fragments de des pierres vitrifiées, soumises à des températures très élevées, ont été découvertes indiquant la présence d'une fortification de l'âge du fer ou du début du Moyen Âge. Les origines du château viennent cependant au début du XIIIe siècle, sous le règne d'Alexandre II (règne 1214-1249). Un grand château de mur-rideau a été construit qui enfermait une grande partie de l'île. À cette époque, la région était à la limite de la seigneurie nordique-celtique des îles et du comté de Ross : Eilean Donan offrait une solide position défensive contre les expéditions nordiques. Une légende fondatrice raconte que le fils d'un chef des Matheson acquit le pouvoir de communiquer avec les oiseaux. En conséquence, et après de nombreuses aventures à l'étranger, il gagna la richesse, le pouvoir et le respect d'Alexandre II, qui lui demanda de construire le château pour défendre son royaume.

Plus tard, l'île devint un bastion des Mackenzies de Kintail, à l'origine vassaux de Guillaume Ier, comte de Ross. À ce stade précoce, le château aurait été mis en garnison par les Macraes et les Maclennans, les deux clans qui furent plus tard étroitement associés aux Mackenzie. Les histoires traditionnelles du clan Mackenzie racontent que le comte William a profité du traité de Perth de 1266, par lequel le roi Magnus VI de Norvège a cédé les Hébrides à l'Écosse, et a exigé que son parent Kenneth Mackenzie restitue le château pour permettre son expansion dans les îles. Mackenzie refusa et Earl William mena un assaut contre Eilean Donan que les Mackenzie et leurs alliés repoussèrent. Les histoires du clan Mackenzie prétendent également que Robert le Bruce s'est abrité à Eilean Donan pendant l'hiver 1306 à 1307, mais il n'y a aucune preuve réelle de cela. Le château a échappé à toute autre implication dans les guerres d'indépendance écossaise.

Note latérale : Les guerres d'indépendance écossaise étaient une série de campagnes militaires menées entre le royaume d'Écosse et le royaume d'Angleterre à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle. La Première Guerre (1296-1328) a commencé avec l'invasion anglaise de l'Écosse en 1296 et s'est terminée avec la signature du traité d'Édimbourg-Northampton en 1328. La Seconde Guerre (1332-1357) a commencé avec l'invasion soutenue par les Anglais par Edward. Balliol et les « Déshérités » en 1332, et s'achève en 1357 avec la signature du traité de Berwick. Les guerres faisaient partie d'une grande crise pour l'Écosse et la période est devenue l'une des périodes les plus marquantes de son histoire. À la fin des deux guerres, l'Écosse a conservé son statut d'État indépendant. Les guerres étaient importantes pour d'autres raisons, telles que l'émergence de l'arc long comme arme clé dans la guerre médiévale.

Entre les XVe et XVIIe siècles, il y a eu beaucoup de querelles de clans qui ont entraîné la mort de nombreux comtes et gardiens qui étaient en garnison et vivaient à Eilean Donan, cela signifiait qu'il changeait de mains plusieurs fois. Au XVIIe siècle, le révérend Farquhar Macrae, fils de Christopher Macrae, est né au château en 1580. Après avoir fréquenté l'Université d'Édimbourg et pris les ordres, en 1618, il a été nommé connétable du château et ministre de Kintail à la mort de Murdoch Murchison. Colin Mackenzie de Kintail a été fait comte de Seaforth en 1623. Il a vécu principalement à Chanonry of Ross à Fortrose, mais a fait des visites régulières à Eilean Donan où l'agent de police devait le divertir et sa suite de 300 à 500 serviteurs, ainsi que les lairds voisins. En 1635, George Mackenzie, 2 comte de Seaforth, nomma Farquhar comme tuteur de son fils de six ans, Kenneth, qui fut ensuite élevé à Eilean Donan.

Lors des guerres civiles du milieu du XVIIe siècle, le comte de Seaforth se rangea du côté de Charles Ier. En 1650, après l'exécution du roi, le Parlement d'Écosse ordonna une garnison à Eilean Donan. La population locale n'a pas accueilli la garnison. Lorsqu'un groupe de 30 soldats est sorti du château pour demander des provisions à la population locale, une bande de 10 hommes qui s'opposaient à leurs demandes a rencontré les occupants. Une dispute a éclaté, qui a conduit les hommes de la garnison à être chassés avec plusieurs pertes. Peu de temps après, la garnison est partie. L'année suivante, le frère du comte, Simon Mackenzie de Lochslin, rassembla des troupes pour la cause royaliste autour d'Eilean Donan. Pour des raisons inconnues, il s'est brouillé avec Farquhar Macrae et a demandé son retrait du château. Farquhar a d'abord résisté et, malgré les interventions du jeune Kenneth, a dû être évacué par Lochslin et George Mackenzie (plus tard comte de Cromartie). Il a finalement été persuadé de partir sans violence, déclarant qu'il était trop vieux pour habiter dans le château froid. Farquhar fut ainsi le dernier agent à habiter Eilean Donan jusqu'à sa reconstruction, bien qu'il conserva le ministère de Kintail jusqu'à sa mort en 1662, à l'âge de 82 ans.

En 1689, le roi Jacques VII de la maison de Stuart a été déclaré obligé de renoncer au trône et la couronne a été offerte à Guillaume d'Orange, lors de la soi-disant « Révolution glorieuse ». La révolution a également établi le presbytérianisme en Écosse, bien que les Highlands soient généralement restés catholiques romains et fidèles aux Stuarts. Une série de soulèvements jacobites a suivi, entraînant une présence militaire accrue en Écosse alors que les forces gouvernementales tentaient de pénétrer et de soumettre les Highlands. En 1714, alors qu'il arpentait les fortifications pour le gouvernement, l'ingénieur militaire Lewis Petit réalisa le seul dessin survivant d'Eilean Donan. Le croquis-élévation et le plan soigneusement dessiné montrent un château délabré, en grande partie sans toit mais pour un petit bâtiment à l'entrée.

Un soulèvement jacobite majeur a eu lieu en 1715. Dirigé par le comte de Mar, il s'agissait d'une tentative de restaurer l'exilé James Stuart, le « vieux prétendant », sur le trône. William Mackenzie, 5e comte de Seaforth, a rejoint l'armée jacobite, menant les hommes du clan Mackenzie et du clan Macrae. Les Macraes se sont rassemblés à Eilean Donan et auraient dansé sur le toit du château avant de partir pour la bataille de Sheriffmuir où 58 Macraes étaient parmi les morts jacobites. La bataille était indécise et le soulèvement s'est effondré peu de temps après.

Après l'échec du soulèvement de 1715, les Jacobites trouvèrent un nouveau soutien en Espagne, s'opposant désormais à la fois à la Grande-Bretagne et à la France dans la guerre de la Quadruple Alliance. Le duc d'Ormonde a dirigé la principale flotte d'invasion depuis l'Espagne, tandis qu'une avant-garde de 300 soldats espagnols sous les ordres de George Keith, 10e comte Marischal, est arrivée à Loch Duich en avril 1719 et a occupé le château d'Eilean Donan. Le soulèvement attendu des Highlanders n'a pas eu lieu et la principale force d'invasion espagnole n'est jamais arrivée. Début mai, la Royal Navy a envoyé des navires dans la région. Tôt le matin du dimanche 10 mai 1719, le HMS Worcester, le HMS Flamborough et le HMS Enterprise mouillèrent au large d'Eilean Donan et envoyèrent un bateau à terre sous pavillon de trêve pour négocier. Lorsque les soldats espagnols du château ont tiré sur le bateau, il a été rappelé et les trois navires ont ouvert le feu sur le château pendant une heure ou plus. Le lendemain, le bombardement continua tandis qu'une équipe de débarquement était préparée. Le soir, sous le couvert d'une intense canonnade, un détachement débarqua dans les bateaux des navires et s'empara du château contre peu de résistance. Selon le journal de Worcester, dans le château se trouvaient « un Irlandais, un capitaine, un lieutenant espagnol, un sergent, un rebelle écossais et 39 soldats espagnols, 343 barils de poudre et 52 barils de mousquet ». La force navale a passé les deux jours suivants et 27 barils de poudre à canon à démolir le château.

Note latérale : Les soulèvements jacobites, également connus sous le nom de rébellions jacobites ou de guerre de succession britannique, étaient une série de soulèvements, de rébellions et de guerres en Grande-Bretagne et en Irlande entre 1688 et 1746. Les soulèvements avaient pour objectif de ramener James II d'Angleterre et VII d'Écosse, le dernier monarque britannique catholique, et plus tard ses descendants de la maison de Stuart, au trône de Grande-Bretagne après avoir été déposés par le Parlement pendant la Glorieuse Révolution.

Après près de 200 ans de destruction entre 1919 et 1932, le château a été reconstruit par le lieutenant-colonel John MacRae-Gilstrap. La restauration comprenait la construction d'un pont en arc pour faciliter l'accès à l'île. Macrae-Gilstrap a également établi un mémorial de guerre dédié aux hommes du clan MacRae qui sont morts pendant la Première Guerre mondiale. Le mémorial est orné de vers du poème de John McCrae "In Flanders Fields", et est flanqué de canons de campagne gris de la guerre. Eilean Donan a été ouvert au public en 1955 et est depuis devenu une attraction populaire. En 1983, la propriété du château a été transférée au Conchra Charitable Trust, créé par la famille Macrae pour entretenir et restaurer le château, et un centre d'accueil spécialement construit a été ouvert du côté terrestre du pont en 1998.


John MacRae était le deuxième fils de Duncan MacRae et Grace Stewart. Il est né au Pendjab où son père avait servi comme chirurgien avec la Compagnie des Indes orientales pendant la rébellion indienne de 1857. La famille est ensuite retournée en Écosse, où Duncan MacRae a élu domicile au château de Kames à Bute, devenant sous-lieutenant de Buteshire. son frère aîné Stuart, bien qu'également né en Inde et écossais d'origine, a ensuite joué au football international pour l'Angleterre dans les années 1880. [1] [2] Son grand-père, le major Colin MacRae, a également servi en Inde avec le 75th Highlanders. L'arrière-arrière-grand-père de John était John MacRae de Conchra, l'un des « Quatre Johns d'Écosse » qui ont été tués en combattant pour les Jacobites à la bataille de Sheriffmuir en 1715. [3]

En 1883, MacRae s'est joint au 1er bataillon du Royal Highland Regiment (The Black Watch) en tant que lieutenant. L'année suivante, il est affecté en Égypte où le régiment est engagé dans la guerre mahdiste et participe à la bataille de Tamai (13 mars 1884). En septembre, il est nommé responsable d'une division de bateaux dans le cadre de l'expédition sur le Nil du général Earle. L'expédition a échoué dans son objectif de soulager le siège de Khartoum et a été attaquée à Kirbekan en février 1885. MacRae a été mentionné dans les dépêches après l'engagement, au cours duquel les Mahdistes ont été vaincus. [3] Il a également reçu la Médaille d'Égypte et l'Étoile de bronze du Khédive. [3] Les Britanniques se sont ensuite retirés du Soudan et MacRae a été envoyé avec son régiment à Malte, retournant à Perth en 1889. L'année suivante, il a été promu capitaine [3] et en 1901, il a été nommé à la Royal Company of Archers , garde du corps d'apparat du souverain en Ecosse. [4]

Le 4 mars 1889, John MacRae épousa Isabella Mary Gilstrap, deuxième fille de feu George Gilstrap de Newark, à St Peter's, Eaton Square, Londres. [4] Isabella était la nièce et la cohéritière de Sir William Gilstrap, Bt., un riche malteur et philanthrope. À la mort de Sir William en 1896, aux termes de son testament, John MacRae prit le nom de famille supplémentaire de Gilstrap et assuma un poste de direction dans l'entreprise familiale Gilstrap, Earp & Co., alors la plus grande entreprise de production de malt en Grande-Bretagne. [4] [5] En 1897 les MacRae-Gilstraps vivaient à 65 Northgate, Newark et en 1899 ils ont acheté la Maison Ballimore à Otter Ferry à Argyll. [6]

John MacRae-Gilstrap était un membre senior de la famille MacRae de Conchra, descendant d'Alexander MacRae qui, en 1677, reçut un wadset (hypothèque) des terres de Conchra sur le Loch Long, à 2 kilomètres (1,2 mi) au nord d'Eilean Donan. [7] Les MacRaes de Conchra sont l'une des nombreuses branches du clan remontant à Fionnla Dubh mac Gillechriosd, l'ancêtre réputé du clan MacRae, les autres familles principales étant MacRae d'Inverinate, MacRae de Torlysich et le clan Ian Charrich, qui prétend descendre d'un ancêtre encore plus ancien. [8] Chacune de ces familles principales a revendiqué l'ancienneté sur les autres, et bien que la famille du révérend Alexander MacRae Histoire du clan MacRae, publié pour la première fois en 1899, place la branche Inverinate dans la position supérieure, la question a continué à être débattue. [8] Indépendamment de l'ancienneté, aucun MacRae n'avait jamais été officiellement reconnu comme chef du clan. Les MacRaes étaient étroitement liés au clan Mackenzie, servant de garde du corps personnel à leur chef, Mackenzie of Kintail (plus tard comte de Seaforth), et acquérant le surnom de « Mackenzie's Shirt of Mail ». [9]

En 1909, Sir Colin MacRae d'Inverinate a soumis une pétition à Lord Lyon, l'autorité héraldique en Écosse, revendiquant le droit d'utiliser un blason historique en tant que chef du nom de MacRae, et déclarant que sa famille avait longtemps été officieusement reconnue comme chefs. John MacRae-Gilstrap avait précédemment placé une "mise en garde" avec le Lord Lyon, demandant que "si une demande devait être présentée à la Cour du Lord Lyon pour l'immatriculation des armes en tant que chef du clan MacRae", alors il serait notifié et offert l'occasion de parler. [dix]

La requête a été dûment entendue par le tribunal de Lyon, devant lequel Macrae-Gilstrap a été contesté quant à son droit de comparaître, car il n'était pas le plus ancien représentant de sa propre famille. Il a répondu que « je suis ici pour me protéger et pour dire que je ne reconnaîtrai pas la branche Inverinate sous quelque forme que ce soit en tant que chef du clan MacRae et en tant que mon chef. » [10] Il a continué en soutenant que "toutes les familles MacRae sont plus ou moins sur un pied d'égalité", [10] et a soutenu que les MacRaes étaient un clan "qui n'avait pas de chef autre que Seaforth". [11] Il a également nié l'ancienneté de la famille Inverinate malgré apparemment avoir concédé leur ancienneté à une occasion précédente, par laquelle il a été accusé par l'avocat de Sir Colin de choisir sa preuve. [10] En prenant une décision, annoncée en avril 1909, le Lord Lyon, James Balfour Paul, se limite aux questions d'héraldique. Il a constaté que Sir Colin n'avait pas prouvé son droit à l'usage des armes principalement, et n'a donc pas exploré la question de la chefferie elle-même. [12] Les débats se sont poursuivis quant au bien-fondé de la reconnaissance d'un chef de clan, Sir Colin continuant à se désigner comme chef et MacRae-Gilstrap continuant à réitérer son opposition à la revendication de Sir Colin. [13]

Le château d'Eilean Donan, probablement construit pour la première fois au 13ème siècle, était un bastion des Mackenzies de Kintail qui ont nommé plusieurs générations du clan MacRae comme constables. Le dernier agent de police, le révérend Farquhar MacRae, qui a été destitué en 1651, était un ancêtre de John MacRae-Gilstrap. Lors de l'échec du soulèvement jacobite de 1719, le château a été occupé par les troupes espagnoles et a été démoli par les forces gouvernementales après la capitulation des Espagnols. En 1912, le château, situé sur une île du Loch Duich sur la côte ouest de Lochalsh, avait été réduit à quelques fragments de maçonnerie. [14]

En 1912, MacRae-Gilstrap acheta le château d'Eilean Donan à Sir Keith Fraser d'Inverinate, devenant ainsi le premier MacRae depuis de nombreuses années à détenir des terres sur le territoire clanique traditionnel de Kintail. [15] Initialement, MacRae-Gilstrap avait l'intention de préserver les ruines telles qu'elles étaient et a employé un tailleur de pierre local, Farquhar MacRae, pour nettoyer le site. Il a été engagé pendant la Première Guerre mondiale, mais de retour à Kintail en 1919, il a trouvé Farquhar MacRae en train de préparer une restauration complète du château. Farquhar « a prétendu avoir fait un rêve dans lequel il a vu, dans les moindres détails, exactement à quoi ressemblait le château à l'origine ». [16] MacRae-Gilstrap a accepté d'aller de l'avant avec la reconstruction et a chargé l'architecte George Mackie Watson de préparer des plans. Le château a été entièrement reconstruit entre les années 1920 et 1932. Au cours de la dernière année, le pont vers le continent a été achevé, et une cérémonie d'ouverture officielle a eu lieu le 22 juillet 1932. Le coût total de la restauration était d'environ 250 000 £, en grande partie financé par l'héritage Gilstrap. [17]

John MacRae-Gilstrap est décédé en janvier 1937 à Eilean Donan et a été enterré au cimetière historique MacRae à Clachan Duich, à la tête du Loch Duich. Isabella a vécu jusqu'en 1949. [4] John et Isabella ont eu cinq filles et un fils. [3] Ses domaines passèrent à son fils, le capitaine Duncan MacRae (1890-1966), puis à son fils, John MacRae (1925-1988). John MacRae a ouvert Eilean Donan au public en 1955 et a créé le Conchra Charitable Trust en 1983 pour prendre soin du château. [18] Sa fille la baronne Miranda van Lynden, arrière-petite-fille de John MacRae-Gilstrap, est l'actuelle chef des MacRaes de Conchra. [19]


Histoire du château d'Eilean Donan

La structure défensive existait déjà dans l'Antiquité sur l'île rocheuse d'origine volcanique, baignée par les eaux du lac Loch Duich. À la fin du 6ème siècle, un monastère a été érigé sur l'île. St Donan y vécut avec ses frères. C'était un prédicateur chrétien dont le nom est finalement resté sur l'île et est devenu un nom inhérent au château. En 618, le monastère construit à la frontière entre les terres des Pictes et des Scotti a été détruit et tous ses habitants ont été tués. Certains historiens attribuent ces crimes à des pillards itinérants, tandis que d'autres pensent que l'ordre de brûler le monastère a été donné par la reine des Pictes qui n'aimait pas beaucoup les chrétiens et se méfiait de Donan lui-même qui venait de la tribu Scotti.

La première forteresse, sur laquelle des données plus détaillées existent, a été construite sur l'île en 1220, sous le règne d'Alexandre II, le roi d'Écosse, qui a donné l'ordre de construire Eilean Donan et le château de Tarbert. Ces bâtiments étaient essentiels pour assurer la sécurité et la protection de l'armée norvégienne soutenant les dirigeants du royaume des îles et un territoire à moitié indépendant séparé de l'Écosse au milieu du XIIe siècle. En 1248, le souverain du royaume des îles reconnut le roi de Norvège comme son suzerain de sa propre volonté. En conséquence, la Norvège a activement participé à la guerre contre l'Écosse. En 1263, une bataille décisive eut lieu entre les Écossais et les Norvégiens près de Largs. Colin Fitzgerald s'est distingué avec beaucoup de courage et plus tard, le roi d'Écosse lui a donné le titre de baron de Kintail et du château d'Eilean Donan.

Le petit-fils de Fitzgerald, Kenneth McKenzie, a hébergé Robert Bruce dans le château d'Eilean Donan, qui s'est caché des Anglais. Après que Robert Bruce soit devenu un monarque écossais couronné, les terres de Kintail étaient gouvernées par son parent, Randolph, qui traitait très sévèrement tous ceux qui aimaient la liberté. Ainsi, en 1331, une exécution massive de comploteurs eut lieu près du château. Leurs têtes «décoraient» les murs du château pendant longtemps. Le château d'Eilean Donan avait été une structure défensive importante pendant de nombreuses années, servant l'Écosse avec foi et vérité lorsque la situation politique était très instable et menacée par les explosions d'agression.

En 1530, un descendant des souverains du royaume, Donald MacDonald, déclencha un soulèvement contre le roi d'Écosse qui dura plusieurs années. En 1539, l'armée des rebelles atteint le château d'Eilean Donan qui, malgré sa petite garnison, oppose une forte résistance aux ennemis. Après la mort du commandant, un jeune soldat, Duncan McRae, était aux commandes. Il s'est avéré être un tireur très précis puisqu'il a mortellement blessé Donald MacDonald. Les rebelles, ayant perdu leur chef, renoncèrent très rapidement à prendre d'autres mesures, et le brave McRae se vit confier par McKenzie le poste de commandant d'Eilean Donan à la fois pour lui-même et pour ses descendants.

Au début du XVIIe siècle, le clan McKenzie possédait suffisamment de terres, y compris les châteaux, mais Eilean Donan était considéré comme le plus grand et le plus important. Au début du XVIIe siècle, le clan McKenzie était non seulement un partisan des Stuart, mais il participa également activement aux soulèvements jacobites. Plusieurs milliers de soldats sous McKenzie se sont affrontés dans les batailles de Sherramuir et Glenshire. Au début du XVIIIe siècle, les Espagnols qui soutenaient les ambitions de James Edward Stuart&rsquos dans ses aspirations au trône d'Angleterre ont établi leur point stratégique dans la forteresse d'Eilean Donan avec une armurerie, un entrepôt et une petite garnison.

En 1719, l'armée d'État anglaise attaqua Eilean Donan sur trois frégates qui tirèrent sur le château et les entrepôts. La petite garnison fut emprisonnée, le château soufflé et détruit. Son hôte, le comte William Mackenzie, dut s'enfuir en France. Les membres du clan McRae, qui au cours des derniers siècles remplissaient non seulement le rôle des commandants du château mais aussi des gardes privés de Mackenzie, sont restés pour surveiller le château détruit et ont même eu l'idée d'envoyer à leur seigneur les charges collectées pour la location du terrain. . À la fin du XVIIIe siècle, un membre d'une branche différente devint le chef du clan Mackenzie qui considérait le château de Leod près de la ville d'Inverness comme leur maison familiale. Après deux cents ans d'oubli, le château d'Eilean Donan a reçu une nouvelle vie par John McRae-Gilstrap, qui a acheté l'île d'Eilean Donan avec les ruines du château en 1911. Il a consacré plus de deux décennies à restaurer la forteresse à son aspect d'origine selon les croquis restés des périodes passées. En juillet 1932, les travaux de rénovation s'achèvent dans le château. Ainsi, un pont de pierre relie le château, sur l'eau du lac, au continent. Depuis 1983, le bastion d'Eilean Donan fait partie d'un fonds fiduciaire créé par le clan McRae pour maintenir et rester cet endroit merveilleux.


Origines du clan Modifier

Le nom de famille Matheson a plus d'une anglicisation de sa dérivation gaélique écossaise. [3] L'historien Black attribue Matheson au gaélique Mic Mhathghamhuin ce qui signifie fils de l'ours, et les bras du chef de clan portent deux ours en soutien. [3] Il a également été suggéré que MacMhathain moyens fils des héros. [3] La version Scottish Lowland de Matheson signifie simplement fils de Matthieu. [3]

Les chefs du clan Matheson sont les descendants de Kenneth, le premier MacAlpin, roi d'Écosse. Les Matheson ont reçu des terres des comtes celtiques de Ross et se sont installés autour du Loch Alsh, du Lochcarron et de Kintail. [3] En 1262, une armée écossaise dirigée par Alexandre III d'Écosse envahit l'île de Skye afin de libérer les îles des rois de Norvège et l'un des chefs de cette expédition est enregistré comme Kjarnac ou Cormac Macmaghan. [3] À la suite de la bataille de Largs en 1263, les îles de l'Ouest ont été dominées par le clan Donald dont les chefs étaient les seigneurs des îles et le clan Matheson s'est rangé avec eux. [3]

XVe et XVIe siècles Modifier

En 1411, le clan Matheson a combattu pour Domhnall of Islay, seigneur des îles à la bataille de Harlaw où le chef du clan, Alasdair a été capturé. [3] Le clan Matheson aurait alors compté plus de deux mille guerriers. [3] Macmaken soutenu Alexandre d'Islay, comte de Ross, soupçonné de trahison par Jacques Ier d'Écosse. [3] En conséquence, le comte a été saisi par le roi à Inverness en 1427. [3] Matheson a été aussi arrêté par le roi, [4] et a été exécuté. [3]

Alors que les seigneurs des îles perdaient le pouvoir, les Mathesons aussi. [3] Les Matheson se sont alors retrouvés impliqués dans la querelle entre le Clan MacDonald et le Clan Mackenzie. [3] Iain Dubh Matheson a été tué en défendant le château fort d'Eilean Donan de Mackenzie, dont il était devenu l'agent de police après avoir épousé la veuve de monsieur Dugald Mackenzie. [3] Dougal MacRuadhri Matheson a siégé au Parlement et a été prieur de Beauly entre 1498 et 1514. [3]

Selon le Compte MS des Gunns manuscrit historique, le clan Matheson a combattu aux côtés du clan Mackay et des Polsons lors de la bataille de Torran Dubh en 1517 contre le clan Gunn, le clan Ross et les Murrays d'Aberscross. [5]

Toutes les généalogies du clan s'accordent à dire que le prochain chef était le chef incontesté Murdoch Buidhe (cheveux jaunes) décédé vers 1602. [3]

17th and 18th centuries Edit

Murdoch had two sons, Roderick and Dugald. [3] Duglad was styled of Balmacara and he rose to become chamberlain of Lochalsh in 1631. [3] Dugald was the ancestor of John Matheson of Attadale whose grandson, John, was forced to sell their Highland estates. [3]

Another branch of the Clan Matheson who had settled on the north side of Loch Shin had been ballies to the Earls of Sutherland in the late 15th century. [3] Donald Matheson of Shin fought against the Jacobites during the Jacobite rising of 1715. [3] Meanwhile, the chiefship of the clan had descended through a line who were descended from Dugald of Balmacara's elder brother, Roderick Matherson. [3] They acquired lands on the Black Isle that were known as Bennetsfield. [3] Unlike his cousins in Sutherland, John Matheson, second of Bennetsfield was a Jacobite who fought at the Battle of Culloden in 1746. [3] Of the members of the Clan Matheson who supported the British Government during the Jacobite rising of 1745, it is recorded that a Kenneth Mathisom was a lieutenant in the Independent Highland Company that was formed by the town of Inverness and a John Mathison was also a lieutenant in one of the Independent Highland Companies formed by the Clan Mackenzie chief, also to support the British Government. [6]

Bairnson, MacBirnie, MacBurnie, McBurnie, McBurney, MacMahon, MacMath, MacMathon, MacMhathain, Massey, Massie, Matheson, Mathewson, Mathie, Mathieson, Mathison, Mathyson, Matthews, Matthewson, Moannach. [7]

  • Fort Matheson, now a ruin, was the original seat of the Chief of the Clan Matheson. near Stornoway on the Isle of Lewis was built by the family of Sir James Matheson who bought the property in 1846 and was originally the site Seaforth Lodge. [8] was originally held by the Clan Munro but later passed to the Mathesons. [8]
  • Bennetsfield near Munlochy in Easter Ross is the site of a castle or old house. [8] It was held by the Mathesons from the end of the seventeenth century and this branch of the clan became the chiefs. [8] John Matheson, 2nd of Benetsfield fought for the Jacobites at the Battle of Culloden in 1746, although most of his clan supported the government. [8]
  • Shiness near Lairg in Sutherland is the site of a castle or old house. [8] It was held by the Mathesons from the fifteenth century who were ballies to the Earls of Sutherland. [8] Donald Matheson of Shiness fought against the Jacobites in the Jacobite rising of 1715. [8] The property went to the Dukes of Sutherland in 1809. [8]

The current chief Sir Alexander Fergus Matheson, 8th Baronet, who now resides in Norfolk, England.


Highlights at Eilean Donan Castle

Take one look at a photo of Eilean Donan Castle and it’s easy to see why it ranks as one of the most popular things to see in Scotland. When you’re there, don’t miss:

  • The location – picture-perfect, surrounded by brooding sea lochs and majestic Scottish mountains.
  • The interiors – Macrae curated these carefully and they include period furniture (with some particularly fine examples of Sheraton and Chippendale), oil paintings and a collection of weapons.
  • The living quarters – see what makes up some of the finest castle accommodation in Scotland.
  • The Banqueting Hall – also known as the Great Hall, the jewel in the Eilean Donan crown has magnificent beams and decoration.
  • The wildlife – while you’re admiring the views from the castle, keep an eye open for otters, dolphins and porpoises in the lochs and birds of prey in the sky above you.
  • The sea gate – don’t miss the views of Loch Alsh through the sea gate in the courtyard.
  • The shifting tides – if you can, catch the castle at low and high tide to appreciate how the landscape changes.

Eilean Donan Castle fast fact:

The beams in the Banqueting Hall are made from Douglas Fir from British Columbia, gifted to Macrae by his Canadian Macrae relatives.


Eilean Donan Castle

Eilean Donan Castle is one of the most recognised castles in Scotland. It is, without doubt, a Scottish icon and certainly one of the most popular visitor attractions in the Highlands. When you first set eyes on it, it is easy to understand why so many people flock to its stout doors year after year. Strategically located on its own little island, overlooking the Isle of Skye, at the point where three great sea-lochs meet, and surrounded by the majestic splendour of the forested mountains of Kintail, Eilean Donan&rsquos setting is truly breath-taking.

Crossing the bridge to today&rsquos castle, the fourth version, you can clearly understand why Bishop Donan chose the tranquil spot back in 634 AD to settle on it and create a monastic cell. The first castle was later established in the 13th century by Alexander II in an effort to help protect the area from Viking incursions. At this stage in history the original castle encompassed the entire island and is believed to have been constructed with seven towers connected by a massive curtain wall. Over the centuries, the castle contracted and expanded for reasons that still remain a mystery to this day, until 1719 when it was involved in one of the lesser known Jacobite uprisings. When the British Government learned that the castle was occupied by Jacobite leaders along with a garrison of Spanish soldiers, three Royal Navy frigates were sent to deal with the uprising. On the 10th of May 1719, the three heavily armed warships moored a short distance off the castle and bombarded it with cannon. With walls of up to 5 metres thick, these cannon had little impact, but eventually the castle was overwhelmed by force. Discovering 343 barrels of gunpowder inside, the Commanding officer gave orders to blow the castle up following which Eilean Donan lay in silent ruin for the best part of two hundred years.

The castle that visitors enjoy so much today was reconstructed as a family home between 1912 and 1932 by Lt Col John MacRae-Gilstrap, and incorporated much of the ruins from the 1719 destruction. At this point the bridge was added a structure that is as much a part of the classic image as the very castle itself.

Visitors now have the opportunity to wander round most of the fabulous internal rooms of the castle viewing period furniture, Jacobean artefacts, displays of weapons and fine art. Historical interest and heritage are in abundance with informed guides happy to share a wealth of knowledge. Extremely popular with families, a visit to Eilean Donan promises lots of fun for the kids whether it be swinging a Claymore, spying through the spy holes, lifting the cannon balls, gazing at the fearsome portcullis or exploring the ancient battlements. Wildlife surrounds the island too, with regular viewings of porpoise, dolphins, otters and birdlife. For those feeling particularly romantic, weddings can even be arranged inside the beautiful Banqueting Hall.


Eilean Donan History & Facts

Here are a few facts to give you some context when admiring the castle:

  • It was set up that way in the early 13th century as a defensive measure against the Vikings.
  • It was first a stronghold for the Clan MacKenzie
  • Over time the castle has changed a lot, expanding and contracting. During medieval times it was probably at its largest.
  • The Castle of Eilean Donan played a role in the Jacobite risings in the 17th and 18th centuries. And it was destroyed as a result. in 1719.
  • After being left in ruins for 200 years, it was bought by Lt Colonel John Macrae-Gilstrap in 1911 and spent 20 years restoring it
  • It is part of the Kintail National Scenic Area


The surname Macrae (and its variations) is an anglicisation of the patronymic from the Gaelic personal name MacRaith. This personal name means "son of grace". [1] The name is recorded numerous times in the Middle Ages, and was used by various unrelated families. [2]

According to the late 19th-century historian Alexander Mackenzie, and Rev. Alexander Macrae in the early 20th century, the main authority for the early history of Clan Macrae is the late 17th-century manuscript account of the clan written by Rev. John Macrae. [3] [4] Alexander Macrae largely based his history of the clan upon John Macrae's earlier account. [5]

According to tradition, the Macraes were originally from Ireland and shared a common ancestry with the Mackenzies and Macleans. The Macraes were said to have originated from Clunes, which is located near the southern shore of the Beauly Firth, and was within the lordship of Lovat. Alexander Macrae stated that these traditions likely refer to a period sometime in the middle of the 13th century. [6] According to John Macrae, after a violent dispute arose between the Macraes and more powerful Frasers of Lovat, three sons of the Macrae chief set off for new lands. One of the sons settled in Brahan, near Dingwall (later the site of Brahan Castle) another settled in Argyll and the other settled in Kintail. [4]

At that time Kintail was held by the Mackenzies, and according to John Macrae's account, there were very few Mackenzies of the chiefly line and thus the chief of that clan welcomed the Macraes because they shared a common descent and could be relied upon. Although John Macrae did not know the name of the Macrae brother who settled in Kintail, he stated that this Macrae brother married the daughter, or granddaughter, of Macbeolan who possessed a large part of Kintail before Mackenzie's rise to power. [note 1] Alexander Mackenzie considered this marriage to be the real reason for the loyalty given by the Macraes to their Mackenzie lords he did not believe the Macraes and Mackenzies to share a common ancestry in the male line as John Macrae had claimed. [4]

Alexander Macrae was of the opinion that these events probably took place sometime in the first half of the 14th century before the Mackenzies became firmly established in the Kintail area. He stated that there didn't appear to be any evidence that the Macraes were in the Kintail area before the time of these events, but noted that it was said that Eilean Donan Castle was garrisoned by Macraes and Maclennans in the late 13th century, during the period when the fortress was first taken into possession by Kenneth, founder of the Mackenzies of Kintail. [6]

According to tradition, one of the prominent ancestors of the Macraes from Kintail was Fionnla Dubh mac Gillechriosd, According to John Macrae, Fionnla Dubh mac Gillechriosd was about two, or three, generations removed from the Macrae who settled in Kintail from Clunes. Alexander Macrae stated that Fionnla Dubh was a contemporary of Murdo Mackenzie, fifth chief of the Mackenzies of Kintail. In 1416, Murdo died and was succeeded by his son, Alexander. [8] According to the traditions of John Macrae, when the bastard uncles of the young Mackenzie chief began oppressing the folk of the district, Fionnla Dubh was instrumental in retrieving him from the south of Scotland upon Alexander's return, the Mackenzie lands were brought back under control. The main line of the Macraes from Kintail, the Macraes of Inverinate, trace their descent from Fionnla Dubh. [8]

The Macraes are known to have been constant supporters of the Clan Mackenzie in recorded times in 1520, and for many years onwards, they were constables of Eilean Donan Castle. [9] In 1539 the Clan Macdonald of Sleat besieged Eilean Donan as part of their attempt to restore the Lordship of the Isles and Duncan Macrae is credited with slaying the Macdonald chief with an arrow which brought the siege to an end. [10] In view of their constant service to the Mackenzies, the Macraes of Kintail became known as the Mackenzies' "shirt of mail". [4]

17th century and civil war Edit

The Rev. Farquhar Macrae, born in 1580, Constable of Eilean Donan, was both an energetic churchman and a great Latin scholar. On his first visit to the Isle of Lewis, he is said to have baptised all the inhabitants under forty years of age, no clergyman having resided on the island during that period. His second son, John Macrae, became minister of Dingwall in 1640 and died in 1704.

During the Civil War the Clan Macrae supported the Royalist cause but under the equivocating Earl of Seaforth firstly fought valiantly on the losing Stateside at the Battle of Auldearn in May 1645 before following Seaforth to support the royalist James Graham, 1st Marquess of Montrose.

Rev. Farquhar Macrae's grandson, Duncan Macrae of Inverinate was the compiler of the famous Fernaig manuscript 1688-93. [11]

18th century and Jacobite risings Edit

In 1721 a force of men from the Clan Ross, led by chief William Ross 6th of the Pitcalnie line and his brother Robert went on a rent-collecting expedition into the lands of the Mackenzies. They were confronted by a force of 300 men from the Clan Mackenzie and Clan Macrae, led by a Colonel Donald Murchison. The Rosses were outnumbered and after a short battle, the two sides parleyed and the Rosses withdrew realising that further resistance was useless. The next day the chief's son Walter Ross died of his wounds and his nephew William, son of Robert Ross, was wounded but survived. [12] See main article: Battle of Glen Affric.

The Macraes were split in regards to supporting the Jacobite cause in the Jacobite rising of 1745. A number of Macraes are known to have taken the side of the British government as part of the Independent Companies under Captain Colin Mackenzie. While others would side with the Jacobites under George Mackenzie, 3rd Earl of Cromartie. It is recorded that the Mackenzie Company was at Shiramore in Badenoch in June 1746 and it included over sixty Macraes. [13] It is recorded that John MacRae was an Ensign in one of the Mackenzie Independent Highland Companies that supported the British Government and that was commanded by the aforementioned Captain Colin Mackenzie. [14]

Today, crest badges, clan badges, and clan tartans are all means of identifying clans and displaying members' allegiance to their clan. A crest badge suitable to be worn by a member of Clan Macrae, on a bonnet or upon the chest, contains the crest: A cubit arm grasping a sword, all proper. [15] The motto which circles the crest is: FORTITUDINE, which means "with fortitude" in Latin. [15]

The more authentic clan badges (sometimes called plant badges) are actually plants, of which springs are worn upon a bonnet or upon the chest as a badge. The clan badge of Clan Macrae is club moss. [16] sometimes referred to as staghorn grass. It may refer to the Mackenzie chiefly arms, due to the Macraes' close association with the Mackenzies. [16]

The slogan representing the war cry of the clan Sgurr Uaran refers to a prominent rallying point in the clan's traditional lands, Sgùrr Fhuaran, a mountain near Loch Duich which is one of the "Five Sisters of Kintail". [17]


Voir la vidéo: Castillo de Eilean Donan Escocia - Eilean Donan Castle (Janvier 2022).