Podcasts sur l'histoire

HMS Victorieux

HMS Victorieux

HMS Victorieux

HMS Victorieux était le membre le moins actif de la classe Majestic des cuirassés pré-dreadnought, agissant comme navire de garde puis comme navire de réparation pendant la Première Guerre mondiale. Dans les plans d'avant-guerre, il avait été affecté au 7th Battle Squadron avec la Channel Fleet, mais à la place, il était affecté au Humber, dans le cadre du 9th Battle Squadron. Elle y resta jusqu'en février 1915, date à laquelle elle fut envoyée à Elswick on the Tyne pour y être désarmée. Ses canons de 12 pouces ont été utilisés pour armer les moniteurs Lord Clive Prince Rupert et Général Wolfe. Après cela, il a été affecté à Scapa Flow pour servir de navire de réparation.

Déplacement (chargé)

15 730-16 060 t

Vitesse de pointe

tirant d'eau naturel de 16 nœuds
17 nœuds de tirant d'eau forcé

Armure – ceinture

9 pouces

- cloisons

14-12 pouces

- des barbettes

14 pouces

- maisons d'armes à feu

10 pouces

- casemates

6 pouces

- la tourelle

14 pouces

- plate-forme

4 pouces-2,5 pouces

Longueur

421 pieds

Armement

Quatre pistolets de 12 pouces
Douze pistolets à tir rapide de 6 pouces
Seize canons à tir rapide de 12 livres
Douze canons à tir rapide 2pdr
Cinq tubes lance-torpilles de 18 pouces, quatre immergés

Complément d'équipage

672

Lancé

19 octobre 1895

Complété

novembre 1896

Vendu pour rupture

1922

Capitaines

Capitaine R. Nugent (1914)

Livres sur la Première Guerre mondiale | Index des sujets : Première guerre mondiale


Porte-avions blindés pendant la Seconde Guerre mondiale

L'USS CIMARRON ravitaille l'USS ROBIN (HMS VICTORIOUS) le 12 juillet 1943.

USS Robin : C'est le porte-avions américain qui n'a jamais existé.

C'est aussi le plus proche de l'USN du mythique "Project Rainbow", où l'expérimentation de la téléportation était censée avoir fait "disparaître dans les airs" les navires avant de réapparaître ailleurs.

À première vue, cela semble être ce qu'il prétend. C'était un navire sous commandement américain. Son avion portait l'étoile blanche de l'USN. Son équipage portait des vêtements USN. Ses opérateurs radio parlaient avec des accents américains. Beaucoup de ses membres d'équipage avaient également ces accents distinctifs.

Mais le nom ne correspondait pas à celui de l'inventaire USN : l'USS Robin était censé être un dragueur de mines / remorqueur océanique.

Celui-ci était un porte-avions.

Et le navire lui-même battait pavillon de la Royal Navy.

La cause était la bataille des îles Santa Cruz.

L'USS Hornet avait été perdu. L'Enterprise avait simplement accumulé trop de dégâts de combat pour être efficace.

Cela a quitté Saratoga. Et ses réparations devaient le maintenir hors de la ligne de front jusqu'en novembre 1942.

USS WASHINGTON vu au-dessus des Sea Hurricanes à bord du HMS VICTORIOUS en juillet 1942.

L'effet était un besoin de la flotte américaine du Pacifique pour qu'un autre transporteur apparaisse, comme sorti de nulle part.

Finalement, ce « miracle » devait se matérialiser sous la forme de l'USS Robin.

C'est l'une des histoires oubliées de la Seconde Guerre mondiale - lorsque les États-Unis ont demandé à la Grande-Bretagne d'aider à renforcer sa flotte du Pacifique diminuée après les lourdes pertes de 1942.

La petite référence qui est faite à "USS Robin" est généralement confuse, incomplète - ou simplement un re-hachage d'un autre résumé mal compilé.

Comme toujours, l'histoire est beaucoup plus banale – et complexe – qu'on ne le croit généralement.

Un bombardier japonais est abattu en flammes alors que l'USS ENTERPRISE est victime d'un quasi-accident lors de la bataille de Santa Cruz.

Minute du premier seigneur de la mer au premier ministre
[PREM 3/ 163/ 1] 5 novembre 1942

Renforts de porte-avions pour le Pacifique Sud-Ouest Voici deux enquêtes préliminaires portant sur la possibilité de renforcer le S.W. Pacific après "Torch", sur la base que nous n'avons subi aucune perte d'unités importantes au cours de cette opération. La situation sera à nouveau réexaminée lorsque nous saurons comment "Torch" s'en est sorti.

Appréciation par l'Amirauté
[PREM 3/ 163/ 1]
Renforts de porte-avions pour le Pacifique Sud-Ouest

Renfort de transporteur de S.W. Pacifique
L'appréciation ci-jointe montre qu'en forces navales les Américains seront inférieurs aux Japonais dans le Pacifique Sud-Ouest jusqu'au printemps prochain, même si nous les renforçons par trois porte-avions. Sans ces renforts, ils seront nettement inférieurs et la sécurité des routes aériennes et maritimes transpacifiques pourrait être menacée. Même si Guadalcanal tombe, à condition de contester de nouvelles avancées japonaises vers le Sud et de maintenir la pression en Nouvelle-Guinée, les Japonais devraient être suffisamment contenus dans le Pacifique pour les empêcher de mener des opérations majeures ailleurs.

2. Il faut souligner qu'avec la connaissance limitée des forces navales, aériennes et terrestres engagées sur ce théâtre qui est disponible dans l'Amirauté, cette conclusion doit nécessairement être quelque peu spéculative. De plus, dans nos calculs, nous avons tenu compte de l'U.S.S. RANGER renforce cette zone après « TORCH », bien que les Américains n'aiment apparemment pas exposer ce navire à une épreuve sévère en raison de sa mauvaise protection sous-marine.

L'ocean indien
3. L'activité dans le sud-ouest du Pacifique, combinée à la pénurie générale de navires, limitera, à notre avis, l'activité japonaise dans l'océan Indien aux sorties navales et aux raids aériens contre les navires ou les ports. Il existe deux méthodes pour contrer cela: –
(a) Par des forces navales supérieures basées à Ceylan et
(b) Par des forces aériennes basées à terre, suffisantes pour couvrir la navigation côtière, les ports et les mouillages.
De plus, une escorte navale contre les raiders sera nécessaire pour les convois importants en dehors de la protection de l'air à terre.
4. En raison de notre pénurie de porte-avions et de destroyers, il est peu probable que nous soyons en mesure de fournir dans la première moitié de 1943 une flotte orientale supérieure à la force navale que les Japonais pourraient mettre à disposition s'ils acceptaient des risques dans la région du Pacifique. Étant donné que la flotte la plus faible est incapable de fournir une protection, nous devons nous appuyer sur l'escorte anti-raider par des croiseurs, appuyés par des hydravions et des forces de reconnaissance et de frappe aériennes à terre. En acceptant ce cours, nous acceptons nécessairement le détournement ou l'arrêt du commerce pendant la période de toute sortie japonaise en force. Ceci, cependant, ne devrait pas être de très longue durée compte tenu de leur incapacité à saisir des bases avancées alors qu'elles sont contenues dans le Pacifique Sud.
5. Il s'ensuit donc qu'en renforçant le Pacifique Sud avec des unités majeures de la Flotte de l'Est et en augmentant ainsi l'échelle d'attaque que les Japonais doivent faire face à la menace que peuvent faire monter les forces alliées, nous devrions pouvoir faire plus d'accroître la sécurité de l'océan Indien qu'en conservant dans cette zone une faible flotte orientale. D'une telle action, la constitution d'hydravions et d'armées de l'air à terre dans l'océan Indien est un corollaire.

L'océan Atlantique
6. Le GRAF ZEPPELIN étant peut-être en service au début de 1943, deux grands Fleet Carriers doivent être retenus au Royaume-Uni ou à Gibraltar pour permettre l'amarrage et les réparations.
Si tous les autres Fleet Carriers devaient être détachés dans le Pacifique Sud, les chances d'accorder une protection accrue aux convois russes par la Home Fleet seraient amoindries, car les risques encourus seraient plus grands. L'approvisionnement de la Russie par la route du Nord pourrait même augmenter en importance l'année prochaine. Même si la force aérienne allemande dans le nord de la Norvège se détériore donc, il est peu probable que nous puissions l'exploiter en fournissant une protection aérienne adéquate à la Home Fleet à l'est de Bear Island.

Le méditéranéen
7. Les chefs d'état-major ont décidé que nos principales opérations amphibies en 1943 seraient menées en Méditerranée dans le but d'étendre au maximum les forces ennemies. Ils ont également recommandé que dans ce théâtre, nous devrions d'abord viser: –
(i) L'élimination des forces de l'Axe en Afrique du Nord de l'Est, ainsi que l'assistance qui peut être apportée de l'Ouest.
(ii) La prise de la Sardaigne à l'Occident à la première occasion. Compte tenu des forces aériennes adéquates basées à terre sur la côte nord-africaine à chaque extrémité, la couverture des convois pour soutenir l'élimination des forces de l'Axe en Libye ne devrait pas nécessiter la présence de navires capitaux ou de porte-avions.
8. Les enquêtes sur la capture de la Sardaigne ont, à l'heure actuelle, suivi deux lignes: –
(a) la capture par assaut direct de Cagliari et (b) la capture de Cagliari par avance terrestre depuis la côte ouest.
En raison du manque de renseignements, aucune décision n'a encore été possible quant à la faisabilité d'un assaut direct sur Cagliari mais, si tel est le cas, nous pourrions établir nos forces de chasse à terre beaucoup plus rapidement par ce moyen. L'appui aérien à l'assaut pourrait probablement être assuré depuis la Tunisie par des chasseurs à longue portée amplifié par des chasseurs de porte-avions auxiliaires. Pour interférer avec un assaut direct sur Cagliari, la flotte italienne doit accepter la menace d'une attaque aérienne lourde de la Tunisie. Si cette menace était adéquate, aucune force de couverture navale lourde et donc aucun porte-avions ne serait nécessaire contre la flotte italienne.
|Le plan alternatif implique un soutien aérien embarqué pendant plusieurs jours jusqu'à ce que l'armée ait capturé Cagliari et ses aérodromes. Pour couvrir ce débarquement sur la côte ouest, une force de 3 cuirassés et 2 porte-avions serait probablement nécessaire pour se prémunir des interférences de la flotte italienne du Nord. Ce plan alternatif n'est probablement pas réalisable à moins que l'ennemi ne renforce sa garnison terrestre et que la force de l'armée de l'air allemande en Méditerranée soit considérablement réduite.
9. Pour une action navale offensive contre la Riviera française ou italienne, le soutien de Fleet Aircraft Carriers serait requis. De même, pour toute opération contre la Sicile, des porte-avions de la flotte seraient nécessaires pour soutenir les forces de couverture navale lourde.
10. En résumé, si aucun Fleet Carrier ne peut être mis à disposition pour la Méditerranée, la capture de la Sicile n'est probablement pas possible. La capture de la Sardaigne pourrait, cependant, être possible si un assaut direct peut être fait sur Cagliari. Dans ce cas, il faut donc renoncer à tout espoir de rouvrir la Méditerranée à un trafic plein. En nous refusant les sorties navales offensives telles que le bombardement de Gênes, nous réduisons également notre capacité à accroître la responsabilité de l'Italie envers l'Allemagne.

Résumé du problème
11. Notre stratégie générale est de vaincre l'Allemagne, en ne détournant de cet objet que les forces minimales nécessaires à la sauvegarde de nos intérêts à l'Est. Le problème qui se pose donc à nous réside dans l'interprétation du mot « minimum ». D'une part, sans le soutien britannique, les routes aériennes et maritimes transpacifiques américaines transpacifiques pourraient être mises en danger par les Japonais d'autre part, avec seulement deux gros transporteurs dans l'Atlantique Nord, nous ne pouvons pas exploiter notre stratégie méditerranéenne au maximum et ne peut espérer rouvrir complètement cette zone à nos expéditions.
12. Nous devons éviter de diviser nos forces porteuses en petits groupes. Si nous voulons renforcer les Américains, nous devons le faire à une échelle aussi grande que possible, non seulement parce que tout compromis ne parviendra pas à atteindre notre objectif de contenir les Japonais dans cette zone, mais aussi parce que de faibles renforts nous exposeront à des risques accrus de usure.
13. Nous n'aurons pas de nouveaux porte-avions avant 1944, date à laquelle l'INDÉPATIGABLE et l'IMPLACABLE entreront en service. À la mi-1944, les Américains prévoient d'achever onze porte-avions de la flotte et neuf porte-croiseurs convertis en plus de leurs forces actuelles.
14. À moins que nous ne soutenions les Américains au maximum de nos capacités dans la situation d'urgence actuelle, il est peu probable que nous obtenions un soutien naval pour les opérations européennes - peut-être en Méditerranée - dans la seconde moitié de 1943, lorsque la situation dans le Pacifique Sud aurait dû être rétablie.
15. D'après les arguments qui précèdent et, bien entendu, sous réserve d'éventuelles pertes subies dans « TORCH » et d'une solution satisfaisante au problème de la flotte française, je recommande que nous devrions renforcer les forces navales américaines dans le Pacifique Sud aux dépens de la Méditerranée et l'océan Indien au cours des six prochains mois.

Conclusion
16. Cette appréciation ne porte que sur la question des Transporteurs. Un document séparé sur le problème du cuirassé est joint.

Des avions japonais convergent vers l'USS HORNET pendant la bataille de Santa Cruz.


Introduction

Bienvenue sur ce site officiel de la HMS Victorious Association. Si vous êtes déjà membre, nous vous remercions de vous enregistrer à nouveau si vous venez juste de visiter, bienvenue dans cette joyeuse bande de frères. Peu importe qui vous êtes, dites bonjour dans le livre d'or et partagez vos commentaires avec nous.

Peut-être avez-vous le droit de rejoindre ce fier groupe d'hommes qui ont déjà piloté les plus puissants porte-avions que la Royal Navy britannique ait jamais produits ? Si oui, vous êtes très privilégié. Peu de navires de guerre de la Royal Navy sont oubliés alors que les hommes qui les équipaient sont encore en vie. Pourtant, certains navires, incroyablement ceux avec un pedigree de bataille exceptionnel comme HMS Victorieux, restent parfois un souvenir intouchable dont rêvent les marins dans un moment fugace de l'histoire. Mais les hommes loyaux de cette Association ne sont pas près de laisser cela arriver à leur navire.

Tout le monde dans l'Association comprend qu'un visiteur, bien qu'étant un ancien membre de l'équipage de Victorious. ne pourront peut-être pas nous rejoindre ici, simplement parce qu'ils peuvent appartenir à d'autres Associations (l'argent s'additionne en cette époque de retraite !), c'est naturel pour un marin ayant navigué sur tant de navires. Mais rejoignez si vous le pouvez. Alors que la Royal Navy se déchire tout autour de nous, adhérer à une Association comme la nôtre, c'est une façon de riposter, de faire vivre notre héritage.

Merci d'avoir visité le site. Dites bonjour dans notre livre d'or pourquoi pas vous. Visitez également la Galerie et envoyez une photo de vous-même ou du navire à inclure dans l'un des albums. Si vous n'êtes pas membre, nous vous invitons à nous rejoindre maintenant. En tant que visiteur, vous êtes également invité à entrer dans notre forum, où vous serez autorisé à envoyer des messages et à ajouter de nouveaux messages sans restriction.


Poursuite de porte-avions britannique

Les cuirassés britanniques étaient impliqués dans la poursuite mais les porte-avions HMS Victorious et HMS Ark Royal ont démontré que le temps des grands cuirassés était révolu. Des frappes aériennes ont été lancées par des bombardiers-torpilleurs biplans Swordfish, et c'est un avion de l'Ark Royal qui a frappé de manière décisive, frappant le Bismarck à l'arrière avec une torpille qui a bloqué ses gouvernails et rendu la direction impossible.

HMS Ark Royal avec des bombardiers Swordfish au-dessus

Réalisant que son navire était probablement condamné, l'amiral Lütjens envoya un signal radio déclarant sa loyauté à Adolf Hitler et sa foi en une ultime victoire allemande. Les destroyers britanniques attaquèrent le Bismarck dans la nuit du 26 au 27 mai, gardant constamment son équipage déjà épuisé à leurs postes de combat.

À l'aube du 27 mai, les cuirassés britanniques HMS King George V et HMS Rodney se rapprochaient pour tuer. Le Bismarck avait toujours son armement principal de canons de calibre 8×15″ opérationnel, mais était dépassé par les armes 10×14″ du KGV et 9×16″ du Rodney. Le Bismarck fut bientôt inondé par des obus lourds et ses propres canons furent progressivement mis hors de combat.

À 10 h 10, les canons du Bismarck étaient devenus silencieux et sa superstructure était détruite, des incendies brûlaient partout. Le croiseur HMS Dorsetshire s'est finalement rapproché et a torpillé la carcasse maintenant fumante. Le Bismarck a finalement coulé vers 10h40, laissant un peu plus d'une centaine de survivants en difficulté dans l'eau.

Les chiffres varient, mais on pense que 110 marins ont été secourus par la Royal Navy, et 5 autres ont été récupérés quelques heures plus tard par un navire météorologique allemand et le sous-marin U-75. L'amiral Lütjens et le capitaine du Bismarck Ernst Lindemann ne faisaient pas partie des survivants.


HMS Victorious - Histoire

  • Explorer
    • Photos récentes
    • Tendance
    • Événements
    • Les communes
    • Galeries Flickr
    • Carte du monde
    • Recherche de caméra
    • Blogue Flickr
    • Impressions et art mural
    • Livres photos
    Mots clés
    Voir toutesToutes les photos Tagged hmsvictorious

    En commémoration du 75e anniversaire du jour de la victoire, voici une version améliorée d'une image antérieure dans mon flux, du porte-avions de la Seconde Guerre mondiale HMS Victorious (R38).

    C'était le deuxième porte-avions de classe Illustrious commandé dans le cadre du programme naval de 1936. Déposé au chantier naval Vickers-Armstrong à Newcastle-upon-Tyne en 1937 et lancé deux ans plus tard en 1939, sa mise en service a été retardée jusqu'en 1941 en raison du besoin accru de navires d'escorte pour le service dans la bataille de l'Atlantique.

    Son service de 1941 à 1942 comprenait des actions célèbres contre le cuirassé Bismarck, plusieurs convois arctiques et le convoi Pedestal vers Malte.

    Pendant ce temps, à la fin de 1942 dans le Pacifique, l'US Navy n'était plus qu'un seul porte-avions opérationnel, le Saratoga, suite aux pertes subies lors des premières batailles contre les Japonais. Aux côtés du Saratoga vint le « USS Robin » au cours de l'été 1943, autrement connu sous le nom de Victorious, sur une courte période de prêt à l'US Navy.

    De retour dans l'Atlantique à la fin de 1943, Victorious a contribué à plusieurs attaques sur le Tirpitz avant des opérations dans l'océan Indien à la fin de 1944. Enfin, il est devenu une partie de la flotte britannique du Pacifique dans les dernières étapes de la guerre contre le Japon où il était touché deux fois par des kamikazes qui ont fait des dégâts limités en raison de son pont d'envol blindé.

    Largement reconstruit dans les années 1950, il a servi entre 1958 et 1968 sous la forme vue ci-dessus. Les avions visibles incluent les De Havilland Sea Vixen FAW.1 et FAW.2, les Blackburn Buccaneers, quelques Fairey Gannet et un seul Westland Wessex. Les pompiers et les équipes de premiers secours s'entraînent à l'arrière de l'avion stationné.

    Cette photographie de sa vitesse sous les tropiques m'a été offerte par un ami de la famille qui a servi à son bord dans les années 1960 en Extrême-Orient. Scanné à partir d'une impression 8x6.

    Le sous-marin nucléaire Trident HMS Victorious est photographié près de Faslane en Écosse.

    Le HMS Victorious a été le deuxième des quatre sous-marins lance-missiles à sortir du Devonshire Dock Hall à Barrow, où il a été officiellement "lancé" le 29 septembre 1993. Basé à la base navale de Clyde, le HMS Victorious' poursuit le fier bilan de la Royal Navy plus de 40 ans de dissuasion nucléaire ininterrompue, car au moins un des quatre « bombardiers » est en patrouille à tout moment.

    Photographe : Sergent Tom Robinson RLC

    Cette image est disponible en téléchargement haute résolution sur www.defenceimagery.mod.uk sous réserve des termes et conditions de la licence Open Government sur www.nationalarchives.gov.uk/doc/open-government-licence/. Rechercher le numéro d'image 45155268.jpg

    Thorpe Saint-André 1939 - 45

    Nom : ALDRED, CHARLES NOEL GEORGE

    Rang : Régiment privé/Service : Royal Norfolk Regiment Texte de l'unité : 5th Bn.

    Âge : 27 ans Date de décès : 15/02/1942

    Renseignements supplémentaires : Fils de Charles Aldred et de Gertrude Aldred, de Thorpe, Norwich.

    Type de victime : Commonwealth War Dead

    Référence sur la sépulture/mémorial : Coll. tombe 17. D. 4-11. Cimetière : CIMETIÈRE DE GUERRE DE KRANJI

    C'est le jour de la capitulation de Singapour.

    Nom : ALDRED, LESLIE GORDON

    Service : Royal Navy Unit Texte : H.M.S. Cléopâtre

    Âge : 22 ans Date de décès : 16/07/1943

    Renseignements supplémentaires : Fils de Charlotte Alfred, de Norwich.

    Référence sur la sépulture/mémorial : 72, 1. Mémorial : CHATHAM NAVAL MEMORIAL

    16e Hit au milieu du navire par une torpille d'un sous-marin italien

    Dommages importants subis à la structure avec inondation des compartiments des machines.

    Seul le contrôle « local » de l'armement était possible.

    30 membres de l'équipage ont été tués ou portés disparus avec 23 blessés,

    (Remarque : sous-marin probablement DANDALO mais une autre source prétend ALAGI)

    17e Revenu à Malte à 10 nœuds blindé par HM Destroyers QUIBERON et QUAIL

    avec couverture AA par le HMS EURYALUS.

    Nom : ALLAWAY, EDWARD WILSON

    Régiment : Royal Norfolk Regiment Unité Texte : 4th Bn.

    Âge : 25 Date de décès : 13/02/1942

    Renseignements supplémentaires : Époux de W. Allaway, de Thorpe, Norwich.

    Référence sur la sépulture/mémorial : Column 47. Mémorial : SINGAPORE MEMORIAL

    Nom : AMOND, KENNETH ALFRED

    Service : Réserve de volontaires de la Royal Air Force, 139 Sqdn.

    Renseignements supplémentaires : Fils d'Alfred et Vivien May Amond, de Thorpe, Norwich. Type de victime : Commonwealth War Dead

    Référence commémorative : panneau 140. MÉMORIAL DE RUNNYMEDE

    Probablement cet incident bien que Navigator soit référé au Sgt F A Amond

    " Airborne 1200 3Mar43 de Marham pour bombarder une mine de molybdène. Homebound, intercepté par des Fw190 et abattu au large des côtes norvégiennes. Le F/O Bulpitt est enterré dans la ville portuaire d'Egersund Le Sgt Amond n'a pas de tombe connue et est commémoré sur le Runnymede Memeorial. F/O A.N.Bulpitt KIA Sgt F.A.Amond KIA "

    Il y a un avion revendiqué comme un Mosquito abattu à cette date, mais il a ensuite été modifié en Blenheim. Le pilote était Uffz. Schmid du 7./JG 1. Le combat était à 50m, au dessus de la mer à 14h42, heure d'Europe centrale.

    03/03/43 : 10 Mosquitos du 139 Sqd., dirigés par le W/C Shand DFC, volent à basse altitude pour attaquer les mines de molybdène de Knaben en Norvège. Ce raid de précision a été un grand succès.

    10 Mosquitos du 139e Escadron ont effectué un raid à longue distance sur l'importante mine de molybdène de Knaben en Norvège. La cible a été bombardée avec succès mais 1 Mosquito a été abattu par des FW 190

    NORVÈGE : 10 Moustiques du RAF No. 139 Sqdn ont effectué un raid à longue distance sur l'importante mine de molybdène de Knaben en Norvège. La cible a été bombardée avec succès mais 1 Mosquito a été abattu par des Fw 190, revendiqués par l'Uffz. Schmid de 7./JG 1 pour son premier kill.

    Nom : ARMIGER, WILLIAM CHARLES

    Régiment : Royal Norfolk Regiment

    Âge : 24 Date de décès : 15/02/1942

    Informations supplémentaires : Fils de William et Ethel Ada Armiger époux de Daisy Rosa Jessie Armiger, de Thorpe, Norwich, Norfolk.

    Référence sur la sépulture/mémorial : Column 49. Mémorial : SINGAPORE MEMORIAL

    C'est le jour de la capitulation de Singapour.

    Nom : ARTIS, WILLIAM GEORGE Initiales : W G

    Régiment : Royal Norfolk Regiment Unité Texte : 6th Bn.

    Renseignements supplémentaires : Fils de William George et Gladis Artis époux d'Irene Mary Artis, de Thorpe, Norfolk.

    Cimetière : CIMETIÈRE DE GUERRE DE KANCHANABURI

    Le célèbre chemin de fer Birmanie-Siam, construit par des prisonniers de guerre du Commonwealth, néerlandais et américains, était un projet japonais motivé par le besoin d'améliorer les communications pour soutenir la grande armée japonaise en Birmanie. Lors de sa construction, environ 13 000 prisonniers de guerre sont morts et ont été enterrés le long de la voie ferrée. On estime que 80 000 à 100 000 civils sont également morts au cours du projet, principalement du travail forcé amené de Malaisie et des Indes néerlandaises, ou enrôlés au Siam (Thaïlande) et en Birmanie (Myanmar). Deux forces de travail, l'une basée au Siam et l'autre en Birmanie, travaillaient des extrémités opposées de la ligne vers le centre. Les Japonais visaient à terminer le chemin de fer en 14 mois et les travaux ont commencé en octobre 1942. La ligne, longue de 424 kilomètres, a été achevée en décembre 1943. Les tombes de ceux qui sont morts pendant la construction et l'entretien du chemin de fer Birmanie-Siam (à l'exception de les Américains, dont les restes ont été rapatriés) ont été transférés des cimetières du camp et des sites isolés le long de la voie ferrée vers trois cimetières à Chungkai et Kanchanaburi en Thaïlande et Thanbyuzayat au Myanmar

    Renseignements supplémentaires : Fils d'Albert James Bryant et d'Amy lsabel Bryant, de Thorpe St. Andrew.

    Cimetière : CIMETIÈRE DE L'ÉGLISE THORPE-NEXT-NORWICH (ST. ANDREW)

    Derek a été tué dans le raid « Baedekker » sur Norwich ce jour-là. Son adresse est « Upways » Thorpe Next Norwich.

    Régiment/Service : Artillerie royale

    Texte de l'unité : 5/3 Maritime Regt.

    Âge : 20 ans Date de décès : 10/03/1943

    Informations supplémentaires : Fils de Joseph et Margaret Burr, de Thorpe, Norfolk.

    Référence commémorative : 74, 2., MÉMORIAL NAVAL DE CHATHAM

    Le régiment maritime était composé de soldats placés sur des navires marchands pour équiper des canons antiaériens. C'était quelque chose que le gouvernement britannique avait gardé sous silence à l'époque, il peut donc être difficile de retracer sur quels navires ils ont servi.

    Le convoi SC121 a perdu plusieurs navires le 9, après avoir été brisé par plusieurs jours de coups de vent de force 10, ils sont devenus une proie facile pour une meute de loups.

    Je ne peux pas être certain que Joseph Burr était sur l'un d'entre eux, mais le navire perdu ce jour-là était le SS Nailsea de 4 946 tonnes. 45 des 49 membres d'équipage ont été perdus, dont 9 artilleurs selon une source,

    Service : Réserve de volontaires de la Royal Air Force

    Informations complémentaires : Fils de Robert et Emily Emma Caston, de Thorpe, Norfolk.

    Référence commémorative : panneau 226., MÉMORIAL RUNNYMEDE

    Informations sur le Lancaster LM722

    Date 1. 23 septembre 1944

    Date 2. 24 septembre 1944

    "LM722 a été livré au 166 Sqdn 2Sep44. On pense que cet avion a été perdu lors de son premier raid. Une fois perdu, cet avion avait un total de 46 heures. Le LM722 était l'un des deux Lancaster du 166 Sqdn perdus lors de cette opération. Voir : PB242

    Aéroporté 1840 23Sep44 de Kirmington. Perdu sans laisser de trace. Tous sont commémorés sur le Mémorial de Runnymede. F/O J.G.Davies KIA Sgt C.L.Caston KIA Sgt A.Rollinson KIA F/O F.Cameron KIA F/S J.McK Dillon RAAF KIA Sgt R.B.Ward KIA Sgt R.Leigh KIA "

    549 avions - 378 Lancaster, 154 Halifax, 17 Mosquitos des Groupes 1, 3, 4 et 8 à Neuss. 5 Lancaster et 2 Halifax perdus. Le rapport du Bomber Command indique que la plupart des bombardements sont tombés dans les zones des docks et des usines.

    Il y a eu d'autres raids la même nuit sur le canal de Dortmund Emms, et au total 22 avions ont été perdus. Le chasseur de nuit revendique pour cette nuit-là 7 Lancaster et 8 bombardiers à moteur x 4. Aucune réclamation de flak n'est enregistrée.

    Août 2016 - mis à jour - voir les commentaires ci-dessous.

    Nom : CHANCE, ALBERT EDWARD

    Service : Réserve de volontaires de la Royal Air Force

    Renseignements supplémentaires : Fils d'Edward et Margaret Pearson Chance époux d'Olive Mary Chance, de Twickenham, Middlesex.

    Type de victime : Commonwealth War Dead

    Informations sur la sépulture : 1. O. 1. Cimetière : CIMETIÈRE DE COLOMBO (LIVERAMENTU)

    Régiment/Service : Artillerie royale

    Texte de l'unité : 65 (The Norfolk Yeomanry) Régiment antichar

    Informations sur la sépulture : 2. D. 19. Cimetière : CIMETIÈRE DE GUERRE DE BENGHAZI

    Sinon, beaucoup de J Clark sans détails dans le champ d'informations supplémentaires, ne peuvent donc pas être éliminés.

    Une autre victime de la tentative coûteuse mais finalement réussie de soulager Tobrouk, l'opération Crusader.

    Régiment : Régiment du Suffolk, 4e Bon.

    Informations complémentaires : Mari de E. A. Crane, de Thorpe, Norwich.

    Référence commémorative : colonne 55, MÉMORIAL DE SINGAPOUR

    Service : Réserve de volontaires de la Royal Air Force

    Âge : 23 ans Date de décès : 30/06/1941

    Renseignements supplémentaires : Fils de Percy Edward et Janet Elsie Curl, d'Eaton, Norwich.

    Référence commémorative : Panneau 32, MÉMORIAL RUNNYMEDE

    Pas facilement traçable - cependant, un membre d'équipage du Wellington BL-P du 40e Escadron est en panne car il n'est pas connu sur le site de Lost Bombers.

    Nom : CURTIS, RONALD HENRY Initiales : R H

    Nationalité : Royaume-Uni

    Grade : Lieutenant Régiment/Service : Hong Kong et Singapour Royal Artillery Unit Texte : 2 H.A.A. Rég.

    Âge : 30 ans Date de décès : 05/03/1943

    Informations complémentaires : Fils d'Edward George et Edith Curtis époux de D. J. Curtis, de Risely, Berkshire.

    Référence sur la sépulture/mémorial : Colonne 3. Mémorial : SINGAPORE MEMORIAL

    Une vérification ultérieure du site de généalogie militaire a révélé que c'était Ronald H qui venait de Norwich. Comme les autres possibles étaient tous des Reginald, je les ai supprimés

    Service : Réserve de volontaires de la Marine royale

    Renseignements supplémentaires : Fils de Thomas Henry et Frances Mary Cutler, de Norwich.

    Référence commémorative : Baie 5, panneau 5., LEE-ON-SOLENT MEMORIAL

    Le sous-lieutenant Cutler était porté disparu, présumé tué pendant les opérations aériennes du HMS Victorious.

    En août 1944, le HMS Victorious était en Extrême-Orient.

    23e unités de la flotte couverte de l'Est fournissant des installations de sauvetage air-mer pendant la série

    d'attaques d'avions de l'armée américaine sur Sumatra (Opérations BOOMERANG).

    29 Effectue des frappes aériennes sur Padang, Indaroeng et Emmahaven avec les HMS ILLUSTRIOUS et HMS INDOMITABLE escortés par les unités HMS HOWE et Eastern Fleet. (Opération BANQUET).

    Régiment : The Queen's Royal Regiment (West Surrey), 1/5e Bn.

    Renseignements supplémentaires : Fils de William Henry et Margaret Anne M. Davis époux de Hilda May Davis, de Thorpe, Norwich.

    Informations sur la sépulture : X. J. 7. Cimetière : CIMETIÈRE DE GUERRE D'EL ALAMEIN

    Service : Réserve de volontaires de la Royal Air Force

    Âge : 19 ans Date de décès : 25/06/1944

    Renseignements supplémentaires : Fils de David N. Dowe et Alice E. Dowe, de Thorpe St. Andrew, Norfolk.

    Type de victime : Mort de guerre du Commonwealth

    Informations sur la sépulture : Plot 2. Row D. Grave 13. Cimetière : ST. CIMETIÈRE PIERRE, AMIENS

    Informations sur le Lancaster LM574

    "Le LM574 a été livré au No.463 Sqdn le 15 mai44. Historique opérationnel incomplet. Cependant, il est enregistré que LM574 a participé à l'opération clé contre Duisburg les 21/22 mai44 et qu'il a perdu 82 heures au total. Le LM574 était l'un des trois Lancaster du No.463 Sqdn perdus lors de cette opération. Voir : LM571 LM597

    Airborne 2244 24Jun44 pour attaquer un site de bombes volantes. Intercepté à 13 000 pieds par un Ju88 dont le tir de canon a provoqué une explosion, projetant le F/O Syddall clair. Des débris du Lancaster sont tombés à Longuevillette (Somme), à ​​3 km au SO de Doullens. Les personnes tuées sont inhumées à amiens au cimetière St-Pierre.

    Le P/O A.Sydall a été interné au Camp L3, PoW No.6509. Promu F/O pendant la captivité. "

    Lancaster Mk111 LM574 Cible JO-J Prouville France

    Il y a de magnifiques photos des équipages sur le site Web de l'escadron. Je ne pense pas que le Sgt Dowe était parmi eux, mais il aurait connu bon nombre de ces visages, aurait vécu la même vie et pleuré ceux qui ont été perdus plus tôt dans la guerre.

    Il y avait au moins 5 bombardiers quadrimoteurs revendiqués comme abattus cette nuit dans la région d'Amiens.

    Nom : DOWNING, MAXWELL WILLIAM

    Grade : Lieutenant Régiment/Service : Régiment de pilotes de planeur, A.A.C. Texte de l'unité : 2nd Wing Date de décès : 22/09/1944

    Référence sur la sépulture/mémorial : 27. B. 4. Cimetière : CIMETIÈRE DE GUERRE D'ARNHEM OOSTERBEEK

    Mettre à jour La généalogie militaire a Maxwell comme né au nord-ouest de Londres, mais résidant à Norwich.

    Nom : DYE, WALTER JAMES Initiales : W J

    Texte de l'unité : H.M. Sous-marin Turbulent

    Âge : 24 ans Date de décès : 23/03/1943

    Récompenses : Mentionné dans les expéditions

    Renseignements supplémentaires : Fils de Walter George et Elsie May Dye, époux de Kathleen Dye, de West Hampstead, Londres.

    Type de victime : Commonwealth War Dead

    Référence sur la sépulture/mémorial : Panel 78, Column 1. Mémorial : PORTSMOUTH NAVAL MEMORIAL

    À la fin des travaux de préparation au début de 1942, il a été déployé en Méditerranée pour l'interception du trafic de ravitaillement à destination et en provenance des ports d'Afrique du Nord. Le record le plus impressionnant de naufrages a commencé en avril 1942 lorsqu'il a coulé deux navires de ravitaillement au large de Brindisi, suivis de trois autres au large de l'Afrique du Nord le mois suivant. Le 29 mai, il torpille le destroyer italien EMANUELE PESSAGNO qui coule presque aussitôt au large de Benghazi. Lors de sa prochaine patrouille dans le golfe de Syrte en juin, il coule un autre cargo mais subit de lourdes attaques du destroyer PEGASO lors de l'attaque d'un convoi de trois transports le 4 juillet. Bien qu'il ait coulé la carcasse du destroyer italien STRALE qui s'était échoué près du cap Bon après une attaque aérienne en juin, son record a été entaché le 17 de ce mois lorsqu'il a torpillé le navire marchand italien NINO BIXIO au large de Navarin. Ce navire était banalisé mais transportait 2 921 prisonniers de guerre alliés dont de nombreux soldats néo-zélandais et indiens de Benghazi à Brindisi. Plus de 400 personnes ont été tuées et le navire est resté à flot. On ne sait pas si le passage prévu de ce navire était connu par des signaux déchiffrés.

    Au cours d'autres patrouilles dans le reste de l'année, trois autres navires de ravitaillement ont été coulés et le sous-marin a également participé au débarquement allié en Afrique du Nord (opération TORCH) lorsqu'il a été déployé pour empêcher toute intervention italienne lors du passage des convois d'assaut. Au début de 1943, alors qu'il était basé à Alger pour le service en Méditerranée occidentale, il effectua une patrouille dans la mer Tyrrhénienne et ajouta trois autres mercantiles à sa liste de naufrages réussis. Lors de sa prochaine patrouille dans cette zone le 14 mars, il est attaqué et coulé par des torpilleurs italiens. Ses naufrages ont totalisé 35 000 tonnes en neuf mois et son commandant, le commandant J W Linton, RN a reçu une Croix de Victoria à titre posthume.

    HMS Turbulent (Cdr. John Wallace Linton, DSO, DSC, RN) sailed from Algiers on 23 February 1943. She was sunk off Maddalena, north east Sardinia by depth charges from Italian motor torpedo boats on 12 March 1943. HMS Turbulent was declared overdue on 23 March 1943 when she failed to return to base.

    Commander Linton has been in command of submarines throughout the War. He has been responsible for the destruction of 1 cruiser, 1 destroyer, 20 merchant vessels, 6 schooners and 2 trains. A total of 81,000 tons of enemy shipping sunk. From 1st January 1942 to 1st January 1943 he spent 254 days at sea, including 2,970 hours diving. During this period he was hunted 13 times and had 250 depth charges dropped on him. His career has been one of conspicuous gallantry and extreme devotion to duty in the presence of the enemy.

    Regiment/Service: Royal Army Ordnance Corps

    Age: 33 Date of Death: 24/07/1944

    Additional information: Son of Alfred Charles and Annie Eyre, of Norwich husband of Ruth Eyre, of Norwich.

    Grave/Memorial Reference: Sec. 54. Grave 156. Cemetery: NORWICH CEMETERY, Norfolk

    Name: GARLAND, CYRIL DOUGLAS GUTHRIE

    Service: Royal Air Force Volunteer

    Reserve Unit Text: 80 Sqdn.

    Age: 38 Date of Death: 28/11/1942

    Additional information: Son of Frank and Henrietta Garland, of Norwich husband of Catherine Garland, of Norwich.

    Grave/Memorial Reference: 3. A. 22. Cemetery: HELIOPOLIS WAR CEMETERY

    Re-equipment with Hurricanes began in February 1941 but when British forces were compelled to evacuate the country, the squadron was still equipped with Gladiators as well.

    On its return from Greece the squadron was sent to Syria, from where it operated detachments in Palestine and Cyprus before moving totally to Cyprus in July 1941 and then back to Syria in August. The squadron finally joined the fighting in the Western Desert in October 1941 and following the breakout at El Alamein it was tasked with covering the lines of communication, remaining in North Africa until January 1944. A move to Italy was short-lived as in April the squadron was sent back to Britain in preparation for Operation 'Overlord'.

    General Headquarters, Middle East Command was set up in Cairo shortly before the outbreak of the Second World War, remaining there throughout the war years. In January 1941, a Royal Air Force Sector Headquarters for Fighter Defence Canal Zone was established. Cairo was also a significant hospital centre during the Second World War, as well as a leave centre with many social clubs and hostels. The cemetery at Heliopolis was opened in October 1941 for burials from the many hospitals in the area coping with the wounded and sick, mainly from the Western Desert campaigns

    There are no Hurricanes recorded as shot down in North Africa on the 28/11, but there are two on the 27th . Previous claim was the 14th.

    Name: GERMANY, WILLIAM JOHN Initials: W J

    Service: Royal Navy Unit Text: H.M.S. Leda

    Age: 39 Date of Death: 20/09/1942

    Additional information: Son of Mr. and Mrs. William J. Germany husband of Gladys H. Germany, of Thorpe St. Andrew, Norfolk.

    Casualty Type: Commonwealth War Dead

    Grave/Memorial Reference: 54, 1. Memorial: CHATHAM NAVAL MEMORIAL

    September Nominated for return to UK for refit with HMS BRAMBLE.

    13th Joined return convoy QP14 with HMS BRAMBLE as part of Ocean Escort

    for return to UK. Other ships of Ocean Escort were :

    (Note :HM Cruiser SCYLLA, HM Escort Aircraft Carrier AVENGER,

    HM Destroyers ASHANTI, ESKIMO, FAULKNOR, FURY,

    INTREPID, MARNE, METOER, MILNE, OFFA, ONSLAUGHT,

    ONSLOW, OPPORTUNE, SOMALI, TARTAR, WHEATLAND,

    WILTON, BLANKNEY, MIDDLETON, HM Trawlers AYRSHIRE,

    LORD AUSTIN, LORD MIDDLETON, NORTHERN GEM, HM

    Auxiliary AA Ships ALYNBANK, PALOMARES and POZARICA

    Distant Cover was provided by ships of Home Fleet in view of any

    attack by German heavy warships.

    This convoy was also carrying survivors from the ill fated PQ17.)

    14th Passage in heavy weather with no immediate threat of interference.

    20th Under attack by seven U-Boats. See HITLER'S U-BOAT WAR, Volume 2

    Whilst in position astern of convoy in poor weather, hit by two torpedoes

    Ship sank one and a half hours later in position 756.48N 06.00E with the loss of 14 lives

    86 of the ship's company were rescued but six of these died later.

    (Note : In the continuing submarine attacks, ss SILVER SWORD, which had survived

    PQ17 was sunk. The destroyer HMS SOMALI was hit by U703 and

    disabled. Taken in tow by sister HMS ASHANTI the stricken ship

    sank in heavy weather on 24th.)

    Name: GRANT, CHARLES CLIFFORD

    Rank: Driver Regiment/Service: Royal Army Service Corps

    Age: 35 Date of Death: 05/06/1942

    Additional information: Son of William Henry and Ann Charlotte Grant husband of Florence Ann Grant. of Norwich.

    Dead Grave/Memorial Reference: 8. C. 6. Cemetery: KNIGHTSBRIDGE WAR CEMETERY, ACROMA

    Name: HADDER, LESLIE ARNOLD

    Rank: Flight Sergeant (Air Gnr.)

    Regiment/Service: Royal Air Force Volunteer Reserve Unit Text: 214 Sqdn.

    Age: 20 Date of Death: 04/03/1945

    Additional information: Son of George Henry and Elizabeth Annie Hadder, of Thorpe.

    Cemetery: THORPE-NEXT-NORWICH (ST. ANDREW) CHURCH CEMETERY

    I came across the grave of one of crew mates of Leslie Hadder in the church cemetery at Blickling, and after some initial false trails, I’ve written up what I found out there.

    214 squadron were equipped with Flying Fortresses at this stage, and were engaged on what are now known as Electronic Counter Measures - jamming radar and radio’s etc to protect the bomber stream.

    Returning from a mission, the plane was shot down by a German night fighter that was laying in wait in the air above RAF Oulton.

    Craft HB815 03-04/03/45 (Pilot Officer H Bennett) Badly damaged following a night-fighter attack during the Nachtjagd Operation “Gisela”. Attack was probably made by Lt Arnold Doring of 10/NJG.3. On return to Oulton, ac crash-landed at Lodge Farm on the Oulton airfield boundary at 00.51 hrs.

    There is a personal memoir of the war of one of the normal crew of this plane, who missed this particular mission because of illness.

    “Hadder, the mid-upper gunner, was the first to be buried. The doctor wouldn’t let Frank attend his funeral because of the state of his health…..As Frank hadn’t attended Hadder’s funeral, Frank went as soon as he was able, to visit Hadder’s family. His mother made a big fuss of Frank. She had heard Frank was dead, and was convinced that if Frank was still alive then Les must be alive as well. She took a lot of convincing that it was otherwise. This was a very unnerving experience, and Frank really had to steel himself to visit other relatives in similar circumstances after this.”

    10th Aug 1942 the Malta convoy 'Operation Pedestal', three carriers protect the convoy

    HMS Indomitable and HMS Eagle seen from HMS Victorious. HMS Eagle was sunk the next day.

    This is the convoy that saved Malta and was the basis for the Allies domination of the Mediterranean. The convoy consisted of 14 merchant ships and was initially protected by 46 warships.

    A fourth carrier, HMS Furious, launched her 36 planes to fly to Malta [still over 600 miles away] and turned back, as planned, on 11th.

    HMS Victorious (R38) was the second Illustrious class aircraft carrier ordered under the 1936 Naval Programme. She was laid down at the Vickers-Armstrong shipyard at Newcastle-Upon-Tyne in 1937 and launched two years later in 1939. Her commissioning was delayed, however, until 1941 due to the greater need for escort vessels for service in the Battle of the Atlantic.

    Her service in 1941 and 1942 included famous actions against the battleship Bismarck, several Arctic convoys and the Pedestal convoy to Malta. She was loaned to the United States Navy in 1943 and served in the south west Pacific under the codename USS Robin. Victorious contributed to several attacks on the Tirpitz. The elimination of the German naval threat allowed her redeployment first to the Eastern Fleet at Colombo and then to the Pacific for the final actions of the war against Japan.

    After the war, her service was broken by periods in reserve and the most complete reconstruction of any Royal Navy carrier between 1950–8, which involved the construction of new superstructure above the hangar deck level, a new enlarged flight deck, new boilers and the 984 3D AW and AD radar and data links and heavy shipboard computers able to track 50 targets and assess their priority for interrogation and interception. The reduction of Britain's naval commitment in 1967, with the end of the Confrontation with Indonesia, and a fire while under refit, prompted or excused her final withdrawal from service, 3–5 years early, and she was scrapped in 1969.

    Description from Wikipédia

    HMS VICTORIOUS departs HMNB Clyde sunshine to conduct continuation training. Picture: LA(Phot) Will Haigh

    HMS Victorious departs HMNB Clyde under the Scottish summer sunshine to conduct continuation training.

    HMS Victorious (R38) was the second Illustrious-class aircraft carrier ordered under the 1936 Naval Programme. She was laid down at the Vickers-Armstrong shipyard at Newcastle-Upon-Tyne in 1937 and launched two years later in 1939.

    Her commissioning was delayed until 1941 due to the greater need for escort vessels for service in the Battle of the Atlantic. Her 1941-42 service included famous actions against the battleship Bismarck, several Arctic convoys and the Pedestal convoy to Malta. She was loaned to the US Navy for a brief period in 1943 and served in the SW Pacific as "USS Robin". Victorious contributed to several attacks on the Tirpitz and finally operated as part of the British Pacific Fleet in the latter stages of the war against Japan where she was hit twice by kamikazes that did limited damage due to her armoured flight-deck.

    Extensively rebuilt in the 1950s, she served between 1958 and 1968 in the form seen above. Aircraft visible include De Havilland Sea Vixen FAW.1s and FAW.2s, Blackburn Buccaneers, a couple of Fairey Gannets and a single Westland Wessex. Fire party and first-aid teams are training aft of the parked aircraft. This photograph of her steaming at speed in the tropics was given to me by a family friend who served aboard her in the 1960s in the Far East.

    HMS Victorious (R38) was the second Illustrious class aircraft carrier ordered under the 1936 Naval Programme. She was laid down at the Vickers-Armstrong shipyard at Newcastle-Upon-Tyne in 1937 and launched two years later in 1939. Her commissioning was delayed, however, until 1941 due to the greater need for escort vessels for service in the Battle of the Atlantic.

    Her service in 1941 and 1942 included famous actions against the battleship Bismarck, several Arctic convoys and the Pedestal convoy to Malta. She was loaned to the United States Navy in 1943 and served in the south west Pacific under the codename USS Robin. Victorious contributed to several attacks on the Tirpitz. The elimination of the German naval threat allowed her redeployment first to the Eastern Fleet at Colombo and then to the Pacific for the final actions of the war against Japan.

    After the war, her service was broken by periods in reserve and the most complete reconstruction of any Royal Navy carrier between 1950–8, which involved the construction of new superstructure above the hangar deck level, a new enlarged flight deck, new boilers and the 984 3D AW and AD radar and data links and heavy shipboard computers able to track 50 targets and assess their priority for interrogation and interception. The reduction of Britain's naval commitment in 1967, with the end of the Confrontation with Indonesia, and a fire while under refit, prompted or excused her final withdrawal from service, 3–5 years early, and she was scrapped in 1969.

    Description from Wikipédia

    HMS Victorious (R38) was the second Illustrious class aircraft carrier ordered under the 1936 Naval Programme. She was laid down at the Vickers-Armstrong shipyard at Newcastle-Upon-Tyne in 1937 and launched two years later in 1939. Her commissioning was delayed, however, until 1941 due to the greater need for escort vessels for service in the Battle of the Atlantic.

    Her service in 1941 and 1942 included famous actions against the battleship Bismarck, several Arctic convoys and the Pedestal convoy to Malta. She was loaned to the United States Navy in 1943 and served in the south west Pacific under the codename USS Robin. Victorious contributed to several attacks on the Tirpitz. The elimination of the German naval threat allowed her redeployment first to the Eastern Fleet at Colombo and then to the Pacific for the final actions of the war against Japan.

    After the war, her service was broken by periods in reserve and the most complete reconstruction of any Royal Navy carrier between 1950–8, which involved the construction of new superstructure above the hangar deck level, a new enlarged flight deck, new boilers and the 984 3D AW and AD radar and data links and heavy shipboard computers able to track 50 targets and assess their priority for interrogation and interception. The reduction of Britain's naval commitment in 1967, with the end of the Confrontation with Indonesia, and a fire while under refit, prompted or excused her final withdrawal from service, 3–5 years early, and she was scrapped in 1969.

    Description from Wikipédia

    The steam catapult launch bridle is just falling away under the main wheels of this Gannet (AEW?) that is launching from aboard (I think) HMS Victorious (there's a V on the aircraft's tail, which I assume indicates the ship the aircraft belonged to?).

    The Fairey Gannet was built in response to the 1945 Admiralty requirement GR.17/45. Fairey selected an engine based on the Armstrong Siddeley Mamba: the Double Mamba (or "Twin Mamba"), basically two Mambas mounted side-by-side and coupled through a common gearbox to coaxial contra-rotating propellers. Power was transmitted from each engine by a torsion shaft which was engaged through a series of sun, planet, epicyclic and spur gears to give a suitable reduction ratio and correct propeller shaft rotation. The Double Mamba engine could be run with one stopped to conserve fuel and extend endurance for cruise flight. The contra-rotating propellers meant that when only half of the Double Mamba was running there were no thrust asymmetry problems. The Mamba exhausts were situated on each side of the fuselage, at the root of the wing trailing edge. The gas-turbine engine could run on kerosene, "wide-cut" turbine fuel or diesel fuel, allowing the Admiralty to eliminate the dangerous high-octane petroleum spirit required to operate piston-engined aircraft from carriers.

    The pilot is seated well forward, conferring a good view over the nose for carrier operations, and sits over the Double Mamba engine, directly behind the gearbox and propellers. The second crewmember, an observer, is seated under a separate canopy directly behind the pilot. After the prototype, a second observer was included, in his own cockpit over the wing trailing edge. This addition disturbed the airflow over the horizontal stabiliser, requiring small finlets on either side.

    The Gannet has a large internal weapons bay in the fuselage and a retractable radome under the rear fuselage. The Gannet's wing folds in two places to form a distinctive Z-shape on each side. The length of the nose wheel shock absorber causes the Gannet to have a distinctive nose-high attitude, a common characteristic of carrier aircraft.

    The prototype first flew on 19 September 1949 and made the first deck landing by a turboprop aircraft, on HMS Illustrious on 19 June 1950, piloted by Lt Cdr G Callingham. The type entered production in 1953 and the RN's first operational squadron (826 NAS) was embarked on HMS Eagle. A total of 348 Gannets were built, of which 44 were the heavily modified AEW.3. Production was shared between Fairey's factories at Hayes, Middlesex and RIngway Airport, Manchester.

    An AEW variant (AEW Mk 3), carrying the American AN/APS-20F radar in a large, bulbous radome suspended beneath the fuselage, under the wing leading edge, requiring a major structural redesign. This variant first flew in August 1958, with trials carried out with HMS Centaur in November. When the AEW.3s were withdrawn and scrapped, their radar equipment was recycled into the RAF Avro Shackleton AEW.2. Gannets also operated as ECM aircraft (ECM.6) and as carrier onboard delivery (COD.4).

    The Royal Australian Navy purchased 36 Gannets and operated them from the carrier HMAS Melbourne and the shore base HMAS Albatross near Nowra, NSW. Indonesia and Germany also bought some in the late 1950s.

    The photo is probably from the early or mid-1960s as it came to me from a family friend who was serving aboard HMS Victorious during that period. There are no markings on photo or its rear.


    My War Service During my Time on the Fleet Aircraft Carrier “Victorious”

    His Majesty King George VI came aboard the HMS Victorious and came along on exercise with us to see the workings of an aircraft carrier with the aircraft etc…
    Sir Winston Churchill came aboard HMS Victorious to meet the Captain and the ships company. Both came aboard whilst we were part of the Russian convoys at Scapa Flow.

    In 1941 we left Scapa Flow in the Orkney Islands to increase the escort of the Russian convoys with the home fleet. Hoping to catch the German battle ships coming out to attack the convoys. The convoys went to Archangel and Murmance but we didn’t take it right in to the destination we waited outside for the other convoy to come back with their escort. We sailed back with them in case the German fleet came out. Then we went back to Scapa Flow, which was our base with the home fleet, and then we sailed with the Pedestal convoy to Malta, which had to get through three aircraft carriers, HMS Eagle, HMS Indomitable and the HMS Victorious. The HMS Eagle was sunk by a German or Italian submarine. Then the HMS Indomitable was hit and damaged by aircraft both Italian and German. When we came back we took a convoy of troops to Algiers in North Africa. We stayed there and helped to supply the aircraft from our ship and the troops that were landing and then we came back to England.

    The American lost so many aircraft carriers that they only had one left, the “Saratoga”, so the admiralty sent the HMS Victorious for support. We left England and went to Northern Virginia, Norfolk Virginia on New Years Day in 1943. After they did some jobs on us they gave us some new camouflage to mimic the American fleet. We left there and made our way down through to Panama, we went through Panama Canal changing our name from HMS Victorious to make out that we were an American ship carrier called “ USS Robin”. So that the Japanese would not be aware that the Americans were short of carriers. After we went through Panama Canal we sailed down to Pearl Harbour in Hawaii where the part of the American fleet took us then down to the advanced base at the time at Noumea in New Caledonia. From there we picked up all the fleet to try to catch the Japanese making a landing on another island. They didn’t arrive so we stayed there for six months doing other operations and then went to Hawaii as the Americans’ then had more aircraft carriers. We stayed in Hawaii a little while then we sailed from there to San Diego in America, and then we left there and came back through the Panama Canal, changing our ships name back to the HMS Victorious, home to England then.

    Then we left England again protecting Russian convoys in Archangel and Murmance. Then we went back to England again, then from there we left again and sailed down to the Mediterranean, by this time they had cleared the Germans form the Algiers. We had some leave there to see what was about when we landed the troops. From there we sailed on to Alexandria through the Mediterranean, then through the Suez Canal. From there we sailed to Bombay in India. We had to go in dry dock for repairs. When we left there we went to Colombo in Ceylon. From there we went around to the other side of Ceylon to Trincomalee. Attacking the Japanese at Sumatra in the Adaman islands etc. Then from there we were sent to form up the Pacific British fleet, calling in on the way down to Free Mantle in Perth. From there we sailed around to Sydney harbour after a spell there we left there with some more ships and sailed up to the Philippines where we built up the British pacific fleet. Then we went up to help the Americans on different operations attacking the Japanese. Whilst off Japan we were attacked by kami karsie planes, we then returned to Sydney Australia for repairs and then returned to attack the Japanese again until the Americans dropped the two atomic bombs. When the bombs were dropped the war was over and we came back to Australia, Sydney for spares and shore leave then eventually we came back to England calling at Portsmouth and then our home base Plymouth. This was the first time we ever came into Plymouth, as it was too dangerous to dock at Plymouth during the War.

    © Le droit d'auteur du contenu contribué à cette archive appartient à l'auteur. Découvrez comment vous pouvez l'utiliser.

    Cette histoire a été placée dans les catégories suivantes.

    La plupart des contenus de ce site sont créés par nos utilisateurs, qui sont des membres du public. Les opinions exprimées sont les leurs et, sauf indication contraire, ne sont pas celles de la BBC. The BBC is not responsible for the content of any external sites referenced. Dans le cas où vous considérez que quelque chose sur cette page enfreint le règlement intérieur du site, veuillez cliquer ici. Pour tout autre commentaire, veuillez nous contacter.


    La victoire

    Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

    La victoire, flagship of the victorious British fleet commanded by Admiral Horatio Nelson in the Battle of Trafalgar on Oct. 21, 1805. The ship is preserved today as a historic relic at Portsmouth, Eng.

    HMS Victory, launched at Chatham in 1765, was a 100-gun ship of the line with a length of 186 feet (57 m), a displacement of 2,162 tons, and a crew of more than 800 men. As a flagship of Britain’s Channel and Mediterranean fleets during the American Revolution and French Revolutionary wars, the ship saw extensive action against France and its allies. In 1778 under Admiral Augustus Keppel, and again in 1781 under Richard Kempenfelt, it led engagements near the island of Ushant (Ouessant). In 1782 it flew the flag of Admiral Richard Howe in the relief of a besieged garrison at Gibraltar, and in 1793 it served under Admiral Samuel Hood during a brief occupation of Toulon, Fr. In 1797 the La victoire was the flagship of Admiral John Jervis in his destruction of a Spanish fleet off Cape Saint Vincent, Port.

    At the Battle of Trafalgar the La victoire’s flags gave Nelson’s famous signal “England expects that every man will do his duty.” Les La victoire itself engaged two French ships of the line from the topmast of one a sniper fired the shot that mortally wounded Nelson, who died in the ship’s cockpit in the midst of battle. After carrying Nelson’s body home, the La victoire continued to aid in Britain’s continental blockade during the Napoleonic Wars. By the 1830s the ship had been dismasted and moored at Portsmouth, Eng., as a stationary flagship of the naval command. There it remained until 1922, when it was placed in dry dock and restored to its condition under Nelson. The ship and an attached maritime museum have attracted tourists since 1928.

    Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Amy Tikkanen, directrice des services correctionnels.


    Contenu

    Right elevation, deck plan, and hull section as depicted in Brassey's Naval Annual 1902

    Victorieux was laid down at the Chatham Dockyard on 28 May 1894, launched on 19 October 1895—after which fitting-out work commenced. She was commissioned into the Royal Navy about a year later, on 4 November 1896. Ώ] The ship was 421 feet (128 m) long overall and had a beam of 75 ft (23 m) and a draft of 27 ft (8.2 m). She displaced up to 16,060 t (15,810 long tons 17,700 short tons) at full combat load. Her propulsion system consisted of two 3-cylinder triple expansion engines powered by eight coal-fired cylindrical boilers. By 1907–1908 she was re-boilered with oil-fired models. ΐ] Her engines provided a top speed of 16 knots (30 km/h 18 mph) at 10,000 indicated horsepower (7,500 kW). Les Majestueuxs were considered good seaboats with an easy roll and good steamers, although they suffered from high fuel consumption. She had a crew of 672 officers and enlisted men. Α]

    The ship was armed with four BL 12-inch Mk VIII guns in twin turrets, one forward and one aft. The turrets were placed on pear-shaped barbettes six of her sisters had the same arrangement, but her sisters César et Illustre and all future British battleship classes had circular barbettes. ΐ] Α] Victorieux also carried twelve QF 6-inch /40 guns. They were mounted in casemates in two gun decks amidships. She also carried sixteen QF 12-pounder guns and twelve QF 2-pounder guns. She was also equipped with five 18 in (460 mm) torpedo tubes, four of which were submerged in the ship's hull, with the last in a deck-mounted launcher. Α] Victorieux and the other ships of her class had 9 inches (229 mm) of Harvey armour, which allowed equal protection with less cost in weight compared to previous types of armour. This allowed Victorieux and her sisters to have a deeper and lighter belt than previous battleships without any loss in protection. ΐ] The barbettes for the main battery were protected with 14 in (360 mm) of armor, while the conning tower had the same thickness of steel on the sides. The ship's armored deck was 2.5 to 4.5 in (64 to 114 mm) thick. Α]


    HMS Victorieux (R38)

    O HMS Victorieux foi um porta-aviões operado pela Marinha Real Britânica e a quarta e última embarcação da Classe Illustre, depois do HMS Redoutable, HMS Illustre e HMS Indomitable. Sua construção começou em janeiro de 1937 nos estaleiros da Vickers-Armstrongs em Newcastle upon Tyne e foi lançado ao mar em setembro de 1939, sendo comissionado na frota britânica em maio de 1941. [ 1 ] Ele era capaz de transportar entre 36 e 54 aeronaves, era armado com uma bateria antiaérea composta por canhões de 113, 40 e 20 milímetros, tinha um deslocamento de mais de 28 mil toneladas e conseguia alcançar uma velocidade máxima de trinta nós (56 quilômetros por hora).

    A entrada do Victorieux em serviço foi adiada pelo início da Segunda Guerra Mundial e a necessidade de desviar recursos para outras áreas. Sua primeira ação depois de comissionado foi caçar o couraçado alemão Bismarck, com uma de suas aeronaves conseguindo acertar o navio. Em seguida participou da escolta de diversos comboios de suprimentos para a União Soviética. A embarcação se envolveu em agosto de 1942 na Operação Pedestal, uma tentativa de levar suprimentos para Malta, porém foi levemente danificado por bombardeiros italianos, enquanto em novembro ela proporcionou suporte para os desembarques da Operação Tocha contra a França de Vichy no Norte da África. [ 1 ]

    O Victorieux foi emprestado para a Marinha dos Estados Unidos no início de 1943 e participou da Campanha nas Ilhas Salomão durante a Guerra do Pacífico, retornando para o Reino Unido no final do ano. O porta-aviões retomou em 1944 a escolta de comboios para a União Soviética, enquanto em abril tomou parte da Operação Tungstênio contra o couraçado alemão Tirpitz, com suas aeronaves tendo acertado o navio catorze vezes e o tirando de ação por meses. O Victorieux depois tomou parte em operações no Oceano Índico e também no Oceano Pacífico a partir de 1945, participando da Batalha de Okinawa e bombardeando forças no próprio Japão até o fim da guerra em agosto. [ 1 ]

    Depois da guerra, o porta-aviões ajudou a repatriar prisioneiros de guerra britânicos e transportar pessoal da Austrália de volta para o Reino Unido. O Victorieux foi descomissionado em janeiro de 1947, porém voltou a ativa em outubro como um navio de treinamento, função que exerceu até março de 1950. A embarcação iniciou um processo de reconstrução em outubro de 1950 no Estaleiro Real de Portsmouth em que seu casco foi expandido, seus maquinários aprimorados e seu convés de voo substituído, dentre outras mudanças. Ele retornou ao serviço ativo oito anos depois e atuou até ser descomissionado em março de 1968 por falta de orçamento, sendo desmontado no ano seguinte. [ 1 ]


    HMS VICTORIOUS ASSOCIATION

    The first HMS Victorious was a 74-gun third rate ship of the line of the Royal Navy, launched at Blackwall, London in 1785. She was the first ship of the Royal Navy to bear the name.

    Victorious participated in the capture of the Dutch colony of Cape Town, in which an invasion had been caused due to fears of France's expansion across the world. Britain seized the strategic Cape Town and thus secured the nation its routes to the East. The rest of her career was spent in the warm climates of the East Indies, patrolling the vast waters in that region.

    In 1803, while in Gibraltar, Victorious was condemned and then broken up at Lisbon.

    The second HMS Victorious was a 74-gun third-rate ship of the line. She was launched at Portsmouth in 1808, just five years after the first of the lineage was broken up. Her first action came the year after her launch, as part of the Baltic Squadron, in which she assisted in the bombardment of the port of Flushing (Vlissingen) in what is now the Netherlands. The naval bombardment was just a part of a much larger operation. The land force consisted of some 30,000 men. The objectives were rather simply, to assist the Austrians by invading the Low Countries and to destroy the French Fleet at their believed location of Flushing.

    The town of Flushing was actually seized, but the whole invasion soon became irrelevant and pointless, for the French Fleet had actually escaped to the port of Antwerp and the Austrians had been defeated and were negotiating peace with the French. Over 4,000 British soldiers were killed during the expedition, 106 due to combat, the rest because of an illness known as Walcheren Fever.

    Her deployment to the Mediterranean saw Victorious have her first skirmish against a French warship, on 22 February 1812 in the northern Adriatic Sea, against the French Rivoli 74, which was eventually defeated with much of her crew being killed and wounded. Rivoli was captured once the skirmish came to an end and she later served in action as a Royal Navy warship against the French. Victorious won the lineage its first battle honour during this engagement.

    Victorious served as part of Rear Admiral Sir George Cockburn's fleet in the Chesapeake Bay during the War of 1812. Victorious participated in the blockade of the Elizabeth River, keeping the USS Constitution at her berth in Norfolk during the conflict.

    Victorious returned to the United Kingdom in 1814, for harbour service that would last until she was scrapped in 1861.

    The third ship to be named HMS Victorious had the most quiet of careers. She was one of nine Majestic-class pre-Dreadnought battleships, that had an armament of 4 12 inch guns and 12 6 inch guns. She was built at Chatham Dockyard. She had a displacement of 14,900 tons with a length of 421 feet. The Majestic's were a template for many successor pre-dreadnought classes.

    Victorious had her obligatory service in the Mediterranean Fleet in early 1898 and from 1900 to 1903. During the mid-1898 to mid-1900 time frame, she served on the China Station. After these duty stations, she was transferred to in the Channel Fleet. She never saw combat service in World War I, becoming a dockyard repair ship until her eventual scrapping in 1923.

    HMS Victorious - The War Years

    HMS Victorious was built by Vickers Armstrong, Newcastle. She was laid down on 4th May 1937, and she was launched on 14th September 1939, being commissioned on15th May 1941.

    In 1935 the Admiralty took a radical step by deciding that the next generation of aircraft carriers would be afforded the same protection as the big-gun units. Previous carriers had been armoured, but only only the lower or main deck over the machinery and magazines and in a waterline belt. The "Illustrious" Class ships were to have a hangar protected against 500lb bombs and 6" shells leading to the armouring of the flight deck. The flight deck between the lifts was 3" thick and the hangar walls were 41" thick. Both Formidable and Victorious were struck by Kamikazes in 1945, but both were operating aircraft again soon after the hits - unlike the wooden-decked US carriers.

    HMS Victorious joined the Home Fleet on commissioning in May 1941, and just nine days later her pilots encountered and attacked the Bismarck. On 23rd May 1941, the new carrier HMS Victorious whose aircrews, despite their inexperience, succeeded in putting a torpedo into the battleship's midship section, which opened up a fuel tank on the Bismarck.