Podcasts sur l'histoire

Preston III DD-19 - Histoire

Preston III DD-19 - Histoire

Preston III

(DD-19 : dp. 902 (f.), 1. 293'10", b. 26'11", dr. 10'11", s.29 k.
cpl. 88 ; une. 5 3", 3 18" tt.; cl. Preston)

Le troisième Preston (Destroyer n° 19) a été posé 28
avril 1908 par la New York Shipbuilding Co., Camden,
NEW JERSEY.; lancé le 14 juillet 1909, parrainé par Miss Katherine Magoun; et commandé le 21 décembre 1909, le lieutenant Comdr. G. C. Jour aux commandes.

Preston, attaché à Destroyer Force, Atlantic Fleet, a effectué des patrouilles en temps de paix et a participé à divers exercices individuels, d'escadrons et de flotte jusqu'à ce qu'il soit affecté à des fonctions de neutralité avant l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale. À New York, le 6 avril 1917, elle a navigué dans la semaine pour Boston, où elle a continué des devoirs de patrouille jusqu'au 12 mai. Puis réaffecté à la Force Destroyer, Atlantique, elle a effectué des devoirs d'escorte et de patrouille côtières depuis deux mois. En juillet, il a navigué vers l'est et entre le 1er août et le 5 octobre, il a patrouillé et effectué des travaux d'escorte au large des Açores, stratégiquement situées. Ensuite ordonné à Brest, elle a mené des missions similaires le long de la côte française jusqu'à l'Armistiee. Le 11 décembre 1918, il a navigué pour les États-Unis, arrivant à Charleston le 4 janvier 1919. Plus tard transféré à Philadelphie, il a été désarmé le 17 juillet et son nom a été rayé de la Navy List le 15 septembre. Le 21 novembre, le « Flivver » brûlant du charbon a été vendu à la T. A. Scott Co. de New London, Conn.


Preston III DD-19 - Histoire

Ce travail est dédié à T.D.S.K.Platt Esq.
Et sa famille
Grâce à qui l'amitié appréciée
J'ai profité de tant d'heures heureuses
À la fois dans et autour
Dutton Hall.

Quiconque voyage aujourd'hui le long de l'A533 et voit le panneau ‘Dutton’ pourrait peut-être s'excuser de penser qu'il était sur le point de traverser un village qui n'était guère plus qu'un nom sur la carte. Il y a peu de preuves visibles pour soutenir une opinion contraire. Peu de gens savent qu'au sein de cette paroisse de Dutton, l'homme vit depuis plus de 5 000 ans. Peu de gens savaient que si la majeure partie du Cheshire était constituée de déchets forestiers, les agriculteurs romains cultivaient des cultures sur les pentes surplombant la rivière Weaver. Peu de gens savent qu'il y a 400 ans, le village était d'une telle importance que le messager royal se rendait fréquemment entre Dutton Hall et la cour du roi Henri VIII.

Le Cheshire a été décrit comme ‘l'ensemencement de la gentilité’. Nulle part dans le pays cela n'est plus évident qu'à Dutton. La famille fondée à la conquête normande a produit une succession de chevaliers qui ont joué un rôle vital non seulement dans les affaires du comté, mais ont également influencé le cours de l'histoire de cette nation. Parmi la noblesse du Cheshire, en richesse et en prospérité, ils étaient inégalés. Le domaine Dutton au 15 e siècle était le plus grand du pays. Leur maison, Dutton Hall, était le plus beau manoir Tudor du nord-ouest de l'Angleterre.

De cette grande maison il ne reste plus que le nom. Pourtant, pour ceux qui connaissent les affaires de cette famille aristocratique qui y vécut pendant plus de 600 ans, l'endroit a une atmosphère que les ravages du temps n'ont pas réussi à éliminer. Si dans une certaine mesure le récit qui suit permet au lecteur de retrouver quelque chose de cette atmosphère, alors les efforts de l'écrivain auront été amplement récompensés.

L'histoire de Dutton remonte à la nuit des temps, au passé primitif de l'homme. Il y a suffisamment de preuves disponibles pour nous permettre de croire que l'homme primitif avait sa demeure ici au moins 2 000 ans avant l'ère chrétienne. Nous ne savons presque rien de ces gens. Ce n'est que par les artefacts qu'ils ont laissés que nous pouvons évaluer dans une certaine mesure le genre de vie qu'ils menaient. Au fil du temps, leur dépendance à la chasse a lentement cédé la place à une existence basée sur l'agriculture qui prospérerait dans le sol riche de la vallée de Weaver.

La région serait peu peuplée, car le peuple celte vivait en petits groupes tribaux jusqu'à l'époque de la grande invasion romaine de 43 après JC. En l'an 70 de notre ère, Chester était devenu l'un des trois principaux premiers romains du pays et jouait un rôle important dans les affaires militaires des forces d'occupation. D'importants sites industriels ont été établis à Northwich et Wilderspool. La voie romaine de Chester à Wilderspool passait près de la limite de Dutton.

Cependant, ce n'est qu'au IV e siècle que l'on dispose d'un témoignage certain de l'occupation romaine de la paroisse. Des pièces de monnaie à l'effigie de l'empereur Constantin le Grand, ainsi que des objets domestiques montrent de manière concluante qu'il y avait un règlement ici vers l'an 360 après JC. Nous ne pouvons que spéculer sur le genre de règlement. Il est probable qu'il y avait une petite villa et une ferme, car les sites avec un aspect sud donnant sur une vallée fluviale étaient populaires auprès des colons romains. Combien de temps ils sont restés ici après le départ des légions, nous ne pouvons pas le dire pour le moment. Les preuves futures du sol peuvent répondre à cette question. Mais il est tout à fait concevable que les gens aient continué à vivre ici jusqu'à l'afflux des envahisseurs saxons aux VIe et VIIe siècles.

C'est en considérant Saxon Dutton que nous pouvons devenir plus positifs dans nos affirmations. L'origine du nom ‘Dutton’ est contestée par les érudits. Certains disent qu'elle s'appelait ‘Duddatune’ ou ‘Dudda’s farm’ d'après le Saxon qui l'avait fondée. Nous savons qu'en l'an 1000 après JC, il s'appelait ‘Duntune’ qui se traduirait par ‘la ferme sur la colline’.

Vers l'an 1060, Duntune fut partagé entre deux propriétaires terriens, l'un nommé Ravenne, l'autre Edward.

Comme nous le savons d'après nos livres d'histoire, en l'an 1066, Guillaume, duc de Normandie envahit l'Angleterre et vainquit le roi saxon Harold à la bataille d'Hastings. Guillaume devint ainsi roi d'Angleterre par droit de conquête. Il passa les dix années suivantes à parcourir le pays pour imposer sa volonté à ceux de ses sujets saxons qui avaient du mal à vivre sous un seigneur normand.

En l'an 1086, les choses s'étaient calmées et la vie revenait à un semblant de normalité. Guillaume décida qu'il procéderait à une étude de tout son royaume. Pour ce faire, il envoya ses serviteurs à travers toute l'Angleterre. Ils visitèrent presque toutes les paroisses et notèrent ce qu'ils y trouvèrent. Cette masse d'informations a été consignée dans un livre, le Domesday Book, ainsi nommé parce que les archives qu'il contenait dureraient jusqu'à la fin des temps.

Quand les flûtes à bec de William sont venues à Duntune, qu'ont-elles trouvé ? Ils découvrirent que tout appartenait au comte de Chester qui l'avait divisé en trois parties.

La première partie était tenue par l'un des hommes les plus puissants du Cheshire, William fitz Nigel, baron de Halton. Avant la Conquête, c'était un terrain vague. Il y avait deux familles qui y vivaient.

Le deuxième manoir appartenait à un Normand nommé Osbern, qui le loua à Edward, son ancien propriétaire. Edward était un homme libre et vivait à Duntune avec trois autres familles.

Le troisième et plus grand manoir était détenu par Odard. C'est dans l'histoire d'Odard et de ses descendants que réside notre intérêt, car Odard fut le premier des Dutton, de Dutton. La tradition veut qu'Odard était un résident de Normandie, qui, en compagnie de Nigel, qui devint le premier baron de Halton, faisait partie de l'armée d'invasion du duc Guillaume. On lui a probablement donné le terrain à Dutton en reconnaissance de ses services. Le Domesday Book rapporte qu'il y avait trois familles vivant sur le manoir d'Odard, et qu'il y avait un grand bois avec un nid de faucons.

Les Dutton de Dutton

IV Hugues de Dutton Adam (1150-1208)

V Hugh de Dutton Warburton d'Arley

VI Hugues VII Thomas chevalier b 1249

VIII Hugues chevalier dd 1294

IX Hugues (1276-1326)

X Thomas chevalier (1314-1381)

Chevalier Pierre XI Chevalier Laurent (1339-1392) Edmund

Thomas chevalier XIII Jean (1403-1445)

XIV chevalier Thomas (1421-1459) XVI Roger

  1. Odard est venu en Angleterre avec Guillaume le Conquérant. Probablement en récompense de ses services, il reçut le terrain de Dutton, détenu par l'intermédiaire du comte de Chester.
  2. Hugh, fils d'Odard, hérita des terres de son père à Dutton.
  3. Hugh, fils de Hugh, fit confirmer les terres détenues par son père par William, baron de Halton. Hugh avait trois fils. Le second, Adam, était l'ancêtre des Warburtons d'Arley.
  4. Hugh de Dutton, fils de Hugh épousa la fille de Hamon Massy, ​​baron de Dunham Massy. Il avait quatre fils.
  5. Hugh de Dutton, fils de Hugh, étendit la propriété de Dutton en achetant le canton de Little Leigh, la moitié de Barnton, et Preston près de Dutton.

    Au cours de sa vie, dans le 1216, il a eu lieu l'un des événements les plus colorés, non seulement dans l'histoire des Duttons, mais aussi dans l'histoire du Cheshire. Il semblerait que Randle de Blunderville, comte de Chester ait été assiégé par les Gallois dans le château de Rhuddlan. Il envoya un messager à son connétable de Chester, un nommé Roger de Lacy, pour venir en toute hâte à son secours. A cette époque, une grande foire avait lieu à Chester. Roger a rassemblé non seulement ses propres hommes d'armes, mais aussi tous les violoneux, joueurs, ménestrels, voyous et raggamuffins qu'il a pu trouver. Il a ensuite dirigé cette armée hétéroclite de Chester vers la frontière galloise. Lorsque les Gallois virent la grande multitude se diriger dans leur direction, ils levèrent le siège et s'enfuirent. En signe de gratitude, le comte de Chester a confié à Roger de Lacy le contrôle de tous les violoneux, cordonniers et vagabonds du comté. Roger a transféré le contrôle des violoneux à Hugh Dutton et à ses héritiers. La coutume est progressivement devenue celle de l'octroi de licences aux musiciens du comté. Aucun ménestrel ne pouvait exercer son art sans une autorisation de la Dutton Court, tenue chaque année le jour de la fête de la Saint-Jean-Baptiste à Chester. Le dernier tribunal à cet effet a eu lieu en 1756.

  6. Hugh de Dutton a acheté un terrain à Aston qui jouxtait son domaine de Dutton. Là, en 1236, il fit construire une chapelle d'aisance. Il était situé entre la rivière Weaver et Dutton Park à un endroit appelé Poos-eye. Poos-eye signifie littéralement ‘une piscine au bord de la rivière’. Le prieur de Norton a promis à Hugh Dutton qu'il fournirait un aumônier pour officier et garderait une lampe allumée lors du culte divin. En 1315, Hugh de Dutton (IX) poursuivit le prieur de Norton pour ne pas avoir fourni de prêtre.
  1. Hugh, fils de Hugh est né le huitième jour de décembre 1276, et l'enregistrement de son baptême le lendemain dans l'église de Great Budworth est le plus ancien enregistré pour la famille Dutton.
  2. Thomas, fils de Hugh est né en 1314. C'est de son vivant que la fortune de la famille Dutton atteint son apogée. Il a acheté les terres restantes dans la paroisse devenant ainsi Lord of all Dutton. Il mourut en 1381.
  3. Lawrence, fils et héritier de Sir Thomas Dutton, s'est marié deux fois mais n'a eu aucun descendant de l'un ou de l'autre mariage. Dans son testament fait à Dutton en 1392, il lègue son corps pour être enterré au Prieuré de Norton. À sa mort en 1392, l'héritage Dutton revenait à Peter Dutton, fils aîné du frère cadet de Lawrence, Edmund.
  4. Peter, fils et héritier d'Edmund Dutton épousa Elizabeth, fille de William Butler, Lord of Warrington. Il a été gracié par le roi Henri IV pour avoir participé à la rébellion de Hotspur. Il mourut en 1433.

Jean, fils et héritier de Pierre mourut en 1445.

Il semblerait qu'en regardant leur histoire, les Duttons ont connu un bon combat. Là où il y avait des problèmes, il y avait invariablement un Dutton.

En 1356, l'Angleterre était engagée dans la guerre de 100 ans contre les Français. Le célèbre chroniqueur Froissart rapporte qu'à la bataille de Poitters le 19 juillet, un Dutton était l'un des quatre écuyers du Cheshire qui combattit avec distinction aux côtés de Lord Audley. Les Anglais, sous le Prince Noir, remportent une victoire décisive.

Et encore, en 1415, à la bataille d'Azincourt, Sir Thomas Dutton avec dix hommes d'armes et trente archers à cheval ont apporté leur contribution à l'une des victoires les plus célèbres de l'histoire anglaise, le jour de la Saint Crispin, 6 000 Anglais ont vaincu plus de quatre fois ce nombre de français.

Quelque trente-cinq ans plus tard, l'Angleterre était plongée dans la guerre civile, une série de batailles que nous appelons les guerres des roses. La première grande bataille a eu lieu juste de l'autre côté de la frontière dans le Staffordshire le 23 septembre 1459. Ce fut l'un des jours les plus noirs de l'histoire du Cheshire. La bataille a eu lieu à Blore Heath et de nombreux nobles du Cheshire et leurs partisans ont pris part aux côtés opposés. Parmi les personnes tuées figuraient Sir Thomas Dutton (XIV), son fils aîné Peter et son frère John.

Après Blore Heath, le deuxième fils de Sir Thomas, John, devint Lord of all Dutton. Il mourut sans enfant et le domaine passa à son oncle Roger (XVI).

Le 17 e Lord de Dutton était Lawrence, fils et héritier de Roger (XVI). Bien qu'il ait eu trois enfants illégitimes, il n'avait pas d'héritier légitime. Il a donné à son fils bâtard John Dutton un bail de vie sur le nouveau manoir, Preston Brook, des terres à Onston et tous ses domaines achetés dans le Cheshire. Laurent est mort en 1527.

À la mort de Lawrence en 1527, il s'ensuivit sept années de litige sur l'héritage de Dutton. Les concurrents étaient les Dutton, de Hatton, près de Chester, et les cohéritiers d'une branche des Dutton, de Dutton. Le procès a été réglé par la Chambre des Lords en 1534 en faveur de l'un des personnages les plus colorés des annales de Dutton, Sir Piers Dutton, de Hatton. En tant qu'héritier légal, il a pris possession des seigneuries et des terres de Dutton, Weston, Preston on the Hill, Bartington, Little Leigh, Ness à Wirral, Little Mouldsworth, Acton, Hapsford, et des terres à Clifton, Dunham, Stoke, Picton, Halton , Thelwall, Onston, Middlewich, Stanthorne et Runcorn.

Les cohéritiers ont reçu des terres Dutton à Kingsley, Norley, Cuddington, Barnton, Budworth, Whitley, Helsby, Frodsham et Chester.

Piers Dutton était le fils aîné de Peter Dutton, de Hatton. Il fut maire de Chester en 1513 et anobli par Henri VIII en 1527. A cette époque, Henri était impliqué dans une longue et amère dispute avec le pape. Les choses arrivèrent à un point critique avec le résultat que l'Église anglaise rompit ses liens avec Rome, et Henri devint son chef suprême. Ayant rompu avec Rome, le roi commença la suppression des monastères et la confiscation de leurs biens. Il nomma Sir Piers Dutton commissaire pour évaluer et disposer des propriétés monastiques dans le Cheshire. Piers a contribué à réprimer une émeute à Norton Priory et à emprisonner les chefs de file. Il était si efficace dans l'exercice de ses fonctions qu'il reçut des éloges personnels du roi lui-même.

Sir Piers s'est marié deux fois. Sa première épouse était Elinour, fille de Thomas Leigh, d'Adlington. Son second mariage était avec Julian, fille de William Poyns, d'Essex.

Pendant cinq ans, Sir Piers et sa famille ont vécu dans les vieux manoirs de Dutton. Cette maison se trouvait entre la route et le Dutton Hall moderne. En 1539, Sir Piers commença la construction de sa nouvelle maison. Il a choisi une position au-dessous de la vieille maison, surplombant la vaste étendue de la vallée de Weaver.

La nouvelle salle était à colombages dans le style de la plupart des maisons Cheshire Tudor de l'époque. Il a été construit sous la forme d'un quadrilatère et était entouré sur trois côtés par un large et profond fossé. La maison avait un porche des plus imposants autour duquel était inscrit ‘Sir Piers Dutton Knight of Dutton et ma dame dame Julian sa femme ont fait cette salle et ce bâtiment l'année de notre Seigneur Dieu 1542 qui remercie Dieu de tous’. À l'intérieur de la porte extérieure se trouvait une porte en chêne massive et profondément sculptée qui était réputée avoir été la grande porte de l'abbaye de Norton. Au-dessus et autour d'elle se trouvaient de grands bossages sculptés, portant des signes sacrés. À la place de choix, de chaque côté de la porte, se trouvaient les armes combinées des Duttons et des Hattons de Hatton.

L'une des caractéristiques les plus frappantes de la maison était la grande salle et la galerie des ménestrels. Il a été construit avec de hautes colonnes groupées, supportant un beau toit. Autour de la corniche, Sir Piers avait gravé, en gros caractères, un long récit commémorant la construction de la maison. ‘par la conception spéciale de Sir Piers Dutton…..et après un long procès devant tous les nobles et juges de ce royaume par l'espace de sept ans, le même Sir Piers a été nommé héritier mâle de toutes les terres de Duttons’.

La grande maison fut probablement réchauffée lors des mariages de deux filles de Sir Piers lors de la fête de la Saint-Jean-Baptiste en 1542. A cette occasion, tous les musiciens et ménestrels du Cheshire défilèrent en procession devant les heureux couples.

XVIII Piers chevalier dd 1547

Hugues

XIX Jean (1538-1609)

XX Jean jj 1614

John dd 1608 Elinour (I) Robert – Lord Gerard

(ii) Robert Nedham – Vicomte Kilmorrey.

Sir Piers n'a pas vécu assez longtemps pour apprécier la grandeur de sa nouvelle salle. Il mourut en 1546 et fut enterré dans la chapelle Notre-Dame-Marie, à Great Budworth. Le domaine Dutton passa à son petit-fils John qui épousa Elinour, fille de Sir Hugh Claveley, d'Eaton.

John mourut en 1609 et son fils Thomas hérita du domaine. Thomas a eu deux enfants. Son on John s'est marié à l'âge de 14 ans. Il a été tué alors qu'il tombait d'un poney le jour de son mariage. Il avait épousé Elizabeth, fille de sir Thomas Egerton, dont le père était lord chancelier d'Angleterre.

Le deuxième enfant de Thomas Dutton était une fille nommée Elinour. À l'âge de 13 ans, Elinour épousa Gilbert, le deuxième Lord Gerard of Gerards Bromley. À la mort de son père en 1614, elle hérite du domaine Dutton. Elle devint veuve en 1622 et épousa plus tard Robert Nedham, 2 e vicomte Kilmorrey.

Sir Peter Leycester, le célèbre historien du Cheshire, lui-même descendant des Dutton, était un visiteur régulier de la salle. Il rapporte que Lady Kilmorrey a embelli la chapelle domestique de Dutton avec de beaux bancs et a gardé un aumônier dans la maison. La chapelle était utilisée par les habitants locaux tous les dimanches. Les Kilmorrey avaient une famille nombreuse de cinq fils et sept filles.

Lord Kilmorrey mourut le 12 septembre 1653 à Dutton Hall. Elinour survécut douze ans à son mari. Elle mourut le 12 mars 1665, le lendemain de la mort de sa fille Katherine. Ils ont été enterrés ensemble dans la chapelle Lady de l'église Great Budworth.

Lorsque le cortège funéraire transportant lady Kilmorrey et sa fille a quitté Dutton, cela a fait tomber le rideau sur 600 ans de vie de famille et de tradition. Plus jamais Dutton Hall ne divertirait les riches et les puissants du royaume.

Une grande partie de la salle construite par Sir Piers Dutton a été démolie aux 18 e et 19 e siècles. Ce qui restait devint une ferme, la demeure d'une succession de métayers.

En 1935, le hall a été acheté par M.J.A.Dewar, le magnat du whisky, qui l'a fait démonter, poutre par poutre, brique par brique, et transporté par wagon à vapeur jusqu'à Sussex, où il a été reconstruit comme une extension de sa résidence privée.

L'année dernière, j'ai visité East Grinstead et je me suis rendu à l'école Stoke Brunswick qui est hébergée dans la maison Dewar. Je pense que ce fut l'un des moments les plus poignants de ma vie lorsque je me suis approché de ce magnifique porche et que j'ai lu l'inscription que Sir Piers Dutton avait sculptée il y a plus de quatre cents ans. Quand j'ai franchi cette porte massive en chêne sculpté qui ornait autrefois l'abbaye de Norton. Debout dans la grande salle des ménestrels, je me sentais très proche des Duttons of Dutton, la famille dont ces pages ont brièvement raconté l'histoire.

Copyright 1996-2019 par The Dunton Family Organization -- Tous droits réservés
Regarder Le site d'accueil Dunton™ politique de confidentialité, cliquez ici.
Le site d'accueil Dunton™ est la propriété de l'organisation familiale Dunton
Cette page a été mise à jour pour la dernière fois le 16 janvier 2019 .


11b. Loyalistes, gardiens de clôture et patriotes


Après que les patriotes eurent détruit la statue du roi George III à New York le 9 juillet 1776, ils en firent fondre des parties et fabriquèrent des balles à utiliser contre les Britanniques.

Il est impossible de connaître le nombre exact de colons américains favorables ou opposés à l'indépendance.

Pendant des années, on a largement cru qu'un tiers était favorable à la Révolution, qu'un tiers s'y opposait et qu'un tiers était indécis. Cela découle d'une estimation faite par John Adams dans ses écrits personnels en 1815.

Les historiens ont depuis conclu qu'Adams faisait référence aux attitudes américaines envers la Révolution française, pas la nôtre. L'idée actuelle est qu'environ 20 pour cent des colons étaient des loyalistes et mdash ceux qui sont restés fidèles à l'Angleterre et au roi George. Un autre petit groupe en termes de pourcentage étaient les patriotes dévoués, pour qui il n'y avait pas d'autre alternative que l'indépendance.

Sur la clôture

Les gardiens de clôture qui constituaient le plus grand groupe sont souvent négligés.

Avec autant d'Américains indécis, la guerre est devenue dans une large mesure une bataille pour gagner le soutien populaire. Si les patriotes pouvaient réussir à vendre leurs idées de révolution au public, alors le soutien populaire pourrait suivre et les Britanniques seraient condamnés.


Dans "Common Sense", Thomas Paine a plaidé pour l'indépendance de la Grande-Bretagne et la création d'une république démocratique. Sa publication en janvier 1776 alimenta immédiatement la cause des patriotes.

Même avec une victoire militaire, il aurait été impossible pour la Couronne de regagner l'allégeance du peuple. La révolution ne ferait qu'éclater plus tard.

Les Britanniques ont également compris la nécessité d'attirer le soutien populaire américain pour le pays d'origine. Certains colons qui n'étaient pas convaincus par la lutte politique ont rejoint les Britanniques pour leur gain personnel ou leur gloire militaire. Certains se sont joints par pure loyauté à la Couronne et ils se croyaient toujours de loyaux citoyens britanniques. Il y avait aussi de nombreux fermiers américains prêts à vendre leurs produits aux Britanniques à des fins lucratives.

À long terme, cependant, les patriotes réussissaient beaucoup mieux à attirer le soutien. Les patriotes américains ont gagné la guerre de la propagande. Les comités de correspondance ont persuadé de nombreux gardiens de clôture de se joindre à la cause patriote. Des écrits tels que « Common Sense » de Thomas Paine ont suscité un nouveau nationalisme américain.

Extrait de "Le bon sens"

Dans les pages suivantes, je n'offre rien de plus que des faits simples, des arguments clairs et du bon sens : et n'ai pas d'autres préliminaires à régler avec le lecteur, que celui de se débarrasser de ses préjugés et de ses préjugés, et de laisser sa raison et ses sentiments déterminer pour eux-mêmes qu'il revêtira, ou plutôt qu'il n'enlèvera pas, le vrai caractère d'un homme, et élargir généreusement ses vues au-delà du présent.

Le soleil n'a jamais brillé sur une cause de plus grande valeur. Ce n'est pas l'affaire d'une ville, d'un comté, d'une province ou d'un royaume, mais d'un continent et d'au moins un huitième du globe habitable. Ce n'est pas le souci d'un jour, d'une année ou d'une postérité d'âge qui sont virtuellement impliqués dans le concours, et seront plus ou moins affectés même jusqu'à la fin des temps, par les procédures maintenant. C'est maintenant le temps des semences de l'union continentale, de la foi et de l'honneur. La moindre fracture sera maintenant comme un nom gravé avec la pointe d'une épingle sur la tendre écorce d'un jeune chêne, la blessure s'élargirait avec l'arbre, et la postérité y lirait des caractères adultes.

&ndash Thomas Paine, "Le bon sens" (1776)


La Révolution américaine n'a pas seulement séparé voisins et amis, elle a dévasté de nombreuses familles, y compris les Franklin. William Franklin, photographié ici, un loyaliste, parlait rarement, voire jamais, à son père patriote Ben après la guerre.

Les patriotes ont soumis les loyalistes à l'humiliation et à la violence publiques. De nombreux loyalistes ont trouvé leurs biens vandalisés, pillés et incendiés. Les patriotes contrôlaient le discours public. Malheur au citoyen qui a publiquement proclamé sa sympathie pour la Grande-Bretagne.

Les familles étaient parfois divisées sur la révolution. Le fils de Benjamin Franklin, William, un gouverneur loyaliste du New Jersey, a soutenu l'effort britannique pendant la guerre.

Qu'est-il arrivé aux loyalistes?

En fin de compte, de nombreux loyalistes ont tout simplement quitté l'Amérique. Environ 80 000 d'entre eux ont fui au Canada ou en Grande-Bretagne pendant ou juste après la guerre. Parce que les loyalistes étaient souvent riches, instruits, plus âgés et anglicans, le tissu social américain a été modifié par leur départ. L'histoire américaine les qualifie de traîtres. Mais la plupart essayaient simplement de maintenir les modes de vie auxquels ils s'étaient habitués. Après tout, l'histoire est toujours écrite par les gagnants.


Combien d'enfants Anne Boleyn a-t-elle eu avec Henri VIII ?

Anne Boleyn a eu un enfant avec Henri VIII. Cette fille, Elizabeth, est née en 1533 et a grandi pour devenir la reine Elizabeth I. Boleyn a eu deux autres grossesses, mais les deux se sont terminées par une mortinaissance.

Lorsque Henri VIII désespéra de la capacité de Boleyn à produire un héritier mâle, il l'accusa d'adultère, d'inceste, de sorcellerie et de trahison. Reconnue coupable, elle est condamnée à mort le 19 mai 1536 et son mariage avec Henri VIII est déclaré invalide. Cet acte a privé Elizabeth de sa place dans la succession royale. Henry s'est remarié le 30 mai 1536 à Jane Seymour, l'une des dames d'honneur de la reine précédente. Elle portait le seul fils légitime vivant d'Henri VIII, Edward, qui régna brièvement après la mort d'Henri. À la mort d'Édouard VI, une période de querelles dynastiques a eu lieu, plaçant Jane Gray et Mary I sur le trône. Déposant Marie, Elizabeth devint reine d'Angleterre le 7 novembre 1558.


National Science Foundation - Là où les découvertes commencent

La Division de l'information et des systèmes intelligents (IIS) étudie les rôles interdépendants des personnes, des ordinateurs et de l'information. La division soutient la recherche sur l'interaction homme-machine, la science des données et l'intelligence artificielle. IIS comprend trois programmes de base, l'informatique centrée sur l'humain (HCC), l'intégration de l'information et l'informatique (III) et l'intelligence robuste (RI). La division contribue également à de nombreux programmes transversaux interdisciplinaires.

L'informatique centrée sur l'humain (HCC) soutient la recherche sur l'interaction homme-machine (HCI), prise au sens large, intégrant les connaissances dans toutes les disciplines, telles que les sciences sociales et comportementales avec l'informatique et les sciences de l'information, afin de concevoir de nouveaux systèmes informatiques pour amplifier divers humains, physiques, cognitifs, et les capacités sociales pour atteindre des objectifs individuels et collectifs pour évaluer les avantages, les effets et les risques des systèmes informatiques et pour comprendre comment les aspects humains, techniques et contextuels des systèmes interagissent pour façonner ces effets. Les domaines au sein de HCC comprennent les interfaces homme-technologie l'infographie informatique pour la créativité la communication et la collaboration assistées par ordinateur et la technologie adaptative les impacts sociaux de l'informatique et de la conception.

L'intégration de l'information et l'informatique (III) soutient la recherche innovante sur les méthodes de calcul pour le cycle de vie complet des données, de la collecte à l'archivage et à la découverte des connaissances, afin de maximiser l'utilité des ressources d'information pour la science et l'ingénierie et plus largement pour la société. Les projets III vont de la recherche théorique formelle à ceux qui font progresser les applications à forte intensité de données d'importance scientifique, technique ou sociétale. Les domaines de III comprennent des méthodes générales d'acquisition de données, d'exploration, d'analyse et d'explication, la gestion de données analytiques avancées et les bases de connaissances.

L'intelligence robuste (RI) englobe la recherche informatique fondamentale nécessaire pour comprendre et développer des systèmes capables de détecter, d'apprendre, de raisonner, de communiquer et d'agir dans le monde, faire preuve de flexibilité, d'ingéniosité, de créativité, de réactivité en temps réel et de réflexion à long terme. démarches de représentation ou de raisonnement et faire preuve de compétence dans des environnements et des contextes sociaux complexes. Les domaines de l'IR comprennent l'intelligence artificielle, l'apprentissage automatique, la vision par ordinateur, les technologies du langage humain et les neurosciences computationnelles.


19.704 Exigences du plan de sous-traitance.

(1) Objectifs de pourcentage distincts pour l'utilisation des petites entreprises (y compris les ANC et les tribus indiennes), les petites entreprises appartenant à des vétérans, les petites entreprises appartenant à des vétérans handicapés, les petites entreprises HUBZone, les petites entreprises défavorisées (y compris les ANC et les tribus indiennes) et les femmes- possédaient des petites entreprises en tant que sous-traitants

(2) Une déclaration du total des dollars qu'il est prévu de sous-traiter et une déclaration du total des dollars qu'il est prévu de sous-traiter aux petites entreprises (y compris les ANC et les tribus indiennes), les petites entreprises appartenant à des vétérans, les petites entreprises appartenant à des vétérans handicapés, Petites entreprises HUBZone, petites entreprises défavorisées (y compris les ANC et les tribus indiennes) et petites entreprises appartenant à des femmes, en pourcentage du total des dollars de sous-traitance. Pour les plans de sous-traitance individuels uniquement, un agent de négociation des contrats peut exiger que les objectifs mentionnés au paragraphe (a) (1) du présent article soient calculés en pourcentage du montant total du contrat, en plus des objectifs établis en tant que pourcentage du montant total du contrat de sous-traitance.

(3) Une description des principaux types de fournitures et de services à sous-traiter et une identification des types de fournitures ou de services prévus pour la sous-traitance aux petites entreprises (y compris les ANC et les tribus indiennes), les petites entreprises appartenant à des vétérans, les vétérans handicapés petite entreprise détenue, petite entreprise HUBZone, petite entreprise défavorisée (y compris les ANC et les tribus indiennes) et petites entreprises appartenant à des femmes

(4) Une description de la méthode utilisée pour développer les objectifs de sous-traitance

(5) Une description de la méthode utilisée pour identifier les sources potentielles à des fins de sollicitation

(6) Une déclaration indiquant si l'offrant a inclus ou non les coûts indirects dans l'établissement des objectifs de sous-traitance, et une description de la méthode utilisée pour déterminer la part proportionnelle des coûts indirects à supporter avec les petites entreprises (y compris les ANC et les tribus indiennes), les vétérans -petite entreprise détenue, petite entreprise détenue par des vétérans handicapés, petite entreprise HUBZone, petite entreprise défavorisée (y compris les ANC et les tribus indiennes) et petites entreprises appartenant à des femmes

(7) Le nom d'une personne employée par l'offrant qui administrera le programme de sous-traitance de l'offrant, et une description des fonctions de la personne

(8) Une description des efforts que l'offrant fera pour s'assurer que les petites entreprises, les petites entreprises appartenant à des anciens combattants, les petites entreprises appartenant à des anciens combattants handicapés, les petites entreprises HUBZone, les petites entreprises défavorisées et les petites entreprises appartenant à des femmes ont un possibilité équitable de concourir pour des contrats de sous-traitance

(9) L'assurance que l'offrant inclura la clause 52.219-8, Utilisation des préoccupations des petites entreprises (voir 19.708(a)), dans tous les contrats de sous-traitance qui offrent d'autres possibilités de sous-traitance, et que l'offrant exigera que tous les sous-traitants (à l'exception des petites entreprises préoccupations) qui reçoivent des contrats de sous-traitance de plus de 750 000 $ (1,5 million de dollars pour la construction) d'adopter un plan conforme aux exigences de la clause 52.219-9, Small Business Subcontracting Plan (voir 19.708(b))

(10) Des assurances que l'offrant

(i) Coopérer dans toutes les études ou enquêtes qui peuvent être nécessaires

(ii) Soumettre des rapports périodiques afin que le Gouvernement puisse déterminer dans quelle mesure l'offrant respecte le plan de sous-traitance

(iii) Après le 30 novembre 2017, inclure les données de sous-traitance pour chaque commande lors de la déclaration des réalisations de sous-traitance pour les contrats à livraison indéterminée et à quantité indéterminée avec des plans de sous-traitance individuels lorsque le contrat est destiné à être utilisé par plusieurs agences

(iv) Submit the Individual Subcontract Report (ISR), and the Summary Subcontract Report (SSR) using the Electronic Subcontracting Reporting System (eSRS) (http://www.esrs.gov), following the instructions in the eSRS.

(A) The ISR shall be submitted semi-annually during contract performance for the periods ending March 31 and September 30. A report is also required for each contract within 30 days of contract completion. Reports are due 30 days after the close of each reporting period, unless otherwise directed by the contracting officer. Reports are required when due, regardless of whether there has been any subcontracting activity since the inception of the contract or the previous reporting period. When a contracting officer rejects an ISR, the contractor is required to submit a revised ISR within 30 days of receiving the notice of the ISR rejection.

(B) The SSR shall be submitted annually by October 30 for the twelve-month period ending September 30. When an SSR is rejected, the contractor is required to submit a revised SSR within 30 days of receiving the notice of SSR rejection

(v) Ensure that its subcontractors with subcontracting plans agree to submit the ISR and/or the SSR using the eSRS

(vi) Provide its prime contract number, its unique entity identifier, and the e-mail address of the offeror’s official responsible for acknowledging receipt of or rejecting the ISRs to all first-tier subcontractors with subcontracting plans so they can enter this information into the eSRS when submitting their ISRs and

(vii) Require that each subcontractor with a subcontracting plan provide the prime contract number, its own unique entity identifier, and the e-mail address of the subcontractor’s official responsible for acknowledging receipt of or rejecting the ISRs, to its subcontractors with subcontracting plans

(11) A description of the types of records that will be maintained concerning procedures adopted to comply with the requirements and goals in the plan, including establishing source lists and a description of the offeror’s efforts to locate small business, veteran-owned small business, service-disabled veteran-owned small business, HUBZone small business, small disadvantaged business, and women-owned small business concerns and to award subcontracts to them

(12) Assurances that the offeror will make a good faith effort to acquire articles, equipment, supplies, services, or materials, or obtain the performance of construction work from the small business concerns that the offeror used in preparing the bid or proposal, in the same or greater scope, amount, and quality used in preparing and submitting the bid or proposal. Responding to a request for a quote does not constitute use in preparing a bid or proposal. An offeror used a small business concern in preparing the bid or proposal if–

(i) The offeror identifies the small business concern as a subcontractor in the bid or proposal or associated small business subcontracting plan, to furnish certain supplies or perform a portion of the contract or

(ii) The offeror used the small business concern's pricing or cost information or technical expertise in preparing the bid or proposal, where there is written evidence of an intent or understanding that the small business concern will be awarded a subcontract for the related work if the offeror is awarded the contract

(13) Assurances that the contractor will provide the contracting officer with a written explanation if the contractor fails to acquire articles, equipment, supplies, services or materials or obtain the performance of construction work as described in (a)(12) of this section. This written explanation will be submitted to the contracting officer within 30 days of contract completion

(14) Assurances that the contractor will not prohibit a subcontractor from discussing with the contracting officer any material matter pertaining to payment to or utilization of a subcontractor and

(15) Assurances that the offeror will pay its small business subcontractors on time and in accordance with the terms and conditions of the subcontract, and notify the contracting officer if the offeror pays a reduced or an untimely payment to a small business subcontractor (see 52.242-5).

(b) Contractors may establish, on a plant or division-wide basis, a master plan (see 19.701) that contains all the elements required by the clause at 52.219-9, Small Business Subcontracting Plan, except goals. Master plans shall be effective for a 3-year period after approval by the contracting officer however, it is incumbent upon contractors to maintain and update master plans. Changes required to update master plans are not effective until approved by the contracting officer. A master plan, when incorporated in an individual plan, shall apply to that contract throughout the life of the contract.

(c) For multiyear contracts or contracts containing options, the cumulative value of the basic contract and all options is considered in determining whether a subcontracting plan is necessary. If a subcontracting plan is necessary and the offeror is submitting an individual subcontracting plan, the individual subcontracting plan shall contain all the elements required by paragraph (a) of this section and shall contain separate statements and goals based on total subcontract dollars for the basic contract and for each option.

(d) A commercial plan (as defined in 19.701) is the preferred type of subcontracting plan for contractors furnishing commercial items. Once a contractor’s commercial plan has been approved, the Government shall not require another subcontracting plan from the same contractor while the plan remains in effect, as long as the product or service being provided by the contractor continues to meet the definition of a commercial item. The contractor shall-

(1) Submit the commercial plan to either the first contracting officer awarding a contract subject to the plan during the contractor’s fiscal year, or, if the contractor has ongoing contracts with commercial plans, to the contracting officer responsible for the contract with the latest completion date. The contracting officer shall negotiate the commercial plan for the Government. The approved commercial plan shall remain in effect during the contractor’s fiscal year for all Government contracts in effect during that period

(2) Submit a new commercial plan, 30 working days before the end of the Contractor’s fiscal year, to the contracting officer responsible for the uncompleted Government contract with the latest completion date. The contractor must provide to each contracting officer responsible for an ongoing contract subject to the plan, the identity of the contracting officer that will be negotiating the new plan

(3) When the new commercial plan is approved, provide a copy of the approved plan to each contracting officer responsible for an ongoing contract that is subject to the plan and

(4) Comply with the reporting requirements stated in paragraph (a)(10) of this section by submitting one SSR in eSRS, for all contracts covered by its commercial plan. This report will be acknowledged or rejected in eSRS by the contracting officer who approved the plan. The report shall be submitted within 30 days after the end of the Government’s fiscal year.


6. Peggy Schuyler married well.

In June 1783, when she was almost 25, Peggy married a distant cousin, Stephen Van Rensselaer III, 19 it was likely an elopement. (In fact, Eliza was the only Schuyler sister who didn’t elope.) Stephen was a descendent of Kiliaen Van Rensselaer, an Amsterdam merchant who was the first patroon—a person granted land and privileges by the Dutch government of New York—of a huge tract of land that included Albany county. This made Stephen a patroon as well, and he had plenty of money and servants. After her marriage, Peggy earned another nickname, this one bestowed upon her by Hamilton: “Mrs. Patroon.” By 1789, the couple had three children, only one of whom would survive to adulthood.


HAYES Genealogy

WikiTree est une communauté de généalogistes qui développe un arbre généalogique collaboratif de plus en plus précis et 100% gratuit pour tout le monde pour toujours. S'il vous plaît rejoignez-nous.

Please join us in collaborating on HAYES family trees. Nous avons besoin de l'aide de bons généalogistes pour développer une completely free arbre généalogique partagé pour nous connecter tous.

AVIS DE CONFIDENTIALITÉ IMPORTANT ET AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : VOUS AVEZ LA RESPONSABILITÉ D'UTILISER LA PRUDENCE LORS DE LA DISTRIBUTION D'INFORMATIONS PRIVÉES. WIKITREE PROTEGE LES INFORMATIONS LES PLUS SENSIBLES, MAIS UNIQUEMENT DANS LA MESURE INDIQUÉE DANS LA CONDITIONS D'UTILISATION AND PRIVACY POLICY.


PICOT Defined

The PICOT format is a helpful approach for summarizing research questions that explore the effect of therapy: 5

(P) – Population refers to the sample of subjects you wish to recruit for your study. There may be a fine balance between defining a sample that is most likely to respond to your intervention (e.g. no co-morbidity) and one that can be generalized to patients that are likely to be seen in actual practice.

(I) – Intervention refers to the treatment that will be provided to subjects enrolled in your study.

(C) – Comparison identifies what you plan on using as a reference group to compare with your treatment intervention. Many study designs refer to this as the control group. If an existing treatment is considered the ‘gold standard’, then this should be the comparison group.

(O) – Outcome represents what result you plan on measuring to examine the effectiveness of your intervention. Familiar and validated outcome measurement tools relevant to common chiropractic patient populations may include the Neck Disability Index 6 or Roland-Morris Questionnaire. 7 There are, typically, a multitude of outcome tools available for different clinical populations, each having strengths and weaknesses.

(T) – Time describes the duration for your data collection.


CLIFTON-WITH-SALWICK

Cliftun, Dom. Bk. Salewic, Dom. Bk.

This is a composite township, Clifton lying to the south-west and Salwick to the north-east, the respective acreages being 2,101 and 1,388, or 3,489 acres in all. (fn. 1) Lund, with its chapel, is about midway between the two hamlets, but in the Clifton portion. This portion has on the south the marshy land by the Ribble, and on the north some moss land. From the marsh the surface rises at first somewhat steeply, the village of Clifton being on the slope in general the surface continues to rise gradually from that point to near the northern boundary, but with many undulations, over 100 ft. above sea level being attained. In the northern corner the surface falls away somewhat it is in this part that Pepper Hill is situate. The population was 413 in 1901.

The principal roads are three crossing westward through Lund, Clifton and the Marsh respectively. The line of another westward road, called the Danes' Pad, is traceable to the north of Lund it is supposed to be of Roman origin. A cross road goes north through Clifton and Salwick to Pepper Hill, (fn. 2) where it meets another going north-west from Preston. There is also a westerly cross-road near. The Preston and Lancaster Canal winds west, north and east through Salwick. The railway from Preston to Blackpool runs westward to the south of the canal, and has a station named Salwick.

There was formerly a cross at Lund village. (note de bas de page 3)

The land is clayey wheat, beans and oats are grown, but most of the land is in pasture.

The township has a parish council.

Robert son of John Gradwell was born at Clifton in 1777. Educated at Douay he was imprisoned there on the outbreak of the French Revolution. Afterwards he was rector of the English college at Rome, and in 1828 was consecrated (as Bishop of Lydda) to assist Bishop Bramston as vicar-apostolic of the London district. He died, in 1833. (fn. 4) At Clifton also was born George Hilary Brown (1786) he was appointed vicar-apostolic of the Lancashire district in 1840, and ten years later, on the restoration of the hierarchy, became Bishop of Liverpool. He died in 1856. (fn. 5)

Manoirs

In 1066 CLIFTON, assessed as two plough-lands, and SALWICK, as one, were part of the Amounderness fee of Earl Tostig. (fn. 6) They were sometimes regarded as separate manors, probably their original status, but, as they were adjacent and held in demesne by one lord, Salwick gradually fell into the position of a dependency of Clifton. After the Conquest they were held of the king in thegnage, and in 1212 formed part of an estate of ten plough-lands so held, a rent of 40s. being paid. (fn. 7)

The owner in the year named was Walter son of Osbert, (fn. 8) who seems to have been in possession by 1170. (fn. 9) Walter was followed in 1217 by his son William de Clifton, (fn. 10) who died in 1258 holding ten plough-lands in chief of the king—viz. eight in demesne and two in service—by a rent of 40s. and by finding a suitor at the courts- of the county and the wapentake. His son Henry was of full age and married. (fn. 11) Of Henry practically nothing is known. (fn. 12) He was ancestor of three successive Williams, the first of whom (fn. 13) in 1318 obtained a charter of free warren in his manors of Clifton and Westby. (fn. 14) He died in 1323. (fn. 15) His grandson, another Sir William, (fn. 16) showed himself a lawless and violent man in a dispute in 1337 with the Abbot of Vale Royal. On arbitration he was ordered to acknowledge his guilt and ask for pardon, submitting himself to the abbot's will, to pay 20 marks and compensate for loss. Those who had assisted him were to bring a large candle, which was to be carried round the church of Kirkham on Palm Sunday and offered to St. Michael. (fn. 17) He appears in another light in 1349, obtaining from the Archbishop of York licence for his oratories at Clifton, Westby and Lund. (note de bas de page 18)

Sir William was about 1370 succeeded by his son Sir Robert, (fn. 19) who died in 1401 holding the manors of Clifton, Salwick and Moorhouses, also the manor of Westby and various lands of the king in socage by the service of 40s. annuel. The heir was his nephew Thomas son of Sir Nicholas de Clifton, then twelve years of age. (fn. 20) The manors descended regularly to Cuthbert Clifton, (fn. 21) who died 14 August 1512, leaving an only daughter Elizabeth, the heir male being his brother William. (fn. 22) A division ensued, Clifton going to the daughter and Westby to the brother, (fn. 23) and thus the Cliftons became known as 'of Westby.' Elizabeth by her second husband Sir William Molyneux (fn. 24) had a daughter and heir Anne, (fn. 25) whose grandson Cuthbert Halsall had a daughter and co-heir Anne. She married Thomas Clifton of Westby, and the whole estate became reunited. (fn. 26)

It will thus be convenient to give in this place the descent of the manor of Westby. William Clifton died in 1537, (fn. 27) and was succeeded by his son Thomas, who died in 1551, leaving a son and heir Cuthbert, twelve years of age. (fn. 28) Cuthbert was a recusant in 1577, his income being stated at 100 marks a year. (fn. 29) He died in 1580, leaving a son Thomas, eighteen years of age, (fn. 30) who at his death only five years later was followed by his son Cuthbert, three years old. (fn. 31) This son, the purchaser of Lytham, was made a knight at Lathom in 1617, (fn. 32) and died in 1634 holding the manors of Westby, Lytham and Little Marton. (fn. 33) Thomas, his son and heir, was twentynine years of age, and, as above stated, had recovered the manor of Clifton and the other moiety of the ancient family estate by his marriage with Anne Halsall. Pedigrees of the family were recorded at the heralds' visitations in 1567 (fn. 34) 1613 (fn. 35) and 1665. (fn. 36)

Clifton of Clifton and Westby. Sable on a bend argent three mullets pierced gules.

The Cliftons adhered to Roman Catholicism, (fn. 37) and in the Civil War to the king's side. (fn. 38) Thomas Clifton had his estates sequestered as a recusant and delinquent, (fn. 39) and at length they were sold by order of the Parliament. (fn. 40) His eldest son, Colonel Cuthbert Clifton, was taken prisoner at Liverpool in 1644, and died at Manchester, (fn. 41) and three other brothers are stated to have lost their lives in the king's service. (fn. 42) Thomas died in 1657, and his second son Thomas succeeded. (fn. 43) He was made a baronet in 1661 as a recognition of his family's loyalty, (fn. 44) and he was accused of treason after the Revolution. (fn. 45) He died in 1694, and his son having died before him the baronetcy expired, while the manors descended to his nephew Thomas Clifton of Fairsnape, who registered his estates in 1717 as a 'Papist,' the annual value being given as £1,548 17s. 2. (fn. 46) He died in 1720, and the manors of Clifton and Westby descended regularly to his great-great-grandson, another Thomas Clifton, (fn. 47) who became a Protestant in 1831, (fn. 48) and was sheriff in 1835. He died in 1851, and his son John Talbot Clifton, who represented North Lancashire 1844–47 (fn. 49) and was sheriff in 1853, (fn. 50) died in 1882, having returned to the Roman Catholic religion. (fn. 51) He was succeeded by his grandson Mr. John Talbot Clifton, (fn. 52) born in 1868, the present lord of the manor. The principal residence of the family has been at Lytham since early in the 17th century. Mr. Clifton's possessions include the whole of the townships of Cliftonwith-Salwick, Westby-with-Plumptons, and Lytham (ancient) also Little Marton, part of Great Marton and much of Warton. Manor courts have long ceased to be held, but juries of the farmers in the several townships assemble yearly to make arrangements for the clearing of the watercourses, and officials named constables, byelaw-men, &c., are nominated as a matter of form. (note de bas de page 53)

The Cliftons being the only landowners in the township, there is little to record besides. Richard Clitheroe of Clifton paid £10 on declining knighthood in 1631. (fn. 54) One Thomas Threlfall had twothirds of his house and land sequestered for recusancy in the Commonwealth time. (fn. 55) Several people of Clifton and Salwick registered estates as 'Papists' in 1717, (fn. 56) in addition to the squire.

Of Salwick there is little to record. (fn. 57) There were disputes between the lords of Lea and Clifton as to pasturage on Salwick Waste, Grimes Moss and Clifton Marsh. (fn. 58) William Duddell was a freeholder in 1600. (fn. 59)

Église

LUND was the site of an oratory in 1349, as above stated. The chapel is named again in the partition of the Clifton estates in 1515. (fn. 60) Nothing is known of its earlier history it is not named among the chantries suppressed in 1547–8, and probably ceased to be used for service (fn. 61) till the time of the Commonwealth, when, the Cliftons' estates being under sequestration, Lund Chapel was rebuilt (fn. 62) and occupied by one Joseph Harrison, 'a godly, diligent and painful pastor,' who received £40 a year from the Committee of Plundered Ministers. (fn. 63) Afterwards it reverted to the Cliftons, but in 1687 was claimed by Mr. Clegg, vicar of Kirkham, (fn. 64) and this claim seems to have prevailed, probably owing to the Revolution, for in 1689 Thomas Ryley, 'conformable,' was minister there. (fn. 65) Bishop Gastrell about 1717 found that there was an income from recent endowments of £6 18s. 4., and that the master of Kirkham School preached and read prayers there 'every Sunday, Sacrament days excepted.' (fn. 66) Curates were appointed regularly from 1732. The chapel became ruinous, (fn. 67) and was replaced by the present church of St. John the Evangelist in 1825. A district parish was attached to it in 1840, (fn. 68) and the vicarial tithes have been assigned to the incumbent, who is presented by the Dean and Canons of Christ Church, Oxford. (fn. 69) The following have had charge (fn. 70) :—

1717 Edward Manwaring
1726 Thomas Cockin
1749 Benjamin Wright
1774 Cuthbert Harrison
1790 Joshua Southward
1790 Charles Buck, M.A. (St. John's Coll., Camb.)
1808 Thomas Stephenson
1820 Richard Moore, M.A. (fn. 71) (Brasenose Col)., Oxf.)
1886 Charles Fullerton Smith, M.A. (Christ Ch., Oxf.)

Ward's House, near Salwick Hall, was formerly the seat of a younger branch of the Clifton family, of whom several became Jesuits, and mass was said in the chapel there in the 17th (fn. 72) and 18 th centuries, (fn. 73) until the chapel at Lea was built in 1801. (fn. 74)


Voir la vidéo: - Trailer Bad Ending - Mr Meat Unofficial Trailer (Décembre 2021).