22 mars 1941

22 mars 1941

Mars 1941

1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031
>Avril

Europe occupée

Deux navires américains transportant de la farine autorisés à rejoindre la France



La lutte des nègres

De Le militant, Vol. V. n° 12, 22 mars 1941, p.م.
Transcrit & balisé par Einde O’ Callaghan pour le Encyclopédie du trotskisme en ligne (ETOL).

Dixième anniversaire de l'affaire Scottsboro

Cette semaine marque le dixième anniversaire de l'ouverture de l'affaire Scottsboro, désormais presque oubliée.

Nous en prenons acte maintenant, dix ans après ses débuts, pour adresser nos salutations aux cinq garçons encore détenus dans les prisons de l'Alabama, pour signaler la haine de classe impitoyable des Bourbons du Sud qui les y maintiennent alors que le monde entier sait qu'ils sont innocents.

Neuf garçons noirs, pour la plupart encore des enfants, à bord d'un train de marchandises de Chattanooga à l'Alabama, se sont battus avec des garçons blancs d'environ leur âge et les ont fait descendre du train. Lorsque le train s'est arrêté à Paint Rock, Alabama, le train a été arrêté et les garçons noirs ont repris. Sur une autre voiture, deux filles blanches, vêtues de vêtements pour hommes, ont également été découvertes et placées en garde à vue. Ils ont été emmenés à Scottsboro, le siège du comté, et la rumeur a commencé à se répandre que les garçons les avaient violées.

En peu de temps, les garçons ont été inculpés de viol, rapidement traduits en "procès" et (à l'exception d'un enfant sur lequel le jury n'était pas d'accord) condamnés à mort.

Il n'y avait rien d'inhabituel dans ce cas. Il y a eu des dizaines de cas de ce genre dans le Sud sur lesquels rien n'a été écrit, qui ont été passés pour une évidence, où des nègres ont été assassinés pour leur apprendre leur place.

Mais cette affaire n'a pas été écartée. La défense internationale du travail du Parti communiste y est entrée, a fourni des avocats et a ouvert une campagne qui, au fur et à mesure qu'elle se répandait et obtenait un soutien, atteignait chaque communauté importante du pays et de chaque pays du monde. Se basant généralement sur une défense de lutte de classe, l'I.L.D. organisé non seulement la défense légale, mais des manifestations de masse et des réunions à l'échelle nationale et internationale.

Finalement, l'une des deux filles a avoué qu'elles avaient été intimidées pour raconter l'histoire du viol. Cependant, parce que l'affaire avait atteint des proportions si répandues, les Bourbons de l'Alabama ont décidé de l'ignorer, de montrer que les Noirs n'ont aucun droit dans le Sud et qu'ils feraient mieux de ne pas se faire d'idées "upplicantes" dans la tête.
 

Ce qui a sauvé les garçons

Ce sont les manifestations de masse et les réunions dans des centaines de villes qui ont sauvé la vie des garçons. De nouveau arides à nouveau, ils ont été reconnus coupables, encore et encore l'Alabama s'est préparé à se suicider, mais à chaque fois les tribunaux, sentant la colère de millions de travailleurs blancs et noirs, se sont retirés et ont ordonné de nouveaux procès.

Puis, loin à Moscou, Staline et sa bureaucratie ont décidé de la politique du « front populaire, de la sécurité collective et d'un pacte franco-soviétique ». C'était un ordre aux partis communistes des nations impérialistes démocratiques telles comme la France, l'Angleterre et les États-Unis, pour essayer d'aligner les gouvernements patrons pour une alliance avec Staline. Pour ce faire, on leur a dit de soutenir des gens comme Roosevelt pour les élections, et en général d'essayer d'« adoucir » la lutte des classes.

Cela signifiait, en ce qui concernait l'affaire Scottsboro, la fin des politiques de lutte des classes qui avaient sauvé le boyp jusque-là. Au début de 1936, les manifestations avaient disparu et un nouveau comité de défense de Scottsboro, salué par les staliniens, fut constitué. Il a rejeté le programme de lutte de classe préconisé par les trotskystes et s'est mis au travail d'une manière qui conviendrait aux innombrables révérends de droite du comité.
 

Le résultat de la ligne stalinienne

Ozie Powell, l'un des garçons, aiguillonné par un shérif qui conduisait depuis le tribunal, s'est gratté le dos avec un stylo-couteau en légitime défense. Le shérif a arrêté la voiture, est sorti et a tiré une balle dans le cerveau de Powell, le paralysant pendant longtemps et le tuant presque. Malgré le fait que tout le monde savait que Powell avait riposté en légitime défense, le comité de défense de Scottsboro l'a fait plaider coupable d'agression avec intention de tuer ! Le résultat a été que l'État a abandonné les changements de viol contre lui et l'a condamné à 20 ans d'emprisonnement sans aucune chance, en raison du plaidoyer de culpabilité, de combattre la chose devant les tribunaux.

Ce n'était qu'un chapitre dans l'histoire d'un certain nombre d'accords dégoûtants qui ont été conclus à l'époque entre le comité et le juge Jim Crow chargé de l'affaire. Toute l'histoire n'a pas encore été racontée, mais suffisamment de fuites ont montré que les staliniens et les socialistes de Norman Thomas avaient approuvé un accord qui libérerait certains des garçons et garderait d'autres en prison. L'accord ne s'est pas déroulé exactement comme prévu, mais quatre ont été libérés et quatre autres que Powell ont été maintenus en prison sous des peines allant jusqu'à 75 ans sur le même témoignage que l'État a ignoré en libérant les autres garçons. Quand toute la vérité sortira quelque temps, on verra que ces garçons ont été vendus en aval de la rivière.

Et pendant ce temps, rien n'est fait par le Comité qui puisse avoir un effet sur la libération des cinq autres. Les tentatives d'organiser des comités dans différentes villes par les trotskystes et d'autres travailleurs se sont heurtées à la résistance des staliniens qui dénoncent le comité "officiel" qui ne fait rien. Aucune manifestation n'est organisée, peu de choses sont même écrites sur l'affaire. Les demandes d'informations du comité apportent des réponses comme celles-ci : “La seule chose qui peut être faite dans l'affaire Patterson est une demande de grâce du gouverneur.” Comment ? Pas de réponse. Qui est chargé de forcer le pardon ? Pas de réponse.

Et pendant ce temps, avec le mouvement de défense embouteillé par un comité de collaboration de classe, les cinq garçons restants continuent de pourrir en prison et dans le gang des chaînes " tandis que les staliniens, qui ont revêtu un manteau de " militantisme " depuis le Pacte Staline-Hitler, n'osez pas ouvrir la bouche sur ce qui s'est réellement passé dans l'affaire ni rouvrir l'affaire dans une campagne de combat, car cela serait un aveu de leur politique perfide ces cinq dernières années.


Le barrage de Grand Coulée

NOUS #1009 a été publié pour le 50e anniversaire de l'aide fédérale à l'Ouest pour la gestion des ressources des rivières et des ruisseaux locaux.

Le 22 mars 1941, le barrage de Grand Coulee a commencé à produire de l'électricité.

La Grand Coulee est un lit de rivière très ancien sur le plateau Columbia. Dès 1892, il y avait des discussions sur un éventuel plan de construction d'un barrage de 1 000 pieds sur le fleuve Columbia. Cependant, cela aurait signifié qu'un réservoir s'étendrait jusqu'au Canada, ce qui violait les traités.

NOUS #1009 – Enveloppe Premier Jour Classique.

Au début des années 1900, les discussions sur un projet similaire ont été renouvelées par le Bureau of Reclamation, qui cherchait à pomper l'eau du fleuve Columbia pour irriguer des zones du centre de Washington. Ils ont tenté de collecter des fonds pour le projet, mais les citoyens de Washington ont voté contre.

Puis, en 1917, un avocat de Washington nommé William M. Clapp a suggéré que le Columbia soit endigué juste en dessous de la Grand Coulee. Il a suggéré qu'un barrage en béton pourrait inonder le plateau, tout comme la glace l'avait fait des siècles auparavant. James O'Sullivan et Rufus Woods se sont joints à la campagne pour le barrage de Grand Coulee. Woods était un éditeur de journal et a promu l'idée dans Le monde Wenatchee. Il a écrit : « Une telle puissance, si elle était développée, actionnerait des chemins de fer, des usines, des mines, des pompes d'irrigation, fournirait de la chaleur et de la lumière dans une mesure telle que, dans l'ensemble, ce serait le développement le plus unique, le plus intéressant et le plus remarquable des deux systèmes d'irrigation. et le pouvoir en cette ère de miracles industriels et scientifiques.

NOUS #1009 – Enveloppe premier jour Fleetwood.

En 1918, le projet bénéficie d'un large soutien du public. Cependant, ils se sont bientôt divisés en deux groupes, les pompes et les rigoleurs. Les pompes soutenaient un barrage avec des pompes pour soulever l'eau dans la Grande Coulée, d'où elle suivrait des canaux et des tuyaux pour irriguer les terres agricoles. Les creuseurs voulaient détourner l'eau par un canal gravitaire. De nombreux autopompiers pensaient que les creuseurs de fossés essayaient de détenir le monopole de l'électricité.

NOUS #834 de la série présidentielle.

Les creuseurs ont pris plusieurs mesures pour soutenir leur cause, notamment l'obtention d'un permis préliminaire pour construire un barrage qui bloquerait la construction du barrage de la Coulee. Ils ont également obtenu le soutien du président Warren G. Harding, mais il est décédé un mois plus tard. Calvin Coolidge avait peu d'intérêt au départ mais s'est finalement opposé au projet après avoir entendu les inquiétudes selon lesquelles une irrigation accrue créerait plus de récoltes et des prix bas.

NOUS #1284 de la série Éminents Américains.

Puis, en 1925, le Congrès fit appel à l'US Army Corps of Engineers pour étudier le fleuve Columbia. Après une étude approfondie, ils ont suggéré le barrage de Grand Coulee et neuf autres sur la rivière en 1932. Le rapport a indiqué que la construction pourrait être payée par les ventes d'électricité générées par le barrage. Alors que certains s'opposaient encore au projet, le président Franklin Roosevelt a finalement approuvé.

US #3185e – FDR considérait le barrage comme un projet du New Deal.

La construction a officiellement commencé le 16 juillet 1933, alors qu'une foule de 3 000 spectateurs assistait à l'enfoncement du premier piquet. Roosevelt a visité le site l'année suivante et a ensuite approuvé qu'il soit transformé en un barrage haut de 500 pieds de haut. Après sept ans de construction, le barrage a commencé à fonctionner le 22 mars 1941, lorsque ses premiers gros générateurs ont commencé à produire de l'électricité. Les deux générateurs ont envoyé environ 10 000 kilowatts d'électricité au réseau de transport de Bonneville Power Administrations.

Des milliers de personnes sont venues assister au démarrage des générateurs. Les événements de la journée comprenaient également des discours et de la musique. Roosevelt, qui n'était pas présent, a envoyé un télégramme disant : « Ce projet aura servi dans deux situations d'urgence. Il a servi à fournir de nombreux emplois utiles à une époque il y a huit ans où il était important que nous trouvions immédiatement un moyen d'éviter une stagnation économique complète, et il servira maintenant à fournir la puissance nécessaire pour fabriquer de l'aluminium pour les avions et autrement à accélérer notre protection les bras."

Les travaux sur le barrage se poursuivront pendant encore deux ans, étant officiellement achevés le 31 janvier 1943.


La crise du logement à Newark aggravée par la guerre

De Le militant, Vol. V. n° 12, 22 mars 1941, p.ق.
Transcrit & balisé par Einde O’ Callaghan pour le Encyclopédie du trotskisme en ligne (ETOL).

Au cours de la dernière guerre, les travailleurs ont déménagé dans la zone industrielle de Newark en si grand nombre qu'une pénurie de logements est survenue si grave que la ville a été forcée d'ériger des colonies de tentes pour abriter des centaines de familles expulsées que des milliers de familles ont été regroupées dans des quartiers d'habitation, et les maisons de chambres ont été obligées de louer le même lit à jusqu'à trois locataires en une journée. (D'après le rapport du maire de Newark lors de la Première Guerre mondiale.)

Les conditions dans la ville aujourd'hui se rapprochent rapidement de la même situation. Il y a une véritable pénurie de maisons, d'appartements et d'appartements. Du coup, les loyers augmentent, des familles emménagent ensemble, des caves et des devantures de magasins sont occupées, et lorsqu'une famille déménage d'une maison dans un quartier ouvrier, il y a cinq à dix candidats à la place au cours de la période. les deux prochaines heures. Et la tendance, en raison de l'expansion des usines, est à une plus grande migration dans la région.

L'image des 44 451 structures de logement de Newark a été montrée dans le rapport de 1934 de la State Housing Authority :

  • Sur 100 structures, 80 étaient en bois, le pire matériau, le plus rapide à se détériorer. Sur 100, 61 ont été construits avant 1908, c'est-à-dire qu'ils ont plus d'un tiers de siècle, et ont été construits selon des normes aujourd'hui dépassées.
     
  • Sur cent, quatre ont été déclarés en "bon état", 45 avaient besoin de "réparations mineures", 46 avaient besoin de "réparations majeures", et 10 ont été trouvés. #8220impropre à l'usage. C'est-à-dire que la moitié des maisons de Newark n'étaient pas habitables ou avaient grand besoin de réparations, et seulement 4% étaient en "bon" état.
     

Situation non modifiée

La Newark Housing Authority a signalé il y a quelques mois qu'au cours des six années écoulées depuis 1934, le Building Department a accordé moins de 5 000 permis pour des modifications, des ajouts et des réparations. Cela signifierait des travaux de réparation sur moins de 188 des bâtiments nécessitant des réparations majeures ou impropres à l'utilisation. de logements insalubres touchés (par les réparations).”

Au cours de cette même période, environ 1 900 logements (hors structures) ont été démolis et 2 600 construits. Le capital privé en a construit moins de 400, les autres étant construits par la FHA et la NHA. Comme presque autant ont été démolis que construits, la situation reste presque la même.

« À Newark proprement dit, a déclaré la NHA en septembre dernier, il n’y a eu aucune construction de maison à proprement parler au cours des 12 dernières années. Les nouvelles constructions ont été négligeables. La démolition a largement dépassé les nouvelles constructions privées à Newark ces dernières années. Aujourd'hui, les informations les plus fiables, obtenues montrent qu'il y a environ 3% de logements vacants à Newark. Une grande partie des 3 % de postes vacants est considérée comme inférieure aux normes, la plupart invivables . ”
 

Ce que propose la NHA

Quelles conclusions l'ASN, nommée par l'actuelle Commission municipale, tire-t-elle de cette terrible situation ?

La plupart des agences gouvernementales intéressées, la Newark Housing Authority et le Real Estate Board et les propriétaires de biens en général, conviennent que tout logement supplémentaire nécessaire à Newark doit être créé par des capitaux privés.”

Le capital privé n'a construit aucune maison en 12 ans. La situation du logement devient chaque jour plus critique. Par conséquent? Par conséquent, dit la NHA avec l'approbation de la mairie et des deux machines (le groupe Ellenstein-Franklin-Brady et le groupe Byrne-Clee), ne construisons plus de projets de logements fédéraux. Laissons le soin au capital privé ! Mais ce n'est qu'une partie de l'image.

Non seulement la LNH s'oppose à la construction de plus de logements à bas prix, mais elle se prépare en coulisses à « détourner une grande partie des 2 435 logements fédéraux déjà construits ou en cours de construction, à les vendre » au gouvernement fédéral pour l'utilisation de « travailleurs de la défense » au motif que les logements insalubres de ces travailleurs interféreraient avec la « défense nationale ».

On en a très peu parlé en public. Certes, peu des milliers de travailleurs à bas salaire et de clients de secours qui ont demandé l'admission à ces projets savent ce qui s'en vient. Mais déjà un projet de loi est en cours de préparation à la législature de l'État (cela se produit également dans d'autres États) qui permettra à l'Autorité de résoudre son problème concernant les travailleurs qualifiés qui affluent dans cette région aux dépens des milliers qui attendent depuis plus de deux ans pour entrer dans les projets.

Le fait que la NHA soit déjà activement au travail sur cette arnaque a été montré dans une déclaration d'un membre du Newark Citizens’ Housing Council la semaine dernière lorsqu'il a demandé la réorganisation de cet organe et s'est plaint : l'opération (avec la NHA) comme étant des partisans du détournement de logements à loyer modique au profit d'ouvriers qualifiés de la défense . ”

La NHA ne veut pas construire de nouvelles maisons, mais elle veut enlever certaines de celles déjà construites et changer leur caractère en tant que « logements à loyer modique » pour « la durée de la crise actuelle »,

C'est pourquoi le Parti socialiste des travailleurs, dans la campagne électorale actuelle, déclare que la crise du logement sera avec nous tant que les amis des propriétaires et les représentants des grandes entreprises siègeront à l'hôtel de ville. C'est pourquoi Nous disons : LAISSEZ LE TRAVAIL CONTRLER LA COMMISSION DE LA VILLE ! Construire un groupe de travail pour reprendre la mairie, éviter le « détournement » des logements à bas prix déjà construits et étendre le programme de logements en construisant les logements nécessaires à la grande majorité des travailleurs de Newark !


En ce jour de l'histoire de l'aviation, l'acteur Jimmy Stewart est intronisé le 22 mars 1941

Le 22 mars 1941, l'un des acteurs les plus populaires d'Hollywood a endossé un nouveau rôle stimulant. James Maitland “Jimmy” Stewart a été intronisé dans l'armée américaine à l'âge de 32 ans. En tant que pilote privé breveté à part entière, Stewart a été affecté à l'Army Air Corps après une formation de base.


Le 22 mars 1944, le major James Stewart a effectué sa 12e mission de bombardement en tant que commandant du 445e Bomb Group. C'était important pour plusieurs raisons. Premièrement, il a été le premier acteur de premier plan à voler au combat. Deuxièmement, c'était le premier bombardement de plomb américain à frapper Berlin sans pertes massives. Et trois, c'est le nombre d'années depuis que James Stewart s'est enrôlé comme soldat.

Jimmy Stewart a effectué 20 missions de combat à bord de bombardiers B-24 Liberator au-dessus de l'Europe pendant la guerre. Le 23 juillet 1959, Stewart est promu brigadier général. Au cours de ses périodes de service actif, il est resté à jour en tant que pilote de bombardiers intercontinentaux Convair B-36 Peacemaker, Boeing B-47 Stratojet et Boeing B-52 Stratofortress du Strategic Air Command. Le 20 février 1966, le brigadier-général Stewart a volé en tant qu'observateur non-service à bord d'un B-52 lors d'une mission de bombardement Arc Light pendant la guerre du Vietnam. Il a refusé la publication de toute publicité concernant sa participation, car il ne voulait pas qu'elle soit traitée comme un coup, mais dans le cadre de son travail d'officier dans la réserve de l'US Air Force. James Stewart a pris sa retraite du service militaire le 31 mai 1968 avec le grade de général de brigade.


Nos remerciements à F.R. Vondra pour avoir partagé cette information d'anniversaire.


22 mars 1941 - Histoire

Le Eleanor Roosevelt Papers Project est un centre de recherche à charte universitaire associé au Département d'histoire de l'Université George Washington.

Les aviateurs de Tuskegee

En raison de la discrimination raciale, les militaires afro-américains n'ont pas été autorisés à apprendre à voler jusqu'en 1941, lorsque les diplômés des collèges afro-américains ont été sélectionnés pour ce que l'armée a appelé "une expérience" - la création du 99e escadron de chasse séparé, qui s'est entraîné sur un aérodrome adjacent au Tuskegee Institute de l'Alabama. L'expérience impliquait la formation de pilotes noirs et de membres de l'assistance au sol qui formaient à l'origine le 99th Pursuit Squadron. L'escadron, rapidement surnommé Tuskegee Airmen, a été activé le 22 mars 1941 et rebaptisé 99th Fighter Squadron le 15 mai 1942. Pour chaque pilote noir, il y avait 10 autres civils noirs, officiers et hommes et femmes enrôlés sur le soutien au sol. devoir.

Charles Alfred Anderson, le premier Afro-américain à obtenir sa licence de pilote, est devenu le premier instructeur de vol lorsque le Programme de formation des pilotes civils (CPTP) a été organisé à l'Institut Tuskegee en octobre 1939. L'armée a décidé de modeler son programme de formation sur le CPTP et a embauché Anderson pour enseigner aux pilotes de Tuskegee.

Quand Eleanor Roosevelt a visité le terrain d'aviation militaire de Tuskegee en 1941, elle a insisté pour faire un tour dans un avion avec un pilote noir aux commandes. Le pilote d'ER était Charles Anderson. ER a ensuite insisté pour que son vol avec Anderson soit photographié et le film a été développé immédiatement afin qu'elle puisse rapporter les photographies à Washington lorsqu'elle a quitté le terrain. ER a utilisé cette photographie dans le cadre de sa campagne pour convaincre FDR d'activer la participation des aviateurs de Tuskegee en Afrique du Nord et dans le théâtre européen.

En juin 1943, les Tuskegee Airmen entrèrent en combat au-dessus de l'Afrique du Nord. Les aviateurs ont fait preuve de courage, d'habileté et de dévouement au combat. Ils ont piloté des avions de type P-39-, P-40-, P-47- et P-51 dans plus de 15 000 sorties, accomplissant plus de 1 500 missions pendant la guerre. Aucune autre unité d'escorte ne pouvait revendiquer un tel record. À la fin de la guerre, les aviateurs de Tuskegee sont rentrés chez eux avec cent cinquante croix de vol distinguées, des légions du mérite et l'étoile rouge de Yougoslavie. Le groupe a été désactivé en mai 1946 mais son succès contribuera à l'intégration éventuelle de l'armée américaine. Le fruit des efforts des aviateurs serait récolté lors de la déségrégation éventuelle en 1948 des forces armées américaines.

Sources:

Boyer, Paul et al. La vision durable : une histoire du peuple américain. Boston : Houghton Mifflin, 2000, 774.

Estell, Kenneth, éd. L'almanach afro-américain. 8 e éd. Détroit : Gale Group, 2000, 1218.


En ce jour de l'histoire de l'aviation - Intronisation de l'acteur Jimmy Stewart - 22 mars 1941

Le 22 mars 1941, l'un des acteurs les plus populaires d'Hollywood a endossé un nouveau rôle stimulant. James Maitland "Jimmy" Stewart a été intronisé dans l'armée américaine à l'âge de 32 ans. En tant que pilote privé breveté à part entière, Stewart a été affecté à l'Army Air Corps après une formation de base.


Le 22 mars 1944, le major James Stewart a effectué sa 12e mission de bombardement en tant que commandant du 445e Bomb Group. C'était important pour plusieurs raisons. Premièrement, il a été le premier acteur de premier plan à voler au combat. Deuxièmement, c'était le premier bombardement de plomb américain à frapper Berlin sans pertes massives. Et trois, c'est le nombre d'années depuis que James Stewart s'est enrôlé comme soldat.

Jimmy Stewart a effectué 20 missions de combat à bord de bombardiers B-24 Liberator au-dessus de l'Europe pendant la guerre. Le 23 juillet 1959, Stewart est promu brigadier général. Au cours de ses périodes de service actif, il est resté à jour en tant que pilote de bombardiers intercontinentaux Convair B-36 Peacemaker, Boeing B-47 Stratojet et Boeing B-52 Stratofortress du Strategic Air Command. Le 20 février 1966, le brigadier-général Stewart a volé en tant qu'observateur non-service à bord d'un B-52 lors d'une mission de bombardement Arc Light pendant la guerre du Vietnam. Il a refusé la publication de toute publicité concernant sa participation, car il ne voulait pas qu'elle soit traitée comme un coup, mais dans le cadre de son travail d'officier dans la réserve de l'US Air Force. James Stewart a pris sa retraite du service militaire le 31 mai 1968 avec le grade de général de brigade.


Nos remerciements à F.R. Vondra pour avoir partagé cette information d'anniversaire.


Horchtruppen en Bulgarie, mars 1941

Publier par Carnaro » 22 mars 2021, 16:26

Il s'agit d'une partie d'un ordre fm XXX AK, 15 mars 1941, concernant l'opération "Marita" et en particulier le rôle de Horchtruppen en Bulgarie, affecté à l'AOK 12, à savoir :

- 3 (H) N 57 à Smoljan et Krumovgrad
- 3 (H) N 7 à Haskovo

Y a-t-il quelqu'un qui sait à quelles unités l'ordre fait référence ? (H = Horch, N = Nachrichten ?) ??

Re: Horchtruppen en Bulgarie, mars 1941

Publier par Greg Singh » 23 mars 2021, 02:42

Oui, c'étaient des Horch(dienst)kompanien, à l'origine subordonnés aux Nachrichten-Abteilungen.

3.(H) N.7 = 3. (Horch-Kompanie) bei Nachrichten-Abteilung 7
3.(H) N.57 = 3. (Horch-Kompanie) bei Nachrichten-Abteilung 57


Histoire du régiment

Le 27th Infantry a été activé le 12 février 1901 dans l'armée régulière à Fort McPherson, en Géorgie. En décembre, le régiment s'est déployé aux Philippines pour vaincre les insurgés Moro sur l'île de Mindanao. Après la défaite des Moros, le régiment est déployé au camp Sheridan, dans l'Illinois, en 1904.

Après avoir servi à Cuba, au Texas, et à nouveau aux Philippines, le régiment a navigué jusqu'à Vladivostok, en Sibérie, en 1918, dans le cadre du corps expéditionnaire allié. L'une de leurs missions était de garder le chemin de fer transsibérien, ce qui entraînait souvent des combats avec les bolcheviks communistes. Pendant son séjour en Russie, le régiment a gagné son surnom de « Lévriers » en raison de sa poursuite agressive des forces bolcheviques en retraite.

En 1921, après de brefs séjours au Japon et aux Philippines, les Wolfhounds ont élu domicile à Schofield Barracks, territoire d'Hawaï, où ils ont acquis une réputation enviable en matière d'entraînement et de prouesses sportives. En octobre 1941, la Royal Hawaiian Division fut décomposée en 24e et 25e Division d'infanterie. Les Wolfhounds ont été affectés à la 25e division. Le 7 décembre 1941, Wolfhounds a riposté contre les avions japonais depuis ses toits de D-Quad. Dans le cadre de la division Tropic Lightning, le 1st Wolfhounds a combattu dans le sud-ouest du Pacifique à Guadalcanal, dans les Salomon du Nord et enfin sur l'île de Luzon aux Philippines, où le régiment a obtenu une citation d'unité présidentielle philippine.

Après la Seconde Guerre mondiale, le régiment a servi comme forces d'occupation au Japon. Ils ont gagné leur surnom de "Gentle Wolfhounds" pour leur soutien affectueux à l'orphelinat de la Sainte Famille à Osaka, qui continue à ce jour.

En juillet 1950, le régiment, faisant partie de la 25e division d'infanterie, s'est déployé en Corée du Sud pour vaincre l'invasion nord-coréenne. Leurs actions près de SsangYong-Ni ont valu la première Presidential Unit Citation de la guerre. Au cours de la défense du périmètre de Pusan, les Wolfhounds sont devenus connus comme la « brigade de pompiers » de la huitième armée pour leurs contre-attaques rapides et violentes. Pour la défense de Taegu, ils ont obtenu une deuxième Presidential Unit Citation. Après l'entrée en guerre des Chinois à la fin des années 1950, le régiment a obtenu sa troisième citation d'unité présidentielle pour avoir attaqué la rivière Han, qui a culminé avec la reprise de Séoul en avril 1951. Le régiment s'est redéployé sur le territoire d'Hawaï en 1954.

Les premiers Wolfhounds sont arrivés au Sud-Vietnam en janvier 1966. Au cours de leur séjour de cinq ans au Vietnam, les Wolfhounds ont été considérés comme l'une des unités les plus efficaces de la 25e division d'infanterie, remportant une Valorous Unit Citation en 1967. Opérant principalement à partir de Cu Chi dans le Tay Dans la province de Ninh, le bataillon a participé à l'opération Attleboro, à Cedar Fills, à Junction City, aux offensives du Têt de 68 et de 69 et à l'invasion du Cambodge en 1970. L'une des dernières unités de la 25e division d'infanterie à quitter le Vietnam, les Wolfhounds sont arrivés à Hawaï en avril 1971.

Depuis leur retour à Oahu, ils se sont déployés à Tinian, à Guam, en Corée, en Thaïlande, en Australie et au Japon, ainsi que dans les centres de formation de la zone continentale des États-Unis. Les Wolfhounds ont dirigé les opérations de secours sur Kauai ravagé par l'ouragan en septembre 1992. Les Wolfhounds se sont déployés à Guam pour l'opération Pacific Haven où ils ont assuré la sécurité des réfugiés kurdes d'octobre à décembre 1996.

Le 10 juin 1987, le 2e bataillon a été relevé de son affectation à la 25e division d'infanterie et affecté à la 7e division d'infanterie à Fort Ord, en Californie. Au cours de leur tournée à Fort Ord, les 2e et 3e bataillons ont été déployés au Honduras en 1988 à l'appui de l'opération Golden Pheasant, et en 1989, ils ont été déployés au Panama à l'appui de l'opération Just Cause. Le 15 septembre 1993, le bataillon a été inactivé et relevé de son affectation à la 7e division d'infanterie. Le 2e bataillon est à nouveau activé le 31 août 1995.

Le 4e bataillon du 27e d'infanterie était actif dans la 3e brigade, 25e division d'infanterie (L) à Schofield Barracks sur l'île d'Oahu à Hawaï à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Le 1er bataillon du 27e d'infanterie était également affecté à la 3e brigade. Des éléments du 4e Bataillon ont été déployés lors de l'opération Tempête du désert et ont servi de gardes au général Norman Schwarzkopf lors de leur déploiement. Ils ont également participé à des opérations de déminage au Koweït et à un élément de sécurité pour les pourparlers de paix ultérieurs.

Nos lévriers en service actif ne sont actuellement pas déployés dans une zone de combat. Plus récemment, les Wolfhounds ont organisé une formation sur l'Insigne d'Infanterie Expert (EIB), le lancer de couteaux MOS Cross, etc.

Le régiment porte fièrement plus de vingt-neuf banderoles de bataille et plus de onze citations sur ses couleurs. Sa devise, « NEC ASPERA TERRENT », se traduit par « PAS DE PEUR DES DIFFICULTÉS », mais est communément appelée « PAS DE PEUR SUR LA TERRE ».


Mersa Brega 31 mars 1941

Publier par ClintMatériel » 24 mars 2013, 23:25

J'ai reconstitué cette bataille heure par heure et j'ai trouvé beaucoup de détails à citer dans les archives des Archives nationales, etc. et du musée Royal Northumberland Fusiliers et des fragments de divers livres.

Bien que j'aie photographié trois cartes à partir de documents originaux, je n'ai pas pu localiser Cemetery Hill avec certitude. Quelqu'un peut-il aider à cela ainsi qu'à localiser où se trouvait la position de "la Maison Blanche".

Re: Mersa Brega 31 mars 1941

Publier par ClintMatériel » 24 mars 2013, 23:32

Otto Ruprecht - J'ai également parlé à l'auteur en Australie qui a créé le personnage d'Otto Ruprecht et l'auteur est étonné que son personnage d'Otto soit maintenant inclus dans les récits factuels de Mersa Brega car il n'a écrit la pièce de Ruprecht que comme une nouvelle pour se tester en écrivant une histoire de guerre.

Re: Mersa Brega 31 mars 1941

Publier par Urmel » 25 mars 2013, 12:15

Si vous regardez cela dans Google Earth, vous aurez une bonne idée de la colline du cimetière (entre la Via Balbia et la mer, devant le village et les marais salants à gauche de la position défensive).

L'ennemi avait une supériorité numérique, ses chars étaient plus lourdement blindés, ils avaient des canons de plus gros calibre avec près du double de la portée effective des nôtres, et leurs télescopes étaient supérieurs. 5 RTR 19/11/41

Re: Mersa Brega 31 mars 1941

Publier par Urmel » 25 mars 2013, 12:32

L'ennemi avait une supériorité numérique, ses chars étaient plus lourdement blindés, ils avaient des canons de plus gros calibre avec près du double de la portée effective des nôtres, et leurs télescopes étaient supérieurs. 5 RTR 19/11/41

Re: Mersa Brega 31 mars 1941

Publier par ClintMatériel » 25 mars 2013, 21:28

La description peut être lue comme la colline étant à l'ouest du marais salé mais c'est trop à l'ouest par rapport aux rapports d'action - alors peut-être cela signifiait-il au sud-ouest du village et vu en diagonale à travers le marais salé.

Les cartes que j'ai sont a) italiennes pré-Via Balbia avec de vagues caractéristiques de terrain élevé le long de la piste/route et au sud du marais salé du nord. Cette carte est également vague sur l'endroit où se trouvait un village à l'époque. Était-ce près de la même route et immédiatement à l'est de la longue ligne de hauteurs ou juste sur la plage à environ 2000 mètres au nord-est de la route et du bord le plus à l'est des hauteurs.

La carte b) est une 1ère carte RHA du "Going" sur papier calque joliment dessinée mais sans confirmer ces détails - ce qui est en contradiction avec ce pour quoi le RHA en avait besoin.

La carte c) est australienne de la 17e brigade et grossièrement dessinée sans confirmer le village ou la colline. Les comptes que j'ai le placent à 2000 yards de la ligne de défense principale (où qu'elle se trouve) et l'IIRC à 4000 yards/mètres du village (où qu'elle se trouve).

Google Satellite n'a pas aidé car les nouveaux bâtiments et l'utilisation des terres semblent avoir effacé l'ancienne Mersa Brega. L'ancienne Via Balbia peut être vue à côté d'une nouvelle route mais les caractéristiques du sol visibles produisent maintenant plus de questions que de réponses.

Certaines descriptions des combats semblent placer le viallage près de la route et d'autres descriptions semblent le placer plus près de la plage à 2000 mètres au nord quelque part.


Voir la vidéo: ХОРОШИЙ ВОЕННЫЙ ФИЛЬМ ПРО ВОЙНУ 1941 45!!!!ПРО ПЯТЕРО ДРУЗЕЙ (Octobre 2021).