Podcasts sur l'histoire

Chandragupta Maurya

Chandragupta Maurya

Chandragupta Maurya (vers 297 av. Empire. Aidé par son mentor et plus tard ministre Chanakya ou Kautilya (vers le 4ème siècle avant notre ère), il a mis en place un vaste empire centralisé, dont les détails du fonctionnement, de la société, de l'armée et de l'économie sont bien conservés dans le Kautilya. Arthashastra.

Période de Chandragupta : cadre politique

L'Inde vers le 4ème siècle avant notre ère était divisée en de nombreux royaumes et républiques. Le premier d'entre eux était le royaume de Magadha dans l'est de l'Inde, dont les dirigeants, à commencer par le roi Bimbisara (543-492 avant notre ère) s'étaient lancés dans une quête de construction d'empire. Les frontières de Magadha s'étaient ainsi beaucoup étendues au fil du temps et contenaient une bonne partie du centre, de l'est et du nord-est de l'Inde. Alexandre le Grand (356-323 avant notre ère) a envahi l'Inde en 326 avant notre ère et, par conséquent, une grande partie du nord-ouest de l'Inde a été plongée dans la tourmente et le chaos politique.

Le souverain de Magadha à cette époque était Dhanananda (329-322/321 avant notre ère) de la dynastie Nanda. Il possédait un vaste trésor et une armée comptant 20 000 cavaliers, 200 000 fantassins, 2 000 chars et 3 000 éléphants, selon l'historien romain Curtius (vers le 1er siècle de notre ère). Connu par les Grecs sous le nom de Xandramés ou Agrammes, la connaissance de son Magadhan avait également ajouté au désespoir des troupes macédoniennes déjà fatiguées par la guerre dans le nord-ouest de l'Inde, les forçant, entre autres raisons, à ne pas s'enfoncer plus loin dans l'Inde.

Débat sur les origines

Une grande partie de la vie et des origines de Chandragupta sont encore entourées de mystère. La plupart de ce que l'on sait de lui provient davantage de légendes et de folklore que de sources historiques réelles ; « La seule référence d'inscription définitive à Chandragupta se trouve dans l'inscription de Junagarh du IIe siècle de notre ère… » (Singh, 330.) L'historien KAN Sastri observe :

Pour plus de détails sur les événements importants qui ont conduit au remplacement des Nandas par les Maurya, nous devons nous tourner vers les chroniqueurs et conteurs indiens. Aucun récit contemporain n'a survécu. L'histoire traditionnelle est racontée différemment par différents écrivains. (Sastri, 145).

Les origines sociales de Chandragupta, en particulier sa caste, sont encore débattues. Les œuvres bouddhistes, jaïnes et littéraires anciennes donnent toutes des versions différentes. Il est mentionné diversement comme appartenant au clan Kshatriya Moriya dirigeant Pippalivahana à la frontière indo-népalaise actuelle, comme étant issu d'une tribu de dompteurs de paons, fils d'une femme nommée Mura (d'où le titre, Maurya) et même de près ou lointainement apparenté aux Nandas, mais méprisé et chassé car Dhanananda était jaloux de ses talents bien supérieurs.

Les historiens sont ainsi divisés quant à ses origines sociales. Certains prétendent qu'« il semble avoir appartenu à une famille ordinaire » (Sharma, 99) et qu'« il n'était pas un prince mais un simple roturier sans aucun titre direct sur la couronne de Magadha » (Tripathi, 146). D'autres historiens affirment qu'il appartenait en effet au clan Moriya ou Maurya, qui au 4ème siècle avant notre ère était tombé dans des temps difficiles, et ainsi Chandragupta « a grandi parmi les dompteurs de paons, les bergers et les chasseurs » (Majumdar, Raychaudhuri et Datta, 92). L'historien romain Justin (vers le IIe siècle de notre ère) fait allusion à ses humbles origines. Les textes bouddhistes et les inscriptions médiévales le mentionnent comme un Kshatriya. Ainsi, on peut supposer qu'il aurait appartenu à un Kshatriya (caste de souverain/guerrier) ou à une caste apparentée, car le Brahmane Kautilya, conformément aux règles de caste, ne l'aurait pas favorisé autrement pour le gouvernement.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Les légendes disent que Chandragupta a rencontré Alexandre le Grand et a peut-être obtenu sa permission de servir dans son armée afin d'apprendre le mode de guerre macédonien.

Chandragupta était ambitieux et cherchait les voies et moyens d'atteindre une position d'autorité ou même une couronne. Ce désir aurait pu facilement naître à cause de sa situation. Il voulait restaurer les fortunes déchues de son clan et s'établir dans sa position légitime en tant que dirigeant Kshatriya. Même si la version selon laquelle il est lié à Dhanananda est acceptée à la place, une telle intention aurait sûrement pris racine dans l'esprit de Chandragupta et il aurait voulu sa juste part d'être un prince. Même s'il est issu d'une famille tout à fait ordinaire, Chandragupta n'a pas l'impression que ses origines ont quelque chose à voir avec ses ambitions politiques. Quoi qu'il en soit, historiquement, il est donc très probable que Chandragupta, jeune homme, s'était définitivement impliqué dans l'effort de réaliser ses ambitions.

Début de carrière

Chandragupta savait que pour réussir son voyage vers le pouvoir, la guerre avec les royaumes établis serait inévitable. Il s'est donc concentré sur l'obtention d'une formation et d'une expérience militaires. Les légendes disent qu'il a rencontré Alexandre et peut-être obtenu sa permission de servir dans son armée afin d'apprendre le mode de guerre macédonien et comment il pourrait être utilisé contre les tactiques de l'ancienne guerre indienne, en plus de sa propre formation militaire. Justin et l'historien gréco-romain Plutarque (vers 46-120 EC) mentionnent la rencontre avec Alexandre. Cependant, cette réunion a été un désastre et Chandragupta a été contraint de fuir pour sauver sa vie.

Certains historiens sont d'avis que pour Chandragupta, qui vivait dans le royaume du Magadhan, il n'était pas possible d'aller jusqu'au nord-ouest pour rencontrer Alexandre, même si l'idée lui est venue au départ. Au lieu de cela, il a rencontré Dhanananda et a cherché à servir dans son armée. Ils pensent que Justin a mentionné par erreur Alexander au lieu de Dhanananda. Un tel point de vue n'est cependant pas accepté par tous les historiens.

Quels que soient les premiers pas de Chandragupta dans sa carrière, ce qui peut être affirmé avec certitude, c'est sa relation avec l'homme d'État-philosophe Kautilya. Il était son meilleur allié, mentor et guide, et celui qui a façonné non seulement sa carrière, mais aussi le cours de l'empire Mauryan sous Chandragupta. Vishnugupta Chanakya ou Kautilya, pour sa part, avait décidé de jouer le rôle principal dans la reconstruction et la refonte de la politique indienne. Bien qu'initialement originaire du Magadha, étant étudiant puis enseignant à Takshashila (aujourd'hui Taxila dans l'actuel Pakistan), Kautilya est ainsi devenu le témoin des troubles politiques créés dans le nord-ouest de l'Inde à cause de l'invasion macédonienne. Cela l'a amené à penser en termes d'établissement d'un empire pan-indien centralisé qui pourrait tenir les envahisseurs à distance et rétablir l'ordre. L'existence de nombreuses républiques et royaumes, désunis et perpétuellement en guerre les uns contre les autres, pour des raisons évidentes, ne pouvait le faire.

Il considérait que Magadha était susceptible d'être l'empire en question. Magadha était la seule entité territoriale qui pouvait mettre de l'ordre dans le chaos. Il avait une position militaire pratiquement inégalée, cruciale pour l'existence du type d'empire que Kautilya voulait. Protégé par sa vaste armée, il jouissait d'une stabilité que les autres royaumes ne pouvaient pas. Kautilya était donc déterminé à avoir Magadha comme pièce maîtresse de son plan de choses - que ce soit sous les Nandas ou sous quelqu'un d'autre, cela n'avait pas d'importance.

Mentorant Chandragupta pour le rôle, Kautilya s'est préparé à une prise de contrôle de Magadha et de tout ce qui l'accompagnait.

Il a donc décidé de remplacer Dhanananda par un candidat meilleur et plus compétent. L'homme choisi était Chandragupta Maurya. En le mentorant pour le rôle, Kautilya s'est préparé à une prise de contrôle de Magadha et de tout ce qui l'accompagnait. Le calibre de Chandragupta était ainsi affiné en termes de guerre, de diplomatie et d'opérations secrètes.

Comment et quand a eu lieu sa première rencontre avec Chandragupta, les faits ne sont pas clairement connus. Le folklore raconte qu'après son retour de la cour de Dhanananda, le Kautilya humilié alors qu'il préparait sa vengeance est tombé sur un garçon dans un village qui, même dans un jeu, montrait les qualités d'un grand roi. Rapide à réaliser son potentiel, Kautilya a décidé de le prendre comme protégé et a demandé au chef de tribu ou de village et à la mère du garçon Mura la permission de l'emmener et de le former à son futur rôle. Il a ensuite emmené le garçon Chandragupta avec lui dans le nord-ouest de l'Inde, d'où, selon les histoires, Chandragupta a grandi sous la formation de Kautilya et a donc été préparé pour son rôle de futur empereur.

Selon toute vraisemblance, ces histoires ne peuvent pas être acceptées comme des faits car cela impliquerait qu'au moment où Chandragupta est monté sur le trône de Magadha, Kautilya et Dhanananda étaient tous deux des vieillards décrépits ! Historiquement ce n'était pas vrai, ainsi, comme le soutiennent les historiens, le jeune Chandragupta qui cherchait déjà à faire fortune rencontra et s'allia avec Kautilya, qu'il avait réalisé comme un allié précieux. L'importance des histoires, cependant, réside dans le fait qu'elles pointent vers les origines modestes de Chandragupta, ses circonstances et comment elles n'étaient pas adaptées à sa croissance, et il a donc dû déménager pour atteindre ses objectifs.

Sa rencontre avec Kautilya aurait donc eu lieu après le retour de l'érudit humilié de Pataliputra et les propres efforts initiaux de Chandragupta pour conquérir le pouvoir avaient échoué. Ayant réalisé qu'ils avaient beaucoup en commun, les deux se sont mis à atteindre leurs objectifs communs. La découverte d'un trésor souterrain les a amenés à recruter une armée de mercenaires.

La guerre du pouvoir

Utilisant la zone d'invasion post-macédonienne du nord-ouest de l'Inde comme base idéale en raison de ses conditions chaotiques et du manque d'opposition politique et militaire, Chandragupta a déployé ses hommes, a défié l'autorité gréco-macédonienne en déclin et a remporté des victoires sur les royaumes locaux ou quoi que ce soit d'autre. il en restait. Il a ensuite pris le contrôle de l'Inde centrale et a finalement avancé vers le cœur du Magadha.

Réalisant qu'un conflit avec Magadha impliquerait nécessairement bien plus qu'une puissante armée, Kautilya opta pour la stratégie de la guerre par d'autres moyens. Il y a eu beaucoup d'intrigues, de contre-intrigues, de complots et de contre-complots auxquels il a eu recours pour briser la force de Dhanananda en sevrant ses principaux alliés, loyalistes et partisans, notamment son ministre en chef Rakshasa. Le drame sanscrit Mudrarakshasa (« L'Anneau de Rakshasa ») écrit par Vishakhadatta quelque part entre le IVe et le VIIIe siècle après J. En fin de compte, en employant des moyens militaires et non militaires, Chandragupta a réussi à s'assurer le trône à Pataliputra. Dhanananda s'est probablement échappé ou a été tué.

Conquêtes indiennes

Sécurisé dans le siège impérial, Chandragupta dirigea son attention vers l'expansion de ses domaines. Les armées mauryennes atteignirent la côte ouest de l'Inde et le sud de l'Inde, en particulier l'état actuel du Karnataka. Plutarque déclare qu'il a envahi tout le pays avec une armée de 600 000. L'empire Mauryan à cette époque comprenait les États actuels du «Bihar et de bonnes parties de l'Orissa et du Bengale, mais aussi l'ouest et le nord-ouest de l'Inde, et le Deccan… dans le nord-ouest, ils régnaient sur certaines zones qui n'étaient pas incluses même dans l'empire britannique » (Sharma, p. 99). L'extrême sud et le nord-est de l'Inde ne faisaient pas partie de l'empire.

Guerre avec les Grecs

Chandragupta est entré en conflit avec Séleucos I Nicator, l'héritier d'Alexandre à l'est, l'idée étant de réduire la puissance grecque et de gagner en territoire et en force. La guerre s'est terminée en 301 avant notre ère par la signature d'un traité. Chandragupta a obtenu les régions d'Arachosia (région de Kandahar dans l'Afghanistan actuel), de Gedrosia (sud du Baloutchistan dans l'actuel Pakistan) et de Paropamisadai (la région entre l'Afghanistan et le sous-continent indien). 500 éléphants ont été donnés aux Grecs. La légende soutient que Séleucus a remis sa fille Helena en mariage à Chandragupta, mais les preuves historiques ne le soutiennent pas. Il a également été décidé de nommer un ambassadeur grec et en conséquence, Mégasthène est venu à la cour Maurya à Pataliputra. Il a écrit sur l'administration Mauryan et bien que son travail Indica est maintenant perdu, des citations de celui-ci survivent dans les œuvres de plusieurs écrivains grecs ultérieurs.

Jaïnisme & Mort

Le Mudrarakshasa utilise le terme sanskrit vrishala, employé pour les Kshatriyas et autres qui s'écartent des règles brahmaniques, pour désigner Chandragupta ; « Que Chandragupta ait dévié de l'orthodoxie brahmanique est prouvé par sa prédilection pour le jaïnisme dans ses dernières années » (Majumdar, Raychaudhuri et Datta, p. 92). Les preuves historiques et la croyance populaire affirment que Chandragupta dans ses dernières années a accepté le jaïnisme. Des inscriptions au Karnataka datant du Ve au XVe siècle de notre ère mentionnent un certain Chandragupta en rapport avec le saint Jaina Bhadrabahu. Chandragupta a probablement abdiqué, est devenu un ascète, a accompagné Bhadrabahu au Karnataka et est décédé plus tard en suivant le rituel de la sallekhana, c'est-à-dire le jeûne jusqu'à la mort. Chandragupta a ainsi régné pendant 24 ans et a été remplacé par son fils Bindusara (297-environ 273 avant notre ère), père d'Ashoka le Grand (268-232 avant notre ère).

L'empire Mauryan sous Chandragupta

Gouvernement Mauryan

Chandragupta a développé un système élaboré d'administration impériale. La majeure partie du pouvoir était concentrée entre ses mains et il était assisté dans ses fonctions par un conseil des ministres. L'empire était divisé en provinces et avait des princes comme vice-rois. Cela a fourni aux membres de la famille royale l'expérience administrative requise, en particulier celui qui est devenu empereur. Les provinces ont été divisées en unités plus petites et des dispositions ont été mises en place pour l'administration urbaine et rurale. Des preuves archéologiques de l'existence d'un certain nombre de villes ont été trouvées. Parmi ceux-ci, le plus important était la capitale de Pataliputra. Son administration était assurée par six comités de cinq membres chacun. Certaines des tâches qui leur ont été confiées comprenaient l'entretien des installations sanitaires, la prise en charge des étrangers, l'enregistrement des naissances et des décès, la réglementation des poids et mesures, etc. Divers types de poids utilisés à cette époque ont été découverts à plusieurs endroits. Le gouvernement central a également maintenu environ deux douzaines de départements s'occupant de diverses activités sociales et économiques.

Militaire Maurya

L'État possédait une énorme armée. Troupes (maula) ont été recrutés, formés et équipés par l'État. Il y avait de nombreuses communautés et tribus forestières (atavika) qui étaient connus pour leurs compétences militaires et appréciés en tant que tels. Mercenaires (bhrita) existaient également en grand nombre, tout comme les corporations de corporations de soldats (shreni) et ils ont été recrutés chaque fois que cela était nécessaire. L'armée était composée de quatre bras (chaturanga) - infanterie, cavalerie, chars et éléphants. Il y avait un bureau de guerre de 30 membres composé de six conseils qui s'occupaient de ces diverses armes ainsi que de la marine et des transports. Selon l'écrivain romain Pline (23-79 EC), Chandragupta possédait 600 000 fantassins, 30 000 cavaliers et 9 000 éléphants. Les chars étaient estimés à 8.000. Ils étaient tous déployés sur le champ de bataille en formation (vyuha), tel que décidé par les commandants, en fonction de facteurs tels que la nature du terrain et la composition de ses forces et de celles de l'ennemi. Une grande préoccupation a été montrée à la formation des hommes et des animaux. Le roi et les princes étaient bien entraînés dans les arts de la guerre et du leadership. On attendait d'eux qu'ils fassent preuve de courage et ils dirigeaient souvent personnellement leurs armées et participaient à la défense des forts. La marine créée par Chandragupta remplissait principalement des fonctions de garde-côtes et gardait le vaste commerce de l'empire transporté sur les voies navigables.

Les armes comprenaient des arcs et des flèches, des épées, des épées larges à deux mains, des boucliers ovales, rectangulaires ou en forme de cloche (souvent en peau), des javelots, des lances, des haches, des piques, des massues et des masses. Les soldats étaient généralement nus jusqu'à la taille ou portaient des vestes en coton matelassé. Ils portaient également des turbans épais enroulés, souvent fixés avec des écharpes nouées sous le menton, et des bandes de tissu nouées autour de la taille et de la poitrine comme armure de protection. Les tuniques étaient portées pendant les hivers. Le bas du vêtement était un tissu ample porté comme un kilt ou dans le style tiroir (une extrémité du vêtement tirée entre les jambes et rentrée dans la taille à l'arrière).

La vaste armée des Mauryans était soutenue par la grande taille de l'empire et les ressources qui passaient ainsi sous son contrôle. L'État contrôlait pratiquement toutes les activités économiques et était donc en mesure de disposer d'un revenu important et d'une abondance de ressources financières.

Chandragupta a ainsi laissé un héritage qui a survécu dans les pages du Arthashastrune. Non seulement il a construit un empire par ses propres efforts, en surmontant tous les obstacles, mais il a également mis en place des principes solides pour sa gouvernance et a lui-même travaillé sans relâche pour sa croissance. Ce sont ces réalisations qui font de lui l'un des principaux dirigeants de l'Inde ancienne et la figure quasi mythique du folklore.


Fille de Nand – épouse de Chandragupta Maurya

Dhananand était l'empereur de l'empire de Magadh et le roi le plus puissant du sous-continent indien à cette époque. Son royaume était le plus riche de tous les royaumes du sous-continent indien et son armée était la plus puissante des autres royaumes indiens. Mais Dhananad était un empereur cruel et égoïste. À cette époque, Alexandre le Grand attaquait les royaumes asiatiques et les battait un par un. L'empire perse le plus puissant a également été attaqué par Alexandre. Chankya était un enseignant à takshashila qui s'inquiétait de l'avancée des forces d'Alexandre. Il a décidé de demander l'aide de l'empereur Dhahanand pour empêcher les forces en progression de conquérir le sous-continent indien. Il est allé à la cour de Dhananand et lui a demandé de s'unir dans le combat pour vaincre Alexandre. Mais Dhananand s'est offusqué qu'un enseignant barhmane le conseillait et l'a insulté et expulsé du tribunal. Chankya a juré de se venger. Chankya a vu un jeune enfant Chandragupta et a décidé de le faire empereur et lui a enseigné en takshashila et a fait de lui un grand guerrier. Chandragupta a vaincu Dhananand lors de la seconde guerre et est monté sur le trône de Magadh en 312 av.

Chankya a épousé Chandragupta à la plus jeune fille de Dhananad.Il s'agissait d'un mariage politique pour s'assurer que les partisans de Dhananad ne soulèvent pas la révolte. Dhananand n'a pris ses femmes et est parti dans la forêt qu'après la guerre. Aucun autre membre masculin de Dhananand n'était en vie pour prendre soin de sa famille. Ses 9 fils et 7 frères ont été tués par Chandragupta pendant la guerre. De nombreuses femmes de la famille de Dhananad, dont la fille de Dhananand, des épouses et des cocubbines et des frères, épouse et enfants, ont été laissées dans le fort de Magadh. Chandragupta Maurya après son mariage avec la fille de Dhananad (la légende s'appelle Nandini mais son vrai nom n'est enregistré nulle part) a donné refuge aux proches de Dhananad.

Beaucoup des filles laissées par Nand ont été formées comme Vishkanyas par leur père Dhananand. Bien que Chandragupta ait eu de nombreux enfants de ses nombreuses épouses, l'éminent Dhurudhara dont il a Keshnag et Bindusara et un fils nommé Justin par Helena la princesse grecque, il n'y a aucune mention d'enfants de la fille de Nand dans aucun travail contemporain.

Certains livres suggèrent même que la fille de Nand a essayé de tuer la femme de Chandragupta, Dhurudhara, en l'empoisonnant à cause de laquelle elle a été emprisonnée pendant de nombreuses années par Chandragupta Maurya. Mais cette version n'est peut-être pas vraie parce que Chankya mettait du poison de cobra dans la nourriture de Chandragupta depuis son enfance, ce qui le rendait résistant aux venins toxiques dans le monde. Dhurudhara mangea dans son assiette et mourut. Cette histoire de la mort de Dhurudhara est acceptée par de nombreux historiens. Donc, la fille de Nand n'a peut-être pas tué Dhurudhara. Mais qu'elle ait été emprisonnée parce qu'elle était une fille ennemie ne peut pas être confirmée avec certitude. Quoi qu'il en soit, la chance que la fille de Dhananand tente de tuer Chandragupta ou ses épouses est pratiquement impossible car beaucoup de ses parents féminins ont été hébergés par Chandragupta.

La fille de Nand est totalement absente, que ce soit dans les livres de Chankya ou des voyageurs de l'époque. La fille de Nanad n'est pas non plus mentionnée dans les piliers et les endroits où les empereurs du Magadh ont écrit sur leurs familles, etc. Par conséquent, nous pouvons supposer qu'elle n'était pas si importante, ni Chandragupta ne l'aimait ni ne prenait soin d'elle comme il l'a fait avec Helena et Dhurudhara.

Chandragupta a abdiqué le trône de Magadh en 289 av. et devint moine jaïn et alla à Shravanabelegola et y mourut après 2 ans en jeûnant jusqu'à la mort. Les épouses de Chandragupta, Helena et d'autres, vivaient avec Bindusara dans le fort de Magadh. La fille de Nand peut également avoir continué à vivre avec Bindusara. On dit qu'elle a également accepté la religion jaïn avec Chandragupta. Mais aucun document de cette époque ne confirme ce fait.

La fille de Nand a-t-elle eu un enfant de Chandragupta Maurya ? Si la fille de Dhananand et son ennemi juré Chandragupta avaient un enfant amoureux, ce fait ne serait-il mentionné dans aucun livre de cette époque ? Idéalement, ce serait. Mais étant donné la haine de Chankyas pour Dhananand et Chandragupta ayant tué toute sa famille, il est fort probable qu'ils n'aient pas eu d'enfants ensemble. Le fait que la fille de Dhananad soit l'épouse de Chandraguptas mais à peine mentionnée dans aucun livre ou voyageur de cette époque ou par Chankya montre que le mariage était insignifiant et uniquement de nature politique. Et le fait que de nombreuses filles de Dhananand étaient des vishkanyas et que l'une d'entre elles a tué Parvatak signifie également que Chankya aurait veillé à ce que Chandragupta reste loin de la fille de Dhananand pour sa propre protection.

Chandragupta avait 32 ans lorsqu'il a épousé la fille de Dhananad et elle devait être dans sa pré-adolescence de 7 à 12 ans. À cette époque, les filles se mariaient à l'âge moyen de 7 ans en Inde, au maximum de 10 à 12 ans. D'après ces informations historiques, la fille de Dhananand doit être dans son adolescence lorsqu'elle a épousé Chandragupta, qui avait la trentaine. Chandragupta était occupé à consolider l'empire jusqu'à 40-42 ans pour avoir du temps pour l'amour. Il faisait des guerres continuellement à cette époque parce qu'il avait capturé jusqu'à Mysore dans le sud et l'Afghanistan dans le nord. Il devait donc être occupé à mettre en place l'empire pour les 10 à 15 prochaines années plutôt que de faire l'amour avec la fille de Dhananand ou toute autre femme.


Chandragupta Maurya serait un Kshatriya

Selon le Mahavamsa, le texte bouddhiste, Chandragupt appartenait à la secte Moriya – une division du clan Kshatriya. De plus, le Mahaparinibbana Sutta précise que les Moriyas étaient de la communauté Kshatriya d'un endroit appelé Pippalivan. Au fil des ans, plusieurs pièces de théâtre racontent une histoire différente de sa lignée, mais les traditions et les textes bouddhistes confirment que Chandragupta appartenait à la lignée Kshatriya.


Kautilya : Enseignant, Stratège, Conseiller de Chandragupta Maura

Au moment de l'invasion de l'Inde par Alexandre (327 - 325 av. J.-C.), Kautilya était enseignant à Taxila, grand centre d'apprentissage, ainsi que la capitale du Gandhara. Ambhi (connu des Grecs sous le nom de Taxiles), le roi du Gandhara, a conclu un traité avec Alexandre et a donc évité de le combattre. On dit que Kautilya a perçu l'invasion macédonienne comme une menace pour la culture indienne et a donc cherché d'autres dirigeants indiens de la région à s'unir dans une guerre contre Alexandre. Il semble que seul Parvatka (parfois identifié comme Porus dans les sources grecques), un roi himalayen, ait répondu à l'appel de Kautilya et se soit battu sans succès contre Alexandre lors de la bataille de la rivière Hydaspes.

Malgré son échec à rallier les dirigeants indiens contre les Macédoniens, Kautilya n'a pas abandonné, mais a voyagé plus à l'est, à Pataliputra, dans le Bihar. C'était la capitale de l'empire Nanda, qui s'étendait du Bihar et du Bengale à l'est jusqu'à l'est du Pendjab à l'ouest. Kautilya espérait que Dhana Nanda, le souverain de ce vaste empire, serait capable de vaincre Alexandre et de repousser les envahisseurs macédoniens.

Au départ, les relations entre le roi et Kautilya étaient cordiales. L'habitude de Kautilya de parler franchement, cependant, ne convenait pas très bien au roi. Par conséquent, Dhana Nanda a retiré Kautilya de son poste officiel et le brahmane a été expulsé de la cour de Nanda. Kautilya a juré qu'il se vengerait de l'insulte qu'il avait reçue de la part de Dhana Nanda. Selon une autre version de l'histoire, Dhana Nanda avait insulté Kautilya publiquement et l'avait renvoyé de sa cour, à la suite d'une dispute insignifiante, encourant ainsi la colère du brahmane.

Enfant, Chandragupta Maurya a été emmené par Kautilya à Taxila et a reçu une formation en tactique militaire et en arts esthétiques. Par la suite, Chandragupta leva une armée de mercenaires, forma une alliance avec un roi himalayen (peut-être Parvatka) et attaqua l'empire Nanda. Les attaques initiales de Chandragupta, cependant, ont été repoussées, car l'empire Nanda, après tout, possédait une armée formidable.

Néanmoins, Chandragupta a continué sa guerre, et après de nombreuses batailles, son armée est finalement arrivée devant les portes de Pataliputra. Chandragupta a assiégé la capitale Nanda et a réussi à capturer la ville en 321 av. Selon une version de l'histoire, Dhana Nanda a abdiqué, remis le pouvoir à Chandragupta et s'est exilé, disparaissant ainsi des pages de l'histoire. La prise de Pataliputra en 321 avant JC par Chandragupta marque le début de l'empire Mauryan.

L'empire Mauryan à son apogée couvrait la quasi-totalité du sous-continent indien. (Avantiputra7 / CC BY-SA 3.0 )


À propos de Chandragupta Maurya

Selon Justin, Chandragupta était un bandit et après de petites et grandes attaques réussies, il a décidé de construire un empire. Il a été dit dans l'Arthashastra que le recrutement de soldats devrait se faire dans les catégories des voleurs, des mlecchas, des Atal Vikas et des armes. On sait par Mudrarakshas que Chandragupta a conclu un traité avec le roi Parvatak de la région himalayenne. L'armée de Chandragupta devait être Shaka, Yavan, Kirat, Kamboj, Parsik et Vahlik. Selon Plutarque, Sandrocotte a conquis toute l'Inde par un énorme corps de 6 000 000 soldats. L'Inde était sous l'autorité de Chandragupta selon l'opinion de Justin.

Chandragupta a d'abord établi sa position au Pendjab. Sa guerre de liberté contre le désert a probablement commencé peu de temps après la mort d'Alexandre. Selon Justin, après la mort d'Alexandre, l'Inde a brisé la servitude de l'esclavage sous la direction de Sandrocottus et a tué les gouverneurs de Yavan. Chandragupta a fait campagne contre les Yavanas vers 323 av. Ils auraient commencé au début, mais ils ont eu un succès complet dans cette campagne en 317 av. Ou il aurait été retrouvé par la suite, car la même année, le souverain du Pendjab occidental, Kshatrap Eudemus, a quitté l'Inde avec ses armées. Rien ne peut être dit en détail sur le Yavanayudha de Chandragupta. Avec ce succès, il a obtenu les provinces du Pendjab et du Sindh.

Chandragupta Maurya a probablement eu une guerre importante avec Dhanananda. Il est clair dans les cercles de Justin et Plutarque qu'au moment de la campagne d'Alexandre en Inde, Chandragupta l'a poussé à faire la guerre aux Nandas, mais le comportement de Kishore Chandragupta a enragé Yavanvijeta. Les traditions littéraires indiennes suggèrent que Nandaraja était extrêmement intolérant envers Chandragupta et Chanakya. Une mention du Mahavansh Tika suggère que Chandragupta a initialement envahi la partie centrale du Nandasamrajya, mais il a vite réalisé son erreur et de nouvelles invasions ont commencé à partir des régions frontalières. Il a finalement encerclé Pataliputra et tué Dhanananda.

Par la suite, il semble que Chandragupta a également étendu son empire au sud. L'ancien écrivain tamoul nommé Mamulanar a fait référence aux invasions mauryennes jusqu'aux collines de Podiyil du district de Tinneveli. Ceci est confirmé par d'autres écrivains et textes tamouls anciens. L'armée agressive était composée de guerriers Koshar. Les agresseurs sont venus de Konkan via les collines d'Ellilamalai jusqu'au district de Kongu (Coimbatore) et de là vers les collines de Podiyil. Malheureusement dans les mentions ci-dessus, le nom du héros de ce Mauryavahini n'est pas obtenu. Cependant, la prédiction du premier empereur Mauryan Chandragupta de 'Vumba Moriyar' semble plus cohérente.

La dernière bataille de Chadrangupta était avec l'ex-commandant d'Alexandre et son contemporain empereur grec syrien Séleucos. La mention de l'historien grec Justin prouve qu'après la mort d'Alexandre, Séleucos hérita de la partie orientale du vaste empire de son maître. Séleucus a procédé à l'achèvement de la conquête indienne d'Alexandre, mais la situation politique de l'Inde avait maintenant changé. Presque toute la région était dirigée par un souverain puissant. Séleucos 305 av. J.-C. Apparu presque le long des rives de l'Indus. Les auteurs grecs ne décrivent pas cette guerre en détail.

Mais il semble que Séleucus, le visage du pouvoir de Chandragupta, ait dû s'incliner. En conséquence, Séleucos a conclu un traité en donnant à Chandragupta un Yavanakumari en mariage et les provinces d'Aria (Herat), d'Arachosia (Kandahar), de Paropanisadai (Kaboul) et de Gedrosiyya (Baloutchistan). En retour, Chandragupta a présenté 500 éléphants à Séleucos. Les provinces mentionnées ci-dessus sous le règne de Chandragupta Maurya et de ses successeurs ont été prouvées par l'article bilingue d'Ashoka de Kandahar. Afin d'assurer la stabilité de la relation d'amitié ainsi établie, Séleucos envoya un envoyé nommé Mégasthène à la cour de Chandragupta. Ce récit est la preuve que Chandragupta aurait pu étendre l'empire grâce à des guerres de royauté presque complètes.

Inscription (Shravanabelagola) illustrant l'arrivée du dernier Shrutakevali Bhadrabahu Swami et de l'empereur Chandragupta.

Selon des inscriptions trouvées à Shravanabelagola, Chandragupta est devenu un saint jaïn dans ses derniers jours. Chandra-Gupta est devenu le dernier détenteur de la couronne, suivi par aucun autre souverain (souverain), Digambar-muni. Par conséquent, Chandra-Gupta a une place importante dans le jaïnisme. Swami est allé à Shravanabelagol avec Bhadrabahu. Là-bas, il sacrifia son corps en jeûnant. La colline sur laquelle ils vivaient à Shravanabelagol s'appelle Chandragiri et il y a aussi un temple nommé 'Chandraguptabasti' construit là-bas.


Chandragupta Maurya - Histoire

Chandragupta Maurya

Chandragupta était le fondateur de la dynastie Maurya, qui a régné sur l'Inde ancienne pendant environ 140 ans. Ses troupes ont conquis un royaume indien du nord après l'autre et revendiqué des terres qui s'étendaient jusqu'à l'ouest de l'Afghanistan. De cette façon, Chandragupta a uni le nord de l'Inde sous un seul souverain pour la première fois dans l'histoire. Il a établi le premier empire territorial dans l'Inde ancienne, couvrant la majeure partie du sous-continent indien. Il était assisté de son conseiller politique, KAUTALYA, qui a également fixé les règles de l'administration du pays. Ce large cadre de l'organisation administrative a été adopté par de nombreuses dynasties successives. Les origines de Chandragupta Maurya étaient entourées de mystère. Ayant été élevé par des dompteurs de paons, il pourrait être de basse caste. Selon d'autres sources, Chandragupta Maurya était le fils d'un prince Nanda et d'un dasi appelé Mura. Il est également possible que Chandragupta appartenait à la tribu Maurya des Kshatriyas. Une grande partie de ce que l'on sait de sa jeunesse est recueillie dans la littérature sanskrite classique ultérieure, ainsi que dans des sources grecques et latines classiques qui font référence à Chandragupta par les noms de ‘Sandracottos’ ou ‘Andracottus’.

Chandragupta Maurya est né dans cette terre ancienne en mutation, près de Pataliputra, où, au VIe siècle avant notre ère, les dirigeants de Magadha avaient levé des armées pour conquérir largement et créer le premier grand État de la région. Issu de l'obscur clan Moriya, Chandragupta possédait peut-être des terres autour de Magadha avant de diriger les armées de Magadha pour conquérir des janapadas aussi loin à l'ouest que le Pendjab et le Sind. Ce faisant, il avait franchi un fossé culturel. Les lignées de guerriers agro-pastoraux contrôlant divers janapadas avaient des identités culturelles diverses, mais des sources védiques ultérieures indiquent que certains avaient embrassé la culture aryenne aussi loin à l'est que Prayaga (Allahabad). Magadha se trouvait plus à l'est, à la périphérie de la culture aryenne, et c'est ici, à l'est, que Bouddha Gautama avait composé un chemin spirituel et éthique qui divergeait du brahmanisme aryen. Après avoir conquis les concurrents locaux, les armées de Magadha se sont étendues vers l'ouest. Les commandants victorieux subordonnaient les janapadas à une autorité impériale dont le travail principal était de maintenir sa force militaire. Cet échafaudage impérial rudimentaire a fourni un cadre à l'ambition de Chandragupta.

Dans l'extrême ouest, les troupes du Magadha affrontèrent les armées grecques achéménides qui traversaient la Perse. Alors que les soldats grecs marchaient vers l'est et les troupes du Magadha marchaient vers l'ouest, ils savaient tous les deux qu'ils suivaient d'anciens itinéraires de voyage longue distance, mais ils ne savaient pas qu'ils créaient un nouveau monde politique qui s'étendrait de la Grèce à l'Assam. Les routes de l'Europe à l'Orient et du Magadha à la Perse se rencontraient au Pendjab, ainsi l'Indus devint la frontière occidentale symbolique d'une région que les Grecs appelaient « Inde ».

La division originale de l'Asie et de l'Europe, de l'Est et de l'Ouest, de l'Orient et de l'Occident découle de la concurrence militaire sur les routes et les ressources circulant à travers l'Eurasie ancienne. Les empires antiques ont ainsi inventé des frontières culturelles avec lesquelles nous vivons encore aujourd'hui, comment ces identités territoriales sont arrivées jusqu'à nos jours est une longue histoire que nous suivrons dans les prochains chapitres. Chandragupta a remporté des guerres pour Magadha dans le Sind et a peut-être combattu Alexandre le Grand au Pendjab avant que l'armée d'Alexandre ne se révolte pour forcer une retraite grecque dans l'Indus en 327 avant notre ère.

Alexandre s'embarqua ensuite pour la Mésopotamie et mourut à Babylone à l'âge de trente-quatre ans. Après la mort d'Alexandre en 323 av. Chandragupta marcha vers l'est, conquit ses suzerains et devint le premier empereur d'Asie du Sud. Il a lancé sa dynastie impériale Maurya en s'appuyant sur les victoires du Magadha pour intégrer les janapadas dans une structure de commandement militaire qui a finalement déployé neuf mille éléphants, trente mille cavaliers, huit mille chars et plusieurs centaines de milliers de soldats sur ses nombreux champs de bataille. Soutenir sa machine de guerre avec des impôts, des troupes, des provisions, des commandants et des victoires préoccupait l'État Maurya, qui soutenait une élite officielle qui était la première du genre. Les intellectuels d'élite sont devenus le cerveau de l'empire. Une figure légendaire était Kautilya, connu comme l'auteur de l'Arthasastra, un manuel d'art de gouverner et d'administration. Ce texte n'a été achevé qu'à l'âge Gupta, six cents ans plus tard, et constitue ainsi l'un des nombreux liens entre les deux empires classiques du bassin du Gange.

L'empire Maurya, fondé par Chandragupta, doit son nom à la maison des Maurya, sous la direction de laquelle le sous-continent indien vit, pour la première fois dans l'histoire, un degré considérable d'unité politique. L'empire dura jusqu'en 187 av.

L'empire Mauryan était très fort et indépendant parce qu'il avait une sorte d'unité politique. Tout commence dans la capitale Mauryan. La capitale mauryenne était à Pataliputra (aujourd'hui Patna), chef-lieu de l'ancien royaume de Magadha.

L'économie, dans tous ses aspects importants, était contrôlée par l'État, et les mines, les forêts, les grandes fermes, les munitions et les filatures étaient détenues et gérées par l'État. Le peuple était divisé en sept groupes endogames : philosophes, paysans, bergers, commerçants, soldats, représentants du gouvernement et conseillers. L'armée était composée des quatre divisions indiennes traditionnelles : des forces montées sur des éléphants, sur des chars, de la cavalerie et de l'infanterie, et avaient tendance à être importantes (les forces de Chandragupta comptaient 600 000 hommes).

La vie religieuse de l'empire peut peut-être mieux être caractérisée comme pluraliste. La politique religieuse générale des Maurya était d'encourager la tolérance. Dans les temps modernes, l'empire Maurya est considéré comme l'un des âges d'or de l'histoire indienne, une époque où le pays était uni et indépendant.

Chandragupta Maurya a renoncé à son trône à son fils, Bindusara, qui est devenu le nouvel empereur Mauryan. Chandragupta est ensuite devenu un ascète sous le saint jaïn Bhadrabahu Swami, migrant vers le sud avec lui et finissant ses jours en s'affamant à Shravanabelagola, dans l'actuel Karnataka.


Chandragupta Maurya est né en 340 avant JC à Pataliputra dans le Bihar moderne. Son parcours est cependant incertain. Le nom de son père était Sarvarthasiddhi Maurya et le nom de sa mère était Mura Maurya.

Certains prétendent qu'il est né d'un prince Nanda et de sa servante, Mura, de la caste Shudra, d'autres affirment qu'il appartenait à une tribu des Moriya de dompteurs de paons.

Être un leader courageux et déterminé depuis l'enfance. Il était très bien dirigé par Chanakya, un grand érudit brahmane en économie et du département de sciences politiques de l'université de Takshashila. Qui deviendra plus tard son mentor.

La femme de Chandragupta Maurya, Durdhara et ses enfants

La seule personne dans la reine ou les concerts de Chandragupta pour laquelle nous avons un nom est la mère de son premier fils Binodar, Dujanedura. Cependant, il s'agissait probablement plus de concerts de Chandragupta.

Selon la légende, Chandragupta craignait que Chandragupta ne soit empoisonné par des ennemis et a commencé à avoir un appétit toxique pour la nourriture de l'empereur afin de créer une tolérance.

Chandragupta n'était pas au courant du plan et partageait une partie de sa nourriture avec sa femme Durbar alors qu'elle était enceinte de son premier fils. Durdhara est mort, mais a atteint Chanka et a subi une opération d'urgence pour retirer le bébé à temps plein. Le bébé Bindusara a survécu, mais une partie du sang venimeux de sa mère a touché son front. laissant un point bleu – qui a inspiré son nom.

On sait très peu de choses sur les autres femmes et enfants de Chandragupta et sur son fils Bindusara. peut-être plus mémorable que son propre royaume que son fils. Il était le père de l'un des plus grands empires de l'Inde : Ashoka le Grand.

Fondateur de l'empire Mauryan en 320 av.

Chandragupta Maurya était un empereur indien en 320 avant JC qui était le fondateur de l'empire Maurya. Dans une tentative de restaurer l'Empire indien après Alexandre le Grand de Macédoine en 326 av. L'empire s'est rapidement étendu au Pakistan pendant la majeure partie de l'ère moderne de l'Inde.

Heureusement, attaqué par les hautes montagnes Hindu-Kush.L'armée d'Alexandre a perdu sa volonté de conquérir l'Inde à la bataille de Jhelum ou sur la rivière Hydapes.

Bien que les Macédoniens aient traversé le col de Khyber et aient vaincu l'actuelle Vera. Le roi Purur (Roi Poros) à proximité. la bataille était presque impossible pour les troupes d'Alexandre.

Lorsque les Macédoniens victorieux apprirent que leur prochain objectif, l'Empire Nanda, pouvait conquérir 6 000 champs de bataille, les soldats se révoltèrent. Alexandre le Grand ne conquiert pas l'autre côté du Gange.

Bien que cinq ans après la retraite d'Alexandre, le plus grand théoricien du monde ait refusé d'emmener ses troupes dans l'empire Nanda. Chandragupta Maurya, 20 ans, atteindra cette richesse et l'Inde veut tout combiner dès maintenant. Les successeurs du jeune empereur indien Alexandre viendront également conquérir.

Renversement de Nanda et établissement de l'empire Maurya

Chandragupta était courageux et avare - un leader né. Le jeune homme a attiré l'attention d'un célèbre érudit brahmane, Chanakya, qui avait exprimé sa colère contre Nanda. Chandragupta a préparé Chandragupta à conquérir et à régner à la place de l'empereur Nanda en lui enseignant des techniques à travers diverses sources hindoues et en l'aidant à constituer une armée.

Chandragupta s'est enterré en faveur d'un royaume de montagne - probablement le même Paru qui a été vaincu mais privé par Alexandre - et est sorti pour conquérir Nanda. Initialement, les forces les plus chaudes étaient en révolte, mais dans une longue série de batailles, les forces de Chandragupta ont assiégé la dynastie Nanda de Paltaliputra. En 321 après JC, la capitale déclina et Chandragupta Maurya, 20 ans, fonda sa propre dynastie, l'Empire Maurya.

Le nouvel empire de Chandragupta est situé en Afghanistan à l'ouest. Myanmar (Birmanie) à l'est et plateau du Deccan au sud du nord du Jammu-et-Cachemire. Chanakya a servi le gouvernement en parallèle en tant que « premier ministre ».

À la mort d'Alexandre le Grand en 323 av. L'Asie centrale étend désormais son empire aux frontières de l'Iran, du Tadjikistan et du Kirghizistan.

Selon certaines sources. Chandragupta Maurya a peut-être joué un rôle dans l'assassinat de deux rois macroniens : Philippe, fils de Makhtas, et Niniikor de Parthe. Si c'était le cas, c'était aussi une loi très croissante pour Chandragupta. Philippe a été assassiné en 326 après JC alors que le futur souverain de l'empire Mauryan était encore un adolescent anonyme.

Différends avec l'Inde du Sud et la Perse

En 305 après JC, Chandragupta a décidé d'étendre son empire à l'Empire d'Orient. À cette époque, la Perse était le fondateur de l'empire séleucide, Seleucus E. Nictor, et un ancien secrétaire général d'Alexandre. Chandragupta s'empara d'une grande partie de l'est de la Perse et mit fin à la guerre par un traité de paix. En retour, Séleucos a reçu 500 champs de bataille, dont il a fait bon usage lors de la bataille d'Éphèse en 301 après JC.

Autant qu'il pouvait confortablement gouverner la région au nord et à l'ouest, Chandragupta s'est concentré sur le sud après Maurya. Avec une armée de 400 000 (selon Strabon) ou 600 000 (selon Pline l'Ancien). Chandragupta a conquis toutes les parties du sous-continent indien, à l'exception de Kalinga (aujourd'hui Orissa) sur la côte est et de l'empire tamoul au sud du continent.

Vers la fin de son règne, Chandragupta Maurya a réuni presque tous les sous-continents indiens sous son règne. Ses petits-fils, Ashoka, sont allés ajouter une partie de l'empire Kalinga et tamoul.

Réalisations de Chandragupta Maurya

Il a gagné la plupart des régions du sous-continent indien de l'Asie centrale à l'ouest, au sud-est, au sud de la Birmanie, et l'Himalaya dans le plateau indien du Deccan s'étend jusqu'à l'histoire du plus grand établi du plus grand empire.

Chandragupta Maurya Décès et héritage

Quand il avait la cinquantaine, Chandragupta est devenu fasciné par le jaïnisme, un système de croyances hautement moniste. Son gourou était Zainulv Bhadrarahu. En 298 avant JC, l'empereur abdique, cédant le pouvoir à son fils Bindusara. Il a ensuite voyagé au sud du Karnataka avec une mise en garde Shabnablogole. Là, Chandragupta a médité sans manger ni boire pendant cinq semaines, jusqu'à ce qu'il meure de faim dans une habitude appelée sallekhana ou soirée.

Le royaume fondé par Chandragupta régnera sur l'Inde et l'Asie du Sud jusqu'en 185 après JC et suivra les traces de son petit-fils Ashoka Chandragupta à bien des égards une région conquise dans sa jeunesse mais devenue religieuse dans sa vieillesse. En fait, dans l'histoire du règne d'Ashoka en Inde, le bouddhisme peut être une pure manifestation de n'importe quel gouvernement.

J'espère que vous avez appris de merveilleuses informations en lisant la biographie de "Chandragupta Maurya" Si vous aimez ce post. veuillez commenter ci-dessous et dites-moi ce que vous en pensez Vos précieux commentaires m'aident énormément à ajouter une inspiration supplémentaire.


Chandragupta Maurya

Selon la tradition puranique, Chandragupta, également connu sous le nom de Sandracottus, était le fils illégitime du dernier roi Nanda de Magadha par la servante Mura, d'où le nom Maurya. Des sources jaïnes et bouddhistes le déclarent un descendant du clan Moriya de Pippalivana.

Dans sa jeunesse, Chandragupta subit l'influence de Chanakya, également connu sous le nom de Kautilya, un brahmane taxilien et l'auteur réputé de Arthasastra, le célèbre ouvrage sur la politique indienne. Aidé par Chanakya, Chandragupta a conspiré pour usurper la règle de Magadhan mais a échoué dans sa première tentative. Exilé, il rencontre Alexandre en 326/325 av. J.-C., étudie l'importance et le succès de l'invasion grecque et attend son heure.

Après la mort d'Alexandre en 323 av. 304 a été déjoué et Chandragupta a obtenu l'Afghanistan actuel dans le cadre du traité de paix. Séleucos a également donné sa fille en mariage à Chandragupta et a nommé Mégasthène ambassadeur à la cour de Maurya. Les érudits doivent beaucoup d'informations sur Mauryan India à un compte rendu détaillé écrit par Megasthenes.

L'État du Magadhan sous Chandragupta était à la fois opulent et totalitaire. La capitale, Pataliputra, était une ville magnifique, et le palais royal était, selon Mégasthène, rempli de « merveilles que ni Memnonian Suse dans toute sa splendeur ni la magnificence d'Ekbatana ne peuvent espérer rivaliser, seule la vanité bien connue de les Perses pouvaient imaginer une telle comparaison." Arrivé au pouvoir par l'intrigue, l'Empereur redoute les complots. Il employait une armée d'agents secrets et aucune méthode n'était considérée comme sans scrupules pour détruire ses ennemis.

Le peuple jouissait d'une réputation d'honnêteté, le mensonge et le vol étaient généralement inconnus, et l'ambassadeur grec note que les litiges étaient rarement invoqués. Une grande partie de cela était sans aucun doute due au système pénal sévère. La peine de mort a été imposée pour fraude fiscale et la mutilation a été infligée pour parjure.

L'empire était divisé en trois provinces, chacune sous un vice-roi, généralement un membre de la famille royale. Chandragupta avait une armée de 600 000, mais il est probable que le nombre comprenait également des partisans du camp. Un garde du palais composé d'Amazones étrangères veillait sur l'empereur et Chandragupta apparaissait rarement en public.

Le règne de Chandragupta a duré 24 ans. Selon la tradition jaïne, en 298, il a abdiqué son trône, s'est retiré dans la retraite jaïne de Sravana Belgola à Mysore et a finalement jeûné jusqu'à la mort.


Question. 1. Décrivez l'administration Maurya sur la base d'Arthashastra de Kautilya et des comptes de Mégasthène.

Réponse. Magasthanese fut le premier historien grec qui séjourna à la cour de Chandra Gupta pendant cinq ans (302 avant J.-C. - 298 avant J.-C.) en tant qu'envoyé de Sleucus. Il a écrit sur l'Inde en détail dans son livre Indica. Malheureusement, les livres ne sont pas disponibles maintenant. D'autres auteurs grecs ont généreusement cité Indica. Les Magasthanes se dévouent sur presque tous les aspects de la société indienne le principal étant : la société indienne, le monarque, le palais royal, la cour, les récréations royales, la capitale Patliputra, et l'armée. Nous avons emprunté le compte et le décrivons brièvement dans les lignes suivantes –

(1) La société indienne – Magasthanese a mentionné sept castes dans la société indienne de l'époque. Il divise probablement la société en sept divisions et les appelle des castes. Il dit que le mariage entre castes était tabou. Les divisions étaient –

(a) Brahmanes et le penseur, Leur nombre était petit mais très respecté. Leur fonction était d'effectuer Yagya. L'État les a exonérés d'impôts.

(b) Krishak, ils étaient nombreux à labourer la terre et à payer un revenu foncier égal au quart de leurs produits agricoles

(c) Berger et chasseurs – Les bergers élevaient du bétail pour le lait, mais les chasseurs tuaient des animaux sauvages.

(d) Commerçants et ouvriers – Les commerçants étaient riches et exerçaient divers métiers. Ils ont payé généreusement à l'État. Les travailleurs ont servi les autres.

Combattants – Ils étaient toujours engagés dans des combats. L'état portait

leurs dépenses. Pendant les nuits, ils se sont réjouis.

(f) Inspecteur - Inspecté divers départements de l'État et soumis leur rapport au roi.

(g), Ministres et Conseillers – Leur nombre était le plus petit. Ils étaient des gens sages, capables et instruits et travaillaient à des postes plus élevés dans l'État.

(2) Le roi Maurya - Le roi passait le plus clair de son temps à la cour et rendait justice. Il craignait pour sa vie et n'a pas dormi plus de deux nuits dans une chambre. Ses gardes du corps étaient des femmes et sortaient rarement du palais royal.

(3) Palais Royal – Il y avait un certain nombre de palais royaux à Patliputra avec de vastes jardins et piscines autour d'eux. Des paons et des pegeons pullulaient dans les cours et les poissons se déplaçaient dans les bassins.

(4) La Cour – Magasthanese enregistre que Chandra Gupta Maurya a tenu une cour glorieuse. Des vases d'argent et d'or, des boiseries incrustées et des robes scintillantes les plus sincères, ajoutaient à la beauté de la cour. Le roi siégeait à la cour dans tous ses atours.

(5) Récréations royales – L'empereur aimait la chasse, tirait des récréations des combats des lutteurs, des courses à domicile et des combats avec des animaux sauvages.

(6) Patliputra – Magasthanese donne une description détaillée de la capitale de Patliputra. Il dit que Patliputra était une grande ville située au confluent des rivières Ganga et Son. Il y avait un fossé profond autour pour le sauver contre l'invasion. Six sous-comités, décrits plus haut, se sont penchés sur l'administration locale de la ville.

· (7) La gestion de l'armée - Il écrit que l'armée de Chandra Gupta Maurya était grande et puissante. Un conseil de guerre de 30 membres gérait ses affaires. Le conseil a été décrit plus haut dans ce chapitre.

Kautilya et son Arthshastra

Kautilyas, premier ministre de Chandra Gupta Maurya, était un homme extra ordinaire. Il fit de Chandra Gupta Maurya un empereur et maître de l'OT un grand empire. Sa vie a été brièvement discutée en référence aux exploits et au succès de Chandra Gupta Maurya carlier dans ce chapitre. Dans les lignes suivantes, nous étudierons son célèbre traité politique, Arihshastra –

(1) Le roi – Le roi doit être un souverain despotique mais doit tenir compte

au conseil de ses ministres et brahmanes. Le bien-être de son peuple est la fonction principale d'un roi qui équivaut à son propre bien. Il conseille au roi de garder une grande armée puissante pour se défendre contre les invasions étrangères et maintenir la paix à l'intérieur. Il invoque le roi pour conquérir les autres. Royaumes pour rehausser sa gloire. Le roi ne doit pas distinguer entre les mesures appropriées ou inappropriées prises dans le sens du bien-être public.

(2) Ministre – Le roi doit librement recourir aux conseils de ses ministres. Le ministre doit être sage, sincère, expérimenté, loyal et irréprochable. Malgré cela, le monarque ne doit pas faire le jeu de ses ministres mais doit prendre des décisions en toute indépendance sur le fond. Les secrets de l'État doivent rester confinés au roi et à son conseil de ses ministres.

(3) Les services secrets – Kautilya a beaucoup insisté sur le renforcement des services secrets et le roi devrait connaître tous les événements, petits ou tig. Cela peut être possible grâce à un service bien organisé auquel le roi doit s'intéresser. Kautilya était favorable à l'inclusion des femmes dans les services secrets.

(4) Administration provinciale – Le roi devrait diviser l'empire en provinces pour une administration efficace et nommer des gouverneurs comme ses représentants. Les provinces devraient avoir des districts et des villages de district.)

(5) Bien-être public – Kautilya incite le roi à accomplir ses devoirs envers le bien-être public en toute sincérité. La pauvreté a été présentée comme la plus grande malédiction. Il devrait atténuer leurs souffrances et rendre leur vie plus heureuse.


L'histoire légendaire de Chandragupta Maurya du roman historique de Dhumketu

introduction

Ce roman &ndash Chandragupta Maurya &ndash est dans la continuité du roman précédent &ndash Mahamatya Chanakya (La critique de livre pour laquelle on peut lire ici). Dans le roman précédent (partie 1), le voyage de Chanakya&rsquos de Takshashila à Pataliputra et le voyage de retour à partir de là sont couverts. Entre les deux, les lecteurs découvrent l'insulte de Chanakya devant le tribunal de Dhananand et son grand vœu d'éliminer Dhananand. Les lecteurs apprennent également à connaître en détail Amatya Rakshas, ​​Shaktal, Pushpagupta, Shringaradevi et de nombreux personnages de ce type. Ici, dans la partie 2, Dhumketu raconte comment Chanakya et Chandragupta, ensemble, capturent Pataliputra, détrônent Dhananand et établissent la dynastie Maurya.

Étant un Aacharya d'Arthashastra, Chanakya pouvait unir les dirigeants locaux des régions du Gandhar et du Pendjab en leur donnant une tentation politique et économique, mais il était très conscient qu'il pouvait leur faire confiance aveuglément. Il sait également que Magadh peut être vaincu en guerre ouverte par ses forces unies, il a donc dû planifier et exécuter d'autres options secrètes. Il a également dû éliminer toute personne s'interposant entre Chandragupta et Pataliputra pour établir l'empire selon l'ancienne sagesse décrite dans Arthashastra. En lisant quelques pages initiales, nous apprenons à quel point cette tâche était gigantesque et presque impossible. C'est peut-être la raison pour laquelle les lecteurs seront collés à ce roman jusqu'à la fin.

Cet exploit presque impossible de Chanakya et Chandragupta Maurya n'est pas une fable mais un tournant dans l'histoire indienne. Elle est célébrée dans de nombreuses œuvres littéraires indiennes (hindoues, bouddhistes, jaïnes) dont les Puranas.

Dhumketu &ndash L'auteur

Dhumaketu (1892-1965) est un nom très célèbre dans la littérature gujarati. Il a exploré presque toutes les formes de littérature comme les romans, les nouvelles, les drames, les essais, la littérature pour enfants, la philosophie, le rendu de la littérature d'autres langues en gujarati et bien d'autres. Ses nouvelles sont considérées comme des chefs-d'œuvre et font également partie des programmes scolaires et universitaires du Gujarat depuis des décennies.

Une autre plume dans sa casquette est ses romans historiques. Il a écrit 29 romans historiques, en gujarati, ce qui est en soi une réalisation prodigieuse. Ces romans historiques ne se limitent pas seulement à la géographie et à la culture du Gujarat, mais couvrent également diverses régions de l'Inde. Le plus ancien roman de ce genre remonte à

6 ème siècle avant notre ère (ère pré Maurya) et le dernier roman couvre la fin de la domination hindoue au Gujarat (

13e siècle après JC). Entre les deux, il couvre les époques Maurya, Shunga, Gupt, Chavda, Solanki (Chaulukya) et Vaghela de l'Inde et du Gujarat. Dhumketu est peut-être le seul romancier en Inde à avoir écrit ces nombreux romans historiques couvrant diverses dynasties royales.

Ce roman &ndash Chandragupta Maurya &ndash a été publié pour la première fois en 1956 par &lsquoGurjar Prakashan&rsquo. Écrit en langue gujarati, le livre compte 40 chapitres et

280 pages. C'est le 5 e tome de la série avec Empire at Magadh comme point focal.

[Page de couverture du roman, édition moderne]

Étant donné que chaque roman est lié au précédent, le lecteur ne devrait lire aucun des romans isolément. Couvrir de grands personnages comme Chanakya et Chandragupta Maurya n'est pas possible dans un seul roman. Dhumketu a écrit trois romans couvrant la vie de Chanakya et Chandragupta Maurya. Ce roman est lié au précédent &ndash Mahamatya Chanakya &ndash qui couvre les premiers épisodes de la lutte et de la détermination de Chanakya&rsquos à unifier l'Inde sous un dirigeant capable Chandraupt. Ce roman &ndash Chandragupta Maurya &ndash et le suivant &ndash Samrat Chandragupta &ndash couvrent l'histoire restante de la fin de la dynastie Nand et l'établissement et l'épanouissement de la dynastie Maurya sous Chandragupta Maurya.

Dhumketu est connu pour avoir utilisé des sources historiques et des livres, des sources épigraphiques et de la littérature dans ses romans historiques. Peu de ces sources trouvées dans les notes de bas de page du roman sont &ndash

  1. Chandragupta Maurya et son temps et ndash Radhakumud Mukerji
  2. Écrits de Jain Muni Hemachandracharya
  3. Écrits de VA Smith
  4. L'art de la guerre dans l'Inde ancienne &ndash PC Chakravarti
  5. L'ancienne monnaie indienne &ndash Vasudeva Upadhyaya
  6. Kathasaritsagar &ndash Somadeva
  7. Arthashastra &ndash Kautilya
  8. ChanakyaNiti &ndash Chanakya
  9. Mudrarakshas &ndash Vishakhadatt
  10. Sources grecques

Peu d'incidents et d'événements liés aux personnages de ce roman peuvent également être inspirés par quelques sources jaïnes et bouddhistes. Il semble que Dhumketu soit très sélectif dans l'utilisation des sources jaïnes et bouddhistes, car beaucoup d'entre elles ont des récits complètement différents.

Mentionner des sources historiques dans le roman historique est une approche audacieuse et honnête de la part de l'auteur. Cela montre également que les récits imaginatifs sont construits sur une base historique. Une telle audace et honnêteté chez les auteurs sont rares même à l'époque moderne.

Contenu du roman &ndash

La fin du roman précédent, dans cette série, est le début de ce roman. Après s'être échappé de Pataliputra, Chanakya retourne à Takshashila et rassemble tous les dirigeants indiens locaux &ndash Ambhi, Abhisar, Shashigupt, Malayketu (Fils de Puru), Saubhutiraj etc. Il leur donne un rêve pour se libérer non seulement de la suzeraineté de Yavan (grec) domination mais aussi de la menace imminente du puissant empire de Magadh. Chanakya décide de retirer le premier Kshatrap &ndash Philip &ndash de la scène afin que tous les dirigeants locaux puissent être libérés et qu'une force unie puisse ensuite affronter le puissant empire de Magadh.

La recherche de Chanakya pour trouver une personne capable de tuer Philip se termine avec Aarshasen. Il était le seigneur de Maskavati (Hazara moderne dans la province de Khyber Pakhtunkhwa au Pakistan). Après la victoire, Alexandre a donné cette province au roi Abhiras mais le choix du peuple était Aarshasen. Chanakya voulait utiliser l'ambition d'Aarshasen dans son plan. Il convoque Aarshasen et le convainc de le faire. Après quelques jours, selon le plan conçu par Chanakya, Philip est tué. Comment Philip a tué reste un secret pour les autres. Chanakya inspire Ambhi à prendre immédiatement la charge de bloquer les mouvements des Yavanas dans et autour de Takshashila. Selon les conseils de Chanakya, Ambhi expulse également de nombreux Yavanas.

Chanakya utilise la faim de richesse et l'ambition de chaque dirigeant de son union en appliquant sama et dana tactique. Il promet la seigneurie de toute la région à l'est de Hastinapur (Delhi moderne-Haryana) à chaque roi éminent de l'union et les prend également en confiance pour ne pas révéler cet accord avec les autres. Lors de l'une des réunions, Chanakya déclare que sur la base du soutien de ces dirigeants seuls, ils obtiendront la part de la victoire. Ainsi, il met fin à toutes les possibilités de défi par l'un d'eux. Chanakya établit également Chandragupta comme futur empereur de Magadh avec cela.Sans aucune difficulté tout le monde l'accepte car ils sont politiquement intoxiqués par Chanakya.

Chanakya est conscient que tout ce qui se passe ici atteindra Amatya Rakshas par ses espions. Ainsi, il prévoit de créer une ambiguïté dans l'esprit des Rakshas concernant l'expédition et les caractères de sa force unie. Il élabore une stratégie en prenant Chandragupta, Malayketu, Pushpagupta et Shringaradevi en confiance. Ce plan est au centre de toute la stratégie visant à chasser Amatya Rakshas. Chanakya reste extrêmement prudent quant à sa mise en œuvre. De l'autre côté, Amatya Rakshas entre également en action et installe ses ressources (militaires, espions, stratagèmes pour empêcher/endommager l'armée rivale, etc.) à des endroits clés.

Selon le plan, Malayketu et Pushpagupta permettent à une unité militaire de Magadh de s'en emparer près du fleuve Ganga. Pushpagupta explique la situation à Rakshas pour regagner sa confiance perdue. Après quelques rebondissements, il gagne enfin la confiance des Rakshas. Toute cette narration est une preuve de la pure compétence politique de Pushpagupta (Guidé par Chanakya) car tromper Amatya Rakshas était presque impossible. Mais de l'autre côté, Malayketu se fait piéger par Amatya Rakshas. Les dialogues entre les deux sont un parfait exemple de la façon dont un loup piège un lapin sans le blesser physiquement.

Malayketu retourne à Chanakya et raconte la préparation militaire de Rakshas mais cache intelligemment son accord avec lui. Il veut jouer un double jeu juste pour satisfaire son ambition, mais Chanakya sent l'agenda caché du langage corporel et du style de parole des Malayketu. Chandragupta déclare Ambhi comme commandant de la force unie à la place de Malayketu. Chanakya commence à surveiller à la fois &ndash Ambhi et Malayketu &ndash pour éviter toute bagarre. Plus tard, grâce à la contribution opportune de Bhagurayan (son espion personnel), il apprend l'affaire des Rakshas et des Malayketu. Chanakya comprend le double jeu de Malayketu et décide de se couper les ailes au plus tôt. Chanakya rencontre Helen, une belle dame grecque dans l'unité de Malayketu et apprend à connaître son amour unidirectionnel envers Chandragupta. Il sent immédiatement le plan de Malayketu pour diffamer Chandragupta en utilisant Helen. Il commence à réfléchir à la manière de retirer Helen du camp.

A Pataliputra, Pushpagupta rallume le feu de samskara, précédemment enflammé par Chanakya, dans la reine Sunanada et sa fille Dharini Devi (Réf. roman précédent - Mahamatya Chanakya). Malayketu informe Chanakya à ce sujet et transmet indirectement également que tout ce qui se passe ne lui est pas caché. Pour le battre dans son propre double jeu, Chanakya suggère d'envoyer Helen à Pataliputra comme sa messagère sous forme de danseuse, via Malayketu lui-même, pour éviter les soupçons de Rakshas (Lire à nouveau). Malayketu n'a d'autre choix que de dire oui.

L'alliance unie de Chanakya atteint près de Pataliputra. La fortification robuste de Pataliputra (Réf. précédent roman &ndash Mahamatya Chanakya) oblige Chandragupta à sortir des sentiers battus. A partir de là, il prend en main le commandement de la guerre. Avant de commencer la guerre, Chandragupta donne à chacun la possibilité de clarifier sa position et permet même de changer de camp. Dhumketu compare cela avec l'acte de Bhishma dans le Mahabharatam où Bhishma demande la même chose à sa force. Il établit également sa suprématie sur toute la force avec son esprit Kshatriya. De l'autre côté, Rakshas avertit son commandant Bhadrashal que cette guerre de Chandragupta est guidée par Chanakya, alors faites chaque pas avec la plus grande prudence. Bhadrashal est confiant sur ses 9000 éléphants.

Chanakya et Chandragupta, à l'extérieur de Pataliputra, et Pushpagupta, à l'intérieur de Pataliputra, jouent intelligemment leurs rôles. Rakshas veut prendre Ambhi de son côté en lui faisant des offres insaisissables. Il confie à Pushpagupta l'exécution de son plan. Chanakya et Chandragupta attendaient ce moment. Par un chemin secret, avec Ambhi et quelques gardes, Pushpagupta emmène Chandragupta également à l'intérieur du palais de Dhananand. Avec l'aide de Shringaradevi, Pushpagupta et de quelques guerriers sélectionnés, Chandragupta capture Dhananand de sa "cave d'or" et met toute la famille Nand en détention. Rakshas s'échappe heureusement et atteint le camp de Bhadrashal&rsquos. Tôt le matin, Chandragupta informe Bhadrashal de se rendre. Enfin, avec les efforts des Rakshas pour sauver la famille Nand, Bhadrashal accepte de se rendre. Toute la famille Nand dispose d'un passage sûr pour sortir de Pataliputra avec les affaires nécessaires pour vivre dans la jungle. Dharani Devi, fille de Dhananand, refuse d'y aller et revient. Elle veut se marier avec Chandragupta.

Là, Ambhi est piégé dans le palais lui-même et tué par Helen de manière imprévue. Dans tout cela, Rakshas parvient à fuir la scène. Chandragupta ordonne de le découvrir. Le chant des Vedamantras par les brahmanes expulse les ténèbres de Pataliputra. Les gens et les autres officiers non seulement acceptent mais célèbrent également ce changement historique et ce nouveau roi. Malayketu sent que plus tôt il pourrait aussi être tué comme Ambhi, alors une nuit, avec Shashigupt et d'autres, il s'échappe de Pataliputra. Chanakya envoie Nipunak et Bhagurayan (ses espions personnels) derrière eux.

Bhadrashal, conformément à son vœu, met fin à ses jours en entrant dans le fleuve Ganga. D'autres guerriers importants reçoivent un traitement et une richesse appropriés par Chandragupta afin qu'ils soient facilement assimilés dans un nouveau système militaire. Pushpagupta devient le commandant de l'armée de Magadh. Les érudits et les brahmanes étaient ravis de voir la déesse de la connaissance se libérer des griffes des ténèbres. Chanakya renvoie Helen à Gandhar avec un arrangement approprié et au dernier moment, révèle qu'il sait qu'elle est la fille de Seleucus, le commandant grec, qui a toujours gardé le rêve d'Alexandre en vie.

Chandragupta initie de grandes réformes dans l'administration et s'y associe également. De l'autre côté, Chanakya essaie de trouver Rakshas et विषकन्या (Piège à miel) qu'il a capturés plus tôt (Réf. précédent roman &ndash Mahamatya Chanakya). Il sait que Rakshas l'utilisera certainement contre Chandragupta, alors il nomme Shringaradevi pour protéger Chandragupta d'un tel piège à miel. Une fois de plus, il rappelle à Chandragupta l'importance de इन्द्रियजय (Victoire sur les sens) pour un roi.

Pour saisir l'arme venimeuse des Rakshas, vishakanya, Chanakya prévoit un méga événement à Pataliputra où les artistes de tous les États reçoivent une invitation ouverte. Ici, Chanakya joue le même tour qu'Amatya Rakshas a joué précédemment (Réf. précédent roman &ndash Mahamatya Chanakya). Vishakanya vient déguisé en danseur de la ville de Vaishali. Bhaguryan l'identifie. Alerté Chanakya l'envoie à Malayketu&rsquos au lieu de Chandragupta. Ainsi, il sauve non seulement Chandragupta mais élimine également Malayketu et capture vishakanya.

Le roman se termine par un aphorisme important inspiré d'Arthashastra &ndash इन्द्रियजयस्तु राज्यम् (राज्यमूलं इन्द्रियजयः).

Caractères &ndash

Les personnages principaux de ce roman sont Chanakya, Amatya Rakshas et Chandragupta Maurya. Les personnages secondaires sont Pushpagupta, Ambhi, Malayketu et Hélène. Des personnages mineurs comme Bhadrashal, Nipunaka & Bhaguraya (Espions de Chanakya sous forme d'astrologues et de diseurs de bonne aventure), Shringaradevi et d'autres jouent également un rôle important.

Chanakya est représenté le plus mortel possible dans la mise en œuvre de ses stratégies et de ses plans. Puisqu'il poursuit non seulement son rêve personnel, mais veut aussi établir dharmarajya, son approche n'est douce nulle part dans le roman. Il est si concentré que, parfois, il ne révèle pas tout, même à Chandragupta. Sa confiance dans l'ancien traité d'Arthashastra mérite d'être mentionnée et inspirante également pour les lecteurs. Plus important encore, il est montré toujours prêt avec le plan B. Contrairement au roman précédent, Chanakya surpasse Amatya Rakshas dans chaque mouvement. Utiliser et guider les ressources sans perdre de temps en sa faveur est un trait unique que les lecteurs apprécieront certainement.

Tout comme le roman précédent, ici aussi Amatya Rakshas présente les mêmes traits redoutables et rusés pour arrêter et piéger les ressources de Chanakya&rsquos. Son dévouement envers la famille Nand est exposé. Contrairement au roman précédent, ici il se fait rebuter non seulement par Chanakya mais aussi par Pushpagupta. À l'apogée, il s'échappe avec succès de la scène et devient un casse-tête d'après-guerre pour Chanakya.

Contrairement au roman précédent, ici Chandraupt Maurya assume un rôle important, par patchs, et les lecteurs peuvent découvrir ses qualités Kshatriya en plein écran. Son contrôle autoritaire sur chaque dirigeant local est clairement visible dans tout le roman. Avant le début de la guerre, il prend le contrôle de l'armée et montre des actions rapides qui impressionnent Chanakya. Même ses actions d'après-guerre sont également impressionnantes. C'est uniquement grâce à ses capacités et à sa bravoure que Dhananand est capturé vivant. Son accord avec Chanakya est tout simplement divin.

Pushpagupta est à nouveau dans un second rôle, mais ici les attentes et le poids de son personnage sont bien plus. En fait, c'est uniquement son intelligence et son intelligence qui permettent à Chanakya d'exécuter le plan B au bon moment. S'il n'avait pas confondu et convaincu Amatya Rakshas, ​​Chandragupta ne serait jamais entré dans le palais de Nand et l'aurait saisi. C'est quelqu'un de très agile, vif mais calme et calculateur. Peut-être que le toucher de Chanakya est la raison de l'allumage de son talent endormi.

Ambhi est un roi rusé, égocentrique et opportuniste dont le seul but est de devenir un souverain incontesté du Gandhar et du Pendjab. Sa jalousie envers Puru, Malayketu et Chandragupta est clairement visible dans de nombreux récits. Chanakya utilise avec diligence l'opportunisme d'Ambhi en sa faveur tout au long du roman et le laisse deviner. Il est dépeint comme un dirigeant à courte vue qui finit par se retrouver piégé dans son propre opportunisme.

Malayketu est encore plus un guerrier myope au comportement enfantin. Il devient un footballeur entre Rakshas et Chanakya en raison de sa nature trop ambitieuse. Bien que, dans quelques incidents, il joue double jeu et montre son talent caché. Il est tellement influencé par sa propre ambition que même s'il s'est échappé vivant des griffes de Chanakya et de Chandragupta, il accepte de retourner à Pataliputra et rend la vie de Chanakya facile à l'apogée. Sa première rencontre avec Rakshas expose mal sa superficialité politique.

Hélène est une fille de Séleucos, un commandant grec de l'armée d'Alexandre. Elle est représentée une fille super excitée amoureuse de Sandrocottus (Chandragupta) et également influencée par la civilisation indienne. Elle est la seule source de शृङ्गाररस dans le roman mais à la fin, elle montre son talent de guerrière en tuant Ambhi.

Bhadrashal est un commandant de l'armée Nand et dépeint un vrai Kshatriya. Sa foi inébranlable dans le contrôle de la situation en appliquant des actions strictes rend sa présence remarquable. Sa confiance en lui et son audace le distinguent des autres. Se prosterner devant un ennemi est contre sa nature, donc après s'être rendu à Chandragupta, il met fin à ses jours dans le fleuve Ganga. Même si son personnage est petit dans le roman, il laisse un impact puissant dans l'esprit du lecteur.

Nipunak & Bhaguraya sont des personnages petits mais très importants dans le roman. Ce duo d'espions est comme un pont pour Chanakya rejoignant son rêve et Pataliputra. Du début à la fin, ils jouent tous deux un rôle important à divers endroits dans diverses conditions sans crainte. Leurs personnages prouvent que les espions sont les yeux d'un roi.

Impact de ChanakyaNiti & Arthashastra &ndash

Chanakya et ses œuvres &ndash ChanakyaNiti et Arthashastra &ndash sont les deux faces d'une pièce. L'impact de ces deux œuvres, sous forme de citations situationnelles (versets sanskrits), de terminologies et de concepts, est facilement observable dans ce roman qui rend ce roman authentique.

Citations & Aphorismes

Avant le début du premier chapitre, Dhumketu a écrit deux aphorismes tirés de ChanakyaNiti. Le premier dit &ldquo&ldquoC'est un idiot en effet, s'il sait ce qui est écrit dans les écritures mais ne connaît pas la réalité du terrain&rdquo tandis que le second aphorisme dit &ldquoL'intelligent n'a (enfin) pas d'ennemi (En appliquant l'intelligence, on peut vaincre son ennemi)& rdquo. Ces deux aphorismes sont un écho de tout le roman. C'est là que les lecteurs doivent comprendre ce qu'ils vont vivre.

A un endroit, Chanakya enseigne à ses étudiants et cite quelques sanskrit aphorismes. Le premier est मूर्खतुल्यः (L'un est un idiot en effet, s'il sait ce qui est écrit dans les écritures mais ne connaît pas la réalité du terrain). Le deuxième aphorisme est विषदिग्धश्छेद्यः (Coupez la main venimeuse, même si c'est la vôtre). Ces deux citations sont de Chanakya Niti. Ils font référence au premier succès de Chanakya dans son plan.

एरण्डमलम्ब्य कुञ्जरं न कोपयेत् (En utilisant la plante de ricin, un éléphant peut être dérangé) est une autre citation tirée de ChanakyaNiti et prononcée par Amatya Rakshas.

À un endroit, Chanakya s'inspire de son propre travail Arthashastra sous la forme d'un aphorisme important इन्द्रियजयः (La racine d'un état stationnaire est en conquête des sens) pour contrôler sa curiosité.

Terminologies et concepts

?? la terminologie n'est utilisée qu'une seule fois à Arthashastra dans le sens de la compréhension moderne de Couvre-feu. C'est peut-être la première référence au couvre-feu dans la littérature indienne. Dhumketu l'a magnifiquement utilisé dans l'une des narrations. Cela montre à l'auteur une lecture approfondie d'Arthashastra.

&ldquoL'enchantement né de l'illusion est un outil plus efficace dans la victoire que l'opération militaire&rdquo dit Chanakya tout en expliquant son plan, à Chandragupta, pour garder les dirigeants indiens désintégrés sous un même toit. Il s'agit d'une application directe de la approche quadruple &ndash sama, dana, bheda et danda &ndash couvert à Arthashastra.

&ldquoSans conquête des sens, toutes les autres conquêtes n'ont aucun sens». Ceci est directement inspiré du principe Arthashastra&rsquos इन्द्रियजयः.

?? est un terme utilisé dans ce roman qui est également tiré d'Arthashastra. Cela signifie un officier avec une procuration de l'empereur/roi dans certaines questions de politique.

A Arthashastra, il est conseillé de construire des structures et des sentiers temporaires pour aider l'armée en marche et aussi construire des pièges pour l'armée rivale. Le même concept est repris ici. Amatya Rakshas a montré faire tout cela dans le cadre de la préparation de la guerre.

?? (hostilité) et ?? (Head of Gold Treasury) sont deux terminologies directement tirées d'Arthashastra. Ces terminologies jouent un rôle important dans la toute première rencontre des Malayketu et des Amatya Rakshas. Dans la même réunion, un lecteur apprend à connaître un principe important de l'ancienne politique indienne &ndash &ldquoUn roi, entré dans un autre territoire à des fins personnelles, ne doit pas être tué& rdquo.

?? , un sentier construit principalement pour les éléphants avec

La largeur de l'unité de 20 mains se trouve à Arthashastra. Ce terme est utilisé à juste titre dans l'un des chapitres en complément d'un incident important.

?? est l'une des terminologies importantes à Arthashastra utilisées pour un camp militaire d'une armée en marche. En fait, un chapitre complet est donné par Kautilya sur la planification, la construction, la sécurité et bien d'autres aspects d'un tel camp militaire. Le même concept est également utilisé ici pour l'armée de marche des forces unies de Chandragupta Maurya. Des termes connexes comme ?? (Construction pour la sécurité du camp), ?? (Lieu de rencontre des espions royaux), ?? (espion mobile) et Espions femelles sont également magnifiquement tissés dans la narration. La terminologie remarquable ici, tirée d'Arthashastra, est de formation ?? (Pigeon) pour communiquer des messages.

Le commandant du Magadh, Bhadrashal, ne croit qu'à une seule approche &ndash danda (??). À Arthashastra, Kautilya a mentionné que les adeptes d'Ushanas (??) croit en दण्ड seulement. Donc indirectement, Bhadrashal est montré comme le disciple de la branche Ushanas d'Arthashastra.

?? est une unité de guerriers entraînés mentionnée dans Kautilya&rsquos Arthashastra. Lorsque Chandragupta a mis Dhananand en confinement, ce terme est utilisé pour les guerriers de Chandragupta.

Après la victoire, Chandragupta supprime immédiatement deux taxes &ndash Taxe sur les rats (??) et du sel (??). Ces deux taxes sont visées à Arthashastra. La taxe sur les rats apparaît également dans le roman précédent &ndash Mahamatya Chanakya.

?? (Responsable du département Gemmes/Métals) et ses quelques tâches sont également magnifiquement couvertes dans l'une des narrations liées à la norme ?? (Monnaie) mise en œuvre dans l'empire.

Aspects littéraires &ndash

Le langage utilisé dans le roman est presque raffiné, à l'exception de quelques usages familiers. La langue contient de nombreux idiomes populaires et moins connus. L'utilisation de figures de style et de phrases ornées à certains endroits élève le niveau de ce roman.Les citations situationnelles de certains personnages puissants rendent la lecture précieuse pour nous.

Citations, comparaisons et contrastes

Sur la toute première page, la politique des dirigeants indiens locaux & ldquonunifiés & rdquo est appelée & ldquo aveugle & rdquo, pas même & lquo myope & rdquo. Peut-être la raison pour laquelle ils ont succombé à Alexandre.

Dans l'un des dialogues, Chanakya compare les mouvements stratégiques d'Ambhi avec Cheetah et dit que l'on ne peut jamais savoir quand il bougera/agira, mais chaque fois qu'il le fait, il le fait soudainement et rapidement.

En se moquant d'Ambhi&rsquos adharmique l'ambition, Chanakya dit &ldquoLe désir de dominer (Sur une géographie spécifique) fait de vous un esclave (des Yavanas) mais c'est uniquement votre respect de soi qui peut faire de vous un roi&rdquo. Il s'agit d'une citation situationnelle que le lecteur peut comprendre en lisant la partie pertinente.

&ldquoUn vrai politicien peut utiliser même les cadavres&rdquo est une autre citation audacieuse et situationnelle prononcée par Chanakaya pour façonner Ambhi dans son plan. Souvenez-vous, ce roman est écrit en 1956, sous le régime du premier Premier ministre de l'Inde, Jawaharlal Nehu&rsquos.

&ldquoWise profite même après avoir perdu sa moitié mais imprudent (en restant têtu) perd tout&rdquo est une autre citation de Chanakya tout en convainquant Ambhi, après la mort de Philip, de renoncer à son soutien à Yavanas et d'agir selon la stratégie de Chanakya&rsquos.

À un endroit, Chanakya dit &ldquoÉriger des tours de victoire (de adharmique règle) est une tradition d'un non-Arya tandis qu'un Arya construit des lacs / étangs, des temples et patronne de bonnes pensées et de la poésie & rdquo. Cette citation a aussi du sarcasme et de la tradition. Un lecteur intelligent peut facilement le comprendre.

La citation sur le clair de lune est également remarquable. &ldquoLa lumière de la lune donne la paix aux sages, le rêve au poète, l'ivresse au rêveur, le sommeil au paresseux, la vivacité à l'amant et une nouvelle vision aux sages&rdquo. Au cours de la discussion politique, cette citation, pendant un certain temps, crée un sens poétique paisible dans l'esprit du lecteur.

&ldquoLe désir et la capacité de régner, c'est bien, mais avoir un grand rêve de régner l'est avant tout. La campagne de celui qui n'a que le désir est de nature aveugle et une telle personne se détruit facilement & rdquo est une autre citation puissante de Chanakya sur l'importance d'un grand roi.

&ldquoLe cheval royal du roi fait un travail dérisoire chez le potier&rsquos&rdquo est une traduction d'un proverbe gujarati populaire utilisé dans le roman pour communiquer l'ironie d'être dans une situation politique. Ce proverbe est maintenant rarement utilisé dans l'usage familier, de sorte que le lecteur moderne peut le trouver un peu rouillé. Dhumketu a utilisé beaucoup de ces proverbes.

&ldquoIl existe deux types de personnes qui boivent du poison &ndash L'une boit joyeusement et l'autre par contrainte. Le troisième type de personnes sont les imbéciles (idiots) qui ne ressentent ni bonheur ni tristesse parce qu'ils dorment généralement & rdquo est une citation situationnelle de dhumketu dans le point culminant du roman. Au même endroit, Dhumketu compare Chanakya&rsquos pensant saisir vishakanya, dernière arme des Rakshas, ​​avec saisie des armes Karna&rsquos au Mahabharatam.

Versets, expressions idiomatiques et maximes sanskrits

शठं प्रति शाठ्यम् (Tit for tat) est un célèbre idiome sanskrit que Chanakya suggère tout en justifiant son plan de tuer Philip. Ceci est en référence au massacre d'Indiens par les Yavanas (armée grecque) pendant la campagne d'Alexandre.

Un autre idiome sanskrit ?? (Six oreilles) est un usage populaire dans la littérature sanskrite pour représenter plus de deux personnes dans une conversation secrète. Il indique le risque de garder le secret. Ce mot est rarement utilisé dans la littérature gujarati mais donne une belle touche à la narration.

Une maxime sanskrite -दीपक-न्यायः (Atteindre deux objectifs à la fois) est utilisé pour démontrer la stratégie d'Ambhi pour satisfaire son ambition de devenir un roi incontesté du Gandhar et du Pendjab.

प्रथम ग्रासे मक्षिका (Hurdle in the first try) est un autre idiome sanskrit populaire utilisé dans ce roman. Il est également fréquemment utilisé dans la littérature classique de nombreuses langues indiennes. Une autre utilisation de ce type est महाजनहासः न कर्त्तव्यः (Une bonne personne ne devrait pas être ridiculisée) utilisé avec un idiome gujarati similaire.

Un idiome gujarati traduit par &ldquoLe chat voit le lait mais pas le bâton&rdquo est utilisé de manière appropriée pour décrire la tromperie réussie de Malayketu par Amatya Rakshas.

?? le mot utilisé pour Chandragupta, dans le roman, est influencé par Mudrarakshas (मुद्राराक्षस) &ndash, une célèbre pièce sanskrite ancienne de Vishakhadatt. Cette pièce est l'une des sources importantes concernant la vie de Chanakya et Chandragupta Maurya.

Remarques finales &ndash

Assembler des sources historiques, des légendes et des fables dans une écriture significative est toujours un effort louable. De plus, écrire sur des personnages légendaires est toujours une tâche difficile compte tenu de l'attachement de la société à eux à différents niveaux. Le plus difficile est de recréer l'époque en utilisant toutes les ressources et en ramenant le lecteur à cette période. La capacité de Dhumketu à faire facilement tout cela est l'âme de ces romans.

La capacité de Dhumketu&rsquos à créer des personnages parallèles à Chanakya est également rafraîchissante pour le lecteur. Il évite l'overdose d'un seul personnage et maintient l'intérêt vivant. À certains endroits, le lecteur peut être obligé de les comparer tandis qu'à certains endroits, le lecteur peut se demander de connaître leurs traits cachés. Même quelques petits personnages de ce roman laissent leur marque dans l'esprit du lecteur, ce qui en dit long sur la créativité de Dhumketu en tant qu'écrivain.

Si vous étudiez la politique, l'administration ou l'histoire, vous apprécierez sûrement les cascades politiques, les jeux d'esprit, les récits anciens et de nombreuses impulsions similaires tirées d'Arthashastra et d'autres sources littéraires et historiques. Si vous êtes intéressé par la langue et la littérature, vous adorerez l'utilisation des idiomes, la figure de style et les citations. Un langage lucide vous gardera certainement au courant de la lecture.


Voir la vidéo: Chandragupta Maurya - Người Sáng Lập Đế Quốc Khổng Tước Huy Hoàng Ở Ấn Độ (Octobre 2021).