Podcasts sur l'histoire

The Counterterrorist Manual: A Practical Guide to Elite International Units, Leroy Thompson

The Counterterrorist Manual: A Practical Guide to Elite International Units, Leroy Thompson

The Counterterrorist Manual: A Practical Guide to Elite International Units, Leroy Thompson

The Counterterrorist Manual: A Practical Guide to Elite International Units, Leroy Thompson

Un livre à jour et complet, après un début faible avec un avant-poste exprimant des opinions bien arrêtées sur la vulnérabilité de la population américaine aux attaques terroristes, le livre se résume à une étude détaillée de diverses unités antiterroristes du monde.

Il soulève des questions intéressantes quant à savoir si les équipes CT doivent être basées sur la police ou l'armée, couvre le recrutement et la sélection avec une vigueur proche de la propagande et est le rêve d'un passionné d'armes à feu dans sa section longue mais bien organisée sur les armes et l'équipement.

Le livre reste intéressant tout au long et est très bien organisé et a de réels atouts dans les derniers chapitres lorsque l'auteur rassemble toutes les informations présentées dans les chapitres précédents dans la section missions et tactiques montrant comment l'organisation, l'équipement, la formation et la sélection se combinent dans la pratique .

Le livre renforce l'image de surhomme de telles équipes et évite les aspects les plus controversés du CT où de telles équipes sont utilisées dans des attaques préventives ou de décapitation contre des terroristes connus, il fait également peu ou pas mention des liens entre les services de renseignement et équipes de lutte contre le terrorisme.

Les chapitres comprennent
Contexte et évolution
Recrutement et sélection
Entraînement
Organisation de l'unité
Armes et équipement
Missions et tactiques

Auteur : Leroy Thompson
Édition : Relié
Pages : 256
Editeur : Frontline Books
Année : 2009



The Counterterrorist Manual: A Practical Guide to Elite International Units, Leroy Thompson - Histoire

Protéger les candidats à la présidentielle (Relié)

&livre20.00 Offre de lancement

RRP &livre25.00

+£4.50 Livraison au Royaume-Uni ou livraison gratuite au Royaume-Uni si la commande est supérieure à £35
(cliquez ici pour les tarifs de livraison internationale)

Besoin d'un convertisseur de devises ? Consultez XE.com pour les tarifs en direct

Protéger les candidats à la présidentielle est le premier livre du genre à examiner comment les présidents et les candidats à la présidentielle ont été protégés pendant les cycles de l'élection présidentielle, de JFK à Trump. C'est aussi le premier livre du genre à raconter l'histoire du rôle des soldats de l'État et des gardes du corps privés dans la protection des candidats à la présidentielle.

La protection des candidats a changé et a évolué du style de roue libre des années 1950 et du début des années 1960, qui offrait peu ou pas de protection aux candidats à la présidentielle, à la croissance du personnel de garde du corps, à l'augmentation des installations de renseignement et à la technologie de pointe utilisée aujourd'hui pour garder les candidats en sécurité. Les candidats à la présidentielle aiment se connecter avec le public et cela a donné une plus grande visibilité aux gardes du corps qui sont prêts à se placer entre un candidat à la présidentielle et un agresseur potentiel.

Dans le milieu dans lequel opèrent les services secrets, les gardes du corps ont été témoins des terreurs des campagnes électorales lorsque les candidats à la présidentielle se sont précipités dans la foule pour serrer la main de leurs partisans, sont montés dans des voitures à toit ouvert et ont apporté des changements soudains mais risqués à leurs horaires et inconscients. au fait qu'à chaque campagne, des personnes ont harcelé des candidats avec de mauvaises intentions.

De nombreuses histoires révélées dans Protecting the Presidential Candidates sont restées en grande partie cachées au public, certaines enterrées dans les archives des journaux et d'autres dans les histoires orales, les bibliothèques présidentielles ou les documents officiels du gouvernement. L'auteur s'appuie sur de nombreuses sources, notamment des dossiers du FBI, des biographies présidentielles, des biographies de vice-présidents, des mémoires de gardes du corps civils, des mémoires d'agents des services secrets, des mémoires du personnel de la Maison Blanche et plus encore, afin que ces histoires puissent désormais être racontées.

Le livre permet également aux lecteurs d'avoir un aperçu des relations personnelles et professionnelles entre le candidat et les gardes du corps qui les ont protégés. Certains candidats faisaient tellement confiance à leurs gardes du corps qu'ils les embrassaient comme faisant partie d'un « cercle » de conseillers. Les gardes du corps ont également été témoins de moments embarrassants dans une campagne de candidats et à quel point ils ont été intrusifs aux moments les plus délicats. &lsquoLe jour du président est votre jour&rsquo, a déclaré un agent. "Personne ne voit le président comme un agent le voit."

Il n'y a aucune critique pour ce livre. Inscrivez-vous ou connectez-vous maintenant et vous pouvez être le premier à publier un avis !

Mel Ayton est titulaire d'une maîtrise en histoire de l'Université de Durham et est un ancien enseignant Fulbright américain, directeur adjoint et conférencier universitaire. Il a travaillé comme consultant historique pour la BBC, NBC News, National Geographic Channel et Discovery Times Channel. Les livres et articles d'Ayton ont reçu les éloges de nombreux médias, notamment Fox News, The Michael Medved Show, The Peter Boyles Show, The Daily Express, The Daily Mail, USA Today, The New York Observer, le magazine TIME, The Pittsburgh Tribune, The New York Post, le journal Israel&rsquos Haaretz et le History News Network de l'Université George Mason. Son travail a également été favorablement examiné par les principaux auteurs de crimes réels Max Holland, David Aaronovitch, Gus Russo, Dan Moldea, Mark Olshaker, John Douglas, le professeur John McAdams et le professeur émérite de Harvard Alan Dershowitz. En décembre 2011, le sous-procureur général de Californie, Jamie Fuster, a demandé l'aide d'Ayton pour préparer une brève contestation de l'affirmation de Sirhan Sirhan selon laquelle il est innocent du meurtre du sénateur Robert F. Kennedy. Les tribunaux californiens ont finalement rejeté la demande de Sirhan&rsquos en 2015.


The Counterterrorist Manual: A Practical Guide to Elite International Units, Leroy Thompson - Histoire

+£4.50 Livraison au Royaume-Uni ou livraison gratuite au Royaume-Uni si la commande est supérieure à £35
(cliquez ici pour les tarifs de livraison internationale)

Besoin d'un convertisseur de devises ? Consultez XE.com pour les tarifs en direct

Autres formats disponibles - Achetez le livre cartonné et obtenez le livre électronique gratuitement ! Prix
Le manuel antiterroriste ePub (24,7 Mo) ajouter au panier £4.99
Le manuel antiterroriste Kindle (59,2 Mo) ajouter au panier £4.99

Au cours des trente-cinq dernières années, des unités antiterroristes ont été déployées pour lutter contre les détournements d'avions, de navires, de trains et de bus. Ils ont sauvé des otages dans divers types de bâtiments et ont affronté des braqueurs de banque barricadés, des émeutiers de prison et divers criminels dangereux. Des milliers de personnes ont été secourues et des millions ont été plus en sécurité parce que les terroristes savaient que les unités antiterroristes d'élite étaient prêtes à intervenir si elles prenaient des otages.

Suite à l'attentat du 11 septembre contre le World Trade Center, la mission de nombreuses unités antiterroristes s'est élargie. Certaines unités traquent désormais les terroristes jusqu'à leurs repaires dans d'autres pays et les y frappent. Malgré le rôle important et croissant de ces unités, leur fonctionnement est mal connu. La sélection, la formation, la structure et les principes du maintien de telles unités, ainsi que les théories de base de la guerre asymétrique sont le sujet des derniers travaux de Thompson.

Dans un guide pratique, étape par étape, il analyse l'organisation nécessaire de ces équipes d'élite, l'armement et l'équipement des unités, et les méthodes pour une variété de missions allant du sauvetage d'otages et de la protection de dignitaires de haut niveau à la sécurisation des ambassades étrangères et des contre-attaques. ADM frappe.

Ouvrez les pages de ce livre et entrez dans le monde de l'opérateur antiterroriste.

Un guide finement illustré des unités antiterroristes déployées pour gérer les détournements d'avions, de navires, de trains et de bus. Des unités du monde entier sont examinées dans le cadre d'une enquête sur ces unités antiterroristes d'élite et leurs opérations, un choix pour n'importe quelle bibliothèque militaire et regorgeant de photos en couleur d'équipements et plus encore.

Critique de livre du Midwest

Un livre à jour et complet. Il soulève des questions intéressantes quant à savoir si les équipes CT doivent être basées sur la police ou l'armée, couvre le recrutement et la sélection avec une vigueur proche de la propagande et est le rêve d'un passionné d'armes à feu dans sa section longue mais bien organisée sur les armes et l'équipement.
Le livre reste intéressant tout au long et est très bien organisé et a de réels atouts dans les derniers chapitres lorsque l'auteur rassemble toutes les informations présentées dans les chapitres précédents dans la section missions et tactiques montrant comment l'organisation, l'équipement, la formation et la sélection se combinent dans la pratique .

historyofwar.org

Excellent livre informatif. Un bon aperçu des différentes organisations à travers le monde impliquées dans la lutte contre le terrorisme mondial. Comprend des descriptions de l'organisation, des armes et des procédures. Fortement recommandé à toute personne intéressée par ce qui est fait pour arrêter la menace du terrorisme aujourd'hui. Grande référence pour les écrivains.

club de livres militaires.com

Un livre très instructif et instructif, je recommande vivement
ce.

Gunblast.com

Leroy Thompson est l'une des principales autorités mondiales sur les unités spéciales de l'armée et de la police. Il est l'auteur de plusieurs livres sur le sujet dont The Bodyguard Manual, The Hostage Rescue Manual et Secret Techniques of the Elite Forces. Il vit aux USA.


The Counterterrorist Manual: A Practical Guide to Elite International Units, Leroy Thompson - Histoire

Au cours des trente-cinq dernières années, des unités antiterroristes ont été déployées pour faire face aux détournements d'avions, de navires, de trains et de bus. Ils ont sauvé des otages dans divers types de bâtiments et ont affronté des braqueurs de banque barricadés, des émeutiers de prison et divers criminels dangereux. Des milliers de personnes ont été secourues et des millions ont été plus en sécurité parce que les terroristes savaient que les unités antiterroristes d'élite étaient prêtes à intervenir si elles prenaient des otages.

Suite à l'attentat du 11 septembre contre le World Trade Center, la mission de nombreuses unités antiterroristes s'est élargie. Certaines unités traquent désormais les terroristes jusqu'à leurs repaires dans d'autres pays et les y frappent. Malgré le rôle important et croissant de ces unités, leur fonctionnement est mal connu. La sélection, la formation, la structure et les principes du maintien de telles unités, ainsi que les théories de base de la guerre asymétrique sont le sujet des derniers travaux de Thompson.

Dans un guide pratique, étape par étape, il analyse l'organisation nécessaire de ces équipes d'élite, l'armement et l'équipement des unités, et les méthodes pour une variété de missions allant du sauvetage d'otages et de la protection de dignitaires de haut niveau à la sécurisation des ambassades étrangères et des contre-attaques. ADM frappe.

Ouvrez les pages de ce livre et entrez dans le monde de l'opérateur antiterroriste.

A propos de l'auteur

Leroy Thompson est l'une des principales autorités mondiales en matière d'unités spéciales de l'armée et de la police. Il est l'auteur de plusieurs livres sur le sujet dont The Bodyguard Manual, The Hostage Rescue Manual et Secret Techniques of the Elite Forces. Il vit aux USA.

COMMENTAIRES

&ldquo&hellipa guide pratique, étape par étape&hellip Ouvrez les pages de ce livre et entrez dans le monde de l'opérateur antiterroriste !&rdquo

- Maquettiste Militaire International

Télécharger maintenant!

Nous vous avons permis de trouver facilement un ebook PDF sans creuser. Et en ayant accès à nos ebooks en ligne ou en les stockant sur votre ordinateur, vous avez des réponses pratiques avec les manuels de formation antiterroriste. Pour commencer à trouver des manuels de formation antiterroriste, vous avez raison de trouver notre site Web qui contient une collection complète de manuels.
Notre bibliothèque est la plus grande d'entre elles qui compte littéralement des centaines de milliers de produits différents.

Enfin, je reçois cet ebook, merci pour tous ces manuels de formation antiterroriste que je peux obtenir maintenant !

Je ne pensais pas que cela fonctionnerait, mon meilleur ami m'a montré ce site, et c'est le cas ! Je reçois mon eBook le plus recherché

wtf ce grand ebook gratuit ?!

Mes amis sont tellement fous qu'ils ne savent pas comment j'ai tous les ebooks de haute qualité qu'ils n'ont pas !

Il est très facile d'obtenir des ebooks de qualité)

tant de faux sites. c'est le premier qui a fonctionné ! Merci beaucoup

wtffff je ne comprends pas ça !

Sélectionnez simplement votre bouton de clic puis de téléchargement et remplissez une offre pour commencer à télécharger l'ebook. S'il y a un sondage, cela ne prend que 5 minutes, essayez n'importe quel sondage qui vous convient.


LE BEST-SELLER NUMÉRO UN DU SUNDAY TIME UN BEST-SELLER INSTANTANÉ DU NEW YORK TIME UNE BBC DEUX ENTRE LES COUVRES BOOK CLUB PICK Entre la vie et la mort, il y a une bibliothèque. Quand Nora Seed se retrouve dans le .

BEST-SELLER DU NEW YORK TIMES L'histoire essentielle et radicale de l'importance intégrale de Juneteenth dans l'histoire américaine, racontée par un historien lauréat du prix Pulitzer et originaire du Texas.

'Je recommande vivement ce livre' Wim Hof ​​LE BEST-SELLER INTERNATIONAL ENTENDU DANS LE SHOW DE CHRIS EVANS Il n'y a rien de plus essentiel à notre santé et à notre bien-être que de respirer : prendre l'air, le laisser .

Cet effort de réalisateur de Phil Joanou met en vedette Sean Penn dans le rôle d'un flic infiltré irlando-américain travaillant sur le rythme de Hell's Kitchen. Penn est apparemment en voyage sentimental dans son ancien quartier. .

Le raider d'entreprise autonome Edward Lewis (Richard Gere) s'est récemment séparé de sa petite amie. Cherchant à se rendre au Beverly Hills Hotel, il fait la connaissance d'une prostituée à l'esprit libre.

Abonnez-vous maintenant pour des coupons, des newsletters et plus encore!

Alibris, le logo Alibris et Alibris.com sont des marques déposées d'Alibris, Inc.

Le droit d'auteur sur les données bibliographiques et les images de couverture est détenu par Nielsen Book Services Limited, Baker & Taylor, Inc., ou par leurs concédants de licence respectifs, ou par les éditeurs, ou par leurs concédants de licence respectifs. Pour usage personnel seulement. Tous les droits sont réservés. Tous les droits sur les images de livres ou d'autres publications sont réservés par les titulaires des droits d'auteur d'origine.

Portions de contenu fournies par Rovi Corporation. &copier 2021 Rovi Corporation.


Le manuel antiterroriste : un guide pratique des unités internationales d'élite

Au cours des trente-cinq dernières années, des unités antiterroristes ont été déployées pour faire face aux détournements d'avions, de navires, de trains et de bus. Ils ont sauvé des otages dans divers types de bâtiments et ont affronté des braqueurs de banque barricadés, des émeutiers de prison et divers criminels dangereux. Des milliers de personnes ont été secourues et des millions ont été plus en sécurité parce que les terroristes savaient que les unités antiterroristes d'élite étaient prêtes à intervenir si elles prenaient des otages.

Suite à l'attentat du 11 septembre contre le World Trade Center, la mission de nombreuses unités antiterroristes s'est élargie. Certaines unités traquent désormais les terroristes jusqu'à leurs repaires dans d'autres pays et les y frappent. Malgré le rôle important et croissant de ces unités, leur fonctionnement est mal connu. La sélection, la formation, la structure et les principes du maintien de telles unités, ainsi que les théories de base de la guerre asymétrique sont le sujet des derniers travaux de Thompson.

Dans un guide pratique, étape par étape, il analyse l'organisation nécessaire de ces équipes d'élite, l'armement et l'équipement des unités, et les méthodes pour une variété de missions allant du sauvetage d'otages et de la protection de dignitaires de haut niveau à la sécurisation des ambassades étrangères et des contre-attaques. ADM frappe.

Ouvrez les pages de ce livre et entrez dans le monde de l'opérateur antiterroriste.


Contenu

Première histoire et adaptations Modifier

Le pistolet M1911 est né à la fin des années 1890 à la suite de la recherche d'un pistolet à chargement automatique (ou semi-automatique) approprié pour remplacer la variété de revolvers alors en service. [13] Les États-Unis adoptaient de nouvelles armes à feu à un rythme phénoménal, plusieurs nouveaux pistolets et deux tout nouveaux fusils de service (le M1892/96/98 Krag et le M1895 Navy Lee), ainsi qu'une série de revolvers de Colt et Smith & Wesson pour l'armée et la marine, ont été adoptés juste au cours de cette décennie. La décennie suivante verrait un rythme similaire, y compris l'adoption de plusieurs autres revolvers et une recherche intensive d'un pistolet à chargement automatique qui aboutirait à l'adoption officielle du M1911 après le début de la décennie. [ citation requise ]

Hiram S. Maxim avait conçu un fusil à chargement automatique dans les années 1880, mais était préoccupé par les mitrailleuses. Néanmoins, l'application de son principe d'utilisation de l'énergie des cartouches pour recharger a conduit à plusieurs pistolets à chargement automatique en 1896. Les conceptions ont attiré l'attention de diverses armées, dont chacune a lancé des programmes pour trouver celui qui convient à ses forces. Aux États-Unis, un tel programme conduirait à un test formel au tournant du 20e siècle. [14]

À la fin de 1899 et au début de 1900, un test de pistolets à chargement automatique, comprenant des entrées de Mauser (le C96 "Broomhandle"), Mannlicher (le Mannlicher M1894) et Colt (le Colt M1900), a été mené. [13]

Cela a conduit à l'achat de 1 000 pistolets DWM Luger, chambrés en 7,65 mm Luger, une cartouche à goulot d'étranglement. Au cours des essais sur le terrain, ceux-ci ont rencontré quelques problèmes, en particulier avec la puissance d'arrêt. D'autres gouvernements ont déposé des plaintes similaires. Par conséquent, DWM a produit une version agrandie de la cartouche, le 9 × 19 mm Parabellum (connu dans le langage militaire actuel sous le nom de 9 × 19 mm OTAN), une version à col de la cartouche de 7,65 mm. Cinquante d'entre eux ont également été testés par l'armée américaine en 1903. [15]

Les unités américaines combattant la guérilla Tausūg dans la rébellion Moro à Sulu pendant la guerre américano-philippine en utilisant le revolver Colt M1892, alors standard, .38 Long Colt, l'ont trouvé inadapté aux rigueurs de la guerre dans la jungle, en particulier en termes de puissance d'arrêt, car les Moros avaient un moral de combat élevé et utilisaient souvent des drogues pour inhiber la sensation de douleur. [16] L'armée américaine est brièvement revenue à l'utilisation du revolver à simple action M1873 de calibre .45 Colt, qui était la norme à la fin du 19ème siècle, la balle la plus lourde s'est avérée plus efficace contre la charge des membres de la tribu. [17] Les problèmes ont incité le chef de l'artillerie, le général William Crozier, à autoriser des tests supplémentaires pour un nouveau pistolet de service. [17]

À la suite des tests d'efficacité de la cartouche du pistolet Thompson-LaGarde de 1904, le colonel John T. Thompson a déclaré que le nouveau pistolet « ne devrait pas être de calibre inférieur à .45 » et serait de préférence semi-automatique en fonctionnement. [17] Cela a conduit aux essais de pistolets de 1906 de six entreprises de fabrication d'armes à feu (à savoir, Colt, Bergmann, Deutsche Waffen und Munitionsfabriken (DWM), Savage Arms Company, Knoble, Webley et White-Merrill). [17]

Sur les six modèles soumis, trois ont été éliminés dès le début, ne laissant que les modèles Savage, Colt et DWM chambrés dans la nouvelle cartouche .45 ACP (Automatic Colt Pistol). [17] Ces trois-là avaient encore des problèmes qui devaient être corrigés, mais seuls Colt et Savage ont soumis à nouveau leurs conceptions. Il y a un débat sur les raisons du retrait de DWM - certains disent qu'ils pensaient qu'il y avait un parti pris et que la conception DWM était principalement utilisée comme un "garçon fouet" pour les pistolets Savage et Colt, [18] bien que cela ne corresponde pas bien avec l'achat plus tôt de 1900 de la conception DWM sur les entrées Colt et Steyr. Dans tous les cas, une série d'essais sur le terrain de 1907 à 1911 a eu lieu pour trancher entre les conceptions Savage et Colt. [17] Les deux conceptions ont été améliorées entre chaque série de tests, menant au test final avant l'adoption. [17]

Parmi les domaines de réussite de la Colt figure un essai à la fin de 1910 en présence de son concepteur, John Browning. 6000 coups ont été tirés avec un seul pistolet en 2 jours. Lorsque le pistolet a commencé à chauffer, il a simplement été immergé dans l'eau pour le refroidir. Le pistolet Colt est passé sans aucun dysfonctionnement signalé, tandis que les modèles Savage en avaient 37. [17]

Historique des services Modifier

Après son succès lors des essais, le pistolet Colt a été officiellement adopté par l'armée le 29 mars 1911, lorsqu'il a été désigné modèle de 1911, puis changé en modèle 1911, en 1917, puis en M1911, au milieu des années 1920. Le directeur de l'adresse au tir civil a commencé la fabrication de pistolets M1911 pour les membres de la National Rifle Association en août 1912. Environ 100 pistolets estampillés « N.R.A. » ci-dessous le numéro de série ont été fabriqués à Springfield Armory et par Colt. [19] Le M1911 a été officiellement adopté par l'US Navy et le Marine Corps en 1913. Le "Modèle de l'armée américaine" .45 ACP a été utilisé à la fois par les troupes de cavalerie de l'armée américaine et par les soldats d'infanterie lors de l'expédition punitive des États-Unis au Mexique contre Pancho Villa en 1916. [20]

Première Guerre mondiale Modifier

Au début de 1917, un total de 68 533 pistolets M1911 avaient été livrés aux forces armées américaines par Colt's Patent Firearms Manufacturing Company et Springfield Armory du gouvernement américain. Cependant, la nécessité d'augmenter considérablement les forces militaires américaines et la forte augmentation de la demande d'armes à feu qui en a résulté pendant la Première Guerre mondiale ont vu l'expansion de la fabrication à d'autres entrepreneurs que Colt et Springfield Armory, y compris Remington-UMC et North American Arms Co. de Québec. [21] Plusieurs autres fabricants ont obtenu des contrats pour produire le M1911, notamment la National Cash Register Company, la Savage Arms Company, la Caron Brothers Manufacturing of Montreal, la Burroughs Adding Machine Co., la Winchester Repeating Arms Company et la Lanston Monotype Company. , mais la signature de l'armistice a entraîné l'annulation des contrats avant que les pistolets n'aient été produits. [22]

Changements d'entre-deux-guerres Modifier

L'expérience du champ de bataille pendant la Première Guerre mondiale a conduit à d'autres petits changements externes, achevés en 1924. La nouvelle version a reçu une classification de type modifiée, M1911A1, en 1926 avec une stipulation que les M1911A1 devraient avoir des numéros de série supérieurs à 700 000 avec des numéros de série inférieurs désignés M1911. [23] Les modifications apportées au M1911A1 par rapport à la conception d'origine consistaient en une gâchette plus courte, des découpes dans le cadre derrière la gâchette, un boîtier de ressort moteur arqué, un éperon de sécurité à poignée plus longue (pour empêcher la morsure du marteau), un guidon plus large, un éperon de marteau raccourci , et un contrôle de grip simplifié (suppression des reliefs "Double Diamond"). [17] Ces changements étaient subtils et en grande partie destinés à rendre le pistolet plus facile à tirer pour ceux qui ont de plus petites mains. Aucune modification interne significative n'a été apportée et les pièces sont restées interchangeables entre le M1911 et le M1911A1. [17]

Travaillant pour l'U.S. Ordnance Office, David Marshall Williams a développé une version d'entraînement .22 du M1911 en utilisant une chambre flottante pour donner au fusil long .22 un recul à percussion annulaire similaire à la version .45. [17] En tant que Colt Service Ace, il était disponible à la fois comme pistolet et comme kit de conversion pour les pistolets .45 M1911. [17]

Avant la Seconde Guerre mondiale, 500 M1911 ont été produits sous licence par l'usine d'armement norvégienne Kongsberg Vaapenfabrikk, comme Pistolet Automatisk Modèle 1912. Ensuite, la production est passée à une version modifiée désignée Pistolet Modèle 1914 et officieusement connu sous le nom de "Kongsberg Colt". Le pistolet M/1914 est connu pour sa butée de glissière prolongée inhabituelle qui a été spécifiée par les autorités norvégiennes de l'artillerie. 22 000 ont été produits entre 1914 et 1940 mais la production a continué après l'occupation allemande de la Norvège en 1940 et 10 000 ont été produits pour les forces armées allemandes comme Pistolet 657 (n). [24]

Entre 1927 et 1966, 102 000 pistolets M1911 ont été produits comme Système Colt Modèle 1927 en Argentine, d'abord par la Dirección General de Fabricaciones Militares. Un pistolet similaire, le Ballester-Molina, a également été conçu et produit. [5]

Les pistolets M1911 et M1911A1 ont également été commandés à Colt ou produits dans le pays sous une forme modifiée par plusieurs autres pays, dont le Brésil (pistolet contractuel M1937), le Mexique (pistolet contractuel mexicain M1911 et le pistolet Obregón) et l'Espagne (fabricants privés Star et Llama) .

Seconde Guerre mondiale Modifier

La Seconde Guerre mondiale et les années qui l'ont précédée ont créé une grande demande. Pendant la guerre, environ 1,9 million d'unités ont été achetées par le gouvernement américain pour toutes les forces, la production étant entreprise par plusieurs fabricants, dont Remington Rand (900 000 produits), Colt (400 000), Ithaca Gun Company (400 000), Union Switch & Signal ( 50 000) et Chanteur (500). Les nouveaux pistolets M1911A1 ont reçu une finition en métal parkerisé au lieu de bleuir, et les panneaux de poignée en bois ont été remplacés par des panneaux en plastique marron. Le M1911A1 était une arme légère préférée des militaires américains et alliés pendant la guerre, en particulier, le pistolet était prisé par certaines unités de commandos britanniques et le Special Operations Executive britannique, ainsi que par les forces du Commonwealth sud-africain. [25] [26] [27]

Tant de pistolets 1911A1 ont été produits pendant la guerre que le gouvernement a annulé tous les contrats d'après-guerre pour une nouvelle production, choisissant plutôt de reconstruire les pistolets existants avec de nouvelles pièces, qui ont ensuite été remises en état et testées pour leur fonctionnement. Du milieu des années 1920 au milieu des années 1950, des milliers de 1911 et 1911A1 ont été remis à neuf dans les arsenaux et les dépôts de service américains. Ces reconstructions d'arsenal consistaient en n'importe quoi, des inspections mineures aux révisions majeures des pistolets retournés du service. Les pistolets qui ont été remis à neuf dans les arsenaux gouvernementaux seront généralement marqués sur le cadre/récepteur avec les initiales de l'arsenal, telles que RIA (Rock Island Armory) ou SA (Springfield Armory). [ citation requise ]

Parmi les collectionneurs d'aujourd'hui, les pistolets produits par Singer en particulier sont très prisés et se vendent à des prix élevés même en mauvais état. [28]

Modèle d'officier général Modifier

De 1943 à 1945, un ensemble de ceinture de pistolet M1916 en cuir roux de qualité supérieure a été remis à certains généraux de l'armée américaine. Il était composé d'une ceinture en cuir, d'un étui à rabat en cuir avec une sangle de jambe en cuir tressé, d'une pochette de magazine en cuir à deux poches et d'un cordon en corde. La boucle métallique et les garnitures étaient en laiton doré. La boucle avait le sceau des États-Unis sur la pièce centrale (ou "mâle") et une couronne de laurier sur la pièce circulaire (ou "femelle"). Le pistolet était un M1911A1 standard fourni avec un kit de nettoyage et trois chargeurs.

De 1972 à 1981, un M1911A1 modifié appelé RIA M15 General Officer's Model a été délivré aux officiers généraux de l'US Army et de l'US Air Force. De 1982 à 1986, le M1911A1 régulier a été publié. Les deux sont venus avec une ceinture en cuir noir, un étui ouvert avec sangle de retenue et une pochette de magazine à deux poches. La boucle en métal et les accessoires étaient similaires au modèle d'officier général M1916, sauf qu'il était en métal doré pour l'armée et en métal argenté pour l'armée de l'air.

Utilisation après la Seconde Guerre mondiale

Après la Seconde Guerre mondiale, le M1911 a continué d'être un pilier des forces armées américaines pendant la guerre de Corée et la guerre du Vietnam, où il a été largement utilisé par les rats des tunnels. [29] Il a été utilisé pendant la tempête du désert dans des unités spécialisées de l'armée américaine et des bataillons de construction mobiles de l'US Navy (Seabees), et a servi à la fois dans l'opération Iraqi Freedom et l'opération Enduring Freedom, avec des groupes de forces spéciales de l'armée américaine et des sociétés de reconnaissance de la Force des Marines. . [30]

Cependant, à la fin des années 1970, le M1911A1 a été reconnu pour montrer son âge. Sous la pression politique du Congrès pour normaliser une conception de pistolet moderne unique, l'US Air Force a dirigé un programme conjoint d'armes légères pour sélectionner un nouveau pistolet semi-automatique utilisant la cartouche de pistolet Parabellum 9 mm standard de l'OTAN. Après des essais, le Beretta 92S-1 a été choisi. L'armée a contesté ce résultat et a ensuite organisé son propre concours en 1981, les essais XM9, menant finalement à l'adoption officielle du Beretta 92F le 14 janvier 1985. [31] [32] [33] À la fin des années 1980, la production augmentait malgré un nouveau procès controversé du XM9 et une reconfirmation distincte du XM10 qui a été boycottée par certains participants des procès originaux, des fissures dans les cadres de certains pistolets produits avant le M9 Beretta, et malgré un problème de séparation des lames en utilisant plus que spécifié- des rondes de pression qui ont causé des blessures à certains membres des opérations spéciales de l'US Navy. Ce dernier problème a abouti à un modèle mis à jour qui inclut une protection supplémentaire pour l'utilisateur, le 92FS, et des mises à jour des munitions utilisées. [34] Pendant la guerre du Golfe de 1990 à 1991, des M1911A1 ont été déployés avec des unités de réserve de l'armée américaine envoyées pour participer aux opérations Desert Shield et Desert Storm.

Au début des années 1990, la plupart des M1911A1 avaient été remplacés par le Beretta M9, ​​bien qu'un nombre limité reste utilisé par des unités spéciales. Le Corps des Marines des États-Unis (USMC) en particulier était réputé pour avoir continué à utiliser des pistolets M1911 pour le personnel sélectionné dans les unités MEU (SOC) et de reconnaissance (bien que l'USMC ait également acheté plus de 50 000 pistolets M9. [ citation requise ] ) Pour sa part, le Commandement des opérations spéciales des États-Unis (USSOCOM) a demandé un pistolet .45 ACP dans le cadre des essais du système d'arme de poing offensif (OHWS). Cela a permis au Heckler & Koch OHWS de devenir le système d'arme de poing offensif MK23 Mod 0 (lui-même fortement basé sur la bande de terrain de base de 1911), battant le Colt OHWS, un M1911 très modifié. L'insatisfaction concernant la puissance d'arrêt de la cartouche 9 mm Parabellum utilisée dans le Beretta M9 a en fait favorisé la réadoption des pistolets basés sur la cartouche .45 ACP telle que la conception M1911, ainsi que d'autres pistolets, parmi les unités USSOCOM ces dernières années, bien que le M9 a été prédominant à la fois au sein de SOCOM et dans l'armée américaine en général. [30] Les unités des forces spéciales de l'armée américaine et le SFOD-D continuent d'utiliser des M1911 modernisés. [ citation requise ]

La conception de base du M1911 de Browning a très peu changé tout au long de sa durée de vie. [7] [ page nécessaire ] Le principe de base du pistolet est le recul. [7] [ page nécessaire ] Lorsque les gaz de combustion en expansion forcent la balle dans le canon, ils donnent un élan inverse à la glissière et au canon qui sont verrouillés ensemble pendant cette partie du cycle de tir. Une fois que la balle a quitté le canon, la glissière et le canon continuent vers l'arrière sur une courte distance. [7] [ page nécessaire ]

À ce stade, un lien fait pivoter l'arrière du canon vers le bas, hors des évidements de verrouillage de la glissière, et le canon est arrêté en entrant en contact avec les pattes inférieures du canon contre le cadre. Au fur et à mesure que la glissière se poursuit vers l'arrière, un extracteur à griffes tire le boîtier usé de la chambre de tir et un éjecteur frappe l'arrière du boîtier, le faisant pivoter hors du pistolet à travers le port d'éjection. La glissière arrête alors son mouvement vers l'arrière et est à nouveau propulsée vers l'avant par le ressort de recul pour retirer une nouvelle cartouche du chargeur et l'introduire dans la chambre de tir. À l'extrémité avant de sa course, la glissière se verrouille dans le canon et est prête à tirer à nouveau. Cependant, si le coup tiré était le dernier coup dans le chargeur, la glissière se verrouillera en position arrière, ce qui informe le tireur de recharger en éjectant le chargeur vide et en insérant un chargeur chargé, et facilite (en étant vers l'arrière) le rechargement de la chambre , ce qui est accompli soit en tirant légèrement la glissière vers l'arrière et en la relâchant, soit en appuyant sur la butée de glissière, qui libère la glissière pour avancer sous la pression du ressort, retirez une nouvelle cartouche du chargeur et insérez-la dans la chambre de tir. [7] [ page nécessaire ]

Il n'y a aucune fixation d'aucun type dans la conception de 1911, à l'exception des vis de poignée. Les principaux composants du pistolet sont maintenus en place par la force du ressort principal. Le pistolet peut être « dénudé sur le terrain » en rétractant partiellement la glissière, en retirant la butée de glissière et en retirant ensuite la bague du canon. Le démontage complet (et le remontage ultérieur) du pistolet avec ses composants peut être effectué en utilisant plusieurs composants retirés manuellement comme outils pour terminer le démontage. [ citation requise ]

L'armée a mandaté une sécurité de préhension et une sécurité manuelle. [7] [ page nécessaire ] Une sécurité de préhension, une déconnexion de gâchette, une butée coulissante, une position à demi-coq et une sécurité manuelle (située à l'arrière gauche du cadre) sont présentes sur tous les M1911A1 standard. [7] Plusieurs entreprises ont développé un bloc percuteur de sécurité. La série 80 de Colt utilise une gâchette actionnée par un et plusieurs autres fabricants, dont Kimber et Smith & Wesson, utilisent une sécurité de percuteur Swartz, qui est actionnée par la sécurité de la poignée. [35] [36] Le langage mettant en garde contre le fait d'appuyer sur la gâchette avec le deuxième doigt a été inclus dans le manuel M1911 initial, [37] et les manuels ultérieurs jusqu'aux années 1940.

La même conception de base a été proposée dans le commerce et a été utilisée par d'autres armées. En plus du .45 ACP (Automatic Colt Pistol), des modèles chambrés pour .38 Super, 9 × 19 mm Parabellum, 7.65 mm Parabellum, 9 mm Steyr, [38] .400 Corbon et d'autres cartouches étaient proposés. Le M1911 a été développé à partir de conceptions semi-automatiques Colt antérieures, tirant des obus tels que .38 ACP. The design beat out many other contenders during the government's selection period, during the late 1890s and early 1900s, up to the pistol's adoption. The M1911 officially replaced a range of revolvers and pistols across branches of the U.S. armed forces, though a number of other designs have seen use in certain niches. [39]

Despite being challenged by newer and lighter weight pistol designs in .45 caliber, such as the Glock 21, the SIG Sauer P220, the Springfield XD and the Heckler & Koch USP, the M1911 shows no signs of decreasing popularity and continues to be widely present in various competitive matches such as those of USPSA, IDPA, IPSC, and Bullseye. [9]

MEU(SOC) pistol Edit

Marine Expeditionary Units formerly issued M1911s to Force Recon units. [40] Hand-selected Colt M1911A1 frames were gutted, deburred, and prepared for additional use by the USMC Precision Weapon Section (PWS) at Marine Corps Base Quantico. [40] They were then assembled with after-market grip safeties, ambidextrous thumb safeties, triggers, improved high-visibility sights, accurized barrels, grips, and improved Wilson magazines. [41] These hand-made pistols were tuned to specifications and preferences of end users. [42]

In the late 1980s, the Marines laid out a series of specifications and improvements to make Browning's design ready for 21st-century combat, many of which have been included in MEU(SOC) pistol designs, but design and supply time was limited. [42] Discovering that the Los Angeles Police Department was pleased with their special Kimber M1911 pistols, a single source request was issued to Kimber for just such a pistol despite the imminent release of their TLE/RLII models. [43] Kimber shortly began producing a limited number of what would be later termed the Interim Close Quarters Battle pistol (ICQB). Maintaining the simple recoil assembly, 5-inch barrel (though using a stainless steel match grade barrel), and internal extractor, the ICQB is not much different from Browning's original design. [43]

In July 2012, the U.S. Marines placed a $22.5 million order with Colt for 12,000 M1911 pistols for MEU(SOC) forces. [44] The new 1911 was designated M45A1 or "Close Quarters Battle Pistol" CQBP. The M45A1 features a dual recoil spring assembly, Picatinny rails and is cerakoted tan in color.

M45A1 pistols continue to see usage today with USMC Force Recon Battalions, in addition to other specialized USMC units.


Legal and ethical challenges [ edit | modifier la source]

The law of armed conflict requires that, to use force, "combatants" must distinguish individuals presenting a threat from innocent civilians. This basic principle is accepted by all disciplined militaries. In the counterinsurgency, disciplined application of force is even more critical because our enemies camouflage themselves in the civilian population. Our success in Iraq depends on our ability to treat the civilian population with humanity and dignity, even as we remain ready to immediately defend ourselves or Iraqi civilians when a threat is detected. Δ]


Addenda

Cultural Smart card for Iraq

We have mentioned Death Cards and Calling Cards and before we end this article we should mention the latest military use of cards, the “Themes and messages Cards” and the “Smart Card.” We have seen them used in both Iraq and Afghanistan and they are usually very professional, full-color coated cards that can be carried by the soldier and give him information, on religion, culture, customs and other important subjects.

Les Commander’s Handbook for Strategic Communication and Communication Strategy, Version 3.0, US Joint Forces Command Joint Warfighting Center, 24 June 2010 says:

As an augmentation to training, cards can be a useful way to provide each soldier and United States Government member a handy reference to study and use as needed. Two very successful examples, used by the US Southern Command and the US Central Command are “Themes and Messages Cards,” and “Cultural Smart Cards.”

Units issue each soldier a card with key themes and messages to carry with them at all times. This approach is designed to synchronize words and activities all the way down to the individual level. This card helps soldiers and participants consistently communicate the desired message and guides their actions during unanticipated circumstances.

Another tool that facilitates understanding and interaction is the Cultural Smart Card, issued to each soldier in Iraq. These cards serve as a quick-guide to cultural understanding. They contain key religious facts (five pillars of Islam, key dates, and associated behaviors), customary dress (male and female) and gestures, major ethnic and cultural groups, cultural customs, and history.

The Japanese Ace of Hearts Leaflet

Before we leave the subject of a playing card ace being used to bear a message during wartime, we should mention that it is not only the ace of spades that has been used for PSYOP purposes. Here is a rare WWII Japanese leaflet that uses the ace of hearts to spread its propaganda message to American troops trapped on the Philippine Islands during the early days of the war. The original message is full of spelling and grammatical errors. We have edited it to make it more readable.

You have reached the Philippines at long last. We can well imagine the big-shots who planned the Philippine operations bottoms-upping comfortably back at home. But have you front-line soldiers ever stopped to think about the enormous losses America has suffered so far? The amount of material already consumed if used otherwise, might have turned some South American countries into first class nations. How about human lives? Your comrades have been killed in as great a number as the cattle butchered at the Chicago stockyard. The number of maimed and disabled men, or of those driven insane, exceeds by far the total capacity of all hospitals in the U.S. , and yet this stupendous sacrifice of men and material has not put an end to this war. Even a greater exhaustion is just beginning as the war rages on a far greater scale than here-to-fore. This you know better than anybody else because you are standing at the head of a long procession of final victims. But why are you marching to the southwestern Pacific? Because it is the will of your country. Then, why must you obey the will of your country.? Because you, and all your fellow-countrymen as well , share in the benefit of your country. But can those people who decide the will of the country he never under any delusion? Sometimes they are, it is true. BECAUSE, AS IT HAPPENS TO BE TRUE HERE, IT IS POSSIBLE FOR ONE LEADER ALONE, WHEN OBESSED BY DELUSIONS, TO SEND MILLIONS OF INNOCENT MEN INTO THE JAWS OF DEATH.

A Good Luck Heart Royal Flush

This photograph depicts young Marine PFC John L. Lewis during the siege of Khe Sanh in February 1968 during the Vietnam War. Notice he has placed an entire Heart Royal Flush on his helmet for good luck.

The 1st Special Service Force Death Card

Author’s note: Although this article is mostly about the use of the Ace of Spades for a death card, what may be the earliest death cards on record are those left on the bodies of dead German soldiers in Italy during WWII by the joint American-Canadian 1st Special Service Force. This commando unit was trained at Fort Harrison in the United States . Their patch was a red spearhead with the words “ USA ” written horizontally and “ CANADA ” written vertically. The unit was deployed to Italy in 1943 and immediately earned a reputation for being able to take impenetrable objectives when no one else could. In one operation they wiped out a strategic enemy defensive position that sat high atop a mountain surrounded by steep cliffs. Previously, American, and British forces had been unable to take the same target.

During the battle around Anzio the unit became known as “The Devil’s Brigade.” Allegedly, the diary of a dead German soldier had the comment: “ Die schwarzen Teufel (the black devils) are all around us every time we come into the line.” The brigade's members smeared their faces with black boot polish for their nighttime covert operations. During the Anzio campaign, the brigade fought for 99 days without relief. It was there that they first used their trademark death cards. The brigade members carried cards depicting the unit patch and a slogan written in German: Das dicke Ende kommt noch ("The worst is yet to come"). They were allegedly left on dead German soldiers or on destroyed vehicles or fortifications. A Smithsonian Channel short film entitled How Psychological Warfare scared German Troops says that the cards were actually gummed stickers and often stuck on the helmets of German soldiers they killed.

This leaflet was produced by the Soviet Union during WWII. One side shows a smiling German soldier holding playing cards and on the side that interests us, a frowning Adolf Hitler is depicted crossed out on an ace of hearts. A bloody axe is shown over the ace symbol. The message in German and Russian says:

This leaflet is considered a safe conduct pass at your capture

Death Playing Cards package made to look like a pack of Cigarettes

Curiously, after years of trying to bar the use of the so-called “death cards,” the United States Army is now using them for educational purposes. Mickey Weedon of Life or Death Playing Cards, San Luis Obispo, CA, told me:

“Death Cigarette Playing Cards” have 14 different cigarette characters with 52 different reasons to not smoke. “Death on Drugs Playing Cards” has 14 different drug characters such as King Heroin, Queen Cocaine, Jack Crack, Ace Alcohol, Joker Smoker, and so on. The Military has become my biggest customer. The Military loves the whole "Death" look of these decks and the troops keep and use the decks unlike other tobacco and drug education materials they just toss in the trash. People keep and use playing cards, brochures end up in the trash. A 55 card deck has 3 times the printable surface as a brochure. I am currently working with the head of the Army's Drug Demand Reduction world wide unit. The “Death on Drugs” deck will have the Army logo on it! In November of 2010, I was contacted by Military Senior Instructor Farhana Qazi who wondered if he could use some of the images from this article for a new class he was teaching. He is a member of the Afghanistan/Pakistan (AFPAK) Regional Cultural Training Team, and had created a presentation called "House of Cards" for the AFPAK region. He needed images to convey to the students that this use of playing cards to educate is not new concept and has historical roots. He said of the cards:

I have copied some of the images from your website, namely the Ace of Spades images to help the students visualize the effect of these playing cards. We have created a set of cards that we call “Faces of the Region,” which, unlike the death cards, is an effort to capture the “real” people of Pakistan and Afghanistan. We use the model and framework of the playing cards but have a different purpose and teaching objective.

GTA 30-1-23 – BE A WINNER – February 1977

The use of the ace of spades for training purposes seems to be quite old. Checking through some old files recently I found my ancient Soldiers Guide to Combat Intelligence and four of the cards depicted the ace of spades and lessons on Challenge and Password, Communications Security Tips, Noise and Light Discipline and Cover and Concealment.

Non-Military use of the Ace of Spades as a Motivator

The Ace of Spades is still used today by some organizations as a motivator. Matthew W. Carlson wrote to me in April 2012 and told me that he knew the military history of the Ace of Spades from his brother who was a helicopter door-gunner and thought that it would be a terrific motivator for his fire team. He is now a Driver-Operator & Hazmat Specialist for the Oshtemo Fire Department in Kalamazoo, Michigan. He started a tradition of presenting an Ace of Spades to selected fire fighters to remind them that death can happen at any time, to prepare for it, and fight against it. He told me:

Each card bears the motto, “Get ready--stay ready.” The card is taped inside the fire helmet as a reminder of our purpose, “to save lives and protect property.” For every fire death we have, the card gets a single mark--like a tally score. Every mark increases the sense of purpose. For guys with no marks yet, it's a reminder that their time is coming. It's a powerful reminder of purpose and calling every time we don the helmet.

A band by the name of The Quakes produced an album in 2006 entitled PSYOPS. Inside, they depicted nine images of Death Cards which came from this article. I depict the page here.

Regardless of what you have heard, that is not your author on the cover of the Japanese reprint of this article.


Voir la vidéo: Lotar Eilat - Israeli counter-terrorism unit (Octobre 2021).