Podcasts sur l'histoire

La "tempête du siècle" frappe l'est des États-Unis

La

La soi-disant «tempête du siècle» a frappé l'est des États-Unis, tuant des centaines de personnes et causant des millions de dollars de dégâts, le 25 novembre 1950. Également connue sous le nom de «tempête des Appalaches», elle a déversé des quantités record de neige dans certaines parties des Appalaches.

Se formant sur la Caroline du Nord juste avant Thanksgiving, la tempête s'est rapidement déplacée vers le nord, frappant l'ouest de la Pennsylvanie, l'est de l'Ohio et la Virginie-Occidentale. Ces zones ont été recouvertes de plusieurs pieds de neige pendant plusieurs jours et les déplacements ont été impossibles pendant près d'une semaine à certains endroits.

Une tempête de vent qui l'accompagnait couvrait une zone beaucoup plus vaste. La ville de New York a enregistré une rafale de vent de 94 milles à l'heure. À Bear Mountain, juste au nord de la ville, une rafale de 140 mph a été enregistrée. Les vents dans toute la Nouvelle-Angleterre étaient de la force d'un ouragan. De plus, les marées hautes et les vagues entraînées par le vent ont battu le littoral. Sur le bord sud de la tempête, des températures record ont été enregistrées au Tennessee et en Caroline du Nord, même sans le refroidissement éolien. À Mount Mitchell, en Caroline du Nord, une température de 26 degrés en dessous de zéro a été enregistrée.

La tempête était unique, cependant, car elle comportait non seulement des vents extrêmement forts et de la neige abondante, mais aussi des températures élevées et basses record. À Pittsburgh, 30 pouces de neige sont tombés dans une tempête de neige aveuglante. Plus au nord, Buffalo n'a pas vu de neige, mais a connu des vents de 50 milles à l'heure et des températures de 50 degrés. Paul Kocin, un expert de Weather Channel, a déclaré que cette tempête "avait le plus grand contraste d'éléments météorologiques dans probablement n'importe quelle tempête, y compris la super tempête de mars 1993".

Les conditions météorologiques extrêmes ont été jugées responsables de la perte de 160 vies en plusieurs jours.

REGARDER: Mystères météorologiques extrêmes


Tempête du siècle

Tempête du siècle, également connu sous le nom La tempête du siècle de Stephen King, est une mini-série télévisée d'horreur américaine de 1999 écrite par Stephen King et réalisée par Craig R. Baxley. Contrairement à de nombreuses autres adaptations télévisées de l'œuvre de King, Tempête du siècle n'était pas basé sur un roman mais était un scénario original écrit par l'auteur et directement produit pour la télévision. King a décrit le scénario comme un « roman pour la télévision ». [1] Le scénario a été publié en tant que livre grand public en février 1999 avant la diffusion télévisée de la mini-série. [2]

Le roi a appelé Tempête du siècle son favori personnel de toutes les productions télévisées liées à ses œuvres. [3]


«La tempête du siècle» a critiqué Sunshine State il y a 28 ans

article

Avec l'aimable autorisation : Service météorologique national

TAMPA, Floride - Une super tempête qui a produit des rafales de vent de plus de 90 mph, des tornades et une onde de tempête dévastatrice et mortelle a frappé la Floride et l'est des États-Unis tard le 12 mars et tôt le matin le 13 mars 1993, selon le National Weather Service.

De nombreux habitants de la Floride l'ont appelé la "tempête sans nom", car ils disent que c'était un ouragan de mars sans nom, bien plus gros qu'un ouragan. Au nord, il a été appelé le &# x2018Blizzard du siècle,&# x2019, car il a fait chuter les températures, a déversé de la neige, a cassé des arbres et a coupé le courant sur une large bande allant de l'Alabama et de la Géorgie au Maine.

Selon le National Weather Service, la tempête a causé 2 milliards de dollars de dégâts matériels dans certaines parties de 22 États de l'est des États-Unis, la plupart des dégâts étant en Floride.

Selon le National Weather Service, cinq jours avant que la tempête n'atteigne terre, les modèles informatiques prévoyaient un développement rapide d'une dépression intense sur le golfe du Mexique.

Avec l'aimable autorisation : Service météorologique national

Au fil de la semaine, les modèles de prévisions numériques ont continué à montrer le même développement incroyable. En amont, les courants-jets arctique, polaire et subtropical se confondaient et un profond flux d'humidité tropicale sur le golfe du Mexique arrivait au nord de la mer des Caraïbes. Ces facteurs de fusion règlent la minuterie de l'explosion imminente. Certains prévisionnistes l'ont qualifié de "bombe météorologique".

Les vents les plus forts de la tempête ont été enregistrés à :

  • 110 mph Franklin County, Floride
  • 109 mph Dry Tortugas, Floride
  • 101 mph Flattop Mountain, Caroline du Nord
  • 144 mph Mount Washington, NH

Selon le National Weather Service, la ligne de grains se déplaçant rapidement a produit 59 000 éclairs nuage-sol et au moins 11 tornades en Floride. Trois personnes sont mortes à la suite de la tornade F2 près de Chiefland dans le comté de Levy et plusieurs autres ont été tuées dans des tornades dans les comtés d'Alachua et de Lake. 

Avec l'aimable autorisation : Service météorologique national

Le National Weather Service dit que 13 personnes se sont noyées dans une onde de tempête sans précédent de 12 pieds dans le comté de Taylor, en Floride. 

Selon le National Weather Service, les avertissements avancés ont sauvé des vies avec moins de 100 victimes directes, dont la moitié se trouvaient à bord de navires dans des mers estimées à 65 pieds. 118 autres personnes ont péri de causes indirectes et beaucoup sont décédées lors du nettoyage après la tempête.


Chemin de la tempête

Les 11 et 12 mars, les températures dans l'est des États-Unis ont considérablement chuté alors qu'un système anticyclonique s'est construit sur les Grandes Plaines et le Midwest. Au même moment, une dépression se formait dans le golfe du Mexique. Un courant-jet subtropical s'est formé exceptionnellement loin au sud en Amérique centrale s'étendant du Honduras à la Jamaïque. Le courant-jet a fusionné avec la zone de basse pression du golfe du Mexique, créant un cyclone qui s'est déplacé rapidement à travers la Floride et Cuba. La tempête s'est déplacée dans l'est des États-Unis, déposant plusieurs pouces de neige à Washington DC avant de traverser le Canada.


La tempête du siècle 1993

La « tempête du siècle » de mars 1993 a frappé la côte du golfe de Floride tard le vendredi 12 mars 1993 et ​​a continué à frapper la Floride et les États au nord samedi. Pourquoi l'a-t-on appelé la tempête du siècle ? Pour les résidents de la Floride, il s'agissait d'un ouragan de mars "sans nom" créant des rafales de vent de plus de 90 mph, des tornades et une onde de tempête dévastatrice et mortelle. Mais c'était beaucoup plus gros qu'un ouragan. Pour les résidents plus au nord, cela s'appelait « le blizzard du siècle ».

La super tempête a causé plus de 2 milliards de dollars de dommages matériels dans des parties de 22 États de l'est des États-Unis. La plupart des dommages matériels se sont produits en Floride. Les avertissements avancés ont sauvé des vies avec moins de 100 victimes directes et la moitié d'entre elles étaient sur des navires dans des mers estimées à 65 pieds. 118 autres personnes ont péri de causes indirectes et beaucoup sont décédées lors du nettoyage après la tempête.

Cinq jours à l'avance, les modèles informatiques prévoyaient un développement rapide d'une dépression intense sur le golfe du Mexique. Au début, il était difficile de croire qu'une faible dépression puisse s'approfondir jusqu'à des pressions beaucoup plus basses en si peu de temps. Certains prévisionnistes ont utilisé le terme « bombe météorologique » ! Au fil de la semaine, les modèles de prévisions numériques ont continué à montrer le même développement incroyable. Cela arrivait pourtant. En amont, les courants-jets arctique, polaire et subtropical se confondaient et un profond flux d'humidité tropicale sur le golfe du Mexique arrivait au nord de la mer des Caraïbes. Ces facteurs de fusion règlent la minuterie de l'explosion imminente.

Les vents hurlaient alors que la tempête se déplaçait vers le nord avec les rafales de vent les plus fortes enregistrées à ces endroits :
&bull 110 mph Franklin County, Floride
&bull 109 mph Dry Tortugas, FL
&bull 101 mph Flattop Mountain, Caroline du Nord
&bull 144 mph Mount Washington, NH

La ligne de grains en mouvement rapide a produit 59 000 éclairs nuage-sol alors qu'elle se déplaçait vers le rivage. Au moins 11 tornades ont été signalées avec la tempête alors qu'elle traversait l'État. La tornade F2 près de Chiefland dans le comté de Levy a fait 3 morts. D'autres victimes de tornades ont été signalées dans les comtés d'Alachua et de Lake.

Le Superstorm a créé une onde de tempête sans précédent jusqu'à 12 pieds dans le comté de Taylor bien au nord de Tampa Bay dans le Big Bend de Floride. La montée subite a noyé 13 personnes.

Carte des tornades et des dommages causés par le vent

Onde de tempête associée à la tempête du siècle

Boucle de radar météorologique de Melbourne
à partir de 23h le vendredi jusqu'à 1h15 le samedi

Radar de prévision deux jours avant l'événement
La puissance informatique était très limitée en 1993. Aujourd'hui, nous avons
après simulation sur un PC haut de gamme. La simulation a montré
une puissante ligne de grains se déplaçant en Floride en 2 jours. Le modèle
a fait un excellent travail et n'était qu'à environ 4 heures de retard sur le calendrier.

Comment était-ce de travailler l'événement?

Charlie Paxton était le prévisionniste de service pendant la journée du vendredi 12 mars 1993 et ​​est revenu ce soir-là pour émettre des avertissements pour l'événement. Il se souvient avoir travaillé la tempête cette nuit-là :

&ldquoQuand je suis arrivé, l'imagerie satellite du bureau montrait la ligne de grains courant vers l'est à 70 mph ! Notre équipe a émis 26 avertissements et le délai d'exécution variait de 30 minutes à plus de deux heures ! J'ai amélioré le libellé de tous les avertissements pour indiquer des vents de plus de 90 mph ! Les avertissements standard indiquent généralement des rafales de vent supérieures à 55 mph. Des 6 tornades dans notre région. les délais étaient tous supérieurs à 20 minutes, le délai le plus long étant de 48 minutes. Souvenez-vous, nous utilisions l'ancien radar WSR-57. Nous n'avions pas de Doppler. Nous avions un processeur attaché au radar appelé RADAP et j'avais écrit un logiciel pour faire des calculs sur la gravité des cellules et cela m'a vraiment aidé. &ldquo

&ldquoNous avons utilisé un PC XT pour envoyer des produits via notre système de communication principal appelé AFOS. Nous avons communiqué avec l'opérateur Melbourne WSR-88D qui a aidé à identifier les circulations tornades à portée de leur radar. Nous avons utilisé la ligne NAWAS pour communiquer avec les centres des opérations d'urgence du comté. Nous avons également reçu un certain nombre de rapports des médias locaux. Nous avions un numéro 800 à la disposition du public. Notre téléphone n'a cessé de sonner. Les gens ont été choqués par l'intensité de la tempête et nous ont fourni de nombreux témoignages de dégâts.»

Beaucoup à Yankeetown et à Inglis se sont réveillés pour trouver de l'eau dans leurs maisons. Beaucoup ont estimé que la tempête sans nom est arrivée sans avertissement. Un avertissement d'inondation côtière était en vigueur, mais il ne s'agissait pas d'une inondation ordinaire. La communication des événements d'inondations côtières non tropicales et tropicales continue d'être un défi aujourd'hui. Le National Weather Service travaille avec des sociologues pour développer et fournir un avertissement efficace aux ondes de tempête pour nos communautés côtières.


Contenu

L'état atmosphérique précédent était l'une des conditions de La Niña, la phase froide d'ENSO, qui favorise une trajectoire de tempête des vallées de l'Ohio et du Tennessee jusqu'aux Appalaches. [7] Le cyclone s'est initialement formé dans le sud-est de la Caroline du Nord près d'un front froid le matin du 24 novembre alors que le cyclone principal sur les Grands Lacs s'affaiblissait. [1] Un développement rapide s'est ensuivi lorsque le centre de surface a commencé à migrer de nouveau dans un cyclone fermé de niveau 500 hPa (14,75 inHg) (environ 6 000 m/20 000 pi au-dessus du niveau de la mer), et le cyclone a bombardé tout en se déplaçant vers le nord à travers Washington DC la prochaine Matin. L'ancien front occlus à son nord-ouest est devenu un front chaud qui s'est déplacé vers l'ouest autour du centre dépressionnaire sud en renforcement et maintenant dominant. Dans la soirée du 25 novembre, le cyclone a rétrogradé, ou s'est déplacé vers le nord-ouest, dans l'Ohio en raison d'une crête bloquante dans l'est du Canada. C'est à cette époque que le gradient de pression était le plus intense dans le sud de la Nouvelle-Angleterre et l'est de New York. Une vaste zone de +4 écart type de vents de 850 mb s'est produite. [8] Le cyclone s'est déplacé vers l'ouest sur le lac Érié au nord du cyclone supérieur avant de boucler sur l'Ohio lorsque les centres de cyclone de bas et de moyen niveau se sont couplés. Une convection importante dans sa tête de virgule a conduit au développement d'un isolement chaud, ou d'une poche d'air chaud de bas niveau, près de son centre, ce qui a contribué au développement ultérieur en raison des taux de déchéance accrus qu'un environnement de bas niveau plus chaud offre sous une dépression froide. Après que le système se soit empilé avec de l'altitude, la tempête s'est lentement ralentie alors qu'elle dérivait vers le nord et le nord-est dans l'est du Canada au cours des quelques jours suivants. [9]

Ce cyclone extratropical s'est rapidement intensifié en remontant le côté est des Appalaches les 24 et 25 novembre et s'est poursuivi jusqu'au 27 novembre. Des inondations côtières ont été observées le long de la côte américaine du New Jersey vers le nord.

Sud-Est Modifier

En Alabama, les plus bas records de tous les temps pour novembre ont été établis à Birmingham 5 °F (−15 °C), Mobile 22 °F (−6 °C) et Montgomery 13 °F (−11 °C). Dans toute la Floride, des records de tous les temps pour novembre ont été établis à Apalachicola (24 °F), Pensacola (22 °F) et Jacksonville (23 °F). En Géorgie, les plus bas records de tous les temps pour novembre ont été établis à Atlanta (3 °F), Columbus (10 °F), Augusta (11 °F) et Savannah (15 °F).

Kentucky Modifier

Un record de tous les temps pour novembre a été établi à Louisville (−1 °F).

New Hampshire Modifier

Concord a enregistré une rafale de vent de 110 miles par heure (180 km/h) au plus fort de la tempête. Les vents au mont Washington ont atteint 160 miles par heure (260 km/h).

New York Modifier

Des vents soutenus de 50 à 60 mph (80 à 100 km/h) avec des rafales à 83 miles par heure (134 km/h) ont été enregistrés à Albany, New York. Une rafale de vent de 94 miles par heure (151 km/h) a été enregistrée à New York. D'importants dégâts ont été causés par le vent à travers New York, notamment une chute massive d'arbres et des pannes de courant. [10] Les inondations côtières ont violé les digues à l'aéroport de LaGuardia, inondant les pistes. [11] Les inondations se sont étendues au bureau de gestion des urgences de la ville de New York dans le Lower East Side, à Manhattan. [12]

Connecticut Modifier

Dégâts causés par le vent et les inondations causées par les marées le long de la côte. Sur les structures côtières et les voies ferrées emportées. Des charrues étaient nécessaires pour enlever le sable des routes côtières. Toits arrachés sur la côte et à l'université du Connecticut. La marée à New London était de 7,58 pieds MLLW, la troisième plus élevée des 100 dernières années. Hartford a eu des vents soutenus de 70 MPH, les plus élevés jamais enregistrés, des rafales de 100 MPH, également les plus élevées jamais enregistrées, ont été enregistrées à 3 occasions distinctes. Le vent soutenu de 62 MPH enregistré à Bridgeport est le 4ème plus élevé jamais enregistré. Autres rafales 88 MPH à Bridgeport et 77 MPH à New Haven. [8]

New Jersey Modifier

Une rafale de vent de 108 mph (173,8 km/h), la plus forte jamais enregistrée dans le New Jersey, s'est produite à Newark. [13]

Caroline du Nord Modifier

Les plus bas records de tous les temps pour novembre ont été établis à Asheville 1 °F (−17 °C) et Wilmington 16 °F (−9 °C).

Ohio Modifier

Du côté ouest de la tempête, près d'un pied de neige est tombé sur Dayton, Ohio, qui, combiné au vent et aux températures froides, est devenu leur pire blizzard jamais enregistré. [14] Presque tout l'État était recouvert de 10 pouces (25 cm) de neige, 20 à 30 pouces (50-75 cm) étant mesurés dans les sections orientales de l'Ohio. Le signalement le plus élevé était de 44 pouces (110 cm) de Steubenville. [15] Les congères étaient jusqu'à 25 pieds (7,6 m) de profondeur. Les vents ont dépassé 40 miles par heure (64 km/h) avec des rafales atteignant 60 miles par heure (97 km/h). Des bulldozers ont été utilisés pour dégager les routes. [1] Malgré les vents violents et la neige, le match de football annuel entre l'Université du Michigan et l'Ohio State University s'est déroulé comme prévu à Columbus et a été surnommé le Snow Bowl. Lorsque la neige a fondu au cours des quatre premiers jours de décembre, des inondations ont eu lieu à Cincinnati.

Pennsylvanie Modifier

Au plus fort de la tempête, des inondations record à presque record se sont produites le long du côté est des Appalaches dans les sections est et centrale de l'État. Le Schuylkill au barrage de Fairmount a atteint son plus haut niveau depuis 1902. [2] À Pittsburgh, 30,5 pouces (77 cm) de neige se sont accumulés à cause de ce cyclone. Des réservoirs ont été utilisés pour dégager la neige résultante. [16] Lorsqu'une vague de chaleur a visité la région pendant les quatre premiers jours de décembre, les inondations de la rivière ont frappé Pittsburgh.

Caroline du Sud Modifier

Les plus bas records de tous les temps pour novembre ont été établis à Charleston (17˚F) et Greenville (11˚F).

Tennessee Modifier

Les plus bas records de tous les temps pour novembre ont été établis à Chattanooga (4˚F), Knoxville (5˚F), Memphis (9˚F) et Nashville (−1˚F).

Virginie-Occidentale Modifier

Parkersburg a enregistré 34,4 pouces (87,3 cm) de chutes de neige lors du passage de cette dépression, qui a dépassé de plus de 5 pouces (13 cm) son mois de novembre le plus enneigé jamais enregistré. Pickens a signalé la quantité la plus élevée de n'importe où dans le cyclone, avec 57 pouces (140 cm) mesurés. Novembre 1950 est devenu le mois le plus enneigé jamais enregistré en Virginie-Occidentale. [17] Cette neige remarquablement lourde a conduit à 160 décès.

Ontario Modifier

Ce système a été une tempête de neige majeure pour la région, avec 12 pouces (30 cm) à Toronto le 24 novembre. Cela a établi un record de chutes de neige en une seule journée en novembre. [18]

Ce cyclone a été utilisé comme cas test pour certaines des premières tentatives de modélisation numérique de l'atmosphère, et est toujours utilisé comme étude de cas pour exécuter des versions récentes de modèles de prévision. Ces études ont contribué à créer ce qui est maintenant connu sous le nom de National Centers for Environmental Prediction. [19]

Les tempêtes du 8 au 10 novembre 1913, du 22 au 25 octobre 1923 et du 19 au 22 novembre 1952 ont été considérées comme analogues à ce cyclone. [20] Malgré leurs similitudes, il existe quelques différences. Par exemple, l'événement de 1913 a été beaucoup plus destructeur pour la navigation sur les Grands Lacs, tandis que la tempête de 1950 a causé de plus grandes quantités de neige.


10 pires Nor'easters de tous les temps

La plupart des gens peuvent repérer les phénomènes météorologiques violents : vents en rafales, accumulation de neige, pluie battante. En dehors de ces indicateurs évidents, cependant, il existe quelques caractéristiques spécifiques attribuées aux nor'easters.

Ces tempêtes cycloniques rôdent sur la côte est des États-Unis et du Canada, apportant avec elles des précipitations propulsées par des vents de force ouragan venant du nord-est. En fait, le nom "nor'easter" est un clin d'œil aux origines des vents forts des tempêtes.

De septembre à avril, la côte est des États-Unis est battue par jusqu'à 40 nord-est s'étendant sur des centaines, voire des milliers, de kilomètres de diamètre. Les Nor'easters se forment lorsque les vents froids du nord-est soufflent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre autour d'une zone de basse pression. Au fur et à mesure que l'air chaud monte du sud et de l'est, la croissance de la tempête est alimentée par l'eau chaude du Gulf Stream, accumulée à côté de la côte est. La différence de température entre l'air chaud au-dessus de l'eau et l'air froid au-dessus de la terre est la zone où les nor'easters sont générés. Une fois que les tempêtes atteignent la région de la Nouvelle-Angleterre, elles provoquent souvent des inondations généralisées, des dommages matériels et une érosion côtière. Bien que tous les nor'easters ne soient pas sévères, tous ont le potentiel de devenir sévères lorsque des pluies ou des chutes de neige massives, des ondes de tempête océaniques et des vents violents se combinent [source : National Oceanic and Atmospheric Administration].

Bien que ce mélange mortel de conditions se soit produit à plusieurs reprises, il y a quelques nord-est qui se démarquent de la foule. Des pertes en vies humaines à l'ampleur, nous examinons de plus près les 10 pires nord-est de tous les temps, à commencer par un blizzard dans les années 1800 qui fait encore parler les gens.

10 : Grand blizzard de 1888

En 1888, les habitants de la côte nord-est des États-Unis s'attendaient à ce que mars entre comme un lion et reparte comme un agneau. Personne, semble-t-il, n'avait anticipé la morsure du grand blizzard de 1888.

Tout comme la population de la Grosse Pomme se préparait pour quelques jours doux suivis de douces averses de pluie, il y avait une convergence d'air arctique du nord et d'air chaud du sud. Du 11 au 14 mars 1888, la tempête qui a suivi a fait tourbillonner des vents glacials et de la neige autour de l'est, laissant plus de 55 centimètres de flocons dans son sillage. Même la célèbre East River de la ville a gelé, formant un pont de glace qui, étonnamment, était une route plus praticable que celles de la ville elle-même. Des milliers de personnes ont traversé Manhattan à Brooklyn sur ce pont de glace.

Les effets de la tempête ont été bien documentés à New York. Le nor'easter historique a fermé la métropole. Il a piégé des passagers dans les wagons de New York pendant des jours, a cassé des lignes téléphoniques et télégraphiques surélevées et a causé la mort de 200 personnes. 200 autres ont été tués dans tout le nord-est.

Des jours périlleux à la lueur des bougies a émergé une nouvelle réalité, celle qui a conduit à un système de transport souterrain connu sous le nom de métro. Cela a également entraîné une modification de l'infrastructure de la ville qui a établi la norme pour de nombreuses zones très peuplées d'aujourd'hui à travers les États-Unis : l'enfouissement des câbles de communication et d'électricité sous terre [source : Weissman, Wingfield].

9 : La tempête du siècle - 1950

Ce nor'easter était un grand, affectant près de deux douzaines d'États de l'est des États-Unis. Jersey vers le nord, a tué plus de 300 personnes et causé 70 millions de dollars de dégâts causés par la tempête [source : NOAA]. Pourtant, ce sont les vents de force ouragan et les fortes chutes de neige qui persistent dans la mémoire de la plupart des survivants.

Dans l'Ohio, par exemple, la tempête du week-end de Thanksgiving a laissé tomber jusqu'à 33 pouces (84 centimètres) de neige qui a dérivé jusqu'à des sommets, grâce à des vents atteignant 60 milles à l'heure. Bien que les fans et les joueurs aient quand même réussi à se frayer un chemin à travers un match de football entre l'État de l'Ohio et le Michigan dans un stade de Columbus, dans l'Ohio, la neige a interrompu la plupart des activités. Les bâtiments s'effondraient sous le poids de la neige et des bulldozers ont été utilisés pour dégager les rues. Même la garde nationale de l'Ohio est intervenue pour transporter les gens vers les hôpitaux ou livrer des rations d'urgence à ceux qui étaient enneigés [source : Ohio Historical Society]. Dans d'autres États, comme la Virginie-Occidentale, plus de 62 pouces (157 centimètres) de neige ont été signalés.

Et la plupart des gens ne l'ont jamais vu venir. Les méthodes de prévision du jour étaient manuelles, souvent laissées aux appareils et aux conjectures de chaque météorologue. Personne, pas même ceux qui ont créé les prévisions météorologiques, n'a prédit à quel point la tempête serait dommageable – et n'a pas non plus été en mesure d'en avertir les gens. En conséquence, les Centres nationaux de prévision environnementale ont été créés. Les informations recueillies lors de la tempête de novembre 1950 sont encore utilisées aujourd'hui. En 1993, cela a permis d'avertir les autres d'une autre tempête monstre, également surnommée "Storm of the Century" [source : Pickhardt].

8 : La tempête du mercredi des Cendres de 1962

La plupart des Nor'easters se déplacent rapidement, se précipitant dans et hors des zones densément peuplées. En 1962, cependant, la tempête du mercredi des Cendres est restée bien au-delà de son accueil. Aucune autre tempête hivernale au cours des 50 dernières années n'a fait plus de dégâts.

Du 5 au 9 mars, les côtes nord-est et médio-atlantique des États-Unis ont été directement sous un déluge lorsque la tempête du mercredi des Cendres est restée stationnaire au pire moment de l'année : les grandes marées printanières. Imaginez Ocean City dans le Maryland sous 4 pieds (1,22 mètre) d'eau de crue balayée en vagues massives par des vents de 70 milles (112,6 kilomètres) par heure. Ou vous rendre dans l'un des rares abris temporaires du Delaware à 2,5 miles (4 kilomètres) à l'intérieur des terres - en bateau. Et sachant que les îles voisines, telles que Chincoteague et Assateague, étaient entièrement sous l'eau avec 1 200 maisons détruites et une célèbre population de poneys sauvages presque anéantis.

Alors que le nord-est décimant des kilomètres de rivage avec du vent et des vagues le long de la côte est, en Virginie, la tempête du mercredi des Cendres a laissé tomber 42 pouces (106,6 centimètres) de neige.

Les météorologues ont souligné la convergence d'un système de basse pression côtière, d'un système de haute pression du nord et de marées de printemps inhabituellement élevées pendant cinq jours. Au moment où la tempête du mercredi des Cendres s'est propagée, elle avait fait 40 morts, laissé 200 millions de dollars de dommages dans son sillage (l'équivalent de 1,5 milliard de dollars aujourd'hui) et incité à installer des dunes préservant la plage. De plus, les nouvelles normes de construction pour les maisons en bord de mer ont donné lieu à des normes plus résistantes aux tempêtes, telles que des pilotis surélevés [source : Samenow].

7 : Blizzard du nord-est des États-Unis de 1978

La même année où Ben Cohen et Jerry Greenfield ont ouvert leur premier glacier et " Laverne et Shirley" sont devenus l'émission de télévision la plus populaire du pays, deux blizzards massifs ont recouvert les États-Unis. Tandis que l'un a immobilisé la partie centrale des États-Unis, un autre a frappé la région de la Nouvelle-Angleterre. Cette tempête de neige mortelle, connue sous le nom de blizzard du nord-est des États-Unis de 1978, a été inaugurée par un fougueux nor'easter le 5 février 1978. Elle a duré deux jours et a causé plus de 529 millions de dollars de dégâts, une somme qui équivaudrait à plus de 1,85 milliard de dollars aujourd'hui.

Cependant, l'impact le plus persistant de la tempête a peut-être été le nombre de personnes blessées ou tuées. Plus de 4 500 personnes ont été blessées et 100 autres tuées pendant le voile blanc, beaucoup d'entre elles ont été victimes de températures glaciales et de conditions routières dangereuses qui ont laissé les automobilistes bloqués, même sur les grands axes. Dans le Massachusetts, par exemple, 3 500 voitures et camions sont restés immobiles le long de la route 128. En peu de temps, la neige soufflée recouvrait complètement les véhicules, ainsi que les points de repère, les maisons et les entreprises. Certains navetteurs bloqués sont morts de froid, attendant les secours ou voyageant à pied.

La Garde nationale américaine a été mobilisée pour déneiger les routes, mais a été bloquée par les nombreux véhicules - au total plus de 10 000 dans toute la Nouvelle-Angleterre - qui ont été ensevelis sous les précipitations gelées [source : Strauss].

En 1991, un nord-est appelé Perfect Storm a convergé sur la côte est pendant le week-end d'Halloween. C'était "parfait" non pas à cause de sa nature spectaculaire, mais parce que - en termes météorologiques - le temps n'aurait pas pu être pire.

Après avoir fait des ravages, la Perfect Storm a connu une fin parfaitement étrange. Peu de temps après la fin de All Hallows Eve, la tempête parfaite s'est transformée en un cyclone tropical, puis, dans un mouvement rare, en un ouragan à part entière stationné juste au large de la côte est des États-Unis. Plus étrange encore, la tempête d'Halloween en train de mourir n'a jamais reçu de nom officiel par le National Weather Service, à l'exception du surnom ambigu " ouragan sans nom de 1991 " finalement enregistré.

Les effets de The Perfect Storm, cependant, ont fait l'objet de beaucoup de publicité dans le roman de 1997, "The Perfect Storm" de Sebastian Junger. Le roman, qui dépeint le naufrage de l'espadon Andrea Gail, avec tout son équipage, est devenu un film majeur. Il est sorti en 2000 et mettait en vedette George Clooney et John C. Reilly [source : NOAA]. Il a illustré les difficultés des six membres d'équipage et leur noyade éventuelle pendant la tempête dans la vraie vie, leurs corps n'ont jamais été retrouvés.

Tout compte fait, la tempête parfaite de 1991 a entraîné des inondations généralisées, des vagues déferlantes, de la pluie et de la neige, des températures glaciales et des vents allant jusqu'à 125 kilomètres par heure. Il a tué 13 personnes et causé des centaines de millions de dollars de dégâts, dans des États allant du Massachusetts à la Floride. Le Massachusetts a été particulièrement touché. Des centaines de maisons ont été détruites pendant les trois jours de fortes pluies et de vent [source : National Climatic Data Center].

5: Tempête du siècle 1993

Ce qui a commencé comme un nord-est en mars 1993 s'est terminé par une catastrophe surnommée la "tempête du siècle". qui a eu lieu dans les jours qui ont précédé la tempête.

La tempête du siècle était le produit d'une union improbable : trois systèmes météorologiques massifs - et séparés - se sont mêlés de manière inattendue au-dessus du golfe du Mexique et des États touchés le long de la côte est, de la Floride au Maine, ainsi que des États de l'intérieur qui n'ont pas Je ne ressens pas souvent les effets d'un puissant nor'easter. Après que la tempête de 100 ans ait suivi son cours de plusieurs jours, 2,5 millions de personnes étaient sans électricité et jusqu'à 6 milliards de dollars de dégâts ont été signalés. Pour la première fois dans l'histoire, tous les grands aéroports de la côte est ont été fermés en même temps.

En plus des dommages aux personnes et aux biens, la tempête a souligné l'importance de la communication entre les prévisionnistes nationaux et les responsables locaux. En Floride, qui a fait les frais, une onde de tempête a endommagé 18 000 maisons dans des zones qui se remettaient de l'ouragan Andrew de l'année précédente, mais les responsables des urgences de l'État ont déclaré qu'ils n'avaient pas été correctement informés de l'ampleur de la tempête. En conséquence, la National Oceanic and Atmospheric Administration a institué un nouveau processus pour diffuser plus efficacement les menaces météorologiques et développé des modèles de prévision des chutes de neige plus précis. En 2012, la prévision des chutes de neige était précise à 75 %, contre 37 % en 1993 [source : Galvin].

4: Blizzard nord-américain de 1996

Le 6 janvier 1996, la plus longue fermeture liée aux conditions météorologiques du gouvernement fédéral américain se profilait – et tout a commencé avec quelques flocons de neige. Peu de temps après, cependant, les quelques flocons de neige solitaires qui ont commencé à tomber à Washington, D.C. à 21 heures. a commencé à amasser une armée alors qu'une tempête de neige entrant en collision avec des vents plus chauds dans le golfe du Mexique apportait de plus en plus de neige.

À Washington, D.C., 12 pouces (30,4 centimètres) de neige sont tombés en seulement 24 heures. Les villes voisines, telles que Lynchburg, en Virginie, ont reçu 20 pouces (50,8 centimètres) de neige au cours de la même période. Grâce aux chutes de neige record (comme celles autour de Lynchburg et du district de Columbia) et aux rafales de vent, il y avait des conditions de blizzard qui rendaient les déplacements - et les trajets domicile-travail - presque impossibles. Le président de l'époque, Bill Clinton, a déclaré D.C. une zone sinistrée et le gouvernement fédéral a fermé ses portes pendant six jours, un record. Neuf États ont également été déclarés zones sinistrées [source : History].

Soixante personnes sont mortes dans toute la région pendant la tempête, qui comprenait des congères de 5 à 8 pieds (1,5 à 2,4 mètres) causées par des vents soufflant jusqu'à 60 miles (96,5 kilomètres) par heure. Les problèmes météorologiques de la région ont été aggravés par une tempête de pluie par temps chaud qui a frappé une semaine plus tard entre la fonte des neiges et des précipitations supplémentaires, des inondations généralisées se sont produites [source : NOAA].

Comme le dit le proverbe, il y a trois choses sur lesquelles vous pouvez compter dans la vie - et l'une d'entre elles est de payer vos impôts. Que faudrait-il alors pour que l'Internal Revenue Service (IRS) accorde volontairement une prolongation de plusieurs mois ? Une force de la nature, comme l'ont découvert ceux qui ont été touchés par le Nor'easter d'avril 2007.

Une tempête de neige anormalement tardive qui a frappé du 14 au 18 avril 2007, a laissé les contribuables de certaines parties du Connecticut, du Maine, du New Jersey, de New York et du New Hampshire avec des maisons et des entreprises inondées, ainsi que des biens endommagés par des vents violents et des voyages rendus dangereux par les chutes de neige. Et, après avoir accordé une simple prolongation de deux jours, l'IRS a reconsidéré, déplaçant la date limite de déclaration et de paiement des impôts au 25 juin 2007 [source : IRS].

L'énorme système de tempête mesurait 800 milles (1 287 kilomètres) de diamètre, s'intensifiant dans un nord-est et s'étendant des Carolines au Canada, prenant une seconde vie après plusieurs jours passés à remonter du sud-ouest et à engendrer des tornades en Floride, en Alabama et dans d'autres déclare [source : McFadden].

Notamment, le nor'easter a également interféré avec les efforts de sauvetage lors d'une fusillade de masse à Virginia Tech. Après qu'un homme armé ait tué 32 personnes et blessé des dizaines d'autres (avant de retourner l'arme contre lui) sur le campus de Blacksburg, en Virginie, les vents violents provoqués par le Nor'Easter d'avril 2007 ont empêché les secouristes d'évacuer les victimes à l'aide d'hélicoptères [ source : Holley].

2 : 2011 Halloween Nor'pâques

It may have seemed more like a trick than a treat, but for many across the East Coast, a 2011 nor'easter ushered in a white Halloween. Snow began falling in record amounts on Oct. 29, 2011, and interrupted the candy-reaping plans of some ghouls and goblins as trees began to snap under the crushing weight of the snow. Some cities, such as Hartford, Conn., and Sleepy Hollow, N.Y., canceled Halloween festivities [source: Associated Press]

About 3 million people who lived in areas impacted by the storm were left without power for days, thanks to power lines brought down by heavy ice and snow. Some of those without electricity lived by candlelight and storing perishables outside in the cold for up to a week. Not surprisingly to those who attempted to shovel sidewalks, at least 20 cities set snowfall records during the nor'easter.

Snow wasn't the only moisture coming down, though. Rain-turned-ice transformed roadways and pedestrian walkways into skating rinks, aided by winds of up to 69 miles per hour [source: Hart]. By the time the storm had passed on Nov. 1, 2011, more than 20 people had been killed as a result -- and the storm had cemented a weather-related record. The multibillion-dollar disaster of 2011 Halloween Nor'Easter became the 14th such storm of 2011, soundly beating the 2008 annual record of nine similarly expensive weather-related catastrophes [source: Masters].

By the time Hurricane Sandy exited the eastern coast of the United States in the early days of November 2012, it had killed 125 people in the U.S., shut down the nation's financial markets for the first time in more than a century, caused the majority of New York City to lose electricity, brought subways and commuter trains to a halt and, famously, stranded an iconic roller coaster in the sea, a stone's throw from its once-permanent location on a pier in Seaside Heights, N.J. [source: The Atlantic].

Sandy's record-setting storm surge was responsible for an estimated $62 billion in damage and loss in the U.S., as well as $315 million and 71 deaths in the Caribbean. It's no wonder this storm wreaked havoc Sandy measured a 5.8 out of 6 on NOAA's storm scale [source: Associated Press].

But why did Sandy turn into such a superstorm in the first place? It seems a nor'easter may be partially to blame. Just as the hurricane headed northward along the coast, leaving Florida for the Eastern Seaboard, it seemed to head out into the Atlantic -- until a force pushed the warm air mass back toward land. That force? A cold nor'easter, whose powerful winds wrangled with the tropical hurricane, morphing it into a hybrid part nor'easter, part hurricane and making it capable of gale force winds, snow and rain [source: Gannett].


ABONNEZ-VOUS MAINTENANT Daily News

TAMPA, Fla. (WFLA) — Saturday marks 28 years since the “Superstorm of 1993” passed through Florida bringing damaging hurricane force winds, a 12 foot storm surge and 11 confirmed tornadoes across the state.

This event was characterized as “the storm of the century” due to its widespread impacts across the Deep South and up through the Mid-Atlantic States. Record snowfall totals were reported from Alabama up through Maine. Severe storms produced winds up to 120 mph as far south as Cuba.

Over 100 people had to be rescued from sinking ships by the Coast Guard as the storm moved through the Gulf of Mexico on the night of March 12. Forty-four deaths were reported in Florida with more than 270 people killed across 13 states, according the National Weather Service.

Five tornadoes were reported in the Tampa Bay area one each in Pinellas, Hillsborough, Polk, Pasco and in Citrus Counties. All were F0 except the Citrus tornado which was reported as an F1. There were 21 reports of significant wind damage in the area.

Storm surge heights were highest in the Big Bend region, up to 12 feet, but water levels rose between six and 11 feet from Apollo Beach to Crystal River due to the strong winds pushing water up on to the coast.

According the National Weather Service, it was one of the most intense mid-latitude cyclones ever observed in the United States.

Although this was a counter-clockwise rotating are of low pressure passing through the Gulf of Mexico, it was not a hurricane because of the cold air associated with it. It was, however, much larger than a hurricane and just as powerful. This was more of a winter storm that developed much farther south than usual.

It began as an area of thunderstorms in the northwestern Gulf that merged with a band of snow over southern Texas.

The atmosphere was set-up perfectly for the storm to rapidly strengthen to barometric pressures (measure of strength) that were lower than any historic winter storm OR hurricane across the interior Southeastern United States. Several cities including Charlotte, Greensboro and Columbia recorded all time record low pressures, which even beat out Hurricane Hugo’s lowest pressure set in 1989.

The storm was strengthening from the extreme temperature difference associated with a stalled front. Arctic air was in place across much of the Plains but warmer, humid air was moving north with the thunderstorms in the Gulf. The winds in the upper levels of the atmosphere were very strong as well which aided in the system starting to spin and organize.

A squall line developed in the Gulf of Mexico that stretched south of the low pressure system. As the “center” of the low moved on shore in the panhandle, the line of severe thunderstorms pushed south through the peninsula and continued to move south though Cuba. It produced damaging straight line winds with embedded tornadoes. A wind gust of 109 mph was recorded in the Dry Tortugas.

Farther north, blizzard conditions were reported across much of the Eastern Seaboard. The storm was so large it eventually stretched from Central America up through Canada.

The Superstorm of 1993 ranks among the deadliest weather events of the 20th century. It remains the countries costliest winter storm to date with approximately $5.5 billion in damages ($9.9 billion in 2020 dollars) according the National Oceanic and Atmospheric Administration.

Copyright 2021 Nexstar Media Inc. Tous droits réservés. Ce matériel ne peut pas être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.


Storm Impacts

As a result of heavy snow and high winds, most cities across the Eastern Seaboard shut down or were completely inaccessible for days. Because of such societal impacts, this storm has been assigned the highest rank of "extreme" on the Northeast Snowfall Impact Scale (NESIS).

Along the Gulf of Mexico:

  • The Florida panhandle received up to 4 inches (10.2 cm) of snow
  • A squall line out ahead of the cold front caused a powerful derecho (straight-line windstorm) with gusts in excess of 100 mph (160 km/h) felt down to Havana, Cuba
  • A Supercell spawned 11 tornadoes across the Sunshine State, ranging from F0 to F2 in intensity
  • A 12-foot (3.7 m) storm surge caused flooding along the coasts of western Florida and northern Cuba

Dans le Sud:

  • Accumulations ranged from 3 to 5 feet (0.9 to 1.5 m)
  • Snow drifts of up to 15 feet (4.6 m) were reported at Mount Mitchell, NC
  • Rare convective elements such as lightning, thundersnow, and snowfall rates of 2 to 4 inches (5.1 to 10.2 cm) per hour were experienced
  • Hundreds of thousands of residents were left without electricity for up to a week

In the Northeast & Canada:

  • Accumulations ranged from 15 to 45 inches (38.1 cm to 1.1m)
  • Syracuse, NY, broke five of its snowfall records, including 24-hr snowfall, maximum daily snowfalls for March 13 and 14, snowiest March, and snowiest season
  • With the storm's passage, New Brunswick, Canada, reported a 45 F (7 C) temperature drop within 18 hours

‘Storm of the Century?’ Try ‘Storm of the Decade’

Last August, Hurricane Irene spun through the Caribbean and parts of the eastern United States, leaving widespread wreckage in its wake. The Category 3 storm whipped up water levels, generating storm surges that swept over seawalls and flooded seaside and inland communities. Many hurricane analysts suggested, based on the wide extent of flooding, that Irene was a “100-year event”: a storm that only comes around once in a century.

However, researchers from MIT and Princeton University have found that with climate change, such storms could make landfall far more frequently, causing powerful, devastating storm surges every three to 20 years. The group simulated tens of thousands of storms under different climate conditions, finding that today’s “500-year floods” could, with climate change, occur once every 25 to 240 years. The researchers published their results in the current issue of Nature Changement Climatique.

MIT postdoc Ning Lin, lead author of the study, says knowing the frequency of storm surges may help urban and coastal planners design seawalls and other protective structures.

“When you design your buildings or dams or structures on the coast, you have to know how high your seawall has to be,” Lin says. “You have to decide whether to build a seawall to prevent being flooded every 20 years.”

Lin collaborated with Kerry Emanuel, the Cecil and Ida Green Professor of Atmospheric Science at MIT, as well as with Michael Oppenheimer and Erik Vanmarcke at Princeton. The group looked at the impact of climate change on storm surges, using New York City as a case study.

To simulate present and future storm activity in the region, the researchers combined four climate models with a specific hurricane model. The combined models generated 45,000 synthetic storms within a 200-kilometer radius of Battery Park, at the southern tip of Manhattan.

They studied each climate model under two scenarios: a “current climate” condition representing 1981 to 2000 and a “future climate” condition reflecting the years 2081 to 2100, a prediction based on the Intergovernmental Panel on Climate Change’s projections of future moderate carbon dioxide output. While there was some variability among the models, the team generally found that the frequency of intense storms would increase due to climate change.

Once they simulated storms in the region, the researchers then simulated the resulting storm surges using three different models, including one used by the National Hurricane Center (NHC). In the days or hours before a hurricane hits land, the NHC uses a storm-surge model to predict the risk and extent of flooding from the impending storm. Such models, however, have not been used to evaluate multiple simulated storms under a scenario of climate change.

Again, the group compared results from multiple models: one from the NHC which simulates storm surges quickly, though coarsely another model that generates more accurate storm surges, though less efficiently and a model in between, developed by Lin and her colleagues, that estimates relatively accurate surge floods, relatively quickly.

Today, a “100-year storm” means a surge flood of about two meters, on average, in New York. Roughly every 500 years, the region experiences towering, three-meter-high surge floods. Both scenarios, Lin notes, would easily top Manhattan’s seawalls, which stand 1.5 meters high.

But with added greenhouse gas emissions, the models found that a two-meter surge flood would instead occur once every three to 20 years a three-meter flood would occur every 25 to 240 years.

“The highest [surge flood] was 3.2 meters, and this happened in 1821,” Lin says. “That’s the highest water level observed in New York City’s history, which is like a present 500-year event.”

Carol Friedland, an assistant professor of construction management and industrial engineering at Louisiana State University, sees the group’s results as a useful tool to inform coastal design — particularly, she notes, as most buildings are designed with a 60- to 120-year “usable lifespan.”

“The physical damage and economic loss that result from storm surge can be devastating to individuals, businesses, infrastructure and communities,” Friedland says. “For current coastal community planning and design projects, it is essential that the effects of climate change be included in storm-surge predictions.”


March 12th-15th, 1993: Superstorm

The storm was called by some people "The Storm of the Century". It was an anomaly of nature because of its intensity, size and far reaching affects. At the peak of the storm, its affects stretched from Canada to Central America with its main impact across the Eastern United States and Cuba. The system developed when three independent weather patterns merged in the Gulf of Mexico. The storm system resulted in three days of heavy snowfall, rough seas, blizzards, coastal flooding, tornadoes and very cold temperatures. The storm system was an anomaly in nature. The development began when a blast of cold arctic air (a strong dip in the strong jet stream structure) pushed down through the Plains into the Gulf of Mexico before pushing back up the eastern seaboard. On Friday, March 12, a strong complex of thunderstorms had developed in the northwestern Gulf of Mexico, and then merged with a narrow band of snow and rain that was moving in from the western United States. By that evening the two systems had merged with the strong jet stream. The system developed into a very potent storm system which began tracking across the Gulf toward Florida. The United States Coast Guard reported that the sea conditions in the Gulf were absolutely unbelievable. According to the Petty Officer Rob Wyman, he told the Washington Post that the sea conditions looked like a big washing machine. There were huge waves, spray, and hail. Some of the sea bouys had sustained hurricane force winds. The sea was so powerful that a 200 foot freighter sunk 70 miles off Fort Myers, Florida. By the time that the Super Storm had passed, the Coast Guard had deployed more than a hundred planes, helicopters, and boats. The deployed had rescued 235 as well as more than a hundred boats in the Gulf of Mexico. As the storm blew ashore, it created 15 tornadoes over Florida that had overturned mobile homes and launched trees and other debris. Between 4:00 and 5:30 am on Saturday, a storm surge as high as 12 feet in some places came ashore.

The weather models were not able to accurately predict how deeply the system would intensify. The system developed so far south in the Northern Gulf before hitting Florida with a central pressure of 975 millibars. However, NWS models and personnel did recognize the risk with this phenominal storm system. NWS personnel were confident enough to allow several northeastern states to declare a State of Emergency before the snow impacted the region. On the social side of matters, temperatures across the south were rather mild for March and this raised doubts among the public that cold air move in so quickly, much less heavy snowfall in the near future. This coupled with the fact that it doesnt get very cold in the south this time of year anyway added to the disbelief. As a result many radio and television stations were not confident enough to forecast too much snow to the southeatern United States public, until it was on more solid ground by surface reports.

As the storm system deepened, temperatures over much of the eastern United States began to fall quickly. The area of low pressure rapidly deepened as it moved into northwest Florida by early Saturday morning. As this happened snow began to spread over the eastern United States and a squall line moved over the Gulf of Mexico into Florida and Cuba. The low tracked up the United States eastern seaboard during the day on Saturday and into Canada by early Monday morning. The storm system caused blizzard conditions over much of the eastern seaboard. It brought thundersnow from Texas through Pennsylvania with some white out conditions.The system was responsible for 300 deaths and power outages to over 10 million customers. Most of the deaths were due to heart attacks from shoveling snow. The storm system directly affected over 130 million people. Every airport along the east coast was closed for some time during the storm. Every airport from Halifax, Nova Scotia to Atlanta, Georgia w as closed for some time because of the storm. A record low pressure of 28.35 mb (960 mb) was recorded in New England. Such low readings were usually of a Category 2 or 3 intensity on the Saffir-Simpson hurricane scale. Record low temperatures were recorded in much of the south.

With the assessment of this storm system, 26 states and an estimated 100 million had been affected. This had an impact on travel, hundreds of fatalities, and billions of dollars of damage and economic losses. As far as weather historical records, there has not been a winter storm system to match the effects of this system.

Here are some archived reanalysis charts of the overall upper air pattern that contributed to the development of the March 12-15, 1993 Superstorm. Satellite imagery of the system is also provided.

Satellite Imagery

March 12: 12Z | 15Z | 18Z | 21Z

March 13: 00Z | 03Z | 06Z | 09Z | 12Z | 15Z | 18Z | 21Z

March 14: 00Z

Infrarouge

March 12: 12Z | 15Z | 18Z | 21Z

March 13: 00Z | 03Z | 06Z | 09Z | 12Z | 15Z | 18Z | 21Z

March 14: 00Z

Water Vapor

March 12: 12Z | 15Z | 18Z | 21Z

March 13: 00Z | 03Z | 06Z | 09Z | 12Z | 15Z | 18Z | 21Z

March 14: 00Z

Click time to enlarge or move mouse over links to change images

Impacts

As the low pressure system deepened and moved across the northern Gulf of Mexico, snowfall began to accumulate across Mississippi. Amounts of 4 to 6 inches of snowfall were common across the state. The highest snowfall accumulation was 9.0 inches in Waynesboro, MS. Even along the coast where snow is a rarity, 1- to 2-inch snowfall amounts were common. Surface high pressure and a cold airmass moved in the wake of the system. Low temperatures fell into the teens between March 13-15 across the state.

Here is a map of total snowfall across Mississippi and nationwide between March 12-15.

Regional/National

In the south, where public works facilities in most areas generally have no reason to be prepared for snow removal, the storm is remembered because it resulted in a complete shutdown of some regions for three days. Cities that usally receive little snowfall such as Chattanooga, Tennessee received anywhere from 2 to 4 feet of snow. This had caused some cities to adopt an emergency winter-weather plan for the future. Birmingham recorded a record low of 2°F during the storm. Syracuse, New York received 43 inches from the storm. New York reported a total of 12 inches. Two feet of snow fell in Hartford, Connecticut. The weight of the snow collapsed many factory roofs in the South. Snowdrifts on the windward side of buildings caused a few decks with substandard anchors to fall from homes. The heaviest snowfall was at Newfound Gap, where US Highway 441 crosses the Tennessee and North Carolina border, recorded five feet of snow and drifts up to 14 feet were observed at Mount Mitchell. There was wind gusts there as high as 110 mph according to NCDC. Power outages, on the average, lasted for one to two weeks all over the east. The blizzard from this storm system caused a total of $6.6 billion of damage. Nearly 60,000 lightning strikes were recorded as the storm swept over the country, for a total of seventy-two hours, and many may remember their local news organizations touting the term "thundersnow".

Thousands of people were isolated by record snowfalls, especially in the Georgia, North Carolina, and Virginia mountains. Over 200 hikers were rescued from the North Carolina and Tennessee mountains. Curfews were enforced in many counties and cities as 'states of emergency' were declared. The National Guard was deployed in many areas to protect lives and property. Generally, all interstate highways from Atlanta northward were closed.

On the winter aspect of this storm system areas as far south as central Alabama and Georgia received 4 to 6 inches of snow. Some areas received heavier amounts like 12 inches in Birmingham Alabama with some reports of 16 inches area the metro area. The Florida Panhandle had some 2 inch amounts, which was accompanied by hurricane force winds and record low barometric pressures.

Low Temperatures at MS Airports
Emplacement Temperature (°F) Date
Meridian WSO 17 March 14
Jackson WSFO 19 March 14
McComb FAA 19 March 14
Tupelo WSO 19 March 14
Greenwood FAA 20 March 14

Snowfall totals/low temperatures for all cooperative observers/airport observation stations across Mississippi are located here: Mississippi Climate Observations for March 1993


Voir la vidéo: DOCUMENTAIRE-REPORTAGE: La tempête du siècle, lapocalypse, Décembre 1999 en France! (Octobre 2021).