Podcasts sur l'histoire

Le meilleur ami de l'homme

Le meilleur ami de l'homme


L'histoire derrière le meilleur ami de l'homme

Il y a environ 400 millions de chiens dans le monde, dont la majorité sont des animaux de compagnie. Alors que les animaux en savent étonnamment beaucoup sur leurs compagnons humains, il y a encore beaucoup de choses que nous ignorons à leur sujet. Pour célébrer la Semaine nationale du chien, voici toutes sortes d'informations que vous n'avez probablement jamais connues sur votre meilleur ami.

Une brève histoire de l'amour inter-espèces

Bien que l'heure exacte à laquelle les humains et les chiens ont commencé à socialiser ensemble soit inconnue, la plupart des chercheurs s'accordent à dire que l'appariement s'est produit il y a au moins 15 000 ans. Il existe des preuves que les chiens étaient domestiqué par 12.000 avant JC, car les archéologues ont découvert une tombe israélienne de cette période où un vieil homme avait été enterré avec un chiot.

Alors que les premiers chercheurs se demandaient si les chiens étaient les plus étroitement liés aux coyotes, aux dingos ou aux loups, les preuves ADN ont prouvé de manière concluante que nos amis à quatre pattes sont les plus étroitement liés aux loups gris. Les moyens selon lesquels les animaux ont été domestiqués sont contestés, mais une théorie courante dit que les loups ont commencé à fouiller autour des campements humains où ils pouvaient se nourrir avec un minimum d'effort et que les loups qui étaient moins effrayés par les humains ont vite vu un avantage en s'alignant sur l'homme paléolithique.

Au début, les deux espèces tireraient des avantages importants l'une de l'autre.

Les chiens seraient plus en sécurité, auraient une source de nourriture plus fiable et bénéficieraient de la capacité des humains à voir les prédateurs et les proies à longue distance. Les humains en bénéficieraient, car les chiens amélioreraient l'assainissement en nettoyant les déchets et les restes de nourriture. Les chiens auraient également utilisé leur excellente audition pour avertir les humains de l'approche des animaux. À la chasse, les chiens pourraient utiliser leur odorat puissant pour traquer leurs proies, car l'homme utilisait ses outils pour abattre les gros animaux avec moins d'effort. Les deux espèces bénéficieraient également de l'augmentation de la chaleur corporelle pendant les nuits froides. Il est très probable que les humains ont non seulement façonné l'avenir des chiens, mais que les chiens ont changé notre cours évolutif également.

Au fil des années, les chiens ont continué à jouer un rôle important dans l'histoire de l'humanité. Beaucoup de gens croient que les humains n'auraient pas pu traverser avec succès le détroit de Béring sans l'aide de chiens de traîneau. Après la traversée, les chiens ont continué à être importants pour les Amérindiens et ont été leur seul animal domestique jusqu'à ce que les Espagnols introduisent le cheval. De nombreuses cultures ont même continué à utiliser des chiens comme animaux de bât longtemps après l'introduction des chevaux sur le continent.

L'élevage sélectif a permis à certains chiens d'exceller dans certaines tâches, telles que l'élevage, le ratissage, la chasse ou le port de poids. L'idée d'animaux de compagnie uniquement pour la compagnie n'était pas une partie si importante de la vie de la personne moyenne jusqu'à la banlieusardisation de la culture occidentale après la Seconde Guerre mondiale. Alors que l'éducation canine existait bien avant cela, l'idée de briser les animaux de leur instinct naturel de creuser, d'aboyer et de sauter n'a vraiment décollé qu'après ce point et il semble nous sommes peut-être à l'aube d'une nouvelle marque évolutive pour les chiens car ils sont de plus en plus élevés pour les compétences de compagnie plutôt que pour les compétences de travail.

Avantages inter-espèces

La plupart des gens peuvent immédiatement voir les avantages que les chiens modernes tirent des humains (nourriture, abri, eau et affection), mais les avantages que nos animaux de compagnie nous apportent sont tout aussi impressionnants. Les chiens d'assistance modernes peuvent être entraînés non seulement pour aider les personnes souffrant de handicaps physiques externes, mais aussi pour aider à prévenir les épileptiques et les diabétiques sur les attaques à venir pendant qu'ils ont encore le temps de faire quelque chose. Les animaux peuvent également être utiles dans traiter l'anxiété, la dépression et le trouble de stress post-traumatique.

Les chiens peuvent même être utilisés pour détecter les conditions venant en sens inverse telles que le cancer. Lorsqu'un groupe témoin de chiens a été entraîné à détecter le cancer du poumon ou du sein dans l'haleine des sujets testés, leur précision est restée entre 88 et 97 pour cent. C'est certainement beaucoup moins invasif qu'une biopsie.

Les personnes qui possèdent des animaux de compagnie, qu'il s'agisse de chiens ou de chats, se sont avérées en meilleure santé et plus heureuses que celles qui ne possèdent pas d'animal. En fait, une étude a montré les propriétaires d'animaux ont eu une réduction importante des problèmes de santé mineurs au cours de leur premier mois de possession et les propriétaires de chiens ont continué à montrer ces améliorations tout au long de l'étude.

Qu'est-ce que la race a à voir avec ça?

Les chiens ont plus de variations de taille, d'apparence et de comportement que tout autre animal sur terre parce qu'ils ont été la cible de la sélection artificielle par interférence humaine, plutôt que de la sélection naturelle. Les scientifiques ont même reconnu 155 emplacements génétiques distincts qui expliquent toutes ces différences.

La taille des chiens varie de le plus petit chien du monde, un Yorkshire Terrier de 2,5 pouces de haut qui pesait 4 onces, à le chien le plus grand du monde, un grand danois qui mesure 43 pouces (c'est lui au-dessus), au Mastif anglais de 343 livres qui a été nommé le plus gros chien du monde. De même, l'espérance de vie des chiens, qui est d'environ 11 ans en moyenne, varie fortement selon la race. En fait, le Dogue de Bordeaux a une durée de vie particulièrement courte, d'un peu plus de cinq ans en moyenne. De nombreuses autres races, y compris les Caniches Toy, les Spitz japonais et d'autres, ont une durée de vie moyenne de quatorze ans et demi. Étonnamment, le plus vieux chien du monde, un bouvier australien nommé Bluey, a vécu jusqu'à près de 30 ans.

La reproduction peut également affecter le niveau d'énergie et de muscle d'un chien en particulier. Certains des meilleurs chiens sportifs sont les Huskies de Sibérie utilisés dans la course de traîneaux Iditarod. Les scientifiques ont découvert que ces animaux brûlaient 11 000 calories par jour, ce qui est huit fois les calories proportionnelles brûlées par un cycliste du Tour de France. Ils absorbent également trois fois plus d'oxygène que les athlètes humains.

Un autre athlète animal célèbre est le Greyhound, qui est l'un des animaux les plus rapides au monde, juste derrière le guépard. Les lévriers ont un cœur incroyable, de la même taille qu'un humain, mais qui bat deux fois plus vite qu'un humain lorsqu'il fait de l'exercice.

Psychologie K-9 surprenante


Image reproduite avec l'aimable autorisation du flux Flickr de PKMousie.

Alors que les gens aiment penser que nous avons plus en commun avec nos ancêtres primates qu'avec tout autre animal, en ce qui concerne la communication et la dynamique sociale, nous avons en fait plus en commun avec les chiens. Les chercheurs ont déclaré que même si les chiens sont aussi intelligents que les humains de deux ans, ils ont les compétences sociales des adolescents. En effet, les chiens sont les seuls animaux qui comprennent le pointage. Ils comprennent mieux les langues humaines que les autres primates et le chien moyen peut apprendre jusqu'à 165 mots, plus qu'un singe ne peut apprendre. Les chiens particulièrement intelligents ont même appris plus de 300 mots.

Les chiens comprennent la tromperie, que les chimpanzés ne peuvent pas saisir aussi clairement. Les chercheurs ont testé cela en plaçant deux seaux couverts, l'un avec une friandise et l'autre sans, devant le chien. La moitié des chiens seraient dirigés vers le mauvais seau par une personne dans la pièce, tandis que les autres recevraient les bons signaux. Alors que tous les chiens commençaient à écouter l'humain, ceux à qui on mentait ont rapidement commencé à aller dans le seau opposé.

Les chiens savent aussi tromper les humains sans se faire prendre. Pour tester cela, les chiens ont été laissés dans une pièce avec deux conteneurs avec des cloches, dont l'un était en sourdine et l'autre non. Les chercheurs ont observé que lorsque les animaux étaient observés, ils allaient dans l'un ou l'autre des conteneurs, mais lorsque l'observateur détournait le regard, les animaux allaient toujours vers le conteneur silencieux.

Si vous avez déjà eu des problèmes avec un chien, vous savez probablement que les chiens peuvent montrer de la culpabilité, mais il convient de noter que le chercheur Frans de Waal a prouvé que leur expression de culpabilité s'applique chaque fois que le chien pense qu'il aura des ennuis, qu'il ait ou non fait quelque chose de mal. Donc, si vous avez plus d'un chien, vous ne voudrez peut-être pas blâmer celui qui semble coupable automatiquement, il pourrait simplement craindre d'avoir des ennuis pour les actions de son cohabitant.

J'ai appris que mon chien est du type jaloux quand je suis rentré à la maison et j'ai salué le chien de mon colocataire avant lui. Il a immédiatement essayé de la combattre. Apparemment, j'étais sur quelque chose ici, parce que des chercheurs de Vienne ont étudié si les chiens peuvent devenir jaloux les uns des autres il y a quelque temps en récompensant un chien avec une friandise pour avoir fait un tour, puis en demandant à l'autre de faire le tour sans récompense. Le chien non récompensé s'est rapidement ennuyé et a cessé d'effectuer le tour, ce qui ne s'est pas produit lorsque le même animal n'a pas été récompensé sans un autre chien autour. Jusqu'à cette époque, les primates étaient les seuls animaux connus pour montrer des signes de jalousie.


Histoire du lévrier irlandais

Les informations sur l'Irish Wolfhound font partie de plusieurs chapitres du livre :

Livre IV Technologie du Chien

Encore une fois, la plus ancienne institution irlandaise était le lévrier irlandais, considéré comme le chien de l'aristocrate, car pendant d'innombrables siècles (avant l'ère chrétienne), il avait été le compagnon constant des rois (irlandais). Ces chiens étaient de stature gigantesque, mesurant plus de quatre pieds à l'épaule, et étaient réputés pour leur courage, leur endurance et leur immense vitesse. Ils étaient, dans les temps historiques, parlés par Silanus et Pline et décrits comme cannes graii Hibernici. Pline, en effet, affirme que c'est de ces chiens que descendaient les célèbres chiens épirotes.

L'inférence et la possibilité est que ces lévriers irlandais étaient peut-être les ancêtres du lévrier babylonien, alors l'avers doit être la vérité, car il est clair que vers l'an 3500 av. une race géante de speed dog existait à la fois en Irlande et en Babylonie. Dans ce dernier pays, comme il convenait au climat, ils avaient le poil lisse comme le lévrier, tandis qu'en Irlande ils possédaient le même pelage que le chien-loup irlandais d'aujourd'hui. Une chose est sûre, le lévrier irlandais était très prisé et son élevage était un monopole et une prérogative des parents irlandais. Pline décrit comment l'un d'eux a vaincu un lion, puis s'est fatigué et a remporté la victoire sur un éléphant. À plusieurs reprises, ces chiens ont été opposés au dogue anglais, qu'ils ont invariablement vaincu. On disait d'eux qu'ils ne fréquentaient qu'avec des rois ou des personnes d'ascendance royale avec le communautarisme qu'ils étaient féroces et intraitables, mais, apparemment, étant dotés d'une capacité à flairer le sang bleu, ils se sont instinctivement liés d'amitié avec n'importe quel descendant d'une maison royale. .

L'histoire est racontée à propos de Bran, le célèbre chien-loup appartenant au roi Fingal, qu'à une occasion, alors que le roi se promenait à l'étranger accompagné, comme toujours, de son chien, un étranger s'est approché. Le chien se précipita sur l'homme, mais au lieu de le tuer, comme on s'y attendait, il le flatta et lui lécha la main, emboîtant le pas aux talons de l'étranger. « Qui êtes-vous donc ? » demanda Fingal. enfance et détenu en captivité.

Lorsque les Irlandais ont colonisé le nord de l'Écosse (entre 1000 av. Plus tard (1615 ap. J.-C.), Sir Thomas Rue présenta un couple de ces chiens au Grand Mogol de l'Inde, dont ce potentat fut grandement ravi. II, roi d'Angleterre. On dit même que le célèbre chien du prince Llewellyn, Gelert, descendait d'un couple de lévriers irlandais présentés à son père par l'un des rois irlandais, vers 960, mais cela est douteux. Lorsqu'en 1710 le loup s'est éteint en Irlande, le roi de Pologne a acheté autant de lévriers qu'il pouvait en trouver en Irlande, et on dit que c'est de cette souche que descendent les (plus petits) barzois d'aujourd'hui. D'autres autorités, cependant, soutiennent que c'est Pierre le Grand qui a créé le barzoï russe en important des lévriers d'Irlande.
.

Chiens de chasse CLASSE III

(I) Irish Wolfhound, (2) Deerhound écossais. L'histoire et l'origine de ces deux races anciennes et royales ont déjà été discutées au chapitre I. Il a été montré comment le lévrier irlandais remontait à la plus haute antiquité et était associé presque exclusivement à la royauté, et comment à l'époque où les Écossais ont quitté l'Irlande pour coloniser et conquérir l'Écosse, leurs chefs ont probablement emmené leurs chiens royaux avec eux et les ont utilisés pour chasser les cerfs puisque les loups étaient pratiquement inexistants en Écosse. Même le deerhound, ou "buckhound" comme on l'appelait alors, était un animal extrêmement précieux, étant évalué au prix équivalent d'un étalon (c'est-à-dire ٟ) s'il est entièrement entraîné et à la moitié de ce prix (c'est-à-dire le prix d'un palefroi) s'il n'est pas entraîné . A douze mois, il était évalué à soixante pence, et en tant que chiot à trente pence, tandis que jusqu'à ce que ses yeux s'ouvrent, sa valeur était de quinze pence, le prix d'un mouton adulte. C'était au VIe siècle. Le lévrier irlandais ne devait pas être acheté pour de l'argent. Il appartenait exclusivement à la royauté qui, à cette époque, ne faisait pas de trafic de vente ou de troc, bien qu'ils offraient parfois un couple de chiens à un autre monarque en cadeau royal.

En relation avec la valeur élevée accordée aux chiens à cette époque lointaine, il peut être mentionné qu'un lévrier était évalué à la moitié du prix d'un lévrier. Six cents ans plus tard, un épagneul (sic) était généralement considéré comme valant ٟ et un "chien courant" quatre pence, tandis qu'un chien de berger était équivalent en valeur à celui d'un "meilleur bœuf".


L'histoire des chiens et des humains est longue, dans laquelle chacun a fortement ressenti l'influence de l'autre. Nous oublions parfois que les chiens sont tous une seule espèce, mais leur relation avec les humains est ce qui a fait évoluer les chiens vers une si grande variété de formes et de tailles différentes, créant les races que nous connaissons aujourd'hui. Grâce à cette capacité d'adaptation à nos besoins et à leur patience, leur dévouement et leur loyauté sans faille, les chiens ont mérité leur titre de « meilleur ami de l'homme ».

Dans cet article, James Wellbeloved étudie l'histoire du chien et de l'homme, découvrant comment chacun a influencé l'autre au fil du temps.

IL Y A COMBIEN DE TEMPS LES CHIENS ONT-IL ÉVOLUÉ ?

Les chiens domestiques font partie de la famille des mammifères Canidae, étant du même canidé semblable à un loup que les loups modernes. Il est difficile d'estimer quand nos animaux de compagnie ont évolué à partir de leur ancêtre sauvage, en raison du temps qui s'est écoulé depuis. Cependant, cette évolution est connue pour s'être produite il y a au moins 15 000 ans et certaines estimations la situent jusqu'à 40 000 ans !

O ONT ÉVOLUÉ LES CHIENS ?

De même que pour déterminer l'âge de l'espèce, connaître les origines géographiques des chiens est difficile. Les humains étaient beaucoup plus nomades à cette époque, voyageant plus librement pour vivre, ce qui rend difficile l'établissement d'un emplacement spécifique. Néanmoins, les scientifiques pensent généralement que les chiens domestiques se sont développés en Europe de l'Est ou en Asie centrale. Certains pensent que le développement peut avoir eu lieu simultanément dans ces endroits.

ÉVOLUTION SURVENUE DANS LES SOCIÉTÉS DE CHASSEURS-CUEILLEURS

Les chiens et les humains ont commencé à travailler ensemble alors que les humains vivaient encore dans des sociétés de chasseurs-cueilleurs. On pense que les loups auraient vécu à proximité des établissements humains, avec l'intention de chasser. C'est là que le lien a commencé il y a des milliers d'années, les loups pouvaient se débarrasser des humains et les humains pouvaient bénéficier de leurs sens canins aiguisés et de leur instinct de chasse.

On pense que la proximité de ces humains et des premiers chiens a permis aux deux espèces de reconnaître la valeur d'un partenariat, et les loups ont donc commencé à voyager avec des tribus humaines nomades. Dans ce voyage, une sélection naturelle s'est produite dans laquelle les chiens avec des traits domestiques ont eu plus de succès et se sont ainsi reproduits, transmettant ces traits.

DÉVELOPPEMENT DANS LES SOCIÉTÉS D'ÉLEVAGE

L'étape suivante dans l'histoire des chiens s'est produite en raison d'un changement dans la façon dont les humains vivaient. Au fur et à mesure que les sociétés humaines se sont développées, des technologies et des techniques plus sophistiquées ont été utilisées.

L'élevage était crucial pour le développement des chiens. On estime que ce changement s'est produit il y a entre 7 000 et 9 000 ans. Là où les chiens étaient auparavant utilisés pour leur sens aigu de la chasse, ils étaient ensuite utilisés pour rassembler et garder le bétail, comme les moutons ou les vaches.

Cela signifiait également changer la façon dont les chiens étaient élevés, et les humains ont commencé à élever des chiens avec des traits mieux adaptés à ce nouvel objectif. Cela a produit une diversification de l'espèce, la rapprochant de la grande variété de chiens que nous connaissons et aimons aujourd'hui.

D'O VIENNENT LES RACES ?

Comme indiqué précédemment, le développement des sociétés humaines a amené la diversification des espèces canines. Au fur et à mesure que les sociétés devenaient plus complexes, les choses que les humains demandaient à leurs chiens se sont également complexifiées. À mesure que de nouvelles exigences apparaissaient, les humains changeraient les caractéristiques sur lesquelles ils se concentraient lorsqu'il s'agissait d'élever leurs chiens. Ces changements ont conduit à la création de nouvelles races, car des traits physiques et comportementaux particuliers ont été soulignés.

On estime qu'au début de l'âge du bronze, il existait cinq types de chiens. Il s'agissait de chiens ressemblant à des loups, de chiens de chasse (comme un lévrier des temps modernes), de chiens d'arrêt et de chiens de troupeau. Ceux-ci sont nés de l'élevage humain de chiens. Par exemple, des chiens à vue rapide étaient élevés au Moyen-Orient pour les nobles, tandis que les Européens élevaient de puissants dogues pour la protection de leurs biens.

Tout au long de l'histoire des chiens, le nombre d'objectifs que les sociétés ont trouvés pour les chiens a augmenté, dépassant les besoins purement fonctionnels. Les dirigeants chinois élevaient de petits chiens, tels que des chihuahuas, comme compagnons de familles riches. Dans l'Égypte ancienne, les chiens étaient même investis de croyances religieuses, devenant ainsi considérés comme des dieux. Seuls les membres de la famille royale étaient autorisés à posséder des chiens de race, les habillant généralement de colliers ornés de bijoux – ce que nous ne recommanderions pas – et leur prodiguant des aliments et des serviteurs coûteux. Les chiens sont devenus des sources de soutien émotionnel pour les humains, ainsi que pratique.

O SONT LES CHIENS ET LES HUMAINS AUJOURD'HUI ?

Au cours des millénaires qui se sont écoulés depuis que les anciens Égyptiens considéraient les chiens comme des dieux, des milliers de races de chiens différentes ont vu le jour. De plus, les sociétés du monde entier ont changé leurs relations avec leurs chiens d'innombrables fois.

Dans certaines sociétés, comme en Asie de l'Est, les chiens ne sont plus tenus en haute estime et sont plutôt considérés en termes pratiques plutôt qu'émotionnels. Les sociétés occidentales, quant à elles, accordent une grande importance aux relations entre les chiens et les humains. Au Royaume-Uni, les chiens sont restés l'un des animaux domestiques les plus populaires pendant des centaines d'années, bien que la race la plus populaire change au fil des ans. Par exemple, dans les années 1800, le Saint-Bernard était le chien le plus répandu, mais aujourd'hui, la race la plus populaire est le Labrador.

COMMENT LA SCIENCE NOUS AIDE-T-ELLE À COMPRENDRE LE LIEN ENTRE LES HUMAINS ET LES CHIENS ?

La science signifie que les humains ont maintenant une meilleure compréhension de nos émotions et de nos relations que jamais auparavant, et cela inclut les liens entre les chiens et les humains.

Des études ont montré que lorsque les chiens et les humains se regardent dans les yeux, un produit chimique appelé ocytocine est libéré dans le cerveau des deux animaux. Cela se produit également lorsque deux humains se regardent dans les yeux. Ce produit chimique nous rend heureux et nous dit de former une connexion positive avec les yeux que nous regardons.

Cette compréhension accrue du lien émotionnel entre les humains et les chiens signifie que nous les apprécions énormément – ​​bien que peut-être pas autant que les anciens Égyptiens. Les chiens sont même utilisés dans les pays occidentaux comme chiens de thérapie et pour soulager le stress au travail.

Nous avons donc là le guide de James Wellbeloved sur l'histoire des chiens et des humains. Comme nous pouvons le voir, la relation entre nos deux espèces a été créée par un long voyage, mais le dicton "le meilleur ami de l'homme" n'a jamais été aussi vrai qu'aujourd'hui.


Le meilleur ami de l'homme : une brève histoire des robots

Peu de concepts captent davantage l'imagination humaine que les robots, sans doute parce qu'ils sont souvent conçus pour nous imiter. Même leur développement technologique semble être parallèle à nos avancées.

Nous pouvons juger des progrès de notre capacité à exploiter les réalisations scientifiques simplement en regardant un robot et en posant cette question : à quel point cette machine ressemble-t-elle exactement à un humain ? Ou comme le dit Matt Mason, directeur du Robotics Institute de l'Université Carnegie Mellon, "En étudiant la robotique, nous ne faisons qu'étudier nous-mêmes". des tremplins dans la robotique, des points dans le temps où la science-fiction se confond avec les faits scientifiques.

1956 : Robby the Robot Le terme robot vient de Karel Capek. 1920 play R.U.R. (Rossum’s Universal Robots). Robot est dérivé du mot tchèque robota, qui signifie "travail forcé", mais il ne s'est pas introduit dans l'usage courant jusqu'en 1956, lorsque MGM a sorti le film Planète interdite, mettant en vedette Robby le robot. Sa conception était si compliquée que les ingénieurs ont passé deux mois à thermoformer des plastiques dans des formes que l'on croyait auparavant impossibles. Ils ont ensuite ajouté 2 600 pieds de câblage électrique pour faire tourner et clignoter les pièces de Robby. Parce que MGM a dépensé 1,9 million de dollars pour le film, un budget à succès à l'époque, Robby est devenu le visage emblématique d'un domaine en plein essor. Il a même obtenu une place en tant qu'intronisé au Robot Hall of Fame de Carnegie Mellon.

En 1956, les inventeurs Joe Engelberger et George Devol se sont rencontrés pour discuter des écrits d'Isaac Asimov. Leur désir de réaliser sa vision futuriste a conduit à une collaboration de cinq ans qui a donné naissance à Unimation, la première entreprise de robotique au monde, et Unimate, le premier robot industriel au monde. Capable de suivre des instructions étape par étape, le bras hydraulique articulé et télescopique de 4 000 livres a été introduit à l'usine General Motors d'Ewing, New Jersey, où il a séquencé et empilé des pièces de métal moulé sous pression. Peu de temps après, son répertoire s'est étendu à des travaux dangereux, comme le soudage. Les bras robotiques sont depuis devenus si omniprésents qu'Engelberger est souvent appelé le père de la robotique. L'Unimate original est hébergé à la Smithsonian Institution à Washington, D.C.

1966 : Shakey Développé par le Stanford Research Institute, Shakey est le premier robot mobile à tracer son propre chemin. Armé d'une caméra de télévision, d'un télémètre triangulaire et d'une série de capteurs de choc, tous connectés à des ordinateurs via des liaisons radio et vidéo, Shakey a été conçu pour naviguer dans des environnements intérieurs contrôlés. Bien que Shakey se déplaçât à un rythme d'escargot, ses compétences étaient incroyables pour l'époque, se souvient Greg Brown, vice-président des opérations et de la technologie au Tech Museum of Innovation de San Jose, en Californie.

1966 : Le pionnier de la robotique Stanford Cart Hans Moravec, maintenant à l'Université Carnegie Mellon, a conçu le Stanford Cart comme modèle pour un rover lunaire télécommandé. Comme Shakey, il était censé manœuvrer tout seul, mais le Cart filait à un mètre toutes les 15 minutes, quatre fois plus vite que Shakey.

1968 : HAL 9000 Le film de Stanley Kubrick 2001 : A Space Odyssey offrait une vision troublante de l'intelligence artificielle dans HAL, un ordinateur capable de comprendre la parole, de lire sur les lèvres, de jouer aux échecs, de piloter un vaisseau spatial et de tuer des astronautes comme s'il écrasait mouches. Bien sûr, HAL n'était ni réel ni un robot, mais comme l'a dit Rodney Brooks, directeur du laboratoire d'intelligence artificielle du MIT et créateur d'un certain nombre de machines sur cette liste, "HAL m'a inspiré et inspiré la plupart de tous ceux que je connaissais également. ."

1968 : GE Quadruped Transporter La Defense Advanced Research Projects Agency a passé un contrat avec General Electric en 1968 pour construire le Quadruped Transporter, connu sous le nom de Walking Truck ou Giant Elephant. Conçu par Ralph Mosher pour le terrain du Vietnam, le véhicule avait quatre jambes hydrauliques géantes au lieu de roues. L'opérateur, attaché dans la cabine principale, contrôlait les jambes avec le mouvement de ses propres bras et jambes, l'un des premiers exemples de conception à retour de force, qui a finalement contribué à conduire au joystick. Bien qu'il n'ait jamais été déployé, le quadrupède a influencé la conception des marcheurs de combat impériaux dans le film de 1980 L'Empire contre-attaque.

1969 : Stanford Arm L'étudiant en ingénierie de Stanford, Victor Scheinman, a conçu l'un des premiers bras robotiques à commande électrique et commandés par ordinateur. Cela a conduit directement à la série de robots industriels Programmable Universal Machine for Assembly, toujours un pilier de l'industrie.

1976 : Soft Gripper Conçu par Shigeo Hirose à l'Institut de technologie de Tokyo, le Soft Gripper est né d'études sur les trompes d'éléphants et les serpents. C'était la première poignée de robot capable de se conformer à la forme de n'importe quel objet. Cela a contribué à conduire aux mains anthropomorphes utilisées par les amputés.

1977 : R2-D2/C3PO : La force était forte avec ces faux androïdes il y a 30 ans. C'étaient des astro-mécaniciens, des traducteurs, des hackers, des compagnons et les robots les plus populaires de l'histoire du monde.

Basé sur les écrits de Philip K. Dick, Ridley Scott's Blade Runner nous a montré un robot qui ne savait pas que c'était un robot. Le dilemme a dramatisé la pente glissante des technologues en morale auxquels sont susceptibles d'être confrontés.

1983 : La machine à sauter de Raibert Marc Raibert, fondateur du Carnegie Mellon Leg Laboratory, qu'il a transféré au MIT en 1986, a radicalement modifié les idées sur la locomotion des robots. La Hopping Machine pouvait rebondir et bondir, atteignant l'équilibre dynamique d'un humain. L'artiste de performance Mark Pauline attribue à la Hopping Machine le mérite d'avoir influencé bon nombre de ses propres conceptions robotiques.

1989 : Gengis Le plus célèbre des robots insectes robotiques du MIT Rodney Brooks, Gengis avait six pattes, des yeux composés et six capteurs de mouvement réglés sur la bande infrarouge émise par les corps chauds. Lorsqu'un animal marchait devant Gengis, des capteurs incitaient le robot à se diriger vers lui. Quand l'animal s'arrêta, Gengis s'arrêta. Brooks expérimentait la décomposition d'un comportement complexe en réactions simples. Lorsqu'elles sont combinées, ces actions ont produit un comportement qui semblait naturel.

1990 : Le médecin Robodoc William Bargar et le chirurgien vétérinaire Howard Paul d'Integrated Surgical Systems sont entrés dans l'histoire lorsque Robodoc est devenu le premier robot à assister la chirurgie, d'abord une arthroplastie de la hanche sur un chien, puis, en 1992, sur un humain.

1992 : Running Machine En 1978, la troupe d'art performance futuriste de Mark Pauline, appelée Survival Research Laboratories, a commencé à organiser des matchs colossaux, bruyants et destructeurs entre des robots artisanaux. Toutes les créations de Pauline sont dangereuses par conception – certaines brandissent des couteaux, d'autres tirent sur des murs de feu, l'une lance même des planches de bois à 200 milles à l'heure – mais aucune n'est devenue plus populaire que la Running Machine en forme d'insecte. Le robot a été l'une des premières machines de Pauline à utiliser la locomotion dynamique. Les créations de Pauline ont contribué à inspirer des émissions de télévision comme Battlebots et Junkyard Wars.

1993 : Cog Rodney Brooks du MIT a créé Cog pour voir s'il était possible d'élever un robot comme un humain. En utilisant un nouveau langage informatique et un nouveau système d'exploitation, Brooks et son équipe ont commencé à entraîner Cog par essais et erreurs. Il a fallu quelques années avant que Cog puisse même établir un contact visuel avec un humain ou suivre un objet en mouvement, mais aujourd'hui, il peut reconnaître des visages, indiquer les objets souhaités, jouer à la balle et même entendre un simple battement et le reproduire sur un tambour. .

1994 : Dante II Construit par la NASA et Carnegie Mellon, Dante I est devenu le premier robot à marcher à l'intérieur d'un volcan, le mont Erebus en Antarctique, mais après 6 mètres d'exploration, il a échoué à cause du froid extrême. Deux ans plus tard, Dante II a passé cinq jours de manière semi-autonome à collecter des données dans le cratère du mont Spurr en Alaska, tandis que les contrôleurs se sont accroupis à 50 kilomètres de là. La mission a inspiré l'espoir que les robots pourraient un jour explorer d'autres planètes.

1997 : Sojourner Le rover robotique à six roues de 25 livres a roulé sur la surface de Mars le 5 juillet 1997. Il a été conçu pour servir de banc d'essai pour de futures missions robotiques, comme Spirit's en 2004.

1999 : le système da Vinci Intuitive Surgical da Vinci permet à un chirurgien de guider les bras et les poignets robotisés pour effectuer des opérations. Le principal avantage de la chirurgie robotique par rapport à la chirurgie conventionnelle est l'amélioration de la sécurité, déclare Joe Rosen, l'un des concepteurs du système. Da Vinci réduit les tremblements chirurgicaux de la main et augmente l'amplitude de mouvement du chirurgien. Actuellement approuvé pour certaines procédures laparoscopiques, da Vinci est le plus couramment utilisé pour l'ablation de la prostate.

1999 : AIBO Le plus célèbre et le plus réussi des animaux robots.

2002 : Le robot humanoïde ASIMO Honda a été le premier à être capable d'une véritable marche dynamique. Il pouvait monter des escaliers, naviguer sur des surfaces inégales, changer sa démarche à mi-pas et même changer de direction au milieu de la course.

2002 : Centibots Les Centibots du Stanford Research Institute, chacun de la taille d'un camion jouet, travaillent en équipes jusqu'à 100. Construits à partir de pièces standard, ils ont été conçus pour se coordonner les uns avec les autres lors de la recherche de zones dangereuses.

Le premier aspirateur de sol entièrement automatique abordable et le premier robot à vendre un million d'unités.

2004 : Esprit et Opportunité

Construits par le Jet Propulsion Laboratory de la NASA, les rovers télécommandés explorent la surface martienne depuis plus d'un an.

Ce projet conjoint entre BAE Systems et Carnegie Mellon deviendra bientôt le premier véhicule terrestre sans pilote tactique semi-autonome. Conçu pour remplacer un Marine lors de la première vague d'une attaque, le Gladiator peut résister aux tirs d'armes légères, aux grenades et aux mines antipersonnel. Le soldat robotique est équipé d'une imagerie thermique, de télémètres GPS et laser, de caméras jour et nuit, d'un système de détection acoustique et chimique, d'un système de fumée d'obscurcissement pour véhicule léger et d'un système d'armes monté.


De nos jours, il semble que les humains soient rarement d'accord sur quoi que ce soit, et nous sommes constamment divisés et trouvons en quelque sorte un million de raisons de nous disputer à peu près tout. S'il y a une chose sur laquelle la plupart des gens sont d'accord, ce sont les chiens. Comment ne pas les aimer ? Leur loyauté et leur amour inconditionnel envers leurs propriétaires ne ressemblent à rien de ce que vous pourriez ressentir - même l'affection d'un parent est conditionnelle pour la plupart. Vous êtes leur monde entier, et si vous les nourrissez et les aimez, ils ne cesseront jamais de s'en soucier tant qu'ils vivront. Il y a une raison pour laquelle ils sont appelés « meilleur ami de l'homme », mais quand exactement avons-nous commencé à les appeler ainsi ?

Creuser plus profond

Mentions favorables précoces

Bien que le terme lui-même ait été inventé plusieurs siècles plus tard, les chiens ont été mentionnés favorablement il y a longtemps, en particulier dans l'épopée d'Homère. L'Odyssée. Ulysse –– Roi d'Ithaque –– rentre chez lui après 10 ans de perte en mer. Il avait traversé beaucoup de choses et son apparence avait considérablement changé, et personne ne l'avait reconnu, à part son fidèle chien, Argos. Le chien avait plus de 20 ans et a été négligé et laissé pour mort, mais il a reconnu son maître perdu depuis longtemps et a agité sa faible queue pour l'accueillir à nouveau.

Le roi Frédéric de Prusse

La première utilisation enregistrée du terme «meilleur ami de l'homme» est survenue quelques siècles après qu'Homère ait écrit son poème légendaire. It is attributed to King Frederick of Prussia, who lived in the 1700s, and he used it to refer to one of his Italian greyhounds –– he called him his best friend. Dogs were not known to be loyal pets at that time, and they were mostly used to perform several functions like hunting, protection, tracking, and guarding. This is why the usage of that term was out of place at that time as they were not known to be the loyal and loving creatures they are now, and people did not use to think of them in that context. They were merely there to help them do certain tasks.

First US mention

Fast forward a few decades later, and the term ‘man’s best friend’ was first mentioned in the US in 1821. It was in a poem written by C.S. Winkle and published in the New-York Literary Journal. It also referred to dogs with that expression and it was the first time people began using it in the United States.

Old Drum

The sad story of Old Drum is one of the most popular and enduring mentions of dogs as man’s best friend in American history. A farmer in the late 1800s had his shot, killed because he wandered off to a neighbor’s yard. The farmer looked for his dog’s body and eventually found him, so he sued his murderous neighbor for damages in a case that actually went to the Supreme Court eventually. Famed politician and lawyer George Graham Vest represented the farmer and gave a very articulate speech that won them the case. In that speech, he referred to Old Drum and dogs as man’s best friend, and this enduring reference has lived on ever since. No matter what dog you have, you naturally sympathize with the old farmer, especially if you have a gentle breed like a Westie or a Chihuahua. As you can see on WestieVibes.com , our dogs deserve the best possible treatment, whether it is to get them their favorite toy as a Christmas gift or to properly care for them when we are on the road. It is the least we could do for them for their endless love and loyalty.

Other notable mentions

Despite certain occasions, notably featuring dogs as man’s best friend, there are other occasions in history in which they were referred to as such. For instance, French Enlightenment writer and philosopher Voltaire had written in his famed Dictionnaire philosophique of dogs, referring to them as “the best friend a man can have.” American poet Ogden Nash also referred to them in his “An Introduction to Dogs,” referring to dogs as man’s best friend.

There is no denying the fact that they are truly man’s best friend. It does not matter if you are rich, poor, happy, sad, fat, thin, or anything really. A dog will always be there, and they will love you no matter what happens. People can often disappoint, and betrayal often comes from the person you least expect. But that never happens with those furry creatures that like to nap and eat all day. Their presence makes our lives just a little bit easier, and without them, life would be much more difficult to bear. They truly are your perfect companion for your journey, whatever it entails.

Question for students (and subscribers): Is your dog your best friend? Please let us know in the comments section below this article.

If you liked this article and would like to receive notification of new articles, please feel welcome to subscribe to History and Headlines by liking us on Facebook and becoming one of our patrons!

Votre lectorat est très apprécié !

Preuve historique

For more information, please see…

The featured image in this article, a photograph by Devin Edwards, is licensed under the Unsplash License.


“Okay, but how did those first dogs evolve from one breed to many?”

…we hear you ask. The truth is, the techniques that sculpted the Saint Bernard or the British Bulldog also birthed the first dog breeds. While all dogs may have hailed from one breed, each dog would have possessed different traits. For example, some of the first dogs may have been large, and some may have been small. If they lived in a region swarming with predators, humans would have exclusively bred the larger dogs. Of these, the dogs who displayed a protective bond towards their humans would have kept siring puppies. This would have spawned a breed of dog like the Boxer: quick, powerful, and able to tangle with large creatures.

In other regions, though, predators may not have been a problem. Instead, perhaps rodents were the issue: small, insidious creatures that pilfered food stores and spread sickness. Here, big dogs wouldn’t have been of much use. They wouldn’t be nimble enough to catch a rat, nor compact enough to chase them into their holes. As a result, humans in these areas would focus on breeding the smaller, wily dogs. From this nascent breeding programme, the dogs that proved the most adept at killing rats would breed further. Before you knew it, breeders were shaping the early moulds for breeds like the Jack Russell and the Scottish Terrier.

Within a short time, humans would have found a dog type for every problem. A sharp, nimble, mid-sized dog with an urge to run all day? You have the earliest form of the Border Collie. A big dog with a bite too soft to injure predators or prey? You have the first guise of the Golden Retriever – capable of fetching felled birds on the hunt without damaging them. Even small, gentle pooches like the Cavalier King Charles Spaniel would have served a purpose. By acting as companion dogs to children, they would have introduced the youngsters to the concept of a canine bond. In short, man’s best friend was quick to take many forms.

Yes, the countless breeds we see today are the result of refined and scientific breeding efforts. However, the principles haven’t much changes since the dawn of the human-canine rapport.


Man's Best Friend

During two world wars dogs were given many duties including carrying messages, laying communication wires and helping to locate mines.

Man’s best friend has been by our side for some 14,000 years, playing a part in some of the most significant human conflicts of our history. The dog’s devotion to man, its intelligence and heightened sense of smell has seen it carry out a variety of roles in warfare.

The Romans made good use of their loyalty and fearsome image to deter and detect any marauding bandits by placing them near camps or on patrols as sentries. Attila the Hun used giant Molosser dogs on the front line, sending them in packs to face his European enemies. Mastiffs and Great Danes were used in England during the Middles Ages, exploiting their size to scare enemy horses into throwing off the knight they were carrying.

During two world wars dogs were given many duties including carrying messages, laying communication wires and helping to locate mines. Due to their widespread roles, many stories of heroism and dedication have arisen from these two conflicts alone.

A bulldog terrier with a short tail, aptly named Stubby, became the first dog in U.S. military history to be awarded a rank. Connected with the U.S. 102nd Infantry Regiment, who found him whilst training on Yale University campus, Stubby was given his name and smuggled on board the SS Minnesota by Private John Robert Conroy and headed for the trenches in 1918. Endearing himself to the whole Regiment with his antics, Stubby would go on to save the lives of these men time and time again. Armed with an acute sense of smell and hearing, Stubby could alert the troops to incoming shells or gas long before they themselves could detect them. He would also locate wounded soldiers in No Man’s Land, standing by their side and barking until a medic arrived. He even detained a German spy who was mapping out the American trenches. Stubby bit him on the leg the German tripped over and was subsequently captured. When he was awarded the rank of Sergeant, Stubby found himself outranking his own owner. After participating in 17 battles and being wounded twice, Stubby returned home a national hero, participating in frequent parades before his death in 1926.

And then there was Smoky, a Yorkshire Terrier who served as a mascot in WWII with the US 5th Air Force in the Pacific. Adopted by Corporal William Wynne in the jungle of New Guinea, Smoky helped to divert the minds of those around her from the stresses and horrors of war. Surviving a parachute jump, air raids, living in primitive conditions and through combat missions, Smoky was awarded eight battle stars for her bravery and devotion. She has six memorials dedicated in her honour.

In more modern times, dogs have played a crucial role in sniffing out and locating explosive devices. Subsequently 4 dogs have been awarded the Dickin award since the wars in Iraq and Afghanistan began in 2003 including Treo the Labrador who in August 2008, located an IED (“improvised explosive device”) on a road about to be passed by 7 Platoon, undoubtedly saving the lives of many soldiers.

Le saviez-vous?

Between the years 1964 and 1973 America deployed an estimated 4,000 war dogs to Vietnam to aid in the fight against the North. The dogs and their handlers helped to reduce the enemy’s ability for surprise attacks to such an extent that the Viet Cong placed a price tag on their heads.


Man's Best Friend: The long history of the Irish Wolfhound

As many of you know, one of the more interesting artefacts in Reginald's Tower (at least when it isn't closed up for important renovations) is the 12th century dog collar on the 2nd floor. This extremely rare object is, in fact, the oldest dog collar in Ireland, and proves that Waterfordians have been keeping dogs as beloved family pets for centuries.

But which dog is the best known Irish breed? For some it might be Bus Éireann's mascot, the Red Setter, for others the fluffy little Wheaten Terrier, but for most of us, it's the Irish Wolfhound, a breed that has been around for at least 2000 years, and often described as the tallest dog breed in the world. Our dog collar is almost certainly for a smaller breed, such as a greyhound, but by the time this dog collar was made, wolfhounds had ready been roaming our forests for at least a millennium.

Our first definite mention of wolfhounds comes in 391 AD when a Roman consul named Quintus Aurelius writes of receiving a gift of seven from the 'Scoiti' - A Roman word for the Gaelic Irish. After this, we know that many more were brought to Rome to impress and to entertain, with several fighting and dying in the Circus Maximus.

Due to their value, here in Ireland, only Kings and noblemen were allowed to own them. In fact, the ownership of these dogs was so important that an entire section of the ancient Brehon laws was written to deal with ɼú', or hounds, covering every issue from ownership to compensation for damage incurred to land by your hound trespassing on your neighbour's field.

The word Cú is of course familiar to us all because of the great heroes like Cú Chulainn, whose names were prefixed with the Irish word for hound to represent their courage, ferocity and loyalty. Cú Chulainn of course gained his name as a young man (when he was known as Sétanta) by replacing the great guard dog of Culann. They were effective guard dogs, but almost too effective as their owners had to ensure that all guests were inside before they were released, or they would be mauled to death. Sétanta in this well-known story, had of course stayed out hurling, and when he returned had no choice but to fight for his life and killed the dog with his sliotar. Culann was devastated by the loss of his loyal pet and to apologise, Sétanta took its place as a guard while raising a successor, becoming himself the 'hound of Culann'.

Aside from being given as diplomatic gifts to impress and intimidate foreign allies, here in Ireland they were used mainly for three purposes: as terrifying war dogs as hunting dogs for wolves (the name is a dead giveaway here), deer and bears and also as guard dogs for castles and settlements. So impressive was their size and appearance, that they wore collars of only the finest materials, like precious metals and decorative stones.

According to the old stories, they were used as war dogs in the time of the Fianna, who fought on foot and with their formidable wolfhounds as allies and to see one run today is to understand how terrifying they could be on the battlefield. Another great Irish hero, Fionn Mac Chumhaill, was said at one point to have had 300 fully grown wolfhounds and 200 pups. In battle his favourite dog, Bran, killed twice as many enemies in battle as Fionn himself could.


Divine Companions and Protectors: Dogs in Ancient Times

Dogs remained valued companions even as ancient civilizations rose around the world. Aside from being faithful companions, dogs became important cultural figures.

In Europe, the Middle East, and North America, walls, tombs, and scrolls bore depictions of dogs hunting game. Dogs were buried with their masters as early as 14,000 years ago, and statues of the canines stood guard at crypts.

The Chinese have always placed great importance on dogs, the first animals they domesticated. As gifts from heaven, dogs were thought to have sacred blood, so canine blood was essential in oaths and allegiances. Dogs were also sacrificed to prevent bad luck and keep disease at bay. Furthermore, dog amulets were carved from jade and worn for personal protection. (6)

Dog collars and pendants depicting dogs were also found in Ancient Sumer as well as Ancient Egypt, where they were considered companions to the gods. Allowed to roam freely in these societies, dogs also protected their masters’ herds and property. (6)

Amulets of the canines were carried for protection, and dog figurines made of clay were buried under buildings as well. The Sumerians also thought dog saliva was a medicinal substance that promoted healing.

In Ancient Greece, dogs were highly regarded as protectors and hunters as well. The Greeks invented the spiked collar to protect their dogs’ necks from predators (6). The ancient Greek school of philosophy Cynicism derives its name from kunikos, which means ‘dog-like’ in Greek. (7)

Four types of dog can be distinguished from Greek writings and art: the Laconian (a hound used for hunting deer and hares), Molossian, the Cretan (most likely a cross between the Laconian and Molossian), and the Melitan, a small, long-haired lap dog.

Furthermore, Ancient Roman law mentions dogs as guardians of the home and flock, and it prized canines over other pets such as cats. Dogs were also thought to provide protection against supernatural threats a dog barking at thin air is said to be warning its owners of the presence of spirits. (6)

Like in China and Greece, the Mayans and Aztecs also associated dogs with divinity, and they used canines in religious rituals and ceremonies. For these cultures, dogs served as guides for deceased souls in the afterlife and deserved to be respected in the same way as elders.


Voir la vidéo: Le meilleur ami de lhomme (Octobre 2021).