Podcasts sur l'histoire

G-2 SS-27 - Histoire

G-2 SS-27 - Histoire

G-2 SS-27

G-2

(SS-27: dp. 400 (n.); 1. 161'; b. 13'1"; dr. 12', s. 14 k.
cpl. 24 ; une. 4 18" tt.; cl. ~2)

G-2 a été établi comme Tuna le 20 octobre 1909 - rebaptisé G 2, le 17 novembre 1911; lancé par le Lake Torpedo Boat Co., Bridgeport, Connecticut, 10 janvier 1912, parrainé par Mlle MarJorie F. Miller achevé dans le New York Navy Yard, et commandé le 6 février 1915, le lieutenant ( j.g. ) R. C. Needham aux commandes.

Le G 2 a rejoint la division 3 de la flottille de sous-marins le 27 mars à Portsmouth, en Virginie, pour des croisières d'entraînement qui l'ont trouvé à Norfolk, Charleston, New York, Newport et Provincetown. Le sous-marin a été largement révisé dans le New York Navy Yard et le Lake Torpedo Boat Co. du 26 mars 1916 au 28 juin 1917, puis a été signalé à la flottille de sous-marins, Patrol Force US Atlantic Fleet à New London, Conn.

Le sous-marin est resté à New London pour d'autres installations jusqu'au 23 août, date à laquelle il est parti pour des opérations d'instruction et d'expérimentation hors de Boston au large de Boston Lightship. Avec les étudiants embarqués, elle a aidé à prouver les dispositifs de détection de sous-marins pour le Conseil expérimental embarqué à Margaret, et dans les problèmes expérimentaux avec SC - 2 a déplacé sa base de Boston à New London, Connecticut, le 20 octobre 1917 et a combiné des travaux expérimentaux sur la détection sonore. appareils avec une formation pour la nouvelle école de sous-marins dans la région de Block Island et de Long Island Sounds. Elle avait le devoir de patrouille défensive pendant le juin et le juillet 1918, maintenant une alerte d'écoute et de périscope sur la station de Block Island. Elle a expérimenté avec des détecteurs magnétiques et le dispositif Very System Signal et a testé la résistance de sa coque contre les grenades sous-marines. Parallèlement, elle a formé des élèves-officiers en coopération avec la station expérimentale de New London, Conn.

G-2 a poursuivi ses études et son service expérimental jusqu'après la Première Guerre mondiale, et elle a été désarmée le 2 avril 1919. Elle a été désignée comme cible pour tester les grenades sous-marines et les filets de munitions à Niantic Bay, Connecticut au cours de l'inspection par une équipe de maintenance de six hommes sur Le 30 juillet 1919, le bateau cible a soudainement été inondé et a coulé à ses amarres dans le chenal Two Tree, près de la baie de Niantic. Elle est descendue à 13 1/2 brasses, noyant trois membres de l'équipe d'inspection. Le sous-marin n'a jamais été levé.


Normes de l'État de Floride pour les études sociales : 2e année

SS.2.A.1.2 Utiliser le centre multimédia, la technologie ou d'autres sources d'information pour localiser des informations qui fournissent des réponses aux questions sur un sujet historique. 6
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.A.1.2

SS.2.A.2. Connaissances historiques

SS.2.A.2.1 Reconnaître que les Amérindiens ont été les premiers habitants de l'Amérique du Nord. 7
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.A.2.1

SS.2.A.2.2 Comparer les cultures des tribus amérindiennes de diverses régions géographiques des États-Unis. 5
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.A.2.2

SS.2.A.2.3 Décrire l'impact des immigrants sur les Amérindiens. 4
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.A.2.3

SS.2.A.2.4 Explorer comment la vie quotidienne des personnes vivant en Amérique coloniale a changé au fil du temps. 3
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.A.2.4

SS.2.A.2.5 Identifier les raisons pour lesquelles les gens sont venus aux États-Unis à travers l'histoire. 3
Titres suggérés pour Florida Social Studies State Standard SS.2.A.2.5

SS.2.A.2.6 Discuter de l'importance d'Ellis Island et de la Statue de la Liberté pour l'immigration de 1892 à 1954. 2
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.A.2.6

SS.2.A.2.7 Discutez des raisons pour lesquelles l'immigration se poursuit aujourd'hui. 6
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.A.2.7

SS.2.A.2.8 Expliquer les influences culturelles et les contributions des immigrants aujourd'hui. 6
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.A.2.8

SS.2.A.3. Pensée chronologique

SS.2.A.3.1 Identifier les termes et les désignations de séquence temporelle. 14
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.A.3.1

FL.SS.2.G. Géographie

SS.2.G.1. Le monde en termes spatiaux

SS.2.G.1.1 Utiliser différents types de cartes (politiques, physiques et thématiques) pour identifier les éléments cartographiques. 5
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.G.1.1

SS.2.G.1.2 À l'aide de cartes et de globes, localisez la ville natale de l'élève, la Floride et l'Amérique du Nord, et localisez la capitale de l'État et la capitale nationale. 4
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.G.1.2

SS.2.G.1.3 Étiqueter sur une carte ou un globe terrestre les continents, les océans, l'équateur, le premier méridien, les pôles nord et sud. 6
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales en Floride SS.2.G.1.3

SS.2.G.1.4 Utilisez une carte pour localiser les pays d'Amérique du Nord (Canada, États-Unis, Mexique et îles des Caraïbes). 3
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales en Floride SS.2.G.1.4

FL.SS.2.E. Économie

SS.2.E.1. Débutant en économie

SS.2.E.1.1 Reconnaître que les gens font des choix en raison de ressources limitées. 2
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.E.1.1

SS.2.E.1.2 Reconnaître que les gens fournissent des biens et des services en fonction des demandes des consommateurs. dix
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.E.1.2

SS.2.E.1.3 Reconnaître que les États-Unis commercent avec d'autres pays pour échanger des biens et des services. 3
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.E.1.3

SS.2.E.1.4 Expliquer les avantages personnels et les coûts impliqués dans l'épargne et les dépenses. 4
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.E.1.4

FL.SS.2.C. Civisme et gouvernement

SS.2.C.1. Fondements du gouvernement, du droit et du système politique américain

SS.2.C.1.1 Expliquer pourquoi les gens forment des gouvernements. 6
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.C.1.1

SS.2.C.1.2 Expliquer les conséquences d'une absence de règles et de lois. 5
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.C.1.2

SS.2.C.2. Participation civique et politique

SS.2.C.2.1 Identifiez ce que cela signifie d'être un citoyen des États-Unis par naissance ou par naturalisation. 4
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.C.2.1

SS.2.C.2.2 Définir et appliquer les caractéristiques d'une citoyenneté responsable. dix
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.C.2.2

SS.2.C.2.3 Expliquer pourquoi les citoyens des États-Unis ont des droits garantis et des droits d'identification. 5
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.C.2.3

SS.2.C.2.4 Identifier les façons dont les citoyens peuvent apporter une contribution positive à leur communauté. 9
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.C.2.4

SS.2.C.2.5 Évaluer les contributions de divers Afro-Américains, Hispaniques, Amérindiens, anciens combattants et femmes. 22
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.C.2.5

SS.2.C.3. Structure et fonctions du gouvernement

SS.2.C.3.1 Identifier la Constitution comme le document qui établit la structure, la fonction, les pouvoirs et les limites du gouvernement américain. 5
Titres suggérés pour la norme d'État des études sociales de Floride SS.2.C.3.1

SS.2.C.3.2 Reconnaître les symboles, les individus, les événements et les documents qui représentent les États-Unis. 8
Titres suggérés pour Florida Social Studies State Standard SS.2.C.3.2


Fichier:USS G-2 en cours, vers 1916, avec USS Fulton (AS-1) suivant astern.jpg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant11:13, 19 août 2018570 × 741 (107 Ko) Broichmore (discussion | contributions) Recadré 3 % verticalement à l'aide de CropTool avec mode sans perte.
11:10, 19 août 2018570 × 765 (110 Ko) Broichmore (discussion | contributions) Page créée par l'utilisateur avec UploadWizard

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Plongée sous-marine dans le New Jersey

Type : épave, sous-marin, U.S. Navy Construit : 1912, Bridgeport, CT USA Spécifications : ( 161 x 13 ft ) 400 tonnes, sans équipage Coulé : mercredi 30 juillet 1919
s'est effondré après des essais d'armes – 3 victimes (équipe d'inspection) Profondeur : 81 pieds

(Sous-marin n°27 : déplacement 375 (surf.), 516 (sous-marin) longueur 161′ faisceau 13𔃻″ tirant d'eau 12𔄀″ vitesse 14 nœuds (surf.), 10 nœuds (sous-marin) complément 26 armement 6 18 & 8243 classe de tubes lance-torpilles G-1)

Thon (Sous-marin n° 27) a été posé le 20 octobre 1909 à Bridgeport, Connecticut, par le Lake Torpedo Boat Co. renommé G-2 le 17 novembre 1911 lancé le 10 janvier 1912 parrainé par Mlle Marjorie F. Miller remorqué au New York Navy Yard après la résiliation du contrat du lac le 7 novembre 1913 et mis en service le 1er décembre 1913, le lieutenant (jg) Ralph C. Needham en commande.

Départ de New York en remorque d'un sous-marin Ozark (Moniteur n°7) le torpilleur submersible est arrivé à la station de torpille, Newport, Rhode Island, le 28 février 1914. Attaché à la flottille sous-marine de l'Atlantique, G-2 a passé les cinq mois suivants à diriger des exercices de plongée et d'ingénierie avec le G-1 à Long Island Sound et à Narragansett Bay. Au cours de ces essais, le bateau a effectué six descentes immergées jusqu'à une profondeur maximale de 37 pieds. Ses moteurs se sont avérés gênants, cependant, et après la panne de l'arbre d'induit bâbord le 31 mars, le bateau a été remorqué à New York pour des réparations. Sur place, des considérations financières ont conduit à G-2 mis en commission de réserve le 15 juin 1914.

G-2 a été placé en pleine commission à New York le 6 février 1915, Lt (jg). Ralph C. Needham aux commandes. Attaché à la Division Trois, Flottille sous-marine, Flotte de l'Atlantique, le bateau a rejoint G-1, Fulton (appel d'offres sous-marin n°1) et remorqueur Sonoma, pour une croisière à Norfolk le 25 mars. Arrivé là-bas deux jours plus tard, le submersible a effectué des manœuvres dans Hampton Roads avant de se rendre à Charleston en avril, où il est arrivé le 17. Après une courte période de chantier pour les réparations, la division retourna à New York, s'amarrant le long de la jetée de la 135e rue le 9 mai.

Le 18 mai, G-2 rejoint d'autres navires de guerre et passa en revue devant le président Woodrow Wilson, qui regardait depuis le yacht Fleur de mai. Le bateau a ensuite navigué vers Nantucket, pour participer à un problème de guerre au large de Block Island, avant de décharger ses torpilles à Newport le 25 mai. Renvoyé à New York pour une révision, le submersible a de nouveau transité par les eaux familières de Long Island Sound avant d'arriver à l'embouchure de l'East River le 22 juin. En descendant la rivière avec G-4, cependant, les deux bateaux sont entrés en collision avec un sous-marin K-22 dans un accident inhabituel à trois bateaux. Heureusement, aucun des bateaux n'a subi de dommages. G-2 est entré dans le Navy Yard là pour une révision prolongée plus tard dans la journée.

Escorté à Provincetown, Mass., par remorqueur Je veux et Ozark, G-2 a commencé les essais d'acceptation finale entre le 1er et le 10 décembre. Suite à ces évolutions réussies, au cours desquelles le Trial Board constate de nombreux éléments à moderniser, le bateau retourne à New York pour une révision le 14 janvier 1916. Six mois plus tard, G-2 déplacé vers le chantier de Lake Torpedo Boat Company pour achèvement, recevant un nouvel équipement de gouvernail de plongée, des hydravions, un câblage électrique et un nouveau vilebrequin. Ces travaux de triage ont nécessité d'importantes modifications et le bateau n'a pas été remis en service avant d'être convoyé à New London par Rayon de soleil II (SP-42) le 28 juin 1917.

Le 21 août, G-2 navigué jusqu'à Boston via le canal de Cape Cod pour opérer avec Aylwin (Destroyer n°47), chasseur de sous-marins SC-6, et yacht à vapeur Marguerite (SP-527). Là, le bateau a aidé un Navy Experimental Board embarqué dans Marguerite effectuer divers tests de détecteurs de sons dans les eaux avoisinantes. Le sous-marin a également effectué des approches pratiques et a servi de plate-forme d'instruction pour les officiers et les étudiants sous-marins enrôlés.

De retour à New London le 20 octobre, G-2 travail combiné sur des dispositifs de détection sonore avec une formation pour la nouvelle école de sous-marins au large de Block Island et dans le détroit de Long Island. Pendant sept mois d'opérations, elle a expérimenté des détecteurs magnétiques et des dispositifs de traînage et a essayé de nouveaux périscopes et autres équipements sous-marins. Le bateau a effectué ces tests avec des patrouilleurs de section Waconda (SP-238) et Thétis (SP-391), ainsi que de nombreux sous-chasseurs. Apprenant la proximité possible des sous-marins allemands, il effectua des patrouilles de quatre jours au large de Block Island à la fin juin 1918 et de nouveau à la mi-juillet.

G-2 a continué le service scolaire hors de New London jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale, testant des dispositifs d'écoute et de signalisation de fusées éclairantes parmi d'autres pièces d'équipement. Le 30 août, par exemple, son équipage a testé la résistance de la coque sous pression et la fiabilité de l'équipement électrique contre les explosions de grenades sous-marines. Le 12 septembre Thétis expérimenté avec un détecteur magnétique tout en G-2 gisait au fond dans 86 pieds d'eau et, en novembre, G-2 même mené des travaux expérimentaux avec des hydravions de patrouille. Ce devoir a pris fin en janvier 1919 quand elle a été programmée pour l'inactivation.

Désarmé le 2 avril 1919, le bateau a été désigné comme cible pour tester les grenades sous-marines et les filets de munitions à Niantic Bay, Connecticut. Malheureusement, lors de l'inspection par une équipe de maintenance de six hommes le 30 juillet 1919, le bateau a soudainement été inondé et a coulé sur elle. mouillages dans le chenal Two Tree près de la baie de Niantic. Elle est descendue à 13-1/2 brasses, noyant trois membres de l'équipe d'inspection. Trop profond et trop vieux pour être récupéré, le sous-marin a été rayé de la Navy List le 11 septembre 1919.


USS Casimir Pulaski (SNLE-633)

En claquant les poignées du Skipper, il effectue une rotation rapide en s'accroupissant pour vérifier tout autour avant de s'arrêter à 030.

La coque sombre au ras de l'eau navigue dans la portée apparemment sans savoir et sans se soucier de son destin imminent.

Le capitaine regarde à des milliers de kilomètres dans l'arbre de descente huilé hydraulique, son esprit verrouillé sur le travail à accomplir.

"Réglez la profondeur à un pied zéro"

"Inondation tube quatre et porte extérieure ouverte."

"La prochaine observation sera une observation de tir."

"Faire le rapport du COB au Conn."

« COB, allez-vous appuyer sur la touche de tir sur celui-ci ? »

Le COB avec un regard tendu sur son visage, "Aye Skipper."

Le Capitaine avec une sorte de sourire triste dit : « Ce ne sera pas le premier maintenant, n'est-ce pas ?

"Non Skipper, mais j'espère que c'est le dernier comme ça."

« Ça faisait longtemps que nous n'avions pas descendu la jetée ensemble jusqu'à ce bateau en tant que non qualifiés, hein Chef ?

"Ouais moi un E2 et toi un O1, je t'ai même surclassé alors n'est-ce pas ?"

Le capitaine rit, ce qui soulagea la tension sur leurs deux visages, "Oui, vous m'avez toujours surpassé à certains égards. Vous avez pris des leçons de vieux chef grincheux bien avant même d'être un E5."

Souriant pendant une seconde, le COB dit : "Nous avons tous les deux parcouru un long chemin depuis ces jours, et maintenant ils sont presque terminés."

Encore une fois la rotation maladroite autour de la lunette pour s'arrêter avec le sous-marin dans le réticule.

"Très bien, ce sera pour le contrôle technique, Shoot tube quatre."

La main du COB se lève rapidement puis s'arrête sur la touche de tir et y vacille. D'une voix sévère qui craque très légèrement, le capitaine dit : « Tirez sur le poisson ! La main dure et dure du chef qui ne correspond pas à la douleur dans ses yeux s'écrase sur la clé.

"Le tube quatre a tiré électriquement", rapporte tristement le chef.

« Cinquante-cinq secondes, capitaine.

"COB, je ferais mieux de ne pas avoir manqué."

"Oui monsieur, désolé, mais c'est difficile de couler votre bateau de qualité."

« Skipper, rapporte Sonar, Torpedo fonctionnant tout droit et normal. »

"5, 4, 3, 2, 1, Skipper, Plus 1, 2, 3,"

Le capitaine regarde à travers le périscope son "Merde" pour être récompensé par le violent geyser d'écume de mer sous la salle des machines du sous-marin. Élevée haut déjà brisée en deux par l'explosion de la torpille Mark 16, elle est vouée au reste de l'éternité sur le fond marin. « COB, jetez un œil. C'est une meilleure fin que d'être mis au rebut. »

En regardant, il voit les extrémités de la coque noire cassée disparaître rapidement dans la mer d'un bleu profond. « Oui, elle reposera avec toutes ses sœurs maintenant où elle appartient, Skipper. Elle nous a encore bien servi. »

Ceci est dédié aux bateaux qui nous ont donné la dernière mesure supplémentaire lors des tests d'armes. S(T) Coulé comme cible dans "US Submarines Through 1945" de Norman Friedman. Jim Christley a fait des recherches dans d'autres endroits et a gentiment autorisé son utilisation ici. Des commentaires ont également été ajoutés par des marins qui ont monté le bateau qui les a coulés ou qui ont connaissance du naufrage.

  • Le SS-2 A-1 était la cible. Vendu pour démolition le 26 janvier 22 avec l'USS Puritan.
  • SS-3 A-2 Adder 16-Jan-22 1/26/1922 Utilisé comme cible. Hulk coulé dans la baie de Manille, près de Corregidor
  • SS-4 A-3 Grampus Utilisé comme cible. Hulk coulé dans la baie de Manille, près de Corregidor
  • SS-5 A-4 Mocassin 16-Jan-22 Utilisé comme cible. Hulk coulé dans la baie de Manille, près de Corregidor
  • SS-6 A-5 Pike 16-Jan-22 Coulé par explosion 15 avril 17 Récupéré Utilisé comme cible. Hulk coulé dans la baie de Manille, près de Corregidor
  • SS-7 A-6 Marsouin 16-Jan-22 Utilisé comme cible. Hulk coulé dans la baie de Manille, près de Corregidor
  • SS-8 A-7 Shark 16-Jan-22 Utilisé comme cible. Hulk coulé dans la baie de Manille, près de Corregidor
  • SS-9 C-1 Octopus Utilisé comme cible. Hulk coulé dans la baie de Manille, près de Corregidor
  • SS-10 B-1 Viper 16-Jan-22 Utilisé comme cible. Hulk coulé dans la baie de Manille, près de Corregidor
  • SS-11 B-2 Seiche 17-Jan-22 Utilisé comme cible. Hulk coulé dans la baie de Manille, près de Corregidor
  • SS-12 B-3 Tarentula 17-Jan-22 Utilisé comme cible. Hulk coulé dans la baie de Manille, près de Corregidor
  • SS-19 1/2 (Seal) G1 cible désignée le 19 février 20 frappé le 29 août 21. S(T) dans la baie Narragansett, RI coulé dans 105' d'eau le 20 juin 21 juste au nord de Taylor's Point.
  • Le SS-26 Thrasher G4 avait été désigné comme cible de grenades sous-marines le 6 décembre 19, vendu le 15 avril 20.
  • Le SS-27 Tuna G2 a sombré en attendant les tests de grenades sous-marines le 30 juillet 19, partiellement levé et mis au rebut en 1962. Il repose au large de Pleasant Beach, près de Niantic Bay, dans le Connecticut, dans 80 pieds d'eau.
  • SS-48 L-8 15 novembre 22 S(T) dans 110 pieds d'eau, à 3 milles au sud du phare de Brenton Reef, à l'extérieur de la baie de Narragansett en 1926 lors d'un test du malheureux exploseur magnétique Mk 6.
  • SS-85 R8 19 août 36 bombardement. SS-94 R 17 au Royaume-Uni 9 mars 42 Ret 6 sept 44 a servi de cible Frappé le 22 juin 45 vendu le 16 novembre 45.
  • SS-121 S-16 S(T) 3 mai 45 dans 250 pieds d'eau, à 18 milles de Key West
  • SS-122 S-17 S(T) 5 avril 45
  • SS-124 S-19 S(T) juste à côté de Pearl Harbor [Traité de Londres] le 18 décembre 38.
  • SS-126 S-21 coulé comme cible de sonar le 23 mars 45.
  • SS-140 S-35 S(T) 4 avril 46 après utilisation comme carcasse de contrôle des dommages pour la nouvelle école de contrôle des dommages de la flotte.
  • SS-142 S-37 S(T) 4 avril 46 « avant d'être sabordé au large de San Diego ? »
  • SS-143 S-38 S(T) au large de San Diego le 20 février 45.
  • Le SS-164 Bass s'est sabordé comme cible de sonar le 12 mars 45.
  • SS-184 Cible de bikini bonite coulée le 25 juillet 46 levée le 2 septembre 46 S(T) 11 août 48.
  • SS-196 Searaven Bikini cible le 46 juillet S(T) 11 septembre 48.
  • Cible SS-203 Tuna Bikini, S(T) 24 septembre 48.
  • SS-217 Guardfish S(T) 1er octobre 61 par Dogfish et Blenny à 97 milles au sud de Block Island
  • SS-241 Bashaw S(T) 13 septembre 69 Le SS-242 s'est sabordé en tant qu'entraîneur de sauvetage le 3 décembre 70 au large d'Hawaï.
  • SS-243 Bream S(T) 7 novembre 69 par Sculpin (SSN 590) au large du sud de la Californie.
  • SS-259 Jack S(T) par des unités de la sixième flotte américaine le 1er septembre 68 après son retour de Grèce. Le naufrage a eu lieu à moins de 10 milles de 320 16' N x 1320 05' E. (Par Entemedor, note de Frank Hill)
  • SS-260 Lapon Prêté à la Grèce le 8 août 1957. Retourné sous contrôle américain et S(T) en 1973
  • SS-262 Maskinongé S(T) 9 juillet 68 par Tanche (SS-417). Elle avait encore toutes les pièces de rechange, outils, etc. à bord lorsqu'elle a effectué la dernière plongée. Tous ceux d'entre vous qui étaient à New London à ce moment-là se souviennent à quel point il était difficile d'obtenir des pièces de rechange pour faire fonctionner les bateaux diesel, mais l'escadron avait un Jarhead qui gardait le front afin que nous ne puissions rien sauver.
  • SS-263 Paddle (Prêté au Brésil le 18 janvier 1957. On rapporte qu'il a coulé le ou vers le 30 juin 1968.
  • SS-270 Raton vendu 12 0ct 73 mais signalé utilisé comme cible.
  • SS-274 Rock vendu le 17 août 72 mais signalé utilisé comme cible.
  • SS-282 Tunny S(T) 19 juin 70 par USS Volador SS490
  • SS-283 Tinosa Sabordé le 60 novembre après avoir été utilisé comme cible ASW.
  • SS-285 Balao coque principale coulé comme cible au large de Charleston, Caroline du Sud 300 46,5'N x 740 11'W le 4 septembre 63. La tourelle et les cisailles sont au Navy Memorial Museum, Washington Navy Yard.
  • SS-292 Devilfish S(T) par USS Wahoo (SS 565) dans 2000 brasses d'eau à 370 05'N x 1240 8' W lors d'un test de service MK16 Mod8 le 14 août 68.
  • SS-293 Dragonet S(T) 17 septembre 61 après des essais d'explosifs dans la baie supérieure de Chesapeake dans 150 pieds d'eau.
  • Navire cible SS-299 Manta 49-53 S(T) 16 juillet 69 au large de Norfolk en Virginie.
  • SS-300 Moray S(T) 18 juin 70 au large de l'île de San Clemente.
  • SS-302 Sabalo S(T) 15 février 73 dans Sub Sink Ex Project Thurber.
  • SS-305 Skate Bikini cible le 46 juillet puis S(T) au large de San Clemente le 5 octobre 1948.
  • Cible SS-308 Apogon Bikini coulée le 25 juillet 46 Debout au fond à 800 m au sud-ouest du site Test Baker.
  • SS-309 Aspro S(T) 16 novembre 62.
  • SS-311 Archerfish S(T) 17 oct. 68 à 2000 brasses d'eau à Lat 320-23.0'N et Lng. 1220-58.1'O. À 2114Z cette date, une torpille MK37-2, tirée depuis l'USS Snook (SSN-592), a touché la poupe et a explosé, mais n'a pas coulé la cible. C'était la deuxième des deux torpilles MK37-2 employées, la première n'a pas atteint ou attaqué la cible. À 2226Z, après avoir été touché par une torpille MK14-5, Archerfish s'est divisé en deux près de l'écoutille de la batterie arrière et est descendu vers sa dernière demeure au large de la côte de San Diego, en Californie.
  • SS-312 Burrfish S(T) 19 septembre 69.
  • SS-315 Sealion S(T) 8 juillet68.
  • SS-317 Barbero S(T) 7 0ct 64 par Greenfish.
  • SS-324 Blenny coulé comme récif au large d'Ocean City NJ. (Le livre est faux à ce sujet. Elle n'a pas été coulée comme cible mais comme récif de pêche au large d'Ocean City MD.)
  • SS-331 Bugara perdu en remorque pour cible 1 juin 71.
  • SS-337 Carbonero S(T) 27 août 75.
  • Le SS-342 Chopper a coulé le 21 juillet 76 alors qu'il était gréé comme une cible sous-marine attachée.
  • SS-347 Cubera S(T) Date inconnue par l'USS Salmon au large de San Diego. C'était après avoir été remorqué du Venezuela, où il avait été prêté en 1972.
  • SS-362 Guavina S(T) 14 novembre 67 par Cubera avec un Mk 16 au large du cap Henry Va. J'ai une photo de l'explosion du périscope de Cubera à l'arrière la date est donnée comme étant le 11 novembre 67.
  • Le SS-377 Menhaden a attaché la cible sous-marine 76 plus tard vendu.
  • SS- 386 Pilotfish coulé Bikini 25 juillet 46 élevé S(T) 16 0ct 48.
  • SS-392 Sterlet S(T) 31 juillet 69 par Sargo.
  • SS-393 Queenfish S(T)14 août 63 par Swordfish.
  • SS-395 Sébaste S(T) 16 0ct 69 par Sea Fox.
  • SS-398 Segundo S(T) 8 août 70 par Salmon.
  • SS-399 Sea Cat test hulk 1968-72 vendu le 18 mai 73 (également signalé coulé)
  • Le SS-400 Sea Devil S(T) le 24 novembre 64 a été coulé par l'USS VOLADOR
  • SS-490, une unité de SUBFLOT ONE/SUBRON FIVE par un MK37-1. Le LCDR Glenn M. Brewer était CO. de VOLADOR à l'époque. J'étais sur le TDjC et le LT John B. Thomas, un ancien ENC(SS) à bord du SEA DEVIL a en fait frappé le piston de tir pour le tir. Une torpille a été touchée dans la zone de la salle des machines après. Le Sea Devil n'a pas coulé avant d'être bombardé (5 pouces) par l'USS Halsey (DLG) plus tard CG.
  • SS-401 Sea Dog S(T) 18 mai68.
  • SS-404 Spikefish signalé S(T) 4 août 64
  • SS-412 Trepang S(T) 16 septembre 69.
  • SS-416 Tiru dernier sous-marin de la flotte en service prévu pour la conversion en cible submersible télécommandé S(T) 2 0ct 76 par USS Silversides.
  • SS-419 Tigrone S(T) le 25 octobre 76. L'USS Sea Devil (SSN-664) a tiré un tir de guerre MK 48 sur une cible immergée. Arme acquise à plusieurs reprises mais n'arrêtait pas de se détourner. . . certains conjecturaient à l'époque que l'ordinateur de bord ne validerait pas la cible pour le rapprochement en raison de l'absence de tout bruit émanant de la cible qui était suspendue à l'arrêt à deux pontons de sauvetage. Le câble d'un ponton s'est séparé le lendemain matin dans une mer agitée et la cible a coulé. . . Officier d'Armes et TM3 sur le pont de Sea Devil à l'époque. . . le ponton est sorti de l'eau. . . beaucoup d'air agité à la surface. . . les seules épaves repérées étaient des morceaux de platelage en bois.
  • SS-422 Toro vendu en avril 65 (également signalé coulé)
  • SS-428 Ulua suspendu le 12 août 45 utilisé comme carcasse d'essai d'explosion sous-marine Norfolk 51-58 frappé le 12 juin 58.
  • SS-568 Harder S(T) au large de Pearl Harbor, 1991
  • SS-573 Salmon pour cible sonar convertie en eau peu profonde. Coulé près de Hudson Canyon comme cible de fond, juin 1993
  • SSG-574 Grayback 13 avril 86 Coulé comme cible dans ou près de Subic Bay, RPI. SS-576 Darter S(T) 7 janvier 92 au large de Pearl Harbor, HI. par l'USS Tautog (SSN 639) dans un essai Mk 48 ADCAP.

Chiens de mer

PAR WILLIAM GALVANI
LES MARINS EMMENENT DES CHIENS EN MER DEPUIS QU'UNE PAIRE DE canidés ont été expédiés avec Noah. Néanmoins, l'image du caniche aux oreilles tombantes, aussi désinvolte et confiant que les jeunes sous-mariniers qui l'entouraient, m'a surpris. Comment s'appelait le chien ? Je me demandais. Pourquoi était-ce sur un sous-marin ? Un gribouillage au dos de la photo révélait seulement qu'il s'agissait de l'équipage de l'USS Whale après son retour de sa huitième patrouille de guerre dans le Pacifique. La Submarine Force Library and Museum à Groton, Connecticut, dont je suis le directeur, possède des milliers de livres, de documents et de photographies sur les opérations des sous-marins américains, mais aucun dossier, je m'en suis rendu compte, sur les mascottes. Y avait-il des chiens à bord d'autres sous-marins ? Si oui, pourrions-nous trouver suffisamment d'informations à leur sujet pour peut-être monter une exposition pour le musée ? Pendant les six mois suivants, le conservateur, l'archiviste et moi-même avons surveillé les photos et les histoires de ce que nous avons appelé les chiens de mer. Nos découvertes étaient rares de temps en temps, nous montions une image dans un dossier ou une brève référence dans une coupure de presse jaunie. Puis j'ai publié un appel dans Polaris, le magazine mensuel des Vétérans sous-marins de la Seconde Guerre mondiale. Dans des lettres coulées avec des photographies, des cartes d'identité, des états de service et des articles de journaux. Les réponses ont montré qu'après près de cinquante ans, les sentiments des anciens combattants pour leurs animaux de compagnie sont restés forts. L'un d'eux a écrit : "Elle faisait vraiment partie de notre équipage, et nous l'aimions tous. Elle était un réconfort. . . Quand nous étions en course silencieuse et que nous obtenions une bonne charge de profondeur." Un autre a rappelé : « Un chef de l'un des quelque sept cents navires au mouillage (à Ulithi) a décidé de s'enfuir avec notre chien, et j'ai intercédé et j'ai eu le nez cassé pour mes efforts. J'espère que Garbo l'a apprécié ! Un troisième s'est souvenu : "Depuis que j'ai quitté le bateau avant Betty, je ne peux pas vous parler de son sort final. Que son âme repose en paix." De cette correspondance, j'ai découvert que pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux sous-mariniers américains transportaient des mascottes avec eux dans le Pacifique. Nous avons organisé une exposition intitulée "Sea Dogs: Mascots of the Silent Service". Toujours exposée, elle est aussi appréciée du public que les mascottes l'étaient auprès de leurs équipages et pour la même raison : les chiens ont touché leur cœur.

Les animaux de compagnie des sous-mariniers étaient généralement de petite taille et de race mixte. Les équipages les ont acquises par achat et cadeau ou en échange d'une caisse ou deux de bière. Un chien s'est même précipité à bord d'un sous-marin alors que le bateau faisait route. Les chiens acclamaient et amusaient les hommes pendant leurs longues patrouilles de guerre. Ils ont aidé à soulager la tension et la fatigue des heures de course silencieuse ou des nuits d'attaques en surface. Les hommes raffolaient de leurs chiens. Ils leur ont donné du steak et du bacon, ils leur ont donné des cartes d'identité et des certificats de service, ils les ont emmenés en liberté dans tout le Pacifique, et plus d'une mascotte a pris goût à la bière. Les équipages ont fabriqué des laisses et des colliers pour animaux de compagnie, avec des insignes de sous-marin de combat et des étoiles de service. Certains chiens portaient des manteaux spéciaux arborant le record de guerre de leur bateau. Au moins un mécréant est même allé au mât du capitaine. Garbo était la parfaite mascotte de sous-marin. Un chiot bâtard si petit qu'il pouvait être caché dans un chapeau de marin blanc, il est venu à bord de l'USS Gar (SS 206) à Hawaï à peu près au moment de la dixième patrouille de guerre du bateau. Elle et l'équipage se sont immédiatement pris d'affection, et elle est restée à bord pour le reste des quinze patrouilles de guerre du Gar. Le chiot s'est installé dans la salle des torpilles avant. Chaque fois que le sous-marin se mettait en route, Garbo se postait tout en avant sur le nez arrondi et aboyait. Une fois que chaque patrouille, elle faisait le tour du Gar de la proue à la poupe à son arrivée dans chaque compartiment, l'équipage se mettait au garde-à-vous. "Elle possédait le bateau et le savait", se souvient Jim Bunn, second de classe Motor Machinist. Garbo a obtenu l'insigne de sous-marin de combat qu'elle portait sur son col, ainsi qu'une étoile pour chaque patrouille réussie qu'elle a effectuée sur le Gar. Sous les attaques de décharges sous-marines les plus lourdes, lorsque les jauges fuyaient, que les ampoules se brisaient et que des incendies éclataient, Garbo restait toujours aussi joueur. Bunn a déclaré: "Elle aurait dû obtenir une médaille pour avoir gardé le moral et le moral au moment où nous en avions le plus besoin." Tout le monde était le bienvenu pour la caresser, mais seul le skipper, le lieutenant Cmdr. George Lautrup, Jr., et le cuisinier, Red Balthorp, pourraient venir la chercher. Le skipper la mettait sur son épaule et la portait la nuit sur l'échelle jusqu'au pont pour prendre l'air.

Une nuit, alors que le Gar courait à la surface lors d'une patrouille de guerre dans les îles Palaos, Garbo est descendu du pont de cigarettes et a disparu dans l'obscurité. Le C.O. Immédiatement commencé une recherche dogoverboard. Le bateau faisant des cercles frénétiques dans les eaux ennemies, un guetteur a finalement repéré la mascotte sous le pont, en sécurité sur le pont principal. Entre les patrouilles, Garbo est resté avec l'équipage à leur hôtel à Pearl Harbor. Elle s'est jointe aux fêtes du navire, et comme certains de ses camarades de bord à deux pattes, elle ne connaissait pas sa limite. Après avoir bu trop de bière, elle avait tendance à se glisser dans les meubles. Garbo a donné naissance à deux chiots alors que le sous-marin était en route pour Ulithi, le père appartenait à l'USS Tambor (SS 198). L'équipage du Gar a échangé les chiots avec d'autres sous-marins contre des caisses de bière. À la fin de la guerre, lorsque le Gar est revenu aux États-Unis, Jim Ellis, le machiniste en chef, a ramené Garbo chez lui. Le deuxième voyage de Skeeter au mât est survenu lorsqu'il a confondu la jambe d'un premier maître avec une bouche d'incendie. Sugie a rejoint l'équipage de l'USS Besugo (SS 321) à l'âge de six semaines. Lors de la fête de mise en service du sous-marin en juin 1944, le chiot, vêtu d'un pull bleu de marin fait sur mesure, regardait dans les bras de l'exécutif. Sugie a effectué la croisière d'essai et les cinq patrouilles de guerre au cours desquelles le Besugo a coulé plus de quarante mille tonnes de navires ennemis. Il aimait la bière et le whisky, dédaignait le gilly (une boisson ignoble distillée à partir de l'alcool contenu dans le carburant des torpilles) et buvait, à la rigueur, une dame rose. La nourriture sous-marine lui allait bien, et il aimait particulièrement s'asseoir sur une chaise pendant que l'équipage le nourrissait à la cuillère. Son appétit ne s'est pas arrêté là : il mâchait du chewing-gum (et l'avalait), il mangeait du savon si quelqu'un ne le surveillait pas, et il aimait mâcher des chaussettes dès qu'il le pouvait, surtout celles du skipper. Skeeter, mascotte de l'USS Halibut (SS 232), était aussi un bretteur. L'équipage l'a acquis au Lefty's bar à San Francisco alors que le sous-marin était en révision en 1944. Au cours de sa tournée sur le Halibut, Skeeter est apparu deux fois au mât du capitaine, peut-être un record canin.

Il a d'abord été accusé de troubler l'ordre public dans le compartiment avant des batteries et d'être hargneux et belliqueux. Cmdr. I. J. Galantin, le CO du Halibut, a rejeté l'affaire avec un avertissement. Le deuxième voyage de Skeeter au mât est survenu lorsqu'il a confondu la jambe d'un premier maître avec une bouche d'incendie. Mais le chien a finalement reçu une décharge honorable et a été retiré de la Marine à Portsmouth, New Hampshire, en juillet 1945. D'autres n'ont pas eu cette chance. Potshot a survécu à trois croisières de guerre à bord de l'USS Hoe (SS 258) pour être écrasé et tué par un camion torpilleur lors d'un arrêt de routine à Pearl Harbor. Myrna, la mascotte de l'USS Sawfish (SS 276), une autre victime de guerre, faisait partie d'une portée de six chiots nés de Luau, la mascotte de l'USS Spadefish (SS 411). Myrna n'était toujours pas sevrée lorsque son équipage l'a emmenée en contrebande à bord du Sawfish. À la fin de la neuvième patrouille de guerre du Sawfish, le sous-marin s'est rendu au Camp Dealy à Guam pour se reposer et se divertir. Myrna dormait sous une table sur laquelle plusieurs marins étaient assis quand un autre homme les a rejoints, la table s'est effondrée, écrasant leur mascotte. L'accident a laissé l'équipage déprimé pendant des semaines. La mère de Myrna, Luau, était propriétaire de planches sur le Spadefish, étant montée à bord en février 1944, attirée de la vie du terrien par un gros steak tendre après que l'équipage l'ait découverte dans un bar de Vallejo, en Californie. Elle s'est distinguée dans le service. When writing up the Spadefish's first war patrol, Lt. Cmdr. G. W. Underwood noted that Luau "contributed greatly to the morale with her ready playfulness with all hands. She was a bit perturbed by the depth charges, but soon recovered with only a slight case of depth charge nerves." If Hollywood had dreamed up a sea dog, it would have been Betty, a white toy poodle who was the mascot of the USS Whale (SS 239). She came aboard in Honolulu in September 1943, prevailing over the protests of the Whale's executive officer by licking the captain's hand. She was then designated Dog First Class, issued service and medical records, and given the run of the ship. She avoided the noisy engine rooms and hid in the control room during gunnery practice.

The men liked to take their dog on liberty in Pearl Harbor because, as Lt. Emmett Fowler, Jr., recalled, Betty was a "girl getter" it didn't take long for the poodle's escorts to strike up conversations with their mascot's attractive admirers. The weather was bad at Midway when the Whale returned from one patrol, and the port captain ordered the sub to remain outside the harbor till conditions improved. Unwilling to linger where his vessel might become a target for Japanese submarines, the C.O. entered port anyway. The irate port captain met the sub at the pier and yelled at the C.O. while the Whale was going alongside, then came aboard and continued to argue. Tiring of the stream of abuse, Betty slashed an eight-inch rip in the port captain's pants leg. A subsequent admiral's inquiry in Pearl Harbor exonerated the Whale's C.O. Betty had only been defending her crew. The port captain was relieved of his duties. Victory and the end of the war meant the breaking up of most submarine crews. Garbo, Skeeter, Betty, and other dogs went home with crew members. Porches, lawns, and the occasional cat replaced steel hulls, tile decks, and depth charges. Gabby, mascot of the USS Gabilan (SS 252), proudly represented all submarine sea dogs when he marched with his crew in a welcome-home victory parade in Mobile, Alabama, in October 1945.

A Silent Warrior's Final Day

On a dark and gloomy rain-filled day, a shroud of secrecy permeated the air on the Bremerton waterfront. It was the perfect setting for the final day in the top-secret career of the Bangor-based USS Parche, one of the world's most prolific spy submarines. By the time its life ended Tuesday in a decommissioning ceremony at the Bremerton naval base, the Parche was the most highly decorated ship in Navy history - even though most Americans have never heard of it. Commissioned in 1974, the Parche spent 30 years and 19 deployments as America's top espionage sub, reportedly tapping the undersea military communication lines of the Soviet Union during the Cold War, plucking lost Soviet weaponry from the ocean floor and gathering intelligence on other enemies afterward. The Parche (pronounced PAR-chee) was officially designated by the Navy as a "research and development" submarine. And it did plenty of that, testing new sonar and undersea warfare technologies. But its highly classified missions, none of which have ever been officially confirmed, are the most intriguing aspect of its history. Many of those missions were deemed to be of "vital importance to U.S. national security," earning the submarine an unprecedented nine Presidential Unit Citations. The vast majority of ships never receive even one. For being the most decorated ship ever, shouldn't more people be made aware of what it accomplished? "Those that need to know, know," said a matter-of-fact Rear Adm. Ben Wachendorf, who commanded the Parche from 1988 to 1993. Wachendorf, now U.S. defense attachй in Moscow, traveled from Russia to be at Tuesday's ceremony. "I wouldn't have missed it for anything," he said. "It means a lot to be able to say goodbye to an old friend." In fact, all but one of the Parche's nine former commanders were present at the Parche's decommissioning. In addition, about 130 former crew members, most belonging to the USS Parche Association, were on hand to witness the sub's inactivation. Those who returned to see their sub one last time said it was not only the camaraderie of submarine life that made Parche special, but also the exotic and extremely challenging missions it completed, which often involved excruciatingly long periods spent submerged with dwindling food and supplies. "It's the end of the life cycle," said Manchester resident Will Longman, chairman of the Parche Association. "It's very meaningful. The camaraderie does not go away. And the uniqueness of Parche imparts its own special camaraderie."

The Parche also was the last of the Navy's 37 Sturgeon-class fast attack subs to be deactivated - though it barely resembled any of the other ships of that class. That's because its hull was extended by 100 feet to accommodate extensive classified modifications in a four-year stay at Mare Island Naval Shipyard near San Francisco in the late 1980s and early 1990s. In 1994, the Parche and its crew of 190 moved from Mare Island to Bangor. It had already earned six Presidential Unit Citations by that time and earned another three after its transfer to Bangor, including a ninth for its final deployment that ended in late September. The Parche's final resume also included 13 Navy Expeditionary Medals and 10 Navy Unit Commendations - all unprecedented numbers. "Parche has had a career unmatched in the annals of submarine history," said Rear Adm. Paul Sullivan, commander of the Pacific Fleet submarine force. "Parche has gathered enough citations that are just truly remarkable ..based on her superb performance in critical national tasking. "She now ranks among the most legendary vessels to ever have sailed under our flag." Sullivan compared the Parche's storied past to other historic Navy vessels, such USS Constitution, USS Monitor, USS Missouri and USS Nautilus. "And now there is Parche," he said. The ship figured prominently in "Blind Man's Bluff: The Untold Story of American Submarine Espionage," a nonfiction book published in the 1990s, which described how it spent its Cold War days spying on the Soviet Union. It's also been reported the sub, with a claw-like device, was able to pick up lost Soviet missiles or bombs from the sea floor. Later, it reportedly deployed unmanned drones to complete many of the espionage tactics. Following the Cold War, the Parche continued its highly classified missions, with many observers citing an even higher sense of secrecy. It's said the Parche spent plenty of time in the Persian Gulf, gleaning intelligence on Iraq and Iran, and traveled through the Western Pacific keeping tabs on China and North Korea.

Capt. Richard Charles, the Parche's first commander, traveled from Mobile, Ala., for Tuesday's ceremony. He took command while the sub was being built and went on its first deployment, a five-month journey in the Mediterranean Sea. After that, the sub transferred to the West Coast and began its spy missions a few years later. "Those guys in the Pacific had all the fun," Charles joked. "I just built it. It's always sad to see a ship retire, but after a while, they are like you and me they wear out." Ironically, the name of the Parche's last at-sea commander, Capt. Charles Richard, was a mirror image of the sub's first. Richard was relieved in a change-of-command ceremony Tuesday after leading the Parche on two post-September 11th deployments, including one that lasted 122 days in 2002. "Being commander of this ship was an extraordinary experience and I was fortunate to be given the experience," he said. "I hope that each man who has served aboard this ship will look back and swell with pride knowing that he answered his country's call." Following the ceremony, the Parche, probably one of the least known subs to the general public because of its highly classified missions, silently shifted over to Puget Sound Naval Shipyard. There, it will be torn apart and recycled over the next few years. And it's probably the first time in the Parche's history that its whereabouts will be known. "That just proves our success that nobody knows what we do," said Bremerton resident Curt Mathews, who retired off the Parche last year. "It's kind of fun. People say, 'The Parche? I never heard of it?' Well, that's good. And we like it that way and that's why we were successful in all of our missions."


New Jersey Scuba Diving

World War II – USS Blenny SS-324 – 312 ft, 1,810 tons, 8 knots submerged

Everyone knows what a submarine is – a ship that can go underwater. Hardly needs any explanation. Unless you’re in the US Navy. By the Navy definition, only their modern, nuclear-powered boats ( all submarines are called “boats” ) are true submarines, designed to operate beneath the surface almost indefinitely. Anything else is merely a “submersible”, tied to the surface by the need for fuel and air. Peu importe.

Submarines have a long history. Leonardo DaVinci sketched submarine vessels in the 1500s, but that’s a far cry from actually building one. Both the North and the South experimented with submarines during the Civil War, although only the desperate South actually used theirs in combat – the famous Hunley. Submarine development continued in Europe during the later 1800s, with no really useful results.

It was two Americans who separately built the first really practical submarines around the turn of the century, both right here in New Jersey. John Holland’s 45 ft Holland IV, built in Elizabeth, became the SS-1, the first boat accepted by the US Navy for operational use. The choice was more for political reasons than any superiority of design. Tandis que le Hollande functioned adequately above and below the water, Holland’s methods for submerging, surfacing, and depth-keeping were clumsy. The perfection of diving and underwater control was left to Simon Lake, who began his work in Keyport, later in Toms River. Lake’s submarine designs were much more advanced than Holland’s, and Simon Lake should really be considered the father of the modern submarine. However, although the Navy eventually bought several of Lake’s submarines as well, their early preference for Holland has enshrined his name with that title. Lake spent his later years and much of his fortune vainly searching for the wreck of the HMS Hussar and its sunken treasure in the 1930s.

World War II – German Type IXc U-boat – 251 ft, 1,051 tons, 8 knots submerged

None of these early submarines were practical as weapons of war – they were small, short ranged, and extremely slow. In addition, these early subs lacked periscopes for underwater navigation and targeting, and like the Hunley, they carried primitive weapons that were at least as dangerous to themselves as to any enemy. All that changed during World War I with rapid advances in submarine technology and weapons, mainly in Germany. ( see U-151 ) these advances continued through World War II, when German U-boats were the scourge of the Atlantic, operating right up to our coast, sinking hundreds of ships over the course of the war. Similarly, long-ranged American submarines prowled the Pacific, eventually sinking almost every Japanese merchant vessel. While the Germans ultimately lost the Battle of the Atlantic, the Americans certainly won the “Battle of the Pacific.” After the war, advanced technology captured from the Germans, who were again at the forefront of submarine development, was combined with nuclear power to produce what the Navy now considers to be the true submarine.

Un Ohio-class nuclear powered Trident missile submarine 560 ft, 18,700 tons submerged, 25+ knots submerged

Ironically, modern submarines carry such fearsomely destructive arsenals that they no longer even bother to target surface ships. Instead, their primary mission is now to hunt each other.

2004 – the US Navy’s newest class of attack submarine – USS Virginia SSN-774 377 ft, 7,800 tons submerged, 32+ knots submerged


G-2 SS-27 - History

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

SS, abbreviation of Schutzstaffel (German: “Protective Echelon”), the black-uniformed elite corps and self-described “political soldiers” of the Nazi Party. Founded by Adolf Hitler in April 1925 as a small personal bodyguard, the SS grew with the success of the Nazi movement and, gathering immense police and military powers, became virtually a state within a state.

From 1929 until its dissolution in 1945, the SS was headed by Heinrich Himmler, who built up the SS from fewer than 300 members to more than 50,000 by the time the Nazis came to power in 1933. Himmler, a racist fanatic, screened applicants for their supposed physical perfection and racial purity but recruited members from all ranks of German society. With their sleek black uniforms and special insignia (lightninglike runic S’s, death’s head badges, and silver daggers), the men of the SS felt superior to the brawling brown-shirted Storm Troopers of the SA, to which initially they were nominally subordinate.

When Hitler, with SS help, purged the SA in 1934 and reduced it to political impotence, the SS became an independent group responsible, via Himmler, to Hitler alone. Between 1934 and 1936 Himmler and his chief adjutant, Reinhard Heydrich, consolidated SS strength by gaining control of all of Germany’s police forces and expanding their organization’s responsibilities and activities. At the same time, special military SS units were trained and equipped along the lines of the regular army. By 1939 the SS, now numbering about 250,000 men, had become a massive and labyrinthian bureaucracy, divided mainly into two groups: the Allgemeine-SS (General SS) and the Waffen-SS (Armed SS).

The Allgemeine-SS dealt mainly with police and “racial” matters. Its most important division was the Reichssicherheitshauptamt (RSHA Reich Security Central Office), which oversaw the Sicherheitspolizei (Sipo Security Police), which, in turn, was divided into the Kriminalpolizei (Kripo Criminal Police) and the dreaded Gestapo under Heinrich Müller. The RSHA also included the Sicherheitsdienst (SD Security Service), a security department in charge of foreign and domestic intelligence and espionage.

The Waffen-SS was made up of three subgroups: the Leibstandarte, Hitler’s personal bodyguard the Totenkopfverbände (Death’s-Head Battalions), which administered the concentration camps and a vast empire of slave labour drawn from the Jews and the populations of the occupied territories and the Verfügungstruppen (Disposition Troops), which swelled to 39 divisions in World War II and which, serving as elite combat troops alongside the regular army, gained a reputation as fanatical fighters.

SS men were schooled in racial hatred and admonished to harden their hearts to human suffering. Their chief “virtue” was their absolute obedience and loyalty to the Führer, who gave them their motto: “Thy honour is thy loyalty.” During World War II the SS carried out massive executions of political opponents, Roma (Gypsies), Jews, Polish leaders, communist authorities, partisan resisters, and Russian prisoners of war. Following the defeat of Nazi Germany by the Allies, the SS was declared a criminal organization by the Allied Tribunal in Nürnberg in 1946.


But

This is the point where you start the real evaluation of the piece and try to figure out the purpose for its creation. You must be able to think as the author of the document. At this point you are still only focusing on the single piece of work you are evaluating.

  1. une. Why does this document exist?
  2. b. Why did the author create this piece of work?
  3. c. What is the intent?
  4. ré. Why did the author choose this particular format?
  5. e. Who is the intended audience?
  6. f. Who was the author thinking would receive this?
  7. g. What does the document &ldquosay&rdquo?
  8. h. Can it tell you more than is on the surface?

Société Histoire

G2 Secure Staff, LLC employs over 6,000 aviation services professionals at 54 top traveled airports across the United States.

We provide a wide range of aviation service solutions, including Terminal, Security, Aircraft Appearance, Ramp, Passenger Service, Cargo and Maintenance services. Please see our services tab at the top of our page to view a detailed page with each service. We provide services for long and short term agreements based on your company’s needs .

We only use the most up-to-date technology to assure our operations run as smooth as possible. Our tablet devices can track the location of our work force as well as assign necessary assignments in order to create a quick and smooth experience for our customers . We also utilize the same technology to improve timeliness within our operations .

Due to experience, we have a great understanding of the aviation industry and take notice when we see an employee going above and beyond their line of work. To those employees who work hard day in and day out we award with a Service Excellence Pin. This unique pin can be proudly displayed on their outer most garments while they work.

Our customers have all responded very favorably to our service delivery which is led by experienced management and dedicated employees. Our Operations management consists of a blend of former airline, aviation staffing and aviation security professionals. The talent level and diversity of this team allows G2 to funnel customer resources directly to the operation in a quality manner.

Our primary focus is to ultimately limit air carrier expenses in challenging times. Accordingly, all legacy and many low cost air carriers are included in our overall client portfolio of approximately 100 customers.


Social Security

First version of SSN card. No form number and no revision date. The preprinted information on the card face was in blue ink with a Social Security Board seal (in a lighter shade of blue) in the center of card. The SSN was in red ink. The date of issue was typed on the card. Had a &ldquostub&rdquo to type in the mailing address. (The stub was to be put away for safe keeping.) Left edge was perforated. The card had a curved header showing &ldquoSocial Security Act.&rdquo Under the header was &ldquoaccount number.&rdquo Had preprinted legends &ldquodate of issue&rdquo and &ldquoemployee's signature.&rdquo The instructions on the back were in black ink.

Second version of SSN card . Same as the first version of the card. The stub had a centered legend &ldquoFor Office Use Only.&rdquo

Third version of SSN card . The card itself was the same as the prior version but there were some variations in the printings. In some printings the SSN was printed on the stub in others it had to be typed on. In some printings the stub had pre-printed spaces for the NH's name and address.

First version of replacement SSN card . On the back of the card the form number was shown as &ldquoForm OA-702 DUP.&rdquo The card format was the same as the original SSN card except it was light green and had &ldquoDUPLICATE&rdquo printed diagonally across the face in red letters (green letters for those used by RRB). There was a Social Security Board seal in the middle of the card. The left margin was not perforated. The back of the RRB version showed only &ldquoRR&rdquo in large letters. The cards did not have a stub.

Second version of replacement SSN card . The preprinted information was in blue ink. &ldquoDuplicate&rdquo was not printed on the card. On the back of the card was &ldquoForm OA-702.1.&rdquo Date of issue was omitted. All printed information was in black ink. Back of card had: Federal Security Agency, Social Security Board

Fourth version of SSN card . The preprinted &ldquodate of issue&rdquo was eliminated. &ldquoEmployee's signature&rdquo changed to &ldquoworker's signature.&rdquo The stub had the SSN preprinted in red. &ldquoFederal Security Agency&rdquo was printed on the back of the stub. Instructions said to show card to employer.

Third version of replacement SSN card . The card was the same as the prior version. The stub had a box designated &ldquoworker's name and home address.&rdquo

Fourth version of replacement SSN card (12/42 revision). The revision date was printed on the back of the card. The legend &ldquoemployer's name&rdquo was pre-printed on the stub. Preprinted information on the card and stub was in blue ink. Instructions (in black ink) included information about name changes.

Fifth version of SSN card (4/43 revision). The card looked the same as the prior version. Instructions on the back of the card were expanded.

Sixth version of SSN card (7/44 revision). The same as the prior version, except the left edge was straight and the form number (&ldquoForm OA-702&rdquo) and the revision date (7-44) appeared in the lower left corner of the stub and the back of the card.

Fifth version of replacement SSN card (7/44 revision). The card was the same as the prior version. &ldquoEmployer's name&rdquo was no longer preprinted on stub.

Seventh version of SSN card (1/46 revision). The seal was now the Social Security Administration Seal and both the card and the stub bore the legend &ldquoFor Social Security Purposes Not For Identification.&rdquo Back of the card showed: Federal Security Agency, Social Security Administration.

Sixth version of replacement SSN card (1/46 revision). Both card and stub showed &ldquoFor Social Security Purposes--Not For Identification&rdquo across the bottom. Back of card showed: Federal Security Agency, Social Security Administration.

Eighth version of SSN card (6/48 revision). Some cards were the same as the prior version others had a new header, &ldquoSocial Security&rdquo with a small SSA seal in the header between &ldquoSocial&rdquo and &ldquoSecurity.&rdquo There were variations in the printings of this version.

Seventh version of replacement SSN card (3/48 revision). Card had the Social Security Administration seal instead of the Social Security Board seal. Back of card showed: Federal Security Agency, Social Security Administration.

Eighth version of replacement SSN card (10/48 revision). The SSA seal appeared as a slightly stippled design in the same shade of blue as the rest of the format. Instructions on the back of the card and the stub were printed in blue ink.

Ninth version of replacement SSN card (7/49 revision). The card was the same as the prior versions with the &ldquoSocial Security&rdquo header.

Printings of the 6/48 version of the SSN card had a header &ldquoSocial Security&rdquo with a small SSA seal between the two words.

Ninth version o f SSN card (1/52 revision). &ldquoSignature&rdquo instead of &ldquoWorker's signature&rdquo appeared on card and stub.

Tenth version of replacement SSN card (1/52 revision). &ldquoSignature&rdquo rather than &ldquoWorker's signature&rdquo appeared on card and stub.

Tenth version of SSN card (4/53 revision). The card was the same as the prior version. The instructions on the back of the card were revised. Also showed: Department of Heath, Education, and Welfare, Social Security Administration.

Eleventh version of replacement SSN card (4/53 revision). The card was the same as the prior version. Instructions on back of card were changed. Back showed: Department of Health, Education, and Welfare, Social Security Administration.

Eleventh version of SSN card (2/54 version). The seal on the card was changed to a small DHEW seal.

Twelfth version of replacement SSN card (2/54 revision). The seal was changed to a DHEW seal.

Twelfth version of SSN card (7/54 revision). The card was the same as the prior version. There were small changes in the instructions on the back of the card.

Thirteenth version of replacement SSN card (7/54 revision). Card and stub were the same as the prior version. Instructions on the back of the card and stub used the term &ldquofield office&rdquo rather than &ldquodistrict office.&rdquo

Fourteenth version of replacement SSN card (3/56 revision). The card and stub were the same as the prior version. Instructions included information for the NH to get in touch with SSA if totally disabled.

Thirteenth version of SSN card (4/56 revision). The card was the same as the prior version. Instructions on the back of the card said to get in touch with SSA if a worker became totally disabled.

Fifteenth version of replacement SSN card (4/56 revision). The card and stub were the same as the prior version. Some cards may have been printed with 4/56 revision date (rather than 3/56).

Sixteenth version of replacement SSN card (10/58 revision). The card and stub were the same as the prior version. Instructions included information that a woman should contact SSA when she reached age 62.

Fourteenth version of SSN card (5/59 revision). The card and the stub were the same as the prior version. Instructions added information that a woman should contact SSA when she reached age 62. The instructions on the back were in black ink.

Fifteenth version of SSN card (9/61 revision). The card and stub revised to read &ldquoFor Social Security and Tax Purposes -- Not For Identification.&rdquo

Seventeenth version of replacement SSN card (11/61 version). The card and stub revised to read &ldquoFor Social Security and Tax Purposes -- Not For Identification.&rdquo

Seventeenth version of SSN card

Eighteenth version of SSN card (1/72 revision). Legend &ldquoNot For Identification&rdquo was no longer on card (shown from 1946 to 1972). A large DHEW seal was in the middle of the card. The format of the stub was changed to envelope size (the card was a small two-sided tear-off of the stub). The instructions were expanded on the back of the card and stub and were in black ink.

Eighteen version of replacement SSN card . This was the last version of the replacement SSN card. Thereafter, original and replacement cards looked the same.

Nineteenth version of SSN card (4/76 revision). The card is the same as the prior version. The stub size is smaller. The instructions are less and are printed in blue ink.

Twentieth version of the SSN card (5/80 revision). The seal is changed to a DHHS seal.

Twenty-first version of the SSN card (4/81 revision). The card is the same as the prior version.

On May 17, 1982, SSA began annotating SSN cards issued to aliens assigned nonwork SSNs &ldquoNOT VALID FOR EMPLOYMENT.&rdquo

Twenty-second version of SSN card (6/82 revision). The card is the same as the prior version. The SSN was removed from the card stub. Instructions add information about legend on non-work SSN cards.

Twenty-third version of SSN card (9/82 version). The card is the same as the prior version.

Twenty-fourth version of SSN card (10/83 revision). SSA begins issuing counterfeit resistant SSN card (on blue banknote paper with randomly placed colored planchettes on the back).

Twenty-fifth version of SSN card (4/84 revision). The card is the same as the prior version with the instructions reformatted.

Twenty-sixth version of SSN card (1/87 revision). Same as prior version with slightly darker shade of blue ink on back of card and stub.

Twenty-seventh version of SSN card (1/88 revision). Anti-copy VOID pattern added as security feature for card.

On September 14, 1992, SSA began showing the legend &ldquo VALID FOR WORK ONLY WITH INS AUTHORIZATION &rdquo for aliens with temporary work authorization.

Twenty-eighth version of SSN card ( January 1994). Language on the card tells NHs to &ldquoKeep card in a safe place to prevent loss or theft.&rdquo

Twenty-ninth version of SSN card ( April 1995), has SSA's new seal on the card.

Thirtieth version of the SSN card (06/99). Corrected SSA address to which cards should be returned.

Thirty-first version of the SSN card (12/2002). Instructions updated for clarity, to ask that the NH report changes in name, U.S. citizenship or alien status to SSA and not allow others to use SSN. The instruction &ldquodo not carry it with you&rdquo added to the back of the card.

Thirty-second version of the SSN card (03/2004). The language, &ldquoDO NOT CARRY IT WITH YOU&rdquo is added to the face of the card and the anti-copy VOID pattern is removed. In April 2004 the restrictive legend, VALID FOR WORK WITH INS AUTHORIZATION is changed to show INS change to DHS.

Thirty-third version of the SSN card (11-2006). Left side of SSN card carrier includes an explanation of the date printed under signature line on SSN card. Right side of carrier provides instructions for signing card. Beginning 04/07, the date the card is issued is printed under the signature line. Beginning 9/08/07, the number holder&rsquos name will always be printed on two lines, with the last name printed directly below the first and middle names.

Thirty-fourth version of the SSN card (10-2007). The 10-2007 version of the SSN card includes additional security features. Some of the more recognizable features are:

A unique non-repeating spiral design, replacing the existing marbleized pattern. The new pattern will be the same or a very similar color to the current background and will continue to be erasable.

Color shifting inks added to the face of the card very recognizable since it is used in currency.

A latent image on the face of the card, visible only when the document is viewed at specific angles.


Voir la vidéo: Estas Tonne - Perception Live in Zurich (Octobre 2021).