Len Blanc

Leonard (Len) White est né à Skellow le 23 mars 1930. Il travaillait comme poseur de plaques à Bullcroft Colliery. Il a joué au football pour Upton Colliery avant de rejoindre Rotherham United en mai 1948. Jouant sur l'aile droite, il a marqué 15 buts en 43 matchs au cours des deux saisons suivantes.

En février 1953, Newcastle United a payé 12 500 £ pour White. L'idée de départ était de remplacer Tommy Walker qui semblait arriver à la fin de sa carrière. Il a fait ses débuts contre Liverpool plus tard ce mois-ci. Cette saison-là, il a marqué deux buts en 12 apparitions.

La saison suivante, il est devenu un membre régulier d'une équipe qui comprenait Bobby Cowell, Frank Brennan, Charlie Crowe, Alf McMichael, George Hannah, Jackie Milburn, Vic Keeble, Jimmy Scoular, Ronnie Simpson, Bob Stokoe et Bobby Mitchell. Cette saison-là, Newcastle a terminé à la 8e place de la première division, les blancs marquant 14 buts en 29 matchs.

Newcastle United a connu une autre bonne course de la FA Cup au cours de la saison 1954-55, battant Plymouth Argyle (1-0), Brentford (3-2), Nottingham Forest (2-1), Huddersfield Town (2-0), York City ( 2-0) pour atteindre la finale contre Manchester City.

Le joueur vedette de Newcastle, Jackie Milburn, a rappelé plus tard comment le match avait commencé : "J'ai gagné un corner sur la droite et Len White a couru pour le prendre. Le capitaine de Manchester City, Roy Paul, se tenait à côté de moi pendant que Len plaçait le ballon, mais il a soudainement crié: "Bon sang, je devrais marquer Keeble", alors il s'est précipité pour trouver le grand Vic, qui était plus largement connu pour ses prouesses dans les airs. Len a tiré la balle dans ma direction et je me trouvais tout seul comme Grey's Monument. J'ai passé le ballon de la tête devant leur gardien, Bert Trautmann et c'était tout."

La situation a empiré pour City lorsque Jimmy Meadows a subi une grave blessure au genou à la 18e minute. Tout comme en 1952, Newcastle n'avait que dix hommes à battre. Malgré ce désavantage, City a égalisé lorsque Bobby Johnstone a battu Ronnie Simpson d'une tête plongeante après un bon travail de Joe Hayes.

En seconde période, Newcastle United a fait valoir son avantage numérique. Selon Jackie Milburn, le capitaine de Newcastle, Jimmy Scoular, était le meilleur joueur sur le terrain : "Scoular n'arrêtait pas de pulvériser de superbes ballons de crossfield à Bobby Mitchell et entre eux, ils ont déchiré City." Charlie Buchan a ensuite commenté: "Je n'ai jamais vu auparavant un affichage de demi-aile aussi bon que celui de Scoular dans un grand match."

À la 53e minute, Bobby Mitchell a effectué une descente sur l'aile avant de marquer sous un angle aigu. Peu de temps après, George Hannah a marqué sur une passe de Mitchell. Newcastle United avait remporté la FA Cup pour la troisième fois en cinq ans et Len White avait remporté sa première médaille de vainqueur de la FA Cup.

Les blancs n'ont joué que 21 matchs au cours de la saison 1955-56. Cependant, les blessures de Vic Keeble et de Jackie Milburn signifient qu'il a été remplacé par l'avant-centre l'année suivante. Lors de la saison 1957-58, White était le porteur régulier du maillot numéro 9. Au cours de la saison 1958-59, il a été le meilleur buteur avec 25 buts en 30 matches de championnat. Il a ajouté 28 buts de plus en 40 matchs de championnat au cours de la saison 1959-60.

Comme le souligne Paul Joannou dans L'alphabet noir et blanc: "Il avait une force formidable sur le ballon, se faufilant dans et hors des défis à grande vitesse et a pu terminer avec un tir puissant. Blanc aimait attaquer les défenses par lui-même et il a fait rugir la foule de Gallowgate avec de nombreux buts spectaculaires ."

White était en grande forme lors de la saison 1960-61 et avait marqué 28 buts en 33 matchs avant d'être grièvement blessé lors d'un match contre Tottenham Hotspur le 22 mars 1961. Il était hors de combat pendant plus de six mois et au moment où il était disponible pour la sélection, le club avait été relégué en deuxième division.

White ne s'est jamais complètement remis de sa blessure et en février 1962, il a été vendu à Huddersfield Town. Il avait marqué 153 buts en championnat et en coupe en 266 apparitions avec Newcastle United. À l'époque, seul Jackie Milburn marquait plus de buts que White pour le club. Après avoir passé trois saisons avec Huddersfield (37 buts en 102 matchs), il a déménagé dans le comté de Stockport en janvier 1965. Il a pris sa retraite du football professionnel en 1965.

Len White est décédé à Huddersfield en juin 1994.


Jen Psaki est née Jennifer Rene Psaki le 1er décembre 1978 à Stamford, Connecticut.

Elle est la fille de James R. Psaki et Eileen D. Medley. Son père, James, est un promoteur immobilier à la retraite, appartenant à Groton Community et Groton Multifamily, des sociétés de développement immobilier dans le Connecticut. Alors que sa mère Eileen est psychothérapeute en cabinet privé à Greenwich.

Ses beaux-parents sont Josiane J. Colazzo et de Robert E. Medvey.

Elle est d'ascendance irlandaise-grec-polonaise.

Éducation de Jen

En 1996, elle est diplômée de la Greenwich High School à Greenwich, Connecticut.

Plus tard, en 2000, elle a obtenu son baccalauréat du College of William & Mary avec distinction en littérature. Pendant ses années d'université, elle était nageuse de dos pour son équipe universitaire, Willian & Mary Tribe.


Len White - Histoire

Dans la nature, nous avons ouvert pour nous l'histoire de sa création - dans les belles fleurs parfumées, avec leur coloration variée et délicate - Dieu nous donne une expression indubitable de son amour

James Nix - Entretiens

Interview 1 : James Nix - Parler avec des personnes qui ont connu Ellen White : YouTube.

Faites un don pour aider à partager les écrits d'Ellen G. White

Veuillez visiter : http://partner.egwwritings.org et découvrez comment vous pouvez soutenir le développement et l'expansion continus du site.

Le messager de Dieu répond aux besoins des enfants

Le White Estate a récemment mis à jour ce site spécialement pour les enseignants de la maternelle à la 12e année qui souhaitent améliorer la marche spirituelle de leurs élèves avec Jésus. Il y a 38 leçons entièrement développées couvrant les principaux sujets spirituels auxquels sont confrontés les élèves des écoles adventistes.

Expositions et documents d'Ellen G. White Estate concernant

NOUVEAU logiciel EGW Writings v.7 pour Apple & MacOS Big Sur 11

Ellen G. White Writings est désormais disponible pour la première fois sur une belle application Apple Mac OS native et facile à utiliser pour : les ordinateurs Macbook, Macbook Pro, Mac Pro, iMac et Mac Mini. Ce logiciel a été recodé pour fonctionner nativement sur les derniers ordinateurs Apple Silicon : M1 MacBook Pro, MacBook Air et Mac mini exécutant macOS Big Sur. Il fonctionnera également de manière transparente sur les Mac Intel actuels et plus anciens exécutant macOS Yosemite jusqu'à Big Sur. Les systèmes d'exploitation Mac suivants sont pris en charge : OSX Yosemite 10.10, macOS El Capitan 10.11, macOS Sierra 10.12, macOS High Sierra 10.13, macOS Mojave 10.14, macOS Catalina 10.15 et macOS 11 Big Sur. The White Estate a passé 5 ans à perfectionner le logiciel EGW Writings. Nous avons consacré des heures d'amour et d'énergie au développement de cette dernière version d'EGW Writings pour les utilisateurs de Mac. Cette version synchronisera votre centre d'études avec EGW Cloud. (EGW Writings 2, v.7.0.x pour iOS EGW Writings 2 v.6.x, pour Android plus notre nouveau site Web beta.egwwritings.org, ils prennent tous en charge la synchronisation EGW Cloud.) Ce logiciel est disponible GRATUITEMENT sur notre site Web ou depuis le Mac App Store. Les dons sont très appréciés.

EGW Writings 2 v.6 pour téléphones et tablettes Android

EGW Writings 2 v.6 pour Android vient de sortir. Il comprend une nouvelle étagère, une synchronisation EGW Cloud et un nouveau design de lecteur, et bien plus encore. Les menus de l'interface utilisateur (UI) des applications prennent désormais en charge 16 langues : arabe, chinois, anglais, français, allemand, indonésien, italien, coréen, polonais, portugais, roumain, russe, espagnol, swahili, tagalog et ukrainien. De plus, l'application vous permet de télécharger individuellement ou en groupe l'intégralité des écrits publiés d'Ellen G. White dans 131 langues différentes. Une nouvelle disposition d'étagère est disponible. Ma bibliothèque a été ajoutée pour les livres que vous téléchargez. Également un nouveau design de lecteur de livre et avec des fonctionnalités supplémentaires. De plus, nous prenons désormais en charge EGW Cloud, qui synchronise les données de votre centre d'études entre 3 plates-formes de système d'exploitation : iOS, macOS et Android. (Si vous utilisez le même compte EGW Cloud

NOUVEAU EGW Writings 2 v.7 pour Apple iOS pour iPhone et iPad

Ellen G. White Estate a mis à disposition l'application EGW Writings pour les appareils iPhone, iPad, iPad Pro et iPod Touch en 131 langues. Les menus de l'interface utilisateur (UI) des applications prennent désormais en charge 16 langues : arabe, chinois, anglais, français, allemand, indonésien, italien, coréen, polonais, portugais, roumain, russe, espagnol, swahili, tagalog et ukrainien. Nous avons mis à jour la conception et les fonctionnalités de la bibliothèque et du lecteur. De plus, nous prenons désormais en charge EGW Cloud qui synchronise les données de votre centre d'études entre 3 plates-formes de système d'exploitation : iOS, macOS et Android si tous vos appareils utilisent le même compte EGW Cloud.

Application EGW Writings pour Windows 10

Cette application EGW Writings pour Windows 10 vous permet de lire et de rechercher les écrits publiés complets d'Ellen G. White en ligne ou hors ligne via une application conçue sur mesure pour ordinateurs et tablettes. L'application EGW Writings est disponible en 131 langues. Il fonctionne aussi bien avec une souris que sur des appareils à écran tactile.

/>Ellen G. White Letters & Manuscripts with Annotations, vol. 1

Ce premier volume de la série rassemble toutes les pages connues des écrits d'Ellen White sur une période de 15 ans et les classe par ordre chronologique.

Ellen G. White, nouvel honneur de Pathfinder

Téléchargez les conditions d'honneur et les matériaux qui ont été lancés au camporee 2014 d'Oshkosh Pathfinder.

Ellen G. White Periodical Resource Collection Vol's. 3, 4.

Le White Estate a produit une édition limitée des deux derniers volumes qui complètent l'ensemble de 4 volumes de la collection de ressources périodiques Ellen G. White. Maintenant disponible à l'achat

Ellen White Estate : Site Web de l'enseignant

L'éducation est importante pour le White Estate. Dieu a donné à Ellen White de nombreux messages sur l'éducation qui sont toujours d'actualité aujourd'hui. Visitez le site Web Teachers.ellenwhite.org pour obtenir des documents à partager avec vos élèves.

Collaborer avec le White Estate pour l'aider à réaliser son projet Internet mondial

Les informations ci-dessous concernent quelque chose de si important, si innovant et si potentiellement bouleversant, que je n'ai qu'à les partager avec vous !

Visitez le site Web officiel du CWJ

La Conférence générale et le Ellen G. White Estate ont lancé le plus grand projet mondial de distribution de livres dans l'histoire de l'Église adventiste du septième jour. Utilisant les principales langues du monde, le projet vise à distribuer 10 livres d'Ellen G. White, accompagnés de guides d'étude, à plus de deux millions d'adventistes dans le monde. L'église a besoin de votre aide pour faire de ce projet une réalité. Pour en savoir plus sur le projet Connecting With Jesus ou pour faire un don.

Avis de droit d'auteur sur le site Web d'Ellen G. White® Estate

Veuillez lire notre avis de droit d'auteur qui couvre tous nos sites Web et applications WhiteEstate, EllenWhite et EGWWritings.

De même que notre vie physique est soutenue par la nourriture, de même notre vie spirituelle est soutenue par la parole de Dieu. Et chaque âme doit recevoir la vie de la parole de Dieu pour elle-même. De même que nous devons manger pour nous-mêmes afin de recevoir de la nourriture, de même nous devons recevoir la parole pour nous-mêmes. Nous ne devons pas l'obtenir simplement par l'intermédiaire de l'esprit d'un autre. Désir des âges, p. 390


Les faux professeurs : Ellen G. White

Il y a quelques semaines, je me suis lancé dans une nouvelle série d'articles à travers lesquels j'ai l'intention de parcourir l'histoire de l'église - depuis ses premiers jours jusqu'à nos jours - pour examiner certains des faux enseignants les plus notoires du christianisme. En chemin, nous visiterons des personnages tels qu'Arius, Pelagius, Fosdick et même quelques-uns que vous pourriez trouver à la télévision aujourd'hui. On continue ce matin avec une fausse enseignante, la première femme de la série, qui compte aujourd'hui environ 18 millions de followers dans le monde.

Parrainer

Montrez votre soutien

Ellen G. Blanc

Ellen Gould Harmon est née dans une petite ferme près du village de Gorham, Maine, le 26 novembre 1827. Quelques années seulement après sa naissance, ses parents Robert et Eunice Harmon ont abandonné l'agriculture pour déménager dans la ville voisine de Portland où elle père est devenu chapelier. Quand Ellen avait neuf ans, elle a été défigurée de façon permanente lorsqu'un camarade de classe l'a malicieusement frappée à la tête avec une pierre. La pierre l'a plongée dans un coma qui a duré plusieurs semaines et l'a forcée à manquer une longue période de scolarité.

Quand Ellen avait douze ans, elle et sa famille ont assisté à une réunion de camp méthodiste à Buxton, Maine, et là, elle a eu une expérience religieuse formative dans laquelle elle a professé sa foi en Jésus-Christ. En 1840 et 1842, elle et sa famille assistèrent à des réunions adventistes et devinrent des dévots de William Miller. Miller s'était consacré à l'étude des prophéties bibliques et était convaincu que le Christ reviendrait le 22 octobre 1844. Lorsque le Christ ne revint pas, un non-événement connu sous le nom de La Grande Déception, la plupart des gens abandonnèrent l'Adventisme. Mais dans la confusion qui en résulta, Ellen prétendit avoir reçu des visions qui furent bientôt acceptées comme une révélation donnée par Dieu. Le petit mouvement adventiste qui restait était divisé par de nombreuses divisions et de nombreuses luttes intestines, mais On croyait qu'Ellen avait un don qui pouvait réunir et guider le mouvement. Ses rêves et ses visions ont continué et elle est rapidement devenue un leader parmi eux.

En 1846, Ellen a épousé un jeune prédicateur adventiste nommé James White et ensemble, ils ont beaucoup voyagé, répandant la foi adventiste en Nouvelle-Angleterre et au-delà. Douze mois plus tard, elle a donné naissance à un fils, l'un des quatre enfants qu'elle allait avoir, mais a rapidement laissé l'enfant avec des amis afin qu'elle puisse continuer à voyager, à prêcher et à écrire.

En 1855, les Blancs ont déménagé à Battle Creek, dans le Michigan, et c'est devenu la plaque tournante de l'Adventisme. Cinq ans plus tard, des représentants de chaque congrégation adventiste se sont réunis là-bas et ont déterminé qu'ils seraient désormais connus sous le nom d'adventistes du septième jour. Peu de temps après, ils se sont officiellement organisés en dénomination.

Pendant tout ce temps, Ellen a continué à recevoir des rêves et des visions prophétiques – quelque 2 000 au cours de sa vie – et à travers eux, elle a guidé et formé l'église. Au cours de sa vie Témoignages pour l'Église passé de seulement seize pages à neuf volumes complets. En 1863, elle a reçu une vision de la santé humaine et ses partisans ont rapidement adopté ses règles de santé dans le cadre de leur pratique, rejetant la viande, le café et les médicaments en faveur des remèdes naturels.

Le mouvement adventiste a continué à se développer et les Blancs étaient très demandés à travers l'Amérique. Ils voyageaient constamment, s'adressant à de grandes congrégations et à des réunions. Après la mort de James en 1881, Ellen voyagea de plus en plus, passant deux ans en Angleterre et près de neuf ans en Australie. Elle a passé la majeure partie des quinze dernières années de sa vie à Elmshaven, en Californie, et a été largement absorbée par l'écriture et l'organisation de la dénomination croissante. Elle mourut le 16 juillet 1915, à l'âge de 87 ans. Au cours de sa vie, elle avait prêché un nombre incalculable de fois et avait écrit quelque 5 000 articles et 40 livres. Au moment de sa mort, l'adventisme du septième jour comptait près de 140 000 membres dans le monde.

Faux enseignement

À bien des égards, Ellen G. White semblait s'en tenir à la foi chrétienne historique. Elle croyait au retour corporel imminent du Christ, elle s'en tenait à l'inspiration et à l'autorité de la Bible, et elle enseignait que nous sommes sauvés par la justice de Christ plutôt que par la nôtre. Mais au milieu de cette vérité se trouvaient de dangereux faux enseignements. Je vais me concentrer sur seulement deux.

Le faux enseignement le plus évident était celui qui a donné leur nom aux Adventistes du Septième Jour : l'idée que le bon jour d'adoration est le samedi plutôt que le dimanche. Peu de temps après le mariage de James et Ellen, ils ont étudié un tract écrit par Joseph Bates intitulé Sabbat du septième jour et est devenu convaincu qu'ils devaient observer le samedi comme le sabbat. Six mois plus tard, Ellen a eu une vision dans laquelle elle a vu la loi de Dieu avec un halo de lumière entourant le quatrième commandement. Elle et son mari ont pris cela comme une preuve que leur nouvelle compréhension était correcte. Ils élevèrent cela au rang de doctrine de première importance.

La vision aberrante de White sur la mort, l'enfer et le châtiment éternel était bien plus préoccupante. Les adventistes ont adopté plusieurs principes clés, dont un affirmant que Dieu ne tourmente pas éternellement les pécheurs, mais que les morts entrent dans le sommeil de l'âme jusqu'à la seconde venue et le jugement dernier. À ce moment-là, la punition pour les pécheurs sera qu'ils cessent d'exister.

White a soutenu qu'un Dieu de colère éternelle doit être incompatible avec un Dieu d'amour et de bonté. Dans La grande controverse elle a écrit : « Combien répugne à toute émotion d'amour et de miséricorde, et même à notre sens de la justice, est la doctrine selon laquelle les méchants morts sont tourmentés par le feu et le soufre dans un enfer éternel brûlant que pour les péchés d'une brève vie terrestre ils subiront la torture aussi longtemps que Dieu vivra.

Elle croyait aussi que Dieu annihilerait simplement les âmes de ceux qui ne le suivraient pas. “Mais j'ai vu que Dieu ne les enfermerait pas en enfer pour endurer une misère sans fin, et il ne les emmènerait pas non plus au ciel car les amener en compagnie des purs et des saints les rendrait extrêmement misérables. Mais Il les détruira complètement et les fera être comme s'ils n'avaient pas été alors Sa justice sera satisfaite. Il a formé l'homme de la poussière de la terre, et les désobéissants et les impies seront consumés par le feu et retourneront à la poussière.”

Adeptes et adhérents modernes

L'adventisme a presque pris fin dans les jours qui ont suivi La Grande Déception. Mais Ellen G. White a donné au mouvement une nouvelle vie et une nouvelle voix. Grâce à la prédication, l'enseignement et l'évangélisation constants, elle et ses disciples avaient porté le mouvement à près de 140 000 au moment de sa mort en 1915. Aujourd'hui, il y a environ 18 millions d'adventistes du septième jour dans le monde. Leurs croyances individuelles varient tellement que certains chrétiens les considèrent comme une secte alors que d'autres ne le font pas.

L'adventisme du septième jour a continué d'évoluer. Ils continuent de considérer Ellen G. White comme ayant un don de prophétie unique, donné par Dieu. Ils continuent à respecter le sabbat et à mettre l'accent sur une alimentation et un mode de vie sains. Ils continuent à nier à la fois l'immortalité de l'âme et la réalité de l'enfer en tant que tourment éternel et conscient. Les successeurs d'Ellen G. White ont également développé la doctrine distinctive et troublante du jugement d'investigation. (CARM énumère utilement leurs affirmations, démentis et enseignements les plus troublants et fournit ce conseil : « Il y a trop de problèmes au sein de l'adventisme du septième jour pour le recommander comme une église sûre. il y en a trop qui ne le sont pas. »)

Ce que dit la Bible

La Bible contredit une grande partie de ce qu'Ellen G. White a enseigné et de ce que son église enseigne aujourd'hui.

En ce qui concerne le sabbat, le Nouveau Testament montre clairement que les chrétiens adorent ensemble le dimanche plutôt que le samedi. Non seulement cela, mais Romains 14 enseigne que chaque personne doit être convaincue dans son propre esprit du jour qu'elle observe comme le jour du Seigneur. Si le sabbat était obligatoire pour tous les chrétiens d'aujourd'hui, ce passage n'aurait aucun sens.

Contrairement à l'enseignement de White sur la destinée éternelle de ceux qui ne connaissent pas le Seigneur, la Bible enseigne que l'enfer est réel, qu'il est éternel et qu'en enfer la colère de Dieu se déverse en un châtiment conscient et éternel. Jean-Baptiste a parlé de Jésus, en disant : « Son van est dans sa main, et il nettoiera son aire de battage et rassemblera son blé dans la grange, mais il brûlera la paille avec un feu inextinguible » (Matthieu 3:12). Jésus lui-même a parlé de l'enfer en disant : « Si ta main te fait pécher, coupe-la. Il vaut mieux pour vous entrer dans la vie infirme qu'à deux mains pour aller en enfer, au feu qui ne s'éteint pas » et « ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle » (Marc 9 :43, Matthieu 25 :46 ). Et dans les épîtres, Paul a averti : « Ils subiront le châtiment de la destruction éternelle, loin de la présence du Seigneur et de la gloire de sa puissance » (2 Thessaloniciens 1:9). Ce n'est qu'en déformant délibérément les Écritures que quiconque peut nier la réalité terrifiante que l'enfer est réel et que ceux qui ne connaissent pas le Seigneur seront là pour faire face à sa colère pour toujours.


100 ans de photographies d'hommes homosexuels amoureux

Un magnifique groupe de photographies couvrant un siècle (1850-1950) fait partie d'un nouveau livre qui offre un aperçu visuel de ce à quoi pouvait ressembler la vie de ces hommes, qui ont contrevenu à la loi pour trouver l'amour dans les bras l'un de l'autre. Dans Aimer : une histoire photographique des hommes amoureux des années 1850-1950, des centaines d'images racontent l'histoire d'amour et d'affection entre les hommes, certaines étant clairement amoureuses et d'autres faisant allusion à plus qu'une simple amitié. La collection appartient à Hugh Nini et Neal Treadwell, un couple marié qui a accumulé plus de 2 800 photographies d'« hommes amoureux » au cours de deux décennies. Alors que la majorité des images proviennent des États-Unis et sont principalement des hommes blancs, il y a des images d'Australie, de Bulgarie, du Canada, de Croatie, de France, d'Allemagne, du Japon, de Lettonie et du Royaume-Uni parmi la cache.

Que nous disent les images d'hommes amoureux à une époque où c'était illégal ? Que cherchons-nous dans le visage de ces personnes qui ont osé défier les mœurs de leur temps pour chercher ensemble du réconfort ? En feuilletant le livre, ce n'était pas que j'avais l'impression d'avoir beaucoup appris sur le fait d'être LGBTQ, mais ce qui m'a réconforté, c'est le sentiment que nous n'allons nulle part. Se voir dans le passé, c'est autant être certain de son présent et, oserais-je dire, de notre avenir. Lorsque nous les voyons comme connectés, nous nous sentons plus entiers, et c'est de toute façon l'essence de l'amour pour beaucoup d'entre nous.


Les résidents s'inquiètent de l'utilisation de White Pond

Bien qu'il soit classé comme un grand étang, et donc ouvert à tous, il n'y a pas d'endroit sur White Pond où le grand public peut entrer dans l'eau et nager, car la ville a adopté des règles de conservation pour ses terres là-bas.

Un jeune garçon avec l'étoffe d'un kit de démarrage Mr. T autour du cou éclabousse dans les bas-fonds de White Pond alors que sa famille nage, pêche et patauge à proximité - tous se sont bien comportés, mais tous enfreignent la loi.

Près de deux heures plus tard, la famille marche au milieu de Dover Street, sans tenir compte de la circulation et du séchage à l'air alors qu'elle serpente jusqu'à un véhicule plus ancien garé à près d'un kilomètre et demi.

Un plan d'eau cristalline entouré de terres protégées, de propriétés privées et de terres municipales traitées comme des terres protégées, White Pond est un cadre pittoresque et un endroit parfait pour une baignade en fin d'après-midi.

C'est-à-dire, tant que vous êtes parmi environ 650 familles autorisées à accéder à l'étang par le biais d'un acte d'accès privé ou d'une adhésion à la White Pond Association.

Bien qu'il soit classé comme un grand étang, et donc ouvert à tous, il n'y a pas d'endroit sur White Pond où le grand public peut entrer dans l'eau et nager, car la ville a adopté des règles de conservation pour ses terres là-bas.

Mais les gens viennent quand même, certains locaux, d'autres non. Les randonneurs, les cyclistes et autres parcourent les sentiers sinueux le long des talus escarpés jusqu'au rivage, ne voyant pas ou ne se souciant pas des quelques panneaux indiquant que la baignade n'est pas autorisée.

"La plupart des problèmes commencent autour du Memorial Day et se terminent juste après la fête du Travail, et ils se concentrent sur les journées particulièrement chaudes où les gens veulent vraiment nager et se rafraîchir", a déclaré Fred Lindgren, président du comité consultatif de White Pond. “Les soirées chaudes et les jours de week-end chauds, beaucoup de gens viennent à l'étang, et l'étang ne peut pas gérer cela.”

Les déchets laissés après les coups de bière sont une préoccupation, tout comme les balançoires en corde qui cassent les branches des arbres. Mais plus une menace pour l'étang est l'érosion des berges causée même par des nageurs avec les meilleures intentions. Ils creusent pour poser une chaise ou s'assoient sur des plantes parce que le rivage a été pratiquement emporté par la montée des eaux. Les gens et les chiens qui descendent les berges où il n'y a pas de sentiers laissent le sol nu, créant des problèmes d'eaux pluviales qui se déversent dans l'étang.

"Cela conduit potentiellement à des problèmes de croissance des algues et de niveaux d'oxygène dans l'étang", a déclaré Lindgren. Ce n'est pas non plus joli à regarder. Idéalement, nous aurions un moyen pour les gens par une chaude journée de venir nager ici et de partir, et de ne pas détruire les rives et de ne pas utiliser le terrain de la ville comme toilettes.

Auparavant, les problèmes de personnes étaient pires, selon le chef de la police de Concord, Len Wetherbee.

"À la fin des années 70, n'importe quelle nuit, bien sûr, ce sont tous des problèmes liés à la météo" lorsque le temps était propice à la baignade, il pouvait y avoir 100 voitures garées autour de l'étang", a-t-il déclaré . “Les choses ont changé. Nous avons maintenant affaire à de plus petits nombres, mais cela ne change pas la qualité de vie des gens. Alors que les chiffres ont diminué, les problèmes de fin de soirée au bord de l'étang pour certains sont tout aussi réels.

Une conversation normale entre deux personnes peut traverser l'eau calme et réveiller les résidents qui dorment de l'autre côté de l'étang, selon Wetherbee, qui a déclaré que la police utilise le programme de justice réparatrice pour éduquer les enfants qu'ils surprennent en train de faire la fête à l'étang de leur impact sur la qualité de vie des résidents. vie et sur l'environnement.

« Ce sont de bons enfants », a-t-il déclaré. « Ils ne comprennent tout simplement pas les conséquences de leurs actions. »

Wetherbee a déclaré que le fait d'empêcher les gens de nager illégalement est un problème d'application, car la plupart du temps, la police de Concord n'a qu'une seule voiture pour couvrir tout West Concord. Mais la police comprend la frustration des résidents face aux problèmes en cours et s'engage à travailler avec la communauté de White Pond, a déclaré Wetherbee.

 Il n'est pas illégal de nager dans l'étang, mais il est illégal d'entrer dans l'eau depuis les terres de la ville. Cela rend l'application des règles délicate, tout comme la pléthore de parties intéressées par l'étang : la ville, l'État, les propriétaires fonciers et les membres de la White Pond Association.

Les gardes-forestiers embauchés par la ville aident la police à faire respecter ces règles, qui patrouillent sur les terres de la ville, y compris White Pond. C'est la troisième année du soi-disant programme des Rangers, et selon la plupart des témoignages, il a été aussi efficace que deux rangers peuvent l'être.

Selon la directrice de Natural Recourses, Delia Kaye, les gardes forestiers « sont présents sur les terres de la ville, informent les gens sur les réglementations et informent les gens sur l'histoire culturelle et naturelle. tickets de parking.

La Division des ressources naturelles essaie également d'aider à maintenir les berges à travers des plantations, en utilisant des rouleaux de fibre de coco et des cordes ou des brosses, selon Kaye.

"Les cordes que je connais se transforment en balançoires", a-t-elle déclaré. “C'est un effort continu pour gérer cela.”

Les Amis de White Pond s'efforcent de préserver la région de White Pond et sont particulièrement soucieux de la qualité de l'eau. Les Amis testent l'eau chaque année et disent qu'elle est dans la catégorie des prudents, mais pas dans celle des mauvaises.

"Cette eau est incroyablement propre et belle", a déclaré Joan Turner, membre des Amis et résidente de longue date de la région de White Pond. “It’s est un bassin de bouilloire, ce qui signifie qu'il n'y a pas d'entrée ou de sortie. Vous pouvez voir en bas, la visibilité est incroyable. Lorsque vous êtes dans un canoë, vous pouvez voir le fond à 10, peut-être 20 pieds.

“Des générations ont pris soin de cet étang et l'ont apprécié. Notre génération pense que c'est à notre tour de s'assurer que la qualité de ce magnifique étang est intacte et qu'elle n'est pas compromise par les diverses choses qui pourraient vraiment le ruiner », a déclaré Turner.

La baignade seule ne nuira pas à la qualité de l'eau, mais l'abus du rivage le fera, selon Turner. "Les berges sont très raides, vous essayez d'en descendre une et vous allez certainement prendre une partie de la berge avec vous", a-t-elle déclaré.

Selon le White Pond Advisory Committee, le « White Pond People Management Plan and BFRT Impact », en date du 29 janvier 2008, les intrusions et la baignade illégale menacent la santé de la région de White Pond en termes de qualité de l'eau, d'érosion des le rivage, les détritus et le vandalisme, le bruit et d'autres perturbations de la propriété privée, y compris l'accès Old Pickard Trust II, qui est le droit de passage cédé aux résidents de Stone Root Lane de l'autre côté de la voie ferrée jusqu'à leur propriété sur la rive de la étang.

"Le sentiment fondamental que j'ai est que c'est une belle ressource pour la ville", a déclaré Lindgren. « Nous voulons que les gens puissent l'utiliser, mais pour le moment, il n'y a pas de sentiers, d'installations sanitaires ou de plages pour le public. Donc, si les gens essaient de l'utiliser, ils détruisent des choses.

Le WPAC dans le rapport recommande, comme il l'a fait dans le passé, l'application des règlements de stationnement existants, des tests mensuels de qualité de l'eau, une amélioration de la signalisation et de l'entretien des sentiers, la création de règles supplémentaires pour la réservation et le développement d'une brochure d'information décrivant les caractéristiques de l'étang. et règles.

Lindgren a déclaré qu'il envisageait plusieurs réunions cet été avec une combinaison de la Division des ressources naturelles, de la Commission des ressources naturelles, du directeur municipal et de l'État du Massachusetts et d'autres parties intéressées.

"L'objectif serait de clarifier les règles actuelles et de clarifier l'application de ces règles, puis d'élaborer des plans de gestion à long terme qui pourraient conduire à une révision des règles", a-t-il déclaré. “La réponse n'est pas facile. Sinon on l'aurait fait avant. Mais la réponse est une plus grande sensibilisation du public à la fragilité du terrain, une meilleure signalisation ou une autre communication sur les règles, une application régulière par la police ou par les gardes forestiers que le NRC a embauchés, puis une assistance continue du quartier et de la communauté. ”


Voix clés dans le Histoire du Lean

Le concept de gestion allégée a été continuellement relancé avec l'évolution des temps et des besoins de l'industrie. Avec ce dynamisme du milieu industriel, plusieurs tenants du lean manufacturing ont apporté des contributions significatives dans le domaine du lean management.

Frédéric Taylor

Au début des années 1890, le père de la gestion scientifique, Frederick Taylor a étudié de près les méthodes de travail et les travailleurs au niveau de l'usine. Après sa supervision, il a proposé des concepts comme la normalisation du travail, les études de temps et les études de mouvement, afin d'atteindre l'efficacité dans les méthodes de travail, les processus et les opérations. Cependant, il a ignoré l'aspect comportemental de l'œuvre, ce qui a suscité de nombreuses critiques à son encontre.

    Décrit les fondements de la théorie moderne de l'organisation et de la décision. Il le fait en décrivant le dilemme : les travailleurs craignent qu'une productivité individuelle plus élevée ne conduise à terme à moins d'emplois. La suggestion de Taylor est de tourner en dérision cette peur en offrant des incitations aux travailleurs et en recadrant la relation consommateur, actionnaire et travailleur. Une lecture intéressante et instructive pour quiconque s'intéresse aux pratiques de gestion efficaces.

Henry Ford

À partir de 1910, Henry Ford a lancé la célèbre stratégie de fabrication, dans laquelle toutes les ressources utilisées sur le site de fabrication - personnes, machines, équipements, outils et produits ont été organisées de manière à faciliter un flux de production continu. Premier défenseur américain de la réduction des déchets (LEAN). Il a obtenu un immense succès par ce procédé dans la fabrication de l'automobile modèle T et est même devenu l'homme le plus riche du monde.

However, as the world began to change, Ford could not change the work methods and failed when the demand of the market was to add new models, colors and varieties to the products. Finally, during 1920s the labor unions and the product proliferation ate away the success of Ford, and it was by mid 1930s that General Motors dominated the automobile market.

Sakichi Toyoda

Sakichi Toyoda established the Toyoda spinning and weaving company in the year 1918. Sakichi Toyoda was one of the initial contributors of success towards the famous Toyota Production system that aims at eliminating all the wastes, by propounding the Jidoka concept. Jidoka- ‘automation with a human touch’ means to facilitate quality at source. He invented the automatic loom in 1896 that not only substituted the manual work but also installed the capability to make judgments into the machine itself. The system enhanced the work effectiveness and efficiency by mitigating the products defects and associated wasteful work practices. The principle was jidoka leads to an early detection of an abnormality, easy stopping of the machine or process on the detection of the issue, immediate fixation of the abnormality and even helped to investigate the root cause of the issue.

Kiichiro Toyota

Kiichiro Toyota was the founder and second president of Toyota Motor Corporation. He was the son of Sakichi Toyoda and later in 1937, he founded the Toyota Motor Corporation. He took forward his father’s concept of Jidoka and developed his philosophy about just-in-time (JIT) concept in manufacturing. He paid to visit to the Ford’s plant in Michigan to understand the flow of assembly line concept and then proposed the Toyota Production system. The new system aimed at right sizing the machines with respect to the actual volume needed and introduced mistake- proofing so that quality is ensured and proper sequencing of work processes are done.

Taichi Ohno

One of the biggest achievements of Taichi Ohno was to integrate the Just-in-Time system with the Jidoka System. After his visit to America to study the Ford’s methods in 1953, he got highly inspired and understood the future needs of the consumers that they will select the needed products from the shelves and how the products replenished. This has inspired him to build the successful kanban system. He even practiced the Dr. Edwards Deming method to incorporate quality at each step of the process from design to aftersales services to the consumers. This was practiced and brought at the floor level by Ohno who integrated this philosophy with the Kiirocho’s just-in-time concept and principle of Kaizen. He is considered as the true architect of the ‘Toyota Production System’.

The Toyota Production system relies on a number of concepts, that are pull system, elimination of waste, Quick Die changes (SMED), non- value added work, U-shaped cells and one piece flow. Les pull system defines the flow the material in between different processes as determined by the needs of the customers. The company practices the pull system by using a Kanban system, which provides a signal to the customer that the tools are available to be moved to the next process in the sequence.

The Toyota Production System also identifies the waste, termed as Muda, and recognizes that waste is anything that does not add value to the customers. Wastes are of seven types that are over-production, inventory waste, defects, waiting, motion, over-processing and transportation and handling. The system aims at identifying and eliminating these wastes so as to foster efficiency and effectiveness in the production system.

Another method adopted by the company is the Quick die changes (Single Minute Exchange of Dies) which aims at improving the flow (Mura) of production. The concept is based on the premise that the tools and changeovers should take less than one minute (single digit) at the maximum. During 1950s and 1960s, the company suffered from the presence of bottlenecks at the car body molding presses. The root cause was identified to be the high changeover times that increased the lot size of the production process and drives up the production cost. Toyota implemented the SMED by placing the precision measurement devices for the transfer of heavy weight dies on large transfer stamping machines used to produce the body of the vehicles.

Further, the long production lines at Toyota were wrapped using U-shaped cells layout that facilitates lean manufacturing. This increases the efficiency of the workers to operate at multiple machines at a time. The Toyota Production System (TPS) practices the one – piece flow whereby the need of the subsequent process is determined by the previous operation. In other words, one piece is produced at a time opposed to the mass production. Toyota places a single piece between different workstations with the advantage of least variance in cycle time and minimum waiting time. This would help to facilitate optimum balance between different operations and mitigate over- production- which is considered one of the major wastes.

    In factories around the world, Toyota consistently makes the highest-quality cars with the fewest defects of any competing manufacturer, while using fewer man-hours, less on-hand inventory, and half the floor space of its competitors. The Toyota Way is the first book for a general audience that explains the management principles and business philosophy behind Toyota’s worldwide reputation for quality and reliability.

Shigeo Shingo

Dr. Shigeo Shingo was an industrialist engineer, and a major consultant at Toyota, that successfully helped the company achieve lean manufacturing. He mastered the Kaizen concept. He understood the success of lean manufacturing by integrating the people with effective and efficient processes. In 1960, he developed the SMED system with the aim to achieve zero quality defects.

    Written by the industrial engineer who developed SMED (single-minute exchange of die) for Toyota, A Revolution in Manufacturing provides a full overview of this powerful just in time production tool. It offers the most complete and detailed instructions available anywhere for transforming a manufacturing environment in ways that will speed up production and make small lot inventories feasible. The author delves into both the theory and practice of the SMED system, explaining fundamentals as well as techniques for applying SMED. The critically acclaimed text is supported with hundreds of illustrations and photographs, as well as twelve chapter-length case studies. A combination of source inspection and mistake-proofing devices is the only method to get you to zero defects. Shigeo Shingo shows you how this proven system for reducing errors turns out the highest quality products in the shortest period of time. Shingo provides 112 specific examples of poka-yoke development devices on the shop floor, most of them costing less than $100 to implement. He also discusses inspection systems, quality control circles, and the function of management with regard to inspection. : Here is Dr. Shingo’s classic industrial engineering rationale for the priority of process-based over operational improvements in manufacturing. He explains the basic mechanisms of the Toyota production system, examines production as a functional network of processes and operations, and then discusses the mechanism necessary to make JIT possible in any manufacturing plant. Dr. Shingo reveals how he taught Toyota and other Japanese companies the art of identifying and solving problems. Many companies in the West are trying to emulate Lean but few can do it. Pourquoi pas? Possibly, because we in the West do not recognize, develop and support the creative potential of every worker in solving problems. Toyota makes all employees problem solvers. Dr. Shingo gives you the tools to do it.

History in Black and White

Photo: Len Brown collection
Len Brown, an Australian of Aboriginal and Norwegian descent in the year 2000.
Len Brown's many unsuspecting relatives in Norway, who had no knowledge of the Australian branch of their family until Len contacted them, held a reunion for him in 1997. About 50 or 60 people attended, welcoming him as part of their extended family.

In a paper he calls "History in Black and White - Len Brown's family forest " he says:

Len Brown, 'white as a fridge', is descended from the Greens of Rylstone. He's been researching his family for the last twenty years.

Jimmy and Peggy Lambert from the Cudgegond /Rylstone area, are known locally as the 'last' of the Dabee. And yet Peggy, in particular, is the head of a large family of descendents, mny of whom still reside in the Rylstone area.

Read more , , ,


History of Lent

What are the origins of Lent? Did the Church always have this time before Easter?

Lent is a special time of prayer, penance, sacrifice and good works in preparation of the celebration of Easter. In the desire to renew the liturgical practices of the Church, The Constitution on the Sacred Liturgy of Vatican Council II stated, "The two elements which are especially characteristic of Lent &mdash the recalling of baptism or the preparation for it, and penance &mdash should be given greater emphasis in the liturgy and in liturgical catechesis. It is by means of them that the Church prepares the faithful for the celebration of Easter, while they hear God's word more frequently and devote more time to prayer" (no. 109). Le mot Lent itself is derived from the Anglo-Saxon words lencten, meaning "Spring," and lenctentid, which literally means not only "Springtide" but also was the word for "March," the month in which the majority of Lent falls.

Since the earliest times of the Church, there is evidence of some kind of Lenten preparation for Easter. For instance, St. Irenaeus (d. 203) wrote to Pope St. Victor I, commenting on the celebration of Easter and the differences between practices in the East and the West: "The dispute is not only about the day, but also about the actual character of the fast. Some think that they ought to fast for one day, some for two, others for still more some make their 'day' last 40 hours on end. Such variation in the observance did not originate in our own day, but very much earlier, in the time of our forefathers" (Eusebius, History of the Church, V, 24). When Rufinus translated this passage from Greek into Latin, the punctuation made between "40" and "hours" made the meaning to appear to be "40 days, twenty-four hours a day." The importance of the passage, nevertheless, remains that since the time of "our forefathers" &mdash always an expression for the apostles &mdash a 40-day period of Lenten preparation existed. However, the actual practices and duration of Lent were still not homogenous throughout the Church.

Lent becomes more regularized after the legalization of Christianity in A.D. 313. The Council of Nicea (325), in its disciplinary canons, noted that two provincial synods should be held each year, "one before the 40 days of Lent." St. Athanasius (d. 373) in this "Festal Letters" implored his congregation to make a 40-day fast prior to the more intense fasting of Holy Week. St. Cyril of Jerusalem (d. 386) in his Catechectical Lectures, which are the paradigm for our current RCIA programs, had 18 pre-baptismal instructions given to the catechumens during Lent. St. Cyril of Alexandria (d. 444) in his series of "Festal Letters" also noted the practices and duration of Lent, emphasizing the 40-day period of fasting. Finally, Pope St. Leo (d. 461) preached that the faithful must "fulfill with their fasts the Apostolic institution of the 40 days," again noting the apostolic origins of Lent. One can safely conclude that by the end of the fourth century, the 40-day period of Easter preparation known as Lent existed, and that prayer and fasting constituted its primary spiritual exercises.

Of course, the number "40" has always had special spiritual significance regarding preparation. On Mount Sinai, preparing to receive the Ten Commandments, "Moses stayed there with the Lord for 40 days and 40 nights, without eating any food or drinking any water" (Ex 34:28). Elijah walked "40 days and 40 nights" to the mountain of the Lord, Mount Horeb (another name for Sinai) (I Kgs 19:8). Most importantly, Jesus fasted and prayed for "40 days and 40 nights" in the desert before He began His public ministry (Mt 4:2).

Once the 40 days of Lent were established, the next development concerned how much fasting was to be done. In Jerusalem, for instance, people fasted for 40 days, Monday through Friday, but not on Saturday or Sunday, thereby making Lent last for eight weeks. In Rome and in the West, people fasted for six weeks, Monday through Saturday, thereby making Lent last for six weeks. Eventually, the practice prevailed of fasting for six days a week over the course of six weeks, and Ash Wednesday was instituted to bring the number of fast days before Easter to 40. The rules of fasting varied. First, some areas of the Church abstained from all forms of meat and animal products, while others made exceptions for food like fish. For example, Pope St. Gregory (d. 604), writing to St. Augustine of Canterbury, issued the following rule: "We abstain from flesh, meat, and from all things that come from flesh, as milk, cheese and eggs."

Nevertheless, I was always taught, "If you gave something up for the Lord, tough it out. Don't act like a Pharisee looking for a loophole."

Second, the general rule was for a person to have one meal a day, in the evening or at 3 p.m.

These Lenten fasting rules also evolved. Eventually, a smaller repast was allowed during the day to keep up one's strength from manual labor. Eating fish was allowed, and later eating meat was also allowed through the week except on Ash Wednesday and Friday. Dispensations were given for eating dairy products if a pious work was performed, and eventually this rule was relaxed totally. (However, the abstinence from even dairy products led to the practice of blessing Easter eggs and eating pancakes on Shrove Tuesday, the day before Ash Wednesday.)

Over the years, modifications have been made to the Lenten observances, making our practices not only simple but also easy. Ash Wednesday still marks the beginning of Lent, which lasts for 40 days, not including Sundays. The present fasting and abstinence laws are very simple: On Ash Wednesday and Good Friday, the faithful fast (having only one full meal a day and smaller snacks to keep up one's strength) and abstain from meat on the other Fridays of Lent, the faithful abstain from meat. People are still encouraged "to give up something" for Lent as a sacrifice. (An interesting note is that technically on Sundays and solemnities like St. Joseph's Day (March 19) and the Annunciation (March 25), one is exempt and can partake of whatever has been offered up for Lent.

Nevertheless, I was always taught, "If you gave something up for the Lord, tough it out. Don't act like a Pharisee looking for a loophole." Moreover, an emphasis must be placed on performing spiritual works, like attending the Stations of the Cross, attending Mass, making a weekly holy hour before the Blessed Sacrament, taking time for personal prayer and spiritual reading and most especially making a good confession and receiving sacramental absolution. Although the practices may have evolved over the centuries, the focus remains the same: to repent of sin, to renew our faith and to prepare to celebrate joyfully the mysteries of our salvation.

Saunders, Rev. William. "History of Lent." Arlington Catholic Herald.

This article is reprinted with permission from Arlington Catholic Herald.


Under the watchful eye of legendary deer hunter Len Rudd, proper habitat has been expertly combined with superior genetics, nutrition, and unsurpassed management. The result is a virtual “promised land” for the most discriminating hunter. Our past clients have enjoyed hunting monster bucks for years with most clients repeating year after year. So give us a call and let us get started planning your dream hunt.

We would like to formally invite you to come and enjoy the hunting experience like no other. Upon your arrival at the wooded hill country interspersed with rolling croplands that comprise Samson’s Ridge you will know that you have entered a dream world for the whitetail deer.


Voir la vidéo: AD ON-HIT LEBLANC IS AN UNKILLABLE KITE MACHINE! HARASS FOR FREE - League of Legends (Décembre 2021).