Podcasts sur l'histoire

Noa II DD-841 - Histoire

Noa II DD-841 - Histoire

Noa II
(DD-841 : dp. 2425 ; 1. 390'6" ; b. 41 ; dr. 19' ; s. 35 k. ; cpl. 350 ; a. 6 5", 12 40mm., 6 dcp., 2 act., 10 21" tt.; cl. Gearing)

Le deuxième Noa (DD 841) a été établi par Bath Iron Works, Bath, Maine, le 26 mars 1945 ; lancé le 30 juillet 1945, parrainé par Mme James Cary Jones, Jr., épouse du contre-amiral James Carv Jones, Jr., USN, et commandé le 2 novembre 1945, Comdr. R.L. Nolan, Jr., USN, aux commandes.

Après le shakedown à Guantanamo Bay, le Cuba Noa a quitté son port d'attache de Norfolk, en Virginie, pour son premier déploiement méditerranéen. Elle a fait escale à Gibraltar, Niee, Naples, Malte, Venise, Le Pirée et Lisbonne. Après avoir participé à des manœuvres de flotte dans l'Atlantique Sud au début de 1947, le Noa retourna aux États-Unis. Au cours des deux années suivantes, il a suivi une formation sur type, a subi une révision et a servi de navire-école pour la Fleet Sonar School, à Key West, en Floride.

Le Noa a servi de destroyer de sauvetage pour le Mindoro (CVE-120) en juin et juillet 1949. De septembre 1949 à janvier 1951, il s'est engagé dans une formation anti-sous-marine prolongée et dans un groupe permanent de chasseurs-tueurs en tant qu'unité de l'escadron de destroyers Huit. Elle a également effectué un deuxième déploiement méditerranéen au cours de cette période. Au début de 1951, il participa au Convex II, un exercice d'escorte de convoi à grande échelle, après quoi il fit escale à Baltimore, Maryland. Les deux années suivantes furent consacrées à l'entretien et à l'entraînement de type opérationnel le long de la côte Est.

En août 1953, Noa a quitté Norfolk pour une croisière autour du monde de 42 000 milles. Elle est arrivée à Sasebo, au Japon le 3 octobre et a passé quatre mois à opérer dans la mer du Japon avec la Force opérationnelle 77. Ici, elle a participé à des exercices de préparation opérationnelle tout en maintenant une patrouille de trêve au large de la côte coréenne.

En novembre 1953, le Noa opéra dans les eaux japonaises au sein d'un groupe Hunter-Killer. Elle a patrouillé la côte coréenne avec l'USS Cone (DD-866) fin novembre et début décembre. Depuis lors jusqu'à son retour aux États-Unis en avril 1954, Noa s'est engagée dans une formation en cours. À son retour à Norfolk, elle a été réaffectée au service de chasseur-tueur dans l'Atlantique.

Au cours de la révision de l'été 1955, Noa a été équipée d'un équipement de sonar expérimental qu'elle a testé dans la région de Key West. Elle a quitté le chantier naval de Norfolk en février 1956 pour son troisième déploiement méditerranéen. À son retour au port d'attache l'été suivant, il s'entraîne dans l'Atlantique Est. Au printemps 1957 elle a fumé aux Caraïbes pour l'opération Springboard 1-57 et Desairde 1-57.

Après l'achèvement d'une révision de trois mois au chantier naval de Norfolk en août 1957, il a fumé pendant cinq semaines de formation de recyclage à Guantanarno et pour des exercices de bombardement côtier sur l'île de Culebra, à Porto Rico. À l'hiver 1957-1958, le Noa a servi de navire d'essai pour l'équipement radio expérimental et au printemps 1958, il participait à nouveau à l'exercice Sprinvaboard dans les Caraïbes.

En mars 1957, Noa a participé au Lantphibe 1-58, un exercice conçu pour tester les derniers concepts de guerre amphibie. Au cours de l'été 1958, Noa a participé aux opérations de la sixième flotte pendant la crise libanaise. Après une courte tournée dans le golfe Persique, il est retourné à Norfolk et a rejoint la deuxième flotte pour Lantphibex 2-58.

En février 1959, le Noa s'est à nouveau déployé en Méditerranée. Elle a participé aux exercices de la sixième flotte jusqu'au 1er avril quand elle a fumé pour le Moyen-Orient via le canal de Suez. Elle a fait escale à Massawa, en Éthiopie, à Bombay, en Inde ; Bahreïn, Arabie saoudite ; Bandar Shapir, Iran ; et Aden. Fin juin, Noa a rejoint la Sixième Flotte après avoir passé quatre-vingt-trois jours sans ravitaillement. Elle est retournée à Norfolk le 1er septembre et a été transférée de l'escadron de destroyers six à l'escadron quatorze, avec un nouveau port d'attache à Mayport, en Floride. Au printemps 1960, elle a opéré au large de la côte atlantique et dans les Caraïbes, elle est entrée dans le chantier naval de Philadelphie le 25 mai pour FRAM I, et a reçu les dernières armes ASW.

Noa a terminé sa révision Fram I le 2 mai 1961 et a rejoint la flotte de l'Atlantique. Après une période de préparation à la mer de quatre semaines et des essais de qualification ASROC, il a fait son rapport au Fleet Training Command, Guantanamo, pour une formation de recyclage de six semaines. Noa est retourné à Mayport le 23 juillet pour une période d'appel d'offres de deux semaines aux côtés de Yellowstone (AD-27).

La formation de type a suivi et Noa a fumé pour le Royaume-Uni, pour des exercices combinés dans l'Atlantique Est avec la marine britannique. Elle est arrivée à Portsmouth, en Angleterre le 6 novembre, et a également fait escale à Belfast et à Dublin avant de se présenter au port d'attache le 20 décembre. Après le congé et l'entretien, Noa a repris l'entraînement ASM le 29 janvier 1962 dans l'Atlantique Ouest.

Noa est retourné à Mayport le 6 février pour des modifications à ses bossoirs et des briefings en vue de la récupération du premier astronaute américain et de sa capsule spatiale. Les préparatifs terminés, il a fumé le 11 février pour la zone de récupération du mercure du projet dans l'Atlantique Sud-Ouest, il a rendu compte à la station le 14 février dans le cadre de la force opérationnelle de récupération de 24 navires.

Après deux reprogrammations du vol spatial, Noa m'a mis à San Juan pendant deux jours. Elle était en route le 19 février pour la station de récupération, située à 200 milles WNW de San Juan. À 14 h 40 précises, cinq heures et 53 minutes après le décollage, Friendship Seven est revenu dans l'atmosphère avec un fort bang sonique clairement audible le 20 février à Noa. Elle a d'abord aperçu et récupéré le lieutenant-colonel John H. Glenn, Jr., USMC, Project Mercury Astronaut, après qu'il ait terminé son histoire sur trois orbites de la terre et qu'il ait éclaboussé à seulement trois milles du destroyer. Glenn est resté à Noa pendant trois heures avant qu'un hélicoptère ne le transfère à Randolph (CVS-15), premier navire de récupération.

À la fin des opérations de récupération, Noa est retourné à Mayport pour les opérations ASW avec le groupe de travail Alfa jusqu'au 31 mai. Noa a depuis mené une formation de type et des croisières d'aspirants hors de son port d'attache entre les déploiements opérationnels en Méditerranée et l'entretien. Elle a fumé pour la Méditerranée le 3 août 1962 pour une tournée de sept mois avec la Sixième Flotte et le 8 février 1964 l'a vue se tenir hors de Mayport pour un autre déploiement méditerranéen de six mois.

Sa révision régulièrement programmée a eu lieu à Charlestown de septembre 1964 à janvier 1965, suivie d'un déploiement méditerranéen de la mi-mai au 1er septembre. Début octobre 1965, le Noa partit de Mayport pour la récupération du Gemini VI au large de la côte ouest de l'Afrique. Le vol a été annulé après que la fusée Agena-B conçue pour lancer un véhicule d'amarrage n'ait pas réussi à réaliser une insertion orbitale.

Noa a ensuite participé à l'entraînement aux types et aux exercices de la flotte de l'Atlantique à Gluding H~h Time, un exercice amphibie dans les Caraïbes de fin janvier à début mars 1966. Elle a également servi comme unité des forces de réGouvernement Gemini 8 du 14 au 17 mars 1966. - Le déploiement d'octobre en Méditerranée a été suivi de congés, entretien et Lantpex (28 novembre-15 décembre).

En janvier 1967, Noa a reçu deux hélicoptères anti-sous-marins QH-50 Drone (DASH). Elle a ensuite servi de navire-école pour la Fleet Sonar School à Key West (28 janvier-11 février). L'opération Springboard l'a emmenée dans les Caraïbes du 3 au 11 mars et elle a fumé dans les eaux méditerranéennes de juin à novembre.

Noa s'est détaché de Mayport le 5 janvier 1968 pour mener une mission solennelle : l'enterrement en mer de George H. Flynt, YN1 (à la retraite). Le dernier souhait de Flynt était que ses restes soient consignés dans les profondeurs. En honorant sa demande, faite par un homme qui a servi son pays pendant 20 ans, les marins de Noa ont eu un aperçu d'une cérémonie unique pour les hommes de la mer.

Le Noa a subi une disponibilité et une révision régulières à Charleston à partir du 8 janvier 1968. Les travaux ont été achevés le 17 juin et le destroyer était à Mayport le 25 juin. En raison de vibrations excessives dans son puits tribord, le Noa est retourné en cale sèche à Charleston le 8 juillet pendant une semaine. Elle a fumé pour Guantanamo pour l'entraînement de recyclage après quoi elle est revenue à Mayport le 11 septembre. Homeported une fois de plus le destroycr a effectué la maintenance et la formation et a commencé la préparation pour le déploiement dans le Pacifique.

En octobre, il était en disponibilité restreinte à Jacksonville pour des réparations de chaudières. Elle a traversé l'ouragan Gladys le 19 octobre et a passé le reste de l'année à s'entraîner et à se préparer pour le déploiement de 1969 à WestPac.


Noa II DD-841 - Histoire

Cette page présente des vues supplémentaires liées à l'USS Decatur (DD-936, plus tard DDG-31).

Si vous souhaitez des reproductions à plus haute résolution que les images numériques présentées ici, consultez : "Comment obtenir des reproductions photographiques."

Cliquez sur la petite photo pour afficher une vue plus grande de la même image.

Hélicoptère Sikorski HSS-2 "Sea King"

Survole près de l'USS Decatur (DD-936), au cours des essais d'adéquation du porte-avions HSS-2.
L'USS Lake Champlain (CVS-39) est à l'arrière-plan.
La photographie est datée du 17 mai 1961.

Photographie officielle de la marine américaine.

Image en ligne : 102 Ko 740 x 610 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales sous le numéro de photo 428-N-710896.

Reçoit de graves dommages à la surface lors d'une collision avec l'USS Lake Champlain (CVS-39), après avoir subi une perte de direction et avoir couru sous le porte-à-faux avant du porte-avions, le 6 mai 1964.
Prise du pont du transporteur. Notez l'avion S-2 stationné vers l'avant, et le grand mât de Decatur se détache.
Photographie en demi-teinte copiée du Cruise Book de Decatur en 1968, page 1. Le livre se trouve dans les collections de la Navy Department Library.

Photographie du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine.

Image en ligne : 107 Ko 740 x 560 pixels

Après sa collision le 6 mai 1964 avec l'USS Lake Champlain (CVS-39).
Notez comment la superstructure de Decatur a été écrasée en étant coincée sous le porte-à-faux du porte-avions.

Photographie officielle de la Marine américaine, provenant des collections du Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 89 Ko 740 x 620 pixels

Subissant une expérience d'inclinaison, pour déterminer ses caractéristiques de stabilité pendant les premières étapes de sa conversion en destroyer lance-missiles, le 12 août 1965.
Photographié au chantier naval de Boston, Charlestown, Massachusetts.

Photographie officielle de la Marine américaine, provenant des collections du Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 82 Ko 740 x 580 pixels

En cours de conversion d'un destroyer (DD-936) à un destroyer lance-missiles (DDG-31), au chantier naval de Boston, Charlestown, Massachusetts, vers 1966.
Photographie en demi-teinte copiée du Cruise Book de Decatur en 1968, page 2. Le livre se trouve dans les collections de la Navy Department Library.

Photographie du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine.

Image en ligne : 97 Ko 740 x 600 pixels

Hélicoptère UH-46D "Sea Knight"
(Bureau # 153412)

Abaisse le courrier au fantail de l'USS Decatur (DDG-31), lors d'opérations en mer de Chine méridionale, décembre 1968.
L'hélicoptère est basé à bord du USS Camden (AOE-2).
Photographié par PH2 William M. Hopkins.

Photographie officielle de la marine américaine.

Image en ligne : 113 Ko 740 x 535 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales sous le numéro de photo 428-N-1137085.

Accompagné d'un pétrolier lors d'opérations de ravitaillement en cours, vers les années 1970.

Photographie officielle de la marine américaine, provenant des collections de la Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 111 Ko 740 x 615 pixels

Technicien de guerre électronique 2e classe William D. Ellis travaille sur l'ensemble de réception de contre-mesures à bord du Decatur , lors d'opérations dans le Pacifique occidental, le 16 décembre 1976.
Photographié par PHC Ken George.

Photographie officielle de la marine américaine, provenant des collections de la Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 92 Ko 740 x 600 pixels

Les membres d'équipage et les invités se tiennent au garde-à-vous pendant les cérémonies de déclassement du navire, à la base navale de San Diego, Californie, 30 juin 1983.
Photographié par PH1 Vickie Kehoe.

Photographie officielle de la marine américaine, provenant des collections de la Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 87 Ko 740 x 525 pixels

Les membres d'équipage bordent le rail pendant les cérémonies de déclassement du navire, au quai 6, à la base navale de San Diego, Californie, le 30 juin 1983.
Photographié par PH1 Vickie Kehoe.

Photographie officielle de la marine américaine, provenant des collections de la Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 120 Ko 740 x 525 pixels

Les membres d'équipage débarquent pour la dernière fois à la fin des cérémonies de déclassement du navire, à la base navale de San Diego, Californie, le 30 juin 1983.
Photographié par PH1 Vickie Kehoe.

Photographie officielle de la marine américaine, provenant des collections de la Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 77 Ko 740 x 525 pixels

Les membres d'équipage au garde-à-vous sur le quai 6, alors que les officiers débarquent à la fin des cérémonies de déclassement du navire, à la base navale de San Diego, Californie, le 30 juin 1983.
Photographié par PH1 Vickie Kehoe.

Photographie officielle de la marine américaine, provenant des collections de la Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 80 Ko 740 x 525 pixels

Insigne : USS Decatur (DD-936)

Patch de veste en tissu avec l'emblème du navire, tel qu'il était utilisé en 1960.
Sa devise, « Notre pays -- qu'elle ait toujours raison », est basée sur le toast d'avril 1816 du commodore Stephen Decatur : « Notre comté ! Dans ses relations avec les nations étrangères, qu'elle ait toujours raison, mais notre pays, qu'il ait raison ou tort."


Contenu

Bath Iron Works a été constituée en société en 1884 par le général Thomas W. Hyde, natif de Bath qui a servi pendant la guerre de Sécession. Après la guerre, il acheta une boutique qui fabriquait des guindeaux et d'autres quincailleries en fer pour les navires en bois construits dans les nombreux chantiers navals de Bath. Il a développé l'entreprise en améliorant ses pratiques, en pénétrant de nouveaux marchés et en acquérant d'autres entreprises locales. En 1882, Hyde Windlass envisageait la nouvelle et croissante entreprise de construction navale en fer et s'est constituée en société sous le nom de Bath Iron Works en 1884. Le 28 février 1890, BIW a remporté son premier contrat pour des navires complets : deux canonnières en fer pour la Marine. L'un de ces navires de 190 pieds (58 m) était le Machias, le premier navire lancé par la compagnie. En 1892, le chantier a remporté son premier contrat commercial pour le bateau à vapeur en acier de 2500 tonnes Ville de Lowell. Dans les années 1890, la société a construit plusieurs yachts pour de riches marins.

En 1899, Hyde souffrait de la maladie de Bright et a démissionné de la direction du chantier naval, laissant ses fils Edward et John en charge. Le chantier naval a commencé la construction de Géorgie cette même année, le seul cuirassé jamais construit à Bath. Il a dominé le chantier pendant cinq ans jusqu'à son lancement en 1904, et était parfois le seul navire en construction. Le chantier a fait face à de nombreux défis en raison du poids des armures et des armes. Dans les essais en mer, Géorgie en moyenne 19,26 nœuds (35,67 km/h 22,16 mph) pendant quatre heures, ce qui en fait le navire le plus rapide de sa classe et le cuirassé le plus rapide de la marine américaine à l'époque. La société a continué à compter sur les contrats de la Marine, qui ont fourni 86 % de la valeur des nouveaux contrats entre 1905 et 1917. Le chantier a également produit des chalutiers de pêche, des cargos et des yachts tout au long de la première moitié du siècle. Ceux-ci comprenaient Vanda, Salut-Esmaro, Aras I et Aras II, Caroline, et Corsaire IV, qui a ensuite servi de navire de croisière avant de couler au large d'Acapulco, au Mexique, en 1949. [2] Le chantier naval était à son apogée pendant la Seconde Guerre mondiale (1943-1944) et lançait un destroyer tous les 17 jours. Bath Iron Works s'est classée au 50e rang des sociétés américaines pour la valeur des contrats de production militaire de la Seconde Guerre mondiale. [3] En 1981, Falcon Transport a commandé deux pétroliers, les derniers navires commerciaux construits par BIW.

USS Samuel B. Roberts a été mis en service à Bath en 1986, et il a survécu à une explosion de mine qui a déchiré un trou dans sa salle des machines et inondé deux compartiments. Au cours des deux années suivantes, BIW a réparé le navire de manière unique. La frégate lance-missiles a été remorquée jusqu'à la cale sèche de la société à Portland, dans le Maine, et installée sur des blocs, où la salle des machines endommagée a été découpée du navire. Pendant ce temps, les travailleurs de Bath ont construit un remplacement de 315 tonnes, et le module a été flotté vers le sud jusqu'à Portland, placé sur la cale sèche, glissé en place sous la frégate, soulevé et soudé en place. [4] En 1995, Bath Iron Works a été achetée par General Dynamics. En 2001, la société a conclu un effort de quatre ans pour construire l'installation de transfert au niveau des terres, une énorme plate-forme en béton pour l'assemblage final de ses navires, au lieu de les construire sur une voie en pente afin qu'ils puissent glisser dans le Kennebec au lancement. Les coques sont maintenant déplacées par rail de la plate-forme horizontalement sur une cale sèche mobile, ce qui a considérablement réduit le travail nécessaire à la construction et au lancement des navires. [5] La cale sèche de 750 pieds (230 m) et de 28 000 tonnes a été construite par la société chinoise de construction navale Jiangdu Yuchai pour 27 millions de dollars. [6]

En 2015, Bath Iron Works a signé des contrats avec l'US Navy pour la construction de nouveaux destroyers de la classe Arleigh Burke, ainsi que pour la maintenance et le maintien en puissance des navires de combat littoral de la classe Independence construits par le concurrent Austal USA. [7] Le chantier naval a livré l'USS Rafael Peralta et USS Thomas Hudner et travaille sur USS Daniel Inouye et USS Carl M. Levin. L'achat de bloc DDG pour Bath comprend également USS Jean Basilone, USS Harvey C. Barnum Jr., et USS Louis H. Wilson Jr.. Le 27 mars, Bath a reçu une modification de contrat de 610,4 millions de dollars pour construire Jean Basilone. Ce navire a été financé par la loi de finances 2015. [8]

En 2020, 4 300 travailleurs, tous membres de l'Association internationale des machinistes et des travailleurs de l'aérospatiale, ont voté en faveur de la grève suite à l'échec de l'accord sur de nouveaux contrats de travail entre l'entreprise et les membres du syndicat. [9]


Noa II DD-841 - Histoire

Baylor bat Gonzaga pour le premier titre de basket-ball masculin

Regardez "One Shining Moment" de 2021

Les moments décisifs de la victoire de Baylor au championnat

Faits saillants du match pour le titre du Final Four MOP Jared Butler

MaCio Teague marque 19 points dans le match pour le titre national

Les meilleurs dunks du match de championnat national

Le batteur buzzer gagnant du jeu OT de Jalen Suggs, sous tous les angles

Le rattrapage

Jeux condensés

Baylor bat Gonzaga invaincu pour le tout premier titre

Gonzaga bat UCLA sur le batteur buzzer OT de Jalen Suggs

Baylor met Houston en déroute pour se diriger vers le match pour le titre national

UCLA bouleverse le Michigan pour continuer à courir du First Four au Final Four

Gonzaga écrase l'USC et entre en Final Four invaincu

Baylor domine l'Arkansas et met fin à la sécheresse de 71 ans en Final Four

Houston repousse l'État de l'Oregon pour faire son premier Final Four depuis 1984

UCLA surprend l'Alabama en prolongation pour atteindre Elite Eight

Oral Roberts s'en sort 15-2 contre l'Ohio State

Dunks du jour

Voici les meilleurs dunks du championnat national de lundi

Voici les plus gros dunks du Final Four de samedi

Voici les plus gros dunks de l'Elite Eight de mardi

Découvrez les lancers Elite Eight de lundi

Sweet 16 se termine par des dunks éblouissants

Voici les meilleurs dunks du Sweet 16 de samedi

Regardez 20 des meilleurs dunks au deuxième tour du tournoi NCAA 2021


Quand les nazis ont essayé de ramener les animaux de l'extinction

Né du directeur du zoo de Berlin, Lutz Heck semblait destiné au monde de la faune. Mais au lieu de simplement protéger les animaux, Heck avait une relation plus sombre avec eux : il chassait et expérimentait avec eux.

Dans le nouveau film La femme du gardien de zoo (basé sur un livre de non-fiction du même titre de Diane Ackerman), Heck est l'ennemi juré des gardiens de zoo de Varsovie Antonina et Jan Zabinski, qui risquent leur vie pour cacher des Juifs dans des cages qui contenaient autrefois des animaux. Au total, le couple a fait passer en contrebande environ 300 juifs à travers leur zoo. Heck était non seulement chargé de piller le zoo de Varsovie à la recherche d'animaux pouvant être envoyés en Allemagne, mais il travaillait également sur un projet qui avait commencé avant l'arrivée au pouvoir des nazis : réinventer la nature en faisant revivre des espèces éteintes.

Lutz et son frère cadet, Heinz, ont grandi entourés d'animaux et immergés dans l'élevage d'animaux, en commençant par de petites créatures comme des lapins. En même temps que les garçons en apprenaient davantage sur ces pratiques, des zoologistes de toute l'Europe étaient engagés dans des débats sur le rôle des humains dans la prévention de l'extinction et la création de nouvelles espèces.

“Cela a été lancé par toutes sortes d'expériences que nous considérerions comme assez étranges. Les gens essayaient d'élever des ligres et des tigons », explique Clemens Driessen, chercheur en géographie culturelle à l'Université et à la recherche de Wageningen aux Pays-Bas.

Alors que l'imagination des éleveurs se déchaînait avec l'idée de nouvelles espèces à créer, plus près de chez nous, le bison d'Europe, connu sous le nom de bison, était en train de disparaître à l'état sauvage. Les scientifiques ont commencé à considérer le rôle que les zoos pourraient jouer dans le maintien de l'espèce en vie et en Allemagne, à combiner ces réponses avec des théories sur la prétendue "pureté" de paysages disparus depuis longtemps.

Le bison doit-il être revitalisé en utilisant le bison d'Amérique comme animal reproducteur ? La progéniture résultante serait-elle toujours considérée comme un véritable bison? En vieillissant, les frères Heck ont ​​été plongés dans ces mêmes questions.

Selon un article écrit par Driessen et le co-auteur Jamie Lorimer, Heinz considérait l'extinction du wisent comme la progression naturelle du résultat de la chasse excessive des tribus nomades. Son frère, en revanche, s'intéressait de plus en plus à ce qu'il considérait comme un « jeu allemand primitif » un intérêt de plus en plus partagé par les nazis qui cherchaient un retour à un passé allemand mythique exempt d'impuretés raciales.

Dans son autobiographie Animaux : mon aventure Lutz décrit être fasciné par les animaux qu'il associe à ce passé mythique, en particulier le bison et les redoutables aurochs.

Lutz Heck avec un fourmilier écailleux, 1940 (Sueddeutsche Zeitung Photo / Alamy Banque D'Images)

Les aurochs étaient de gros bovins à cornes qui ont disparu en 1627 à cause de la chasse excessive et de la concurrence des bovins domestiqués. Les frères pensaient qu'ils pouvaient recréer les animaux par rétro-élevage : choisir les espèces de bovins existantes pour la bonne forme de corne, la bonne coloration et le bon comportement, puis les élever jusqu'à ce qu'ils aient quelque chose qui se rapproche de l'animal d'origine. C'était avant la découverte de la double hélice de l'ADN, donc tout ce que les frères recherchaient pour obtenir des informations sur les aurochs provenait de découvertes archéologiques et de documents écrits. Ils croyaient que puisque les bovins modernes descendaient des aurochs, différentes races de bovins contenaient les traces de leur lignée plus ancienne.

« Ce que mon frère et moi devions maintenant faire était d'unir dans un seul et même cheptel toutes ces caractéristiques de l'animal sauvage qui ne se trouvent désormais que séparément chez les animaux individuels », écrit Heck dans son livre. Leur plan était l'inverse des expériences russes pour créer des renards domestiqués plutôt que de se reproduire en avant avec des traits particuliers à l'esprit, ils pensaient qu'ils pouvaient se reproduire à l'envers pour éliminer les aspects de leur phénotype qui les ont rendus domestiqués. (Des expériences similaires ont été reprises par des scientifiques modernes dans l'espoir de recréer des aurochs, et par des scientifiques essayant de recréer le quagga éteint. Les chercheurs ne sont pas d'accord pour savoir si ce type de désextinction est possible.)

Les frères ont parcouru le continent, sélectionnant tout, du bétail de combat en Espagne au bétail des steppes hongroises pour créer leurs aurochs. Ils ont étudié des crânes et des peintures rupestres pour décider à quoi devraient ressembler les aurochs, et tous deux ont affirmé avoir réussi à faire revivre les aurochs au milieu des années 1930. Leur bétail était grand avec de grandes cornes et des personnalités agressives, capables de survivre avec des soins humains limités, et à l'époque moderne, on l'appelait bétail Heck. Les animaux étaient répandus dans tout le pays, vivant partout, du zoo de Munich à une forêt à la frontière moderne de la Pologne et de la Russie.

Mais malgré leur intérêt commun pour la zoologie et l'élevage, les chemins des frères ont considérablement divergé lorsque les nazis sont arrivés au pouvoir. Au début des années 1930, Heinz a été parmi les premières personnes internées à Dachau en tant que prisonnier politique pour appartenance présumée au Parti communiste et son bref mariage avec une femme juive. Bien que Heinz ait été libéré, il était clair qu'il ne serait jamais un grand bénéficiaire du régime nazi, et il ne semblait pas non plus soutenir leur idéologie axée sur la pureté de la nature et de l'environnement.

Lutz a rejoint le parti nazi au début de son règne et s'est fait un puissant allié : Hermann Göring, le commandant en second d'Adolf Hilter. Les deux hommes se sont liés par un intérêt commun pour la chasse et la recréation de paysages allemands ancestraux. Göring a amassé des titres politiques comme des cartes à collectionner, occupant de nombreux postes à la fois : il est devenu le premier ministre de Prusse, le commandant en chef de la Luftwaffe et le Reich Hunt Master et Forest Master. C'est à ce dernier poste qu'il confère le titre d'Autorité de protection de la nature à Lutz, un ami proche, en 1938.

Hermann Göring (Wikimedia Commons)

"G”Gring a vu l'opportunité d'intégrer la protection de la nature à son empire politique", explique l'historien de l'environnement Frank Uekotter. « Il a également utilisé les fonds [de la loi sur la protection de la nature de 1935] pour son domaine. La loi, qui a créé des réserves naturelles, autorisé la désignation de monuments naturels et supprimé la protection des droits de propriété privée, avait a été pris en considération pendant des années avant l'arrivée au pouvoir des nazis. Une fois que les nazis n'ont plus eu les entraves du processus démocratique pour les retenir, Göring a rapidement fait adopter la loi pour renforcer son prestige et promouvoir son intérêt personnel pour la chasse.

Lutz a poursuivi ses expériences d'élevage avec le soutien de Göring, expérimentant avec des tarpans (chevaux sauvages, dont les descendants créés par Heck existent encore aujourd'hui) et des wisent. Les créations de Lutz ont été diffusées dans diverses forêts et réserves de chasse, où Göring pouvait satisfaire son souhait de recréer des scènes mythiques du poème épique allemand Nibelungenlied (pensez à la version allemande de Beowulf), dans lequel le héros teutonique Siegfried tue des dragons et d'autres créatures de la forêt.

"Göring avait un intérêt très particulier à vivre une sorte de fantasme de porter des lances et de porter une robe particulière", dit Driessen. "Il avait cette étrange combinaison de fascination enfantine [avec le poème] avec le pouvoir d'un pays meurtrier derrière lui." En termes pratiques, cela signifiait s'emparer des terres de la Pologne, en particulier de la vaste étendue sauvage de la forêt de Białowieża , puis en l'utilisant pour créer ses propres réserves de chasse. Cela correspond à l'idéologie nazie plus large de lebensraum, ou espace de vie, et un retour au passé héroïque.

« D'un côté, le national-socialisme a embrassé la modernité et la rationalité instrumentale, ce que l'on retrouve dans l'accent mis par les nazis sur l'ingénierie, l'eugénisme, la physique expérimentale et les mathématiques appliquées », écrivent les géographes Trevor Barnes et Claudio Minca. « D'un autre côté, c'était l'autre étreinte du national-socialisme : une sombre anti-modernité, l'anti-lumière. La tradition, un passé mythique, des sentiments et des émotions irrationnels, le mysticisme et un essentialisme culturel qui se sont transformés facilement en dogme, préjugé et bien pire encore ont triomphé.

En 1941, Lutz se rendit au zoo de Varsovie pour superviser sa transition aux mains des Allemands. Après avoir sélectionné les espèces qui seraient les plus précieuses pour les zoos allemands, il a organisé une partie de chasse privée à envoyer avec les autres. « Ces animaux n'ont pu être récupérés pour aucune raison valable, et Heck, avec ses compagnons, aimait les tuer », écrit Kitty Millet, spécialiste des études juives.

Millet voit un lien inquiétant avec l'idéologie nazie de la pureté raciale. "L'hypothèse était que les nazis étaient l'état de transition vers le rétablissement de l'être aryen", a écrit Millet dans un e-mail. Afin de récupérer cette pureté raciale, dit Millet, "la nature a dû être transformée d'un espace pollué en un espace nazi".

Alors que Driessen voit peu de preuves directes de l'engagement de Lutz avec ces idées, du moins dans ses recherches publiées, Lutz a correspondu avec Eugen Fischer, l'un des architectes de l'eugénisme nazi.

Mais son travail de création d'aurochs et de sages pour Göring partageait la même conclusion que d'autres projets nazis. Les forces alliées ont tué les animaux sauvages alors qu'elles se rapprochaient des Allemands à la fin de la guerre. Certains bovins Heck descendants de ceux qui ont survécu à la fin de la guerre dans les zoos existent toujours, et leur déplacement à travers l'Europe est devenu une source de controverse qui se renouvelle tous les quelques années. Ils ont également été identifiés comme une composante possible de programmes européens de réensauvagement plus vastes, tels que celui envisagé par Stichting Taurus, un groupe néerlandais de conservationnistes Stichting Taurus.

Avec des scientifiques comme les Néerlandais et d'autres envisageant la renaissance d'une faune éteinte pour aider à restaurer les environnements perturbés, Uekotter pense que le rôle de Heck dans le parti nazi peut servir de mise en garde. “Il n'y a pas de position neutre en termes de valeur lorsque vous parlez d'environnement. Vous avez besoin de partenaires et, [par rapport à l'impasse qui se produit dans la démocratie,] il y a un leurre du régime autoritaire que les choses sont tout d'un coup très simples », dit Uekotter. « L'expérience nazie montre à quoi vous pouvez vous retrouver si vous tombez dans le piège de manière naïve.


Loi de finances consolidée, 2020, loi publique 116-94

Limitation salariale

Les dispositions générales de la loi de finances consolidée 2020 (loi publique 116-94), promulguée le 20 décembre 2019, comprennent des dispositions relatives à une limitation du taux de salaire. La loi limite le montant du salaire qui peut être attribué et imputé aux subventions ACL et aux accords de coopération. Les fonds de la bourse ne peuvent pas être utilisés pour payer le salaire d'une personne à un taux supérieur au niveau exécutif II. Le salaire de niveau exécutif II de l'échelle de rémunération des cadres fédéraux est de 197 300 $[HL(1] . Ce montant reflète le salaire de base d'un individu à l'exclusion des avantages sociaux et tout revenu qu'un individu peut être autorisé à gagner en dehors des fonctions de l'organisation candidate. la limitation salariale s'applique également aux sous-contrats/sous-contrats dans le cadre d'une subvention ACL ou d'un accord de coopération. Notez que ces limitations salariales ou d'autres s'appliqueront au cours de l'exercice 2020, comme l'exige la loi[CR(2] .

Contrôle des armes à feu (article 217) "Aucun des fonds mis à disposition dans ce titre ne peut être utilisé, en tout ou en partie, pour préconiser ou promouvoir le contrôle des armes à feu."

Restriction sur la distribution d'aiguilles stériles (article 522) « Nonobstant toute autre disposition de la présente loi, aucun fonds affecté dans la présente loi ne doit être utilisé pour exécuter un programme de distribution d'aiguilles ou de seringues stériles pour l'injection hypodermique de toute drogue illégale. »

Anti-lobbying (article 503)

une. Aucune partie des crédits contenus dans la présente loi ou transférés en vertu de l'article 4002 de la loi publique 111-148 ne doit être utilisée, sauf pour les relations exécutives normales et reconnues, à des fins de publicité ou de propagande, pour la préparation, la distribution ou l'utilisation de tout kit, brochure, livret, publication, communication électronique, radio, télévision ou présentation vidéo conçu pour soutenir ou faire échouer la promulgation d'une législation devant le Congrès ou toute législature ou organe législatif d'un État ou local, sauf dans la présentation au Congrès ou à tout État ou la législature locale elle-même, ou conçu pour soutenir ou faire échouer toute réglementation, action administrative ou ordonnance proposée ou en attente émise par la branche exécutive de tout État ou gouvernement local, sauf en cas de présentation à la branche exécutive de tout État ou gouvernement local lui-même.

b. No part of any appropriation contained in this Act or transferred pursuant to section 4002 of Public Law 111–148 shall be used to pay the salary or expenses of any grant or contract recipient, or agent acting for such recipient, related to any activity designed to influence the enactment of legislation, appropriations, regulation, administrative action, or Executive order proposed or pending before the Congress or any state government, state legislature or local legislature or legislative body, other than for normal and recognized executive-legislative relationships or participation by an agency or officer of a state, local or tribal government in policy-making and administrative processes within the executive branch of that government.

c. The prohibitions in subsections (a) and (b) shall include any activity to advocate or promote any proposed, pending or future federal, state or local tax increase, or any proposed, pending, or future requirement or restriction on any legal consumer product, including its sale or marketing, including but not limited to the advocacy or promotion of gun control."


B. Procedure – special Inmate Information provided b BOP under the SSA/BOP computer reporting agreements

1. BOP Inmate Information 04/04/02 and continuing

BOP Data on PUPS Alert/Report

Information About the BOP Inmate Data

BOP will provide conviction information for an inmate who has been officially sentenced by a Federal court. BOP gives SSA this information only if the inmate's conviction information is available in their records.

NOTE : There will be some circumstances in which SSA will deem a conviction date for blank or invalid conviction. (See GN 02607.792D.1.b. for processing instructions.)

Convicted (individual has been convicted of a crime i.e. felony or misdemeanor).

NOTE : If the inmate Status code is “Y” and the conviction date is blank on the PUPS Record/Alert, assume the inmate has been convicted of a criminal offense. (See GN 02607.792D.1.b. for processing.)

Confined but not convicted (individual is confined in a correctional institution but has not been convicted of a crime).

Parole/Probation Violator (individual has violated parole or probation). An official determination has been made to return the individual to confinement at a correctional institution.

MM/DD/YYYY and the Inmate Status Code is:

For the Inmate Status Codes of "Y" or "C," BOP provides a date of confinement equal to the date that BOP assigns the inmate to the correctional facility and is under BOP custody.

MM/DD/YYYY and the Inmate Status Code is:

The date for code “P” represents the date the inmate was returned to BOP custody because the inmate's parole or probation has been officially revoked.

BOP does not provide SSA with released dates. See GN 02607.794D for information on obtaining released date information for BOP inmates that are no longer in BOP custody.

Correctional Facility Identification Code

BOP provides SSA with a 3 digit-facility code the PUPS system converts into a 6-digit BOP facility code located on IRCS. PUPS will translate the 6-digit code to the name of the correlating correctional facility on actionable PUPS alerts.

See GN 02607.792D.2. for instructions on determining the FID code if it is blank on the PUPS alert.

NOTE : BOP's correctional facility code represents the inmate's place of confinement or destination of confinement at the time the report was prepared. If the inmate is "In-Transit" from one BOP correctional facility to another, the facility code will change from one monthly report to another.

NOTE : For additional information about 3BOP Inmate Status Codes, see GN 02607.795.

2. BOP Inmate Information 04/01/00 through 04/03/02

BOP Data on PUPS Alert/Report

Information About the BOP Inmate Data

BOP will provide conviction information for an inmate who has been officially sentenced by a Federal court. BOP gives SSA this information only if the inmate's conviction information is available in their records.

NOTE : There will be some circumstances in which SSA will deem a conviction date for blank or invalid conviction. (See GN 02607.792D.1.b. for processing instructions.)

Convicted (individual has been convicted of a crime, i.e., felony or misdemeanor). (The penalty for the crime generally carries a sentence of over 1 year.)

NOTE : If the inmate Status code is “Y” and the conviction date is blank on the PUPS Record/Alert, assume the inmate has been convicted of a criminal offense. See GN 02607.792D.1.b. for processing.

Convicted of a criminal offense. (The penalty for the crime generally carries a sentence of 12 months or less.)

NOTE : If the inmate Status code is “S” and the conviction date is blank on the PUPS Record/Alert, assume the inmate has been convicted of a criminal offense. See GN 02607.792D.1.b. for processing

Convicted of a criminal offense. (The penalty for the criminal offense is not available in BOP records.)

NOTE : If the inmate Status code is “N” and the conviction date is blank on the PUPS Record/Alert, assume the inmate has been convicted of a criminal offense. See GN 02607.792D.1.b. for processing.

Confined but not convicted (individual is confined in a correctional institution but has not been convicted of a crime). This category includes pre-trial inmates, individuals awaiting medical/mental examinations, detainees, etc.

MM/DD/YYYY and the Inmate Status Code is:

For the Inmate Status Codes of "Y," "S," and "N," BOP provides a date of confinement equal to the date that BOP the inmate to the correctional facility and is under BOP custody.

MM/DD/YYYY and the Inmate Status Code is:

BOP will provide the date the inmate was admitted to a BOP facility.

NOTE: If multiple reports of confinement are received for the same inmate and the inmate status code remains “D” and the reporter code remains “3BOP,” assume the earliest reported date of confinement for this inmate will be the actual initial date of confinement.

BOP does not provide SSA with released dates. See GN 02607.794D.1.c. for information on obtaining released date information for BOP inmates that are no longer in BOP custody.

Correctional Facility Identification Code

BOP provides SSA with a 3 digit-facility code the PUPS system converts into a 6-digit BOP facility code located on IRCS. PUPS will translate the 6-digit code to the name of the correlating correctional facility on actionable PUPS alerts.

See GN 02607.792D.2. for instructions on determining the FID code if it is blank on the PUPS alert.

NOTE : BOP's correctional facility code represents the inmate's place of confinement or destination of confinement at the time the report was prepared. If the inmate is “In-Transit” from one BOP correctional facility to another, the facility code will change from one monthly report to another.

3. BOP Inmate Information 02/01/95 through 03/31/00

BOP Data on PUPS Alert/Report

Information About the BOP Inmate Data

BOP will provide conviction information for an inmate who has been officially sentenced by a Federal court. BOP gives SSA this information only if the inmate's conviction information is available in their records.

NOTE : There will be some circumstances in which SSA will deem a conviction date for blank or invalid conviction. (See GN 02607.792D.1.b. for processing instructions.)

Convicted (individual has been convicted of a crime that carries a sentence of over 1 year).

NOTE : If the inmate Status code is “Y” and the conviction date is blank on the PUPS Record/Alert, assume the inmate has been convicted of a criminal offense. (See GN 02607.792D.1.b. for processing.)

Convicted of a crime and individual is sentenced to 12 months or less.

NOTE : If the inmate Status code is “S” and the conviction date is blank on the PUPS Record/Alert, assume the inmate has been convicted of a criminal offense. See GN 02607.792D.1.b. for processing.

Convicted of a crime and the length of sentence for the crime is unknown.

NOTE : If the inmate Status code is “N” and the conviction date is blank on the PUPS Record/Alert, assume the inmate has been convicted of a crime that carries a sentence of over 1 year. See GN 02607.792D.1.b. for processing.

Confined but not convicted (individual is confined in a correctional institution but has not been convicted of a crime). This category includes pre-trial inmates, individuals awaiting medical/mental examinations, detainees, etc.

MM/DD/YYYY and the Inmate Status Code is:

For the Inmate Status Codes of “Y,” “S,” and “N,” BOP provides a date of confinement equal to the date that BOP assigns the inmate to the correctional facility and is under BOP custody.

MM/DD/YYYY and the Inmate Status Code is:

BOP will provide the date the inmate was admitted to a BOP facility.

NOTE: If multiple reports of confinement are received for the same inmate and the inmate status code remains “D” and the reporter code remains “3BOP,” assume the earliest reported date of confinement for this inmate will be the actual initial date of confinement.

BOP does not provide SSA with released dates. See GN 02607.794D for information on obtaining released date information for BOP inmates that are no longer in BOP custody.

Correctional Facility Identification Code

BOP provides SSA with a 3 digit-facility code the PUPS system converts into a 6-digit BOP facility code located on IRCS. PUPS will translate the 6-digit code to the name of the correlating correctional facility on actionable PUPS alerts.

See GN 02607.792D.2. for instructions on determining the FID code if it is blank on the PUPS alert.

NOTE : BOP's correctional facility code represents the inmate's place of confinement or destination of confinement at the time the report was prepared. If the inmate is "In-Transit" from one BOP correctional facility to another, the facility code will change from one monthly report to another.


Bible Commentaries

There were two King Ahaziahs as there were two King Jehorams, one of each in each kingdom. Both Ahaziahs reigned only one year each, but their administrations did not overlap. The administrations of the two Jehorams did overlap. Ahaziah of Israel reigned 11 years earlier than Ahaziah of Judah. In Judah, Jehoram (853-841 B.C) preceded Ahaziah (841 B.C.), but in Israel Ahaziah (853-852 B.C.) preceded Jehoram (852-841 B.C.).

Année Southern (Judean) King Northern (Israelite) King
853 Ahaziah
852
851
850
849
848Jehoram
847
846 J(eh)oram
845
844
843
842
841
Ahaziah

Verses 1-13

God&rsquos preparation of Jehu 9:1-13

God had told Elijah that he would anoint Jehu ( 1 Kings 19:16 ). [Note: For more information on anointing with oil ( 2 Kings 9:3 2 Kings 9:6 ), see my note on 1 Samuel 16:13.] He did this through his successor Elisha who accomplished it by using one of his protégés ( 2 Kings 9:1 ). Jehu would wipe out Omri&rsquos dynasty in Israel ( 2 Kings 9:7-10 ). Jehu&rsquos father was a different Jehoshaphat from Judah&rsquos king of the same name ( 2 Kings 9:2 ). Elijah had prophesied the end of Ahab&rsquos line ( 1 Kings 21:21-22 1 Kings 21:29 ) and Jezebel&rsquos death ( 1 Kings 21:23 ). God had worked through prophets previously, especially Elijah and Elisha, and would continue to do so. However, Jehu was just as much an instrument in God&rsquos hand as the prophets, though his methods were not always proper. This is the only place in Kings where the writer emphasized Yahweh as avenging (cf. Nahum 1:2-3 ). Jehu was His instrument.

"At times the behavior of the prophet was unusual or abnormal, but a careful consideration of each of these instances will reveal some divine purpose or spiritual significance." [Note: Hobart E. Freeman, An Introduction to the Old Testament Prophets, p. 60.]

"Jehu is the only king of the Northern Kingdom (Israel) to have been anointed, perhaps to indicate that he should follow in the Davidic tradition, as Saul had been anointed by Samuel ( 1 Samuel 9:16 1 Samuel 10:1 ) David by Samuel, to mark the Spirit of God endowing him for the task ( 1 Samuel 16:12-13 ) and Solomon by the high priest Zadok and Nathan the prophet ( 1 Kings 1:45 ). Such anointing was symbolic and probably confined to Hebrew practice (see also on 1 Kings 1:34 )." [Note: Wiseman, pp. 218-19.]

Verses 14-26

Jehu&rsquos assassination of Joram 9:14-26

Israel had evidently retaken Ramoth-gilead after Ben-Hadad I had defeated Ahab there 12 years earlier. Israel was now defending it against the attacking Arameans ( 2 Kings 9:14 ). The horsemen and Joram who asked Jehu, "Is it peace?" were asking if Israel had successfully defended Ramoth-gilead ( 2 Kings 9:17 2 Kings 9:19 2 Kings 9:22 ). Jehu&rsquos reply to the two horsemen, "What have you to do with peace?" ( 2 Kings 9:18-19 ) was somewhat enigmatic and meant, "Don&rsquot worry." He did not answer their question. They probably concluded that he did not want to say anything until he saw the king. When Joram asked him about peace, Jehu replied that there could be no peace for Israel as long as Israel&rsquos leaders allowed Jezebel&rsquos sins to continue ( 2 Kings 9:22 ). Jezebel was a spiritual harlot, having pursued many idols. Her witchcraft (Heb. kesapim , lit. sorceries) involved seeking information from demonic forces (cf. Isaiah 47:9 Isaiah 47:12 Micah 5:12 Nahum 3:4 ). This was a capital offense under the Mosaic Law ( Exodus 22:18 Deuteronomy 18:10-12 ). Joram realized Jehu&rsquos words spelled treason, and he began to flee. He had evidently not worn his armor, and Jehu killed him easily with an arrow ( 2 Kings 9:24 ). Jehu desired to fulfill the prophecy of Ahab&rsquos punishment ( 2 Kings 9:26 cf. 1 Kings 21:21-22 ). God had mitigated Ahab&rsquos judgment because he had repented ( 1 Kings 21:29 ), but now his descendants were reaping the consequences, as God had promised. 2 Kings 9:26 adds that Jezebel had executed Naboth&rsquos sons, too. The writer did not record this earlier. Perhaps she sought to preclude any claims that Naboth&rsquos descendants could have made to his lands later. These additional murders also violated the Mosaic Law ( Leviticus 25:25 Numbers 36:7 ).

Verses 27-29

Jehu&rsquos assassination of Ahaziah 9:27-29

Jehu executed Ahaziah because he was a member of Ahab&rsquos family. He died an ignominious death because of his wickedness, as did the kings of Israel in Omri&rsquos dynasty. Nevertheless Ahaziah received an honorable burial ( 2 Kings 9:28 ).

The period of alliance that ran contemporaneously with Omri&rsquos dynasty, beginning with Ahab, concluded when Joram of Israel and Ahaziah of Judah died (in 841 B.C.). Though Ahab and Jehoshaphat undoubtedly intended to bring strength to both kingdoms through this alliance, it had the opposite effect because of the wicked influence of Ahab&rsquos house. The Lord had forbidden alliances with ungodly nations, so Judah suffered His discipline for entering into this one. Relying on human allies rather than Yahweh weakened both kingdoms. Jehu&rsquos assassinations terminated not only two kings of Israel and Judah but the alliance of the two nations as well.

Verses 30-36

1. Jehu&rsquos evil reign in Israel 9:30-10:36

Since the writer did not record Jehu&rsquos coronation, we should probably regard his reign as beginning when Joram died ( 2 Kings 9:24 ). Jehu began Israel&rsquos fifth and longest royal dynasty. He and his descendants reigned 88 years (841-753 B.C.). He himself reigned 28 years (841-814 B.C.). His contemporaries in Judah were Queen Athaliah and King Joash.

"The usual formula to introduce a king is lacking in the case of Jehu because of the unique and violent nature of his rise to power." [Note: Merrill, "2 Kings," p. 278.]

Verses 30-37

Jehu&rsquos execution of Jezebel 9:30-37

Jezebel evidently painted her eyes and adorned her head ( 2 Kings 9:30 ) to receive Jehu. Unwittingly, or perhaps deliberately, [Note: Patterson and Austel, p. 209.] she prepared herself for her own death. At least one interpreter believed she was trying to seduce Jehu. [Note: S. Parker, "Jezebel&rsquos Reception of Jehu," Maarav 1 (1978):67-78.] Her greeting to Jehu may have been a sarcastic, derogatory threat ( 2 Kings 9:31 ). [Note: Gray, p. 551.] She asked, "Is it peace?" as the two horsemen and Joram had ( 2 Kings 9:17 2 Kings 9:19 2 Kings 9:22 ). However she meant, "Have you established peace (by assassinating the king)?" She implied he had not by calling him Zimri. Zimri was the rebel who, about 44 years earlier, had assassinated his king, Elah, only to die seven days later at the hand of Jezebel&rsquos father-in-law, Omri ( 1 Kings 16:8-10 1 Kings 16:17-19 ). Jezebel implied that Jehu would suffer a similar fate. This interpretation seems better than that Jezebel saw Jehu as a rebel but complemented him on being the one who pruned Omri&rsquos dynasty. [Note: Saul Olyan, "2 Kings 9:31-Jehu as Zimri," Harvard Theological Review 78:1 (1985):203-7.] Wiseman believed Jezebel wanted to reach a peaceful agreement with Jehu. By calling him Zimri she was not referring to Jehu as a traitor but as a hero (Ugaritic dmr ). [Note: Wiseman, p. 223.] This seems unlikely to me. "Zimri" may have become synonymous with "traitor" by this time. [Note: Giorgio Buccellali, Cities and Nations of Ancient Syria, p. 203.]

"On the surface Jezebel&rsquos actions seem contradictory. On the one hand, she beautifies herself as if to seduce Jehu, but on the other hand, she insults and indirectly threatens him with this comparison to Zimri. Upon further reflection, however, her actions reveal a clear underlying motive. She wants to retain her power, not to mention her life. By beautifying herself, she appeals to Jehu&rsquos sexual impulses by threatening him, she reminds him that he is in the same precarious position as Zimri. But, if he makes Jezebel his queen, he can consolidate his power. In other words through her actions and words Jezebel is saying to Jehu, &rsquoYou desire me, don&rsquot you? And you need me!&rsquo" [Note: The NET Bible note on 9:31.]

In response to Jehu&rsquos question, "Who is on my side?" a few officers (Heb. saris ), who acted as harem attendants, threw Jezebel out of her upper-story window. The way Jehu treated Jezebel&rsquos body shows his complete lack of respect for her. Rather than mourning her death, he feasted. He fulfilled Elijah&rsquos prophecy of how God would end her life ( 1 Kings 21:23 ). She who had ordered the murders of Naboth and his sons died on the very ground she had stolen from them. This was the same plot of ground where Jehu had thrown Joram&rsquos corpse ( 2 Kings 9:24-26 ). Yahweh and the godly people of Israel shared Jehu&rsquos lack of respect for the queen. Jezebel had been responsible for much of the apostasy, wickedness, and consequent divine discipline that had plagued Israel for over 30 years. As always in Kings, the writer recorded the type of death a person died to document God&rsquos faithfulness in blessing the obedient and cursing the disobedient. [Note: For interesting insights into the spirit of Jezebel and how to combat it, see Francis Frangipane, The Three Battlegrounds, pp. 97-120.]

When Jehu occupied Jezreel, he had not yet established himself as Israel&rsquos king. Jezreel was only a secondary residence of Ahab&rsquos royal family, after Samaria. [Note: Siegfried Herrmann, A History of Israel in Old Testament Times, p. 221.]


AlloSure Heart was clinically validated in three independent, prospective studies:

  • CARGO II—mean dd-cfDNA 2.9x greater among biopsy-proven rejection vs. quiescent samples 3,4
  • Cedars-Sinai Study—in sensitized population, mean dd-cfDNA 3x greater among biopsy-proven AMR vs. biopsy-negative samples¹
  • Donor‐Derived Cell‐Free DNA‐Outcomes AlloMap Registry (D‐OAR) study¹
    • Study Design—prospective study conducted across 26 U.S. transplant centers
    • 841 plasma samples from 443 patients

    Original JM6-S JagerMech de TRO:3025

    JM-6 JagerMech de TRO:3050

    JM6-DD JagerMech de TRO:3050 Upgrade

    Token of JagerMech de BattleTech, Fourth Edition

    JagerMech in colors of Liao Reserves from Camo Specs

    UNE JagerMech of 1st Davion Guards during a weapon test from Classic BattleTech Universe


    Voir la vidéo: WW2 US Navy ship USS Noa DD-841 - WW2 USNAVY Buque USS Noa DD-841 (Octobre 2021).