Empuries

Le site de Empuries en Catalogne contient les vestiges d'une ancienne ville gréco-romaine et d'un camp militaire et est l'un des plus anciens du genre trouvés sur la péninsule ibérique.

L'histoire d'Empuries remonte au début de l'âge du fer, mais les vestiges que l'on peut voir aujourd'hui sur le site archéologique d'Empuries sont à la fois ceux d'un port de commerce grec et d'un camp militaire romain.

Fondée au VIe siècle av. Le nom même de la ville impliquait sa vocation commerciale – empurion signifiant « marché » en grec ancien.

En 218 avant JC, les Romains prirent le contrôle d'Empuries pour tenter de bloquer les troupes carthaginoises pendant la seconde guerre punique. En 195 avant JC, un camp militaire romain avait été établi et au cours du siècle suivant une colonie romaine nommée Emporiae a émergé sur le site, jusqu'à la fin du troisième siècle après JC. Cependant, au fil du temps, la ville a décliné à mesure que les centres voisins de Barcino (Barcelone) et Tarraco (Tarragone) a grandi. L'importance d'Empuries diminue et la ville est en grande partie abandonnée à cette époque.

Au VIIIe siècle après JC, les Francs prirent le contrôle de la région, après avoir vaincu les Maures, et la région assuma une fonction administrative – devenant la capitale du comté carolingien d'Empúries. Ce rôle est resté jusqu'au XIe siècle, quand il a été transféré à Castellon. À partir de ce moment, Empuries servit de foyer à de petits groupes de pêcheurs locaux et fut largement oublié.

Aujourd'hui, le site archéologique d'Empuries est niché entre le village côtier de Sant Marti d'Empuries et l'Escala, sur la Costa Brava. Les vestiges du site comprennent les ruines du marché et du port grecs, une ancienne nécropole ainsi que les murs de l'époque romaine, les mosaïques, l'amphithéâtre et la basilique paléochrétienne.

Les ruines illustrent l'histoire riche et diversifiée de la ville, des lieux saints et des temples à une statue en l'honneur de Jupiter. De nombreuses trouvailles d'Empuries peuvent être vues dans le petit musée sur place, qui contient des répliques ainsi que des objets originaux. Des artefacts du site peuvent également être trouvés au musée central de Barcelone.

L'emplacement du site sur la mer des Baléares offre des vues magnifiques, ce qui en fait un endroit idéal pour explorer l'histoire dans un cadre pittoresque.

Empuries est géré par le Museu d'Arqueologia de Catalunya, qui s'occupe d'autres sites historiques à proximité et sur la péninsule.

Contribution de Ros Gammie


Comté d'Empúries

Les Comté d'Empúries (Catalan: Comtat d'Empuries, API : [kumˈtad dəmˈpuɾiəs] ), également connu sous le nom de Comté d'Ampurias (Espanol: Condado de Ampurias), [1] était un comté médiéval centré sur la ville d'Empúries et renfermant la région catalane de Peralada. Il correspond à l'historique comarque de l'Empordà.

Après la conquête des régions par les Francs en 785, Empúries et Peralada passèrent sous l'autorité du comté de Gérone. Vers 813, Empúries, avec Peralada, devint un comté séparé sous Ermenguer. Lui et les autres premiers comtes étaient probablement d'origine wisigothique. En 817, Empúries fusionna avec le comté de Roussillon, une union qui dura jusqu'en 989. L'un des comtes d'Empúries du IXe siècle rassembla une flotte assez puissante pour conquérir les îles Baléares, mais seulement pour une courte période. [2] De 835 à 844, Sunyer I a gouverné Empúries et Peralada tandis qu'Alaric I a gouverné Roussillon et Vallespir.

A la mort de Gausfred Ier en 989, Roussillon et Empúries sont séparés. Le fils aîné de Gausfred Hugues I a reçu Empúries tandis que Giselbert I a reçu Roussillon. La dynastie comtale de Hugh dura jusqu'en 1322, date à laquelle Empúries passa à une branche collatérale de sa famille. Le dernier comte, Hugues VI, vendit le comté à Pierre IV de Ribagorza en 1325 en échange de la baronnie de Pego et des villes de Xaló et Laguar, toutes situées dans le royaume de Valence. Peter l'a ensuite échangé avec Ramon Berenguer d'Aragona pour le comté de Prades en 1341. À partir de ce moment, Empúries était un apanage de la Couronne d'Aragon.

Dans une lettre de décembre 1002, le pape Sylvestre II a confirmé le comté d'Empúries et le « comté de Pedralbes » comme faisant partie du diocèse de Gérone. Cette dernière est probablement à identifier avec la région de Peralada au nord d'Empúries. Une partie des « taxes du port », constituées des droits et du mouillage, était reversée au diocèse. [3]


Empuries - Histoire

Empúries est le seul site archéologique de la péninsule ibérique où se trouvent les vestiges d'une cité grecque Emperion cohabitent avec ceux de la cité romaine, Emporiae. C'est aussi la porte d'entrée du culture classique: Dix siècles d'histoire qui ont transformé à jamais les anciens peuples ibériques qui l'habitaient.

Le premier établissement des Grecs était au 6ème siècle avant notre ère sur une petite île au large de la côte du golfe de Roses (Palaia Polis, ville antique), puis a déménagé sur le continent pour établir ce qui était connu sous le nom de Néàpolis, la nouvelle ville. En 218 avant notre ère, le port d'Empúries servait de point d'entrée dans la péninsule aux troupes romaines dans leur combat contre l'armée carthaginoise. Entre le VIe siècle avant notre ère et le Ve siècle après JC, Empúries a été un port, une enclave commerciale, une colonie occidentale de la Grèce, le premier campement romain de la péninsule, une cité romaine prospère.

Les ruines grecques actuelles appartiennent à la ville depuis la période hellénistique. Au cours de la visite, nous trouverions l'enceinte Asclépios et Sérapis, la petite industrie qui produisait des conserves de poisson et des sauces, la Agorá ou place publique et les restes du sol d'une salle de banquet avec une inscription en grec.

Remarquable de la période romaine est le Domus 1 avec les mosaïques qui décoraient le sol, les Insule 30 (zone occupée par les bains publics de la ville), le Forum, les restes de la Basilique et la Curie et le tabernae ou magasins.

A mi-parcours, vous pourrez visiter le Musée des fouilles d'Empúries qui abrite l'exceptionnelle sculpture originale d'Asclépios retrouvée sur le site.

C'est donc un espace privilégié pour comprendre l'évolution du développement urbain grec et romain et est un tournant dans l'histoire de la péninsule ibérique. Actuellement, c'est l'un des sites du Museu d'Arqueologia de Catalunya (Musée archéologique de Catalogne).


Ruines Empuries(Ruines grecques/romaines d'Empuries)

Les Ruines d'Empuries sont des ruines grecques et romaines situées dans un endroit absolument emplacement magnifique juste derrière la belle plage de Sant Marti de Empuries, dans le pittoresque golfe de Roses sur la Costa Brava.

Les Ruines d'Empuries sont une ancienne ville portuaire, connue des Grecs sous le nom d'Emporion (qui signifie marché) qui a créé la ville au 6ème siècle avant JC. et aux Romains comme Emporiae, qui ont créé une nouvelle ville au même endroit au début du 1er siècle avant JC.

Ruines romaines Costa Brava

Les ruines gréco-romaines d'Empuries étaient considérées comme la porte d'entrée de la péninsule ibérique pour les cultures classiques.

L'ancienne ville d'Empuries a été abandonnée dans la seconde moitié du IIIe siècle alors que Gérone, Barcelone et Tarragone grandissaient et prenaient de l'importance. Les gens d'Empuries ne sont pas allés très loin cependant, à seulement un kilomètre de la plage jusqu'au magnifique petit village de Sant Marti d'Empuries.

Les Ruines d'Empuries ont été découvertes en 1908 et les fouilles sont toujours en cours. Actuellement, seulement 25 % du grand site a été fouillé. Donc, beaucoup plus de trésors attendent d'être découverts. 

Je pense que les plus belles choses dans les ruines sont les belles & # xa0sols en mosaïques romaines.

Ruines romaines Costa Brava

Il faut environ 1 heure pour faire le tour des ruines et environ 20 minutes environ pour visiter le musée sur place.

Où sont les ruines d'Empuries ?

Adresse: Ruines de Empuries - C/Puig i Cadafalch, s/n. 17130 Empuries, L'Escala

Il y a un parking sur place. Mais vous pouvez aussi vous promener ici depuis L'Escala ou Sant Marti de Empuries.

Téléphone: +34 972 77 02 08  

Pour plus d'informations et de détails sur les heures d'ouverture et les prix d'entrée, veuillez visiter le site Web des ruines romaines d'Empuries. 


3. La cité romaine

La plus grande et la plus fouillée des deux sections d'Empuries est la ville romaine, qui date du premier siècle av. au premier siècle de notre ère

La ville a un aspect typiquement romain : de forme rectangulaire, disposée en grille et fortifiée. Vous y trouverez des thermes romains, l'amphithéâtre, le forum et quelques commerces de la ville. Il est facile d'imaginer cette ville grouillante de vie et d'activité : des chars roulant dans les rues, des citoyens vaquant à leurs occupations quotidiennes et des soldats romains partout.


Il y avait un comté wisigoth autour de la ville de Ruscino aux VIe et VIIe siècles avec une juridiction correspondant au diocèse d'Elna. Ce premier comté comprenant l'historique comarques de la Plana del Roselló, du Conflent et du Vallespir a été créé par le roi wisigoth Liuva I en 571. L'héritage wisigoth du Roussillon a survécu dans ses tribunaux, où le droit wisigoth était appliqué exclusivement jusqu'au XIe siècle. [1]

Le Roussillon fut occupé par les Maures en 721. Il fut probablement conquis pour l'Empire franc par Pépin le Bref et ses alliés wisigoths en 760, immédiatement après sa conquête de Narbonne, bien qu'il soit certain qu'il était aux mains des Francs pendant le règne de Charlemagne. [2] À ce stade, le Roussillon était presque complètement dépeuplé, n'était pas largement cultivé et l'utilisation des terres était très inefficace, ce qui a souvent été expliqué par les mauresques. razzias et des représailles franques sur une période de quarante ans. [3]

Pepin rétablit l'ancien comté gothique avec son siège à Ruscino. Le nouveau comte, un Goth, fit construire un château dans leur capitale : le castrum ou castellum Rossilio, par lequel Ruscino est devenu Castell-Rosselló. À partir de 780, Charlemagne commence à octroyer prisiones de terres inhabitées en Roussillon et autour de Narbonne à l'arrivée espagnol (ou hispanique, c'est-à-dire des Espagnols chrétiens d'origine gothique, romaine et basque). [4] Ces espagnol les migrants, avec l'aristocratie gothique indigène, participèrent à la reconquête du versant sud des Pyrénées et du littoral tarraconensien qui formèrent la nouvelle Marca Hispanica. [5]

L'histoire du comté franc aux VIIIe et IXe siècles est mal connue. À l'époque carolingienne, il a peut-être formé l'étendue la plus occidentale du peuplement non basque des Pyrénées. [6] Elle est touchée par la seconde vague monastique qui déferle sur la Catalogne dans la première moitié du IXe siècle et voit la fondation et la reconnaissance impériale de nouveaux monastères, comme à Saint-Genèse des Fonts, Saint-Clément de Regulla, Saint -André de Sureda en 819 et 823 respectivement. [7] En 859-860, une flotte de Vikings sous Hasting et Bjorn pilla les abbayes de Roussillon avant d'hiverner en Camargue. [8]

Le premier comte connu de nom, Gaucelm, reçut le comté d'Empúries en 817. Les comtés de Roussillon et d'Empúries restèrent unis jusqu'en 989. Cependant, ils avaient probablement des vicomtes séparés. L'office de vicomte est apparu tôt en Roussillon lorsqu'un Richelm est mentionné comme le remplissant en 859. [9] Les vicomtes d'origine agissaient comme missi dominici des margraves de Septimanie. [10] Tout au long de cette période, le Roussillon gagne progressivement de facto l'indépendance de son suzerain nominal, le roi de France. Jusqu'en 878, Louis le Bègue pouvait imposer sa volonté dans la sélection du comte de Roussillon, mais à la fin du IXe siècle, l'ordonnance royale courait rarement aussi loin au sud que les Pyrénées. Les comtés de Roussillon et d'Empúries devinrent relativement stables, possessions héréditaires de la famille Bellonide Gausfred Ier prit même le titre dux (duc) en 975. [11]

À la fin du Xe siècle, l'Alt Rosselló, le Conflent et l'intérieur du Vallespir passèrent aux comtes de Cerdagne et le Roussillon fut réduit aux régions côtières du Roussillon et du Vallespir. Tout au long du siècle, Empúries fut le centre du pouvoir comtal et les comtes y avaient leur siège. Ce n'est que lorsque les pirates vikings et maures l'ont forcé à quitter la côte pour se rendre à l'intérieur des terres, plus facilement défendable, que Gausfred Ier a fait sa capitale à Castelló d'Empúries. Après sa mort, les comtés ont été séparés, Roussillon allant à son fils cadet, Giselbert I.

La division, cependant, a été faite sous certaines stipulations du comte décédé. Premièrement, les deux chefs avaient le droit d'assister aux synodes et aux tribunaux tenus dans l'un ou l'autre comté. Deuxièmement, les droits à la justice étaient partagés entre les deux chefs d'accusation. Troisièmement, le comte de Roussillon avait le droit de faire sa résidence à Empúries, l'ancienne capitale. Et enfin, que l'un ou l'autre comte puisse posséder des terres dans l'un ou l'autre comté. En 1014, Hugues Ier d'Empúries envahit le Roussillon, mais en 1019 un pacte est signé faisant des deux comtés des entités définitivement séparées.

Roussillon fut le site de la première promulgation de la Trêve de Dieu (Treuga Dei). En 1027, un concile d'Elna se tint dans le pré de Toulouges, tant l'affluence était grande : ecclésiastiques, aristocrates, et pauvres hommes et femmes. Le concile a d'abord décrété une série de canons en accord avec la paix de Dieu (Pax Dei) mouvement inauguré à l'abbaye de Charroux en 989 et qui s'était propagé comme une traînée de poudre en Aquitaine, en Gascogne, en Languedoc et en Catalogne. Le conseil d'Elna, cependant, est allé plus loin que les conseils locaux précédents. Il a également déclaré une trêve effective du samedi soir au lundi matin de chaque semaine : « Aucune personne habitant dans le comté et le diocèse susmentionnés [de Roussillon] ne doit attaquer un de ses ennemis de la neuvième heure du samedi à la première heure du lundi, de sorte que chacun peut rendre l'honneur dû au jour du Seigneur." [12] La trêve s'étendit rapidement à travers le Languedoc et fut bientôt prolongée de sorte qu'il fut généralement entendu que les combats étaient interdits entre le mercredi soir et l'aube du lundi.

Giselbert a déplacé la capitale du Roussillon de Castellrosellón à un village nommé Perpignan, qui était destiné à être la première ville du Roussillon, de préférence au siège épiscopal d'Elna. Giselbert II conclut un pacte avec Empúries concernant les possessions militaires et ecclésiastiques. Durant cette période, le Roussillon tomba davantage sous l'influence du comte de Toulouse au nord que du comte de Barcelone au sud, contrairement à la trajectoire de la plupart des comtés catalans. Il a également souffert d'une série de raids côtiers de la marine de la taifa royaume de Dénia. [13]

Au milieu du XIIe siècle, sous Gausfred III, le Roussillon a connu une époque de turbulences avec des attaques accrues d'Empúries et de pirates maures. Le fils aîné de Gausfred s'est également rebellé. Afin de réprimer la révolte de son fils, il le fait seigneur de Perpignan et héritier présomptif.

A la mort de Gérard II sans héritiers en 1172, le Roussillon passe, par accord préalable des nobles avec le comte, à Alphonse II d'Aragon. On pensait que la Couronne d'Aragon pouvait protéger le Roussillon des prétentions d'Empúries, qui possédait encore certains droits communaux en Roussillon. En 1173, Alphonse convoqua une assemblée à Perpignan, où il déclara la paix pour tout le Roussillon et le diocèse d'Elna.

Le Roussillon fut, avec la Cerdagne et le Conflent, l'objet d'un important cartulaire sous Alphonse II ou peut-être Pierre II : le Liber feudorum Ceritaniae. Il s'agit d'un registre des chartes, généralement liées à la propriété des châteaux et des terres dans les trois comtés, provenant des archives des comtes de Barcelone.


Les Grecs de l'Antiquité en Espagne

Le journaliste grec a publié un article intéressant sur la ville de “Empúries” (en catalan) ou “Emporion” (en grec ancien). Pour ceux d'entre vous qui connaissent bien l'Espagne, sachez que la ville s'appelait également “Ampurias” (en espagnol castillan) jusqu'à récemment.

Fondée par des pêcheurs grecs, des marchands et des colons de Phocée en c. 575 avant notre ère, Empúries était la colonie grecque antique la plus occidentale documentée en Méditerranée et a conservé une identité culturelle distincte pendant près de mille ans. L'intérêt grandit pour les ruines remarquablement bien conservées alors qu'un nombre record de touristes visitent la région. Veuillez cliquer ici pour en savoir plus sur cet endroit curieux et n'oubliez pas de consulter la page d'accueil du Centre Iberia Graeca.


Empuriabrava, une ville insolite de la Costa Brava

Empuriabrava est la plus grande marina résidentielle du monde, une ville insolite de la Costa Brava, en Espagne. Son développement a commencé vers la fin des années 1970 lorsqu'un groupe de visionnaires rêvait de construire de grandes maisons confortables et luxueuses dans toute la ville, avec des yachts amarrés à leurs portes. Non loin de la frontière française, Empuriabrava compte 24 kilomètres de canaux et environ 5000 pontons privés. Et, il est également devenu une station touristique haut de gamme avec des voies navigables rappelant Venise.

Si vous avez des vacances sur la Côte Vermeille ou à Perpignan, en France, vous pouvez faire une excursion d'une journée dans cette ville d'eau. Nous avons découvert Empuriabrava lors de nos vacances près de Collioure, célèbre station balnéaire de la côte Vermeille. Pour y conduire, nous avons suivi une belle route côtière passant par de nombreux petits villages de pêcheurs. Il est également possible de faire une excursion d'une journée depuis Barcelone.

La ville propose de nombreuses activités pour les familles et les aventuriers de plein air. Les choses à faire à Empuriabrava sont :

  • Faites une excursion en bateau écologique à travers les canaux
  • Saut en parachute (parachutisme)
  • Détendez-vous sur les plages d'Empuriabrava
  • Visitez le parc naturel des Aiguamolls
  • Regarder le papillon dans le parc Empuriabrava
  • Balade à Castelló d'Empuries

Faites une excursion en bateau écologique à Empuriabrava

Nous nous sommes arrêtés dans cette ville sur le chemin de Cadaques. De nombreuses locations de bateaux proposent des bateaux à propulsion électrique. En louant un bateau dans l'une des entreprises de la ville, les visiteurs peuvent explorer les canaux et naviguer à travers la ville. Les noms de rues sont sur les rives des canaux, où il n'existe aucun trottoir.

Nous sommes montés à bord d'un bateau électrique et avons fait le tour du canal. La société de location Eco Boats nous a fourni une carte de la voie navigable locale. Leurs bateaux sont au design élégant et sont idéaux pour de nombreuses activités de manière écologique. Notre bateau peut atteindre une vitesse de 6km/h, le maximum autorisé par la marina. Il nous a emmenés doucement le long des canaux sans faire de bruit et bien sûr sans aucune contamination. Faire fonctionner le bateau est très facile, même notre enfant a pu le faire.

Nous avons passé un petit lac triangulaire et avons apprécié la vue agréable sur ces maisons de luxe le long des canaux. Ces villas disposent de terrasses, balcons et loggia, différents ensembles de mobilier de salon. Au lieu de voitures, les résidents utilisent leurs bateaux pour faire leurs courses.

Saut en parachute (parachutisme)

Lorsque nous nous sommes approchés du petit lac, nous avons vu les parachutistes. Le vent constant souffle dans la baie de Roses, ce qui fait d'Empuriabrava et de ses environs l'endroit idéal pour le kite-surf et la planche à voile. Par conséquent, Empuriabrava offre l'opportunité de parachutisme la plus exaltante. Les sympathiques instructeurs de classe mondiale vous enseigneront les méthodes et les procédures de sécurité si vous êtes débutant.

Détendez-vous sur les plages d'Empuriabrava

Rubina Beach est un paradis préservé, l'eau propre et peu profonde, le sable doux et l'atmosphère silencieuse vous apporteront toute satisfaction. En outre, il dispose également d'un espace pour le kite-surf.

Immergée dans la nature, la plage immaculée de Can Comes Beach offre 4 km de dunes de sable et de lagons pour vous détendre. Ce n'est pas une plage commercialisée mais fait partie du parc naturel des Aiguamolls. Par conséquent, si vous souhaitez y passer une journée, veuillez apporter votre propre nourriture et vos boissons, car il n'y a pas de service dans la région.

Visitez le parc naturel des Aiguamolls

Si vous passez une journée sur la plage de Can Comes, il est également possible de faire de la randonnée dans le parc. Suivez les itinéraires balisés pour en savoir plus sur le parc et profiter de la nature. Le parc naturel des Aiguamolls est la deuxième plus grande zone humide de Catalogne et possède une grande diversité de plantes et d'oiseaux.

Regarder le papillon dans le parc Empuriabrava

Installé dans un décor tropical, vous découvrirez le monde fascinant des papillons, toucans, tortues, perroquets et bien d'autres animaux exotiques. Vous apercevrez probablement l'atlas Attacus, qui serait le plus grand papillon du monde. Se promener dans le jardin, le contact direct avec la nature et les animaux est une expérience agréable pour les familles avec enfants.

Balade à Castelló d'Empuries

Si vous en avez assez pour la plage et les activités de plein air, faites une excursion dans la ville centenaire de Castelló d'Empuries. Il abrite des bâtiments historiques bien conservés.

Le premier bâtiment est l'Ecomuseum-Flour Mill, un bâtiment de trois étages construit vers 1905 sur le site du bâtiment d'origine. Vous pouvez encore voir la machinerie d'origine, qui est principalement en bois.

Le bâtiment suivant est la célèbre Basilique de Santa Maria, un parfait exemple d'architecture gothique. Son extérieur en marbre, ses vitraux, son retable principal en albâtre, le beffroi gothique et le musée paroissial visualisent son histoire.

Mais si vous êtes amateur d'histoire, le Musée d'histoire médiévale de Castelló d'Empúries est fait pour vous. Situé dans le bâtiment historique de la Curie-Prison, le musée est l'un des espaces médiévaux de la ville.

Astuces de voyage

De nombreux vacanciers passent des semaines dans cette ville. En été, il peut accueillir jusqu'à 80 000 visiteurs, tandis que les résidents réguliers sont environ 5 000. Il y a aussi de nombreux appartements et maisons de vacances dans la ville.

    est au centre du port d'Empuriabrava, à 100 mètres de la plage. Elle et offre une vue sur les canaux de Salins. Le parc naturel du Cap de Creus est à 7 km. La charmante ville blanchie à la chaux de Cadaques est à environ 13 km, où vous pourrez visiter la maison unique de Dali. a le meilleur emplacement de la ville. Doté d'une piscine extérieure ouverte en saison, d'un jardin et d'une terrasse, l'hôtel dispose également d'une connexion Wi-Fi gratuite et d'une vue sur la piscine.

Il y a quatre trajets de Barcelone à Empuriabrava, soit en train, en taxi, en bus ou en voiture. Veuillez trouver les connexions ici. Le moyen le plus simple de se rendre à Empuriabrava du côté français est de louer une voiture et de parcourir cette région espagnole.


Histoire

Le premier livre Harry Potter traduit en catalan a été Harry Potter et la pierre philosophale (Harry Potter et la Pedra Filosofal en catalan) en 1999 par Laura Escorihuela Martínez, et il a été publié pour la première fois pour la collection "Narrativa" de Editorial Empúries. Elle a travaillé avec l'Institució de les Lletres Catalanes pour traduire le livre. [ citation requise ]

Plus tard cette même année, elle a rapidement traduit Harry Potter et la Chambre des Secrets (Harry Potter et la Cambra Secreta en catalan) en raison des demandes des fans catalans. [ citation requise ] Elle a dû le traduire en seulement un mois alors qu'elle vivait en France. [ citation requise ] Il a également été publié en 1999.

Elle a dû [ citation requise ] traduire Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban (Harry Potter et le Prés d'Azkaban en catalan), qui a été publié en 2000.

Harry Potter et la coupe de feu (Harry Potter et el Calze le Foc en catalan) a été traduit par Laura Escorihuela un an plus tard que l'original, en 2001. Cette fois, elle a eu l'aide de son mari, Marc Alcega. [ citation requise ]

Harry Potter et l'Ordre du Phénix (Harry Potter et l'Orde del Fenix en catalan) a été traduit par Xavier Pàmies Giménez. La version britannique originale de ce livre a 766 pages, et c'est la plus longue, mais la version catalane a encore plus de pages, elle a 968 pages. Celui-ci a été traduit en 2004 et publié en 2005.

Xavier Pàmies Giménez a continué à traduire Harry Potter et le prince de sang mêlé (Harry Potter et el Misteri del Príncep en catalan) plus tard en 2006.

Le dernier et définitif livre Harry Potter et les Reliques de la Mort (Harry Potter et les Reliquies de la Mort en catalan) a également été traduit par Xavier Pàmies en 2008 et également publié en 2008. Même si ce livre a été mieux traduit que les autres, certains des fans catalans le connaissaient comme "le mauvais traducteur". [ citation requise ]


Explorez les ruines antiques d'Empúries

Ce qui reste de l'une des premières villes d'Espagne suffit à brosser le tableau d'un bourg florissant avec ses propres lieux de culte, des usines de sel et d'irrigation, de l'art, des palais pour les riches et ce qui aurait été des cabanes en pierre pour les pauvres. Les commerçants grecs naviguaient autour de cette zone connue aujourd'hui sous le nom d'Empêries dès le VIIe siècle avant JC avant de décider d'établir une colonie un siècle plus tard et de tirer pleinement parti de leurs liens commerciaux avec les habitants indigènes de la péninsule.

Les Grecs appelaient leur ville Emporium, ce qui signifie "marché", et elle prospéra pendant environ 300 ans jusqu'à la deuxième guerre punique. Lorsque le général romain Gnaeus Cornelius Scipio est arrivé à Emporium par bateau avec ses troupes cherchant à couper l'accès terrestre à ses ennemis les Carthaginois, il a inauguré une longue période de romanisation sur la péninsule ibérique. En 195 avant JC, les Romains construisaient leur propre ville à côté de l'Emporium des Grecs. Ils ont rebaptisé le site Emporiae, et pendant environ 100 ans, il a été occupé jusqu'à ce que les ports plus accessibles de Tarragone et de Barcelone conduisent les Romains à l'abandonner. Les habitants romains restants se sont déplacés un peu au nord et ont construit leur village de Sant Martín d'Emperés. Les pêcheurs de ce village allaient fonder L'Escala, aujourd'hui la plus grande ville de la région, au cours du XVIe siècle.

Avec un peu d'imagination, Emporium et Emporiae prennent vie sous vos yeux sur fond de bleu méditerranéen étincelant. Les passerelles facilitent la visite des ruines, et des pancartes bien placées détaillent en anglais et en espagnol exactement à quoi servait chaque espace. Les sites comprennent des mosaïques au sol, des bains publics, des murs défensifs, des temples et un amphithéâtre. Ne manquez pas le musée d'archéologie de Catalogne à Empúries, qui présente des objets découverts lors des fouilles et offre un aperçu de la vie grecque et romaine.


Voir la vidéo: mx castello dempuries (Octobre 2021).