Podcasts sur l'histoire

Sanctuaire d'Itsukushima

Sanctuaire d'Itsukushima


Comprendre la magie du sanctuaire d'Itsukushima

À un kilomètre et demi de la côte d'Hiroshima, dans l'ouest du Japon, une imposante porte de sanctuaire orange coucher de soleil semble flotter dans la mer. Ce site éthéré est l'inimitable O-torii du sanctuaire d'Itsukushima.

Torii, reconnaissable à tous ceux qui ont visité le Japon, sont les portes de sanctuaire en bois rouge qui varient de minuscules miniatures au coin des rues à des mastodontes de 120 pieds (37 mètres). Les Torii marquent les entrées des sanctuaires shintoïstes et séparent le sacré de l'ordinaire et le monde des humains du royaume des kami (êtres divins).

Bien que cela puisse sembler le cas, l'O-torii d'Itsukushima ne flotte pas réellement sur l'eau. La porte est construite sur quatre piliers de 15 mètres de haut qui se dressent dans les bassins de marée peu profonds et boueux. L'ensemble du sanctuaire est construit comme un quai, reposant juste au-dessus de la mer, et a été construit pour la première fois il y a près de 1 500 ans.

Mais pourquoi a-t-il été construit et qu'est-ce que cela signifie ? La profonde signification spirituelle et symbolique de l'un des sanctuaires les plus emblématiques du Japon ainsi que l'accomplissement architectural de la préservation d'Itsukushima à travers des centaines d'années de tempêtes et de marées créent le point d'entrée parfait pour une appréciation plus profonde du shintoïsme et des milliers de sanctuaires et de temples qui parsèment le paysage japonais.

Voici ce que tout visiteur doit savoir sur l'architecture shinto et le sanctuaire d'Itsukushima.


Le Grand Torii du sanctuaire d'Itsukushima

Bien culturel national important La porte torii géante du sanctuaire d'Itsukushima est un torii en bois de style Ryobu (style à quatre pattes). Il mesure 16,6 m, avec une longueur de traverse supérieure de 24,2 m, des piliers principaux de 9,9 m autour et un poids brut de 60 t. Le bois a été recouvert d'une laque vermillon (laque Komyotan), les piliers principaux sont en camphre et les plus petits piliers de soutien sont en cèdre. Le torii actuel est la 8ème génération depuis la période Heian et a été reconstruit en 1875. La traverse supérieure et les poutres de liaison ont été transformées en boîtes et remplies de 5 tonnes de roches et de sable. La base est juste posée sur le fond marin et la porte supporte son propre poids. La fondation des piliers principaux utilise des brise-lames appelés senbonkui, où 30 à 100 pieux de pin (45 à 60 cm de long) sont enfoncés autour de chaque pilier. Les camphriers ont une densité élevée et sont résistants à la pourriture et aux insectes. Du côté ouest de la traverse supérieure se trouve une marque de croissant de lune et du côté est une marque de soleil, montrant l'influence du yin-yang. « Sanctuaire d'Itsukushima » est écrit sur la plaque encadrée du côté de l'offing et « Sanctuaire d'Itsukishima » est écrit sur le côté du temple. La plaque d'aujourd'hui a été écrite par le prince Arisugawa Taruhito lorsque le torii a été reconstruit en 1875.


Informations de base sur le sanctuaire d'Itsukushima

De nombreux visiteurs de ce sanctuaire shinto seront familiers avec l'image emblématique de sa porte torii rouge se tenant dans l'eau au large de l'île de Miyajima, le verdoyant mont Misen en toile de fond. Pourtant, voir le sanctuaire en personne suscite des halètements audibles de crainte, même de la part de ceux qui le connaissent grâce aux images. Il a été désigné site du patrimoine mondial en 1996.

Itsukushima est un complexe de sanctuaires qui contient un sanctuaire principal (intérieur) composé de 37 bâtiments, ainsi qu'un sanctuaire extérieur avec 19 autres bâtiments situés des deux côtés du rivage. Itsukushima aurait été construit à l'origine en 593 de notre ère, et le chef de guerre Taira no Kiyomori a entrepris d'autres travaux sur le sanctuaire à partir de 1168. Le hall principal a ensuite été rénové, et la porte torii et le pont en arc ont été reconstruits par la famille Mohri à la fin seizième siècle. Itsukushima signifie littéralement « île de culte », reflétant le fait que l'île de Miyajima elle-même a été vénérée pendant des siècles comme la demeure du divin.

Itsukushima et sa porte torii sont uniques au Japon pour la façon dont la marée monte et recule sous eux. A marée haute, le complexe semble flotter à la surface de l'eau. A marée basse, Itsukushima prend un aspect différent, mais tout aussi captivant : trois étangs apparaissent dans les sables environnants, faisant office de « miroirs », et il est possible pour les visiteurs de marcher jusqu'à la porte torii.


Introduction

Depuis l'Antiquité, Miyajima est considérée comme l'un des "trois plus beaux endroits" du Japon et, faisant partie du parc national de la mer intérieure de Seto, elle a reçu plusieurs distinctions, telles qu'un lieu d'une beauté scénique extraordinaire, une histoire exceptionnelle , une zone de préservation pittoresque et un monument naturel. Les forêts vierges voisines du mont Misen sont représentatives de la verdure luxuriante et de l'abondance de la nature qui couvre encore aujourd'hui toute l'île. Promenez-vous en ville, et la vue des boutiques de souvenirs et des ryokan (auberges de style japonais) vous rappellera la vivacité et la prospérité d'une ville portuaire bordée de magasins et de maisons.

Géographie de Miyajima

L'île de Miyajima, appartenant à la préfecture d'Hiroshima, séparée du continent par le détroit d'Onoseto de 500 m de large, est l'une des nombreuses îles de la baie d'Hiroshima. Le centre de l'île est situé à 34°16' de latitude nord et à 132°19' de longitude est. La température moyenne à Miyajima est de 15,1 et les précipitations annuelles sont de 1648,8 mm.
L'île est à peu près rectangulaire, avec une longueur de 9 km et une largeur de 4 km. Le mont Misen, le mont Komagabayashi et le mont Iwafune sont situés sur Miyajima, et tous trois s'élèvent et dominent le rivage de cette île montagneuse. Le long de la chaîne de montagnes, de gros rochers de granit sont exposés à la surface, ajoutant un changement de caractère au paysage.
Les sept rives de Miyajima sont des côtes sablonneuses avec une crique peu profonde. Le large tideland antérieur au sanctuaire d'Itsukushima offre un paysage impressionnant, tandis que les précieuses plantes halophiles limicolines dans le tideland de Tatara.
Trois rivières, la rivière Shiraito, la rivière Omoto et la rivière Mitarai coulent du massif de Misen. Ils ont un courant rapide. Vous pouvez voir des cascades le long de la rivière Shiraito. En revanche, les rivières qui descendent du massif d'Iwafune sont plutôt douces et forment de larges vallées.

Origine du sanctuaire d'Itsukushima

Depuis les temps anciens, les gens ont ressenti la sainteté spirituelle de Miyajima et ont vénéré et adoré l'île elle-même en tant que déesses. Le sanctuaire principal aurait été construit en 593 par Saeki Kuramoto.

On pense que les déesses ont choisi cette île parce qu'une baie fermée a été recherchée pour le site du sanctuaire.
Le premier enregistrement du sanctuaire d'Itsukushima dans l'histoire japonaise était dans le Nihon Koki (Notes sur le Japon), daté de 811, et il a été noté le sanctuaire d'Itsukishima avec d'autres sanctuaires célèbres.
À l'époque de Taira-no-Kiyomori, il est devenu un lieu de culte pour le clan Heike, et vers 1168, le bâtiment principal du sanctuaire a été construit. Au fur et à mesure que le pouvoir du clan Heike augmentait, le nombre d'adorateurs au sanctuaire augmentait, le sanctuaire lui-même commençait à se faire connaître parmi les membres de la cour impériale et sa grandeur devenait de plus en plus magnifique.

L'empereur et la cour impériale ont rendu visite au sanctuaire, et la culture de la période Heian a été aimablement incorporée. Le Bugaku, ancienne danse de cour musicale japonaise, a également commencé au cours de cette période. Même après la chute du clan Heike, la culture de la période Heian a été chaleureusement acceptée par le clan Genji et le sanctuaire a continué à connaître une ère stable et prospère.
Le sanctuaire principal a été endommagé par un incendie en 1207 et 1223, et bien que la restauration ait été effectuée, on pense qu'à chaque restauration, l'échelle du sanctuaire a été modifiée. Ainsi, dans une illustration montrant le sanctuaire qui a été dessinée pendant la période Koan (1278-1288), la disposition du sanctuaire est différente. Il est enregistré que le sanctuaire a été endommagé par un typhon en 1325, et à partir de ce moment, la disposition est devenue similaire à son état actuel.
De l'époque de Kamakura à l'époque des guerres civiles où la situation politique était instable, l'influence du sanctuaire a progressivement décliné. Bien qu'il y ait eu une période où il est tombé en ruine, lorsque Mori Motonari a remporté la bataille d'Itsukushima en 1555, sous son contrôle, le sanctuaire a retrouvé la vénération qu'il avait auparavant et une fois de plus sa grandeur a été restaurée. En outre, Toyotomi Hideyoshi s'est également rendu au moment de son expédition à Kyushu et a ordonné qu'une grande bibliothèque pour les sutras bouddhistes soit construite au temple Ankokuji.
Le sanctuaire d'Itsukushima, vénéré par de nombreuses personnes depuis l'Antiquité et vénéré par les différents souverains au pouvoir à travers l'histoire, est un exemple de conception architecturale rare et unique, le symbole de la culture et de l'histoire japonaises qui est vivante et a continué à ce jour, en plus d'être le représentant de l'esprit japonais.

Style d'architecture Shinden

Taira-no-Kiyomori a commencé la construction du sanctuaire en 1168, et il aurait fallu plusieurs années pour l'achever. Le sanctuaire principal (intérieur) se compose de 37 bâtiments et le sanctuaire extérieur, qui se trouve devant des deux côtés du rivage, se compose de 19 bâtiments.

Incorporant habilement le style Shinden* de l'architecture japonaise, en plus des changements libres et décomplexés qui se fondent harmonieusement dans la construction, le sanctuaire serait le plus bel exemple de ce type d'architecture existant au Japon.
Le sanctuaire principal est construit en utilisant le style délicat et magnifique de Kiritsuma-ryonagare, et à l'avant se trouvent des portes pliantes en treillis en forme de losange laquées bleu verdâtre qui prolongent un sentiment d'élégance et de grâce. Bien que la structure actuelle ait été construite en 1571 par Mori Motonari, le même style architectural Heian que Kiyomori a utilisé a été fidèlement reproduit et les lignes courbes caractéristiques et gracieuses peuvent être vues partout.

* Le style d'architecture Shinden a été utilisé pendant la période Heian pour la construction de la résidence de la cour et de la classe noble, et un exemple de ce style d'architecture est le palais impérial de Kyoto.

L'incroyable sanctuaire debout dans la mer

L'incroyable concept de construction d'un sanctuaire dans la mer était soit une tentative de construction du mythique Ryugu-jo (Palais du Dragon), car la déesse consacrée est la déesse de la mer. Ou, il a été construit comme une manifestation de la foi dans la croyance bouddhiste de la Terre Pure pendant la période Fujiwara. On croyait que lorsque les gens mouraient, leur âme traversait en bateaux le "monde d'après" pour se rendre à Gokuraku Jodo (paradis, terre pure bouddhiste). Quelle que soit la raison, le sanctuaire est un spectacle vraiment magnifique qui combine l'harmonie et la beauté de l'artisanat humain et de la nature.
Comme le sanctuaire est construit dans la mer, les poteaux de fondation sont immergés dans l'eau et se décomposent assez facilement. De plus, le sanctuaire s'altère et est parfois battu par les brises marines et les typhons. Bien qu'un entretien constant et complet soit nécessaire en raison de ces facteurs naturels, près de 800 ans se sont écoulés depuis la construction du sanctuaire d'Itsukushima, et nous avons la chance de pouvoir voir le même sanctuaire que la cour Heian. Le nettoyage des algues accumulées sur la plage de l'enceinte et le nivellement du banc de sable sont tout à fait uniques pour l'entretien des sanctuaires.
Si vous vous tenez face à la mer au Hitasaki ((Front Lantern) qui est à la fin de la projection du Hirabutai (Broad Stage)), la mer d'un bleu profond s'étend tout autour et vous vous sentirez comme si vous rouliez dans un Heian Péniche d'époque.

Disposition des bâtiments du sanctuaire

Les bâtiments du sanctuaire d'Itsukushima ont été désignés trésors nationaux (vert) et biens culturels importants (jaune). Dans le dessin ci-dessus, les bâtiments désignés comme trésors nationaux sont indiqués en vert et ceux désignés comme biens culturels importants sont indiqués en jaune. On dit que le bâtiment principal du sanctuaire a été construit en 593 (la première année du règne de l'impératrice Suiko) par Saeki Kuramoto.
La fondation du sanctuaire principal est bien établie et la grandeur du sanctuaire est devenue plus magnifique lorsque Taira-no-Kiyomori a été nommé gouverneur de la province d'Aki en 1146 (Kyuan 2) et que le clan Taira a commencé à rendre hommage au sanctuaire. Bien qu'une grande partie des bâtiments principaux du sanctuaire d'Itsukushima aient été construits pendant la période Heian, en raison d'incendies et d'autres calamités au fil du temps, le sanctuaire principal actuel a été construit en 1571 (Genki 2) et le sanctuaire Marodo (sanctuaire pour la divinité invitée) a été construit en 1241 (Jinji 2). Il peut y avoir de légères différences dans les détails des bâtiments qui reflètent les caractéristiques de la période particulière au cours de laquelle ils ont été construits, mais le style architectural général a été fidèlement conservé. En mettant de côté la recherche et l'analyse scientifiques, on peut dire que l'apparence générale du sanctuaire est un magnifique exemple d'architecture de la période Heian.

Couloir Est

Désigné comme bâtiment spécialement préservé le 5 avril 1899.
Désigné trésor national le 29 mars 1952.

Le couloir est s'étend de l'entrée du sanctuaire d'Itsukushima, en passant par le sanctuaire de Marodo et Asazaya (salle de service du matin), jusqu'à la salle de purification du sanctuaire principal. Le couloir a 108 *ma (baies) et 4 mètres de largeur. De légers espaces entre les planches du couloir ont été créés pour atténuer la flottabilité de la marée haute et pour drainer la pluie soufflée sur le couloir. De plus, les clous ne sont pas utilisés sur les planches. Avant que Taira-no-Kiyomori n'ouvre la route d'Ondo-no-Seto, les navires avaient emprunté la route sud et étaient amarrés sur la côte ouest de l'île. C'est pourquoi l'entrée se trouvait autrefois dans le couloir ouest, qui est maintenant la sortie du sanctuaire.

*Ma est une travée ou une travée entre les poutres (piliers). Ainsi, 8 ma sont les 8 travées entre 9 piliers. Ma n'est pas une mesure définie, et donc la longueur de la travée varie.

Le sanctuaire Marodo (sanctuaire pour la divinité invitée) Haraiden (salle de purification)

C'est ce qu'on appelle Haraiden. Les visiteurs se tiennent à Haraisho pour purifier leur esprit et leur corps avant d'offrir des prières. Parmi tous les bâtiments du sanctuaire d'Itsukushima, il n'y a de plafonds que dans les salles de purification et les sanctuaires principaux du sanctuaire principal et du sanctuaire marodo. Le type de plafond est un plafond à gorges, à caissons et à treillis fin.

La salle de purification du sanctuaire de Marodo est différente de celle du sanctuaire principal en ce que le parapet environnant a une ouverture à l'avant, laissant la salle ouverte sur la mer.

Le sanctuaire de Marodo

Désigné comme bâtiment spécialement préservé le 5 avril 1899.
Désigné comme trésor national le 29 mars 1952.

Le sanctuaire de Marodo est le plus grand *sessha d'Itsukushima. Ce sanctuaire, qui est subordonné au sanctuaire d'Itsukushima, est dédié à cinq divinités, à savoir Amenooshihomimi-no-mikoto, Ikutsuhikone-no-mikoto, Amenohohi-no-mikoto, Amatsuhikone-no-mikoto et Kumanokusubi-no-mikoto. Son style architectural est similaire à celui du sanctuaire principal, avec seulement de légères différences dans les détails.
Une salle d'isolement est située d'un côté de la salle de culte et une salle de sutra de l'autre, dans laquelle il est dit que les prêtres récitaient des sutras.

* Sessha est le deuxième en rang et en taille derrière le sanctuaire principal. Ces sanctuaires sont parfois appelés sanctuaires auxiliaires. Dédié à une divinité qui entretient une relation profonde et significative avec le dieu ou la déesse vénérée dans le sanctuaire principal.

Lanternes de couloir

Les lanternes suspendues le long des couloirs ont d'abord été consacrées par Terumoto Mori, un petit-fils de Motonari Mori. Les lanternes de l'époque étaient en fonte et leur forme était différente de ce qu'elle est aujourd'hui. Ils sont maintenant stockés dans la salle du trésor. Les lanternes actuelles étaient en bronze au début des années 1900, inspirées de celles de 1366.

Kagami-no-ike (étang miroir)

Trois étangs ronds sont situés autour du sanctuaire d'Itsukushima. On dit que les étangs sont apparus une nuit lorsque le sanctuaire d'Itsukushima a été construit pour la première fois à l'époque de l'empereur Suiko. Ainsi, les gens de cette époque croyaient que la construction du sanctuaire convenait à la providence des dieux. Les étangs servaient de réservoirs d'eau pour les incendies qui se produisaient lorsque la marée était basse, mais ils confèrent également un caractère unique au sanctuaire.
L'étang près du sanctuaire de Marodo s'appelle Kagami-no-ike (étang miroir). Kagami-no-ike est également l'une des huit vues notées de Miyajima. On a dit que la lune reflétée sur l'étang du miroir était une scène des plus belles, qui a été reprise à plusieurs reprises comme motif dans le tanka (poèmes japonais de 31 syllabes) et le haïku.

Asazaya

Bien culturel important

Désigné comme bien culturel national important le 29 mars 1952.

Cette salle s'appelle Asazaya, où les prêtres shintoïstes se réunissent à l'occasion des cérémonies shintoïstes. On dit qu'Asazaya était utilisé pour les cérémonies du matin shintoïstes, car le mot asa signifie matin. Le mot asazaya apparaît également dans Makurano-Soshi, l'un des classiques littéraires les plus célèbres. Le type de toit de la partie orientale est à pignon, kirizuma-zukuri tandis que celui de la partie ouest est à croupe et à pignon, irimoya-zukuri et l'ensemble du toit est entouré de bas-côtés. Ce style de toit montre le style architectural Shinden, qui est l'une des principales caractéristiques du bâtiment annexe.

Masugata

La place d'enceinte entourée par le couloir et la salle de purification s'appelle Masugata. Chaque année, Kangensai, le plus grand des festivals annuels, a lieu dans la nuit du 17 juin selon le calendrier lunaire. Des bateaux colorés décorés de rideaux et de lanternes et transportant des orchestres à bord traversent la porte Torii et entrent à Masugata tard dans la nuit. Le festival est comme un magnifique rouleau d'images de l'âge monarchique étalé sur la mer.

Sotoba-ishi

Bien culturel important

C'est aussi l'un des étangs miroirs. Il y a une pierre dans l'étang et la pierre est associée à la célèbre histoire de Floating *Sotoba dans ** "Tale of the Heike Clan". Dans l'histoire, un homme nommé Taira-no-Yasuyori a été exilé sur l'île éloignée appelée Kikaiga-shima dans la préfecture de Kagoshima, alors que son complot de coup d'État était divulgué à Taira-no-Kiyomori.
Alors qu'il se trouvait sur l'île éloignée, Yasuyori a créé des poèmes exprimant son désir de retourner à Kyoto et sa mère manquante, les écrivant sur 1 000 tablettes de bois, qu'il a ensuite laissées à la dérive sur la mer. L'une des tablettes a flotté jusqu'à Miyajima et elle a été trouvée sur la pierre par un prêtre. Cette histoire a été portée à la Cour et Yasuyori a été autorisé à retourner à Kyoto.

* Sotoba est une longue tablette de bois généralement placée debout sur les tombes.
** L'histoire du clan Heike est un récit historique de l'ascension et de la chute du clan Heike. Taira est un autre nom pour Heike.

Yasuyori Toro (Lanterne Yasuyori)

Yasuyori a montré sa gratitude en faisant don de la lanterne de pierre au sanctuaire. La lanterne se trouve dans l'enceinte du sanctuaire près d'un gros rocher qui marquerait l'endroit où le poème chanceux de Yasuyori a été trouvé.

Sur la surface de la base de la lanterne, des dragons ascendants et descendants sont sculptés. Hibukuro (l'espace en forme de boîte dans une boîte à feu, où le combustible est brûlé.) est de forme octogonale et est sculpté de roku jizou, six divinités gardiennes d'enfants.

Agemizu-bashi

Ce pont s'appelle Agemizu-bashi. Le mot agemizu signifie puiser de l'eau. Il y a longtemps, l'eau utilisée pour le sanctuaire était puisée ici. La caractéristique du pont est que le garde-corps du pont du côté est est plus haut que l'autre côté et fait partie des jetées du garde-corps.
Ce bassin d'eau en pierre a été fait d'une énorme pierre en 1592.

Naishi-bashi (Trésor national)

À l'époque de Heian, les femmes qui servaient à la cour étaient appelées « quotnaishi ».
À cette époque, naishi passait ce pont pour offrir la nourriture aux dieux.

Sanctuaire principal

Désigné comme bâtiment spécialement préservé le 5 avril 1898.
Désigné trésor national le 29 mars 1952.

Le sanctuaire principal est dédié aux trois déesses Munakata, Ichikishima-hime, Tagitsu-hime et Tagori-hime. Après la restauration de Meiji, des chigi (traverses ornementales en forme de corne sur le pignon d'un toit de sanctuaire) et des katsuogi (éléments en forme de rondins sur le faîte d'un toit de sanctuaire) ont été ajoutés au sanctuaire principal, conférant à la structure un style architectural shinto typique. style. Cependant, lorsque des réparations majeures ont été effectuées aux époques Meiji et Taisho, ces éléments architecturaux ont été supprimés et le style d'origine a été restauré.
La salle de culte du sanctuaire est construite dans ce qu'on appelle un style "à trois arêtes", dans lequel les trois arêtes semblent être posées en parallèle sur le plafond de la salle. On dit que le style remonte à la période Nara (710 – 784).

La salle de purification

La salle de purification était utilisée pour les festivals mensuels et pour l'exécution du Bugaku (danse de la cour antique) les jours de pluie. Depuis la fin de l'ère Meiji, les gens ont effectué ici "les prévisions de marché de fin d'année" pour prévoir les conditions du marché pour l'année à venir. Les larges lames du plancher sont polies en douceur, ce qui indique que la salle a été fréquemment utilisée.
La partie centrale de l'avant-toit est coupée et élevée, ce qui est une technique architecturale typique utilisée dans les salles bouddhistes Amida à la fin de la période Heian, et a été adoptée dans la salle Phoenix du temple Byodo-in à Uji, Kyoto, l'Amida Salle du temple Hokaiji à Hino, Kyoto, et dans d'autres temples célèbres.

Taka-Butai (haute scène)

Désigné comme annexe à un trésor national le 29 mars 1952.

Si le temps le permet, le Bugaku (Ancient Court Dance) a lieu sur la High Stage. Les descriptions de l'étage élevé ne se trouvent pas dans les documents de la période Heian. Cependant, un document de la période des guerres (1467-1568) a noté que la scène était utilisée pour exécuter des danses. Comme le nom de Tanamori-no-Fusaaki, prêtre en chef de l'époque, était gravé sur l'un des chapeaux ornementaux des poteaux de balustrade, on pense que la scène temporaire a été érigée pour la première fois à la fin de la période des guerres. On pense également que la scène temporaire a été remplacée par la structure permanente à l'époque d'Edo.

Hira-butai (Scène ouverte)

Désigné comme annexe à un trésor national le 29 mars 1952.

La scène en plein air est située devant le sanctuaire principal, avec des couloirs reliant les deux sanctuaires subordonnés de Kado-marodo et les loges d'orchestre sur les côtés gauche et droit de la scène.
La mention de la scène n'est pas trouvée dans les documents enregistrant les noms des bâtiments construits à l'ère Nin-an (1166-1169), lorsque les bâtiments du sanctuaire ont été construits pour la première fois. Cependant, un document mentionnait qu'une scène temporaire avait été établie devant le sanctuaire principal pour la tenue des cérémonies Senbo-kuyo (importantes cérémonies bouddhistes impliquant de nombreux moines). On pense que cette étape temporaire a été remplacée par la structure permanente, qui s'appelle maintenant le Hira-butai.
Bien que les autres poteaux de fondation des bâtiments du sanctuaire soient en bois, les poteaux de fondation de la scène ouverte et ceux du Naga-hashi (Pont Long) étaient en pierre. On dit que les pierres ont été offertes en 1571 par le prestigieux seigneur de guerre Mori Motonari lors de la consécration d'un nouveau sanctuaire principal.

Sanctuaire Migi-kamadoro, Sanctuaire Hidari-kamadoro

Les sanctuaires Migi-kamadoro et Hidari-kamadoro sont situés à droite et à gauche du Hitasaki. Toyoiwamado-no-kami et Kushiiwamadono-kami, qui travaillent comme gardes des portes, sont vénérés dans les sanctuaires.

Sagaku-bo, Ugaku-bo

Sagaku-bo et Ugaku-bo sont enregistrés comme trésors nationaux et salles de musique de danse gagaku. Il existe deux types de gagaku, l'un originaire de l'Inde et de la dynastie chinoise Tang, Sa-no-mai (la danse de gauche), et l'autre de Chine et de Corée, U-no-mai (la danse de droite). Lorsque les gens dansent Sa-no-mai, ils utilisent respectivement Sagaku-bo et Ugaku-bo pour U-no-mai. Il y a aussi des espaces verts dans les couloirs.

Sanctuaire Daikoku

Désigné comme bâtiment spécialement préservé le 5 avril 1899.

La divinité consacrée est Okuni-nushino-mikoto, ou la divinité Daikoku. On ne sait pas quand le sanctuaire a été créé pour la première fois. Cependant, il est dit que le nom du sanctuaire, Daikoku, se trouve dans un document de la période des guerres.

Naga-bashi (Pont Long)

Désigné comme bien culturel important le 29 mars 1952.

Le Naga-hashi (Pont Long) relie l'Ushiro-zono (Enclos arrière) au sanctuaire Daikoku. Des documents de la fin de la période Heian et de la période Kamakura indiquent que les ponts de cette conception étaient appelés Uchi-hashi (pont fixe) ou Hira-hashi (pont plat). On pense qu'à cette époque, les principaux bâtiments du sanctuaire construits dans la mer étaient reliés à la terre par de tels ponts sans toit. Le Long Bridge rappelle les ponts traditionnels typiques du passé. Comme dans le cas du pont en arc, la longueur du pont long a été considérablement raccourcie pendant la période des guerres. Ses poteaux de fondation sont en pierre.
On dit qu'une salle d'offertoire a été établie à l'époque d'Edo sur le côté sud de l'Ushirozono (l'enceinte arrière). Les offrandes de nourriture pour les divinités étaient transportées de la salle aux bâtiments du sanctuaire. Un poteau de pierre porte le nom de Matsuura Takeshiro gravé dessus.

Sanctuaire Tenjin

Désigné comme bâtiment spécialement préservé le 5 avril 1899.
Désigné comme bien culturel important le 26 décembre 1963.

Ce sanctuaire est dédié à Sugawara-no-Michizane, également appelé Tenjin, une divinité prestigieuse de l'éducation et de l'intelligence. Ce bâtiment était également appelé Renga-do Hall et dans lequel les cérémonies de poésie Renga* se tenaient le 25 de chaque mois jusqu'au milieu de l'ère Meiji, il y a environ 100 ans.
Le bâtiment a été construit en 1556 et offert par le célèbre seigneur de guerre Mori Takamoto. Bien que la plupart des bâtiments du sanctuaire d'Itsukushima aient été recouverts de laque vermillon, le sanctuaire Tenjin, ainsi que la scène Nô et sa loge, n'ont pas été traités afin de préserver la couleur naturelle du bois, indiquant que ces bâtiments ont été construits dans une période ultérieure. L'équilibre des piliers en bois dans le bâtiment du sanctuaire était assez élaboré, ajoutant une valeur esthétique au sanctuaire.

*Renga est un poème traditionnel composé de vers liés dans le thème, mais écrit par deux personnes ou plus.

Nô étape

Désigné comme bien culturel national important le 29 mars 1952.

La première pièce de théâtre Nô dans ce sanctuaire a eu lieu en 1568 lorsque Kanze-tayu s'est produit ici. Selon des documents historiques, la pièce de théâtre Nô a été jouée sur le rivage sur ce qui était probablement une scène temporaire à côté du sanctuaire. En 1605, le seigneur féodal Fukushima Masanori a fait don d'une scène, qui est devenue la première scène Nô permanente du sanctuaire. En 1680, le seigneur féodal de l'époque, Asano Tsunanaga, fit construire l'actuelle scène Nô avec un passage en forme de pont et une loge.
Shin noh (Nô sacré) est joué sur cette scène pendant Tokasai (Festival de la fleur de pêcher), qui a lieu du 16 au 18 avril de chaque année. En automne, Kenchasai (cérémonie d'offrande du thé) a lieu ici, et lors de cette cérémonie, un maître du thé organise une cérémonie du thé pour offrir du thé aux déesses. À ces occasions, un balcon temporaire est installé entre la scène Nô et le couloir, permettant au public de profiter de chaque détail de la performance scénique.

La scène dramatique Noh, construite dans le style Ichiju-kiritsuma, a un toit de chaume en cyprès japonais et l'avant de la scène se trouve au bout de la structure. Normalement, un tsubo (grand pot rempli d'eau) se trouve sous le sol d'une scène Nô pour la résonance, mais comme la scène est construite au-dessus de la mer, un tsubo ne peut pas être utilisé. Au lieu de cela, le sol a été construit de manière à ce qu'il ressemble à une seule planche pour améliorer le son. Le plancher fonctionne de manière similaire à la peau d'un grand tambour puisque les lames de plancher ont été posées sur une solive de plancher à large intervalle (la barre transversale qui intercepte les lames de plancher) et une fermeture qui est assemblée à la manière d'un caisson de puits (les lames qui interceptent la solive du plancher), donc à chaque pas marqué et mesuré, le son résonne clairement. De plus, le ton du son change avec le flux et le reflux de la marée, et sans exception, c'est la seule scène Nô dans tout le pays qui repose uniquement sur la mer.

Sori-bashi (pont en arc)

Désigné comme bien culturel national important le 29 mars 1947.

Aucune référence à Sori-bashi (pont en arc) n'est faite dans les documents sur la construction du sanctuaire d'Itsukushima à l'époque de Nin-An (1166-1169). Le pont apparaît pour la première fois dans un document de l'ère Ninji (1240-1243), indiquant que le pont n'existait pas lorsque Taira-no-Kiyomori a visité le sanctuaire.
On dit que ce pont était aussi appelé "Chokushi-bashi" (Pont des Messagers Impériaux) et que les messagers impériaux le traversaient pour entrer dans le Sanctuaire Principal lors d'occasions festives aussi importantes que Gochinzasai. Des escaliers temporaires ont été assemblés et placés sur le pont pour permettre le passage facile des messagers.
Selon l'inscription sur l'un des chapeaux ornementaux des poteaux de garde-corps, le pont actuel remonte à 1557 lorsque le pont a été reconstruit par le père et le fils Mori Motonari et Mori Takamoto. Le pont a été réparé plusieurs fois depuis.

Couloir ouest

Désigné trésor national le 29 mars 1947.

Le style architectural du pignon à l'extrémité du couloir ouest est appelé « Kara-hafu » (pignon chinois). Un pignon chinois similaire est attaché sur le joint entre le pont en arc et le couloir. Selon un document de l'ère Nin-An, la longueur totale des couloirs était d'environ 205,4 mètres. Il a ensuite été étendu à environ 210,9 mètres, puis à environ 327,2 mètres, indiquant que les couloirs ont été étendus au fil du temps. Aujourd'hui, cependant, la longueur totale n'est que d'environ 194,5 mètres. En 1541, un glissement de terrain a atteint le sanctuaire, modifiant radicalement la géographie environnante et endommageant les bâtiments du sanctuaire, rendant la restauration impossible. Selon les documents qui ont suivi cet incident, la longueur totale du couloir est devenue d'environ 196,3 mètres, et lorsque le sanctuaire a été à nouveau réparé en 1784, les couloirs ont été encore raccourcis.
Les planchers du couloir ouest ont été restaurés en 1556 par le célèbre seigneur de guerre Mori Motonari. Les pignons chinois ont peut-être été ajoutés à cette époque


Salle Senjokaku & taureau

Senjokaku ( t, Senjōkaku, lit. « pavillon de 1000 nattes ») est le nom commun du sanctuaire Hokoku. Le nom décrit l'espace du bâtiment, car Senjokaku a en fait environ la taille d'un millier de tatamis. La salle, qui date de 1587, est située sur une petite colline juste à côté du sanctuaire d'Itsukushima.

Toyotomi Hideyoshi, l'un des trois unificateurs du Japon, a chargé Senjokaku de chanter des sutras bouddhistes pour les soldats tombés au combat. Le bâtiment n'était pas encore achevé à la mort de Hideyoshi en 1598. Comme Tokugawa Ieyasu a pris le pouvoir par la suite plutôt que les héritiers Toyotomi, le bâtiment n'a jamais été complètement achevé.

Senjokaku est étonnamment clairsemée, manquant de plafonds appropriés et d'une entrée principale. En 1872, le bâtiment inachevé est dédié à l'âme de son fondateur, Toyotomi Hideyoshi, qui reste sa fonction religieuse actuelle. À côté de Senjokaku se dresse une pagode colorée à cinq étages construite à l'origine en 1407, antérieure au sanctuaire lui-même.


Près d'Hiroshima : Itsukushima, le sanctuaire construit sur pilotis et sa porte torii géante.

The Shinto shrine of Itsukushima and its famous torii gate are located on the island of Miyajima, south of Hiroshima. This vermilion gate rising from the water is one of the most iconic images of traditional Japan. This torii gate denotes the entrance of the most sacred place on Miyajima Island.

Itsukushima Shrine and it's torii gate.

A WALK ON THE ISLAND OF MIYAJIMA

Itsukushima shrine has a reputation for being one of the most delightful and magical places in Japan. It is said that from the sea, its outline looks like a bird taking off. When the water laps around the stilts on which the shrine buildings stand at high tide, the structure appears to float on the sea. The eye is dazzled by the juxtaposition of the bright red of the buildings, the blue of the sea and the dark green of the forest covering the hilly landscape.

The name of the building comes, in fact, from the name of the island, which was formerly known as Itsukushima. But a change occurred due to the success of the religious site and it became widely known as Miyajima, literally meaning "the island of the shrine".

Once you have gone through the entrance to the shrine, there is a series of long walkways with thatched roofs that lead to the main hall, nestled in the heart of the bay. At low tide, it is possible to go down and walk on the beach, accompanied by a few deer who are curious enough to come and inspect the seashells.

At the foot of the torii gate of Itsukushima, visitors are struck by the impressive size of the building as they view the monument anew from the seashore. Once they have left the main building, the shrine's treasures can be explored. There are many exceptional works of art and crafts. The complex even has its own floating stage for noh theatre productions, where vermilion is abandoned in favor of stripped wood.

Itsukushima Shrine, Miyajima.

The interior of the shrine.

THE HISTORY OF ITSUKUSHIMA SHRINE AND WHY IT WAS BUILT ON STILTS

The island of Miyajima has been a sacred site where the kami (Shinto holy powers) have been honored since the sixth century. This was when the first site devoted to these beliefs existed, paying homage to the holy powers and people would go there regularly in order to make offerings.

In 1168, Taira no Kiyomori (1118-1181), at the time one of the most powerful men in Japan, ordered a shrine to be built there to house the copies of sutra manuscripts that he had made. It was at this time that Itsukushima-jinja took on the shape we see today, bathing in saltwater. The decision to build it on stilts was, in fact, due to one single factor: the sacred nature of the island, worshippers were not allowed step foot onto the island.

The building's architecture today retains the marks of the late Heian period (794 - 1185), where the vermilion color and thatched roofs date. Despite the fact that the building has been destroyed several times, notably in 1555, to mark a military defeat and the conquering of the region, it has always been rebuilt identically and can still be seen today in its purest form. Le courant torii gate dates from 1875, but the first one was built in 1168. It is no less than 16 meters high and weighs 60 tonnes. Its four unusual uprights provide it with extra stability on its sandy foundations.

Itsukushima has been a UNESCO World Heritage Site since 1996, just like the dome of Hiroshima Peace Memorial Park. It is one of the best-known tourist attractions in Japan and the view of the torii gate from the sea has been identified as one of the "three most famous views in Japan".

Once the flood of tourists have left and the ferries leave in the early evening, make the most of the twilight to admire the illuminations: the reflections flicker to the rhythm of the waves, bathing the mind in renewed magic.

HOW TO TRAVEL TO ITSUKUSHIMA SHRINE?

The easiest way to reach the island of Miyajima and to visit the shrine is to leave from Hiroshima JR station, catching a JR Sanyo Line train to Miyajima-guchi station. The ferry terminal is a 5-minute walk from the station. The boat trip to the "JR West Miyajima Ferry Terminal" takes just over 15 minutes. The full journey is covered by the JR Pass.

ITSUKUSHIMA SHRINE: RENOVATION WORK

Renovation work on the main torii gate, whose base has been damaged by tidal activity, began in June 2019. Throughout this renovation work, the gate will be covered with scaffolding and a temporary bridge will connect it to the land. Protective sheeting and scaffolding will remain in place until completion of the work, scheduled for August 2020.

However, the rest of the area remains free of construction, you can still enjoy the sanctuary and its surroundings!


14. Miyajima Omotesando Shopping Street

Miyajima Omotesando Shopping Street is on the approach to Itsukushima Shrine. It is also known as Kiyomori Street (Kiyomori-dori), and it is filled with many souvenir stores and restaurants. There are a lot of shops selling traditional handcrafts of Miyajima, such as rice paddles, wooden crafts, wooden spoons, carvings, wooden trays, pottery, and paper crafts. There is also a plethora of shops that sell the local specialty, Momiji Manju. You can find the exhibition of the world's largest ladle on the street, which looks really impressive. You will definitely have a great time shopping in this street!


Itsukushima Shrine & Senjokaku

Itsukushima Shrine needs no introduction. Its vermillion torii gate rising from the sea is an image recognized throughout the world. Every year millions flock to this small island off the coast of Hiroshima to marvel at the architecture and soak up the atmosphere of this World Heritage Site.

The shrine – originally constructed in 593CE by Saeki no Kuramoto – was expanded into the structure you see today by legendary samurai lord Taira no Kiyomori. Itsukushima means “Island of Worship” and the whole island is considered a deity and worshipped as a god. It is the reason the shrine was positioned on the tidal sands to keep the sacred island itself inviolate.

Today, the island welcomes ferry-loads of visitors to its shores, with most making a beeline for the famous shrine. Even with so many guests, the shrine still feels peaceful and your walk along its corridors becomes a meditation. The creak of the wooden floorboards, the sun reflecting off the sea underfoot, the intricate craftsmanship of the pillars and rafters overhead leave you lost in thought.

As I approached the shrine, I was immediately struck by the wash of colors: the brilliant red vermillion of the buildings, the turquoise sea, the green and brown backdrop of Mount Misen’s forested slopes.

Gazing from the shrine out to sea, the impressive o-torii gate looked firmly rooted in place as the waves broke against its formidable pillars. I was surprised to learn these heavy columns were merely resting on the seabed, held in situ by their own weight. Truly, a testament to traditional Japanese ingenuity.

Four individual shrines make up the Itsukushima Shrine complex. The highlight is the Main Shrine – one of the biggest in Japan and a designated national treasure. The Main Shrine venerates three female gods who preside over the sea, transport, fortune and the arts. From ancient times, Itsukushima Shrine has attracted pilgrims from all over Japan, but especially those with trades relating to the sea. Sailors, merchants, fishermen would come to pray for safe passage through the Seto Inland Sea and protection from the elements.

As I passed the Main Shrine, a shinto cleansing ritual was in progress. Itsukushima Shrine is a fully functioning shrine and worshippers come to take part in various shinto rites throughout the year. If you’re lucky, you might even witness a shinto wedding ceremony during your visit.

By the time I reached the impressive Noh Stage, it was high tide. With the waves lapping at the wooden foundation pillars and walls set into the sand, the whole shrine appeared to be floating. There are two tidal shifts every day and their magnitude varies throughout the month. On a large tidal change, or O-shio, the sea retreats far enough to let you walk out to the torii gate. It is then you discover the true size and scale of the gate and its impressive pillars. You can check the daily timings for high and low tide at the entrance to the shrine.

A short walk up the hill overlooking Itsukushima brings you to Toyokuni Shrine. It is the legacy of another famous Japanese warlord, Toyotomi Hideyoshi, known as one of the three unifiers of Japan. Due to its vast size, it is often referred to as Senjokaku, which means ‘hall of a thousand mats’. It was unfinished at the time of Hideyoshi’s death in 1598 and remained in its incomplete state thereafter. The result is an impressively vast and spacious, yet highly unusual temple. The roof is completely exposed, revealing the massive rafters and beams that support the weight of the imposing roof. I visited on a warm autumn day. A refreshing breeze flowed through the open hall and the reflection of a bright yellow ginkgo tree played on the shrine’s polished floorboards.

Next to Senjokaku, a bright red five-storied pagoda dominates the skyline, clearly visible from the ferry as you approach Miyajima. The bright lacquer on this pagoda is unlike anything I have seen before. Make sure you take in the view from the top of the hill down to the shrine complex – a moment to savor and photograph.

As I climbed down the hill and explored the shops, the sun was fading slowly to the west. The time of day reveals the shrine in a different light. They say the best views of the torii gate are at sunrise and sunset. As I picked out my ideal spot on the shore, the sun was slipping towards the horizon. The light blues and greens of the sea turned into a dark velvet. Gentle swathes of reds and oranges began to spread across the sky. The torii gate, highlighted by floodlights from the shore, created a majestic image.

As I sat and observed the changing colors that evening, I became aware of the harmony between the gate, the shrine and the natural world. Even though this enormous manmade wooden structure stands on its own in the middle of the sea, it somehow remains at one with its surroundings regardless of weather, tide or time of year.

However many pictures you see of Itsukushima Shrine and the torii gate, nothing matches a visit in person. You need to wander the corridors, observe the colorful architecture and breathe the air in Miyajima to truly appreciate its magic and allure.


Itsukushima Shrine that is gathering lucky number!

Itsukushima Shrine becomes a maritime shrine at high tide.

This beautiful shrine is situated top class in every respect of Japan as followings.

●Miyajima is one of the three most scenic spots in Japan together with Matsushima and Amanohashidate.

(*Itukushima Shrine is on the Miyajima-island)

↑Miyajima

●There is a stage in front of Itsukushima Shrine. The stage is one of the three major stages in Japan together with Shitenno-ji Temple and Sumiyoshi Shrine.

↑Stage of Itsukushima Shrine

●The big torii of 16m high on the sea is one of the three big torii together with Kasuga-taisha Shrine and Kehi Shrine.

(*Torii is a traditional Japanese gate most commonly found at the entrance of or within a Shinto shrine)

●It was designated a World Heritage site in 1996.

●It is the head Shrine of 500 branches of Itsukushima Shrine in Japan.

Itsukushima Shrine is time-honored. It was established in 593, but the structure of maritime shrine as currently was built in 1168. Recently, Hatsukaichi city formed tourism friendship city agreement with Mont Saint-Michel of France.

(*Itsukushima Shrine is belonging to Hatsukaichi city)

In passing, the reason for friendship city with Mont-Saint-Michel is due to a point in common as followings.

●Maritime heritage floating on the sea.

●More than 1,000years history as sanctuary of faith.

●It is a tourist resort that represent of each countries.

Why was Itsukushima Shrine built on the sea?

One of the theories is as following.

It seems that Itsukusihma is derived from “Island serve to God”. In short, the whole island is God. It means we can’t afford to injure God. From this reason, the shrine was built on the sea.

Even though the Shrine is on the sea, it does not mean special construction techniques have been used. In passing, the base of the big torii is not buried deeply in the ground, it is standing alone by self weight.

↑Base of the big torii

If pressed for contrivance of maritime structure, there is a gap between board and board on the corridor. The gap perform to protect the shrine by letting the tidewater off at the time of the typhoons and abnormal tide level.

↑Corridor

8 boards are lined between pillar and pillar.

In reality, 8 is key number for Itsukushima Shrine.

●The measurement between pillar and pillar on the corridor is 8shaku (nearly 2.4m).

(*Shaku is former Japanese measurement unit. 1shaku≒30.3cm)

●The number of pillars on the corridor are 108.

●The number of hanging lanterns on the main building are 108.

●The number of stone lanterns on the entrance path are 108.

↑Stone lantern

●The measurement from the main building to the big torii is 108ken (nearly 194m).

(*Ken is former Japanese measurement unit. 1ken≒1.8m)

●The measurement from Hitasaki to the big torii is 88ken (nearly 158m).

(*Hitasaki is the tip of Shrine’s jutting point)

↑Hitasaki

8 is lucky number for Japanese. In short, Itsukushima Shrine is greatly lucky Shrine.

Get your lucky in Itsukushima Shrine that is gathering Japanese lucky number 8!


Voir la vidéo: Voyage Japon 2016: Sanctuaire dItsukushima 2 (Octobre 2021).