Podcasts sur l'histoire

Actes officiels de la rébellion

Actes officiels de la rébellion

[301]

N° 11.

Rapport du colonel Hiram Berdan, premiers tireurs d'élite des États-Unis, de l'opération du 4 au 21 avril.

HDQRS. PREMIER REGT. LES TIRETTEUSES AMÉRICAINES DE BERDAN,
Camp Winfield Scott, 21 avril 1862.

GÉNÉRAL : Conformément aux ordres généraux 115, j'ai l'honneur de soumettre le rapport suivant sur la conduite de mon régiment de tireurs d'élite pendant la marche du camp n° 2, près de Hampton, et l'engagement du 5 courant :

Nos devoirs sur la marche se bornaient à escarmoucher et à dégager les bois le long de la route. Mais peu de rebelles étaient vus, et ceux-ci montaient invariablement et se tenaient à une distance respectueuse. Tout mon commandement, officiers et hommes, s'est extrêmement bien comporté, et je n'aurais pas pu demander plus de respect ou d'exécution rapide des ordres. [302] Nos démarches du 5, j'espère, ne vous sont pas entièrement inconnues. Les hommes ont fait preuve du plus grand sang-froid et de la plus grande bravoure pendant toute l'action et ont manifesté leur capacité à utiliser leur habileté à bon escient sous un feu brûlant, qui, à mon avis, étant donné qu'ils étaient à leur premier engagement, mérite une attention particulière. Il y a eu quelques cas d'audace personnelle, mais comme ils étaient dus plus à une opportunité qu'à toute autre chose, je pense que l'ensemble du commandement devrait partager tout compliment qu'ils pourraient recevoir. J'ai d'abord reconnu le terrain, puis j'ai divisé le régiment en compagnies et détachements, avec des appuis et des réserves convenables, selon la couverture et les devoirs à remplir, qui étaient principalement de garder les routes contre la cavalerie, les ailes droite et gauche contre les flanqueurs, et surveiller les mouvements de l'ennemi, ainsi que des groupes de un à cent, pour repérer les artilleurs et protéger les batteries. Quant à moi, je me sens amplement récompensé du danger que j'ai couru à reconnaître le terrain sous le feu, à poster les hommes, à les encourager et à les diriger tout au long de la journée, par le sentiment confiant que nous avons dû tuer et blesser plusieurs centaines de rebelles et que j'ai perdu seulement 9 hommes tués et 4 blessés, bien qu'un feu ait été entretenu sur nous depuis les fosses de tir de l'ennemi et par obus quand ils ont pu faire fonctionner leurs canons.

Depuis le 5, nous avons envoyé un détachement de 20 à chacune des trois brigades, et parfois à la division Hamilton. Le 19 courant, j'envoyai deux compagnies, A et C, sous la direction du major Trepp, à la division du général Smith. Ils ont jusqu'ici rendu de bons services, s'approchant très près de l'ennemi, creusant des fosses à fusils, et hier en ont tué 9 certains, et probablement plus, en plus d'en blesser beaucoup.

Mon commandement est d'un esprit admirable et pour un homme qui est confiant dans le succès ultime de nos armes, et tous sont impatients d'être détaillés sur le piquet ou tout autre devoir où une chance leur est offerte de se venger des rebelles, qui tentent de détruire leur pays.

J'ai l'honneur, général, de rester, très respectueusement, votre obéissant serviteur,

H. BERDAN,
Colonel, commandant des tireurs d'élite.

Brick. le général FITZ JOHN PORTER,

Division de commandement.

Documents officiels de la rébellion : volume onze, chapitre 23, partie 1 : campagne péninsulaire : rapports, pp.301-302

page Web Rickard, J (23 janvier 2007)


Voir la vidéo: URGENTOuattara est foutu, un cadre RHDP démissionne de son posteMabri fustige le pouvoir RHDP (Octobre 2021).