Podcasts sur l'histoire

Didius Julianus

Didius Julianus


Didius Julianus - Histoire

Université d'État Michael L. Meckler Ohio

Nominalement empereur pendant deux mois, Marcus Didius Severus Julianus avait une autorité qui ne s'étendait guère au-delà de l'Italie ou même de Rome elle-même. Didius Julianus ne gagnerait en notoriété historique que pour les moyens par lesquels il est devenu empereur, en remportant l'enchère de ce qu'on a appelé la « vente aux enchères de l'empire ».

Didius Julianus est né le 29 janvier, probablement à Milan et en l'an 137. Typique de l'élite internationale qui s'affirme à l'époque antonine, il aurait été issu d'un mariage multiculturel. La famille de son père était originaire de Milan, tandis que la famille de sa mère venait d'Hadrumète en Afrique (aujourd'hui Sousse, Tunisie). Du côté de sa mère, Didius Julianus était apparenté à l'éminent juriste et consul antonin Salvius Julianus, et le jeune Didius Julianus bénéficiait également du soutien de Domitia Lucilla, la mère de l'empereur Marc Aurèle..

Didius Julianus a eu une carrière éminente, gravissant régulièrement les échelons des postes administratifs importants, y compris plusieurs postes de gouverneur de province. Sous le règne de Commode, Didius Julianus a été brièvement exilé à Milan après avoir été accusé d'être impliqué dans un complot antérieur contre l'empereur, mais Didius Julianus a été acquitté et est rapidement revenu en grâce. Sa carrière ultérieure correspond étroitement à celle du tout aussi éminent Pertinax. Pertinax aurait même appelé une fois Didius Julianus « mon collègue et successeur » -- « collègue » faisant référence à leurs consulats suffects en même temps « successeur » faisant référence à Didius Julianus remplaçant Pertinax comme proconsul d'Afrique. Ceux qui ont entendu le commentaire le comprendront plus tard comme prophétique.

Le prestige que Didius Julianus a acquis de ses fonctions ne s'est pas traduit par le respect de ses collègues sénateurs. Il avait la réputation d'un sensuel et d'un dépensier. Il n'était pas considéré comme un leader naturel. Les événements allaient faire de lui un opportuniste.

Quand l'empereur Pertinax a été tué en essayant d'étouffer une mutinerie, aucun successeur accepté n'était à portée de main. celui de Pertinax le beau-père et préfet des villes, Flavius ​​Sulpicianus, entre dans le camp prétorien et tente de faire proclamer empereur par les troupes, mais il rencontre peu d'enthousiasme. D'autres soldats ont sillonné la ville à la recherche d'une alternative, mais la plupart des sénateurs se sont enfermés chez eux pour attendre la fin de la crise. Didius Julianus, cependant, se laissa conduire au camp, où l'un des événements les plus notoires de l'histoire romaine était sur le point de se dérouler.

Didius Julianus a été empêché d'entrer dans le camp, mais il a commencé à faire des promesses aux soldats de l'extérieur du mur. Bientôt, la scène est devenue celle d'une vente aux enchères, avec Flavius ​​Sulpicianus et Didius Julianus se surenchérissant dans la taille de leurs dons aux troupes. L'empire romain était à vendre au plus offrant. Lorsque Flavius ​​Sulpicianus a atteint le chiffre de 20 000 sesterces par soldat, Didius Julianus a augmenté l'enchère de 5 000 sesterces, affichant sa main tendue pour indiquer le montant. L'empire fut vendu, Didius Julianus fut admis dans le camp et proclamé empereur.

Le sénat a dûment confirmé la promotion, mais des troubles ont éclaté dans la ville, la foule appelant à Pescennius Niger, le gouverneur de Syrie, de revenir à Rome en tant que nouvel empereur. Niger n'était pas la seule alternative. Peu de temps après la mort de Pertinax se sont fait connaître, deux autres gouverneurs de province se sont également déclarés empereurs : Clodius Albinus en Grande-Bretagne, et Septime Sévère en Haute Pannonie.

Severus était le plus proche de Rome et le danger le plus immédiat. Didius Julianus a envoyé des menaces et des assassins en vain, et les envoyés qu'il a chargés de négocier avec Severus a continué à faire défection aux côtés de son rival. Severus entra en Italie sans résistance et s'empara rapidement de Ravenne. Didius Julianus a essayé de fortifier la ville de Rome mais les résultats étaient risibles.

L'autorité de Didius Julianus, même à l'intérieur de Rome, se détériorait rapidement. Severus a pu envoyer des messages aux prétoriens, qui ont rapidement annoncé à un consul qu'ils se conformaient aux Severus ordres. Le sénat s'est alors réuni pour proclamer Severus l'empereur et une condamnation à mort de Didius Julianus. Ce jour-là, 1er juin 193, Didius Julianus est exécuté dans la résidence impériale. Il régna soixante-six jours.

Parce qu'il a été proclamé par le sénat à Rome, Didius Julianus a été accepté dans la tradition historique comme un empereur légitime, même si Severus et d'autres le considéraient à peine plus qu'un usurpateur qui a profité de la situation à Rome après le meurtre de Pertinax. Comment Didius Julianus s'est emparé du trône, par le biais de la " Vente aux enchères de l'Empire ", s'est avéré l'événement le plus mémorable de son règne de deux mois.

Cassius Dio, Roman History, bk.73, ch.11-17 (disponible en traduction anglaise dans la Loeb Classical Library)

Herodian, bk.2, ch.6-7, 11-12 (également disponible dans la bibliothèque classique Loeb)

Historia Augusta, Life of Didius Julianus (traductions anglaises disponibles dans la Loeb Classical Library et dans une traduction Penguin, Lives of Later Caesars, tr. Anthony Birley

Anthony R. Birley, Septime Sévère : l'empereur africain, 2e édition (New Haven, Connecticut : Yale, 1988)

André Chastagnol, Histoire Auguste (Paris : Robert Laffont, 1994), pp.277-97

W. Eck. "Niedergermanische Statthalter in Inschriften aus Köln und Nettersheim." Bonner Jahrbücher, 184 (1984), 97ff.

J.B. Penché. "Didius Julianus et son biographe." Latomus, 48 (1989), 548 et suiv.

Ferrero Moreno. "La caractérisation de Didio Juliano in der Historia Augusta ." dans J.L. Melena, éd., Symbolae Ludovico Mitxelena Septuagenario Oblaae. (Vasco, Veleia, 1985), 295ff.

Copyright (C) 1997, Michael L. Meckler. Ce fichier peut être copié à condition que l'intégralité du contenu, y compris l'en-tête et cet avis de droit d'auteur, reste intact.

Pour des informations géographiques plus détaillées, veuillez utiliser le DIR/ORBEAtlas antique et médiéval ci-dessous. Cliquez sur la partie appropriée de la carte ci-dessous pour accéder aux grandes cartes de zone.


Aujourd'hui dans l'histoire : l'empereur romain Pertinax est assassiné (193)

Pertinax monta sur le trône après avoir assassiné son prédécesseur, Commode. Ce début de duplicité a donné le ton à son mandat d'empereur romain qui a duré trois petits mois avant qu'il ne soit lui aussi assassiné ce jour-là en 193. Pertinax a gravi les échelons grâce à son service militaire, qui a finalement englobé un poste politique au Sénat romain. .

Un denier en argent de Pertinax, Coin World

Au début de son rôle d'empereur, Pertinax a essayé de créer des réformes. Il n'a pas été en mesure de les mener à bien pour de nombreuses raisons, la plus importante étant que son règne était trop court pour accomplir des changements significatifs. L'une de ses propositions de réforme prévoyait le rétablissement de la discipline des gardes prétoriens impériaux, composés de membres de l'armée d'élite romaine.

Cette réforme, en particulier, a fait scandale. Naturellement, les membres de la Garde prétorienne l'ont compris comme une réflexion directe sur eux et n'ont pas reconnu qu'ils manquaient de discipline. La garde a assassiné Pertinax en conséquence et ils ont ensuite mis son siège aux enchères. Il a été acheté par un sénateur, Didius Julianus, qui l'a perdu soixante jours plus tard.


Marcus Didius Severus Julianus

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Marcus Didius Severus Julianus, (né en 133 - décédé le 2 juin 193), riche sénateur romain devenu empereur (28 mars-1er juin 193) en étant le plus offrant lors d'une vente aux enchères pour le soutien de la garde prétorienne.

Membre de l'une des familles les plus importantes de Mediolanum (aujourd'hui Milan), Didius Severus Julianus a eu une longue et brillante carrière publique. Après avoir commandé la légion à Mogontiacum (aujourd'hui Mayence), vers 167, il gouverna le nord-est de la Gaule, la Dalmatie, le Bas-Rhin, la Bithynie et l'Afrique. Il est consul en 175.

Pendant les troubles politiques du règne de Commode, il fut banni à Mediolanum. Cependant, Commode est assassiné la veille du 1er janvier 193 et ​​son successeur, Pertinax, est assassiné par la garde impériale fin mars. Soutenu par un groupe de sénateurs ayant des relations milanaises, Julianus a rivalisé avec le beau-père du défunt empereur, Titus Flavius ​​Sulpicianus, en offrant aux gardes un don substantiel (prime d'adhésion). Julianus a remporté l'enchère et a été escorté par les gardes au Sénat, où il a rencontré des manifestants en colère dénonçant la vente aux enchères et appelant à l'intervention de l'armée. Peu de temps après, les légions du Danube envahirent l'Italie, tuèrent Julianus et proclamèrent leur principal commandant, Lucius Septime Sévère, empereur.

Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Amy Tikkanen, directrice des services correctionnels.


1 réponse 1

Réponse courte

Didius Julianus (gouverné du 28 mars au 1er juin 193 après JC) a promis un total d'environ 200 millions de sesterces aux prétoriens mais n'avait apparemment pas les fonds suffisants pour respecter cet engagement. Pour le contexte, un fantassin légionnaire a été payé (annuellement, avant déductions importantes) environ 2 400 sesterces suite à l'augmentation de salaire en 197 après JC, et un prétorien une estimation 6 000 à 8 000 sesterces.

En réponse à la question principale, Combien Didius Julianus a-t-il payé pour devenir empereur ?

Il y avait environ 8 000 prétoriens à cette époque, donc :

8 000 x 25 000 sesterces = 200 000 000 de sesterces au total (ou 50 000 000 deniers), bien que les officiers aient pu se voir offrir davantage.

Didius Julianus, un ancien consul, était l'un des hommes les plus riches de Rome mais, selon Hérodien (c. 170 à c. 240 après JC) en (Histoire romaine 2.7),

Il a été rapidement découvert, cependant, qu'il avait menti aux prétoriens et les avait trompés, car il était incapable de tenir ses promesses.

La vérité est qu'il n'avait pas autant d'argent en sa possession personnelle qu'il avait prétendu en avoir, et qu'il n'y avait pas d'argent disponible dans les trésors publics.

Le manque de fonds publics (que Julianus aurait pu utiliser pour compenser le manque des siens) semble être soutenu par Cassius Dio qui, en commentant le prédécesseur immédiat de Julianus, Pertinax (empereur Jan-Mars 193 après JC), a noté cette:

A cette époque, donc, il y avait une telle pénurie de fonds dans le trésor impérial qu'on ne pouvait trouver qu'un million de sesterces.

La réponse à Combien d'argent cela aurait-il représenté par rapport à la solde annuelle d'un soldat typique (ou d'un prétorien typique) ? est un peu plus difficile car les preuves documentaires sont limitées pour cette période.

Les solde annuel de base d'un fantassin légionnaire en 197 après JC, à l'époque du successeur de Didius Julianus (193), Septime Sévère (193 - 211 après JC), est estimé à 2 400 sesterces. Comme il y avait eu une augmentation de salaire en 197 après JC, le chiffre pour 193 après JC aurait été inférieur à cela, et il y avait aussi des déductions substantielles pour la nourriture, les vêtements, les bottes, etc., mais le soldat était néanmoins un métier bien rémunéré.

Les prétoriens étaient mieux payés : 6 000 à 8 000 sesterces en 197 après JC sous Septime Sévère.

Michael Speidel, 'Échelles salariales de l'armée romaine'. Dans Le Journal d'Études Romaines (novembre 1992)


Didius Iulianus

I. Didius Julianus, qui prit possession de l'empire après Pertinax, était l'arrière-petit-fils de Salvius Julianus, homme qui fut deux fois consul, préfet de la ville, et une autorité en jurisprudence qui, plus que toute autre chose, avait l'a rendu célèbre. Sa mère était Aemilia Clara, son père Petronius Didius Severus, ses frères Didius Proculus et Nummius Albinus un autre Salvius Julianus était son oncle. Le père de son père était un Insubrien de Milan, celui de sa mère venait de la colonie d'Hadrumète.

Il a lui-même été élevé dans la maison de Domitia Lucilla 2 , la mère de l'empereur Marcus, et grâce au soutien de cette dame, il a été élu au Conseil des Vingt. 3 Il fut nommé questeur un an avant d'avoir atteint l'âge légal, 4 et grâce au soutien de Marcus, il atteignit la charge d'édile. Encore une fois avec le soutien de Marcus, il est devenu préteur. 5 Après sa préture, il ordonna au


Contenu

Julianus est né de Quintus Petronius Didius Severus et Aemilia Clara. [3] Le père de Julianus venait d'une famille importante de Mediolanum, l'actuelle Milan, et sa mère était une femme nord-africaine d'origine romaine, issue d'une famille de rang consulaire. Ses frères étaient Didius Proculus et Didius Nummius Albinus. [3] Sa date de naissance était le 29 janvier, l'année donnée comme 133 par Cassius Dio et 137 par le Histoire Augusta. [4] [5]

Didius Julianus a été élevé par Domitia Calvilla, mère de l'empereur Marc-Aurèle. [6] Avec l'aide de Domitia, il est nommé très jeune au viginivirat, premier pas vers la distinction publique. [7] Il a épousé une femme romaine nommée Manlia Scantilla et vers 153, elle lui a donné une fille, Didia Clara, leur unique enfant. [8]

Dans la succession Julianus a occupé les bureaux de questeur [7] et édile, [9] puis, vers 162, a été nommé comme préteur. [9] Il a été nommé au commandement de la Legio XXII Primigenia à Mogontiacum (aujourd'hui Mayence). [10] En 170, il est devenu praefectus de Gallia Belgica et a servi pendant cinq ans. [11] Après avoir repoussé une invasion par le Chauci, [11] une tribu habitant dans le bassin de drainage de la rivière Scheldt, la région côtière du nord-ouest de l'Allemagne actuelle, il a été élevé au consulat en 175 avec Pertinax. [12]

Il s'est en outre distingué dans une campagne contre les Chatti, [13] a gouverné la Dalmatie [14] et la Germanie inférieure. [15] Il est alors nommé préfet, chargé de distribuer de l'argent aux pauvres d'Italie. [15] Les historiens modernes considèrent généralement cela comme une rétrogradation pour des raisons politiques, car Commode, l'empereur romain de l'époque, craignait le pouvoir croissant de Julianus. [16] C'est à peu près à cette époque qu'il a été accusé d'avoir conspiré contre la vie de Commode, mais le jury l'a acquitté et a plutôt puni son accusateur. [15] Par la suite, il gouverna la Bithynie [17] et succéda à Pertinax comme proconsul d'Afrique du Nord. [18]

Après l'assassinat de Pertinax le 28 mars 193, la garde prétorienne annonce que le trône sera vendu à celui qui en paiera le prix le plus élevé. [19] Titus Flavius ​​Claudius Sulpicianus, préfet de Rome et beau-père de Pertinax, qui était dans le camp prétorien pour calmer les troupes, commença à faire des offres pour le trône. [20] Pendant ce temps, Julianus est également arrivé au camp, et puisque son entrée a été barrée, a crié des offres au garde. [21]

Après des heures d'enchères, Sulpicianus a promis 20 000 sesterces à chaque soldat Julianus, craignant que Sulpicianus ne gagne le trône, puis a offert 25 000. [22] Les gardes ont fermé avec l'offre de Julianus, ont ouvert les portes et l'ont proclamé empereur. [23] Menacé par les militaires, le sénat l'a également déclaré empereur. [24] Sa femme et sa fille ont toutes deux reçu le titre Augusta. [25]

Lors de son adhésion, Julianus a immédiatement inversé les réformes monétaires de Pertinax en dévaluant la monnaie romaine à des niveaux proches de ceux d'avant Pertinax. [26]

Parce que Julianus a acheté sa position plutôt que de l'acquérir de manière conventionnelle par succession ou conquête, il était un empereur profondément impopulaire. [27] Quand Julianus est apparu en public, il a souvent été accueilli par des gémissements et des cris de "voleur et parricide". [28] Une fois, une foule a même entravé sa progression vers le Capitole en le bombardant de grosses pierres. [29]

Lorsque la nouvelle de la colère du public à Rome s'est répandue dans tout l'Empire, trois généraux influents, Pescennius Niger en Syrie, Septime Sévère en Pannonie et Clodius Albinus en Grande-Bretagne, chacun capable de rassembler trois légions, se sont rebellés. Ils ont refusé d'accepter l'autorité de Julianus en tant qu'empereur et se sont plutôt déclarés empereur. [30] Julianus a déclaré Severus ennemi public parce qu'il était le plus proche des trois à Rome, faisant de lui l'ennemi le plus dangereux. [31] Julianus a envoyé des sénateurs pour persuader les légionnaires de Severus de l'abandonner, [32] un nouveau général a été nommé pour le remplacer et un centurion dépêché pour prendre la vie de Severus. [33]

La garde prétorienne avait rarement combattu dans des batailles sur le terrain, alors Julianus les a fait marcher dans le Campus Martius et a entraîné la garde dans la construction de fortifications et de travaux sur le terrain. [34] Malgré cet entraînement, la Garde prétorienne était encore sous-entraînée par rapport aux légionnaires de campagne de Severus. Severus a d'abord obtenu le soutien d'Albinus, le déclarant César, [35] puis s'est emparé de Ravenne et de sa flotte. [36] Severus tua Tullius Crispinus, le préfet du Prétoire, qui fut envoyé pour négocier avec Severus et ralentir sa marche sur Rome [37] et rallia à sa cause les ambassadeurs envoyés pour retourner ses troupes. [38] [16]

Cassius Dio a soutenu que la garde prétorienne a essayé de riposter, mais a été écrasée, [39] tandis que les historiens modernes croient que la garde prétorienne a simplement abandonné Julianus, désertant en masse. [16] Julianus a tenté de négocier avec Severus, offrant de partager l'empire avec son rival, [40] mais Severus a ignoré ces ouvertures et a continué. Au fur et à mesure qu'il marchait, de plus en plus de villes d'Italie ont soutenu sa prétention au trône. [41] Les restes de la Garde Prétorienne ont reçu des pardons de Severus en échange de la remise des assassins réels de Pertinax. Après avoir saisi les meneurs et les avoir tués, les soldats ont rapporté ce qu'ils avaient fait à Marcus Silius Messala, le consul, qui a convoqué le sénat pour les informer de la procédure. [42]

Le Sénat a adopté une motion proclamant Sévère empereur, décerné les honneurs divins à Pertinax et condamné Julianus à mort. [43] Julianus a été abandonné par tous sauf un des préfets et son gendre, Cornelius Repentinus. [44]

Exécution (193) Modifier

Julianus a été tué dans le palais par un soldat le 1er juin 193 après JC, après seulement 66 jours de règne. [45] Severus a renvoyé la garde prétorienne et a exécuté les soldats qui avaient tué Pertinax, l'empereur précédent. [46] Selon l'historien romain contemporain Cassius Dio, les derniers mots de Julianus étaient : « Mais quel mal ai-je fait ? Qui ai-je tué ? [47] Son corps a été donné à sa femme et à sa fille, qui l'ont enterré dans la tombe de son arrière-grand-père à la cinquième borne de la Via Labicana. [48] ​​Le Sénat a adopté une damnatio memoriae motion pour condamner Julianus et son héritage. [16]

Julianus a repoussé les invasions des Chatti et des Chauci, qui ont tous deux contribué à protéger les provinces frontalières de Rome. À long terme, les deux tribus qu'il a repoussées n'étaient que les signes avant-coureurs de migrations germaniques bien plus importantes qui ne prendraient véritablement fin qu'au VIe siècle de notre ère. [ citation requise ]

En tant qu'empereur, Didius Julianus n'a pu adopter aucune réforme politique majeure au cours de son court règne autre que la dévaluation de la monnaie. Alors que la dévaluation de la monnaie était relativement mineure, il a relancé la tendance à la dévaluation de la monnaie romaine qui s'était atténuée sous le règne de Pertinax. La tendance qu'il a initiée, qui se poursuivra sous la dynastie des Sévères à une échelle beaucoup plus grande, a détruit la confiance dans la monnaie de Rome, conduit à une hyperinflation galopante et a provoqué un bouleversement économique généralisé. [49] De plus, son achat flagrant du trône a brisé toute illusion de normalité dans l'Empire romain. [50]

Dans le film La chute de l'empire romain, Julianus est joué par Eric Porter et dépeint comme un homme de main intrigant de Commode. A la fin du film, Julianus et Pescennius Niger, interprétés par Douglas Wilmer, un autre copain de Commode, s'affrontent dans la vente aux enchères pour le trône de Rome.


Service public[modifier | modifier la source]

Dans la succession Julianus a occupé les postes de questeur Δ] et ​​Aedile, Ζ] et ​​puis, vers 162, a été nommé préteur. Ζ] Il a été nommé au commandement de la Legio XXII Primigenia à Mogontiacum (aujourd'hui Mayence). Η] En 170, il devint préfet de Gallia Belgica et y servit pendant cinq ans. En récompense de son habileté et de sa bravoure à réprimer une insurrection parmi les Chauci, une tribu habitant l'Elbe, il fut élevé au consulat en 175, avec Pertinax. ⎗]

Il s'est en outre distingué dans une campagne contre les Chatti, « 9112 » a gouverné la Dalmatie « 9113 » et la Germanie inférieure, « 9114 » 93, puis a été nommé préfet chargé de distribuer de l'argent aux pauvres d'Italie. C'est à cette époque qu'il fut accusé d'avoir conspiré contre la vie de Commode, mais il eut la chance d'être acquitté et d'assister au châtiment de son accusateur. Il gouverna la Bithynie et succéda à Pertinax comme proconsul d'Afrique. ⎜]


Conrad de Montferrat : 4 jours

En ce qui concerne les croisades, l'histoire occidentale a tendance à beaucoup parler des dirigeants occidentaux, comme Richard Cœur de Lion. Moins populaires sont les dirigeants de l'autre côté, comme Conrad de Montferrat, qui fut brièvement Conrad Ier, roi de Jérusalem, en 1192.

Selon HistoryExtra, Conrad était assez génial & mdash c'était le genre de gars qui, quand la question, " Qui voulons-nous nous diriger ?", est venue, tout le monde l'a pointé du doigt et a dit : "Ce type !" Pour le dire en termes D&D , il avait un score élevé en sagesse et en intelligence et avait la force d'un barbare et tout le charisme d'un barde. Ce ne sont pas seulement les chroniqueurs léchant les bottes qui l'ont dit, soit il était si populaire qu'il a été élu roi de Jérusalem lors de la troisième croisade par un glissement de terrain.

Malheureusement pour Conrad, cela a fait de lui une cible. Il déjeunait avec son ami et rentrait chez lui lorsqu'il a été attaqué, poignardé et tué. L'un des assassins a été tué sur le coup, et lorsque l'autre a été torturé pour information, il a jeté la mèche : il était membre de les Assassins, les tueurs à gages fumant du haschich qui occupent cette place étrange dans l'histoire qui est à moitié mythique.

Conrad n'a été roi que quatre jours avant d'être assassiné, et oui, Richard Cœur de Lion a finalement été blâmé pour avoir engagé les assassins mercenaires.


Didius Iulianus

quand Sulpicianus 1 faisait des plans pour être salué empereur dans le camp, Julianus, avec son gendre, est venu au sénat, qui, a-t-il entendu, avait été convoqué, mais a trouvé les portes fermées. En même temps, il y découvrit deux tribuns, Publius Florianus et Vectius Aper, qui se mirent aussitôt à l'exhorter à s'emparer du trône et bien qu'il leur fit remarquer qu'un autre homme était déjà proclamé empereur, ils le retinrent et le conduisirent au prétoire. camp. 2 Quand ils arrivèrent au camp, cependant, Sulpicianus, le préfet de la ville et beau-père de Pertinax, tenait une assemblée et revendiquait lui-même l'empire, et personne ne voulait laisser entrer Julianus, malgré les énormes promesses qu'il avait faites. fabriqué à l'extérieur du mur. Julianus a alors d'abord averti les soldats de ne proclamer personne empereur qui vengerait Pertinax, et a ensuite écrit sur des pancartes qu'il rétablirait le bon nom 3 de Commode afin qu'il soit admis et proclamé empereur, les soldats en même temps demandant qu'il ne le ferait pas. blesser en aucune façon Sulpicianus pour avoir visé le trône.

III. Immédiatement après, sur la recommandation des prétoriens eux-mêmes, Julianus nomma Flavius ​​Genialis et Tullius Crispinus préfets de la garde, et grâce aux efforts de Maurentius, qui s'était précédemment déclaré pour Sulpicianus, il fut assisté par la garde du corps impériale. Bien qu'il ait promis cinq vingt mille sesterces à


Voir la vidéo: Didius (Octobre 2021).