Podcasts sur l'histoire

Le siège des Nations Unies qui n'a jamais été

Le siège des Nations Unies qui n'a jamais été

La Seconde Guerre mondiale est arrivée à la porte de Paul Bellamy en septembre 1944 lorsque l'homme d'affaires de Rapid City, dans le Dakota du Sud, a appris que son fils de 22 ans, qui pilotait un B-17 Flying Fortress, était décédé dans une collision en vol au-dessus de l'Angleterre quelques jours plus tôt. Alors que le vétéran de la guerre hispano-américaine faisait face à sa perte et que les armes continuaient à flamber en Europe et dans le Pacifique, la planification avait déjà commencé pour une organisation de sécurité d'après-guerre afin de réduire les risques qu'une autre conflagration mondiale ne se reproduise.

Lorsque Bellamy a appris que les architectes des Nations Unies cherchaient un endroit pour construire leur nouveau siège, le père en deuil s'est lancé dans la quête pour faire des Black Hills reculées du Dakota du Sud le centre politique du monde. Bellamy ne manquait pas de concurrence. Dans son livre « Capital of the World : The Race to Host the United Nations », Charlene Mires identifie 248 localités qui rivalisaient à des degrés divers pour accueillir le siège de l'organisation internationale. Les prétendants comprenaient de grandes villes telles que Chicago et San Francisco, des lieux éloignés tels que les montagnes Kiamichi de l'Oklahoma et des bourgs de Miami aux chutes du Niagara en passant par Hawaï.

Parmi les avantages que Bellamy vantait pour les Black Hills, qui venaient d'assister à la construction d'un autre projet improbable au mont Rushmore, figuraient sa situation centrale sur le continent nord-américain, son abondance de pierre de construction de haute qualité, ses importantes formations sous-roches qui pourrait facilement supporter la charge de « grands bâtiments permanents » et sa distance de la capitale politique américaine de Washington, DC. La région peu peuplée offrait une grande marge d'expansion et un autre avantage dans la nouvelle ère atomique : sa distance par rapport à toute grande ville qui pourrait devenir une cible militaire et entraîner la destruction des Nations Unies en tant que dommage collatéral.

En novembre 1945, le groupe des Black Hills a publié un plan pour son projet de siège des Nations Unies qui donnait l'impression qu'une énorme communauté extraterrestre avait atterri à l'ombre des buttes escarpées du Dakota du Sud. En effet, la conception dessinée par l'architecte Luvine Berg se vantait qu'il s'agissait « d'un endroit si colossal qu'il pouvait bien accueillir la capitale de Jupiter ».

Au cœur du plan ambitieux de Berg se trouvait un immense bâtiment du Capitole qui aurait pu être arraché directement à une bande dessinée de super-héros. La structure du siège proposé comprenait 1 million de pieds carrés d'espace de bureau, un auditorium pouvant accueillir 20 000 personnes et une tour montante surmontée d'un globe comme symbole des activités internationales de l'organisation.

Face à la capitale, au pied de l'autoroute mondiale de 170 pieds de large, se trouvait un énorme parvis d'un tiers de mile de long. Des portails en forme de rouleaux flanquaient le parvis et contenaient des bureaux pour le personnel de sécurité et la presse. Les immeubles de bureaux des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Union soviétique et de la Chine étaient les plus proches de la capitale, puis situés sur une série de routes concentriques se trouvaient les ambassades des autres nations, qui devaient être conçues pour refléter l'unique l'architecture de chaque pays. Il y avait un parking pour 10 000 voitures, des hôtels et un lieu de loisirs au bord du lac. Les montagnes environnantes devaient être utilisées pour construire de petites retraites villageoises pour chaque nation.

Bellamy s'est envolé pour un Londres déchiré par la guerre en décembre 1945 pour présenter son cas directement à la commission préparatoire des Nations Unies chargée de la sélection du site. Il a présenté le plan de Berg et l'offre du Dakota du Sud de 100 miles carrés de terres non imposables. Il a vanté les avantages de son emplacement, le paysage des Badlands environnants et même la qualité inégalée des dîners de steak de la région.

En quelques semaines, la commission a décidé que les Nations Unies ne s'installeraient pas dans le Dakota du Sud. Il cherchait à établir son siège permanent dans l'est des États-Unis, avec sa proximité relative avec l'Europe, de préférence dans une cité-dortoir autour de Boston ou de New York. Le comité du site a exclu tout emplacement urbain en raison des besoins considérables en terres de l'organisation et craignant que les Nations Unies ne soient une réflexion après coup au lieu d'un point focal à New York, ils ont éliminé tous les sites dans un rayon de 10 miles de Manhattan. Cependant, lorsque le philanthrope millionnaire John D. Rockefeller, Jr. a offert de manière surprenante un cadeau de six blocs de biens immobiliers de Manhattan le long de l'East River en décembre 1946, le comité s'est renversé en une minute à New York et a trouvé sa nouvelle maison.


LES NATIONS UNIES QUARTIER GÉNÉRAL

Lorsque l'ONU a vu le jour le 24 octobre 1945, elle n'avait pas de foyer. Le 11 décembre 1945, le Congrès américain invite à l'unanimité l'ONU à établir son siège aux États-Unis. En février 1946, l'Assemblée générale, réunie pour sa première session à Londres, vota pour le voisinage général des comtés de Fairfield et Westchester, près de New York, mais des sites près de Philadelphie, Boston et San Francisco furent également envisagés en 1946. Puis vint l'offre spectaculaire de John D. Rockefeller, Jr., de faire un don de 8,5 millions de dollars pour l'achat de propriétés le long de l'East River dans le centre de Manhattan. La ville de New York a complété la zone et accordé des droits le long du fleuve. En novembre 1947, l'Assemblée générale a approuvé les plans architecturaux et neuf mois plus tard, l'ONU a conclu un accord de prêt sans intérêt de 65 millions de dollars avec le gouvernement américain. Le directeur de la planification du siège de l'ONU était Wallace K. Harrison des États-Unis. Le conseil international des consultants en design comprenait GA Soilleux, Australie Gaston Brunfaut, Belgique Oscar Niemeyer, Brésil Ernest Cormier, Canada Ssu-ch'eng Liang, Chine Charles le Corbusier, Suisse Sven Markelius, Suède Nikolai D. Bassow, URSS Howard Robertson, États-Unis Royaume et Julio Vilamajo, Uruguay.

La première structure à être achevée, au printemps 1951, était le bâtiment du Secrétariat en marbre et verre de 39 étages. En 1952, le bâtiment des conférences (avec les trois salles du conseil et un certain nombre de salles de conférence) et le bâtiment de l'Assemblée générale étaient prêts.

Ainsi, il a fallu cinq ou six ans avant que l'ONU ne soit définitivement installée. Dans l'intervalle, le Secrétariat a été établi provisoirement au Hunter College dans le Bronx, New York, et en août 1946, l'ONU a déménagé à l'usine Sperry Gyroscope à Lake Success, Long Island. Plusieurs sessions de l'Assemblée générale ont eu lieu dans le New York City Building à Flushing Meadow, et en 1948 et 1951, le corps s'est réuni au Palais de Chaillot à Paris.

Un bâtiment de bibliothèque sur le site du siège, érigé et équipé grâce à un don de 6,6 millions de dollars de la Fondation Ford, a été dédié en 1961 à la mémoire de l'ancien secrétaire général Dag Hammarskj ö ld.

Divers meubles et œuvres d'art pour les bâtiments de la conférence et de l'Assemblée générale et la bibliothèque ont été donnés par les gouvernements membres. Attenante au hall public dans le bâtiment de l'Assemblée générale se trouve la salle de méditation, dédiée à ceux qui ont donné leur vie au service de l'ONU. Il comprend un vitrail de Marc Chagall sur le thème « La Paix et l'Homme ». Les jardins publics au nord du bâtiment de l'Assemblée générale contiennent des sculptures et des plantations données par des gouvernements et des particuliers.

Le siège des Nations Unies a été conçu pour desservir quatre grands groupes : les délégations, qui représentent désormais 191 États membres et qui envoient chaque année plus de 3 000 personnes à New York pour les sessions annuelles de l'Assemblée générale le Secrétariat, soit près de 15 000 visiteurs à travers le monde , qui en moyenne 1 500 par jour et des journalistes, dont plus de 450 sont accrédités en permanence tandis que le double est présent lors des grands rendez-vous.

Pour une somme modique, les visiteurs peuvent participer à l'une des visites du Secrétariat des bâtiments du siège, menées quotidiennement en 20 langues par une cinquantaine de guides d'une trentaine de pays.

Capacité

En raison de l'augmentation du nombre d'États membres, la capacité d'accueil des salles de conférence et de la salle de l'Assemblée générale a été agrandie. Une expansion majeure des bureaux et des salles de réunion au siège de l'ONU a été entreprise dans les années 1980.

Environ 61 000 hommes et femmes de quelque 170 pays travaillent pour l'ONU et ses organes et agences connexes - environ un tiers d'entre eux au siège de l'ONU et les deux autres tiers dans des bureaux et des centres à travers le monde. (Voir aussi le chapitre sur le Secrétariat.)

Services de conférence

Le siège de l'ONU, ainsi que les bureaux de l'organisation à Genève et à Vienne, fournissent les interprètes, traducteurs, rédacteurs, rédacteurs et personnel de conférence requis pour les nombreuses réunions de l'ONU dans le monde, ainsi que pour d'autres réunions tenues sous les auspices de l'ONU.

Système de télécommunications

L'ONU a son propre système de télécommunications. Le siège de l'ONU est relié par radio aux bureaux de Genève et de Vienne, qui, à leur tour, assurent la liaison avec les organes et bureaux des Nations Unies dans différentes parties du monde.

Système d'ordinateur

Dans le cadre de la modernisation et de la réorganisation fondamentales des Nations Unies, la banque d'ordinateurs centraux IBM de l'organisation a été remplacée par étapes par un système intégré de gestion de l'information (IMIS). La première phase du remplacement, achevée au début de 1994, a mis en place un système de gestion du personnel couvrant le recrutement, l'embauche, les promotions et le déménagement. Quatre cents utilisateurs au siège étaient connectés à des serveurs Unix avec des ordinateurs personnels utilisant le logiciel Windows. Finalement, toutes les applications administratives ont été transférées vers quatre systèmes Unix organisés en architecture client-serveur. D'autres utilisateurs, tels que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation internationale du travail (OIT), avaient progressivement adapté le logiciel à leurs besoins particuliers. Fin 1998, un rapport d'experts indépendants, initié à la demande de l'Assemblée générale, a évalué favorablement le SIG du point de vue technique et financier. Leurs recommandations, ainsi que celles de l'Assemblée générale et du Comité des commissaires aux comptes, ont ensuite été examinées.

Administration postale des Nations Unies

Les timbres des Nations Unies sont émis en vertu d'accords distincts avec les autorités postales des États-Unis, de la Suisse et de l'Autriche et ne sont valables que pour l'affranchissement du courrier déposé au siège des Nations Unies à New York et dans les bureaux des Nations Unies à Genève et à Vienne. Les timbres de l'ONU peuvent être obtenus par la poste, au guichet ou automatiquement par l'intermédiaire du service de dépôt des clients à New York, Genève ou Vienne. Seuls les revenus de la vente de timbres à des fins philatéliques sont conservés par l'ONU. En plus de générer des revenus, les dessins de timbres de l'ONU font connaître le travail de l'organisation et de ses agences connexes.


Une visite à Suddard House

Par une belle journée de la fin mai 2002, j'ai fait un tour à Scituate, espérant prendre quelques photos pour accompagner l'article de Barbara Sarkesian sur Chopmist Hill et les Nations Unies. Je savais que la tour de guet à partir de laquelle les inspecteurs avaient arpenté la campagne n'existait plus, et que Suddard House, le site de l'ancien poste d'écoute de la Seconde Guerre mondiale, était maintenant une résidence privée, mais j'étais prêt à essayer d'obtenir quelque chose.

J'ai pris quelques photos de la caserne de pompiers de Chopmist Hill, construite sur l'emplacement approximatif de l'ancienne tour de guet, puis je suis parti à la recherche de Suddard House. Je n'avais pas de numéro de maison, seulement le nom de la rue & #8212Darby Road. Darby serpente à travers les arbres du côté est de Chopmist Hill entre la route 6 et Central Pike. La plupart des maisons sont assez récentes (en fait, comme je l'ai appris plus tard, celles autour de Suddard House n'avaient été construites qu'au cours des deux dernières années), et Suddard House était assez facile à distinguer par son architecture victorienne et son vieux mur de pierre robuste. .

J'ai garé la voiture et je suis sorti, avec l'intention de prendre juste une ou deux photos en regardant le trottoir de devant. En sortant de la voiture, j'ai entendu le bruit d'un outil électrique. Un coup d'œil dans l'allée montra que quelqu'un travaillait du côté ouest de la maison. J'ai hésité, ne voulant déranger personne, puis j'ai décidé d'aller me présenter.

Alors que je montais l'allée, je pouvais voir que le travailleur était une femme. J'ai oublié ce qu'elle faisait, exactement elle avait peut-être décapé la peinture du côté de la maison, ou elle aurait pu aspirer des écailles de peinture qui avaient déjà été décapées. Quand elle m'a vu, elle a éteint sa machine et est venue me saluer.

J'ai expliqué qui j'étais et ce que je faisais. Elle s'est présentée comme la propriétaire de la maison. Elle et son mari l'avaient acheté quelques années auparavant, et ils le rénovaient petit à petit. Elle m'a donné la permission de prendre des photographies de l'extérieur de la maison et m'a utilement signalé quelques vestiges de ses jours comme poste d'écoute.

Il reste encore quelques poteaux téléphoniques sur la propriété et la propriétaire m'a dit que son mari écrasait parfois les souches des autres avec la tondeuse à gazon. Les rares qui sont debout sont très courts pour les poteaux téléphoniques, mais ils devaient probablement l'être pour qu'ils ne soient pas facilement visibles de la route. Il y a aussi quelques vieilles clôtures en bois, succombant lentement au fluage de la nature.

La ferme Suddard couvrait à l'origine 185 acres, mais au cours des dernières années, la propriété a été subdivisée. Sur la propriété d'un voisin attenant, il y a les restes d'un ancien bâtiment de générateur de parpaings, encore entouré de grillages rouillés et de fil de fer barbelé. Le sol est recouvert d'épaisses dalles d'asphalte vert.

Quant à la maison elle-même, en cours de rénovation, le couple a trouvé peu de preuves du service de la ferme en temps de guerre. Certaines chambres ont des dizaines de prises, d'autres n'en ont pas. La porte d'entrée en fer forgé d'origine, encore ornée d'avertissements du gouvernement contre les intrusions, pourrait être entre les mains d'un voisin. Et il existe des preuves que toute la maison était à un moment donné peinte de la même couleur de vert institutionnel, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur (la femme m'a montré un échantillon de la peinture à l'intérieur d'un placard du premier étage). Sinon, les propriétaires précédents - les Leeders - avaient déjà effacé dans les années 1970 une grande partie des modifications de l'armée, couvrant le vert de l'armée avec de l'or de récolte à la mode, de l'orange brûlé et du vert avocat, au grand désarroi des propriétaires actuels.

Le propriétaire m'a raconté comment, lorsque la maison juste à l'est a été construite, les entrepreneurs ont d'abord dû creuser une vieille fondation qui avait été remplie de tuiles d'asphalte du même type que l'on peut encore voir dans le bâtiment du générateur. Elle pense qu'elle a dû être récupérée des étages de la maison Suddard lors des rénovations du propriétaire précédent et jetée à l'endroit le plus pratique.

L'État a repris la propriété après le départ de l'armée, et les propriétaires actuels ont même trouvé des signes de cette époque lors de leurs rénovations. Juste à l'ouest de la maison se dresse un blockhaus recouvert de lierre. Quelque temps après avoir acheté Suddard House, ils ont finalement réussi à l'ouvrir. À l'intérieur, ils ont trouvé des piles de boîtes de dossiers médicaux d'un hôpital voisin (rien de tel que de laisser des informations médicales sensibles sur la propriété d'un citoyen privé). Le couple a contacté les autorités compétentes, qui ont exprimé leur surprise face à la découverte, et un camion est venu et a emporté les dossiers.

Chaque année, une classe de troisième année de Foster fait une excursion à Suddard House, où elle découvre le rôle de la propriété dans la collecte de renseignements militaires pendant la Seconde Guerre mondiale. En 2002, il s'est juste avéré que le fils du propriétaire était dans cette classe de troisième année. Je pensais que ce serait assez bizarre, faire une sortie scolaire dans votre propre maison, mais je l'ai rencontré et il semblait fier de vivre dans une maison si importante.

En plus de la troisième année Foster, Suddard House reçoit un ou deux autres visiteurs par an. La plupart sont des gens comme moi, intéressés par l'histoire locale ou militaire. Quelques mois avant mon arrivée, la maison a été visitée par un homme avec un lien plus personnel - il a voyagé depuis la Caroline du Sud pour revisiter le site où il avait été stationné pendant la guerre.

Si l'on en juge par l'extérieur, les nouveaux propriétaires s'en sortent bien à Suddard House, lui redonnant autant que possible son apparence d'avant-guerre. Bien que M. Leeder n'ait jamais réussi à obtenir une plaque ou une désignation au Registre national pour la maison, il est bon de savoir qu'elle continuera d'être une maison.


(Alt)Histoire Inc.

Quelle guerre a-t-elle réussi à éviter au plus fort de la guerre froide ? Comment a-t-il amélioré le niveau de vie de millions de personnes ?

Je dois admettre que je n'ai pas donné autant de détails que j'aurais dû, principalement parce qu'il était tard la veille de sa publication.

Cependant, je pense que l'ONU a empêché le déclenchement de la Troisième Guerre mondiale, ce qui a été un gros plus. Mais il est difficile de dire que la Troisième Guerre mondiale n'aura jamais lieu, juste qu'elle ne s'est pas encore produite, principalement parce que l'ONU a fourni un lieu où les nations du monde peuvent travailler ensemble.

En ce qui concerne l'amélioration du niveau de vie, les efforts de l'ONU en Afrique, en Asie et en Amérique centrale ont aidé les pauvres des pays les plus démunis, avec de la nourriture, de l'eau potable, une éducation et, dans des circonstances extrêmes, la sécurité dans des endroits dangereux. Je ne peux pas dire que cela a toujours été un succès, la mission au Rwanda en 1994 en étant un exemple principal, mais je pense que sans les efforts internationaux de maintien de la paix et les organisations telles que l'Organisation mondiale de la santé, la maladie et la pauvreté seront beaucoup plus graves qu'aujourd'hui.

J'espère que cela répond à votre question.

Je pense que les armes nucléaires avaient plus à voir avec la prévention de la Troisième Guerre mondiale que l'ONU. MAD n'a peut-être pas été facile à vivre, mais l'alternative aurait été bien pire.

Pour ce qui est d'élever le niveau de vie de millions de personnes, remerciez le capitalisme. L'ONU a évacué plus d'argent grâce à la corruption qu'il n'en a jamais été dépensé pour les gens. À l'occasion, l'ONU a peut-être aidé en cas d'urgence, mais certainement pas assez pour élever réellement le niveau de vie.


Le 10 décembre 1945, le Congrès des États-Unis a décidé à l'unanimité d'inviter les Nations Unies à établir son siège permanent dans ce pays. Par la suite, la décision d'installer les Nations Unies près de New York a été prise par l'Assemblée générale lors de sa première session, tenue à Londres le 14 février 1946.

Au cours de la seconde moitié de 1946, après la sélection des États-Unis comme pays hôte, un comité spécial des Nations Unies sur le site a étudié des emplacements possibles dans des endroits tels que Philadelphie, Boston et San Francisco. Alors que l'on s'est d'abord penché sur les zones au nord de New York, Manhattan surpeuplée n'avait pas fait l'objet d'une enquête sérieuse. Une offre de dernière minute de 8,5 millions de dollars par John D. Rockefeller, Jr., pour l'achat du site actuel a été acceptée par une large majorité de l'Assemblée générale le 14 décembre 1946. La ville de New York a complété la parcelle du site par des dons supplémentaires de biens.

Le site choisi par les Nations Unies était une zone délabrée d'abattoirs, d'industries légères et d'un débarcadère de barge de chemin de fer.

quels emplacements ont été considérés en dehors de Manhattan

Plus de 200 emplacements aux États-Unis ont été proposés.

Mais d'abord il y avait un choix de continent et de pays

"Lorsqu'un vote sur l'emplacement du siège a eu lieu à Londres en 1945, le Royaume-Uni, la France, les Pays-Bas et le Canada ont voté pour un siège européen."

La plupart des membres de l'ONU ont voté pour localiser le siège aux États-Unis

à travers les États-Unis, des offres croissantes pour devenir la «capitale du monde». San Francisco et Philadelphie ont été les favoris pendant un certain temps. Detroit a fait une performance étonnamment solide. Même Black Hills, dans le Dakota du Sud, a fait une offre. New York City, et Manhattan en particulier, (Robert Moses le voulait à Flushing) était une sorte de solution de compromis de dernière minute après que tous les autres sites aient été rejetés.

De 1944 à 1946, alors que le monde passait de la Seconde Guerre mondiale à une paix instable, les Américains dans plus de deux cents villes et villages se sont mobilisés pour poursuivre un rêve invraisemblable. Les Nations Unies nouvellement créées avaient besoin d'un lieu de rencontre, d'un lieu central pour la diplomatie mondiale – une capitale du monde. Mais à quoi cela ressemblerait-il et où serait-il ? Sans invitation, les promoteurs civiques de toutes les régions des États-Unis ont sauté sur la perspective de transformer leur ville natale en capitale du monde. L'idée a germé dans les grandes villes—Chicago, San Francisco, Saint-Louis, La Nouvelle-Orléans, Denver et plus encore. Il a suscité l'imagination dans les Black Hills du Dakota du Sud et dans les petites villes d'un océan à l'autre.


Histoire

Secrétariat de l'ONU

Dans les années 1920, le développement de l'élite le long de l'East River a dépassé Beekman et Sutton Places, et en 1925, les architectes Sloan & Robertson ont publié un plan pour un développement de bloc avec une tour résidentielle et un atterrissage pour yacht club, apparemment sur une partie de ce qui est devenu le site des Nations Unies . Mais à cette époque, une bande aussi large était trop difficile à entreprendre pour un seul développeur.

En 1946, le développeur William Zeckendorf envisagea X-city pour le siège des Nations Unies et proposa son plan à Nelson Rockefeller, petit-fils de John D. Rockefeller.

Concevoir

La conception du complexe des Nations Unies a été dessinée par un comité international d'architectes, le Conseil de conception des Nations Unies. Les architectes les plus connus étaient Oscar Niemeyer, Le Corbusier et Wallace K. Harrison, qui dirigeait le conseil d'administration. Certains architectes de renom dont Mies van der Rohe et Walter Gropius ont été exclus en raison de leurs liens historiques avec l'Allemagne, instigatrice de la Seconde Guerre mondiale.

0 commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires. Lancez-vous en remplissant le formulaire ci-dessous.


Indices de l'occultisme

Peut-être que la meilleure façon de comprendre ce que représente l'œil qui voit tout est d'examiner l'architecture de la salle de méditation du bâtiment des Nations Unies à New York. La salle de méditation est. en forme de pyramide sans la pierre de faîte. À l'intérieur, la pièce est faiblement éclairée, mais venant du plafond se trouve un faisceau de lumière ponctuel étroit mais concentré qui rayonne jusqu'à un autel de pierre sombre.

Sur le mur droit devant vous se trouve une fresque murale moderniste à couper le souffle, dotée de manière dynamique d'un symbolisme occulte, contenant vingt-sept triangles dans diverses configurations, un mélange de fond noir et blanc et coloré, et une ligne verticale en forme de serpent. Au centre se trouve l'œil qui voit tout, qui saisit les millions de visiteurs annuels de l'ONU avec son image austère et attirante de suspicion et d'omniprésence. v

Le trapèze est intéressant en raison de ses connexions spirituelles sombres. Les auteurs Schnoebelen et Spencer nous disent que « Anton LaVey, le fondateur de l'Église de Satan, fait référence à un principe occulte connu sous le nom de « loi du trapèze » » et que « l'ordre moyen de la fraternité satanique est appelé « l'ordre de le trapèze.'" vi

Cet article est adapté du DVD Total Onslaught du professeur Veith, The UN and the Occult Agenda.

v. Texe Marrs, Mystery Mark of the New Age: Satan&rsquos Design for World Domination (Westchester, Illinois : Crossway Books, 1988) : 102.

vi. William J. Schnoebelen et James R. Spencer, Sépulcres blancs : la langue cachée du temple mormon (Boise, ID: Through the Maze, 1990): 46, 44.

Avis de non-responsabilité : le contenu de cet article et de ce site Web ne vise pas à accuser des individus. Il y a beaucoup de prêtres et de croyants fidèles dans le catholicisme romain qui servent Dieu au mieux de leurs capacités et sont considérés par Dieu comme Ses enfants. Les informations contenues dans ce document ne concernent que le système religio-politique catholique romain qui a régné à divers degrés de pouvoir pendant près de deux millénaires. Sous l'influence de ses papes, évêques et cardinaux successifs, ce système a établi un nombre croissant de doctrines et de déclarations qui vont clairement à l'encontre des Écritures.

C'est notre désir sincère de présenter la Parole claire de Dieu devant vous, lecteur à la recherche de la vérité, afin que vous puissiez décider par vous-même ce qu'est la vérité et ce qu'est l'erreur. Si vous trouvez ici quelque chose de contraire à la Parole de Dieu, vous n'avez pas besoin de l'accepter. Mais si vous désirez rechercher la Vérité comme un trésor caché, et trouver ici quelque chose de cette qualité, nous vous encourageons à vous hâter d'accepter cette Vérité qui vous est révélée par le Saint-Esprit.


Histoire

L'idée que les Nations Unies émettent leurs propres timbres a été proposée pour la première fois par l'Argentine en 1947.
Un accord avec les autorités postales des États-Unis a été conclu en 1951 et il stipulait que les timbres devaient être libellés en monnaie américaine et utilisés uniquement au siège de l'ONU.

Les premiers timbres des Nations Unies ont été émis en dollars américains lors de la Journée des Nations Unies, le 24 octobre 1951. Les timbres ont connu un succès immédiat et se sont vendus en quelques jours.

Des accords postaux similaires ont été conclus avec les autorités postales suisses et autrichiennes.
Le 11 décembre 1968 , un accord entre l' Organisation des Nations Unies et l' Entreprise suisse des postes téléphoniques et télégraphiques a permis au bureau genevois de l' UNPA d' émettre les premiers timbres de l' ONU en francs suisses le 4 octobre 1969 .

Un accord similaire avec le gouvernement autrichien le 28 juin 1979 a permis au bureau de Vienne de l' UNPA d' émettre les premiers timbres de l' ONU en schillings autrichiens le 24 août 1979 .

Les timbres de l'ONU sont les messagers de la paix

Les droits de l'homme, l'environnement, les espèces menacées et la paix sont des sujets de préoccupation universelle pour les peuples du monde. Ce sont également des sujets que l'Administration postale des Nations Unies (APNU) a promus sur ses timbres.

Parce que les timbres des Nations Unies reflètent le travail de l'Organisation mondiale, les timbres s'étendent au-delà des frontières de la philatélie pour attirer l'attention sur des problèmes mondiaux importants et pour rappeler l'engagement de l'ONU envers ses objectifs.

L'ONU est la seule organisation au monde qui n'est ni un pays ni un territoire autorisé à émettre des timbres-poste. C'est également la seule autorité postale à émettre des timbres dans trois devises différentes, à savoir le dollar américain, le franc suisse et l'euro.

Les timbres des Nations Unies sont des œuvres d'art miniatures, qui ont remporté des prix de design internationaux. Ils sont créés par des artistes du monde entier et imprimés dans différents pays par les meilleurs imprimeurs de sécurité.

Les collectionneurs de timbres apprécient les timbres des Nations Unies non seulement pour leurs designs innovants et leurs thèmes universels, mais aussi parce qu'il est toujours possible de collectionner tous les timbres des Nations Unies jamais émis. Depuis sa création en 1951, l'UNPA a émis plus d'un millier de timbres.

Thèmes de timbres universels

Les timbres de l'ONU ont illustré les objectifs et les réalisations des Nations Unies et de sa famille d'organisations.

Certains des timbres célèbrent un objectif atteint, comme en témoigne le 1991 Namibie : une nouvelle nation – Une confiance remplie émission de timbres, qui a célébré la naissance de la Namibie. D'autres thèmes, comme le 2003 Combattre le sida dans le monde question, sont un sobre rappel des problèmes mondiaux qui continuent d'affliger les gens partout dans le monde. Les timbres commémorent également des événements importants dans la vie de l'Organisation internationale, tels que le 50e anniversaire des Nations Unies en 1995.

Les problèmes récents ont porté sur notre environnement, la paix mondiale et la promesse d'un monde meilleur. Alors que l'environnement est de plus en plus menacé, les nations du monde ont réalisé que les problèmes, ainsi que les solutions, sont mondiaux. Ainsi, l'ONU, à travers nombre de ses organes subsidiaires, a fait de la protection de l'environnement une priorité. Le courant Les espèces menacées série de timbres, avec ses belles illustrations de 12 espèces menacées chaque année, attire l'attention sur cette situation critique.

Timbres des Nations Unies

Les timbres des Nations Unies sont émis simultanément dans les bureaux des Nations Unies à New York, Genève et Vienne. Chaque numéro porte un thème de conception connexe, avec des dénominations différentes pour chaque bureau. Les timbres sont disponibles auprès des bureaux de l'UNPA en personne ou par courrier, et auprès des marchands de timbres. Ils sont valables pour l'affranchissement lorsqu'ils sont utilisés sur le courrier des bureaux des Nations Unies à New York, Genève et Vienne.

En vertu de ses directives, l'Administration postale des Nations Unies se limite à vendre des timbres neufs et des entiers postaux. Habituellement, six nouveaux numéros commémoratifs sont publiés chaque année et restent en vente pendant 12 mois seulement. Après cette date, les stocks restants sont détruits. Les timbres commémoratifs sont ainsi nommés parce qu'ils commémorent un certain thème. Ils ne sont jamais réimprimés, même s'ils sont épuisés avant la fin de la période de vente de 12 mois. Les timbres définitifs ont une période de vente indéterminée et portent les dénominations nécessaires pour les besoins postaux généraux. Les timbres définitifs peuvent être réimprimés si nécessaire.

Les timbres de l'ONU sont imprimés partout dans le monde par des imprimeurs de sécurité, à la fois des imprimeries gouvernementales et des imprimeries de sécurité privées. Les timbres de l'ONU sont produits sous les mêmes contrôles de sécurité que ceux utilisés pour l'impression des billets de banque. Les collectionneurs apprécient la haute qualité des timbres, qui subissent de nombreux contrôles de qualité et sont examinés par l'UNPA pour détecter tout défaut. Cela fait de l'ONU l'un des producteurs de timbres de la plus haute qualité parmi les administrations postales.

Tampons personnalisés

Les bureaux de l'UNPA à New York, Genève et Vienne proposent un produit de timbre personnalisé unique qui aide les clients à capturer les souvenirs de leur voyage aux Nations Unies. Les particuliers ou les petits groupes peuvent visiter la boutique de timbres personnalisés pour prendre une photo qui est transférée sur un panneau de timbres portant l'affranchissement officiel des Nations Unies. L'image de l'invité est imprimée sur un onglet à côté des timbres pour un souvenir unique. Les timbres personnalisés peuvent être enregistrés comme souvenir ou utilisés pour envoyer des cartes et des lettres à la famille et aux amis du monde entier.

Conceptions primées

Les œuvres des grands artistes du monde, tels que Marc Chagall (France), Friedensreich Hundertwasser (Autriche), Hans Erni (Suisse), Vincent Van Gogh (Pays-Bas), Paul Klee (Allemagne) et Peter Max (USA) non seulement sont exposés dans les grands musées du monde, mais sont également représentés sur les timbres des Nations Unies.

En enregistrant les activités des Nations Unies, les timbres ont affiché une énorme variété de styles et de dessins. De la représentation graphique simple aux illustrations qui ont un impact émotionnel, les timbres ont représenté l'espoir et le désespoir, la tristesse et la joie, ou, plus simplement, la commémoration, l'observance et la réflexion.

Collectionneurs philatéliques

La beauté, l'unicité et la signification particulière des timbres de l'ONU, combinées à leurs histoires individuelles et souvent intrigantes et à leurs configurations originales, continuent d'être une source de fascination et de grande valeur pour le collectionneur.

Bien que la philatélie soit l'un des passe-temps les plus populaires au monde, l'âge moyen des collectionneurs augmente et l'avenir de la philatélie repose sur les jeunes d'aujourd'hui. L'UNPA encourage les enfants à profiter du passe-temps de la philatélie, avec l'introduction de packs amusants pour collectionneurs.


Revue d'histoire et de géographie mondiales de la FSOT

Le siège de l'ONU a été construit en 1946 sur un terrain de 18 acres à New York, offert à l'organisation par John D. Rockefeller. The land is considered international property.

Mercantilism led to wide-spread exploration and colonization around the world in pursuit of resources and new markets.

Luther and others in the Reformation movement believed that sinners who paid for indulgences or church forgiveness of sin without penalty still faced eternal consequences.

Primogeniture refers to the passage of all possessions and titles to the eldest child. Numerous forms of this have been practiced around the world throughout history. In many cases the laws have favored male children, but allowed some position for females in the line. In more modern times, monarchial succession in many places has changed to a gender neutral practice of primogeniture.

The Spanish had little interest in bettering the situation of native populations except as it applied to conversion to Catholicism and advancing Spanish interests.

Estimates place the number of slaves imported to British holdings in the Caribbean during that period at about 2.4 million, far exceeding estimates for the British colonies in North America which are believed to be about one half million.

Locke’s ideas that all men are born with certain rights that government has an obligation to protect were the inspiration for much of the American Declaration of Independence. These ideas were a break with the historical tradition of hereditary monarchy with absolute power.

The “Iron Curtain” was a reference to the political and symbolic division of Europe after WWII, separating countries under Soviet influence or control from the rest of Europe .

Palestinian terrorists kidnapped and killed eleven Israeli athletes and a police officer. Since this tragedy, security at these games has been of the highest level.

Although an independent nation for many years, Haiti does have a history as a colonial possession of France .

L'U.S.S. Maine sunk in the harbor of Havana, Cuba, cause unknown, furthering tensions between the United States and Spain . The U.S. saw Spain as violating the Monroe Doctrine’s principles by attempting to retain possession of Cuba and other American colonies despite independence movements.

Reagan’s comment in his final address referred to the gradual thawing of tensions with the Soviet Union . He advised Americans to welcome the improving conditions and build trust, but still watch closely.

Russia exported an average of 6.1 million barrels that year. The next closest choice is Venezuela at 2.1 million barrels.

Some of the factors influencing Switzerland’s decision not to join to date include incompatibility with the Swiss form of direct democracy that involves numerous public initiatives and referendums, concerns about maintaining neutrality, and cost.

The Arab oil embargo was a reaction to U.S. and other western nations aiding Israel in the Yom Kippur War which lasted only twenty days. The resulting energy crisis had an economic impact for several years to come.

Nelson Mandela’s election in 1994 marked the nation’s first election that allowed full suffrage, ending many of the practices associated with apartheid.

The resulting economic and political instability of the overthrow of the Russian monarchy in 1917 convinced the new Bolshevik government to abandon the war effort, even with an armistice that favored Germany, and focus on establishing control at home.

This battle in 1775 is considered the opening shots of the American Revolution which led to the creation of the United States of America and ultimately the spread of democratic ideas around the world.

Mecca and its historical mosque known as the Ka’ba (Kabba) are the most important location in the Muslim religion. Devout Muslims pray five times daily facing the city and its mosque. It is expected that all Muslims who are able make a pilgrimage once in a lifetime, which thousands undertake every year.

The Allied Coalition was made up of 34 countries working together in response to Iraq ‘s aggression and invasion of Kuwait . India kept distant at first, condemning both Iraq ‘s invasion and the intrusion of other nations into the region. Eventually India did support U.N. intervention to remove Iraq, but never joined the Allied Coalition.

Latvia is a former Soviet state, now independent since the collapse of the Soviet Union . It is located on the Baltic Sea, not in the Balkans.

The dinar was officially established as Kuwait’s currency after its independence in 1960.

Portugal was a constitutional monarchy until 1910. Its present form of government is a parliamentary democracy.

The Security Council is made up of five permanent members – theU.S., the U.K., Russia, China, and France, as well as ten rotating positions on two-year terms chosen by the General Assembly.

This battle was major victory for the United States navy which was struggling to recover from the losses of Pearl Harbor . It created a much more equal situation between the U.S. and Japan in terms of power and resources, encouraged U.S. offensive plans in the Pacific, and prevented Japanese domination of the region.

The International Atomic Energy Agency was founded to address growing concerns about safety in the nuclear age. It is an independent agency often utilized by the U.N. in the inspections process.

Grenada was granted its independence from the United Kingdom in 1974.

Hostilities broke out between Britain and China during the middle of the century due to Britain’s continued attempts to import opium into China in trade for Chinese goods. This continued even when the Chinese government passed bans on opium and demanded capital punishment for native opium traffickers.

The group has been meeting, usually annually, since the 1970’s. Originally only a group of seven, Russia was added at the end of the Cold War. Although they tackle numerous issues, the economy tends to take center stage. Meetings or summits are often the focus of anti-globalization protestors.

The Cook Islands were once a British territory, but are now an independent democracy which is voluntarily associated with New Zealand .

Clara Barton headed efforts during the American Civil War to provide aid to injured soldiers and notify family members of their loved ones’ whereabouts. She offered her services a few years later to war torn Europe . She officially established the American Red Cross in 1881 with the goal of providing aid to the victims of war and natural disaster under a flag of neutrality.

Sudan is one of six nations currently listed by the U.S. State Department as having repeatedly supported acts of international terrorism. Sudan has a history of providing safe haven and training grounds to suspected and known terrorists.

The former city of Constantinople is now known as Istanbul and is the most populated city in Turkey .

According to its constitution, religious freedom is mandated in Turkey even though it is predominantly Muslim. Religious minorities do experience discrimination in some areas of society.

Arafat was the joint recipient along with Shimon Peres and Yitshak Rabin for their efforts in resolving the Israeli-Palestinian conflict including historic allowances by Israel for Palestinian self-government.

Sweden was one of few countries able to successfully remain neutral in the conflict. They did make concessions to both sides, but never officially became involved avoiding invasion and occupation.

Peru ‘s official language is Spanish. Portuguese is estimated to be spoken natively by around 170 million people world wide placing it easily in the world’s top 10 languages.

These trials included judges and prosecutors from the U.S., the Soviet Union, Great Britain, and France. The tribunal sentenced a number of German Nazi leaders and associates to various punishments including death.

Signed by King John under duress in 1215 and later renewed and altered by future kings, this series of agreements outlined many monarchial powers including restrictions on those powers, functioning in some respects as a constitution.

Iraq had been controlled by the Ottoman Empire and then Turkey since the thirteenth century. The Treaty of Sevres took many of Turkey ‘s Arabic land and placed it under European control.


The United Nations Headquarters That Never Was - HISTORY

The site of new UN Headquarters as it looked in August 1946, about one month after the demolition work had began. General view, looking south, of the Manhattan site of the United Nations permanent headquarters, at an early stage of demolition work. East River is at left, First Avenue at right.

The decision to locate the United Nations in New York City was made in London by the General Assembly at its first session on 14 February 1946, after offers and suggestions for permanent sites had been received from many parts of the world. An offer by John D. Rockefeller, Jr. was accepted by a large majority of the General Assembly on 14 December 1946. New York City completed the site parcel by additional gifts of property. The site chosen by the United Nations was a run-down area of slaughterhouses, light industry and a railroad barge landing. A $65 million plan for the construction of the site was approved by the General Assembly on 20 November 1947. To finance construction, the US Government made an interest-free loan of $65 million to the UN. This amount had been repaid by 1982.

New scale model of the proposed permanent Headquartersof the United Nations. Designed by the Board of Design Consultants of the United Nations Headquarters Planning Office, the model of the future seat of the United Nations to be erected on the Manhattan East River site was approved by the General Assembly.

Charles Le Corbusier, France, Architect on the 10-member Board of Design Consultants assisting Wallace K. Harrison, Director of Planning in the development of architectural plans for the building of United Nations permanent Headquarters on the East River site, at microphone, recording broadcast.

Wallace K. Harrison, fourth from left in background, Chief Planner for United Nations Headquarters, pictured before the preliminary models with members of the 10-man Board of Design Consultants and other consultants appointed to assist him in drawing up plans for the construction of UN Permanent Headquarters on the Manhattan East River site. Board members standing in foreground are, left to right: Ssu-Cheng Liang, China Oscar Niemeyer, Brazil Nikolai Bassov, USSR and Ernest Cormier, Canada. In second row, from left to right: Sven Markelius, Sweden Charles Le Corbusier, France Board Member Bodiansky, France, engineer, consultant to Director Mr. Harrison G.A. Foilleux, Ausralian Board Member Max Abramowitz, United States Director of Planning and consultants Ernest Weismann, Yugoslavia Antoniades, Greece, and Matthew Nowicki, Poland. [RKO Building]. April 1947.

24/10/1949
Cornerstone Laying Ceremony Marks United Nations' Fourth Birthday

The cornerstone of the United Nations Permanent Headquarters was laid on United Nations Day, 24 October, at a special open-air General Assembly meeting held on the site of the Headquarters building in Manhattan, New York. The ceremony, marking the Fourth Anniversary of the United Nations, was attended by President Harry S. Truman who was the principal speaker. Secretary-General Trygve Lie deposited in the stone copies of the United Nations Charter and of the Universal Declaration of Human Rights.

24/10/1949
Cornerstone Laying Ceremony Marks United Nations' Fourth Birthday

General view of public attending the ceremony.

24/10/1949
Cornerstone Laying Ceremony Marks United Nations' Fourth Birthday

General view of public attending the ceremony.

08/07/1947
Demolition Begins on United Nations Permanent Headquarters

During brief ceremony at which demolition of present structures on the United Nations Permanent site was begun, Byron Price, United States, Assistant Secretary-General for Administrative and Financial Services, extreme left, Hugo Rogers, center, Manhattan Borough President, and William O'Dwyer, Mayor of the City of New York, remove the first dozen bricks from a boarded up five-story tenement building.

03/05/1947
UN Headquarters Planning Office. Architects model #23-A.

01/01/1946
Interim Headquarters of the United Nations

Exterior view or the Central Hall, London, site of the first part of the First Session of the United Nations General Assembly. The Assembly held its first meeting on January 10, 1946.

24/11/1949
Pinch and Punch. by HAP

News Item: New United nations Headquarters building to be equipped with more than 2,000 individual air conditioning units to protect health of workers recruited form widely different climatic and temperature zones.

Punch: I hear they can't even get together on the temperature they want in there.

Pinch: What's the difference - so long as they figure out some way to keep on working in the same building?


First men on the moon ‘came in peace’ to UN Headquarters ‘for all mankind’

As the world remembers Saturday’s 50th anniversary of the “giant leap for mankind” made by all those involved in the pioneering Apollo 11 space programme, we take a look back at the visit made by astronauts Neil Armstrong, Buzz Aldrin, and Michael Collins, to UN Headquarters in New York, just a few weeks after their historic mission.

It was a sunny day on 13 August, 1969, when the first men to land on the moon appeared in the main plaza of the UN General Assembly building, welcomed by the Secretary General at the time, U Thant, as “three great pioneers” on behalf of the entire human race.

Standing on a special outdoor podium, notably lacking any women in the front row, the Burmese UN chief – the first non-European to hold the position – hailed the heroes of the United States’ Apollo 11 moon landing programme as having “already taken their place in that select roster of men, who down through the centuries have demonstrated the power of man’s vision, man’s purpose, and man’s determination.”

I can tell that you share with us, the hope that we citizens of earth, who can solve the problems of leaving earth, can also solve the problems of staying on it - Commander Neil Armstrong at UN Headquarters

He told the crowd of delegates, diplomats, UN staff and journalists gathered there, that the whole human race had been able to share in their “great achievement” with everyone who had watched or listened, participating in a truly “unique moment in history”.

Watching the astronauts walking on the moon had “helped us vicariously to satisfy the age-old longing to get away from it all”, he quipped and the extraordinary flight, moonwalk and return to earth had “brought to us a renewed realization of what we, as members of the human race, can accomplish on this planet, with our resources and our technology, if we are prepared to combine our efforts and work together for the benefit of all mankind.

#DYK that #Apollo11 astronauts left a plaque on the #Moon noting the #peaceful nature of the mission? #UNOOSA promotes the peaceful uses of #OuterSpace e.g. through the 5 international space-related treaties https://t.co/SrOK6RxQ8W #Apollo50th #MoonLanding pic.twitter.com/BdauEbFoMd

&mdash UNOOSA (@UNOOSA) July 18, 2019

Building on the theme of the power of collective effort, exemplified by the UN Charter, the Secretary-General said it was “particularly gratifying to me, that the plaque which the astronauts placed on the moon is inscribed: ‘we came in peace for all mankind’. The words are few, but they spell out the common identity of all the inhabitants on this planet and our never-ending search for peace”.

Taking the microphone, Commander Neil Armstrong, who uttered the immortal words “The Eagle has landed” as the lunar module touched down on the surface, addressed the crowd to warm applause as: “Distinguished representatives from the planet earth”.

He said it was “with great pride that we accept the honour of having the opportunity of seeing your warm smiling faces today” accepting on behalf of all the hundreds of dedicated scientists and NASA professionals involved in the Apollo programme, “your gracious words”.

His closing remark that day, was an eloquent testimony to the scale of their achievement, and the ambition of the whole United Nations: “I can tell that you share with us, the hope that we citizens of earth, who can solve the problems of leaving earth, can also solve the problems of staying on it”.

The astronauts brought an exact replica with them to the UN of the plaque left on the moon’s surface by them, engraved with the words: “Here men from the planet Earth set foot upon the Moon, July 1969. We came in peace, for all mankind.”

Another treasured memento of the Apollo mission, stored at UN Headquarters, ins a sample of lunar rock, gifted by former US President Richard Nixon, on July 20, 1970 when the international community celebrated the first anniversary of the lunar landing.

The three astronauts returned once more that day, to participate in a ceremonial handover of the moon relic.


Voir la vidéo: ETAT DE SIEGE, TERRORISME ET MONUSCO: QUE RETENIR DU DISCOURS DE F. TSHISEKEDI A L ONU? (Octobre 2021).