Podcasts sur l'histoire

Année Deux Jour 76 Administration Obama 6 avril 2010 - Histoire

Année Deux Jour 76 Administration Obama 6 avril 2010 - Histoire

9h40 LE PRÉSIDENT a organisé un petit-déjeuner de prière de Pâques


10h45 LE PRESIDENT reçoit le briefing quotidien présidentiel


12H00 LE PRESIDENT et LE VICE-PRESIDENT reçoivent le Briefing économique quotidien


12h30 LE PRESIDENT et LE VICE-PRESIDENT déjeunent

14h00 LE PRESIDENT rencontre les conseillers seniors


16h30 LE PRESIDENT rencontre le secrétaire à la Défense Gates


Soins de santé d'Obama

Maintenant que le plan de soins de santé d'Obama a été adopté, il semble que davantage d'Américains soient en faveur de ce plan. Avant qu'il ne soit promulgué par le président Obama le 23 mars, il semblait qu'un grand pourcentage d'Américains s'opposaient au plan de soins de santé d'Obama. Maintenant, il semble que beaucoup qualifient la législation de "bonne première étape" qui devrait être suivie par davantage d'actions.

Bien qu'il semble que de plus en plus d'Américains penchent en faveur de ce qui est maintenant une loi, il y en a encore beaucoup qui restent divisés au sujet de la législation sur les soins de santé qui a à peine été adoptée par la Chambre. Une enquête menée par USA Today/Gallup Poll a révélé que 31 %, soit près d'un tiers des personnes interrogées, pensent que le projet de loi apporte les mauvais types de changements. Il y a environ un mois, une enquête a été menée par USA Today concernant le plan de soins de santé d'Obama. Entre cette enquête et la plus récente, un changement notable vers le soutien du projet de loi a eu lieu parmi les minorités, les Américains à faible revenu et les personnes de moins de 40 ans.

Avec la nouvelle loi sur les soins de santé, des changements seront mis en œuvreau cours des prochaines années. De nombreuses personnes s'inquiètent des problèmes de santé préexistants et se demandent si elles seront ou non couvertes par le régime de soins de santé d'Obama. À partir de cette année, l'accès à l'assurance maladie pour les personnes souffrant d'une maladie préexistante et non assurée depuis 6 mois sera disponible. Une piscine à haut risque est un programme qui fournit

Es assurance pour les Américains qui n'ont pas d'assurance maladie mais qui ont une condition préexistante. Les pools à haut risque fournissent une assurance abordable qui est temporaire jusqu'en 2014, lorsque le plan de soins de santé d'Obama empêchera les compagnies d'assurance de refuser la couverture en raison de conditions préexistantes.

Le plan de soins de santé d'Obama offre aux personnes bénéficiant de Medicare la possibilité de participer à des soins préventifs gratuits à compter du 1er janvier 2011. Cette mesure signifie que les personnes bénéficiant de Medicare peuvent bénéficier de services de prévention qui ne sont pas soumis au ticket modérateur et exempte ces services de étant des franchises. Un autre avantage que beaucoup privilégient est le fait qu'après 6 mois d'adoption, les jeunes peuvent rester sur la police d'assurance de leurs parents jusqu'à leur 26e anniversaire dans le cadre de nouveaux régimes de santé, et certains régimes existants permettront aux personnes de ce groupe d'âge de bénéficier de droits acquis.

La présidente de la Chambre, Nancy Polosi, a déclaré lors d'une cérémonie à Capitol Hill que l'adoption de ce projet de loi "fait une énorme différence dans la vie des Américains". n'était pas aussi satisfait du plan de soins de santé d'Obama que Polosi, déclarant qu'il s'agissait d'un "moment sombre pour des millions de personnes".

Qu'il s'agisse de politiciens ou de citoyens américains ordinaires, le président Obama estime qu'une fois que les gens auront compris ce que la loi sur les soins de santé contient réellement et comment elle fonctionne, ceux qui ont une attitude négative à son sujet changeront d'avis. Il a déclaré : « À partir de ce jour, tous les cyniques, tous les opposants » vont devoir faire face à la réalité de ce qu'est cette réforme et de ce qu'elle n'est pas ». Le président a déclaré que tous ceux qui s'opposent au plan de santé d'Obama finiront par se rendre compte qu'il ne s'agit pas d'une prise de contrôle du système de santé par le gouvernement.

Bien que de nombreux Américains voient maintenant le plan de soins de santé d'Obama sous un jour plus positif, il y en a encore beaucoup qui ne sont pas heureux que le projet de loi soit adopté. Maintenant que c'est une loi, il semble que tout le monde devra vivre avec, qu'on le veuille ou non.

Obama-health-care.org


Possibilités d'accès

1 Craig Whitlock et Greg Jaffe, « Afghan War Hero to Receive Medal of Honor », Washington Post, 11 septembre 2010, A06 « Un sondage CNN montre un pessimisme croissant sur la guerre en Afghanistan », CNN, 29 septembre 2010, disponible sur www.cnn.com/2010/POLITICS/09/29/afghanistan.poll.

2 Trois jours avant la cérémonie, les nouvelles en provenance d'Afghanistan comprenaient un attentat-suicide sur un marché public, une tentative d'attentat-suicide contre une base aérienne de l'OTAN et une attaque des talibans qui a tué trois soldats de la coalition. Rod Norland, « Une bombe à moto tue 8 personnes lors d'une journée violente en Afghanistan » New York Times, 14 novembre 2010, A16.

3 Pour un compte rendu définitif, voir Timothy N. Castle, One Day Too Long : Top Secret Site 85 et le bombardement du Nord Vietnam (New York : Columbia University Press, 1999), en particulier. 33-40 et 111-37.

4 Comme Mary Dudziak, La guerre : une idée, son histoire et ses conséquences (New York : Oxford University Press, 2012), 132, a écrit : « L'engagement militaire ne semblait plus exiger le soutien du peuple américain, mais plutôt son inattention.

5 Ici, je suis l'argument de Kristin Ann Hass, Sacrifier des soldats sur le National Mall (Berkeley : University of California Press, 2013), 19-20.

6 « Transcript : President Obama's Memorial Day Remarks at Vietnam War Memorial », FoxNews.com, 28 mai 2012, disponible sur www.foxnews.com/politics/2012/05/28/transcript-president-obama-memorial-day-remarks -au-mémorial-de-guerre-du-vietnam. Pour une analyse plus longue du discours, voir David Kieran, Forever Vietnam : Comment une guerre qui divise a changé la mémoire publique américaine (Amherst : University of Massachusetts Press, 2014), 235-36.

7 Christian G. Appy, American Reckoning : la guerre du Vietnam et notre identité nationale (New York : Viking, 2015), 237-38. Sur la façon dont l'impact du souvenir des anciens combattants décriés et les efforts pour y remédier ont assombri l'examen de la politique plus large de la guerre, voir Jerry Lembcke, Le portrait craché : mythe, mémoire et héritage du Vietnam (New York : New York University Press, 1998), 122–23. Sur ces questions, voir Fredrik Logevall, Choisir la guerre : la chance perdue pour la paix et l'escalade de la guerre au Vietnam (Berkeley : University of California Press, 1999) Nick Turse, Tuez tout ce qui bouge : la vraie guerre américaine au Vietnam (New York : Picador, 2013) Edwin A. Martini, Agent Orange : histoire, science et politique de l'incertitude (Amherst : University of Massachusetts Press, 2012) et Larry Berman, Pas de paix, pas d'honneur : Nixon, Kissinger et la trahison au Vietnam (New York : Pierre de touche, 2001).

8 Patrick Hagopian, La guerre du Vietnam dans la mémoire américaine : vétérans, mémoriaux et politique de guérison (Amherst : University of Massachusetts Press, 2009), 10 Appy, 241.

9 André Bacevitch, Le nouveau militarisme américain : comment les Américains sont séduits par la guerre (Oxford et New York : Oxford University Press, 2005), 107.

10 Grimes, Kyle, « The Entropics of Discourse: Michael Harper's Debridement and the Myth of the Hero », Black American Literature Forum, 24, 3 (1990), 417 –40CrossRefGoogle Scholar, 423 Bacevich, 107 Hagopian, 190, 402.


Carrière législative : 1997-2008

Sénateur d'État : 1997-2004

Obama a été élu au Sénat de l'Illinois en 1996, succédant à la sénatrice d'État Alice Palmer en tant que sénatrice du 13e district de l'Illinois, qui s'étendait à l'époque sur les quartiers de Chicago South Side, de Hyde Park - Kenwood au sud jusqu'à South Shore et à l'ouest jusqu'à Chicago Lawn. [45] Une fois élu, Obama a obtenu un soutien bipartite pour la législation réformant les lois sur l'éthique et les soins de santé. [46] Il a parrainé une loi augmentant les crédits d'impôt pour les travailleurs à faible revenu, a négocié une réforme de l'aide sociale et a promu des subventions accrues pour la garde d'enfants. [47] En 2001, en tant que coprésident du Comité mixte bipartite sur les règles administratives, Obama a soutenu la réglementation des prêts sur salaire du gouverneur républicain Ryan et les réglementations prédatrices des prêts hypothécaires visant à éviter les saisies immobilières. [48]

Obama a été réélu au Sénat de l'Illinois en 1998, battant le républicain Yesse Yehudah aux élections générales, et a été réélu à nouveau en 2002. Rush par une marge de deux à un. [50]

En janvier 2003, Obama est devenu président du comité de la santé et des services sociaux du Sénat de l'Illinois lorsque les démocrates, après une décennie en minorité, ont retrouvé la majorité. [51] Il a parrainé et dirigé l'adoption unanime et bipartite d'une législation pour surveiller le profilage racial en exigeant que la police enregistre la race des conducteurs qu'ils ont détenus, et une législation faisant de l'Illinois le premier État à imposer l'enregistrement vidéo des interrogatoires d'homicide. [47] [52] Au cours de sa campagne électorale générale de 2004 pour le Sénat américain, les représentants de la police ont crédité Obama pour son engagement actif avec les organisations policières dans l'adoption de réformes de la peine de mort. [53] Obama a démissionné du Sénat de l'Illinois en novembre 2004 après son élection au Sénat américain. [54]

Campagne du Sénat américain

Résultats du comté de la course 2004 du Sénat américain dans l'Illinois. Les comtés en bleu ont été remportés par Obama.

En mai 2002, Obama a commandé un sondage pour évaluer ses perspectives dans une course au Sénat américain en 2004, il a créé un comité de campagne, a commencé à collecter des fonds et a engagé le consultant en médias politiques David Axelrod en août 2002, et a officiellement annoncé sa candidature en janvier 2003. [55 ]

Obama a été l'un des premiers opposants à l'invasion de l'Irak en 2003 par l'administration George W. Bush. [56] Le 2 octobre 2002, le jour où le président Bush et le Congrès se sont mis d'accord sur la résolution conjointe autorisant la guerre en Irak, [57] Obama s'est adressé au premier rassemblement très médiatisé de Chicago contre la guerre en Irak, [58] et s'est prononcé contre le guerre. [59] Il s'est adressé à un autre rassemblement anti-guerre en mars 2003 et a dit à la foule qu'il n'était pas trop tard pour arrêter la guerre. [60]

Les décisions du président sortant républicain Peter Fitzgerald et de son prédécesseur démocrate Carol Moseley Braun de ne pas participer aux élections ont donné lieu à des concours primaires démocrates et républicains largement ouverts impliquant quinze candidats. [61] Lors des élections primaires de mars 2004, Obama a remporté un glissement de terrain inattendu, ce qui a fait de lui du jour au lendemain une étoile montante au sein du Parti démocrate national, a commencé à spéculer sur un avenir présidentiel et a conduit à la réédition de ses mémoires, Rêves de mon père. [62] En juillet 2004, Obama a prononcé le discours d'ouverture à la Convention nationale démocrate de 2004, [63] vu par 9,1 millions de téléspectateurs. Son discours a été bien reçu et a élevé son statut au sein du Parti démocrate. [64]

L'adversaire attendu d'Obama aux élections générales, le vainqueur de la primaire républicaine Jack Ryan, s'est retiré de la course en juin 2004. [65] Six semaines plus tard, Alan Keyes a accepté la nomination républicaine pour remplacer Ryan. [66] Aux élections générales de novembre 2004, Obama a gagné avec 70 pour cent des voix. [67]

Sénateur américain : 2005-2008

Obama prononçant un discours à l'Université de Californie du Sud, le 28 octobre 2006.

Obama a prêté serment en tant que sénateur le 3 janvier 2005, [68] devenant ainsi le seul membre du Sénat du Congressional Black Caucus. [69] CQ Hebdomadaire l'a qualifié de « démocrate loyal » sur la base de l'analyse de tous les votes du Sénat en 2005-2007. Obama a annoncé le 13 novembre 2008 qu'il démissionnerait de son siège au Sénat le 16 novembre 2008, avant le début de la session boiteuse, pour se concentrer sur sa période de transition pour la présidence. [70]

Législation

Obama a coparrainé la Secure America and Orderly Immigration Act. [71] Il a présenté deux initiatives portant son nom : Lugar-Obama, qui a étendu le concept de réduction de la menace coopérative Nunn-Lugar aux armes conventionnelles [72] et le Federal Funding Accountability and Transparency Act de 2006, qui a autorisé la création de USAspending.gov , un moteur de recherche Web sur les dépenses fédérales. [73] Le 3 juin 2008, le sénateur Obama, avec les sénateurs Tom Carper, Tom Coburn et John McCain, a présenté une loi de suivi : Strengthening Transparency and Accountability in Federal Spending Act of 2008. [74]

Obama a parrainé une législation qui aurait obligé les propriétaires de centrales nucléaires à informer les autorités nationales et locales des fuites radioactives, mais le projet de loi n'a pas été adopté au Sénat après avoir été fortement modifié en commission. [75] Concernant la réforme de la responsabilité délictuelle, Obama a voté pour le Class Action Fairness Act de 2005 et le FISA Amendments Act de 2008, qui accorde l'immunité de responsabilité civile aux entreprises de télécommunications complices des opérations d'écoutes téléphoniques sans mandat de la NSA. [76]

Obama et le sénateur américain Richard Lugar (R-IN) visitent une installation russe de démantèlement de missiles de lancement mobiles en août 2005. [77]

En décembre 2006, le président Bush a promulgué la loi sur les secours, la sécurité et la promotion de la démocratie en République démocratique du Congo, marquant la première loi fédérale à être promulguée avec Obama comme principal sponsor. [78] En janvier 2007, Obama et le sénateur Feingold ont introduit une disposition sur les jets d'affaires dans le Honest Leadership and Open Government Act, qui a été promulgué en septembre 2007. [79] Obama a également introduit le Deceptive Practices and Voter Intimidation Prevention Act, un projet de loi pour criminaliser les pratiques trompeuses lors des élections fédérales, [80] et la Loi sur la désescalade de la guerre en Irak de 2007, [81] dont aucune n'a été promulguée.

Plus tard en 2007, Obama a parrainé un amendement à la Defense Authorization Act ajoutant des garanties pour les décharges militaires de troubles de la personnalité. [82] Cet amendement a été adopté par le Sénat au complet au printemps 2008. [83] Il a parrainé l'Iran Sanctions Enabling Act soutenant le désinvestissement des fonds de pension publics de l'industrie pétrolière et gazière iranienne, qui n'a pas adopté de comité ni coparrainé la législation réduire les risques de terrorisme nucléaire. [84] Obama a également parrainé un amendement du Sénat au programme d'assurance maladie des enfants de l'État, offrant une année de protection de l'emploi aux membres de la famille qui s'occupent de soldats blessés au combat. [85]

Comités

Obama a occupé des fonctions au sein des commissions sénatoriales des relations étrangères, de l'environnement et des travaux publics et des affaires des anciens combattants jusqu'en décembre 2006. [86] En janvier 2007, il a quitté la commission de l'environnement et des travaux publics et a occupé des fonctions supplémentaires dans les domaines de la santé, de l'éducation, du travail et Pensions et sécurité intérieure et affaires gouvernementales. [87] Il est également devenu président du sous-comité sénatorial des affaires européennes. [88] En tant que membre du Comité sénatorial des relations étrangères, Obama a effectué des voyages officiels en Europe de l'Est, au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Afrique. Il a rencontré Mahmoud Abbas avant qu'Abbas ne devienne président de l'Autorité nationale palestinienne et a prononcé un discours à l'Université de Nairobi condamnant la corruption au sein du gouvernement kenyan. [89]


Pourquoi le président Obama ou Hillary ne disent-ils pas aux émeutiers d'arrêter ?

Je vais vous donner le bénéfice du doute et supposer que vous ne mentez pas, mais simplement un cancre.

"D'après le révérend Al Sharpton, qui est souvent apparu à St. Louis avec la famille Brown et a prononcé un discours lors des funérailles de M. Brown, M. Obama "était préoccupé par le fait que Ferguson maintienne le cap en termes de poursuite de ce qu'il était savions que nous défendions. Il a dit qu'il espérait que nous faisions tout notre possible pour maintenir la paix.
http://www.nytimes.com/2014/11/17/us/groups-in-ferguson-prepare-for-grand-jury-decision.html?_r=0

Cette dernière ligne était simplement un jetable pour le couvrir de l'importance de son message.

Vous reconnaissez cela. n'est-ce pas ?

C'est un gauchiste. la violence est leur langage.

Georges Eugène Sorel (2 novembre 1847 à Cherbourg - 29 août 1922 à Boulogne-sur-Seine) était un philosophe et théoricien français du syndicalisme révolutionnaire. Sa notion du pouvoir du mythe dans la vie des gens inspiré des marxistes et des fascistes, c'est, avec sa défense de la violence, la contribution pour laquelle on se souvient le plus souvent de lui. http://en.wikipedia.org/wiki/Georges_Sorel

1. Je réponds directement et avec force.
Je peux être plus gentil si vous pouvez être plus intelligent.

2. Je n'ai rien dit. pas une chose. sur toute prédiction d'une présidence Trump.
je n'ai pas non plus jubilé.

. Le fait est que j'ai une grande appréhension à ce sujet, car chaque ennemi qu'il a eu pendant la campagne fera tout son possible pour l'empêcher de faire les choses qui profiteront au peuple américain.

3. Rappelons-nous tous qu'Obama a dit quand il a gagné :
"Le président Obama a écouté les reproches des républicains au sujet de son plan de relance lors d'une réunion avec les dirigeants du Congrès vendredi matin - mais il n'a également laissé aucun doute sur qui est en charge de ces négociations. " J'ai gagné ", a noté Obama d'un ton neutre, selon des sources proches de la conversation. "
Obama au GOP : « J'ai gagné »


Maintenant. que disiez-vous à propos de "être un gagnant gracieux" ?

Vieille dame

Membre Diamant


"Obama ne fait aucune remarque sur les manifestations"

Je vais vous donner le bénéfice du doute et supposer que vous ne mentez pas, mais simplement un cancre.

"D'après le révérend Al Sharpton, qui est souvent apparu à St. Louis avec la famille Brown et a prononcé un discours lors des funérailles de M. Brown, M. Obama "était préoccupé par le fait que Ferguson maintienne le cap en termes de poursuite de ce qu'il était savions que nous défendions. Il a dit qu'il espère que nous faisons tout notre possible pour maintenir la paix.
http://www.nytimes.com/2014/11/17/us/groups-in-ferguson-prepare-for-grand-jury-decision.html?_r=0

Cette dernière ligne était simplement un jetable pour le couvrir de l'importance de son message.

Vous reconnaissez cela. n'est-ce pas ?

C'est un gauchiste. la violence est leur langage.

Georges Eugène Sorel (2 novembre 1847 à Cherbourg - 29 août 1922 à Boulogne-sur-Seine) était un philosophe et théoricien français du syndicalisme révolutionnaire. Sa notion du pouvoir du mythe dans la vie des gens inspiré des marxistes et des fascistes, c'est, avec sa défense de la violence, la contribution pour laquelle on se souvient le plus souvent de lui. http://en.wikipedia.org/wiki/Georges_Sorel

1. Je réponds directement et avec force.
Je peux être plus gentil si vous pouvez être plus intelligent.

2. Je n'ai rien dit. pas une chose. sur toute prédiction d'une présidence Trump.
je n'ai pas non plus jubilé.

. Le fait est que j'ai une grande appréhension à ce sujet, car chaque ennemi qu'il a eu pendant la campagne fera tout son possible pour l'empêcher de faire les choses qui profiteront au peuple américain.

3. Rappelons-nous tous qu'Obama a dit quand il a gagné :
"Le président Obama a écouté les reproches des républicains au sujet de son plan de relance lors d'une réunion avec les dirigeants du Congrès vendredi matin - mais il n'a également laissé aucun doute sur qui est en charge de ces négociations. " J'ai gagné ", a noté Obama d'un ton neutre, selon des sources proches de la conversation. "
Obama au GOP : « J'ai gagné »


Maintenant. que disiez-vous à propos de "être un gagnant gracieux" ?

Vent divin

Membre Platine

Il est intéressant pour moi que nous soyons prêts à accepter 33 000 décès comme un sous-produit malheureux du 2e amendement.

Mais cassez quelques fenêtres en tant que sous-produit du premier amendement, et tout le monde perd la tête (insérez le mème du Joker).

1) C'est intéressant pour moi que les anti-canonniers de LW pensent que l'interdiction des armes à feu arrêtera le suicide. N'oublions pas que seulement chaque année, plus de 40 000 Américains se suicident. Environ la moitié d'entre eux sont armés d'une arme à feu, ce qui compromet gravement les cris de la foule anti-armes à feu/pro-interdiction des armes à feu sur la "violence armée" et leur nombre tristement trompeur de "33 000 morts".

2) Plus de 30 000 Américains meurent chaque année dans des accidents de voiture, environ la moitié impliquant de l'alcool, mais pas un seul anti-tireur LW ne se soucie de ces décès. Aucune demande d'interdiction des voitures privées ou de l'alcool.

3) Les protestations sont bonnes et un droit du premier amendement. Il ne donne pas aux gens le droit de priver les autres de leurs droits, de vandaliser des biens, de commettre un incendie criminel, un meurtre ou tout autre crime. Le fait que vous les souteniez en dit plus sur vos tendances criminelles que votre soutien à la Constitution.


Quatre-vingt-six articles d'impeachment contre Obama

Il y a une vague de fond croissante au sein des rangs des républicains américains et du Tea Party selon laquelle une procédure de destitution devrait être engagée contre le président Obama sur toute une liste de violations de la Constitution et de la loi sur les pouvoirs de guerre.

Les membres du Congrès Allen West de Floride (R-Floride) et Darrell Issa (R-Californie) ont constamment et fortement critiqué le président pour avoir outrepassé la marque politique et contourné l'approbation du Congrès sur toute une gamme de politiques et de problèmes douteux : et la récente attaque d'Obama contre la Cour suprême de justice et la gaffe russe &rdquo Open Mic &rdquo sur la sécurité nationale, conduit à une question : est-ce que Barack Obama plaide sa propre cause pour la destitution ? Obama n'est pas devenu le candidat démocrate à la présidence sans l'aide de plusieurs dirigeants du Parti démocrate qui savaient qu'il n'était pas éligible.

Vous trouverez ci-dessous les quatre-vingt-six articles de mise en accusation.

1. Nomination d'un &ldquogouvernement fantôme&rdquo d'environ 35+ individus appelés &ldquoczars&rdquo qui ne sont pas confirmés par le Sénat et ne répondent qu'au président, mais qui disposent pourtant de pouvoirs réglementaires globaux &ndash une violation flagrante du concept de séparation des pouvoirs. Obama a contourné le Sénat avec plusieurs de ses nominations de plus de 35 &ldquoczars.&rdquo

2. Pas de soutien du Congrès à l'action libyenne (violation du War Powers Act ). Obama a menti au peuple américain lorsqu'il a déclaré qu'il n'y avait pas de troupes américaines sur le terrain en Libye, puis a déclaré plus tard qu'il ne s'agissait que de "troupes équologues". Obama a violé le War Powers Act de 1973 en menant une guerre contre la Libye sans l'autorisation du Congrès.

3. Trahison d'alliés (Israël et la Grande-Bretagne. Obama a mis la sécurité de notre allié le plus fiable au Moyen-Orient, Israël, en danger tout en augmentant le financement de l'Autorité palestinienne (Fatah, juste un autre groupe terroriste islamique) alors qu'ils ont enjoint un pacte de réconciliation avec le groupe terroriste de longue date Hamas et la divulgation de secrets nucléaires britanniques aux Russes dans le traité Start.Obama a donné des codes de missiles aux missiles britanniques Trident à la Russie.

4. Implémentation par la porte dérobée du DREAM Act qui accorderait l'amnistie à 22 millions d'illégaux. Obama a adopté le Dream Act par décret, contournant à nouveau le Congrès. DREAM c'est : Développement, secours et éducation pour les mineurs étrangers

5. Télégraphier des réductions de troupes à des ennemis et contre l'avis de ses commandants de terrain expérimentés tout en embrassant des négociations avec notre ennemi, les talibans, et en reconnaissant un autre, les Frères musulmans.

6. Trahison de l'Arizona. Obama a intenté un procès fédéral contre un État souverain, l'Arizona, cherchant à protéger ses citoyens de cette menace d'immigration illégale massive

7. Obama&rsquos Défaut d'appliquer la loi américaine, la loi sur la défense du mariage. Il a dépouillé l'Amérique de sa base morale par son soutien à l'homosexualité et l'attaque contre le mariage entre un homme et une femme. Obama permet au DOJ de refuser d'appliquer la Defense of Marriage Act.

8. Soutien d'un procureur général incompétent et incompétent qui n'a pas poursuivi les cas d'intimidation d'électeurs (New Black Panther Party), a lancé un dangereux programme de contrebande d'armes à feu (Opération Fast and Furious) et a entraîné la mort de l'un de nos propres forces de l'ordre agents. Obama a autorisé l'opération Fast and Furious, qui a permis à des centaines de ressortissants mexicains et à l'agent frontalier Brian Terry d'être assassinés avec des armes illégales distribuées par l'ATF et le DOJ.

9. Augmenter le fardeau réglementaire des entreprises américaines en contournant le processus législatif avec ses agences exécutives telles que l'Environmental Protection Agency et la Food and Drug Administration.

10. Défaut de prendre les mesures nécessaires pour sécuriser nos frontières et endiguer le flux d'immigration illégale, appelée & ldquorepel invasions & rdquo dans notre Constitution des États-Unis à l'article 1, section 8 et article 4, section 4. Obama n'a pas réussi à défendre le sol américain dans Arizona alors que les troupes mexicaines apportent des illégaux et de la drogue aux États-Unis, traversant ainsi la frontière. Il s'agit d'une violation directe de l'article IV, section 4 de la Constitution.

11. Commandant de manière inappropriée la libération de réserves de pétrole stratégiques et fournissant au Brésil 2 milliards de dollars pour son exploration pétrolière offshore.

12. Solliciter illégalement des fonds au sein de la Maison Blanche (collecte de fonds vidéo pour le dîner de 5 $). Les droits inaliénables que nous confère le Créateur à la vie, à la liberté et à la poursuite (non garantie) du bonheur sont menacés par l'administration Obama. Ce gouvernement actuel a abrégé le consentement des gouvernés et cela chaque fois qu'une forme de gouvernement devient destructrice à ces fins. C'est le droit du peuple de le modifier ou de l'abolir.

13. Prendre le pouvoir de contrôle judiciaire de la Cour suprême avec une frappe préventive contre les juges qui pourraient envisager une décision défavorable sur ObamaCare.

14.&rdquoOpen Mic» gaffe dans laquelle il explique au président russe Dimitri Medvedev qu'il a plus de &ldquoflexibilité» pour sacrifier la sécurité américaine après sa réélection

15. Les transcriptions de l'Occidental College révèlent qu'Obama a revendiqué la citoyenneté étrangère pour obtenir une bourse? http://tinyurl.com/czldzx8

16. Canal secret d'Obama Accord nucléaire avec l'Iran, ennemi juré de l'Amérique et de nos alliés

17. Obama offre une place à la table à notre ennemi avoué les talibans

19. Obama et son administration divulguent des informations précédemment classifiées sur les efforts de nos communautés du renseignement pour ralentir la marche de l'Iran vers l'armement nucléaire.

20. Obama a déstabilisé l'allié occidental Hosni Moubarak en Égypte et a autorisé les Frères musulmans militants et anti-occidentaux à prendre le contrôle du régime égyptien, posant une menace mortelle pour notre allié Israël et nos propres actifs et intérêts occidentaux dans la région. Obama a déclenché une révolution en Egypte contre un allié dans la guerre contre le terrorisme.

21. Obama a nommé à la Maison Blanche des conseillers des Frères musulmans, ennemis de l'État. L'aide et le réconfort aux Frères musulmans sont une TRAHISON selon l'article 3, section III de la Constitution des États-Unis. http://tinyurl.com/3x88l2s

22. Obama contournant à nouveau le Congrès par décret exécutif pour permettre aux immigrants illégaux de rester et de voter en Amérique à des fins et pour des raisons électorales partisanes.

23. Obama vendant la citoyenneté à des criminels en opposition directe à la loi fédérale.

24. L'administrateur d'Obama a aidé l'Égypte à remilitariser le Sinaï, "chose interdite par les accords de Camp David" http://is.gd/nDwdbl

25. Obama a tenté d'obliger les institutions religieuses à payer pour les services d'avortement et constitue une violation flagrante des droits du premier amendement

27. Obama dépensant des milliards d'aide aux ennemis d'America´s, tout en ignorant les besoins des États-Unis.

28. Obama est directement responsable des nombreuses guerres et meurtres de chrétiens au Moyen-Orient

29. Obama a ruiné financièrement ce pays et ses actions conduisent à la chute du dollar. Le président Obama est soit un idiot, soit il essaie délibérément de détruire l'économie américaine.

30. Obama vide notre armée et détruit notre capacité de collecte de renseignements.

31. Obama, alias Barry Soetoro, a délibérément caché son véritable passé illégal pour être POTUS, VÉRITÉ : pourquoi les dossiers d'Obama ont scellé une carte d'étudiant ÉTRANGER http://twitpic.com/aufduf Pouvons-nous faire confiance à Pres. qui système de jeux &ndash ment

32. Couverture criminelle par la Maison Blanche du BengaziGate, où quatre Américains, dont l'ambassadeur Stevens, ont été assassinés par des extrémistes islamiques.

33. #CANDYGATE Collusion avec la modératrice de CNN Candy Crowley lors du 2e débat pour couvrir BengaziGate La controverse Candy-Obama : Obtenez la transcription&rsquo http://amsp.ec/1P1Dyy

35. L'administration Obama a défini le Fort Hood Terrorist Act comme un accident du travail, qui a apporté secours et réconfort à nos ennemis.

36. L'infraction de trafic d'armes à la frontière qui a entraîné la mort d'un agent de patrouille frontalière ainsi que de nombreux civils mexicains innocents.

37. Suspicion de fraude électorale organisée et généralisée conçue par des agents du régime Obama lors de l'élection présidentielle du 6 novembre.

38. Obama et le terroriste impénitent William Ayers ont détourné plus de 300 millions de dollars de dons destinés à l'éducation des étudiants des minorités de Chicago. Ils ont acheminé l'argent vers des amis activistes communautaires d'Obama qui ont ensuite essayé de transformer les étudiants en radicaux. Le programme a été un échec total.

39. Obama, en tant que sénateur de l'État de l'Illinois, a redirigé des dizaines de millions de dollars des contribuables de l'Illinois vers Valerie Jarrett et Tony Rezko, afin de fournir un logement aux familles à faible revenu. Ils ont rendu la pareille avec des dons politiques. Les logements ont été construits avec des matériaux et une main-d'œuvre bon marché et sont inhabitables après seulement 10 ans d'utilisation.

40. Obama a accepté des millions de contributions électorales illégales provenant de cartes de crédit étrangères après la désactivation des filtres de carte de crédit utilisés pour filtrer l'argent étranger. Cela a également permis aux donateurs nationaux, qui dépassaient la limite légale, de contribuer davantage.

41. Les efforts d'Obama et de Clinton pour amener les États-Unis sous le Traité des Nations Unies sur les armes légères sont des violations directes du deuxième amendement de la Constitution américaine.

41. Obama a tenté de transférer le contrôle du Census Bureau du département du Commerce à la Maison Blanche, qui serait alors dirigé par le chef de cabinet Rahm Emmanuel.

42. Obama avait accordé sous le radar une amnistie aux immigrants illégaux en permettant au directeur de l'ICE John Morton d'interdire aux agents de l'ICE d'appliquer les lois américaines sur l'immigration.

43. Obama a permis au détenteur de l'USAG d'ignorer la violation des lois américaines sur l'immigration dans les villes sanctuaires, c'est-à-dire San Francisco, etc.

44. Obama a licencié illégalement l'IG Walpin pour avoir enquêté sur un ami d'Obama, le maire Kevin Johnson (Sacramento), pour fraude (850K) avec AmeriCorps.

45. Obama est coupable d'outrage à la Cour fédérale pour son moratoire sur les forages pétroliers illégaux dans le Golfe et l'hellip

46. ​​Obama a passé un mois à la présidence du Conseil de sécurité de l'ONU en 2009, ce qui soulève la question de son conflit d'intérêts entre les États-Unis et l'ONU. Il s'agit également probablement d'une violation de son serment d'office, car l'ONU est en conflit avec notre Constitution à plusieurs niveaux, c'est-à-dire PERDU, interdiction des armes légères de l'ONU, etc.

47. Obama a signé un EO en décembre 2009 qui permet à Interpol d'opérer aux États-Unis sans surveillance par le Congrès, les tribunaux, le FBI ou les forces de l'ordre locales.

48. Obama et SecState Clinton ont détourné, euh, utilisé 23 millions de dollars de fonds des contribuables américains pour aider la patrie d'Obama, le Kenya, à se déplacer vers une nation communiste où la liberté d'expression, les droits de propriété privée et d'autres droits sont subordonnés à la « justice sociale ». Cela inclut le fait que la constitution kenyane a adopté la charia, qui viole les droits humains fondamentaux des femmes.

49. Obama était probablement impliqué avec le gouverneur Rod Blagojevich pour essayer de vendre son siège au Sénat de l'Illinois, c'est-à-dire payer pour jouer. Jesse Jackson Jr fait l'objet d'une enquête à ce sujet et il semble que Valerie Jarrett ait également pu être impliquée.

50. Obama dirigeait un site Web qui demandait aux Américains de faire des reportages sur d'autres Américains, dans la région d'ObamaKare, en utilisant whitehouse.gov et l'argent des contribuables pour le faire. Il l'a répété avec AttackWatch.

51. Obama a été élu dans l'Indiana par fraude électorale en 2008.

52. Obama sealed all of his records that would show that he is possibly an illegal president, that he is feloniously using a false SSN, that his draft registration number is false, that his Fulbright award was falsely awarded as Obama claimed foreign student status, and that his student aid was falsely obtained.

53. Obama violated the Constitution by firing the GM CEO.

54. Obama violated bankruptcy laws by forcing GM bondholders to accept millions of dollars in losses of money that they were legally entitled to.

55. Obama violated bankruptcy laws by awarding the UAW with a share of GM and Chrysler during their bankruptcy proceedings.

56. Obama bought votes for ObamaKare with acts like, &ldquoCornhusker Kickback&rdquo, &ldquoLouisiana Purchase&rdquo and the DoI increasing water allocations toCalifornia&rsquosCentral Valley. This brought in the votes of Dennis Cardoza and Jim Costa, both Democrat holdouts.

57. Obama lied about Americans being able to keep their healthcare coverage if they wanted to. ObamaKare is already forcing them out of their current coverage.

58. Obama attempted to bribe Joe Sestak with a job offer in order to get him to drop out of the Senate race against Arlen Specter.

59. Obama bypassed Congress and told the EPA to set carbon emission standards.

60. Obama forced BP to pony up a $20 billion slush fund to compensate Gulf Coast businesses and residents affected by the BP oil spill. It was administered by one of Obama&rsquos political appointees and there is NO Congressional oversight.

61. Obama did nothing to Holder (abetted a felony) when Holder refused to prosecute two New Black Panther Party members for brandishing weapons in front of a voting location in Filthadelphia. A direct violation of the voters Civil Rights.

62. Obama bypassed the Senate with a recess appointment of Donald Berwick as the head of the Centers for Medicare and Medicaid Services. Violates policy. http://www.speaker.gov/blog/?postid=273766

63. Obama illegally fired Sherry Sherrod from the USDA over remarks she made at an NAACP meeting in March 2010. He violated her due process.

64. Obama violated contractual law when his regime cancelled 77 oil field development contracts previously approved by Interior Secretary Ken Salazar, under Bush 43&rsquos administration. This keeps us from extracting from 2-3 TRILLION barrels of oil.

65. Obama used the DHS to determine the political affiliation of Americans making FOIA requests about the Regime. This led to requests being stalled, lost, etc.

66. Obama acted in April 2009, at the G20 meeting, to expand the Special Drawing Rights, that now gives the IMF more control over the US economy.

67. Obama issued an EO on July 12, 2011, attempting to restrict the Second Amendment rights of US citizens in Texas, California, New Mexico and Arizona.

68. Obama&rsquos allowed the FCC to assume authority over the internet, in direct violation of a federal appeals court that DENIED the commission that authority. In December, the FCC voted and passed the first federal regulations on internet traffic.

69. Obama allows the DHS/TSA to routinely violate the 4th/5th Amendment rights of Americans at airports, train stations, and VIPER checkpoints.

70. Obama allows the DOJ in 2009 to stop enforcing federal drug laws in regards to marijuana.

71. Obama attempted to bypass Congress and raise the Debt Ceiling by &ldquoreinterpreting&rdquo the 14th Amendment.

72. Obama just bypassed the Senate AGAIN by appointing Richard Cordray to a new unconstitutional agency, the Consumer Financial Protection Bureau. Violates policy. http://www.speaker.gov/blog/?postid=273766

73. Obama deprived the due process of two U.S.citizens, Anwar al-Awlaki and Samir Khan, by assassinating them via a CIA drone attack in Yemen on Sept. 30, 2011. This also raises the question of an act of war against Yemen for firing into a sovereign nation. Obama said in 2008: &ldquoNo. I reject the Bush Administration&rsquos claim that the President has plenary authority under the U.S. Constitution to detainU.S.citizens without charges as unlawful enemy combatants.&rdquo

74. Obama allowed Education Secretary Arne Duncan to grant waivers to No Child Left Behind however, this is a law enacted by Congress and neither Obama nor Duncan have the authority to authorize that.

75. Obama allowed the bailouts to grant money without the authority to do so. &ldquoNo money shall be drawn from the treasury, but in consequence of appropriations made by law.&rdquo Article 1, Section 9, Clause 7U.S.Constitution

76. Obama allowed Operation Castaway to occur, which allowed firearms laws to be broken through coercion of legal gun dealers.

77. Obama bypassed the Senate to appoint three people to the National Labor Relations Board. (Naturally, they&rsquoll all be Obomobots) Violates policy. http://www.speaker.gov/blog/?postid=273766

78. Obama twenty three illegal Executive Orders to impose a Gun Grab, which is a direct violation of the Second Amendment.

79. Providing aid and comfort to the enemy by announcing the date for unilateral withdrawal from Iraq and Afghanistan. Thereby providing the impetus for the escalation of the green on blue attacks

80. Obama by announcing the date for unilateral withdrawal from Iraq and Afghanistan, thereby triggered the disintegration of the green respect that had been a goal of the training mission.

83. Obama nominating a Muslim John Brennan to be Director of the CIA,when America is at War with Radical Islamic Terrorists.

UNKNOWN: How many exact other violations of his Oath of Office.

&ldquoI do solemnly swear (or affirm) that I will faithfully execute the office of President of the United States, and will to the best of my ability, preserve, protect and defend the Constitution of the United States.&rdquo


100 events that helped shape President Obama's first 100 days

On Wednesday, President Obama marks 100 days in office. It seems that almost every one of those 100 days has created either history or headlines. To commemorate the occasion, Daily News Senior Correspondent David Saltonstall looks at 100 events that have helped define the first 100 days of the Obama presidency.

THE BIGGIES
1. First African-American President.
2. Signs $787 billion stimulus bill.
3. Bans torture by U.S. military and intelligence agencies.
4. Bails out banks, auto companies and others with a $1.1 trillion tab.
5. Signs Lilly Ledbetter Act, giving women who seek equal pay new legal protections.
6. Extends health coverage to 4 million more children.
7. Launches plan to help 9 million homeowners refinance mortgages.
8. Vows to remove combat troops from Iraq by August 2010.

THE FIRSTS
9. Obama became first President to carry a BlackBerry.
10. Hosts a Seder in the White House.
11. In first formal press conference, Obama takes question from The Huffington Post, the first blog so recognized.
12. Obama invites gay parents and their kids to attend the White House Easter Egg Roll.
13. The President's Saturday "radio address" can be seen on YouTube.
14. President's relative faces deportation for over-staying a visa.
15. The White House Web site gets its first presidential blog.

DOH!
16. Retakes oath of office after Supreme Court Chief Justice John Roberts muffs original on Inauguration Day.
17. Veep Joe Biden gets presidential slap for joking about oath flub.
18. Accepts withdrawal of HHS nominee Tom Daschle for failing to pay $120,000 in taxes.
19. Rants when AIG doles out $165 million in bonuses to execs.
20. On "Tonight Show," says of his meager bowling skills, "it was like Special Olympics" - a gold medal gaffe.
21. Announces with fanfare he was trimming just $100 million from $3.9 trillion federal budget. Er, that's like shaving $1. off a $50,000 car.
22. Takes three swings on getting a commerce secretary. Washington Gov. Gary Locke finally gets nod.
23. Takes heat in Britain for giving Prime Minister Gordon Brown a cheapo gift.

SO COOL
24. Becomes first Prez to hit late-night TV on "The Tonight Show."
25. Michelle Obama beats French First Lady/ former supermodel Carla Bruni in fashion stakes!
26. Obama's pecs make cover of Washingtonian mag.
27. Obama souvenirs take in $2 million during inauguration.
28. More than 300,000 White House wanna-bes submit resumes to work in administration.
29. Michelle decides she has a right to bare her buff arms.
30. Obama installs basketball hoops on White House tennis court.
31. Stevie Wonder and Earth, Wind & Fire play the White House.
32. Beyonce serenades Obamas during Inauguration Ball.
33. J. Crew sales skyrocket thanks to Michelle.
34. Chia Obama becomes a big seller, but green Afro has some seeing red.

AROUND THE WORLD
35. When Somali pirates hijack an American freighter, Obama doesn't blink. Three pirates wind up dead.
36. Takes Europe by storm during G-20 summit, finding time to hook up Queen with new iPod.
37. Announces start of negotiations to limit nuclear arms.
38. Mediates international tax haven dispute between France and China by suggesting change of a single word.
39. Middle East envoy George Mitchell says a two-state solution is the only way to end the conflict.
40. Lifts travel and money transfer restrictions to Cuba.
41. Shakes hands with Venezualan strongman Hugo Chavez - and gets slapped by conservatives for appearing "weak."
42. On Day 4, ends a ban on federal funding for international organizations that offer abortion counseling.
43. Visits nine foreign lands.
44. 3 a.m. call finally comes - at 4:30 a.m. - when North Korea launches a long-range missile test.
45. Michelle takes heat for touching Queen Elizabeth II. But video shows Her Majesty made the first move.

THE WARS
46. On Day 3, signs orders to close Guantanamo Bay detention center.
47. Makes surprise trip to Iraq on Day 78.
48. Orders 21,000 more troops to Afghanistan.
49. Asks Congress for $83.4 billion more to fund Iraq and Afghanistan.
50. Tells Turkish parliament "the United States is not and never will be at war with Islam."
51. After saying architects of Bush-era torture polices would not be prosecuted, Obama backtracks and leaves door open.
52. Boosts funding for vets suffering from mental health problems or traumatic brain injury.

ALL IN THE FAMILY
53. New "Sweet Sasha" and "Marvelous Malia" dolls from Beanie Baby people are discontinued.
54. Obamas settle on Bo, a Portuguese water dog given by Sen. Ted Kennedy.
55. Obamas celebrate Easter at an Episcopal church near White House.
56. Obamas report $2,656,902 in income.
57. Marian Robinson, the First Lady's mom, moves to the White House to help care for First Kids.
58. White House gets a swing set.
59. On Presidents Day, First Family celebrates by going home to Chicago, a week after visiting Camp David for the first time.
60. On Day 18, Obamas take in Alvin Ailey dance troupe at Kennedy Center.

AT HOME
61. Overturns Bush-era ban on federal funding for embryonic stem cell research.
62. Dedicates $5 billion to expand Head Start and childcare options for working families.
63. Holds first online Town Hall meeting from White House.
64. Triples size of AmeriCorps volunteers to 250,000.
65. Promises to tackle immigration reform this year.
66. On Day 18, meets 40 family members who lost relatives on 9/11 or in attacks on warship Cole.

WHITE HOUSE LIFE
67. Obama correctly picks UNC to win NCAA basketball championship, but the rest of his favorites don't get to final weekend.
68. Michelle plants vegetable garden outside the Oval Office.
69. The Obamas refuse $100,000 subsidy to remodel the White House, and will pay for changes themselves.
70. Obama has invited his beloved Chicago Bulls and White Sox to the White House.
71. Obama takes in NBA game between Wizards and Bulls on Day 40.
72. Oprah makes room for Michelle on cover of her magazine.


L'Europe 

Use by the Russian government

During the First Chechen War Chechen President Dzhokhar Dudaev was killed on 21 April 1996, by two laser-guided missiles when he was using a satellite phone, after his location was detected by a Russian reconnaissance aircraft, which intercepted his phone call. [21] [ not in citation given ]

On 20 March 2002 Ibn al-Khattab who during the Second Chechen War participated in leading his militia against Russian forces in Chechnya, as well as managing the influx of foreign fighters and money was killed when a Dagestani messenger hired by the Russian FSB gave Khattab a poisoned letter. Chechen sources said that the letter was coated with "a fast-acting nerve agent, possibly sarin or a derivative". [22]

On 13 February 2004 Zelimkhan Yandarbiyev who served as acting president of the breakaway Chechen Republic of Ichkeria between 1996 and 1997, was killed when a bomb ripped through his SUV in the Qatari capital, Doha. Yandarbiyev was seriously wounded and died in hospital. His 13-year-old son Daud was seriously injured. [23] The day after the attack, Qatari authorities arrested three Russians in a Russian embassy villa. One of them, the first secretary of the Russian Embassy in Qatar, Aleksandr Fetisov, was released in March due to his diplomatic status and the remaining two, the GRU agents Anatoly Yablochkov (also known as Belashkov) and Vasily Pugachyov (sometimes misspelled as Bogachyov), were charged with the assassination of Yandarbiyev, an assassination attempt of his son Daud Yandarbiyev, and smuggling weapons into Qatar. [24] There were some speculations that Fetisov had been released in exchange for Qatari wrestlers detained in Moscow. [25] On 30 June 2004, both Russians were sentenced to life imprisonment passing the sentence, the judge stated that they had acted on orders from the Russian leadership. [26] [27] [28] But on 23 December 2004, Qatar agreed to extradite the prisoners to Russia, where they would serve out their life sentences. The agents however received a heroes' welcome on returning to Moscow in January 2005 but disappeared from public view shortly afterwards. The Russian prison authorities admitted in February 2005 that they were not in jail, but said that a sentence handed down in Qatar was "irrelevant" in Russia. [29]

On 10 July 2006 Shamil Basayev, a Chechen militant leader, who was alleged to be responsible for numerous guerrilla attacks on security forces in and around Chechnya [30] [31] [32] and the 2002 Moscow theater hostage crisis and described by ABC News as "one of the most-wanted terrorists in the world." [33] was killed by an explosion near the border of North Ossetia in the village of Ali-Yurt, Ingushetia, a republic bordering Chechnya. According to the official version of Basayev's death, the FSB, following him with a drone, spotted his car approach a truck laden with explosives that the FSB had prepared, and by remote control triggered a detonator that the FSB had hidden in the explosives. [34] [35]

In Bosnia and Serbia

Referring to human rights abuses during the Bosnian War, the U.S. State Department noted politically or ethnically motivated "targeted killings" in Bosnia in Section 1a., "Political and Other Extrajudicial Killing," of its 1993 report on human rights practices in Bosnia and Herzegovina. [36] [ vérification nécessaire ] Targeted killings were also reported by Serbian and Albanian forces during the Kosovo War. [37] Both wars involved largescale targeted killings of journalists. [38]

Use by Iranian government

Alleged and confirmed assassinations were reported to have been conducted by the Islamic State of Iran and previously by the Pahlavi regime. It includes attempts on notable persons who were reported to have been specifically targeted by the various Iranian security and intelligence, most notably against Kurdish dissidents of the Kurdish Democratic Party of Iran in 1980s and 1990s. Prior to the establishment of the Islamic State in 1979, the Organization of Intelligence and National Security also allegedly performed a number of political motivated assassinations against dissidents and opposition leaders.

Use by the Israeli Government

Some of the known operations include: [39] [ vérification nécessaire ]

    against Black September and Palestinian Liberation Organisation personnel alleged to have been directly or indirectly involved in the 1972 Munich massacre, led to the Lillehammer affair. against top Palestine Liberation Organisation leaders in Beirut, 1973: Muhammad Najar, Kammal Adwan, and Kammal Nasser. [40] [vérification nécessaire] known by his nom de guerreAbu Jihad. One of the founders and Military Head of Fatah, killed in Tunis, 1988 [41] [vérification nécessaire] (Hamas bombmaker, "the Engineer") in Beit Lahya, Gaza, 1996. Ayyash was killed by a cell phone allegedly containing "50 grams of high-grade explosives." [42] [not in citation given] (Hamas) in Jordan, 1997 (failed) [citation requise] killed by a one-ton bomb during July 2002 in Gaza. Also killed were 11 civilians, including Shehadeh's wife and three sons, and four other children. [43][44] [not in citation given] killed along with 7 other bystanders on Friday morning, 22 March 2004, when an AH-64 Apache helicopter fired Hellfire missiles as he exited a mosque in the al-Sabra neighborhood of Gaza. [45] [not in citation given] [46] [not in citation given]
  • Possible targeted killing: Imad Mugniyah, a senior Hezbollah commander, was killed in February 2008 in a car bomb. The Israeli Mossad is alleged to have been behind the killing. [47] [not in citation given]
  • Possible targeted killing: Mahmoud al-Mabhouh, a senior Hamas commander and one of the founders of the al-Qassam Brigades, was killed in January 2010 by being electrocuted and/or drugged with succinylcholine, a quick-acting paralytic, and then suffocated in his room in a five-star Dubai hotel the Dubai police said that the Israeli Mossad was behind the killing. [48] [not in citation given] [49] [not in citation given] [50] [not in citation given] [51] [not in citation given]

During the First Intifada Palestinian uprising, the Palestinian human-rights group Al Haq condemned Israeli soldiers for what they described as "deliberate, cold-blooded. targeted" killings of Palestinians in the West Bank and Gaza Strip. [52] [ vérification nécessaire ] Human rights group Middle East Watch alleged in 1993 that interviewed Israeli soldiers had targeted often unarmed Palestinians, some under the age of 16, for "premeditated assassinations" or targeted killing, a charge denied by Israeli officials. [53] [ vérification nécessaire ] The allegations included the execution of Palestinians in custody. [54] [ vérification nécessaire ]

Controversy over targeted killings continued during the Second Intifada. Palestinians charged that individuals belonging to the group Hamas and shot in targeted killings were being assassinated. [ recherche originale ? ] [55] [ vérification nécessaire ] Israeli officials initially accepted responsibility for only some of the killings, and Israeli media termed the practice a "liquidations policy," whereas Palestinians called it "state terrorism." [56] [ vérification nécessaire ] In January 2001 Israeli officials confirmed "the practice of targeted assassinations." [57] [ not in citation given ] Conflict in Israeli over the legality of the practice centered on the case of Dr. Thabet Thabet, assassinated as he left his home on New Year's Eve. Dr. Thabet was alleged by the Israeli military to be a senior local leader of Fatah and plotting attacks against Israelis in the West Bank. A dentist, Dr. Thabet was also a friend of many Israeli peace activists and considered one himself. Israeli activists called the killing "a crime," "Mafia-style," and "immoral." Ephraim Sneh, then Israeli Deputy Prime Minister, described the policy as "effective, precise and just." [57]

Les Washington Post commented that Israeli policy of targeted killing during the Second Intifada expanded upon previous policies, targeting not only terrorists but also those thought to direct or coordinate them. [57] Another controversial killing, which occurred following the Bush Administration's condemnation of the practice, was that of Mahmoud Madani, a leader of Hamas shot while leaving a mosque in the Balata refugee camp. The Israeli military suspected Madani of plotting bombings in Israel. [58] [ vérification nécessaire ]

At that time, spokesman for the American State Department Richard Boucher condemned both violence by Palestinians and targeted killings by Israelis during a State Department news briefing. [59] American Secretary of State Colin Powell registered his opposition to "a policy of targeted killings" and the U.S. State Department urged Israel to stop them. [60]

Then Democratic Party senator Joseph Biden criticized the George W. Bush Administration for condemning the targeted killings the administration continued to oppose them. [61]


Obama's Drilling Plans Increase US Dependence on Foreign Energy (Pt. 2)-A Political Opening For GOP

On April 1st President Obama announced the expansion of oil and gas exploration off the coast of the southern US and in the Gulf of Mexico. In the same policy address, he made another announcement, one that raises concerns about America’s energy future. He declared off-limits Alaska’s northern coast, an area that studies have shown can supply America with a prodigious amount of oil and natural gas for years to come.

e360.yale.edu/content/feature.msp?id=2086

Secretary of the Interior Ken Salazar says Obama terminated energy development in these areas because of the "unanswered questions" about the environmental impact of drilling in the region’s Chukchi and Beaufort seas.. Salazar insists we need to engage in “the kind of scientific gathering that will give us the answers to some key questions." Geologists think such a rationale unsatisfactory. They contend that prior research has already determined that drilling will not harm the natural environment.

Salazar cited another quite different reason for not drilling off Alaska’s north coast. The Alaska region, he claims, is simply not as productive as everyone thinks! Such a conclusion would seem to fly in the face of an exhaustive 2008 US Geological Survey report which estimated that the Arctic Circle region holds 1.6 quadrillion ( 1600 trillion) cubic feet of undiscovered gas, 30% of the world's supply, and 83 billion barrels of undiscovered oil, 13% of the world's total.

Salazar believes that there is only the equivalent of 3 billion barrels of “economically recoverable” oil, loosely defined as oil worth the price per barrel to pursue.

Since the Obama speech the administration has moved to restrict drilling elsewhere. In response to complaints from environmentalists, the Bureau of Land Management announced it was going to delay a scheduled oil and natural gas lease sale in Montana and North and South Dakota to study the impact of potential greenhouse gases. Les American Petroleum Institute says that this decision to factor greenhouse gases into the leasing decision takes BLM into “unchartered territory " and will delay or prevent much-need investment and development in the region.

The Administration is offering little hope that it will ever approve energy development of another major oil and gas repository, the Alaska National Wildlife Refuge. "The fact of the matter is that the Alaska National Wildlife Refuge is not on the map for exploration or development," Secretary Salazar said recently. "It never has been under President Obama.”

Obama clearly believes that we do not have to tap into our huge oil and gas reserves to solve our energy problems. He devoted much of his speech to praising alternative “clean and green” energy sources such as biomass, hybrid cars and advanced batteries. Delivering his address in an Air Force hangar, Obama directed the audience’s attention to a nearby fighter plane that “will be the first plane ever to fly faster than the speed of sound on a fuel mix that is half biomass.” If the Air Force can run on biofuels, Obama reasoned, so can the nation’s factories and homes.

The political ramifications of Obama’s decisions are enormous. The price at the gas pump has jumped from $2.00 to $3.00 since Barack Obama assumed the presidency. Political opponents will be quick to link any further increases in the price of gas to Obama’s unwillingness to tap into the Alaskan energy cornucopia. They will also point out that his decision to limit drilling in the nation’s Outer Continental Shelf will cost Americans jobs at a time when we desperately need job creation. Selon le American Energy Alliance, opening the OCS will create

1.2 million jobs annually across the country and increase the GDP by $8 trillion.

From now until November, the GOP will most certainly remind Americans that the President is refusing to take the actions necessary to reduce energy dependence, lower gas prices, create jobs,

and shrink the national debt. A few days after the speech former Alaska Governor Sarah Palin , speaking at the Southern Republican Leadership Conference, mockingly described Obama’s drilling pronouncement as “stall baby stall,” not “drill baby drill.” At their national rallies the various Tea Parties slammed Obama’s reluctance to drill in the OCS and elsewhere. Libertarians, a growing force in both major parties, have broadened the debate to one over whether the Federal government is overstepping its Constitutional authority in telling states and private businesses where they can and cannot drill for oil, gas, and other minerals.

The President is correct that the US must develop a new generation of fuel sources. Unfortunately, biomass and windmills will not power the factories, cities, and homes of the American nation whose population will expand to 400 million by 2050. We must instead develop 21st century energy sources such as nuclear fusion, wireless energy technologies, as well as clean coal. We must also aggressively drill for the oil and natural gas in our Outer Continental shelf.

Without a pro-growth “expansionary” energy policy, the US cannot retain its position as global economic, political, and military leader.


The influence of Maoist thought

A deep strain of Maoist Thought has pervaded Barack Obama's influences throughout his life and persisted in appointments he has made as President.

SDS veteran and Progressives for Obama webmaster [57] Carl Davidson first met Barack Obama through the Chicago New Party, whose endorsement and campaign workers Obama sought and accepted in his run for the Illinois state senate in 1996. Davidson organized the October 2002 rally at Federal Plaza in Chicago [58] where Obama was established as a chief spokesperson for anti-US foreign policy. Davidson was a leading member of the October League (OL) and the Communist Party (Marxist-Leninist), or CP(M-L) [59] hailed by Chinese Communist Party chairman Hua Guofeng at banquet for CP(M-L) leaders in Beijing in 1977 as the semi-official Maoist party in the United States. Hua Guofeng declared the founding of the CP(ML) a “new victory of the Marxist-Leninist Movement in the U.S.” [60] Davidson is a longtime supporter of the VVAW [61] whose chief spokesman John Kerry charged American servicemen with war crimes. The VVAW worked in collusion with North Vietnam and the Vietcong to organize a domestic insugency [62] and the defeat of the United States in Vietnam. [63] In 2004 Davidson said, "the U.S government, at least over the past 50 years, has been the chief terrorist and sponsor of terrorism in the world." [64]

Obama appointed Anita Dunn as White House Communications Office Director in April 2009. In June 2009 Dunn publicly declared herself, before a group of high students, to be a deep admirer of Chairman Mao's political philosophy. Mao is recognized as the largest mass murderer ever on the planet. [65]

Obama appointee Van Jones was a founder [66] of the "often vulgar Maoist" [67] [68] organization STORM. STORM's own literature describes the organization as laying a foundation to build "Third World communism." The group studied Lenin's theories of the state, revolution, the party, and "the political ideas of Mao Tse-tung." [69] According to the document, the "growing Maoist orientation" within the group was a factor contributing to internal strife and the group's eventual dissolution. [70] The document states that in addition to "the basics of Marxism, including dialectical materialism," it conducted "a group reading of Mao's On Practice et On Contradiction" and "pushed at or went beyond the limits of the traditional Marxist canon, studying such topics as revolutionary feminism, the Palestinian liberation struggle, transgender liberation, methods of evaluation, self-care for cadre and revolutionary mass [community] organizing." [71] The group was extensively involved in the community organizing movement. [72] In 1992 the premier Maoist organization in the United States, the Revolutionary Communist Party (RCP) [73] and offshoot of SDS was instrumental in fomenting riots in Los Angeles in which 58 people were killed, and more than 2,300 injured in the wake of the trial of four police officers charged with beating Rodney King. [74] Van Jones traveled from Connecticut to be on hand and was arrested in the aftermath. [75] Van Jones is also a founding board member of Apollo Alliance for clean energy and so-called "green-collar jobs." [11] Jeff Jones is the New York State director of Apollo Alliance. [12] Jeff Jones was a member of the Maoist Action Faction of SDS and along with Ayers and Dohrn co-authored Prairie Fire: The Politics of Revolutionary Anti-imperialism based on the Sayings of Chairman Mao.

Obama Car Czar Ron Bloom declared himself in agreement with Chairman Mao and referred to the free market system as "nonsense." [76]

Obama fundraiser, personal friend, and former employer Dr. Bill Ayers' teaching curricula relies heavily on material that use Mao Zedong, Josef Stalin, Vladimir Lenin, and Fidel Castro as authoritative sources. [77] Ayers has been a committed Maoist since at least 1969. [78] Ayers is said to have ghost written part of Barack Obama's autobiography, Dreams From My Father. [79] Ayers was a leader in the SDS's Maoist "Action Faction" which became the Weather Underground (WUO). Ayers, Jeff Jones, and Mark Rudd of Progressives for Obama paid homage to Anna Louise Strong, author of the The Thought of Mao Tse-tung, [80] after purging deviationist elements from the SDS leadership in 1969. [81]

Ayers wife, former FBI Top Ten Most Wanted terrorist Bernardine Dohrn, worked in the Law Firm of Sidley Austin [82] in the late 1980s where Barack, Michelle Obama, and Dohrn first met. Dohrn participated in the purging of CPUSA elements from SDS leadership and declared the refurbished SDS leadership would be responsible for the correct Marxist-Leninist line and would exclude non-Maoist, "deviationist" views. Dohrn held the leadership position of Inter-Organizational Secretary in the SDS National Office. The Ayers/Dohrn faction of SDS formed the Weather Underground Organization. SDS Regional Community Organizer David Gilbert declared violent Third World revolution was the only way to achieve "world communism," the goal of WUO. [83]

ACORN founder Wade Rathke was an alumnus of the Maoist dominated Students for a Democratic Society (SDS). [84] Obama told ACORN "during the transition, we're going to be calling all of you in to help us shape the agenda. We're going to be having meetings all across the country with community organizations so that you have input into the agenda for the next presidency of the United States of America." [85]

Les Honolulu Record, the newspaper Obama's mentor Frank Marshall Davis wrote for was accused of Maoist deviationism during the Sino-Soviet split by its CPUSA overlords. [86]