Podcasts sur l'histoire

Histoire des stades de football

Histoire des stades de football

Les stades de football étaient initialement très primitifs. Par conséquent, la première finale de la FA Cup a eu lieu en 1872 au Kennington Oval, un terrain de cricket construit en 1845. L'Oval a accueilli la finale jusqu'en 1892. L'année suivante, la finale entre Wolverhampton Wanderers et Everton a eu lieu à Fallowfield à Manchester.

Goodison Park a été le premier stade de football construit à cet effet en Angleterre. Il a coûté 8 090 £ et a été officiellement inauguré le 24 août 1892. Il se composait de deux tribunes découvertes, chacune pouvant accueillir 4 000 personnes et une tribune couverte pouvant accueillir 3 000 personnes. En 1894, il a accueilli la finale de la FA Cup entre le comté de Notts et les Bolton Wanderers, un match auquel 37 000 spectateurs ont assisté.

Les femmes étaient initialement autorisées à entrer gratuitement sur certains terrains, car on pensait que cela améliorerait le comportement des fans de make. Lorsque Preston North End a introduit des billets gratuits en avril 1885, plus de 2 000 femmes se sont présentées pour le match. L'entrée gratuite pour les femmes était si populaire qu'à la fin des années 1890, tous les clubs de football avaient abandonné le programme.

En 1896, Arnold Hills, le président de West Ham United, a annoncé qu'il avait acheté un terrain à Canning Town, Hills a construit ce qui est devenu connu sous le nom de Memorial Grounds. Il a coûté 20 000 £ à construire et était considéré comme l'un des meilleurs stades du pays. Hills a affirmé qu'il pouvait accueillir 133 000 spectateurs et a demandé à organiser une finale de la FA Cup au Memorial Grounds. Cela n'autorisait que 16 pouces pour chaque personne et la Football Association a rejeté l'idée.

Arnold Hills voulait organiser d'autres événements sportifs, notamment le cyclisme et l'athlétisme. En plus d'une arène de football, il y avait aussi une piste de course en cendre, des courts de tennis et une piscine extérieure. Selon un rapport, la piscine de 100 pieds (30,4 m) de long était la plus grande d'Angleterre. Le Memorial Grounds a été inauguré en juin 1897. Hills a prononcé un discours dans lequel il a souligné qu'il y avait « la plus grande piste cyclable de Londres où ils tiendraient de telles réunions monstres que l'attention de la métropole serait attirée sur la Thames Ironworks ».

Le site avait été choisi car il était prévu de construire la gare de Manor Road à proximité du stade. Malheureusement, le projet a été retardé et il n'a été terminé que quatre ans plus tard. Cela signifiait que la fréquentation au sol était beaucoup plus faible que prévu.

Les abonnements pour la saison 1897-98 étaient fixés à 5 shillings (25p). Les billets pour les matchs individuels coûtent 4d. Cependant, la fréquentation des matchs a été très décevante. Seulement 200 personnes ont vu le premier match contre Northfleet. Ce n'est pas surprenant lorsque vous comparez cela avec le prix d'autres formes de divertissement. Cela ne coûte généralement que 3d. visiter la salle de musique ou le cinéma. Il ne faut pas oublier qu'à cette époque, les artisans qualifiés recevaient généralement moins de 2 £ par semaine.

Comme le souligne Dave Russell dans Le football et les anglais : une histoire sociale du football association en Angleterre (1997) : « en termes de classe sociale, les foules aux matchs de la Ligue de football étaient majoritairement issues des classes ouvrières qualifiées et des classes moyennes inférieures… Les groupes sociaux inférieurs à ce niveau étaient largement exclus par le prix d'entrée. Russell ajoute que « la Football League, très probablement dans une tentative délibérée de limiter l'accès des supporters les plus pauvres (et ce soi-disant « plus tapageurs »), a relevé le prix d'entrée minimum pour les hommes adultes à 6d ».

Dans le 1899-1900 West Ham United a été promu à la première division de la Ligue du Sud et il a été décidé d'augmenter les prix des abonnements. Il était maintenant 10s. 6d (52,5p) pour la tribune et 7s. 6d. (37.5p) pour le reste du terrain. Le premier match à domicile était contre Chatham. La fréquentation de 1 000 spectateurs était inférieure à la plupart des matchs de la saison précédente et était probablement une réaction à la hausse des prix. Cependant, pour un match de FA Cup contre des rivaux locaux, Millwall, environ 13 000 personnes se sont présentées pour voir le match.

La figure la plus importante dans la conception des stades de football était Archibald Leitch. En 1899, il fut chargé de construire Ibrox Park, le nouveau terrain d'attache des Rangers. Le nouveau stade comprend de grandes terrasses en bois et une tribune pouvant accueillir quelque 4 500 spectateurs. Cependant, les gens ont commencé à remettre en question les dispositifs de sécurité de Leitch lorsque, le 5 avril 1902, 25 personnes ont été tuées et 517 blessées dans le cadre de l'effondrement des terrasses ouest lors du match international annuel avec l'Angleterre.

Malgré cette catastrophe, Archibald Leitch a été chargé de construire d'autres terrains de football. En 1909, John Henry Davies, le président de Manchester United, a décidé de prêter 60 000 £ au club afin qu'ils puissent construire un nouveau stade d'une capacité de 80 000. Le terrain d'Old Trafford comportait des sièges dans la tribune sud sous abri, tandis que les trois tribunes restantes étaient laissées en terrasses et découvertes. Lorsqu'il a été achevé, le stade avait la plus grande tribune de la Ligue de football. Il y avait aussi un gymnase, une salle de massage, des bains profonds, des bars, des ascenseurs et des salons de thé.

L'Empire Stadium de Wembley a été construit par Robert McAlpine pour l'Exposition de l'Empire britannique de 1923, pour un coût de 750 000 £. Il était initialement destiné à être démoli à la fin de l'Exposition. Cependant, il a été décidé plus tard de garder le bâtiment pour accueillir des matchs de football. Le premier match à Wembley, la finale de la FA Cup 1923 entre West Ham United et Bolton Wanderers, a eu lieu quatre jours seulement après l'achèvement du stade.

L'Empire Stadium avait une capacité de 125 000 places et la Football Association n'a donc pas envisagé d'en faire un match à billets. Après tout, les deux équipes n'ont eu qu'une assistance moyenne d'environ 20 000 pour les matchs de championnat. Cependant, il était rare qu'un club londonien se qualifie pour la finale de la FA Cup et les supporters des autres clubs de la ville voyaient cela comme un match Nord-Sud. On estime que 300 000 personnes ont tenté de pénétrer dans le sol. Plus d'un millier de personnes ont été blessées en entrant et en sortant du stade.


HISTOIRE DU STADE À TAMPA

Il n'y a qu'un seul stade dans le pays où vous trouverez une réplique de bateau pirate de 3 millions de dollars et de 103 pieds située au-delà de la zone d'extrémité nord dans un village pirate du XIXe siècle, mieux connu sous le nom de "Buccaneer Cove". Si vous avez deviné le stade Raymond James, vous avez raison, cependant, avant sa rénovation de 168,5 millions de dollars, le stade a eu un début très modeste

4 NOVEMBRE 1967: STADE DE TAMPA DEDIE - Le Tennessee bat l'Université de Tampa, 38-0 lors du premier match disputé dans l'établissement. Le stade de 46 700 places coûte 4,1 millions de dollars à construire.
10 AOT 1968: PREMIER MATCH AU STADE DE TAMPA - Washington bat Atlanta 16-14 lors d'un match de pré-saison devant une foule de 42 000 personnes lors de la première action de la NFL dans un nouveau stade.
21 AVRIL 1975: BAIL DE STADE APPROUVÉ - La Tampa Sports Authority approuve à l'unanimité un contrat de location de 30 ans avec les Buccaneers pour l'utilisation du stade de Tampa. Trois jours plus tard, le conseil municipal de Tampa vote 6-1 pour approuver le bail et l'extension à 72 000 sièges.
9 JUILLET 1975: L'EXPANSION DU STADE COMMENCE - Le terrain est ouvert pour l'agrandissement du stade de Tampa, financé par la vente de 13 millions de dollars d'obligations par la Tampa Sports Authority.

Stade de Tampa "Le Grand Sombrero" Stade de Houlihan

Le stade de Tampa (surnommé The Big Sombrero et brièvement connu sous le nom de stade de Houlihan) était un grand stade en plein air (capacité maximale d'environ 74 000 personnes) situé à Tampa, en Floride. Il a ouvert ses portes en 1967, a été considérablement agrandi en 1974-1975 et a été démoli en 1999. L'établissement est le plus étroitement associé aux Tampa Bay Buccaneers de la National Football League, qui y ont joué depuis leur création en 1976 jusqu'en 1997. Il a également accueilli deux Super Bowls, en 1984 et 1991.

Outre les Buccaneerss, le stade de Tampa abritait les Tampa Bay Rowdies de la Ligue nord-américaine de football d'origine, les Bandits de Tampa Bay de la United States Football League, les Tampa Bay Mutiny of Major League Soccer et les programmes de football universitaire de l'Université de Tampa et l'Université de Floride du Sud. Il a également accueilli de nombreux grands concerts et, pendant un certain temps, il a détenu le record du plus grand public ayant jamais vu un seul artiste lorsqu'une foule de près de 57 000 personnes a assisté à un spectacle de Led Zeppelin dans l'établissement en 1973.

Préhistoire et construction d'amplis

Le terrain sur lequel était situé le stade de Tampa était le périmètre de Drew Field, un aérodrome de la Seconde Guerre mondiale qui était le précurseur de l'aéroport international de Tampa. En 1949, la ville de Tampa a acheté au gouvernement fédéral une parcelle herbeuse de 720 acres entre l'aéroport et West Tampa dans l'idée de construire un complexe sportif communautaire. Al Lopez Field était la première phase du projet, inauguré en 1955.

Au début des années 1960, les dirigeants municipaux de Tampa souhaitaient attirer une équipe de la Ligue nationale de football dans la région. Plusieurs matchs d'exhibition de la NFL très fréquentés ont eu lieu au Phillips Field près du centre-ville, mais le lieu était trop petit pour soutenir une franchise de football professionnel. Ainsi, avec l'encouragement des responsables de la NFL, la ville a décidé de construire une installation plus grande qui pourrait être utilisée par l'équipe de football de l'Université de Tampa à court terme et pourrait être agrandie pour être utilisée par une équipe professionnelle théorique à l'avenir.

La construction du stade de Tampa a commencé à l'automne 1966, juste à côté du terrain d'Al Lopez, qui était alors le domicile des Tampa Tarpons de la Florida State League et la maison d'entraînement de printemps des Reds de Cincinnati. Même s'il contenait des terrains de football et de baseball séparés ainsi que les terrains d'entraînement des Reds, le terrain acheté en 1949 était encore assez grand pour permettre un grand parking sur les terrains ouverts entourant les deux installations.

Lors de son ouverture en 1967, le stade de Tampa consistait en une paire assortie de grandes tribunes en béton en forme d'arc avec des zones d'extrémité ouvertes. Les sièges se composaient de longs bancs en aluminium sans dossier auxquels on accédait par de courts tunnels (vomitoriums) qui reliaient le coin salon à de larges halls ouverts à l'arrière des tribunes. Les bancs étaient disposés en deux grands gradins séparés par une passerelle horizontale environ à mi-hauteur des tribunes. La pente des tribunes était relativement raide, donnant à chaque siège une vue directe et dégagée sur le terrain. La capacité officielle était de 46 481, bien que des gradins temporaires puissent être placés dans une ou les deux zones d'en-but si nécessaire.

Surface de jeu

Au cours de la durée de vie du stade de Tampa, le gazon naturel se composait de plusieurs variétés d'herbe des Bermudes, notamment le Tifway 419. La surface de jeu était toujours l'une des meilleures de la NFL et était régulièrement nommée préférée des joueurs dans les sondages menés par le Association des joueurs de la Ligue nationale de football.

Le stade de Tampa a été construit presque exclusivement en béton. Tout au long de son existence, les murs extérieurs ont été peints en beige clair ou en blanc ou laissés en béton brut, tout comme les surfaces de sol. Les sièges se composaient de longs bancs en aluminium, et il n'y avait pas de toit ni de surplomb d'aucune sorte au-dessus du terrain ou des sièges.

Alors que la conception minimaliste du stade permettait de très bonnes lignes de vue, elle exposait également les spectateurs et les joueurs à tout le poids du climat subtropical de Tampa. Cela était particulièrement vrai après que le stade ait été entièrement clos pour la saison inaugurale des Bucs en 1976, coupant les brises qui avaient traversé les zones d'en-but ouvertes. Alors que les fans pouvaient se retirer sous les tribunes à l'ombre des vastes halls où se trouvaient les concessions et les toilettes, les joueurs et le personnel sur le terrain n'avaient pas un tel recours. L'équipement de refroidissement était généralement placé près des bancs de touche. Les Buccaneers ont également été autorisés à porter leurs maillots blancs à domicile, forçant leurs adversaires à souffrir dans leurs maillots plus sombres (et plus chauds). Pendant l'été et le début de l'automne, les événements dans le stade étaient souvent programmés le soir pour éviter la chaleur et l'humidité souvent oppressantes de l'après-midi. Dans un autre clin d'œil à la météo locale, la surface de jeu en gazon naturel était très bombée pour assurer un drainage rapide pendant les orages intenses de Tampa, avec des lignes de touche presque 18 pouces plus basses que le centre du terrain.

Agrandissements et rénovations d'amplis

Capacité du stade de Tampa

Années ---------- Capacité officielle
1967–1975 ----- 46,481
1976–1978 ----- 71,951
1979–1981 ----- 72,126
1982–1984 ----- 72,812
1985–1988 ----- 74,315
1989–1992 ----- 74,296
1993–1998 ----- 74,301

Le stade de Tampa a subi un vaste projet d'expansion en 1974-1975 après que la ville a reçu une équipe d'expansion de la NFL. Plus de 27 000 sièges ont été ajoutés en clôturant complètement les zones ouvertes, faisant du site l'un des plus grands de la NFL avec une capacité de 71 908. L'arène résultante n'avait pas la forme d'un simple bol. Il était le plus haut au centre des deux tribunes latérales et descendait en pente douce jusqu'à un coin arrondi où il rencontrait les nouvelles sections, qui étaient environ deux fois moins hautes. Beaucoup plus tard, le stade a été surnommé "The Big Sombrero" par Chris Berman d'ESPN pour la forme ondulante unique de chapeau / vague créée le long du sommet du stade par les ajouts de 1975.

La dernière rénovation majeure a eu lieu au début des années 1980 lorsque, en vue de son premier Super Bowl en janvier 1984, la tribune de presse au sommet de la tribune ouest a été mise à jour et une grande suite de loges de luxe a été ajoutée au sommet de la tribune est. Cette configuration a donné à l'installation sa capacité maximale de 74 301 places assises.

Pour la saison 1990, de grands mâts de drapeau ont été montés sur le bord supérieur du stade dans le cadre d'une mise à jour du stade qui comprenait l'ajout d'un écran JumboTron dans la zone d'extrémité sud et de plus petits tableaux de bord au-dessus des tunnels au niveau du terrain dans les deux coins du stade . Les poteaux ont été utilisés pour arborer de grands drapeaux pour chacune des équipes de la NFL jusqu'en 1997, lorsque les Buccaneers ont adopté une refonte uniforme avec un drapeau rouge sur leurs casques. De grandes versions du drapeau ont été hissées sur les mâts du stade lorsque les Buccaneers ont pénétré la ligne de 20 mètres de leurs adversaires. La franchise a poursuivi cette pratique lorsqu'elle a déménagé au Raymond James Stadium d'à côté un an plus tard.

Histoire sportive

Premiers locataires du stade

Université de Tampa Spartiates

Le stade de Tampa a été achevé juste à temps pour accueillir son premier événement sportif - un match de football entre les Spartans de l'Université de Tampa et les bénévoles de l'Université du Tennessee classés n ° 3 le 4 novembre 1967. Alors que les Spartans ont perdu ce match 38-0, ils auraient connaîtra plus tard le succès dans leur nouvelle maison, passant au football de division I en 1971 et envoyant plusieurs joueurs dans la NFL, dont Freddie Solomon et John Matuszak. Cependant, les responsables de l'université n'étaient pas sûrs du soutien continu de la communauté après que Tampa ait obtenu une franchise d'expansion de la NFL. Le président de "Tampa U", B. D. Owens, a mis fin au programme de football après la saison 1974, affirmant que l'école ferait faillite si elle devait subventionner le sport.

Les voyous de Tampa Bay

Les Tampa Bay Rowdies ont été le premier locataire professionnel du stade, commençant à jouer en 1975 et remportant leur seul championnat (en plein air) lors de leur saison inaugurale. (L'équipe a également remporté plusieurs championnats de football en salle au Bayfront Center de Tampa Bay à Saint-Pétersbourg.)

Les Rowdies ont joué leurs matchs à domicile au stade de Tampa chaque été jusqu'à la dissolution de la Ligue nord-américaine de football d'origine en 1984. Par la suite, les Rowdies ont continué, d'abord en tant qu'équipe indépendante, puis dans d'autres ligues (ASL, APSL) et ont utilisé le stade chaque année. jusqu'en 1990. En 1991 et 1992, ils ont traversé la ville pour rejoindre le plus petit stade de football de l'USF, avant de revenir au stade de Tampa en 1993 pour leur dernière saison de jeu dans l'APSL.

Jeux d'exposition d'extension de la NFL

Cherchant à présenter les nouvelles installations de la ville pour la NFL, les dirigeants communautaires ont organisé plusieurs matchs d'exhibition au stade de Tampa à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Le premier match de ce type mettait en vedette les Falcons d'Atlanta et les Redskins de Washington en août 1968 et a attiré une foule presque complète. Onze autres matchs ont eu lieu au cours des saisons suivantes avec des foules tout aussi enthousiastes, dont trois avec les Colts de Baltimore en 1972, lorsque l'équipe s'est entraînée à Tampa pendant la pré-saison de la NFL.

Ces matchs de pré-saison ont donné aux propriétaires et aux officiels de la NFL de nombreuses occasions d'évaluer la région de Tampa Bay et le stade, et le 24 avril 1974, Tampa a reçu une équipe d'expansion de la NFL pour commencer à jouer lors de la saison 1976.

Boucaniers de Tampa Bay

Le premier match à domicile des Buccaneers en saison régulière a eu lieu le 19 septembre 1976, lorsque les Bucs ont perdu 23-0 contre les Chargers de San Diego. Cela deviendrait une tendance, alors que l'équipe commençait son existence avec une séquence de 26 défaites consécutives, un record de la NFL. Ils ne gagneraient pas un match sur leur terrain avant de vaincre les Cardinals de St. Louis lors du dernier match de la saison suivante, le 18 décembre 1977. Des fans en liesse ont envahi le gazon du stade de Tampa et ont détruit les poteaux de but.

Les Buccaneers s'étaient suffisamment améliorés au cours de la saison 1979 pour accueillir le match de championnat NFC, qu'ils ont perdu 9-0 contre les Rams de Los Angeles. Les Bucs ont joué 18 saisons supplémentaires dans l'établissement, mais ont eu du mal à traverser la plupart d'entre elles. Ils n'organiseraient qu'un seul match éliminatoire de plus sur leur propre terrain d'origine : un match NFC Wild Card contre les Lions de Détroit le 28 décembre 1997, qu'ils remportèrent 20-10. Ce serait le dernier match que l'équipe ait jamais joué au Tampa Stadium, car ils ont déménagé à côté du Raymond James Stadium en 1998.

Krewe d'honneur du stade de Tampa

En 1991, l'organisation a lancé le "Krewe of Honor", qui présentait une peinture murale de la première classe de trois membres. Le quart-arrière Doug Williams a été intronisé le 6 septembre 1992 et le propriétaire Hugh Culverhouse le 5 septembre 1993. Aucun membre supplémentaire n'a été ajouté avant la fermeture et la démolition du stade de Tampa.

"Le stade de Houlihan"

Malcolm Glazer a également acquis les droits de dénomination du stade de Tampa lorsqu'il a acheté les Buccaneers en 1995. En octobre de la même année, il a demandé à la chaîne de restaurants Houlihan's, une autre entreprise de son portefeuille, de payer 10 millions de dollars aux Bucs pour ces droits. Cela a entraîné le changement du nom officiel de l'installation en "Houlihan's Stadium" en 1996 et Glazer a été poursuivi par les actionnaires de Houlihan, qui n'étaient pas contents d'acheter les droits de dénomination du stade dans une zone dans laquelle la chaîne n'avait pas de restaurants.

Autres locataires et événements

Le stade de Tampa était le terrain d'accueil de plusieurs équipes supplémentaires et a accueilli une grande variété d'événements au cours de sa vie.

Équipes à domicile

Bandits de Tampa Bay

De 1983 à 1985, l'une des douze franchises originales de l'USFL était le troisième locataire professionnel du stade. Les Bandits ont bénéficié d'une forte vente de billets et du soutien des fans et étaient l'une des deux seules équipes de l'USFL (les Birmingham Stallions étant l'autre) à rester dans leur ville et leur stade d'origine et à avoir le même entraîneur-chef (l'ancien quart-arrière des Florida Gators et des Bucs, Steve Spurrier) pour les trois saisons de la ligue. Les Bandits se sont repliés avec l'USFL après la saison 1985.

L'Université de Floride du Sud Bulls Football

L'équipe a joué sa première saison au stade en 1997, devenant le deuxième et dernier locataire collégial du stade. Les Bulls joueront le dernier match de football au stade le 12 septembre 1998, battant Valparaiso 51-0 avant de se rendre au Raymond James Stadium pour leur prochain match à domicile le 3 octobre 1998.

Bandits de Tampa Bay

La Major League Soccer a placé l'une de ses équipes d'origine à Tampa en 1996. La mutinerie de Tampa Bay était le quatrième et dernier locataire professionnel du stade. Les Mutineries ont utilisé le stade comme terrain d'accueil pour leurs trois premières saisons et ont déménagé au Raymond James Stadium en 1999. Ils ont accueilli le dernier événement sportif au stade le 13 septembre 1998, lorsqu'ils ont battu les MetroStars de New York 2-1 en devant 27 957 personnes.

Événements sportifs

Démolition du stade

Lors de l'achat des Buccaneers en 1995, le nouveau propriétaire Malcolm Glazer a déclaré que le stade de Tampa était inadéquat et a menacé de déplacer la franchise dans une autre ville à moins qu'un nouveau stade ne soit construit aux frais des contribuables. Pour répondre à ces demandes, le comté de Hillsborough a augmenté les taxes de vente locales et construit le stade Raymond James juste au sud du stade de Tampa en 1997-98.

La démolition du stade de Tampa a eu lieu peu après le dernier match à domicile des Mutineries de Tampa Bay le 13 septembre 1998. Des boulets de démolition et des excavatrices à longue portée ont été utilisés pour une grande partie du processus. La dernière partie du stade (les loges de luxe du côté est construites pour le premier Super Bowl du stade) a implosé le 11 avril 1999. Le terrain a ensuite été nettoyé et transformé en parking. Une partie de cette démolition a été présentée dans un épisode de Modern Marvels de 1999 intitulé "Demolition".

Stade Raymond James


Stade Raymond James : également connu sous le nom de "Ray Jay", et abrite les Buccaneers de Tampa Bay de la Ligue nationale de football (NFL) ainsi que l'équipe de football des South Florida Bulls de la NCAA. Le stade peut accueillir 65 890 places et peut être étendu à 75 000 pour des événements spéciaux. Le stade accueille également l'Outback Bowl annuel le jour du Nouvel An et la tournée Monster Jam pour les camions monstres organise un événement dans le stade.

Le stade Raymond James a accueilli les Super Bowls XXXV et XLIII, ainsi que le championnat national des éliminatoires de football universitaire 2017.

Histoire

Le stade Raymond James a été construit pour remplacer le stade Houlihan à la demande du nouveau propriétaire des Bucs, Malcolm Glazer. Il est situé à côté du site de l'ancien stade sur l'ancien emplacement d'Al Lopez Field, un stade de baseball des ligues mineures qui avait été démoli en 1989. Une fois terminé, le coût final du nouveau stade était de 168,5 millions de dollars, avec la totalité coût financé par l'État.

Il était connu sous le nom de Tampa Community Stadium pendant la construction, mais les droits de dénomination ont été achetés pour 32,5 millions de dollars US pour un contrat de 13 ans par Raymond James Financial, basé à Saint-Pétersbourg en juin 1998. Le 27 avril 2006, une extension a été signée pour conserver les droits de dénomination jusqu'en 2015. En mai 2016, les Buccaneers ont annoncé que les droits de dénomination ont été prolongés de 12 ans supplémentaires, garantissant que le nom de Raymond James Financial continuera d'apparaître jusqu'en 2028.

Le stade a officiellement ouvert ses portes le 21 septembre 1998, lorsque les Buccaneers de Tampa Bay ont battu les Bears de Chicago, 27-15. Le stade a accueilli son premier match de football le 20 mars 1999, lorsque la mutinerie de Tampa Bay a perdu contre D.C. United, 5-2.

Le stade a été sélectionné pour accueillir le match de championnat de l'ACC en 2008 et 2009.

Le stade est le terrain des Bulls de l'Université de Floride du Sud de l'American Athletic Conference. La foule record de l'équipe au Raymond James Stadium est de 69 383, le 29 septembre 2012, lorsque les Bulls – au cours de leur pire saison de leur histoire – ont joué pour la première fois un match hors conférence contre les célèbres Seminoles de la Florida State University de la centrale Atlantic Coast Conference. .

La plus grande foule jamais enregistrée au Raymond James Stadium est venue le 9 janvier 2017, alors que le stade accueillait le championnat national des éliminatoires de football universitaire 2017. 74 512 personnes étaient présentes.

Jusqu'à la saison 2009, chaque match des Buccaneers au Raymond James Stadium était complet. En 2010, aucun match à domicile n'a atteint une vente de billets, donc aucun n'a pu être diffusé à la télévision locale. La séquence s'est poursuivie jusqu'à la quatrième semaine de la saison 2011, lorsqu'elle a vendu suffisamment de billets pour son match du lundi soir avec les Colts d'Indianapolis le 3 octobre pour éviter une panne d'électricité locale.

Le stade abritait également l'ancienne mutinerie de Tampa Bay de la Major League Soccer et continue d'accueillir périodiquement d'autres matchs de football en raison de ses dimensions de terrain adaptées. Par exemple, le 8 juin 2012, il a accueilli le match de qualification d'ouverture de l'équipe nationale masculine de football des États-Unis contre Antigua-et-Barbuda pour la Coupe du monde de football 2014, que les États-Unis ont remporté 3-1.

Caractéristiques

L'une des caractéristiques les plus reconnaissables du stade est une réplique de bateau pirate en acier et béton de 103 pieds (31 m), 43 tonnes, qui tire des répliques de canons à chaque fois que les Bucs marquent des points ou entrent dans la zone rouge de l'autre équipe. Le canon tire une fois pour chaque point marqué. De plus, lorsque les Buccaneers pénètrent dans la zone rouge de leur adversaire, les hôtes du stade hissent les drapeaux des équipes autour du périmètre du pont supérieur. À divers moments tout au long du jeu, la chanson « Yo Ho (A Pirate's Life for Me) » est jouée sur le système de sonorisation du stade (tiré de Pirates des Caraïbes), qui signale aux clients à bord du navire de lancer des perles, des t-shirts et d'autres prix gratuits aux personnes ci-dessous. Le segment est également connu sous le nom de "Mini Gasparilla" pour la plupart des fans. Un perroquet animé est assis sur la poupe du bateau pirate. Contrôlé par radio et télécommande, le perroquet sélectionne les fans dans la foule et parle aux passants.

Pendant le Super Bowl XXXV sur CBS, les reportages d'avant-match, de mi-temps et d'après-match ont eu lieu à bord du bateau pirate. Le Super Bowl XLIII de NBC et la couverture du championnat national des éliminatoires de football universitaire 2017 d'ESPN ont également émané du navire.

Les deux écrans vidéo Daktronics "Buc Vision" de 2 200 pieds carrés (200 m2) étaient parmi les plus grands de la ligue lors de leur construction et en 2016, ils ont été remplacés par une carte vidéo haute définition de 9 600 pieds carrés aux deux extrémités. zones. « Buccaneer Cove » présente une façade de village de pêcheurs patinée à deux étages, abritant des concessions de stade et des toilettes. Toutes les zones du stade sont conformes à l'ADA.

Des gradins temporaires ont été érigés dans les zones des buts pour le Super Bowl XXXV, qui a établi un record de fréquentation du stade de 71 921. Le record de fréquentation du stade a depuis été dépassé par le championnat national des éliminatoires de football universitaire 2017, qui a également utilisé des sièges temporaires.

En 2003, les panneaux d'affichage d'angle du stade ont été remplacés par des panneaux d'affichage trilon rotatifs et ceux-ci ont été remplacés en 2016 par de nouveaux écrans haute visibilité.

Le Raymond James Stadium possède le deuxième meilleur gazon de la NFL, selon un sondage semestriel réalisé en 2009 auprès des joueurs.

Début 2016, le stade a fait l'objet d'un important lifting. L'amélioration la plus notable a été le remplacement des écrans vidéo de 2 200 pieds carrés (200 m2) par des écrans vidéo à la pointe de la technologie et à haute visibilité de 9 600 pieds carrés (890 m2) dans le nord et le sud. zones d'extrémité ainsi que l'ajout d'une nouvelle tour vidéo de 2 300 pieds carrés (210 m2) dans chaque coin. Au total, les écrans vidéo couvrent plus de 28 000 pieds carrés (2 600 m2), faisant du Raymond James Stadium le troisième plus grand écran vidéo de la NFL. Le système de son d'origine et les loges de luxe du stade ont également été améliorés. Une deuxième série d'améliorations est prévue après la fin de la saison 2016.

Surnoms

Le stade est appelé « Ray Jay » ou « The New Sombrero », une retombée de « The Big Sombrero », le surnom du Houlihan's Stadium. Un peu par dérision, il a parfois été appelé "le CITS", un nom inventé par le présentateur sportif local de longue date Chris Thomas qui signifie "Community Investment Tax Stadium", en référence au fait que le stade a été entièrement financé par les contribuables locaux.


Histoire des stades de football - Histoire

Le Yankee Stadium, la vénérable « Maison que Ruth a construite » qui a duré 85 ans avant d'être rouverte en 2010, a accueilli certains des matchs de football collégiaux et professionnels les plus mémorables de l'histoire du gril, ajoutant à la riche histoire du Stade. Depuis le 20 octobre 1923, avec la victoire 3-0 de Syracuse sur Pittsburgh, il y a eu 10 moments historiques qui sont encore discutés et rappelés à ce jour.

1. Le plus grand jeu jamais joué
Le match de championnat de la NFL le 28 décembre 1958 entre les Giants de New York et les Colts de Baltimore a été le premier match de la NFL à passer en prolongation. Les Colts ont gagné 23-17 dans ce qui est largement considéré comme "le plus grand match jamais joué". Un auditoire de la télévision nationale a vu le receveur des Colts Raymond Berry attraper 12 passes (un record de match de championnat) pour 178 verges et un score dans un match qui a marqué le début de la montée en popularité de la NFL.


2. Gagner un pour le Gipper
George "The Gipper" Gipp était une équipe All-American de la première équipe à Notre Dame avant de mourir à l'âge de 25 ans d'une infection de la gorge à streptocoques quelques jours seulement après avoir mené Notre Dame à une victoire sur Northwestern. Alors qu'il était sur son lit d'hôpital, il reçut la visite de l'entraîneur Knute Rockne avant une confrontation le 10 novembre 1928 contre l'armée. À la mi-temps d'un match sans but, Rockne a exhorté son équipe à gagner pour Gipp, inspirant les Irlandais à une victoire 12-6 au Yankee Stadium.


3. Le tacle
Notre Dame, deuxième au classement, et l'armée de premier rang ont joué peut-être le concours le plus excitant de leur rivalité historique le 9 novembre 1946 au Yankee Stadium, un match nul 0-0 rendu légendaire par le tacle salvateur bien relaté de John Lujack contre la star des Cadets, le porteur de ballon Doc Blanchard en fin de match.


4. Le coup de pied
Le placement de 49 verges de Pat Summerall dans une tempête de neige tourbillonnante le 14 décembre 1958 a donné aux Giants une victoire de 13-10 sur les Browns de Cleveland pour forcer les éliminatoires pour la couronne de la NFL East. Summerall a racheté une tentative manquée de 31 verges avec 4 minutes à jouer. La semaine suivante, New York a battu Cleveland, 10-0, pour se qualifier pour le match de championnat de la NFL 1958.


5. Sur la glace
Les Giants ont battu les Bears de Chicago, 47-7, le 30 décembre 1956 pour remporter le championnat de la NFL et terminer leur première saison au Yankee Stadium. Le jeu est célèbre pour être joué sur un terrain glacé dans lequel les Giants portaient des baskets au lieu de crampons, des nuances de 22 ans plus tôt lorsque les Giants portaient également des baskets pour jouer sur un terrain de polo glacé dans ce qui est devenu connu sous le nom de "The Sneakers Game".


6. Septième ciel
En 1961, les Giants ont acquis le quart-arrière Y.A. Titre des 49ers pour le gardien Lou Cordileone. Tittle a mené les Giants à trois titres consécutifs de la division Est. En route, il a lancé sept passes de touché pour mener les Giants à une victoire de 49-34 contre les Redskins le 28 octobre.


7. Le point bas de Lombardi
L'un des membres des célèbres Seven Blocks of Granite était le futur entraîneur du Temple de la renommée Vince Lombardi, qui plus tard dans la saison 1936 a subi ce qu'il a appelé "la perte la plus dévastatrice de ma vie". Ayant besoin d'une victoire pour une place au Rose Bowl, les Rams sont tombés face à NYU, 7-6, sur un terrain boueux du Yankee Stadium le jour de Thanksgiving, passant du n ° 3 au n ° 15 dans le classement final de l'AP.


8. Les coups de pied de Kramer
Les trois buts du gardien Jerry Kramer ont conduit les Packers à une victoire de 16 à 7 sur les Giants lors de ce qui s'est avéré être le dernier match de championnat de la NFL au Yankee Stadium le 30 décembre 1962. Une foule de 64 892 personnes a assisté à un match joué à des températures de 13 degrés avec 40 miles vents par heure.


9. La chanson du cygne de Gotham
Le Nebraska a battu Miami, 36-34, le 15 décembre 1962 derrière les 321 verges par la passe et deux touchés du MVP George Mira. Seuls 6 166 se sont rendus au Yankee Stadium pour braver la température amère de 14 degrés lors du dernier Gotham Bowl jamais joué.


10. Le jeu final
Le dernier classique de la Whitney M. Young Urban League le 12 septembre 1987 était également le dernier match de football jamais joué à l'ancien Yankee Stadium. La Central State University of Ohio a battu Grambling 37-21. Par la suite, l'entraîneur de Grambling, Eddie Robinson, a déclaré: "Ils sont juste venus jouer. Nous ne l'avons pas fait."

Forfait Saison Complète

Un plan de saison complète vous garantit un billet pour tous les matchs de la saison régulière au Yankee Stadium et vous permet d'obtenir une licence pour le même emplacement de siège pour tous les matchs à domicile des Yankees pendant les séries éliminatoires. En plus des grands avantages disponibles pour tous les titulaires de licence d'abonnement de saison, vous deviendrez automatiquement membre du New York Yankees Legacy Club pour les titulaires de licence d'abonnement de saison complète et profiterez des remises de prix les plus importantes de tous les plans proposés.

Les plans de saison complète ont été calculés au prorata de 63 matchs.

Les emplacements Premium sont indiqués par la couleur sur la page d'achat.

PLAN DE SAISON COMPLET : Acheter des billets Acheter des billets Legends Suite

41-Plan de match

Le plan de 41 matchs comprend la journée d'ouverture et tous les autres matchs par la suite pour un total de 41 matchs de saison régulière. In addition to the great benefits available for all Season Ticket Licensees, you will automatically become a member of the New York Yankees Legacy Club for 41- and 20-Game Plan Licensees. Licensees of the 41-Game Plan will have the opportunity to license the same seat location for approximately half of the home games scheduled to be played at Yankee Stadium during the postseason. A schedule with complete postseason home game information will be available online at yankees.com.

41-Game Plans have been prorated to 32 games.

Premium locations are noted as the color on the purchase page.

41-GAME PLAN: Buy Tickets Buy Legends Suite Tickets

20-Game plans

Two 20-Game Plan options, each consisting of the same seats for all 20 games are available. In addition to the great benefits available for all Season Ticket Licensees, you will automatically become a member of the New York Yankees Legacy Club for 41- and 20-Game Plan Licensees. Licensees of a 20-Game Plan will have the opportunity to license the same seat location for approximately one quarter of all home games scheduled to be played at Yankee Stadium during the postseason. A schedule with complete postseason home game information will be available online at yankees.com.

20-Game Plan #1 has been prorated to 15 games.

20-Game Plan #2 has been prorated to 16 games.

Premium locations are noted as the color on the purchase page.


Michigan Stadium

Michigan's football Stadium was completed in the fall of 1927 and formed one of the most satisfactory and practical football fields in existence. Its designation was in reality a misnomer since it was of the amphitheater or bowl type of construction, rising only slightly above the ground level on the east side.

The site of the structure was decided upon in the spring of 1926, and plans for construction were made during the following summer. Increased interest in the record of Michigan's football team, resulting at almost every game in an attendance much larger than the old stands on Ferry Field were able to accommodate, eventually led the Board in Control of Athletics to consider expansion of the University's athletic facilities. As the result of a report presented in January, 1926, by a University committee under the chairmanship of Professor Edmund E. Day, later president of Cornell University, a plan was developed for the reorganization and expansion of the athletic facilities of the University. Thus, the Stadium was only one part of a broader program which included the construction of the Intramural Sports Building, the Women's Athletic Building, the development of the University Golf Course, and the Women's Athletic Field.

To finance this extensive program, bonds were sold to alumni and to friends of the University, giving them preferred seats at all games for a period of years, these bonds to be retired progressively as the receipts warranted. The total improvements cost amounted to more than $2,000,000, of which the cost of the Stadium represented $1,183,545.

The site for the Stadium was a matter of some discussion, but eventually property, including some sixteen acres and 119 city lots, was acquired on South Main Street just across the Ann Arbor Railroad tracks from Ferry Field. This area was purchased by the Board in Control of Athletics for $239,000, including the cost of some lots which were taken under condemnation proceedings. The right of the Board in Control of Athletics to acquire land by this means was upheld by the state Supreme Court during the course of the negotiations. The site formed a gentle slope rising from the valley of the old Allen's Creek near the Ann Arbor Railroad to the level of South Main Street.

In considering plans for the Stadium it had been decided, in accordance with the recommendation of the Day committee, to make it a place to hold football games under the most favorable circumstances, with no emphasis upon monumental construction. Accordingly, a bowl type of structure was chosen which took advantage of the natural characteristics of the terrain so that the Stadium rested in the soil of the hillside instead of being enclosed within high concrete walls. The structure was above ground only on the east side, the only wall being on this side on the west the top seats were level with the street, with some seventy rows of seats, seating 85,753 originally, stretching down to the playing field. A series of steps on either side of the main entrance led to a wide areaway for the players.

The architects, instead of designing the structure in the form of a perfect ellipse, as in the Yale Bowl, provided for sides parallel to the playing field, bringing the spectators much closer to the side lines. This feature alone — the proximity of the seats to the playing field — made Michigan's Stadium one of the most satisfactory in this country. The Stadium was 756 feet long and 586 feet wide and included fifteen and one-half acres.

The strategically placed entrances and exits around the entire upper edge and in the center of the east side made it possible for crowds to disperse rapidly in fact, the exact time for emptying the Stadium was thirteen minutes. To care for the throngs which came to Ann Arbor on football days, parking facilities were supplied on all sides of the Stadium, and special city traffic regulations permitted street parking during the games. Locker and shower room facilities for home and visiting teams were provided under the east side of the stands. A press box was erected over the west side of the Stadium. It afforded room for five radio booths and 250 newspaper correspondents. The box was designed by Bernard L. Green (1891e) of the Osborn Engineering Company, of Cleveland, Ohio, and was built by James Leck and Company, of Minneapolis, general contractors. A new press box was built later.

In 1949-50 additional steel seats were erected at the top of the Stadium at a cost of $304,340, making the total seating capacity 97,231.

Wilfred Shaw (The University of Michigan: An Encyclopedic Survey, p. 1584)


Contenu

Overall Rank Stadium Town / City Capacity Équipe League (Tier) Rank within League Remarques
1 Wembley Stadium Londres 90,000 [2] England national football team n/a (national stadium) n / A
2 Old Trafford Manchester 75,635 [3] Manchester United Premier League 1
3 Tottenham Hotspur Stadium Londres 62,850 [4] Tottenham Hotspur Premier League 2
4 Emirates Stadium Londres 60,704 [5] Arsenal Premier League 3
5 London Stadium Londres 60,000 [6] West Ham United Premier League 4 Previously known as the Olympic Stadium. Regulated capacity reduced from 66,000 to 60,000.
6 City of Manchester Stadium Manchester 55,097 [7] Manchester City Premier League 5 Commercially known as the Etihad Stadium.
7 Anfield Liverpool 54,074 [8] Liverpool Premier League 6
8 St James' Park Newcastle upon Tyne 52,354 [9] Newcastle United Premier League 7
9 Stadium of Light Sunderland 49,000 [10] Sunderland League One 1
10 Villa Park Birmingham 42,682 [11] Aston Villa Premier League 8
11 Stamford Bridge Londres 41,631 [12] Chelsea Premier League 9
12 Hillsborough Stadium Sheffield 39,732 [13] Sheffield Wednesday League One 1
13 Goodison Park Liverpool 39,414 [14] Everton Premier League 10
14 Elland Road Leeds 37,890 [15] Leeds United Premier League 11 Capacity reduced from 40,296 [16] to 37,890 [17] during 2010/2011 season
15 Riverside Stadium Middlesbrough 34,000 [13] Middlesbrough Championship 2
16 Pride Park Stadium Derby 33,597 [13] Derby County Championship 3
17 Bramall Lane Sheffield 32,702 [18] Sheffield United Premier League 12
18 Coventry Building Society Arena Coventry 32,609 [13] Coventry City Championship 4
18 St Mary's Stadium Southampton 32,505 [19] Southampton Premier League 13
19 King Power Stadium Leicester 32,312 [20] Leicester City Premier League 14 Formerly known as the Walkers Stadium.
20 Molineux Wolverhampton 32,050 [13] Wolverhampton Wanderers Premier League 15
21 Ewood Park Blackburn 31,367 [13] Blackburn Rovers Championship 4
22 Falmer Stadium Brighton 30,750 [13] Brighton & Hove Albion Premier League 16 Commercially known as The American Express Community Stadium.
23 Stadium MK Milton Keynes 30,500 [13] Milton Keynes Dons League One 2
24 City Ground Nottingham 30,445 [21] Nottingham Forest Championship 5
25 Portman Road Ipswich 30,311 [13] Ipswich Town League One 3
26 bet365 Stadium Stoke-on-Trent 30,089 [22] Stoke City Championship 6 Formerly known as the Britannia Stadium.
27 St Andrew's Birmingham 29,409 [23] Birmingham City Championship 7 Shared with Coventry City of Championship
28 University of Bolton Stadium Bolton 28,723 [13] Bolton Wanderers League Two 1 Formerly known as the Reebok Stadium.
29 Carrow Road Norwich 27,244 [24] Norwich City Championship 8
30 The Valley Londres 27,111 [13] Charlton Athletic League One 4
31 The Hawthorns West Bromwich 27,002 [25] West Bromwich Albion Premier League 17
32 Ashton Gate Stadium Bristol 27,000 [26] Bristol City Championship 9 Expansion completed ahead of the 2016/17 season.
33 Selhurst Park Londres 26,125 Crystal Palace Premier League 18
34 Craven Cottage Londres 25,700 [13] Fulham Premier League 19
35 KCOM Stadium coque 25,400 [13] Hull City League One 5 Shared with Super League team Hull F.C.

Formerly known as the KC Stadium.

Following crowd troubles in the 1980s, and regulations imposed after the Taylor Report, several English league stadiums have been built or completely redeveloped in the last few years. Prior to 1988, however, the last newly built Football League ground in England was Roots Hall, Southend, which was opened in 1955.

Stadiums which are currently in development include:

The club are hopeful that building work will commence at the end of the 2019–20 season. The new, modern, state-of-the-art structure will see The City Ground's capacity become the highest in the East Midlands, reaching 38,000 after completion. [120]


History of Football Stadiums - History

Stadium History

The former South Park Commission (the Commission merged with 22 other park systems to establish the Chicago Park District in 1934) hired Chicago architects Holibird and Roche in 1919 to design a stadium that would serve as a showcase “for events and a playground for the people.” On October 9, 1924, the Grant Park Municipal Stadium premiered and one year later, at the request of the Chicago Gold Star Mothers, the stadium was renamed Soldier Field.

It was known as one of the great venues during the "Golden Age of Sports" and one of Chicago's most famous landmarks. Crowds in excess of 100,000 were commonplace, marked by several memorable events including the 1926 Army-Navy game and the epic 1927 Jack Dempsey/Gene Tunney heavyweight rematch featuring the controversial "long count". In 1944, 150,000 spectators attended a wartime visit by President Franklin Roosevelt and thousands turned out to hear evangelist Billy Graham in 1962. Soldier Field is also the birthplace of the first Special Olympic Games in 1968. College and Professional football, rock concerts, festivals, rodeos, stock-car races, and even a skiing/toboggan event have called Soldier Field home. The Chicago Bears moved from Wrigley Field and began using the facility in 1971 and played their first game in the renovated Soldier Field on September 29, 2003.

Soldier Field History

1919 - Plans for the stadium began in 1919, when Holibird and Roche won an architectural competition to build the stadium as a memorial to American soldiers who died in wars.

1922 – 1928 - The stadium was constructed by the South Park Commission (which later merged with other park commissions to become the Chicago Park District in 1934.) Soldier Field is a monument to the times and great sports places typical of the “Golden Age of Sports” and is one of few such stadiums still standing. Soldier Field was built in three stages between 1922 and 1939 at a total cost $13 million.

Soldier Field, when completed, contained 74,280 permanent bleacher seats made of fir planking. An additional 30,000 spectator temporary bleacher seats could be placed along the interior of the field, upper promenades and on the large open terrace beyond the north end zone.

October 9, 1924 – The official opening day – which coincided with the 53rd anniversary of the Chicago Fire—of the Municipal Grant Park Stadium. Within a year it was renamed Soldier Field.

The first event held in Soldier Field was a police meet featuring 1,000 police athletes and reportedly drew 90,000 spectators. Crowds in excess of 100,000 became commonplace in the years that followed, marked by several memorable sporting events.

November 22, 1924 – First football game held at the Municipal Grant Park Stadium was Notre Dame (13) v. Northwestern (6).

November 11, 1925 – The Municipal Grant Park Stadium is officially renamed Soldier Field at the urging of Chicago’s Gold Star Mothers.

November 27, 1926 – Soldier Field was officially dedicated in front of a crowd of 110,000 during the Army v. Navy game. The game ended in a 21-21 tie.

September 23, 1927 - The epic Jack Dempsey/Gene Tunney heavyweight rematch featuring the controversial long count with 104,000 watching. Dempsey knocked down Tunney and Dempsey went to the wrong corner. The referee directed him to the right corner, and five seconds passed before he started counting out Tunney. Tunney, the champ, got up at nine, which should have been 14, and went on to beat Dempsey.

1927 – The largest crowd to watch collegiate football was 123,000 to see Notre Dame take on Southern California.

1937 – The largest crowd to watch a high school football game took place at Soldier Field with an estimated 115,000 watching the Austin v. Leo High School Prep Bowl football game.

1944 - 150,000 spectators attended a wartime visit by President Franklin Roosevelt.

1948 – Chicago Park District engineers won an award at the 1948 International Lighting Expo for their design of a stadium lighting system featuring 5,000 watt flood lights that could be arranged in pre-set patterns by a three man crew.

1954 – 260,000 came to Soldier Field for a Catholic celebration entitled the Eucharistic Congress.

1962 - 116,000 turned out to hear evangelist Billy Graham.

September 19, 1971 - The Chicago Bears began using the facility as a regular season home and capacity was cut to 57,000 to bring season ticket holders closer to the field. Chicago defeats the Pittsburgh Steelers 17-15 before capacity crowd of 55,701 in the Bears’ first game since moving from Wrigley.

1978 – With the Chicago Bears, the Chicago Park District began to reconstruct the aging stadium with lights, playing surface, locker rooms, and rebuilding the stadiums’ plank-board style seating with chair back and armrests.

1981 – With renovations complete, Soldier Field could welcome 66,950 visitors.

September 1988 – Soldier Field converts turf from AstroTurf to Kentucky Bluegrass.

1994 – Soldier Field hosts the opening ceremonies of the 1994 World Cup soccer play, the first time the competition will by played on American shores.

2003 - Soldier Field completes a 20-month renovation that modernized the stadium and surrounding parkland for multi-purpose event use. The stadium grounds now host over 200 event usage days per year.

2011 - Soldier Field is awarded the status of LEED-EB from the United States Green Building Council (USGBC). Soldier Field is the first existing North American stadium to receive the award of LEED-EB Certification and the first NFL stadium to receive this prestigious award. LEED-EB stands for Leadership in Energy and Environmental Design – Existing Building.

2014 - Soldier Field hosted the New Zealand All Blacks rugby team as they faced off against the USA Eagles on November 1, 2014 marking the All Blacks first match in the US since 1980. The All Blacks defeated the Eagles 74-6 to a sold-out crowd.

2015 - Soldier Field hosted the final concert performances by legendary American rock band the Grateful Dead on July 3rd, 4th and 5th in celebration of the band's 50 year history. More than 212,000 Deadheads rocked out at Soldier Field for the Fare Thee Well shows over the holiday weekend, shattering stadium attendance records.

2016 - Copa America Centenario, in celebrating their 100th-anniversary edition of the South American championships, selected Soldier Field to host four matches: Jamaica vs. Venezuela (June 5th, 2016), USA vs. Costa Rice (June 7th, 2016), Argentina vs. Panama (June 10th, 2016), and the Semi-Final between Chile and Colombia (June 22nd, 2016).

Interesting Facts About Soldier Field

Soldier Field has hosted rock concerts, thrill shows, rodeos, tractor and truck pulls, circuses, fireworks displays, stock car races, sunrise services, marching band concerts, open-air operas, skiing and toboggan events including a ski jump event from a 13-story platform.

The stadium’s underpinnings consist of 10,000 giant wood piling foundations driven an average depth of six stories through landfill to bedrock.

It hosted the first boxing event that drew a gate of over $2.5 million (Dempsey-Tunney, 1927), the first ski meet held in a stadium, and the all-time largest football crowd (123,000). The largest crowd for any event in Soldier Field was 260,000 on Sept. 8, 1954, for the religious Marian Year Tribute.


A brief history of football grounds

We might love them, hate them or take them for granted &ndash but how did we end up with the football stadiums? Renowned football architecture historian Simon Inglis investigates the journey from gated fields to big gates and big yields.

Turn on any televised coverage of football these days and you can bet that in between the action your screen will be filled with mesmerising images of stadiums (or ‘stadia’ if you must).

Swooping aerials. Shots of the stands. Glimpses into the dressing rooms. Digitised fly-through animations, even.

Stadiums are more centre-stage than ever before: in our minds, in our faces. And yet before the 1990s and the post-Hillsborough stadium revolution, very little media attention was paid to them at all, except when there were disasters or outbreaks of hooliganism, or if a documentary maker fell for the charms of the Kop at Anfield.

Before the 1990s and the post-Hillsborough stadium revolution, very little media attention was paid to them at all

Going back further, despite the existence throughout the ancient worlds of Greece and Rome of brilliantly designed stadiums and arenas (or ‘arenae’ if you must), when Association football was first codified in 1863, there was no such entity as a ‘football stadium’.

A field on which football was played, for sure, with a rail around the pitch and a tent in the corner for players and officials. At best, there might be a few bench seats or a timber stand, featuring what Americans would call ‘bleachers’ (wooden steps exposed to the elements). But little more. More often than not early clubs merely rented a field on a short lease, and set up their real headquarters in a pub.

The rental era: borrowing other sports’ stadiums

In fact, as the game grew in popularity, the only enclosed venues where football clubs might reasonably accommodate a decent crowd were long-established cricket or athletics grounds.

So from 1872&ndash92 all FA Cup finals took place at the Oval, the London home of Surrey County Cricket Club, with just one exception. That was in 1873, when the venue was Lillie Bridge, a cricket and athletics ground in west London, just next door to where another athletics ground would be laid out in 1877, by the name of Stamford Bridge. (Even after Chelsea took over the Bridge in 1905, the athletics track remained until the 1930s &ndash and the ends retained distinctive curves until the 1990s redevelopment.)

From 1872&ndash92 all FA Cup finals took place at the Oval, the London home of Surrey County Cricket Club, with just one exception

And when the 1886 final between Blackburn Rovers and West Brom needed a replay, in the absence of any decent club venue, the FA chose the Racecourse Ground in Derby. This, as its name suggests, lay in the middle of the town’s racecourse, but, confusingly, was also a cricket ground. Derby County played there until they moved in 1895 to… the Baseball Ground, which had been laid out six years earlier by a foundry owner who caught the baseball bug on a visit to the United States.

Even after the FA were booted out of the Oval by Surrey following the 1892 final &ndash by which time crowds had grown from 2,000 to 25,000 &ndash the best venue they could find for the 1893 final was an athletics ground in Fallowfield, Manchester. A new record crowd of some 45,000 was reported, but the afternoon was a debacle: fans broke in, and ticket holders couldn’t get to their seats.

A home of our own: the self-build era

What professional football needed was professionally designed and solidly built, tailor-made grounds. Three main factors facilitated this great leap forward, all during the period 1890-1914.

Firstly, clubs started to form themselves into limited liability companies. This allowed them to issue shares and raise the necessary capital to buy a home of their own.

Secondly, thanks to industrialisation, materials such as mass-produced steel and concrete were more available and affordable. At last clubs could start to build big.

In 1895 a new form of turnstile came onto the market: the Ellison ‘Rush Preventive’

Thirdly, basic though this might seem, in 1895 a new form of turnstile came onto the market. Manufactured in Salford and called the Ellison ‘Rush Preventive’, this simple new device allowed clubs to count and take money from every individual entering their ground, one by one, before releasing a barrier to let them enter, rather than relying on the old system of having to trust gatemen to collect money and then hand it over to the club.

The new turnstiles didn’t prevent fraud completely &ndash but once installed, clubs found that their revenues soared. And with more money in the bank, the better able and the more incentivised clubs were to develop their grounds along modern lines.

During this first wave emerged such famous grounds as Goodison Park (probably the most developed ground of the early 1890s), Villa Park (which had a cycle track around the pitch), and the three Glasgow giants Ibrox Park, Hampden Park and Celtic Park (which also staged cycling).

A grand plan or a beautiful mess?

Instrumental in helping to design several of these grounds was the Scottish engineer, Archibald Leitch, the world’s first specialist football architect. Leitch was also commissioned to lay out the original Highbury ground for Arsenal in 1913.

But the first British ground that appeared from the off to have a long-term masterplan (as is standard practice today), and offer the possibility of incremental expansion on a large unencumbered site, was Manchester United’s Old Trafford. Also designed by Leitch, this opened in 1910.

Not that many other clubs followed suit. Most still ended up on cramped sites, building a bit here and a bit there, never to a masterplan &ndash and only when funds allowed.

Some, as a result, evolved into a wonderful hodgepodge of stands, roofs and angles, oozing with character &ndash Craven Cottage, Molineux and St James’ Park to name but three.

Others were hardly more than open bowls, the emphasis being on capacity (large terraces, mostly uncovered), utilitarian materials (for cheapness) and minimal facilities (because the fans seemed to keep on coming, so why bother doing more?).

In redeveloping Highbury during the 1930s Arsenal broke out of that mould, building two spendid Art Deco stands with genuine architectural qualities. But not until the 1960s did other clubs see fit to follow.

Again Manchester United were at the fore, with their sleek 10,000-capacity United Road Stand in 1965. This featured British football’s first bespoke executive boxes, an idea borrowed from horse racing. The intention was to replace the other three stands with similar designs, linking them to create a uniform modern stadium.

Conservative or forward-thinking?

United’s new stand also had a cantilevered roof. That is, it was, seemingly miraculously, &ldquocolumn-free&rdquo. One measure of how conservative Britain was during the 20th Century is that it took until 1958 for the nation’s first cantilevered-roof stand at a football ground, in the steel town of Scunthorpe, followed by Sheffield Wednesday in 1961. This was some 40 or 50 years after such roofs had started appearing routinely in France, Germany and Italy.

British football’s unwillingness to invest in high-calibre facilities paid its toll

British football’s unwillingness to invest in high-calibre facilities paid its toll. First there was the disaster at Bolton in 1946 (33 dead), then Ibrox in 1971 (66), Bradford in 1985 (56) and Hillsborough in 1989 (96). Added to this toll was a weekly log of injuries, seldom reported (40 to 60 per match on the Kop alone).

When Lord Justice Taylor investigated the Hillsborough disaster, he told the press that his intention was not to prepare English football clubs for the 21st century but to drag them into the 20th.

Not everyone agreed with his main recommendation for all-seated stadiums. But no footballing nation in the world had such a poor safety record as did England.

Incidentally, what, you may ask, is the difference between a ‘ground’ and a ‘stadium’? Well according to this writer's own rule, a ‘stadium’ is designed as a whole, with a complete end product in mind &ndash whereas a ‘ground’ is a venue that is developed, bit by bit, over the years, with no masterplan at all.

Wembley is thus a genuine stadium. Anfield (and Villa Park, and countless others) are but grounds &ndash and some would say all the better for it.


Stadium History

The Jaguars' home stadium has undergone significant changes and upgrades in its 22-year history. But as many new buildings and designs have come on line around the NFL, Jacksonville is still able to boast one of the most fan-friendly and technologically-advanced stadiums in the league.

On August 18, 1995, when the Jacksonville Jaguars played their first home preseason game in their new stadium, it marked the first time in sports history that an expansion team played its first home game in its inaugural season in a new stadium or arena. In the short period of 19 and a half months, the old Gator Bowl was demolished and a new stadium arose on the shores of the St. Johns River. Just before the Jaguars kicked off their first regular season game on September 3, 1995, NBC broadcaster Don Criqui said, "There isn't a better football facility in America."

In its 10th year of operation, the stadium was the host site of Super Bowl XXXIX, the world's largest one-day sporting event. Known at that time as Alltel Stadium, the building underwent a $63 million renovation in preparation for Super Bowl XXXIX. Among the additions were the Terrace Suite, a 25,000-square-foot sports bar called the Bud Light Party Zone, a 20,000-square-foot Sky Patio, 20 new escalators and four new elevators.

Originally named Jacksonville Municipal Stadium, the home of the Jaguars got a new name on the eve of the 2010 training camp, when EverBank Financial Corp. and the Jaguars introduced EverBank Field on July 27, 2010. One of the nation's largest privately-held bank holding companies, EverBank employs more than 2,200 workers and is headquartered in Jacksonville. The partnership included a five-year naming rights agreement, which was extended by another 10 years in 2014.

EverBank Field became the proud home of the world's largest in-stadium video boards in 2014. At 362 feet wide and 60 feet high, the two massive end zone displays are wider than the length of a football field and have set the standard for in-venue visual experience. Additional video boards and ribbon panels help enhance fans' in –stadium experience on game day.

In addition to the video boards, 2014 brought innovative changes to the north end zone. Christened FanDuelVille in 2015, the two-story, north end zone fan plaza is the ultimate home of fantasy football. The biggest party scene in professional sports also is home to the the Axalta Spas, an asset about which no other NFL stadium can boast. In the Florida sunshine, there's no better place for fans to cool off and cheer on the Jags.

The reimagining of EverBank Field continued in 2016 with a $90 million shared investment by the City of Jacksonville and the Jaguars. Phase 1 brought a complete overhaul of the Clubs, bringing new 50-yard-line patios to the NFL for the first time and a brand new south end zone tunnel to the start of the season. Phase 2 introduced a new 5,500 seat amphitheater and the Dream Finders Homes Flex Field to the downtown sports complex. Known as Daily's Place, the new venues are part the ambitious vision for the future of downtown Jacksonville as a world-class sports and entertainment destination.

On June 4, 2018, EverBank became TIAA Bank and the stadium was renamed to TIAA Bank Field.


History of Football Stadiums - History

The Silver Bowl was built in 1932 by a committee of Mount Carmel business men headed by Hal Grossman and other community leaders including: George Wardrop, Elmer Williams, Harold Schaefer, Harry Jones, Walter Levine, Charles Lucas, Herman Ludes, Dr. Charles Feifer, Albert Landis, Ray Williams, William Ruffing, Ira Roadarmel, and Hal Anthony.

The original stands, which seated 6,600, where constructed of wood. The 80 feet high steel light towers were erected for the opening game of the 1932 season. The lighting system was installed by a team of technicians from General Electric’s headquarters in Schenectady, New York. The team was so impressed with the facilities they boosted it was the most beautiful high school sports complex in existence and it would be the best lit high school stadium anywhere.

In the mid-1930’s, stands were constructed in both end zones and painted silver. The new bleachers gave the stadium a bowl-like appearance. Thus, a sports scribe called the stadium the “Silver Bowl,” the name which is still used today. At this time, the stadium could accommodate 10,000 fans.

In June of 1940, the wooden stands on the visitors side (west) were replaced with all steel grandstands, increasing the capacity to over 10,000. Also at this time, the home side was switched from the east side stands to the west side stands.

In the 1950’s the end zone stands were removed, but by the 1970’s the south end zone stand was reconstructed. The press box was completed in 1972 and in 1978 the east visitors stands were replaced with the current steel grandstands, giving the stadium a seating capacity of 7,202.

The field house was replaced in 2012 and the track was resurfaced in 2013. In the next year the field was officially renamed ‘The Joseph ‘Jazz’ Diminick Field in honor of Mount Carmel’s legendary former football coach. Later in the same year the track was rededicated to Mr. Gerald Breslin, former MCA Track Coach who compiled a record of 29 years without a dual-meet loss.


The humble history of the Cougars’ stadiums

BYU football isn’t what it used to be. The Cougar football program has grown and developed over the past 80 years to winning a national championship and having some of the nicest facilities in the country. Originally, the team played games in front of a much smaller crowd where the Richards Building now stands.

Although students use the never-ending stairs between the Tanner Building and the southwest end of campus to get to and from their classes each day, that was not their original purpose. The stairs used to be the stands of the old hillside stadium, which was home to the BYU football team in the 1930s.

The permanent stands at the old stadium seated 5,000 people, with temporary bleachers on the west side accommodating up to 12,000 people. This, however, is a small number of people compared to the current capabilities of the LaVell Edwards Stadium, which seats up to 65,000 people.

The old stadium was first used in 1928, when BYU football Coach Ott Romney led the Cougars to their first victory against the College of Idaho Coyotes.

“From its humble beginnings, it’s pretty awesome what BYU football has become,” Mel Olsen, previous offensive center and offensive line coach for BYU football, said. “It’s kind of unheard of to go from a place like that old stadium to winning a national championship.”

[media-credit align=”alignright” width=�″][/media-credit]The LaVell Edwards Stadium, the current home to the Cougars, has not been the only innovation to the BYU football program over the years. Since 1964, BYU has added the indoor practice facility as well as the Student Athlete Building, which is equipped with academic advisement for the athletes, a physical therapy center, the football gallery, the exclusive football locker room and many other services.

Olsen recalled that before and during Edwards’ coaching of the BYU Cougars, the team had to use the west annex of the Smith Fieldhouse for practice whenever it rained or snowed because the indoor practice facility was not built yet.

“The area was so small that the offense would practice for an hour and a half, followed by defense,” Olsen said.

After LaVell’s run, BYU football continued to progress to become the team it is now. The team is now equipped with Nike uniforms and state-of-the-art facilities.

“I think that BYU’s football facilities are among the nicest in the country,” wide receiver Cody Hoffman said. “Not too many stadiums still have natural grass fields … it takes a lot of work to care for a grass field.”

According to Roy Peterman, director of grounds, from the trimming of the hedges outside the stadium to the mowing of the grass field, all the immaculate details of the field grass and landscaping outside the stadium are cared for by BYU Grounds.

Whether it’s accompanying thousands of fans on a Saturday night or providing an excellent environment for the football team, the LaVell Edwards Stadium is home of BYU football and the result of a rich history.

“The improvements and successes of the football team (are) largely due to new facilities, skilled coaching and commitment to and pride in the team,” Olsen said. “It was all pretty exciting to watch unfold.”