Podcasts sur l'histoire

16 décembre 2014 Jour 330 de la Sixième Année - Histoire

16 décembre 2014 Jour 330 de la Sixième Année - Histoire

Le président Barack Obama et le vice-président Joe Biden rencontrent l'archevêque Joseph Kurtz de Louisville, président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, dans le bureau ovale, le 16 décembre 2014.


Date de la semaine ISO

Les Date de la semaine ISO Le système est en fait un système de calendrier à semaine bissextile qui fait partie de la norme de date et d'heure ISO 8601 publiée par l'Organisation internationale de normalisation (ISO) depuis 1988 (dernière révision en 2019) et, avant cela, il était défini dans ISO (R) 2015 depuis 1971. Il est utilisé (principalement) dans le gouvernement et les entreprises pour les exercices fiscaux, ainsi que pour le chronométrage. Ceci était auparavant connu sous le nom de « codage de date industriel ». Le système spécifie un semaine année au sommet du calendrier grégorien en définissant une notation pour les semaines ordinales de l'année.

Le cycle bissextile grégorien, qui compte 97 jours bissextiles répartis sur 400 ans, contient un nombre entier de semaines (20 871). Dans chaque cycle, il y a 71 ans avec une 53e semaine supplémentaire (correspondant aux années grégoriennes qui contiennent 53 jeudis). Une année moyenne est exactement de 52,1775 semaines de long mois (1 ⁄ 12 ans) en moyenne à exactement 4,348 125 semaines.

Un Année de numérotation des semaines ISO (aussi appelé Année ISO officieusement) compte 52 ou 53 semaines complètes. C'est 364 ou 371 jours au lieu des 365 ou 366 jours habituels. La semaine supplémentaire est parfois appelée semaine bissextile, bien que l'ISO 8601 n'utilise pas ce terme.

Les semaines commencent le lundi et se terminent le dimanche. L'année de chaque semaine est l'année grégorienne dans laquelle tombe le jeudi. La première semaine de l'année contient donc toujours le 4 janvier. La numérotation de l'année de la semaine ISO s'écarte donc généralement de 1 du grégorien pendant quelques jours proches du 1er janvier.

Une date précise est spécifiée par l'année de numérotation des semaines ISO au format AAAA , un numéro de semaine au format ww précédé de la lettre 'W', et le numéro de jour de la semaine, un chiffre d de 1 à 7, commençant par lundi et se terminant par dimanche. Par exemple, la date grégorienne du lundi 23 décembre 2019 correspond au lundi de la 52e semaine de 2019, et s'écrit 2019-W52-1 (sous forme étendue) ou 2019W521 (sous forme compacte). L'année ISO est légèrement décalée par rapport à l'année grégorienne, par exemple, le lundi 30 décembre 2019 dans le calendrier grégorien est le premier jour de la semaine 1 de 2020 dans le calendrier ISO et s'écrit 2020-W01-1 ou 2020W011.

juin 2021
La semaine lun Mar mer jeu ven Sam soleil
W22 31 01 02 03 04 05 06
W23 07 08 09 10 11 12 13
W24 14 15 16 17 18 19 20
W25 21 22 23 24 25 26 27
W26 28 29 30 01 02 03 04


›› Et si vous ne comptiez que les jours de la semaine ?

Dans certains cas, vous voudrez peut-être sauter les week-ends et ne compter que les jours de la semaine. Cela peut être utile si vous savez que vous avez un délai basé sur un certain nombre de jours ouvrables. Si vous essayez de voir quel jour tombe sur la différence de date exacte de 330 jours de la semaine à partir d'aujourd'hui, vous pouvez compter chaque jour en sautant les samedis et les dimanches.

Commencez votre calcul avec aujourd'hui, qui tombe un mercredi. En comptant en avant, le lendemain serait un jeudi.

Pour obtenir exactement trois cent trente jours de semaine à partir de maintenant, vous devez en fait compter 462 jours au total (y compris les jours de week-end). Cela signifie que 330 jours ouvrables à partir d'aujourd'hui seraient 28 septembre 2022.

Si vous comptez des jours ouvrables, n'oubliez pas d'ajuster cette date pour les jours fériés.


Avocatul Florin Ciutacu: „Unii avocati pun deasupra oricarui principiu moral, iar uneori incalcand chiar si reguli de drept, atragerea de clientela” Membru al mai multor organizatii nationale si internationale cu caracter Academic, avocatul Florin Ciutacu, din opluinacadrest ca secretul profesional si reputatia unui avocat sunt interdependente. Cat priveste controlul asupra pastrarii confidentielitatii de catre colaboratori, avocatul Ciutacu spune ca un rol important in acest demers il au actiunile préventif sous aspectul managementului de caz aplicat.

Avocatul Florin Ciutacu este cadru didactique universitar de Drept civil si are calitatea de arbitru la Curtea de Arbitraj International de la Viena. In viziunea sa, avocat-client in sistemul juridic romanesc prezinta conotatii specifice atunci cand acest principiu se aplica, venind, uneori, in (aparente sau reale) contradictii cu alte principii, unele dintre client acestea guvernand, siintreul sau. Dupa cum sustine avocatul Florin Ciutacu, de multe ori, in practica, mai ales in ultimii ani, avocatii romani au probleme in ceea ce priveste executarea obligatiilor de catre clientii lor in ceea ce priveste plata onorariilor, cu toate ca avocatii, in regula generala, atunci cand fixaza onorariile, respecta un alt principiu – cel al scrupulozitatii in stabilirea onorariilor.

„Se ajunge la situatia in care, fara a-si executa obligatiile care le revin, clientii pretind ca avocatul sa isi execute obligatiile sale, invocand de multe ori cauze exterioare vointei sale ori argumente de ordin subiectiv (unele cu o inalta – reala sau aparenta – incarcatura emotiona). Dans asemenea situatii, stiut fiind ca avocatul nu poate exercita un drept de rétentione (asupra documentelor clientului sau) pentru al constrange in acest fel la plata onorariului la care sa obligat, iar opunerea exceptiei de neexecutare a contractului (refuzand, de pilda, sa pledate de la termenul instanta) este greu de realizat in practica, avocatul are tendinta de a incalca principiul confidentielitatii, in diverse modalitati. Ca, fiindu-ti incalcate drepturile, incalci principiul confidentielitatii este o chestiune care finalmente rezida din felul in care intelegi, ca avocat, sa te supui mai degraba principiilor decat unor situatii, sa le zicem, conjoncturel.”, opineaza avocatul Florin Ciutacu.

Cand actiunile tale sunt guvernate doar de dorinta de a castiga bani, morala, regulile de drept chiar, cad din pacate in planul doi. Existand riscul asumat (uneori nici macar) ca principiul confidentielitatii, unul incarcat de conotatii morale, sa nu mai aiba relevanta.
(Avocatul Florin Ciutacu, Baroul Bucuresti)

Intrebat daca s-a aflat vreodata in situatia de a incalca principiul confidentielitatii pe care-l impune statutul de avocat, avocatul Ciutacu a tinut sa sublinieze faptul ca „granita intre confidentielitate si secretele continute de faptele / actele comise de catre clienti, unele care se afla la limita ilicitului, este uneori fragila”. Acesta este si motivul pentru care Florin Ciutacu spune ca este bine ca avocat avec dedice timp suficient si sa depuna toate diligentele pentru a afla adevarul cu privire la informatiile furnizate de client. In acelasi timp, avocatul Florin Ciutacu declara ca este comun faptul ca, uneori, clientii au tendinta de a ascunde unele elemente care pot deveni esentiale pentru o eficienta aparare a drepturilor subjectif si a intereselor sale de catre avocat. „Fata cu acest aspect, nu cred ca un avocat cu experienta nu a trecut prin astfel de situatii. Dans asa fel incat, daca a observat ca clientul sau incearca sa directioneze activitatea avocatului, in asa fel incat insusi avocatul sa devina uneori parte la anumite acte sau fapte aflate la granita intre licit si ilicit sau care chiar intra in sfera ilicitului ascesta sabine ca in a fel incat, chiar cu riscul incalcarii principiului confiantailitatii, sa nu actioneze in sensul pe are clientul sau incerca sa conduca speta. Personnel, am avut prilejul sa observ atfel de situatii, alegatiunea, recomandata, fiind aceea de a nu proceda la reprezentarea sau asistarea unor astfel de clienti”, precizeaza avocatul Florin Ciutacu.

„Principiul confidentielitatii este incarcat de conotatii moral”

In ceea ce priveste existenta – in cariera sa – a vreunui proces de constiinta, generat de respectarea regulii confidentitatii ca avocat, Florin Ciutacu il citeaza pe un avocat francez care spunea ca „Nu am intrat niciodata intr-un dosar in care as fi dat alta solutie in calitate de judecator”. Florin Ciutacu crede ca acel avocat exprima o dorinta si nu o realitate. Dupa avocatul bucurestean, constiinta, adica aspectul moral, raportul cu sine (cu luarea in considerare a regulilor de drept) in aceasta profesie este configurata nu numai conform educatiei juridice pe care o are avocatul, ci si educatiei lui ca om. „Constatam, din pacate, cum unii avocati, nu dau nume, calembour deasupra oricarui principiu moral, iar uneori incalcand chiar si reguli de drept, atragerea de clientela. Ca évident dans asemenea situatii, cand actiunile tale sunt guvernate doar de dorinta de a castiga bani, morala, regulile de drept chiar, cad din pacate in planul doi. Existand riscul asumat (uneori nici macar), ca principiul confidentielitatii, unul incarcat de conotatii morale, sa nu mai aiba relevanta. Nu cred ca ai putea ca avocat sa crezi ca, respectand principiul confidentielitatii si apreciindu-l corect, chiar daca ai produs oarecari suferinte (morale sau / si juridice), ar trebui sa ai procese de constiinta. Aceasta deoarece, consider eu, continutul sau, anume al acestui principiu, observandu-l si aplicandu-l in mod corelat cu celalalte principii ce ne guverneaza profesia, apare ca fiind producteur doar de efecte benefice, pentru constiinta ta, ca avocat. 8221, este de parere Florin Ciutacu.

Cand vine vorba despre controlul asupra pastrarii confidentielitatii de catre colaboratori, acolo unde este cazul, avocatul Florin Ciutacu vorbeste despre masura juridica in primul rand, cu ale sale mijloace specifice. Concret, avocatul Ciutacu spune ca, in ipoteza in care constata ca se incalca acest principiu, cu intentie ori din culpa, acelui colaborator i se aplica sanctiunea specifica. Tocmai de aceea, adauga avocatul Florin Ciutacu, preventia sont un rol important. „Actiunile préventive ocupa un rol foarte important in ceea ce priveste managementul pe care il aplic. Sunt si profesor de drept, in asa fel incat convingerea mea intima este ca daca esti atent la causa remota a colaboratorului, adica motivul ce il determina practicarea acestei nobile profesii, poti avea si capacitatea de a preveni astfel de fapte din partea colaboratorilor ori a partenerilor pe care ii alegi. Nu pot spune ci intodeauna a functionat preventia, in asa fel incat, observand tendinta de a incalca principiul confiantailitatii, a trebuit sa procedez la incetarea raportului de colaborare, cu toate ca persoana respectiva avea o multime de calitati profesionale.”, subliniaza avocatul. Dupa el, motivele incalcarii de catre colaboratori a acestui principiu tin de natura financiara si/sau intentia de a-si crea o retea proprie de clientela. Dar, puncteaza Florin Ciutacu, „oricum ar fi, daca fapta a fost comisa, este bine ca nici clientii si nici avocatul sa nu cunoasca prejudiciile consécutif unor astfel de fapte din partea colaboratorilor”.

Avocatul are tendinta de a incalca principiul confidentielitatii, dans diverses modalités. Ca, fiindu-ti incalcate drepturile, incalci principiul confidentielitatii este o Chestiune care finalmente rezida din felul in care intelegi, ca avocat, sa te supui mai degraba principiilor decat unor situatii. (Avocatul Florin Ciutacu, Baroul Bucuresti)

Chestionat asupra confruntarii cu situatii in care avocatii au dezvaluit secrete profesionale, avocatul Florin Ciutacu a declarat pentru Avocatura.com ca, personal, procedeaza in asa fel incat sa nu provoace confratilor astfel de dezvaluiri. El considera ca eficienta muncii sale depinde de cunoasterea foarte buna a dosarului, cu informatiile oferite de catre client si, de asemenea, principiile si normele de drept aplicabile in speta. Pentru Florin Ciutacu este suficient acest lucru pentru a putea sa isi exercite obligatiile luate fata de clientul sau.

„In etapa de gentlemen`s agreement se pot aduce prejudicii important clientului, prin incalcarea principiului confidentielitatii”

Un dernier aspect dezbatut cu avocatul Florin Ciutacu pe acesta tema se refera la interdependenta intre pastrarea secretului profesional si reputatia unui avocat. Dupa avocatul bucurestean, cele doua chestiuni in disccutie se afla intr-o legatura si conditionare reciproca, regula fiind aplicabila nu numai pentru avocatii pledanti, dar si, poate mai évident, pentru avocatii specializati in consultanta in afaceri. „Imaginati – va ca, in etapa precontractuala, cand reprezinti / asisti un comerciant, dezvalui celeilalte parti anumite secrete. Angajarea raspunderii avocatului apare, in acest caz, ca fiind évidenta. Caci, in acesta etapa, a celei de gentlemen`s agreement-uri (neproducatoare de efecte juriice pentru parti), nu mai vorbesc de etapa in care se poate angaja raspunderea precontractuala (in civil, una delictuala), se pot aduce prejudicii important clientului prin incalcarea principiului confidentielitatii de catre avocat. Dans acest caz, chiar daca se mediaza conflictul dintre avocat si client, cu atat mai mult daca se ajunge la un process, reputatia avocatului poate fi, in sistemul dat, chiar iremediabil pierduta. Tot astfel, in materie de litigii, mai cu seama cand in speta sunt interese de natura comerciala importante (cum ar fi de, pilda in litigiile solutionate de curtile de arbitraj), daca se incalca principiul conidentialitatii de catre avocat, reputatia acestuia, nu numai intre confrati dar, mai cu seama in cercul de comercianti, poate sa fie grav stirbita.”, conchide avocatul Florin Ciutacu.


16 jours d'activisme contre la violence basée sur le genre

Les activités des 16 jours d'activisme du système des Nations Unies contre les violences basées sur le genre, du 25 novembre au 10 décembre, se dérouleront sous notre thème mondial 2020 : "Orange the World : Fund, Respond, Prevent, Collect!"

Alors que le monde se retirait à l'intérieur des maisons en raison des mesures de verrouillage introduites pour freiner la pandémie de COVID-19, des rapports ont montré une augmentation alarmante de la pandémie déjà existante de violence à l'égard des femmes.

&ldquoLa crise a été accompagnée d'un pic de signalements de violence domestique, exactement au moment où les services, y compris l'état de droit, la santé et les abris, sont détournés pour faire face à la pandémie", a déclaré le rapport du Secrétaire général de l'ONU, &ldquoResponsabilité partagée, solidarité mondiale : Répondre aux impacts socio-économiques du COVID-19".

Tu peut faire la différence pendant la pandémie de COVID-19 en cours et l'état de crise prolongé qu'elle a généré à travers le monde. Vous pouvez aider les femmes et les filles victimes de violence à rester en sécurité et à l'abri de la violence. Agissez au cours de cette année & rsquos 16 jours d'activisme pour mettre fin à la violence basée sur le genre. Pour plus d'informations sur &ldquoOrange the World : Fund, Respond, Prevent, Collect!&rdquo et des idées d'action, consultez la note conceptuelle de cette année.

Les 16 jours d'activisme contre la violence sexiste sont une campagne internationale annuelle qui démarre le 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et se poursuit jusqu'au 10 décembre, Journée des droits de l'homme. Il a été lancé par des militantes du premier Women&rsquos Global Leadership Institute en 1991 et continue d'être coordonné chaque année par le Center for Women&rsquos Global Leadership. Il est utilisé comme stratégie d'organisation par des individus et des organisations du monde entier pour appeler à la prévention et à l'élimination de la violence à l'égard des femmes et des filles.

En soutien à cette initiative de la société civile, sous la direction du Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, la campagne du Secrétaire général des Nations Unies, UNiTE d'ici 2030 pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes (campagne UNiTE) appelle à des actions mondiales pour accroître la sensibilisation, galvaniser le plaidoyer efforts et partager les connaissances et les innovations.

En 2019, la campagne UNiTE marquera les 16 jours d'activisme contre les violences basées sur le genre, du 25 novembre au 10 décembre, sous le thème &ldquoOrange the World : Generation Equality Stands Against Rape !&rdquo

Bien que les noms, les moments et les contextes puissent différer, les femmes et les filles sont universellement victimes de viol, de violence sexuelle et d'abus, en temps de paix ou de guerre.

Le viol est enraciné dans un ensemble complexe de croyances patriarcales, de pouvoir et de contrôle qui continuent de créer un environnement social dans lequel la violence sexuelle est omniprésente et normalisée. Le nombre exact de viols et d'agressions sexuelles est notoirement difficile à confirmer en raison de la latitude et de l'impunité fréquentes des auteurs, de la stigmatisation envers les survivantes et de leur silence qui en découle.

Ces dernières années, les voix des survivants et des militants, à travers des campagnes telles que #MeToo, #TimesUp, #Niunamenos, #NotOneMore, #BalanceTonPorc, et d'autres, ont mis en lumière la question des violences sexuelles et ont atteint un crescendo qui ne peut être réduit au silence ou ignoré plus.

C'est pourquoi, sous l'égide de la campagne Génération Égalité d'ONU Femmes qui marque le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d'action de Pékin, la campagne UNiTE appelle les personnes de tous les horizons à en savoir plus et à prendre position contre le viol omniprésent. culture qui nous entoure.

Rejoignez-nous! Partagez vos photos, messages et vidéos montrant comment vous participez à la campagne sur Facebook, Instagram et Twitter en utilisant #OrangeTheWorld et #GenerationEquality. Vous pouvez également rejoindre la conversation sur les réseaux sociaux en partageant notre matériel de campagne que vous pouvez télécharger ici. Pour plus d'informations sur &ldquoOrange the World : Generation Equality Stands Against Rape&rdquo et des idées d'action, consultez la note conceptuelle de cette année.

Du 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, au 10 décembre, Journée des droits de l'homme, la campagne des 16 jours d'activisme contre la violence sexiste est l'occasion de galvaniser l'action pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles dans le monde. . La campagne internationale est née du premier Women's Global Leadership Institute coordonné par le Center for Women's Global Leadership en 1991.

Pendant trop longtemps, l'impunité, le silence et la stigmatisation ont permis à la violence à l'égard des femmes de prendre des proportions pandémiques&mdashone dans le monde, trois femmes subissent des violences sexistes.

Le temps du changement est ici et maintenant.

Ces dernières années, les voix des survivants et des militants, à travers des campagnes telles que #MeToo, #TimesUp, #Niunamenos, #NotOneMore, #BalanceTonPorc et d'autres, ont atteint un crescendo qui ne peut plus être réduit au silence. Les défenseurs comprennent que même si les noms et les contextes peuvent différer selon les emplacements géographiques, les femmes et les filles du monde entier subissent de nombreux abus et leurs histoires doivent être mises en lumière.

C'est pourquoi le thème de plaidoyer mondial de la campagne UNiTE cette année est : Orange le monde : #HearMeToo

Sous le thème Orange the World: #HearMeToo, les partenaires UNiTE sont encouragés à organiser des événements avec des mouvements de femmes locaux, nationaux, régionaux et mondiaux, des défenseurs des survivants et des femmes défenseurs des droits humains et à créer des opportunités de dialogue entre les activistes, les décideurs politiques et le public . Comme les années précédentes, la couleur orange sera un thème clé unifiant toutes les activités, avec des bâtiments et des monuments éclairés et décorés en orange pour attirer l'attention du monde entier sur l'initiative.

Rejoignez-nous! Partagez vos photos, messages et vidéos montrant comment vous participez à la campagne sur facebook.com/SayNO.UNiTE et twitter.com/SayNO_UNiTE en utilisant #orangetheworld et #HearMeToo. Pour plus d'informations sur Orange the World : #HearMeToo, consultez la note conceptuelle de cette année.

Réservez la date de la commémoration officielle des Nations Unies de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Du 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, au 10 décembre, Journée des droits de l'homme, la campagne des 16 jours d'activisme contre la violence sexiste est l'occasion de galvaniser l'action pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles dans le monde. . La campagne internationale est née du premier Women's Global Leadership Institute coordonné par le Center for Women's Global Leadership en 1991.

En 2017, la campagne UNiTE a marqué les 16 jours d'activisme contre la violence sexiste sous le thème général, &ldquoNe laisser personne de côté : mettre fin à la violence contre les femmes et les filles&rdquo&mdash reflétant le principe de base de l'Agenda 2030 transformateur pour le développement durable.

&ldquoNe laisser personne de côté : mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles&rdquo renforce l'engagement de la campagne UNiTE&rsquo en faveur d'un monde sans violence pour toutes les femmes et les filles du monde entier, tout en atteignant les plus mal desservies et marginalisées, y compris les réfugiés, les migrants, les minorités, les peuples autochtones et les populations touchées par les conflits et les catastrophes naturelles, entre autres, en premier lieu.

Comme les années précédentes, la couleur orange était un thème clé unifiant toutes les activités, et les bâtiments et les monuments seront éclairés et décorés en orange pour attirer l'attention du monde sur la question de la violence à l'égard des femmes et des filles.

En 2016, la campagne UNiTE a fortement souligné la nécessité d'un financement durable pour les efforts visant à mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles en vue de la réalisation du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

L'un des principaux défis des efforts visant à prévenir et à mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles dans le monde est le manque de financement substantiel. En conséquence, les ressources pour les initiatives visant à prévenir et à mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles font cruellement défaut. Des cadres tels que les objectifs de développement durable, qui comprennent un objectif spécifique visant à mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles, sont très prometteurs, mais doivent être financés de manière adéquate afin d'apporter des changements réels et significatifs dans la vie des femmes et des filles.

Pour mettre cette question au premier plan, la campagne du Secrétaire général des Nations Unies UNiS pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes pour les 16 jours d'activisme contre les violences basées sur le genre en 2016 était « Orangez le monde : collectez des fonds pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles ». L'initiative a fourni un moment pour amener la question du financement durable des initiatives visant à prévenir et à mettre fin à la violence à l'égard des femmes au niveau mondial et présente également l'opportunité de mobiliser des ressources pour la question.

L'année 2015 a marqué le 20e anniversaire de la Déclaration et du Programme d'action de Beijing, la feuille de route la plus progressiste vers l'égalité des sexes. Les dirigeants mondiaux se sont réunis en mars lors de la 59e Commission des Nations Unies sur la condition de la femme et en septembre lors de la 70e Assemblée générale pour faire le point sur les progrès réalisés et s'engager à prendre des mesures pour combler les lacunes qui freinent les femmes et les filles. Cette année, un nouveau programme de développement durable, qui comprend pour la première fois des objectifs et des indicateurs spécifiques pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes, a également remplacé les objectifs du Millénaire pour le développement.

En 2015, la Campagne du Secrétaire général des Nations Unies UNiS pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes vous a invité à &ldquoOrange le monde : mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles.&rdquo

Le thème 2014 était &ldquoOrange VOTRE quartier.&rdquo Les participants du monde entier ont mené la campagne UNiTE dans les rues, les magasins et les entreprises locales, en organisant des & ldquoOrange Events & rdquo dans leurs propres quartiers, en contactant vos voisins, les magasins locaux, les vendeurs d'aliments au coin de votre rue, les stations-service, les cinémas locaux, les barbiers , écoles, bibliothèques et bureaux de poste. Des lumières oranges ont été projetées et des drapeaux orange accrochés sur des monuments locaux et des &lsquooranges&rsquo locaux ont été organisés le 25 novembre pour sensibiliser à la violence à l'égard des femmes et discuter de solutions qui fonctionneraient pour des communautés spécifiques.

Le thème général de l'Orange Day en 2013 était &lsquoEspaces sûrs pour les femmes et les filles&rsquo, soulignant les recommandations des conclusions concertées de la 57e session de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme (CSW57) qui s'est tenue en mars.

Du 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, au 10 décembre 2013, Journée des droits de l'homme, UNiTE a appelé à une action mondiale pour &ldquoOrangez votre monde en 16 jours.&rdquo

Dans le cadre des 16 jours d'activisme contre la violence de genre, des organisations et des militants ont organisé des événements « oranges » locaux et nationaux. Des marches, marathons et tables rondes aux programmes de radio et de télévision, concerts et festivals de films, Orange Your World a impliqué des gouvernements, des célébrités, des médias, des organisations de la société civile et le système des Nations Unies sur le terrain et sur les réseaux sociaux pour sensibiliser et mobiliser le public.

Regardez cette vidéo présentant les actions à travers le monde pour Orange the World en 16 jours :

Découvrez nos influenceurs pour #Iwearorangeparce que :

Dernières nouvelles

Orange the World : Génération Égalité s'oppose au viol

Pour les 16 jours d'activisme contre les violences basées sur le genre, du 25 novembre au 10 décembre, et dans le cadre de la campagne Génération Égalité pour marquer le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d'action de Pékin, le Secrétaire général des Nations Unies&rsquos UNiTE by 2030 to La campagne Mettre fin à la violence à l'égard des femmes appelle les personnes de tous les horizons, de toutes les générations, à prendre la position la plus audacieuse à ce jour contre le viol. Suite

Mettre fin au viol, un coût intolérable pour la société

Dans son message à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, déclare : « Si je pouvais réaliser un vœu, ce serait peut-être la fin totale du viol ». Suite


Règles fédérales de la preuve

Il s'agit des Règles fédérales de la preuve, telles que modifiées au 1er décembre 2020. Cliquez sur n'importe quelle règle pour la lire.

    ARTICLE I. DISPOSITIONS GENERALES
      . Définitions de la portée . But . Décisions sur les preuves . Questions préliminaires. Limiter les preuves qui ne sont pas admissibles contre d'autres parties ou à d'autres fins . Restes d'écrits ou de déclarations enregistrées
      . Avis judiciaire des faits juridictionnels
      . Présomptions dans les affaires civiles en général . Application du droit de l'État aux présomptions dans les affaires civiles
      . Testez les preuves pertinentes. Admissibilité générale des preuves pertinentes . Exclusion de preuves pertinentes pour préjudice, confusion, perte de temps ou autres raisons . Preuve de caractère Autres crimes, torts ou actes . Méthodes de preuve de caractère . Pratique de routine d'habitude. Mesures correctives ultérieures . Offres de compromis et négociations . Offres de paiement des frais médicaux et similaires . Plaidoyers, discussions sur les plaidoyers et déclarations connexes . Assurance responsabilité civile . Affaires d'infractions sexuelles : comportement sexuel ou prédisposition de la victime . Crimes similaires dans les affaires d'agression sexuelle . Crimes similaires dans les affaires de pédophilie . Actes similaires dans les affaires civiles impliquant des agressions sexuelles ou des agressions sexuelles contre des enfants
      . Privilège en général. Privilège de l'avocat-client et limitations des produits de travail sur la renonciation
      . Compétence pour témoigner en général . Besoin de connaissances personnelles. Serment ou affirmation de témoigner honnêtement . Interprète. Compétence du juge en tant que témoin . Compétence du juré en tant que témoin . Qui peut destituer un témoin. Caractère d'un témoin pour la vérité ou le mensonge . Mise en accusation par la preuve d'une condamnation pénale . Croyances ou opinions religieuses . Mode et ordre d'interrogatoire des témoins et de présentation des preuves . L'écriture utilisée pour rafraîchir la mémoire d'un témoin . Déclaration préalable du témoin . Appel par le tribunal ou interrogatoire d'un témoin . Exclure les témoins
      . Témoignage d'opinion de témoins laïcs . Témoignage de témoins experts . Bases d'un avis d'expert Témoignage . Opinion sur une question ultime . Divulgation des faits ou des données sous-jacentes à l'opinion d'un expert . Témoins experts nommés par le tribunal
      . Définitions qui s'appliquent à cet article Exclusions du ouï-dire . La règle contre le ouï-dire. Exceptions à la règle contre le ouï-dire — que le déclarant soit ou non disponible comme témoin . Déclarant d'exceptions par ouï-dire non disponible . Ouï-dire dans ouï-dire. Attaquer et soutenir la crédibilité du déclarant . Exception résiduelle
      . Authentification ou identification des preuves . Preuve qui s'auto-authentifie . Témoignage du témoin
      . Définitions qui s'appliquent à cet article . Exigence de l'original. Admissibilité des doublons . Admissibilité d'autres preuves de contenu . Copies de documents publics pour prouver le contenu . Résumés pour prouver le contenu . Témoignage ou déclaration d'une partie pour prouver le contenu . Fonctions de la Cour et du Jury
      . Applicabilité des Règles . Amendements. Titre

    Date d'entrée en vigueur et application des règles

    Pub. L. 93-595, § 1, 2 janvier 1975, 88 Stat. 1926, prévoyait : « Que les règles suivantes entrent en vigueur le cent quatre-vingtième jour [le 1er juillet 1975] commençant après la date de l'adoption de la présente loi [janv. 2, 1975]. Ces règles s'appliquent aux actions, affaires et procédures intentées après leur entrée en vigueur. Ces règles s'appliquent également à la poursuite de la procédure dans les actions, les affaires et les procédures alors en cours, sauf dans la mesure où l'application des règles ne serait pas faisable ou entraînerait une injustice, auquel cas les anciens principes de preuve s'appliquent.

    Les Federal Rules of Evidence ont été adoptées par ordonnance de la Cour suprême le 20 novembre 1972, transmises au Congrès par le juge en chef le 5 février 1973, et sont entrées en vigueur le 1er juillet 1973. Pub. L. 93-12, 30 mars 1973, 87 Stat. 9, à condition que les règles proposées « n'auront pas de force ou d'effet, sauf dans la mesure et avec les modifications, telles qu'elles peuvent être expressément approuvées par la loi du Congrès ». Pub. L. 93-595, 2 janvier 1975, 88 Stat. 1926, a promulgué les Federal Rules of Evidence proposées par la Cour suprême, avec des modifications apportées par le Congrès, pour entrer en vigueur le 1er juillet 1975.

    Les règles ont été modifiées le 16 octobre 1975, Pub. L. 94-113, §1, 89 Stat. 576, eff. 31 octobre 1975 12 décembre 1975, Pub. L. 94-149, §1, 89 Stat. 805 28 octobre 1978, Éd. L. 95-540, §2, 92 Stat. 2046 6 novembre 1978, publication. L. 95-598, titre II, §251, 92 Stat. 2673, eff. 1er oct. 1979 30 avril 1979, eff. 1er décembre 1980 2 avril 1982, Pub. L. 97-164, titre I, §142, titre IV, §402, 96 Stat. 45, 57, eff. 1er octobre 1982 12 octobre 1984, Pub. L. 98-473, titre IV, §406, 98 Stat. 2067 2 mars 1987, eff. 1er oct. 1987 25 avril 1988, eff. 1 nov. 1988 18 nov. 1988, Pub. L. 100-690, titre VII, §§7046, 7075, 102 Stat. 4400, 4405 26 janvier 1990, eff. 1 déc. 1990 30 avril 1991, eff. 1 déc. 1991 22 avril 1993, eff. 1er déc. 1993 29 avril 1994, eff. 1er décembre 1994 13 septembre 1994, Pub. L. 103-322, titre IV, §40141, titre XXXII, §320935, 108 Stat. 1918, 2135 11 avril 1997, eff. 1er déc. 1997 24 avril 1998, eff. 1er déc. 1998 17 avril 2000, eff. 1er déc. 2000 27 mars 2003, eff. 1er déc. 2003 12 avril 2006, eff. 1er décembre 2006 19 septembre 2008, Pub. L. 110-322, §1(a), 122 Stat. 3537 28 avril 2010, eff. 1er déc. 2010 26 avril 2011, eff. 1 déc. 2011 16 avril 2013, eff. 1er déc. 2013 25 avril 2014, eff. 1 déc. 2014 25 avril 2019, eff. 1er décembre 2019., 1er décembre 2020


    Massacre de Montréal : les féministes canadiennes se souviennent

    C'était une journée froide et pluvieuse, le 6 décembre 1989, lorsqu'un jeune homme brandissant une arme à feu a fait irruption dans une salle de classe de l'École Polytechnique de Montréal, au Canada. La soixantaine d'étudiants en génie présents n'ont eu que peu de temps pour réagir avant que les hommes ne reçoivent l'ordre de quitter la pièce et que le tireur ne commence à tirer sur les femmes. Six étudiantes ont été tuées sur le coup, tandis que trois autres ont été blessées.

    The killer, 25-year-old Marc Lépine, was armed with a legally obtained Mini-14 rifle and a hunting knife: he had earlier told a shopkeeper he was going after "small game". Lépine had previously been denied admission to the École Polytechnique and had been upset, it later transpired, about women working in positions traditionally occupied by men. Before he opened fire, Lépine shouted: "You're all a bunch of feminists, and I hate feminists!" One student, Nathalie Provost, protested: "I'm not feminist, I have never fought against men." Lépine shot her anyway.

    The gunman then moved through the college corridors, the cafeteria, and another classroom, specifically targeting women to shoot. By the time Lépine turned the gun on himself, 14 women were dead and another 10 were injured. Four men were hurt unintentionally in the crossfire.

    Francine Pelletier, a feminist activist and newspaper columnist at Montreal's La Presse newspaper, describes feeling "totally floored" on hearing about the massacre, but nothing prepared her for the discovery that she was on a list found by police in the killer's pocket. "Nearly died today," it read. "The lack of time (because I started too late) has allowed these radical feminists to survive."

    Immediately after the shootings, various media commentators and quasi-psychologists proclaimed that Lépine was a madman and that the women just happened to be in the way, as opposed to being specifically targeted. A psychiatrist at the Hôtel-Dieu hospital in Quebec was quoted in La Presse as saying that Lépine was "as innocent as his victims, and himself a victim of an increasingly merciless society". "This was a period of a significant growth in men's rights groups," says Martin Dufresne, founder of Men Against Sexism, a group active at the time of the massacre. "But the public felt too uncomfortable with the political explanation."

    Police refused to go public with the killer's suicide note, arguing at a press conference that it might inspire copycat killings. It was this downplaying of Lépine's true motives that made Pelletier determined to get hold of it. Months later, she was sent a copy in the post, anonymously.

    "Would you note that if I commit suicide today it is not for economic reasons … but for political reasons," it read. "Because I have decided to send the feminists, who have always ruined my life, to their Maker … I have decided to put an end to those viragos."

    Mélissa Blais, a lecturer and doctoral student at the University of Quebec, is the country's leading scholar on the topic of the massacre and its anti-feminist context. She interviewed a number of women for her research who were active feminists in 1989 and found that many felt responsible for what happened at Montreal. "Afterwards, they chose to be silent to avoid further attack.

    "When I became a feminist, around the year 2000, I was puzzled to see that some were still reluctant to talk in political terms about the attack. It seemed as though the most efficient way to dismiss the feminist explanation was to reduce everything to the psychology of a single mad man."

    Pelletier agrees that Lépine's act was highly political and believes he knew exactly what he was doing that day. "I always felt those women died in my name. Some of them probably weren't even feminist," she says, "they just had the nerve to believe they were peers, not subordinates of their male classmates

    The pro-choice movement was galvanising at the time of the massacre. Six months earlier, a Quebec woman, Chantale Daigle, had scored an important victory by overturning an injunction, obtained by her violent ex-partner, at the Canadian supreme court, preventing her from ending a pregnancy. More than 10,000 women demonstrated in Montreal streets in support of Daigle.

    The massacre spurred many campaigns to end male violence and there was much international solidarity. I was part of a group that organised a vigil two days later at Trafalgar Square in London. But, says Pelletier, the effect on the women's movement in Canada was profound.

    "I was one hell of a disillusioned little feminist on 6 December 1989. It had all been too easy," she says. "What we realised after the massacre was that there had been a quiet and growing resentment from many men towards feminists, and for us, a huge price to pay for all that we had achieved."

    I recently spent some time in Montreal and found a vibrant and growing feminist movement, with older women determined to mentor younger generations and encourage a return to the radicalism that was typical of Canadian feminism before 1989, when the feminist movement was characterised by the formation of father's rights organisations and their refusal to accept that men had institutional power and privilege over women.

    In Canada, 6 December is a Day of Remembrance and Action on Violence Against Women and the 23rd anniversary of the atrocity. There will be protests, celebrations and tears as the dead are remembered. As the late feminist writer Andrea Dworkin said: "It is incumbent upon each of us to be the woman that Marc Lépine wanted to kill. We must live with this honour, this courage. We must drive out fear. We must hold on. We must create. We must resist."


    "It's a big thing to take my best friend's record"

    Caroline Seger stands on the verge of history. Over the next week, the Sweden skipper will make her 214th and 215th international appearances, becoming the most-capped player not only in her country, but the entire continent of Europe.

    The record to which she is about to lay claim is currently shared by two of the game’s greats: Birgit Prinz and Therese Sjogran. The latter was a midfield mentor to Seger in her early days with the national team and is now sporting director at her club, FC Rosengard. She also happens to be her best friend.

    But for all the glory - and personal bragging rights - that becoming a European record-breaker will bring, Seger is looking deeper into the horizon. The upcoming Olympics - her fourth - glistens there invitingly, and so too does next year’s UEFA Women’s EURO. Should her form, fitness and motivation levels remain high, we might even see the 36-year-old lead out Sweden in 2023, at what would be her fifth FIFA Women’s World Cup™ and 14th major tournament in yellow and blue.

    There was, therefore, plenty to look forward to as Seger sat down with FIFA.com to discuss setting benchmarks, scoring penalties and smoothing the path for Ferrari-driving youngsters.

    Caroline Seger stands on the verge of history. Over the next week, the Sweden skipper will make her 214th and 215th international appearances, becoming the most-capped player not only in her country, but the entire continent of Europe.

    But for all the glory that becoming a European record-breaker will bring, Seger is looking deeper into the horizon. The upcoming Olympics - her fourth - glistens there invitingly, and so too does next year’s UEFA Women’s EURO. Should her form, fitness and motivation levels remain high, we might even see the 36-year-old lead out Sweden in 2023, at what would be her fifth FIFA Women’s World Cup™ and 14th major tournament in yellow and blue.

    There was, therefore, plenty to look forward to as Seger sat down with FIFA.com to discuss setting benchmarks, scoring penalties and smoothing the path for Ferrari-driving youngsters.

    In all my years with the national team, I don’t ever remember us playing as well as we did at the World Cup in France.


    The Torah says, "Guard the month of the spring, and make [then] the Passover offering."3 Meaning, we need to ensure that Passover is celebrated in the spring.

    In fact, all the biblical festivals — Passover, Shavuot and Sukkot — are dependent on the agricultural seasons. Shavuot is " Chag HaBikurim " (the First Fruits Festival) and Sukkot is " Chag Ha'Asif " (the Harvest Festival). We need to make sure that all the festivals are celebrated in their proper seasons.

    Thus the Jewish lunar calendar must coordinate with the cycle of the sun and the seasons which are determined by the solar orbit. The problem is that a lunar year, twelve lunar months added together, only adds up to about 354.4 days.4 A solar year, at almost 365.25 days,5 is nearly eleven days longer. If no adjustment is made, Passover would occur eleven days earlier each year, eventually drifting into winter, then fall, summer, and then spring again.

    The solution is to periodically insert an extra (thirty-day) month into a year, creating a thirteen-month year. Such a year is called a shanah meuberet ("pregnant year") in Hebrew in English we call it a leap year, and it makes up all the lunar calendar's lost days. It happens about once every three years.

    The month is added to Adar , the last of the twelve months. On leap years we observe two Adars — Adar I and Adar II.

    Thus, the Jewish calendar is both lunar and solar the months are lunar months while the years are solar years. This is in contrast to the Gregorian calendar, in which the year is a solar year and the months are formed by dividing a year into twelve parts, and is also quite different from the pure lunar calendar observed by certain religions, in which each month is determined by the moon and a year is simply twelve lunar months strung together.


    Newsroom

    IRVING, Texas &ndash ExxonMobil today updated preliminary results for the election of directors at its annual meeting of shareholders held on May 26, 2021. Based on estimates by the company&rsquos proxy solicitor, shareholders are expected to elect nine ExxonMobil nominees and three Engine No. 1 nominees.

    Newsroom Nouvelles • June 2, 2021

    Newsroom Nouvelles • May 26, 2021

    ExxonMobil earns $2.7 billion in first quarter 2021

    IRVING, Texas &ndash April 30, 2021 &ndash Exxon Mobil Corporation today announced estimated first quarter 2021 earnings of $2.7 billion, or .64 per share assuming dilution, compared with a loss of $610 million in the first quarter of 2020. Results included unfavorable identified items of $31 million, or .01 per share assuming dilution. First quarter capital and exploration expenditures were $3.1 billion, $4 billion lower than the first quarter of 2020.

    Newsroom Nouvelles • April 30, 2021


    Voir la vidéo: Human Footprints in North America more than 21,000 years ago Discovered (Octobre 2021).