Podcasts sur l'histoire

Union soviétique

Union soviétique


21-5 Faits intéressants sur la Russie soviétique

21. George Koval, le maître espion soviétique infiltré dans le projet Manhattan, a volé presque tous les secrets nucléaires des États-Unis, a fourni à lui seul la technologie clé de l'arsenal nucléaire de la Russie, n'a été découvert qu'en 2002. – Source

22. En 1933, la Russie soviétique a largué 6 200 personnes sur une île de Sibérie et ne leur a laissé que de la farine pour se nourrir, une petite quantité d'outils et aucun abri. Un mois plus tard, environ 4000 d'entre eux étaient morts. – Source

23. Au cours de la crise des missiles cubains, un sous-marin soviétique a été attaqué par des grenades sous-marines, le capitaine a supposé que la troisième guerre mondiale avait commencé et s'était préparé à lancer une arme nucléaire, mais son officier supérieur l'a annulé. Il s'est avéré que les grenades sous-marines étaient des rondes d'entraînement utilisées pour leur signaler de faire surface. – Source

24. Le document physique qui a dissous l'Union soviétique est manquant au 7 février 2013. – Source

25. Le premier avion artificiel à atterrir avec succès sur une autre planète et à renvoyer des données était le Venera 7 soviétique en 1970. Après avoir atterri sur Vénus, l'engin n'a renvoyé que 23 minutes de données faibles, probablement parce qu'il a atterri sur le côté. – Source


En Union soviétique, les prêtres et les religieuses étaient crucifiés, bouillis dans du goudron et noyés

Soldats anti-bolcheviques. Wikimedia Commons.

Lorsque les troupes soviétiques pénétraient dans le territoire tenu par les Blancs, elles ne faisaient souvent aucune distinction entre les civils et les personnes qu'elles combattaient. Si un village était contrôlé par leurs ennemis, alors ils supposaient que les gens qui y vivaient les soutenaient. Cela signifiait qu'ils pouvaient également être considérés comme des ennemis. Souvent, cela signifiait des vagues d'exécutions. Et les prêtres, les moines et les nonnes étaient des cibles fréquentes. Des monastères et des églises ont été saccagés, et ceux qui se trouvaient à l'intérieur ont souvent été emmenés dans des zones isolées à proximité où ils ont souvent été contraints de creuser leurs propres tombes avant d'être abattus.

Dans un cas, un prêtre qui a tenté de se signer avant son exécution a eu le bras coupé. D'autres meurtres ont été encore plus brutaux. Les prêtres ont été crucifiés dans une imitation moqueuse de Jésus. D'autres ont reçu du plomb fondu à consommer comme communion. À Voronej, les soldats ont appris qu'un couvent de religieuses avait prié pour une victoire blanche. Ils ont enfoncé la porte du couvent et auraient fait bouillir les religieuses vivantes dans du goudron chaud. Dans un autre cas, un prêtre a été arrêté et vêtu de vêtements de femme. Les soldats lui ont alors ordonné de danser. Et quand il a refusé, il a été assassiné.

A Petrograd, un prêtre a été découvert en train de faire une cérémonie pour les personnes assassinées par les bolcheviks. Lui et 32 ​​autres ont été conduits sur une falaise surplombant la mer. Là, il a été autorisé à effectuer les derniers sacrements pour les victimes une par une avant qu'elles ne soient abattues et jetées dans l'eau. Dans la ville de Perm, un prêtre a été arrêté par la Tchéka pour avoir soutenu les Blancs. Ils l'ont fait défiler dans les rues avant de lui trancher les yeux. Après des heures de torture, il a été enterré vivant. Pendant ce temps, l'archevêque de la ville a exécuté un rite d'anathème sur les bolcheviks pour leurs crimes. Un massacre de masse du clergé de la ville a suivi peu de temps après comme vengeance.

Quiconque s'est prononcé contre les meurtres a été la cible de la mort. Et souvent, même essayer de récupérer le corps d'un prêtre assassiné pour l'enterrer était une condamnation à mort. Dans un cas, la femme d'un prêtre orthodoxe est venue à la Tchéka pour demander le corps de son mari. Elle a été assassinée sur place, et son corps a été mutilé avant d'être laissé pourrir. Pendant ce temps, les Soviétiques commençaient à fermer les églises orthodoxes et à les réutiliser comme entrepôts ou quartiers généraux bolcheviques. Il y avait même des rapports d'orgies ivres qui se déroulaient dans les bâtiments aux volets.

Un prêtre qui a été torturé et tué pour avoir prié pour le tsar pendant la guerre civile. Wikimedia Commons.

Partout, les bolcheviks tentaient d'éradiquer des siècles de culture religieuse russe. Les églises et cathédrales médiévales ont été simplement dynamitées. Les corps des saints ont été exhumés et déclarés n'être que des ossements poussiéreux. La persécution contre l'Église a continué après la fin de la guerre civile. Ce n'est que jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, lorsque les Soviétiques ont réalisé le pouvoir de l'Église pour aider à unir la nation russe, que la persécution a été relâchée. Entre-temps, des dizaines de milliers de prêtres ont été arrêtés et assassinés. Mais l'Église a enduré les années de violence. La religion aussi était une idée puissante, et même les Soviétiques ne pouvaient pas la détruire.


Dirigeants de l'Union soviétique

Vladimir Lénine

Vladimir Lénine est né à Oulianovsk, en Russie, en 1870. Il a fondé le Parti communiste en 1912, mais il a passé des années avant la révolution russe en exil à l'étranger avant que l'Allemagne n'organise son retour en Russie pour les sortir de la guerre mondiale. Une. De là, Lénine a dirigé la Révolution d'Octobre pour renverser le gouvernement provisoire qui avait renversé la monarchie pendant la Révolution de Février. Lénine et les communistes ont ensuite rapidement consolidé le pouvoir et ont finalement remporté la guerre civile russe (1917-22). Lénine a ensuite passé les dernières années de sa vie à essayer de façonner l'avenir de l'Union soviétique.

Joseph Staline

L'avertissement de Lénine au cours de ses dernières années concernant le pouvoir incontrôlé des membres du parti est cependant resté lettre morte, ce qui a conduit à une lutte pour le contrôle après sa mort. Joseph Staline est né à Gori, en Géorgie, en 1878, qui faisait alors partie de la Russie Empire. Comme Lénine, Staline était en exil avant la Révolution russe. Staline a ensuite contribué à façonner la jeune Union soviétique à travers la guerre civile russe qui en a résulté, la guerre polono-soviétique et l'invasion de la Géorgie. Au cours de cette période, Staline s'est heurté à Lénine et à d'autres dirigeants soviétiques à propos de l'idéologie, de la stratégie et de ses tendances violentes. Après la mort de Lénine, Staline a accumulé le pouvoir, pour finalement devenir le leader incontesté en 1929. Staline a ensuite passé des années avant la Seconde Guerre mondiale à pousser sa politique économique de collectivisation et à essayer d'industrialiser le pays. Staline a également passé ce temps à purger, exécuter et déporter ses ennemis en Sibérie. Les Soviétiques et les Allemands ont signé un pacte de non-agression et ont accepté de diviser l'Europe de l'Est, mais Hitler l'a violé et a envahi l'Union soviétique. Staline a mené l'Union soviétique à la victoire lors de la Seconde Guerre mondiale sur l'Allemagne. Staline a pris le contrôle de l'Europe de l'Est après la Seconde Guerre mondiale et a établi le bloc soviétique. Les relations avec l'Occident se sont détériorées et la guerre froide a commencé en 1947. Staline est mort quelques années plus tard en 1953.

Gueorgui Malenkov

Georgy Malenkov est né à Orenbourg, en Russie, en 1902. Son avancement dans le parti a été avancé par ses liens familiaux avec Lénine et plus tard sous l'œil vigilant de Staline. Il a été fortement impliqué dans la purge de ses ennemis par Staline dans les années 1930, gagnant la faveur de Staline et évitant sa colère. À la mort de Staline, Malenkov est devenu le chef de l'Union soviétique. Cependant, Malenkov a eu une séquence réformiste en appelant à des réductions des dépenses militaires et à un assouplissement de la répression politique. Ce fait a conduit à sa perte car quelques semaines plus tard, Nikita Khrouchtchev a organisé une coalition comme lui et a sapé toute son autorité en tant que leader. En 1955, Malenkov n'était plus le chef de l'Union soviétique. En 1957, il participa à une tentative de coup d'État ratée contre Khrouchtchev et fut expulsé du Parti communiste. Malenkov a ensuite été envoyé au Kazakhstan pour servir en tant que directeur d'une centrale hydroélectrique pour passer le reste de sa vie en disgrâce. Il est mort en 1988.

Nikita Khrouchtchev

En 1894, Nikita Khrouchtchev est né à Kalinovka, en Russie. En 1918, Khrouchtchev rejoint le Parti communiste et combat dans l'Armée rouge. Khrouchtchev a rapidement gravi les échelons du Parti communiste dans les années 30 et 40. Peu de temps après avoir repris la direction de l'Union soviétique à Malenkov, Khrouchtchev a prononcé un discours dans lequel il a dénoncé les excès sous Staline. Ce discours a marqué le début de sa politique de déstalinisation, qui a entraîné des protestations en Pologne et en Hongrie qui ont été réprimées. Khrouchtchev a assoupli les restrictions à la liberté d'expression, libéré des prisonniers politiques et lancé des objectifs agricoles audacieux mais finalement inaccessibles. Il a largement essayé de poursuivre une politique de coexistence pacifique avec l'Occident, mais en même temps, il a déclenché la crise des missiles cubains et a commencé la construction du mur de Berlin. La faible croissance économique, la détérioration des relations avec la Chine et d'autres problèmes ont finalement conduit à l'éviction de Khrouchtchev du pouvoir en "prenant sa retraite" en raison de sa santé. Khrouchtchev passa ses dernières années dans son domaine, mourant en 1971.

Léonid Brejnev

Leonid Brejnev est né à Kamianske, en Ukraine en 1906, qui faisait alors partie de l'Empire russe. Il a rejoint le Komsomol (organisation politique de la jeunesse) en 1923 et en 1929 est devenu membre à part entière du parti communiste. Brejnev a combattu pendant la Seconde Guerre mondiale, atteignant le grade de général de division et en 1952 est devenu membre du Comité central. Brejnev a pris la tête de Khrouchtchev et a mis fin à ses réformes culturelles en réprimant la liberté culturelle et il a rendu au KGB certains de leurs anciens pouvoirs qu'ils avaient sous Staline. L'économie soviétique s'est développée sous Khrouchtchev à un rythme qui était en passe de rattraper l'Amérique, mais au milieu des années 1970, elle est entrée dans une ère de stagnation et ne s'est jamais redressée. Brejnev a également construit l'armée de l'Union soviétique au détriment de son économie. Au cours des années 1970, Brejnev a poursuivi une politique de détente avec l'Occident en essayant de normaliser les relations, mais la décision coûteuse des Soviétiques d'envahir l'Afghanistan en 1979 a mis fin à la politique de détente. Au cours de ses dernières années, la santé de Brejnev s'est détériorée et il était surtout une tête figurée. Il est mort en 1982.

Youri Andropov

Youri Andropov est né dans le gouvernorat de Stavropol en 1914, qui faisait alors partie de l'empire russe. Andropov a rejoint le Parti communiste en 1939, et ses supérieurs ont rapidement remarqué ses capacités le faisant diriger le Komsomol. Après avoir été transféré à Moscou en 1951, il est affecté au secrétariat puis devient ambassadeur en Hongrie de 1954 à 1957. Après son retour à Moscou de son poste d'ambassadeur, il a rapidement gravi les échelons du parti et est devenu chef du KGB en 1967. Andropov a commencé à se positionner pour la succession à la tête de l'Union soviétique avec Brejnev en mauvaise santé. Andropov a été déclaré son successeur et a rapidement consolidé le pouvoir. Andropov a mené une campagne anti-corruption et a licencié de nombreux ministres et secrétaires du parti. Andropov a également continué à contrecœur la guerre soviétique en Afghanistan. Son règne fut cependant court car en août 1983, sa mauvaise santé le rattrapa et il passa ses derniers jours à l'hôpital, mourant en 1984.

Constantin Tchernenko

Konstantin Chernenko est né dans le gouvernorat d'Ienisseïsk en 1911, qui faisait alors partie de l'empire russe. Tchernenko a rejoint le Komsomol en 1929 et est devenu membre à part entière du Parti communiste en 1931. Tchernenko a commencé à travailler pour le département de la propagande en 1933 et a gravi les échelons. Le tournant de sa carrière a été une rencontre avec le futur dirigeant soviétique Leonid Brejnev en 1948. Brejnev a continué à l'aider à gravir les échelons, Tchernenko devenant membre à part entière du Comité central en 1971. Tchernenko a remplacé Andropov en tant que leader malgré sa propre santé malade. . Tchernenko a soutenu un plus grand rôle pour les syndicats et la réforme de l'éducation et de la propagande. Tchernenko a négocié un accord commercial avec la Chine mais n'a pas fait grand-chose pour désamorcer la guerre froide, a boycotté les Jeux olympiques d'été de 1984 et n'a pas mis fin à la guerre en Afghanistan. Au milieu de 1984, la santé de Tchernenko a commencé à se détériorer et il est décédé en mars 1985.

Mikhail Gorbatchev

Mikhail Gorbatchev est né à Stavropol Krai, en Russie, en 1931. Il a rejoint et est devenu très actif dans le parti communiste alors qu'il était à l'Université d'État de Moscou et a également obtenu un diplôme en droit. En 1979, il était devenu membre candidat du Politburo et en 1985, il est devenu le chef de l'Union soviétique après la mort de Tchernenko. Gorbatchev s'est engagé dans une course pour amasser des armes nucléaires dans l'espace avec les États-Unis, ce qui s'est avéré coûteux pour l'économie soviétique souffrante. Gorbatchev a réussi à mettre fin à la coûteuse guerre soviétique en Afghanistan en 1987. Il a travaillé pour offrir plus de libertés et de réformes au peuple soviétique avec ses politiques de glasnost et de perestroïka (ouverture et restructuration). En 1989, Gorbatchev a organisé des élections pour exiger que les membres du Parti communiste se présentent contre les non-membres afin de créer un système électoral plus démocratique. Il a également supprimé le rôle constitutionnel du Parti communiste dans la gouvernance de l'État, ce qui a conduit par inadvertance à la dissolution de l'Union soviétique. Ce fait était en dépit de Gorbatchev voulant garder l'Union soviétique unie. En 1990, Gorbatchev était aux prises avec différents groupes faisant la guerre et exigeant l'indépendance, ainsi qu'une économie soviétique en panne. En 1991, le rival de Gorbatchev, Boris Eltsine, a été élu président de la République russe et a poussé des changements radicaux dans l'économie. À la fin de décembre 1991, l'Union soviétique s'était complètement effondrée et Gorbatchev a démissionné et a donné à Eltsine le pouvoir complet sur la Russie.

Gennady Yanayev

Gennady Yanayev est né à Perevoz, en Russie, en 1937. Il a passé des années dans la politique locale avant de devenir célèbre en tant que président du Conseil central des syndicats de l'ensemble de l'Union. Ce fait l'a aidé à obtenir un siège au Politburo en 1990 et plus tard cette année-là, avec l'aide de Gorbatchev, il est devenu le premier vice-président de l'Union soviétique. Yanayev a rapidement eu des doutes croissants sur les politiques de réforme de Gorbatchev et a commencé à travailler avec le Gang des Huit contre Gorbatchev. Il a pris la direction officielle de la bande des huit et a renversé Gorbatchev lors du coup d'État d'août 1991. Le coup d'État s'est effondré après trois jours en raison de la popularité croissante de Boris Eltsine, et Yanayev a été arrêté. Il a été gracié en 1994 et a passé le reste de sa vie à travailler pour l'administration du tourisme russe jusqu'à sa mort en 2010.


Les références

Davies, R W (1994), « Changing Economic Systems: An Overview. » dans R W Davies, M Harrison et S G Wheatcroft (éds), La transformation économique de l'Union soviétique, 1913-1945, Cambridge : Cambridge University Press, p. 1-23.

Davies, R W, M Harrison, O Khlevniuk et S G Wheatcroft (en préparation), L'industrialisation de la Russie soviétique, vol. 7. L'économie soviétique et l'approche de la guerre, 1937-1939. Basingstoke : Palgrave.

Dexter, K et I Rodionov (2017), « Les usines, les établissements de recherche et de conception de l'industrie de la défense soviétique : un guide : Ver. 18 », Université de Warwick, Département d'économie.

Goskomstat Rossii (1997), Naselenie Rossii za 100 let (1897-1997). Statisticheskii sbornik, Moscou.

Harrison, M (2017a), « L'économie soviétique, 1917-1991 : sa vie et sa vie après la mort », L'examen indépendant 22(2): 199-206.

Harrison, M (2017b), « Foundations of the Soviet Command Economy, 1917 to 1941 », dans S Pons et S Smith (eds), L'histoire de Cambridge du communisme, vol. 1 : Révolution mondiale et socialisme dans un seul pays, Cambridge : Cambridge University Press, p. 327-347.

Markevich, A et M Harrison (2011), « Grande guerre, guerre civile et reprise : le revenu national de la Russie, 1913 à 1928 », Revue d'histoire économique 71(3): 672-703.

Novokmet, F, T Piketty et G Zucman (2017), « From Soviets to Oligarchs: Inequality and Property in Russia, 1905-2016 », document de travail WID.world no. 2017/09.

Singer, J D, S Bremer et J Stuckey (1972), "Capability Distribution, Uncertainty, and Major Power War, 1820-1965", dans B Russett (éd.), Paix, guerre et nombres, Beverly Hills : Sage, p. 19-48.

TsSU (1972), Narodnoe khoziaistvo SSSR. 1922-1972. Iubileinyi statisticheskii sbornik. Moscou : Statistika.


Quels sont les meilleurs livres sur l'histoire soviétique ?

Lénine&# x27s Tomb par David Remnick du New Yorker. Les doigts dans le nez. Il s'agit d'une période vérifiable de l'histoire de l'URSS. Une grande partie des tout premiers trucs était/est chargée de propagande.

Pensez-vous que vous pourriez développer un peu ce que couvre le livre?

Éditer: Oui, nous savons que c'est le vrai Tom Hanks, alors s'il vous plaît arrêtez de le souligner.

Merci beaucoup, je ne manquerai pas de vérifier.

Si vous êtes intéressé par la Seconde Guerre mondiale, je recommande généralement Guerre d'Ivan par Catherine Merrdale. C'est un regard fascinant et bien documenté sur la façon dont l'Union soviétique a été affectée et a réagi à l'invasion allemande et aux quatre années de conflit qui ont suivi.

Il touche non seulement à la grande échelle des événements, mais se penche sur l'expérience au niveau individuel – à quoi ressemblait la vie des soldats individuels et de ceux qui se trouvent derrière les lignes de front.

Stalingrad : Le siège fatidique, 1942-1943 par Antony Beevor

Staline : La Cour du Tsar Rouge de Simon Sebag Montefiore

Moscou, 1937 par Karl Schlögel

L'épée et le bouclier : les archives Mitrokhin et l'histoire secrète du KGB par Christopher M. Andrew, Vasili Mitrokhin

Rideau de fer : L'écrasement de l'Europe de l'Est, 1945-1956

Bloodlands : l'Europe entre Hitler et Staline par Timothy Snyder

La structure de l'histoire soviétique : essais et documents de Ronald Grigor Suny

La politique soviétique 1917-1991 par Mary McAuley

Nations rouges : l'expérience des nationalités en URSS et après par le Dr Jeremy Smith

Maintenant, vous voudrez peut-être aussi lire la plupart des écrits de Soljenitsyne. Pas en tant que recherche historique, la plupart de ses œuvres sont romancées ou romancées. Mais, il a beaucoup de représentations de la vie soviétique, qui sont agréables à avoir comme arrière-plan.

"Red Tsar" est un portrait intense de la paranoïa culturelle

Merci c'est une excellente liste.

La trilogie de Tony Cliff Building the Party, All Power to the Soviets et Revolution Besieged est un travail fantastique, bien que très détaillé et dense. C'est une excellente explication pour quiconque s'intéresse à la façon dont la période soviétique est née en premier lieu, pourquoi on l'appelle même la période soviétique et comment les révolutionnaires exigeant la démocratie pourraient voir leurs rêves « assiégés », entraînant Staline. Il adopte un point de vue très partisan sur la question de « Lénine a-t-il conduit à Staline ? », alors soyez prévenu si la « neutralité » est votre truc.

La montagne magnétique de Stephen Kotkin - bon mélange de parties "directes" et plus complexes et "révisionnistes" de l'historiographie soviétique.

Vous devriez consulter la section Histoire de la Russie moderne sur notre liste de livres si vous ne l'avez pas déjà fait.

Cela dépend vraiment de l'aspect particulier de l'Union soviétique que vous recherchez. Il existe une énorme quantité de littérature couvrant l'URSS, examinant presque tous les sujets possibles, il est donc difficile de donner une réponse correcte sans la restreindre un peu.

Je&# x27m particulièrement intéressé par le début de l'histoire soviétique 1917-1953

Stephen Kotkin's Montagne magnétique : le stalinisme en tant que civilisation vaut bien une lecture. Il est adapté d'une collection de journaux intimes que Kotkin lui-même a trouvés, et entre vraiment dans la vie quotidienne et les défis des citoyens soviétiques à l'époque stalinienne, discute (bien que de manière factuelle) du colonialisme soviétique à l'est de l'Oural, et donne vous une idée de ce à quoi ressemblait le système économique soviétique. Cela fait un moment que je ne l'ai pas lu, mais le principal inconvénient est que je suis très mal à l'aise à l'idée que Kotkin considère que les gens sont fondamentalement rationnels et négocient constamment avec un système totalitaire qui affecte profondément leur vie mais pas leurs pensées ou leurs rêves. . Pour moi, cette analyse de surface est insuffisante, et les romans soviétiques satiriques de la même époque comme Maître et Marguerite de Boulgakov font en réalité un bien meilleur travail pour se mettre sous la peau des Soviétiques et explorer de petites intimités qui sont entrelacées dans le pouvoir totalisateur de l'état.


Une brève histoire de l'Union soviétique de 1917 à 1991

Comme nous avons un intérêt particulier à visiter les pays et territoires qui formaient autrefois l'URSS, officiellement l'Union des Républiques socialistes soviétiques, nous avons pensé qu'il serait bénéfique de créer une brève histoire de la naissance de ce vaste empire et de ce qui a finalement conduit à sa chute. Bien sûr, le sujet est beaucoup plus approfondi et complexe que le récit de 1 500 mots que nous avons généré ci-dessous pour le décrire, mais notre objectif était de garder ce message court et de ne fournir qu'un aperçu général.

Carte de l'Union soviétique

Les origines du communisme – Karl Marx et Friedrich Engels

Tout a commencé avec les philosophes et sociologues allemands Karl Marx et Friedrich Engels qui, en 1848, ont écrit Le Manifeste Communiste pour un groupe de socialistes révolutionnaires basé à Londres, connu sous le nom de Ligue communiste. Dans le manifeste, Marx et Engels ont soutenu que le capitalisme, tel qu'il existait dans toute l'Europe du XIXe siècle, finirait par s'autodétruire et serait remplacé par un gouvernement dirigé par les travailleurs dans lequel les travailleurs posséderaient et bénéficieraient conjointement de tous les moyens de production. Le communisme, signifiant l'abolition de la propriété privée et où « chacun contribue et reçoit selon ses capacités et ses besoins » est né.

La Révolution russe et Vladimir Lénine

Le concept de communisme n'avait pas été prouvé jusqu'à ce qu'un membre du parti révolutionnaire bolchévique russe, Vladimir Ilitch Oulianov, mieux connu sous le nom de Lénine, saisisse l'opportunité d'exploiter et de coordonner les troubles du prolétariat en Russie contre le gouvernement russe monarchiste aristocratique dirigé par le tsar Nicolas II, un membre de la famille régnante des Romanov. En 1917, la Russie était déjà dans la tourmente et Lénine a organisé le renversement de la dynastie des Romanov, provoquant l'abdication de Nicolas II, puis son assassinat.

Au cours des années suivantes, Lénine et ses compatriotes bolcheviks ont consolidé la révolution russe et mis en place un certain nombre de conseils régionaux appelés soviets à la fois en Russie et dans les « colonies » russes annexées du Kazakhstan, du Kirghizistan, de la Moldavie, du Tadjikistan, du Turkménistan et de l'Ouzbékistan. Les bolcheviks ont également soutenu leurs voisins dans des révolutions similaires et ont signé des traités avec les républiques transcaucasiennes (Arménie, Azerbaïdjan et Géorgie), l'Ukraine et la Biélorussie et en 1924, la Russie avait créé l'Union des républiques socialistes soviétiques, l'URSS, comprenant douze républiques. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les États baltes d'Estonie, de Lettonie et de Lituanie ont été ajoutés, portant le total à quinze États au sein de l'union.

L'Union soviétique sous Joseph Staline

À la mort de Lénine en 1924 et après une brève lutte pour le pouvoir, son poste de chef du gouvernement est pris par le Géorgien Joseph Staline. Et ainsi commença la période la plus sombre de l'histoire de l'Union soviétique. L'interprétation de Staline du marxisme léniniste a conduit à la famine de 1932-33, à l'expansion rapide des camps de travaux forcés connus sous le nom de goulags, de multiples purges politiques (en particulier la Grande Purge de 1936-38), et en 1937, il était devenu un dictateur en charge d'un État totalitaire et totalement obsédé par l'autoglorification d'un culte de la personnalité. Il a mis en œuvre une énorme croissance des statues patriotiques dans les lieux publics, l'éloge constant de la presse d'État qui l'a positionné comme une figure paternelle bienveillante et attentionnée faisant l'objet de créations artistiques dans la littérature, la peinture, le cinéma et la musique. caractéristiques et une forme d'architecture pompeuse ornée basée sur des formes gothiques et baroques qui sont devenues connues sous le nom d'architecture stalinienne.

L'apogée de l'Union soviétique et de la guerre froide

Après la mort de Staline en 1953, son poste de secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique a d'abord été occupé par Georgy Malenkov, qui n'a duré que six mois, puis a été évincé par Nikita Khrouchtchev qui a presque immédiatement entamé le processus de déstalinisation - le démantèlement de la réputation de Staline et reconstruction de l'Union soviétique selon des lignes moins répressives. Les politiques agricoles et industrielles de Khrouchtchev ont largement échoué et il a été remplacé par Leonid Brejnev en 1964 qui est resté secrétaire général jusqu'à sa mort en 1982. Brejnev a été remplacé par Yuri Andropov qui a duré deux ans avant d'être remplacé par Konstantin Chernenko qui, un an plus tard en 1985 et après la mort de Tchernenko, a été remplacé par Mikhaïl Gorbatchev, l'architecte involontaire de la dissolution de l'URSS.

Au cours de la période de trente ans allant de Khrouchtchev à Gorbatchev, les dirigeants successifs de l'URSS ont lutté contre la montée du capitalisme en Europe occidentale et en Amérique du Nord et les améliorations visibles associées des niveaux de vie, de l'éducation, de la richesse matérielle, des pratiques agricoles, de la technologie et de la santé, et divers dirigeants ont tenté de contrecarrer les perceptions soviétiques selon lesquelles l'URSS prenait du retard. Khrouchtchev, par exemple, a redirigé les architectes soviétiques vers la conception et la construction de bâtiments plus simples et plus fonctionnels, créant ce que l'on appelle aujourd'hui le style architectural du modernisme soviétique, une branche de l'architecture brutaliste. Il a également assoupli la censure des arts, permettant, par exemple, la publication de la représentation d'Alexandre Soljenitsyne de la vie dans un goulag soviétique, Un jour dans la vie d'Ivan Denisovitch, publié en 1962 et probablement l'acte d'accusation le plus sauvage des goulags de Staline.

Leonid Brejnev a renversé de nombreuses politiques de libéralisation de Khrouchtchev et tout au long de ses dix-huit années au pouvoir, Brejnev est revenu au modèle stalinien en utilisant la répression et la peur pour mettre en œuvre ses politiques agricoles et militaires, et a fait très peu pour désamorcer la guerre froide avec l'Europe et les États-Unis. malgré son soutien à la détente. Bien que Brejnev ait renforcé la puissance militaire de l'URSS, y compris les armes nucléaires, sa politique agricole et ses autres politiques de fabrication ont échoué et l'économie de la Russie a stagné.

Ni Andropov ni Tchernenko n'étaient au pouvoir assez longtemps pour avoir un impact sur l'économie russe et il incombait à Mikhaïl Gorbatchev de relancer le processus d'alignement de la Russie et des États de l'URSS sur la croissance de la prospérité en Europe occidentale et en Amérique du Nord.

Perestroïka et glasnost

Avant de devenir le huitième et dernier secrétaire général, Gorbatchev était un fervent partisan du programme de déstalinisation de Khrouchtchev et a été fortement influencé par la catastrophe de la centrale nucléaire de Tchernobyl en 1986 et les tentatives ultérieures de dissimuler ce qui s'était passé. Il a également estimé que la Russie et l'ensemble de l'URSS avaient désespérément besoin d'une réforme sociale et, en 1985, lorsqu'il est devenu secrétaire général, il a mis en œuvre ses deux célèbres programmes de perestroïka et glasnost. La perestroïka, qui signifie restructuration, visait à réformer les politiques et les pratiques du Parti communiste de l'Union soviétique pour qu'il ressemble davantage au système occidental de libre-échange basé sur des élections démocratiques et une acceptation, plutôt que la répression, des différentes cultures et religions. Glasnost, signifiant ouverture et transparence, était un programme introduit à tous les niveaux de gouvernement visant à encourager la critique constructive des programmes locaux et nationaux, ce qui ne serait jamais arrivé sous le règne de Staline.

Timbre de l'URSS : Propagande pour la Perestroïka. Il se lit comme suit : « La restructuration est la dépendance à l'égard de la créativité vivante des masses ».

L'effondrement de l'Union soviétique

Bien que socialiste engagé, Gorbatchev a estimé que sans la liberté d'expression offerte par la glasnost et les réformes de libre marché intégrées à la perestroïka, l'URSS ne survivrait pas contre les systèmes capitalistes de l'Occident. Son objectif était de construire une meilleure mise en œuvre du communisme et, en cela, il a échoué. Six ans plus tard, en 1991, l'URSS a été dissoute et tous les États membres sont revenus à un statut autonome.

Ce n'était pas surprenant. Si vous regardez l'histoire, par exemple, des « stans » – Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Turkménistan et Ouzbékistan, vous verrez que chaque zone a été à l'origine annexée par la Russie à plusieurs reprises au XIXe siècle et est ainsi devenue une partie de la Empire russe. Lorsque les bolcheviks sont arrivés au pouvoir en 1917, les « stans » ont été automatiquement inclus dans la conversion en un État soviétique communiste et il y avait toujours eu un ressentiment envers la domination russe et, en particulier, la russification, un processus par lequel une communauté non russe a donné sa culture et sa langue au profit de la russe. Lorsque Gorbatchev a annoncé ses programmes de perestroïka/glasnost, chacun de ces États satellites y a vu une opportunité de recouvrer son indépendance nationale et a commencé à se réformer selon des lignes nationales.

La même chose s'est produite dans les autres États soviétiques (Républiques transcaucasiennes, Ukraine et Biélorussie) et, en particulier, dans les trois États baltes attribués à la Russie après la Seconde Guerre mondiale. Toute l'URSS grouillait de mouvements séparatistes et, ironiquement, c'est un État non-URSS, l'Allemagne de l'Est, qui a scellé le sort de l'URSS. L'Allemagne de l'Est est passée sous contrôle communiste à la fin de la Seconde Guerre mondiale mais n'a jamais été officiellement admise en URSS, à l'instar d'autres États communistes d'Europe de l'Est tels que la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, la Tchécoslovaquie, l'Albanie et la Yougoslavie. En novembre 1989, le monde a vu les Allemands de l'Est abattre le mur de Berlin détesté et se sont précipités dans Berlin-Ouest, démarrant ainsi le processus de réunification de l'Allemagne. Ce moment très émouvant de l'histoire a donné de la force à tous les autres États de l'URSS et satellites et le 26 décembre 1991, la dissolution de l'URSS était complète. Mikhaïl Gorbatchev a démissionné la veille en déclarant que son bureau de secrétaire général n'existait plus et a cédé son poste de président de la Russie à Boris Eltsine. À la mort d'Eltsine en 2007, Vladimir Poutine est devenu président et le reste à ce jour.

Les suites de la dissolution de l'Union soviétique

Dans toutes les quinze républiques d'origine des pays qui composaient l'URSS, vous trouverez de nombreux vestiges de cette expérience du communisme : des statues de dirigeants tels que Lénine et Staline (bien que les politiques de décommunisation dans des pays comme l'Ukraine, par exemple, aient provoqué de nombreuses statues et autres images des deux hommes à enlever et à détruire) monuments vantant la gloire patriotique des bâtiments de la Mère Russie dans les styles stalinien et moderniste soviétique, dont beaucoup sont maintenant dans un état de délabrement des œuvres artistiques telles que des bas-reliefs, des mosaïques et des peintures glorifiant le les travailleurs, les unités familiales et le personnel militaire et d'autres vestiges de l'époque, y compris les musées, en particulier le musée Staline à Gori, le lieu de naissance de Staline en Géorgie, qui s'efforce mais ne parvient pas à être impartial et à ne pas vénérer le chef tyrannique.

On se demande ce qu'auraient fait Marx et Engels de la croissance et du déclin de l'URSS. Il ne fait aucun doute que tous deux étaient sincères dans leur conviction que le communisme était la seule voie à suivre, mais il semblerait qu'ils n'aient pas pris en compte les aspects plus pragmatiques des effets de la règle et du pouvoir. C'est dommage qu'ils n'aient pas pu prendre note de la célèbre remarque de Lord Acton dans une lettre à l'évêque Creighton : « Le pouvoir a tendance à corrompre et le pouvoir absolu corrompt absolument. Les grands hommes sont presque toujours des hommes mauvais, même lorsqu'ils exercent de l'influence et non de l'autorité, encore plus lorsqu'on surajoute la tendance ou la certitude de la corruption par l'autorité. Le Manifeste Communiste.

PARCOUREZ NOS ARTICLES DE BLOG SUR LES PAYS DE L'EX-URSS

VOIR PLUS DE MONUMENTS & ARCHITECTURE DE L'ANCIENNE UNION SOVIETIQUE

APPRÉCIEZ-VOUS CONNAÎTRE L'HISTOIRE DES LIEUX QUE VOUS VISITEZ ? S'IL VOUS PLAÎT, PINEZ CE POST…


Joignez-vous à notre liste de diffusion pour recevoir des mises à jour régulières (mais pas trop régulières !) de la route la moins fréquentée.

We aim to send a monthly newsletter which includes a round-up of our newest posts featuring off-the-beaten-path destinations, unusual things to do, abandoned places, street art, and more. All designed to help you discover quirky and unusual things to do and see, and explore off-beat destinations.


Were there any elections in the USSR?

It&rsquos somewhat surprising that the Soviet one-party system had elections at all. Mais il l'a fait. Since the new Soviet constitution, adopted in 1936, had established a legislative body called the Supreme Soviet of the Soviet Union, people were supposed to vote its members into office every four years.

And election day would often resemble a public holiday marked by mass celebrations.

Music, deficit goods and festivities

Akin to other states, where political power was monopolized, the turnout of the Soviet elections was always exceptional: near 100%. Those who participated in the Soviet elections say there was no pressure to attend. Instead, people went to vote voluntarily, because they considered demonstrating their faith in the system their duty, but also because they were subtly incentivized to attend by the authorities.

Prior to elections, authorities always launched campaigns aimed to increase the turnout. Newspapers printed announcements of upcoming elections to inform people of the date. Soviet newspapers also flooded people with rather boring reports about preparations for elections.

Agitational posters also incentivized people to cast a vote.

Voters also received personal notes that appealed to comrades&rsquo consciousness:

Judging by the massive turnout, the strategy worked. People would come to cast a vote together with family members and friends and often staged group photos to memorize the remarkable day. The environment at the voting stations was usually festive.

The elections to the Supreme Soviet of the USSR in 1958.

Music played and people would even dance at some of the voting stations.

Artists perform for the voters at the polling stations in Georgian SSR, March 4, 1984.

&ldquoWe always went to vote first thing in the morning, because at the voting stations, you could buy deficit goods like oranges, cake, pastries and also some rare books that were otherwise impossible to buy and these were quickly sold out,&rdquo remembers Alexandra Goryushina, an 83-year-old woman who participated in Soviet elections.

&lsquoSacred duty&rsquo

Although the festive environment and deficit goods did their share in luring people to the voting stations, the prevailing majority of the Soviet citizens believed it was their duty to vote, as every vote at the non-alternative elections automatically became a vote of confidence in the validity of the communist system.

Elections to the Supreme Soviet of the USSR in a reindeer-breeding state farm, June 15,1975.

&ldquoPeople were coming to voting stations regardless of the opportunity to buy deficit [products and goods]. Some people wanted sausage, some didn&rsquot. But everyone thought it was necessary to vote. It was a sacred [duty],&rdquo said Nikolay Bobrov who has participated in Soviet elections since 1971.

March 4, 1984. Workers of Tumanovskiy Collective Farm of Arzamas district of Gorky region go to the elections.

Even if someone did not like the idea of voting for already pre-approved candidates that faced no competition while running for an elected office, peer pressure forced them to cast a vote anyhow.

&ldquoMy father, for example, did not like elections very much, but he went to vote [nonetheless],&rdquo said Bobrov.

Uncontested candidates

There was no opposition in the USSR. The Communist Party of the Soviet Union (CPSU) was the only legitimate political force in the country. All citizens were expected to support it and any opposition to the party line was regarded as a sign of untrustworthy dissent.

A candidate to the Supreme Soviet addresses Soviet people.

Most of the candidates ran on the CPSU&rsquos platform, yet there were also formally independent candidates. Nonetheless, those also ran in alliance with the CPSU candidates and not against them.

In each electoral district there was only one candidate who ran on the platform of what was known as the &ldquounbreakable bloc of Communists and non-party members&rdquo.

Leningrad. Elections to the Supreme Soviet. March 1, 1984.

One was allowed to vote against the only candidate available, but to do so, a person had to use a polling booth, while a vote for the uncontested candidate could be cast by submitting a blank ballot (a process that didn&rsquot require stepping in a polling booth).

Most people simply cast a blank ballot and those who entered polling booths were eyed with suspicion as potential dissidents.

Only after Mikhail Gorbachev introduced democratization measures in the Soviet political system by establishing a new legislative body, known as the Congress of People's Deputies in 1989, did the Soviet people have a taste of a competitive election process.

Click here to learn how Russian women won the right to vote.

Si vous utilisez tout ou partie du contenu de Russia Beyond, fournissez toujours un hyperlien actif vers le contenu original.


Anniversaires célèbres

Birthdays 1 - 100 de 299

Vladimir Lenin

1870-04-22 Vladimir Lenin [Vladimir Ilich Ulyanov], Marxist Revolutionary and Soviet Leader, born in Simbirsk, Russia (d. 1924)

    Mikhail Kalinin, Soviet communist leader and statesman, born in Verkhnyaya Troitsa, Russia (d. 1946) [OS] Felix Dzerzhinsky [Iron Felix, Bloody Felix], Ivyanets, Lithuania, Soviet statesman, established and developed Soviet secret police (Cheka, forerunner to the KGB)

Joseph Staline

1878-12-18 Joseph Stalin, Dictator and General Secretary of the Soviet Union (1922-53), born in Gori, Tiflis Governorate, Russian Empire (d. 1953)

    Kliment J Woroshilov, marshal/president USSR (1953-60) Bela Kun, Czehul Romania, head of Hungarian Soviet Republic (1919) Heinrich Neuhaus, Soviet pianist (The Art of Piano Playing), born in Elisavetgrad, Russian Empire (d. 1964)

Vladimir Zworykin

1888-07-29 Vladimir K. Zworykin, Russian-American inventor (development of television, cathode ray tube), born in Murom, Russian Empire (d. 1982)

    Solomon Mikhoels, Soviet actor and chairman of the Jewish Anti-Fascist Committee (d. 1948) William Christian Bullitt Jr., 1st US ambassador to USSR, born in Philadelphia, Pennsylvania (d. 1967) Vlas Chubar, Soviet politician (d. 1939) Sergey Ivanovich Vavilov, Soviet physicist (d. 1951) W Averell Harriman, American (Gov-D-NY)/ambassador to USSR (1943-46) E. H. Carr, English historian (History of Soviet Russia), born in London (d. 1982) Vsevolod Pudovkin, Soviet film director/theorist (Mother, Deserter) Vladimir Mayakovsky, Russian poet (Ode to Revolution), born in Baghdati, Soviet Georgia (d. 1930) [OS=7/7] Ernst Toller, German playwright, President of Bavarian Soviet Republic (1919), born in Samotschin (d. 1939)

Nikita Khrouchtchev

1894-04-15 Nikita Khrushchev, First Secretary of the Communist Party of the Soviet Union (1953-64), born in Kalinovka, Russia (d. 1971)

    Nikolai Bulganin, Premier of USSR (1955-58), born in Gorky, Russia (d. 1975 Miron Merzhanov, Soviet architect (d. 1975) Richard Sorge, German spy for the Soviet Union in Tokyo during World War II, born in Baku, Russian Empire (d. 1944) Anastas Mikoyan, Armenian revolutionary and member of Supreme Soviet, born in Sanahin, Yelizavetpol Governorate, Russian Empire (d. 1978) Dziga Vertiv [Denis A Kaufman], Russian director (Sjagai, Soviet!) Hovhannes Bagramyan, Soviet military commander and Marshal of the Soviet Union of Armenian origin, born in Yelizavetpol, Elisabethpol Governorate, Russian Empire (d. 1982)

Lavrentiy Beria

1899-03-29 Lavrentiy Beria, Soviet politician and head of the NKVD secret service, born in Merkheuli, Russian Empire (d. 1953)

    Ivan Ivanov-Vano Soviet animator and Russian animation director (d. 1987) Sergey Vladimirovich Obraztsov, Soviet puppet master, born in Moscow, Russia (d. 1992) Igor Kurchatov, Russian nuclear physicist, born in Sim, Chelyabinsk Oblast, Russia (d. 1960) Nikolaj V Podgorny, pres USSR (1965-77) Aram Khachaturian, Soviet composer (Gayane Sabre Dance), born in Tbilisi, Georgia (d. 1978) Aleksei N Kosygin, Soviet premier (1964-80) Nikolai Tikhonov, Soviet politician (Chairman of the Council of Ministers of the Soviet Union 1980-85), born in Kharkiv, Kharkov Governorate, Russian Empire (d. 1997) Mikhail Sholokhov, Soviet writer (And Quiet Flows the Don, Nobel 1965), born in Veshenskaya, Don Host Oblast, Russian Empire (d. 1984) Oleg Antonov, Soviet aircraft designer (d. 1984) Klavdiya Shulzhenko, Soviet jazz and pop singer ("Let's Smoke"), born in Kharkiv, Russian Empire (now Ukraine) (d. 1984) William Hayter, British diplomat and Ambassador to the Soviet Union (1953-57), born in Oxford, England (d. 1995)

Leonid Brezhnev

1906-12-19 Leonid Brezhnev, General Secretary of the Soviet Union (1964-82), born in Kamenskoye, Ukraine (d. 1982)

    Yevgeniy Abalakov, Soviet mountaineer (d. 1948) Anthony Blunt, British art historian and spy for USSR, born in Bournemouth, Hampshire, England (d. 1983) Fyodor Matveyevich Okhlopkov, Yakut-born Soviet sniper (d. 1968) Harrison E Salisbury, journalist/author (50th Anniv of Soviet Union) Vladimir Alatortsev, USSR, International Chess Master (1950) Andrei Gromyko, Soviet politician (President of Union of Soviet Socialist Republics), born in Staryya Hramyki, Mogilev Governorate, Russian Empire (d. 1989) [NS 7/18] Andrei Gromyko, Soviet politician (President of Union of Soviet Socialist Republics), born in Staryya Hramyki, Mogilev Governorate, Russian Empire (d. 1989) [OS 7/5] Aleksandr Tvardovsky, Russian poet and editor in chief (Novyj Mir), born in Zagorye, Russian Empire (d. 1971) [OS=June 8] Mikhail Botvinnik, Russian world chess champion (1948-63), born in Repino, Russia (d. 1995) Sergey Sokolov, Soviet marshal and Minister of Defence of the Soviet Union (1984-87), born in Yevpatoria, Russian Empire (d. 2012)

Konstantin Chernenko

1911-09-24 Konstantin Chernenko, General Secretary of the Communist Party of the Soviet Union (1984-85), born in Bolshaya Tes, Yeniseysk Governorate, Russian Empire (d. 1985)

Kim Philby

1912-01-01 Kim Philby, British spy and Soviet mole who was a member of the "Cambridge Five", born in Ambala, Punjab, India (d. 1988)

Yuri Andropov

1914-06-15 Yuri Andropov, General Secretary of the Communist Party of the Soviet Union (1982-84) and KGB Chief (1967-82), born in Nagutskaya, Stavropol Region, Russian Empire (d. 1984)

    Vasily Zaitsev, Soviet World War II hero (d. 1991) Georgy Sviridov, Soviet Russian neo-romantic composer (The Blizzard Time Forward!), born in Fatezh, Kursk Governorate, Russian Empire (d. 1998) Paul Keres, USSR, chess grandmaster (1950) Yuri "Petrovich" Lyubimov, USSR, director (Taganka) Nikolai Ogarkov, Soviet field marshal, born in Molokovo, Tver, Russian Republic (d. 1994) Yevgeny Pepelyaev, Bodaybo, Irkutsk, Soviet Union, fighter pilot, (d. 2013) Marcus Klingburg, Israeli soviet spy and epidemiologist Nina Dumbadze, Soviet discus thrower (Olympic bronze 1952), born in Odessa, Ukraine (d. 1983) Oleg Penkovsky, Soviet military intelligence (GRU), born in Vladikavkaz, Russia (d. 1963) Yegor Ligachev, Soviet politician Georgy Beregovoy, Soviet cosmonaut (Soyuz 3), born in Fedorivka, Poltava Oblast, Ukrainian Soviet Socialist Republic (d. 1995)

Dmitri Polyakov

1921-07-06 Dmitri Polyakov, Soviet Major General and spy for the CIA, born in Ukraine (d. 1988)

    Maria Gorokhovskaya, Russian gymnast (Olympic Champion 1952), born in Yevpatoria, Soviet Union Viktor Chukarin, Soviet gymnast (Olympic gold 1952, 56), born in Mariupol, Ukraine (d. 1984) Anatoli Papanov, Russian actor (Cold Summer of 1953) named as a People's Artist of the USSR (1973), born in Vyazma, Russia (d. 1987) Vsevolod Bobrov, Soviet ice hockey left wing (Olympic gold 1956) and soccer striker (3 caps), born in Morshansk, Tambov, Russia (d. 1979) Yelena Bonner, Soviet dissident and wife of Andre Sakharov, born in Merv, Turkmenistan, Soviet Union (d. 2011) [1] Aleksandra Chudina, Soviet athlete, track jumper (Olympic-2 silver-1952), born in Kurkinsky District, Russia (d. 1990) Gevork Vartanian, Soviet intelligence agent (Operation Long Jump), born in Rostov-on-Don (d. 2012) Nina Bocharova, Soviet-Ukrainian gymnast (Olympic gold balance beam, team 1952), born in Suprunivka, Ukraine (d. 2020) Sergey Yablonsky, Soviet and Russian mathematician and one of the founders of the Soviet school of mathematical cybernetics and discrete mathematics (d. 1998), born in Moscow, Russia Pavel Belyayev, Soviet fighter pilot and cosmonaut (Voskhod II), born in Chelishchevo, Russia (d. 1970) Arkady Natanovich Strugatsky, Soviet-Russian sci-fi author (Tale of the Troika), born in Batumi, Georgia (d. 1991) Yakov Rylsky, USSR sabre team (Olympic bronze 1956), born in Aleksandrovka, Verkhubinsky District, Kazakhstan (d. 1999) Vladimir Shainsky, Soviet and Russian composer, born in Kiev, Ukraine (d. 2017) Konstantin Petrovich Feokistov, USSR, cosmonaut (Voskhod I) Sergei Filatov, Soviet equestrian dressage (Olympic gold 1960), born in Lysyye Gory, Tambov Governorate (d. 1997) Galina Vishnevskaya, Russian soprano opera singer (Britten's "War Requiem"), born in Leningrad, Russia (d. 2012) Ivan Kalita, Soviet equestrian dressage (Olympic silver 1968), born in Tambov Governorate (d. 1996) Mstislav Rostropovich, Soviet-Russian cellist and conductor, born in Baku, Azerbaijan SSR (d. 2007) Eldar Ryazanov, Russian film director and screenwriter (A Cruel Romance), born in Kuybyshev, USSR (d. 2015) Vladimir Shatalov, Soviet cosmonaut (Soyuz 4, 8, 10), born in Petropavlovsk, Kazakh SSR

Eduard Shevardnadze

1928-01-25 Eduard Shevardnadze, President of Georgia (1995-2003) and Soviet Foreign Minister (1985-90), born in Mamati, Georgia (d. 2014)

    Vasily Grigoryevich Lazarev, Siberia USSR, cosmonaut (Soyuz 12, 18A) Nina Otkalenko, USSR, 800m runner (9 world records) Valentin Muratov, Russian gymnast (4 gold, 1 silver medals 1952, 1956 Olympics), born in Moscow, Russia (d. 2006) Rudolf Plyukfelder, Soviet light heavyweight lifter (Olympic gold 1964), born in Novoorlivka, Ukraine Nina Ponomareva Romaschkova, Soviet discus thrower (Olympic gold 1952, 60), involved shoplift scandal, born in Smychka (d. 2016) Vladimir Antoshin, USSR, International Chess Grandmaster (1964) Tigran Petrosian, Soviet Armenian world chess champion (1963-69), born in Tiflis, Georgian SSR, Soviet Union (d. 1984) Larisa Bogoraz, Soviet dissident (d. 2004)

Francis Gary Powers

1929-08-17 Francis Gary Powers, American spy captured by the USSR after his U-2 spy was shot plane in 1959, born in Jenkins, Kentucky (d. 1977)

    Elizabeta Bagrintseve, USSR, discus thrower (Olympic silver 1952) Andrian Grigoryevich Nikolayev, Soviet cosmonaut (Vostok III, Soyuz 9), born in Shorshely, Russia (d. 2004) Nikolay Ryzhkov, Premier of USSR (1985-1991) Lev Yashin, Soviet-Russian football goalkeeper (Soviet Union 1954-1967) Alevtina Koltschina, USSR, cross coutry relay skier (Olympic gold 1960) Yury Tyukalov, Soviet rower (Olympic 1952,56 Gold), born in Leningrad, Russia (d. 2018) Yuri Petrovich Artyukin, USSR, cosmonaut (Soyuz 14) Konstantin Vyrupayev, Soviet wrestler (Greco-Roman Bantamweight Olympic Gold 1956), born in Irkutsk, Russia (d. 2012)
  • Précédent
  • 1

Key Facts & Information

CONTEXTE HISTORIQUE

  • After the Bolshevik triumph at the end of October, 1917, Lenin needed the support of the Russians as the nation was near collapse. Despite the lack of experience in running a government, Lenin, Trotsky, and the Bolshevik Party were able to introduce new laws right after the revolution.
  • Initially, the Bolsheviks showed support of the Constituent Assembly. However, with the return of Lenin in 1917, he distinguished the party from other socialist- and bourgeois-dominated bodies, including the Provisional Government and the Constituent Assembly.
  • After the election, Lenin anonymously issued the Theses on the Constituent Assembly on December 26, 1917, in the Bolshevik newspaper Pravda. He argued that a republic of Soviets should not be composed of a Constituent Assembly with bourgeois members.
  • On July 16, 1918, the last of the Russian royal family was sentenced to death. Many believed that the impromptu murder was planned by the Bolsheviks. All of Nicholas II’s family, his wife, and children were executed.
  • In line with the promise of giving the Russian people peace, Bolshevik leader Lenin signed a peace treaty with the Central Powers composed of Germany, the Austro-Hungarian Empire, Bulgaria, and the Ottoman Empire.
  • On December 22, 1917, open talks between representatives took place in Brest-Litovsk (modern-day Belarus).
  • On March 3, the Treaty of Brest-Litovsk was signed, and Russia was successful in exiting the war but faced humiliating territorial loss.
  • Between 1918 and 1920, the Russian Civil War occurred in opposition to Lenin’s regime. Groups composed of militarists, monarchists, and some foreigners were collectively known as the Whites, while Lenin supporters were the Reds.
  • After the Russian Civil War, the once small Bolshevik Party held total control of Russia. Moreover, Lenin recaptured several territories of the former Russian Empire and organized them into socialist republics all ruled by the Soviets.
  • By 1922, the Union of the Soviet Socialist Republics, commonly known as the USSR, was established by Lenin. After two years, each Republic delegated representatives to the Congress of Soviets and agreed with a constitution.

THE UNION OF THE SOVIET SOCIALIST REPUBLICS

  • Aside from having a supreme governing body with the Central Executive Committee of the Congress, Russia became a Communist one-party state.
  • In 1924, upon the death of Lenin, Joseph Stalin rose to power, defeating expected successor Leon Trotsky. Stalin ruled as a dictator and employed a series of brutal policies, including the Great Purge.
  • From 1924 until Stalin’s death in 1953, the USSR changed from an agrarian society to an industrial and military nation.
  • In order to transform the Soviet Union, Stalin led a series of Five-Year Plans which included collectivization of agriculture and rapid industrialization. The succeeding Five-Year Plans still included industrialization plus the massive production of armaments.
  • Collectivization was Stalin’s policy, which initially encouraged the transformation of agriculture from private-capitalist to collective-socialist production.
  • Collective farms were called kolkhoz and were composed of 50 to 100 families that replaced outmoded farms owned by the peasantry. Richer peasants known as the kulaks were excluded.
  • In order to modernize agriculture, small farms were combined into one and machinery like tractors was used to boost productivity. All products were sold to the government and farmers received wages.
  • In 1930, many peasants rebelled against Stalin’s policy of Collectivization. They burned farmland and killed domestic animals rather than selling to the state.
  • The direct consequence was famine. After a year, Stalin doubled the policy this worsened the famine. Stalin blamed the kulaks who were sent to gulags. By 1939, 99% of farmland was collectivized and 90% of all production went to the government.
  • Dekulakization was Stalin’s response to the kulaks’ organized protests against Collectivization. There were also reports of kolkhoznik (collective farmers) attacked by non-collective neighbors.
  • During the initial years of the Second World War, Stalin signed a nonaggression pact with Adolf Hitler with hopes that the Fuhrer would spare the USSR. However, Hitler launched Operation Barbarossa against the USSR. In response, Stalin made an alliance with the U.S. and Britain.
  • After the surrender of the Nazis, Stalin felt uncomfortable with his alliance. By 1948, he installed communist governments in Eastern Europe.
  • As a result of Communist expansionism, the U.S. and Britain were threatened. In response, NATO or the North Atlantic Treaty Organization was founded in 1949.
  • By 1955, the USSR and its allies in the Eastern bloc formed the Warsaw Pact which set the stage for the Cold War. The Cold War lasted until 1991, the same year of the union’s collapse.
  • Upon the death of Stalin, Nikita Khrushchev consolidated power and became the premier of the USSR.
  • Under Khrushchev, tensions of the Cold War rose. He instigated the Cuban Missile Crisis in 1962, against U.S. President John F. Kennedy.
  • Khrushchev became known for his de-Stalinization policy. Through a speech, he criticized Stalin’s regime. Among his policies included the release of political prisoners, loosening of censorship, and closing of gulags or labor camps.
  • After the success of the Soviet’s Sputnik 1 and Yuri Gagarin’s mission, technological rivalry against the United States began with the Space Race.

THE USSR AND GORBACHEV

  • After the costly space race and military conflicts in Berlin, Cuba, and Afghanistan, Mikhail Gorbachev inherited a stagnant economy and unstable political system.
  • With the emergence of Mikhail Gorbachev in the late 1980s as the new Soviet leader, the USSR began to implement policies that aimed to restructure the Soviet economy and politics. By the time of Gorbachev’s succession, the USSR’s economy had stagnated and the nation was isolated from the West. Some of his initial policies included:
    • Withdrawal of the Red Army from Afghanistan
    • Strategic Arms Reduction Talks (START) and the Intermediate-Range Nuclear Forces Treaty agreement with the U.S.
    • The implementation of democratization in governance
    • The introduction of reconstruction concepts including perestroika and glasnost

    The Soviet Union Worksheets

    This is a fantastic bundle which includes everything you need to know about the Soviet Union across 23 in-depth pages. Ceux-ci sont ready-to-use The Soviet Union worksheets that are perfect for teaching students about the Soviet Union, officially known as the Union of Soviet Socialist Republics or the USSR, which was formed in 1922 through a treaty between Russia, Ukraine, Belarus, and Transcaucasia by the Communist leader, Vladimir Lenin. Before its collapse in 1991, the USSR grew and, at its height, controlled 15 Soviet Socialist Republics.

    Complete List Of Included Worksheets

    • The Soviet Union Facts
    • Mapping the USSR
    • From Lenin to Gorbachev
    • Soviet Glossary
    • Soviet Infographic
    • La guerre froide
    • Soviet Pact and Facts
    • Collectivization Bulletin
    • Soviet Events
    • The Man of Steel
    • The Soviet Union and WWII

    Lier/citer cette page

    Si vous référencez le contenu de cette page sur votre propre site Web, veuillez utiliser le code ci-dessous pour citer cette page comme source originale.

    Utiliser avec n'importe quel programme

    Ces feuilles de travail ont été spécialement conçues pour être utilisées avec n'importe quel programme d'études international. Vous pouvez utiliser ces feuilles de travail telles quelles ou les modifier à l'aide de Google Slides pour les rendre plus spécifiques aux niveaux d'aptitude de vos élèves et aux normes du programme d'études.


    Voir la vidéo: De lURSS à la Russie chronique dune hégémonie de la naissance à la chute (Janvier 2022).