Podcasts sur l'histoire

Khrouchtchev interdit de visiter Disneyland

Khrouchtchev interdit de visiter Disneyland

Dans l'un des moments les plus surréalistes de l'histoire de la guerre froide, le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev explose de colère lorsqu'il apprend qu'il ne peut pas visiter Disneyland. L'incident a marqué le point culminant de la journée de Khrouchtchev à Los Angeles, une journée marquée à la fois par la frivolité et la tension.

Khrouchtchev est arrivé aux États-Unis le 15 septembre pour une visite prolongée et une réunion au sommet avec le président Dwight D. Eisenhower. Le dirigeant soviétique a manifesté le désir de voir Hollywood et une visite a été organisée. Le 19 septembre, Khrouchtchev et sa femme arrivent à Los Angeles. La journée a commencé assez agréablement, avec une visite des studios Twentieth Century Fox à Hollywood. Le premier ministre soviétique a été emmené sur la scène sonore du film « Can-Can » et a été immédiatement entouré par les acteurs du film, dont Shirley MacLaine et Juliet Prowse. MacLaine a salué Khrouchtchev dans un russe approximatif, puis a tenté d'engager le premier ministre dans une danse impromptue. Khrouchtchev a supplié jovialement puis s'est tenu debout pendant que les membres de la distribution jouaient un numéro du film. Frank Sinatra a été amené pour servir de maître de cérémonie officieux pour la visite, et il a ensuite déjeuné avec un Khrouchtchev manifestement ravi.

Les choses ont commencé à se dégrader lorsque le président de la Twentieth Century Fox, Spyros P. Skouras, a présenté Khrouchtchev à l'hôtel de ville de Los Angeles. Presque immédiatement, Skouras, qui était un ardent anticommuniste, a irrité Khrouchtchev en se référant à la célèbre déclaration du Premier ministre selon laquelle la Russie « enterrait » le capitalisme. Skouras a déclaré que Los Angeles n'était pas particulièrement intéressé à "enterrer" qui que ce soit, mais relèverait le défi s'il était posé. Le célèbre caractère de Khrouchtchev s'est rapidement embrasé. Il a accusé les remarques de Skouras de faire partie d'une campagne pour le chahuter lors de son voyage en Amérique. Le plan, suggéra Khrouchtchev, était de lui piquer, de lui "frotter" la force de l'Amérique sur son visage et de lui faire "un peu trembler les genoux". S'adressant directement à Skouras, Khrouchtchev a déclaré : « Si vous voulez poursuivre la course aux armements, très bien. Nous acceptons ce défi. Quant à la sortie des fusées, eh bien, elles sont sur la chaîne de montage. C'est une question des plus sérieuses. C'est une question de vie ou de mort, mesdames et messieurs. Un de guerre et de paix.

La colère de Khrouchtchev a augmenté lorsqu'il a appris qu'il ne serait pas autorisé à visiter Disneyland. Les autorités gouvernementales craignaient que la foule ne représente un danger pour la sécurité du premier ministre. Khrouchtchev, toujours furieux du débat avec Skouras, explose. "Et je dis, j'aimerais beaucoup aller voir Disneyland. Mais alors, nous ne pouvons pas garantir votre sécurité, disent-ils. Alors que dois-je faire ? Se suicider? Qu'est-ce que c'est? Y a-t-il une épidémie de choléra là-bas ou quelque chose du genre ? Ou des gangsters se sont-ils emparés de l'endroit qui peut me détruire ? » Khrouchtchev a quitté Los Angeles le lendemain matin.

Des séances de photos avec Shirley MacLaine à un débat houleux avec le directeur d'un studio de cinéma et à une explosion enfantine de ne pas être autorisé à entrer à Disneyland, la journée de Khrouchtchev à Los Angeles a été riche en activités. Le dirigeant soviétique a poursuivi son voyage à travers la Californie sans autre incident et est retourné à Washington pour sa rencontre avec Eisenhower.


Pourquoi l'Union soviétique n'a-t-elle pas réussi à construire son propre Disneyland ?

Visite officielle aux États-Unis d'une délégation du gouvernement soviétique dirigée par Nikita Khrouchtchev, New York, septembre 1959.

Comme on le sait, le premier Disneyland est apparu en Californie en 1955. L'Union soviétique ne voulait pas être à la traîne et prévoyait de construire sa propre version du célèbre parc de divertissement.

La première suggestion de créer un Disneyland soviétique a été faite par Nikita Khrouchtchev après son retour de sa visite officielle aux États-Unis en 1959. Fait intéressant, malgré son souhait fort, le dirigeant soviétique s'est vu refuser la visite du célèbre parc de divertissement aux États-Unis.

Le souhait de Khrouchtchev de visiter Disneyland était spontané et totalement imprévu pour les Américains. Le service de sécurité américain lui a dit qu'il n'avait pas eu le temps d'assurer sa sécurité dans l'immense parc et qu'il ne pouvait donc autoriser ce voyage.

Le dirigeant soviétique était en colère : « Y a-t-il là-bas une épidémie de choléra ou quelque chose du genre ? Ou que des gangsters s'emparent de l'endroit qui peuvent me détruire. Pour moi la situation est inconcevable.&rdquo

Malgré le fait que le dirigeant soviétique contrarié ne puisse voir Disneyland en personne, il est rentré chez lui avec l'idée d'en créer un similaire pour les enfants soviétiques. Le projet a reçu le nom &ldquoWonderland.&rdquo


Étiquette : Khrouchtchev exclu de Disneyland

Bonjour. Ou devrais-je dire, “Arrrrr !!” Ce sera le mercredi 19 septembre 2012. Oui, les amis, aujourd'hui sera “Talk Like A Pirate Day.” Mais, frissonnez-moi, je ne le serai pas parler comme ça toute la journée, de peur que mes principaux compagnons ne me fassent marcher sur la planche. Yo ho ho, et une bouteille d'attente. POURQUOI LE RHUM EST-IL PARTI ??

A cette date en 1957, une bombe nucléaire de 1,7 kilotonne a explosé dans un tunnel souterrain du Nevada. Un peu moins de six mois plus tard, je suis né. Coïncidence? Qui sait?
A cette date en 1959, Nikita Khrouchtchev n'a pas été autorisé à entrer à Disneyland. Pas étonnant qu'il veuille nous enterrer. Il n'a pas été autorisé à visiter l'endroit le plus heureux du monde.
À cette date en 1881, le président James Garfield est décédé des complications de blessures par balle reçues 80 jours auparavant. Un peu moins de 77 ans plus tard, je suis né. Coïncidence? Qui sait?? L'un de mes groupes de rock chrétien préférés est The Seventy-Sevens. Coïncidence?
À cette date en 1893, la Nouvelle-Zélande est devenue le premier pays au monde à autoriser les femmes à voter. Un peu moins de 65 ans plus tard, je suis née ! Coïncidence?

Enfin (et non répertorié sur le site web de l'histoire), il y a quinze ans aujourd'hui que le Seigneur nous a enlevé Rich Mullins. Pour ma part, il m'a terriblement manqué pendant cette période. Je ne peux pas vraiment exprimer avec des mots l'influence que son écriture a eue sur moi.

Hier soir, nous avons eu la réunion lifehouse la plus incroyable. Je n'ai jamais connu d'exemple plus réaliste de vivre ensemble. Je ne peux pas entrer dans les détails de ce qui s'est passé, mais c'était un moment assez intime de, je l'espère, de guérison, alors que nous œuvrions ensemble. C'était vraiment l'une des plus belles choses dont j'aie jamais été témoin ou dont j'ai fait partie. Je suis très reconnaissant à Dieu pour notre maison de vie et ce que nous avons grandi pour signifier les uns pour les autres.

Aujourd'hui, Christi se rend chez le médecin pour examiner les résultats de l'IRM. Elle a obtenu une copie des résultats imprimés et il semble que la plupart des dommages/détériorations se situent le long de la zone L4-5, mais cela s'étend de L1 à S1. Nous verrons ce qui est recommandé cet après-midi.

Père, je prie pour que tu me montres quelque chose ce matin qui propulsera ce jour dans un jour de prière et de dévotion, et peut-être même de ministère. Que ta grâce déborde de ma vie aujourd'hui.

Aujourd'hui, je lis le Psaume 111. C'est un beau psaume.

Louez le SEIGNEUR ! Je louerai l'Éternel de tout mon cœur, en compagnie des hommes droits, dans l'assemblée.
Grandes sont les œuvres de l'Éternel, étudiées par tous ceux qui s'en réjouissent.
Son œuvre est pleine de splendeur et de majesté, et sa justice dure à jamais.
Il a fait se souvenir de ses merveilles que l'Éternel est miséricordieux et miséricordieux.
Il fournit de la nourriture à ceux qui le craignent, il se souvient de son alliance pour toujours.
Il a montré à son peuple la puissance de ses œuvres, en leur donnant l'héritage des nations.
Les œuvres de ses mains sont fidèles et tous ses préceptes sont dignes de confiance
ils sont établis pour toujours et à jamais, pour être accomplis avec fidélité et droiture.
Il a envoyé la rédemption à son peuple, il a commandé son alliance pour toujours. Saint et génial est son nom !
La crainte de l'Éternel est le commencement de la sagesse, tous ceux qui la pratiquent ont une bonne compréhension. Ses louanges sont éternelles !

Notez l'importance que le psalmiste accorde à rendre grâce au milieu de la congrégation. Le verset 10 nous oriente vers les Proverbes. “La crainte du SEIGNEUR est le commencement de la sagesse…”

Mon maximum pour son plus haut
“Vous êtes ceux qui sont restés avec moi dans mes épreuves…” Luc 22:28

Il est intéressant de noter que la KJV utilise le mot « tentations » plutôt que « épreuves ». La question est : continuons-nous avec Jésus, restons-nous avec lui alors que ces épreuves et ces tentations surviennent nous? “Beaucoup d'entre nous cessent d'aller avec Jésus à partir du moment où nous avons une expérience de ce qu'il peut faire.” Qu'est-ce qu'il veut dire par là ? Il y a tellement de chrétiens qui vivent la majeure partie de leur vie sur la base d'une seule expérience avec Jésus. Que se passe-t-il lorsque Dieu change votre situation ? Nous l'avons vu hier soir dans notre maison de sauvetage. Comment réagissez-vous lorsqu'il semble soudain que tout s'effondre ? Gardez-vous le cap et combattez-vous avec votre communauté chrétienne ? Ou êtes-vous du côté du monde, de la chair et du diable ? En repensant à la lecture d'hier, je me souviens que Chambers a souligné la propension de satan à nous tenter, pas tellement à faire du mal, ” à faire des choix qui nous rendent inutiles à Dieu. Nos réactions à l'adversité peuvent refléter cela.

Même si nous n'avons écrit que trois tentations spécifiques dirigées contre Jésus, puisqu'il occupait un corps humain, il a sûrement été tenté toute sa vie. Même dans le jardin de Gethsémani, il fut tenté d'abandonner le cours. Les tentations et les épreuves continueront également dans nos vies. Allons-nous rester avec lui ?

Nous ne devrions jamais essayer de nous protéger (ou de protéger quelqu'un d'autre) des choses que Dieu est en train de concevoir dans nos vies. Au contraire, nous devons voir que nous y faisons face tout en demeurant continuellement avec Lui dans Ses tentations. Maintenant, ici, cela devient délicat. Ce sont ses tentations, non pas des tentations pour nous, mais des tentations pour la vie du Fils de Dieu en nous. L'honneur [sic] de Jésus-Christ est en jeu dans votre vie corporelle.” Quand j'y pense de cette façon, cela me rend plus déterminé à résister et à combattre la tentation !

Père, je ne peux pas exprimer pleinement avec des mots l'impact que la réunion de la maison de la vie d'hier soir a eu sur moi. Ta grâce est vraiment incroyable. Et voir votre corps en action comme nous l'avons fait hier soir était également incroyable. Alors que nous affrontons quotidiennement des épreuves et des tentations, puissions-nous être fortifiés par la vie de votre Fils en nous. Et puissions-nous vraiment comprendre que, lorsque nous faisons face à ces épreuves et tentations, c'est votre vie en nous qui est attaquée. Satan n'a pas d'autre but que de nous discréditer, car il ne peut rien faire pour notre salut. Le but est de me rendre inutile. J'avoue qu'il a atteint cet objectif pendant de nombreuses années dans ma vie. Mais ta grâce, ta grâce écrasante a gagné ! Par aucune action de ma part, autre que la simple obéissance, vous m'avez amené à un lieu de victoire alors que je lutte à travers les épreuves et les tentations qui se présentent à moi. Ce n'est pas toujours joli (tout comme la nuit dernière n'était pas exactement jolie, pas jolie, pourtant si belle, comment cela peut-il être ?), mais la victoire s'obtient grâce à la puissance de votre Esprit.

Je continuerai à vous remercier et à vous louer en compagnie des hommes droits, dans l'assemblée, comme l'a déclaré le psalmiste. Je crois qu'il est très important de proclamer vos louanges et de vous remercier dans le cadre de l'entreprise, et je vous félicite de nous avoir conduits à The Exchange. Ensemble, nous louerons ton nom. Nous vous remercierons ensemble. Nous exercerons le ministère ensemble. Nous serons la communauté chrétienne que vous avez conçue pour si bien fonctionner ! Merci Seigneur!

Je prie pour ce jour. Donnez à Christi une bonne journée de travail, sans stress. Je prie pour sa visite chez le médecin cet après-midi, afin que nous obtenions de bonnes informations et, peut-être, quelques mots d'encouragement. Je prie pour la guérison, surtout. Je prie pour que vous touchiez Christi’s en arrière avec vos mains guérissantes de miséricorde, Seigneur. Je prie pour ma journée de travail, qu'elle soit productive et sans problème, que nous puissions atteindre nos objectifs de la journée. Donnez à Stéphanie une bonne journée aujourd'hui et je prie pour que vous aidiez ses oreilles à se sentir mieux aujourd'hui.

Je lève une prière spéciale pour mon amie April, qui traverse actuellement le chagrin d'un divorce. Donnez-lui la paix et l'espoir dans sa vie. Soulevez-la. Je prie également pour Alex et Mary alors qu'ils font face à des circonstances qui menacent de les faire tomber. Tu es notre forteresse, notre rocher, notre soutien et notre Rédempteur ! Je loue ton saint nom ! Élève-nous, Seigneur, élève-nous !

Lorsque les tentations et les épreuves surviennent, nous devons être soutenus par la vie de Christ en nous. Puissions-nous rester avec lui à travers tout cela.


19/09/1959 : Khrouchtchev par Disneyland

Vào ngày này năm 1959, trong một trong những khoảnh khắc không tưởng trong lịch sử Chiến tranh Lạnh, nhà lãnh đạo Xô viết Nikita Khrushchev lên cơn giận khiìng Disneylandng Sự kiện này là cao trào của một ngày Khrouchtchev thăm Los Angeles, được đánh dấu bằng cả sự vui vẻ lẫn căng thẳng.

Trước đó vào ngày 15 tháng 9, Khrouchtchev đã tới Hoa Kỳ để tiến hành một chuyến thăm kéo dài và một cuộc họp thượng đỉnh với Tổng thống Dwight D. Eisenhower Nhà lãnh đạo Liên Xô bày tỏ mong muốn tới thăm trung tâm giải trí và điện nh Hollywood và một chuyến đi đã được sắp xếp. Du 19 au 9, Khrouchtchev cùng phu nhân tới Los Angeles. Chuyến đi mais u khá vui vẻ, với tour tham quan hãng phim 20th Century Fox à Hollywood. Vị thủ tướng Liên Xô c a tới thăm sân khấu âm thanh của bộ phim Cancan và lập tức được vây quanh bởi dàn diễn viên của bộ phim, trong đó có Shirley MacLaine và Juliet Prowse.

MacLaine ón tiếp Khrouchtchev bằng tiếng Nga bồi và sau ó cố gắng mời vị thủ tướng tham gia một điệu nhảy ngẫu hứng. Khrouchtchev vui vẻ khước từ và đứng quan sát dàn diễn viên thực hiện một số cảnh quai. Ca sĩ Frank Sinatra c a tới làm người dẫn chương trình mais đắc dĩ của chuyến thăm, sau ó ông dự bữa trưa với Khrouchtchev đang vui mừng ra mặt.

Mọi chuyện mais u đổ vỡ khi Giám đốc hãng phim 20th Century Fox Spyros P. Skouras tiếp đón Khrouchtchev tại Tòa thị chính Los Angeles. Gần như ngay lập tức, Skouras, một người chống cộng nhiệt tình, đã chọc tức Khrouchtchev bằng cách đề cập tới tuyên bố nổi tiếng của thủ thủ tướ làng Liên Skouras tuyên bố rằng thành phố Los Angeles không đặc biệt quan tâm tới việc « chôn vùi » bất cứ ai, nhưng sẵn sàng đáp trả nếu bị thách thức. Cơn nóng tính khét tiếng của Khrouchtchev lập tức bùng lên.

Clip điểm lại một số khoảnh khắc đáng chú ý của chuyến thăm. Nguồn : Youtube.

Ông cáo buộc rằng những phát biểu của Skouras là một phần của chiến dịch nhằm hoạnh họe ông trong chuyến thăm Hoa Kỳ của mình. Khrouchtchev cho rằng kế hoạch (của Mỹ) là chọc tức ông, "chà xát" sức mạnh của Mỹ lên mặt ông, và khiến ông "run rẩy đầu gối". Đáp trả trực tiếp Skouras, Khrouchtchev nói, « Nếu các anh muốn tiếp tục chạy đua vũ trang, tốt thôi. Chúng tôi chấp thuận thách thức đó. Sản xuất tên lửa hả – chúng đang trên dây chuyền sản xuất. ây là vấn đề quan trọng nhất. Vấn đề về sự sống hay cái chết, thưa các quý ông quý bà. Vấn đề về chiến tranh và hòa bình.

Cơn thịnh nộ của Khrouchtchev tăng lên khi ông biết mình không c phép tới thăm Disneyland. Giới chức chính phủ Mỹ sợ rằng đám đông sẽ e dọa tới sự an toàn của thủ tướng Liên Xô. Vẫn bực tức sau cuộc tranh cãi với Skouras, Khrouchtchev bùng nổ. « Tôi nói là tôi rất muốn tới thăm Disneyland. Nhưng rồi họ nói là họ không thể đảm bảo an toàn cho tôi. Thế thì tôi phải làm gì ? Pour choisir? Cái gì vậy? ó có dịch tả hay sao? Hay là đám du côn đã chiếm lấy chỗ đó và có thể tiêu diệt tôi rồi?” Khrouchtchev rời Los Angeles vào sáng hôm sau.

Từ buổi chụp cảnh cùng Shirley MacLaine tới cuộc tranh luận nảy lửa với người đứng đầu hãng phim và cơn giận dữ ấu trĩ vì không được phép vrushy bt Angeles thăng à Disneyland, mộn. Nhà lãnh đạo Xô viết tiếp tục chuyến đi của mình qua California mà không gặp thêm sự cố nào nữa và trở về Washington cho cuộc gặp với Eisenhower (diễngóy 25 vào ).


Khrouchtchev interdit de visiter Disneyland

SGT (Inscrivez-vous pour voir)

Le 19 septembre 1959, Nikita Khrouchtchev s'est vu refuser l'accès à Disneyland. De l'article :

"Khrouchtchev interdit de visiter Disneyland

Dans l'un des moments les plus surréalistes de l'histoire de la guerre froide, le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev explose de colère lorsqu'il apprend qu'il ne peut pas visiter Disneyland. L'incident a marqué le point culminant de la journée de Khrouchtchev à Los Angeles, une journée marquée à la fois par la frivolité et la tension.

Khrouchtchev est arrivé aux États-Unis le 15 septembre pour une visite prolongée et une réunion au sommet avec le président Dwight D. Eisenhower. Le dirigeant soviétique a manifesté le désir de voir Hollywood et une visite a été organisée. Le 19 septembre, Khrouchtchev et sa femme arrivent à Los Angeles. La journée a commencé assez agréablement, avec une visite des studios Twentieth Century Fox à Hollywood. Le premier ministre soviétique a été emmené sur la scène sonore du film « Can-Can » et a été immédiatement entouré par les acteurs du film, dont Shirley MacLaine et Juliet Prowse. MacLaine a salué Khrouchtchev dans un russe approximatif, puis a tenté d'engager le premier ministre dans une danse impromptue. Khrouchtchev a supplié jovialement puis s'est tenu debout pendant que les membres de la distribution jouaient un numéro du film. Frank Sinatra a été amené pour servir de maître de cérémonie officieux pour la visite, et il a ensuite déjeuné avec un Khrouchtchev manifestement ravi.

Les choses ont commencé à se dégrader lorsque le président de la Twentieth Century Fox, Spyros P. Skouras, a présenté Khrouchtchev à l'hôtel de ville de Los Angeles. Presque immédiatement, Skouras, qui était un ardent anticommuniste, a irrité Khrouchtchev en se référant à la célèbre déclaration du Premier ministre selon laquelle la Russie « enterrait » le capitalisme. Skouras a déclaré que Los Angeles n'était pas particulièrement intéressé à "enterrer" qui que ce soit, mais relèverait le défi s'il était posé. Le célèbre caractère de Khrouchtchev s'est rapidement embrasé. Il a accusé les remarques de Skouras de faire partie d'une campagne pour le chahuter lors de son voyage en Amérique. Le plan, suggéra Khrouchtchev, était de lui piquer, de lui « frotter » la force de l'Amérique sur le visage et de lui faire « trembler un peu les genoux ». S'adressant directement à Skouras, Khrouchtchev a déclaré : « Si vous voulez poursuivre la course aux armements, très bien. Nous acceptons ce défi. Quant à la sortie des fusées, eh bien, elles sont sur la chaîne de montage. C'est une question des plus sérieuses. C'est une question de vie ou de mort, mesdames et messieurs. Un de guerre et de paix.

La colère de Khrouchtchev a augmenté lorsqu'il a appris qu'il ne serait pas autorisé à visiter Disneyland. Les autorités gouvernementales craignaient que la foule ne représente un danger pour la sécurité du premier ministre. Khrouchtchev, toujours furieux du débat avec Skouras, explose. "Et je dis, j'aimerais beaucoup aller voir Disneyland. Mais alors, nous ne pouvons pas garantir votre sécurité, disent-ils. Alors que dois-je faire ? Se suicider? Qu'est-ce que c'est? Y a-t-il une épidémie de choléra là-bas ou quelque chose comme ça ? Ou des gangsters se sont-ils emparés de l'endroit qui peut me détruire ? » Khrouchtchev a quitté Los Angeles le lendemain matin.

Des séances de photos avec Shirley MacLaine à un débat houleux avec le directeur d'un studio de cinéma et à une explosion enfantine de ne pas être autorisé à entrer à Disneyland, la journée de Khrouchtchev à Los Angeles a été riche en activités. Le dirigeant soviétique a poursuivi son voyage à travers la Californie sans autre incident et est retourné à Washington pour sa rencontre avec Eisenhower."


Nikita Khrouchtchev exclu de Disneyland, le 19 septembre 1959

Ce jour-là en 1959, Nikita Khrouchtchev, arrivé à Los Angeles lors d'une tournée de deux semaines d'un océan à l'autre du dirigeant soviétique, a appris qu'il ne serait pas autorisé à visiter Disneyland, apparemment pour des raisons de sécurité.

L'immersion de Khrouchtchev à Hollywood a commencé ce jour-là par une visite des studios de la 20th Century Fox. Il a été introduit sur la scène sonore de « Can-Can », où il a rencontré Shirley MacLaine et Juliet Prowse. Khrouchtchev a supplié lorsque MacLaine a cherché à l'engager dans une danse impromptue et a regardé les membres de la distribution jouer un certain nombre du film, alors en production. Par la suite, Frank Sinatra a organisé un déjeuner pour un Khrouchtchev ravi et sa femme.

L'ambiance s'est toutefois assombrie après que Spyros Skouras, président de la 20th Century Fox, eut présenté Khrouchtchev à la mairie de Los Angeles. Skouras, citant les vantardises de Khrouchtchev selon lesquelles l'Union soviétique "enterrait" le capitalisme, a déclaré que si L.A. n'était pas intéressé à "enterrer" qui que ce soit, cela relèverait n'importe quel défi.

Répondant avec colère, Khrouchtchev a déclaré : « Si vous voulez continuer la course aux armements, très bien. Nous acceptons ce défi. Quant à la sortie des fusées — eh bien, elles sont sur la chaîne de montage. C'est une question des plus sérieuses. C'est celui de la vie ou de la mort, mesdames et messieurs, celui de la guerre et de la paix.

Lorsqu'en plus de cette insulte perçue, le premier ministre a appris qu'il ne pouvait pas visiter Disneyland, il a fulminé: "Et je dis:" J'aimerais beaucoup aller voir Disneyland. "Mais alors, nous ne pouvons pas garantir votre sécurité, disent-ils. Alors que dois-je faire ? Se suicider? Qu'est-ce que c'est? Y a-t-il une épidémie de choléra là-bas ou quelque chose du genre ? Ou des gangsters se sont-ils emparés de l'endroit qui peut me détruire ? »

Le lendemain matin, Khrouchtchev continua son voyage à travers la Californie sans autre incident, retournant finalement à Washington pour une réunion au sommet improductive avec le président Dwight Eisenhower.


Articles Liés

Mauvais comportement

Les mauvais comportements des célébrités à Disneyland ne manquent pas et ne justifient pas leur expulsion du parc.

La chanteuse pop et ancienne star de Disney Christina Aguilera a lancé des injures à Mickey Mouse, selon TMZ.

L'actrice de "Mean Girls" et ancienne star de Disney Lindsay Lohan et ses invités ont eu un "comportement très inapproprié" à bord du voilier Columbia, a rapporté MiceAge.

La star de "Spider-Man" Andrew Garfield a passé son 29e anniversaire à grignoter des brownies au pot à Disneyland, a-t-il déclaré à W Magazine. "Je suis probablement banni… pour toujours", a-t-il plaisanté à E! Nouvelles.


Articles Liés

Mauvais comportement

Les mauvais comportements des célébrités à Disneyland ne manquent pas et ne justifient pas leur expulsion du parc.

La chanteuse pop et ancienne star de Disney Christina Aguilera a lancé des injures à Mickey Mouse, selon TMZ.

L'actrice de "Mean Girls" et ancienne star de Disney Lindsay Lohan et ses invités ont eu un "comportement très inapproprié" à bord du voilier Columbia, a rapporté MiceAge.

La star de Spider-Man, Andrew Garfield, a passé son 29e anniversaire à grignoter des brownies au pot à Disneyland, a-t-il déclaré à W Magazine. "Je suis probablement banni... pour toujours", a-t-il plaisanté à E! Nouvelles.


Cette fois, Nikita Khrouchtchev a été banni de Disneyland

Le 19 septembre 1959, le désormais tristement célèbre voyage de 13 jours de Nikita Khrouchtchev aux États-Unis s'est envenimé quelques jours seulement après son arrivée à Los Angeles. Rencontré presque immédiatement par l'hostilité, Khrouchtchev a été choqué de découvrir que la Californie, étant « un bastion du gauchisme aux États-Unis », était beaucoup plus critique envers sa visite à tous les niveaux de la société éduquée que ce qu'il avait vécu à Washington, DC et New York City quelques jours auparavant.

Apprenant son itinéraire californien la veille seulement, le premier secrétaire soviétique Nikita Khrouchtchev a été surpris de voir que son programme chargé de trois jours comprenait des visites de projets de logements sociaux à Los Angeles, une visite à l'hôtel de ville de Los Angeles, un visite de la 20th Century Fox avec Spyros Skouras, un déjeuner « célébrité » avec Frank Sinatra et une excursion l'après-midi au siège social d'IBM à San José – dont la finale a inspiré l'amour de Khrouchtchev pour les cafétérias égoïstes.

Cependant, le point de repère le plus important pour les Khrouchtchev n'était pas ouvertement politique, sanctionné par l'État ou même planifié à l'avance.

Ils voulaient visiter Disneyland à Anaheim.

« …mais tout à l'heure, on m'a dit que je ne pouvais pas aller à Disneyland. J'ai demandé : 'Pourquoi pas ?' Je ne sais pas."

La journée a commencé de la même manière que n'importe quel autre jour du voyage d'un océan à l'autre - une visite financée par l'État américain dans une institution capitaliste d'importance culturelle occidentale relative. Alors que Khrouchtchev arrivait à Century City sur Pico Boulevard, il fut chaleureusement accueilli par les acteurs de la comédie musicale de 1960 Cancan, dont Frank Sinatra, Shirley MacLaine et Juliet Prowse, entre autres. Khrouchtchev était moralement consterné par la démonstration de chants et de danses, qualifiant la performance – et la culture américaine, par extension – de « dépravée » et de « pornographique ». Il a apparemment eu des haut-le-cœur à la vue des cuisses de femmes exposées alors qu'il chahutait la conception de costumes «hédonistes» - contrairement à la modestie, l'humilité et l'uniformité de la mode soviétique.

Khrouchtchev a brusquement demandé à être excusé de l'événement après que la co-vedette Shirley MacLaine ait tenté de l'engager (en russe approximatif) dans une "séquence de danse impromptue" sur la scène sonore du film.

À la suite d'une série d'événements gênants qui ont laissé le président mécontent et sa femme, Nina Khrouchtcheva, mal à l'aise, Frank Sinatra a organisé un déjeuner au siège de la 20th Century Fox - dans leur élégant Café de Paris - auquel a également assisté Spyro Skouras, un anti-communiste vocal - le président du studio à l'époque.

La foule du déjeuner était au nombre de 400 - avec certains des plus grands noms d'Hollywood à l'époque. Tony Curtis, Elizabeth Taylor et même Marilyn Monroe étaient présents. Une poignée d'autres stars, comme Bing Crosby et Ronald Reagan (ironiquement), ont refusé les invitations en signe de protestation.

Murray Schumach de Le New York Times a appelé l'événement - et la course aux invitations - "l'un des free-for-all sociaux les plus en colère de l'histoire décomplexée et colorée d'Hollywood".

Beaucoup de stars ne connaissaient pas Nikita Khrouchtchev, les relations américano-soviétiques, ni ce que le déjeuner impliquait réellement. Lena Pepitone, la femme de chambre de Marilyn Monroe, a même déclaré :

« Marilyn, qui n'a jamais lu les journaux ni écouté les informations, a dû savoir qui était Khrouchtchev… mais le studio a continué à insister. Ils ont dit à Marilyn qu'en Russie, l'Amérique signifiait deux choses, Coca-Cola et Marilyn Monroe. Elle a adoré entendre cela et a accepté d'y aller… Elle m'a dit que le studio voulait qu'elle porte la robe la plus serrée et la plus sexy qu'elle ait eue pour le premier ministre.

Lorsque Monroe s'est vu interdire de porter des vêtements légers - afin de s'adapter à la sensibilité traditionnelle de Khrouchtchev - elle a dit "Eh bien, je suppose qu'ils n'ont pas beaucoup de relations sexuelles en Russie".

Le récit exact des événements relatifs au voyage raté de Disneyland est contesté à ce jour, mais la plupart des témoignages de première main sont certains que la graine a été plantée – et, par la suite, fouillée de manière brutale – lors du déjeuner. Bob Hope, assistant au déjeuner en tant que représentant de United Artists, a affirmé qu'il avait dit à Nina Khrouchtcheva qu'elle "devrait aller à Disneyland... c'est merveilleux", ce qui l'a incitée à passer clandestinement une note à son mari (prétendument ivre) affirmant qu'elle voulait quitter Los Angeles pour Anaheim. Selon Hope, cela a poussé Nikita à demander à ses services secrets si un tel voyage était possible.

En moins de cinq minutes, le LAPD a rejeté la demande sous prétexte qu'il ne pouvait pas sécuriser le parc d'attractions dans un délai aussi court, ni que le personnel n'était disponible pour assurer une sécurité efficace aux Khrouchtchev en dehors de leurs tournées prédéterminées.

En réponse, un espion Frank Sinatra se serait penché vers David Niven et lui aurait dit « Vissez les flics… dites au vieux large que vous et moi les emmènerons là-bas cet après-midi », en référence à Mme Khrouchtcheva – soi-disant comme excuse pour partir. un déjeuner qui devenait de plus en plus hostile.

Ce qui a suivi a été une tirade pour les âges, alors que les plans «à vie» de Khrouchtchev de visiter Disneyland ont été unilatéralement rejetés par William H. Parker – alors chef du département de police de Los Angeles.

«Et écoutez simplement – ​​écoutez simplement ce qu'on m'a dit – pour quelle raison on m'a dit. Nous, c'est-à-dire les autorités américaines, ne pouvons garantir votre sécurité si vous vous y rendez. Qu'est-ce que c'est? Y a-t-il une épidémie de choléra là-bas ou quelque chose du genre ? Ou des gangsters ont-ils pris le contrôle de l'endroit qui peuvent me détruire ? … c'est la situation dans laquelle je me trouve — votre invité. Pour moi, la situation est inconcevable. Je ne trouve pas de mots pour expliquer cela à mon peuple.

Chose intéressante, ce voyage de dernière minute à Disneyland était apparemment à la fois sur le radar du LAPD, du NKVD et même du KGB pendant près de trois semaines avant même que la visite de Khrouchtchev en 1959 n'ait lieu.

Selon les médias et des documents désormais déclassifiés, le général Nikolai S. Zakharov a rencontré le chef du LAPD Parker un mois avant la visite de Khrouchtchev avec l'intention de discuter de la possibilité d'un voyage imprévu à Disneyland. Parker a exprimé des préoccupations importantes concernant une telle demande, car Anaheim réside dans le comté d'Orange – en dehors de la juridiction du LAPD. Une telle escorte était apparemment peu pratique, les besoins en personnel et la planification étant beaucoup plus complexes que les visites de Khrouchtchev dans des lieux précédemment sécurisés.

Cependant, on ne sait pas si cette excuse était réellement légitime, étant donné que le LAPD et les services secrets ont notamment fourni des escortes à Disneyland auparavant pour divers dignitaires étrangers et l'ancien président américain Truman – aux côtés de responsables soviétiques moins connus.

Lorsque Parker a suggéré l'omission d'un voyage imprévu à Disneyland du programme de Khrouchtchev, ni le général Zakharov ni le département d'État américain ne s'y sont opposés. Soit le service de sécurité de Khrouchtchev a oublié de l'informer d'une telle discussion, soit il a intentionnellement utilisé « l'interdiction de Disneyland » à des fins de propagande afin de lancer une attaque apparemment bien rodée contre l'hospitalité américaine – ou son absence. Le département d'État maintient, à ce jour, qu'il existait des plans pour que Nina Khrouchtcheva et ses filles visitent Disneyland le 19 septembre, et elle a retiré sa demande à "la dernière minute" du déjeuner de la 20th Century Fox "afin de rester avec elle. mari."

There are also reports that the Khrushchevs requested alterations to a potential Disneyland trip while on the plane to Los Angeles, therefore further complicating contingencies made by the LAPD, and making such a trip impossible given the last-minute changes to personnel and available resources. However, these details cannot be verified.

Interestingly enough, four Soviet journalists were accidentally routed to Disneyland instead of the studio at 20th Century Fox, and ended up spending the entire day at the park — complete with parades, rides, and pictures with costumed Disney characters. Reports after the event allege that these journalists told the Khrushchevs that Disneyland is “nothing like anything that exists in the Soviet Union…you would have loved it” — thus angering Nikita further.

Following a tense debacle that left Nikita and Nina fuming at the luncheon, an impromptu debate — or, argument — was instigated by known anti-communist activist Spyro Skouras — then-president of 20th Century Fox. Skouras, a Greek immigrant with relatives who were lost during the Greek Civil War, took advantage of such close proximity to the Soviet leader to call him out over the infamous “we will bury you” speech given to Western ambassadors in Warsaw on Nov. 18th, 1956.

Skouras accompanied Khrushchev on a visit to Los Angeles Town Hall, where he off-handedly commented that “although Los Angeles isn’t interested in ‘burying’ anyone, we are certainly up for the challenge.”

Khrushchev, already enraged that he was not able to visit the Magic Kingdom, retorted off-script:

“If you want to go on with the arms race, very well. We accept that challenge. As for the output of rockets — well, they are on the assembly line. This is a most serious question. It is one of life or death, ladies and gentlemen — one of war and peace.”

In response, Los Angeles mayor Norris Poulson said:

“We do not agree with your widely quoted phrase ‘We shall bury you.’ You shall not bury us and we shall not bury you. We are happy with our way of life. We recognize its shortcomings and are always trying to improve it. But if challenged, we shall fight to the death to preserve it.”

It is important to note that, just days before Khrushchev visited Los Angeles, the Soviet Union launched a surprise missile from the Far East that landed on the Moon — causing an unintentional influx of UFO sightings in Southern California.

Khrushchev reportedly remained frustrated for the last few days of his California trip. After a brief visit to San Francisco, he traveled to San Jose to visit the headquarters of IBM — where he was much more interested in the cafeteria food than he was about computer systems. This, in addition to rumors that he has been incredibly hungover following the previous day, ended the California visit on an unproductive note before flying to Des Moines, Iowa later that evening.

“The Disneyland Debacle” has been subject to a wide array of rumors and misinformation since 1959, but one thing remains clear — the Khrushchevs’ crushed dreams of visiting the “cream of the American people” at Disneyland led to a sour mood that would hang as a fog over the rest of the trip, ultimately culminating in an unproductive — if not historic — meeting with President Eisenhower at Camp David later that week.

Nikita Khrushchev’s 1959 trip to the United States has gone down in history as featuring some of the most bizarre, borderline “bruh moments” of Cold War diplomacy — complete with corncob eating competitions, botched Disneyland trips, heated arguments with non-observer passerbys on the streets of Manhattan, and so much more.

However, after everything we know about the historic event and with nearly 80 years of retrospective commentary, the Disneyland disaster remains as one of the most interesting — if not mildly humorous — events in Khrushchev’s career as First Secretary of the Soviet Union.


Why did Nikita Khrushchev want to visit Disneyland so badly on his US tour in 1959?

From what I have read Nikita Khrushchev was very disgruntled about not being allowed to visit Disneyland because of worries over security. He came with his wife and adult children. Does anyone know of his history or knowledge of Disney cartoons or films prior to his visit that would have made him act the way he did?

In his memoirs Nikita Khrushchev says the main reason he sought to go to Disneyland during his visit was by behest of his wife. He was originally not planning of travelling there, however he made it expressed that he did want to visit, however the American security advisers basically denied it over fear of security. He was upset because he wanted to see the "happiest place on Earth" in person, and as you said, it was ingrained in Western culture as the ultimate place as a destination. He also saw the security concerns more a way to deny him, a Soviet man, from enjoying what was an American thing.

The problem is during the entire visit Khrushchev was constantly followed and "protected" by the Americans. For example during his tour of an Iowan farm, the road was lined with national guard personal from the airport at Des Moines to the farm outside of the city. Each had guns, however for fear that one of them would act a hero, they were not given ammunition. Once arriving at the farm, Khrushchev sought to get out of the eyes of the American media and the American politicians by going out into the cornfield with the farmer, Roswell Garst.

Therefore, honestly he probably just wanted to enjoy a day in America without the prescence of the American media and American security breathing down his neck, however due to his standing as a leader of a foreign country he was not allowed the pleasure.

Did Krushchev (or other Soviet leaders) travel with a large security detail, or was it just left to the Americans? Would Americans expect the same treatment when in the Soviet Union? I'm reminded of the picture of Reagan in Moscow with a "local" who has a camera strung around his neck, but who we now know was Putin. Would an American president travel on roads that weren't guarded by the army, but expect secret police to be serving the same function?

This isn't a full answer, but I found a speech of Khrushchev's here.

Here is a quote about Disneyland:

". when I was on my way here, an itinerary was drawn up for me and a program of what I could see here and what places I could visit It was planned, among other things, that I would visit Disneyland. But I have just been told that I cannot go to Disneyland (Laughter.) Why not? I asked Is it by any chance because you now have rocket- launching pads there? (Laughter.) "No," they tell me, "you can't go there because" just listen to this! "The American authorities can- not guarantee your safety if you go there,"

Qu'est-ce que c'est? Has cholera or plague broken out there that I might catch? (Laughter.) Or has Disneyland been seized by bandits who might destroy me? But your policemen are such strong men, they could lift a bull by the horns. Surely they could deal effectively with bandits! Then I said I should like to go to Disneyland just the same and see how Americans spend their leisure. (Applause.) "Do as you like," they answered me, "but in that case we cannot guarantee your safety." What was I to do go and commit suicide? (Laughter.) This is the situation I, your guest, find myself in! It is more than I can understand. I won't know how to explain it to my people. Come to our country if you like, we will go with anyone, you may walk in our streets and parks, and I guarantee that a foreign guest will hear nothing from Soviet people but words of respect and welcome. What am I to say to the organizers of my U.S. tour? I thought you had a well-organized household. Putting me in a closed car and stewing me in the sun is not the right way to guarantee my safety. I thought I could walk freely in your country and meet Americans. But I am told if s impossible. This development causes me bitter regret and I cannot but express my disappointment."

So, largely, I think its because Disneyland represented the epitome of American leisure destinations, and old Nikita just wanted to understand how Americans lived so that he could better understand America.


Disneyland Nomenclature

This may warrant a fuller post when I have time to do more digging. I've recently begun to explore Disneyland at the National Archives and last Wednesday had the sudden realization that there must be a lot of material on Soviet Premier Nikita Khrushchev's September 1959 visit to the United States. We Disneyland fans remember his non-visit to Disneyland (on September 19), but he had a full plate of activities across the country, including New York, Washington, D.C., and even Iowa. The State Department coordinated his visit with Soviet officials. Within Record Group 59 (General Records of the Department of State), I've managed to locate a fair amount of material on his visit in general, but not as much on the Disneyland visit as I would have liked. But, I still have some leads to trace.

In the meantime, you can lunch on this excerpt from a confidential "Summary of Planning for the Khrushchev Tour." The report itself is undated, but is attached to a memorandum from September 25, 1959. The following comes from the final pages (6 and 7) of the report:


Items Eliminated by Mutual Agreement

Floride
Texas (ranches and oil industry)
Oklahoma City (agricultural fair)
Auto trip from Los Angeles to San Francisco
Disneyland

Among the items that were eliminated from the Los Angeles program were a visit to the community of Anaheim and to Disneyland. The visit to Anaheim, which is an extremely rapid growing community, was first suggested to Ambassador Menshikov on August 21. The basis of this suggestion was on invitation from the City Manager of Anaheim [Keith Murdoch] dated August 7, 1959. In that invitation the City Manager suggested that Mr. Khrushchev would be very much interested in the awe-inspiring sights of Disneyland, which is located close to the community of Anaheim.

This item was retained on the tentative program until approximately the first week in September. It was eliminated following a survey of Disneyland made by security agents of both the Department of State and the Soviet Government. After returning from their survey of Los Angeles, Soveit security agents Zakharov and Bardin commented in a conversation with Protocol officers of the Department of State that Soviet security requirements precluded a visit to Disneyland by Mr. Khrushchev.

Two reasons led to the recommendation that Disneyland be eliminated. First, since the visit was to take place on a Saturday, extraordinary security problems would be involved. However, it was the judgment of the security officers that the security problems were not insurmountable. Nevertheless, this question, in conjunction with the time factor, strengthened their recommendation. It was estimated that it would take approximately an hour and a half to two hours to travel from the luncheon at 20th Century-Fox to Disneyland and return to the hotel in downtown Los Angeles. Because of the shortness of time, the inclusion of this item would have left little time to visit Disneyland, let alone inspect a housing development in the community of Anaheim. For these reasons, Disneyland was quietly dropped from the tentative program by mutual agreement on both sides. The Department has no record that Ambassador Menshikov registered any complaints regarding the elimination of this item.

Other accounts of his visit cite the involvment of the Los Angeles Police Department, but there's no hint of them in this report.

On the day that his visit might have occurred, Khrushchev apparently blew up in anger when he found out he couldn't go. Either he was grossly ill-informed over his travel schedule, or it was all an act. But it may also have been that he didn't really want to be in LA. Internal State Department conversations indicate that, of San Francisco or LA, Khrushchev strongly preferred San Francisco. He didn't have any desire to visit Hollywood, which he found unrepresentative of America!

I'd really love to find the records of the State Department office that coordinated the security--and especially find a written report on security at Disneyland. The recent post at Miscellainey reminds me that there could be other interesting State Department records related to Walt Disney. I'll share my discoveries, whatever they may be, here in the future!

3 comments:

Jason:
Not sure if you read this, but I was contacted by the first guy hired to climb the Matterhorn. He said he was on the Matterhorn for 4 hours, waiting for Krushchev's arrival if that is correct, that would indicate that there was uncertainty as to whether he would make it or not right up until the day of his non-park appearance.

Dave, I did read that and forgot about it by the time I wrote this. Wade Sampson also has Marty Sklar saying that they were ready for his arrival. One alternative explanation is that they were there "just in case" something happened, with the likelihood of his visit very small. That's why I'm hoping to find some more definitive State Department records, like a postmortem from that day.

I'd like to imagine that if Khrushchev HAD visited Disneyland, he would have insisted that the Soviet Union needed a bigger and better park. Just think about it!


Voir la vidéo: Le Blind Test WD 4 - Musiques de Disneyland Paris (Janvier 2022).