Podcasts sur l'histoire

Plat en verre transparent de Pompéi

Plat en verre transparent de Pompéi


Compte tenu de la nature large de la question, ce qui suit est plus une histoire en pot (à peu près chronologique) qu'un compte rendu complet du lavage de la vaisselle avant que les détergents ne deviennent largement disponibles. Tous les surlignages sont à moi.

RÉPONSE COURTE

Entre autres: sable, graisses, cendres, sels alcalins (qui sont souvent utilisés dans les détergents modernes), os de seiche, prêle, queue de jument, saponaire, foin mélangé à de la cendre, eau courante, eau chaude, épurateurs de fil, chiffon, bicarbonate de soude et sable de sucre (débris de sève d'érable).

A noter que, dans l'Europe médiévale au moins, la coutellerie se limitait à une cuillère et un couteau, le couteau étant un objet personnel qui était souvent simplement essuyé après les repas. De plus, l'« assiette » utilisée était peut-être une trancheuse faite de pain qui était consommé après que tout le reste ait été mangé.

L'Encyclopédie de l'histoire de la cuisine par M. E Snodgrass mentionne le lavage de la vaisselle un certain nombre de fois, en commençant par

Le travail a commencé à la préhistoire avec décapage au sable de la poterie et des ustensiles à la source d'eau la plus proche.

On pense que les Babyloniens ont été les premiers à découvrir ce que nous pourrions reconnaître comme du savon, mais les opinions divergent quant à savoir s'il était utilisé pour nettoyer les ustensiles de cuisine (par exemple, voir ici et ici). D'autres civilisations anciennes telles que les Égyptiens avaient également du savon. Il y avait différents mélanges, peut-être pour répondre à des objectifs différents. Les les ingrédients de ces mélanges comprenaient au moins deux des graisses animales et végétales, des cendres, des sels alcalins et des huiles.

Au cours de la dynastie Zhou (1050 avant JC à 256 avant JC), les Chinois

découvert que l'utilisation des cendres de certaines plantes pourrait être utilisée pour éliminer les graisses. Cette méthode est consignée dans « Les rites des Zhou », un document sacré détaillant les cérémonies religieuses de cette première dynastie chinoise.

Bien que le contexte indique la lessive, il n'est pas inconcevable qu'ils aient également utilisé un type de savon similaire pour les ustensiles de cuisine gras.

Les Romains (mais pas, semble-t-il, les Grecs) avaient des savons mais ils semblent avoir utilisé d'autres substances pour nettoyer les objets :

Dans la villa romaine, les esclaves nettoyaient les tables et récuraient les sols en pierre et en carrelage avec des poignées de sable. Une autre substance utile, l'os de seiche, servait d'abrasif de nettoyage, tout comme la prêle (Equisetum), communément appelée moût d'étain, jonc à récurer ou herbe à raser, une plante à tiges articulées adaptée au récurage des ustensiles en bois, des récipients à lait et de l'étain.

Plus tard, de retour en Chine pendant la dynastie Sui (581 - 618), nous voyons ce que peut être les premières représentations visuelles de lave-vaisselle au travail.

Modèles de lave-vaisselle en céramique. Malheureusement, il n'y a pas assez de détails pour déterminer quels « produits de lavage » (le cas échéant) ils ont pu utiliser.

Passant au Moyen Âge européen, il y a une référence à l'utilisation de eau chaude:

Dans les hospices, les tavernes et les châteaux, les chaudrons chauffés sur un feu extérieur servaient d'éviers pour la vaisselle et le bain et pour ébouillanter les porcs.

Snodgrass entre plus en détail pour les châteaux médiévaux :

les ouvriers lavaient la vaisselle dans une cuve séparée, des poêles en laiton poli avec jus de rhubarbe ou oseille, et étain dégraissé avec Hippuris vulgaris, une plante aquatique aux pousses densément verticillées communément appelée queue de jument. La porcelaine délicate et le cristal ont été soigneusement rincés dans un récipient rembourré avec un chiffon doux pour éviter les éclats.

Elle cite également le Dictionnaire de John de Garland (1220)

Garland nomme les plats les plus fréquemment frottés : chaudrons et becdasne (pots à bec verseur avec anses), pichets, assiettes, poêles, bassines et fèrals (pots à eau), mortiers, trancheuses, soucoupes, bouteilles de vinaigre, bols et cuillères, grils, râpes, crochets à viande et réchauds.

Pour plus de commodité, le cuisinier ou le domestique a souvent lavé la vaisselle sur un banc en bois près du puits et tiré des poignées de saponaire plantée à proximité pour faciliter l'élimination de la graisse.

Aussi, Melitta Weiss Adamson, dans Food in Medieval Times, dit

Le tissu était utilisé à la fois pour la cuisine et, avec le sable à récurer ou les cendres et les bacs, pour nettoyer les ustensiles de cuisine.

Enfin (pour la période médiévale européenne), comme le vinaigre et le sable étaient "utilisés pour nettoyer et polir les cottes de mailles souples", ils étaient probablement aussi utilisés pour nettoyer les casseroles, poêles et ustensiles en métal.

Dès la Renaissance, Snodgrass déclare :

Dans une auge ou un évier en pierre, le lave-vaisselle versait de l'eau de puits d'un seau ou d'un bassin ou ouvrait des robinets pour laisser entrer un débit constant d'eau d'une citerne ou d'une fontaine de ville pour le nettoyage et le rinçage. La morosité du travail dans une zone étouffante et sans fenêtre est restée la norme jusqu'à la fin des années 1800. Une série d'appareils aidait la femme au foyer ou la servante de l'arrière-cuisine à nettoyer et à désinfecter la vaisselle. Les lave-vaisselle, les nettoyants et produits à polir abrasifs en poudre, les grattoirs à plaques et les brosses à récurer en fil et en caoutchouc ont simplifié le travail un économiseur de savon - une boîte en treillis métallique sur une poignée - a empêché les barres de savon de couler au fond de la casserole et de se dissoudre dans un désordre gluant.

Le foin et les cendres bouillis dans un récipient en fer ont détaché la rouille, que le lave-vaisselle pourrait ensuite éliminer en récurant le pot avec du savon et du sable. Les surfaces de la cuisinière, le fléau du nettoyage de la cuisine, nécessitaient un ponçage et un huilage.

Dans la marine anglaise du XVIIIe siècle,

Dans ses temps libres, le cuisinier faisait un savon à vaisselle soluble dans l'eau de mer en versant de l'huile, de la résine, de la colle de poisson, de la soude et de l'oxalate de potasse à travers de la saponaire dans un plateau perforé dans une baignoire.

Quelque peu surprenant, et contrairement à (par exemple) La maison des femmes américaines (1869), un autre livre (de 1879)

dit pas de savon car « alors que le savon est une très bonne chose pour enlever la saleté de nos mains et de nos vêtements, c'est une très mauvaise chose à manger » - utilisez bicarbonate de soude à la place et sable de sucre pour frotter

Lors d'un voyage de kayak d'un mois en URSS, nous n'avons pas apporté de détergent à vaisselle avec nous, j'ai donc une occasion particulière de raconter l'histoire du savon à partir de mon expérience personnelle -)

Vous frottez la vaisselle avec sable retirer dur résidu (par exemple, la nourriture brûlée fortement attachée aux parois du pot).

vous supprimez gros à l'aide de cendre (nous avons cuisiné à feu ouvert, donc les cendres étaient abondantes). Vous pourriez être surpris d'apprendre que cendre+graisse=savon, donc ça a parfaitement fonctionné.

PS. Notez qu'aucune méthode n'est joli à votre peau (le sable est abrasif et le savon est basique).

Les gens font encore souvent la vaisselle sans détergent à vaisselle. En cherchant la situation en Inde, j'ai trouvé un article très détaillé sur la situation du marché :

(Ignorez la date incorrecte de « dernière mise à jour » de 2013 en haut, l'article date de 1997, comme mentionné à la fin et sur la page de l'auteur.) Le marché a beaucoup changé depuis que l'article a été écrit il y a plus de 2 décennies (tout comme la société : l'article mentionne fréquemment les « femmes au foyer »), mais il contient des données révélatrices sur ce qui a été utilisé (autre que le détergent) en 1997 en Inde :

un marché qui a à peine progressé au-delà des éponges artisanales rudimentaires. Même aujourd'hui, près de 70 pour cent des femmes au foyer préfèrent des proxys gratuits comme le charbon de bois, les cendres et même les emballages de médicaments en aluminium. Et parmi les 30 pour cent restants, la pénétration des poudres à récurer de marque est très faible.

[…]

À l'échelle mondiale, le marché de la vaisselle est principalement celui du lavage à la main. Même sur d'autres marchés avancés, la pénétration des lave-vaisselle est aussi faible que 10 pour cent. Bien sûr, en Inde, la pénétration des lave-vaisselle est infime.

[…]

D'une part, environ 70 pour cent des ménages indiens n'ont pas acheté d'éponge à vaisselle séparée - ils utilisent généralement des substituts comme le charbon de bois, la cendre, la boue ou même la poudre de détergent et les barres pour les vêtements.

Il traite également des différentes formes de détergents à vaisselle, que je viens de découvrir n'est peut-être pas courante ailleurs :

Toutes ces différentes formes de livraison étaient associées à des avantages uniques : la poudre est associée à l'abrasivité, le liquide à l'attribut qu'il est bon pour la main et la barre qui combine les avantages des deux.

(Et le quatrième dont parle l'article, qui est une pâte.)

Sur la quantité de détergent qu'il y avait même dans les 30%, et les circonstances dans lesquelles il en fallait plus :

La plupart des tampons à récurer de ce segment avaient une teneur en détergent presque nulle mais vendus sur la planche de leur abrasivité.

[…]

Le premier indice qu'il y avait en fait une place pour un autre nouveau récureur était le fait que les récureurs existants ne pouvaient pas résoudre le problème des récipients brûlés ou de la graisse tenace que les mirchi, haldi et autres types de ménagères masala avaient tendance à laisser derrière eux.

[…]

une myriade de produits de marque et sans marque ainsi que des proxys comme la boue et les cendres. C'était bien tant que la ménagère utilisait des ustensiles en cuivre ou en laiton. Mais quand elle est passée à des ustensiles plus sophistiqués comme des ustensiles de cuisine émaillés et de la vaisselle antiadhésive, ou, d'ailleurs, du verre et de la porcelaine, le besoin d'un moyen de lavage de vaisselle plus sophistiqué s'est fait sentir.

Cela peut aussi répondre dans une certaine mesure à votre question : si vous n'utilisez pas d'ustensiles de cuisine antiadhésifs, en verre ou en porcelaine, (et si vous n'avez pas beaucoup de graisse, et si vous ne vous souciez pas de ce qui arrive à vos mains ou à celles de votre bonne, ) puis sable/charbon/cendres/etc. fera réellement.

Ma grand-mère utilisait cendres de bois du poêle mélangé avec de l'eau et la vaisselle où finalement nettoyée avec de l'eau propre ? puis "l'eau sale" a été donnée aux cochons ! absolument écologique !

Un compte d'un étrange type de terre, pris près de Smyrne, dont est fait Du savon, avec la façon de le faire (c.1695)

De Transactions philosophiques (1683-1775), Tome 19 (lire en ligne gratuitement).

Bringing Soap Earth emploie 1000 chameaux, chaque jour tout au long de l'année, ou plutôt 1500 par jour pendant huit mois, les quatre mois d'été étant trop chauds pour que les chameaux puissent voyager.

Une maison de savon ordinaire produit un bénéfice net de mille dollars par an, Communibus Annis.

Cet article qui a été publié en 1695 parle de la fabrication du savon d'une manière qui suggérerait que le savon était une denrée courante, au moins dans la Grèce du 17ème siècle et les régions environnantes (c'est-à-dire des endroits où vous trouveriez des chameaux pour le transporter).

Je soupçonne donc qu'avant l'invention des détergents à vaisselle modernes, les gens pouvaient utiliser du savon naturel ordinaire et ce savon existe probablement sous diverses formes, depuis assez longtemps.

Et il y a des plats savons sur le marché aujourd'hui, pour ceux qui préfèrent laver la vaisselle avec quelque chose de plus naturel et écologique que les détergents.

Quant aux éponges, les pêcheurs grecs récoltent les éponges naturelles de la mer depuis l'antiquité :

L'histoire de la plongée aux éponges en Grèce remonte à l'Antiquité. L'éponge et son utilisation sont mentionnées dans les épopées homériques de l'Iliade et de l'Odyssée, ainsi que dans les écrits du philosophe Aristote. Le philosophe Platon fait également référence à l'éponge comme à un article couramment utilisé pour le bain, principalement par les riches.

Et encore une fois, les éponges naturelles sont toujours populaires auprès de nombreuses personnes. À Tarpon Springs, en Floride, où se trouve une importante communauté de plongeurs traditionnels d'éponges de mer d'origine grecque, les éponges de mer naturelles sont toujours récoltées et vendues dans des magasins spécialisés.

Avis de non-responsabilité : il s'agit moins d'une réponse sur l'histoire que sur la chimie du lavage de la vaisselle - qui, j'espère, servira d'informations complémentaires sur certaines des autres réponses.

Je pense que quelques points de fond chimique peuvent aider à comprendre les solutions historiques à la question du lavage de la vaisselle.

A l'exception des résidus brûlés (pour lesquels le traitement mécanique/abrasif est le plus efficace), le lavage de la vaisselle consiste à nettoyer les glucides (amidon/sucre), les lipides (huile, graisse) et les protéines de la vaisselle.

    Les glucides sont les plus simples : ils sont facilement dissous ou émulsionnés par l'eau plate, donc pas de problème du tout.

Pour vous débarrasser des lipides, vous pouvez utiliser un émulsifiant (ce terme désigne en fait toute substance qui aide à former/maintenir des gouttelettes lipidiques dans l'eau). Les savons peuvent le faire, mais aussi par ex. lécithine (rappelez-vous avoir lu : émulsifiant lécitine de soja - voir la poudre de soja dans le commentaire. Bien que je doute que les substances comestibles historiquement aient été beaucoup utilisées pour la vaisselle - mais certains types d'aliments contiennent déjà suffisamment d'émulsifiant, donc aucun émulsifiant supplémentaire n'est nécessaire pour laver la vaisselle) .
Dans des conditions alcalines/basiques, les graisses (triglycérides) s'hydrolysent en glycérol et en acides gras qui sont déprotonés (anions) dans la solution alcaline et ont donc une extrémité hydrophile. Ces anions d'acides gras agissent comme émulsifiant, donc l'hydrolyse d'une petite partie des lipides est suffisante pour laver la vaisselle.

Maintenant, les protéines qui collent au plat parce qu'elles sont dénaturées par la chaleur (la friture, la cuisson - la cuisson entraîne également une dénaturation par la chaleur, mais du fait qu'elles sont dans l'eau, elles ne collent pas autant au plat) sont le problème le plus difficile pour le lavage de la vaisselle. Cependant, vous pouvez également les hydrolyser (pour la vaisselle pratique : suffisamment pour éliminer le reste mécaniquement). Les protéines s'hydrolysent facilement dans des conditions alcalines/basiques, mais aussi dans des conditions acides. Cependant, l'hydrolyse acide est généralement plus lente. Une alternative moderne utilise des enzymes.

Ainsi, les bases aident énormément au lavage de la vaisselle. Deux substances alcalines qui existent depuis très longtemps sont

L'utilisation ancienne de la lessive pour la fabrication du savon et comme détergent est à l'origine du mot anglais, dérivé du proto-germanique *laugo et finalement de la racine proto-indo-européenne *leue-, "laver". Les parents dans d'autres langues germaniques, en plus de leurs mots pour la lessive, incluent les mots des langues scandinaves pour le samedi (laugardagur, lördag, lørdag), qui signifie « jour de lavage ».

Plâtre : Il existe des preuves archéologiques que les humains du Néolithique B pré-poterie utilisaient du plâtre à base de calcaire pour le revêtement de sol et d'autres usages.[12][13][14] Un tel plancher de chaux est resté en usage jusqu'à la fin du XIXe siècle.

La chaux (CaO) n'est pas très bonne pour la vaisselle, car ses savons [voir ci-dessous] sont insolubles dans l'eau, ils forment de l'écume. C'est pourquoi avec de l'eau dure (contenant beaucoup de Ca²⁺) il faut beaucoup plus de savon qu'avec de l'eau douce.

cristaux de soude (Na2CO3) selon Wiki sur le liquide vaisselle a été utilisé avant l'invention des détergents à vaisselle modernes. C'est le composant principal du natron, qui a été produit (entre autres utilisations également pour le lavage et la production de savon) dans l'Egypte ancienne.
Le carbonate de sodium est devenu bon marché avec l'invention d'abord du procédé Le Blanc puis du procédé Solvay, nous parlons donc ici du XIXe siècle.

Du savons sont les sels d'acides gras. Ils sont produits par hydrolyse de graisse dans une solution alcaline (NaOH ou KOH), par ex. lessive de cendre. Pour le nettoyage, des savons de sodium (Na) et de potassium (K) sont utilisés. Étant un sel d'une base forte (KOH, NaOH) et d'un acide faible, ils réagissent toujours basiquement, donc pour le lavage de la vaisselle ils ont aussi la propriété d'induire l'hydrolyse des protéines en plus d'être émulsifiant pour les lipides.

D'autres ont déjà cité des connaissances anciennes (Mésopotamie, Egypte, etc.) du savon. Permettez-moi d'ajouter que jusqu'à ce que le carbonate de sodium devienne un produit industriel bon marché, le savon était un article de luxe plutôt qu'une marchandise (encyclopédie Ullmann de la chimie industrielle sur le savon). À partir de là, je suppose que la vaisselle quotidienne n'a pas été faite avec quelque chose d'aussi sophistiqué *.

De plus, une histoire pas si ancienne de l'Europe centrale (du temps de l'arrière-grand-mère, anecdata): Les casseroles en fonte ont été essuyées, mais l'élimination de la graisse / de la graisse n'était même pas prévue. S'ils étaient lavés pour enlever la graisse, ils étaient à nouveau graissés immédiatement après pour éviter la rouille. Cela signifiait un goût à tout ce que l'on refuserait aujourd'hui comme rance mais qui était normal autrefois (comparer haut-goût). Encore une fois, les résidus brûlés étaient et sont toujours mieux éliminés avec des moyens mécaniques : des abrasifs tels que du sable ou de la laine d'acier.
Les assiettes en bois ont été rincées mais aussi probablement pas lavées pour être totalement dégraissées. (D'autres cultures utilisent des articles à usage unique comme des feuilles de bananier). En général, il y avait plus de cuisine (et en général plus de types de soupe/ragoût/bouillie) et moins de friture. Et les casseroles sont relativement faciles à nettoyer sans (beaucoup) de détergent si vous commencez immédiatement ou si vous les laissez tremper.

Dur sur les mains Les substances alcalines aident donc à éliminer les lipides et les protéines. Mais en cela ils ne font pas de distinction entre les lipides qui protègent notre peau et les lipides qui devraient être lavés, ni entre les protéines des résidus alimentaires qui devraient être hydrolysées et la protéine de notre peau. C'est pourquoi ils sont « durs pour les mains ». Les détergents modernes pour lave-vaisselle l'utilisent (peut-être aussi la dégradation/la digestion des protéines à base d'enzymes). Les liquides destinés au lavage manuel de la vaisselle étant censés être en contact avec la peau exposée, ils sont neutres à légèrement acides. Pour ce faire, à la place des savons, d'autres tensioactifs sont utilisés (par exemple, des organosulfates). Cela laisse les propriétés émulsifiantes, mais n'aide pas avec les protéines. Au lieu de cela, une action plus mécanique (frottement) et un trempage au besoin sont utilisés. Les propriétés émulsifiantes (tensioactifs) signifient qu'elles éliminent toujours les lipides de votre peau (un excès de lipides est ajouté aux savons de toilette pour laisser un peu de lipides sur votre peau, mais pour le lavage de la vaisselle, cela laisserait également un film lipidique sur la vaisselle).

Remarque : alors que les produits chimiques alcalins tels que le Na2CO3 ou les vrais savons sont plus dangereux pour la peau, ils sont en même temps plus facilement biodégradables que leurs substituts plus doux pour la peau dans le liquide vaisselle manuel.

En particulier, après neutralisation qui se fera souvent assez automatiquement car nous avons beaucoup d'aliments acides (pensez aux fruits, au vin, au vinaigre, au lait caillé, etc.), il ne reste que l'acide gras (comme il se produit naturellement lors de la dégradation ou de la digestion des triglycérides) et le sel, par exemple, de l'acide citrique ou acétique (également présents à l'état naturel). Ainsi, de petites quantités de ces savons ou de ces lessives ou de ces cendres dans l'eau de vaisselle ne soulèvent pas de problème pour nourrir le « cochon lave-vaisselle » (allemand : Spülsau) mentionné dans la réponse de @Defrance.

* Little House in the Big Woods (qui bien qu'elle soit autobiographique fiction Je pense que l'on peut faire confiance en ce qui concerne l'utilisation du savon) décrit les colons des années 1870 aux États-Unis faisant la distinction entre l'utilisation pendant les vacances du « savon en magasin » et le « savon gluant, doux et brun foncé que grand-mère fabriquait et conservait dans un grand pot à utiliser pour commun tous les jours" (probablement produit à partir de cendres de bois et de graisse animale - il y a aussi une description de l'utilisation de cendres de bois pour le traitement alcalin du maïs/maïs). Mais le savon n'est mentionné que pour les toilettes, pas pour la vaisselle.


Comment reconnaître le verre antique ?

Un expert en verre ou en antiquités peut vérifier l'âge du verre. Le verre antique précieux se caractérise par des signes d'usure, des défauts et des bords de moule rugueux.

Le verre antique montre généralement des signes d'usure sur sa base et dans toutes les décorations dorées. Différents types de petites rayures à différentes profondeurs indiquent que le verre a été utilisé pendant une longue période.

Les défauts tels que les éclats et les bulles sont courants dans le verre antique. L'écaillage peut signifier l'âge, surtout si les copeaux ont différents degrés de netteté et de brillance. Un éclat pointu et brillant est plus récent qu'un éclat lisse et terne. Les bulles sont typiques du verre à motif ancien, pas du verre taillé, bien qu'elles apparaissent également dans le verre moderne, parfois par conception. En général, le verre neuf a moins de bulles que l'ancien verre.

Deux autres signes que le verre a été fabriqué à l'aide de méthodes obsolètes sont le grain et l'asymétrie. Le verre antique fabriqué à partir de moules peut contenir des grains, contrairement au verre moderne. Certains vieux verres ont également une forme asymétrique à cause d'un refroidissement inégal.

Le verre pressé ou moulé a souvent des coutures qui montrent les bords du moule. Dans les premières méthodes, les moules en verre étaient serrés ensemble jusqu'à ce qu'une partie du verre suinte, laissant des joints rugueux dans le verre. Les méthodes modernes créent également des joints de moule, bien qu'ils soient beaucoup plus lisses que dans le verre antique.


L'histoire et les modèles de la société Jeannette Glass

La Jeannette Bottle Works Company a été fondée en 1887, à Jeannette, en Pennsylvanie. En 1898, la société Jeannette Bottle Works a été remplacée par la Jeannette Glass Company et a commencé à produire des bouteilles faites à la main. Avec l'avènement de la machine de soufflage de bouteilles semi-automatique O&rsquoNeill en 1899, Jeannette s'est rapidement retrouvée à produire des pots à large ouverture, des relish et d'autres articles en verre pressé utiles comme les lentilles de phares d'automobile. En 1904, la société était impliquée dans la production d'articles à usage médical et domestique. Jeannette a continué à grandir et à s'étendre, et en 1924, ils ont commencé à produire de beaux ustensiles de table et de cuisine. Cette entreprise innovante a été l'un des précurseurs dans la production de la verrerie pressée colorée fabriquée à la machine, que nous collectionnons aujourd'hui. Bon nombre des modèles de verre de dépression que nous connaissons et aimons ont été produits par la Jeannette Glass Company. Certains des motifs les plus populaires produits étaient Adam, Anniversary, Cherry Blossom, Doric, Doric et Pansy, Floral Poinsettia, Floragold et Iris. Jeannette a établi son emprise sur le marché des articles de cuisine au début de l'ère de la Dépression, concevant et produisant de nombreux articles de cuisine en rose, vert, cristal, delphite, jadite et outremer. Ils étaient l'un des principaux producteurs de verrerie Jadite et Delphite. Bon nombre des articles de cuisine en verre de dépression les plus recherchés ont été fabriqués par The Jeannette Glass Company. En 1961, Jeannette a acheté l'ancienne usine McKee qui était située à Jeannette et a continué à produire de la verrerie pour les commerces de gros et de détail, jusqu'en 1983, date à laquelle ils ont fermé leurs portes.

Jeannette Patterns de l'ère de la dépression jusqu'aux années 1950

Adam - (1932-1934) (Cristal, Vert Delphite, Rose, Jaune) - Adam était un verre de dépression rose et vert le plus vendu modèle produit par la Jeannette Glass Company. Adam est un joli motif floral stylisé. Ce modèle a été fait principalement en rose et vert. Quelques morceaux de Delphite et de jaune opaque ont été retrouvés. Ces pièces étaient expérimentales et font un bel ajout à une collection, mais il n'y a pas assez de couleur pour faire un ensemble. Nous avons vu pas mal de morceaux de cristal au cours des 40 dernières années. Vous pourrez peut-être assembler un petit ensemble de cristal, mais il serait impossible d'en assembler une grande partie. Le beurre d'Adam a été reproduit. La qualité et la couleur du nouveau beurrier ne peuvent pas se comparer à l'ancien beurrier en verre de dépression. Pour plus d'informations, cliquez sur le lien à droite. Jeannette Adam

Anniversaire - (1947 - 1949) (Cristal, Irisé des années 1970 et plus tard) ( Shell Pink 1958-1959) - Anniversaire est un motif intéressant produit par la Jeannette Glass Company en différentes couleurs de 1947 à 1975. Bien que Anniversary ait été introduit dans les années 1940, de nombreuses personnes associent Anniversary avec Depression Glass car il a été répertorié de cette façon dans le premier Depression Glass livres, et parce que la couleur rose est la même teinte que celle utilisée dans les modèles de Depression Glass antérieurs de Jeannette. Depuis que ce modèle a été produit pendant tant d'années, il a trouvé sa place dans de nombreux foyers et est très populaire aujourd'hui. Récemment, ce vase en cristal à motif au pied givré a été aperçu dans les points de vente avec un label "Made in India".

Camélia - (Fin des années 1930 - 1951) (Cristal, irisé, cristal garni d'or) - Le camélia est un ensemble de déjeuner saisissant qui a été introduit à la fin des années 1930 et a continué à être produit jusqu'au début des années 1950. Il y a une fleur "Camellia" en relief dans la zone centrale de chaque pièce. Ce modèle était vendu comme un ensemble de déjeuner, mais la grande assiette de 9" pouvait facilement être utilisée comme assiette à dîner. De nombreux bols, assiettes et plateaux peuvent être trouvés dans ce modèle, une assiette à collation avec une tasse assortie, des plateaux, des friandises, des chandeliers, un sucrier et un crémier ont été réalisés.On peut trouver des sets Tom et Jerry en cristal et irisé.Le set Tom et Jerry a été réalisé sans le lettrage et était vendu avec un support en métal déco des années 50 pour créer un set de punch.

Fleur de cerisier - (1930-39) (Cristal, Delphite, Jadite, Vert, Rose, Quelques Couleurs Expérimentales) - Cherry Blossom a été produit par la Jeannette Glass Company . Cherry Blossom est peut-être le motif de verre de dépression le plus collectionné de Jeannette. Ce motif a été réalisé principalement en rose, en vert et en delphine, bien que l'on puisse également trouver de nombreuses pièces en cristal. Cherry Blossom est l'un des plus grands ensembles de verres à dépression fabriqués à Delphite. Cherry Blossom est l'un des rares modèles à disposer d'un ensemble pour enfant. L'ensemble pour enfant a été réalisé dans les couleurs rose et delphite. Malheureusement, une reproduction de mauvaise qualité de cet ensemble de miniatures dans les deux couleurs est sur le marché secondaire depuis de nombreuses années. Les collectionneurs doivent également savoir que les reproductions d'autres pièces de ce modèle sont prolifiques et que beaucoup sont sur le marché depuis la fin des années 1970. Les pièces reproduites comprennent des salières et poivrières sur pied, le beurrier couvert, le gobelet à eau sur pied, une tasse et une soucoupe, un plateau à deux anses, une assiette à gâteau, une assiette à dîner, un bol à céréales, un grand bol à baies rond et le plateau ovale divisé. Comme il s'agit d'une liste assez longue, les collectionneurs doivent se familiariser avec les différences entre les pièces anciennes et nouvelles. Jeannette Cherry Blossom Catalogue Réimpressions et listes

Cubiste - (1929-1933) (ambre, bleu, cristal, vert, souci irisé, rose, verre de lait blanc, outremer, jaune, laitier orange expérimental) -La société de verre Jeannettemany produit cubiste. Cubist se trouve principalement en cristal, rose et vert, bien que vous trouviez une pièce occasionnelle dans les autres couleurs énumérées ci-dessus. Les pichets et les gobelets sont insaisissables et coûtent cher. Le cubisme est souvent confondu avec le modèle américain de Fostoria. Les articles cubistes étaient produits en série, fabriqués à la machine en verre de dépression tandis que le motif américain de Fostoria était fabriqué à la main. Les pièces de Fostoria ont été recuites et ont un éclat ou un lustre brillant.

Goutte de rosée - (1953-1955) (Cristal) - Ce motif Jeannette en cristal, du milieu des années 1950, était un ensemble de déjeuner très populaire. L'élégante assiette à lunch « Feuille d'érable » de 8 po et les plateaux à collation combinés, avec un renfoncement pour tenir une tasse, ont impressionné les amis et la famille. Le fait que ce modèle comportait plusieurs pièces de service uniques et utiles est la raison pour laquelle de nombreuses ménagères ont adoré acheter et utiliser Dewdrop. Très peu d'ensembles de déjeuner de cette période avaient un susan paresseux tournant ou un grand bol à punch.Des pièces uniques comme celle-ci ont contribué à faire de ce modèle un succès.

dorique - (1930-39) (Cristal, Delphite, Vert, Rose, Outremer, Jaune) - Doric était un motif de verre de dépression très populaire en vert et en rose. Il a été produit par la Jeannette Glass Company dans les années 1930. Ce motif frappant est difficile à trouver en bon état. Les lignes de moulage nettes autour des bords du motif étaient souvent endommagées, même pendant la production. Le rose et le vert sont les seules couleurs dans lesquelles on peut compléter un ensemble complet. Les articles de couleur Delphite étaient limités aux pièces de service. Les pièces difficiles à trouver en rose et en vert comprennent les bols de céréales, les soupes à la crème (vertes uniquement) et les gobelets. Doric et Pansy (illustré ci-dessous), est un modèle similaire. Il peut être trouvé en rose et les collectionneurs utilisent souvent des pièces Doric et Pansy roses avec leurs collections Doric roses.

Dorique et Pansy - (1937 - 1938) (Outre-Marin, Rose, Cristal) - Ultramarine Doric and Pansy ressemble beaucoup au modèle dorique montré ci-dessus. En plus de la bordure des carrés en relief dans le motif dorique, Doric et Pansy ont une pensée en relief dans chaque autre carré. Les cases verticales au-dessus ou au-dessous de la bordure comportent également des pensées en relief. Un réglage complet de ce motif ne peut être trouvé que dans la couleur Outremer. Seules quelques pièces ont été réalisées en cristal et rose. Jeannette a commercialisé Doric et Pansy en Angleterre et au Canada. Il était extrêmement populaire dans ces régions et on en trouve davantage à l'étranger et au Canada. Avec l'avènement d'Internet, la vente de plus de pièces de ce joli motif a commencé à apparaître sur des sites tels qu'Etsy et Ebay. Il a semblé pendant un certain temps qu'il y avait beaucoup d'objets plus difficiles à trouver. Ces pièces ont depuis disparu du marché et les pièces difficiles à trouver sont à nouveau quelque chose que vous devrez chercher pour trouver.

Floragold - (années 1950) (cristal et irisé, certains verres de lait rose coquillage) - Floragold est l'un des modèles les plus populaires des années 1950 de la Jeannette Glass Company. Ce joli motif était un ensemble de vaisselle à service complet. La plupart des morceaux de Floragold ont été produits en masse et ont été r à un prix raisonnable, mais certains articles tels que les bols de céréales, les gobelets à thé glacé et les vases ont été vendus en tant que pièces supplémentaires. Ces pièces étaient plus chères à l'origine et pas autant de clients les ont achetés pour leurs ensembles. Ils sont donc plus difficiles à trouver. Jeannette a également expérimenté ce modèle et a produit un certain nombre d'articles qui n'ont jamais été mis dans la ligne régulière. Ces pièces comprennent plusieurs compotes et un beurrier rarement vu. Si vous avez la chance de trouver l'une de ces pièces rares, préparez-vous à payer une prime.

Floral - (Poinsettia)-(1931-1935) (Le noir, Cristal, Crème, Delphite, Jadite, Rose, Rouge, Jaune) - Floral a été nommé "Poinsettia par les collectionneurs avant que le nom de l'entreprise ne soit connu, et le nom est toujours utilisé aujourd'hui. Ce magnifique motif floral est disponible dans une gamme de couleurs. Alors que de nombreux articles sont venus en Delphite, les seules couleurs que vous pouvez compléter un sont rose et vert. Floral était l'un des plus grands ensembles de l'ère de la dépression produits par la Jeannette Glass Company. Parmi les pièces les plus difficiles à trouver, citons le pichet à limonade, les gobelets à limonade, le pichet à jus, les gobelets à jus plats, les vases et les articles de toilette. Les shakers ont été reproduits dans ce modèle, mais sont de mauvaise qualité par rapport à la réalité. La bonne nouvelle est que les shakers à pieds sont le seul élément qui a été reproduit.

Harpe - (Cristal, Cristal avec garniture dorée, Bleu clair) - (années 1950) -Ce modèle a été surnommé Harp par collectors en raison de la jolie harpe comme la conception musicale qui décore chaque pièce. La harpe était utilisée comme petit déjeuner ou ensemble de service. Les pièces comprennent un support à gâteau sur pied, des tasses et des soucoupes, des sous-verres, des cendriers et une assiette de 7". La harpe est un autre motif des années 1950 que l'on retrouve dans la gamme Shell Pink Milk Glass.


Optique hexagonale (nid d'abeille) - (1928 - 1932) (Vert, Rose, Outremer, Irisé) - Le design Hex Optic était accrocheur et populaire parmi les acheteurs dans les années 1930. En conséquence, de nombreuses entreprises de verre ont fait un motif Hex Optic. Jeannette a revisité leurs créations en les incorporant dans une ligne de verrerie de cuisine avec un ensemble de déjeuners d'accompagnement. Ils ont fabriqué une assiette à sandwich de 10 pouces dans ce modèle, donc si quelqu'un voulait utiliser l'ensemble comme modèle de vaisselle, c'était possible. Certains des articles de cuisine que l'on peut trouver en rose et en vert comprennent un seau à glace avec un dessus alésoir, un ensemble de restes empilables et des bols à mélanger. Information additionnelle

Vacances (Boutons et Noeuds)- (rose 1947-1949) (Cristal, Irisé 1947-1975) ( Rose coquillage 1958-1959) - La Jeannette Glass Company a produit Holiday et a découvert qu'il s'agissait de l'un de ses motifs roses les plus populaires en forme de verre à dépression. Il est répertorié dans de nombreux livres Depression Glass, mais n'a été introduit qu'en 1947. Ce joli motif est à prix modéré. Dîners, tasses et soucoupes, pièces de service, pichets et gobelets plats sont faciles à trouver. Les articles les plus difficiles à trouver incluent l'assiette à gâteau, les gobelets sur pied et le grand bol de fruits ou de console.

Homespun - (Rose, Crystal et certaines couleurs tirées) (1939-1949) -Ce joli motif de lignes verticales avec de minuscules nervures verticales est une création de la Jeannette Glass Company . La plupart des morceaux de Homespun ont un motif gaufré dans le bas. Contrairement à ce que l'on croyait au départ, toutes les pièces de ce motif n'ont pas le motif gaufré présent. Production of Homespun began in 1939. Jeannette is one of the few companies that produced children's dishes (just like mothers) to go along with their Depression Glass Sets. Homespun has a matching child's set. A pitcher was made to go with the Homespun set. It looks identical to Hazel Atlas's Fine Rib patterned pitcher. An original catalog reprint confirms that Jeannette did indeed make this pitcher and sold it with the Homespun pattern.

, Iris - (Crystal-1928-1932, Iridescent-1950s, Multicolored-1970s) - Jeannette started production of Iris in crystal during the Depression years. Later, in the 1950s, iridescent Iris was made. In the 1970's, flashed colors were produced. The iridescent candy bottom was also made during this time period. Quite a few pieces of crystal Iris have been reproduced by A & A Imports. Crystal dinner plates, flat tumblers, footed ice teas, and coasters have been made. At this time other items have not been remade. Although these items can be told from the originals, it is difficult. The detail in the glass and the clarity of the glass helps to identify the old from the new.

National Gift Ware - (Late 1930s -1950s) (Crystal) -

National Gift Ware is a pattern that was introduced in the late 1930's. We have an original glass ad from a Jeannette catalog from this time period. National Gift Ware was a heavy vertical ribbed pattern. Many, but not all of the pieces had tiny ringed circles in the bottom. Because of the heavy nature of the glass, this pattern was durable and not easily damaged. Pieces included a relish, a covered candy, a sugar and creamer, bowls of various sizes, pitchers, salt and pepper shakers, trays, a cigarette set, and vases. This glassware was popular in both homes and eating establishments and remained in the Jeannette line for a good many years.

Pilgrim (Thumbprint) - (Late 1930s -1950s) (Ice Blue) (Crystal) (Crystal with Gold Decoration - Jeannette designed and produced pieces in the Pilgrim pattern in the late 1930s. Bowls, pitcher and tumbler sets, stemware, and trays, were offered for sale in this interesting pattern of vertical spaced ovals. The name "Thumbprint" immediately comes to mind. Almost every large glass company from this time period had their version of a Thumbprint pattern. In the 1950s Jeannette used the Pilgrim molds in their Shell Pink Milk Glass line. They renamed the pattern Thumbprint. A small pitcher and tumbler set, goblets, and sherbets were offered for sale in this pretty color.

Shell Pink Milk Glass - (1958 - 1959) -In the late 1950s, pink milk glass became popular. Fostoria, Fenton, and Cambridge all had their versions of this color. The Jeannette Glass Company introduced Shell Pink in 1958 and discontinued this pretty color in 1959. Shell Pink Milk Glass was made in a variety of pieces which included a punch set, pitcher, tumbler, goblet, cookie jar, candlesticks, bowls, compotes, vases, a puff box, cigarette box, relish, snack set, honey jar, cake stand, lazy susan, creamer, sugar and lid, and a footed nut dish. Experimental items have been found which include an ashtray, the deer powder jar, and a large covered duck jar. Most of the pieces were made as accessory items to use alone or together. Jeannette used many different molds and patterns to put together this interesting assortment.

Sierra (Pinwheel) - (1931 - 1933) (Green, Pink, Ultramarine) - Sierra is a stylized pattern with sharp edges and vertical lines. The pinwheel scheme is embossed, which creates sharp edges on the surface of the glass. The effect is beautiful, but due to the numerous uneven edges, finding pieces of Sierra in undamaged condition is a challenge. The Pink ad Green colors are both popular, although finding green Sierra is a bit more taxing. The only piece of Sierra to have been found in Ultramarine is a cup, so if you are wanting to collect Jeannette's signature color, this pattern would not be for you. If you are looking for a Deco Depression Era pattern in Pink or Green you will love this one.

S unburst - (Late 1930s -1940s ) (Crystal) - Sunburst was made by the Jeannette Glass Company in the late 1930's and 1940's. Most of the pieces have the same mold shape as the Iris and Herringbone pattern listed above. Because of the similarity in shape, some Iris collectors buy pieces of the Sunburst design to use with their pattern. The pattern gets its name from the starburst or sunray design that graces each piece. Sunburst was available as a full service dinnerware set. It could be purchased as a 34 or 44 piece dinner set, or in a smaller luncheon set size. Accessory pieces such as tumblers, and the bowl and candlesticks were offered for sale individually or in the larger sets.

Sunflower - (1930s) - (Pink, Green, Delphite, Ultramarine, Experimental Colors) - Sunflower is a fairly large Depression Glass set that was made in the 1930's. The shapes are very similar to Floral Poinsettia. The only drawback to collecting this pretty pattern is the lack of serving pieces available. There is no butter dish, platter, candy, or pitcher. Most people or not aware of the fact that Jeannette's 2 cup measuring cup often came with the Sunflower Motif in the bottom and that it was made to go with the set .

Swirl - (1937- 1938) (Ultramarine, Pink, Delphite) - Swirl or spiral patterns were popular during the Depression years and most major companies had their own version of a spiral pattern. The Jeannette Glass Company produced a complete line of dinnerware with the swirl effect and named it aptly, Swirl. There are quite a few pink collectors, but Swirl was most popular in the Ultramarine color. Ultramarine was a deep turquoise blue color that Jeannette was famous for. The Ultramarine color had a tendency to vary in production. Some pieces are almost a flat deep green color. There are collectors for the deep rich Ultramarine color, and the more subdued "green." When you are ordering from the internet you need to be sure that you know what color variation you are receiving. Most dealers refer to the flat ultramarine color as green. There are several experimental pieces that have been found in amber and ice blue. This setting includes many serving pieces as well as a full size dinner plate. Some hard to find pieces are the candy dish, butter dish, and flat ice tea tumbler.

Windsor (1936-1946) - (Amberina, Crystal, Delphite, Green, Ice blue, Ruby) -Windsor was made by the Jeannette Glass Company. We have listed quite a few colors, but Windsor is commonly found in Crystal, Pink, and Green. You rarely find pieces of the other colors, and finding a complete set of any of them would be virtually impossible. Pink and Green seem to be the most collectible colors, however quite a few collectors look for crystal. Some hard to find items include cream soups, ice tea tumblers, and candlesticks.

Jeannette Glass Kitchenware Patterns and Colors

Delphite Jeannette (1930s - 40s) -Jeannette made one of the largest lines of Delphite kitchenware during the depression years. The opaque blue color is stunning and captures the interest of people today as much as it did when it was made. Several different syle canisters were made. A complete line of useful kitchen items such as reamers, leftover jars, and shakers were made to go with both canister styles. Cherry Blossom and Swirl, two of Jeannette's full service dinnerware sets were available in delphite. Your entire kitchen area could be decorated in the Jeannette's beautiful Delphite color. The McKee Glass company also had a large line of Delphite kitchenware. Today collectors mix McKee and Jeannette together to create a truly awesome collection. Jeannette Delphite Kitchen Items

Green Transparent (Jeannette ) ( 1930s) - The Jeannette Glass Company , made a large line of kitchenware in a pretty transparent green to match their Depression Glass dinnerware sets. Hex Optic which is a Jeannette luncheon set had an accompanying grouping of kitchen items to match in both green and pink. Jeannette made kitchen ware pitchers, measuring cups, leftovers, covered salt and butter boxes, mugs, reamers, sugar shakers, ice buckets, and mixing bowls. They even made a leftover set with their famous Floral Poinsettia pattern embossed on the inside of the lid. Jeannette's green kitchenware was made to be used not only with Jeannette's Depression Glass sets, but also with any of their major competition's sets as well. The stylish designs insured that their products would be popular and appeal to many home shoppers. As a result, today it is still possible to add this pretty kitchenware to your kitchen decor.

Jadite Jeannette - (1930s) -Jeannette's Jadite, (sometimes spelled Jade-ite by other companies) came in two shades. A dark jadite and a lighter one. Jeannette's jadite colors were among the prettiest Jadite produced during the 1930's. Jeannette's Jadite Kitchenware line was one of the largest lines of jadite produced. There were more pieces made in Jeannette's Jadite line than there were in their Delphite line. The Jadite kitchenware had three different styles of canisters. Many accompanying pieces were made to go with these canisters. A complete list of the pieces can be found on our other Jadite pages. Many collectors of Jeannette's Jadite combine it with McKee's jadite kitchen items.

Light Jade/Yellow (Jeannette) - (1930s)Most of the major Depression Era Companies had their version of yellow milk glass. The Jeannette Glass Company may have attempted to produce this color with their light jade (nearly yellow) paneled sugar shaker. Since this is the only light yellow piece that Jeannette made, it just may have been an occasional fluke in the composition of the glass used that day. However, other jade items are not found in this color which leads one to believe that the light yellowish color was intentional. If so, it must not have created much interest among customers and Jeannette decided not to make other items in this color.

Jenny Ware (Jeannette) - (1930s) (Crystal, Pink, Ultramarine ) - Jeannette produced a very large line of kitchenware in a attractive patten called Jenny Ware. This pretty ribbed pattern was made in crystal, pink, and ultramarine in the 1930s. The ultramarine color was designed to go with Jeannette's Ultramarine Depression Glass patterns. Pieces in this kitchenware pattern include a pitcher, tumblers, mixing bowls, round and rectangular leftovers, a butter, a reamer, and a four piece tab-handled measuring cup set. This is one of the nicest collections of transparent patterned kitchenware ever made. Jeannette was the only company to make an Ultramarine colored collection of kitchenware.

Pink Kitchen Glassware - ( 1930s) - Jeannette made many Pink Depression Era kitchen items. They were an innovative company and added patterns to many of their kitchenware shapes. Most pink kitchenware will be found with a pattern. Jenny Ware and Hex Optic patterns were very popular and sold well in the pink color. Plain (non-patterned) kitchenware was made to use with the patterned kitchenware or with any Depression Era pattern.


The History of Window Glass

Technically speaking, the Romans made window glass panes from “flat glass” as early as the first century. The panes were small, not transparent, and have since been discovered at sites in Rome, Britain, and Pompeii.

The First Window Glass

Early in the 17th century, the first window glass was manufactured in Britain. It was broadsheet glass, a lengthy balloon of glass that was blown, and then both ends of the glass were removed, leaving a cylinder to be split and flattened.

Glass-Making Arrives in the Colonies

It also was in the early 17th century that English settlers brought glass-making to America, where the first glass factory was opened in Jamestown, Virginia. The manufacturing process consisted of a bubble of glass that was flattened and reheated before being cut into shapes—a cheap and efficient way to make window glass.

The Crown Glass Process

Next came the crown glass process, in which a sphere of molten glass was blown, opened at the end of the blowpipe, then spun into a circular sheet. Despite imperfections that included ripples and circles, crown glass was still better than the broadsheet. In 1834, the Germans introduced a cylinder method of manufacturing in which technological advances produced even larger sheets of quality glass.

Accidental Discovery of Laminated Glass

In 1903, laminated glass was invented quite accidentally by Edouard Benedictus, a French chemist whose glass flask dropped to the floor and shattered but did not break. Since then, inserting a thin plastic film between two sheets of glass has made larger windows safer.

20th Century Progress

Late in the 20th Century, in efforts to reduce fuel bills by upgrading the energy efficiency of windows, double-glazing was developed by placing moisture absorbent spacers between two panes of glass to create the insulated airspace. Today, most glazing glass is manufactured by a process in which molten glass is floated on a bed of molten tin as the upper surface is polished with pressurized nitrogen.

"Renewal by Andersen installed my windows, did a terrific job, very professional. Covered all my furniture and carpets. I highly recommend them."


How to Determine Value

Many informative books on Depression glass are older and will not reflect current values. However, these older books can offer a lot of information and can be used to identify your pattern. Some excellent books are no longer in print. The good news is that older books can be found used online.

To find a value for your vintage glassware, shop around. Visit local antique dealers. Often, the demand for a particular pattern varies according to the area in which you live. Dealers can be quite informative especially if the shop is not very busy at the time of your visit.

Check online auction sites. Look at the "sold" price. You may want to disregard the highest asking prices as some sellers overvalue their goods. When browsing online look at sellers who specify the pattern. That means they have some knowledge of their wares.

If you want to sell your glass, do not expect to collect the full retail value of a piece as stated at sites like Kovel&aposs or Replacements. Remember that a dealer must make overhead and profit. Consignment shops also must collect a percentage of the sold price. Some dealers lower the prices on goods that have not sold in a specific time.

A pink Windsor pitcher (like the one shown above) sold for $40 online. I got mine for free! So if I sold it for $40, that would be a significant profit!

If you can&apost remember what you paid for a piece, you&aposre downsizing and just need to get rid of stuff, price your glass a bit lower than everyone else. Someone gets a bargain and you get rid of stuff.

Many collectors of the past bought their dishware at flea markets, rummage sales, thrift stores, and yard sales. In that case, you may still make a tidy profit if you choose to sell today.


Clear Glass Dish from Pompeii - History

Les Sommerso technique was originally developed in the 1930's by Antonio Da Ross. Sommerso (Italian for "submerged") is the Murano glassmaking technique of creating two or more layers of contrasting glass without the colours mixing together. It is formed by dipping coloured glass into molten glass of a different colour, before blowing the glass into the required form. The outermist layer is often clear. During the 1950's the Sommerso style became world famous due to the work of Flavio Poli, artistic director of Seguso Vetri d'Arte. There have since been many other factories in the Murano region which have made pieces in this style, and as such it is difficult to be certain of the manufacturer without labels or signatures present. Other well known manufacturers that have produced glassware in the Sommerso style include Mandruzzato, Galliano Ferro, Formia, Oball, Arte Nuova et Luigi Onesto.

A purple and blue Murano glass "Sommerso" bottle vase. Made by Seguso Vetri d'Arte, probably designed by Mario Pinzoni.

A pair of green, amber and clear Murano glass "Sommerso" candlestick holders. Made by Seguso Vetri d'Arte, signed.

A green and blue Murano glass "Sommerso" perfume bottle. Made by Seguso Vetri d'Arte, pattern number 13937/P, labelled.

A purple and pink "Sommerso" Murano glass ashtray bowl. Made by Archimede Seguso, labelled.

A purple, blue and clear Murano "Sommerso" glass stem vase. Made by Galliano Ferro.

A purple, turquoise and clear Murano "Sommerso" glass stem vase. Made by Galliano Ferro.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass stem vase. Made by Galliano Ferro.

A red, blue and clear Murano "Sommerso" glass stem vase. Made by Galliano Ferro.

A pink, white and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Oball, labelled.

A pink, white and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Oball, labelled.

A pink, black and clear Murano "Sommerso" organic glass vase. Made by Oball, labelled.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase with applied clear decoration.

A brown, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Arte Nuova, labelled.

A brown, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Arte Nuova.

A green, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Arte Nuova.

A purple, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Arte Nuova.

A pink, blue and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Arte Nuova.

A brown, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Arte Nuova.

A brown, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Arte Nuova.

A brown, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Arte Nuova.

A purple, blue and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Arte Nuova.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase. Made by Arte Nuova.

A pink, green, amber and clear Murano "Sommerso" organic glass vase. Possibly by Arte Nuova.

A green, amber, blue and clear Murano "Sommerso" organic glass vase. Possibly by Arte Nuova.

A pink, blue and clear Murano "Sommerso" glass vase. Possibly by Arte Nuova.

An orange, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase. Label reads "Genuine Venetian Glass, Made in Murano, Italy".

A turquoise and blue Murano "Sommerso" glass vase.

A turquoise and blue Murano "Sommerso" glass vase.

A green, pink and clear Murano "Sommerso" glass sculptural bowl. Made by Cristallo Venezia CCC. Reference: [click here].

A green, pink and clear Murano "Sommerso" glass sculptural bowl. Made by Cristallo Venezia CCC.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass sculptural bowl. Made by Cristallo Venezia CCC.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass sculptural bowl. Probably made by Cristallo Venezia CCC.

A pink, blue and clear Murano "Sommerso" glass sculptural bowl. Probably made by Cristallo Venezia CCC.

A pink and blue Murano "Sommerso" glass sculptural bowl. Probably made by Cristallo Venezia CCC.

A green and amber Murano "Sommerso" glass sculptural bowl. Probably made by Cristallo Venezia CCC.

A purple, blue and clear Murano "Sommerso" glass fish sculpture. Made by Artistica Murano CCC. Reference: [click here].

A purple, blue and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A purple, blue and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A purple, blue and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A purple, blue and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A red, green and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A red, green and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A red, green and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A red, green and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A blue, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A blue, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A blue, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A blue, green and clear Murano "Sommerso" glass basket shaped vase.

A red, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass basket shaped vase.

A red, peach and clear Murano "Sommerso" glass vase.

An orange, uranium green and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A smokey grey, blue and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A green, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase.

An orange, uranium green and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A brown, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A blue, green and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A brown, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A red, amber and blue Murano "Sommerso" glass vase.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A red, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A purple, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass vase.

A purple and green Murano "Sommerso" glass stem vase.

A red, amber and clear Murano "Sommerso" glass stem vase, with generic Murano glass label.

A pink, blue and clear Murano "Sommerso" glass stem vase.

A brown, amber and clear Murano "Sommerso" glass stem vase.

A red, blue and clear Murano "Sommerso" glass jug.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass jug, with Hans Geismar import label.

A purple, green and clear Murano "Sommerso" glass jug.

A pink, amber and clear Murano "Sommerso" glass jug.

A red and uranium green Murano "Sommerso" glass jug, with Hans Geismar import label.

A red and uranium yellow Murano "Sommerso" glass jug.

A blue and uranium green Murano "Sommerso" glass jug.

A red and blue Murano "Sommerso" glass jug.

A green, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass bowl.

A pink, uranium yellow and clear Murano "Sommerso" glass ashtray bowl.

A green, amber and clear Murano "Sommerso" glass ashtray bowl.

A blue, amber and clear Murano "Sommerso" glass ashtray bowl.

A red and amber Murano sommerso glass sculpture bowl. Bears a red foil Hans Geismar "HG Venetian Art Glass" import label.

A red and amber Murano sommerso glass sculpture bowl. Bears a red foil Hans Geismar "HG Venetian Art Glass" import label.

A blue and amber Murano sommerso glass sculpture bowl. Bears a red foil Hans Geismar "HG Venetian Art Glass" import label.

A green and amber Murano sommerso glass sculpture bowl.

A green and amber Murano sommerso glass sculpture bowl.

A blue and amber Murano sommerso glass sculpture bowl.

A blue and uranium yellow Murano "Sommerso" glass bowl.

A red and amber Murano "Sommerso" glass bowl.

A turquoise and uranium yellow Murano sommerso glass decorative bottle.

A blue Murano sommerso glass decorative bottle.

A green, yellow and clear Murano sommerso glass decorative bottle.

A red and amber Murano sommerso glass decorative bottle.

A turquoise blue and uranium green Murano sommerso glass cockerel figurine. Bears a foil Hans Geismar "HG Venetian Art Glass" import label.

A red and lilac / blue Murano sommerso neodymium glass swan with "Bullicante" controlled bubble effect.

A green, amber and clear Murano sommerso glass swan with "Bullicante" controlled bubble effect.

A red, amber and clear Murano sommerso glass swan with "Bullicante" controlled bubble effect.

A purple and uranium yellow Murano sommerso glass swan figurine.

An amber and uranium yellow Murano sommerso glass swan figurine.

A pink and uranium yellow Murano sommerso glass swan figurine.

A purple, blue and clear Murano sommerso glass swan figurine.

A blue and uranium yellow Murano sommerso glass swan figurine.

A brown and amber Murano sommerso glass swan figurine.

A red, amber and uranium green Murano sommerso glass swan figurine with generic Murano glass label.


Crafting American Brilliant Cut Glass

The process of making this favored glass was time-consuming and expensive. Facets were cut into finished glass pieces by pressing them against a large rotating iron or stone wheel, according to The Glass Encyclopedia website. The nicest pieces of cut glass have a high lead oxide content giving them extra sparkle showing off the exceptional shine of the cutting in this clear glass.

Through the American Brilliant Period, crafters moved away from hand blowing blanks to blown glass made with molds, and eventually incorporated design elements in the blown mold as well. The craftsmanship diminished somewhat as manufacturing processes evolved in this way.

The way the items were polished also changed over time, going from hand finishing to a strong acid bath to eliminate sharp edges. This method worked but lacked the same high-quality finish when compared to the earlier handcrafted glass.

The patterns changed, too, as corners were cut to save money and increase profits. In general, the decorations were less elaborate as time passed with less swirled cuts and precise points cut into the glass. Artistry was less important at this time as the focus shifted to the bottom line.


Technically speaking "flat glass" was introduced by the Romans as glass for construction of window panes. These were produced as early as the first century CE, and is commonly found in Roman sites in Britain as well. Pieces as large as 30 by 40 inches have also been uncovered at Pompéi.

Such early windows were usually quite small, of irregular thickness, and not clear or transparent. These flat panes may have been produced using one of several different processes.

One suggested method is "cast glass". This produced glass of uneven thickness, with one side having a polished or "glossy" surface and the other side a matt finish. Although the exact technique is lost, it is suggested that they were produced by pouring molten glass into a mold.

Another method suggested is casting of soft, hot glass on a flat surface and then pressing it into flatness with a moist, wooden mallet. Contemporary glassmakers have been able to re-produce glass panes in this method, and the results closely match the original Roman panes.

Another method used by the Romans for the production of window glass was called the "crown method". First a hollow sphere was blown at the end of a blowpipe. Then the end opposite the blowpipe was opened. The opened, soft sphere was then vigorously rotated. The centrifugal force would flatten out the glass into a disk. The disc was then cooled and cut into small sheets. Every disk had a lump of glass at the center, known as the "bull’s eye" or "couronner".

Although another source clearly mentions that crown glass method was invented in the eighth century in Syria:

The method of spinning window crowns was probably first discovered in Syria in the eighth century. The glass workers blowpipe, used for this process, was invented at the beginning of the Christian era. - source: Flat Glass Technology.

The well-known Venetian glass industry dates back to the tenth century. Venetian glass makers did not specialize in flat glass products but a certain amount of window glass was manufactured and part of it was exported. In the fourteenth century mirrors were made by coating plates of glass with an amalgam of tin and mercury.

English settlers introduced glass making into America. The first manufacturing establishment in America was a glass factory. This was erected at the beginning of the seventeenth century at James Towne, Virginia. The crown method of manufacturing flat glass was replaced by the cylinder process.

Larger sheets of glass could be made in this way and it was the dominating method of making flat glass in the nineteenth century. At the beginning of the twentieth century the machine-cylinder method was introduced. A circular metal bait about 25 cm (10 in) in diameter situated at the end of a blow-pipe, was lowered to the surface of the molten glass. Using compressed air for blowing, it was possible to draw a cylinder of glass, approximately 1500 cm (50 ft) high. This cylinder was subsequently split, flattened and annealed.

At the end of the nineteenth century attempts were on to draw a flat sheet of glass directly, to avoid the second step of flattening the cylinder. The first successful method was invented by Emile Fourcault in Belgium, who took a patent in 1904. Around the same time, two methods for sheet glass drawing were developed in America. These were the Colburn, or Libbey-Owens, process and the Pittsburgh process. These processes are still in use, the most successful being the Pittsburgh process.

Several refinements and processes have been made since the seventeenth century in France, Germany, and the United States.


Windsor Pink Pitcher

The Windsor pattern has a nice geometrical texture and this pink glass pitcher is rather common. Made by Jeannette Glass Company from 1936 through 1946, it was valued between $25 and $35 in 2008. You may still find pieces at that price, but it has more often dropped to $15 to $25.


Voir la vidéo: Pompeii Walking Tour in 4K Part 1 (Janvier 2022).