Podcasts sur l'histoire

Quelle était l'opinion de G.K. Zipf sur les nazis ?

Quelle était l'opinion de G.K. Zipf sur les nazis ?

Zipf était professeur d'allemand à Harvard. il est crédité d'avoir inventé les règles de taille de rang qui suggèrent que si nous classons de nombreux ensembles d'objets différents, du plus grand au plus petit, ils suivent une loi de puissance. La loi est très largement applicable à la façon dont les villes, les revenus, les mots dans une langue, etc. sont distribués. Zipf est parfois considéré comme un sympathisant nazi. Ce n'est pas clair - il y avait un article sur cette liste par l'utilisateur 8320 à ce sujet - j'aimerais découvrir l'authentification de cela et de toute autre source sur Zipf et sa vie.


Concernant le lien entre George Kingsley Zipf et les nazis, quelques ouvrages modernes nous donnent quelques indications sur la source de ces inquiétudes. Le lien semble provenir principalement de la publication de Zipf de 1941, National Unity and Disunity ; La nation en tant qu'organisme bio-social.

Le livre 2017 L'organisation des villes: Initiative, vie ordinaire et la bonne vie de John R Miron, a une section sur Zipf à la page xxvi de la préface. Dans une note de bas de page (45), il discute d'une section particulièrement controversée des travaux antérieurs de Zipf.

Dans un agrument particulièrement suspect, Zipf (1941, p.197) présente la distribution combinée de la taille des villes pour la grande Autriche-Allemagne-Sudètes d'une manière qui semble justifier la politique nazie du Lebensraum à l'approche de la Seconde Guerre mondiale.


Cette connexion peut également être notée dans une critique du livre publié dans The American Political Science Review, vol 35, numéro 6 décembre 1941 pp 1178-1179.

… et que l'Allemagne a terriblement souffert du traité de Versailles, mais que, suite à ses acquisitions en Autriche, en Tchécoslovaquie et en Pologne, elle se rapproche de la normalité.


Un autre livre peut également être trouvé sur l'application par Zipf de sa loi de puissance à la situation sociale en 1941 en Europe. Psychomythique : Sources d'artefacts et d'idées fausses en psychologie scientifique, par William R. Uttal. Ce livre, dans une note de bas de page à la page 51, semble faire référence à la même chose :

Il ne faut pas trop lire le dernier chapitre de Zipf pour apprécier à la fois son antisémitisme explicite et sa vision pro-nazie. Particulièrement dangereux était sa justification de l'agression de l'Allemagne en termes de sa loi empirique.



Puisqu'une copie lisible de ce travail a été publiée (Merci @Sempaiscuba), je peux inclure des informations directes de la source (c'est moi qui souligne):

Unité nationale et désunion par Zuof, George Kingsley

si nous considérons le traité de Versailles comme la maladie, alors nous pourrions considérer Mussolini et Hitler comme des remèdes d'une part qui peuvent à leur tour devenir des maladies d'autre part, qui peuvent à leur tour provoquer des guérisons ailleurs et ainsi de suite indéfiniment.

C'est de la toute première utilisation du nom Hitler dans le livre, p. 151. Cette analogie avec la guérison de la maladie est reprise plus loin dans le livre (puisque la loi de Zipf est également appliquée à la linguistique, il peut être intéressant de noter que le mot guérir monte 51 fois dans ce livre… ):

Il est légitime de se demander aujourd'hui si la guerre européenne de septembre 1939 doit être considérée avant tout comme une maladie ou comme remède contre les maladies, et si M. Hitler est principalement une source d'infection ou un symptôme d'une infection, - un symptôme qui passera pour l'infection du déséquilibre recule.

(c'est moi qui souligne). Ce «déséquilibre» est illustré dans son graphique à la page 197 où il montre l'effet de Lebensraum, en comparant la courbe représentant la dynamique de la population de la ville avant et après mai 1939.

Le paragraphe avant ce tableau indique ce qui suit (c'est moi qui souligne) :

Compte tenu des différences marquées entre 1934 et 1939, nous ne pouvons que conclure que d'une manière ou d'une autre, pendant cet intervalle, les forces socio-économiques supposées impliquées dans cette situation globale évolué vers un plus grand équilibre socio-économique.

D'accord. Un de plus. (désolé pour les multiples modifications) À partir de la page 369 (bien sûr, c'est moi qui souligne) :

Il se peut bien que l'antisémitisme est de l'ordre d'un « remède » plutôt que d'une « maladie »; c'est-à-dire dans l'ordre d'une réaction au lieu d'une action


Voir la vidéo: François Garaï - quelle est lopinion de votre religion? (Décembre 2021).