Podcasts sur l'histoire

Page de titre de Contes de Cantorbéry

Page de titre de Contes de Cantorbéry


Le poète Geoffrey Chaucer est né vers 1340, probablement chez ses parents&# x2019 house sur Thames Street à Londres, en Angleterre. Chaucer&# x2019s famille était de la classe bourgeoise, descendant d'une famille aisée qui ont fait leur argent dans le commerce du vin de Londres. Selon certaines sources, Chaucer&# x2019s père, John, a exploité l'entreprise viticole familiale.

On pense que Geoffrey Chaucer a fréquenté l'école de la cathédrale Saint-Paul&# x2019s, où il a probablement d'abord fait connaissance avec l'écriture influente de Virgile et d'Ovide.

En 1357, Chaucer est devenu un fonctionnaire de la comtesse Elizabeth d'Ulster, le duc de Clarence&# x2019s épouse, pour laquelle il a reçu une petite allocation&# x2014assez pour payer sa nourriture et ses vêtements. En 1359, l'adolescent Chaucer partit se battre dans la guerre de Cent Ans&# x2019 en France, et à Rethel, il fut capturé contre rançon. Grâce à Chaucer&# x2019s royal connections, le roi Édouard III a aidé à payer sa rançon. Après la libération de Chaucer&# x2019, il a rejoint le service royal, voyageant à travers la France, l'Espagne et l'Italie dans le cadre de missions diplomatiques du début au milieu des années 1360. Pour ses services, le roi Edward a accordé à Chaucer une pension de 20 marks.

En 1366, Chaucer épousa Philippa Roet, la fille de Sir Payne Roet, et le mariage contribua commodément à la poursuite de la carrière de Chaucer&# x2019s dans la cour d'Angleterre.


Les contes de Canterbury

Dans Les contes de Canterbury Chaucer a créé l'une des grandes pierres de touche de la littérature anglaise, une collection magistrale de romances chevaleresques, d'allégories morales et de basses farces. Un concours de contes entre un groupe de pèlerins de tous horizons est l'occasion d'une série d'histoires qui vont du récit du chevalier sur l'amour courtois et la bouillonnante légende arthurienne de l'épouse de Bath, aux anecdotes coquines du meunier et du Cuisiner. Riche et diversifié, Les contes de Canterbury nous offre un aperçu inégalé de la vie et de l'esprit de l'Angleterre médiévale.

Depuis plus de soixante-cinq ans, Penguin est le premier éditeur de littérature classique dans le monde anglophone. Avec plus de 1 500 titres, Penguin Classics représente une bibliothèque mondiale des meilleures œuvres à travers l'histoire et dans tous les genres et disciplines. Les lecteurs font confiance à la série pour fournir des textes faisant autorité enrichis par des introductions et des notes d'éminents universitaires et auteurs contemporains, ainsi que des traductions à jour par des traducteurs primés.

Тзывы - аписать отзыв

Енки читателей

Chaucer

C'est un très bon livre à lire par tous ! J'ai aimé ça! Chaucer est mon poète et écrivain préféré et donc toutes ses œuvres sont très agréables ! Les Contes de Canterbury sont amusants à lire et faciles à comprendre pour tout le monde. Il donne un bon aperçu de la vie au 14ème siècle ! итать есь отзыв

LibraryThing Review

J'ai acheté ce livre pour défier ma compréhension de l'anglais il y a quelques années. J'ai commencé à le lire mais j'ai perdu l'enthousiasme après environ le tiers du livre, et je n'ai pas continué. C'est un . итать есь отзыв

Ругие издания - росмотреть се

Сылки на ту книгу

Авторе (2003)

Geoffroy Chaucer est né à Londres, fils d'un marchand de vin, vers 1342, et comme il a passé sa vie au service du gouvernement royal, sa carrière se trouve être exceptionnellement bien documentée. En 1357, Chaucer était page de l'épouse du prince Lionel, deuxième fils d'Édouard III, et c'est alors qu'il était au service du prince que Chaucer fut racheté lorsqu'il fut capturé lors de la campagne d'Angleterre en France en 1359-60. L'épouse de Chaucer Philippa, qu'il a épousée c. 1365, était la sœur de Katherine Swynford, la maîtresse (c. 1370) et la troisième épouse (1396) de Jean de Gand, duc de Lancaster, dont la première épouse Blanche (d. 1368) est commémorée dans le poème majeur de Chaucer ealrist, Le livre de la duchesse.
À partir de 1374, Chaucer a travaillé comme contrôleur des douanes sur la laine dans le port de Londres, mais entre 1366 et 1378, il a effectué un certain nombre de voyages à l'étranger pour affaires officielles, dont deux voyages en Italie en 1372-3 et 1378. L'influence de la rencontre de Chaucer avec La littérature italienne est ressentie dans les poèmes qu'il a écrits à la fin des années 1370 et au début des années 1380 - La maison de la renommée, Le parlement des poules et une version de Le conte du chevalier – et trouve sa pleine expression dans Troïlus et Criseyde.
En 1386, Chaucer est député du Kent, mais la même année, il démissionne de son poste de douane, bien qu'en 1389 il soit nommé greffier des travaux du roi (démission en 1391). Après avoir fini Troïlus et sa traduction en prose anglaise de Boèce De consolatione philosophiae, Chaucer a commencé son Légende des bonnes femmes. Dans les années 1390, il travaille sur son projet le plus ambitieux, Les contes de Canterbury, restée inachevée à sa mort. En 1399, Chaucer loua une maison dans l'enceinte de l'abbaye de Westminster mais mourut en 1400 et fut enterré dans l'abbaye.

Nevill Coghill (1899-1980) a occupé de nombreux postes à l'Université d'Oxford. Sa traduction de Chaucer Troïlus et Criseyde est également publié par Penguin Classics.


Les contes de Canterbury

  • ★ ★ ★ 3.33
  • 3 évaluations
  • 73 Envie de lire
  • 3 Lecture en cours
  • 8 Avoir lu

Cette édition a été publiée en 1857 par D. Appleton à New York.

Recueil d'histoires écrites en moyen anglais par Geoffrey Chaucer à la fin du XIVe siècle. Les contes (principalement en vers, bien que certains soient en prose) sont racontés dans le cadre d'un concours de contes par un groupe de pèlerins alors qu'ils voyagent ensemble de Southwark au sanctuaire de Saint Thomas Becket à la cathédrale de Cantorbéry. Dans une longue liste d'œuvres, dont Troilus et Criseyde, House of Fame et Parliament of Fowls, The Canterbury Tales était le magnum opus de Chaucer. Il utilise les contes et les descriptions des personnages pour dresser un portrait ironique et critique de la société anglaise de l'époque, et particulièrement de l'Église. Structurellement, la collection porte l'influence du Decameron, que Chaucer aurait rencontré lors de sa première mission diplomatique en Italie en 1372. Cependant, Chaucer peuple ses récits avec des «gens sondry» plutôt que des nobles en fuite de Boccace.


Page de titre de Contes de Canterbury - Histoire

Cliquez sur l'un des boutons de sujet ci-dessus, ou cliquez sur Index du site pour rechercher des sujets ou des titres spécifiques.

Ajouts les plus récents :

Interlinear Translations of The Canterbury Tales, qui est maintenant terminée (3 octobre 2010). Une version d'essai d'Un glossaire des œuvres de Chaucer est maintenant prête (bien qu'elle ait encore besoin de travail.) cliquez ici

Une traduction de Sir Gauvain est actuellement en cours.
Cliquez ici

Une version d'essai de An Index to the Spellings in Chaucer's Works (édition Riverside (17 novembre 2008 cliquez ici 6 novembre 2008

Un index des contes et sujets dans Confessio amantis de John Gower est également maintenant disponible.

Une version d'essai du premier livre de Troilus est également maintenant prête
Les autres livres de Troilus sont en préparation.

Ce site fournit du matériel pour les cours Chaucer de l'Université Harvard dans le programme de base, le département d'anglais et la division de la formation continue. (Les autres sont bien sûr invités à l'utiliser.) Il fournit un large éventail de textes en moyen anglais glosés et de traductions d'analogues pertinents pour les œuvres de Chaucer, ainsi que des sélections d'œuvres pertinentes d'écrivains antérieurs et ultérieurs, des articles critiques sous divers angles. , graphiques et informations générales sur la vie au Moyen Âge. Pour le moment, le site se concentre sur les Contes de Canterbury, mais l'objectif à plus long terme est de créer une page Chaucer plus générale. Veuillez envoyer vos commentaires ou suggestions concernant le site à [email protected]>. Le site est constamment corrigé, et en cela il a beaucoup bénéficié des compétences éditoriales de Kevin Psonak. Je suis reconnaissant pour son bon travail. Je suis également très reconnaissant à Jane Tolmie, dont le travail acharné et habile a grandement contribué aux premières étapes de ce projet.

chaucer Dernière mise à jour : 3 octobre 2006
La permission est accordée d'utiliser ce matériel à des fins non commerciales. Veuillez utiliser une attribution appropriée. Copyright © Président et Fellows du Harvard College

Cette page est liée à la métapage Chaucer

Les enseignants et les élèves du secondaire pourraient trouver ce site NEH utile et intéressant (cliquez sur l'icône) :


Page de titre de Contes de Canterbury - Histoire

Les pages de titre utilisées dans les deux premiers styles de reliure (1906-1934) étaient, comme les pages de garde, conçues par Reginald Knowles, qui travaillait alors pour Dents, dans le style « Arts and Crafts » de William Morris. Ce sont des œuvres d'art en soi. Chaque catégorie avait sa propre conception de page de titre et sa propre devise. Les pages de titre de la reliure Style 3 (1935-1953) étaient beaucoup moins ornées, mais elles avaient des colophons distincts pour chaque catégorie, conçus par Eric Ravilious. Les pages de titre ultérieures n'étaient que du texte, sans aucune œuvre d'art distinctive.

Cliquez sur les vignettes pour agrandir les images.

Biographie

La citation est de Milton Aréopagitique, un essai pour la défense de la liberté d'expression et de la presse. John Milton (1608-1674) est le plus célèbre, bien sûr, pour son poème épique paradis perdu, considérée comme l'une des plus grandes œuvres, ainsi que la dernière véritable épopée, en langue anglaise.

Classique

La citation est de Joseph Glanvill (1636-80), philosophe et ecclésiastique anglais, et provient du chapitre XVII de son Sceptica Scientifique (1661), également publié sous le titre La vanité de la dogmatisation. La citation complète est "Les sages d'autrefois revivent en nous et dans les opinions il y a une métempsycose." (Merci à Lucas Graves d'Arlington, VA pour cette information.)

Essais & Belles-Lettres

La citation est tirée de la dédicace à l'édition de 1625 du Essais par Sir Francis Bacon (1561-1626), le grand philosophe, homme d'État et essayiste anglais. La phrase réelle se lit comme suit : « Mes essais, lesquels de tous mes autres travaux ont été les plus courants pour cela, comme il semble, ils reviennent à la maison, aux affaires des hommes et aux seins. » (Merci à Phil Williams de Londres pour la source de cette citation.)

Bien que les œuvres de Ruskin se trouvent dans cette section d'Everyman's Library et que quatre d'entre elles portent la citation de Bacon, une citation de son Peintres Modernes a été utilisé dans les travaux suivants :

  • Éléments de dessin (No 217)
  • Peintres Modernes (5 vol., nos 208-212)
  • Préraphaélite (N° 218)
  • Sésame et Lys (N° 219)
  • Sept lampes d'architecture (No 207)
  • Pierres de Venise (3 vol., nos 213-215)
  • Jusqu'à ce dernier (N°216)

Fiction

La citation est de La défense de la poésie par Sir Philip Sidney (1554-86), qui était célèbre dans l'Angleterre élisabéthaine non seulement en tant que poète, mais aussi en tant que soldat et courtisan. Ce travail a eu une profonde influence sur la critique et la théorie littéraires anglaises.

Histoire

Thomas Carlyle (1795-1881) était un essayiste, satiriste et historien écossais dont les travaux ont eu une influence considérable à l'époque victorienne. Le sien sui generis, œuvre énigmatique Sartor Resartus (tr. "le tailleur re-tailored") a eu une grande influence sur Ralph Waldo Emerson et les transcendantalistes de la Nouvelle-Angleterre. La citation est tirée de l'essai de Carlyle "On History Again", que l'on trouve dans Essais, Vol. 2 (N° 704). (Merci encore à Lucas Graves.)

Art oratoire

La citation est tirée du livre III de L'Iliade, Antenor répondant à Helen. La source de cette traduction particulière a résisté à nos efforts pour l'extirper, mais encore une fois grâce aux talents de chercheur de Lucas Graves, qui l'a identifiée comme étant celle d'Emerson, à partir de son essai « Eloquence » dans Société, solitude et autres essais (N° 567).

Poésie & Drame

La citation est de Une défense de la poésie par Percy Bysshe Shelley (1792-1822), le grand poète romantique. Il a été grandement influencé par l'œuvre du même titre de Sir Philip Sidney.

Référence

Les Joyeuses Commères de Windsor, bien sûr, a été écrit par William Shakespeare (1564-1616). La citation est du Gallois Sir Hugh Evans, dans l'Acte I, Scène 1. L'orthographe du mot "brief" avec un "p" par Shakespeare est une caricature d'un accent gallois.

Romance

La citation est de Le livre de la duchesse, lignes 48-9. L'œuvre la plus célèbre de Geoffrey Chaucer (vers 1343-1400), bien sûr, est Les contes de Canterbury, écrit en moyen anglais.

Science

La citation est attribuée à Socrate (vers 470-399 avant notre ère) et se traduit par "Je sais seulement que je ne sais rien".

Théologie et philosophie

La citation est de Comus, ligne 475, par John Milton (1608-1674).

Voyager

Le dramaturge Ben Jonson (vers 1572-1637), comme son contemporain William Shakespeare, était également acteur et poète. La citation est de sa pièce Volpone, Acte II, Scène 1. La ligne est prononcée par Sir Politick Would-Be, et lit en fait: 'Pour un homme sage, tout le monde le sien sol.' Peut-être qu'Ernest Rhys citait d'une mémoire imparfaite, mais compte tenu de l'esprit et du penchant pour les jeux de mots de Jonson, Rhys a peut-être évité toute implication scatalogique.

Pour les jeunes

La citation est le berger, dans Le conte d'hiver, Acte III, Scène 3.

Page de titre de Bedford

La reliure Bedford a un frontispice pictural à la place d'une devise.

Page de titre de l'édition australienne

Évidemment pour économiser sur les frais d'expédition, Dents a envoyé les volumes de la bibliothèque Everyman non reliés à E. W. Cole en Australie, où Cole les a reliés (Guider 4-5). La page de titre ne mentionne ni Dent ni Dutton, mais je suppose que cette page a été imprimée par Dents en Angleterre dans le cadre de l'arrangement avec Cole, car non seulement elle fait partie des pages reliées, mais il serait également peu probable que Cole aurait les plaques d'impression élaborées.

Périphériques de page de titre ravissants

Le seul traitement faisant autorité de ces gravures sur bois par Eric Ravilious est Pour utilisation en magasin uniquement (Devizes : Garton, 1993), avec son introduction par Robin Garton et des reproductions des gravures sur bois Ravilious conçues pour Dent et Curwen. Il est également précieux pour l'essai sur Ravilious de John Lewis et d'autres d'Enid Marx et de Robert Harling. Le livre a été publié pour commémorer le cinquantième anniversaire de la mort d'Eric Ravilious au large des côtes islandaises lors d'un vol de reconnaissance pour rechercher un avion disparu en septembre 1942.


Contes de Canterbury

La merveilleuse écrivaine pour enfants&aposseuses Barbara Cohen, auteure d'histoires aussi merveilleuses que Sept filles et sept fils et Molly&aposs Pilgrim , tourne son attention vers l'œuvre de l'auteur du XIVe siècle Geoffrey Chaucer, parfois connu sous le nom de &apospère de la littérature anglaise,&apos dans cette magnifique collection de contes adaptés. La tout aussi talentueuse Trina Schart Hyman, qui a remporté la médaille Caldecott pour elle Saint Georges et le Dragon , contribue ici à l'illustration d'accompagnement. Cohen raconte quatre L'écrivain pour enfants merveilleusement talentueux Barbara Cohen, auteur d'histoires aussi merveilleuses que Sept filles et sept fils et Le pèlerin de Molly , porte son attention sur l'œuvre de l'auteur du XIVe siècle Geoffrey Chaucer, parfois connu sous le nom de « père de la littérature anglaise », dans cette magnifique collection de contes adaptés. La tout aussi talentueuse Trina Schart Hyman, qui a remporté la médaille Caldecott pour elle Saint Georges et le Dragon , contribue ici à l'illustration d'accompagnement. Cohen raconte quatre des vingt-quatre histoires de l'immortel de Chaucer Contes de Canterbury , en gardant assez fidèlement les récits originaux, mais en changeant un peu la langue et la structure pour le jeune lecteur d'aujourd'hui. Les histoires incluses, toutes racontées en prose plutôt qu'en poésie, sont : le prologue et le conte du prêtre de la nonne, le prologue et le conte du pardon, le prologue et le conte de la femme de Bath et le prologue et le conte de Franklin. Une postface donne plus d'informations sur la façon dont Cohen a adapté ces histoires médiévales.

En tant que personne qui aime Chaucer Contes de Canterbury , que je n'ai lu qu'en moyen anglais original, j'étais curieux de voir ce que je ferais de l'interprétation de Cohen et Hyman. J'aime à la fois l'auteur et l'illustrateur ici, alors j'avais de grands espoirs et je n'ai pas été déçu. Le récit ici est engageant et l'œuvre d'art tout simplement magnifique! Compte tenu du contenu adulte de tant d'histoires de l'original, il aurait été facile pour un adaptateur pour enfants de changer, non seulement les pièges extérieurs de ces sélections, mais aussi certains des détails les plus obscènes. Apparemment, cela a été fait assez fréquemment dans les adaptations pour enfants de Chaucer au 19ème siècle. Cohen résiste cependant à cette impulsion et ses récits sont fidèles, tout en semblant frais et attrayants pour le tempérament plus moderne. J'ai apprécié la sélection de contes ici, car au moins deux des histoires - The Nun's Priest's Tale et The Wife of Bath's Tale - peuvent être lues en conjonction avec d'autres œuvres littéraires et narratives connexes. Le premier est un récit de l'histoire reynardienne de Chanticleer et le renard , tandis que ce dernier est une histoire arthurienne avec des parallèles frappants avec celle de Sir Gauvain et la Dame répugnant . Étant donné qu'il en est ainsi, les enseignants et les écoliers travaillant sur une unité sur l'anglais médiéval, ou les lettres médiévales en général, pourraient utiliser le texte de Cohen, ainsi qu'un récit de ces deux autres histoires, pour créer une leçon sur la nature interconnectée et intertextuelle de la littérature. dans la période.

J'ai apprécié Cohen's Contes de Canterbury, et j'ai pensé que les illustrations de Trina Schart Hyman étaient époustouflantes. Ses illustrations de l'ensemble des pèlerins étaient incroyables, tout comme son portrait spécifique de chaque conteur inclus par Cohen. Malheureusement, à part ces peintures, ainsi que quatre autres illustrant chacune des quatre histoires, il n'y avait pas d'autres visuels. Personnellement, j'aurais aimé qu'il y en ait plus - peut-être quelques tableaux par conte ? Dans l'état actuel des choses, il existe de nombreux tronçons contenant uniquement du texte, ce qui en fait davantage un texte illustré qu'un livre d'images. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose, même si je pense que la longueur et la maturité du thème en font un livre mieux adapté aux enfants plus âgés, aux classes moyennes et supérieures, mais il est regrettable qu'il n'y ait pas eu plus de Hyman. Laissant de côté cette critique, c'est celle que je recommanderais à tous ceux qui recherchent une adaptation pour enfants de Chaucer, ainsi qu'aux fans de Trina Schart Hyman. Inutile de dire qu'une fois que l'on est assez vieux, le lecteur doit lire l'original (et je veux dire le moyen anglais original, plutôt que la traduction moderne), ce que Cohen elle-même espérait, dans sa postface. . Suite


Les contes de Canterbury

  • ★ ★ ★ 3.33
  • 3 évaluations
  • 73 Envie de lire
  • 3 Lecture en cours
  • 8 Avoir lu

Cette édition a été publiée en 1857 par D. Appleton à New York.

Recueil d'histoires écrites en moyen anglais par Geoffrey Chaucer à la fin du XIVe siècle. Les contes (principalement en vers, bien que certains soient en prose) sont racontés dans le cadre d'un concours de contes par un groupe de pèlerins alors qu'ils voyagent ensemble de Southwark au sanctuaire de Saint Thomas Becket à la cathédrale de Cantorbéry. Dans une longue liste d'œuvres, dont Troilus et Criseyde, House of Fame et Parliament of Fowls, The Canterbury Tales était le magnum opus de Chaucer. Il utilise les contes et les descriptions des personnages pour dresser un portrait ironique et critique de la société anglaise de l'époque, et particulièrement de l'Église. Structurellement, la collection porte l'influence du Decameron, que Chaucer aurait rencontré lors de sa première mission diplomatique en Italie en 1372. Cependant, Chaucer peuple ses récits avec des «gens sondry» plutôt que des nobles en fuite de Boccace.


Le guide d'étude des contes de Cantorbéry

Les Contes de Canterbury sont à la fois l'une des œuvres littéraires les plus célèbres et les plus frustrantes jamais écrites. Depuis sa composition à la fin des années 1300, les critiques ont continué à extraire de nouvelles richesses de son terrain complexe et ont lancé de nouveaux arguments sur le texte et son interprétation. Le texte richement détaillé de Chaucer, disait Dryden, était « l'abondance de Dieu », et la riche variété des Contes est peut-être en partie la raison de son succès. C'est à la fois un long récit (des pèlerins et leur pèlerinage) et une encyclopédie de récits plus courts c'est à la fois un grand drame, et une compilation de la plupart des formes littéraires connues de la littérature médiévale : roman, fabliau, laïc breton, fable morale, vers romance, fable des bêtes, prière à la Vierge… et ainsi de suite. Aucun genre littéraire ne domine les Contes. Les contes comprennent des aventures romantiques, des fabliaux, des biographies de saints, des fables animales, des allégories religieuses et même un sermon, et vont de récits pieux et moralisateurs à des farces sexuelles obscènes et vulgaires. Le plus souvent, d'ailleurs, le ton spécifique du récit est extrêmement difficile à cerner.

Ceci, en effet, est dû à l'un des problèmes clés de l'interprétation des Contes eux-mêmes - la voix : comment savons-nous jamais qui parle ? Parce que Chaucer, au début des Contes, promet de répéter les mots exacts et le style de chaque orateur du mieux qu'il puisse s'en souvenir, il y a toujours une tension entre Chaucer et la voix de pèlerin qu'il ventriloque en racontant son histoire : même le " Chaucer" qui est un personnage du pèlerin a une voix distincte et délibérément non Chaucerienne. Est-ce la voix du marchand – et l'opinion du marchand – ou celle de Chaucer ? Est-ce Chaucer le personnage ou Chaucer l'écrivain ? Si c'est celui de Chaucer, sommes-nous censés le prendre pour argent comptant, ou le voir ironiquement ? C'est pour cette raison que, tout au long de cette Note Classique, un effort conscient a été fait pour désigner le locuteur de chaque conte (le Marchand, dans le Conte du Marchand, par exemple) comme le « narrateur », un terme fourre-tout qui représente les deux, ou l'un des deux, Chaucer et l'orateur en question.

Personne ne sait avec certitude quand Chaucer a commencé à écrire les Contes - le pèlerinage est généralement daté de 1387, mais cette date est sujette à de nombreux arguments scientifiques - mais il est certain que Chaucer a écrit certaines parties des Contes à différentes époques et y est retourné. et a ajouté Contes au creuset. The Knight's Tale, par exemple, a presque certainement été écrit avant le projet Canterbury en tant qu'œuvre distincte, puis adapté à la voix du Knight et de la Second Nun's Tale, ainsi que probablement celle du Monk, ont probablement une histoire de composition similaire.

Chaucer a puisé dans une riche variété de sources littéraires pour créer les Contes, bien que sa principale dette soit probablement envers Boccace. Décaméron, dans laquelle dix nobles de Florence, pour échapper à la peste, séjournent dans une villa de campagne et s'amusent en se racontant des histoires. Boccace a probablement eu une influence significative sur Chaucer. The Knight's Tale était une version anglaise d'un conte de Boccace, tandis que six des contes de Chaucer ont des sources possibles dans le Decameron : le Miller's Tale, le Reeve's, le Clerk's, le Merchant's, le Franklin's et le Shipman's. Cependant, les pèlerins de Chaucer à Cantorbéry forment un plus large éventail de la société par rapport aux conteurs d'élite de Boccace, permettant de plus grandes différences de ton et de substance.

Le texte des Contes lui-même ne survit pas dans son intégralité, mais en dix fragments (voir « Les textes des Contes » pour plus d'informations et des commandes spécifiques). En raison du fait qu'il n'y a pas de liens entre ces dix fragments dans la plupart des cas, il est extrêmement difficile de déterminer avec précision dans quel ordre Chaucer voulait que les contes soient lus. Ce ClassicNote correspond à l'ordre suivi dans "Riverside Chaucer" de Larry D. Benson, qui est sans aucun doute la meilleure édition de Chaucer actuellement disponible.


Reflets dans un miroir

Lorsque nous rencontrons ces personnes d'il y a si longtemps, nous remarquons à quel point elles sont différentes de nous. Lors de leur pèlerinage, par exemple, les histoires qu'ils racontent proviennent souvent de la mythologie, de la sagesse populaire ou de la religion. Si nous étions des modernes sur une randonnée similaire, nous parlerions probablement de politique et de culture.

Pourtant, si nous les examinons de plus près, nous trouvons dans ces pèlerins des gens qui nous ressemblent beaucoup, des êtres humains qui ont des traits et des émotions en commun avec nous, qui recherchent la belle vie, et qui travaillent dur, pour la plupart, à ce qu'ils faire.

Un portrait du poète et auteur anglais Geoffrey Chaucer, de la collection de portraits gallois de la Bibliothèque nationale du Pays de Galles. (Domaine public)

Chaucer connaissait bien ceux dont il écrivait. Son père était un riche marchand de vin et, dans sa jeunesse, Chaucer servit comme page à la cour du roi Édouard III. En plus d'écrire d'autres poèmes, dont le plus connu est « Troilus et Criseyde », il a été juge de paix, contrôleur des douanes, ancien député et superviseur de la construction et de la réparation de telles bâtiments comme la Tour de Londres et Westminster Abby. À sa mort, il fut enterré à l'Abby dans ce qui est maintenant connu sous le nom de "Poet's Corner".